Archives de catégorie : Partis communistes et Internationale Communiste

Chris Harman, La Révolution allemande, 1918-1923, Paris, La Fabrique, préface de Sebastian Budgen, 2015, 410 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali

Chris Harman est l’auteur de plusieurs ouvrages dont on trouvera des comptes rendus sur ce blog de Dissidences1. Comme il est précisé dans l’utile préface de Sebastian Budgen, ce livre a été publié initialement en anglais en 1982. Il est édité en français sans modification, ce que l’on ne peut que regretter au vu de l’avancée des connaissances historiographiques, qui auraient au moins nécessité une actualisation des références bibliographiques citées2. Chris Harman (1942-2009), dirigeant du SWP (Socialist Workers Party) anglais, livre ici un « récit critique écrit par un militant révolutionnaire pour des militants révolutionnaires » (p. 7). La position engagée de l’auteur est clairement assumée au fil des pages, et se ressent en particulier dans ses conclusions, qui mettent l’accent sur la responsabilité des sociaux-démocrates et de l’absence d’une direction qualifiée pour le KPD [Parti communiste d’Allemagne], prisonnier d’un « cercle vicieux » (p. 238), dans l’échec révolutionnaire. Pour autant, sa synthèse est riche en références variées, et solide sur le plan des faits évoqués3. Elle est toute entière vertébrée par une idée force : la révolution allemande aurait objectivement pu réussir, contrairement à ce qu’affirme une certaine téléologie pessimiste4.

Chris Harman suit donc le développement du processus historique, en commençant par la situation du mouvement révolutionnaire (la gauche de la social-démocratie) avant août 14, pour terminer par l’épisode de l’octobre allemand (le soulèvement décommandé) de 1923. Récit appuyé sur une vaste littérature anglo-saxonne, le lecteur apprendra beaucoup de cette courte période (cinq ans) qui constitue probablement l’expérience révolutionnaire la plus avancée qu’ait connu un pays européen durant tout le XXe siècle. Les considérations sur la classe ouvrière allemande, bien que ramassées, sont souvent très intéressantes, ainsi de son caractère peu centralisé avant-guerre. De même, les événements sont bien restitués dans leur enchaînement chronologique : la révolution de 1918 couvrant le pays de conseils, déclenchée de la périphérie vers le centre ; la domination sur ces conseils du SPD [Parti social-démocrate d’Allemagne] et dans une moindre mesure de l’USPD [Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne] ; le maintien par le nouveau pouvoir de l’ancienne bureaucratie et du commandement militaire antérieur, qui seront, insiste Harman, autant de fourriers d’Hitler chancelier ; la création du KPD, privé initialement des Délégués révolutionnaires de Berlin et ayant succombé au piège tendu par le gouvernement début 1919 (la responsabilité de Karl Liebknecht est ici largement mise en valeur, lui qui n’a pas respecté la décision plus prudente de la direction du parti). L’écrasement de l’insurrection à Berlin fut d’ailleurs suivi de nombreuses opérations similaires dans le reste du pays, à Brême ou dans la Ruhr, toutes menées conjointement par le SPD et les corps francs (Freikorps). Surtout, la capitale connut également un autre épisode répressif au mois de mars, dirigée contre le pouvoir des conseils et l’objectif de socialisation effective de l’économie. On peut véritablement parler, à l’égard de ces événements, de situations de guerre.

Plus connu, le soulèvement en Bavière est bien retracé5, l’assassinat de Kurt Eisner provoquant une radicalisation qui débouche sur la proclamation d’une République des conseils, surtout décidée d’en haut. C’est pour défendre celle-ci que les communistes locaux, menés par Eugen Leviné, et poussés par les travailleurs mobilisés à la base, en prirent dans un second temps la direction, sans pouvoir rompre l’isolement, entraînant son écrasement. Dans son exposé sur le putsch de Kapp, en 1920, Chris Harman insiste sur la résistance ouvrière, incarnée dans la grève générale, mais également dans la mobilisation armée à la base et la prise de pouvoir par des conseils en Ruhr, Thuringe ou dans la Saxe. Cette situation conduisit le SPD à proposer à l’USPD et au KPD la formation d’un gouvernement « ouvrier », proposition refusée par les deux dernières organisations. L’armée intervient alors pour mettre fin à la mobilisation populaire (Chris Harman va jusqu’à parler à son sujet de « terreur blanche »), alors que dans le même temps, la répression contre les acteurs du putsch demeurait limitée. Le dernier acte de cette séquence révolutionnaire a lieu en 1923, année de crise intense, d’occupation de la Ruhr et d’inflation galopante. C’est dans la Ruhr, justement, mais également en Allemagne centrale, que des « centuries prolétariennes » s’organisent, élément parmi d’autres d’une radicalisation qui fait du KPD, selon Chris Harman, le parti ayant derrière lui la majorité de la classe ouvrière. Néanmoins, la direction, divisée par l’opposition de Ruth Fisher et Arkadi Maslow, ne suit pas cette radicalisation, privilégiant une stratégie plus défensive. Flux et reflux se succèdent, la grève générale d’août et l’essor des conseils ouvriers subséquent étant suivis par un recul lié à la démission du gouvernement Cuno, remplacé par un cabinet d’union nationale. Le début de l’automne voit toutefois la Saxe et la Thuringe mettre en place des gouvernements « ouvriers », menacés par le pouvoir central. C’est là l’occasion que la Comintern veut saisir pour déclencher enfin une révolution victorieuse. Toutefois, par manque d’appui de la gauche du SPD, l’appel à la grève générale n’est pas lancé, faisant avorter par conséquent l’insurrection ; le gouvernement saxon est finalement, comme une ultime redite du passé, déposé par l’armée.

Dans ce livre dense et prenant, le seul problème du lecteur réside dans sa capacité à supporter les jugements péremptoires de l’auteur sur la situation qu’il examine. Non seulement le style s’en ressent, mais surtout la dimension du jugement domine, trop souvent, l’appréciation historique. Ainsi, exposant la discussion sur la tactique syndicale lors du congrès de transformation de la Ligue Spartakus en parti communiste, Chris Harman tranche : « Il n’est pas douteux qu’elle était erronée » (p. 97), se posant ainsi en véritable démiurge. Il regrette également la scission interne aux communistes, ayant généré le KAPD {Parti communiste ouvrier d’Allemagne], communiste de gauche, qu’il analyse comme un affaiblissement dangereux. On retrouve la même tonalité dans l’appréciation de l’attitude de Rosa Luxemburg, avant-guerre ou lors de la période insurrectionnelle de janvier 1919, à qui il reproche (hors contexte, disons-le franchement) de ne pas avoir fait le même choix que Lénine, celui de la construction d’un parti révolutionnaire autonome6. Le summum de cette conception est sans doute le titre donné au chapitre 10, portant sur l’épisode de mars 1921 (s’inscrivant dans l’offensive révolutionnaire) : « La folie de mars 1921 », une initiative d’offensive menée par le KPD en Allemagne centrale, un de ses bastions, qui se solda par un échec cuisant, et diminua les effectifs militants de moitié. Ce chapitre condense bien des critiques : idolâtrie de Lénine7 ; affirmation péremptoires sur l’attitude politique des dirigeants révolutionnaires8 ; réduction psychologique des positionnements politiques9 ; usage de la situation de mars 21 pour disqualifier ses adversaires politiques10 ; etc. Bref, les exécutions et les jugements d’autorité tiennent parfois lieu d’analyse, débouchant d’ailleurs sur l’explication par les faiblesses (psychologiques) des grands hommes (les dirigeants du KPD). Pour autant, Chris Harman relève aussi, dans cet échec de mars 21, la responsabilité de certains dirigeants de la Comintern (Gregori Zinoviev, Nicolaï Boukharine, Karl Radek, Bela Kun).

