Archives de catégorie : Belgique

Claude Renard, Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge, préface de Jean Puissant, Arquennes/Bruxelles, 2017, Éditions Memogrames/Éditions du CarCoB, 160 pages, 19 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Le Parti communiste de Belgique (PCB) est officiellement constitué début septembre 1921. C’est la généalogie de ce Parti, ainsi que, de manière plus globale, l’impact de la révolution russe sur le mouvement ouvrier belge, que Claude Renard (né en 1926), historien, membre alors des instances dirigeantes du PCB, analyse. Publiée en 1967, cette « étude incontournable »1, devenue introuvable depuis, est, à l’occasion du centenaire de 1917, rééditée grâce à l’initiative du Centre des archives du communisme en Belgique (CarCoB)2, et accompagnée d’une postface de l’auteur et d’une préface de l’historien Jean Puissant. Le livre, qui plus est, reprend une série de documents – par exemple, la brochure de la Jeune Garde Socialiste de Gand (p. 52) – et de photos – notamment une étonnante photo du dirigeant socialiste Émile Vandervelde (1866-1938) haranguant les soldats (p. 34) – qui contribuent à son intérêt.

La spécificité belge

« L’attrait exercé par l’Internationale communiste fut-il moins vif en Belgique que dans les grands pays voisins », s’interroge l’auteur. Et de répondre directement : « L’IC manqua certainement de porte-parole aussi autorisés qu’ailleurs, et il est évident que la diffusion de ses idées, l’organisation d’un débat démocratique autour d’elles, fut particulièrement difficile dans les conditions existantes. Les ouvriers belges ne restèrent pas pour autant insensibles au souffle des événements mondiaux » (p. 113). Dès lors, l’enjeu est de suivre au plus près les cheminements de ce « souffle », pris dans les conditions particulières du plat pays ; conditions qui tiennent d’abord et avant tout à l’occupation du territoire national et à la spécificité du Parti ouvrier de Belgique (POB).

Claude Renard y insiste à plusieurs reprises : l’occupation par les troupes allemandes entrava la résistance au nationalisme, l’émergence « d’une couche nouvelle de militants avertis », la diffusion de l’information, si bien qu’« à de rares expressions près, les idées soulevées par la révolution d’Octobre et l’essor révolutionnaire en Allemagne furent recueillies dans des cercles dispersés, sans relation entre eux et souvent sans lien avec les organisations ouvrières essentielles » (p. 48-49). Pour ces mêmes raisons, comme l’analyse finement l’auteur, « le sentiment national flamand put être jusqu’à un certain point un antidote contre les ravages du nationalisme dominant et, dans la mesure où il se combina avec des revendications sociales, quelque chose de plus : la source particulière d’une évolution vers des positions internationalistes conséquentes » (p. 57).

Mais la situation particulière de la Belgique était inextricablement liée à la place et au rôle du POB. Celui-ci avait clairement opté pour une pratique politique réformiste et pragmatique, qui avait épousé, en 1914, le nationalisme du gouvernement3. Selon Renard, « l’impréparation théorique et politique de la IIe Internationale (…) ne résidait pas, fondamentalement, dans la méconnaissance du caractère impérialiste de la guerre ; elle résidait dans une propension générale à se soustraire, par toutes sortes de biais, aux conclusions pratiques qui en découlaient » (p. 16).

L’emprise du POB sur le mouvement ouvrier allait s’étendre à partir de sa participation gouvernementale et, surtout, en fonction de l’émergence de la puissance syndicale après-guerre. Le nombre d’adhérents passa ainsi de 125 000, en 1914, à 688 000, en 1920. Mais cet appareil syndical était organiquement lié au POB et s’inscrivait dans son idéologie réformiste, cherchant « plutôt à asseoir son influence par des moyens administratifs » (p. 104).

