Archives de catégorie : Communisme

Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la participation amicale de Christian Beuvain)

C’est un ouvrage impressionnant par sa taille et son ampleur que l’universitaire britannique Orlando Figes a produit, une sorte de cénotaphe pour l’expérience soviétique qui a marqué le court XXe siècle. L’idée centrale de sa fresque, c’est la situation vécue par la population de l’empire russe, la « tragique destinée » (p. 139) d’un peuple divisé entre villes et campagnes irréductibles l’une à l’autre, un peuple si longtemps soumis qu’il est incapable de prendre ses propres destinées en mains1. A partir de leur correspondance (le plus souvent), Orlando Figes met en avant dans son récit des personnages. Parmi les plus importants, le prince Lvov, Maxime Gorki, Broussilov, le paysan moderniste Semonov ou le militant bolchevik Kanatchikov.

La première grande partie vise l’état des lieux de la Russie d’avant la révolution. On y retrouve un souverain manquant d’autorité personnelle mais attaché à l’autocratie traditionnelle, qui s’appuie sur une bureaucratie sclérosée et dont le règne s’inscrit dans la réaction autocratique initiée par son père, Alexandre III ; un constat qui amène Orlando Figes à rejeter l’idée d’une modernisation politique que la révolution aurait interrompu. Le pays profond, quant à lui, est profondément archaïque, soumis à un contrôle étatique étonnamment lâche. La noblesse y apparaît divisée, entre une couche rurale désargentée, qui regrette la fin du servage, et une noblesse plus industrieuse, dont le prince Lvov est un exemple, désireuse de changements à partir de l’institution des zemstvos2. Cette division se retrouve également au sein de l’Église orthodoxe, affaiblie du fait de l’urbanisation et des progrès de la sécularisation qui en résultent, et au sein de l’armée, techniquement dépassée, sous financée, avec certains officiers tel Broussilov qui s’opposent à la majorité conservatrice de l’encadrement. Si l’on y ajoute l’agitation nationaliste, fouettée par la politique de russification, et l’opposition de l’intelligentsia3, on a là autant de fissures dans l’empire russe qui le rendent sensible à tout séisme révolutionnaire. De cet état des lieux, une des parties les plus intéressantes concerne la paysannerie. Là aussi, les germes de division sont bien réels, entre des jeunes plus modernisés, souvent alphabétisés, et des anciens qui s’opposent aux évolutions techniques, entre régions plus riches, futurs appuis de la contre-révolution, et zones plus pauvres. Une partie de cette population paysanne connaît d’ailleurs l’exode rural, nécessaire pour alimenter les industries urbaines4. Ce monde rural est profondément marqué par une violence chronique5 et un « anarchisme instinctif » (p. 153-154), rêve d’une autonomie collective autour de l’obchtchina6, qui allait permettre un temps la convergence avec la révolution bolchevique.

Si le récit proprement dit débute par la famine de 1891, c’est parce qu’il s’agit, selon Orlando Figes, d’un tournant majeur : l’État tsariste en sort discrédité, tandis qu’une société civile réelle émerge (il y voit même la prise de conscience de la Russie comme nation, ce qui semble quelque peu excessif). 1905, dans cette optique, rejoue en plus accentuée la même partition, l’État refusant de jouer le jeu libéral pour privilégier une répression violente ; lacune regrettable, l’auteur ne dit rien de la révolution hors de la Russie proprement dite, ainsi au Caucase. Ce qui ressort surtout de cet épisode révolutionnaire, c’est le divorce entre le peuple et les élites, la révolution sociale et la révolution strictement politique. La séquence qui suit, 1905-1917, serait marquée par l’opposition entre forces monarchistes et forces parlementaires, une dichotomie qui nous semble discutable, dans la mesure où les secondes demeurèrent tout du long soumises aux premières (d’autant que la Douma n’était que la Chambre basse, la chambre haute, l’ancien Conseil d’État, étant pour sa part totalement conservatrice). Elle est surtout marquée par la réforme agraire de Stolypine, qu’Orlando Figes compare à Gorbatchev : proposée trop tardivement, elle se heurte à la résistance de la bureaucratie et entraîne des effets contrastés (certains paysans, comme Semenov, s’enrichissent, tandis que d’autres voient leur situation se détériorer). Face au déclenchement de la Première Guerre mondiale, la Russie est clairement incapable de faire face à un conflit long. Son armée manque de matériel, de transports efficaces, de soins, et les soldats mobilisés après les premiers mois sont trop peu formés et trop peu sensibles aux motivations nationalistes. Si l’on ajoute à cela une haine montante entre les millions de soldats du rang et une caste très arrogante d’officiers – nombre de sous-officiers étant du reste issus de la paysannerie – les éléments de la dislocation de l’appareil militaire sont en place dès 1915.

Le récit de la révolution de février 1917 insiste sur la violence qui s’est alors exprimée, contre la police, ou celle des criminels libérés de prison, tout en la comprenant voire en la justifiant, car issue du peuple. Les masses nourrissent d’ailleurs la peur des dirigeants de la Douma et même des soviets ; il faut dire que le gouvernement provisoire qui se met en place vise l’aboutissement de la révolution politique, et non sociale, une tâche vouée à l’échec, selon l’auteur : « Si 1917 a prouvé quoi que ce soit, c’est que la société russe n’était ni assez forte ni assez soudée pour soutenir une révolution démocratique. » (p. 458), le pays se retrouvant « balkanisé » ; l’idée phare du double pouvoir est ici remplacé par une multitude de pouvoirs autonomes. L’offensive militaire du début de l’été, voulue à la fois par les dirigeants de l’armée, du gouvernement et du soviet de Petrograd, devait servir à ramener l’ordre dans l’armée et à négocier en situation avantageuse une éventuelle sortie de la guerre. Face à son échec, les émeutes de juillet 1917 sont pour l’auteur marqués par l’indécision : celle des bolcheviques, mais également celle des leaders du soviet de la capitale, coupables à ses yeux de défendre les bolcheviques et de ne pas oser prendre le pouvoir. Dès lors, le terrain est libre pour une radicalisation et une polarisation accrue des forces. Kornilov, qui souhaite un gouvernement provisoire plus autoritaire, coagule autour de lui une nébuleuse contre-révolutionnaire croissante, encouragée par les progrès du chaos social. La prise de pouvoir par les bolcheviques conduit Orlando Figes à laisser libre cours à son hostilité à leur égard, parfois classique (les « fanatiques léninistes », p. 634), parfois gratuite (les sarcasmes sur la relation entre Dybenko et Kollontaï).

C’est alors un raisonnement téléologique qui domine son analyse, la dictature du parti unique étant comme inscrite, inhérente au bolchevisme ; les données contradictoires à cette vision sont ignorées, et la contextualisation est bien trop limitée7. Là où Orlando Figes touche plus juste, c’est lorsqu’il explique que les soldats et les paysans se révélèrent plus attachés à leurs soviets qu’à la Constituante. De même, sur la terreur rouge, il perçoit bien, comme l’avait d’ailleurs déjà argumenté Marc Ferro, que « La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent. Les grandes institutions de la Terreur furent toutes des réponses, au moins en partie, à ces pressions de la base. » (p. 650-651). Il reconnaît également, en insistant sur le modèle de la Commune de Paris (très présent dans les esprits bolcheviques), que le communisme de guerre fut une réponse improvisée, pragmatique, à une situation possiblement désastreuse pour eux. Dans la victoire finale des bolcheviques, Orlando Figes insiste sur le soutien des paysans, encore plus effrayés par le retour des propriétaires terriens que par l’Armée rouge. Il relève également les pertes importantes au combat des éléments les plus motivés du parti, favorisant « (…) les égoïstes et les corrompus (…) » (p. 733), mais plus généralement permettant l’ascension sociale de nombreux fils de paysans, autant de membres d’une bureaucratie plébéienne en devenir ; Orlando Figes insiste d’ailleurs sur la plus grande docilité de ces membres récents du parti, en raison de leur éducation limitée. Autre élément utile pour lire l’évolution du bolchevisme au pouvoir, l’existence d’un « bolchevisme national », autrement dit des individus politiquement éloignés des idées socialistes, mais qui se rallièrent par patriotisme et par conviction que le nouveau régime allait restaurer la grandeur russe en abandonnant ses oripeaux principiels (« En un sens, le bolchevisme national fut le véritable vainqueur de la guerre civile. », p. 860).

Orlando Figes, comme tous les chercheurs ayant travaillé sur ce sujet, ne parvient pas à être totalement objectif, même si son exposé est riche en données factuelles précieuses et en réflexions pertinentes8. Il semble ne pas réellement comprendre les idées révolutionnaires des bolcheviques9, dresse un portrait plutôt antipathique de Lénine10 en chef absolu pratiquement maladif (p. 495), jaloux du pouvoir exclusif de son parti et qui considère tout espoir et même toute volonté de révolution mondiale forclos à compter du traité de Brest-Litovsk (p. 681). Clairement, il considère la volonté de bouleversement radical des bolcheviques comme chimérique11, et l’on sent que sa préférence va aux idées modérées, celles des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques (bien qu’il regrette la faiblesse de leurs directions respectives), rêve d’une coalition socialiste (impossible) et d’un système mixte, en 1917, qui aurait combiné soviets et institutions traditionnelles (zemstvos, Constituante…) en satisfaisant les revendications des paysans. Sa conclusion l’amène plus directement à accorder son soutien au modèle démocratique libéral actuel, tout en faisant du « nationalisme autoritaire » (p. 1010) l’héritier du bolchevisme (jusque que dans la xénophobie !), sans que l’on ne sache avec précision à qui il pense…

In fine, ce qui fait la force de l’ouvrage de Figes, c’est son sens du récit, son tableau très vivant des réalités sociales et son appréhension large de la période. D’une certaine manière, il donne l’impression de tenter la synthèse des écoles totalitaire et révisionniste : emprunter aux premiers la perception du bolchevisme, aux seconds celle des dynamiques sociales.

1« Des siècles de servage et de soumission ne l’avaient pas préparé à se mesurer à ses maîtres politiques, et c’est bien là que réside la tragédie du peuple russe dans son ensemble. » (p. 542). « La tragédie de la révolution russe fut celle d’un peuple politiquement trop faible pour en déterminer l’issue. » (p. 725).

2Les zemstvos sont des assemblées locales, créées en 1864 par le tsar Alexandre II dans le cadre des réformes administratives, après l’abolition du servage (1861). Ils doivent gérer la vie économique régionale, mais aussi l’éducation, par exemple.

3Sur cette dernière, Orlando Figes propose une clef de lecture discutable, car trop englobante : il la voit marquée par une « quête d’absolus » (p. 185), une tendance au manichéisme liée à l’opposition du pouvoir auquel elle se heurte, ce qui le conduit à voir en elle un des germes du « totalitarisme » futur (« (…) il y avait de nombreux points communs entre Lénine et Tolstoï. », idem).

4Une partie des militants bolcheviques était issue de cette couche sociale d’ouvriers récents. « La méfiance, voire le mépris qu’ils devaient montrer envers la paysannerie, une fois au pouvoir, peut s’expliquer par cette réalité sociale. Car ils associaient le lugubre monde paysan à leur malheur passé, tandis que la nécessité d’abolir ce monde était un élan vital de leur identité personnelle et de classe naissante, comme de leur engagement révolutionnaire. » (p. 164).

5« La violence et la cruauté que l’ancien régime infligeait au paysan se transformèrent en une violence paysanne qui, non seulement défigurait la vie quotidienne du village, mais se retourna également contre le régime dans la terrible violence de la révolution. » (p. 148).

6Nom en russe de la commune paysanne (appelée aussi mir), en qui beaucoup de socialistes de la fin du XIXe siècle (comme Alexandre Herzen ou les narodniks) voyaient la preuve de la nature socialiste du paysan russe. La fonction et les usages de cette commune furent discutés et débattus par Marx et Engels.

7Le blocus mené par les puissances occidentales est littéralement absent de la réflexion. La Tcheka n’est présentée que dans son rôle répressif, les exécutions ne constituant pourtant pas sa seule activité…

8« Dans une crise révolutionnaire, ce sont les perceptions et les croyances qui comptent, plutôt que les réalités. » (p. 372). Parmi les faits peu connus, le sort du prince Lvov après la prise du pouvoir bolchevique : libéré par la Tcheka, il devient finalement un représentant de Koltchak. On y trouve parfois de légères erreurs, ainsi de Raskolnikov lisant la « Déclaration des droits des travailleurs » à la Constituante, alors qu’il s’agissait de Sverdlov (p. 640), ou de Trotsky menant l’assaut sur Cronstadt (p. 936), erreur récurrente de nombreux ouvrages : en réalité c’est Toukhatchevsy qui commandait les troupes rouges à l’assaut de la citadelle.

9En 1905, il considère que Lénine est déjà pour une révolution socialiste, comme Trotsky, et croit que les mencheviques, contrairement aux bolcheviques, estiment la révolution européenne nécessaire : deux affirmations erronées. Il voit également une opposition au sein des bolcheviques d’avant la révolution entre exilés (les « cosmopolites ») et militants demeurés en Russie (les « xénophobes » – sic -), qui serait la matrice des conflits des années 1920 entre révolution mondiale et socialisme dans un seul pays, simplification largement outrancière. Plus anecdotique, il présente une « amitié étroite » (p. 381) entre Trotsky et Boukharine qui n’exista jamais. Il manifeste aussi une certaine condescendance à l’égard des ouvriers récents séduits par le marxisme, qu’il voit comme un moyen de ne pas penser par soi-même… (p. 176). Fondamentalement, il fait de Lénine un homme mû par la soif de pouvoir plus que par l’idéologie socialiste (p. 626).

10Dès le début, il insiste sur son absence de pitié, s’appuyant sur l’exemple de sa réaction à la famine de 1891, ce qu’un lars T. Lih a pourtant contesté dans sa récente biographie (voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6226). Il explique en outre son engagement révolutionnaire par un dépit face à l’échec d’une intégration sociale souhaitée, et privilégie une lecture téléologique allant de Que faire ? aux procès de Moscou.

11« Il en va pour la religion comme dans les domaines de la culture et la vie sociale : les efforts des bolcheviks pour « faire un monde et un homme nouveaux » se brisèrent sur les rochers de la réalité. (…) On ne transforme pas l’homme aussi facilement : la nature humaine évolue plus lentement que les idéologies dominantes ou la société. Peut-être est-ce la seule morale durable de la révolution russe, comme, en vérité, de la terrible histoire de ce siècle. » (p. 922). Orlando Figes rejoint ici un Martin Malia ou un Richard Pipes, pour qui les principes même du socialisme sont viciés, tout en introduisant des jugements moraux dans l’analyse historienne.

