Archives de catégorie : Syndicalisme

Edward Sarboni, Le syndicalisme de La Révolution prolétarienne entre 1925 et 1939 – Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français, La Bussière, Éditions Acratie, 2016, 213 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

L’ouvrage qu’Edward Sarboni nous propose, autour du journal La Révolution Prolétarienne, est issu de son DEA d’histoire contemporaine soutenu en 1994. Sept chapitres composent l’ouvrage des « origines de La Révolution Prolétarienne », jusqu’  « au Front populaire, au fascisme et à la guerre » (p. 21-143), suivis d’une bibliographie commentée (p. 148-177) et des annexes (p. 180-213).

La construction du livre et l’importante bibliographie prouvent bien le caractère universitaire de l’étude mais présentent du même coup un premier écueil. Terminée en 1994, cette recherche n’a pas été réactualisée pour la publication si bien qu’on se retrouve avec une bibliographie pour le moins datée alors que ces vingt dernières années de nombreux ouvrages1 et de nombreuses archives2 sont (re)parus et ont renouvelé nos connaissances sur le syndicalisme révolutionnaire et les origines du communisme français.

Si syndicalisme et communisme sont associés dans ce compte-rendu, c’est qu’au fil des pages l’auteur traite en réalité plus de politique que de syndicalisme à tel point qu’avant de parvenir à la seconde moitié du corps de texte (c’est-à-dire au 3e chapitre, 75e page/143) on serait tenté de rebaptiser l’ouvrage Le communisme de La Révolution prolétarienne. En effet si l’auteur est incontestablement un grand connaisseur de la revue et de son « noyau », c’est la dimension politique qui domine très largement son approche comme l’illustrent les biographies des « Hommes de La Révolution prolétarienne » (p. 39-59) qui mettent en avant l’engagement communiste dans le parcours des militants de la R.P. et délaissent le volet syndical jusqu’à disparaître totalement pour certains (Hagnauer, Charbit, Dunois).

Ensuite sur les différents combats menés par la R.P., que ce soit pour l’unité syndicale, l’indépendance du syndicalisme, ou ses relations avec l’anarcho-syndicalisme et le Front populaire, les analyses proposées sont le reflet d’une de lectures datant majoritairement des années 60 et 70. De ce fait, certains propos, certaines  « vérités » assénées sont pour le moins discutables sinon révisées par des travaux plus récents autant au sujet de l’unité syndicale3 (présentée ici comme répondant à la seule volonté de Moscou mais coupée des masses), de la conférence de Saint-Denis4, du Centre syndical d’action contre la Guerre5 ou encore sur l’Occupation6.

Aussi si La Révolution Prolétarienne – revue reconnue pour son succès d’estime plus que pour ses ventes (1500 abonnés) – méritait bien qu’on lui consacre une étude, on reste frustré à l’issue de la lecture car hélas cette Contribution à l’histoire du mouvement ouvrier français n’apporte pas d’éléments nouveaux.

1Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010 et les travaux de Julien Chuzeville :

https://dissidences.hypotheses.org/6302

https://dissidences.hypotheses.org/4705

https://dissidences.hypotheses.org/2856

2Nous pensons en particulier aux archives de la Sureté relatives à la surveillance des anarchistes et aux archives du Komintern.

3Morgan Poggioli, « Le syndicalisme précurseur de l’unité : politisation et recomposition interne », in Gilles Morin, Gilles Richard (dir.), Les deux France du Front populaire. Chocs et contre-chocs, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 147-155.

4Vincent Chambarlhac, « Le meeting de Saint-Denis, contre la guerre, contre l’union sacrée », Dissidences, n° 11, 2002.

5Morgan Poggioli, « Syndicalismes révolutionnaires et Front populaire en France », Dissidences, n° 12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 49-60.

6Jean-Pierre Le Crom, « De La Révolution Prolétarienne à la Révolution Nationale ? Roger et Yvonne Hagnauer dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale », Dissidences, n°12, novembre 2012, Lormont, Éditions du Bord de l’eau, p. 61-75.

Vincent Présumey, Gilbert Serret (1902-1943), instituteur ardéchois, syndicaliste et révolutionnaire, Chomerac (07200), Mémoire d’Ardèche et Temps présent, 2014, 32 pages, 10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide de Christian Beuvain)

Dans cette brochure illustrée, Vincent Présumey, enseignant du secondaire et syndicaliste retrace la vie et les combats de Gilbert Serret, dont il rappelle l’importance pour l’histoire du syndicalisme enseignant, bien que sa figure soit quasiment oubliée de nos jours.

Né au tournant du siècle, Gilbert Serret devient militant syndical chez les instituteurs, dans sa branche révolutionnaire, celle de la Fédération unitaire de l’enseignement (FUE)1 avec son journal L’Ecole Emancipée. Les militants de la FUE suivent avec un grand intérêt le développement du Parti communiste (Section française de l’Internationale communiste-SFIC), dont certains sont membres. Mais, d’après l’auteur, le processus de stalinisation que connaît le syndicalisme, en particulier la CGTU, oppose ses principaux dirigeants (Serret, Bouêt, Dommanget, Aulas…) à la fraction communiste. Plus précisément, il s’agit des soubresauts occasionnés par l’adaptation à la ligne « classe contre classe » (adoptée au VIe Congrès de la Comintern en août 1928). Au sein de la FUE, c’est une bataille fractionnelle sans pitié qui oppose la majorité fédérale (dont Gilbert Serret est un des animateurs) aux communistes (MOR, Minorité d’opposition révolutionnaire). Le PCF a-t-il un rapport conflictuel avec ses travailleurs intellectuels ? En tout cas, la plus grande partie des enseignants communistes refusent très largement de s’engager dans la MOR. Après le congrès de 1930, Gilbert Serret ne quitte plus son village ardéchois jusqu’à la fin de sa vie. Il devient le principal responsable de la majorité fédérale de la FUE (laquelle, rappelons-le, n’organise qu’une petite minorité des instituteurs, la majorité de la corporation organisée l’étant à la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs -FNSI, affiliée à la CGT). Cette majorité fédérale est politiquement un courant politique très singulier. En effet, elle ne ne se réclame pas de la Charte d’Amiens (hostilité aux partis politiques) et ne peut être classée comme un courant syndicaliste révolutionnaire. En même temps, elle se refuse à toute affiliation avec l’opposition de gauche (trotskyste) et donc apparaît comme relevant d’une tradition communiste autonome/indépendante des grands courants qui structurent l’extrême-gauche de l’entre deux guerres. Gilbert Serret, de plus en plus critique vis-à-vis de l’URSS, représente cette majorité fédérale au congrès de Nantes de la CGT (novembre 1938). Cela fait de lui, selon Vincent Présumey «  l’un des touts premiers, sinon même, à son corps défendant, le premier porte-parole national du courant révolutionnaire dans le mouvement ouvrier français à la veille de la Seconde Guerre mondiale…. » (p. 11). Avec la guerre les époux Serret sont évincés de leur poste en Ardèche et mutés en Haute-Loire par les autorités de Vichy, Gilbert Serret étant connu comme communiste et antifasciste. Finalement, ils parviennent à revenir dans leur département d’origine, à Balazuc, petit village isolé. Le 29 juin 1943, Gilbert Serret, parti chasser, ne revient pas. On le retrouve au fond d’un trou, mort, le lendemain. L’enquête de police conclut à une mort accidentelle. Mais Vincent Présumey, sur la base de suppositions et après voir écarté la piste de tueurs du PCF, affirme que Gilbert Serret aurait été assassiné par des miliciens qui l’avaient menacé quelques temps auparavant.

La dernière partie du texte est consacrée à échafauder des hypothèse sur la probabilité du meurtre, permettant d’ouvrir une fenêtre sur les syndicalistes collaborationnistes qui avaient maintenu des liens avec Gilbert Serret. Quoi que l’on puisse penser des hypothèses et conclusions élaborées par Vincent Présumey sur la fin du militant révolutionnaire, cette brochure permet de rendre hommage à Gilbert Serret, figure largement méconnue du panthéon révolutionnaire, tout en précisant la notice que ce même auteur lui a consacré dans le Dictionnaire Maitron2.

1Sur ce courant, voir le travail très complet de Loïc Le Bars, La Fédération unitaire de l’enseignement (1919-1935). Aux origines du syndicalisme enseignant, Paris, Syllepse, 2005.

