Archives de catégorie : Mouvements révolutionnaires et mouvement ouvrier

Julien Guérin, Largo Caballero. Un socialiste espagnol à l’épreuve de l’Histoire, Rochefort-en-Terre, éditions Matignon, collection « Hier et aujourd’hui », 2016, 36 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Enseignant, auteur de plusieurs autres textes sur le socialisme, Julien Guérin offre dans cette plaquette une présentation très synthétique du dirigeant du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) durant la première partie de la guerre civile espagnole. En l’absence de biographie de référence (en français tout au moins), cet opuscule permet de redécouvrir la figure de ce dirigeant très modéré de l’Union générale du travail (UGT, syndicat lié au PSOE) qui se radicalisa rapidement après l’épisode de la tentative de soulèvement des Asturies en 1934.

Surnommé le « Lénine espagnol », il prend la tête du gouvernement de Front populaire à partir de septembre 1936. Très critique à l’égard du processus de « conquête » de l’État espagnol par le Parti communiste espagnol (PCE) et ses alliés au sein du mouvement syndical et socialiste, Largo Caballero est écarté du gouvernement après le soulèvement de Barcelone en mai 1937. Refusant de procéder à la dissolution du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) comme le demandaient avec insistance les communistes, incarnation de l’aile gauche du courant socialiste, il est alors remplacé par Juan Negrin, socialiste de l’aile droite, considéré comme plus favorable aux communistes. Amer, sans plus d’influence, Largo Caballero parvient à rejoindre la France lors de l’effondrement de la République. Après avoir été interné dans le camp de Saint-Cyprien, il est arrêté par les autorités françaises qui le livrent aux Allemands. Déporté au camp d’Oranienburg-Sachsenhausen, dans la banlieue berlinoise, durant toute la guerre, il parvient à survivre dans ces conditions sous-humaines. Très diminué, il rentre en France et meurt en mars 1946. Il a alors 72 ans.

Évidemment, dans le très court format du texte, il était difficile d’envisager une analyse un tant soit peu poussée de l’évolution politique assez radicale que connut ce militant (d’une fraction importante du socialisme espagnol plus largement et même du socialisme européen). Un tel développement aurait pourtant donné une dimension plus dense à ce qui s’apparente à une notice biographique élargie. En fait foi la bibliographie qui, si elle fournit des titres sur le POUM, la CNT, le PCE, ne suggère aucune piste de lecture sur le PSOE, qui fut pourtant le parti de Largo Caballero.

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Pas moins de trois documentaires et une fausse « soirée spéciale » (voir ci-dessous) se succédaient, pour un total de diffusion de près de six heures. Les commentaires de la journaliste faisant le lien entre les différentes parties du programme étaient émaillées de quelques remarques témoignant de l’influence de l’école totalitaire, revivifiée en France avec Le Livre noir du communisme (une « poignée de communistes fomente la révolution mondiale »), mais l’essentiel n’était pas là.

Le premier documentaire, Lénine, une autre histoire de la révolution russe, est le plus directement centré sur les événements de 1917, le plus classique aussi dans sa forme. Réalisé par Cédric Tourbe, il a été écrit par ce dernier, le politiste et sociologue Michel Dobry (qui n’est un spécialiste ni du communisme/léninisme ni de la Russie) et l’historien Marc Ferro, sans que l’on sache comment le travail entre les trois hommes a été organisé. Néanmoins, un article du Monde de 20141, consacré à un précédent documentaire de Cédric Tourbe, Révolte, donne des indications précieuses sur la façon de travailler de ce documentariste. En 2013-2014, le producteur de Yami 2, Christophe Nick – bien connu des historiens spécialistes de l’extrême gauche pour avoir écrit en 2002, alors qu’il n’était encore que journaliste et documentariste, un ouvrage de plus de 600 pages, Les Trotskistes (Fayard), salué par les médias bien que truffé d’erreurs, d’approximations et de jugements de valeurs péjoratifs2 – imagine et produit une série, Révolte, dont il confie la réalisation à Cédric Tourbe3. Celui-ci, lors de ses recherches sur ces révoltes sans lien historique ou idéologique entre elles, se serait « heurté à un problème de définition et de méthode », ce qui paraît effectivement logique. Sur les conseils de Christophe Nick, il se plonge alors dans l’ouvrage de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles (Presses de la FNSP, 1986). Cet argumentaire sociologique devient « la matrice narrative de Révolte »4 tandis que Michel Dobry endosse le rôle de conseiller technique. Cédric Tourbe a donc fait de nouveau appel à lui pour ce documentaire, mais comme co-rédacteur cette fois-ci.

L’exposé des faits suit un déroulement chronologique, débutant par le contexte de guerre, étonnamment optimiste (« Rien ne semble menacer l’ordre établi »), alors que l’on sait le tsar et son gouvernement assis sur du sable… Le commentaire revient ensuite aux événements révolutionnaires de 1905, présentant des images filmées du Dimanche rouge ne manquant pas d’étonner. Le problème, qui revient de manière récurrente à propos de quasiment tous les documentaires de ce type, c’est que les images d’archives, qui pour beaucoup sont extraordinaires, sont loin d’être systématiquement référencées, à l’exception des extraits de films soviétiques5. Sur 1905, l’accent est mis sur la duplicité de Nicolas II quant à l’instauration d’une Douma, et sur l’ampleur et la dureté de la répression qui suivit les événements. Le déroulement de la révolution de février, très fidèlement retracé, en utilisant de façon didactique un plan de Petrograd dynamisé afin d’illustrer le parcours des manifestants, et en insistant sur l’importance du Prikaze n° 1 adopté par le soviet de Petrograd, alterne ensuite avec des vues de Zurich, lieu d’exil de Lénine (la musique traditionnelle qui accompagne les images suisses est par contre à la limite de la caricature), et l’évocation de la vie de ce dernier. Si certaines analyses s’avèrent discutables, ainsi de l’impact de l’exécution de son frère Alexandre (la profonde haine de classe qui en aurait résulté est finalement bien proche du mythe de la vulgate soviétique) ou de son supposé « dogmatisme »6 (on pourrait au contraire souligner son empirisme), le plus gênant est ailleurs.

Le texte brosse en effet le portrait d’un Lénine à la fois ballotté par les événements révolutionnaires, qui « navigue à vue », et ne poursuit qu’un seul objectif : l’insurrection organisée par son parti. Ce Lénine monomaniaque est bien loin de toute appréhension de ses évolutions stratégiques et tactiques, telles qu’elles apparaissent par exemple dans le livre d’Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd7. Car ce n’est qu’après les journées de juillet que Lénine considère l’insurrection comme une option valable, l’écartant un temps en septembre avant d’y revenir et de s’y tenir jusqu’au bout. Au lieu d’un analyste politique scrutant le fil de l’actualité, l’évolution des rapports de force et les actions des uns et des autres, le documentaire invente ainsi un Lénine tout à la fois arc-bouté sur une « idée fixe » (sic) mais néanmoins impuissant à la mettre en œuvre. Cette vision paradoxale et fantasmatique s’accompagne d’une perception pour le moins ambiguë du parti bolchevique. Lénine était censé le diriger de façon autoritaire (« exclure, « diviser »), mais au moment de son retour en Russie et des célèbres thèses d’avril, la distance prise par ses camarades avec ses nouvelles positions fait dire à la voix off « Comme avant-garde discipliné, on a vu mieux » ; pourtant, en peu de temps, il « impose son programme au parti ». Il y a, dans ces quelques phrases contradictoires, l’aveu d’une incompréhension du mode de fonctionnement de l’organisation bolchevique, traversée de tendances divergentes et lieu de confrontation démocratique d’idées.

Le récit évoque ensuite fidèlement l’accentuation progressive de la crise, par l’incapacité du pouvoir à faire la paix, induisant désertions massives au front et radicalisation des soldats et des ouvriers dans les villes, insiste sur l’opposition entre Lénine et Kerenski, et expose avec justesse la violence de classe et la répression dirigée contre les bolcheviques après les journées de juillet. Par contre, à compter de la tentative de coup d’État de Kornilov (dont les prolégomènes sont hélas négligés), l’exposé est trop rapide, et son laconisme ne permet pas de comprendre le divorce croissant et bientôt irréparable, tel qu’il s’exprime au IIe Congrès des soviets, entre les mencheviques et les socialistes-révolutionnaires d’un côté, les bolcheviques de l’autre. A l’inverse, le transfert de légitimité qui, à l’automne, va du gouvernement provisoire aux soviets, est bien illustré. Mais la conclusion du documentaire pêche par son simplisme et sa brièveté : car immédiatement, « La démocratie soviétique vient d’être confisqué par un seul parti » (le processus, on le sait, fut nettement plus progressif et complexe)8, et, de la guerre civile qui s’ouvre, le commentaire ne retient que l’interdiction des autres partis, les réquisitions et les famines. Les témoignages mis à contribution – principalement ceux de Nicolas Soukhanov9, mais également de la journaliste et écrivain Marylie Markovitch ou de Léon Trotsky –, la richesse de l’iconographie10 et l’accent mis à plusieurs reprises sur les mobilisations populaires et les enjeux de classe qui se dessinent font de ce documentaire une contribution précieuse au récit de l’année 1917. Sauf en ce qui concerne Lénine et son parti… ce qui n’est pas rien, surtout si l’on se fie au titre du documentaire. Et sauf également en ce qui concerne, par exemple, les autres organisations révolutionnaires (quid des anarchistes, des mencheviques, des socialistes-révolutionnaires, réduits ici aux figures d’un Kérenski ou d’un Tchernov) ou les comités d’usines, la situation dans les autres villes de l’empire (Moscou, Kiev, Kazan, Bakou, Toula, Saratov, etc.) ou les mille et unes manières dont des ouvriers11 mais aussi des femmes, des jeunes éduqués, des artistes perçoivent, comprennent et s’approprient dans leur vie quotidienne les idéaux révolutionnaires12. Ainsi, ce documentaire, et c’est logique, n’est que la mise en images d’une historiographie ancienne, politiste, idéologique et partidaire, ignorante des dernières recherches anglo-saxonnes (voire russes) comme des nouveaux chercheurs français13. Son sous-titre – Une autre histoire de la révolution russe – ne tient pas, lui non plus, ses promesses.

Ce premier documentaire était suivi par une Édition spéciale : l’abdication du tsar Nicolas II. Il s’agissait de traiter les événements de février-mars 1917 de la manière dont les médias d’aujourd’hui le feraient, tout particulièrement les chaînes d’informations en continu. Outre la journaliste principale sur le plateau, et une soi-disant experte invitée14, un bandeau en bas d’écran énumérait diverses informations, tandis que des envoyés spéciaux à Petrograd, Moscou, Berlin, Paris, New York ou Washington étaient régulièrement sollicités. Internet se voyait également mis à contribution, le grand-duc Michel annonçant son refus de la couronne par Tweeter, tandis qu’un lanceur d’alerte anonyme diffusait sur la toile les documents témoignant des négociations entre Lénine et les autorités allemandes pour son retour en Russie. Les images d’archives utilisées étaient par ailleurs colorisées, et certaines reconstitutions avec acteurs s’apparentaient au principe très contemporain du docu-fiction. Le résultat est assurément dynamique, mais, second degré de la part des journalistes ou intégration des tendances très actuelles du traitement de l’information, les événements russes étaient traités sous trois axes principaux : politique, bien sûr, mais aussi économique (les intérêts de la France seront-ils lésés ?) et people. Parmi les reportages diffusés, l’un traitait du cas Raspoutine, un autre de Darmstadt et de la famille de la tsarine Alexandra, un dernier enfin des produits de luxe achetés par la cour à travers l’exemple de Fabergé (dont le directeur est faussement interviewé) ; l’ensemble représente tout de même la moitié des dits reportages ! Moins flagrante, la dimension que l’on pourrait qualifier de sécuritaire, de rejet de la violence populaire, est présente à travers les inquiétudes des journalistes quant au sort réservé aux collaborateurs de l’Ancien Régime, la présentatrice évoquant même « la terreur dans les rues » (de Petrograd).

Le dernier point fort discutable tient à l’anachronisme non de la forme, mais du fond. La soirée spéciale consacre en effet une large place à Lénine et à ses positions, à un moment où le leader révolutionnaire ne bénéficie d’aucun écho sur place, alors que ni les mencheviques, ni les socialistes-révolutionnaires ne sont cités une seule fois. Il y a là une projection des événements à venir par des journalistes que l’on pourrait croire véritablement omniscients. C’est au point que les inquiétudes du gouvernement français à l’égard des bolcheviques sont évoqués… Outre un reportage qui lui est consacré (avec des images prétendument filmées dans un café suisse où il avait ses habitudes, alors qu’elles sont plus tardives, datant d’un congrès d’après la prise du pouvoir), on assiste à une pseudo conférence de presse de Fritz Platten, lisant une déclaration de Lénine. Les autres reportages abordent l’état des campagnes russes15, ou convoquent des artistes, le peintre Chagall et le photographe Prodoukine-Gorski, mais rien, absolument rien n’est dit sur le soviet de Petrograd, la soirée spéciale étant pourtant datée du 17 mars 1917 !! Si l’expérience peut de prime abord évoquer le travail de réactualisation de la Commune de Paris mené en son temps par Peter Watkins16, le résultat est surtout symptomatique de l’état du journalisme télévisuel en 2017.

La soirée se poursuivait avec un documentaire allemand en deux parties, plus éloigné du cœur du sujet, « de l’URSS à la Russie. Chronique d’une hégémonie », de Maarten van der Duin. Il fut d’ailleurs réalisé en 2015, en lien direct avec la crise ukrainienne. « De la naissance à la chute » débute par des entretiens avec différents individus d’aujourd’hui habitant dans ce qui fut autrefois l’URSS cosmopolite, un moyen d’insister sur les divisions actuelles, entre religieux orthodoxes et « femen », nostalgiques de l’Union soviétique ou pro-occidentaux… Toutefois, c’est une rétrospective historique au pas de charge qui est menée, puisque sur une heure et demi, la dissolution de l’URSS intervient à la cinquante-huitième minute. Il ne faut donc pas attendre d’analyses trop poussées, d’autant que le retour en arrière nous permet d’apprendre que Lénine et les bolcheviques « chassent le tsar » (sic). Plusieurs des intervenants choisis insistent d’ailleurs sur le prisme du totalitarisme pour comprendre l’URSS appréhendée comme un tout, un bloc, basée sur une idée – le communisme – mauvaise en elle-même, tout comme son application, un système soi-disant impossible à réformer (il conviendrait de s’interroger sur la Chine dite « communiste »). Les éléments d’adhésion de la population à l’idéal soviétique sont par ailleurs limités à la propagande et à la victoire fédératrice de 1945, ce qui est juste mais un peu court. L’accent est davantage mis sur les facteurs conduisant à la crise finale : baisse du prix du pétrole, intervention en Afghanistan, opposition croissante en Pologne. Il est donc relativement logique que la période durant laquelle Gorbatchev dirigea l’URSS soit plus particulièrement développée, de Tchernobyl (présenté comme symbole de la faiblesse du pays, ce qu’infirme totalement la catastrophe de Fukushima) à la contestation visant l’armée (les maltraitances à l’égard des conscrits), en passant par l’interdiction de l’alcool (une terrible erreur, selon le documentaire) ou la crise dans les pays baltes, les premières républiques soviétiques à proclamer leur indépendance. Dans cette dissolution de l’URSS, l’accent a tendance à être mis sur les revendications de démocratie, de justice, de liberté, en particulier pour ce qui est du rôle joué par les États-Unis, ce qui témoigne d’une appréhension pour le moins superficielle de la géopolitique.