On a évoqué plus haut le style qu’utilise Chris Harman pour ses leçons de choses. On se contentera de citer cet extrait de la page 343 : « Les historiens libéraux et sociaux-démocrates décrivent le plus souvent le Premier ministre de Saxe Zeigner comme un homme « plein de bonnes intentions » mais « instable ». Ils oublient d’ajouter que cette caractérisation a été appliquée à bon nombre de figures historiques, des Girondins de la révolution française à Kerensky dans la Russie de 1917, de Dubcek en Tchécoslovaquie en 1968 à Allende au Chili : tous ont essayé de conclure des compromis entre les forces politiques se polarisant rapidement. Leurs « bonnes intentions » venaient de ce qu’ils savaient qu’une réaction triomphante (qu’elle soit royaliste, tsariste, stalinienne ou de la CIA), signifierait un bain de sang dans lequel ils perdraient leur propre popularité ; leur « instabilité» consistait dans leur incapacité à adopter une position ferme contre la réaction, essayant d’atteindre leurs buts par la persuasion plutôt que par la violence ».

En fait, l’accumulation de jugements assenés, une tendance probablement plus marquée que dans le Révolution en Allemagne de Pierre Broué, peut parfois rendre la lecture agaçante, y compris pour le lectorat révolutionnaire auquel il s’adresse. Ils sont surtout la marque d’un engagement politique en faveur des bolcheviques, sensible par exemple dans l’analyse de la révolution de 1918, qui aurait gagné à ne pas convoquer de Reichstag et à ne pas mettre en place un suffrage réellement universel, mais pondéré par l’appartenance de classe11. Pour autant, le livre comporte de très nombreuses informations peu connues (ainsi sur la personnalité de Kurt Eisner, figure revendiquée par le mouvement libertaire), ainsi que des analyses du plus grand intérêt, par exemple sur les oscillations de la conscience révolutionnaire, jamais donnée une fois pour toute et susceptible d’évoluer au jour près, sur la responsabilité finale de la social-démocratie dans le développement du fascisme, mais surtout du stalinisme, résumée par la formule « La social-démocratie à l’Ouest engendra le stalinisme à l’Est » (p. 375). Un important glossaire, non seulement des noms propres, mais aussi des organisations, des événements et des termes géographiques complète cet ouvrage contrasté.

1Le dernier en date étant son imposante Histoire populaire de l’humanité : https://dissidences.hypotheses.org/87

2Certaines allusions à la période politique de rédaction peuvent également apparaître assez décalées, mais elles sont finalement assez peu nombreuses. Ainsi, p. 242, les résultats électoraux du KPD sont commentés ainsi : « à peine 500 000 voix et un pourcentage inférieur à celui de l’extrême gauche française dans une atmosphère calme de mars 1978 ».

3Rares sont les erreurs que nous avons pu relever, ainsi du transfert des divisions allemandes de l’est vers l’ouest après Brest-Litovsk, qui, contrairement à ce qu’affirme Chris Harman, fut loin d’être complet, l’État-major conservant des divisions sur le front oriental afin de lutter contre la menace bolchevique et d’étendre la sphère d’influence de l’Allemagne (p. 58).

4Il y a là également une empreinte forte du contexte de rédaction, marqué par un reflux des idées révolutionnaires et un doute sur leur possible victoire, état d’esprit que Chris Harman désirait combattre.

5En particulier les causes de ce soulèvement particulier, évoquées (p. 163).

6 « Son erreur tactique ne trouve pas son explication dans un évènement quelconque de décembre ou de janvier, mais dans quelque chose de plus ancien –le fait d’avoir, en 1912, puis en 1916, sous-estimé l’importance de la construction d’un parti socialiste révolutionnaire indépendant » (p. 126)

7« De tous les grands chefs révolutionnaires, seul Lénine semblait capable de mettre complètement de côté de tels sentiments personnels » (p. 253).

8« Ils doivent utiliser certaines des formes caractéristiques d’organisation autoritaire développées par le capitalisme pour combattre le capitalisme » (p. 253-54).

9« Rien n’est plus éprouvant pour le système nerveux d’un dirigeant révolutionnaire que de devoir continuellement empêcher des sections des masses de passer prématurément à l’action. Même un dirigeant équilibré et expérimenté comme Brandler souffrait de sentiments de frustration » (p. 257).

10La « démence gauchiste » étant rapportée à la vision guévariste (p. 263).

11Il effectue d’autres parallèles, ainsi du putsch de Kapp mis en perspective avec celui de Kornilov en août 1917.

Claude Pennetier, Bernard Pudal (dir.), Le sujet communiste. Identités militantes et laboratoires du « moi », Rennes, PUR, collection « Histoire », 2014, 258 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Le but de cet ouvrage est de « complexifier » l’approche des régimes ou des partis communistes, en intégrant les apports de la micro-histoire et de la sociologie. En mobilisant des sources nouvelles – autobiographies de parti, mémoires, journaux personnels, correspondances –, les divers auteurs donnent en effet un éclairage nouveau sur « le sujet communiste ». Il ne s’est pas coulé dans le moule stalinien sans se poser des questions ou même sans résister.

Ainsi Albert Vassart, étudié par Claude Pennetier et Bernard Pudal (« L’auto-analyse d’un dirigeant communiste et d’un couple communiste : Albert Vassart et Cilly Geisenberg-Vassart », p. 105-138), avoue son découragement à sa compagne : « Quand je vois aussi toutes les saletés qui, de plus en plus, apparaissent dans la vie de notre mouvement, il y a en moi quelque chose qui se révolte ». Et il ajoute que s’il n’avait pas été attaqué « avec une telle violence à l’intérieur et à l’extérieur par nos adversaires », il aurait jeté l’éponge (p. 122). Passionnante aussi est ce que leur correspondance nous apprend de leur conception très moderne du couple. Cilly Geisenberg, militante berlinoise, participant pleinement à la culture féministe du KPD (Parti communiste d’Allemagne) des années 1920, se retrouve avec Albert Vassart dans sa volonté de fonder un couple dont « l’hypocrisie bourgeoise » serait bannie (p. 129).

La démarche de l’ingénieur Liviu Simon, dans la Roumanie des années 1960-70, est différente. Il finit par intégrer le Parti communiste roumain malgré un passé familial et politique qui aurait dû le vouer à la marge, parvenant in fine à faire aboutir le projet d’ascension sociale rêvé par son père. C’est en mobilisant plusieurs types de documents – notamment les questionnaires autobiographiques sollicités à différentes occasions – que la chercheuse Ioana Cîrtocea nous montre comment l’individu finit par parvenir à ses fins (« Soi-même comme un autre » : l’individu aux prises avec l’encadrement biographique communiste – Roumanie, 1960-70 », p. 59-78).