Julian Mischi, Le Bourg et l’atelier. Sociologie du combat syndical, Marseille, Agone, collection « L’ordre des choses », 2016, 400 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après avoir livré deux contributions majeures à l’histoire et la sociologie du Parti communiste français (Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, PUR, 20101 et Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Agone, 20142), Julian Mischi donne ici le fruit d’une enquête de terrain au long cours sur un atelier SNCF situé dans un bourg bourguignon. Dans l’esprit des grandes enquêtes ethnographiques américaines des années 60-70 (les blue collar community studies), l’auteur s’essaie à dresser le portrait d’un groupe ouvrier au-delà du strict domaine du travail, incluant également les espaces d’habitation. Par cet élargissement au-delà du cercle limité de la sphère productive, il s’agit donc de saisir également le terreau des relations sociales (familiale et/ou d’amitié) dans lequel s’enracine ce militantisme. L’enquête interroge donc les raisons (et les modalités) qui font que les ouvriers continuent de s’engager en intégrant les espaces de résidence. Le choix a été fait de limiter la perspective à la seule CGT, bien qu’ici ou là les autres organisations apparaissent au fil du propos. Le lecteur peut regretter cette limitation et les cécités qu’elles induisent (en effet, les couches populaires, y compris engagées, sont loin de se résumer à cette seule composante). Mais le choix est clair et le lecteur en est averti dès les premières pages, voire dès la photo de couverture. Entrer sur le terrain par le biais de la CGT, c’est également la possibilité pour l’auteur de prolonger ses préoccupations concernant l’évolution du PCF. Vingt-sept cheminots font ainsi l’objet de ce que l’auteur caractérise comme une « ethnographies des scènes sociales » (p. 13). L’auteur commence par présenter son terrain, un atelier SNCF implanté dans un bourg rural, atelier qui présente la particularité de fonctionner comme une PME, avec des dirigeants traditionnels dotés d’un fort capital d’autochtonie, encadrement concurrencé par l’arrivée de nouveaux qui ne présentent pas le même ancrage localisé, résidant parfois fort loin. L’appréhension des différentes dimensions « anthropologiques » des conditions d’existence permettant le maintien d’un engagement syndical est analysé au fil des chapitres, dans une perspective d’analyse des trajectoires sociales : résidentielle, parcours professionnel, ancrage familial ou encore rapport à l’école. Si la reproduction des parcours militants est possible, c’est aussi, analyse l’auteur, parce que ces ouvriers connaissent des conditions de travail (et de résidence) relativement stables, permettant une certaine continuité existentielle. Sur la base du matériau recueilli, Julian Mischi montre, avec attention, que cette élite syndicale que représentent les délégués est soumise à un contrôle assez étroit de la part de leur mandants, contredisant, sur la base d’une approche monographique localisée, est il utile de le rappeler, la tendance à l’institutionnalisation du syndicalisme, pointée largement dans la littérature sur ce sujet. Il insiste sur les processus différenciant fortement les partis politiques (en premier lieu le PCF), tendant à fonctionner en vase clos et s’appuyant sur d’autres ressources, en particulier institutionnelles, et les organisations syndicales, qui demeurent (en tous les cas, la CGT) en forte relation avec les couches populaires. Evidemment, en quittant ce livre stimulant et informé, le lecteur ne peut s’empêcher de s’interroger sur ce qui relève d’un constat ancré strictement sur le terrain qui lui a donné lieu et ce qui est vérifiable de manière plus englobante. En tous les cas, Julian Mischi livre ici une contribution tout à fait importante à la dynamique de l’engagement parmi les couches ouvrières et plus largement les milieux populaires contemporains.

1Lire notre compte rendu sur la revue électronique de Dissidences, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836

2Lire notre compte rendu sur ce blog, https://dissidences.hypotheses.org/5141

 

René Mouriaux, Michel Pigenet, et alii, Histoire de la CGT, Paris, IHS-CGT, Éditions ouvrières, 186 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette histoire de la CGT s’inscrit dans une longue lignée. Elle se distingue (nettement) d’autres parutions par un double aspect. Tout d’abord, le projet étant conduit par l’Institut d’histoire sociale de la CGT, il mêle les nombreuses plumes (9 contributeurs/trices, plus une préfacière et une postfacière) issues aussi bien du monde académique (Mouriaux, Pigenet, Sirot, Tartakowsky) que du monde syndical (Beauvisage, Narritsens, Magniadas, Hedde, Bressol), ce qui confère un style très particulier à chaque contribution. Ensuite, l’accent a été mis sur les illustrations, dont certaines sont absolument originales ; ce qui confère son caractère de « beau livre » à l’ouvrage.

On le sait sans doute, la CGT tient son congrès fondateur en 1895, mais la première partie revient sur les expériences et aspirations collectives du monde ouvrier avant 1884 (date de la loi Waldeck Rousseau, qui reconnaît le fait syndical dans le pays). Chaque chapitre est construit sur le même principe : un court texte de présentation, une chronologie et des encadrés. Par exemple, le premier chapitre porte sur les ressources et contraintes de l’héritage révolutionnaire. Trois encadrés précisent tout d’abord la question de l’interdiction des coalitions, un autre présente les coalitions et solidarités porcelainières (Vierzon 1883), et le dernier permet une contextualisation socio-démographique, en précisant qui sont les ouvriers en 1880. Le tout est entrecoupé de très belles reproductions, dans le cœur du texte ou en pleine page, parfois sur deux pages, avec à chaque fois un texte permettant d’apprécier leur intérêt.

La deuxième partie (6 chapitres), qui court de 1885 à 1975, est centrée sur l’histoire de l’organisation syndicale. Enfin, de 1976 à la crise en cours, la troisième partie permet de saisir les enjeux actuels du renouvellement des pratiques aussi bien que des hommes. Certes, en si peu de signes, on comprendra qu’un tel ouvrage ne puisse prendre en compte l’ensemble des aspects relevant de la vie ouvrière, conditions de travail, conflits, etc. Il est néanmoins piquant de noter que dans le chapitre portant sur la période 1964-1975, écrit par un universitaire pourtant, une pique soit adressée à des travaux récents (« L’approche par « l’insubordination ouvrière » exagère les phénomènes de déstabilisation des différentes institutions de la société », p. 130), tout en ne soufflant pas un mot de l’émergence du mouvement féministe ou en omettant même de signaler le conflit Lip. De même, certaines formulations du chapitre consacré à la période de la guerre auraient mérité d’être un tant soit peu distanciées. Ainsi, affirmer « Dans l’immédiat, il s’agit avant tout de relever la France (…) » (p. 106) ou « À la Libération, l’heure est à l’unité nationale » (p. 107), voire, à propos de la scission de FO, écrire que « les vagues de grève de novembre et décembre 1947 rendent inévitables une nouvelle scission (… )  (p. 107), c’est, pour le moins, forcer le trait historique. N’étant ces quelques éléments, le lecteur dispose d’un très bon et agréable ouvrage, susceptible de trouver un large public.

Guillaume Goutte, Pour l’anarcho-syndicalisme. Contre toutes les dominations, Paris, Nada, collection « Manières d’agir », 2016, 88 pages, 8 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le petit opuscule que signe Guillaume Goutte, correcteur, membre de la CGT et du groupe anarchiste Salvador-Segui, tient presque lieu de manifeste, tout au moins d’un essai visant à (re)légitimer l’anarcho-syndicalisme, qu’il considère comme la voie idéale permettant de mener à une société réellement et totalement émancipée.

Il débute par un constat sur la situation actuelle, axée principalement sur la précarisation du monde de travail, menée aussi bien par les gouvernements de droite que de gauche (François Hollande est d’ailleurs qualifié d’« ultralibéral »). Dans ce cadre, Guillaume Goutte met l’accent sur les luttes limitées et généralement perdues menées par les salariés, le livre ayant été écrit avant l’acmé du mouvement contre la loi travail. Autre caractéristique de notre époque, l’antiterrorisme, devenu à ses yeux un moyen pour le pouvoir de s’en prendre aux mouvements sociaux contestataires. Si les exemples qu’il cite dans le cas de la COP 21 sont pertinents, le discours qu’il tient nous paraît par trop excessif, tout au moins pour le moment, la plupart des libertés publiques étant malgré tout maintenues, en dépit de l’état d’urgence, et les combattants djihadistes étant sans doute davantage que des « idiots utiles de l’antiterrorisme » (p. 16). L’analyse qu’il fait du recul marqué de la conscience de classe nous semble nettement plus convaincante, puisqu’il défend les statuts soi-disant privilégiés de certaines professions, fruits de luttes passées à généraliser, et s’interroge sur la prédominance du Je (« Je suis Charlie ») sur le Nous. Sans s’appesantir sur les autres courants de l’extrême gauche, Guillaume Goutte insiste, en une démarche partagée par une bonne partie de ce champ du spectre politique, sur la nécessité et l’utilité de revenir au passé, en l’occurrence celui du début du XXe siècle et de la révolution espagnole : les modèles qu’il invoque ici sont, sans grande surprise, la CGT d’avant la Première Guerre mondiale1 et la CNT espagnole (sans aucune considération critique sur sa politique effective durant les années 1936-1939).

