Archives de catégorie : Trotskysme

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage est issu d’une thèse de science politique, De la LCR au NPA (1966-2009), sociologie des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, soutenue en 2011. Elle fait suite aux thèses de Jean Paul Salles (publiée sous le titre La Ligue Communiste révolutionnaire, 1968-1981. Instrument du Grand soir ou lieu d’apprentissage, PUR, 2005) et Stéphanie Rizet (demeurée inédite à ce jour), La distinction militante. Transformations et invariances du militantisme à la Ligue Communiste1. Si, globalement, les courants « situés à l’extrême-gauche du champ politique n’avaient été que peu étudiées » (p. 25), ainsi que le pointe l’auteure, le constat se doit d’être relativisé car la LCR est de loin l’organisation qui a suscité le plus d’intérêt de la part du champ académique2.

Revendiquant un point de vue interactionniste, à l’intersection de la sociologie de l’engagement et de celle des partis politiques, l’auteure a bénéficié d’un matériau d’analyse d’une richesse incomparable. En effet, dans la tradition du courant révolutionnaire, le militantisme ne se traduit généralement pas par la délivrance d’une carte de membre, comme il est d’usage dans la majorité des socialisations politiques. Or, après la présentation d’Olivier Besancenot aux élections présidentielles de 2002, les cartes d’adhérents furent introduites au sein de la LCR, mais inusitées. En effet, le NPA souhaitait fonctionner comme un parti classique, mais sans en avoir les moyens, ne serait-ce que l’utilisation des cartes qu’il diffusait et qui étaient entassées dans un carton au fur et à mesure de leur remontée. Ces milliers de cartes furent le matériau originel de la recherche, matériau auquel furent ajoutés des questionnaires distribués lors de plusieurs occasions (congrès notamment) ainsi que des entretiens (quarante-cinq au total, dont la liste figure en fin d’ouvrage). S’appuyant sur ce travail documentaire, Florence Johsua a également effectué des observations ethnographiques à l’occasion d’activités militantes, en particulier des réunions. On peut d’ailleurs regretter le caractère « parisiano-centré » de cette démarche, tant les réalités d’implantation en province auraient pu permettre de dresser un portrait plus diversifié de ce peuple militant.

L’analyse se déploie en trois temps Pour commencer, l’auteure s’intéresse aux transformations de la composition sociale de la LCR, à l’aune des modifications du champ socio-économique, de la fin des années 1960 à l’aube des années 2000. Issu principalement du champ de la jeunesse scolarisée, le corps militant de l’organisation subit un processus de vieillissement de son noyau demeuré actif politiquement, tout en continuant à attirer des jeunes, en particulier à partir de 2002. Avant le passage au NPA, plusieurs générations se côtoient donc au sein de la même organisation. Pour illustrer ces transformations, l’auteure utilise la technique, très riche, du portrait de militant (e) afin d’illustrer le processus qui conduit de l’engagement total au moment de Mai 68 à l’insertion sociale dans les années qui suivent (lire les parcours de militants développés par l’auteure). Mais c’est avec la candidature d’Olivier Besancenot en 2002 qu’une véritable rupture se manifeste. Le succès de ce dernier attire en effet des catégories nettement plus populaires, représentatives des difficultés qui se manifestent sur le marché du travail : précaires, déqualifiés, femmes… qui caractérisent une plus grande fragilité sociale de ces nouveaux adhérents. Ces couches nouvelles, fruits d’une forme de déclassement social (liée au décalage entre leur niveau de formation scolaire/universitaire et leur insertion professionnelle effective) montre assez clairement qu’il n’y a pas de fatalité pour que l’engagement se renouvelle, contrairement aux pronostics pessimistes (ainsi, celui de Jacques Ion qui envisageait une « fin des militants »3) sur l’épuisement des formes de mobilisations.

De ce point de vue, Florence Johsua manifeste une originalité importante dans le milieu de la recherche, dominé par la conception selon laquelle l’inadéquation entre la dotation scolaire et le rendement en termes d’insertion sur le marché du travail est producteur de déception4. Elle démontre, à partir de son cas d’étude, qu’au contraire, le passage par l’enseignement supérieur peut être un facteur de politisation et de dotation de ressources nouvelles pour les luttes, l’engagement. C’est un premier acquis fort de son analyse. La seconde partie du développement est plus particulièrement consacrée à la dimension idéologique de l’engagement. Pour cela, elle observe ce qui s’échange dans les cellules, sur le terrain parisien. Ce qu’elle enregistre, c’est une remise en cause du schéma stratégique originel, la croyance en la rupture révolutionnaire s’estompant largement dans le discours des nouvelles générations militantes. Cependant, ces évolutions ne sont pas exprimées en termes de « révisionnisme », mais plutôt comme l’expression d’un « droit à l’expérimentation » politique, tirant ces expressions du côté de la novation politique. Certains auteurs, attentifs aux discours portés par la gauche radicale, ont pu évoquer le caractère pragmatique du programme défendu par la LCR. L’identité marxiste révolutionnaire défendue par les plus aguerris des militants fait ainsi place à un questionnement sur la filiation politique chez les plus jeunes. Cette modification sensible est largement redevable à un certain effondrement des certitudes les mieux ancrées liées à la fin du système soviétique en 1989 et ses effets de ressac. Cependant, ces évolutions profondes des référents idéologiques n’empêchent pas le retour d’un certain refoulé orthodoxe, se manifestant en particulier dans le cadre du NPA. Ce dernier a été en effet depuis sa création en 2009 le terrain d’exercice et d’influence de luttes pour la définition d’une « véritable » identité révolutionnaire, aboutissant à une cartellisation de l’organisation.

Enfin, dans une dernière partie, l’accent est mis sur les évolutions de la vie militante. Le modèle léniniste du révolutionnaire professionnel, issu d’une lecture (sans doute) restrictive du Lénine de Que faire ?, est remis en cause. Florence Johsua se saisit des multiples dimensions de cette transformation, ainsi le fonctionnement du modèle du service d’ordre5. L’intégration (progressive) d’une perspective de genre, fruit du militantisme féministe des années 70 et suivantes, constitue un des facteurs mis en exergue par l’auteure pour saisir les transformations perçues. De même, la sensibilité de la LCR aux mobilisations des homosexuel-les (hélas trop vite abordée) participe de cette remise en cause d’un militantisme héroïque et masculin. Pourtant, note Florence Johsua, « si la LCR a peu à peu intégré les questions antisexistes à son agenda politique, rendant plus coûteuses qu’auparavant les remarques et attitudes ouvertement machistes, les pratiques et les représentations du militantisme ne se sont pas radicalement transformées, en tout cas, pas au point de bouleverser l’ordre de genre et les fondements de la division sexuelle du travail militant » (p. 205). Ce constat est d’autant plus vrai qu’il est difficile de promouvoir des attitudes empreintes des valeurs du féminisme quand l’absence de fortes mobilisations des femmes empêche d’exercer des pressions sur la vie sociale et sur le milieu militant. Ces remises en cause s’accélèrent après 2002, provoquant plus une coexistence qu’une réelle substitution des modèles de militantisme. A côté d’individus complètement immergés dans la vie partidaire vont s’ajouter des nouveaux nettement moins impliqués, illustrés une nouvelle fois par des portraits de militants, hommes et femmes.

De la lecture de cette analyse des permanences et des transformations du militantisme, le lecteur sort assez convaincu. Demeure une limite forte de ce travail, pour une appréhension plus générale des transformations de l’engagement révolutionnaire, le fait qu’il soit centré sur une seule tradition trotskyste, celle de la LCR, au détriment d’une approche intégrant, ne serait-ce que sous forme de questionnements, les autres composantes de la mosaïque de la gauche radicale. Le propos en eût été singulièrement enrichi. Reste l’approche systématique et riche d’un parcours d’utopie, qui se prolonge aujourd’hui principalement dans le NPA, mais aussi dans Ensemble6.

1Cette thèse de sociologie, soutenue à l’Université Paris VII en 2006, est curieusement absente de l’ouvrage de Florence Johsua.

2Cf. la recension des travaux conduits sur le trotskysme, Georges Ubbiali, « Les forces de la révolution. Bilan de presque quarante ans de recherche universitaire sur le trotskyme », Dissidences, n° 6, 2009.

3Ion Jacques, La fin des militants ?, Paris, éditions de l’Atelier, 1997.

4L’ouvrage le plus emblématique de ce type d’analyse est celui de Stépahne Beaud, 80% au bac… et après ?, Paris, la Découverte, 2003.

5On pleut ainsi citer, p. 166, le refrain du SO qui avait attaqué, au sens propre, le meeting d’Ordre Nouveau en1973, provoquant la dissolution de la Ligue Communiste :

« Dans la nuit noire brillent les mousquetons…

Les gardes mobiles nous barrent le chemin

Mais dans nos rangs il n’y a pas d’hésitation

Les gardes mobiles ça s’enfonce très bien

Au premier commandement

Nous chargeons gaiement

Nous frappons durement l’ennemi

Nous somme le bataillon

Du premier régiment

De la future armée ouvrière

Nous sommes le bataillon du premier régiment

Digne héritier du SO JCR »

6Ensemble, lancé fin 2013, est une des composantes du Front de gauche. Une grande partie de ses militants proviennent de l’ex-LCR et du NPA.

1936. Le sursaut du monde ouvrier, Paris, Lutte ouvrière, 2006, 127 pages, 6 €, supplément au n° 1974 de Lutte ouvrière.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A mi chemin entre une grosse brochure et un petit livre, il faut signaler l’intérêt de cet opuscule1, dans le cadre des célébrations du 70e anniversaire du Front populaire. Sous l’égide de Lutte ouvrière, ce texte ne prétend nullement faire œuvre d’historien, car il s’agit clairement d’un texte engagé, à visée pédagogique.

Pour autant, il tranche nettement avec une bonne partie de la prose militante éditée sur ce sujet, notamment en raison de l’aperçu international qu’il offre. A l’encontre d’une littérature centrée uniquement sur la dimension hexagonale de l’année 36, ce court texte offre au contraire une perspective ouverte sur les exemples étrangers. Bien sûr le Front populaire français constitue la plus grosse partie du document, avec notamment deux chapitres consacrés à des dimensions peu mises en avant, le Front populaire et les femmes (ou l’absence de politique), ainsi que le Front populaire et les colonies (où la poursuite de la politique coloniale la plus classique). Mais le texte s’ouvre par le rappel du soulèvement ouvrier autrichien en 1934, l’insurrection des Asturies la même année, les procès de Moscou en 1936 ou encore la guerre civile espagnole, autant d’aperçus d’un grand intérêt, permettant d’insérer le mouvement gréviste français dans un contexte beaucoup plus large. Si l’on peu regretter que les autres exemples mobilisés (Belgique, Grande-Bretagne, Pologne, Grèce, Yougoslavie) soient trop réduits pour ressembler à autre chose qu’une esquisse, en revanche, on retiendra l’excellent et ultime chapitre consacré au mouvement ouvrier américain face à la politique du New Deal et à l’émergence d’un syndicalisme de lutte de classes. Si l’attitude de la direction du syndicat CIO est présentée de manière assez caricaturale (ses dirigeants créant un nouveau syndicat pour pouvoir mieux trahir les intérêts ouvriers), il n’en reste pas moins que ce document suscite une curiosité pour des aspects souvent négligés des luttes de classes internationales de cette période. Des photographies, uniquement à titre d’illustrations, de plus non référencées (sans aucune indication d’auteur, d’agence de presse, de datation, etc.), agrémentent ce récit militant2.

