Archives de catégorie : Maoïsme

Collectif, Les nouveaux partisans : Histoire de la Gauche prolétarienne, par des militants de base, Marseille, Al Dante, collection « Documents », 2015, 398 pages, 17 €.

couv_gpUn compte rendu de Georges Ubbiali

La quatrième de couverture présente la publication de cet ouvrage comme un acte militant (« contribuer à briser la confiscation de la mémoire des luttes »1), par un groupe de militants de base, réunissant « souvenirs, témoignages et documents d’époque ». Lesdits militants de base apparaissent sous la forme de huit prénoms, de Alain à Thérèse (p. 393). En pratique, cet ouvrage se présente comme une chronologie documentée et commentée de l’action de la Gauche prolétarienne, de sa constitution à sa dissolution. Si le lecteur curieux mais peu averti peut espérer y trouver bon nombre d’informations sur la GP, sa politique et son évolution, en revanche, force est de constater que ce livre n’apporte quasiment aucun élément nouveau sur cette organisation. Symptomatique apparaissent ainsi les annexes (plus de 120 pages), qui proposent quatre textes, tous déjà publiés dans divers documents de la GP. Plus qu’une histoire, comme le titre le revendique, c’est une anthologie des documents produits par et sur la GP. Néanmoins, quelques extraits d’entretiens originaux parsèment le livre. Si notre lecture n’est pas fautive, on en retrouve une première mobilisation page 107, avec l’extrait d’un témoignage original de René, militant maoïste de Marseille ; s’ensuit deux autres cursifs extraits de témoignages (p. 154), un premier anonyme, et un autre d’un certain « Polo » (?) ; à cela s’ajoute une phrase attribuée à « un ancien de la GP », en note de bas de page (p. 211) et quelques phrases, page 231, d’un militant. A ces éléments originaux s’ajoute (p. 269-277) la postface, qui porte sur la contestation portée par quelques militants de maintenir la GP après l’auto-dissolution de la Toussaint 73. A défaut de réussir la résurrection ou la prolongation de la GP, ces militants s’engagèrent dans la voie de l’autonomie : « Pour tous ces militants, le passage à l’Autonomie politique se fait naturellement et les maos de l’ex-GP fournissent une bonne partie de la mouvance autonome » (p. 275). Au-delà, ce livre ne relève pas de la catégorie historique, tout au plus d’un plaidoyer pro domo pour ce que fut l’action de la GP : « Au-delà de la pure nostalgie et du reniement, nul doute que l’expérience de la Gauche Prolétarienne fut largement positive et marqua son époque. Le silence qui entoure son histoire en est une démonstration éloquente » (p. 277).

Afin de mieux comprendre ce que fut cette expérience, il faut parcourir la chronologie proposée et lire (ou relire) les nombreux extraits de documents qui y sont présentés. Ce livre aura au moins ce mérite de fournir un début de matière première pour une étude socio-historique, constat que l’on ne peut que partager avec les auteurs, d’une histoire qui reste à écrire. Les insuffisances criantes que Dissidences repérait déjà dans un précédent ouvrage des éditions Al Dante sur les groupes révolutionnaires2 se répètent ici. Dommage.

1En 2013, un précédent ouvrage, chez le même éditeur, avait également pour ambition de briser ce qu’il appelait le « tabou », l’« amnésie » ou un « silence savamment entretenu » sur la violence révolutionnaire. Voir le compte rendu de Hazem el Moukaddem, Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000, Marseille, éditions Al Dante, 2013, par Christian Beuvain, https://dissidences.hypotheses.org/4183

2Voir la note 1.

Sumanta Banerjee, Dans le sillage de Naxalbari (In the Wake of Naxalbari), Louvain-la-Neuve, Academia – L’Harmattan, 2015 (éditions originales en 2008-2009), 306 pages, 32 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La bibliographie consacrée au mouvement naxaliste en France est pour le moins succincte : en dehors de quelques articles, il n’existait jusqu’à présent qu’un unique ouvrage, traduit, de Prakash Singh, Histoire du naxalisme. Jacqueries et guérillas de l’Inde (1967-2003), édité par Les Nuits Rouges en 2003. Il faudra désormais tenir compte également de l’approche de Sumanta Banerjee. En effet, là où Singh offrait la vision synthétique d’un ancien membre de la police, Sumanta Banerjee propose celle d’un journaliste qui fut partie prenante de la lutte armée des naxalistes, plusieurs années durant au milieu des années 1970. Son témoignage, paru initialement en 1980, a été réédité à la fin des années 2000, enrichi d’une postface. Toutefois, la traduction qui nous est proposée ici, parfois légèrement discutable, est amputée de plusieurs chapitres (les 3e, 5e, 6e et 7e), mis à disposition des lecteurs, avec d’autres documents supplémentaires1. Autre lacune de cette édition (et du site sus-cité), l’absence totale de cartes détaillées, qui auraient pour le moins été nécessaires à tous ceux qui ne sont pas familiers de la géographie de l’Union indienne (autrement dit l’essentiel du lectorat).