Les lendemains difficiles de la fin de l’URSS, avec l’apparition de conflits régionaux, comme en Transnistrie ou dans le Caucase, ainsi que l’échec de la transition démocratique et économique, en Russie avec l’émergence des oligarques ou en Biélorussie, conduisent directement à la seconde partie du documentaire, « La renaissance russe ? ». Au-delà d’une chronique des événements touchant l’ancienne zone soviétique dans les années 2000, cette partie insiste sur les efforts de Vladimir Poutine pour renforcer son pays, son pouvoir politique et militaire, sa symbiose avec l’Église orthodoxe, son capitalisme d’État, qui demeure toutefois axé sur la vente d’hydrocarbures. Sont également largement abordées les relations avec les pays que sont la Biélorussie, l’Ukraine et les États du Caucase, la Russie s’opposant aux efforts de l’OTAN de s’élargir au détriment de sa sphère d’influence. L’opposition à l’Occident et le regain des traditions conservatrices s’inscrirait dans cette évolution politique. Mais dans ce tableau, il est dommage que la vision ne soit que partielle, voire partiale (rien n’est pas exemple dit, dans le cadre de la crise ukrainienne, sur le rôle joué par l’extrême droite locale, et absolument rien sur les anciennes républiques asiatiques) : la problématique conclut tout de même à une volonté de reconquête de l’influence perdue par la Russie, vouée à l’échec face à un rapprochement des anciennes Républiques avec l’Union européenne.

1Christine Rousseau, Le Monde Télévision, 17 janvier 2014.

2A l’époque, l’équipe de Dissidences en avait produit une recension critique.

3Cédric Tourbe, Révolte, série documentaire (3h 28 mn) sur une série de révoltes (Mai 68, Iran 1979, Tunisie 2010, etc.), janvier 2014, France 5. Si l’on en croit Le Monde, une « série de référence ».

4Christine Rousseau, Le Monde Télévision, op. cit.

5Parmi eux, outre le célébrissime Octobre de Serguei Einsenstein (1927), on trouve Les Derniers jours de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Poudovkine (1927), Lénine en octobre de Mikhaïl Romm (1937), ou La Mère de Vsevolod Poudovkine (1926).

6La fin du documentaire est tout aussi caricaturale en prétendant que Lénine « (…) a passé sa vie à exclure et à diviser ».

7Voir sa recension sur notre blog, à paraître.

8Voir par exemple Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, prochainement chroniqué sur ce blog.

9Menchevique de gauche, Nicolas Soukhanov est d’ailleurs le seul de tous les personnages, en dehors de Lénine, à être évoqué par quelques lignes projetées à l’écran sur la suite de son parcours (il se rallia au nouveau régime au début des années 1920, travaillant dans le domaine économique avant d’être jugé une première fois au début des années 1930 – événement non cité dans le documentaire – puis d’être exécuté en 1940). Il est l’auteur d’un remarquable témoignage (La Révolution russe. 1917, Stock, 1965), hélas jamais traduit entièrement, puisque l’ouvrage paru en anglais et en français n’est qu’une version largement abrégée de l’original en sept volumes !

10Une erreur est au moins à noter : lorsque les portraits des dirigeants du Comité militaire révolutionnaire sont présentés, Trotsky, Antonov-Ovseïenko et Dybenko, la photo du second est en réalité celle de Jacob Sverdlov…

11Lire de Stephen Anthony Smith, Red Petrograd : Revolution in the Factories, 1917-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, en ligne sur https://libcom.org/files/Red_Petrograd_Revolution_in_the_Factories,_1917-1918.pdf . Une traduction de cette importante étude est à paraître aux éditions Nuits rouges à la mi-avril 2017, et une recension sera faite.

12Lire d’Andy Willimott, Living the Revolution, Oxford (UK), Oxford University Press, 2017.

13Sur ces points, se reporter à notre Avant-propos de ce dossier sur les révolutions russes.

14Il s’agit de Frédérique Neau-Dufour, dont on se demande pourquoi elle a été invitée, puisqu’elle est spécialiste du gaullisme, après avoir fait sa thèse sur Ernest Psichari, certes mort durant la Première Guerre mondiale…

15Avec un petit clin d’œil au passage, l’un des journalistes responsables du dit reportage étant Larissa Reisner, célèbre bolchevique…

16Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 2003.

Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine. 1. La conquête du pouvoir, Paris, Seuil, collection « Esprit », 1973, 336 pages.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marcel Liebman (1929-1986) est un universitaire belge, auteur de deux œuvres majeures touchant à la révolution russe : un ouvrage de synthèse sur l’événement lui-même, et une étude en deux volumes du léninisme, autrement dit de la praxis telle que Lénine la conçut de son vivant. Pour ce faire, l’auteur revendique une « histoire totalisante », en cela qu’il a le souci de toujours lier évolution des idées et changements du contexte socio-politique.

Dans l’analyse qu’il fait de la politique « léninienne », il y a d’abord la centralité de l’organisation, celle d’un parti d’avant-garde, conçu comme élitiste – et donc peu démocratique, à l’instar des autres organisations politiques russes– en raison des conditions du militantisme, soumis à la répression tsariste, mais qui doit toujours garder le lien avec les masses. Mais ce modèle initial, celui du fameux Que Faire ?, connaît une mutation quantitative (ses effectifs sont multipliés par 10) et qualitative avec la révolution de 1905. Lénine défend en effet un rapprochement entre masses et avant-garde, milite pour la présence de davantage d’ouvriers à des postes de responsabilités, et prône un remplacement de la cooptation des responsables par leur désignation démocratique. C’est l’acte de naissance du centralisme démocratique. Toutefois, l’enlisement de la révolution conduit à un repli des bolcheviques, et à une transformation de leur organisation en véritable « secte », selon Marcel Liebman. Dans le contexte profondément hostile et démoralisant de l’après 1905-1906, Lénine met l’accent sur ce qu’il voit comme un nécessaire monolithisme, écartant toute divergence, excessif dans la polémique, l’insulte et même l’injustice. Autant d’éléments qui permettront au moins en partie de comprendre l’évolution du Parti bolchevique au pouvoir, contraint à l’isolement à l’issue de la guerre civile.

Concernant les particularités de l’analyse « léninienne » dans cette période de l’avant-guerre mondiale, il y a d’abord la divergence entre bolcheviques et mencheviques quant au rapport avec la bourgeoisie libérale, incarnée politiquement par le parti KD (Cadet). Là où les mencheviques y voient un allié à préserver, Lénine le juge réactionnaire par nature, ce qui l’amène à revendiquer la nécessité, une fois la révolution victorieuse, d’une dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie, seule capable de mener à bien les tâches de la révolution bourgeoise ; cette dictature se concrétiserait dans les soviets, dont le pouvoir concret n’est cependant pas explicité par Lénine. Il y a là une divergence entre Lénine et ses camarades bolcheviques, plus méfiants à l’égard de soviets dans lesquels ils voient une forme de concurrence. Ou comment Lénine sait se faire plus hardi, moins pusillanime lorsque la situation évolue subitement, n’hésitant pas à appeler à prendre la tête de l’insurrection. Quant à la Douma, Lénine ne la voit que comme une tribune, et insiste sur la distance à conserver vis-à-vis des députés KD, en même temps que sur le contrôle du parti sur ses représentants. Marcel Liebman en conclut ainsi à un menchevisme singeant les socialistes d’Europe occidentale, là où Lénine adapte le marxisme à la réalité russe, y compris dans son anti-intellectualisme (l’intelligentsia manifestant à l’époque une forme de repli et de frilosité, voire de misanthropie) et dans son acceptation de la violence (y compris par des groupes de partisans usant de l’action directe).

L’année 1917 voit également une autre métamorphose majeure du Parti bolchevique et du léninisme. Face à la position des bolcheviques modérés présents en Russie, qui accordent un soutien au gouvernement provisoire, tout comme les mencheviques (avec qui un projet de réunification est d’ailleurs envisagé) et les socialistes-révolutionnaires, Lénine défend des positions plus radicales à partir de son retour en avril (le passage de la révolution bourgeoise à la révolution socialiste), et lutte contre l’isolement au sein de sa propre organisation. Appelant à déployer toute la propagande possible en vue d’une prise pacifique du pouvoir jusqu’en juillet, Lénine passe ensuite à la défense d’une nécessaire insurrection, motivée en particulier par l’élargissement du soulèvement paysan, l’agitation révolutionnaire en Allemagne et le risque croissant d’une dictature militaire en Russie. Mais là encore, les réticences et les résistances à l’intérieur du Parti sont nombreuses. Il faut dire qu’en cette années 1917, l’organisation bolchevique a retrouvé un bouillonnement démocratique, à l’image de celui de la société, allant jusqu’à une autonomie forte de certains groupements (la section de Petrograd ou l’Organisation militaire bolchevique, par exemple). Une évolution complémentaire de celle des effectifs, multipliés par 20 entre février et octobre (de 20 000 à 400 000 environ).

Revenant sur la question de l’insurrection d’octobre, Marcel Liebman la justifie implicitement en en faisant l’aboutissement d’une évolution politique courant sur les mois précédents, culminant avec le succès des bolcheviques aux élections municipales de Moscou quelques jours avant la prise du pouvoir à Petrograd. Ce souci de Lénine attendant que la majorité du peuple soit derrière son Parti pour déclencher l’hallali du gouvernement provisoire le différencie, selon l’auteur, de tout blanquisme1. Octobre combine alors une improvisation militaire et une intense préparation politique, dans laquelle Trotsky se révéla particulièrement brillant. Surtout, Marcel Liebman conclut à un rapprochement, au cours de cette année 1917, entre Lénine et la théorie de la révolution permanente de Trotsky2, même si des contradictions subsistent (en particulier entre les objectifs « prolétariens » et la satisfaction des revendications paysannes) au sein d’une réflexion en perpétuel mouvement, en perpétuelle construction. L’État et la révolution, le manifeste, selon certains exégètes, d’un « léninisme libertaire », est d’ailleurs demeuré inachevé, cette défense d’une démocratie radicale se ressentant de l’ébullition des masses dans tout le pays (« Le besoin d’apprendre allait de pair avec celui de s’exprimer (…) », p. 289), poussant littéralement le Parti et favorisant un certain rapprochement avec les anarchistes.

On le voit, Marcel Liebman, dans une étude globale bien qu’incomplète (pas d’analyse de son étude sur L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, par exemple), s’efforce de porter un regard nuancé sur le léninisme, sur ses tendances à l’autoritarisme, mais également sur son leadership régulièrement remis en cause3.

1D’autant que « (…) la puissance des partis révolutionnaires est moins favorisée et moins mise en valeur par des consultations électorales que par les actions de rue et les entreprises offensives qui correspondent à leur vocation véritable. C’est pourquoi les grandes victoires de la gauche ne furent jamais des victoires électorales et que, traduites en termes de suffrages et de sièges, elles rendent mal compte de leur réalité. » (p. 295).

2Cette interprétation, qui doit beaucoup au fait qu’à cette époque Marcel Liebman était proche des trotskystes, convoque au débat et à la controverse chez les spécialistes.

3Merci à Christian Beuvain pour le prêt de ce livre.

Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchevisme, Bellecombes-en-Bauges, éditions du Croquant, 2014 (1920 pour l’édition originale), introduction de Normand Baillargeon et Jean Bricmont, 160 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Pratique et théorie du bolchevisme est un texte rédigé par le grand intellectuel Bertrand Russell peu de temps après son retour de Russie soviétique, où il avait séjourné entre mai et juin 1920, accompagnant une délégation britannique, reçue en grande pompe par les autorités. Contrairement à Qu’est-ce que le bolchevisme ? de Léon Chestov1, l’analyse de Russell est ample, ambitieuse et globalisante, nettement plus équilibrée, et s’inscrit probablement parmi les plus remarquables, aux antipodes par exemple du reportage d’Albert Londres à la même époque2. Son texte s’articule en deux grandes parties, l’une plus spécifiquement consacrée à la réalité russe, l’autre à la théorie marxiste et donc léniniste.

Bertrand Russell, en tant que sympathisant socialiste, favorable à un avenir communiste dans l’idéal, signe des pages qui se rapprochent de celles de Rosa Luxemburg3. Il salue le courage des bolcheviques, et incrimine au premier chef, en plus du passé national, le blocus et l’intervention des puissances occidentales dans les difficultés et la ruine de la Russie, le raidissement autoritaire du régime également. Ceci étant, il ne cache pas ses désaccords avec les bolcheviques, bien au contraire. Traçant un parallèle entre communisme bolchevique et islam, de par le messianisme dogmatique dont tous deux feraient preuve, il considère que l’alternative qui s’esquisse en Russie n’est surtout pas à suivre dans les autres pays, tout particulièrement le Royaume-Uni. A ses yeux, la Russie bolchevique et l’Inde coloniale partagent un certain nombre de similitudes, à commencer par des idées de civilisation généreuses, et un mode de gouvernement dictatorial, hostile à tout soulèvement populaire4. Bertrand Russell est adepte d’un changement plus lent, plus progressif, basé sur l’autogestion, et non sur la révolution violente menée par une minorité agissante, susceptible selon lui de faire craquer le vernis de « civilisation des mœurs » si récemment gagné. C’est d’ailleurs dans ces considérations que Russell se rapproche de Chestov, dans sa critique de la haine et de la destruction encouragées par les bolcheviques. Ce faisant, il critique l’idéologie marxiste (non sans grossir le trait, comme pour la surdétermination des facteurs économiques), et semble sous-estimer l’opposition des classes dirigeantes, tout comme il considère comme presque immuable la pondération britannique… Pour autant, certaines de ses intuitions sont remarquables, tant il semble anticiper parfois sur l’évolution de la révolution5. L’avenir lui semble en tout cas réservé au socialisme, tant à ses yeux le capitalisme est condamné par l’histoire, plus pour son refus de partage du pouvoir que pour celui du partage des richesses, d’ailleurs. Quant à la Russie soviétique, elle doit pour améliorer son sort s’appuyer sur deux éléments clefs, à ses yeux, la paix avec l’étranger et le commerce qui en découlera.

Le texte de Bertrand Russell est complété par un article de Dora Black, devenue ensuite son épouse, qui voyagea en Russie à la même époque que lui. « Art et éducation » est très intéressant, en particulier dans son analyse du système éducatif : Dora Black souligne les efforts dans ce sens faits par le nouveau régime, en reprenant par exemple la méthode Montesori, visant à un épanouissement global des individus, mais appréhende le passage probable vers un enseignement plus utilitaire. Sa description d’un spectacle de cinq heures organisé pour l’ouverture du IIe congrès de la Comintern, intitulé « Commune mondiale », est tout simplement passionnante, invitation à tout un travail sur un champ d’études prometteur6.

1Léon Chestov, Qu’est-ce que le bolchevisme ?, Paris, Le Bruit du temps, 2015 (1920 pour l’édition originale), chroniqué sur ce blog, dans ce second focus sur le Centenaire.

2Les pages de Bertrand Russell sur « La vie quotidienne à Moscou » sont d’une authenticité nettement plus convaincante que celle du « grand » journaliste.

3« Mais, bien que je ne croie pas que le communisme puisse être réalisé immédiatement par la propagation du bolchevisme, je crois que si le bolchevisme tombe, il aura créé une légende, et constitué une tentative héroïque sans laquelle le succès final aurait été impossible. » (p. 28).

4« Le bolchevisme peut être défendu comme une discipline stricte permettant d’industrialiser rapidement une nation arriérée, mais comme expérience menant au communisme, il a échoué. » (p. 120). Il trace également un autre parallèle avec le Directoire (pour le négatif) et le régime de Cromwell (pour le positif), ainsi qu’avec La République de Platon.

5« De même qu’Ali tomba devant les politiciens qui ne rallièrent le Prophète qu’après son succès, de même les communistes primitifs peuvent tomber devant ceux qui rejoignent actuellement les rangs des bolcheviques. » (p. 83).