2Ce compte rendu de 2006 a été légèrement enrichi en octobre 2016, pour ce dossier sur le Front populaire [note de la rédaction].

Olivier Besancenot, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique, Paris, Cherche midi, 2016, 144 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Depuis quelques années maintenant, Olivier Besancenot, dirigeant emblématique du NPA, publie au Cherche midi de courts ouvrages consacrés à l’actualité politique et à la situation socio-économique. Après On a voté… et puis après ?1 et La Conjuration des inégaux2, voici donc Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique, qui s’inscrit dans la continuité du dernier cité. L’optique est assez semblable à celle d’Alain Bihr dans La Novlangue néolibérale (une citation du 1984 d’Orwell est d’ailleurs placée en exergue), à ceci près que la démarche se veut ici plus directement vulgarisatrice.

Pour chaque terme ou expression, la version critiquée précède celle censée être plus conforme au réel, avant une explication plus développée. Pourtant, dans son texte préalable, Olivier Besancenot prend soin de prévenir : il ne veut surtout pas imposer une nouvelle vulgate langagière, mais son argument selon lequel tout « totalitarisme » doit être évité se rapproche sensiblement d’avec un certain relativisme d’époque… La plupart des mots abordés concernent la lutte des classes, dissipant toute idée de relation à l’amiable entre employeur et employé, mettant en cause l’affaiblissement de la Sécurité sociale par la multiplication des exonérations de « charges » (en réalité des cotisations, forme de salaire socialisé), le « coût du travail » réduisant les salariés à un poids, ou le remplacement des négociations par des « audiences », un mot dont Olivier Besancenot ne souligne pas suffisamment les réminiscences d’Ancien Régime. Sur tous ces points, il s’agit pour le militant trotskyste de défendre le Droit du travail contre toute réforme intéressée, et de rappeler la centralité des classes sociales, face aux notions fourre-tout de « peuple » et de « milieux » sociaux, les classes dites moyennes constituant bien un « grand trou noir sociologique » (p. 106). « Gouvernance » est également un terme très utilisé, mais en dehors des explications d’Olivier Besancenot sur les progrès qu’il permettrait à la sphère privée face au secteur public, il nous semble surtout se caractériser par une forme de neutralité technique, transcendant les affiliations politiques, ce que ne permet pas un gouvernement, censé être, en théorie, une émanation représentative de la population.

Parmi ce florilège, plusieurs exemples concernent la Poste, que l’auteur pratique directement. Mais l’on trouve également des mots en relation avec la dénonciation du capitalisme financier et du capitalisme vert, les progrès du langage d’extrême droite (la critique du « droit-de-l’hommisme », par exemple) ou avec la situation (géo)politique. Toutefois, les explications apparaissent parfois un peu courtes, empreintes d’un esprit généraliste, consensuel. Ainsi, pour « barbares », dont la généalogie historique est convenablement retracée, l’article conclut simplement par une mise en garde contre toutes les formes de barbarie, guerres occidentales en particulier (quid d’ailleurs du fameux « gang des barbares », dont on connaît très bien les motivations antisémites ?). De même, concernant les violences religieuses, qu’Olivier Besancenot prend soin de ne pas réserver aux seuls musulmans, sont soulignés la responsabilité des sociétés, et non des religions en tant que telles3. On retrouve là un nouvel exemple de ce silence dénoncé par Jean Birnbaum dans son ouvrage, Un silence religieux4, qu’apparemment Olivier Besancenot n’a pas lu. Les progrès de la surveillance de nos sociétés « terrorisées » sont également stigmatisés, Olivier Besancenot soulignant bien la différence de perception entre le Patriot Act étatsunien, largement critiqué en France à l’époque, et l’évolution récente de la législation française. Enfin, le Parti socialiste est une autre cible privilégiée, lui dont « l’économie sociale de marché » programmatiquement revendiquée tirerait ses racines de la pensée libérale d’après-guerre (dans un contexte de domination des partis de gauche, donc).

Ce Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique s’inscrit ainsi dans une volonté de reprendre l’avantage, sur le terrain du langage d’abord, dans une optique très « gramscienne » de contestation de l’hégémonie dominante, alors que l’échéance présidentielle s’approche à grands pas et que l’extrême gauche demeure socialement et médiatiquement peu audible. La filiation invoquée dans l’article « Intégration d’origine contrôlée » a toutefois de quoi surprendre, car faisant l’impasse sur le communisme, le trotskysme et l’internationalisme5. Pour une organisation issue de la Ligue communiste révolutionnaire, cela semble autoriser ceux qui travaillent sur les extrêmes gauches à se demander si ne s’enracine pas ici, sinon déjà une rupture avec un héritage trotskyste ou léniniste, du moins un éloignement progressif de ces fondamentaux, dans lesquels effectivement beaucoup de militants des nouvelles générations ne se reconnaissent d’ailleurs plus (ou très peu)6.

1Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/2615

2Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/4636

3« Ce n’est donc pas l’affaire d’une religion, ni même de religion en général, même lorsqu’elle est appliquée très pieusement. » (p. 83). On sent sur ce sujet l’influence d’un Pierre Tevanian (voir http://dissidences.hypotheses.org/3873) ou d’un Stéphane Lavignotte (voir http://dissidences.hypotheses.org/5418), bien plus que d’un Yvon Quiniou (voir http://dissidences.hypotheses.org/6394).

4Lire sur ce blog la recension critique de ce livre, http://dissidences.hypotheses.org/7568

5« Celle dont je me revendique est aux côtés des communards, des grévistes de 1936, des résistants de la Seconde Guerre mondiale ou des manifestants de Mai 68. » (p. 98), ce qui apparaît également comme très consensuel (qui en France ose s’élever contre la Résistance, hormis l’ultra-droite ?) au sein des gauches, tant qu’on en reste à une énumération progressiste aussi généraliste.

6Cette question est abordée (entre autres) par Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, bientôt chroniqué sur ce blog.

Daniel Audoux, L’Actualité du Trotskysme. La Quatrième Internationale pour l’émancipation des travailleurs, Saint-Denis, Edilivre, 2015, 342 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ces dernières années, après l’embellie des années 2000, le trotskysme est redevenu un sujet de l’ombre pour les médias et les maisons d’édition. On ne peut donc qu’être intéressé par la parution d’un ouvrage somme, qui plus est d’un auteur jusqu’à présent inconnu des chercheurs du domaine concerné. Las ! Ce livre, publié de manière quelque peu confidentielle, et probablement en partie à compte d’auteur, n’est une nouveauté que dans son titre et dans le nouveau pseudonyme utilisé par son auteur. Il s’agit en effet de la reprise d’un ouvrage paru initialement en 1997, De Trotsky à Laguiller. Contribution à l’histoire de la IVe Internationale, signé Daniel Coquema, qui avait fait l’objet de rééditions légèrement rajeunies : Qui sont les Trotskystes ? (d’hier à aujourd’hui), de Daniel Erouville (visiblement le véritable nom de l’auteur) en 2004 chez L’Harmattan1, et Besancenot, Gluckstein, Laguiller… et quelques autres de Daniel Coquema à nouveau, en 2007 chez Lulu2.

Nous n’allons bien évidemment pas nous lancer dans l’exégèse de cette nouvelle incarnation du Verbe de Daniel Coquema/Erouville/Audoux, mais tenter d’en proposer une évaluation aussi objective que possible. D’emblée, il manque un vrai travail d’éditeur, ce qui explique sans doute les erreurs de mise en page, les redites, le non-respect de la concordance des temps pour les passages rajoutés au fil des éditions, ou un ton parfois excessivement familier. Plus gênant, certaines informations sont carrément erronées : Engels qui meurt en 1898 (au lieu de 1895), Rudi Dutschke assassiné en 1968 (il meurt onze ans plus tard), ou Trotsky pas encore bolchevique en septembre 1917 (il l’est depuis le début de l’été). Mais le principal défaut de cette étude, c’est son caractère nettement partisan. On peut parler à son sujet d’histoire idéologique, qui s’inscrit essentiellement dans la veine du trotskysme « lambertiste » (l’insistance sur les forces destructrices l’emportant dans le capitalisme depuis 1914), plus exactement dans une version légèrement dissidente. Daniel Audoux critique ainsi la tendance de l’organisation, depuis le Groupe Lambert jusqu’au POI, à manifester une déviation syndicaliste, tout comme les exclusions trop nombreuses à son goût (elles ne devraient être qu’exceptionnelles). Mais la continuité l’emporte clairement, depuis Marx et Engels jusqu’à Trotsky, la IVe Internationale, après avoir subi le révisionnisme du « pablisme » à partir des années 19503, et les difficultés de recomposition du Comité international, ayant finalement pu être reproclamé au début des années 1990.

Les références bibliographiques sont toujours les mêmes (tout comme les annexes, d’ailleurs), principalement des citations de Lénine et Trotsky, des extraits du Programme de transition, des revues ou brochures « lambertistes », des ouvrages de Pierre Broué et Jean-Jacques Marie. Le plus sidérant, sur ce point, c’est l’absence complète de travaux universitaires anciens ou récents (je pense entre autres au mémoire de maîtrise d’Emmanuel Brandely sur l’OCI ou aux travaux de Jean Hentzgen sur le PCI majoritaire dans les années 1950 et première moitié des années 1960). L’historique qui est fait demeure d’ailleurs pour l’essentiel lacunaire. Les années 1930 sont centrées sur la France, ignorant les développements en Espagne ou aux États-Unis avec la naissance du Socialist Workers Party (SWP) ; il en est de même pour la Seconde Guerre mondiale. Il est également souvent peu lisible : le listage des différentes organisations actuelles se réclamant du trotskysme en France perd le lecteur du fait de ses innombrables signes et groupements se revendiquant de la IVe Internationale (quelques schémas et organigrammes auraient été appréciables). Même l’idée selon laquelle il y aurait une famille trotskyste, qui semble inviter à une différenciation des courants trotskystes, aux identités parfois franchement antagonistes, ne sert qu’à repousser Lutte ouvrière et le NPA, trop conciliants vis-à-vis de l’Union européenne et de la gauche plurielle. Daniel Audoux verse même dans une vision complotiste, estimant que dans les années 1980, l’Internationale socialiste cherchait sciemment à débaucher des militants trotskystes afin de contrer la possible émergence d’une alternative trotskyste.

A bien des égards, on a affaire à un exposé hors-sol, totalement intemporel, un commentaire de textes qui ignore superbement la recherche sur les trotskysmes, et se contente d’un discours en grande partie incantatoire et exclusiviste (« Le Trotskysme est la forme actuelle, et la seule forme possible, du Marxisme », p. 323). Ce qui semble avoir surtout été réactualisée, dans cette nouvelle version, c’est l’introduction, dans laquelle l’auteur insiste sur les révolutions « prolétariennes » ayant touché le monde arabe, sur le rôle crucial et incontournable des syndicats (en Tunisie comme en Espagne), et sur ces ennemis majeurs que sont selon lui l’impérialisme étatsunien et l’Union européenne, sa marionnette. L’État islamique, dans cette vision du monde, n’est qu’une « création de toutes pièces » des premiers cités (sic, p. 5). Rien de bien nouveau, donc, et je me permets à mon tour de réutiliser le titre de l’article que j’avais écrit il y a près de vingt ans en réaction au premier essai de Daniel Coquema : « De Trotsky à Laguiller, ou le contre-exemple d’une histoire du trotskysme »4.