Le POB face à la révolution

Le 8 mars 1917, les ministres socialistes du gouvernement belge installé au Havre envoient au Comité socialiste de Petrograd un télégramme saluant la victoire du peuple russe. « Cet enthousiasme n’était pas affecté, car l’alliance de Nicolas II avait constitué jusque là un handicap politique certain pour la crédibilité des thèses qui identifiaient la cause de l’Entente à celle de la démocratie et du droit des peuples » (p. 66). La destitution du Tsar mettait ainsi fin à « l’équivoque » d’une guerre que les socialistes belges prétendaient mener au nom de la démocratie et de la civilisation, alors même qu’ils étaient alliés au régime tsariste.

Il y eut une mission socialiste belge en Russie du 7 mai au 25 juin 1917, à laquelle participaient les dirigeants Émile Vandervelde (1866-1938), Louis de Brouckère (1870-1951) et Henri De Man (1885-1953). Au cours de leur séjour, ils appelèrent la Russie à poursuivre la guerre. Ainsi, ils diffusèrent une brochure conjurant les soldats russes « d’aider les travailleurs belges à se libérer »… en continuant à se battre contre l’Allemagne (p. 68). Lors d’un discours prononcé à Petrograd le 12 mai 1917, De Man alla même jusqu’à se comparer avec Karl Liebknecht, en fonction d’une « dialectique » nauséeuse : « Nous avons les mêmes idées anti-militaristes. Nous sommes restés tous les deux fidèles à nos convictions. Mais cela nous a conduit en des endroits différents : l’antimilitarisme allemand en prison ; l’antimilitarisme belge aux tranchées » (p. 68-69). Ces pages sont cependant l’occasion d’évoquer, en passant, le « groupe bolchevik belge » – et, en son sein, Frédéric Legrand, qui a participé à la prise du Palais d’Hiver –, ouvriers belges employés dans les usines d’armement de la capitale russe au moment de la révolution (p. 93).

Le Traité de Brest-Litovsk, le 3 mars 1918, qui met fin aux combats sur le front de l’Est entre la Russie et l’Allemagne, est dès lors perçu comme une trahison par le POB – et par la majeure partie de la population belge, toujours sous le joug allemand. Il conforte et aggrave encore l’anti-bolchevisme du POB, dont « on imagine mal aujourd’hui la violence et la constance », comme en témoignent les divers extraits de discours que l’auteur cite (p. 112). Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple – et non le plus agressif – de Brouckère assimilait, en 1921, le bolchevisme à une « déformation asiatique et barbare d’une conception européenne et civilisée » du socialisme (p. 71)4.

La naissance du PCB

En 1917, les membres des Jeunes Gardes socialistes (JGS) – la section jeune du POB – qui avaient quitté le POB ou en avaient été exclus, ainsi que les groupements anarchistes constituèrent les premiers noyaux d’où émergera, quatre ans plus tard, le PCB. À ceux-ci vient s’ajouter l’aile gauche du POB, autour du journal L’Exploité et de la figure de Joseph Jacquemotte (1883-1936), Secrétaire régional du Syndicat des employés (socialistes). Et Claude Renard de remarquer le paradoxe : ce sont le plus souvent les groupes libertaires qui ont les premiers soutenus la révolution russe et cherché à rééditer son exploit en Belgique. Par ailleurs, l’anarchisme constituait une tendance toujours vivace au sein des JGS (p. 136).

Un noyau de JGS à Gand, exclu du POB – accusé d’avoir partie lié avec les Allemands – en 1916, fut « le premier et pour un certain temps le seul groupe zimmerwaldien [du nom de la conférence socialiste, soutenant l’internationalisme et opposée au chauvinisme, tenue en septembre 1915 à Zimmerwald, en Suisse] » (p. 51). À la fin de la guerre – événement peu connu –, il y eut des manifestations de soldats allemands en Belgique, qui accompagnèrent la révolution allemande à Bruxelles. « Un certain nombre de militants de la gauche du POB, de JGS et d’anarchistes se joignirent spontanément à eux ». Cependant, lorsque le Conseil révolutionnaire des soldats allemands fit appel à la collaboration des syndicats, ceux-ci, y compris Jacquemotte, tinrent leur distance (p. 86).

