Archives de catégorie : LCR

Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage est issu d’une thèse de science politique, De la LCR au NPA (1966-2009), sociologie des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, soutenue en 2011. Elle fait suite aux thèses de Jean Paul Salles (publiée sous le titre La Ligue Communiste révolutionnaire, 1968-1981. Instrument du Grand soir ou lieu d’apprentissage, PUR, 2005) et Stéphanie Rizet (demeurée inédite à ce jour), La distinction militante. Transformations et invariances du militantisme à la Ligue Communiste1. Si, globalement, les courants « situés à l’extrême-gauche du champ politique n’avaient été que peu étudiées » (p. 25), ainsi que le pointe l’auteure, le constat se doit d’être relativisé car la LCR est de loin l’organisation qui a suscité le plus d’intérêt de la part du champ académique2.

Revendiquant un point de vue interactionniste, à l’intersection de la sociologie de l’engagement et de celle des partis politiques, l’auteure a bénéficié d’un matériau d’analyse d’une richesse incomparable. En effet, dans la tradition du courant révolutionnaire, le militantisme ne se traduit généralement pas par la délivrance d’une carte de membre, comme il est d’usage dans la majorité des socialisations politiques. Or, après la présentation d’Olivier Besancenot aux élections présidentielles de 2002, les cartes d’adhérents furent introduites au sein de la LCR, mais inusitées. En effet, le NPA souhaitait fonctionner comme un parti classique, mais sans en avoir les moyens, ne serait-ce que l’utilisation des cartes qu’il diffusait et qui étaient entassées dans un carton au fur et à mesure de leur remontée. Ces milliers de cartes furent le matériau originel de la recherche, matériau auquel furent ajoutés des questionnaires distribués lors de plusieurs occasions (congrès notamment) ainsi que des entretiens (quarante-cinq au total, dont la liste figure en fin d’ouvrage). S’appuyant sur ce travail documentaire, Florence Johsua a également effectué des observations ethnographiques à l’occasion d’activités militantes, en particulier des réunions. On peut d’ailleurs regretter le caractère « parisiano-centré » de cette démarche, tant les réalités d’implantation en province auraient pu permettre de dresser un portrait plus diversifié de ce peuple militant.

L’analyse se déploie en trois temps Pour commencer, l’auteure s’intéresse aux transformations de la composition sociale de la LCR, à l’aune des modifications du champ socio-économique, de la fin des années 1960 à l’aube des années 2000. Issu principalement du champ de la jeunesse scolarisée, le corps militant de l’organisation subit un processus de vieillissement de son noyau demeuré actif politiquement, tout en continuant à attirer des jeunes, en particulier à partir de 2002. Avant le passage au NPA, plusieurs générations se côtoient donc au sein de la même organisation. Pour illustrer ces transformations, l’auteure utilise la technique, très riche, du portrait de militant (e) afin d’illustrer le processus qui conduit de l’engagement total au moment de Mai 68 à l’insertion sociale dans les années qui suivent (lire les parcours de militants développés par l’auteure). Mais c’est avec la candidature d’Olivier Besancenot en 2002 qu’une véritable rupture se manifeste. Le succès de ce dernier attire en effet des catégories nettement plus populaires, représentatives des difficultés qui se manifestent sur le marché du travail : précaires, déqualifiés, femmes… qui caractérisent une plus grande fragilité sociale de ces nouveaux adhérents. Ces couches nouvelles, fruits d’une forme de déclassement social (liée au décalage entre leur niveau de formation scolaire/universitaire et leur insertion professionnelle effective) montre assez clairement qu’il n’y a pas de fatalité pour que l’engagement se renouvelle, contrairement aux pronostics pessimistes (ainsi, celui de Jacques Ion qui envisageait une « fin des militants »3) sur l’épuisement des formes de mobilisations.