La deuxième partie de son ouvrage permet justement à Guillaume Goutte de réaffirmer certains fondamentaux. Considérant le syndicat comme le moyen pour les salariés de s’émanciper par eux-mêmes, il rejette de manière unilatérale les partis, quand bien même il estime que les groupes anarchistes sont nécessaires pour une réflexion plus politique, ce qui infirme l’idée de syndicats auto-suffisants. De même, il trace une ligne de démarcation littéralement infranchissable entre les salariés et la bourgeoisie ou les forces de l’ordre, police, mais également armée, qu’il considère seulement comme des adversaires inutiles à rallier. A côté de ces marqueurs d’une identité quelque peu restrictive, Guillaume Goutte défend l’investissement des syndicats dans toutes les formes de lutte, pourvu qu’elles contribuent à l’émancipation des individus « contre toutes les dominations ». Il en fait surtout, dans la grande tradition historique de l’anarcho-syndicalisme, la cellule de base de la société future, complémentaire de la commune. A cet égard, il invoque un exemple concret, sur lequel il a d’ailleurs publié deux livres2, celui des zapatistes et du fonctionnement démocratique des zones qu’ils ont libéré (le temps long étant la rançon assumée de cette délibération démocratique élargie).

Voyant dans les luttes quotidiennes pour la défense ou l’amélioration des conditions de travail et de vie la préparation de la rupture révolutionnaire à venir, dans une perception plutôt linéaire d’apparence, Guillaume Goutte réaffirme l’utilité de ces méthodes de lutte traditionnelles que sont la grève sous toutes ses formes ou le sabotage, avec quelques adaptations légères à la société du numérique. Il justifie également l’insertion des syndicalistes dans les instances représentatives, qui participent finalement d’une même démarche d’éducation que les universités populaires ou les bourses du travail. A cet égard, aucune adhésion à un syndicat en particulier n’est conseillée, l’essentiel étant d’analyser la situation en local ; l’insistance sur les liens et les coordinations inter-syndicales laisse toutefois transparaître le vieux rêve unitaire. Enfin, a contrario de certains anarchistes adeptes de la non-violence, Guillaume Goutte considère inévitable l’usage de la violence, celle de l’autodéfense face à la violence étatique (mais sans spécialisation, un service d’ordre devant à ses yeux adopter le principe de rotation) ou de la grève insurrectionnelle, cette dernière demeurant très vague quant à ses applications concrètes.

Mêlant réaffirmation de principes historiques du mouvement ouvrier et adaptations somme toutes mesurées, Pour l’anarcho-syndicalisme participe à sa façon de la refondation en cours au sein des gauches extrêmes de ce début de XXIe siècle.

1Sur ce moment historique, voir le récit de Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir. Ouvriers et révolutionnaires face à la guerre (1909-1914), Paris, L’Insomniaque / Libertalia, 2014, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/tag/syndicalisme

2Guillaume Goutte, Tout pour tous ! L’expérience zapatiste, une alternative concrète au capitalisme, Paris, Libertalia, collection « A boulets rouges », 2014, et avec l’historien médiéviste Jérôme Baschet, Enseignements d’une rébellion. La petite école zapatiste, Paris, éditions de l’escargot, 2015.

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO.

Un billet d’Eric Panthou (3 mars 2016)

[Cet article constitue la version longue d’une notice biographique réalisée pour le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Mis en ligne le 2 janvier 2016, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article140575]

A travers les 12 ans de l’activité politique et syndicale de Pierre Bernard retracées ici, nous croisons un pan d’histoire de la tumultueuse Fédération des techniciens avant guerre et des relations difficiles entre les dirigeants syndicaux appartenant au PCF et les militants se reconnaissant dans le syndicalisme révolutionnaire.

Pierre Bernard est né le 20 janvier 1903 à Saint-Claude dans le Jura1. Son père était négociant, sa mère était au foyer. Il s’est marié une première fois en 1924 à Paris puis en 1932 à Magny-les-Hameaux (Seine-et-Oise) avec Berthe Lheureux2. Il est ingénieur. Salarié chez Michelin, il est le fondateur à l’été 1936 du syndicat des techniciens et employés d’industrie (Région du Centre) à Clermont-Ferrand. Les membres du syndicat présents dans les différentes entreprises, notamment chez Michelin, sont directement affiliés à la fédération des techniciens CGT. Chez le fabricant de pneumatiques, ils créent une section mais refusent de rejoindre le syndicat d’industrie constitué de la section ouvrière et de la section des agents de maîtrise, technique et dessinateurs.

Ce choix s’explique d’abord par des raisons politiques. Cette fédération des techniciens est celle où l’influence des militants trotskystes, pivertistes ou syndicalistes révolutionnaires fut la plus importante dans cette période du Front populaire. Elle fut la seule fédération à maintenir une orientation “lutte de classes “ pendant ces années3. Ceci suscita la grande hostilité des autres dirigeants syndicaux, en particulier ceux appartenant au PC, comme ceux de la fédération des produits chimiques et du syndicat unique des produits chimiques clermontois. Le rattachement direct des sections syndicales à la fédération des techniciens permettait d’éviter une mainmise du syndicat des produits chimiques sur les syndiqués techniciens.

Pierre Bernard n’était pas trotskyste mais pivertiste, bientôt membre du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), fondé en 19384. Le courant dirigé par Marceau Pivert au sein de la SFIO représente environ 10% des mandats au congrès départemental du Puy-de-Dôme de 19375.

De la création du syndicat jusqu’à son arrestation en octobre 1939, Pierre Bernard déploie une activité militante importante. Il signe très régulièrement les communiqués du syndicat des techniciens, participe aux instances de l’UD CGT. Il œuvre à faire reconnaître son syndicat pour qu’il participe aux discussions avec le patronat sur la convention collective.

Salarié Michelin, il appartient à une entreprise qui a connu des bouleversements en 1936. Elle connaît ses premières grèves depuis 1920 et deux occupations d’usines tandis que la CGT passe en quelques mois de 200 syndiqués – agissant clandestinement – à près de 7000. Bouleversement qui traumatise durablement la direction de l’entreprise. Pierre Bernard est le témoin privilégié du rôle décisif joué par une partie de cette direction et de l’encadrement dans la création et l’essor d’un groupe d’autodéfense au sein des usines, groupe dont une fraction constitue, bientôt, le noyau local de la Cagoule entre 1936 et fin 19376. Bernard fait alors appel après septembre 1936 au secrétaire de la CGT des ouvriers Michelin pour mieux découvrir l’essor de ce groupe clandestin. « À l’époque, les divergences entre les orientations syndicales paraissaient laisser place encore à la collaboration contre les dangers communs » déclare Pierre Bernard, preuve que dès sa création, le syndicat des techniciens Michelin entretient des relations conflictuelles avec le syndicat ouvrier.

La situation se tend un peu plus dès 1937. Selon le secrétaire du syndicat des produits chimiques, Henri Verde, dans un rapport destiné à une conférence nationale de la CGT caoutchouc, les adhérents de la section des techniciens sont des adeptes d’une « gymnastique révolutionnaire, qui nous couperait d’une partie du prolétariat en lançant les travailleurs dans une aventure »7. Il s’agit là du discours typique des dirigeants politiques et syndicaux du PCF envers les trotskystes ou les pivertistes. La rupture n’est pourtant pas totale. Les 3 sections syndicales disposent d’un journal unique et les techniciens interviennent régulièrement dans les assemblées ouvrières8.

Mais lors de l’assemblée générale des 7 000 syndiqués ouvriers Michelin en janvier 1938, le secrétaire de la section ouvrière, Robert Marchadier, regrette publiquement l’absence de Pierre Bernard et le fait qu’ici, contrairement à Paris, les techniciens n’aient pas tous rejoints la fédération d’industrie9.

Le 30 janvier 1938, Pierre Bernard met en garde les techniciens car la clé du local syndical a disparu et des documents « ont cessé d’exister » (sic). « La plus extrême circonspection est le mot d’ordre dans les circonstances actuelles, devant les attaques convergentes dont nous sommes l’objet » ajoute-t-il. Il demande la plus grande prudence à l’égard de documents du syndicat ne portant pas la signature manuscrite d’un responsable10. Il craint visiblement une provocation et demande en même temps à Verde de dénoncer publiquement ce vol qui porterait justement sur 3 documents concernant la controverse techniciens-ouvriers11. Verde répond que selon lui il s’agit d’une “histoire inventée de toutes pièces” et qu’il serait nécessaire que Bernard fasse un nouveau communiqué retirant ses insinuations12. Au contraire, le 31 janvier, Pierre Bernard laisse entendre que le coup vient de l’intérieur et que ce n’est pas la première fois qu’on pénètre dans leur local. Une enquête interne est réclamée auprès de l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand13.

Le 22 février 1938, Pierre Bernard diffuse un communiqué dénonçant sa mise en cause auprès des techniciens de la Basse-Seine pour les propos qu’il aurait soi-disant tenus lors d’un discours tenu à Clermont-Ferrand. Il dit que le dossier de cette affaire est consultable à la permanence du syndicat14.

Début août, le Comité de coordination de la branche des collaborateurs des industries chimiques écrit à Bernard pour initier une réunion avec les techniciens et éviter les mésententes et errements passés qui nuisent à la discussion et à l’application de la convention collective des collaborateurs du caoutchouc15.