D’une grande richesse aussi est la contribution sur la femme communiste (« La part des femmes, des femmes à part… » de Claude Pennetier et Bernard Pudal, de nouveau, p. 165-190). Alors que le Parti avait séduit, dans les années 1920, une fraction non négligeable des féministes, sa réorientation dans les années 1930 sur les questions d’avortement et de morale sexuelle, allait le couper de ce secteur de radicalisation : « Pour les communistes des années trente, le mouvement des femmes doit principalement s’enraciner dans le rôle traditionnellement dévolu aux femmes, celui qui les spécialise sur la famille, l’enfance, l’éducation et la solidarité, voire la paix dont elles seraient des ambassadrices naturelles » p. 166).

Comme l’indique Brigitte Studer (« Penser le sujet stalinien », p. 35-57), « les sources devenues disponibles après le collapsus de l’Union soviétique invitent les sciences sociales et notamment l’histoire à réfléchir à nouveau … à cette grande entreprise de technologie sociale » mise au point par le Comintern. Et dans ce contexte, plusieurs des études montrent que « la part des acteurs », « le rôle des personnes », ne fut pas négligeable, modifiant ou freinant, tenant en échec parfois, le travail d’homogénéisation entrepris par le Comintern et les autorités soviétiques.

Un livre salutaire qui, sans le bouleverser, introduit un peu de complexité dans un champ d’étude que l’école historique totalitaire et sa vue surplombante avait contribué à assécher.

Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2010, 287 pages, 26 € (DVD inclus).

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Ce livre constitue la réécriture du texte de l’HDR (Habilitation à diriger des recherches) du professeur d’histoire contemporaine de l’Université de Bourgogne, Serge Wolikow. Ce dernier s’est fait connaître d’un large public au fil des années en publiant ou co-dirigeant plusieurs ouvrages sur le mouvement communiste, dont Le Siècle des communistes (L’Atelier 2000), réponse collective au Livre noir du communisme initié par Stéphane Courtois. Serge Wolikow fut également un des initiateurs du Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste (L’Atelier, 2001), qui accompagne ce livre sous la forme d’un DVD. C’est un apport très précieux car celui-ci présente près de 800 biographies de kominterniens francophones, dont certains sont évoqués dans le cadre du livre. Il s’agit donc d’un complément fort utile à la lecture du livre.

Ce n’est certes pas le premier ouvrage consacré à l’IC (Komintern en russe), livres de témoignages1 ou analyses historiques2. Récemment, ceux de Pierre Broué3, M Andrieu4 et surtout, en anglais, celui de Kevin McDermott et Jeremy Agnew5. Mais avec le livre de Serge Wolikow, il s’agit de la première synthèse publiée (en français) depuis l’ouverture des archives de Moscou. Ajoutons que c’est également la première histoire anti-stalinienne6 écrite par un auteur proche du courant communiste (ainsi, dès l’introduction, l’auteur peut rappeler à la fois le rôle décisif de la répression stalinienne, tout en avertissant qu’il « faut donc prendre en garde à ne pas oublier ces opposants au prétexte qu’il n’auraient pas joué un rôle majeur dans l’histoire de l’organisation dès leur mise à l’écart », p. 15).

Le propos de l’auteur s’ordonne autour de trois parties. Dans un premier temps, ce sont les questions de l’organisation et de la stratégie qui sont exposées. La IIIe Internationale est créée en opposition à l’organisation socialiste internationale, tout en s’appuyant sur un État révolutionnaire en construction, l’Union soviétique. Cinq chapitres sont nécessaires pour couvrir le quart de siècle qui va de la naissance (chap. 1) à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale et de la dissolution de l’IC (chap. 5), en passant par l’époque charnière de la stratégie du Front populaire (1934-1938, chap. 4). A l’origine, l’IC se présente comme un drapeau et un symbole pour les courants politiques révoltés par l’attitude des socialistes qui ont cautionné (aussi bien en France, en Allemagne que dans la plupart des pays européens, sous des formes variées) la Première Guerre mondiale. La construction de l’appareil du Komintern est longue (au moins au regard de la perspective révolutionnaire qui enflamme le continent européen jusqu’en 1923), aboutissant à la bolchevisation des différents partis communistes. Par bolchevisation, il faut entendre la soumission des partis communistes nationaux au processus de stalinisation croissant qui envahit le parti soviétique et l’État ouvrier. C’est à travers ce processus de bolchevisation, finement décrit, que se forme l’ossature organisationnelles des partis communistes dans les différents pays européens et au-delà, jusque dans les années 1960. Partant du centre européen, l’implantation de l’IC gagne les périphéries (au-delà du continent européen qui l’a vu naître, dans les Amériques ainsi que dans les pays colonisés). Mais cette extension géographique ne doit pas faire oublier que le noyau demeure le continent européen. D’ailleurs, Serge Wolikow apporte au final assez peu d’éléments sur le communisme hors Europe. L’Amérique latine7 est absente de son propos, comme l’Afrique8 ou l’Asie, à l’exception notable de la Chine. Autour de cette Internationale se mettent en place une série d’organisations auxiliaires, ainsi le Profintern (Internationale syndicale rouge), le Sportintern (Internationale rouge des sports), le Krestintern (Conseil international paysan) ou l’Internationale des jeunes, sur lesquels l’auteur offre des informations, certes inédites, mais très ramassées.

Une fois la stabilisation capitaliste entamée, au milieu des années 1920, l’IC adopte ce qui sera considérée ensuite comme une période gauchiste et sectaire, la « Troisième période » où, selon l’heureuse formulation de l’historien la « mobilisation suscitée par la bolchevisation représente un moment politique où le volontarisme et l’espérance révolutionnaire se déplacent de la société vers l’organisation » (p. 77). Cette période « classe contre classe » (1929-1934) conduit à un affaiblissement généralisé des divers partis communistes à travers le continent et au-delà, mais aussi à la formation d’un corps de militants et de cadres dévoués et solides. Ce qui prédomine, c’est l’insistance sur la différenciation avec la social-démocratie et la défense de l’URSS comme forteresse, assiégée, du socialisme. Stratégie qui aboutit en Allemagne – le pays régulièrement montré comme le modèle à suivre pour l’ensemble de l’Internationale – à l’accession au pouvoir du parti nazi et d’Hitler, présentés comme l’ultime étape préalable à l’effondrement du système capitaliste et au triomphe du KPD (Parti communiste d’Allemagne)9. Comme l’exprime avec diplomatie l’auteur, « Au début de 1934, le bilan du Komintern est pour le moins contrasté » (p. 86).

Auteur d’un ouvrage sur le thème du Front populaire10, Serge Wolikow consacre un chapitre complet au retournement stratégique opéré par l’IC. Selon son interprétation, la stratégie du Front populaire ne peut se résumer à l’imposition d’une ligne politique d’alliance avec les socialistes et les radicaux, mais résulte également d’un usage des marges stratégiques par les différents partis communistes nationaux (et en particulier du PCF, le seul parti communiste important agissant dans la légalité). Durant plusieurs années, le PCF, du fait de ses responsabilités politiques (Serge Wolikow rappelle ainsi que Maurice Thorez a pu se montrer favorable à la participation gouvernementale dans le gouvernement de Front populaire, contre l’avis de l’IC11), se trouve au centre de l’IC. De manière inattendue, l’auteur choisit de conclure son chapitre sur le Front populaire par l’évocation des partis belge et suisse, préférant traiter de l’Espagne dans l’ultime chapitre de cette première partie.