De ce point de vue, Florence Johsua manifeste une originalité importante dans le milieu de la recherche, dominé par la conception selon laquelle l’inadéquation entre la dotation scolaire et le rendement en termes d’insertion sur le marché du travail est producteur de déception4. Elle démontre, à partir de son cas d’étude, qu’au contraire, le passage par l’enseignement supérieur peut être un facteur de politisation et de dotation de ressources nouvelles pour les luttes, l’engagement. C’est un premier acquis fort de son analyse. La seconde partie du développement est plus particulièrement consacrée à la dimension idéologique de l’engagement. Pour cela, elle observe ce qui s’échange dans les cellules, sur le terrain parisien. Ce qu’elle enregistre, c’est une remise en cause du schéma stratégique originel, la croyance en la rupture révolutionnaire s’estompant largement dans le discours des nouvelles générations militantes. Cependant, ces évolutions ne sont pas exprimées en termes de « révisionnisme », mais plutôt comme l’expression d’un « droit à l’expérimentation » politique, tirant ces expressions du côté de la novation politique. Certains auteurs, attentifs aux discours portés par la gauche radicale, ont pu évoquer le caractère pragmatique du programme défendu par la LCR. L’identité marxiste révolutionnaire défendue par les plus aguerris des militants fait ainsi place à un questionnement sur la filiation politique chez les plus jeunes. Cette modification sensible est largement redevable à un certain effondrement des certitudes les mieux ancrées liées à la fin du système soviétique en 1989 et ses effets de ressac. Cependant, ces évolutions profondes des référents idéologiques n’empêchent pas le retour d’un certain refoulé orthodoxe, se manifestant en particulier dans le cadre du NPA. Ce dernier a été en effet depuis sa création en 2009 le terrain d’exercice et d’influence de luttes pour la définition d’une « véritable » identité révolutionnaire, aboutissant à une cartellisation de l’organisation.

Enfin, dans une dernière partie, l’accent est mis sur les évolutions de la vie militante. Le modèle léniniste du révolutionnaire professionnel, issu d’une lecture (sans doute) restrictive du Lénine de Que faire ?, est remis en cause. Florence Johsua se saisit des multiples dimensions de cette transformation, ainsi le fonctionnement du modèle du service d’ordre5. L’intégration (progressive) d’une perspective de genre, fruit du militantisme féministe des années 70 et suivantes, constitue un des facteurs mis en exergue par l’auteure pour saisir les transformations perçues. De même, la sensibilité de la LCR aux mobilisations des homosexuel-les (hélas trop vite abordée) participe de cette remise en cause d’un militantisme héroïque et masculin. Pourtant, note Florence Johsua, « si la LCR a peu à peu intégré les questions antisexistes à son agenda politique, rendant plus coûteuses qu’auparavant les remarques et attitudes ouvertement machistes, les pratiques et les représentations du militantisme ne se sont pas radicalement transformées, en tout cas, pas au point de bouleverser l’ordre de genre et les fondements de la division sexuelle du travail militant » (p. 205). Ce constat est d’autant plus vrai qu’il est difficile de promouvoir des attitudes empreintes des valeurs du féminisme quand l’absence de fortes mobilisations des femmes empêche d’exercer des pressions sur la vie sociale et sur le milieu militant. Ces remises en cause s’accélèrent après 2002, provoquant plus une coexistence qu’une réelle substitution des modèles de militantisme. A côté d’individus complètement immergés dans la vie partidaire vont s’ajouter des nouveaux nettement moins impliqués, illustrés une nouvelle fois par des portraits de militants, hommes et femmes.

De la lecture de cette analyse des permanences et des transformations du militantisme, le lecteur sort assez convaincu. Demeure une limite forte de ce travail, pour une appréhension plus générale des transformations de l’engagement révolutionnaire, le fait qu’il soit centré sur une seule tradition trotskyste, celle de la LCR, au détriment d’une approche intégrant, ne serait-ce que sous forme de questionnements, les autres composantes de la mosaïque de la gauche radicale. Le propos en eût été singulièrement enrichi. Reste l’approche systématique et riche d’un parcours d’utopie, qui se prolonge aujourd’hui principalement dans le NPA, mais aussi dans Ensemble6.