1Une chronique en avait été rédigée sur notre ancien site.

2Nous en avions rendu compte dans notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=427

3La position de la IVe Internationale sur la Yougoslavie de Tito après sa rupture avec Moscou étant, selon Daniel Audoux, un « pablisme anticipé ».

4In Critique Communiste, n° 148, printemps 1997, (p. 91-92).

Matthieu Renault, C.L.R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », Paris, La Découverte, 2016, 232 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Matthieu Renault, qui avait déjà livré par le passé une étude sur Frantz Fanon, s’est intéressé à une figure bien moins connue en terre française, celle de Cyril Lionel Robert James (1901-1989), que l’on retient principalement pour son ouvrage Les Jacobins noirs, consacré à la révolution haïtienne, voire, en ce qui concerne les plus « trotskologues », pour ses discussions avec le « Vieux » [Léon Trotsky] sur la question noire. Pourtant, l’approche de Matthieu Renault permet de souligner toute l’actualité de sa pensée et de sa réflexion, marquées, selon l’auteur, par une ambiguïté, une double tendance, ce que cherche justement à refléter le sous-titre choisi : « Platon noir », cette expression journalistique du début des années 1980, souligne la filiation occidentale de James, son admiration pour la Grèce antique et sa stature d’intellectuel total, tandis que l’adjectif permet de mettre l’accent sur son identité d’opprimé, de colonisé.

C.L.R. James est né à l’aube du XXe siècle, à Trinidad, alors colonie anglaise, et son éducation toute britannique sera totalement assimilée, faisant de lui un pur produit de la culture du Royaume-Uni. Passionné de littérature dès son plus jeune âge, il le fut également par le cricket, qu’il analysa en profondeur et sur lequel il écrivit tout au long de son existence. C.L.R. James s’essaya d’abord à une carrière d’écrivain, ses nouvelles et roman déclinant une forme de réalisme social, axé sur la vie des noirs pauvres de son île. L’empathie qu’il manifeste à leur égard s’accompagne, sur le plan politique, d’un réformisme libéral, visant à l’autonomie de Trinidad, et insistant sur l’égalité entre blancs et noirs. Il se rend, au début des années 1930, en Angleterre, et c’est dans la ville ouvrière de Nelson (dans le Lancashire) qu’il découvre le marxisme et devient révolutionnaire. Il est alors profondément marqué par sa lecture de l’Histoire de la révolution russe de Trotsky et Le Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler, deux livres qui témoignent à ses yeux d’une idée-force de sa pensée, celle de l’histoire-mouvement. En 1934, il intègre la fraction trotskyste au sein de l’Independent Labour Party (ILP), et participe même à la fondation de la IVe Internationale en septembre 1938. L’ouvrage qu’il publie à l’époque, World Revolution, est une démonstration de cette « orthodoxie » trotskyste qui est alors la sienne (dont un « eurocentrisme » que Matthieu Renault nous semble avoir légèrement tendance à surévaluer dans le trotskysme de l’époque). A la même période, C.L.R. James milite également dans le mouvement panafricain, au sein de la League of Coloured People et de l’International African Friends of Ethiopia, aux côtés de George Padmore1. Enfin, il se penche sur la révolution de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle, écrivant une pièce de théâtre sur Toussaint Louverture et son étude fameuse, Les Jacobins noirs2. La tension évoquée par le sous-titre, celle entre une forme d’eurocentrisme et une tendance au décentrement, Matthieu Renault en voit justement l’émergence à cette époque foisonnante pour C.L.R. James.

Déménageant aux États-Unis à la fin des années 1930, il se penche sur la question noire dans ce cadre national, revendiquant la constitution d’une organisation autonome noire (pour nouer une alliance de classe avec les prolétaires « blancs »), en qui il perçoit une possible avant-garde révolutionnaire (il trace ainsi un parallèle avec les minorités nationales dans la praxis de Lénine). D’abord membres du Socialist Workers Party (SWP), il rejoint en 1940 le Workers Party (WP), issu d’une scission minoritaire du précédent : il y constitue une tendance avec Raya Dunayevskaya, la Johnson-Forest Tendency (leurs pseudonymes respectifs), caractérisée en particulier par l’analyse de l’URSS comme capitalisme d’État. Rompant avec le WP au milieu des années 1940, cette tendance rejoignit brièvement le SWP, avant de le quitter au début des années 1950. C’est durant cette décennie riche en réflexions politiques que C.L.R. James mit au premier plan de ses préoccupations l’idée d’auto-émancipation des masses ; il travailla également beaucoup sur la dialectique hégélienne, revue par Lénine dans ses Cahiers philosophiques, et en garda le principe d’une histoire fonctionnant par bonds (telles les révolutions haïtienne ou russe). Sur le plan culturel, C.L.R. James défend les arts populaires, une position qui sera la sienne toute sa vie, car selon lui, ils « (…) expriment « les émotions et sentiments les plus profonds du peuple américain ». » (p. 129). Il livre également des analyses de certains auteurs, dont la plus connue est sans doute celle du Moby Dick d’Herman Melville. Pour lui, on est là en présence d’une véritable métaphore du capitalisme industriel alors en plein essor, où Achab incarne la figure du bourgeois, Ismaël le prototype d’un petit bourgeois, face à un équipage cosmopolite mais encore insuffisamment mûr pour la révolte. C.L.R. James est finalement expulsé des États-Unis en 1953, en pleine période « anti-rouge », malgré la mise en avant de ses efforts pour valoriser son étude de la littérature nationale.

Revenu en Grande-Bretagne, il participe avec Raya Dunayevskaya à Correspondence, proche de Socialisme ou Barbarie, avant de rompre avec cette dernière. Il se retrouve finalement, dans les années 1960, au sein d’un groupe fort réduit, Facing Reality, du nom d’un texte cosigné avec Cornélius Castoriadis en défense de la révolution hongroise de 1956. Au fil des ans, C.L.R. James affine sa vision de la révolution (« folie raisonnable », p. 163) et du socialisme. Il fait ainsi un éloge appuyé de la démocratie athénienne, en laquelle il voit le prototype du socialisme à venir, et salue également avec emphase l’action de Nkrumah au Ghana, exemple à ses yeux de ces bonds en avant qui font avancer l’histoire ; il tend d’ailleurs, à cette occasion, à valider l’utilité, pour les pays décolonisés, d’un parti d’avant-garde, à la différence des pays déjà développés. A la fin des années 1950, il retourne à Trinidad et participe aux premiers pas du nouveau pays, avant de connaître une désillusion, due en particulier à l’acceptation du maintien d’une base étatsunienne sur place et à l’abandon du projet de fédération des Antilles britanniques. Il passe les dernières décennies de sa vie principalement au Royaume-Uni, non sans quelques séjours en Afrique, le leader de la Tanzanie, Julius Nyerere remplaçant Kwamé Nkrumah comme leader progressiste panafricain.

Le livre de Matthieu Renault3 est d’un grand intérêt, offrant une vue panoramique relativement complète du parcours intellectuel et politique de C.L.R. James, basée sur ses écrits, y compris sa correspondance avec Constance Webb, devenue un temps son épouse (il lui explique d’ailleurs que la lutte de classe traverse chaque individu, elle ou lui compris). Les seuls reproches que l’on pourrait éventuellement lui adresser concernent un certain manque de chair, l’aspect plus classiquement biographique, presque prosaïque, demeurant généralement en arrière-plan de l’exposé4. En l’espèce, néanmoins, cette invitation à la découverte d’une œuvre est d’une brûlante actualité, C.L.R. James ayant été un analyste marxiste majeur de la culture, s’étant toujours efforcé de combiner revendications spécifiques des minorités avec une problématique universaliste, critiquant dès la fin des années 1960 la focalisation sur le facteur racial.

1Sur cette thématique, voir notre recension sur ce même blog du livre de Amzat Boukari-Yabara, Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme, Paris, La Découverte, 2014 : http://dissidences.hypotheses.org/5710

2« Les rapports de production à Saint-Domingue préfiguraient, en miniature, le devenir des luttes de classe à l’échelle mondiale et annonçaient les révolutions à venir, Les Jacobins noirs pouvant dès lors être lu comme une préface à l’Histoire de la révolution russe. » (p. 72), car James insiste sur le mélange, dans la colonie française d’alors, entre arriération et modernité, tout comme dans la Russie de 1917.

3Il a également postfacé un recueil d’articles de C.L.R. James, paru en début d’année (2016), intitulé Marins, renégats et autres parias chez Ypsilon éditeur.

4Quelques erreurs minimes de dates sont également présentes, ainsi du second congrès de la IVe Internationale en 1947 (ce fut 1948), p. 147, ou de 1950 substitué à 1960 p. 166 pour la rédaction de « Perspectives of our Party » à Trinidad.

Côme Michel, La SFQI à Toulouse de 1968 à 1976, Université de Toulouse II Le Mirail, juin 2015, Master, sous la direction d’Alain Boscus, 471 pages (dont 8 entretiens).

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Qu’une étude universitaire soit consacrée à la section toulousaine de la JCR/LCR, une des deux sections de province les plus importantes de ce courant, avec celle de Rouen, est une bonne nouvelle. Certes l’auteur n’utilise pas les témoignages de Daniel Bensaïd (Une lente impatience, Stock, 2004), ni ceux de Jan-Marc Rouillan (De mémoire I, Agone, 2007), pourtant sous-titrés « Les jours du début : un automne 1970 à Toulouse ». Il n’a pas lu non plus les rapports des préfets de Haute-Garonne, cependant il a eu accès aux papiers de Gilles Da-Ré (militant LCR des PTT) déposés aux Archives départementales 31 et à ceux d’Antoine Artous. Il a eu le mérite aussi d’interroger huit acteurs de cette histoire, dont une femme, militants ou anciens militants de la LCR/NPA, mais aussi un militant CGT/PCF de l’aéronautique.

Et malgré tout, ce travail manque de rigueur, comporte des maladresses, il est bavard et trop long et paradoxalement ne satisfait pas notre curiosité. Premier défaut : un plan inadéquat en deux parties qui se chevauchent, ne permettant pas d’éviter les répétitions. La première maladresse commence avec le titre, « La SFQI, Section française de la Quatrième Internationale » , alors que, lorsque ce courant se détache de l’Union des étudiants communistes (UEC), à Toulouse en tout cas, l’adhésion de la JCR à la Quatrième Internationale n’est rien moins qu’évidente. Les deux principaux dirigeants de l’organisation, Daniel Bensaïd et Antoine Artous, ne sont ni l’un ni l’autre militants du PCI minoritaire, section française de la Quatrième Internationale-Secrétariat Unifié. Il aurait fallu être plus explicite sur les débats ayant précédé l’adhésion à l’Internationale trotskyste.

L’étudiant lui-même est conscient de certaines de ses maladresses. Il s’excuse par exemple de consacrer trop de pages à « l’actualité politique et aux grands événements de l’époque » – titre du début de sa seconde partie (en page 144). Mais excuse ne vaut point absolution ! D’autant que ce défaut se retrouve ailleurs, par exemple dans une introduction dans laquelle l’auteur croit utile de rappeler l’existence de Marc Bloch et Lucien Febvre. Par ailleurs son trop long passage introductif sur le trotskysme s’appuie uniquement sur l’ouvrage de Daniel Érouville, Qui sont les Trotskystes ? (L’Harmattan, 2004), dont Côme Michel nous dit lui-même qu’il raconte l’histoire du trotskysme « à travers les turpitudes (sic) de la Quatrième Internationale ».Et pourtant, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, les livres ne manquent pas pour écrire l’histoire du trotskysme. L’auteur ignore la longue bibliographie de Dissidences, parue dans le n° 6 de notre revue (2009) et dans le n° 2 de notre revue électronique (automne 2011)1. Plus grave, l’auteur se trompe quand il s’appuie sur Jean-Paul Salles (2005) pour interroger Bernard Chamayou, ancien militant toulousain et tarbais, il parle de Carcassonne alors qu’il est persuadé d’évoquer la situation de Tarbes (p. 326).