En effet, la question de l’antifascisme, et du retournement patriotique constituent la trame de l’approche de la Seconde Guerre mondiale. Engagés dans une dénonciation de celle-ci comme « guerre impérialiste », les partis de l’IC développent cette thématique12, jusqu’à ce que
Hitler révèle ses véritables intentions et attaque l’Union soviétique le 18 juin 1941, après avoir proposé, dans des tractations secrètes avec Staline, un partage du monde entre les deux puissances
13. Finalement, Staline décide lui-même de dissoudre le Komintern en 1943. C’est à la fois le signe de l’abandon du projet révolutionnaire initial et un gage donné aux Alliés. Selon l’historien, cette dissolution ne fait que traduire une fonctionnalité déclinante de l’IC pour la direction russe qui aurait dû aboutir à une disparition plus précoce de l’Internationale, « sauvée » en quelque sorte par l’invasion nazie. Cette première partie, constituant pratiquement la moitié de l’ouvrage, présente une vue synthétique d’une haute densité.

Les deux parties suivantes rompent avec la présentation chronologique et se présentent sous forme thématique. La partie II aborde les thématiques de la culture et de la doctrine du Komintern, invitation à une analyse de la dimension anthropologique de l’IC, et plus particulièrement du Parti communiste français.

Il s’agit d’analyser le mouvement communiste comme producteur d’une culture politique spécifique, comme « la constitution d’une pensée monolithique et globalisante à prétention scientifique » (p. 148). Le chapitre 6 aborde cette culture par le biais de la presse et du livre, qui constituent une pièce maîtresse d’imposition d’une culture politique, système éditorial rapidement clé de voûte de diffusion de la Weltanschauung soviétique. Les chapitres suivants (7, 8 et 9) sont consacrés à des approches qui auraient méritées de plus ample développements, à savoir l’analyse économique14, à celle de l’État de classe15 et enfin à la nation (oscillant entre sa négation radicale en début de période et son exaltation en fin).

La troisième pourrait constituer une introduction à la lecture du DVD qui accompagne le livre puisqu’elle aborde la question des hommes, formation et destins des kominterniens. Les écoles nationales et surtout internationales de formation mises en place par les différents partis communistes permettent de développer une culture d’organisation, faite de discipline, de dévouement, mais aussi de soumission, parallèlement au développement de la stalinisation du système soviétique16. Le Komintern a été à la fois un instrument et une victime de la répression, diffusant « dans l’ensemble du monde communistes des comportements de discipline et d’obéissance aveugle et de remise de soi des militants et des cadres à leur organisation » (p. 239). Cette culture politique régressive est confortée par les défaites politiques successives auxquelles elle conduit : « Le silence et le secret, la discipline imposée et le contrôle de l’organisation sur les cadres et les militants deviennent des normes partagées par tous les partis communistes d’autant plus que l’extension de la guerre et bientôt sa mondialisation semblent justifier et associer la centralisation avec le monolithisme idéologique » (p. 245). Cette culture de la répression (allant jusqu’à l’élimination physique, dont l’exemple de Trotsky ne constitue qu’un épisode) a, selon Serge Wolikow, contribué à l’affaiblissement de l’IC, en accentuant la russification de l’appareil ainsi créé.

Cet ouvrage, d’un grand intérêt, malgré quelques limites, se conclut par une présentation des ressources archivistiques, permettant d’envisager une compréhension à la fois sociale et culturelle d’un activité politique, centrale pour le mouvement ouvrier, singulièrement dans l’hexagone, qui ne saurait laisser aucun lecteur indifférent. Tout le sel de ce livre de Serge Wolikow tient dans la dimension historique de son sujet.

1Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline. Dix ans au service de l’Internationale communiste, 1921-1931, Neuchatel, Éditions de la Baconnière, 1971, 507 p. Signalons aussi le témoignage/réquisitoire de Margarete Buber-Neumann, La révolution mondiale. L’histoire du Komintern (1919-1943) racontée par l’un de ses principaux témoins, Tournai, Éditions Casterman, 1971, 416 p.

2Un livre pionnier, celui dirigé par Jacques Freymond, Contributions à l’histoire du Komintern, Genève, Librairie Droz, 1965, 265 p.

3Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943, Paris, Fayard, 1997.

4Maurice Andreu, L’Internationale communiste contre le capital, 1919-1924, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx », 2003.

5Kevin McDermott, Jeremy Agnew, The Comintern : A History of International Communism from Lenin to Stalin, Basingstoke, MacMillan, 1996.

6 Dès la première page, l’auteur avance ainsi que « La dimension répressive et dictatoriale des communismes au pouvoir est un élément majeur de l’interprétation du communisme (… ) » (p. 5).

7Sur l’Amérique latine, lire l’ouvrage, en forme de quête, d’Alicia Dujovne Ortiz sur son père, Camarade Carlos. Un agent du Komintern en Amérique latine, Paris, La Découverte, 2008, bientôt chroniqué sur ce blog.

8 En fait la seule mention de l’Afrique se situe dans la dernière partie de l’ouvrage (p. 202) avec le Congrès de la ligue anti-impérialiste.

9 Notons au passage que l’on peut regretter la quasi absence de références aux documents d’analyse de l’IC sur le précédent historique de Mussolini en Italie, une dizaine d’années plus tôt.

10 Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1999.

11 Serge Wolikow considère d’ailleurs que « La non-participation gouvernementale, à première vue paradoxale, témoigne des limites de sa marge de manœuvre à l’égard de l’IC » (p. 99).

12 Ligne qui rencontre de fortes résistances au sein des différents partis communistes, envisagées à travers le cas, peu connu, du Parti communistes de Grande Bretagne (p. 116 et suivantes). En France, cela amène la direction du PCF, dont Jacques Duclos, qui n’est en rien exonéré de ses responsabilités par Serge Wolikow, à envisager de faire reparaître légalement L’Humanité. Des rencontres entre des représentants du PCF illégal à l’époque et des diplomates nazis ont été organisées. Sur cet aspect spécifique, Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, Juin 1940. La négociation secrète, Paris, L’Atelier, 1996. Citant ce livre, basé sur des archives inédites, l’auteur rappelle que la déclaration d’intention du PCF, élaborée par Duclos et Tréand est « non exempte de connotations antisémites » (note 57, p. 143).

13 Négociations diplomatiques par ailleurs assez paradoxales si l’on songe que Hitler « réservait » aux Russes le Moyen-Orient et l’Asie, tandis que Staline se montrait pour sa part « intéressé » par les Balkans et l’Europe de l’Est, que visaient aussi directement les nazis en envahissant la Yougoslavie et développant des accords avec la Bulgarie ou la Hongrie.

14 Dont le bilan n’apparaît pas franchement satisfaisant : « l’analyse économique du Komintern, en synchronie avec la stalinisation, a abandonné l’ambition d’une approche théorique fondée sur l’observation, mais a fractionné l’analyse, et oscillé entre radicalisation politique et pragmatisme, la rendant ainsi largement inaudible sinon inutile pour le mouvement ouvrier qui traditionnellement y puisait des arguments pour l’action. En fait, cela marquait un affaiblissement durable de l’analyse économique face à l’urgence de l’action politique » (p. 174).

15 Chapitre à la fois dense et trop rapide puisque y sont notamment abordées les questions de l’émergence de la revendication des nationalisations par le PCF, de la nature du gouvernement de Front populaire espagnol (démocratie populaire ou démocratie d’un type nouveau ?) Le bilan qu’en tire Serge Wolikow est lui aussi mitigé pour le moins, « l’héritage doctrinal de l’IC est donc contradictoire et incertain » (p. 197).