C’est à Bruxelles – la Fédération socialiste bruxelloise était l’une des plus à gauche du POB – que naquit, en février 1920, le plus important de ces noyaux communistes. Celui-ci était sorti, quelques mois plus tôt, du POB. Issu des JGS, ce Groupe communiste de Bruxelles, réunissant une soixantaine de membres, fît paraître à partir du 15 février 1920, le journal L’Ouvrier Communiste, organe bi-mensuel (p. 134). Il chercha à fédérer les divers noyaux éparpillés dans tout le pays, d’abord en Wallonie, en créant la Fédération communiste de Wallonie – selon les estimations, elle comptait quelque 200 membres –, puis au niveau national. À la fin de cette même année, s’opéra la fusion de tous les groupes au sein du Parti communiste belge, section belge de l’Internationale Communiste. La principale figure de ce nouveau parti était War Van Overstraeten (1891-1981). Artiste-peintre, ancien Secrétaire régional des JGS, il avait participé, au nom de la la Fédération communiste de Wallonie, au IIe Congrès de l’Internationale communiste (IC), à Moscou, en juillet-août 1920.

Entre-temps, fin de l’année 1920, la tendance autour de Jacquemotte, qui s’était constituée en fédération des « Amis de l’Exploité » au sein du POB, fut, au nom de la discipline du Parti, poussée à la scission. Le 29 mai 1921, elle décide dès lors la création d’un parti communiste, et Jacquemotte ainsi que Van Overstraeten, participèrent au IIIe Congrès de l’IC (le second à titre d’observateur). C’est l’IC qui imposa la fusion des deux groupes – Van Overstraeten était particulièrement critique envers le « centrisme » de Jacquemotte, qui avait mis tant de temps à rompre avec le POB –, qui se réalisa les 3 et 4 septembre 1921. Le PCB était né. Au départ, le nombre d’adhérents fut d’un millier environ, pour retomber très vite à cinq ou six cents (p. 143).

Le prisme d’une lecture

Dans sa postface, l’auteur rappelle dans quel contexte ce livre fut écrit ; ou plutôt dans lequel il ne le fut pas, à savoir Mai 68 et l’invasion de la Tchécoslovaquie par les troupes russes, qui en aurait modifié la conclusion (p. 147). Jean Puissant, quant à lui, corrige l’interprétation donnée quant aux réformes mises en place sous les gouvernements à participation socialiste dans les années d’après-guerre. Seule une partie de la bourgeoisie soutenait alors les réformes ; il distingue ainsi les secteurs capitalistes intensifs en main d’œuvre et ceux intensifs en capitaux. De plus, la crainte de troubles visait d’abord les soldats allemands, encore en Belgique, plutôt que la (lointaine) révolution russe (p. 7).

Mais aucun d’eux ne revient sur le biais de lecture, où transperce pourtant la vision propre au PCB. Celle-ci se donne à voir dans la mise en avant de Jacquemotte – le « bon » chemin vers le communisme –, au détriment de Van Overstraeten. Les deux hommes représentaient en effet des courants divergents, en désaccord sur la question du parlementarisme et du syndicalisme. Cependant, alors que le premier est considéré comme un « expérimenté et habile tacticien » (p. 123), dont la stratégie – ne pas se couper de la classe ouvrière organisée, en quittant (trop tôt) le POB – est légitimée, le second est largement discrédité. Il compenserait son « peu d’expérience du mouvement ouvrier » par une « propension certaine au verbalisme révolutionnaire » et « une fougue qui n’était pas exempte de ferveur mystique » (p. 137). Il ferait dès lors « preuve dans l’interprétation des documents de l’Internationale communiste de plus de bonne volonté que de sens politique » (p. 136). Et la sentence de tomber : « Leur attitude [les jeunes militants communistes regroupés autour de Van Overstraeten] devant les difficultés du moment illustre bien le caractère de « fuite en avant » qui est le caractère général de tout gauchisme » (p. 137).