Anthony C. Sutton, Wall Street et la révolution bolchevique (Wall Street and the Bolshevik Revolution), La Fenderie, Le Retour aux sources, 2012 (édition originale en 1976), 382 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Au sein de l’imposante bibliographie existant sur la révolution russe, l’ouvrage d’Anthony Sutton s’impose comme tout à fait singulier et, disons-le d’emblée, comme le contre-exemple de ce que doit être un livre d’histoire. L’auteur, qui a également signé un Wall Street et l’ascension d’Hitler, s’intéresse aux liens qui auraient été noués entre « capitalistes monopolistes » (le groupe de la banque Morgan, tout spécialement) et « communistes collectivistes », insistant pour relativiser cette opposition en grande partie fausse, selon lui, entre capitalisme et socialisme.

Pour ce faire, il a mis à profit de vrais documents d’archives, issus de dépôts américains ou britanniques, qu’il cite abondamment, mais utilise au service d’une méthodologie plus que contestable. Juxtaposant des données, il tisse entre elles des liens hypothétiques, concluant à des convergences le plus souvent douteuses, au mieux fragiles. Il a pour ce faire tendance à mettre en jeu une forme de « marxisme » primaire, insistant sur l’appartenance sociale ou professionnelle des personnes étudiées, en déduisant des intérêts financiers occultes et des accointances implicites1. Bien sûr, dans son exposé, un certain nombre d’éléments sont parfaitement justes, ce qui égare d’autant plus facilement le lecteur peu familier des événements. Il en est ainsi de la mission de la Croix rouge américaine en 1917, dont plusieurs membres, William Boyce Thompson en particulier, menèrent également un travail diplomatique afin de favoriser le maintien de la Russie dans la guerre.

Une des grandes thèses de son étude, le financement des révolutionnaires russes par certains capitalistes américains, vertèbre son approche, forçant les informations à s’intégrer à ce véritable lit de Procuste. Anthony Sutton fait ainsi de John Reed un agent double utile à la fois aux soviétiques et à certains bourgeois d’outre Atlantique. Il commet en outre un nombre d’erreurs impressionnant, erreurs de faits ou d’interprétations. Ainsi, non content de voir des trotskystes dès le début de 1917, il considère qu’ils sont derrière la constitution mexicaine promulguée la même année, qualifiée par lui de « soviétique » (p. 26). Totalement cocasse, ou loufoque, il fait également de Trotsky un Allemand, et sous-entend que le ralliement de ce dernier aux bolcheviques en 1917 aurait à voir avec un financement allemand2… Quant à la France, il estime qu’une révolution bolchevique y était également en préparation pour 1918… sous la direction de Caillaux et Malvy !!3

Bref, on le voit, Wall Street et la révolution bolchevique – qui fait mine de découvrir le souhait de certaines entreprises de commercer avec la Russie révolutionnaire – non content de réactiver certains mythes anti-communistes, en ajoute d’autres4, le tout étant mis au service d’une vision du monde conspirationniste et d’une lecture des révolutions sous l’angle privilégié de minorités manipulatrices. On connaissait déjà, autre exemple récurrent de cette école de pensée, une Révolution de 1789 orchestrée par un comité secret franc-maçon … Le seul réel étonnement à avoir est celui éprouvé face à des éditeurs de telles billevesées.

1Y compris à partir d’une adresse unique correspondant aux bureaux de plusieurs entreprises à New York, dans un immeuble de 34 étages, comme si être installé au même endroit valait automatiquement complicité active !

2Passons rapidement également sur l’hypothèse contre-factuelle selon laquelle, si la Russie ne s’était pas retirée du conflit – la faute principale en revenant à Trotsky ! – la Première Guerre mondiale aurait pu se terminer un an plus tôt : imaginer un tel scénario revient à ignorer totalement la quasi désintégration de l’armée russe à cette époque ! Pour couronner le tout, Anthony Sutton se sert de certaines des accusations (fabriquées de toutes pièces) des procès de Moscou pour justifier son principe d’une collusion entre Trotsky et certains capitalistes !

3Il imagine également une « rébellion spartakiste manquée » en 1918 (p. 147).

4Comme l’idée selon laquelle révolutionnaires et capitalistes qui les financent chercheraient en réalité à préparer l’avènement d’un système, synthèse du capitalisme et du communisme… (p. 275-276). Ou encore, « (…) j’émets l’hypothèse que la Révolution bolchevique fut le fruit d’une alliance d’étatistes révolutionnaires et financiers qui se coalisèrent contre les véritables éléments révolutionnaires libertaires russes. » (p. 289), invoquant l’auteur et militant libertaire russe Voline (1882-1945), qui n’en peut mais, comme caution …

Paul Mattick, La révolution fut une belle aventure. Des rues de Berlin en révolte aux mouvements radicaux américains (1918-1934), Montreuil, L’Échappée, collection « Dans le feu de l’action », traduit de l’allemand par Laure Batier et Marc Geoffroy, préface de Gary Roth, postface de Laure Batier et Charles Reeve, notes de Charles Reeve, 191 pages, 17 €

 

Un compte rendu de Christian Beuvain1

Ce livre se présente comme un témoignage sur les combats, dans les années vingt et trente, d’un des théoriciens du communisme de conseils, Paul Mattick (1904-1981), en Allemagne puis aux États-Unis. Comme nous l’apprennent les deux auteurs de la postface, Laure Batier et Charles Reeve2, il s’agit d’un récit retravaillé, réorganisé et finalement construit par eux deux, à partir d’entretiens distincts, l’un en 1972 et le second en 1976, avec de surcroît des interlocuteurs différents. Une mémoire historique, soumise aux « imprécisions et déformations inhérentes » à l’exhumation des souvenirs (p. 169), sert donc de trame à ce récit, « version révisée du manuscrit original » (p. 7). Le lecteur comprend ainsi mieux le nombre très élevé de notes de bas de pages (128 !), certaines très développées, mais néanmoins essentielles pour comprendre le contexte auquel Paul Mattick fait référence3, et aider les lecteurs peu familiers avec les noms d’organisation et les événements mentionnés dans le récit.

I – Les années vingt en Allemagne

Paul Mattick, issu d’une famille ouvrière de Berlin, est plongé très tôt dans le mouvement révolutionnaire allemand, d’abord par imprégnation des idées socialistes familiales – son père est syndiqué, encarté au SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) puis à l’USPD (Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne) et le jeune Paul lit le journal du SPD, Vorwärts, dès l’âge de 7 ans – puis en adhérant en 1918, à 14 ans, à la Jeunesse socialiste libre qui regroupe spartakistes, anarchistes et socialistes de gauche. A partir de là, son parcours politique personnel, comme celui de nombreux jeunes Allemands de cette époque, s’identifie à la révolution qui possède pour ses amis et lui les allures d’ « une grande aventure » (p. 27). Pour financer leur journal Jeunesse rouge [Rote Jugend], apparentée au KAPD4, son groupe, armé, se lance dans les expropriations et les cambriolages. Lors du putsch de Kapp5 en mars 1920, puis en mars 1921 (« Action de Mars ») lors d’une tentative insurrectionnelle du KPD (Parti communiste d’Allemagne) et du KAPD, il se bat, les armes à la main, dans les rues et les quartiers ouvriers de Berlin (Wedding, Neuköln, Charlottenburg). Paul Mattick échappe à la répression, continue à militer activement, mais il reconnaît lui-même que dans « toute cette activité, la théorie était reléguée au second plan » (p. 40). En 1923, embauché dans une usine de construction de matériel ferroviaire vers Cologne (alors sous administration britannique suite au Traité de Versailles), il est délégué d’usine, participe à l’organisation d’une grève avec occupation, qui se heurte aux troupes britanniques, puis est envoyé par l’AAUD (Union générale ouvrière d’Allemagne, syndicat radical lié au KAPD) à Leverkusen renforcer les grévistes. Il côtoie tout un milieu d’expropriateurs révolutionnaires, les « bandits rouges », constitués autour de militants hors-normes comme Max Hölz (connu par son livre de témoignages6), Karl Plättner, Karl Gonschoreck, qui devient son ami et dont il restitue ici la mémoire (p. 62-64) ou Peter Utzelmann. L’argent, ainsi « exproprié », sert à aider les militants en fuite ou est versé aux familles des emprisonnés. En même temps, Paul Mattick commence à écrire des comptes rendus ou de courtes histoires pour les journaux du KAPD et de l’AAUD, Kaz et Der Kampfruf, ainsi qu’à lire énormément, grâce à la bibliothèque d’un ami issu de la bourgeoisie juive éclairée. C’est dans ce contexte culturel qu’il fréquente les cercles d’artistes de l’AAUE7, en particulier Franz Pfemfert, l’animateur de la revue politico-littéraire, Die Aktion8. En 1926, il se marie – les circonstances de son mariage semblent forcées, puisqu’il écrit de sa future épouse : « elle a tenté sa chance et m’a poussé à vivre en couple, jusqu’à ce que je sois enfin « mûr » pour l’épouser » (p. 79) – et décide d’émigrer aux États-Unis. La seconde partie de sa vie commence alors, à seulement 22 ans !

II – Être révolutionnaire aux États-Unis

A Chicago, ville industrielle avec des dizaines de milliers d’immigrants allemands et beaucoup d’organisations social-démocrates, Paul Mattick trouve du travail chez Wertern Electric. En même temps qu’il apprend l’anglais, il adhère en 1928 aux IWW (Industrial Workers of the World)9, organisation syndicaliste-révolutionnaire largement sur le déclin à cette époque, mais son caractère trop « syndicaliste » ne le satisfaisant pas totalement (p. 85) – bien qu’il y écrivit dans les années 1931-1933 des articles ainsi qu’une brochure La crise mortelle du capitalisme (p. 100) – il prend alors contact avec des militants du Parti prolétarien (Proletarian Party) lors de conférences sur le communisme.

Nous abordons là les épisodes, au sein des marges dissidentes de la gauche étatsunienne, les plus intéressants de ses souvenirs. Bien qu’il faille réfuter pas moins de trois affirmations en une seule page (p. 86) concernant la création du Parti prolétarien et celle d’un des partis communistes (réduit d’une manière étrange à un parti composé de « juifs de New York ») et le soi-disant choix de ce dernier comme « vrai » parti communiste par les soviétiques10, les discussions au sein du Parti prolétarien, la prééminence accordée à l’étude des textes marxistes et à l’éducation des travailleurs, la scission qui donne naissance fin 193211 à l’United Workers Party puis au Group of Councils Communists (Groupe des communistes conseillistes) ainsi que les relations conflictuelles avec le Parti communiste d’Earl Browder lorsque Paul Mattick décide de « ressusciter » le journal de la fin du XIXe siècle, le Chicagoer Arbeiterzeitung d’August Spies et Joseph Dietzgen12, constituent un récit appréciable, car peu connu des lecteurs français. En particulier, une quinzaine de pages brossent, malgré une chronologie très floue et de trop nombreuses approximations, un portrait vivant (agrémenté de photographies), des actions du mouvement des chômeurs13 (Unemployed Councils) lors de la « Grande dépression » – rappelons au passage qu’en 1932 le pays compte 13 millions de sans travail soit près du quart de la population active, dont 750 000 rien qu’à Chicago. Dans cette ville, ce mouvement – dans lequel des militants de la Chicago Workers League (organisation de chômeurs liée au Parti prolétarien) auraient eu une part prépondérante, selon Paul Mattick – se veut unitaire, puisque y participent des organisations trotskystes, le Parti prolétarien, le Parti communiste des États-Unis [CPUSA], des socialistes et des « Lovestoneites »14 ! En ce sens, Chicago, la « ville rouge » par excellence des États-Unis depuis les décennies 1870-188015, ne renie rien de ses traditions. Y compris sur le plan tragique puisque le 3 août 1931, une manifestation de protestation contre l’expulsion d’une vieille femme (72 ans) noire de chez elle pour cause de loyer impayé (« rent riot » ou « rent protest ») se termine en heurts très violents avec la police, qui abat ce jourlà trois noirs et en blesse six autres (p. 109). Parmi les victimes, John O’Neil, Frank Armstrong et Abe Grey, ce dernier est un des militants organisateurs noirs du CPUSA et du Conseil des chômeurs de Chicago16, ce que n’indiquent ni Paul Mattick ni Charles Reeve. Si l’on croise les souvenirs de l’auteur avec les recherches de l’historienne Randi Storch, qui dans son ouvrage Red Chicago17 consacre un chapitre à l’organisation et aux luttes du Conseil de chômeurs de la ville, aucune mention n’est faite d’une quelconque influence du groupe évoqué par Paul Mattick, alors que la présence des militants communistes y apparaît prépondérante18. Paul Mattick ne reconstruit-il pas, à l’échelle de tous les quartiers ouvriers de Chicago, ce qui se passait dans quelques assemblées locales, en surévaluant l’impact de son groupe ? La confusion de ces propos au sujet d’une organisation nationale de lutte (The Workers Alliance for America), idée qui selon lui serait due à la proposition de leur groupe (p. 106), alors que cette Alliance ne se structure qu’en février/mars 1935 lors d’un Congrès à Washington avec 125 délégués de 17 États, soit quatre ans après les grandes manifestations de chômeurs dans les villes industrielles du pays, semble l’attester.

Quoiqu’il en soit, cette participation « au mouvement ouvrier à Chicago a été la plus belle période de [sa] vie. » (p. 119) pour celui qui se proclame « un penseur de la catastrophe » car « sans catastrophe, il n’y a pas de socialisme possible. » (p. 155-156). Vers la fin de sa vie, dans les années 1970, les écrits de Paul Mattick – qui depuis les années trente n’a cessé d’écrire ouvrages, brochures ou articles dans la presse militante d’extrême gauche qui voulait bien les accueillir – connaissent un certain succès dans les milieux conseillistes et ultra gauche européens, dans un contexte de reprise de l’agitation révolutionnaire. L’ouvrage regroupant des textes (de Karl Korsch, Otto Rühle et lui-même), extraits des revues Living Marxism et New Essays, par la collection 10-18 en 1973, en est un des signes19.

Bien que cet ouvrage soit loin d’être satisfaisant historiographiquement parlant, pour les multiples raisons évoquées dans cette note critique, son principal mérite réside quand même, non pas dans l’évocation des soubresauts insurrectionnels de l’Allemagne de Weimar, puisque d’autres témoignages (Max Hölz20, Franz Jung21, entre autres) ou analyses (parmi les dernières parues, celle de Chris Harman22 ou de Paul Frölich et alii23) avaient déjà œuvré précédemment dans ce sens, mais plutôt dans cette focale braquée sur les États-Unis, tant notre connaissance du mouvement communiste (ou tout simplement du mouvement ouvrier) dans ce pays est précaire, en l’absence d’une historiographie conséquente24. Souhaitons néanmoins que la biographie intellectuelle de Paul Mattick par Gary Roth25 soit traduite un jour pas trop lointain …

1Je remercie Jean-Guillaume Lanuque et Frédéric Thomas de leur relecture attentive.