Le récit se concentre sur la période 1967-1972, avec, il faut le dire, une masse considérable de faits, couplée à un engagement marxiste-léniniste sensible (l’auteur s’exprime de l’intérieur, en totale empathie, et analyse le gouvernement d’Indira Gandhi au milieu des années 1970 comme « fasciste »…). Si mai 1967 reste la date du soulèvement du village de Naxalbari, dans l’État du Bengale occidental, mené par des militants communistes, l’auteur brosse un long tableau du contexte social de cette révolte. Il présente ainsi l’état de la paysannerie la plus pauvre, dépourvue de terres, souvent endettée et devant en outre subir les humiliations liées au système de castes, à qui ni les réformes agraires gouvernementales, contournées, ni la révolution verte, seulement accessible à une minorité aisée, n’ont apporté d’améliorations de sa situation. Sumanta Banerjee retrace également l’historique des révoltes paysannes depuis le XIXe siècle et les débuts de la colonisation britannique (révoltes dans lesquelles il distingue des anticipations de la guérilla maoïste), insistant donc, a contrario d’un Gandhi, sur la conflictualité inhérente à la structure sociale indienne, loin de tout désir de réconciliation. Le soulèvement de Naxalbari inaugure donc une nouvelle période de lutte, matérialisée politiquement par la fondation, deux ans plus tard, du Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste), ou CPI (ML), issu pour l’essentiel du Parti communiste d’Inde (marxiste2), dont le dirigeant le plus important est alors Charu Mazumdar (1918-1972). Son objectif est de mener à bien une « révolution démocratique populaire » par l’encerclement des villes à partir des campagnes, dont la force de frappe réside dans les paysans pauvres et sans terres, contre un État jugé à la solde des propriétaires fonciers. L’Inde est en effet vue comme une semi colonie, sous la coupe de l’impérialisme étatsunien et du social-impérialisme soviétique. La classe ouvrière, dans cette analyse, doit bien à terme diriger cette lutte, mais seulement après avoir été débarrassée de son « économisme » ; quant à la petite bourgeoisie et aux étudiants, ils peuvent être des alliés dans le combat contre la bourgeoisie compradore3.

L’événement fondateur de 1967, intervenu dans un contexte de victoire électorale au Bengale occidental d’un front uni incluant le Parti communiste d’Inde (marxiste) et d’absence de changement radical immédiat quant à la situation agraire, fut suivi d’une importante répression. Toutefois, la poursuite de la lutte armée dans les campagnes s’accompagna, à compter de la fin des années 1960, d’une véritable révolte étudiante à Calcutta, dirigée contre un enseignement supérieur jugé fidèle au colonialisme, et qui se manifesta entre autres par une forme d’iconoclasme (l’auteur trace pour sa part un parallèle avec la révolution culturelle chinoise). Le Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) met à profit cette radicalisation, et lance en 1970 des campagnes d’exécutions de policiers dans la métropole, que Sumanta Banerjee justifie en invoquant le lourd passif des forces de sécurité (tributaires elles aussi de l’héritage du colonialisme). Dès lors, lutte armée et répression étatique ne cessent de s’accentuer, les naxalites combinant assassinats ciblés, vols d’armes à feu et évasions de prisonniers, allant même jusqu’à supprimer des militants du Parti communiste d’Inde (marxiste) en 1971, à l’occasion des législatives de l’État. L’absence de soutien large de la population urbaine à la lutte armée, et spécialement des classes moyennes, ainsi que les succès de la répression dans les autres régions où le combat s’était étendu, affaiblit un mouvement confronté également à des divergences internes. Charu Mazumdar se voit en effet reprocher, à la fois par d’autres dirigeants et par le Parti communiste chinois, d’avoir parié sur une situation révolutionnaire étendue à l’Inde toute entière, d’avoir trop exclusivement misé sur la tactique des exécutions (dite d’anéantissement) au détriment d’un travail en direction d’organisations de masse ou sous forme de comités révolutionnaires.