6On regrettera profondément que les éditions du Croquant aient fait appel, comme préfacier, à Jean Bricmont, bien connu pour soutenir ce qu’il appelle la « liberté d’expression » de l’antisémite Dieudonné ou du négationniste Faurisson et qui salue le courage des dits-négationnistes, car en osant dénoncer l’histoire du génocide des populations juives européennes pendant la Seconde Guerre mondiale, ils feraient preuve d’esprit critique …

Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd (The Bolsheviks come to Power : the Revolution of 1917 in Petrograd), Paris, La Fabrique, 2016 (édition originale en 1976), 536 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est seulement quarante ans après sa publication originelle en langue anglaise que l’étude fouillée d’Alexander Rabinowitch (né en 1934) est enfin traduite en français. C’est d’ailleurs le premier de ses ouvrages qui bénéficie d’un tel traitement, lui qui avait débuté ses recherches à la fin des années 1960 par les événements de début juillet 1917 (Prelude to Revolution : The Petrograd Bolsheviks and the July 1917 Uprising), avant de les poursuivre dernièrement dans The Bolsheviks in Power : The First Year of Soviet Rule in Petrograd (2007). Le fait qu’il appartienne à l’école dite révisionniste – tout comme Stephen Cohen, Edward Hallet Carr ou Moshe Lewin, c’est-à-dire des historiens soucieux d’offrir une vision de la Russie soviétique plus nuancée et plus complexe que l’école dite totalitaire – n’a pas facilité son accession au lectorat, cette dernière école ayant eu tendance à dominer le champ des traductions en France à compter des années 1980.

Au-delà d’un récit très vivant et extrêmement détaillé, de juillet 1917 jusqu’à la victoire bolchevique, sa thèse est que le parti bolchevique était animée d’une profonde vitalité démocratique, et que son essor s’est accompagné d’une authentique radicalisation populaire ; c’est là ce qui lui a assuré la victoire, avec le rôle fondamental joué par Lénine. De la préface inédite qu’il a livrée pour cette édition française, on retiendra son travail réalisé à l’époque sur des sources forcément limitées, mais relativement larges grâce au séjour qu’il fit en URSS dans le cadre d’échanges universitaires, et le fait que ce même ouvrage fut traduit en russe dès 1989… Les progrès quantitatifs des effectifs du Parti, à partir de la révolution victorieuse de février, amenèrent en effet dans ses rangs de nombreux militants plus radicaux que la direction, moins familiers du marxisme, concentrés en particulier dans l’Organisation militaire et le Comité de Pétrograd. Ce sont ces deux collectifs qui misaient sur le succès des manifestations du 4 juillet afin de pousser les soviets à s’emparer du pouvoir gouvernemental, contrairement à un Comité central réticent. Mais le Soviet opta finalement pour une coalition entre socialistes et libéraux, orchestrant d’ailleurs la répression contre les bolcheviques, aidé par une presse développant, avec souvent beaucoup de fantaisie, la théorie du complot (allemand, en l’occurrence). C’est cette théorie qui domine également les esprits lors de l’épisode peu connu raconté avec éloquence par Alexander Rabinowitch, celui de l’enterrement des cosaques morts pendant le soulèvement de début juillet, au milieu du mois. Toutefois, le chercheur insiste sur le caractère finalement limité de cette répression, le gouvernement disposant de faibles moyens d’action et se trouvant en outre dans une période transitoire et instable.

Face au réveil des forces contre-révolutionnaires, les soviets de base à Petrograd souhaitent d’ailleurs inclure les bolcheviques dans la défense de la révolution. La direction du Parti est pour sa part divisée entre ceux, comme Lénine, qui estiment la contre-révolution durable, et les autres, dont la majorité des membres du Comité central, qui relativisent sa portée. Le VIe Congrès du Parti aboutit d’ailleurs à un compromis : l’objectif d’une prise de pouvoir, défendu par Lénine, est adopté, mais demeure vague, tandis que l’abandon du mot d’ordre « Tout le pouvoir aux soviets » s’accompagne d’un travail militant maintenu en leur sein. L’essor bolchevique reprend alors, se traduisant par des manifestations massives à Moscou lors de l’ouverture de la Conférence d’État (à la mi-août) et un succès lors des élections pour la douma de Petrograd. C’est dans ce contexte que Kornilov, dont le seul titre de gloire avant 1917 était de s’être enfui d’Autriche, devient le noyau autour duquel se rassemblent les partisans d’une dictature militaire de droite. Nommé commandant en chef de l’armée par Kerenski, il défend des exigences à la fois militaires et civiles, ce qui tend ses relations avec le chef du gouvernement. Une mauvaise communication, digne d’un vaudeville, aboutit finalement à la rupture entre les deux hommes. Les bolcheviques, sans Lénine toujours dans la clandestinité, s’intègrent alors au Comité de lutte contre la contre-révolution mis en place par le Soviet, aux côtés des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques. Mais là encore, il semble bien que certains membres de l’Organisation militaire aient poussé à un soulèvement, d’autant que la mobilisation à la base fut massive, multipliant les gardes rouges et armant de manière générale les ouvriers.

C’est à la suite de la mise en échec de Kornilov, justement, que cette base combattante réclame un gouvernement socialiste, des soviets, mais sans représentants de la bourgeoisie. Ce premier moment crucial dans l’évolution de la révolution ne fut pas saisi par les SR et les mencheviques, ce qui aurait pu, selon Alexander Rabinowitch, éviter une prise du pouvoir ultérieure par les seuls bolcheviques. Mais la réunion de la Conférence d’État, à la mi-septembre, ne franchit pas ce pas, de par le soutien à un gouvernement de coalition manifesté par les soviets paysans, les zemstvos ou les coopératives. Lénine, de son côté, d’abord partisan d’un gouvernement socialiste large, constate cette division entre base et directions politiques, et revient à la nécessité de prendre le pouvoir. Le Comité central est réticent à ce nouveau changement d’orientation, et parmi les discussions ayant lieu, deux membres du Comité de Pétrograd, Volodarski et Lachevitch, mettent en garde contre la situation de déliquescence économique que le nouveau pouvoir devrait affronter, à l’aide de mesures fortes… Finalement, le 10 octobre, le Comité central adopte une résolution sur l’insurrection, Lénine ayant joué un rôle décisif dans ce tournant. Le congrès des soviets de la région nord fut initialement envisagé comme point de départ de cette prise du pouvoir, mais le manque de préparation technique, le soutien contrasté de la population et l’importance des divisions internes au Parti conduisent à abandonner ce projet.

Le basculement décisif intervint lorsque le gouvernement envisagea d’envoyer la garnison de Petrograd sur le front : c’est ce qui motiva la création du Comité militaire révolutionnaire, appelé à jouer un rôle crucial dans les journées d’octobre, se substituant peu à peu à l’autorité gouvernementale sur le plan militaire. La dernière tentative pouvant éventuellement déboucher sur un gouvernement d’union socialiste eut lieu le 24 octobre, lorsque la gauche du pré-parlement refusa les mesures sociales proposées par les bolcheviques et apporta son soutien à un Kerenski pourtant de plus en plus isolé. Car par la suite, lors de la réunion du IIe Congrès des soviets, Alexander Rabinowitch estime que le départ des SR et des mencheviques saborda définitivement les efforts unitaires déployés par les mencheviques internationalistes, les SR de gauche et les bolcheviques modérés. Il se place ainsi en opposition aux partisans d’un Lénine et de ses bolcheviques, machiavéliques et désireux unanimement de monopoliser le pouvoir. Cette édition française d’une étude passionnante est complétée par une bibliographie problématique : il s’agit en fait de la simple transposition de la bibliographie anglo-saxonne de 1976, sans que les éditions françaises de certains des ouvrages citées ne soient mentionnées. Un manque dommageable.

 

Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, collection « Pluriel », 2013 (1998 pour l’édition originale), 686 pages, 12 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration de Christian Beuvain)

A la fin des années 1990, dans la continuité de la disparition de l’URSS, Hélène Carrère d’Encausse, qui avait déjà livré en 1979 un Lénine. La révolution et le pouvoir, souhaite proposer un tableau définitif du personnage de Lénine, dissipant tous restes de la légende soviétique d’antan.

Son propos est classiquement chronologique, débutant par un point sur les origines de Vladimir Oulianov, diverses sur le plan des nationalités et des confessions religieuses. Au-delà de l’évocation de ses conditions de déportation, occasion d’insister sur la douceur relative des autorités tsaristes comparativement à ce que la Russie soviétique allait pratiquer, ce qui ressort du portrait brossé par Hélène Carrère d’Encausse, c’est une généalogie spécifiquement russe, plutôt que principalement occidentale. Selon l’auteure, les lectures de Nikolaï Tchernychevski, populiste, « guide de la jeune génération radicale1 » dans les années 1860 (auteur en 1863 du roman Que Faire ? dont Lénine reprendra le titre pour son célèbre essai en 1902) et de Petr Tkatchev (théoricien de la prise de pouvoir par une minorité révolutionnaire organisée en parti centralisé) ont eu un rôle déterminant, pour un Lénine cynique, défendant l’intelligentsia davantage que les ouvriers. C’est pourtant oublier (car son ignorance semble bien peu probable de la part d’une universitaire aussi avertie qu’Hélène Carrère d’Encausse) que si Petr Tkatchev met toute sa confiance dans l’ « instinct et la tradition communiste » du paysan russe – comme il l’affirme dans une lettre à Friedrich Engels en 1874 – Nikolaï Tchernychevski, au contraire, ne croit pas en cette capacité régénératrice de l’obchtichna (communauté) paysanne, et en cela il se rapproche du socialisme européen2. Au sein du mouvement révolutionnaire russe, les influences européennes(occidentales) et proprement russes n’ont cessé de s’interpénétrer, ce qui rend leur opposition factice et peu opératoire pour comprendre les enjeux.

Pour consolider cette analyse peu amène, Hélène Carrère d’Encausse a tendance à survaloriser le poids de Que Faire ? dans la pensée léninienne. A ses yeux, le rôle d’avant-garde du parti énoncé au début du siècle allait être la colonne vertébrale de la stratégie de Lénine. Ce dernier, sans scrupules, à l’autoritarisme forcené, convaincu d’avoir en permanence raison, défendrait donc d’emblée un projet dit totalitaire. L’auteure pense également, et c’est là une position parfaitement cohérente avec les analyses précédentes, que la Russie n’était pas mûre pour le socialisme, et qu’il aurait mieux valu une transition longue pour rejoindre la modernité à l’européenne, ce qu’aurait déjà commencé à faire le tsarisme de Nicolas II, et qu’aurait pu mener un gouvernement provisoire socialiste modéré. Si la dimension philosophique de Lénine n’est absolument pas abordée (rien sur Matérialisme et empiriocriticisme ou sur sa relecture d’Hegel au début de la Première Guerre mondiale), son appréhension de la question nationale est au contraire largement traitée ; on sait qu’il s’agit là d’un des thèmes longuement abordé par Hélène Carrère d’Encausse, auteure entre autres de Le Grand défi : bolcheviks et nations, 1917-1930 (Paris, Flammarion, 1987). Elle attribue d’ailleurs à la stratégie d’autodétermination nationale de Lénine un rôle clef dans sa victoire révolutionnaire, à égalité avec l’instrument du parti d’avant-garde. Cette survalorisation de la question nationale (du rôle des nations et des peuples dominés) dans le léninisme/bolchévisme, qui paradoxalement est aussi mis en avant par des courants historiographiques différents de celui de l’auteure3, mériterait de plus amples développements.

Car s’il y a bien un leitmotiv chez le Lénine de Carrère d’Encausse, c’est sa soif de pouvoir, un pouvoir qu’il revendique pour son parti, et lui seul. Dans cette grille de lecture, L’État et la révolution ne joue qu’un rôle de légitimation, à l’ombre tutélaire des grandes figures du marxisme, simple élément opportuniste d’une stratégie de prise du pouvoir… Face au cynisme et au caractère présenté comme minoritaire de la victoire bolchevique, la légitimité démocratique réside pour l’auteure dans la Constituante, censée représenter la majorité de la population de l’empire. Cette approche, qui verse souvent dans l’excès interprétatif (comment sérieusement qualifier d’entrisme, même avec des guillemets, la présence croissante des militants bolcheviques dans les soviets ou les comités d’usines ?), et néglige la vie personnelle de Lénine durant la guerre civile au profit d’un tableau plus général, débouche sur un récit de cette guerre civile où la terreur émane directement et exclusivement d’en haut, de l’initiative des bolcheviques et tout particulièrement de Lénine, à rebours des analyses de Marc Ferro, bien connues, sur la violence d’en bas.

C’est elle, cette violence étatique, qui cimente pour les décennies à venir le pouvoir bolchevique : « Grâce à cet instrument [la Tcheka] qui sécrète et impose sa propre légalité, le pouvoir conquis ce mois-là sur un gouvernement provisoire exsangue se sera maintenu jusqu’à la fin des années 1980, c’est-à-dire durant trois quarts de siècle, contre une société de plus en plus rétive. » (p. 434-435).

Hélène Carrère d’Encausse cherche à éviter la caricature en opposant un Lénine privé capable d’humanité et d’empathie, à un Lénine public utopiste, indifférent au sort des masses ; elle a surtout le mérite d’en faire un révolutionnaire dont l’internationalisme est chevillé au corps, y compris après le traité de Brest-Litovsk, et un homme d’État souhaitant faire de la NEP une pause durable. Mais ce faisant, elle ne peut effacer la filiation dont elle revendique d’ailleurs explicitement l’héritage en citant les travaux de Richard Pipes et Dmitri Volkogonov, largement mis à contribution : celle de l’école dite totalitaire.

1Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, Gollion (Suisse), Infolio éditions, 2011, p. 84.

2Pour ces questions, lire Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, op. cit.

3Nous pensons ici, par exemple, à un ouvrage à paraître chez Syllepse (septembre 2017) de Matthieu Renault, La révolution et l’Orient.

Léon Chestov, Qu’est-ce que le bolchevisme ?, Paris, Le Bruit du temps, 2015 (1920 pour l’édition originale), avant-propos de Ramona Fotiade, postface de Jean-Louis Panné, 184 pages, 7 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

A l’approche de ce centenaire des révolutions russes, les rééditions avaient commencé à se multiplier, tout particulièrement celles de témoignages ou d’écrits rédigés à chaud, visant à caractériser et/ou à évaluer le bolchevisme et les changements qu’il a pu impulser en Russie. Citons entre autres la brève brochure d’Anté Ciliga, l’analyse de Bertrand Russell1 ou celle de Léon Chestov (1866-1938), philosophe et écrivain russe d’origine juive. Le recueil dont il est question ici compile en réalité trois textes différents : le principal, qui a donné son nom au livre, fut publié au Mercure de France, en septembre 1920, année de son départ définitif de l’ancien empire russe. Les deux autres articles datent pour l’un de 1918 (publié dans un journal socialiste-révolutionnaire de Moscou), pour l’autre de 1934 (publié dans une revue de théologie The Aryan Path).

Qu’est-ce que le bolchevisme ? se veut essai de compréhension visant à l’impartialité. L’axe directeur de l’analyse de Léon Chestov, c’est de considérer le bolchevisme comme intrinsèquement réactionnaire, un courant profondément russe dans sa nature, incarnation d’un « despotisme ignorant » (p. 40) qui renoue avec celui du début du XIXe siècle en la personne d’un Nicolas Ier. Pour justifier ce jugement, Léon Chestov s’appuie sur la violence, le pillage et la destruction, le servage dans lequel la population se retrouve plongée, et l’ivresse du verbe, sensible dans un effort législatif aussi démesuré que vain, autant de marqueurs, selon lui, des bolcheviques au pouvoir. A l’inverse, la révolution authentique et progressiste, c’est celle de février. Léon Chestov ne tarit pas d’éloges, en effet, sur le gouvernement provisoire, qui aurait favorisé implicitement, à ses yeux, un véritable idéal anarchiste, créateur d’« hommes de vérité » (p. 46) et défenseur de la valeur cardinale à ses yeux, la liberté (d’expression en particulier). Il y oppose l’action des soviets, coupables finalement de tous les maux2 en lien avec le bolchevisme, n’attirant que les médiocres (sic), la fin de la « vraie » révolution datant logiquement d’octobre 1917. C’est là une vision profondément sombre du réel, qui semble teintée d’une relative misanthropie et d’une forme de condescendance intellectuelle. Une approche pour le moins manichéenne, également, d’où émergent malgré tout des éléments justes, ainsi du développement d’une bureaucratie pléthorique, mal russe endémique selon lui.