Alors que reste-t-il de ce travail ? L’émergence d’une section LCR de province forte numériquement en effet, un véritable « petit parti » selon les termes d’Antoine Artous – mais là encore, plutôt que de suivre l’auteur confus sur cette question, il vaut mieux voir les chiffres d’Artous : 150 à 180 militants, avec autant de sympathisants, la LCR étant capable d’organiser des manifestations de 6 à 700 personnes. Des manifestations soigneusement tenues à l’écart des cortèges de gauche par le service d’ordre de la CGT et du PCF, selon la tactique du cordon sanitaire pratiquée dans bien d’autres villes. Le témoignage d’Alain Rumeau, militant CGT et PCF qui ne renie rien de son passé, est en effet saisissant. Cette force de la Ligue en secteur jeune en particulier – avec ses publications locales, La Jeune Garde, L’Apprenti enchaîné, et même La FPA enchaînée (Formation professionnelle pour Adultes) – l’amène à être à l’aise avec le cours « sectaire », d’auto-affirmation, qui prévaut après 68, les Comités rouges devant remplacer les Comités d’Action. Certes la Ligue à Toulouse éclipsait les autres groupes révolutionnaires, mais pas au point d’entraîner « la déliquescence progressive du PSU après le mouvement de mai-juin 58 » (p. 90). Encore une maladresse !

Le succès de la Ligue fut évidemment moins éclatant en milieu ouvrier, malgré les efforts déployés par les militants, la rédaction et la diffusion de la Taupe rouge à la SNCF, aux PTT ou sur les usines de l’aéronautique. Les positions du PCF et de la CGT furent fort peu ébranlées dans l’après-mai, même si ce dirigeant de la CGT rencontré par le militant LCR Bernard Cholet à l’ONIA (l’Office national des industries azotées qui deviendra AZF) n’est pas dupe sur le socialisme réellement existant dans les pays de l’Est où il est allé monter des usines d’engrais. On saura peu de choses sur « le Travail Femme ». L’auteur nous confie sa déception devant le peu de sources écrites, alors qu’il titille notre curiosité quand il nous dit que les militantes de la LCR ont créé un Centre de Femmes, rue Borios, près de la gare Matabiau (p. 227). De même on n’en saura pas plus sur les avortements illégaux pratiqués par le Docteur Giron, médecin et militant LCR, alors que dans bien des villes les militants LCR sont réticents sur ces pratiques (voir Salles, 2005, p. 200-201). L’intervention sur Motorola, usine récente à majorité féminine, plus ouverte à l’intervention des militants de la Ligue, est un peu mieux éclairée.

Notre déception est d’autant plus grande que, pour des raisons très variées, nous attendions beaucoup de ce travail. Il nous semble que l’enseignant dirigeant cette recherche aurait dû être plus présent, plus attentif. Par exemple, lorsqu’on fait référence à la contribution d’un auteur publié dans un ouvrage collectif, le titre de celle-ci ainsi que la pagination doivent être cités et non pas seulement se contenter du nom des coordinateurs. Si Côme Michel décide de continuer dans la voie de la recherche, la rigueur lui sera nécessaire.

Louis Gérin, Repenser la révolution avec la démocratie ? La LCR face à l’inventaire de son héritage historique et théorique (1989-2009), Master Histoire de la pensée politique, sous la direction de Jean-Christophe Angaut, ENS, Lyon, 2014, 148 pages.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Alors que « la dernière génération d’Octobre » (B. Stora) s’apprête à tirer sa révérence, voilà une étude universitaire, rigoureuse, qui nous montre comment ceux qui n’ont pas renoncé à monter « à l’assaut du ciel » comptent s’y prendre en ce XXIe siècle. Fermement appuyé sur les études qui éclairent le souci ancien de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) de distinguer le léninisme du stalinisme, l’auteur montre une organisation capable de mener un combat anticapitaliste radical tout en luttant pour la démocratie la plus intransigeante. A l’appui de sa démonstration l’auteur cite à juste titre le texte adopté au XIe Congrès mondial de la IVe Internationale-Secrétariat Unifié, en 1979 : « Démocratie socialiste et dictature du prolétariat ». Il y a une volonté de refonder l’héritage théorique en intégrant la critique libertaire du communisme révolutionnaire. Ceci amène par exemple certains militants à abandonner la doxa trotskyste sur Cronstadt – l’auteur aurait pu évoquer Jean-Michel Mension (Alexis Violet) qui affirmait rester membre de la IVe Internationale tout en n’étant plus trotskyste1. Par contre l’auteur cite Daniel Bensaïd regrettant qu’en 1921 le parti bolchevique se soit déclaré parti unique.

D’où la volonté de créer un parti, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), destiné à accueillir des courants et des militants de traditions différentes. Certes la LCR disposait de statuts – l’auteur examine ceux de 2003, adoptés au XVe Congrès – permettant de véritables discussions entre militants, grâce notamment à l’attachement au droit de tendances, une tradition ancienne à la Ligue. Avec la création du NPA, cette tradition s’accroît, les Comités locaux du parti pouvant désormais décider de manière autonome des candidatures aux élections. Mais les statuts du NPA prévoient aussi la rotation des permanents, la limitation des mandats dans le temps, la lutte contre la professionnalisation de la politique. Le refus d’Olivier Besancenot d’être candidat de son parti aux Présidentielles pour la troisième fois, en 2012, fait écho à cette déclaration d’intention – voir sa lettre à ses camarades, du 4 mai 20112. De même l’auteur aurait pu citer utilement l’enquête de Florence Johsua menée auprès des délégués du congrès de 2003. Elle nous révèle que 54,5% des délégués seulement se considèrent « trotskystes », beaucoup se déclarant tout simplement « révolutionnaires »3.

Cette hétérogénéité est vue par les promoteurs de cette évolution comme une richesse, une façon d’ouvrir l’organisation sur la société, d’accueillir la multitude des combats sectoriels. Cette évolution idéologique va de pair avec la fin de l’élitisme révolutionnaire : on ne demande plus au militant un « bac + 10 en trotskysme »4.  De même, on laisse aux acteurs une part de subjectivité dans le cadre de l’action collective. L’auteur explique en détail la posture de Philippe Corcuff pour qui les subjectivités individuelles doivent pouvoir s’exprimer au sein du parti jusque dans l’action politique des militants. Quant à Cédric Durand, un autre militant dont les écrits sont scrutés, il partage avec John Holloway l’idée d’une révolution se réalisant par une somme de micro-révolutions et non par une destruction brutale et soudaine des modes de domination capitalistes. On est loin de la théorie du Grand Soir et d’un Mai 68 apparaissant comme « une répétition générale », à laquelle les fondateurs de la Ligue étaient attachés. L’un d’eux, Daniel Bensaïd, un peu désemparé par les critiques du centralisme démocratique faites par un nouvel adhérent du NPA (l’altermondialiste Raoul-Marc Jennar), lui rétorquait : si les discussions n’engagent à rien, pas besoin de parti, une amicale ou un comptoir de bureau suffisent. Raoul-Marc Jennar n’est pas resté longtemps au NPA et la présentation par le Comité NPA d’Avignon d’une candidate voilée aux élections de 2009 a montré tous les inconvénients qu’il y avait à donner tout pouvoir aux organisations de base dans un pays où la vie politique est fortement centralisée.

Entre le rejet de l’élitisme révolutionnaire et le refus « d’un parti d’adhérents à 20 euros » qui adhèrent non pour militer mais pour voter en se contentant d’un clic sur internet, il y a sans doute une voie moyenne à trouver.

Cette intéressante synthèse nous aide à y voir un peu plus clair, l’auteur ayant su maîtriser un matériel assez abondant. Il nous restitue son travail en une langue claire. Jusqu’ici les travaux sur ce courant politique émanaient surtout d’historiens et de sociologues. Cet apport d’un « politiste » est le bienvenu.

1Notice biographique de Jean-Michel Mension (Alexis Violet), par Jean-Paul Salles, Maitron, tome 9, p. 48-50.

2Cette lettre est largement citée par Jean-Paul Salles, « De la LCR au NPA : l’impossible mutation ? », in Pascal Delwit (dir.), Les Partis politiques en France, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2014.

3Florence Johsua, De la LCR au NPA (1966-2009). Sociologie politique des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, Thèse, 2011.

4A propos des exigences de ce courant en matière de formation, voir Yannick Beaulieu et Jean-Paul Salles, « Les jeunes Français et Italiens de la IVe Internationale : étude comparée de leur formation au sein de la LCR et des GCR », in Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot (dir.), Hériter en politique, Paris, PUF, 2011.

Émission Duels : « Staline / Trotski, le tsar et le prophète », documentaire de 52 minutes d’Alain Frerejean et Marie-Laurence Rincé, produit par Label Image, 2014 (diffusé sur France 5 le jeudi 26 mars 2015 à 21h40).

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Par le passé, Dissidences a eu l’occasion de chroniquer certains documentaires télévisuels, souvent liés à l’histoire des trotskysmes : citons entre autres « C’est parti ! » sur la naissance du NPA (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1917), ou Les Trotskystes, sorti ensuite en DVD (http://www.dissidences.net/documents/docu_trotskystes.pdf). Ce type de programme a tendance, ces dernières années, à se faire nettement plus rare, parallèlement au déclin de l’intérêt médiatique pour l’extrême gauche trotskyste française, que l’on peut en gros dater de la seconde moitié des années 2000. Ce volet de l’émission Duels met pour sa part en vedette les figures gémellaires de Trotsky et Staline, faisant de la sorte office de signe avant-coureur d’une probable inflation d’émissions sur le communisme et l’URSS autour du centenaire de la révolution d’Octobre 17… Articulé en six parties (alors que le commentaire évoque un drame en cinq actes), et réalisé par le biographe de Georges Pompidou, Alain Frerejean, et la journaliste Marie-Laurence Rincé, ce documentaire privilégie une vision théâtralisé des événements, le parti pris initial ayant d’emblée tendance à déformer la réalité au profit d’une opposition binaire et personnelle. Outre le commentaire, dont nous aurons à reparler, plusieurs intervenants universitaires sont sollicités : Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Alexandre Sumpf, Jean-Jacques Marie, Serge Wolikow et Hélène Carrère d’Encausse, auxquels il faut ajouter le journaliste Alexandre Adler et Esteban Volkov, petit-fils de Trotsky. A priori, on a là une indéniable diversité de figures historiographiquement divergentes, bien que sur un plan strictement quantitatif, c’est de loin Stéphane Courtois qui est privilégié, indiquant de cette manière la préférence des réalisateurs.