La situation géopolitique de 1971, qui voit le Pakistan oriental (futur Bangladesh) entamer une sécession que le Pakistan s’efforce d’écraser, accentue les divergences internes au Parti jusqu’à la scission, entre Charu Mazumdar, qui veut pousser les feux de la guérilla en luttant contre le Pakistan afin d’aboutir à une situation de guerre généralisée comme au Vietnam, et ses opposants, préférant développer les mouvements de masse et se ranger (comme la position de l’État chinois) aux côtés du Pakistan. Sumanta Banerjee évoque d’ailleurs longuement les derniers écrits de Charu Mazumdar, signes d’un retour critique et d’une évolution de sa réflexion stratégique. Son arrestation puis sa mort à l’été 1972 sont toutefois le symbole d’un échec du mouvement, dont pas moins de 32 000 membres sont en prison en 1973. L’auteur insiste alors sur ce qu’il diagnostique comme les causes de cet échec de la lutte armée naxalite : l’absence de passage à une véritable armée populaire par manque de recrutement et la priorité accordée au travail politique plus qu’aux aspects proprement militaires ; la confiance excessive en la spontanéité des masses ; le manque d’une stratégie ouvrière urbaine spécifique, lié à la centralité abusive du monde rural ; la sous-estimation des forces de l’ordre, au sein desquelles aucun travail interne ne fut d’ailleurs mené (alors que leur composition sociale y invitait) ; le culte de la personnalité entretenu autour de la figure de Charu Mazumdar, enfin. Ultérieurement, la lutte armée s’est tout de même poursuivie, particulièrement dans les États du Bihar et du Télangana, tout comme l’éclatement du Parti communiste de l’Inde (marxiste-léniniste) en une multitude d’organisations. Sumanta Banerjee ne manque pas, d’ailleurs, de mettre en cause l’attitude de certaines d’entre-elles, ayant adopté le positionnement de la Chine de Deng Xiaoping faisant de l’URSS l’ennemi prioritaire, et prêtes à former des fronts uniques avec les partisans des États-Unis…

La postface, qui a donc été rédigée pour la nouvelle édition du livre, évoque les presque trente ans écoulés depuis, la complexité de l’évolution organisationnelle du mouvement s’étant encore accrue. Deux organisations principales se dégagent néanmoins : d’un côté, le Parti communiste d’Inde (marxiste-léniniste) Libération, partisan d’une lutte légale et acteur électoral, de l’autre le Parti communiste d’Inde (maoïste), fidèle à la lutte armée traditionnelle. Sumanta Banerjee évoque même un rapport officiel commandité par le gouvernement en 2008, qui conclut (entre autres) aux réalisations indéniablement positives du mouvement naxalite, ce qui lui permet d’espérer un dialogue, une négociation entre la guérilla et le gouvernement, un gouvernement qui ferait le choix du radicalisme, ce qui semble pour le moins extrêmement hypothétique… Une chose est sûre : cet ouvrage, en dépit de ses limites, est un élément désormais incontournable de l’approche du naxalisme en langue française, en attendant d’éventuelles nouvelles traductions d’une bibliographie anglo-saxonne autrement plus abondante.

2Ce dernier étant lui-même la résultante d’une scission du Parti communiste d’Inde originel en 1964, séparant partisans de l’URSS et partisans de la Chine maoïste.

3Se dit d’une bourgeoisie inféodée aux intérêts du capitalisme étranger. Ce type de bourgeoisie, au contraire de celle des pays européens des XVIIIe et XIXe siècles, ne peut avoir de rôle positif et dynamique dans le développement. Ce terme était usité dans les analyses marxistes des années 1960-70 par Paul Baran ou Samir Amin, entre autres.