1Cette thèse de sociologie, soutenue à l’Université Paris VII en 2006, est curieusement absente de l’ouvrage de Florence Johsua.

2Cf. la recension des travaux conduits sur le trotskysme, Georges Ubbiali, « Les forces de la révolution. Bilan de presque quarante ans de recherche universitaire sur le trotskyme », Dissidences, n° 6, 2009.

3Ion Jacques, La fin des militants ?, Paris, éditions de l’Atelier, 1997.

4L’ouvrage le plus emblématique de ce type d’analyse est celui de Stépahne Beaud, 80% au bac… et après ?, Paris, la Découverte, 2003.

5On pleut ainsi citer, p. 166, le refrain du SO qui avait attaqué, au sens propre, le meeting d’Ordre Nouveau en1973, provoquant la dissolution de la Ligue Communiste :

« Dans la nuit noire brillent les mousquetons…

Les gardes mobiles nous barrent le chemin

Mais dans nos rangs il n’y a pas d’hésitation

Les gardes mobiles ça s’enfonce très bien

Au premier commandement

Nous chargeons gaiement

Nous frappons durement l’ennemi

Nous somme le bataillon

Du premier régiment

De la future armée ouvrière

Nous sommes le bataillon du premier régiment

Digne héritier du SO JCR »

6Ensemble, lancé fin 2013, est une des composantes du Front de gauche. Une grande partie de ses militants proviennent de l’ex-LCR et du NPA.

Côme Michel, La SFQI à Toulouse de 1968 à 1976, Université de Toulouse II Le Mirail, juin 2015, Master, sous la direction d’Alain Boscus, 471 pages (dont 8 entretiens).

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Qu’une étude universitaire soit consacrée à la section toulousaine de la JCR/LCR, une des deux sections de province les plus importantes de ce courant, avec celle de Rouen, est une bonne nouvelle. Certes l’auteur n’utilise pas les témoignages de Daniel Bensaïd (Une lente impatience, Stock, 2004), ni ceux de Jan-Marc Rouillan (De mémoire I, Agone, 2007), pourtant sous-titrés « Les jours du début : un automne 1970 à Toulouse ». Il n’a pas lu non plus les rapports des préfets de Haute-Garonne, cependant il a eu accès aux papiers de Gilles Da-Ré (militant LCR des PTT) déposés aux Archives départementales 31 et à ceux d’Antoine Artous. Il a eu le mérite aussi d’interroger huit acteurs de cette histoire, dont une femme, militants ou anciens militants de la LCR/NPA, mais aussi un militant CGT/PCF de l’aéronautique.

Et malgré tout, ce travail manque de rigueur, comporte des maladresses, il est bavard et trop long et paradoxalement ne satisfait pas notre curiosité. Premier défaut : un plan inadéquat en deux parties qui se chevauchent, ne permettant pas d’éviter les répétitions. La première maladresse commence avec le titre, « La SFQI, Section française de la Quatrième Internationale » , alors que, lorsque ce courant se détache de l’Union des étudiants communistes (UEC), à Toulouse en tout cas, l’adhésion de la JCR à la Quatrième Internationale n’est rien moins qu’évidente. Les deux principaux dirigeants de l’organisation, Daniel Bensaïd et Antoine Artous, ne sont ni l’un ni l’autre militants du PCI minoritaire, section française de la Quatrième Internationale-Secrétariat Unifié. Il aurait fallu être plus explicite sur les débats ayant précédé l’adhésion à l’Internationale trotskyste.