2Charles Reeve est le nom de plume du militant Jorge Valladas (1945, Lisbonne), proche du communisme de conseils (conseillisme*), qui écrit et vit à Paris depuis 1967, après avoir déserté de l’armée portugaise, par refus de la guerre coloniale. Laure Batier appartient également à cette mouvance révolutionnaire, tout comme l’autre traducteur, Marc Geoffroy, fils de Marc Chirik et de Clara Geoffroy, tous deux militants communistes de conseils.* Le conseillisme ou communisme de conseils diverge du communisme de type léniniste, tout en étant marxiste. La forme privilégiée du pouvoir prolétarien réside selon ses partisans dans la forme du conseil ouvrier, soviet en russe, apparu en 1905 et 1917 en Russie, lors de la révolution allemande en 1918-19, à Turin en 1920, etc. Les conseillistes sont parfois assimilés rapidement aux communistes de gauche voire à l’ultra gauche.

3Par suite du caractère militant des concepteurs de cet ouvrage, ces notes laissent parfois affleurer des jugements de valeur.

4Le Parti communiste ouvrier d’Allemagne (KAPD) est une scission du KPD, en avril 1920, qui regroupe des communistes anti-parlementaires.

5En mars 1920, une partie de l’armée appuyée par les Corps francs nationalistes et certains éléments de la police tente un coup d’État contre la République de Weimar. Une grève générale, qui se transforme dans la Ruhr en insurrection, fait échouer ce putsch, dont Wolfgang Kapp était un des dirigeants.

6Max Hölz, Un Rebelle dans la révolution, Allemagne 1918-1919, Paris, Spartacus, 1988.

7Il s’agit d’une scission conseilliste, autour d’Otto Rühle, de l’AAUD. Selon Paul Mattick, elle était composée à 90% d’intellectuels (p. 76), un pourcentage qui paraît exagéré.

8Lire dans Lionel Richard, D’une apocalypse à l’autre (UGE 10-18, 1976), les pages qui leur sont consacrées (p. 43-45 et 147-151)

9Le syndicat des IWW naît en 1905 de la volonté de fonder un syndicalisme d’industrie, de solidarité ouvrière et de lutte de classe, c’est-à-dire en opposition frontale et franche avec les buts et moyens du syndicat majoritaire chez les ouvriers qualifiés, l’American Federation of Labor (AFL). Sur ce mouvement, on dispose en français de l’ouvrage de Larry Portis (décédé en 2011), IWW et syndicalisme révolutionnaire aux États-Unis, Paris, Spartacus, n°133 B, avril-mai juin 1985, ainsi que de deux récits, ceux des américains Franklin Rosemont, Joe Hill et la création d’une contre-culture ouvrière révolutionnaire, Paris, Éditions de la CNT-Région parisienne, 2008, et Joyce Kornbluh, Wobblies & Hobos, Montreuil, L’Insomniaque, 2012.

10En premier lieu, le Parti prolétarien (PP), s’il s’origine dans une scission au sein de l’aile gauche du Parti socialiste américain en 1916-1917, n’est fondé comme organisation séparée qu’à un Congrès à Détroit les 27-29 juin 1920, après que son noyau dirigeant (Dennis Batt, John Keracher, Al Renner) ait été exclu du Parti communiste d’Amérique [CPA] en février 1920, parti que ces militants contribuèrent à créer, en septembre 1919, par une alliance tactique (qui dura peu) avec la Fédération russe et les « juifs » new yorkais vilipendés par Paul Mattick ! Quant aux soi-disant hésitations de la Comintern pour reconnaître un « vrai » parti communiste, elles ne concernaient nullement un choix entre le PP (bien trop réduit en nombre) et le CPA, mais entre le CPA et le second parti communiste fondé au même moment, le Communist Labor Party [CLP], dont le célèbre John Reed était un des leaders. Après trois ans de scissions, d’unifications factices suivies de nouvelles scissions, ces deux partis finissent par se réunir définitivement, sous l’ultimatum de la Comintern, dans le Workers Party of America (WPA) début 1923. Le Parti prolétarien refuse de rejoindre ce WPA, malgré une invitation expresse du Secrétaire général du Comité exécutif de la Comintern, O. W. Kuusinen (lettre du 7 avril 1923). Étonnamment, Charles Reeve omet de rectifier ces erreurs.

11Et non en 1934 comme l’indique Charles Reeve en note 88, p. 85-86.

12August Spies est un des anarchistes pendu à Chicago en novembre 1887 pour l’attentat à la bombe à Haymarket Square. Joseph Dietzgen, théoricien autodidacte socialiste, correspondant de Karl Marx, il est l’auteur de L’Essence du travail intellectuel humain en 1865, traduit et publié en 1973 aux éditions Champ libre (avec une préface d’Anton Pannekoek).

13Sur le mouvement des chômeurs, un ouvrage de James Lorence, Organizing the Unemployed : Community and Union Activists in the Industrial Heartland, Albany, State University of New York Press, 1996. Lire également un récit (militant) détaillé et documenté sur https://libcom.org/history/1930-1939-unemployed-workers-movement#footnote13_s4nxw82

14Nom donné aux partisans de Jay Lovestone après leur exclusion du Parti communiste des États-Unis (CPUSA) en 1929, pour « déviationnisme de droite ». Ils créent alors une organisation marginale, qu’eux-mêmes pensent néanmoins comme le vrai parti communiste, accusant le CPUSA de trahir le léninisme et d’adopter une ligne sectaire qui éloigne les masses du communisme. Ce groupe change souvent de nom au cours des années suivantes, avec des scissions. Quand à Jay Lovestone il devient dans les années cinquante un fervent maccarthyste.

15Dans cette décennie, s’organisent les anarchistes, les syndicalistes luttant pour la journée de huit heures. En 1905, les IWW sont fondés dans cette ville, ainsi que les deux partis communistes en septembre 1919.

16Randi Storch, Red Chicago. American Communism at its Grassroots, 1928-1935, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 2007, p. 99-100.

17Randi Storch, Red Chicago. American Communism at its Grassroots, 1928-1935, op. cit.

18Peut-être existe-t-il d’autres travaux qui accordent une place aux marges révolutionnaires à Chicago ? Dans sa biographie de Paul Mattick, Marxism in a Lost Century : A Biography of Paul Mattick (Leiden, Brill Academic Publishers, 2015), Gary Roth (le préfacier de ce livre) semble mettre sur un plan d’égalité les organisations de chômeurs des communistes, des socialistes et du Parti prolétarien. Ses sources sur ce sujet sont la presse militante et les ouvrages sur le mouvement des chômeurs. Son ouvrage est accessible en ligne : https://libcom.org/files/Gary%20Roth%20-%20Marxism%20in%20a%20Lost%20Century%20-%20A%20Biography%20of%20Paul%20Mattick.pdf

19La Contre-révolution bureaucratique, Paris, UGE, coll. 10-18, 1973.

20Max Hölz, Un Rebelle dans la révolution, Allemagne 1918-1919, op. cit.

21Franz Jung, Le Chemin vers le bas. Considérations d’un révolutionnaire allemand sur une grande époque (1900-1950), Marseille, Agone, 2007.

22Chris Harman, La Révolution allemande, 1918-1923, Paris, La Fabrique, 2015, compte rendu sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/6870

23Paul Frölich, Rudolf Lindau, Albert Schreiner, Jakob Walcher, Révolution et contre-révolution en Allemagne, 1918-1920. De la fondation du Parti communiste au putsch de Kapp, Paris, Éditions Science marxiste, 2013, compte rendu sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/6848

24Sur ce sujet, lire notre « Dossier : Du mouvement ouvrier, révolutionnaire et communiste des États-Unis », revue électronique Dissidences, n° 4, automne 2012, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2524

25Voir note 18.

 

 

Paul Boulland, Des vies en rouge. Militants, cadres et dirigeants du PCF (1944-1981), Paris, Éditions de l’ Atelier, 2016, 350 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, issu de sa thèse d’histoire1, Paul Boulland livre une contribution magistrale et majeure à la compréhension de la culture politique des cadres et dirigeants du Parti communiste français de la période d’après la Seconde Guerre mondiale, jusqu’à l’arrivée de la gauche au pouvoir en 19812. Dans le prolongement des travaux de Bernard Pudal3 promouvant une sociologie historique du PCF en se penchant sur l’invention d’un modèle de militant communiste (le « cadre thorézien »), l’historien se penche, pour sa part, sur la gestion et la perpétuation de ce modèle dans la période qui succède à la guerre.

Sa démonstration est conduite en neuf chapitres, mêlant à la fois une approche chronologique et une dimension plus thématique. L’ouvrage s’ouvre par une citation qui situe parfaitement l’esprit d’un parti en pleine exaltation patriotique de l’union nationale : « Faire la guerre. Créer une puissante armée française. Reconstruire rapidement notre industrie, avant tout notre industrie de guerre (…). Préparer et créer dans l’union des cœurs et des cerveaux la renaissance de notre patrie, pour faire une France libre, forte et heureuse » (p. 17), proclamation qui est « en conformité avec les perspectives géopolitiques de Staline » (p. 23), selon l’auteur. Très rapidement, le rôle joué par le Parti et ses militants dans la Résistance n’est pas le critère central pour les places et le recrutement des cadres, dans un parti aspiré/aspirant au pouvoir. C’est l’heure de la bataille de la production et le bloc PCF-CGT «  s’efforce (…) de contenir les aspirations ouvrières » (p. 41). La stratégie du PCF est claire, dans le prolongement de la stratégie soviétique, la conquête du pouvoir est exclue en France depuis 1944. « Thorez s’efforce (donc) d’écarter toutes tentatives radicales », dont le meilleur exemple est la grève Renault de 1947, dans laquelle le PCF s’engagera « en s’efforçant de limiter les revendications aux primes de rendement » (p. 43). Ainsi qu’on le constate à travers les quelques éléments de citation fournis, l’analyse de Paul Boulland ne recoupe que très partiellement l’histoire officielle défendue par le PCF. Cet engagement des militants du PCF repose sur la place prépondérante d’un instrument de contrôle mis en place dans les années trente, les autobiographies. Ce contrôle biographique de la direction, par le biais de la section des cadres, permet notamment de réguler la place dans le parti des anciens résistants, culminant dans les procès politiques et les « affaires » du début des années cinquante (objet du chapitre 2), avec l’exclusion d’André Marty et de Charles Tillon. Paul Boulland démontre de manière convaincante, à partir du cas d’une militante plusieurs fois arrêtée (p. 65), comment l’institution communiste contrôle étroitement et sélectionne son personnel. Il s’agit bien de manifester une vigilance de tous les instants, afin de réguler le corps militant. A travers les cas des anciens dirigeants résistants, la « dénonciation de Marty et Tillon (y) apparaît comme une entreprise de disqualification systématique de toutes les opinions divergentes accumulées depuis 1940 (Pacte germano-soviétique, insurrections, dissolutions des milices patriotiques, participation au gouvernement, doctrine Jdanov) » (p. 84). La mort de Staline ne constitue pas une réelle occasion pour essayer de renouveler les pratiques politiques, mais produit plutôt du resserrement sur la discipline et les militants les plus fidèles, si bien que ceux qui apparaissent comme les tenants d’une ligne plus ouverte et unitaire, seront eux aussi mis au ban du parti. C’est le cas de Laurent Casanova et Marcel Servin en 1961, « dernier sursaut du thorézisme » (p. 102). En effet, jusqu’aux années soixante, le contrôle des cadres est à son apogée, y compris dans la sphère intime et privée : « Au sommet, un appareil administratif centralisé, chargé d’élaborer, de diffuser et de faire appliquer les critères de sélection et de promotion des militants. Cette gestion s’efforce de garantir la conformité sociologique, biographique et comportementale du personnel politique, en articulant indicateurs quantitatifs, évaluation individuelle et contrôle moral (…) » (p. 109). Cette activité est dévolue à un nombre restreint de permanents, peu connus, comme Jean Dobrenine, René Maire ou encore Georges Brichot, animateurs de la Section de montée des cadres (SMC) qui mettent en œuvre, grâce à des techniques plus modernes que l’autobiographie, une politique visant toujours à promouvoir un personnel d’extraction ouvrière. Ce travail de vérification permet à l’auteur de mettre en exergue les « mauvais militants », par exemple ceux qui sont intéressés par le modèle yougoslave ou dont le réseau social n’est pas conforme à l’idéal communiste proclamé. D’ailleurs, la moralité (mari trompant sa femme ou homosexualité) apparaît comme un motif bien supérieur que le désaccord politique exprimé sur tel ou tel aspect de la politique du parti. En tous les cas, à travers la SMC « Le Parti communiste français et son groupe dirigeant disposent d’un outil essentiel pour assurer la conformité du personnel politique » (p. 134).

Cependant à partir des années soixante, cette centralité du personnel ouvrier pour le recrutement des dirigeants commence à s’éroder, politique paradoxalement mise en œuvre par des cadres ouvriers formés après la Seconde Guerre mondiale. Cet aggiornamento s’identifie avec la période de la direction de Waldeck Rochet, dont l’objectif est d’innover dans l’identité du parti, tout en n’abandonnant pas l’identité partidaire. L’analyse de la politique de recrutement des écoles centrales de formation du PCF montre clairement une évolution des critères de sélection qui font de plus en plus place à la détention d’un capital scolaire dans les parcours militants. Si le contrôle autobiographique s’amenuise nettement (il n’est plus décisif de remplir sa bio et celles qui le sont encore sont de moins en moins détaillées), en revanche, la modernité introduit de plus en plus d’éléments statistiques, conduisant à une gestion plus objective et bureaucratique du corps dirigeant, aboutissant d’ailleurs à un recul de la capacité d’intervention préalable de la SMC dans la sélection des cadres. Ce relâchement de la vigilance est cependant revivifié au milieu des années soixante, conséquence du développement d’un mouvement trotskyste (illustré par Voix ouvrière) et maoïste, ces deux composantes étant d’ailleurs confondues en un « sino-trotskysme ». On y découvre ainsi que « les fédérations du PCF mettent en place un système de repérage et de surveillance, y compris par des filatures, afin de reconstituer les réseaux militants » (p. 206). Sur une base documentaire très importante, soit 150 rapports qui rendent compte des conférences des sections de la banlieue sud, l’auteur s’intéresse à la manière dont ces évolutions sont perçues par le corps des cadres intermédiaires. Ces conférences apparaissent comme des lieux relativement ouverts au débat, où se confrontent une orientation identitaire (fidélité à l’URSS, pour faire court) et une orientation plus critique. Cependant, ce qui ressort le plus clairement de ces moments d’échange, c’est une position des cadres comme évaluateurs de la politique, du fait de la détention de plus en plus marquée de capitaux spécifiques : « Ils bénéficient (…) d’un capital politique et militant qui les distingue de fait des militants de base, avec lesquels ils entretiennent dès lors une relation hiérarchique qu’ils assimilent à un rapport entre enseignants et élèves » (p. 220). Se manifeste ainsi de manière croissante au sein du parti une distanciation entre les cadres et les militants de base.