Lucien Bianco, La Récidive. Révolution russe, révolution chinoise, Paris, Gallimard, collection « Bibliothèque des histoires », 2014, 528 pages, 29 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Lucien Bianco est un spécialiste émérite de l’histoire de la Chine contemporaine, auteur en particulier d’un livre ayant fait date, Les Origines de la révolution chinoise. Dans son dernier ouvrage, il délivre une analyse en forme de bilan du siècle, se livrant à une comparaison de deux pays en révolution, l’URSS et la Chine, sous la direction respective de Joseph Staline et Mao Zedong, même si ses limites chronologiques excèdent quelque peu l’exercice du pouvoir de ces figures tutélaires (1917-1953 pour l’URSS, 1949-1978 pour la Chine). Derrière Staline et Mao, il y a bien sûr Lénine, géniteur d’un marxisme russifié, doté d’une ambition universelle que sa transposition en Chine aurait encore davantage nationalisé1. Son exercice d’histoire comparative s’exerce à travers plusieurs thématiques, qui sont autant de chapitres, terrains d’exercice d’une critique dure, voire acerbe. Un exercice justifié à la fois par la situation initiale des deux pays et par l’inspiration des deux dictateurs.

Voici en effet deux pays gigantesques, soumis à un retard industriel que n’ont pas suffisamment compensé de réels efforts de modernisation, et dominés par une population paysanne largement majoritaire, régie par les traditions et un certain immobilisme. L’exode rural provoqué dans les deux territoires aboutit à la formation d’une classe ouvrière surtout concentrée dans quelques villes (Saint-Pétersbourg et Shanghai), plus occidentalisée et développée en Russie. Autre parallèle, la guerre, sans laquelle la victoire communiste n’aurait pu advenir, même si dans le cas chinois, la légitimité du PCC est plus grande, la guerre civile ayant, à l’inverse de la Russie bolchevique, déjà eu lieu. Enfin, l’objectif de moderniser le pays, de l’industrialiser en se servant de la base paysanne, est repris à leur compte à la fois par Staline et Mao. Toutefois, dans le premier cas, bien que le Grand Tournant de 1929 soit désorganisé et gaspilleur (« ultragauchiste », dit Bianco p. 49), il s’accompagne d’un enthousiasme réel chez ses ouvriers et pose les bases de la résistance future à Hitler. A l’inverse, Mao, s’inspirant largement de la période du premier plan quinquennal soviétique, n’aboutit qu’à un bilan négatif, le développement ne décollant pas réellement avant 19782.

D’autre part, les communistes chinois ont une plus grande proximité avec les masses paysannes, la collectivisation s’y déroulant avec une brutalité moindre, alors que les bolcheviques se sont livrés à une véritable guerre contre les paysans, d’abord à l’époque du communisme de guerre (mais les enjeux de survie sont rappelés), et surtout au tournant des années 1920-1930 ; si Lucien Bianco, à cet égard, souligne utilement la force des résistances paysannes, il estime que la lutte des classes au village fut une invention propagandiste, en partie artificielle et surévaluée (le koulak comme bouc émissaire), ce que l’on pourrait discuter. En dépit de cette divergence de perception par rapport à la paysannerie, les famines unissent une fois encore les politiques maoïste et stalinienne. Lucien Bianco replace ainsi les famines de 1932-1933 en URSS et 1957-1960 en Chine (consécutive au Grand Bond en avant) dans le temps long, celui d’une fragilité liée à l’avancée dans le processus de transition démographique, l’accroissement de la population s’effectuant dans des pays encore peu développés. Ces données structurelles n’atténuent en rien, selon l’auteur, les responsabilités dirigeantes. Pour la famine en Ukraine, qui fut précédée de celle touchant le Kazakhstan (décès d’un quart de la population totale par suite d’un processus de sédentarisation contrainte), ce sont les demandes excessives de collecte de céréales, puis les mesures prises en rétorsion, qui sont en cause. Dans le cas de la Chine, des demandes excessives de collecte de production sont également au cœur du drame, à ceci près que Staline, contrairement à Mao, laissa semble-t-il volontairement s’aggraver la famine.