L’article de 1918, « Les oiseaux de feu », est une critique plus large du romantisme idéaliste qu’il voit comme particulièrement marqué en Russie, que ce soit chez les impérialistes, les monarchistes ou les socialistes ; l’accusation de déconnexion du réel est donc déjà sensible, deux ans avant Qu’est-ce le bolchevisme ? Quant au dernier texte, « Les menaces des barbares d’aujourd’hui », c’est un constat de la prédominance, depuis 1914, de la force sur la liberté au sein de l’humanité agissante, élément qui unit, aux yeux de Léon Chestov, les bolcheviques et les nazis, tous deux adeptes de ce qu’Enzo Traverso nomme le « modernisme réactionnaire »3. La liberté et l’indépendance d’esprit, l’auteur les voit au contraire portées par la religion (chrétienne en l’occurrence), jugement subjectif s’il en est. La postface de Jean-Louis Panné, auteur dont l’anti-bolchevisme n’est un secret pour personne, souligne logiquement les mérites de l’analyse déployée par Léon Chestov. Elle est surtout précieuse par son évocation relativement détaillée des autres analyses contemporaines de la Russie bolchevique.

1Bertrand Russell, Pratique et théorie du bolchevisme, Bellecombes-en-Bauges, éditions du Croquant, 2014 (1920 pour l’édition originale), chroniqué sur ce blog dans ce second focus sur le centenaire. La brochure d’Anté Ciliga, L’insurrection de Cronstadt et la destinée de la révolution russe, Paris, Allia, 2015 (1938 pour l’édition originale) le sera prochaînement.

2« Derrière son dos [celui du gouvernement provisoire], gouvernaient les Soviets qui, tout en ne faisant rien de positif, se faisaient les instruments de destruction du pays, destruction poussée au maximum. » (p. 63-64).

3Voir la critique de son livre La Violence nazie, une généalogie européenne dans la revue électronique de Dissidences : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1471

Nils Andersson, Mémoire éclatée, de la décolonisation au déclin de l’Occident, préface de Gérard Chaliand, Lausanne, éditions d’en bas, 2016, 544 pages, 25 €.

 

Un billet de Julien Hage

Lausanne, Paris, Alger, Tirana, Uppsala, puis de nouveau Paris : l’internationalisme n’a pas été un vain mot pour Nils Andersson : avec ce livre, relatant son parcours, il ne restera pas lettre morte. Un an après l’autobiographie de Samir Amin, parue aux Indes savantes1, et bien après les mémoires d’un Gérard Chaliand dont on annonce le deuxième tome2, voilà un autre membre de la génération des intellectuels et militants de la décolonisation, un des principaux « éditeurs protagonistes » de la guerre d’Algérie en Europe aux côtés de Giangiacomo Feltrinelli ou de François Maspero3, qui nous livre un regard rétrospectif sur son parcours, dont on connaissait déjà en partie le chapitre éditorial4. Le livre est publié à l’occasion des 40 ans des éditions d’en bas, maison d’édition progressiste de Lausanne au travail patient et rigoureux. Il faut dire que le métier des livres a constitué le fil rouge de la vie de Nils Andersson, une vie engagée pour l’indépendance du Tiers-monde, l’Algérie d’abord, puis aux côtés de ce qu’il nomme « Liliput », l’Albanie d’Enver Hoxha. Un combat qu’il poursuit aujourd’hui au sein d’ATTAC, en tant que spécialiste des questions de justice internationale et des guerres soit disant « justes », et comme membre du réseau Sortir du Colonialisme.

Le livre restitue les axes d’une vie en cohérence, et ses réalisations politiques et intellectuelles: un rôle éditorial de contre-information et d’intervention culturelle, la construction d’un savoir critique collectif et militant, non circonscrit au privilège et à l’usage académique, et aussi, de la guerre d’Algérie jusqu’à aujourd’hui, le recours à une critique du droit, trop négligée par la gauche selon l’auteur, afin de contrer le néo-colonialisme dans l’inflation des nouvelles croisades. Mémoire éclatée constitue ainsi à la fois le récit situé d’un parcours et une analyse de la décolonisation comme mouvement majeur du XXe siècle – on y retrouve les grandes figures comme les plus obscures de la révolution algérienne et de la cause anti-impérialiste, à la fois politiques et littéraires. Il nous livre aussi une réflexion rigoureuse et toute personnelle sur le sens des engagements du passé, et sur la place de l’Europe et des métropoles impérialistes aujourd’hui déchues, à l’heure de la mondialisation, alors que le néo-colonialisme pousse plus que jamais ses feux sur la planète, et que l’anticolonialisme n’a rien perdu de sa raison d’être. Ce livre nous appelle donc à questionner la place du Tiers monde et de l’anti impérialisme au sein des gauches européennes.

L’on connaît la célèbre formule de Frantz Fanon selon laquelle il serait absolument incompatible pour un homme debout d’écrire ses mémoires et sa célèbre injonction : « ô mon corps, fais de moi toujours une âme qui interroge ». Aux côtés des acteurs de l’époque, des témoins et des historiens, par de multiples contributions dans des publications militantes et académiques, et ce livre en porte témoignage, Nils Andersson n’aura cessé depuis son retour à Paris dans les années 2000 de réfléchir aux événements et aux conséquences de la décolonisation. L’on retrouve les différentes facettes d’un engagement qui, comme pour les autres éditeurs protagonistes – Maspero membre des réseaux d’évasion des « porteurs de valises », Feltrinelli disparu en 1972 dans un attentat de témoignage sur un pylône électrique desservant Milan –, ne s’est jamais restreint à un rôle strictement éditorial et intellectuel. Il s’est construit dans la durée, de sympathisant à « compagnon de route », puis en membre des organisations de jeunesse puis des partis de l’époque, mais aussi en partisan des nouvelles organisations internationalistes issues du Tiers-monde.

Transparaît avec force dans ces pages une éthique personnelle de la conviction, rétive aux murs et aux frontières, déjà perceptible dans son souci de désenclaver culturellement la Suisse de l’après-guerre et consciente des replis nationalistes. Ouvrier décorateur comme son père, immigré suédois en Suisse, rien ne prédestinait Nils Andersson à suivre la voie de l’édition, au-delà de ses premières tentatives. Ses choix, sa volonté de ne pas transiger avec la raison d’État, le menacent ainsi bientôt lui, l’internationaliste en devenir, d’être justement apatride : les Suisses lui refusent tout accès à la nationalité après son voyage de jeunesse à Bucarest ; la Suède, dont il ignore presque tout, le contraint en 1955 de faire un service militaire d’un an, sous peine de… déchéance de nationalité. Cette éthique de la conviction est aussi à l’œuvre dans les choix du passé comme dans la facture de son récit : dans son refus de devenir « pied-rouge » et de prétendre s’accaparer une révolution algérienne qui selon lui appartient aux Algériens, comme dans sa réticence, au fil de son récit, à s’écarter des faits que lui-même a vécus personnellement, ce qui l’autorise à relater, à documenter et à analyser ces éléments au prisme d’une vie, des archives et des documents qu’il lui reste.

Andersson nous rappelle aussi combien lui et ses collaborateurs ont toujours donné au métier des livres le sens et les pratiques d’une émancipation radicale, d’où des relations parfois conflictuelles avec la profession, dans un complet désintérêt personnel pour la « carrière ». Mais l’histoire présente pourtant aussi toujours d’heureuses et inattendues surprises, où se manifeste la vocation militante des métiers du livre d’hier comme l’irréductible humanité de certains de ses membres. Peu d’imprimeurs en Suisse refusent lorsqu’il se présente à eux pour publier des livres ou des documents susceptibles d’être poursuivis et interdits, et l’on trouve à ce propos une histoire tout à fait extraordinaire (p. 156-158). Après la saisie des exemplaires du Moudjahid, l’organe du FLN, qu’il avait fait publier sur les imprimeries du Pré Saint Jérôme avant de le faire parvenir clandestinement en France, une saisie qui vaudra au convoyeur suisse Jean Mayerat un an de prison, l’imprimerie, proche du Parti du travail vaudois, est identifiée et poursuivie publiquement – alors que la Guerre froide, encore toute proche, lui avait déjà valu mille persécutions. Les dirigeants de ce parti, dans l’ignorance de l’initiative personnelle de l’imprimeur Maurice Lehman, s’inquiètent d’une provocation organisée par la police. Une fois avertis, leurs responsables demandent alors à Nils Andersson de ne plus proposer d’ouvrages sensibles à ce dernier car « il ne pourra pas te le refuser », considérant « la liberté d’expression comme la plus belle valeur de son métier ». Plus loin aussi, lorsqu’on lui conseille de s’adresser en Italie à Del Duca et à ses imprimeries – bien loin d’être « politiques » ! –, au nom des « anciennes amitiés résistantes », pour publier les premières publications prochinoises en Europe, là où la rupture entre l’URSS et la Chine a banni des systèmes de distribution communistes tous les livres concernant cette dernière.

Itinéraire bien plus méconnu donc que les parcours des soixante-huitards qui lui ont succédé, le livre revient sur la genèse d’un internationalisme anti-colonial au mitan des années 1950. Il souligne la place et l’attitude de la Suisse dans le concert international depuis la Première Guerre mondiale, d’où il découle une relative mansuétude pour la décolonisation conçue par les autorités comme allant « dans le sens de l’histoire » et – selon Andersson – un anticommunisme qui confine à l’obsessionnel hérité du passé : plus jamais de refuge ou de tribune internationale pour des Bolcheviks après 1917, fussent-ils maoïstes cette fois ! La décolonisation entre pour l’auteur en conscience avec la lecture de France-Observateur lors de la guerre d’Indochine, avant qu’Henri Rusconi, de Jeunesse libre, l’organisation de jeunesse du Parti ouvrier populaire vaudois, ne le convie au Festival international de la jeunesse organisé à Budapest en 1953, en pleine guerre de Corée, où il fait ses premières rencontres avec des combattants vietminh. C’est aussi le premier fichage politique à vingt ans par la police fédérale, qui lui ferme désormais toute possibilité de naturalisation et dont la sollicitude ne le lâchera plus désormais. En 1956, c’est en « compagnon de route » conscient et non plus en « touriste », qu’il dirige la délégation suisse à L’Eté de l’amitié, voyage sur le Rhin qui réunit des délégations de jeunesse des pays frontaliers, avant d’être en charge de la partie culturelle de la délégation pour l’édition suivante organisée à Moscou, avant dix ans plus tard, de s’installer en Albanie.

Lors de la première partie consacrée à sa jeunesse lausannoise, l’on constate combien l’édition et la littérature suisse, pourtant si liées à une France très écrasante en la matière, nous sont encore bien trop méconnues. L’on voit Nils Andersson participer avec Jacques Chessex, futur prix Goncourt pour L’Ogre en 1973, et quelques autres au lancement d’une revue de poésie Pays du lac, en 1953, après la disparition de la célèbre revue Rencontre, et y conçoit la livraison en hommage à Edmond-Henri Cristinel. Autour du café Le Barbare, premières rencontres et premières discussions le lient aux avant-gardes vaudoises, alors plus ouvertes aux sirènes internationales que Genève. Lui et ses amis lancent bientôt un éphémère journal à vocation mensuelle, Clartés, destiné à aborder les questions culturelles comme les enjeux politiques, à la fois nationaux et internationaux. Clartés lance ainsi des ponts vers Paris, notamment avec le poète oulipien Jean Lescure, et s’ouvre au théâtre sous l’influence de la revue Théâtre populaire, avec laquelle Pierre Canova et Nils Andersson créent une association vaudoise des Amis du théâtre populaire.

Alors que Pays du lac devient Domaine suisse, Andersson, à son retour de Suède, entreprend de diffuser les ouvrages de ces éditions peu distribuées jusque-là en Suisse comme L’Arche, Minuit, Jean-Jacques Pauvert, sur une idée de Canova qui travaillait alors à la grande et importante librairie Payot de Genève – Feltrinelli prendra exemple sur elle pour fonder le premier réseau de librairies modernes en Italie. Au printemps 1957, les éditeurs français accèdent à la demande de ces novices passionnés, à leur grande surprise. La Cité diffuseur est créée le 2 mai, et bientôt Le Terrain Vague d’Eric Losfled, Les Éditeurs français réunis et les Éditions sociales du Parti communiste, puis Maspero se joignent à eux, comme les éditions d’art Galanis, tandis que José Corti et Guy Lévis Mano refusent – au grand regret d’Andersson. La Cité diffuseur se retrouve ainsi d’emblée à la tête d’un catalogue éditorial moderne en langue française, un catalogue en plein développement, à la fois en littérature, en sciences humaines et en documents en tous genres, que les années 1960 vont consacrer d’une manière extraordinaire.

La période suivante de la guerre d’Algérie est évidemment la plus connue, et celle qui sans doute attirera le plus l’intérêt des lecteurs français, pour son approche des résistances françaises à cette guerre, des réseaux de solidarité et du front éditorial auxquels l’auteur a participé et qu’il n’a cessé de documenter et d’analyser au fil des années, notamment autour des dénonciations des méthodes de la contre-guérilla (au premier rang desquelles la torture) et de la défense du droit à l’insoumission. Il restitue les clivages au fil du temps dans la « gauche respectueuse » entre « paix en Algérie » et « indépendance », mais aussi vis-à-vis de l’insoumission, un Jean-Jacques Servan-Schreiber promettant à ceux qui la défendent un sort pire que les putschistes de l’Algérie française…. Nils Andersson s’engage définitivement dans l’édition avec la réédition en Suisse de La Question d’Henri Alleg censuré en France, publié aux éditions de Minuit. La Cité éditeur est dans l’urgence et la nécessité, avec un emprunt filial aux économies de sa mère. La maison rejoint alors le front éditorial formé par Minuit, Maspero, Pierre-Jean Oswald, ou encore Robert Morel, qui luttent contre la poursuite de la guerre, relayant le travail de la presse et des grands hebdomadaires frappés par la censure, et relayés par les périodiques semi-clandestins Témoignages et documents et Vérité-liberté, rejoints par les organes des porteurs de valise Vérité pour et des insoumis et déserteurs Jeune Résistance. Dans un contexte où les médias audiovisuels sont un monopole d’État, l’édition devient alors médiatique, avec des livres réactifs sur les événements, des essais et des documents incisifs, tandis qu’un numéro de revue ou d’hebdomadaire, nous rappelle Nils Andersson, est mort une fois saisi : comment en effet le distribuer largement deux ans après sa sortie ?

Son avant-propos de l’époque à la réédition de La Question vaut d’être cité : « À ce jour, aucune poursuite n’ayant été engagée, la véracité des faits est donc implicitement reconnue. La seule raison de saisir, c’est de refuser aux Français le droit de savoir « ce qui se fait en leur nom ». La démoralisation de l’armée, c’est empêcher certains hommes d’assouvir leur haine des hommes dans la tranquillité. Cette édition n’a pas pour but de calomnier un pays que nous savons aimer, mais la cruauté et la sauvagerie de ce document sont telles qu’il est impossible de se taire et c’est notre solidarité avec tous les Français qui se refusent à cette dégradation que nous refusons ».