Après une présentation préalable de l’émission qui assimile Trotsky et Staline dans le rejet criminel1, la narration proprement dite s’appuie d’emblée sur une certaine téléologie. Les caractères des deux personnages, « le cynique contre l’idéaliste », sont présentés comme figés et antagonistes dès 1907, Trotsky comparativement à Staline ayant « toujours été son rival », d’où l’existence quasi permanente d’un « duel pour le pouvoir » ; dès cette année, « un poison lent commence à se distiller » (sic). On est ici en plein roman, d’autant que les divergences politiques proprement dites ne sont pas abordées (le fait que Trotsky ne soit pas membre du parti bolchevique durant l’essentiel de l’avant-guerre n’est absolument pas cité). Le choix de centrer le propos sur Staline et Trotsky conduit en outre à la marginalisation des autres leaders bolcheviques comparativement aux deux « lieutenants de Lénine », et à des déformations éhontées, révélant un travail de préparation déficient : comment en effet comprendre autrement l’affirmation selon laquelle Trotsky serait seul, avant 1914, à nourrir l’objectif d’une révolution mondiale, face à un Staline déjà intéressé par la priorité à la révolution en Russie, quand cet objectif était en fait partagé par la majorité des révolutionnaires socialistes ? La période de la guerre civile permet de présenter assez justement le rôle capital de Trotsky (en se limitant toutefois à l’opposition rouges / blancs, sans mentionner une seule fois l’aide des pays occidentaux aux seconds), mais débouche sur un contresens doublé d’un inexplicable silence. L’offensive menée en 1920 par l’armée rouge en Pologne est en effet présentée « comme une déclaration de guerre » entre Staline, n’ayant pas respecté les ordres donnés, et Trotsky, soi-disant favorable à une extension révolutionnaire en Pologne par la voie des armes (alors que sa position en était à l’exact opposé !) ; par contre, l’opposition antérieure plus sérieuse survenue entre Trotsky et Staline, alors en poste à Tsaritsyne, concernant la nature de la guerre à mener face à la contre-révolution, est totalement passée sous silence, alors qu’elle marque le véritable début des relations tendues entre les deux hommes. La lutte pour la succession de Lénine occupe évidemment une grande place dans l’exposé, et si un Alexandre Sumpf insiste sur l’opposition psychologique des deux dirigeants, Jean-Jacques Marie privilégie la problématique de la bureaucratie dont Staline est le représentant. Ce sont sans doute là les passages les plus réussis du documentaire, mais aussi les plus classiques, de l’édification d’une mythologie autour de Lénine à la progressive consolidation du pouvoir de Staline dans le pays. La suite est plus rapide, laconique et allusive, avec un Trotsky dont l’impression dominante est qu’il est pratiquement seul – même si la fondation de la IVe Internationale est citée –, et des divergences d’analyse sur le fascisme et ses progrès qui se limitent ici au pacte germano-soviétique, présenté comme la cause immédiate de l’assassinat de Trotsky, alors que la guerre et la déstabilisation possible de l’URSS sont autrement plus importantes…

S’agissant des images proposées, elles sont loin de toujours correspondre aux événements évoqués : des extraits du film Octobre d’Eisenstein servent à illustrer la révolution de février (sic), le couple Trotsky en route pour le Mexique est censé représenter les mêmes mais dix ans plus tôt, à leur arrivée en Turquie… sans parler de cette vidéo fort connue de Staline à la tribune, diffusée au ralenti, et dans laquelle il se tourne à la manière d’un rapace, à laquelle on a droit plusieurs fois durant tout le documentaire ! Tout aussi discutables, les premières images du documentaire – que l’on retrouve également vers la fin – consistent en une reconstitution de l’assassinat de Trotsky à la façon d’un film d’horreur, avec projection de sang sur le mur et jeu sur les ombres… Autant de choix de mise en scène qui renforcent jusqu’au ridicule la dramatisation du récit. Simplification, sélection discutable, silences inexplicables, autant de défauts qui plombent le propos et gâchent les considérations plus pertinentes, pourtant plurielles. Le contraste est frappant avec le documentaire diffusé en 1991 par France 3, dans l’émission Océaniques, et en ce sens, « Staline / Trotsky, le tsar et le prophète » se rapproche davantage, hélas, du documentaire de Jürgen et Daniel Ast, diffusé sur Arte en octobre 20072.

1Tous deux ont la « même ambition », usent du « même recours à la terreur » avec pour résultat des « millions de morts »…

2Voir la recension que Christian Beuvain et moi-même en fîmes dans un article plus large intitulé « Le spectre de Smolny ? Retour sur le 90e anniversaire d’octobre 1917 à travers textes et images animées », publié dans la revue électronique n° 3 de Dissidences au printemps 2012 : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1330

Olivier Besancenot, Michael Löwy, Affinités révolutionnaires. Nos étoiles rouges et noires. Pour une solidarité entre marxistes et libertaires, Paris, Mille et une nuits, collection « Les Petits libres », 2014, 216 pages, 5 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Michal Löwy et Olivier Besancenot ont déjà associé leurs plumes par le passé afin de défendre la figure d’Ernesto Che Guevara dans Che Guevara, une braise qui brûle encore (Paris, Mille et une nuits, 2007)1. Cette fois, leur ambition est autrement plus vaste, puisqu’il s’agit ni plus ni moins que d’essayer de combler le fossé qui sépare, au sein de l’extrême gauche, les courants marxistes révolutionnaires (sous-entendu trotskystes, ce qui réduit quelque peu le champ d’application …) et anarchistes. On reconnaît là l’analyse qui était au cœur de la fondation du NPA (Nouveau parti anticapitaliste), et dont la réaffirmation apparaît d’autant plus nécessaire que le projet initial, au vu des départs successifs depuis un ou deux ans, semble en nette perte de vitesse. Sur un plan plus théorique, l’idée semble être de revitaliser le marxisme grâce à la liberté et à la démocratie que véhiculerait l’anarchisme.

Pour ce faire, les deux auteurs proposent un exposé quelque peu éclaté, fait de retours sur des épisodes historiques (avec une place particulière attribuée à la révolution russe), de portraits et de discussions autour de thèmes clefs. Leur parti pris, celui de mettre en valeur les moments de convergence entre anarchistes et marxistes, souffre toutefois d’un caractère quelque peu artificiel, partiel, voire même forcé. Le moment de la Commune de Paris, traité en insistant sur une entente quasi idyllique entre les différents courants révolutionnaires, surprend l’historien2. Se succèdent également éloge du syndicalisme révolutionnaire, des potentialités de l’association CNT/POUM au début de la révolution espagnole, ou du Mouvement du 22 mars, jusqu’aux altermondialistes et aux indignés. Semble s’édifier ici une nouvelle mythologie, axée sur l’action par en bas, en lieu et place du parti révolutionnaire d’avant-garde, longtemps considéré comme centralité théorique et pratique, quasiment oublié aujourd’hui…. C’est ce que confirme le choix de la plupart des figures retenues pour leur métissage politique, véritables personnalités carrefours : Louise Michel, Pierre Monatte, Rosa Luxemburg (dont le rapprochement avec l’esprit libertaire, exemple de parti pris idéologiquement forcé, peut être largement discuté), Emma Goldman, Buenaventura Durruti, Benjamin Péret (resté pourtant un communiste, PCF, trotskyste puis de gauche, tout au long de son existence politique), le sous-commandant Marcos, Walter Benjamin, André Breton et Daniel Guérin. Le fait qu’il soit le dernier cité peut d’ailleurs s’interpréter comme une façon de renouer le fil de sa synthèse « communiste libertaire »….

Quant à la révolution russe, si elle est toujours défendue quant à la prise du pouvoir bolchevique, la collaboration de bien des anarchistes avec celui-ci est soulignée, le tournant étant placé à l’été 1920 quant à leur répression sans faille. Est ainsi mis en accusation le « strabisme politique chronique » (p. 117) des bolcheviques, qui auraient assimilé pouvoir des soviets et pouvoir de leur parti. D’une manière qui dédramatise quelque peu les enjeux, ce que permet le recul de près d’un siècle, Michael Löwy et Olivier Besancenot voient dans la « tragédie » de Cronstadt une divergence, une incompréhension entre deux courants révolutionnaires, plutôt qu’une lutte entre révolution et contre-révolution. Ils prennent surtout clairement position contre Trotsky lui-même, se demandant s’il n’est pas possible de « (…) voir dans la révolte de Kronstadt une preuve que, potentiellement, des forces existaient encore à la base de la révolution, disponibles au combat contre un bureaucratisme croissant ? » (p. 132) Avec cette reconsidération de Cronstadt, qui prolonge d’ailleurs un travail mené depuis déjà au moins une dizaine d’années par plusieurs militants de la LCR, l’œcuménisme est clairement de mise, et on attendra de voir la nature des réactions des uns et des autres pour juger de ses éventuelles conséquences pratiques. Il est toutefois étonnant de voir que les deux auteurs s’appuient sur une brochure d’Alternative libertaire (1921. L’insurrection de Kronstadt la rouge, 2008) pour construire leur exposé, plutôt que sur le livre de Jean-Jacques Marie3. La dernière partie de l’ouvrage aborde les linéaments de la société future à bâtir, insistant sur l’épanouissement de l’individu comme patrimoine commun à l’anarchisme et au marxisme, sur la nécessaire complémentarité entre autogestion à la base et coordination nationale (entre autre), passant par une planification démocratique. Reste toutefois un angle mort : celui de la nature exacte de la prise du pouvoir, autrement dit de la révolution à mener, auquel on peut adjoindre la réflexion sur syndicat et parti révolutionnaire, nécessaires tous deux, mais dont on a du mal à bien voir l’articulation qu’ils devront privilégier avec les formes d’auto-organisation des masses…

L’accent mis sur la Première Internationale ou la Commune de Paris s’inscrit en tout cas pleinement dans la tendance de notre époque, celle des lendemains de l’URSS, qui incitent nombre de militants d’extrême gauche à porter leurs regards ante Octobre 17, dans un XIXe siècle jugé plus serein. Au temps des délimitations tranchées (entre communistes et socialistes, entre communistes et anarchistes, etc…) semble ainsi avoir succédé un temps de rassemblement élargi, au risque toutefois d’y perdre en efficacité théorique. Affinités révolutionnaires4 se pose en tous les cas comme une pièce importante dans le puzzle de l’aggiornamento révolutionnaire qui s’élabore actuellement sous nos yeux.

1Voir l’article de Camille Pouzol, « Vers un renouveau du Che ? Le Che dans la littérature récente », dans le n°1 de la revue électronique de Dissidences, printemps 2011 : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=92

2Sur ce sujet, voir le livre de Robert Tombs, Paris, bivouac des révolutions. La Commune de 1871, Paris, Libertalia, collection « Ceux d’en bas », 2014, chroniqué sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/4810

3Jean-Jacques Marie, Cronstadt, Paris, Fayard, 2005, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#marie2

4On notera certaines analyses discutables, ainsi de l’URSS de Staline présentée durant la guerre d’Espagne comme cherchant à ménager l’Allemagne nazie, une réorientation qui ne se manifestera que plus tard, lorsque Staline constatera les réticences de la France et du Royaume-Uni à conclure un accord avec lui contre Hitler… De manière plus formelle, le livre semble avoir été relu un peu vite, car il y subsiste des erreurs parfois surprenantes (l’URSS en 1920 ou un PCI « lambertiste » en 1968, par exemple).