Les descriptions approfondies de la politique suivie par un Staline devenu primus inter pares sont en effet d’autant plus cruciales qu’elles ont servi à un Mao qui, d’après Lucien Bianco, n’a finalement fait que reproduire globalement le modèle soviétique, loin des dénonciations du révisionnisme de l’URSS. Même État-Parti totalitaire ; même dictature personnelle ; même type de bureaucratie3, d’origine populaire mais corrompue, inefficace, conformiste et privilégiée ; même obsession des quotas ; même traitement de la culture, soumise au contrôle idéologique4, ainsi que l’illustrent de nombreux exemples ; même utilisation des camps, la Chine ayant directement copié les méthodes du NKVD ; etc… Là où Mao se distingue de Staline, aux yeux de Lucien Bianco, c’est dans le souci d’égalité, conservé par le premier tandis que le second s’accommode parfaitement d’inégalités croissantes ; la critique de la bureaucratie formulée par Mao lui semble toutefois plus subjective que solidement argumentée5. Mais cette différenciation sert à l’auteur pour saluer davantage le bilan de Staline, lui qui a réussi, même si au prix fort, à moderniser son pays. La palme de l’efficacité est donc décernée au dirigeant soviétique, qui a su, contrairement à la Chine, favoriser le développement scientifique, lui qui était également plus réaliste et efficace, plus monstrueux aussi car oh combien plus méthodique dans l’horreur (la Grande Terreur s’opposant de la sorte à la Révolution culturelle).

La conclusion de cette somme était déjà perceptible dans son titre : les deux pays ont vécu une « tragédie », ce qui condamne aux yeux de l’auteur toute entreprise révolutionnaire, vouée à causer plus de dégâts qu’à apporter la justice (« (…) le réformisme, c’est encore ce qu’il y a de mieux. », p. 480). Ce constat, Lucien Bianco le fait en portant un regard en partie nuancé, puisqu’il accorde aux deux dictateurs le mérite d’avoir amélioré la situation médicale et éducative de leurs populations (l’émancipation féminine, sensible au début du pouvoir communiste en Chine, demeura inachevée voire enrayée). Il n’empêche, la leçon est claire : les expériences pratiques de Staline et Mao sont le fruit logique de Lénine (vu comme le père du totalitarisme moderne) et même de Marx (au prix d’une vision fixiste et simplifiée, unilatérale du marxisme6), avec certes une différence de degré, Lucien Bianco considérant leur idéologie comme un tout déterminant, puisque « Ces assoiffés de pouvoir absolu n’ont donc pas cherché le pouvoir pour le pouvoir, ils ont cru à leur mission, s’imaginant travailler au bonheur du peuple en faisant le malheur des vivants. » (p. 410). Avec les références surplombantes de Alain Besançon, Dominique Colas, François Furet, voire de Robert Service, étiqueté « un [des] meilleurs biographes » de Staline (sic, p. 411), La Récidive apparaît de la sorte comme un parfait surgeon de l’école totalitaire, ce qui lui ôte tout caractère novateur.

1Lucien Bianco évacue de la sorte toute idée d’un universalisme maoïste, mettant l’accent sur l’objectif avant tout interne au processus révolutionnaire chinois, centré sur la patrie, son indépendance, sa force.

2 « (…) la façon dont cette voie originale (…) prétend corriger le modèle s’inspire des mêmes idéaux et les radicalise : elle va plus loin dans le même sens et, ce faisant, aggrave les effets des traumatismes répétés du début à la fin des années 1930, de l’industrialisation forcenée, la collectivisation, la dékoulakisation et de la famine à la Grande Terreur. » (p. 90).

3Stigmatisant l’inflation quantitative de la bureaucratie dès les premières années de la Russie bolchevique, comparativement à ce qu’elle était sous l’ancien régime, Lucien Bianco omet de dire qu’elle dut par la force des choses se substituer à l’administration tsariste et au rôle rempli précédemment par les classes dominantes.

4Avec une scansion temporelle relativement proche : pour l’URSS, un répit initial jusqu’en 1929 avant un contrôle toujours plus accru de 29 à 41 et de 45 à 53 (la Seconde Guerre marquant une pause dans le processus) ; pour la Chine, un contrôle en croissance continue de 1957 à 1966, puis de 1966 à 1976. Lucien Bianco juge par ailleurs plus forte et plus représentative la littérature d’origine soviétique sur le totalitarisme.

5On pourrait également relever une différence dans la finalité des camps, strictement répressive et exploiteuse dans le cas de l’URSS stalinienne, tandis que la Chine s’efforce de poursuivre un objectif de redressement moral des détenus.