16 Le lecteur intéressé peut se reporter à la réédition récente du livre de Léon Trotsky, Staline, Éditions Laville, 2011, dont une note de lecture figure sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1353

Emmanuel Bellanger, Julian Mischi (dir.), Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Paris, Armand Colin, collection « Recherches », 2013, 302 pages, 27, 50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage rassemble quatorze contributions d’historiens, sociologues et politistes, dans le prolongement à la fois de journées d’études tenues en 2009 (les contributions sont accessibles sur le site du Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris I) et du séminaire en cours « Territoire et militants communistes : approches plurielles et comparées », tenu dans la même université. Contrairement au pronostic très enthousiaste des éditeurs de cet ouvrage qui envisagent le Parti communiste français comme un objet d’études toujours florissant, on peut se demander si ce recueil ne représente pas plutôt un chant du cygne des études sur un parti en voie de disparition quand on constate que la plupart des contributions s’arrêtent au début des années 1980. Néanmoins, cette interrogation n’invalide pas le fait que nombre d’entre-elles sont fort riches et intéressantes. L’ambition des concepteurs du livre est de présenter une série de travaux monographiques, en insistant sur la dimension localisée de l’ancrage du communisme sur le territoire national. Il s’agit donc d’appréhender et d’éclairer « le PCF par le bas » (p. 21). Ce programme se déploie au long de trois parties distinctes. La première porte sur les communistes et le pouvoir local et rassemble quatre contributions. Emmanuel Bellanger, auteur d’une thèse sur le sujet, présente une belle synthèse sur la longue durée, tendant à montrer que cet enracinement municipal s’est accompagné d’un fort conformisme gestionnaire des « villes rouges », participant à la fois à une autonomisation d’une élite ouvrière au sein des municipalités et d’une intégration croissante dans le dispositif politique français : « Bien avant ses expériences gouvernementales, à la Libération (1944-1947) et durant les premiers septennats de François Mitterrand (1981-1984) et de Jacques Chirac (1997-2002), les élus locaux communistes ont montré la voie du compromis et du réformisme graduel appliqué à la gestion locale qui a certainement amorti l’effritement du Parti communiste au point de s’interroger si, aujourd’hui, ce dernier ne s’est pas « municipalisé » en se repliant sur ses derniers bastions » (p. 52). Interrogation qui parcourt l’ensemble des contributions et qui est d’ailleurs reprise, sous une forme affirmative dans la contribution conclusive de Julian Mischi, constatant que les années 1980-90 ne sont pas seulement des décennies de décrue, mais aussi d’une réorganisation profonde des modes d’engagement dans le PCF, avec un rôle croissant des élus. Son chapitre s’intitule d’ailleurs « Vers un parti d’élus », participant donc à une professionnalisation croissante de l’engagement communiste : « Les cadres de la fonction publique territoriale forment désormais un groupe central au sein du PCF » (p. 285). La seconde contribution, de Remi Lefebvre, porte sur Roubaix et la SFIO qui précède ce mouvement de notabilisation des élus, soumis à la critique de la minorité communiste, qui ne parviendra jamais à ébrécher la politique clientéliste menée par les élus socialistes durant l’entre-deux-guerres. Néanmoins, en raison de leur rappel à l’ordre incessant, les élus et militants communistes roubaisiens représenteront une sorte de surmoi militant pour des élus socialistes. Les contribution de Paul Boulland (sur la banlieue parisienne de la Libération à 1965) et de Thibault Tellier (sur le mouvement de décentralisation mis en place par les différents gouvernements entre 1971 et 1983) confirment ce diagnostic d’une autonomisation des élus communistes par rapport à l’appareil central du PCF. La seconde partie, « Réseaux militants et enjeux urbains » apparaît beaucoup plus éclectique que son titre ne le laisse à penser de prime abord. Deux contributions (celle de Benoît Trepier et celle de Françoise de Barros) portent sur la situation coloniale. Tandis que Benoît Trepied analyse le cas de la Nouvelle Calédonie dans l’entre-deux-guerres, pour constater que le PC calédonien n’évoque pas la question de l’indépendance, à l’instar d’un PCF favorable à l’Union française, Françoise de Barros s’essaie à saisir les spécificités de l’action communiste dans des espaces politiques au moment de la guerre d’Algérie. Elle est amenée à conclure que les élus communistes de Nanterre ont tenté de faire « (des Algériens politiquement organisés) des alliés politiques dès les années 1940, ce qui les amène ensuite, lorsque la violence physique de la guerre d’indépendance s’étend à la population « métropolitaine » au travers des appelés du contingent, à leur dénier un statut non seulement d’acteur politique mais également de cause et de victimes légitimes » (p. 149). Emilie Biland s’intéresse pour sa part aux élus PCF comme employeurs et patrons (« Recruter et gérer les fonctionnaires « à gauche » : du municipalisme à la banalisation ? »), à partir d’une municipalité fictive, marquée par son tissu industriel. Sa conclusion est assez balancée, montrant que si les pratiques distinctives du PCF n’ont plus cours, c’est d’une part parce que la gestion communiste s’est banalisée, mais aussi en raison de marges de manœuvre toujours plus étroites laissées aux élus par l’Union européenne. Sébastien Jolis analyse l’impossible autonomisation de la Confédération nationale des locataires de l’orbite PCF, oubliant de prendre en compte dans son approche les interactions avec les mairies socialistes, et surtout les liens avec les autres associations de locataires. Pour conclure cette seconde partie, Violaine Girard se penches sur « Les programmes urbains d’une mairie communiste de la banlieue lyonnaise (années 1970-2000) : promouvoir l’accession ouvrière ou revaloriser la ville ? », pour dresser le constat d’une action de la mairie centrée sur la stabilisation des ouvriers qualifiés par l’accession à la propriété pavillonnaire. La municipalité de Pierre-Bénite espère ainsi maintenir son audience électorale en la recentrant sur les catégories supérieures des milieux populaires. Dans une troisième partie, c’est la thématique des démobilisations et recompositions communistes qui est abordée. En plus du texte conclusif de Julian Mischi évoqué plus haut, cette section compte trois autres contributions. Jean-Luc Deshayes offre un aperçu du processus de désindustrialisation dans le bassin sidérurgique de Longwy. Si ce délitement des institutions du salariat est bien évoqué, le lecteur reste en revanche légèrement déçu sur l’analyse de réaction du PCF et des associations ou des mairies qu’il influence. Ce qui aurait dû constituer le cœur de cette communication reste un peu vague et suspendu. David Gouard propose un chapitre clair, bien informé et charpenté sur « Les recompositions contemporaines de l’affiliation au communisme en banlieue parisienne », à partir du cas d’Ivry, mairie communiste depuis 1925. Son analyse recoupe celle de Violaine Girard, exposée plus haut. A savoir que le développement d’un sentiment d’identité « ivryenne », fortement exprimé au cours de l’enquête de terrain, renvoie en fait à un ancrage à partir des couches moyennes, voire supérieures de la population. Ce qui survit, c’est la reproduction d’une identité communiste provenant de l’ancienne aristocratie ouvrière, directement bénéficiaire de la politique développée par la mairie. L’auteur rappelle ainsi que la mairie est à la fois le premier logeur et premier employeur de la ville. C’est donc par le maintien et l’entretien de ses réseaux municipaux que le PCF continue d’assurer sa dynamique d’implantation. Enfin, Nicolas Bué et Fabien Desage abordent pour leur part la manière dont le PCF, pourtant officiellement hostile, se rallie à l’intercommunalité. Leur contribution, sur un aspect peu connu de la politique du PCF, représente un éclairage tout à fait stimulant et inédit. En effet, c’est un véritable « cercle vicieux » qui se met en place à ce niveau là, car plus ils se rallient en pratique au développement de l’intercommunalité, plus leur gestion se banalise et moins ils parviennent à politiser ces enjeux et à développer une gestion alternative. De ce point de vue « ce ralliement à l’intercommunalité alimente en même temps qu’il accompagne la crise idéologique, organisationnelle et identitaire que connaît l’institution communiste » (p. 246). Si ce diagnostic est exact, il y a de fortes probabilités que les « citadelles municipales communistes » ne résistent guère aux transformations du système politique français. En tous les cas, les prochaines élections municipales de 2014 constitueront une épreuve grandeur nature de cette capacité du Parti communiste français à préserver son ancrage local. Tout dans les analyses de ce livre laisse entrevoir un combat particulièrement délicat pour ces territoires communistes, qui recèlent quelques potentialités, mais surtout d’immenses fragilités.