A quoi ressemble la vie quotidienne de ces fameux cadres ? C’est l’objet du chapitre 8, qui présente de nombreuses informations sur la manière dont les permanents organisent leur travail politique au quotidien. On retiendra, au passage, que contrairement à des idées souvent colportées, une forte hétérogénéité des statuts se manifeste, en fonction des départements, avec des degrés de professionnalisation plus ou moins marqués, en rapport avec les moyens matériels et politiques conférés par l’implantation du Parti. Paul Boulland, tout en décrivant l’univers des cadres, y compris dans sa dimension matérielle des conditions de vie, se refuse pourtant à évoquer la formation d’une bureaucratie, dont pourtant toutes les caractéristiques sont présentes. Il illustre ces pratiques politiques à travers le cas d’Andrée Moat4, secrétaire de section de la banlieue parisienne (p. 262 et suivantes), moment d’évocation d’une rare densité (que l’on songe simplement au fait que cette militante assiste à 123 réunions en 1954, auxquelles s’ajoutent encore 34 réunions syndicales, temps saturé et engagement total se confondant alors). L’ultime chapitre porte sur la période 1968-1981, celle qui voit s’accumuler les ruptures avec le modèle canonique et se mettre en place les éléments qui déboucheront sur la crise du PCF. Période marquée par l’accession au secrétariat général de Georges Marchais, personnalité sur laquelle Paul Boulland revient pour nettement corriger les analyses diffusées dans les années quatre-vingt sur le « Marchais collaborateur ». Il rappelle ainsi que Georges Marchais a bien travaillé chez Messerschmitt, mais dans le cadre de la réquisition de 1942. Son cas n’est pas unique, car on compte au moins dix autres cas similaires parmi les dirigeants du PCF. Son caractère exceptionnel tient au fait qu’il est le seul dirigeant dans ce cas ayant accédé aux responsabilités nationales. Cette précision apportée, l’auteur revient plus précisément à son objet, à savoir l’évolution du corps dirigeant, de moins en moins contrôlé par les instances idoines, même si ces dernières utilisent désormais l’informatique. Dès les années soixante-dix les chiffres produits indiquent une claire montrée en puissance des enseignants (et accessoirement des étudiants) parmi les organismes fédéraux, au détriment des dirigeants issus des classes populaires. La crise qui affecte la fédération de Paris constitue une bonne illustration de la déliquescence du modèle du cadre thorézien, les dirigeants parisiens (emmenés par Henri Fiszbin) où les ouvriers ont quasi disparus, développent une ligne alternative à celle développée par l’institution communiste. Dans une très dense conclusion, Paul Boulland rappelle la spécificité absolue que représente la culture communiste, puisque « A bien des égards, l’histoire de la politique d’encadrement, de la Libération à la fin des années 1970, est celle de la préservation d’un mode de légitimation politique des classes populaires élaboré dans la matrice stalinienne de l’entre-deux guerres » (p. 308). Cette disparition (au moins tendancielle) des ouvriers s’expliquerait par la conjonction à la fois du remplacement des ouvriers qualifiés par les techniciens au sein de l’encadrement communiste, sur fond de fragilisation de la classe ouvrière et enfin, par la massification scolaire qui a délégitimé le savoir auto-didaxique ou le capital proprement militant. Le PCF, en promouvant les plus qualifiés ou les plus titrés, au détriment des immigrés, des ouvriers spécialisés ou des précaires, aurait ainsi creusé sa propre tombe. Cette conclusion ultra-sociologique fait cependant fi des prises de position politiques prises par le PCF.

Plus largement, si la démonstration de ce livre est conduite de main de maître, le PCF est, à notre sens, insuffisamment abordé à travers ses prises de positions politiques et sous l’angle (trop) limité du prisme organisationnel, pouvant déboucher (c’est notamment le cas dans la conclusion) sur cette tendance à l’hyper-sociologisme, qui fait dépendre les prises de position des statuts sociaux. On l’aura compris, cette remarque participe d’une discussion ouverte, permise par la richesse d’un livre qui mérite de recevoir un très large accueil.

1Acteurs et pratiques de l’encadrement communiste à travers l’exemple des fédérations de la banlieue parisienne (1944-1974), Paris I, thèse d’histoire sous la direction de Jean-Louis Robert.

2En effet, si la thèse s’achevait au moment de la formation de l’Union de la gauche, le livre prolonge l’investigation de quelques années supplémentaires, au moment précisément où la crise du PCF commence à se manifester clairement. Sur cet aspect, lire Julian Mischi, Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, 2014. Le compte rendu de ce livre se trouve ici : https://dissidences.hypotheses.org/5141

3Bernard Pudal, Prendre parti. Pour une sociologie historique du PCF, Paris, Presses de la FNSP, 1989.

4 Paul Boulland, à cette occasion, manifeste un usage particulièrement fécond du Maitron, le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (DBMOF), dont il est par ailleurs le co-directeur.

Marianne Stern, 1993. Echappée rouge, Verberie, éditions Voy’[el], 2014, 270 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marianne Stern est une auteure d’imaginaire demeurée pour le moment dans la catégorie des écrivains peu connus, à qui il manque un réel chef d’œuvre pour s’imposer. Son dernier roman, Smog of Germania, est un livre steampunk1 qui avait été précédé par ce 1993. Echappée rouge, curieusement non indexé sur le site de référence Noosfere. Il s’agit d’une uchronie dont le sujet, plutôt original, ne peut que retenir l’attention de Dissidences.

Dans cet univers, en effet, Mikhaïl Gorbatchev a été écarté du pouvoir suprême en 1989, suite à un empoisonnement progressif, et remplacé par Miroslav, tenant de la ligne dure. Dès lors, les manifestations de la société civile en RDA sont écrasés par la force, et le mur de Berlin reste debout, tout comme l’URSS. Quatre ans plus tard, le monde est, comme à plusieurs reprises dans le passé, au bord de l’explosion. La guerre en Afghanistan s’est en effet poursuivie, les Etats-Unis continuant d’armer les rebelles, mais c’est en Europe que le Kremlin souhaite porter l’offensive. En une réédition du blocus de Staline sur Berlin-Ouest, l’objectif est en effet de pousser les Occidentaux à la faute, afin d’obtenir un prétexte pour fermer les accès aériens de l’enclave et l’intégrer ainsi au bloc de l’Est. L’intrigue s’organise autour de quelques personnages, citoyens de RDA, dont les parcours se croisent : Anya, femme forte ayant réussi à se hisser au sein de l’élite des pilotes de chasse ; son frère Stefan, scientifique de génie qui s’efforce de ralentir les progrès d’un armement biologique censément interdit, lui dont le doute est croissant ; Julian, dont le propre comportement limite est aggravé par le statut de déserteur et dissident attribué à son frère Mathias. Le récit lui-même, riche en considérations techniques sur les avions de combat, est entrecoupé de rapports d’agents soviétiques ou occidentaux.

Le problème, c’est que l’intrigue est construite avant tout sur le passage progressif en résistance de tous ces protagonistes, et sur les moyens qu’ils vont pouvoir mettre en œuvre afin d’échapper à la sagacité des agents de la Stasi et du KGB. Tout cela donne l’impression d’être très superficiel, le cadre choisi étant avant tout prétexte à la dénonciation d’une dictature policière, ce que renforce la citation choisie en exergue du livre, que l’on retrouve également dans le corps du texte : il s’agit d’une déclaration de von Stauffenberg, l’officier allemand responsable du célèbre attentat contre Hitler du 20 juillet 1944, un parallèle qui autorise donc le rapprochement entre cette URSS uchronique et l’Allemagne nazie. Les méthodes des services secrets du bloc de l’Est sont d’ailleurs tellement étouffantes qu’elles ne peuvent que mécaniquement provoquer la résistance et la rébellion… Les dimensions sociale et économique sont totalement passées sous silence, tout comme la situation dans les autres démocraties populaires, du reste. Plus grave, le contexte ayant permis ce regain de guerre froide n’est jamais explicité, et on a peine à croire que l’URSS, déjà affaiblie par les années de transformation de la seconde moitié des années 19802, puisse revenir si facilement en arrière. Le renforcement drastique de la répression et de la surveillance, tel qu’il est présenté dans le roman, n’aurait certainement pas pu être effectif sans une embellie sensible de la situation économique. Enfin, les personnages soviétiques sont réduits à leur composante russe, uniquement mus par leur patriotisme, sentiment littéralement irréductible. On pourrait également critiquer la crédibilité de l’opération constituant le climax du roman, mais ce livre est déjà suffisamment fragile sans en rajouter : dans ce type de création, on attend sérieusement un vrai travail de recherche et de réflexion historiques, totalement négligé ici.

1Il s’agit, rappelons-le, d’un genre littéraire dont l’action se déroule dans l’atmosphère d’une société dominée par la révolution industrielle du XIXe siècle. 

2Voir par exemple Roger Keeran / Thomas Kenny, Le Socialisme trahi. Les causes de la chute de l’Union soviétique, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/6534

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage est issu d’une thèse de science politique, De la LCR au NPA (1966-2009), sociologie des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, soutenue en 2011. Elle fait suite aux thèses de Jean Paul Salles (publiée sous le titre La Ligue Communiste révolutionnaire, 1968-1981. Instrument du Grand soir ou lieu d’apprentissage, PUR, 2005) et Stéphanie Rizet (demeurée inédite à ce jour), La distinction militante. Transformations et invariances du militantisme à la Ligue Communiste1. Si, globalement, les courants « situés à l’extrême-gauche du champ politique n’avaient été que peu étudiées » (p. 25), ainsi que le pointe l’auteure, le constat se doit d’être relativisé car la LCR est de loin l’organisation qui a suscité le plus d’intérêt de la part du champ académique2.

Revendiquant un point de vue interactionniste, à l’intersection de la sociologie de l’engagement et de celle des partis politiques, l’auteure a bénéficié d’un matériau d’analyse d’une richesse incomparable. En effet, dans la tradition du courant révolutionnaire, le militantisme ne se traduit généralement pas par la délivrance d’une carte de membre, comme il est d’usage dans la majorité des socialisations politiques. Or, après la présentation d’Olivier Besancenot aux élections présidentielles de 2002, les cartes d’adhérents furent introduites au sein de la LCR, mais inusitées. En effet, le NPA souhaitait fonctionner comme un parti classique, mais sans en avoir les moyens, ne serait-ce que l’utilisation des cartes qu’il diffusait et qui étaient entassées dans un carton au fur et à mesure de leur remontée. Ces milliers de cartes furent le matériau originel de la recherche, matériau auquel furent ajoutés des questionnaires distribués lors de plusieurs occasions (congrès notamment) ainsi que des entretiens (quarante-cinq au total, dont la liste figure en fin d’ouvrage). S’appuyant sur ce travail documentaire, Florence Johsua a également effectué des observations ethnographiques à l’occasion d’activités militantes, en particulier des réunions. On peut d’ailleurs regretter le caractère « parisiano-centré » de cette démarche, tant les réalités d’implantation en province auraient pu permettre de dresser un portrait plus diversifié de ce peuple militant.

L’analyse se déploie en trois temps Pour commencer, l’auteure s’intéresse aux transformations de la composition sociale de la LCR, à l’aune des modifications du champ socio-économique, de la fin des années 1960 à l’aube des années 2000. Issu principalement du champ de la jeunesse scolarisée, le corps militant de l’organisation subit un processus de vieillissement de son noyau demeuré actif politiquement, tout en continuant à attirer des jeunes, en particulier à partir de 2002. Avant le passage au NPA, plusieurs générations se côtoient donc au sein de la même organisation. Pour illustrer ces transformations, l’auteure utilise la technique, très riche, du portrait de militant (e) afin d’illustrer le processus qui conduit de l’engagement total au moment de Mai 68 à l’insertion sociale dans les années qui suivent (lire les parcours de militants développés par l’auteure). Mais c’est avec la candidature d’Olivier Besancenot en 2002 qu’une véritable rupture se manifeste. Le succès de ce dernier attire en effet des catégories nettement plus populaires, représentatives des difficultés qui se manifestent sur le marché du travail : précaires, déqualifiés, femmes… qui caractérisent une plus grande fragilité sociale de ces nouveaux adhérents. Ces couches nouvelles, fruits d’une forme de déclassement social (liée au décalage entre leur niveau de formation scolaire/universitaire et leur insertion professionnelle effective) montre assez clairement qu’il n’y a pas de fatalité pour que l’engagement se renouvelle, contrairement aux pronostics pessimistes (ainsi, celui de Jacques Ion qui envisageait une « fin des militants »3) sur l’épuisement des formes de mobilisations.

De ce point de vue, Florence Johsua manifeste une originalité importante dans le milieu de la recherche, dominé par la conception selon laquelle l’inadéquation entre la dotation scolaire et le rendement en termes d’insertion sur le marché du travail est producteur de déception4. Elle démontre, à partir de son cas d’étude, qu’au contraire, le passage par l’enseignement supérieur peut être un facteur de politisation et de dotation de ressources nouvelles pour les luttes, l’engagement. C’est un premier acquis fort de son analyse. La seconde partie du développement est plus particulièrement consacrée à la dimension idéologique de l’engagement. Pour cela, elle observe ce qui s’échange dans les cellules, sur le terrain parisien. Ce qu’elle enregistre, c’est une remise en cause du schéma stratégique originel, la croyance en la rupture révolutionnaire s’estompant largement dans le discours des nouvelles générations militantes. Cependant, ces évolutions ne sont pas exprimées en termes de « révisionnisme », mais plutôt comme l’expression d’un « droit à l’expérimentation » politique, tirant ces expressions du côté de la novation politique. Certains auteurs, attentifs aux discours portés par la gauche radicale, ont pu évoquer le caractère pragmatique du programme défendu par la LCR. L’identité marxiste révolutionnaire défendue par les plus aguerris des militants fait ainsi place à un questionnement sur la filiation politique chez les plus jeunes. Cette modification sensible est largement redevable à un certain effondrement des certitudes les mieux ancrées liées à la fin du système soviétique en 1989 et ses effets de ressac. Cependant, ces évolutions profondes des référents idéologiques n’empêchent pas le retour d’un certain refoulé orthodoxe, se manifestant en particulier dans le cadre du NPA. Ce dernier a été en effet depuis sa création en 2009 le terrain d’exercice et d’influence de luttes pour la définition d’une « véritable » identité révolutionnaire, aboutissant à une cartellisation de l’organisation.