Olivier Besancenot, La Conjuration des inégaux. La lutte des classes au XXIe siècle, Paris, Le Cherche midi, 2014, 154 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Faisant suite à On a voté… et puis après ?, paru en 2012 (et chroniqué sur notre blog), Olivier Besancenot signe un nouveau petit opuscule, qui semble avoir comme objectif implicite de replacer le NPA en organisation attractive, après des départs l’ayant profondément affaibli1. Cette fois, plus que d’un commentaire sur l’actualité, il s’agit d’une synthèse vulgarisatrice visant à stimuler la conscience de classe et à (re)donner quelques bases d’analyse marxiste au plus grand nombre (même si cette finalité est en partie enrayée par un prix plutôt élevé au vu du format de l’ouvrage). On y trouve ainsi des explications sur la plus-value, sur la définition d’un capitaliste (préféré au terme de bourgeois), sur la distinction classe en soi / classe pour soi, ou sur la nature de classe de l’État (insistant sur les allers retours entre scène politique et conseils d’administration), remis au goût du jour via quelques citations de rappeurs ou de vocabulaire dit « moderne » (« doublette », par exemple, au sujet de la plus-value2, ou nécessité d’un « nouveau mouvement ouvrier en HD » [sic] p.143), ce qui apparaît comme une concession inutile à l’air du temps…

Partant de la situation du monde et de ses profondes inégalités, susceptibles d’éveiller un sentiment de révolte chez le lecteur, Olivier Besancenot en vient à dénoncer les efforts de la bourgeoisie pour se maintenir au sommet de la hiérarchie sociale, insistant à juste titre sur la reproduction sociale dominante. Il utilise pour cela les travaux du couple Pinçon-Charlot (Les Ghettos du gotha, chroniqué sur notre ancien site) et ceux de Geoffrey Geuens (La Finance imaginaire. Anatomie du capitalisme : des « marchés financiers » à l’oligarchie, chez Aden)3. Bien des exemples retenus font mouche, bien des mises au point également, comme ce rappel de la place déterminante des grandes entreprises comparativement aux PME4, ou du lien intrinsèque entre économie financière et économie soi-disant réelle. On nous permettra d’être moins convaincu par les parallèles historiques qui sont faits, à commencer par celui qui justifie le titre de l’ouvrage. La conjuration des égaux désignait en effet la préparation d’un soulèvement révolutionnaire, autour de Gracchus Babeuf en 1796, pour remettre la révolution française dans ses rails les plus radicaux ; même en l’inversant, ce patronyme ne convient franchement pas pour désigner l’entente entre bourgeoisies, soutenue par un consensus global. De même, lorsqu’Olivier Besancenot cite La Nuit des prolétaires, de Jacques Rancière, pour affirmer que « (…) il n’y a aucun fatalisme au fait que des prolétaires ne travaillant pas ensemble ne puissent se retrouver dans des espérances partagées. » (p. 103), il néglige la différence fondamentale de contexte historique, la première moitié du XIXe siècle et l’essor d’une classe ouvrière regroupée en usines et en quartiers, n’ayant que peu de choses en commun avec la situation actuelle d’atomisation sociale et spatiale de cette dernière.

La seconde partie du livre s’intéresse au prolétariat, défini comme « la classe salariée des producteurs » (p. 77), en une volonté d’ouverture qui invoque Ernest Mandel, mais rappelle également les analyses de la T3 [tendance 3] de la LCR dans les années 19705. Dans son souci de filiation historique, qui le voit retracer les grandes étapes du mouvement ouvrier depuis les sans-culottes, Olivier Besancenot révèle à la fois un traditionalisme marxiste (critique du socialisme utopique, place capitale de Marx et Engels, occultation complète des anarchistes – seule Louise Michel est brièvement citée6) et un œcuménisme propre à la LCR (le commandant Marcos est plusieurs fois mentionné, l’accent est mis sur l’héritage sombre d’Octobre 17, le camp du « socialisme réel » étant même qualifié de « totalitaire », p. 92). Ce qui prime dans cette partie, c’est le facteur subjectif, le mouvement des exploités, qui doit retrouver son unité7 et reprendre l’offensive, l’initiative, à l’image des travailleurs sans-papiers dont il est fait l’éloge, tandis que le but lui-même est plus rapidement évoqué. Dans cette optique, c’est la reconstruction d’un « syndicalisme démocratique, unitaire et radical » (p. 145) qui apparaît prioritaire, dans le cadre plus général de la nécessité de « refonder un mouvement ouvrier de type nouveau » (p. 143), confirmant, cinq ans après, la volonté de remise à plat organisationnelle qu’a souhaité incarner le NPA lors de sa création en 2009.

1Voir Jean-Paul Salles, « De la Ligue communiste révolutionnaire au Nouveau parti anticapitaliste : l’impossible mutation ? », in Pascal Delwit (dir.), Les Partis politiques en France, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, collection « Science politique », 2014.

2Olivier Besancenot parle également des « sept familles » bourgeoises les plus puissantes en France (p. 34), ce qui n’est pas sans évoquer les « deux cents familles » de la propagande du PCF des années 1930. Le capital est également qualifié de « parasite ».

3L’ouvrage de François Ruffin, La Guerre des classes, Paris, Fayard, 2008, chroniqué sur notre ancien site, n’aurait pas déparé dans ces références.

4« Le capital s’est fragmenté à travers l’unification des petites entreprises dans des groupes ou holdings. Dans le même temps, il a fragmenté sa production dans une myriade de petites unités reliées entre elles. » (p.102).

5En parallèle, Olivier Besancenot insiste tout de même sur l’augmentation du nombre d’ouvriers à l’échelle mondiale, une convergence revendiquée dans l’analyse avec Lutte ouvrière.

6On se souvient qu’il y a dix ans, Olivier Besancenot se sentait plus en phase avec un certain état d’esprit libertaire : Antoine Artous, Olivier Besancenot, Philippe Corcuff, Nouveaux défis pour la gauche radicale, Lormont (33), Le Bord de l’eau, 2004.

7« Cette logique du délitement social efface les frontières de classe et s’alimente du rejet de nous-mêmes bien plus que celui des autres. » (p. 94). 

Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, 333 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat1 est un classique sur la guerre d’Espagne, écrit par Mika Etchebéhère, une des rares (peut-être même la seule) femmes, étrangère de surcroît, à avoir dirigé une colonne de miliciens, dans les premiers combats lors de l’assaut de Madrid en 1936. C’est pourtant la veine romanesque qui permet de raconter de manière détaillée sa vie, avant et après la période espagnole. En effet, se basant sur la documentation disponible (cahiers, lettres privées, articles publiés dans des revues méconnues, conversations avec des personnes qui l’ont fréquentée) la romancière argentine Elsa Osorio propose avec la Capitana une très sensible évocation de la figure de cette militante révolutionnaire que fut Mika Etchebéhère. Sa vie ressemble en effet à un roman, mais un roman de la cruauté et de la désillusion. Micalea Feldman dite Mika naît en Argentine d’une famille de juifs immigrés. Au début des années 1920, elle rencontre Hippolyte Etchebéhère, révolté et militant du tout jeune Parti communiste. Ce sera l’amour de sa vie et un engagement commun, sans concession. Hippolyte brûle rapidement sa santé dans un activisme sans borne. Exilés en Patagonie pour reprendre des forces, ils y accomplissent un travail militant considérable. Au bout de quelques années, ils décident de partir pour Paris, où ils participent activement au mouvement des oppositionnels communistes, dont jaillira un peu plus tard des organisations trotskystes. Le voyage se poursuit, brièvement, en Allemagne, peu de temps avant l’accession d’Hitler au pouvoir. Hippolyte publiera une analyse de la défaite sans combat du mouvement ouvrier, profondément divisé entre communistes et socialistes2. Avec Mika, il participe au lancement d’une revue de haute teneur politique, Que faire ?, animée par des militants oppositionnels au sein du Parti communiste français. Mais la santé d’Hippolyte continuant de se dégrader, il part en Espagne, espérant profiter du temps sec et chaud pour guérir. Mika le rejoindra quelques mois plus tard. Ils sont donc aux premières loges lorsque éclate le pronunciamento nationaliste. Immédiatement, les qualités politiques d’Hippolyte font de lui un des dirigeants d’une des colonnes du POUM qui, avec la CNT, constitue l’aile marchante de l’opposition au fascisme. Lorsqu’il meurt au combat, comme une bonne partie des premiers combattants, Mika prend la relève et manifeste un courage exceptionnel, à la tête d’une des colonnes du POUM. Enterrée vivante lors d’un bombardement, elle ne doit la vie sauve qu’à l’admiration qu’elle avait suscité auprès de ses miliciens. Mais sa place de Capitana n’est guère appréciée, au moment où la pression politique des armes soviétiques joue un rôle sur les dirigeants militaires. Elle est finalement évincée des combats en première ligne. Nous laissons au lecteur le soin de découvrir la suite des aventures de Mika, au prise avec des envoyés du NKVD (police politique soviétique) dans des circonstances exactes, mais d’une véracité telle que le romanesque s’en empare aisément. Elle ne quitte l’Espagne qu’au moment de l’effondrement du camp républicain, pour se réfugier en Argentin et revenir s’installer en France plusieurs années après la guerre. Construit en aller-retour entre les différentes époques et les multiples lieux de son existence, ce roman laisse apercevoir l’extraordinaire existence qui fut celle de Mika. Par la trame fictionnelle, des dimensions absentes de sa biographie militante surgissent au fil du récit, dont les rencontres, les amitiés ou même l’amour qu’éprouve Mika pour Hippolyte. Admirablement traduit par François Gaudry, ce livre permet de prolonger la lecture des textes politiques de la Capitana. Et les ouvrages de fiction dont le centre de gravité est le POUM sont trop rares pour qu’on ne les remarque pas3.

1Mika Etchebéhère, Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat, Paris, Denoël, 1975, Actes Sud-Babel, 1998 pour l’édition de poche.

2Juan Rustico [Hippolyte Etchebéhère], 1933 : La tragédie du prolétariat allemand, Paris, Les Amis de Spartacus, 2003, 84 p.

3La romancière Elsa Osorio est également l’auteure du roman Luz ou le temps sauvage (Métailié, 2002)sur le destin des enfants de militants révolutionnaires adoptés par les familles des militaires qui avaient torturé et tué leurs parents, pendant la dictature de la junte de Videla. Sur le même sujet, lire de Caryl Férey, Mapuche, Gallimard, 2012, « Folio-policier », 2013.