6 Il qualifie d’ailleurs lui-même ses propos sur le sujet comme des « remarques à l’emporte-pièce » (p. 468).

Yang Yuping, Baudelaire et la Révolution culturelle chinoise, Paris, Presses Sorbonne nouvelle, collection « page ouverte », 2013, 336 pages, 21,50 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre entend démontrer que l’auteur des Fleurs du Mal a cristallisé la curiosité et la passion de jeunes lecteurs et poètes chinois durant la Révolution culturelle. Il revient sur la réception (partielle) de Baudelaire, les enjeux de ses traductions, le champ littéraire de l’Empire du milieu et le contexte politique qui les sur-détermine. C’est à un voyage semi-clandestin, au sein de « l’écriture potentielle », que nous invite l’auteur. Le lecteur y découvre de jeunes étudiants (Shi Zhi, Duo Duo, Bei Dao…), pour la plupart issus de l’élite, qui ont lu Baudelaire avec le regard amer et blessé de la terreur de la Révolution culturelle, à laquelle ils ont le plus souvent cru au début et parfois même participé. Nombre d’entre eux d’ailleurs connurent un destin tragique.

Yang Yuping situe cette littérature souterraine – qui, si elle « ne s’oppose pas nécessairement à l’idéologie officielle, [elle] s’en écarte nettement » – en la confrontant à l’isolement de la Chine au tournant des années 1970. L’attrait des littératures occidentales modernes est alors « fonction du contraste par lequel elles tranchent avec le discours officiel et de la condamnation dont elles font l’objet » (p. 76-77). En outre, il met en avant le fait que la lecture de Baudelaire fonctionne en ces années « comme une allégorie politique » (p. 106). Cependant, l’auteur tend parfois à réduire la richesse et la contradiction de la poésie de Baudelaire à l’interprétation très située qu’en font alors ces jeunes poètes chinois, qui veulent y voir un refuge ou un remède contre la poésie politique lyrique. Dès lors, la lecture insiste sur « l’art pur » ou l’art pour l’art, son satanisme ou le caractère décadent de Baudelaire, qui sont loin de faire l’unanimité parmi les critiques de l’auteur du Spleen (on ne citera ici en exemple que des chercheurs aussi différents que Steve Murphy, Lectures des Fleurs du Mal, Paris, 2002, et Dolf Oehler, Le spleen contre l’oubli, juin 1848 : Baudelaire, Flaubert, Heine, Herzen, Paris, 1996).

Si le sujet est foncièrement original, plus encore pour des lecteurs francophone, rares sont cependant les poèmes chinois cités qui font impression – ceux de Bei Dao et les poèmes d’amour de Duo Duo en font partie ; soit qu’ils paraissent comme des imitations ou des exercices de style de Baudelaire, soit qu’ils nous demeurent trop éloignés. Enfin, Yang Yuping n’éclaire pas le lecteur sur le paradoxal héritage de ces poètes « maudits », qui sont aujourd’hui largement publiés, diffusés et lus dans leur pays.

Philippe Videlier, Dîner de gala. L’étonnante aventure des Brigands Justiciers de l’Empire du Milieu, Paris, NRF/Gallimard, 2012, 618 pages, 24 €

Un compte rendu de Christian Beuvain

Comment faire de l’histoire avec les source littéraires ? Qu’est-ce que la littérature propose à l’histoire ? Ce débat qui traverse depuis déjà quelques années les problématiques des historiens et des historiens de la littérature1, à propos des sources, se double d’un second, qui concerne le temps très présent, sur les différentes manières qu’à le roman pour écrire (ou pas) l’histoire. En bref, quel type d’historicité la fiction littéraire s’autorise-t-elle ? Selon Pierre Nora, on peut dater de la sortie du roman de Jonathan Littell, Les Bienveillantes (2006), « l’offensive majeure de la littérature [venue] camper en plein sanctuaire historien »2. Pourtant, selon Carlo Ginzburg, il y a un « un défi réciproque, un va-et-vient entre fiction et histoire »3. Ce défi, il doit être assumé plutôt que nié, de part et d’autre.

Ces enjeux, plutôt que de les vivre éternellement sur le mode de la tentation et de la fascination, l’historien Philippe Videlier a décidé de les prendre à bras le corps, de s’y confronter. Dîner de gala, dont le titre est emprunté à une phrase célèbre de Mao Zedong, « La révolution n’est pas un dîner de gala » (1927), se trouve être ainsi son troisième roman4. Une mise en histoire(s) de la révolution communiste chinoise se déroule ici par le biais d’un ample récit aux allures d’épopée, qui emprunte aux romans classiques et picaresques de l’ancienne Chine, comme le célèbre Au bord de l’eau. Puisant également son inspiration dans les romans populaires (ceux de Jules Verne par exemple), l’auteur s’amuse manifestement à en reproduire la structure feuilletonnesque, en sous-titrant chacun des quarante-sept chapitres comme ceci : « La cohorte des Héros en haillons traverse de dures épreuves » ou comme cela : « Des Brigands justiciers enfourchent le dragon ». De même, chaque chapitre se clôt sur une chute et un appel à poursuivre, sur le modèle de « pour en apprendre plus, tournez la page et vous serez comblés ».