Enfin, dans une dernière partie, l’accent est mis sur les évolutions de la vie militante. Le modèle léniniste du révolutionnaire professionnel, issu d’une lecture (sans doute) restrictive du Lénine de Que faire ?, est remis en cause. Florence Johsua se saisit des multiples dimensions de cette transformation, ainsi le fonctionnement du modèle du service d’ordre5. L’intégration (progressive) d’une perspective de genre, fruit du militantisme féministe des années 70 et suivantes, constitue un des facteurs mis en exergue par l’auteure pour saisir les transformations perçues. De même, la sensibilité de la LCR aux mobilisations des homosexuel-les (hélas trop vite abordée) participe de cette remise en cause d’un militantisme héroïque et masculin. Pourtant, note Florence Johsua, « si la LCR a peu à peu intégré les questions antisexistes à son agenda politique, rendant plus coûteuses qu’auparavant les remarques et attitudes ouvertement machistes, les pratiques et les représentations du militantisme ne se sont pas radicalement transformées, en tout cas, pas au point de bouleverser l’ordre de genre et les fondements de la division sexuelle du travail militant » (p. 205). Ce constat est d’autant plus vrai qu’il est difficile de promouvoir des attitudes empreintes des valeurs du féminisme quand l’absence de fortes mobilisations des femmes empêche d’exercer des pressions sur la vie sociale et sur le milieu militant. Ces remises en cause s’accélèrent après 2002, provoquant plus une coexistence qu’une réelle substitution des modèles de militantisme. A côté d’individus complètement immergés dans la vie partidaire vont s’ajouter des nouveaux nettement moins impliqués, illustrés une nouvelle fois par des portraits de militants, hommes et femmes.

De la lecture de cette analyse des permanences et des transformations du militantisme, le lecteur sort assez convaincu. Demeure une limite forte de ce travail, pour une appréhension plus générale des transformations de l’engagement révolutionnaire, le fait qu’il soit centré sur une seule tradition trotskyste, celle de la LCR, au détriment d’une approche intégrant, ne serait-ce que sous forme de questionnements, les autres composantes de la mosaïque de la gauche radicale. Le propos en eût été singulièrement enrichi. Reste l’approche systématique et riche d’un parcours d’utopie, qui se prolonge aujourd’hui principalement dans le NPA, mais aussi dans Ensemble6.

1Cette thèse de sociologie, soutenue à l’Université Paris VII en 2006, est curieusement absente de l’ouvrage de Florence Johsua.

2Cf. la recension des travaux conduits sur le trotskysme, Georges Ubbiali, « Les forces de la révolution. Bilan de presque quarante ans de recherche universitaire sur le trotskyme », Dissidences, n° 6, 2009.

3Ion Jacques, La fin des militants ?, Paris, éditions de l’Atelier, 1997.

4L’ouvrage le plus emblématique de ce type d’analyse est celui de Stépahne Beaud, 80% au bac… et après ?, Paris, la Découverte, 2003.

5On pleut ainsi citer, p. 166, le refrain du SO qui avait attaqué, au sens propre, le meeting d’Ordre Nouveau en1973, provoquant la dissolution de la Ligue Communiste :

« Dans la nuit noire brillent les mousquetons…

Les gardes mobiles nous barrent le chemin

Mais dans nos rangs il n’y a pas d’hésitation

Les gardes mobiles ça s’enfonce très bien

Au premier commandement

Nous chargeons gaiement

Nous frappons durement l’ennemi

Nous somme le bataillon

Du premier régiment

De la future armée ouvrière

Nous sommes le bataillon du premier régiment

Digne héritier du SO JCR »

6Ensemble, lancé fin 2013, est une des composantes du Front de gauche. Une grande partie de ses militants proviennent de l’ex-LCR et du NPA.

Adrien Le Bihan, Isaac Babel. L’écrivain condamné par Staline, Paris, Perrin, 2015, 345 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Cette biographie d’Isaac Babel est due à la plume d’Adrien Le Bihan, qui, ayant déjà écrit sur James Joyce ou de Gaulle, a décidé de dresser le portrait de cet auteur juif soviétique – mondialement connu pour Cavalerie rouge1 – qui vécut tous les renversements de perspective de la Russie communiste, d’Octobre 17 aux dernières purges de 1939, dont il fut victime. Ce n’est pas la première biographie consacrée à cet écrivain, puisque l’universitaire Judith Stora-Sandor en 19682 ou Jérome Charyn en 20073 s’y étaient déjà attelés.

Né en 1894 à Odessa (ville incluse à l’époque dans la zone de résidence de l’Empire russe réservée aux populations juives, maintenant en Ukraine), dans le quartier juif de la Moldavanka, Isaac Babel passe son enfance à Nikolaïev, port industriel proche d’Odessa, à l’atmosphère « plus provinciale » selon Léon Trotsky – qui y étudia une année en 1896 avant l’année suivante de fonder l’Union ouvrière de la Russie méridionale, de tendance marxiste– mais qui n’en comptait néanmoins pas moins de « huit mille ouvriers d’usine et à peu près deux mille artisans. »4 Son père étant un courtier en machines agricoles relativement aisé, Isaac Babel, par ses études, d’abord dans une école religieuse (« Ah, les Talmuds moisis de mon enfance ! lira-t-on dans Cavalerie rouge) puis dans une école financière et commerciale, est plongé très tôt dans l’apprentissage des langues étrangères, la culture classique et les livres, écrivant ainsi ses premiers textes, en français, dès l’âge de 15 ans, avant d’en publier dans les Annales, la revue de Gorki, en 1916. Mobilisé en 1917, il se trouve sur le front roumain lorsque les bolcheviks déclenchent la révolution en octobre. Revenu d’abord à Odessa puis à Petrograd, accueillant cette révolution « avec enthousiasme » (p. 36), il se tourne de nouveau vers Gorki pour publier de nouveaux textes, en même temps qu’il devient une sorte de « compagnon de route » de la Tchéka5, en tant que traducteur.

Recruté à Odessa par l’antenne méridionale de l’Agence télégraphique russe (acronyme Rosta), l’organisme de propagande révolutionnaire, dirigée dans cette ville par Mikhaïl Koltsov, jeune (21 ans) agitateur bolchevique6, il est envoyé comme propagandiste aux côtés de la première armée de cavalerie rouge, la Konarmia de Semion Boudionny7 lors de l’offensive soviétique contre la Pologne (mai/septembre 1920). Il écrit alors pour le journal de la 6e division, Le Cavalier rouge, envoyant ses dépêches à Rosta du train affecté à la section politique, un « train peinturluré de slogans, qui transporte une section de radio et le matériel d’imprimerie d’où sortent Le Cavalier rouge et les tracts distribués en chemin. » (p. 63). Il vit et travaille, au début, dans ce train, avant d’être logé, ensuite, aux étapes, chez l’habitant des shtetls8 traversés. Ses articles évoquent, entre autres, les pogroms perpétrés sur les Juifs par les troupes polonaises et les cosaques de l’Ukrainien Petlioura, mais pas celui commis en septembre à Polonoe par des cosaques de la 6e division, accompagné de l’assassinat de son commissaire politique, aux cris de « Mort aux Juifs, aux communistes et aux commissaires ! » (p. 82). Cette division est dissoute de force et 700 soldats sont exécutés pour activités contre-révolutionnaires.

Ses premiers écrits issus de son expérience dans les troupes rouges datent de 1923, ainsi que des textes anti-religieux. Dans ces années-là, les revues littéraires abondent, qu’elles soient de tendance Proletkult (prolétarienne) comme En Sentinelle, d’avant-garde comme LEF (Front de gauche des arts) de Maïakovski et Ossip Brik, ou La Friche rouge de Voronski. Babel publie dans les deux dernières. Isaac Babel se rend-il compte qu’être appuyé par Voronski, soutien d’écrivains comme Boris Pilniak et Zazoubrine très mal vus par les « prolétariens », mais aussi (et surtout ?) éditeur de Léon Trotski (Littérature et révolution), ne peut que lui valoir de se retrouver au centre de conflits qui dépassent le seul domaine littéraire, alors que les attaques des partisans de Staline (Vorochilov entre autres) visent d’abord ses écrits de cavalerie ? Il est accusé de n’être ni dialecticien ni marxiste, d’être donc « idéologiquement étranger » à la cause du communisme et sa « haine des moujiks » l’apparenterait à Dénikine ! (p. 107). Pourtant, cette première attaque fait long feu. Son recueil de trente-quatre nouvelle, L’Armée de cavalerie (Cavalerie rouge) publié en 1926 sous les auspices de Fourmanov, l’auteur réputé de Tchapaïev, est épuisé en six semaines. Il y aura jusqu’à sept rééditions.

Isaac Babel, devenu un auteur reconnu, s’essaie à l’écriture de scénarios pour le jeune cinéma soviétique, parmi lesquels celui d’après son récit de voleurs, Bénia Krik, dont le contenu, considéré comme anti-soviétique, le fit retirer rapidement des salles (1927). Le scénario tiré du roman d’Upton Sinclair, Jimmie Higgins, a plus de chance : le film sort en 1928. Plus tard, l’adaptation de Boule de suif de Maupassant est abandonnée. Une pièce de théâtre, Le Crépuscule, est montée au Théâtre des ouvriers de Bakou en 1927, puis à Odessa et enfin à Moscou. Un séjour en France de juillet 1927 à octobre 1928 (Paris principalement, avec une courte escapade à Marseille) lui permet de flâner sur les quais, de rencontrer Boris Souvarine, Paul Vaillant-Couturier, Nino Frank, etc., d’entamer des recherches sur la Révolution française, à la Bibliothèque nationale, pour un récit (qui ne vit jamais le jour), de lire les auteurs ou livres français du moment. En juillet 1928 il assiste à la sortie de son recueil, traduit par Maurice Parijanine9 et rebaptisé Cavalerie rouge, chez Rieder10, dans la collection « Lettres étrangères » (p. 142). Il se dit déçu des réactions.

En URSS, Isaac Babel enquête dans les kolkhozes de la région de Kiev sur la collectivisation forcée, appuyée par les unités de l’Armée rouge de ses amis du temps de la guerre civile, les généraux Iakir et Primakov, et sur l’industrialisation autour du barrage hydroélectrique de Dnieprostoi. Bien qu’ayant fini par obtenir un appartement à Moscou (deux pièces au premier étage d’une maisonnette en bois11), il décide néanmoins de repartir pour Paris à la fin de 1932 et obtient, après plusieurs refus, son passeport, grâce à la persuasion de son ami Gorki auprès de Staline. Il participe à de nombreux meetings, pour le XVe anniversaire d’Octobre 17 ou en faveur de la jeune Association des écrivains et artistes révolutionnaires (AEAR), où il rencontre André Malraux, André Gide ou d’autres « compagnons de route » célèbres. Isaac Babel, qui selon Adrien Le Bihan « n’est pas loin de considérer le stalinisme de ces années-là [période de la primauté donnée à l’industrialisation lourde] comme une civilisation » (p. 187) rencontre sans doute une oreille attentive auprès de ces intellectuels, mais ses échanges avec Boris Souvarine doivent être plus circonspects. Après une longue visite à Gorki dans sa résidence de Sorrente (dans le golfe de Naples) au printemps 1933, où il termine une pièce de théâtre (Maria), que Gorki, la trouvant mauvaise, ne défendit pas, il rentre à Moscou en août 1933. Il revient une troisième fois à Paris, en juin 1935, pour le célèbre Congrès international des écrivains pour la défense de la culture12, comme membre de la délégation soviétique, avec Boris Pasternak, qui n’est pas de ses proches, mais sans Maxime Gorki. Il sympathise avec l’écrivain communiste étatsunien Michael Gold [de son vrai nom Itzok Isaac Granich], rédacteur en chef de la revue New Masses, auteur d’un roman « prolétarien » autobiographique, Juifs sans argent (Jews Without Money), que le quotidien du Parti communiste français, L’Humanité, passa en feuilleton (de septembre à novembre 1922), après que les ESI (Éditions sociales internationales) l’aient publié au début de la même année.

Dans l’URSS de la fin des années trente, la stalinisation des cadres dirigeants va de pair avec l’élimination, progressive puis brutale, de la génération militante des années héroïques, dans les Grands procès publics, mais également dans les déportations et les exécutions à l’écart de toute mise en scène. Nikolaï Iéjov devient, en septembre 1936, commissaire du peuple à l’Intérieur, donc le dirigeant de la police politique, le NKVD, à la place de Guenrikh Iagoda. Isaac Babel, qui depuis la guerre civile a toujours côtoyé des tchékistes, est un ami d’Evguénia Feigenberg, devenue la femme de Iéjov. Il devient, selon l’expression d’Adrien Le Bihan, une « proie protégée » (p. 250), puisqu’il semble que Iéjov soit pour Isaac Babel une seconde protection (contre Staline), efficace, maintenant que Gorki est décédé. Mais deux ans plus tard Staline décide de remplacer Nikolaï Iéjov par Lavrenti Béria, et Isaac Babel est arrêté chez lui le 15 mai 1939, enfermé à la prison de la Loubianka. Tous ses écrits (manuscrits, correspondances …) sont saisis et jusqu’à aujourd’hui n’ont été retrouvés dans aucun dépôt d’archives ouverts aux chercheurs. Ses aveux (du moins ce que l’on en connaît13) ressemblent aux aveux extorqués à cette époque : dirigés et instrumentalisés pour correspondre à ce qui doit apparaître, même si tout n’est pas forcément utilisé pour confondre d’autres personnalités qui pourraient être incarcérées. Ainsi, il semble qu’il impliquât/qu’on lui fit impliquer Ilya Ehrenbourg et Sergueï Eisenstein mais pas Boris Pasternak… Ensuite, dans des lettres au Parquet (et de nouveau lors de son procès) Isaac Babel désavoue ses aveux mensongers, en particulier à propos de Sergueï Eisenstein et de la femme de Nikolaï Iéjov. Le 26 janvier 1940, il est jugé dans sa prison, par trois juges militaires, en vertu du fameux article 58 qui englobe le sabotage de l’économie socialiste, le terrorisme contre le Parti, l’espionnage, etc. Il est condamné à mort – alors que Staline et le Bureau politique ont déjà paraphé, dix jours avant, une liste de personnes à exécuter … dont Isaac Babel et Mikhaïl Koltsov – et exécuté le lendemain. Sa réhabilitation intervient en décembre 1954.