Figuères Léo, De Trotsky aux trotskysmes. Éléments pour un débat, Paris, Le temps des cerises, 2012, 117 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Léo Figuères, figure du Parti communiste français décédé en 2001, est présenté comme un spécialiste des courants dits « gauchistes ». Il a notamment publié sur le sujet Le « gauchisme », hier et aujourd’hui (1968) et surtout Le trotskysme, cet anti-léninisme (1969), livre qui l’a positionné comme le polémiste principal du parti dans les années post-68.  Il faudrait pouvoir citer de longs extraits de ce dernier livre pour se figurer la violence des polémiques lancées par le courant stalinien, après la grand peur du mouvement de mai, contre l’extrême gauche définie comme essentiellement étudiante. C’est la création du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) qui incite Léo Figuères à reprendre le fil de ses réflexions. Entre-temps, le camp socialiste sur lequel s’adossait une bonne partie des références mobilisées s’est écroulé et Henri Malberg, dirigeant communiste également et préfacier, reconnaît d’emblée qu’il s’agit d’accepter l’inconfort des remises en causes (« Le trotskysme, cet anti-léninisme, (…) ne prenait pas suffisamment en compte ce qu’avaient de justifiées les analyses de Trotsky sur le[s] danger[s] que constituai[en]t pour le socialisme la cristallisation d’un cadre bureaucratique (…) » p. 7). En tous les cas, Léo Figuères exprime une tonalité qui ressemble à un dialogue et non plus une diatribe. Comment cette volonté se manifeste-t-elle alors ? La démonstration est conduite en deux temps. Une première partie porte sur la dimension historique, celle de Trotsky. Tout n’est pas franchement neuf, par exemple l’argument de la sous-estimation par Trotsky du rôle de la paysannerie (p. 27-28). D’autres aspects sont carrément pernicieux, p. 31, le titre indique « Été 1917 : Trotsky rallie le bolchevisme ». Il eût tout à fait été possible de titrer « Lénine rejoint les conceptions de Trotsky sur la révolution permanente ». Néanmoins, on peut dire que, de manière globale, même s’il n’est pas possible de demander des miracles en quelques pages succinctes, le rôle de Trotsky durant la révolution est correctement exposé. Le récit de la fin des années vingt laisse néanmoins à désirer. La thèse stalinienne du socialisme dans un seul pays est reconnue comme pertinente (p. 48), en s’appuyant au passage sur l’autorité de Lénine. Et si la thèse de la dégénérescence bureaucratique est bien créditée à Trotsky, c’est, immédiatement, pour avancer que ce qualificatif permet une caractérisation valable après la disparition de Staline (p. 50), mais certainement pas de son vivant. Il faut reconnaître que les propos de Léo Figuères s’appuient largement sur les analyses d’Isaac Deutscher, le biographe de Trotsky qui reconnaissait une possibilité d’évolution positive du régime soviétique après la mort de Staline. Bref, rien n’est noir, rien n’est blanc, tout est gris : « Ni les directions des partis communistes officiels ni celles des groupes trotskystes n’ont été capables, jusqu’à récemment, de dresser un bilan approfondi et équilibré du socialisme soviétique » (p. 51). Dit autrement : «  Il ne faut pas jeter le bébé (l’URSS stalinienne) avec le bain (le socialisme) ». La seconde partie porte, pour sa part, sur le bilan du trotskysme (de 1929 à 2011). Il n’est pas question d’entrer dans les détails de l’histoire ainsi racontée. Le fil rouge est celui du trotskysme comme un courant sectaire du mouvement ouvrier : le progrès est là, il est inclus dans la grande famille. Pour le reste, dans tous les épisodes de la lutte des classes (1936, la guerre, la décolonisation…) le trotskysme se manifeste par sa volonté de refuser toutes les politiques d’alliance (Trotsky refusait jadis l’alliance avec la paysannerie), par exemple toute union avec les couches moyennes. Si à plusieurs reprises Léo Figuères reconnaît le combat des trotskystes pour la démocratie ou dans la Résistance (les fusillés de Chateaubriant), il glisse pour le moins vite sur certains aspects. Il caractérise ainsi la naissance d’une opposition interne dans l’Union des étudiants communistes (UEC) : « L’alliance opportuniste de ces courants différents leur ouvrait la perspective de contrôler la direction » (p. 82). Ce qui est une façon fort cavalière d’envisager les combats politiques internes au PCF, et pour tout dire, résolument bureaucratique. Quand il ajoute, quelques lignes plus bas, que Alain Krivine « quitta l’UEC », c’est omettre bien vite le processus d’exclusion. Au final, si sur de nombreux points les trotskystes se trompèrent (en particulier pour tout ce qui relève des alliances ou en éludant les possibilités de réformes internes au bloc soviétique, p. 100-101), Léo Figuères en appelle à un dépassement des vieilles querelles. Et là, il se tourne vers son parti pour que puissent coexister en son sein diverses tendances, afin que puisse se «réaliser l’action commune de ces forces ». Conclusion œcuménique, sur laquelle les développements précédents ne débouchent pas spontanément. En tous les cas, ce dernier opus de Léo Figuères marque bien la distance parcourue par un dirigeant de premier plan de l’orthodoxie communiste.

 

 

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Karl-Alexandre Zimmer, Débats et perceptions : « l’islam » au miroir du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale et de sa section française. Le cas de l’invasion soviétique en Afghanistan, mémoire de Master 1 Recherche Histoire (sous la direction de Dominique Avon), Université du Maine, 2011, 157 pages.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En guise de prélude à son mémoire de Master 2 sur La révolution islamique au miroir de la Quatrième internationale (chroniqué sur notre blog), Karl-Alexandre Zimmer s’était penché sur l’intervention soviétique en Afghanistan à compter de décembre 1979, afin d’y repérer les perceptions trotskystes d’un « islam au sens politique » (p. 32). Une problématique qui s’inscrit d’emblée dans une démarche comparatiste longue, courant de 1977 à 1985, appuyée principalement sur un corpus à base de presse et de bulletins intérieurs.

Pressé par le temps, Karl-Alexandre Zimmer n’a toutefois pas utilisé toutes les sources qu’il avait à sa disposition, présentées dans les copieuses annexes, spécialement les numéros d’Inprecor (revue de la Quatrième internationale) et de Rouge (hebdomadaire de la Ligue communiste révolutionnaire – LCR), pourtant tous dépouillés mais non mis à profit. Le lecteur reste donc en partie frustré, d’autant que certaines intuitions ou hypothèses ne sont pas développées, ainsi du trotskysme perçu comme histoire de nœuds… A travers les analyses proposées, on perçoit en tout cas la place d’abord secondaire d’un islam considéré essentiellement comme une arme de propagande (« (…) « l’islam politique » ne doit pas être interprété comme une authentique menace, même si elle peut le devenir », p. 57), et la vigueur du débat suscité par cette intervention de l’Armée rouge.

Au-delà de l’indiscipline au sein de la LCR qui en aurait résulté – qu’il conviendrait en réalité de relativiser et de mettre en perspective –, et que Karl-Alexandre Zimmer attribue à l’importance de la composante guévariste face à la tentative de greffe bolchevique (reprenant ainsi les termes de Jean-Paul Salles[1]), on retiendra l’idée selon laquelle la position initiale du Secrétariat unifié, qui n’appelait pas au retrait des troupes, s’expliquerait par une volonté de conciliation vis-à-vis d’un Socialist Workers Party (SWP) rendu d’autant plus important par la scission internationale de 1979. Ce dernier, de concert avec la section néo-zélandaise, s’opposait à un islam réactionnaire tel qu’il existait en Afghanistan, au Pakistan ou en Arabie saoudite, dans le même temps où il soutenait l’islam censément progressiste d’Iran. C’est à partir du CEI[2] de mai 1981 que le retrait est explicitement défendu, visiblement sous l’influence déterminante des militants Tariq Ali et Gilbert Achcar[3], selon lesquels un pouvoir musulman serait moins nuisible qu’une guerre longue…

En plus d’être partiel et donc insuffisamment abouti, ce travail souffre malheureusement d’un trop grand nombre de fautes d’orthographe et d’erreurs plus ou moins gênantes. Si celles concernant Dissidences sont secondaires[4], il est plus surprenant de voir la grande scission de 1952-1953 se voir attribuée comme cause le vol du matériel du Parti communiste internationaliste (PCI) majoritaire (p. 25), ou les spartacistes être qualifiés de tendance du SWP dans la seconde moitié des années 1970 (p. 50). Les perceptions de l’islam politique – au sein des organisations trotskystes mais aussi des autres familles de l’extrême gauche –, du mitan des années 1970/1980 à nos jours, méritent des travaux bien plus approfondis, précis et documentés que cette ébauche. Ils permettraient certainement de comprendre certaines recompositions idéologiques actuelles.


[1]              Jean-Paul Salles, La Ligue communiste révolutionnaire (1968-1981). Instrument du Grand Soir ou lieu d’apprentissage ?, Rennes, PUR, 2005, 425 p.

[2]              Comité exécutif international, instance de direction du Secrétariat unifié de la Quatrième internationale.

[3]              On lira certains textes concernant cette question dans le recueil de Gilbert Achcar, L’Orient incandescent. Le Moyen-Orient au miroir marxiste, Lausanne, Éditions Page deux, coll. « Cahiers libres », 2003, 355 p. De cet auteur, nous avons chroniqué Les Arabes et la Shoah, sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_etranger.htm#achcar

[4]              Le BLEMR devient BLERM sans d’ailleurs que la lettre M ne soit explicitée, Jean Vigreux se retrouve responsable fondateur de Dissidences (alors qu’il n’a jamais fait partie du collectif), et les principaux animateurs en seraient aujourd’hui Jean-Paul Salles et Jean-Guillaume Lanuque… (p. 16)

Karl-Alexandre Zimmer, La révolution islamique au miroir de la Quatrième Internationale, mémoire de Master 2, Recherche Histoire (sous la direction de Dominique Avon), Université du Maine, 2012, 188 pages.

Compte rendu par Jean-Guillaume Lanuque

Les travaux universitaires consacrés aux trotskysmes ont tendance, ces dernières années, à marquer le pas, conservant malgré tout une certaine régularité. En attendant l’achèvement de la thèse de Jean Hentzgen, Karl-Alexandre Zimmer nous propose une contribution originale et fort intéressante sur une problématique d’actualité, celle de l’analyse déployée par les trotskystes de la IVe Internationale (Secrétariat unifié – SU) face à la prise du pouvoir par les fondamentalistes musulmans en Iran en 1979. Il avait déjà rédigé en 2011 un mémoire de Master consacré à Débats et perceptions de l’« islam », au sein du Secrétariat Unifié de la Quatrième Internationale et de sa Section française : le cas de l’invasion soviétique en Afghanistan. L’étude court en fait de 1978 à 1985, et s’intéresse principalement aux instances de direction internationales, le XIe Congrès mondial ayant lieu en 1979 et le XIIe en 1985.

La première partie du mémoire porte sur les trotskystes iraniens, une mise au point d’autant plus utile que le manque de textes en langue française sur le sujet est patent. Tout semble débuter à l’orée de la décennie 1970, avec la création aux États-Unis de la Sattar League[1], une centaine de militants issus de la Confederation of Iranian Students, tandis qu’en Europe émerge l’Organisation des partisans iraniens de la IVe Internationale au Moyen-Orient (considéré par le SU comme section sympathisante). Un groupe militant semble également avoir existé dans l’Iran du Shah, à l’activité surtout propagandiste et axée sur la dénonciation de la répression gouvernementale. En janvier 1979, la Sattar League revenue en Iran fonde le Parti socialiste des travailleurs (HKS), dont une des activités est d’impulser un Comité pour la défense des droits des femmes. La nouvelle organisation subit toutefois rapidement la répression du nouveau pouvoir religieux et connaît également une scission : le HKS maintenu, comprenant surtout les anciens exilés européens, et le Parti révolutionnaire des travailleurs (HKE) autour de l’ancienne Sattar League ; la cause de l’éclatement, qui tournerait autour de la participation aux élections pour l’« Assemblée des experts », semble toutefois un peu courte. Aussi bien le HKS que le HKE sont reconnus par le SU, et tous deux soutiennent d’ailleurs la prise d’otages à l’ambassade américaine par anti-impérialisme. Mais le fossé ne cesse par la suite de se creuser, entre un HKE suivant un processus « d’acculturation » par rapport au pouvoir islamique (rattaché par l’auteur au « courant chaud du marxisme » d’Ernst Bloch), jusqu’à une défense inconditionnelle de l’Iran face à l’Irak, tandis que le HKS accentuait de plus en plus sa critique du régime, appelant même à son renversement. De toute manière, tous finissent par subir l’exil dans la première moitié des années 1980. Mais il faut bien reconnaître que dans l’ensemble, cette partie sur les trotskystes iraniens présente un certain flou (quid du silence sur les exécutions de trotskystes en Iran ?), de nombreuses absences ou incertitudes (le propos est bien trop lacunaire sur la propagande déployée dans la presse trotskyste iranienne ou sur les débats internes, et plus généralement sur le vocabulaire de la révolution islamique), voire quelques interprétations discutables[2], posant plus de questions qu’elles n’apportent de réponses ; un constat qui appelle d’autant plus impérativement une réelle étude de fond sur la question.