Il organise bientôt de Lausanne la diffusion clandestine des livres interdits, comme lors de la Résistance, au soutien des réseaux de porteurs de valises et de déserteurs de l’armée française réfugiés en Suisse. Arrêté à Lyon « dans l’exercice de son métier », en compagnie du prêtre Robert Davezies, compagnon de route du FLN qui s’apprêtait à lui confier son nouveau manuscrit, il est expulsé et interdit de séjour en France en 1961. S’ensuivent de nombreux livres contre la guerre d’Algérie, ceux de Minuit, interdits, comme La Gangrène – dont les piles attendront les Français de passage aux kiosques des gares suisses, à la grande surprise de l’éditeur –, ceux du Front de Libération nationale algérien, avec La Pacification, de Hafid Keramane5, qui servira tristement d’écrin aux bombes des attentats « omo »6 des services secrets français du SDECE envoyés aux anticolonialistes européens, causant la mort de Georges Laperche, un professeur de Liège. Bientôt d’autres ouvrages suivent, documentant la cause du Tiers-monde, de l’Algérie à la Chine, en passant par l’Albanie, un Tiers-monde pour lequel il s’engage corps et âme, avec un travail éditorial qui lie les avant-gardes politiques et les avant-gardes littéraires, qui lui vaudra d’être expulsé de Suisse en 1967 malgré une grande campagne de mobilisation internationale, en laissant derrière lui et la maison, la diffusion et les locaux, repris par les éditions L’Âge d’homme7.

Durant la guerre d’Algérie, Nils Andersson découvre la controverse entre l’URSS et la Chine, lors de la Lettre en 25 points, notamment autour de la question de l’émancipation du Tiers-monde, un document qui demeure longtemps mal connu. Il en publie les aboutissants en Suisse et en France en s’adressant au consulat de Chine, afin de nourrir le débat sur la question de l’impérialisme – un choix qui l’engage, comme lors de la guerre d’Algérie. Nils Andersson décrit ainsi la naissance du mouvement prochinois « marxiste-léniniste » en Suisse, mais aussi en France et en Belgique, jusqu’à son expulsion. Après un bref passage à Bruxelles où il rencontre Jacques Grippa, Nils Andersson se dirige vers l’Albanie – un séjour prévu pour deux ans qui en durera finalement cinq, conclu par un départ pour ménager à ses deux jeunes enfants des études dans de bonnes conditions –, afin de travailler notamment à Radio Tirana pour traduire les émissions à destination de l’Occident, alors que sa femme y travaille comme enseignante. Il découvre alors un pays digne, pauvre et montagneux, libéré par lui-même et farouchement possédé par sa toute neuve indépendance. Il décrit tous les efforts d’un pays en quête de développement, isolé par sa rupture avec l’URSS. Nils Andersson relate le choix difficile à assumer d’un essor démographique jugé comme nécessaire à la sanctuarisation de son indépendance, mais qui accapare beaucoup de ressources et retarde justement le développement, là où le grand frère soviétique ne livre plus de céréales. Il insiste notamment sur tous les efforts réalisés pour faire reculer la féodalité, le patriarcat et la vendetta, sans oublier de mentionner les blocages, les malentendus face à un Occident stigmatisé et rêvé mais très méconnu, et la difficile transition des générations au sein des pays de l’Est. Ainsi l’épisode de la vache qui produit « neuf litres de lait par jour », qui fait la fierté des Albanais qui enjoignent avec force leurs collaborateurs étrangers, pourtant convaincus de la modestie de la performance au regard de l’Occident, à répercuter la nouvelle urbi et orbi, avant de se résoudre à s’en abstenir.

L’avant-dernière partie, consacrée à sa période suédoise – difficile de parler de « retour », puisqu’à l’exception d’une année de service militaire, Nils Andersson n’y avait jusque-là jamais résidé –, nous est encore moins familière que son préambule suisse. L’auteur y relate sa difficile adaptation à la Suède et la construction patiente et difficile de sa nouvelle activité, la distribution de livres français, qu’il va appeler « Le quartier Latin », et de fonder l’Alliance française d’Upsalla, tout en restant actif dans le mouvement marxiste-léniniste suédois et dans l’Association d’amitié Suède-Albanie. Il y relate ses retrouvailles avec Pierre Vidal-Naquet, de passage à l’université de Turku où il venait de prononcer sa célèbre conférence « Une fidélité têtue : la résistance française à la guerre d’Algérie », analyse depuis devenue classique8, où il développa pour la première fois sa célèbre typologie des engagements de la guerre d’Algérie – « dreyfusards », « tiers-mondistes » et « bolcheviks », catégorie dans laquelle il lui dit le placer, à la grande hilarité d’Andersson qui voyait dans son travail d’éditeur en responsabilité une vocation nécessairement « dreyfusarde » –, une typologie auquel ce dernier tient à ajouter aujourd’hui les « chrétiens », notamment pour la première partie de la guerre. Il rapporte sa rencontre là-bas avec Ismaïl Kadaré, qu’il avait connu en Albanie, alors désireux de démarcher pour obtenir le prix Nobel de littérature. Grande personnalité du régime albanais, Ismaïl Kadaré était bien loin encore de se présenter en « dissident » victime du régime après sa chute pour obtenir les faveurs et la reconnaissance de l’Occident, une hypocrisie que Nils Andersson dénoncera plus tard dans une lettre ouverte, à son arrivée à Paris, la retraite professionnelle venue.

Le livre refermé, l’on ne peut que méditer la radicalité comme l’intégrité de ces combattants de l’anti-impérialisme, dans la pluralité de leurs parcours : albanais pour Andersson, cubain pour Maspero, Debray ou Feltrinelli, algérien pour d’autres. L’auteur fait mentir l’adage selon lequel les mémoires d’éditeur, de celles de Maurice Nadeau à Françoise Verny, se révèlent presque immanquablement des déceptions. Il faut dire que si le livre a occupé la vie de Nils Andersson, son engagement a connu des modalités différentes au fil des situations dans lesquelles il l’a placé et au gré des contextes : ce n’est ni un récit héroïque, ni le témoignage d’un ancien combattant, ainsi qu’y insiste Gérard Chaliand en préface, même si son parcours pourrait relever à bon droit d’une sorte d’odyssée internationaliste. À la fois pudique et personnel, assumant une histoire aussi nécessairement « trouée »9 qu’une mémoire « éclatée », son récit répond à l’éthique de la conviction qui a pu guider sa vie. Il reprend le fil d’un engagement personnel et situé, exercé collectivement avec des compagnons de lutte –notamment ceux du Parti communiste des ouvriers de France –, de ses amis assassinés (Mohamed Boudia, dont il avait publié le théâtre militant), au service d’une lutte, mais sans non plus la tentation de s’abolir dans l’identification à une cause. Nul martyrologue ne s’y trouvera non plus : on ne lira pas dans ses mémoires le terme d’ « exil » – pour lui les conséquences d’un choix assumé de son refus de se soumettre au diktat des autorités suisses –, mais aussi nulle compromission : Nils Andersson refusa toujours de demander en personne à l’État suisse de lever son interdiction de territoire, conquis en 1986 grâce à Bertil Galland, ni même à l’État français – cette dernière n’étant qu’une mesure administrative et préfectorale, il vit désormais à Paris.

En même temps, il n’écarte rien de ses réflexions : les infiltrations policières, telles celles du maoïsme suisse, les trahisons, comme les accusations d’être un « agent » qui ont pu le viser personnellement au fil des ans, et toutes les questions qui restent en suspens pour lui, livrées aux brumes du passé et aux questionnements des historiens. Jamais aussi, il ne se donne le beau rôle : il souligne ainsi sa réévaluation de ses idées relatives à la temporalité du manifeste des 121, d’après les éléments avancés lors d’un colloque mené par Catherine Brun10 (p. 138). Il n’hésite pas non plus à reconnaître honnêtement que lors de la mobilisation menée pour lui contre son expulsion en Suisse en 1966 par Bertil Galland, journaliste et homme de lettres vaudois, alors de l’autre côté de la barricade, il n’aurait sans doute pas agi de la même manière à l’époque si ce dernier s’était trouvé dans la même situation. Il faut dire que l’ouverture des archives suisses, auxquelles il a eu accès à la suite d’un scandale retentissant, suivant la révélation du fichage systématique des personnalités politiques et médiatiques en vue, dans un contexte de « fin de l’histoire » (après 1989…), lui a réservé quelques surprises. Jacques Vergès, alors son compagnon de lutte, demandant à ses interrogateurs des services secrets suisses pourquoi ils n’expulsaient pas « aussi » Nils Andersson… L’une des grandes qualités du livre est aussi d’affronter sans détour la défaite de ces années-là, dans laquelle il voit d’abord celle du Tiers-monde, une défaite qu’il estime encore trop méconnue et trop mésestimée à ce jour, y compris pour ceux qui comme lui étaient étroitement engagés à ses côtés, alors qu’aujourd’hui l’Europe doit s’habituer à ne plus être le centre du monde.

Au fil des pages, le livre dégage des thèmes et des outils de réflexion à destination des combattants d’hier pour les combattants d’aujourd’hui, et à quiconque veut entrer dans la compréhension de ces parcours têtus dans les aléas de l’histoire. La première, c’est de mettre en valeur le formidable et rigoureux travail de documentation conçu par les opposants à la guerre d’Algérie qui désarma les juges, les censeurs et les partisans de l’Algérie française. Selon Nils Andersson, aucun conflit ou presque n’a été, pas même la guerre du Vietnam, aussi minutieusement et rigoureusement documenté durant son déroulement, bien avant l’arrivée des médias numériques. Les autorités se trouvèrent dans l’impossibilité d’organiser le moindre procès, tant les faits étaient dénoncés avec une précision infaillible. Ce qui donne tout leur prix à cette documentation, à sa conservation et à son exhumation aujourd’hui, ce qu’il désigne du terme d’« archives citoyennes »11 de la guerre d’Algérie. Ainsi qu’y insistait encore Hélène Cuenat dans ses mémoires : « Pour moi, Française métropolitaine, en 1957, la violence du colonialisme, la violence de guerre, c’est d’abord un « savoir » : c’est dans les livres et les journaux que j’ai compris la violence de la colonisation »12.

Et ce « savoir », dans sa construction et ses usages, s’il doit être la matière des historiens et des autres chercheurs, n’en doit pas être l’apanage, et doit encore contribuer à nourrir les débats contemporains sur la guerre, l’insoumission et le droit. Ainsi que l’affirme Nils Andersson : « On doit se demander pourquoi, lors d’une guerre coloniale qui fut la plus importante lutte de libération nationale du XXe siècle avec celle du peuple vietnamien, le tissu social des institutions, des partis, des médias, comme le tissu familial, n’ont pas apporté de réponse aux questionnements et à la désespérance d’une génération qui eut pour alternative la culpabilité dans la soumission ou l’illégalité de l’insoumission » (p. 192). S’il est bien évident que le livre n’exerce plus un rôle médiatique prédominant, comme alors, ce travail rigoureux de construction collective du savoir à des usages militants n’a rien perdu de sa raison d’être.

La seconde démarche mise en œuvre par Nils Andersson, ici restituée au fil des pages, est de constituer une mémoire vivante, partagée et réflexive des combats d’hier : pour lui, « l’absence de mémoires individuelles est l’un des principaux handicaps pour comprendre et tirer les leçons de l’impasse communiste au XXe siècle » (p. 324), alors qu’aujourd’hui selon lui la situation s’est renversée dans une forme d’inflation et de sacralisation des témoignages avec l’affrontement mémoriel. En collaboration avec les chercheurs, tel Tramor Quemeneur, et les associations (4ACG, Sortir du colonialisme, et tant d’autres…), il s’est agi notamment pour lui de sortir de l’ombre le destin et les parcours des militants de la guerre d’Algérie, dans le plus large spectre, en demeurant fidèle en quelque sorte à la formule de Francis Jeanson dans Notre Guerre dans sa si forte réponse, écrite en quelques semaines, à la « double trahison » de Maurice Duverger : « L’adversaire n’est pas tout mauvais, l’ami n’est pas tout bon, c’est sur cette réalité qu’il faut décider de sa ligne de conduite »13 – encore et toujours assumer et comprendre les choix qui engagent. Resté proche de nombreux combattants du FLN, sur lesquels il apprendra au fil des années à mettre un nom véritable sur les visages croisés en anonyme dans la clandestinité, tel Mohamed Méchati14, dernier fondateur de l’Organisation spéciale (OS) survivant, récemment disparu, Nils Andersson organisa une rencontre au Centre culturel algérien à Paris de tous les membres des porteurs de valises et des réseaux d’insoumis et de déserteurs encore en vie. Pour la plupart, exigences de clandestinité obligent, ils ne s’étaient ni revus ni reconnus depuis la fin du conflit. Rigueurs et nécessités d’une vie professionnelle et familiale et parfois destins souvent trop méconnus de parias, les avant-gardes de la guerre d’Algérie n’ont pas eu les feux de la rampe de la génération de Mai 68.

Par ailleurs, ayant nourri une grande admiration pour la détermination des militants historiques, notamment ceux du Komintern, qu’il a croisés dans son parcours, à l’heure pour lui de passer le témoin à son tour, il s’étonne parfois des figures demeurées encore trop méconnues dans leur rôle et leur cheminement, révolutionnaires d’hier qui demeurent des énigmes pour les militants d’aujourd’hui. Pour un « communiste orthodoxe », en effet, pas d’histoire en dehors du Parti et nulle place au panthéon des dictionnaires biographiques –malgré parfois des politiques de l’archive plus ou moins discrètes–, d’où des êtres en errance au gré des paradoxes des récits du passé, qui interpellent souvent les historiens. Ainsi d’Erno Gerö, considéré par Xavier Relecom, l’ancien secrétaire général du PC belge de l’entre-deux-guerres, avec lequel Andersson en discuta lors de son passage en Belgique, comme l’une des personnalités les plus brillantes de l’organisation qu’il ait pu y croiser, un Gerö qui fut l’artisan de la confrontation entre le POUM et les communistes lors de la guerre d’Espagne jusqu’à sa fin politique en 1956 comme secrétaire général du PC hongrois…

Oui, Nils Andersson est bien resté, pour reprendre le mot de Fanon, « un homme qui interroge ».

1Samir Amin, Mémoires, L’éveil du Sud, Paris, Les Indes savantes, 2015.

2Gérard Chaliand, La pointe du couteau, un apprentissage du monde, Paris, Points Seuil, réédition 2013.

3Julien Hage, La génération des éditeurs protagonistes de la décolonisation, radicalités, rigueurs et richesses de l’engagement éditorial, in Bibliodiversity, Alliance internationale des éditeurs indépendants, Accessible en ligne : http://www.alliance-editeurs.org/IMG/pdf/bd4_hage_144.pdf Consulté le 6 février 2017.

4François Vallotton (dir.), Livre et militantisme, La Cité éditeur (1958-1967), préface de François Maspero, Lausanne, éditions d’en bas, 2007.

5Réédité en 2014 aux éditions Les Petits Matins.

6Les attentats « homo » ou « omo », ce sont les assassinats d’individus par les services secrets français, qui visaient des anticolonialistes, des marchands d’armes… quelques pays ont d’ailleurs émis des protestations très vives à la suite de ces assassinats sur leur territoire (comme la Suisse). Le SDECE s’est dissimulé sous le nom de « la Main rouge » pour créer de la confusion.

7Eric Burnand et Frédéric Zimmermann, L’Expulsion, RTS, 2006. Documentaire accessible en ligne : https://www.rts.ch/archives/tv/information/3466612-nils-andersson.html

8Texte publié dans Pierre Vidal-Naquet, Face à la raison d’État, Paris, La Découverte, 1989.

9Catherine Coquio (dir.), L’histoire trouée, négation et témoignage, Nantes, L’Atalante, 2001.

10Catherine Brun, Genèse et postérité du manifeste des 121, Paris, L’Esprit frappeur, 2014.

11Nils Andersson, postface, in Tramor Quemeneur, Résister par les textes à la guerre d’Algérie, Paris, Les petits matins, 2013.

12Hélène Cuenat, La porte verte, préface de Francis Jeanson, Saint-Denis, Bouchène, 2001.

13Francis Jeanson, Notre Guerre, Paris, Minuit, 1960, réédition, Genève, Berg international, 2001.