Adrien Le Bihan livre à ses lecteurs une honnête biographie d’Isaac Babel, confrontant autant qu’on puisse le faire sa vie d’écrivain soviétique inséré dans les différents cercles des privilégiés de l’intelligentsia (Mikhaïl Koltsov pour les journalistes/agitateurs, Sergueï Eisenstein pour les cinéastes, Maxime Gorki, Ilya Ehrenbourg pour les écrivains, pour ne citer que ceux-là), sa vie privée agitée (une femme à Moscou et une autre à Paris) et ses œuvres. En l’absence d’une plongée dans les archives, son récit s’arrime aux œuvres complètes d’Isaac Babel, et emprunte à une bibliographie (restreinte) sur le communisme soviétique, sur des témoignages de contemporains ainsi que des essais dont la pertinence de certains paraît douteuse, alors qu’il manque des travaux littéraires universitaires14. Par exemple, si Adrien Le Bihan caractérise correctement, on vient de la voir, les écrits d’auteurs comme Vitali Chentalinski, on s’étonne qu’en ce qui concerne la révolution ou la guerre civile, des évocations aussi partiales que celle du romancier Ivan Bounine (p. 45), qui trouva refuge chez les Blancs, avant de s’exiler en France, ou de Sergueï Melgounov15 (p. 35), émigré blanc lui aussi, soient données sans distance critique. Au sujet de la relation entre littérature et politique en URSS, il nous semble que l’Union des écrivains, qui dès 1934 réunit ceux que Staline invitait, dès 1932, à être les « ingénieurs de l’âme humaine » est largement négligée alors que c’est l’intermédiaire officiel entre le pouvoir et les écrivains. Adrien Le Bihan n’évite pas l’écueil de nous présenter un écrivain russe fameux, privilégié, confronté néanmoins à la censure de l’État/Parti, en butte, à cause d’un livre – Cavalerie rouge – à la haine farouche de Staline, lequel aurait attendu (pourquoi ?) la fin de la terreur de masse (la Iejovtchina) pour se débarrasser de lui. L’argument, central puisqu’il donne son sous-titre au livre (« L’écrivain condamné par Staline »), paraît court, à moins de croire que Gorki et Iejov ont pu, par-delà la haine de Staline, protéger Isaac Babel ? Guère convaincant non plus. Il reste néanmoins un livre agréable à lire, cohérent dans la maîtrise de son sujet et de sa problématique, aux nombreux éléments d’information sur quelques personnages fascinants, comme le passeur littéraire Alexandre Voronski16, le journaliste d’influence Mikhaïl Koltsov ou le chef de cosaques rouges Vitali Primakov17.

1Isaac Babel, Cavalerie rouge suivi de Journal de 1920, Arles, Actes sud, collection « Babel », 1997, 398 pages, 9,70 €.

2Judith Stora-Sandor, Isaac Babel : 1894-1941, l’homme et l’œuvre, Paris, Klincksieck, 1968. Cette auteur travailla sur Alexandra Kollontaï dans les années 1970 : Judith Stora-Sandor, Alexandra Kollontaï : Marxisme et révolution sexuelle, Paris, François Maspero, collection « Bibliothèque socialiste, n° 25 », 1973, 286 pages.

3Jérome Charyn, Sténo sauvage. La vie et la mort d’Isaac Babel, Paris, Le Mercure de France, 2007.

4Léon Trotsky, Ma Vie, Paris, Gallimard/Le Livre de poche, 1966 (1ere édition chez Rieder, 1930), p. 125, 134.

5Acronyme de la Commission extraordinaire pan-russe pour la répression de la contre-révolution et du sabotage, créée en décembre 1917 par le Conseil des commissaires du peuple.

6Mikhaïl Koltsov devient dans les années trente un journaliste et un propagandiste reconnu. Il est envoyé en Espagne pendant la guerre. Il est arrêté pendant les purges et meurt en 1940 ou 1942. Ernest Hemingway dépeint Koltsov sous les traits de Karkov dans son roman sur la guerre d’Espagne, Pour qui sonne le glas (octobre 1940, chez Gallimard/folio, 1973).

7Orthographié aussi Boudienny.

8Un shtetl est une petite ville ou un quartier juif.

9Ce même Parijanine dont Léon Trotsky blâma la traduction de Ma Vie chez ce même Rieder.

10Les éditions Rieder, du nom de leur fondateur en 1913, Frédéric Rieder, publient des auteurs marqués à gauche, communistes comme Paul Nizan, Jean Richard-Bloch, pacifistes comme Romain Rolland ainsi que des romanciers populistes.

11Dans son roman policier qui se passe dans l’URSS des années trente, Le Royaume des voleurs (Éditions des Deux Terres, 2012, 10-18, 2013), le romancier William Ryan domicilie son héros moscovite, l’inspecteur Korolev, à la même adresse (4, Bolchoï Nikolo Vorobinski), mais la maisonnette est devenue un immeuble, et Isaac Babel est bien un de ses voisins (en réalité, l’auteur n’avait qu’un seul voisin, un représentant commercial autrichien).

12Sur cet événement primordial pour la culture anti-fasciste des années trente, lire Sandra Teroni, Wolfgang Klein, Pour la défense de la culture : les textes du Congrès international des écrivains, Paris, juin 1935, Éditions universitaires de Dijon, 2005.

13Les sources indiquées par Adrien Le Bihan en ce qui concerne les aveux (p. 304, 308) proviennent de Vitali Chentalinski, La Parole ressuscitée. Dans les archives du KGB, Paris, Robert Laffont, 1993 et d’un ouvrage russe (non traduit) de Sergueï Povartsov, Cause du décès : fusillé. Chronique des derniers jours d’Isaac Babel, Moscou, Terra, 1996. Sur leur fiabilité, on s’en tiendra à cette remarque de l’auteur : « Chentalinski, suivi par ceux qui promènent dans l’Histoire le lumignon des secrets d’alcôve (…) » (p. 308).

14Comme par exemple ceux de Simon Markis, spécialiste de la littérature russe juive ou de Deborah Levy-Bertherat, « Cavalerie rouge d’Isaac Babel, version dissidente de la légende populaire ? », Silène, n° spécial, « Une dissidence intérieure ? La littérature soviétique en résistance », janvier 2012, sur http://www.revue-silene.com/f/index.php?sp=comm&comm_id=90 , consulté le 18 octobre 2016.

15Son livre, La Terreur rouge en Russie, 1918-1924, édité en France en 1927, est actuellement au catalogue des éditions des Syrtes, qui publient des auteurs anti-communistes, chrétiens ainsi qu’Ernest Nolte ou Alexandre del Valle, néoconservateur au passé d’extrême droite.

16Sur ce bolchevique, lire Claude Kastler, Alexandre Voronski, 1884-1943. Un bolchevik fou de littérature, Grenoble, Ellug, 2000, ainsi que le compte rendu dans la revue électronique de Dissidences, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1035

17Cet officier de l’Armée rouge, qui périt lors des purges des années 1936-37, épousa Lili Brik (sœur d’Elsa Triolet) après le suicide de Maïakovski, le compagnon de cette dernière.

 

1936. Le sursaut du monde ouvrier, Paris, Lutte ouvrière, 2006, 127 pages, 6 €, supplément au n° 1974 de Lutte ouvrière.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A mi chemin entre une grosse brochure et un petit livre, il faut signaler l’intérêt de cet opuscule1, dans le cadre des célébrations du 70e anniversaire du Front populaire. Sous l’égide de Lutte ouvrière, ce texte ne prétend nullement faire œuvre d’historien, car il s’agit clairement d’un texte engagé, à visée pédagogique.

Pour autant, il tranche nettement avec une bonne partie de la prose militante éditée sur ce sujet, notamment en raison de l’aperçu international qu’il offre. A l’encontre d’une littérature centrée uniquement sur la dimension hexagonale de l’année 36, ce court texte offre au contraire une perspective ouverte sur les exemples étrangers. Bien sûr le Front populaire français constitue la plus grosse partie du document, avec notamment deux chapitres consacrés à des dimensions peu mises en avant, le Front populaire et les femmes (ou l’absence de politique), ainsi que le Front populaire et les colonies (où la poursuite de la politique coloniale la plus classique). Mais le texte s’ouvre par le rappel du soulèvement ouvrier autrichien en 1934, l’insurrection des Asturies la même année, les procès de Moscou en 1936 ou encore la guerre civile espagnole, autant d’aperçus d’un grand intérêt, permettant d’insérer le mouvement gréviste français dans un contexte beaucoup plus large. Si l’on peu regretter que les autres exemples mobilisés (Belgique, Grande-Bretagne, Pologne, Grèce, Yougoslavie) soient trop réduits pour ressembler à autre chose qu’une esquisse, en revanche, on retiendra l’excellent et ultime chapitre consacré au mouvement ouvrier américain face à la politique du New Deal et à l’émergence d’un syndicalisme de lutte de classes. Si l’attitude de la direction du syndicat CIO est présentée de manière assez caricaturale (ses dirigeants créant un nouveau syndicat pour pouvoir mieux trahir les intérêts ouvriers), il n’en reste pas moins que ce document suscite une curiosité pour des aspects souvent négligés des luttes de classes internationales de cette période. Des photographies, uniquement à titre d’illustrations, de plus non référencées (sans aucune indication d’auteur, d’agence de presse, de datation, etc.), agrémentent ce récit militant2.

2Ce compte rendu de 2006 a été légèrement enrichi en octobre 2016, pour ce dossier sur le Front populaire [note de la rédaction].

Olivier Besancenot, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique, Paris, Cherche midi, 2016, 144 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Depuis quelques années maintenant, Olivier Besancenot, dirigeant emblématique du NPA, publie au Cherche midi de courts ouvrages consacrés à l’actualité politique et à la situation socio-économique. Après On a voté… et puis après ?1 et La Conjuration des inégaux2, voici donc Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique, qui s’inscrit dans la continuité du dernier cité. L’optique est assez semblable à celle d’Alain Bihr dans La Novlangue néolibérale (une citation du 1984 d’Orwell est d’ailleurs placée en exergue), à ceci près que la démarche se veut ici plus directement vulgarisatrice.

Pour chaque terme ou expression, la version critiquée précède celle censée être plus conforme au réel, avant une explication plus développée. Pourtant, dans son texte préalable, Olivier Besancenot prend soin de prévenir : il ne veut surtout pas imposer une nouvelle vulgate langagière, mais son argument selon lequel tout « totalitarisme » doit être évité se rapproche sensiblement d’avec un certain relativisme d’époque… La plupart des mots abordés concernent la lutte des classes, dissipant toute idée de relation à l’amiable entre employeur et employé, mettant en cause l’affaiblissement de la Sécurité sociale par la multiplication des exonérations de « charges » (en réalité des cotisations, forme de salaire socialisé), le « coût du travail » réduisant les salariés à un poids, ou le remplacement des négociations par des « audiences », un mot dont Olivier Besancenot ne souligne pas suffisamment les réminiscences d’Ancien Régime. Sur tous ces points, il s’agit pour le militant trotskyste de défendre le Droit du travail contre toute réforme intéressée, et de rappeler la centralité des classes sociales, face aux notions fourre-tout de « peuple » et de « milieux » sociaux, les classes dites moyennes constituant bien un « grand trou noir sociologique » (p. 106). « Gouvernance » est également un terme très utilisé, mais en dehors des explications d’Olivier Besancenot sur les progrès qu’il permettrait à la sphère privée face au secteur public, il nous semble surtout se caractériser par une forme de neutralité technique, transcendant les affiliations politiques, ce que ne permet pas un gouvernement, censé être, en théorie, une émanation représentative de la population.

Parmi ce florilège, plusieurs exemples concernent la Poste, que l’auteur pratique directement. Mais l’on trouve également des mots en relation avec la dénonciation du capitalisme financier et du capitalisme vert, les progrès du langage d’extrême droite (la critique du « droit-de-l’hommisme », par exemple) ou avec la situation (géo)politique. Toutefois, les explications apparaissent parfois un peu courtes, empreintes d’un esprit généraliste, consensuel. Ainsi, pour « barbares », dont la généalogie historique est convenablement retracée, l’article conclut simplement par une mise en garde contre toutes les formes de barbarie, guerres occidentales en particulier (quid d’ailleurs du fameux « gang des barbares », dont on connaît très bien les motivations antisémites ?). De même, concernant les violences religieuses, qu’Olivier Besancenot prend soin de ne pas réserver aux seuls musulmans, sont soulignés la responsabilité des sociétés, et non des religions en tant que telles3. On retrouve là un nouvel exemple de ce silence dénoncé par Jean Birnbaum dans son ouvrage, Un silence religieux4, qu’apparemment Olivier Besancenot n’a pas lu. Les progrès de la surveillance de nos sociétés « terrorisées » sont également stigmatisés, Olivier Besancenot soulignant bien la différence de perception entre le Patriot Act étatsunien, largement critiqué en France à l’époque, et l’évolution récente de la législation française. Enfin, le Parti socialiste est une autre cible privilégiée, lui dont « l’économie sociale de marché » programmatiquement revendiquée tirerait ses racines de la pensée libérale d’après-guerre (dans un contexte de domination des partis de gauche, donc).

Ce Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique s’inscrit ainsi dans une volonté de reprendre l’avantage, sur le terrain du langage d’abord, dans une optique très « gramscienne » de contestation de l’hégémonie dominante, alors que l’échéance présidentielle s’approche à grands pas et que l’extrême gauche demeure socialement et médiatiquement peu audible. La filiation invoquée dans l’article « Intégration d’origine contrôlée » a toutefois de quoi surprendre, car faisant l’impasse sur le communisme, le trotskysme et l’internationalisme5. Pour une organisation issue de la Ligue communiste révolutionnaire, cela semble autoriser ceux qui travaillent sur les extrêmes gauches à se demander si ne s’enracine pas ici, sinon déjà une rupture avec un héritage trotskyste ou léniniste, du moins un éloignement progressif de ces fondamentaux, dans lesquels effectivement beaucoup de militants des nouvelles générations ne se reconnaissent d’ailleurs plus (ou très peu)6.

1Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/2615

2Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/4636

3« Ce n’est donc pas l’affaire d’une religion, ni même de religion en général, même lorsqu’elle est appliquée très pieusement. » (p. 83). On sent sur ce sujet l’influence d’un Pierre Tevanian (voir http://dissidences.hypotheses.org/3873) ou d’un Stéphane Lavignotte (voir http://dissidences.hypotheses.org/5418), bien plus que d’un Yvon Quiniou (voir http://dissidences.hypotheses.org/6394).

4Lire sur ce blog la recension critique de ce livre, http://dissidences.hypotheses.org/7568

5« Celle dont je me revendique est aux côtés des communards, des grévistes de 1936, des résistants de la Seconde Guerre mondiale ou des manifestants de Mai 68. » (p. 98), ce qui apparaît également comme très consensuel (qui en France ose s’élever contre la Résistance, hormis l’ultra-droite ?) au sein des gauches, tant qu’on en reste à une énumération progressiste aussi généraliste.