La seconde partie du mémoire est plus solide. Elle est consacrée à une analyse détaillée des positions tenues par les instances de direction de la IVe Internationale sur la révolution iranienne et ses lendemains. Initialement, cette révolution, dont les causes premières sont perçues comme socio-politiques et non religieuses, est diagnostiquée comme l’ouverture d’un processus de révolution permanente, ce processus étant finalement considéré en 1985 comme avorté. Le constat que fait Karl-Alexandre Zimmer est celui d’une sous-estimation initiale, par la IVe Internationale, du facteur religieux, de l’hégémonie croissante du clergé, et d’une méconnaissance au moins partielle de l’islam. Khomeiny et le clergé chiite ont ainsi d’abord été perçus, par un théoricien comme Ernest Mandel (mais aussi par un chercheur comme Maxime Rodinson), en tant que « direction bourgeoise » contre-révolutionnaire mais du sein de laquelle pouvaient émerger des courants progressistes en lien avec l’évolution des luttes de classes ; l’influence de l’analyse marxienne de la double-face du phénomène religieux, à la fois forme de la misère et réaction contre elle, serait ici patente. Cet espoir illusoire, qui témoigne toutefois d’un souci de complexité dans l’analyse, s’articule en une critique du nouveau pouvoir combinée au soutien des masses face à l’impérialisme et à l’agression irakienne ; la similitude de l’attitude à l’égard de l’URSS est frappante, aussi nuancée et tout autant génératrice d’ambiguïtés. La position officielle du SU s’oppose à celle du SWP (Socialist Workers Party) étatsunien, qualifiée de « campiste »[3] dans la mesure où son soutien au nouveau régime voire à la religion musulmane est nettement plus inconditionnel, mais aussi au HKS. Ce dernier a en effet mis au cœur de sa réflexion la dimension contre-révolutionnaire du pouvoir des mollahs, appelant à une nouvelle révolution contre lui et demandant l’exclusion du HKE des rangs de l’Internationale (la proximité signalée de ce positionnement avec celui de la tendance Heredia-Hoffman[4] n’est malheureusement pas développée). Finalement, c’est la réflexion de Gilbert Achcar qui aura le plus d’influence sur l’infléchissement de la position de la direction internationale. Ce dernier, à travers ses « Onze thèses sur la résurgence de l’intégrisme islamique », perçoit en effet dans les événements iraniens une « révolution permanente inversée » et la mise en place d’une dictature petite-bourgeoise réactionnaire. Le Secrétariat unifié prend alors clairement partie, à compter de 1983, pour le renversement du régime, cet « aggiornamento », selon le terme de Karl-Alexandre Zimmer, étant définitivement validé au XIIe Congrès mondial[5].

On notera toutefois, outre de nouveau quelques analyses discutables ou déficientes[6], des défauts persistants dans la mise en forme qu’il s’agira de corriger : trop de fautes d’orthographe ou d’oubli de mots, et des citations en langues étrangères – principalement l’anglais – qui ne sont jamais traduites ! Il aurait également été utile de mettre davantage les analyses de la IVe Internationale en perspective, en particulier par rapport au reste de l’extrême gauche : une idée à approfondir parmi d’autres dans le futur travail de thèse !



[1]              Un patronyme inspiré de Sattar Khan, présenté comme un « héros » de la révolution constitutionnelle iranienne du début du XXe siècle, sans que davantage de précisions historiques ne soient malheureusement apportées.

[2]              La condamnation par le HKS du terrorisme individuel doit-elle conduire jusqu’à écrire qu’« ils refusent la violence des armes et prônent la force du verbe » ? (p. 36). De même, les scissions correspondent-elles vraiment au « paradigme trotskyste » ? (p. 53).

[3]              Les limites de l’étude sont toutefois fortes, dans la mesure où l’auteur reconnaît n’avoir utilisé que « des sources de seconde main » (p. 81).

[4]              La tendance Heredia (alias l’argentin Angel Fanjul)-Hoffman (alias Michel Lequenne) était une tendance de la IVe Internationale, active dans la première moitié des années 1980, qui s’opposait aux positions du SWP et défendait en particulier un centralisme véritablement démocratique comme mode de fonctionnement de l’Internationale.

[5]              « Ainsi, devant le « défi de l’islam », il a été observé que la QI a connu un processus dialectique de construction théorique. C’est dans ce sens qu’il est possible de parler « d’aggiornamento ». Toutefois, il paraît important de rappeler non seulement que les positions ne se sont pas consciemment et mécaniquement succédées, partant d’une thèse jusqu’à une synthèse, mais qu’au contraire elles ont coexisté et se sont sans cesse interpellées. » (p. 121-122).

[6]              La notion de défaitisme révolutionnaire visiblement mal maîtrisée, puisque datée seulement de la Conférence d’alarme de la IVe Internationale en 1940 (p. 103), ou un parallèle sidérant tracé entre l’idée d’organisations séparées de femmes ou de jeunes défendue par la IVe Internationale et son absence pour les musulmans (une idée aux antipodes de l’idéologie marxiste !).

Bernd Gehrke, Gerd-Rainer Horn (dir.), 1968 und die Arbeiter. Studien zum « proletarischen Mai » in Europa, VSA-Verlag, 2007, Hambourg, 334 p.

Un compte rendu de Michel Christian

En éditant ce recueil de contributions, fruit d’un séminaire financé par la confédération des syndicats allemands, Bernd Gehrke et Gerd-Rainer Horn ont voulu mettre en œuvre le projet à la fois scientifique et militant d’une histoire européenne des ouvriers et de leur action dans le contexte de ce qu’on appelle en France « les années 1968 ». Ils soulignent ce faisant que l’histoire de 1968 est très souvent restée concentrée sur les mouvements étudiants, quand elle n’a pas été ramenée à une simple étape de la « modernisation » de nos sociétés. Les éditeurs de ce volume veulent au contraire retrouver à la fois la dimension ouvrière de l’événement tout comme sa dimension contestataire, en mettant l’accent sur son caractère transnational souvent sous-estimé.

C’est pourquoi cet ouvrage se propose d’aborder le phénomène à l’échelle européenne, afin d’œuvrer à la confrontation et au rapprochement d’historiographies nationales formant un paysage européen très éclaté. Ces historiographies varient en effet beaucoup entre les pays qui ont connu des événements de grande ampleur (pays latins comme la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal) et ceux où la contestation ouvrière a été plus discrète (comme l’Allemagne), mais aussi entre pays capitalistes et pays socialistes, car la fin de la Guerre froide n’a pas homogénéisé les questionnements. Il y a ainsi un contraste entre une historiographie occidentale qui a exploré les questions de genres, le rôle des migrations et a réfléchi à la pertinence même de la notion de « classe ouvrière » et une historiographie des ex-pays de l’Est, dans laquelle les ouvriers sont appréhendés en bloc en tant que classe, dont tout ce qu’on souhaite savoir concerne sa contribution à la stabilité ou à l’instabilité des régimes.

La confrontation des points de vue nationaux – c’est l’un des mérites de l’ouvrage – conduit à abandonner la focalisation sur l’année 1968. Dans presque tous les pays étudiés (la France l’étant assez peu ici), la fin des années 1960 et le début des années 1970 sont une époque de combativité ouvrière accrue : dès 1962 en Espagne avec le mouvement des « comités ouvriers », au cours des années 1960 en Allemagne de l’Ouest, avec la multiplication diffuse des grèves sauvages qui aboutit à la grande vague de grève de 1969, entre 1969 et 1974 en Belgique, alors que l’année 1968 y avait été parfaitement paisible, mais aussi en Pologne avec les émeutes ouvrières de 1970.

Au-delà des décalages chronologiques, il y a donc bien un phénomène commun : la multiplication des conflits ouvriers organisés par le bas, souvent en marge des organisations syndicales et lourds de potentialités insurrectionnelles lorsqu’ils éclatent dans des contextes dictatoriaux. En France, cette spontanéité ouvrière rencontre un fort écho chez les théoriciens de l’autogestion, qui passe alors pour une alternative aux apories entre théorie et pratique comme entre socialisme et capitalisme. Si l’on fait l’effort de confronter les différentes contributions, on s’aperçoit que deux facteurs récurrents semblent avoir favorisé cette combativité : le facteur générationnel d’une part : ces mouvements semblent avoir été à l’Ouest comme à l’Est, particulièrement le fait de jeunes nés après 1945 ; le facteur social d’autre part : ce sont les secteurs traditionnellement les moins intégrés, où dominent ouvriers peu qualifiés et femmes, qui se signalent alors par leur plus forte combativité.

Ces conflits produisent des effets communs dans tous les pays d’Europe de l’Ouest au début des années 1970 : augmentation significative du salaire réel et diminution du temps de travail. On pourrait ajouter que ces tendances ne sont pas sans faire écho au développement des politiques sociales dans les pays du bloc soviétique à partir des années 1970. A l’Ouest, on observe en outre une transformation des relations professionnelles par la remise en question de l’autorité établie. Pour Peter Birke, qui généralise à partir du cas allemand, il y a là une décomposition par le bas du taylorisme, dont il ne faut pas sous-estimer la dimension émancipatrice. On peut toutefois se demander si cette émancipation ne pose pas du même coup les bases de formes de domination nouvelles, plus affinées, personnalisées, impliquant non plus l’obéissance, mais la coopération des sujets qu’elle entend soumettre.

L’objectif de l’ouvrage est atteint dans la mesure où ses éditeurs précisent dès l’introduction qu’il ne s’agit pas de produire une histoire exhaustive des ouvriers et de l’action ouvrière au tournant des années 1970. Certaines questions revenant dans différentes contributions auraient cependant pu être abordées de manière plus directe. Pourquoi, par exemple, comme le constatent les éditeurs, les « mai prolétaires » caractérisent-ils les pays latins plus que les autres ? A quelle structure sociale ou à quelles pratiques de l’action politique cela renvoie-t-il, notamment dans le temps long ? Pourquoi également ne pas avoir inclus des pays où les mobilisations ouvrières n’ont a contrario pas été importantes ? Les facteurs d’une telle stabilité auraient aussi un sens. De plus, les tendances communes entre pays d’Europe de l’Ouest et pays d’Europe de l’Est, qui s’expliquent notamment par des matrices communes, sociales et générationnelles, devraient être mises en évidence de manière plus systématique. Cela pourrait contribuer à sortir d’une interprétation unilatéralement politique de l’histoire des groupes ouvriers dans les pays de l’Est. Enfin, par intérêt scientifique aussi bien que militant, les rapports et tensions entre « ouvriers » et « intellectuels » (étudiants, mais aussi cadres d’entreprise), abordés dans quelques-unes des contributions, gagneraient à être étudiés de manière plus systématique : ils renvoient à une perception mutuelle et à un différentiel de capital social qui se révèlent être à la fois un moteur et une limite de la mobilisation commune, à l’Est comme à l’Ouest, aujourd’hui comme hier.

Michel Christian