L’état où se trouve la Chine aujourd’hui ne peut certes se déduire de sa situation du début du XXe siècle, juste avant la Révolution de 1911, lorsque des centaines de taxes, qui parfois dépassaient la valeur de la marchandise ou du travail effectué, édictées au gré des desiderata des féodaux – comme la taxe dite de « la paresse » pour ceux qui refusaient de cultiver le pavot pour produire l’opium5 –, accablaient les paysans, obligés aussi parfois de vendre leurs filles. A partir de 1911, le Mandat céleste épuisé, les femmes cessent de bander leurs pieds, les hommes décident de couper leurs nattes, symbole de soumission aux mandchous et la jeunesse brûle « du désir ardent de « mettre à bas Confucius et sa boutique » » et se prend « d’amour pour la science de l’Occident » (p. 25) puis pour le marxisme alors que le communisme ne pouvait encore se dire (et encore moins se faire) puisque le mot même n’existait pas en chinois … Un monde se termine, un autre commence. Ici commence alors le récit de Philippe Videlier. Masqués ou non par des pseudonymes fleuris – le Mandarin-Versatile, Petit-Chien dit Rouge-Vertu, le Dragon-Borgne, le Pirate-Optimiste, le Batracien-Graphomane, l’Ours-Téméraire, etc, – tous les militants, partisans et dirigeants communistes jouent leur partition, depuis les fondateurs du marxisme chinois Li Dazhao et Chen Duxiu, jusqu’aux cadres de la GRCP (Grande révolution culturelle prolétarienne), Wang Hongwen, Jiang Qing [épouse de Mao Zedong] ou Yao Wenyuan, en passant par les vétérans de la Longue marche. Tous les épisodes surprenants, tragiques ou héroïques de la Chine « en guerre contre elle-même ou pour elle-même » (p. 36) trouvent ici leur place, des plus connus à ceux qui ne le sont pas du tout. Au fil des pages, le lecteur passe de la création en juillet 1921 d’un Parti communiste par treize intellectuels révolutionnaires aux massacres perpétrés par Jiǎng Jièshí [Chang Kaï-chek] à Shanghai puis à Canton en 1927, lorsque les « têtes s’exposaient au bout de perches de bambou ou dans des cagettes accrochées aux lampadaires et aux poteaux de signalisation » (p. 33), en passant par la Longue marche des soldats aux semelles de paille de l’Armée rouge qui tracent « à la chaux de grands caractères sur les murs pour qu’on se souvienne d’eux » (p. 84), les propriétaires fonciers avec effroi, les paysans et les femmes avec espoir. La fin du Détachement féminin rouge anéanti par des cavaliers nomades, le clan des Ma, est particulièrement significative du contexte politico-culturel des régions périphériques auquel ces militants-soldats se heurtaient dans les années trente. Considérées comme des femmes impures, comme des mécréantes, ces militantes communistes sont massacrées sans merci et les survivantes sommées de devenir les concubines des officiers ou de périr. Le chef du clan n’avait-il pas édicté les règles « Gardez les bonnes mœurs familiales/Obéissez aux lois de la religion/Soumettez-vous à votre destin de femmes : être des épouses » ? (p. 156). Par suite du délitement progressif du pouvoir central de Jiǎng Jièshí (malgré l’aide des États-Unis, aide militaire et diplomatique) et surtout de son incapacité à avoir su mener la guerre contre l’occupant japonais, responsable entre autres à Nankin, en 1937, d’un effroyable massacre de masse6, les « Brigands justiciers » s’emparent du pouvoir en 1949. La Chine devient le second grand pays de la planète à devenir communiste. Comme le déclare Maurice Thorez, le dirigeant du Parti communiste français : « La victoire des communistes chinois a renforcé le camp de la paix, fort maintenant de 1 milliard d’êtres humains »7. En diverses occasions, l’apparition de militants-voyageurs (ou de voyageurs-militants) comme Edgar Snow (l’Américain-Venu-en-Premier), d’Agnes Smedley (l’Américaine-Venue-en-Deuxième), du cinéaste soviétique Roman Karmen (Celui-Venu-d’Espagne), d’André Malraux, etc. permet de comprendre comment la révolution chinoise peut être mise en scène, fabriquée par un regard occidental bienveillant porté sur elle. Notons néanmoins l’absence de Norman Bethune8 ou de Jack Belden9, alter ego d’Edgar Snow, mais beaucoup moins connu. Quant à la Révolution culturelle, la chronique de ses multiples épisodes à rebondissements nous paraît emprunter un peu trop à la vulgate historiographique dominante. Issue du livre fondateur de Simon Leys, Les Habits neufs du président Mao10, celui-ci la présente, de façon quasi exclusive, comme un ensemble de féroces luttes (alliances précaires, trahisons réelles ou dissimulées) pour le pouvoir bureaucratique au sommet de la hiérarchie de l’État et du parti entre « proches compagnons d’armes », générant dans tout le pays une atmosphère d’anarchie sanglante. La remise en question des habitudes acquises, la nécessité d’approfondir la lutte contre l’ancienne vision du monde, encore bien vivace non seulement dans le peuple mais chez de nombreux cadres, en bref façonner un homme nouveau, cette tentative prométhéenne et totalisante n’est pas prise en compte de manière significative par Philippe Videlier. De même, ainsi que l’a remarquée Ludivine Bantigny11, la focale sur le milieu des dirigeants (les Brigands justiciers) laisse trop en arrière-plan le peuple chinois.

