Archives de catégorie : Belgique

José Gotovitch, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden, 2012, 435 pages, 30 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Construit en quatre parties – rapports avec l’Internationale Communiste (IC) et les partis frères; positionnement du Parti communiste belge (PCB) dans le maillage politique, social et culturel de la Belgique; guerre et Résistance; et une série de parcours biographiques de militants –, ce livre offre au lecteur un ensemble de recherches et d’études sur le cas belge, motivé, comme s’en explique l’auteur, par la volonté de comprendre les contours et la force de l’engagement. Et certainement aussi pour pallier le défaut historiographique, l’absence de curiosité (au moins jusqu’en 1968 en tous les cas) que l’auteur, dans son introduction, explique par le faible impact idéologique, l’absence de pouvoir intellectuel du PCB (p. 17) et son (faible) pouvoir, comme par défaut, de « pesanteur négative » (p. 13).

De cette approche kaléidoscopique – abordant des thèmes aussi diversifiés que le théâtre populaire, les médecins engagés, les élections communales, etc. – ressortent d’autant mieux l’originalité et quelques spécificités du communisme belge : « son incapacité à stabiliser une base ouvrière face à la toute-puissance social-démocrate ainsi que la tutelle étroite, sinon réclamée, de l’IC » (p. 45), « la permanence du changement » des élus et des cadres (p. 134). Étonnant aussi le « crime » politique que constitue, en août 1934, le Pacte d’action commune entre la Jeune Garde socialiste (JGS, l’organisation de jeunesse du Parti socialiste), la Jeunesse communiste (JC) … et les jeunesses trotskystes, « aggravé d’une motion pour le droit d’asile dans les pays capitalistes en faveur de Trotski! » (p. 322).   Alertée, l’IC dépêche aussitôt deux délégués auprès du PCB pour « redresser » la ligne politique et mettre au pas le Parti, tout en demandant au PCF de mener « une campagne d’articles violemment critiques » (p. 88) contre le « petit frère » belge. D’ailleurs, dans la quatrième partie, José Gotovitch retrace le destin tragique de deux des principaux protagoniste de ce Pacte : Henri De Boeck et Marc Willems.

La troisième partie apporte une réflexion complémentaire à la thèse de l’auteur sur le PCB durant la Seconde Guerre mondiale, en analysant notamment la formation des militants et le rôle des femmes militantes. De manière convaincante, il démontre au sortir de la guerre ce « chassé-croisé de l’histoire où force et faiblesse à court terme s’inverseront à long terme » (p. 232). En effet, le rassemblement conjoncturel de la résistance autour des communistes ne se transforme pas, contrairement au pari fait par le PCB, en mouvement de masse, la paix revenue, et est même impossible à maintenir pendant la Guerre froide.

 Du communisme et des communistes en Belgique constitue à la fois un pas de plus – et un pas important – dans la direction d’une meilleure connaissance, d’une meilleure compréhension du communisme belge et, plus largement, d’une histoire des gauches en Belgique, et une borne étape indiquant tous les chemins qu’il reste encore à explorer dans cette direction : notamment le rôle des femmes et des immigrés (à peine abordé ici) ainsi que la période postérieure au Congrès de Vilvorde en 1954, qui n’est approchée dans ce livre qu’au travers de l’une ou l’autre biographie. Dans sa préface à C’est un joli nom, camarade, de Jean Lemaître[1], sorti en même temps chez le même éditeur, José Gotovitch regrettait « notre manque criant d’écriture, de biographies, d’autobiographies des militants en Belgique, et en particulier des communistes » (p. 9). Il convient donc de saluer le travail des éditions Aden visant à combler ce déficit.


[1]    Lire la recension de cet ouvrage sur notre blog.

Jean Lemaître, C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste, Bruxelles, Aden, 2012, 380 pages, 22 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cette biographie, commencée comme un polar, au moment de l’arrestation de Jean Fonteyne par la Gestapo, est écrite (par l’un des propres petits-fils de Fonteyne) de manière empathique et dans un style léger, agréable à lire. Le livre interroge longuement cette figure paradoxale et le parcours fascinant de cet avocat belge issu d’une famille bourgeoise, qui s’est mis corps et âme au service du communisme et du Komintern. Ce faisant, ces pages reviennent sur une série d’événements politiques majeurs tels que les grèves quasi insurrectionnelles de 1932 en Belgique, la Guerre d’Espagne, la Résistance, l’assassinat de Julien Lahaut[1], … qui dessinent les contours de son activisme. C’est d’ailleurs un grand mérite de cet essai de marier la « petite » et la « grande » histoire, à travers, entre autres, l’évocation du contexte familial, le caractère de Fonteyne et surtout la lutte quotidienne au sein de la prison belge de Breendonk puis du camp allemand de Buchenwald durant la guerre. Mais le livre se rapproche parfois des romans d’aventure ou d’espionnage lorsque sont décrits le montage et le fonctionnement de la compagnie « France navigation »[2] durant la Guerre d’Espagne (p. 171 et suivantes), pour alimenter la République en armes et assurer un juteux financement au Komintern ou lorsque le lecteur suit Fonteyne, parti au début de la Seconde Guerre mondiale dans le Sud de la France, libérer les militants communistes belges arrêtés et incarcérés dans les camps de concentration de Pétain (chapitre 16). Au fil des pages, apparaissent également l’un ou l’autre personnage emblématique, tels que Jacques Grippa, dirigeant communiste et résistant ou Eugen Fried[3] – « Clément » -, le chef du Komintern pour l’Europe occidentale.

Si l’auteur se concentre principalement sur la période 1914-1945, il revient cependant sur le rôle plus institutionnalisé de Fonteyne au sein du Parti communiste belge comme sénateur (son nom reste attaché à la modification de la loi sur les baux à loyer en 1947) et comme membre de la Commission de Contrôle Politique (CCP) à partir de la fin 1954, jusqu’à son exclusion du Parti en 1965, dans le prolongement de la scission sino-soviétique ; Fonteyne étant « partagé entre sa solidarité amicale avec Jacques Grippa [qui opère une scission pro-chinoise en 1963] et sa fidélité à la ligne majoritaire du parti » (p. 344).

Le principal regret, au bout de ces près de 400 pages, est que soit finalement si peu développées (une trentaine de pages seulement) les années pourtant charnières 1930-1935, qui marquent l’adhésion de Fonteyne au communisme et, de manière plus générale, l’absence de sens critique par rapport à l’URSS (p. 356-359)[4].


[1]    Julien Lahaut, dirigeant du Parti communiste belge, un des chefs de la Résistance, est assassiné chez lui le 18 août 1950, en pleine « guerre froide ».

[2]    Sur cette compagnie maritime fondée en 1937, on lira l’enquête, déjà ancienne, de Dominique Grisoni et Gilles Hertzog, Les Brigades de la mer, chez Grasset (1979).

[3]    Sur ce personnage, on lira Annie Kriegel, Stéphane Courtois, Eugen Fried, le grand secret du PCF, Le Seuil, 1997 et Michel Dreyfus, « Eugen Fried », in José Gotovitch, Mikhaïl Narinski (dir.), Komintern, l’histoire et les hommes : dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et à Moscou : (1919-1943), Paris, 2001, p. 292-295.

[4]    On lira utilement, en parallèle, le livre dirigé par José Gotovitch sur la présence communiste en Belgique, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden,  2012. Lire sa recension sur ce blog.