Plus que des désaccords profonds affichés sur l’orientation syndicale à mener, il semble que l’hostilité de la direction du syndicat des produits chimiques au syndicat des techniciens soit davantage due à l’appartenance politique de son secrétaire, membre de la gauche de la SFIO puis du PSOP.

Membre du Comité interdépartemental de l’Union des syndicats ouvriers du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire, Pierre Bernard y joue un rôle actif durant le Front populaire, intervenant fréquemment, présidant même l’instance le 7 mars 1939. Il participe au congrès confédéral de Nantes en novembre 1938. A la suite de la grève générale du 30 novembre 1938, qui a pourtant été un succès local grâce aux piquets de grève et à la discipline ouvrière, il émet des critiques sur l’opportunité de cette grève lancée par la direction nationale. Il regrette qu’on ait affirmé à tort que les usines Michelin étaient réquisitionnées après le 30 novembre, empêchant une grève de solidarité avec les lock-outés, nombreux dans la région16. Il juge cependant que la base n’était pas prête à cette grève, développant une analyse similaire à celle de la frange de la CGT hostile au courant communiste, menée par Belin et le journal Syndicats.

Le 17 février 1939, ayant été écarté des procédures engagées dans l’arbitrage en faveur d’une demande de la CGT d’un réajustement des salaires des ouvriers et des collaborateurs, le syndicat des techniciens décline toute responsabilité dans la teneur de la sentence. Verde, au nom du Syndicat des Produits chimiques écrit à Bernard, lui reprochant de faire le jeu du patronat par ses propos de division et le tenant responsable en cas de rejet du recours déposé par la CGT17.

Bernard, dans un article après-guerre, affirme avoir dès le congrès de janvier 1939 de son syndicat annoncé la prochaine signature du pacte germano-soviétique18, pacte dont il dénonce les conséquences inévitables, dont la guerre, au moment où il est signé19.

En juillet 1939, Henri Verde, écrit à la Fédération nationale des industries chimiques, accusant Pierre Bernard de continuer “son œuvre d’essai de désagrégation de la section Collaborateurs Michelin”, en faisant chaque jour passer des articles démagogiques sur le journal20. Il reproche entre autres à Bernard d’avoir initié un Comité pour la défense des congés payés des collaborateurs suite à la décision de Michelin de ne plus faire récupérer le 15 août. S’inspirant de la ligne du Front unique, Bernard avait justifié la création de ce comité qui se voulait une structure plus large que le syndicat et donc plus efficace pour atteindre l’ensemble des collaborateurs disséminés dans 5 organisations syndicales différentes. Le 4 août, la section Michelin du syndicat des techniciens déclare que des “insinuations et injures redoublent contre lui” tandis qu’un communiqué du Comité regrette le sabotage dont a été l’objet sa revendication sur les congés payés21.

Verde dans sa lettre à la fédération demande “s’il faut dénoncer publiquement le rôle malfaisant que joue Bernard envers notre organisation [ ].” Cette lettre fait suite à la participation de Verde et Marchadier à la réunion du conseil syndical de la section Collaborateurs Michelin où ils ont fustigé l’attitude de Bernard devant les adhérents de son syndicat. Quelques jours plus tard, Bernard signe une “Mise au point” dans laquelle il rappelle que sa fédération ne cherche pas à désagréger les syndicat CGT d’industrie et qu’elle lutte depuis toujours contre les syndicats jaunes et le patronat22, mise au point répondant certainement aux calomnies diffusées par la CGT Michelin.

Ces tensions furent indirectement à l’origine de la perquisition du local du syndicat le 4 octobre 1939 puis de l’arrestation et de l’incarcération de Pierre Bernard, deux jours plus tard. Pierre Bernard affirme que son arrestation fait suite à sa probable dénonciation par un militant communiste à l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand23.

S’il avait pris ouvertement position récemment au sein de l’UD pour condamner les poursuites contre les communistes, Bernard était connu pour ses divergences fondamentales avec le syndicat CGT des ouvriers Michelin. Il est pourtant inculpé pour reconstitution d’organisme de la IIIe Internationale et incarcéré. Lors de la perquisition au local du syndicat, la police a trouvé quelques revues et textes parmi lesquels la brochure La Guerre menace et surtout la résolution prise par la CA fédérale, condamnant le pacte germano-soviétique. Lors du procès, devant l’inanité évidente de l’accusation -le document de base condamnant justement le pacte signé à Moscou et l’inculpation de manœuvre communiste disparaissant-, il fallait trouver un autre chef de poursuites. Ce fut, sur les mêmes pièces, celui de détention de documents « d’inspiration étrangère ». Et le 17 mai 1940, le tribunal militaire devait le condamner à trois ans de prison, parce que la brochure La Guerre menace surestimait la puissance allemande et devait avoir pour but de saper le moral français24.

Dans un témoignage publié dans La Révolution prolétarienne en 1949, Pierre Bernard déclare à propos de ses conditions de détention dans la prison de Clermont-Ferrand où il passa quelques mois : “La vérité m’oblige à dire que, même sans régime politique, elle fut pour moi des plus supportables”. Son article est surtout l’occasion de dénoncer chez les dirigeants communistes de l’UD CGT de la Loire, incarcérés peu après lui, la totale absence de solidarité avec les emprisonnés non communistes, qu’ils soient de droit commun ou politiques25. En juin 1940, il est évacué sur la vieille et “dégoûtante” prison municipale de Riom. Pierre Bernard constate que les dirigeants et militants communistes qu’il côtoyait, avant de “dénoncer la bourgeoisie capitularde “ suite à l’armistice, étaient unanimement favorables à la victoire allemande contre les Anglais et soutenaient inconditionnellement l’accord germano-soviétique. Il exprime crûment son rejet d’une telle orientation et de tels revirements.

Peu de temps après, il est transféré à la Centrale de Riom. Il la décrit comme la pire en France : interdiction de parler, nourriture infecte et insuffisante, fréquence des sanctions et même tortures – pas pour lui – suite aux décisions du Prétoire, le “tribunal” interne. Pierre Bernard dénonce la mainmise des militants communistes sur les postes clés qui leur confèrent des avantages qui atténuent la dureté des conditions d’emprisonnement.

Il travaille à un atelier confectionnant des objets funéraires de l’hiver 1940 au printemps 1941, la période la plus dure de son incarcération où il va souffrir terriblement de malnutrition et du froid, passant de 98 à 48 kilos. Au printemps 1941, il réussit enfin à se faire admettre à l’infirmerie, pouvant se reposer, se réchauffer et lire, tout en continuant à côtoyer la mort autour de lui. Il écrira après-guerre que de ces années d’emprisonnement, il revint avec une santé altérée, plus que ne le feront les camps allemands26Grâce à l’intervention d’amis à l’extérieur, il est mis en liberté conditionnelle deux ans jour pour jour après son arrestation27.

Dès son retour à Clermont-Ferrand le soir même, il reprend contact avec Raymond Perrier, secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme qui, suivant les consignes de Jouhaux, a maintenu l’activité de l’UD jusqu’à la mise en application de la Charte du Travail et tout en participant dès l’été 1941 à l’essor du réseau résistant Libération sud28.

Pierre Bernard parvient à regrouper quelques anciens syndicalistes Michelin autour de lui, et c’est par hasard – sa femme a loué aux Martinet une chambre – qu’il rencontre et bientôt sympathise avec Gilles Martinet, le futur secrétaire national du PSU et du PS, alors jeune journaliste ayant quitté le PCF en 1938. Ils constatent qu’ils partagent la même opinion sur le régime de Vichy mais aussi le même rejet de la soumission totale des dirigeants du PCF au pacte germano-soviétique29. Ensemble, sans doute courant 1942, ils décident de publier un bulletin ronéotypé, le Bulletin ouvrier, diffusé dans le Puy-de-Dôme, L’Allier, la Haute-Loire et la Loire30. Fin 1942, Martinet est mis en relation avec un représentant du groupe l’Insurgé. Celui-ci a été créé à Lyon par d’anciens du PSOP. Le groupe intègre à sa direction des socialistes et prend des positions parfois distinctes de Marceau Pivert, notamment en reconnaissant l’URSS comme État ouvrier ou en défendant l’importance de la lutte armée31. S’il fut d’abord et avant tout influent en région lyonnaise, grâce aux contacts renoués avec d’anciens du PSOP il s’étend dans d’autres régions comme le Languedoc, le Var, Toulouse mais aussi Clermont-Ferrand32. Dès 1943, le groupe clermontois adhère à l’Insurgé et Martinet devient l’un des principaux éditorialistes du journal du groupe qui s’appelle aussi L’Insurgé. Le journal se prononce pour une révolution prolétarienne, dénonçant ainsi ceux qui comme la direction du PCF, rejettent ce mot d’ordre au nom du fait que, selon eux, la révolution ne pourrait se faire sans les classes moyennes et la paysannerie33.