L’étudiant lui-même est conscient de certaines de ses maladresses. Il s’excuse par exemple de consacrer trop de pages à « l’actualité politique et aux grands événements de l’époque » – titre du début de sa seconde partie (en page 144). Mais excuse ne vaut point absolution ! D’autant que ce défaut se retrouve ailleurs, par exemple dans une introduction dans laquelle l’auteur croit utile de rappeler l’existence de Marc Bloch et Lucien Febvre. Par ailleurs son trop long passage introductif sur le trotskysme s’appuie uniquement sur l’ouvrage de Daniel Érouville, Qui sont les Trotskystes ? (L’Harmattan, 2004), dont Côme Michel nous dit lui-même qu’il raconte l’histoire du trotskysme « à travers les turpitudes (sic) de la Quatrième Internationale ».Et pourtant, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, les livres ne manquent pas pour écrire l’histoire du trotskysme. L’auteur ignore la longue bibliographie de Dissidences, parue dans le n° 6 de notre revue (2009) et dans le n° 2 de notre revue électronique (automne 2011)1. Plus grave, l’auteur se trompe quand il s’appuie sur Jean-Paul Salles (2005) pour interroger Bernard Chamayou, ancien militant toulousain et tarbais, il parle de Carcassonne alors qu’il est persuadé d’évoquer la situation de Tarbes (p. 326).

Alors que reste-t-il de ce travail ? L’émergence d’une section LCR de province forte numériquement en effet, un véritable « petit parti » selon les termes d’Antoine Artous – mais là encore, plutôt que de suivre l’auteur confus sur cette question, il vaut mieux voir les chiffres d’Artous : 150 à 180 militants, avec autant de sympathisants, la LCR étant capable d’organiser des manifestations de 6 à 700 personnes. Des manifestations soigneusement tenues à l’écart des cortèges de gauche par le service d’ordre de la CGT et du PCF, selon la tactique du cordon sanitaire pratiquée dans bien d’autres villes. Le témoignage d’Alain Rumeau, militant CGT et PCF qui ne renie rien de son passé, est en effet saisissant. Cette force de la Ligue en secteur jeune en particulier – avec ses publications locales, La Jeune Garde, L’Apprenti enchaîné, et même La FPA enchaînée (Formation professionnelle pour Adultes) – l’amène à être à l’aise avec le cours « sectaire », d’auto-affirmation, qui prévaut après 68, les Comités rouges devant remplacer les Comités d’Action. Certes la Ligue à Toulouse éclipsait les autres groupes révolutionnaires, mais pas au point d’entraîner « la déliquescence progressive du PSU après le mouvement de mai-juin 58 » (p. 90). Encore une maladresse !

Le succès de la Ligue fut évidemment moins éclatant en milieu ouvrier, malgré les efforts déployés par les militants, la rédaction et la diffusion de la Taupe rouge à la SNCF, aux PTT ou sur les usines de l’aéronautique. Les positions du PCF et de la CGT furent fort peu ébranlées dans l’après-mai, même si ce dirigeant de la CGT rencontré par le militant LCR Bernard Cholet à l’ONIA (l’Office national des industries azotées qui deviendra AZF) n’est pas dupe sur le socialisme réellement existant dans les pays de l’Est où il est allé monter des usines d’engrais. On saura peu de choses sur « le Travail Femme ». L’auteur nous confie sa déception devant le peu de sources écrites, alors qu’il titille notre curiosité quand il nous dit que les militantes de la LCR ont créé un Centre de Femmes, rue Borios, près de la gare Matabiau (p. 227). De même on n’en saura pas plus sur les avortements illégaux pratiqués par le Docteur Giron, médecin et militant LCR, alors que dans bien des villes les militants LCR sont réticents sur ces pratiques (voir Salles, 2005, p. 200-201). L’intervention sur Motorola, usine récente à majorité féminine, plus ouverte à l’intervention des militants de la Ligue, est un peu mieux éclairée.

Notre déception est d’autant plus grande que, pour des raisons très variées, nous attendions beaucoup de ce travail. Il nous semble que l’enseignant dirigeant cette recherche aurait dû être plus présent, plus attentif. Par exemple, lorsqu’on fait référence à la contribution d’un auteur publié dans un ouvrage collectif, le titre de celle-ci ainsi que la pagination doivent être cités et non pas seulement se contenter du nom des coordinateurs. Si Côme Michel décide de continuer dans la voie de la recherche, la rigueur lui sera nécessaire.