14Mohamed Mechati, Militant de l’indépendance algérienne ; mémoires, 1921-2000, Paris, Tribord, 2012.

Raya Dunayevskaya, Marxisme et liberté, Paris, Syllepse, collection « Mille marxismes », 2016, 406 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans sa riche et stimulante préface, Frédéric Monferrand rappelle le parcours de Raya Dunayevskaya (1910-1987). Originaire d’Ukraine, émigrée en 1920, à l’âge de dix ans, aux États-Unis, elle fut la collaboratrice de Léon Trotsky au Mexique en 1937-1938, avant de fonder, en 1941, avec C. L. R. James, la Johnson-Forest Tendency, tendance du nouveau Workers Party, scission du Socialist Workers Party (SWP) trotskyste, auquel ils ré-adhèrent plus tard ; elle rompit avec James en 19551. À ce titre, elle fut en contact avec Socialisme ou Barbarie, en France ; groupe qui partageait sa critique de la bureaucratie soviétique, ainsi que l’accent mis sur l’autonomie du mouvement ouvrier.

Frédéric Monferrand évoque, à propos de Marxisme et liberté (publié pour la première fois en 19582), une œuvre foisonnante, à la tournure kaléidoscopique, où l’originalité du marxisme apparaît dans l’unité entre théorie et pratique (p. 11). Cette originalité ressort également dans l’appréhension du marxisme comme humanisme. Ainsi, l’auteure n’hésite pas à s’inscrire dans la perspective de « l’humanisme marxiste » (p. 45), d’un « humanisme nouveau » (p. 183, c’est l’auteure qui souligne). Selon Herbert Marcuse, dans sa préface (reproduite ici) à la première édition du livre, la mise en avant de cet humanisme dans la théorie de Marx permet de déterrer « les éléments anarchistes et libertaires de sa doctrine » (p. 27). Cela ne l’empêche pas de signaler, au passage, son désaccord avec l’auteure sur la position des classes laborieuses (p. 30).

Le livre est organisé en fonction d’aller-retours entre analyse historique et étude théorique. Il s’ouvre sur une partie historique, qui part de la Révolution française. Raya Dunayevskaya insiste sur le fait que la démocratie « fut découverte par les masses au fil de leur mode d’action », et que c’est l’« auto-activité qui est le vrai mode de connaissance de la classe ouvrière » (p. 54, c’est l’auteure qui souligne). Au fil des chapitres, cette auto-activité sert de clé de lecture générale et, plus précisément, de socle à partir duquel critiquer le retard de la théorie et des intellectuels sur la pratique. Elle évoque ainsi les intellectuels bourgeois dont la caractéristique dominante – même pour ceux qui entendaient s’allier avec la classe ouvrière – était de ne pas croire en l’initiative créatrice des masses (p. 74).

Au contraire, Marx aurait réinventé les contours et le rôle de la théorie pour combler ce retard, pour pouvoir réajuster les outils théoriques en rapport avec la créativité du mouvement ouvrier. Ainsi, elle souligne l’importance de la réorganisation des chapitres du Capital et de l’incorporation de la partie sur le développement des luttes autour de la journée de travail (p. 117 et suivantes). Et de conclure que « ce furent les luttes concrètes des travailleurs de son époque qui amenèrent Marx à rompre avec la notion bourgeoise de la théorie » (p. 193).

Anticipant l’opéraïsme (voir la préface de Frédéric Monferrand), l’auteure affirme que, « dès la naissance du capitalisme industriel, le travailleur fut en révolte, et depuis, il n’a pas cessé de l’être » (p. 71). Conscients que ce n’est pas seulement le produit du travail, mais aussi le mode de travail lui-même, qui est aliéné, les ouvriers subissent la surveillance du contremaître, dont la tâche « n’est pas d’expliquer à l’ouvrier comment il doit faire son travail. Son boulot consiste à le discipliner » (p. 135-136). C’est donc en fonction de cette révolte contre la double aliénation du travail, de cette indiscipline, qu’il convient d’appréhender le machinisme – production non pas comme rapport homme-machine, mais rapport entre les hommes, par l’intermédiaire de la machine (page 82) – et, surtout, la radicalité de l’analyse marxienne. « La question capitale réside dans le mode de production et non dans la forme de propriété » (p. 88, souligné par l’auteure).

L’analyse historique et théorique de Marxisme et liberté est interrompue par un « temps d’arrêt », qui permet à Raya Dunayevskaya d’offrir une critique particulièrement intéressante de la Deuxième Internationale ; critique centrée sur la question organisationnelle. « Dans la théorie comme dans la pratique, le mot clef était : l’organisation, l’organisation, l’organisation. (…) Cette foi aveugle dans la force de l’organisation qui était censée repousser « automatiquement » tout danger de guerre (…). « Non organisé » devint le terme méprisable parmi tous » (p. 190-192). Dès lors, l’aristocratie ouvrière fut dans le même temps le rempart et la ruine de la Deuxième Internationale, dont l’effondrement « ne mettait pas en cause uniquement une poignée de traîtres, mais toute la pensée, tout le mode de pensée antérieurs qui s’étaient affichés marxistes, c’est-à-dire tout le marxisme établi » (p. 209-210).

La cinquième partie consacrée à la révolution russe est également très intéressante, même si elle soulève des critiques, plus spécifiquement sur le rôle et la pensée de Lénine. L’auteure revient sur le débat sur les syndicats en URSS au tournant de 1920 (p. 237 et suivantes), affirmant que Lénine se serait montré « le plus réaliste de tous » (p. 238). Mais, plutôt que de réalisme, il s’agissait de divergences théoriques et d’options stratégiques concurrentes. De même, suivre la réflexion de Lénine par rapport aux soviets, jusqu’en octobre 1917, pour ne plus en faire mention après – sans compter la révolte de Cronstadt en 1921, expédié en quelques lignes – revient à occulter leur profonde mutation sous le contrôle du parti puis de l’État communistes, ainsi que le retournement « dialectique » de la stratégie léniniste à leur égard après la prise de pouvoir. Par ailleurs, l’auteure tend à idéaliser la critique de la bureaucratie par Lénine. Celle-ci manquait en réalité de profondeur analytique et était dépourvue de toute solution effective, sinon d’en appeler au volontarisme des dirigeants du parti3

Enfin, il est faux de prétendre que Lénine défendit jusqu’au bout – de ses conséquences et de sa vie – l’idée que « dans les situations révolutionnaires, les masses devancent le parti et la base du parti devance la direction du parti » (p. 244). C’est passer à côté de la dialectique contradictoire dont l’autre pôle était la volonté du dirigeant communiste d’assurer la survie du régime soviétique ; de tenir coûte que coûte4. En conséquence, la critique du parti opérée par les masses tendait à être disqualifiée et combattue comme expression du reflux révolutionnaire, voire instrumentalisation plus ou moins consciente du mécontentement populaire pour renverser le nouveau pouvoir. Et la NEP (Nouvelle Économie Politique), introduite en 1921, consacre, dans le même temps, une relative libéralisation économique et un raidissement de ce qu’il restait encore de démocratie au sein et en-dehors du parti.

Les pages consacrées aux émeutes de Berlin Est, en juin 1953, puis au soulèvement de Budapest, en 1956, ainsi que la mise en place de l’automation aux États-Unis dans les années 1950 – et l’opposition qu’elle rencontre auprès des travailleurs, mettant en question « non seulement le fruit du travail, à savoir le salaire, mais aussi le type de travail lui-même » (p. 321, souligné par l’auteure) –, le début du mouvement des droits civiques porté par la population noire entendent démontrer leurs affinités dans la cristallisation de la révolte et de l’affirmation conséquente qu’il demeure possible de renverser le capitalisme. Malheureusement, le lecteur reste un peu déçu. L’analyse sur la Chine de Mao est de moindre intérêt au vu des études publiées depuis.

Marxisme et liberté peut dérouter par son recours à un vocabulaire philosophique connoté – universel, totalitaire, absolu, essence, etc. Il peut également ici ou là irriter par des affirmations péremptoires : sur la révolution russe ; l’opposition trop schématique entre théorie et pratique ; la sous-estimation de la dynamique ouvrière des coopératives au XIXe siècle en France ; etc. Son intérêt n’en demeure pas moins. Peut-être avant tout, comme Frédéric Monferrand l’a mis en avant dans « l’unification processuelle de la théorie et de la pratique, dont les deux moments politiques sont l’enquête et l’organisation » (p. 21, c’est le préfacier qui souligne), invitant, toujours selon lui, « à renouer avec la créativité stratégique qui fut autrefois celle des mouvements d’émancipation » (p. 23).

1Johnson et Forest étaient les alias respectivement de James et de Dunayevskaya. Sur ce groupe et les analyses de cette dernière, voir (en anglais) : https://www.marxists.org/archive/james-clr/works/1947/balance-sheet/index.htm  ; et http://www.marxistsfr.org/archive/dunayevskaya/index.htm

2La présente édition est la reprise de celle parue précédemment chez Champ libre en 1971, donc dans la traduction de Mara Oliva. Nous reproduisons la couverture, très sarcastique à l’égard des héritiers de Marx, de cette édition de Champ libre.

3Lire à ce sujet chez le même éditeur et dans la même collection, Moshe Lewin, Le dernier combat de Lénine (2015).

4Marcel Liebman, Le léninisme sous Lénine, Paris, Seuil, 1973, chroniqué prochainement sur ce blog de Dissidences, dans notre dossier sur le « Centenaire des révolutions russes ». Lire également Victor Serge, Mémoires d’un révolutionnaire (1905-1945), Montréal, Lux éditeur, 2010, chroniqué sur notre revue électronique, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=849

Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la participation amicale de Christian Beuvain)

C’est un ouvrage impressionnant par sa taille et son ampleur que l’universitaire britannique Orlando Figes a produit, une sorte de cénotaphe pour l’expérience soviétique qui a marqué le court XXe siècle. L’idée centrale de sa fresque, c’est la situation vécue par la population de l’empire russe, la « tragique destinée » (p. 139) d’un peuple divisé entre villes et campagnes irréductibles l’une à l’autre, un peuple si longtemps soumis qu’il est incapable de prendre ses propres destinées en mains1. A partir de leur correspondance (le plus souvent), Orlando Figes met en avant dans son récit des personnages. Parmi les plus importants, le prince Lvov, Maxime Gorki, Broussilov, le paysan moderniste Semonov ou le militant bolchevik Kanatchikov.

La première grande partie vise l’état des lieux de la Russie d’avant la révolution. On y retrouve un souverain manquant d’autorité personnelle mais attaché à l’autocratie traditionnelle, qui s’appuie sur une bureaucratie sclérosée et dont le règne s’inscrit dans la réaction autocratique initiée par son père, Alexandre III ; un constat qui amène Orlando Figes à rejeter l’idée d’une modernisation politique que la révolution aurait interrompu. Le pays profond, quant à lui, est profondément archaïque, soumis à un contrôle étatique étonnamment lâche. La noblesse y apparaît divisée, entre une couche rurale désargentée, qui regrette la fin du servage, et une noblesse plus industrieuse, dont le prince Lvov est un exemple, désireuse de changements à partir de l’institution des zemstvos2. Cette division se retrouve également au sein de l’Église orthodoxe, affaiblie du fait de l’urbanisation et des progrès de la sécularisation qui en résultent, et au sein de l’armée, techniquement dépassée, sous financée, avec certains officiers tel Broussilov qui s’opposent à la majorité conservatrice de l’encadrement. Si l’on y ajoute l’agitation nationaliste, fouettée par la politique de russification, et l’opposition de l’intelligentsia3, on a là autant de fissures dans l’empire russe qui le rendent sensible à tout séisme révolutionnaire. De cet état des lieux, une des parties les plus intéressantes concerne la paysannerie. Là aussi, les germes de division sont bien réels, entre des jeunes plus modernisés, souvent alphabétisés, et des anciens qui s’opposent aux évolutions techniques, entre régions plus riches, futurs appuis de la contre-révolution, et zones plus pauvres. Une partie de cette population paysanne connaît d’ailleurs l’exode rural, nécessaire pour alimenter les industries urbaines4. Ce monde rural est profondément marqué par une violence chronique5 et un « anarchisme instinctif » (p. 153-154), rêve d’une autonomie collective autour de l’obchtchina6, qui allait permettre un temps la convergence avec la révolution bolchevique.

Si le récit proprement dit débute par la famine de 1891, c’est parce qu’il s’agit, selon Orlando Figes, d’un tournant majeur : l’État tsariste en sort discrédité, tandis qu’une société civile réelle émerge (il y voit même la prise de conscience de la Russie comme nation, ce qui semble quelque peu excessif). 1905, dans cette optique, rejoue en plus accentuée la même partition, l’État refusant de jouer le jeu libéral pour privilégier une répression violente ; lacune regrettable, l’auteur ne dit rien de la révolution hors de la Russie proprement dite, ainsi au Caucase. Ce qui ressort surtout de cet épisode révolutionnaire, c’est le divorce entre le peuple et les élites, la révolution sociale et la révolution strictement politique. La séquence qui suit, 1905-1917, serait marquée par l’opposition entre forces monarchistes et forces parlementaires, une dichotomie qui nous semble discutable, dans la mesure où les secondes demeurèrent tout du long soumises aux premières (d’autant que la Douma n’était que la Chambre basse, la chambre haute, l’ancien Conseil d’État, étant pour sa part totalement conservatrice). Elle est surtout marquée par la réforme agraire de Stolypine, qu’Orlando Figes compare à Gorbatchev : proposée trop tardivement, elle se heurte à la résistance de la bureaucratie et entraîne des effets contrastés (certains paysans, comme Semenov, s’enrichissent, tandis que d’autres voient leur situation se détériorer). Face au déclenchement de la Première Guerre mondiale, la Russie est clairement incapable de faire face à un conflit long. Son armée manque de matériel, de transports efficaces, de soins, et les soldats mobilisés après les premiers mois sont trop peu formés et trop peu sensibles aux motivations nationalistes. Si l’on ajoute à cela une haine montante entre les millions de soldats du rang et une caste très arrogante d’officiers – nombre de sous-officiers étant du reste issus de la paysannerie – les éléments de la dislocation de l’appareil militaire sont en place dès 1915.

Le récit de la révolution de février 1917 insiste sur la violence qui s’est alors exprimée, contre la police, ou celle des criminels libérés de prison, tout en la comprenant voire en la justifiant, car issue du peuple. Les masses nourrissent d’ailleurs la peur des dirigeants de la Douma et même des soviets ; il faut dire que le gouvernement provisoire qui se met en place vise l’aboutissement de la révolution politique, et non sociale, une tâche vouée à l’échec, selon l’auteur : « Si 1917 a prouvé quoi que ce soit, c’est que la société russe n’était ni assez forte ni assez soudée pour soutenir une révolution démocratique. » (p. 458), le pays se retrouvant « balkanisé » ; l’idée phare du double pouvoir est ici remplacé par une multitude de pouvoirs autonomes. L’offensive militaire du début de l’été, voulue à la fois par les dirigeants de l’armée, du gouvernement et du soviet de Petrograd, devait servir à ramener l’ordre dans l’armée et à négocier en situation avantageuse une éventuelle sortie de la guerre. Face à son échec, les émeutes de juillet 1917 sont pour l’auteur marqués par l’indécision : celle des bolcheviques, mais également celle des leaders du soviet de la capitale, coupables à ses yeux de défendre les bolcheviques et de ne pas oser prendre le pouvoir. Dès lors, le terrain est libre pour une radicalisation et une polarisation accrue des forces. Kornilov, qui souhaite un gouvernement provisoire plus autoritaire, coagule autour de lui une nébuleuse contre-révolutionnaire croissante, encouragée par les progrès du chaos social. La prise de pouvoir par les bolcheviques conduit Orlando Figes à laisser libre cours à son hostilité à leur égard, parfois classique (les « fanatiques léninistes », p. 634), parfois gratuite (les sarcasmes sur la relation entre Dybenko et Kollontaï).