Une telle interprétation ne participe-t-elle pas autant du refus structurel du PCB de « l’aventurisme gauchiste » – et, à partir des années 1930, de sa stratégie conséquente de « coller » aux socialistes, pour les « tirer » à gauche5 – que de l’analyse historique ? S’il ne fait aucun doute que le courant autour de War Van Overstraeten s’apparentait au gauchisme – antiparlementarisme, appui aux soviets, dénonciation des syndicats comme organisations d’« embrigadement des masses » (p. 140) –, la critique de celui-ci relève bien d’une lecture politique, et non d’un prétendu « réalisme ».

De plus, il convient d’interroger le poids des parcours ultérieurs des deux hommes dans la compréhension de leur action, au sortir de la guerre de 1914-1918. Van Overstraeten fut en effet accusé d’avoir adopté une attitude ambiguë au cours de la Seconde Guerre mondiale. Sans compter qu’il a été exclu du PCB en 1928 en raison de son appui à l’Opposition de gauche, alors que le Parti a, par la suite, organisé et entretenu l’hagiographie de Jacquemotte, demeuré fidèle au PCB jusqu’à sa mort. Jusqu’à quel point un tel traitement contradictoire ne pèse-t-il pas sur la manière d’appréhender les différences entre les deux hommes ?

Enfin, le crédit accordé à la stratégie poursuivie par Jacquemotte pose question. Celui-ci ne quittera, forcé et contraint, le POB qu’à la fin de l’année 1920. Quelque regard que l’on porte sur cette stratégie, force est de constater son échec : Jacquemotte entraîna très peu de militants avec lui. Il convient dès lors de nuancer pour le moins la tendance à opposer son expérience, son « réalisme » et sa stratégie à la fougue libertaire de Van Overstraeten. Et ce d’autant plus, qu’a posteriori, le pari de Jacquemotte n’a pas tant échoué sur les manœuvres de l’appareil politique du POB que sur la structuration (matérielle et idéelle) même de celui-ci. Marcel Liebman explique ainsi cet échec, en le rapportant aux spécificités du POB : la primauté du « réflexe unitaire », entretenue et catalysée par « les données de fait, le souci de pragmatisme », le caractère accessoire des « discussions doctrinales et [d]es controverses théoriques ». Et de conclure : « Dans ces conditions, la considération du divorce idéologique entre communistes et socialistes pesa d’un bien maigre poids dans la balance. Le désir de conserver à la classe ouvrière l’arme de l’unité l’emporta aisément »6.

Pour conclure

Ces réserves n’enlèvent rien à l’intérêt de cet essai. Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge offre une lecture synthétique, fouillée et riche, d’un pan de l’histoire du communisme en Belgique, encore trop méconnue. Les cinquante ans qui nous séparent de sa première édition démontrent tout à la fois la qualité de l’analyse, l’actualité des questions qu’elle soulève, et, enfin, la rareté des publications consacrées à l’histoire du mouvement ouvrier belge.

1Jules Pirlot, Président du CarCoB, dans sa présentation, page 9.

2Voir http://www.carcob.eu/ . Notons également l’entretien entre Jean Lemaître (journaliste, essayiste et romancier) et Claude Renard, mis en ligne le 3 mai 2017 sur https://www.youtube.com/ . Jean Lemaître est l’auteur de C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste, (Bruxelles, Aden, 2012), dont on peut lire un compte-rendu sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/490

3De manière provocante, Marcel Liebman affirmait : « Le socialisme belge de 1918 à 1921 se situant à l’extrême-droite du mouvement ouvrier international ». Marcel Liebman, « Les origines et la fondation du Parti Communiste de Belgique », Courrier hebdomadaire du CRISP 1963/17 (n° 197), p. 1-15. DOI 10.3917/cris.197.0001.

4Jules Destrée (1863-1936), qui effectua une mission diplomatique en Russie en 1918, ira pour sa part, jusqu’à affirmer : « Un Russe peut se dire socialiste, il n’en est pas moins le fils d’un alcoolique, le petit-fils d’un esclave, et le descendant d’un barbare d’Asie », Jules Destrée, Les Fondeurs de neige. Notes sur la révolution bolchevique à PETROGRAD pendant l’hiver 1917-1918, Bruxelles, G. Van Oest, 1920.