6Cette question est abordée (entre autres) par Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, bientôt chroniqué sur ce blog.

Benoît Abtey, Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. 2 – Tuez-les tous !, Paris, Glénat, 2016, 62 pages, 13,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tuez-les tous ! est la suite directe de La Fin des Romanov1, et peut-être l’épisode central d’une œuvre destinée à devenir, a minima, une trilogie. L’album commence donc avec la scène conclusive du premier tome, la famille Romanov étant sur le point d’être exécutée par les bolcheviques, et Volodia destiné à abattre celle qu’il aime, Anastasia.

Deus ex machina, ce sort funeste est déjoué par l’intervention d’agents des services secrets britanniques et allemands. La fuite, commencée à travers le Kazakhstan et l’Ukraine, se termine à Berlin, la famille impériale étant toute entière sauvée, en dépit des efforts successifs de Dzerjinski et de Staline en personne. Débute alors une autre aventure, impliquant Volodia et Anastasia, désormais mariés : tous deux doivent se rendre en Sibérie, afin de rencontrer l’amiral Koltchak et négocier l’échange de l’or russe en sa possession contre le tsar. L’Allemagne aura dès lors les moyens de s’acquitter des réparations fixées par le traité de Versailles, et les blancs disposeront du plus symbolique étendard qui soit. Mais victimes de la mise hors-jeu de leur avion, les deux amants se retrouvent contraints d’endosser l’uniforme soviétique afin de sauver leur vie.

Disons-le franchement, ce second épisode poursuit dans la veine totalement romanesque, pour ne pas dire franchement burlesque, du premier album. Car enfin, comment imaginer ce scénario totalement improbable que l’on découvre dès la page 9 ? Les autorités allemandes avaient peu d’intérêt à sauver la vie de Nicolas II (ainsi que l’explique Marc Ferro dans La Vérité sur la tragédie des Romanov2), quant au roi Georges, on sait désormais qu’il a tout fait pour ne pas accueillir le tsar dans son royaume. La real politik cède ici la place aux bons sentiments et aux solidarités familiales. Quant au cœur de l’intrigue du dernier tiers de l’album, elle ne repose là aussi que sur du sable : il est en effet inenvisageable pour Koltchak de remettre sur le trône un Nicolas II discrédité, qui plus est en cédant l’or russe en sa possession, moyen indispensable de financer les armées blanches. Les épisodes de la fuite de la famille impériale sont un moyen de développer les tendances sensibles dans La Fin des Romanov. Leur sauvetage3 par une famille paysanne montre que la population rurale ne soutient pas réellement les Rouges, toujours accusés de se complaire dans la violence gratuite et le sang4, et le seul espoir réside dans l’improbable synthèse imaginée par la princesse Maria : réussir à combiner la religion et l’écoute des besoins du peuple, de ses souffrances, telles que Marx avait su les exprimer (un Marx lu à l’aune révisionniste, puisque c’est la banque qui incarne l’ennemi). Nicolas II est d’autant plus désireux de réussir qu’il a appris de ses erreurs, est d’une générosité incontestable (son geste vis-à-vis de la famille l’ayant accueilli) et que la révolution ne tient finalement qu’à ses propres erreurs.

On se retrouve finalement assez proche de l’idéologie développée par Vladimir Volkoff et Jacqueline Dauxois dans leur roman uchronique Alexandra5. Les dessins suivent plus que jamais une trame extrêmement cinématographique, s’inspirant comme dans la bande-dessinée Taïga rouge du témoignage de Ferdynand Ossendowski dans Bêtes, hommes et dieux (cette belle planche, p. 58-59, d’un fleuve rougi par le sang des blancs, qui fait écho au début du premier album), mais ne suffisent pas à embellir une histoire qui méprise autant l’histoire6.

1Voir sa recension sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/6286

2Voir sa recension sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/5284

3Au sens propre et figuré, puisque ce sont eux qui parviennent, grâce à des remèdes traditionnels, à rétablir le tsarévitch blessé peu de temps auparavant. Ou comment le lien entre ce dernier et la Russie profonde (celle de Raspoutine) est ainsi renoué…

4L’image de Trotsky buvant un verre de vin rouge dans son train blindé page 42, alors qu’il vient de commander la destruction de l’avion non identifié de Volodia et Anastasia, évoque la parole fameuse du député Vergniaud à Marat, en pleine session de l’Assemblée législative : « Donnez-lui un bon verre de sang pour le rafraîchir ». Cette page permet également de faire justice d’une autre erreur : Lénine et Trotsky ne se tutoyaient pas, mais se vouvoyaient.

5Jacqueline Dauxois, Vladimir Volkoff, Alexandra, Paris, Albin Michel, 1994. Voir notre article à paraître dans le volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

6Dernier exemple, Nicolas II, captif en Allemagne, est gardé par un caporal nommé Adolf Hitler…

Daniel Audoux, L’Actualité du Trotskysme. La Quatrième Internationale pour l’émancipation des travailleurs, Saint-Denis, Edilivre, 2015, 342 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ces dernières années, après l’embellie des années 2000, le trotskysme est redevenu un sujet de l’ombre pour les médias et les maisons d’édition. On ne peut donc qu’être intéressé par la parution d’un ouvrage somme, qui plus est d’un auteur jusqu’à présent inconnu des chercheurs du domaine concerné. Las ! Ce livre, publié de manière quelque peu confidentielle, et probablement en partie à compte d’auteur, n’est une nouveauté que dans son titre et dans le nouveau pseudonyme utilisé par son auteur. Il s’agit en effet de la reprise d’un ouvrage paru initialement en 1997, De Trotsky à Laguiller. Contribution à l’histoire de la IVe Internationale, signé Daniel Coquema, qui avait fait l’objet de rééditions légèrement rajeunies : Qui sont les Trotskystes ? (d’hier à aujourd’hui), de Daniel Erouville (visiblement le véritable nom de l’auteur) en 2004 chez L’Harmattan1, et Besancenot, Gluckstein, Laguiller… et quelques autres de Daniel Coquema à nouveau, en 2007 chez Lulu2.

Nous n’allons bien évidemment pas nous lancer dans l’exégèse de cette nouvelle incarnation du Verbe de Daniel Coquema/Erouville/Audoux, mais tenter d’en proposer une évaluation aussi objective que possible. D’emblée, il manque un vrai travail d’éditeur, ce qui explique sans doute les erreurs de mise en page, les redites, le non-respect de la concordance des temps pour les passages rajoutés au fil des éditions, ou un ton parfois excessivement familier. Plus gênant, certaines informations sont carrément erronées : Engels qui meurt en 1898 (au lieu de 1895), Rudi Dutschke assassiné en 1968 (il meurt onze ans plus tard), ou Trotsky pas encore bolchevique en septembre 1917 (il l’est depuis le début de l’été). Mais le principal défaut de cette étude, c’est son caractère nettement partisan. On peut parler à son sujet d’histoire idéologique, qui s’inscrit essentiellement dans la veine du trotskysme « lambertiste » (l’insistance sur les forces destructrices l’emportant dans le capitalisme depuis 1914), plus exactement dans une version légèrement dissidente. Daniel Audoux critique ainsi la tendance de l’organisation, depuis le Groupe Lambert jusqu’au POI, à manifester une déviation syndicaliste, tout comme les exclusions trop nombreuses à son goût (elles ne devraient être qu’exceptionnelles). Mais la continuité l’emporte clairement, depuis Marx et Engels jusqu’à Trotsky, la IVe Internationale, après avoir subi le révisionnisme du « pablisme » à partir des années 19503, et les difficultés de recomposition du Comité international, ayant finalement pu être reproclamé au début des années 1990.

Les références bibliographiques sont toujours les mêmes (tout comme les annexes, d’ailleurs), principalement des citations de Lénine et Trotsky, des extraits du Programme de transition, des revues ou brochures « lambertistes », des ouvrages de Pierre Broué et Jean-Jacques Marie. Le plus sidérant, sur ce point, c’est l’absence complète de travaux universitaires anciens ou récents (je pense entre autres au mémoire de maîtrise d’Emmanuel Brandely sur l’OCI ou aux travaux de Jean Hentzgen sur le PCI majoritaire dans les années 1950 et première moitié des années 1960). L’historique qui est fait demeure d’ailleurs pour l’essentiel lacunaire. Les années 1930 sont centrées sur la France, ignorant les développements en Espagne ou aux États-Unis avec la naissance du Socialist Workers Party (SWP) ; il en est de même pour la Seconde Guerre mondiale. Il est également souvent peu lisible : le listage des différentes organisations actuelles se réclamant du trotskysme en France perd le lecteur du fait de ses innombrables signes et groupements se revendiquant de la IVe Internationale (quelques schémas et organigrammes auraient été appréciables). Même l’idée selon laquelle il y aurait une famille trotskyste, qui semble inviter à une différenciation des courants trotskystes, aux identités parfois franchement antagonistes, ne sert qu’à repousser Lutte ouvrière et le NPA, trop conciliants vis-à-vis de l’Union européenne et de la gauche plurielle. Daniel Audoux verse même dans une vision complotiste, estimant que dans les années 1980, l’Internationale socialiste cherchait sciemment à débaucher des militants trotskystes afin de contrer la possible émergence d’une alternative trotskyste.

A bien des égards, on a affaire à un exposé hors-sol, totalement intemporel, un commentaire de textes qui ignore superbement la recherche sur les trotskysmes, et se contente d’un discours en grande partie incantatoire et exclusiviste (« Le Trotskysme est la forme actuelle, et la seule forme possible, du Marxisme », p. 323). Ce qui semble avoir surtout été réactualisée, dans cette nouvelle version, c’est l’introduction, dans laquelle l’auteur insiste sur les révolutions « prolétariennes » ayant touché le monde arabe, sur le rôle crucial et incontournable des syndicats (en Tunisie comme en Espagne), et sur ces ennemis majeurs que sont selon lui l’impérialisme étatsunien et l’Union européenne, sa marionnette. L’État islamique, dans cette vision du monde, n’est qu’une « création de toutes pièces » des premiers cités (sic, p. 5). Rien de bien nouveau, donc, et je me permets à mon tour de réutiliser le titre de l’article que j’avais écrit il y a près de vingt ans en réaction au premier essai de Daniel Coquema : « De Trotsky à Laguiller, ou le contre-exemple d’une histoire du trotskysme »4.

1Une chronique en avait été rédigée sur notre ancien site.

2Nous en avions rendu compte dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=427

3La position de la IVe Internationale sur la Yougoslavie de Tito après sa rupture avec Moscou étant, selon Daniel Audoux, un « pablisme anticipé ».

4In Critique Communiste, n° 148, printemps 1997, (p. 91-92).

Collectif, Les nouveaux partisans : Histoire de la Gauche prolétarienne, par des militants de base, Marseille, Al Dante, collection « Documents », 2015, 398 pages, 17 €.

couv_gpUn compte rendu de Georges Ubbiali

La quatrième de couverture présente la publication de cet ouvrage comme un acte militant (« contribuer à briser la confiscation de la mémoire des luttes »1), par un groupe de militants de base, réunissant « souvenirs, témoignages et documents d’époque ». Lesdits militants de base apparaissent sous la forme de huit prénoms, de Alain à Thérèse (p. 393). En pratique, cet ouvrage se présente comme une chronologie documentée et commentée de l’action de la Gauche prolétarienne, de sa constitution à sa dissolution. Si le lecteur curieux mais peu averti peut espérer y trouver bon nombre d’informations sur la GP, sa politique et son évolution, en revanche, force est de constater que ce livre n’apporte quasiment aucun élément nouveau sur cette organisation. Symptomatique apparaissent ainsi les annexes (plus de 120 pages), qui proposent quatre textes, tous déjà publiés dans divers documents de la GP. Plus qu’une histoire, comme le titre le revendique, c’est une anthologie des documents produits par et sur la GP. Néanmoins, quelques extraits d’entretiens originaux parsèment le livre. Si notre lecture n’est pas fautive, on en retrouve une première mobilisation page 107, avec l’extrait d’un témoignage original de René, militant maoïste de Marseille ; s’ensuit deux autres cursifs extraits de témoignages (p. 154), un premier anonyme, et un autre d’un certain « Polo » (?) ; à cela s’ajoute une phrase attribuée à « un ancien de la GP », en note de bas de page (p. 211) et quelques phrases, page 231, d’un militant. A ces éléments originaux s’ajoute (p. 269-277) la postface, qui porte sur la contestation portée par quelques militants de maintenir la GP après l’auto-dissolution de la Toussaint 73. A défaut de réussir la résurrection ou la prolongation de la GP, ces militants s’engagèrent dans la voie de l’autonomie : « Pour tous ces militants, le passage à l’Autonomie politique se fait naturellement et les maos de l’ex-GP fournissent une bonne partie de la mouvance autonome » (p. 275). Au-delà, ce livre ne relève pas de la catégorie historique, tout au plus d’un plaidoyer pro domo pour ce que fut l’action de la GP : « Au-delà de la pure nostalgie et du reniement, nul doute que l’expérience de la Gauche Prolétarienne fut largement positive et marqua son époque. Le silence qui entoure son histoire en est une démonstration éloquente » (p. 277).

Afin de mieux comprendre ce que fut cette expérience, il faut parcourir la chronologie proposée et lire (ou relire) les nombreux extraits de documents qui y sont présentés. Ce livre aura au moins ce mérite de fournir un début de matière première pour une étude socio-historique, constat que l’on ne peut que partager avec les auteurs, d’une histoire qui reste à écrire. Les insuffisances criantes que Dissidences repérait déjà dans un précédent ouvrage des éditions Al Dante sur les groupes révolutionnaires2 se répètent ici. Dommage.

1En 2013, un précédent ouvrage, chez le même éditeur, avait également pour ambition de briser ce qu’il appelait le « tabou », l’« amnésie » ou un « silence savamment entretenu » sur la violence révolutionnaire. Voir le compte rendu de Hazem el Moukaddem, Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000, Marseille, éditions Al Dante, 2013, par Christian Beuvain, https://dissidences.hypotheses.org/4183

2Voir la note 1.

Julien Papp, De l’Autriche-Hongrie en guerre à la République hongroise des Conseils (1914-1920), Paris, Les Bons caractères, collection « Histoire », 2015, 250 pages, 16, 50 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali 

Le lecteur ne peut que se réjouir de voir (enfin) paraître un ouvrage de synthèse, en français, sur le bref épisode révolutionnaire hongrois (mars-août 1919). En effet, en dehors de la thèse de Dominique Gros1, la bibliographie courante en français est quasi-vierge. A la principale réserve que ce livre ne consacre que trente pages (le seul et ultime chapitre 7 du livre, p. 189-219) à l’épisode conseilliste, l’ouvrage militant de Julien Papp comble indéniablement un manque2.