Ses membres attachent une grande importance au travail syndical, diffusent des tracts dans les usines et appellent à la grève contre le STO34. Ils diffusent aussi à partir du n° 15 de L’Insurgé le journal clandestin Le Peuple Syndicaliste fondé par les militants CGT. On retrouve dans le n°10 de L’Insurgé35, de novembre 1942, une brève concernant un débrayage aux usines Michelin de Clermont-Ferrand, tandis que le n° 16 apporte des explications détaillées sur des incidents survenus entre francs-tireurs et gendarmes dans le Puy-de-Dôme. Dans le n° 21, des sabotages sont signalés à l’atelier de réparation de la gare de Clermont-Ferrand. Selon Gilles Martinet, L’Insurgé était diffusé à 600 exemplaires sur Clermont-Ferrand par le biais de trois groupes : celui de Bulletin ouvrier, les membres de Franc-Tireur et ceux du Mouvement ouvrier français (MOF), contactés par Pierre Bernard36. Le MOF a été créé et dirigé par Raymond Perrier, l’homme qui l’avait accueilli à sa sortie de prison et qu’il connaissait bien comme secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme, depuis 1936. Le MOF entendait représenter le mouvement syndical dans la Résistance. Ainsi, en juin 1943, Le Peuple syndicaliste, dont Pierre Bernard a rédigé plusieurs articles (« Unité syndicale, démocratie syndicale » et « Réajustement des salaires, augmentation des rations alimentaires »), salue la naissance du MOF dans son numéro 8. L’Insurgé va se spécialiser dans la réalisation des faux papiers grâce au concours d’un graveur du groupe de Clermont-Ferrand, lui-même ancien du PSOP37. À partir de 1943, la répression s’abat sur différents groupes. Le journal paraît jusqu’à la Libération, le groupe clermontois prenant désormais une part déterminante dans sa rédaction, en particulier Martinet38. L’orientation du journal évolue. « En se situant dans la gauche de l’union nationale, mais en son sein, l’Insurgé rejette la perspective d’une organisation politique indépendante fondée sur un programme révolutionnaire » écrit Jean-Paul Joubert39.

Outre son action au sein de l’Insurgé, Pierre Bernard déclare dans son dossier pour obtenir le titre de déporté avoir été membre du réseau de renseignement « Alibi » depuis juillet 194340. Ce réseau avait vu son poste de commandement implanté en Auvergne courant 1942 et classé par le Ministère des anciens combattants après-guerre parmi les Forces Françaises Combattantes.

Et c’est pour son action au sein du groupe Alibi qu’il est arrêté par la Police de sûreté et des services de sécurité (Sipo-SD) – administrée par la Gestapo – 41 le 15 mai 1944 à Royat. Suite à sa sortie de prison, il n’avait pas été réembauché chez Michelin mais avait trouvé du travail aux Laboratoires Radioélectriques. Il est arrêté au sein des locaux, à Royat, à l’occasion d’une opération qu’il menait pour la radio du réseau Alibi, en conjonction avec le réseau de résistance des PTT42. 17 salariés de l’entreprise, dont le fondateur Mario Nikis, qui avait quitté ses locaux de Puteaux pour Clermont-Ferrand dès 1940, sont également arrêtés ce 15 mai. Ils ont été dénoncés alors que l’entreprise aidait les MUR depuis 1943 en leur fournissant leurs premiers postes émetteurs43. C’est quelques semaines plus tard, fin août 1944, que seront diffusées les premières émissions de “Radio FFI”, à Royat, grâce à un émetteur confectionné au sein des Laboratoires Radioélectriques44Le groupe clermontois de l’Insurgé est au même moment décimé par la répression début 1944, Gilles Martinet parvenant pour sa part à s’enfuir vers Paris.

Pierre Bernard est interné à la prison du 92e Régiment d’Infanterie à Clermont-Ferrand, puis transféré le 15 juin au camp de Compiègne (mle 41150). Il est déporté le 2 juillet à Dachau (« Train de la Mort ») ; il y est enregistré le 5 juillet 1944 sous le n° 76499. Il est transféré le 15 août 1944 à Allach où il est libéré le 30 avril 1945. Il est rapatrié le 13 mai 1945 par Strasbourg45. Il aura été déporté plus de dix mois.

Curieusement, dans son dossier de demande du statut de déporté résistant, Pierre Bernard ne fait aucune allusion à son engagement dans le groupe l’Insurgé ou au groupe clermontois diffusant Le Bulletin ouvrier. Peut-être est-ce dû au fait que dans le dossier doivent figurer uniquement les causes déterminantes de l’arrestation. Dans sa demande, il déclare avoir été arrêté pour son appartenance à un réseau des Forces Françaises Combattantes, pour avoir été chargé de l’entretien du matériel de transmission de ce réseau, pour avoir collaboré à la fourniture de matériel radioélectrique à la Résistance-PTT et enfin pour avoir fabriqué et entretenu et réparé du matériel radio46.

Après la Libération, Pierre Bernard quitte Clermont-Ferrand et rejoint la région parisienne47. Il devient alors le principal dirigeant, avec René Richard, du Syndicat national des ingénieurs et cadres de la Métallurgie – SNICM-CGT. Ce dernier opta très majoritairement, le 4 janvier 1948, en faveur de l’adhésion à FO48. En tant que secrétaire du Syndicat, il est l’un des principaux initiateurs du Congrès fondateur de la Confédération générale du Travail Force Ouvrière des 12 et 13 avril 1948. Il semble alors plutôt proche de l’Union des cercles d’études syndicalistes (UCES), l’un des 4 courants fondateurs de FO. L’UCES a été impulsée par des cadres issus de la fédération des Ingénieurs et Techniciens, dissoute par la CGT en mars 1945. Ce courant se réclamant du syndicalisme révolutionnaire – Pierre Bernard écrivit dans La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte – est surtout hostile à un réformisme sans idéal. “Fasciné par le modèle fordiste à l’américaine, il prône la cogestion”49 tôt en manifestant son hostilité au courant dirigé par le PCF au sein de la CGT.

Pierre Bernard fut le premier secrétaire général de la FNIC-FO (Fédération nationale des ingénieurs et cadres supérieurs) dont le congrès constitutif eut lieu le 21 mars 1948. Mais il ne resta que peu de temps en fonction et ce fut René Richard qui lui succéda50.

A cette période, il fait paraître plusieurs articles, pour la plupart consacrés à ses souvenirs, mais dans l’un d’entre eux, il expose sa vision de l’organisation des grèves. Il y défend le principe du vote à bulletin secret pour décider de leur déclenchement. Pour lui, obtenir le vote à main levée pour une grève est facile mais sans le consentement réel des salariés, l’échec peut être au bout, notamment pour la bonne tenue des piquets de grève et pour convaincre les non-grévistes. Il juge les occupations efficaces mais archaïques et pouvant dresser l’opinion publique contre les grévistes, notamment en période de pénurie comme après-guerre. Il défend “l’occupation gestionnaire” c’est-à-dire la poursuite du travail mais au service de la population, citant l’exemple d’une grève du métro, ouvert à tous gratuitement.

Ainsi, conclut-il, les camarades “auront en mains une arme qui conduira, beaucoup plus sûrement que par les émeutes et les sabotages à la Gustave Hervé [ ] à la révolution, c’est-à-dire au remplacement de l’ordre de choses actuel par un ordre plus juste, plus humain et plus efficace. Et non au remplacement dans le même mécanisme d’une équipe de profiteurs par une autre.”

Pierre Bernard est décédé le 8 mars 1986 à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).

Sources :

Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études du 4 décembre 1948, n° 44; Pierre Bernard, “Techniques de Grève”, L’Action Sociale ; Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949; Pierre Broué et Nicole Dorey, “Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938), Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132 ; Louis Botella, “Bernard Pierre (FO)”, notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015 ; Guillaume Davranche, “1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO”, Alternative libertaire, n° 172, 2008; Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003, 57 p. [en ligne], consulté le 17 juillet 2015 ; Robert Fiat, L’Insurgé. Un mouvement de résistance. Un journal, Diplôme d’études supérieurs d’Histoire, Lyon, 1961 ; Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015.

http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html; Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 228-233 ; Jacques Kergoat, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 194-195 ; Lady Henderson”. Notice nécrologique de l’épouse de Mario Nikis, publiée dans la version en ligne du journal The Telegraph [en ligne] consulté le 24 octobre 2015. http://www.telegraph.co.uk/education/3337188/Lady-Henderson.html; Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.; Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php, Gilles Martinet, “Le groupe de l’Insurgé à Clermont-Ferrand”, in Mémorial de l’Insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57-58 ; Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, éd. J.-C. Lattès, 2004, 269 p. ; quotidien La Montagne, 1938 et 1939; Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 161-182 ; Eric Panthou, “Des militants syndicaux dans les années noires”, in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, éd. Un, deux… Quatre, Conseil général du Puy-de-Dôme, 2011, p. 45-54; Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, 381 p. ; Fonds Henri Verde, conservé aux archives de la CGT Michelin de Clermont-Ferrand ; Centre d’Histoire de Science Po, Fonds Gilles Martinet, Carton MR 1 : dossier 2 : historique du groupe de Clermont-Ferrand de l’Insurgé [ce document est la reprise de l’étude parue dans l’ouvrage Mémorial de l’Insurgé]; Dossier de Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », Division des archives des victimes des conflits contemporains (Caen); Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951, Archives Paul Rassinier, copie aimablement transmise par Dominique Abalain; Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura)..

1Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php

2Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura).

3Pierre Broué et Nicole Dorey, « Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938) », Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132.

4JACQUES KERGOAT, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 195.

5Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, p. 226.

6Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études Syndicalistes du 4 décembre 1948, n° 44, page 1.

7Fonds Henri Verde. Archives de la CGT Michelin à Clermont-Ferrand (dorénavant Fonds Verde) : Rapport présenté à la Conférence du caoutchouc des 27 et 28 juin 1937, à Paris, p. 9-10.

8Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (éd.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 177.

9La Montagne, 17 janvier 1938, p. 6.

10La Montagne, 30 janvier 1938, p. 4.

11Fonds Verde : lettre du secrétaire des Techniciens et Employés d’Industrie, Pierre Bernard, à Henri Verde, le 29 janvier 1938.

12Fonds Verde : Verde à Bernard, le 31 janvier 1938.

13La Montagne, 31 janvier 1938.

14Ibid., 22 février 1938.

15Fonds Verde : Le secrétaire du Comité de coordination de la branche des collaborateurs des Industries chimiques, F. Drieu, à Pierre Bernard, le 4 août 1938.

16Ibid. : PV du Comité interdépartemental du 19 février 1939.

17Ibid . : Lettre de H. Verde à Monsieur le Secrétaire du Syndicat des Techniciens, le 21 février 1939.

18Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949.

19 Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1.

20Fonds Verde : Lettre d’Henri Verde à la Fédération nationale des industries chimiques, le 31 juillet 1939.

21La Montagne, 4 août 1939.

22La Montagne, 11 août 1939.

23Pierre Bernard, “Le Pain, La paix… », art. cit.

24 Ibidem.

25 Ibidem.

26 Pierre Bernard, « La Cagoule clermontoise », L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1 ; « J’ai reçu une lettre très longue de Pierre BERNARD dont parlait Galtier-Boissière dans son Crapouillot. C’est lui qui disait qu’il était mieux à Dachau que dans les prisons françaises. Il ajoute que Michelet était un bon copain. » Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951. Archives Paul Rassinier. Merci à Dominique Abalain, animateur du site Les Pacifistes de plomb [https://tinpacifists.wordpress.com/], consacré à Paul Rassinier, pour m’avoir communiqué cette référence.

27 Pierre Bernard, « Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons », op.cit.

28 Eric Panthou, « Des militants syndicaux dans les années noires », in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, Conseil général du Puy-de-Dôme, éd., Un, deux… Quatre, 2011, p. 45-54.

29 Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, Jean-Claude Lattès, 2004, p. 55.

30 Mémorial de l’insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57.

31 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194-195.

32 Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003. Sur l’histoire de l’Insurgé, voir aussi : Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Thierry Holh, « Les pivertistes en résistance »,  Dissidences, n° 12, décembre 2002, p. 59-63 [article en ligne dans ce dossier. Note de juin 2016 de Dissidences].

33 L’Insurgé, n° 23, 3e année.

34 Célian Faure, op.cit.

35 L’Insurgé, n°10, novembre 1942, page 2. [en ligne] consulté le 12 juillet 2015.

36 Mémorial de l’insurgé, op.cit., p. 58-59.

37 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194.

38 Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 229-230.

39 Ibid., p. 232-233.

40Attestation d’appartenance aux FFC (réseau Alibi) datée du 21/04/1948, signée du lieutenant Colonel de Dionne. Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

41 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

42ibidem

43Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.

44Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015. http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html

45 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit, p. 3

46Ibidem, p. 5.

47Il demeure à Colombes en 1951. Ibidem, p. 1.

48 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015.

49 Guillaume Davranche, « 1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO », Alternative libertaire, n°172, 2008. [consulté en ligne le 11 juillet 2015] http://www.alternativelibertaire.org/?1948-Lesanarchistesrejoignenta,2846

50 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », op.cit.

Marc Blondel, Rebelle. Itinéraire d’un militant, Paris, Le Cherche Midi, collection « Documents », préface de Jean-Claude Mailly, 2015, 218 pages, 16,50 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Co-écrit avec le journaliste Eric Yung, ce livre constitue en quelque sorte le testament du dirigeant de Force ouvrière (FO), disparu quelques mois avant sa publication. Livre assez étonnant dans sa forme, car il ne constitue ni une biographie au sens propre du terme ni un traité doctrinal. Il se présente plutôt comme une série de mini instantanés dans lesquels Marc Blondel met en scène ses souvenirs et dresse une galerie de portraits. Le portrait du rebelle, revendiqué dans le titre apparaît pourtant assez flou à la lecture.

Marc Blondel revient sur son parcours, avec une certaine emphase, n’hésitant à pas à proclamer (p. 22) « Je suis l’expression de la classe ouvrière ». Il n’en a pas moins fréquenté, après son baccalauréat, les bancs de la faculté de Droit et même milité à l’UNEF, parcours assez peu commun, à la fin des années 50, pour un enfant de la classe ouvrière. Mais très rapidement, il abandonne les études pour travailler et se syndique immédiatement à FO, puisque adhérer « à un syndicat proche des communistes aurait été, aux yeux des miens, un véritable crime » (p. 25). Adhérent de la SFIO en parallèle, il n’en critique pas moins fortement la politique algérienne de cette dernière, ce qui l’amène à fréquenter les milieux syndicalistes révolutionnaires, ainsi que les trotskystes (version « lambertiste »)1. Très rapidement, Marc Blondel se voit confier des responsabilités syndicales et devient un professionnel du syndicalisme, même s’il refuse de considérer qu’il s’agisse d’un métier. Se revendiquant de la lutte des classes (chapitre « Une certaine conception de la lutte des classes », p. 51 et suivantes), il précise immédiatement que ce penchant ne doit pas être confondu avec de quelconques velléités révolutionnaires : « l’entretien d’une lutte des classes pour aspirer à la révolution est utopique » (p. 52). Le lecteur comprend alors les justifications de pratiques complaisamment exposées. En effet, Marc Blondel est fier de son appartenance à la franc-maçonnerie, qu’il conjugue aisément et logiquement avec son statut de libre-penseur (il occupe d’ailleurs des responsabilités de premier ordre dans ce milieu après la fin de ses mandats syndicaux, évoquant au passage le fait que cela lui a permis de continuer à fréquenter les dirigeants de l’OCI (Organisation communiste internationaliste, « lambertiste ») dont il reconnaît que plusieurs figurent dans son cercle amical rapproché, p. 198). L’ancien secrétaire général considère même que son appartenance à la maçonnerie (p. 66) lui permet d’élargir son univers, trop formaté par le syndicalisme exercé à titre professionnel. Sur d’autres aspects, la narration de Marc Blondel suscite l’étonnement. Ainsi, à propos des liens entre FO et la CIA, qu’il nie puisque la CIA a été crée (formellement) après FO…, il explique que s’il avait disposé de la manne américaine, il n’aurait pas attendu aussi longtemps pour construire le siège de la centrale.

Sur d’autres points, le texte de Marc Blondel est beaucoup plus intéressant. Ainsi sur ses rapports (exécrables) avec André Bergeron (le chapitre s’intitule « Mon bon ami André », mais le seul mot valide est celui d’André !), il donne un aperçu des mécanismes décisionnels de la maison FO et des tenants et aboutissants de la sélection des dirigeants de la centrale (que ce soit pour la succession de Robert Bothereau ou celle de André Bergeron). Dans la suite des portrait qui se succèdent, Blondel n’hésite pas à verser dans l’emphase sur la nature de ses relations avec les « grands » de ce monde, que ce soit Jacques Chirac (un honnête homme), François Mitterrand, qui lui avait confié le secret de sa maladie, Nicole Notat, dont la haine est palpable… Ajoutons le cas André Bérégovoy, ami de trente ans, dont Marc Blondel évoque les négociations avec lui lorsqu’il était ministre de François Mitterrand. L’anecdote de l’augmentation du SMIC (p. 166), mériterait d’être rapportée in extenso tant il y a quasiment du Pagnol, du Raimu et même du Fernandel, en tous les cas de la bouffonnerie dans son récit. Nicolas Sarkozy fait aussi partie des figures évoquées. Avec ce dernier, Blondel partage un trait commun, la haine de 68 : « J’ai en effet toujours été convaincu que Mai 68 n’a été qu’un soulèvement estudiantin réactionnaire et bourgeois » (p. 154). Au final, le lecteur sera sans doute surpris de s’apercevoir qu’il y a beaucoup de copains (le terme lui-même revient à plusieurs reprises sous sa plume au fil du texte) dans l’entourage de Marc Blondel. S’il n’y a que des hommes dans ses amitiés, en revanche, la seule femme (hormis la sienne) qu’il évoque est le fruit de sa détestation (Nicole Notat). Faut-il y voir une relation de cause à effet avec le fait qu’il se prononce avec vigueur contre toute les structures spécifiques de lutte contre les dominations particulière, au premier chef le féminisme ? Histoire de peaufiner le portrait sympathique qu’il dresse de lui-même, Marc Blondel évoque dans les dernières pages de son livre son amitié avec le dirigeant portugais Mario Soarès, connu dans l’émigration et dont il a appuyé l’effort pour créer de toute pièce, au moment de la révolution des œillets, un mouvement syndical sous influence du Parti socialiste.