5Lire à ce propos le long entretien mené par Jean Lemaître avec Louis Van Geyt, président du Parti communiste de Belgique (PCB) de 1972 à 1988. Louis Van Geyt, La passion du trait d’union. Regards croisés sur le Parti communiste de Belgique (1945-1985). Libres entretiens avec Jean Lemaître, Bruxelles, Carcob, Memogrames, 2015, dont le compte rendu sur notre blog se lit sur http://dissidences.hypotheses.org/490

6Marcel Liebman, « Les origines et la fondation du Parti Communiste de Belgique », Courrier hebdomadaire du CRISP 1963/17 (n° 197), p. 1-15. DOI 10.3917/cris.197.0001.

José Gotovitch, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden, 2012, 435 pages, 30 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Construit en quatre parties – rapports avec l’Internationale Communiste (IC) et les partis frères; positionnement du Parti communiste belge (PCB) dans le maillage politique, social et culturel de la Belgique; guerre et Résistance; et une série de parcours biographiques de militants –, ce livre offre au lecteur un ensemble de recherches et d’études sur le cas belge, motivé, comme s’en explique l’auteur, par la volonté de comprendre les contours et la force de l’engagement. Et certainement aussi pour pallier le défaut historiographique, l’absence de curiosité (au moins jusqu’en 1968 en tous les cas) que l’auteur, dans son introduction, explique par le faible impact idéologique, l’absence de pouvoir intellectuel du PCB (p. 17) et son (faible) pouvoir, comme par défaut, de « pesanteur négative » (p. 13).

De cette approche kaléidoscopique – abordant des thèmes aussi diversifiés que le théâtre populaire, les médecins engagés, les élections communales, etc. – ressortent d’autant mieux l’originalité et quelques spécificités du communisme belge : « son incapacité à stabiliser une base ouvrière face à la toute-puissance social-démocrate ainsi que la tutelle étroite, sinon réclamée, de l’IC » (p. 45), « la permanence du changement » des élus et des cadres (p. 134). Étonnant aussi le « crime » politique que constitue, en août 1934, le Pacte d’action commune entre la Jeune Garde socialiste (JGS, l’organisation de jeunesse du Parti socialiste), la Jeunesse communiste (JC) … et les jeunesses trotskystes, « aggravé d’une motion pour le droit d’asile dans les pays capitalistes en faveur de Trotski! » (p. 322).   Alertée, l’IC dépêche aussitôt deux délégués auprès du PCB pour « redresser » la ligne politique et mettre au pas le Parti, tout en demandant au PCF de mener « une campagne d’articles violemment critiques » (p. 88) contre le « petit frère » belge. D’ailleurs, dans la quatrième partie, José Gotovitch retrace le destin tragique de deux des principaux protagoniste de ce Pacte : Henri De Boeck et Marc Willems.

La troisième partie apporte une réflexion complémentaire à la thèse de l’auteur sur le PCB durant la Seconde Guerre mondiale, en analysant notamment la formation des militants et le rôle des femmes militantes. De manière convaincante, il démontre au sortir de la guerre ce « chassé-croisé de l’histoire où force et faiblesse à court terme s’inverseront à long terme » (p. 232). En effet, le rassemblement conjoncturel de la résistance autour des communistes ne se transforme pas, contrairement au pari fait par le PCB, en mouvement de masse, la paix revenue, et est même impossible à maintenir pendant la Guerre froide.

 Du communisme et des communistes en Belgique constitue à la fois un pas de plus – et un pas important – dans la direction d’une meilleure connaissance, d’une meilleure compréhension du communisme belge et, plus largement, d’une histoire des gauches en Belgique, et une borne étape indiquant tous les chemins qu’il reste encore à explorer dans cette direction : notamment le rôle des femmes et des immigrés (à peine abordé ici) ainsi que la période postérieure au Congrès de Vilvorde en 1954, qui n’est approchée dans ce livre qu’au travers de l’une ou l’autre biographie. Dans sa préface à C’est un joli nom, camarade, de Jean Lemaître[1], sorti en même temps chez le même éditeur, José Gotovitch regrettait « notre manque criant d’écriture, de biographies, d’autobiographies des militants en Belgique, et en particulier des communistes » (p. 9). Il convient donc de saluer le travail des éditions Aden visant à combler ce déficit.