Que faut-il retenir de cette synthèse ? La Hongrie constituait la partie la moins développée de l’Empire austro-hongrois, double monarchie aux multiples nationalités, aux fondements fragiles, que la Première Guerre mondiale bouleverse. L’économie hongroise était à dominante agricole. Sur les quatre premiers chapitres, trois sont consacrés à rappeler des données de cadrage à la fois sur cet empire durant la guerre (en particulier sous l’angle militaire, chapitre 1), mais aussi sur l’économie (chapitre 4) et sur les conditionnements idéologiques et la répression des menées pacifistes (chapitre 2). Plus original apparaît le chapitre 3 consacré au mouvement ouvrier social démocrate et aux forces pacifistes. Le Parti socialiste hongrois s’est rallié à l’union nationale, ce qui fait écrire à l’auteur, que « au nom d’une prétendue « responsabilité patriotique », ils se sont placés sur le terrain de l’ordre bourgeois » (p. 60). C’est dans le cadre d’un mouvement ouvrier totalement intégré à l’effort de guerre que se développe, dans le sillage de la révolution en Russie, le cercle Galilée, qui commence à développer un discours d’opposition à la guerre. L’armée de son côté est particulièrement ébranlée par le prolongement de la guerre, si bien que de multiples fraternisations, désertions ou mutineries l’affectent de manière croissante au fil de la poursuite des combats. Les prisonniers de guerre hongrois en Russie jouent un rôle décisif pour structurer un cours hostile à la poursuite de la guerre. En avril 1918, à Moscou, se tient un congrès national des ex-prisonniers de guerre. La Russie en relâchant les prisonniers de guerre et autorisant leur retour en Hongrie, permet de fait le développement d’une fermentation révolutionnaire (ce dont témoigne, par ailleurs, le film (non cité) déjà ancien (1967!) mais non daté de Miklos Jancso, Les rouges et les blancs).

Au printemps 1918, c’est une armée en décomposition, secouée par des vagues successives de mutineries, qui émerge. L’Empire est à l’agonie et durant une première phase, se déroule une révolution « démocratique bourgeoise » (30-31 octobre 1918- 21 mars 1919) qui se concrétise par l’affirmation d’une république populaire. La Hongrie connaît donc pendant quelques mois un fonctionnement parlementaire classique, tandis qu’en parallèle s’affirme un pouvoir de type soviétique, s’appuyant sur les conseils de soldates, partie la plus engagée de la population. En fait, c’est une séquence assez similaire à celle que connaît l’Allemagne à la même période. La République proclame l’indépendance de la Hongrie, dans le cadre d’une défaite militaire. Le pays est démembré, tandis que les nationalités connaissent une flambée d’affirmation nationale. Le Parti communiste hongrois (PCH) naît dans ce cadre d’autant plus troublé que les pays vainqueurs, la France au premier rang, souhaitent faire payer à la Hongrie le prix maximum de sa défaite. La politique étrangère joue donc un rôle décisif dans l’accélération de la crise politique, dont l’instabilité gouvernementale ne constitue que la partie immergée. L’injonction de la conférence de la paix de Paris, représentée par la mission Vix, du nom du militaire français la dirigeant, que Budapest retire une partie de son armée d’une portion de son territoire afin d’y installer des troupes roumaines, en vue d’une intervention contre la Russie soviétique, précipite la chute du gouvernement. Chose inattendue, le président de la République Karolyi démissionne et transmet le pouvoir aux révolutionnaires (on lira le document reproduit aux pages 190-191). Karolyi contestera par la suite avoir apposé sa signature, mais toujours est-il que le passage de la République bourgeoise au pouvoir des soviets se réalise de manière pacifique. De fait, le gouvernement est dominé par la social-démocratie tant celle-ci constitue la force sociale la plus implantée, même si formellement le PCH et le PSH ont fusionné quelques semaines plus tôt dans un parti unifié. L’ancrage social du nouveau pouvoir est en fait particulièrement limité, d’autant plus qu’immédiatement le Conseil de gouvernement se lance dans une terreur rouge, qui rétrécit encore un peu plus sa base sociale. Immédiatement la Commune hongroise est l’objet d’une virulente campagne internationale, dont la France se fait le héraut, pour mettre fin à l’expérience. De nouvelles revendications territoriales se font jour, tandis que la guerre reprend, la Roumanie attaquant la première, suivie de la Tchécoslovaquie, ces deux pays n’étant que les exécutants des forces de l’Entente. Rapidement, la jeune et inexpérimentée armée rouge subit défaites sur défaites. Le premier août 1919, le gouvernement soviétique est chassé après 133 jours. Immédiatement un amiral, Horty, revient à la tête des troupes blanches et déclenche une terreur blanche, infiniment plus meurtrière que la rouge.

Si l’on ne peut que regretter le caractère trop allusif de cette dernière partie, et surtout l’immanquable interrogation historique sur les manquements du gouvernement soviétique qui est tout juste esquissée, ce livre constitue une incontournable lecture sur cet épisode méconnu de la vague révolutionnaire (Allemagne, Italie…) qui a balayé plusieurs pays européens à la suite de l’épisode russe d’octobre 1917..

1Thèse restée inédite (même si un numéro des Cahiers du CERMTRI, « La révolution prolétarienne en Hongrie (mars-août 1919) », n° 97, juin 2000, en reprend d’importants extraits), Les conseils ouvriers, espérances et défaites de la révolution en Autriche-Hongrie, 1917-1920, thèse de science politique, Université de Bourgogne, 1973, 3 vol., 800 pages.

2On regrette d’ailleurs que le témoignage, bien que contestable, de Bela Kun, La République hongroise des conseils, Corvéa, 1962, ne soit pas cité.

Moshe Lewin, Les Sentiers du passé. Moshe Lewin dans l’histoire, Paris / Lausanne, Syllepse / Page 2, collection « Des paroles en actes », 2015, 196 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans le contexte actuel, en France, de domination (médiatique en particulier) de l’école totalitaire sur l’histoire du phénomène soviétique, contrebalancé par l’émergence d’historiens au regard plus nuancé et complexe (Georges Vidal, Alexandre Sumpf en particulier), des chercheurs hétérodoxes, qui avaient par le passé proposé des approches stimulantes, se sont retrouvés en grande partie marginalisés. C’était le cas de Pierre Broué, à qui Dissidences avait choisi de consacrer un volume1, et c’est malheureusement aussi le cas de Moshe Lewin, dont le dernier ouvrage paru en français, Le Siècle soviétique2, date de… 2003, l’ensemble de ses livres n’ayant pas été systématiquement traduits. L’effort des éditions Syllepse, associées pour l’occasion à Page 2, est donc à saluer, puisqu’en plus de rééditer Le Dernier combat de Lénine, elles ont décidé de publier, sous la direction de Denis Paillard, un recueil de textes de Moshe Lewin, qui sera probablement suivi d’un second.

On y trouve a priori deux ensembles, un premier, regroupant des écrits évoquant principalement l’itinéraire biographique de l’historien (entretien de 1984, conférence de 1989 à Moscou, échange de courriels et conférence à la BDIC de 2003), et un second, plus resserré, qui comprend des textes consacrés à l’étude de l’URSS (contribution à un ouvrage collectif de 2002, article du Monde diplomatique de 2007, préface non publiée à l’édition russe du Siècle soviétique). Mais en réalité, les deux catégories s’entremêlent, tant la vie de Moshe Lewin est inscrite toute entière dans l’histoire vive du XXe siècle. Né en 1921, dans la communauté juive de Vilnius, alors intégrée à la Pologne, il subit un antisémitisme particulièrement virulent dans le pays, qu’il évoque avec précision. Engagé dans un mouvement sioniste de gauche, il est sauvé, au moment de l’offensive allemande de 1941, par des soldats de l’Armée rouge en pleine retraite. C’est ce qui lui permet de découvrir la réalité soviétique à la base, ce qu’il considère comme essentiel dans la construction de sa compréhension future d’historien, axée sur les composantes de la société plus que sur les sphères dirigeantes, sur les « processus » davantage que sur la volonté des États. Moshe Lewin travaille successivement dans des kolkhozes (dont il valorise – de manière nuancée – l’efficacité), puis des hauts-fourneaux, avant d’intégrer une école d’officiers et de participer au défilé de la victoire sur la Place Rouge en 1945. Au début des années 1950, il est en Israël, appartenant un temps au Mapam3, tout en éprouvant des doutes croissants aussi bien sur la politique israélienne que sur le marxisme. Il reste ainsi marqué à vif par le massacre de ses proches, de sa famille, rejetant tout nationalisme, tout en se considérant, à l’instar d’Isaac Deutscher, comme un « juif non-juif ». Ce n’est finalement qu’à l’âge de 40 ans qu’il se lance dans des études d’histoire et une carrière universitaire.

Se plaçant en opposition à la démarche de l’école totalitaire, qu’il considère comme similaire, en négatif, à celle des thuriféraires aveugles de l’URSS, Moshe Lewin incarne véritablement l’éloge de la complexité historique. Il refuse l’existence de réalités univoques, considère chaque groupe social comme mêlant de nombreuses influences, et insiste surtout sur les relations à double sens liant pouvoir et société. Marqué par son engagement marxiste, il ne cache pas ses critiques à l’égard de certains aspects de l’œuvre de Marx (la centralité de l’opposition bourgeoisie / prolétariat, par exemple), et revendique un certain éclectisme, porteur d’analyses fines. En fait, à travers la plupart des textes de ce recueil, on cerne bien la vision de l’histoire soviétique privilégiée par Moshe Lewin : une révolution de nature socialiste, un Lénine tentant de faire évoluer les choses de manière pragmatique, et un Staline ayant assassiné le bolchevisme pour mettre en place une forme de despotisme. Par la suite, le pouvoir du dictateur, ayant battu en brèche celui du Parti, fut, après sa mort, remplacé par celui de la bureaucratie. Toutefois, cette dernière, obnubilée par ses intérêts propres, ne parvient pas à faire évoluer le système, de plus en plus en décalage avec une société urbaine moderne ; dès lors, la structure de l’URSS est condamnée à l’entropie4. Dans cette périodisation, l’historien accorde, à la différence d’un Martin Malia, par exemple, une place importante au poids du passé, des structures antérieures et des problèmes anciens non résolus (la propriété d’État est à ses yeux un archaïsme plus qu’un critère du socialisme). Pourvu d’un bon appareillage critique, Les Sentiers du passé est une introduction tout à fait passionnante à l’œuvre et à la vie de Moshe Lewin, dont le seul défaut est la forte présence de redondances entre textes.

1Dissidences, volume 11, « Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », Lormont, Le Bord de l’eau, 2012.

2Il fut chroniqué en son temps dans la première série de Dissidences.

3Fondé en Israël en janvier 1948, le Mapam (Parti unifié des ouvriers juifs) est le fruit, principalement, de la fusion de deux organisations sionistes-marxistes, Hachomer Hatzaïr et Poale Zion.

4« Au moment même où le régime politique donne des signes d’essoufflement, témoignant de son incapacité à faire face à la nouvelle réalité, tant sur le plan intérieur qu’à l’échelle internationale, la nouvelle société urbaine n’est elle-même pas assez forte et « organique » pour tirer parti de cette situation. Le système s’effondre, laissant derrière lui des bureaucrates cupides et assez peu compétents, mais la nouvelle société urbaine n’est pas assez mûre pour produire des nouveaux leaders et se diriger vers une véritable économie et une véritable politique. Le vieux monde n’en peut plus, mais le nouveau n’est pas encore prêt. » (p. 160).

Michèle Gazier, Bernard Ciccolini, La Passionaria, Paris, Naïve, collection « Grands destins de femmes », 2015, 85 pages, 18 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration amicale de Christian Beuvain)

Dans une collection de bande dessinée consacrée à des femmes remarquables, il était tout à fait logique d’y trouver un volume consacré à la figure de la Pasionaria. Pour mémoire, rappelons que cette dirigeante du Parti communiste espagnol durant la guerre civile fut l’auteur du célèbre slogan « No Pasaran » (Ils ne passeront pas, les franquistes), devenu mot d’ordre du camp républicain. Ce livre est donc la version en bande dessinée de sa vie.

D’origine très populaire, Dolorès Ibarruri est la huitième enfant d’une famille de onze, dont le père est mineur dans le pays basque. Elle connaîtra le sort douloureux des jeunes femmes, dont le destin de bonne élève est brisé par la pauvreté. Alors qu’elle aspire à devenir institutrice, elle travaille comme couturière à l’adolescence, puis se révoltant, comme femme de ménage. En 1915, elle se marie à un mineur, également militant syndical. Durant la première guerre, d’importantes grèves se déroulent, aboutissant à l’emprisonnement de son mari. Les maternités se succèdent (six enfants, dont deux seuls survivront). Au début des années trente, elle accède à des responsabilités au sein du minuscule Parti communiste espagnole, élue à son comité central. Elle se sépare de son mari, qui ne supporte pas l’engagement de sa femme. Elle déménage alors pour Madrid où elle travaille au journal Mondo Obrero, le journal du Parti. Stalinienne de choc, elle effectue un premier voyage en 1933 en URSS. Lors du pronunciamiento du général Franco, elle intervient à la radio le 19 juillet 1936, où elle prononce le fameux discours qui se conclut par « No pasaran ». Elle devient immédiatement une des figures du combat républicain. Après l’effondrement militaire de la République, elle s’exile en URSS (son unique fils mourra au combat lors de la bataille de Stalingrad) où elle reste jusqu’à la chute de Franco. Elle est alors élue députée durant la transition démocratique. Elle meurt en décembre 1989.

Si sa vie illustre la tragédie du peuple espagnol durant le XXe siècle, le moins que l’on puisse dire est que le dessin de Bernard Ciccolini, manquant d’originalité dans la construction, n’est pas à la hauteur de son destin. Sur le fond politique, le scénario de Michèle Gazier1 (auteur, critique littéraire et traductrice de Manuel Vasquez Montalban) ne questionne guère l’engagement stalinien de la Pasionaria. De ce point de vue, cette histoire dessinée de la guerre d’Espagne au miroir d’une de ses figures (communistes) emblématiques participe d’une vision à la fois traditionnelle/orthodoxe et mythique. Le lecteur pourra compléter par la lecture de la caustique biographie de Manuel Vasquez Montalban, La Pasionaria et les sept nains (Seuil, 1998) et de l’article de Yannick Ripa2 sur la construction du mythe, justement.

1Michèle Gazier et Bernard Ciccolini ont déjà réalisé un précédent album, Virginia Woolf, en 2011, également chez Naive, dans la même collection.

2Yannick Ripa, « Le mythe de Dolorès Ibarruri », Clio, n° 5, 1997, « Guerres civiles », sur https://clio.revues.org/414