Peter Gingold, Jamais résignés ! Parcours d’un résistant du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de Mémoire », 2013, 183 pages, 23 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette autobiographie d’un militant communiste allemand, mort en 2006, possède le souffle des grandes aventures épiques. Sauf qu’ici, tout est réel. Écrit à la demande de sa nouvelle compagne peu de temps avant sa mort, ce témoignage, préfacé par son frère (lui-même auteur des Mémoires d’un indésirable, L’Harmattan, 2004), constitue une pièce maîtresse de tout un pan méconnu de la lutte antinazie. Né en Allemagne dans une famille juive, Peter Gingold adhère au communisme à son adolescence, à la fin de la République de Weimar. C’est par le biais de son affiliation syndicale qu’il découvre, grâce au bibliothécaire de la maison des syndicats, une littérature qui emporte son adhésion. Pourtant, au départ, comme il l’évoque avec humour, c’est la mixité des adhérents qui l’attire… Commence alors pour lui un très long engagement avec le mouvement communiste, qui ne s’achève qu’avec sa mort. Les premiers pas de cet engagement l’amènent ainsi à participer à Francfort à un débat contradictoire entre les jeunesses communistes et les jeunesses hitlériennes. Expérience qui n’aura pas de lendemain tant le jeune débatteur communiste suscite le doute dans l’esprit des adolescents hitlériens. Durant l’été 1933, sa famille décide d’émigrer en France. Mais lui, convaincu de la nécessité de la poursuite du combat clandestin, décide de rester en Allemagne. Rapidement arrêté, il est relâché, bien que juif, à condition de rejoindre sa famille outre-Rhin. Le pouvoir nazi n’a encore que quelques semaines d’existence et les conditions de répression, bien que fortement accrues depuis l’incendie du Reichstag, demeurent encore assez lâches. A Paris, il rejoint sa famille, vivant dans les conditions précaires de l’immigration allemande. Employé comme commis au Pariser Tageblatt, le quotidien de l’immigration antifasciste, il fréquente le gotha de l’émigration antifasciste, Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Stephan Hermlin, Arthur London ou encore Willy Brandt. Ce dernier fera partie, avec quelques autres, de l’aventure de la formation de la FDJ (Freie Deutsche Jugend), la Jeunesse libre allemande. Au déclenchement de la guerre d’Espagne, il est volontaire pour rejoindre la brigade des combattants allemands, mais les responsables communistes refusent sa candidature, préférant bénéficier des renseignements qu’il peut fournir à partir de sa fonction au Pariser Tageblatt. S’il est surpris par le pacte germano-soviétique, l’argumentation déployée par les responsables communistes – la nécessité pour l’URSS de gagner du temps – le convainc rapidement. Avec le déclenchement de la guerre, il devient l’un des responsables du TA (Travail allemand), organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation. Rédaction de tracts, contacts avec des soldats, éditions de journaux pour les soldats, son activité totalement clandestine dure jusqu’au 4 janvier 1943. Sa famille subit la répression, un de ses frères se fait arrêter à sa place, ainsi que sa sœur. L’un et l’autre disparaîtront à Auschwitz. Sa propre femme et ses deux enfants sont également menacés. Il doit accompagner ses enfants à l’adresse que lui fournit la résistance, mais il est arrêté, conséquence de la trahison d’un prétendu déserteur alsacien. En fait, il parvient à échapper au suivi policier, mais retourne chercher les documents qu’il avait laissés dans sa chambre, ne respectant pas les strictes consignes de sécurité et tombe dans une souricière à Dijon. Il est remis à la Gestapo, puis à la SS, pour interrogatoire approfondi (tortures). Par un extraordinaire subterfuge, auquel seuls les films de fiction nous avaient habitués, il parvient à échapper aux mains de ses geôliers le 23 avril 1943. Il poursuit alors son action au sein de la résistance jusqu’au soulèvement de Paris. Le lecteur apprendra, sans doute avec étonnement, que les responsables du TA avaient noué des contacts avec des responsables de l’État-major allemand de Paris, lesquels seront brisés par l’attentat contre Hitler, qui décapite toute opposition au sein de la direction militaire. L’organe politique de la résistance allemande en France, le CALPO1 (Comité Allemagne libre pour l’Ouest), le missionne pour poursuivre le travail de démoralisation des troupes allemandes qui continuent le combat. Mais cette mission tourne rapidement court, les troupes américaines n’envisageant pas ce type de d’action. Il est arrêté et emprisonné avec des prisonniers de l’armée allemande. Finalement libéré, il est envoyé en Italie pour poursuivre ce travail du côté de la Wehrmacht qui a remplacé le gouvernement mussolinien failli. Mais la vitesse de l’évolution du recul allemand ne lui permet pas de remplir correctement sa mission. Une fois la défaite consommée, sur ordre de la direction communiste, il part en Allemagne, après un long transit par Vienne. Il débarque à Berlin, mais dans cette ville coupée en quatre secteurs, il refuse de demeurer dans la partie soviétique, sa famille ayant de nouveau immigré en sens inverse, mais dans la partie ouest de l’Allemagne. C’est dans sa ville de Francfort qu’il poursuit son activité communiste, participant notamment à la fondation de la VVN, l’Association des victimes du nazisme. Il s’agit pour lui de rappeler, dans les prémices de la guerre froide qui va submerger son pays, qu’il existait une résistance interne, composée majoritairement de communistes pour l’immense majorité de ses membres, de sociaux-démocrates pour une petite partie et d’une infime minorité bourgeoise. En 1956, le KPD est interdit et il connaît de nouveau durant quelques mois une existence clandestine. Pour d’obscures raisons de procédure, sa nationalité allemande, ainsi que celle de ses enfants, lui est retirée. Toute sa famille devient apatride. Il faudra une intense compagne politique pour que tous puissent récupérer leur nationalité. Mais les tracasseries contre lui et ses proches ne s’arrêtent pas là puisqu’une de ses filles subit les interdictions professionnelles (les Berufsverbote), qui seront surmontées là encore grâce à une intense mobilisation internationale. Avec sa femme Ettie, il est du très important combat contre l’implantation des Pershing sur le sol allemand au début des années 1980. La chute du système soviétique n’entame en rien sa détermination politique et son allégeance au système stalinien. On ne trouve quasiment aucune critique2 à l’encontre du modèle de la RDA. Les dernières années de sa vie sont consacrées au combat pour la mémoire, l’amenant à parcourir les écoles et multiplier les interventions. L’ultime chapitre est d’ailleurs constitué des questions et réponses les plus fréquentes que les adolescents lui posaient lors de ses interventions. A la question « Comment peut-on encore être communiste ? », il répondait avec l’argument assez traditionnel dans les milieux de l’ex-RDA que si l’URSS n’avait pas écrasé la Wehrmacht, aucun juif n’aurait été sauvé de la destruction. Si le lecteur n’est pas obligé de suivre Peter Gingold dans ses ultimes argumentations en faveur du « socialisme réellement existant », il n’en reste pas moins que ce témoignage constitue une formidable leçon sur un pan d’une histoire trop peu connue, celle de ces Allemands qui ont combattu, au coude à coude avec d’autres nationalités, au sein de la résistance française, au nom de principes auxquels ils sont demeurés fidèles, ceux de l’internationalisme et de la haine du fascisme. Ces mémoires constituent de ce point de vue une salutaire lecture.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Comit%C3%A9_Allemagne_libre_pour_l%E2%80%99Ouest

2Lire notamment p. 140 et suivantes.