C’est alors un raisonnement téléologique qui domine son analyse, la dictature du parti unique étant comme inscrite, inhérente au bolchevisme ; les données contradictoires à cette vision sont ignorées, et la contextualisation est bien trop limitée7. Là où Orlando Figes touche plus juste, c’est lorsqu’il explique que les soldats et les paysans se révélèrent plus attachés à leurs soviets qu’à la Constituante. De même, sur la terreur rouge, il perçoit bien, comme l’avait d’ailleurs déjà argumenté Marc Ferro, que « La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent. Les grandes institutions de la Terreur furent toutes des réponses, au moins en partie, à ces pressions de la base. » (p. 650-651). Il reconnaît également, en insistant sur le modèle de la Commune de Paris (très présent dans les esprits bolcheviques), que le communisme de guerre fut une réponse improvisée, pragmatique, à une situation possiblement désastreuse pour eux. Dans la victoire finale des bolcheviques, Orlando Figes insiste sur le soutien des paysans, encore plus effrayés par le retour des propriétaires terriens que par l’Armée rouge. Il relève également les pertes importantes au combat des éléments les plus motivés du parti, favorisant « (…) les égoïstes et les corrompus (…) » (p. 733), mais plus généralement permettant l’ascension sociale de nombreux fils de paysans, autant de membres d’une bureaucratie plébéienne en devenir ; Orlando Figes insiste d’ailleurs sur la plus grande docilité de ces membres récents du parti, en raison de leur éducation limitée. Autre élément utile pour lire l’évolution du bolchevisme au pouvoir, l’existence d’un « bolchevisme national », autrement dit des individus politiquement éloignés des idées socialistes, mais qui se rallièrent par patriotisme et par conviction que le nouveau régime allait restaurer la grandeur russe en abandonnant ses oripeaux principiels (« En un sens, le bolchevisme national fut le véritable vainqueur de la guerre civile. », p. 860).

Orlando Figes, comme tous les chercheurs ayant travaillé sur ce sujet, ne parvient pas à être totalement objectif, même si son exposé est riche en données factuelles précieuses et en réflexions pertinentes8. Il semble ne pas réellement comprendre les idées révolutionnaires des bolcheviques9, dresse un portrait plutôt antipathique de Lénine10 en chef absolu pratiquement maladif (p. 495), jaloux du pouvoir exclusif de son parti et qui considère tout espoir et même toute volonté de révolution mondiale forclos à compter du traité de Brest-Litovsk (p. 681). Clairement, il considère la volonté de bouleversement radical des bolcheviques comme chimérique11, et l’on sent que sa préférence va aux idées modérées, celles des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques (bien qu’il regrette la faiblesse de leurs directions respectives), rêve d’une coalition socialiste (impossible) et d’un système mixte, en 1917, qui aurait combiné soviets et institutions traditionnelles (zemstvos, Constituante…) en satisfaisant les revendications des paysans. Sa conclusion l’amène plus directement à accorder son soutien au modèle démocratique libéral actuel, tout en faisant du « nationalisme autoritaire » (p. 1010) l’héritier du bolchevisme (jusque que dans la xénophobie !), sans que l’on ne sache avec précision à qui il pense…

In fine, ce qui fait la force de l’ouvrage de Figes, c’est son sens du récit, son tableau très vivant des réalités sociales et son appréhension large de la période. D’une certaine manière, il donne l’impression de tenter la synthèse des écoles totalitaire et révisionniste : emprunter aux premiers la perception du bolchevisme, aux seconds celle des dynamiques sociales.

1« Des siècles de servage et de soumission ne l’avaient pas préparé à se mesurer à ses maîtres politiques, et c’est bien là que réside la tragédie du peuple russe dans son ensemble. » (p. 542). « La tragédie de la révolution russe fut celle d’un peuple politiquement trop faible pour en déterminer l’issue. » (p. 725).

2Les zemstvos sont des assemblées locales, créées en 1864 par le tsar Alexandre II dans le cadre des réformes administratives, après l’abolition du servage (1861). Ils doivent gérer la vie économique régionale, mais aussi l’éducation, par exemple.

3Sur cette dernière, Orlando Figes propose une clef de lecture discutable, car trop englobante : il la voit marquée par une « quête d’absolus » (p. 185), une tendance au manichéisme liée à l’opposition du pouvoir auquel elle se heurte, ce qui le conduit à voir en elle un des germes du « totalitarisme » futur (« (…) il y avait de nombreux points communs entre Lénine et Tolstoï. », idem).

4Une partie des militants bolcheviques était issue de cette couche sociale d’ouvriers récents. « La méfiance, voire le mépris qu’ils devaient montrer envers la paysannerie, une fois au pouvoir, peut s’expliquer par cette réalité sociale. Car ils associaient le lugubre monde paysan à leur malheur passé, tandis que la nécessité d’abolir ce monde était un élan vital de leur identité personnelle et de classe naissante, comme de leur engagement révolutionnaire. » (p. 164).

5« La violence et la cruauté que l’ancien régime infligeait au paysan se transformèrent en une violence paysanne qui, non seulement défigurait la vie quotidienne du village, mais se retourna également contre le régime dans la terrible violence de la révolution. » (p. 148).

6Nom en russe de la commune paysanne (appelée aussi mir), en qui beaucoup de socialistes de la fin du XIXe siècle (comme Alexandre Herzen ou les narodniks) voyaient la preuve de la nature socialiste du paysan russe. La fonction et les usages de cette commune furent discutés et débattus par Marx et Engels.

7Le blocus mené par les puissances occidentales est littéralement absent de la réflexion. La Tcheka n’est présentée que dans son rôle répressif, les exécutions ne constituant pourtant pas sa seule activité…

8« Dans une crise révolutionnaire, ce sont les perceptions et les croyances qui comptent, plutôt que les réalités. » (p. 372). Parmi les faits peu connus, le sort du prince Lvov après la prise du pouvoir bolchevique : libéré par la Tcheka, il devient finalement un représentant de Koltchak. On y trouve parfois de légères erreurs, ainsi de Raskolnikov lisant la « Déclaration des droits des travailleurs » à la Constituante, alors qu’il s’agissait de Sverdlov (p. 640), ou de Trotsky menant l’assaut sur Cronstadt (p. 936), erreur récurrente de nombreux ouvrages : en réalité c’est Toukhatchevsy qui commandait les troupes rouges à l’assaut de la citadelle.

9En 1905, il considère que Lénine est déjà pour une révolution socialiste, comme Trotsky, et croit que les mencheviques, contrairement aux bolcheviques, estiment la révolution européenne nécessaire : deux affirmations erronées. Il voit également une opposition au sein des bolcheviques d’avant la révolution entre exilés (les « cosmopolites ») et militants demeurés en Russie (les « xénophobes » – sic -), qui serait la matrice des conflits des années 1920 entre révolution mondiale et socialisme dans un seul pays, simplification largement outrancière. Plus anecdotique, il présente une « amitié étroite » (p. 381) entre Trotsky et Boukharine qui n’exista jamais. Il manifeste aussi une certaine condescendance à l’égard des ouvriers récents séduits par le marxisme, qu’il voit comme un moyen de ne pas penser par soi-même… (p. 176). Fondamentalement, il fait de Lénine un homme mû par la soif de pouvoir plus que par l’idéologie socialiste (p. 626).

10Dès le début, il insiste sur son absence de pitié, s’appuyant sur l’exemple de sa réaction à la famine de 1891, ce qu’un lars T. Lih a pourtant contesté dans sa récente biographie (voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6226). Il explique en outre son engagement révolutionnaire par un dépit face à l’échec d’une intégration sociale souhaitée, et privilégie une lecture téléologique allant de Que faire ? aux procès de Moscou.

11« Il en va pour la religion comme dans les domaines de la culture et la vie sociale : les efforts des bolcheviks pour « faire un monde et un homme nouveaux » se brisèrent sur les rochers de la réalité. (…) On ne transforme pas l’homme aussi facilement : la nature humaine évolue plus lentement que les idéologies dominantes ou la société. Peut-être est-ce la seule morale durable de la révolution russe, comme, en vérité, de la terrible histoire de ce siècle. » (p. 922). Orlando Figes rejoint ici un Martin Malia ou un Richard Pipes, pour qui les principes même du socialisme sont viciés, tout en introduisant des jugements moraux dans l’analyse historienne.

Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d’Europe au XXe siècle, Dijon, EUD, 2016, 359 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Issu d’un colloque organisé en 2013 à Dijon, le livre codirigé par Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna propose de faire un état de l’histoire ouvrière (au sens large du terme) et de ses perspectives à l’échelle européenne. Cette synthèse – terme inadapté au vu de la densité de l’ouvrage – réunit pas moins de vingt-quatre contributions d’historien[ne]s de huit nationalités différentes (belge, espagnol, français, italien, écossais, allemand, hollandais et américain). Articulé autour de quatre thèmes, « Historiographies européennes », « Conflits et mobilisations », « Catégories de travailleurs et parcours professionnels », « Constructions collectives », l’ouvrage qui alterne cas d’études (nationaux) et analyses transnationales invite le lecteur à une comparaison, voire une confrontation, des approches et des objets « Travail », « Ouvrier », « Travailleur ».

La première partie consacrée à l’historiographie n’est, il faut l’avouer, pas la plus facile, surtout si vous n’êtes pas historien. Toutefois, elle a le mérite d’offrir un bilan européen de l’histoire ouvrière en relevant les points communs tels l’effondrement des approches marxistes au profit de l’histoire culturelle et du hors-travail, l’affirmation des gender studies, ou la focalisation sur les minorités, tendant à déconstruire la classe ouvrière en tant qu’objet homogène. Elle permet aussi de relever certaines particularités nationales à l’instar de la logique commémorielle en Belgique, le développement des études sur le handicap en Angleterre ou une histoire « d’exilés » pour l’Espagne sous Franco. La dernière contribution de ce premier chapitre propose une brillante synthèse de cette « Histoire ouvrière européenne » où Marcel Van Der Linden périodise cette construction historique autour de cinq séquences, en relevant les grandes tendances sur le long terme et ouvrant sur une sixième période exposant les enjeux de recherche trans/internationaux actuels.

La seconde partie s’attache aux mobilisations collectives avec entre autre deux contributions sur les mouvements de grèves belges des années 30 (dont celle du Borinage1) et du début des années 60, qui par un effet d’aller-retour ne sont pas sans rappeler 1936 et 1968 pour la France. On trouve également une étude sur la mémoire des travailleurs de la construction navale en Espagne et sur l’échec du syndicalisme chez Fiat durant les Trente glorieuses italiennes qui ne sut pas s’adapter à la modification sociologique de la main d’œuvre (rajeunissement, recrutement d’ouvriers-paysans, accroissement de la proportion d’OS au détriment des OP…). Mais la contribution la plus stimulante demeure sans conteste celle de Xavier Vigna qui, s’intéressant à la question de la violence des grèves en France, déconstruit la thèse de Shorter et Tilly2 sur le déclin de la grève violente durant la première moitié du 20e siècle. Par l’apport de nouvelles sources, l’analyse des différents répertoires d’action, le croisement d’approches sociologiques, spatiales et genrées, l’auteur met en évidence la persistance d’une certaine violence (et d’une violence certaine) au 20e siècle malgré des procédures de pacification des conflits du travail et d’institutionnalisation du syndicalisme.

La troisième partie est quant à elle consacrée aux catégories et parcours professionnels pour mieux en appréhender les limites, les zones d’ombres ou les marges. Elle constitue certainement la partie la plus novatrice. Que ce soit sur les catégories d’emploi des femmes et des immigrés en France, la sous-estimation du travail féminin en Espagne (article passionnant), le cas spécifique des ouvriers du secteur des services, le poids de l’artisanat en Italie durant la première moitié du 20e siècle ou encore la figure pour le moins contrariée du contremaître, toutes ces contributions apportent véritablement un regard nouveau sur ces questions en battant en brèche nombre d’idées reçues ou pour le moins dépassées et offrent de nombreuses perspectives de recherches prometteuses. Nous resterons plus dubitatifs concernant l’article de Tyler Stovall sur les travailleurs de couleur en France durant l’entre-deux-guerres. Car s’il est vrai que l’imaginaire colonial a marqué et infériorisé durablement cette catégorie de travailleurs, l’approche racialisée ne convainc pas totalement3 et encore moins la comparaison avec les ouvriers juifs et l’antisémitisme des années 30.

Le dernier chapitre s’attache aux constructions collectives. Une première étude comparée de Laure Machu sur les conventions collectives en France, en Allemagne et en Angleterre durant la première moitié du 20e siècle permet de mettre en exergue les différentes conceptions des relations professionnelles dans ces trois pays européens les plus industrialisés et de constater un certain « retard français » du fait d’une culture patronale méfiante à l’égard du syndicalisme ouvrier. S’ensuit une étude sur le « mythe » de la figure du mineur et du (des) monde(s) minier(s) ; et un article sur la question des chômeurs en Europe occidentale au début du 20e siècle particulièrement intéressant avec la (re)découverte du « système de Gand » visant à l’intégration des syndicats dans les bureaux de placement publics, intégration plus ou moins difficile en fonction des pays, des forces et des tendances syndicales. Enfin Michel Pigenet explore les différents niveaux d’analyse de la conflictualité ouvrière quand Nicolas Hatzfeld retrace les trois temps de l’histoire française de la santé au travail au 20e siècle.

L’ouvrage se termine par une conclusion magistrale de Jean Claude Daumas qui n’en est pas moins critique sur la pluridisciplinarité, le concept d’agency ou la fascination pour les « petits objets ». Il expose également les enjeux actuels et futurs de l’histoire ouvrière, en particulier ceux liés à la désindustrialisation, et invite les chercheurs « à brasser large », y compris à s’intéresser au patronat, élément essentiel pour appréhender les luttes sociales.

Un ouvrage de spécialistes donc, sans aucun doute, peut-être un peu trop axé sur l’historiographie pour toucher un large public ; mais une synthèse brillante qui offre une vue d’ensemble des recherches à l’échelle européenne en ce début de 21e siècle, bref un ouvrage indispensable.

1Dont le documentaire militant de Henri Storck et Joris Ivens, datant de 1933, est en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=8K4k8_Tma5o

2Charles Tilly, Edward Shorter, Strikes in France 1830-1968, Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

3Peut-être est-ce aussi là un effet des différences culturelles et méthodologiques, cette approche étant moins développée en France qu’Outre-Atlantique, mis à part chez les partisans du Parti des indigènes de la République (PIR).

Pascal Delwit, Les gauches radicales en Europe, XIXe-XXIe siècles, Bruxelles, éditions ULB, collection « UBlire », 2016, 652 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Professeur de science politique à l’Université libre de Bruxelles, Pascal Delwit offre avec ce livre une très complète et érudite synthèse sur les courants révolutionnaires issus de la social-démocratie historique dans une large perspective comparée, dont l’imposante bibliographie conclusive (presque 20 pages) fait foi. Trois parties chronologiquement agencées permettent de déployer le propos.

Dans un premier temps, correspondant à la naissance et au développement du socialisme au XIXe siècle, la radicalité s’incarne d’abord dans la social-démocratie elle-même. Bien que cursifs (une cinquantaine de pages), ces deux premiers chapitres permettent de rappeler les conditions de naissance des partis socialistes dans les principaux pays européens (Italie, France, Royaume-Uni, Belgique, espace scandinave, Allemagne), après les premiers balbutiements de l’Association internationale des travailleurs (AIT), premières cristallisations politique, sociale et organisationnelle du socialisme. Chacune de ces expériences fondatrices dessine le visage de la social-démocratie pour les décennies à venir. Dès ces premières pages, l’auteur fournit de nombreux chiffres sur les effectifs, aussi bien des organisations politiques que syndicales. Il rappelle l’institutionnalisation que connaissent ces forces, qui les amène à se rallier à l’Union sacrée au moment du premier conflit mondial (à l’exception des bolcheviques et du PS serbe, qui refusent le vote des crédits de guerre).