Document à verser au chapitre syndicalisme, le mérite premier de ce témoignage n’est sans doute pas de faire apprécier les vertus du personnage Marc Blondel, mais il peut permettre de mieux comprendre les mécanismes et l’univers mental de celui qui fut le dirigeant de la troisième centrale syndicale du pays.

1A la fin de l’ouvrage, il récuse d’ailleurs toutes les accusations concernant le fait qu’il ait été une « taupe » de ces derniers au sein de FO.

 

Christine Belsoeur, Une vie ouvrière. Un demi-siècle de parcours militant, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de mémoire », 2011, 269 pages, 24,50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre retrace le parcours de la dirigeante syndicale CFDT Yvonne Delemotte, qui accède en 2002 à la Commission exécutive confédérale, au moment où François Chérèque devient secrétaire général. Il représente également une contribution de première importance à l’histoire et à la dynamique de la gauche CFDT, incarnée par la fédération Hacuitex, et de son alignement final sur le recentrage de la centrale. Christine Belsoeur, l’auteure, également militante CFDT et ancienne assistante d’Yvonne Delemotte, est ici sa biographe. Loin de toute tentation hagiographique, sa plume apparaît au contraire comme faite de retenue, de distanciation critique, nourrie de nombreuses références. Le récit suit un classique ordre chronologique et se déploie en trois grandes parties. Les quatre premiers chapitres sont consacrés à la présentation du contexte économique (place du textile) et aux années de formation. Yvonne Delemotte provient, trait singulier, d’une famille laïque et socialiste, étrangère au milieu catholique. C’est beaucoup plus tard qu’elle rencontre des militants du MLO (Mouvement de libération ouvrière). Son milieu est marqué par le paternalisme des patrons du textile. Ses parents bénéficient même d’un prêt personnel pour l’achat de leur maison. Sa vie professionnelle commence à 14 ans à la Redoute. A 16 ans, elle tombe enceinte et la voilà fille-mère. Cette incartade provoque l’interruption des études de sa sœur, qui part à l’usine. Ses parents pensent en effet que ça ne sert à rien de poursuivre l’école si c’est pour tomber enceinte à 16 ans ! La seconde partie porte sur la découverte du monde syndical et politique. En 1967, Yvonne Delemotte trouve un nouvel employeur et adhère à la CFDT, sa nouvelle entreprise étant d’une taille beaucoup plus importante que les précédentes, et est donc dotée d’une implantation syndicale. 1968 constitue évidemment un tournant, même si Yvonne Delemotte passe le plus clair de son temps à la maison, durant un mois de Mai qui n’a pas grand-chose à voir avec celui des étudiants. C’est au retour des vacances qu’elle est démarchée par les responsables de la section syndicale pour être candidate aux élections du Comité d’entreprise. Quelques années plus tard, elle prend également sa carte au PSU. C’est au sein de ce parti qu’elle rencontre des militants d’un des courants de la gauche, la GOP (Gauche ouvrière et paysanne), influencée par le maoïsme. A 25 ans, c’est une militante aguerrie qui cumule les mandats, aussi bien dans son entreprise que dans la branche textile et son syndicat Hacuitex (Habillement, cuir, textile). Cette fédération se situe très clairement à la gauche de la CFDT. Elle est par exemple hostile aux Assistes du socialisme, ou une importante partie du PSU, emmenée par Michel Rocard, rejoint le Parti socialiste. Hacuitex se situe sur une ligne autogestionnaire et combative, mettant le rapport de force et la grève au premier plan. Au cours des années 70, elle est directement en prise avec plusieurs conflits dans le textile, qui commence à subir une crise rampante. Cela l’amène à exercer des responsabilités nationales dans sa fédération. Totalement dévouée à son organisation, Yvonne Delemotte n’a pas de vie privée. L éducation de son fils s’en ressent. De ce point de vue, la construction du propos par la narratrice est tout à fait intéressante, car Christine Belsoeur n’ignore pas les dimensions privées de son personnage. On lira donc avec intérêt les passages consacrés à l’éducation du fils. La dernière partie, la plus politique, porte sur l’exercice des responsabilités nationales, puisqu’elle devient secrétaire générale d’Hacuitex. De nombreux développements sont proposés sur les pratiques syndicales mises en œuvre (un seul exemple : les oppositions entre la fédération et ses syndicat sur la question du rendement, de la polyvalence ou encore de la flexibilité). De très substantiels aperçus sont également fournis sur l’évolution politique de cette fédération, qui, contrainte par la crise croissante de son secteur industriel, finit par accepter le recentrage de la centrale. Le congrès confédéral de Bordeaux (1985) constitue l’ultime épisode de la bataille interne. Un contre-texte est présenté, mais il est minoritaire. L’opposition d’Hacuitex s’épuise et la fédération rejoint la majorité confédérale. Sans jamais adhérer totalement à cette majorité, les prises de position d’Yvonne Delemotte et de sa fédération confirment l’orientation de la CFDT vers toujours plus de pragmatisme. Yvonne Delemotte s’oppose ainsi frontalement au regroupement Tous ensemble, rassemblement des opposants, qu’elle considère comme une fraction politique, tout en essayant pourtant de jouer les intermédiaires avec la direction confédérale. Elle soutient, de manière critique, l’approbation du plan Juppé en 1995, et en 2002 elle est élue à la Commission exécutive. Malgré cette entrée dans la direction, elle est tenue éloignée des sphères décisionnelles. C’est ainsi que la seule ouvrière de la direction CFDT est affectée à la direction de l’espace Belleville, lequel organise les expositions dans le hall de la CFDT … Son parcours se termine par la création en 2006 de sa propre entreprise de conseil dans le logement social, tandis qu’Hacuitex, exsangue, est intégrée en 2007 dans la fédération des services.

Pour tous ceux que le syndicalisme hexagonal passionne, on ne saurait trop conseiller la lecture de cet ouvrage, dont certaines dimensions ne peuvent être développées ici, comme le rapport de cette déclassée à la culture – question sur laquelle Christine Belsoeur fournit de très intéressants aspects – ou sur les mœurs et pratiques au sein du mouvement syndical. De ce point de vue, cette biographie peut se lire aussi comme une contribution à la sociologie des intellectuels organiques.