En dépit de ces limites, ce livre constitue, par sa restitution romanesque, une très bonne et solide introduction à qui désire aborder plus avant la version chinoise du communisme. La magie du texte fonctionne-t-elle, ici ? Indéniablement, la configuration littéraire utilisée par l’auteur rend encore plus attractive et passionnante une histoire qui en est déjà fort bien pourvu sur ce plan là. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une « écriture insurgée »12 au sens où le langage entrerait lui-même en révolution permanente, cette fiction littéraire de Philippe Videlier explore néanmoins un pan de cette « espérance radicale en ses élans comme en ses fourvoiements »13 du XXe siècle.

1Lire sur ce sujet Judith Lyon-Caen, Dinah Ribard, L’histoire et la littérature, Paris, La Découverte, 2010.

2Pierre Nora in Le Débat, n° 165, mai-juin 2011, « L’histoire saisie par la fiction », p. 11.

3Carlo Ginzburg, entretien, Vacarme, n° 18, hiver 2002, sur http://www.vacarme.org/article235.html , consulté le 15 septembre 2013.

4Philippe Videlier a publié précédemment Le jardin de Bakounine et autres nouvelles de l’histoire (Gallimard, 2001) et Nuit turque (Gallimard, 2005).

5Cet exemple, comme bien d’autres, se retrouve dans les récits de la grande romancière chinoise Han Suyin, dont Un été sans oiseau, L’arbre blessé, etc. (Livre de poche).

6Lors de ce massacre, pendant une semaine, près de 200 000 civils et militaires sont abattus, et environ 60 000 femmes et fillettes sont violées et mutilées ensuite, par les troupes japonaises. Il s’agit du plus important meurtre de masse depuis le génocide des Arméniens par les Turcs, avant celui des peuples juifs européens par les nazis.

7Maurice Thorez fait cette déclaration à Pierre Daix, alors jeune rédacteur en chef des Lettres françaises : voir Pierre Daix, J’ai cru au matin, Paris, Robert Laffont, 1976, p. 255.

8Norman Bethune (1890-1939) est un médecin canadien qui, après avoir organisé une unité mobile de transfusion sanguine en Espagne en 1936-37, rejoint les partisans communistes chinois et crée à Yan’an [Yenan] une antenne mobile chirurgicale pour la 8e Armée de route. Il meurt de septicémie après s’être blessé accidentellement.

9Jack Belden, La Chine ébranle le monde, Paris, Gallimard, 1951. Aucune réédition à ce jour.

10Simon Leys, Les Habits neufs du président Mao, Paris, Champ libre, collection « Bibliothèque asiatique », 1971.

11Ludivine Bantigny, « La Fabrique de l’histoire », France culture, 30 août 2012. L’émission abordait la manière dont les écrivains traitent les personnages historiques.

12Au sens voulu par Jean Birnbaum, « Écritures insurgées. Dossier », Le Monde des livres, 26 novembre 2010.

13Ibidem.