Sophie Cœuré, Rachel Mazuy, Cousu de fil rouge. Voyages des intellectuels français en Union soviétique, Paris, CNRS Éditions, collection « Mondes russes et est-européens », 2012, 379 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Ce recueil du CNRS rassemble cent cinquante documents inédits, provenant de la VOKS[1] et de l’Intourist[2] , sur les voyages politiques des intellectuels français en URSS des années 1920 aux années 1950. Conservés aux Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF), ces documents sont présentés par deux historiennes spécialisées dans ces problématiques, Sophie Cœuré et Rachel Mazuy. La première publie en 1999 La Grande lueur à l’Est[3] sur la naissance et la fabrication des représentations positives du monde soviétique, et la seconde, dans son ouvrage Croire plutôt que voir ?[4], raconte l’histoire inédite des voyageurs en URSS et explique les usages et fonctions de ces périples politiques et idéologiques. Issus de thèses de doctorat, ces ouvrages apportent des réponses précises et argumentées, basées sur une documentation sans faille, à toutes les questions posées par ces Russie neuve, Chantiers russes et autres Retours d’URSS dont le plus célèbre, par les polémiques et controverses suscitées chez les communistes et les « compagnons de route », est sans conteste celui d’André Gide[5].

Parmi cette abondante documentation utilisée par les deux historiennes (en particulier Rachel Mazuy[6]) pour leurs thèses, elles ont opéré un choix pour ce recueil de sources. Sélectionnés pour leur pertinence, les documents sont classés en trois grandes parties (structures d’accueil et préparatifs de départ, le voyage proprement dit et les bilans de retours), elles-mêmes scindées en sous-parties abordant les questions des institutions soviétiques (VOKS, Intourist), des réseaux français (Cercle de la Russie neuve et Association des Amis de l’URSS), des programmes et itinéraires, de la gestion des voyageurs puis des publications de retours, attendues et espérées. Du côté soviétique, ce sont des cours pour les guides (p. 52), des rapports confidentiels sur les voyageurs par les guides et les interprètes (p. 243-277), des bilans chiffrés (p. 159-173), et du côté français, des projets de visite, des recommandations, des lettres de remerciements, des actions de propagande.

A travers ces sources, le lecteur parcourt les méandres de voyages politiques extrêmement encadrés, dont les concepteurs espèrent au retour un discours favorable aux mondes soviétiques, de la Baltique à la Sibérie. Ces dizaines de milliers de voyageurs – français mais également britanniques, italiens, américains – sont bien sûr au « cœur de la fabrication de l’utopie communiste » mais leur rôle est double. Dans l’esprit des dirigeants soviétiques, ils servent également à desserrer le « cordon sanitaire » politique, économique et culturel qui entoure le premier État ouvrier de la planète. Or donc, directeurs de journaux comme Lucien Vogel (p. 93, 144, 303-304), dessinateurs et affichistes comme Jules Granjouan (p. 297-299), pacifistes belges comme Jean Marestan (p. 138-139) ou féministes comme Gabrielle Duchêne (p. 130-132 et 226-227), toutes et tous sont au centre d’une culture politique partisane, celle de la défense inconditionnelle de l’Union soviétique. A cette aune là, leur voix vaut autant, sinon plus, que celle des intellectuels prestigieux (Romain Rolland, André Malraux, André Gide) dont on ne sait jamais de quel côté le vent peut les porter …

Par petites touches, beaucoup de ces documents (et les indications des deux auteures) nous renseignent également sur ces « passeurs » communistes, ces médiateurs politico-culturels que sont les guides, interprètes et autres journalistes en contact prolongé avec des occidentaux, sympathisants certes, mais néanmoins citoyens de puissances impérialistes. D’abord recrutés parmi les militants bolcheviques maniant plusieurs langues (la culture cosmopolite et érudite de cette génération formée en exil est bien connue[7]) ainsi que parmi les membres de l’ancienne intelligentsia tsariste, ces missi dominici de la VOKS sont ensuite des cadres prolétariens frais émoulus des écoles spécifiques de formation. La terreur des années trente décime leurs rangs, comme pour tous les fonctionnaires-militants de l’État soviétique, avec plus de rigueur, cependant, du fait de leur proximité avec de possibles ou supposés  « espions ».

Cet ensemble documentaire de grande valeur – qui fait regretter de ne pas en connaître de tels, en français, sur d’autres pays[8] – est réservé cependant à un public savant ou du moins possédant une solide culture politique sur le communisme. Pourtant, il renseigne sur ce que Jacques Derrida, dans son ouvrage Moscou aller-retour[9], définit comme une « séquence finie[10] de l’histoire politique (…) qui marqua un moment décisif de l’histoire de l’humanité »[11]. En ce sens, alors, peut-être est-il souhaitable que cet ouvrage (accompagné des précédents de Sophie Cœuré et Rachel Mazuy) circule au-delà d’un public savant ou averti, après tout …

 



[1]    Cet acronyme signifie la Société panrusse pour les relations culturelles avec l’étranger, créée le 25 avril 1925.

[2]    C’est-à-dire la Société pansoviétique par actions, fondée en 1929.

[3]    Sophie Cœuré, La Grande lueur à l’Est. Les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, Le Seuil, 1999, 364 p.

[4]    Rachel Mazuy, Croire plutôt que voir. Voyages en Russie soviétique (1919-1939), Paris, Éditions Odile Jacob, 2002, 369 p.

[5]    André Gide, Retour de l’URSS, Paris, Éditions Gallimard, 1936.

[6]    Dans son ouvrage Croire plutôt que voir ?, un simple coup d’œil à l’inventaire des fonds de la VOKS que Rachel Mazuy a consulté, pages 293-301, l’indique amplement.

[7]    Le lecteur peut en trouver maints exemples dans les autobiographies rassemblées par Georges Haupt et Jean-Jacques Marie dans Les bolchéviks par eux-mêmes, Paris, François Maspero, coll. « Bibliothèque socialiste 13 », 1969, 398 p.

[8]    Par exemple, à quand une traduction du travail de Sylvia R. Margulies, The Pilgrimage to Russia. The Soviet Union and the Treatment of Foreigners (1924-1937), Madison, University of Wisconsin Press, 1968 ?

[9]    Jacques Derrida, Moscou aller-retour, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 1995.

[10]  Souligné par Jacques Derrida.

[11]  Jacques Derrida, Moscou aller-retour, op. cit., cité dans l’introduction (S. Cœuré) de Cousu de fil rouge, p. 33.