[1]    Lire la recension de cet ouvrage sur notre blog.

Jean Lemaître, C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste, Bruxelles, Aden, 2012, 380 pages, 22 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cette biographie, commencée comme un polar, au moment de l’arrestation de Jean Fonteyne par la Gestapo, est écrite (par l’un des propres petits-fils de Fonteyne) de manière empathique et dans un style léger, agréable à lire. Le livre interroge longuement cette figure paradoxale et le parcours fascinant de cet avocat belge issu d’une famille bourgeoise, qui s’est mis corps et âme au service du communisme et du Komintern. Ce faisant, ces pages reviennent sur une série d’événements politiques majeurs tels que les grèves quasi insurrectionnelles de 1932 en Belgique, la Guerre d’Espagne, la Résistance, l’assassinat de Julien Lahaut[1], … qui dessinent les contours de son activisme. C’est d’ailleurs un grand mérite de cet essai de marier la « petite » et la « grande » histoire, à travers, entre autres, l’évocation du contexte familial, le caractère de Fonteyne et surtout la lutte quotidienne au sein de la prison belge de Breendonk puis du camp allemand de Buchenwald durant la guerre. Mais le livre se rapproche parfois des romans d’aventure ou d’espionnage lorsque sont décrits le montage et le fonctionnement de la compagnie « France navigation »[2] durant la Guerre d’Espagne (p. 171 et suivantes), pour alimenter la République en armes et assurer un juteux financement au Komintern ou lorsque le lecteur suit Fonteyne, parti au début de la Seconde Guerre mondiale dans le Sud de la France, libérer les militants communistes belges arrêtés et incarcérés dans les camps de concentration de Pétain (chapitre 16). Au fil des pages, apparaissent également l’un ou l’autre personnage emblématique, tels que Jacques Grippa, dirigeant communiste et résistant ou Eugen Fried[3] – « Clément » -, le chef du Komintern pour l’Europe occidentale.

Si l’auteur se concentre principalement sur la période 1914-1945, il revient cependant sur le rôle plus institutionnalisé de Fonteyne au sein du Parti communiste belge comme sénateur (son nom reste attaché à la modification de la loi sur les baux à loyer en 1947) et comme membre de la Commission de Contrôle Politique (CCP) à partir de la fin 1954, jusqu’à son exclusion du Parti en 1965, dans le prolongement de la scission sino-soviétique ; Fonteyne étant « partagé entre sa solidarité amicale avec Jacques Grippa [qui opère une scission pro-chinoise en 1963] et sa fidélité à la ligne majoritaire du parti » (p. 344).

Le principal regret, au bout de ces près de 400 pages, est que soit finalement si peu développées (une trentaine de pages seulement) les années pourtant charnières 1930-1935, qui marquent l’adhésion de Fonteyne au communisme et, de manière plus générale, l’absence de sens critique par rapport à l’URSS (p. 356-359)[4].


[1]    Julien Lahaut, dirigeant du Parti communiste belge, un des chefs de la Résistance, est assassiné chez lui le 18 août 1950, en pleine « guerre froide ».

[2]    Sur cette compagnie maritime fondée en 1937, on lira l’enquête, déjà ancienne, de Dominique Grisoni et Gilles Hertzog, Les Brigades de la mer, chez Grasset (1979).

[3]    Sur ce personnage, on lira Annie Kriegel, Stéphane Courtois, Eugen Fried, le grand secret du PCF, Le Seuil, 1997 et Michel Dreyfus, « Eugen Fried », in José Gotovitch, Mikhaïl Narinski (dir.), Komintern, l’histoire et les hommes : dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et à Moscou : (1919-1943), Paris, 2001, p. 292-295.

[4]    On lira utilement, en parallèle, le livre dirigé par José Gotovitch sur la présence communiste en Belgique, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden,  2012. Lire sa recension sur ce blog.