La seconde partie, nettement plus roborative (19 chapitres et 450 pages environ) porte sur le défi communiste, des difficiles conditions de naissance après la révolution soviétique à la chute du mur de Berlin en 1989. Il n’est naturellement pas possible de détailler chacune de ces étapes dans ce compte rendu. Il faut cependant souligner la précision de la documentation utilisée ainsi que l’amplitude du point de vue géographique, permettant de mieux appréhender des situations nationales moins connues que celles correspondant aux pays d’implantation privilégiée des partis communistes (France, Italie ; Espagne ou Allemagne avant la Première Guerre mondiale). Sont ainsi présentés de manière très détaillée les cas des pays scandinaves, de la Belgique, de la Suisse, de la Grèce, de l’Angleterre, des Pays-Bas, etc. A titre d’illustration de cette abondance d’informations, on évoquera, p. 385, la carte de la géographie électorale du PC dans les différentes régions de Finlande. Nul doute que le lecteur en apprendra beaucoup sur l’évolution du mouvement ouvrier et l’implantation des courants communistes dans ces différentes sphères. Pascal Delwit n’oublie pas les dissidences, ainsi la naissance du trotskisme et son évolution se voient consacrer plusieurs pages particulièrement bien informées. Il en va de même pour le maoïsme des années 60, consécutif à la rupture sino-soviétique. L’auteur ne néglige pas non plus les dimensions proprement sociologiques de l’engagement dans ces formations partisanes (lire p. 226 et suivantes. les développements autour de la notion « d’engagement total »). Mais, à partir de l’année 68 (mai 68 en France et, sous des formes différentes, dans d’autres pays, Automne chaud en Italie, par exemple) et de l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes soviétiques, le mouvement d’expansion du communisme s’inverse, débouchant en 1989 sur le coup de grâce des partis communistes européens.

S’ouvre alors la troisième et dernière partie « Les gauches radicales après la disparition de l’Union soviétique », série de focus sur les différentes configurations d’une « gauche libertaire » qui se font jour dans les pays nordiques, autour du Parti de la gauche européenne (le Bloc de gauche au Portugal, Syriza en Grèce…), mais aussi des forces inclassables comme le Socialistische Partij au Pays-Bas ou Podemos en Espagne, sans même parler des partis qui conservent la flamme d’un marxisme-léninisme orthodoxe (PCP au Portugal, KKE en Grèce). L’ouvrage se conclut par un chapitre sur les défis et perspectives que devront affronter ces gauches radicales face au cadre européen, que l’auteur considère comme « assez sombres » (p. 625).

Au final, le lecteur sort de cette lecture avec le sentiment d’avoir élargi ses connaissances sur ce sujet comme aucun autre ouvrage sur le même thème ne le lui avait permis jusqu’alors. Ajoutons que Pascal Delwit, tout en ne cachant pas ses désaccords avec ce courant idéologique, fait montre d’un respect, voire parfois d’une certaine fascination, pour cette tradition, n’hésitant pas, en introduction, à caractériser le courant historiographique du Livre noir du communisme comme ayant « pimenté les conversations du Café du commerce et fait la prospérité de son éditeur, à défaut d’enrichir le débat » (p. 8). Son ambition de « sortir de la perspective de guerre froide littéraire » (p. 8) est parfaitement accomplie. Reste au lecteur à trouver le temps de s’emparer de cet épais volume. Il ne le regrettera pas.

Edward Sarboni, Le syndicalisme de La Révolution prolétarienne entre 1925 et 1939 – Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français, La Bussière, Éditions Acratie, 2016, 213 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

L’ouvrage qu’Edward Sarboni nous propose, autour du journal La Révolution Prolétarienne, est issu de son DEA d’histoire contemporaine soutenu en 1994. Sept chapitres composent l’ouvrage des « origines de La Révolution Prolétarienne », jusqu’  « au Front populaire, au fascisme et à la guerre » (p. 21-143), suivis d’une bibliographie commentée (p. 148-177) et des annexes (p. 180-213).

La construction du livre et l’importante bibliographie prouvent bien le caractère universitaire de l’étude mais présentent du même coup un premier écueil. Terminée en 1994, cette recherche n’a pas été réactualisée pour la publication si bien qu’on se retrouve avec une bibliographie pour le moins datée alors que ces vingt dernières années de nombreux ouvrages1 et de nombreuses archives2 sont (re)parus et ont renouvelé nos connaissances sur le syndicalisme révolutionnaire et les origines du communisme français.

Si syndicalisme et communisme sont associés dans ce compte-rendu, c’est qu’au fil des pages l’auteur traite en réalité plus de politique que de syndicalisme à tel point qu’avant de parvenir à la seconde moitié du corps de texte (c’est-à-dire au 3e chapitre, 75e page/143) on serait tenté de rebaptiser l’ouvrage Le communisme de La Révolution prolétarienne. En effet si l’auteur est incontestablement un grand connaisseur de la revue et de son « noyau », c’est la dimension politique qui domine très largement son approche comme l’illustrent les biographies des « Hommes de La Révolution prolétarienne » (p. 39-59) qui mettent en avant l’engagement communiste dans le parcours des militants de la R.P. et délaissent le volet syndical jusqu’à disparaître totalement pour certains (Hagnauer, Charbit, Dunois).

Ensuite sur les différents combats menés par la R.P., que ce soit pour l’unité syndicale, l’indépendance du syndicalisme, ou ses relations avec l’anarcho-syndicalisme et le Front populaire, les analyses proposées sont le reflet d’une de lectures datant majoritairement des années 60 et 70. De ce fait, certains propos, certaines  « vérités » assénées sont pour le moins discutables sinon révisées par des travaux plus récents autant au sujet de l’unité syndicale3 (présentée ici comme répondant à la seule volonté de Moscou mais coupée des masses), de la conférence de Saint-Denis4, du Centre syndical d’action contre la Guerre5 ou encore sur l’Occupation6.

Aussi si La Révolution Prolétarienne – revue reconnue pour son succès d’estime plus que pour ses ventes (1500 abonnés) – méritait bien qu’on lui consacre une étude, on reste frustré à l’issue de la lecture car hélas cette Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français n’apporte pas d’éléments nouveaux.

1Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010 et les travaux de Julien Chuzeville :

https://dissidences.hypotheses.org/6302

https://dissidences.hypotheses.org/4705

https://dissidences.hypotheses.org/2856

2Nous pensons en particulier aux archives de la Sureté relatives à la surveillance des anarchistes et aux archives du Komintern.

3Morgan Poggioli, « Le syndicalisme précurseur de l’unité : politisation et recomposition interne », in Gilles Morin, Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire. Chocs et contre-chocs, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 147-155.

4Vincent Chambarlhac, « Le meeting de Saint-Denis, contre la guerre, contre l’union sacrée », Dissidences, n° 11, 2002.

5Morgan Poggioli, « Syndicalismes révolutionnaires et Front populaire en France », Dissidences, n° 12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 49-60.

6Jean-Pierre Le Crom, « De La Révolution Prolétarienne à la Révolution Nationale ? Roger et Yvonne Hagnauer dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale », Dissidences, n°12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 61-75.

Anthony C. Sutton, Wall Street et la révolution bolchevique (Wall Street and the Bolshevik Revolution), La Fenderie, Le Retour aux sources, 2012 (édition originale en 1976), 382 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Au sein de l’imposante bibliographie existant sur la révolution russe, l’ouvrage d’Anthony Sutton s’impose comme tout à fait singulier et, disons-le d’emblée, comme le contre-exemple de ce que doit être un livre d’histoire. L’auteur, qui a également signé un Wall Street et l’ascension d’Hitler, s’intéresse aux liens qui auraient été noués entre « capitalistes monopolistes » (le groupe de la banque Morgan, tout spécialement) et « communistes collectivistes », insistant pour relativiser cette opposition en grande partie fausse, selon lui, entre capitalisme et socialisme.

Pour ce faire, il a mis à profit de vrais documents d’archives, issus de dépôts américains ou britanniques, qu’il cite abondamment, mais utilise au service d’une méthodologie plus que contestable. Juxtaposant des données, il tisse entre elles des liens hypothétiques, concluant à des convergences le plus souvent douteuses, au mieux fragiles. Il a pour ce faire tendance à mettre en jeu une forme de « marxisme » primaire, insistant sur l’appartenance sociale ou professionnelle des personnes étudiées, en déduisant des intérêts financiers occultes et des accointances implicites1. Bien sûr, dans son exposé, un certain nombre d’éléments sont parfaitement justes, ce qui égare d’autant plus facilement le lecteur peu familier des événements. Il en est ainsi de la mission de la Croix rouge américaine en 1917, dont plusieurs membres, William Boyce Thompson en particulier, menèrent également un travail diplomatique afin de favoriser le maintien de la Russie dans la guerre.

Une des grandes thèses de son étude, le financement des révolutionnaires russes par certains capitalistes américains, vertèbre son approche, forçant les informations à s’intégrer à ce véritable lit de Procuste. Anthony Sutton fait ainsi de John Reed un agent double utile à la fois aux soviétiques et à certains bourgeois d’outre Atlantique. Il commet en outre un nombre d’erreurs impressionnant, erreurs de faits ou d’interprétations. Ainsi, non content de voir des trotskystes dès le début de 1917, il considère qu’ils sont derrière la constitution mexicaine promulguée la même année, qualifiée par lui de « soviétique » (p. 26). Totalement cocasse, ou loufoque, il fait également de Trotsky un Allemand, et sous-entend que le ralliement de ce dernier aux bolcheviques en 1917 aurait à voir avec un financement allemand2… Quant à la France, il estime qu’une révolution bolchevique y était également en préparation pour 1918… sous la direction de Caillaux et Malvy !!3

Bref, on le voit, Wall Street et la révolution bolchevique – qui fait mine de découvrir le souhait de certaines entreprises de commercer avec la Russie révolutionnaire – non content de réactiver certains mythes anti-communistes, en ajoute d’autres4, le tout étant mis au service d’une vision du monde conspirationniste et d’une lecture des révolutions sous l’angle privilégié de minorités manipulatrices. On connaissait déjà, autre exemple récurrent de cette école de pensée, une Révolution de 1789 orchestrée par un comité secret franc-maçon … Le seul réel étonnement à avoir est celui éprouvé face à des éditeurs de telles billevesées.

1Y compris à partir d’une adresse unique correspondant aux bureaux de plusieurs entreprises à New York, dans un immeuble de 34 étages, comme si être installé au même endroit valait automatiquement complicité active !

2Passons rapidement également sur l’hypothèse contre-factuelle selon laquelle, si la Russie ne s’était pas retirée du conflit – la faute principale en revenant à Trotsky ! – la Première Guerre mondiale aurait pu se terminer un an plus tôt : imaginer un tel scénario revient à ignorer totalement la quasi désintégration de l’armée russe à cette époque ! Pour couronner le tout, Anthony Sutton se sert de certaines des accusations (fabriquées de toutes pièces) des procès de Moscou pour justifier son principe d’une collusion entre Trotsky et certains capitalistes !

3Il imagine également une « rébellion spartakiste manquée » en 1918 (p. 147).

4Comme l’idée selon laquelle révolutionnaires et capitalistes qui les financent chercheraient en réalité à préparer l’avènement d’un système, synthèse du capitalisme et du communisme… (p. 275-276). Ou encore, « (…) j’émets l’hypothèse que la Révolution bolchevique fut le fruit d’une alliance d’étatistes révolutionnaires et financiers qui se coalisèrent contre les véritables éléments révolutionnaires libertaires russes. » (p. 289), invoquant l’auteur et militant libertaire russe Voline (1882-1945), qui n’en peut mais, comme caution …

Vincent Présumey, Gilbert Serret (1902-1943), instituteur ardéchois, syndicaliste et révolutionnaire, Chomerac (07200), Mémoire d’Ardèche et Temps présent, 2014, 32 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide de Christian Beuvain)

Dans cette brochure illustrée, Vincent Présumey, enseignant du secondaire et syndicaliste retrace la vie et les combats de Gilbert Serret, dont il rappelle l’importance pour l’histoire du syndicalisme enseignant, bien que sa figure soit quasiment oubliée de nos jours.

Né au tournant du siècle, Gilbert Serret devient militant syndical chez les instituteurs, dans sa branche révolutionnaire, celle de la Fédération unitaire de l’enseignement (FUE)1 avec son journal L’Ecole Emancipée. Les militants de la FUE suivent avec un grand intérêt le développement du Parti communiste (Section française de l’Internationale communiste-SFIC), dont certains sont membres. Mais, d’après l’auteur, le processus de stalinisation que connaît le syndicalisme, en particulier la CGTU, oppose ses principaux dirigeants (Serret, Bouêt, Dommanget, Aulas…) à la fraction communiste. Plus précisément, il s’agit des soubresauts occasionnés par l’adaptation à la ligne « classe contre classe » (adoptée au VIe Congrès de la Comintern en août 1928). Au sein de la FUE, c’est une bataille fractionnelle sans pitié qui oppose la majorité fédérale (dont Gilbert Serret est un des animateurs) aux communistes (MOR, Minorité d’opposition révolutionnaire). Le PCF a-t-il un rapport conflictuel avec ses travailleurs intellectuels ? En tout cas, la plus grande partie des enseignants communistes refusent très largement de s’engager dans la MOR. Après le congrès de 1930, Gilbert Serret ne quitte plus son village ardéchois jusqu’à la fin de sa vie. Il devient le principal responsable de la majorité fédérale de la FUE (laquelle, rappelons-le, n’organise qu’une petite minorité des instituteurs, la majorité de la corporation organisée l’étant à la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs -FNSI, affiliée à la CGT). Cette majorité fédérale est politiquement un courant politique très singulier. En effet, elle ne ne se réclame pas de la Charte d’Amiens (hostilité aux partis politiques) et ne peut être classée comme un courant syndicaliste révolutionnaire. En même temps, elle se refuse à toute affiliation avec l’opposition de gauche (trotskyste) et donc apparaît comme relevant d’une tradition communiste autonome/indépendante des grands courants qui structurent l’extrême-gauche de l’entre deux guerres. Gilbert Serret, de plus en plus critique vis-à-vis de l’URSS, représente cette majorité fédérale au congrès de Nantes de la CGT (novembre 1938). Cela fait de lui, selon Vincent Présumey «  l’un des touts premiers, sinon même, à son corps défendant, le premier porte-parole national du courant révolutionnaire dans le mouvement ouvrier français à la veille de la Seconde Guerre mondiale…. » (p. 11). Avec la guerre les époux Serret sont évincés de leur poste en Ardèche et mutés en Haute-Loire par les autorités de Vichy, Gilbert Serret étant connu comme communiste et antifasciste. Finalement, ils parviennent à revenir dans leur département d’origine, à Balazuc, petit village isolé. Le 29 juin 1943, Gilbert Serret, parti chasser, ne revient pas. On le retrouve au fond d’un trou, mort, le lendemain. L’enquête de police conclut à une mort accidentelle. Mais Vincent Présumey, sur la base de suppositions et après voir écarté la piste de tueurs du PCF, affirme que Gilbert Serret aurait été assassiné par des miliciens qui l’avaient menacé quelques temps auparavant.

La dernière partie du texte est consacrée à échafauder des hypothèse sur la probabilité du meurtre, permettant d’ouvrir une fenêtre sur les syndicalistes collaborationnistes qui avaient maintenu des liens avec Gilbert Serret. Quoi que l’on puisse penser des hypothèses et conclusions élaborées par Vincent Présumey sur la fin du militant révolutionnaire, cette brochure permet de rendre hommage à Gilbert Serret, figure largement méconnue du panthéon révolutionnaire, tout en précisant la notice que ce même auteur lui a consacré dans le Dictionnaire Maitron2.

1Sur ce courant, voir le travail très complet de Loïc Le Bars, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935). Aux origines du syndicalisme enseignant, Paris, Syllepse, 2005.