 

José Gotovitch, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden, 2012, 435 pages, 30 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Construit en quatre parties – rapports avec l’Internationale Communiste (IC) et les partis frères; positionnement du Parti communiste belge (PCB) dans le maillage politique, social et culturel de la Belgique; guerre et Résistance; et une série de parcours biographiques de militants –, ce livre offre au lecteur un ensemble de recherches et d’études sur le cas belge, motivé, comme s’en explique l’auteur, par la volonté de comprendre les contours et la force de l’engagement. Et certainement aussi pour pallier le défaut historiographique, l’absence de curiosité (au moins jusqu’en 1968 en tous les cas) que l’auteur, dans son introduction, explique par le faible impact idéologique, l’absence de pouvoir intellectuel du PCB (p. 17) et son (faible) pouvoir, comme par défaut, de « pesanteur négative » (p. 13).

De cette approche kaléidoscopique – abordant des thèmes aussi diversifiés que le théâtre populaire, les médecins engagés, les élections communales, etc. – ressortent d’autant mieux l’originalité et quelques spécificités du communisme belge : « son incapacité à stabiliser une base ouvrière face à la toute-puissance social-démocrate ainsi que la tutelle étroite, sinon réclamée, de l’IC » (p. 45), « la permanence du changement » des élus et des cadres (p. 134). Étonnant aussi le « crime » politique que constitue, en août 1934, le Pacte d’action commune entre la Jeune Garde socialiste (JGS, l’organisation de jeunesse du Parti socialiste), la Jeunesse communiste (JC) … et les jeunesses trotskystes, « aggravé d’une motion pour le droit d’asile dans les pays capitalistes en faveur de Trotski! » (p. 322).   Alertée, l’IC dépêche aussitôt deux délégués auprès du PCB pour « redresser » la ligne politique et mettre au pas le Parti, tout en demandant au PCF de mener « une campagne d’articles violemment critiques » (p. 88) contre le « petit frère » belge. D’ailleurs, dans la quatrième partie, José Gotovitch retrace le destin tragique de deux des principaux protagoniste de ce Pacte : Henri De Boeck et Marc Willems.

La troisième partie apporte une réflexion complémentaire à la thèse de l’auteur sur le PCB durant la Seconde Guerre mondiale, en analysant notamment la formation des militants et le rôle des femmes militantes. De manière convaincante, il démontre au sortir de la guerre ce « chassé-croisé de l’histoire où force et faiblesse à court terme s’inverseront à long terme » (p. 232). En effet, le rassemblement conjoncturel de la résistance autour des communistes ne se transforme pas, contrairement au pari fait par le PCB, en mouvement de masse, la paix revenue, et est même impossible à maintenir pendant la Guerre froide.

 Du communisme et des communistes en Belgique constitue à la fois un pas de plus – et un pas important – dans la direction d’une meilleure connaissance, d’une meilleure compréhension du communisme belge et, plus largement, d’une histoire des gauches en Belgique, et une borne étape indiquant tous les chemins qu’il reste encore à explorer dans cette direction : notamment le rôle des femmes et des immigrés (à peine abordé ici) ainsi que la période postérieure au Congrès de Vilvorde en 1954, qui n’est approchée dans ce livre qu’au travers de l’une ou l’autre biographie. Dans sa préface à C’est un joli nom, camarade, de Jean Lemaître[1], sorti en même temps chez le même éditeur, José Gotovitch regrettait « notre manque criant d’écriture, de biographies, d’autobiographies des militants en Belgique, et en particulier des communistes » (p. 9). Il convient donc de saluer le travail des éditions Aden visant à combler ce déficit.


[1]    Lire la recension de cet ouvrage sur notre blog.

Jean Lemaître, C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste, Bruxelles, Aden, 2012, 380 pages, 22 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cette biographie, commencée comme un polar, au moment de l’arrestation de Jean Fonteyne par la Gestapo, est écrite (par l’un des propres petits-fils de Fonteyne) de manière empathique et dans un style léger, agréable à lire. Le livre interroge longuement cette figure paradoxale et le parcours fascinant de cet avocat belge issu d’une famille bourgeoise, qui s’est mis corps et âme au service du communisme et du Komintern. Ce faisant, ces pages reviennent sur une série d’événements politiques majeurs tels que les grèves quasi insurrectionnelles de 1932 en Belgique, la Guerre d’Espagne, la Résistance, l’assassinat de Julien Lahaut[1], … qui dessinent les contours de son activisme. C’est d’ailleurs un grand mérite de cet essai de marier la « petite » et la « grande » histoire, à travers, entre autres, l’évocation du contexte familial, le caractère de Fonteyne et surtout la lutte quotidienne au sein de la prison belge de Breendonk puis du camp allemand de Buchenwald durant la guerre. Mais le livre se rapproche parfois des romans d’aventure ou d’espionnage lorsque sont décrits le montage et le fonctionnement de la compagnie « France navigation »[2] durant la Guerre d’Espagne (p. 171 et suivantes), pour alimenter la République en armes et assurer un juteux financement au Komintern ou lorsque le lecteur suit Fonteyne, parti au début de la Seconde Guerre mondiale dans le Sud de la France, libérer les militants communistes belges arrêtés et incarcérés dans les camps de concentration de Pétain (chapitre 16). Au fil des pages, apparaissent également l’un ou l’autre personnage emblématique, tels que Jacques Grippa, dirigeant communiste et résistant ou Eugen Fried[3] – « Clément » -, le chef du Komintern pour l’Europe occidentale.

Si l’auteur se concentre principalement sur la période 1914-1945, il revient cependant sur le rôle plus institutionnalisé de Fonteyne au sein du Parti communiste belge comme sénateur (son nom reste attaché à la modification de la loi sur les baux à loyer en 1947) et comme membre de la Commission de Contrôle Politique (CCP) à partir de la fin 1954, jusqu’à son exclusion du Parti en 1965, dans le prolongement de la scission sino-soviétique ; Fonteyne étant « partagé entre sa solidarité amicale avec Jacques Grippa [qui opère une scission pro-chinoise en 1963] et sa fidélité à la ligne majoritaire du parti » (p. 344).

Le principal regret, au bout de ces près de 400 pages, est que soit finalement si peu développées (une trentaine de pages seulement) les années pourtant charnières 1930-1935, qui marquent l’adhésion de Fonteyne au communisme et, de manière plus générale, l’absence de sens critique par rapport à l’URSS (p. 356-359)[4].


[1]    Julien Lahaut, dirigeant du Parti communiste belge, un des chefs de la Résistance, est assassiné chez lui le 18 août 1950, en pleine « guerre froide ».

[2]    Sur cette compagnie maritime fondée en 1937, on lira l’enquête, déjà ancienne, de Dominique Grisoni et Gilles Hertzog, Les Brigades de la mer, chez Grasset (1979).

[3]    Sur ce personnage, on lira Annie Kriegel, Stéphane Courtois, Eugen Fried, le grand secret du PCF, Le Seuil, 1997 et Michel Dreyfus, « Eugen Fried », in José Gotovitch, Mikhaïl Narinski (dir.), Komintern, l’histoire et les hommes : dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et à Moscou : (1919-1943), Paris, 2001, p. 292-295.

[4]    On lira utilement, en parallèle, le livre dirigé par José Gotovitch sur la présence communiste en Belgique, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden,  2012. Lire sa recension sur ce blog.