Théo Rival, Syndicalistes et libertaires. Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991), Paris, Éditions Alternative libertaire, 2013, 286 pages, 12 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue l’édition d’un Master soutenu en 2011 à l’Université Paris, sous la direction de Michel Pigenet, dans le cadre du Centre d’histoire sociale. Il est centré sur l’activité syndicale de ce courant qui déboucha sur la création de l’UTCL (Union des travailleurs communistes libertaires). La riche documentation, jointe au livre, permet d’appréhender d’autres dimensions de cette organisation, comme le féminisme, l’antimilitarisme, l’anticolonialisme ou encore l’antiracisme. En effet, non content de fournir une analyse sur l’activité syndicale, ce livre propose de riches compléments : un aperçu iconographique de l’ORA (Organisation révolutionnaire anarchiste), le texte de bilan adopté par l’UTCL lors de sa dissolution en 1991 et sa transformation en Alternative libertaire, un entretien avec Patrice Spadoni et Thierry Renard sur le militantisme vibrionnant de l’ORA et enfin, un vaste entretien croisé avec douze anciens membres de l’UTCL. Cette riche partie documentaire occupe presque la moitié du volume de l’ouvrage. C’est dire son apport et l’intérêt pour la compréhension de ce courant, y compris dans son rapport aux autres organisations d’extrême gauche ou anarchistes. Le propos se déploie en quatre chapitres, qui suivent un ordre chronologique. Dans un premier temps, l’auteur propose un récit de l’émergence de l’UTCL, en trois temps. Après 68, le courant communiste libertaire se structure au sein de l’ORA, dans laquelle les fondateurs de l’UTCL font leur apprentissage militant en tant que lycéen ou étudiant. Mais, en 1976, des divergences se manifestent au sein du congrès de l’ORA sur l’appréciation du syndicalisme. Alors que la majorité des membres développent une analyse anti-syndicale, un courant se détache, qui donne naissance à l’UTCL. Durant deux ans, de 1974 à 1976, cette sensibilité s’était cristallisée au sein de l’ORA. En 1976, c’est la création formelle de l’UTCL (moins de cent militants et militantes), qui déploie son activité au sein de la CFDT. Puis l’investissement syndical intensif de ses animateurs à partir du début des années 80 laisse une UTCL fonctionner plutôt comme un réseau que comme un parti constitué jusqu’en 1991. De fait, l’UTCL apparaît comme une organisation structurée par des cadres syndicaux de la CFDT. Les jeunes activistes de l’ORA ont en effet vieilli et s’implantent dans les entreprises, dans quatre secteurs essentiellement : la Poste, le rail, l’éducation et le secteur aérien. Cette action libertaire en entreprise constitue l’objet du second chapitre. On regrettera d’ailleurs au passage que la participation des militants de l’UTCL à la revue d’opposition syndicale Collectif ne soit pas traitée. D’autres aspects sont par contre bien exposés, la lutte contre la hiérarchie, la place de la démocratie ouvrière et en particulier le rôle des AG, ou encore les débats suscités par l’acceptation des responsabilités syndicales. Le chapitre trois développe plus particulièrement deux illustrations de ce sujet. La première porte sur un événement bien oublié, la marche pour l’unité du 1er mai 1980, qui débouchera en fait sur la multiplication des marches pour l’unité… et l’affrontement avec les conceptions portées par la LCR. Mais c’est évidemment sur le second aspect, la fondation de SUD-PTT, que le lecteur apprendra de nombreux points sur la démarche retenue face à la « chasse aux sorcières » à laquelle la direction recentrée de la CFDT s’adonnera. La dernière partie revient sur les aspects plus stratégiques de cette histoire, essayant d’offrir une théorie des pratiques du syndicalisme révolutionnaire que les militants de l’UTCL ont essayé de mettre en œuvre. Ces pratiques s’ordonnent, selon l’auteur, autour de la constitution d’une figure, celle de « l’animateur autogestionnaire de lutte ». Cette figure singulière de propagateur de l’action collective aurait d’ailleurs méritée de plus amples développements. Plus discutable apparaît la conclusion de cette étude qui prend partie en faveur de la stratégie de construction de syndicats autonomes – sans même s’interroger sur le caractère minoritaire de ce type de syndicalisme – dont Sud-PTT constitue le parangon selon l’auteur : « Sans aboutir à la confédéralisation qui a pu être évoquée lors de la création de SUD au PTT, le sigle est néanmoins devenu, dans l’après-Décembre 95, synonyme de syndicalisme de lutte et de transformation sociale » (p. 141). Certes, il faut reconnaître, au crédit de la thèse déployée, que ce caractère secondaire n’a pas grand-chose à voir avec ce qui peut être qualifié de marginalité groupusculaire, pour la CNT par exemple. On se prend à rêver à la richesses des aperçus de cet ouvrage quand on se rappelle qu’il ne s’agit « que » d’un travail de Master. Néanmoins, aux moins deux limites peuvent être pointées, dans l’optique d’un prolongement de cette recherche. La première remarque porte sur la méthodologie et plus particulièrement sur les sources. Lesquelles sont de deux ordres, celles, internes, de l’UTCL et celles, externes, de la CFDT. Ces archives, jusque là inexplorées, sont évidemment d’un apport considérable. Néanmoins, d’autres sources, en particulier celles de la LCR (Ligue communiste révolutionnaire), et, dans une moindre mesure de la Fédération anarchiste (FA), auraient permis à l’auteur de faire reposer ses analyses sur une documentation plus substantielle1. Le second point porte sur les faiblesses du questionnement de Théo Rival. Certes, son récit apparaît d’une rare richesse documentaire, mais il manque parfois de recul. Ainsi, l’existence de revues comme Résister, Collectif ou Renouveau syndical 68-CFDT Espoir (toujours éditée, sous le titre de A contre courant) est noté (p. 128), mais leur rôle comme carrefour et plaque d’échange au sein de l’extrême gauche n’est pas interrogé. On l’aura compris, ce premier opus sur l’histoire du principal courant communiste libertaire mérite un prolongement, que la documentation rassemblée en fin de volume laisse entrevoir. Espérons que le lecteur n’aura pas trop longtemps à patienter. En attendant, cet ouvrage représente un excellent prologue.

1Lire par exemple les pages 112-113 qui reposent sur une seule parole et apparaissent assez unilatérales.

Edouard Martin, Ne lâchons rien. Contre l’économie cannibale, Paris, Le Cherche Midi, 2013, 123 pages, 11,5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il est très probable que la popularité d’Edouard Martin ne soit guère plus durable que le livre qu’il vient de publier. Écrit sur la base d’entretiens réalisé avec ce dirigeant CFDT de l’usine Mittal de Florange, qui vient de fermer, cet ouvrage raconte, sur le vif, les conditions de la lutte contre une fermeture qui avait été refusée par le candidat François Hollande, lors de sa campagne électorale, avant qu’il ne soit élu président. L’intérêt premier de ce récit repose sur l’évocation du parcours d’un jeune immigré espagnol (Martinez de son nom original), venu rejoindre son père, travailleur dans la métallurgie lorraine, au début des années 1970. Bien qu’il rêve de devenir éducateur spécialisé ou de partir en Afrique du sud (mais il ne peut se payer le prix du voyage), Eduardo, devenu Edouard, rejoint finalement l’usine, comme son père. Il se syndique à la CGT, avant de rompre avec cette centrale pour cause de collusion avec le PCF, ce qu’il ne supporte pas. Il rejoint vite la CFDT, qu’il représentera tout au long du conflit. Mais, avant d’être le leader de ce mouvement, il assume durant plusieurs années des responsabilités de permanent à Paris, à la Fédération de la métallurgie. Suite à des problèmes de santé, il revient dans son entreprise d’origine, mais à un poste de chargé de communication, tout en assurant chez Arcelor une fonction de représentant au comité d’entreprise européen. Il est donc aux premières loges pour comprendre ce qui se joue dans le rachat d’Arcelor par Mittal. Il s’agit clairement, pour le producteur indien, dans un contexte de surproduction de l’acier au niveau mondial, d’éliminer un concurrent, en le rachetant, avec des promesses de redéploiement et des aides massives des fonds publics. Avant son élection (en 2007), Nicolas Sarkozy vient promettre devant l’usine qu’il s’engageait à maintenir l’emploi à Gandrange. Les promesses ne sont pas tenues, ce qui suscite de très fortes mobilisations. Le scénario se renouvelle avec le candidat Hollande, qui en 2011, à Florange cette fois-ci, promet une nouvelle fois, suscitant un fol espoir parmi les salariés de Mittal. Cette fois-ci, c’est un président, socialiste, qui reniera ses promesses. Edouard Martin dresse un portrait très flatteur d’Arnaud Montebourg (« je salue son courage », p. 94), qui apparaît, sous sa plume, comme autant « trahi » par Jean-Marc Ayrault (« Jean-Marc Ayrault est un traître », p. 104) que ne le sont les salariés de Mittal. Le syndicaliste avoue clairement son admiration pour Arnaud Montebourg qui « me donne une vraie poignée de main, chaleureuse » (p. 112), tout en exprimant son peu d’enthousiasme pour Olivier Besancenot ou Jean-Luc Mélenchon, venus soutenir les salariés. On comprend alors qu’il n’hésite pas à manifester un certain patriotisme d’organisation, se sentant parfaitement à l’aise avec la CFDT, malgré les déclarations de Laurent Berger, son nouveau dirigeant, qui a soutenu, publiquement, la fermeture du site de Florange. S’il exprime pour conclure un fort pessimisme pour l’action syndicale européenne, en revanche il voit son avenir se prolonger par une carrière politique. Il envisage en effet d’être candidat aux prochaines municipales, régionales ou européennes. Un livre de pure circonstance, malgré son caractère de témoignage.

Lucien Cancouët, Mémoires d’un authentique prolétaire, Paris, Vendémiaire, 2011, 378 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, on découvre la part maudite du mouvement ouvrier français, celle qui a fait le choix de Vichy et donc de la collaboration avec les nazis durant la Seconde Guerre mondiale. Dans sa courte préface, le philosophe Alain, qui a rencontré l’auteur durant la Première Guerre mondiale,  présente ainsi le texte : « On entrera ainsi dans la confidence d’un véritable homme du peuple qui, depuis la guerre, comme après, par la parole et par l’écrit, n’a jamais cessé de batailler pour le salaire, pour la dignité, pour le loisir, pour la culture de l’ouvrier. Toujours s’en tenant à la pure doctrine syndicaliste, condition selon lui de la cohérence et de la puissance du prolétariat, lequel devrait être et sera le régulateur de la politique par le refus de toute soumission à un parti et par une revendication énergiquement humaine » (p. 7). Écrit en 1950, ce témoignage n’est publié qu’aujourd’hui, par l’entremise de l’Institut d’histoire sociale. L’IHS, fondé dans l’entre-deux guerre, est devenu après la Libération, sous l’égide de l’ex-communiste Boris Souvarine, le refuge de tous les syndicalistes ayant été exclus du mouvement syndical pour fait de collaboration. Pierre Rigoulot, son actuel directeur, a d’ailleurs rédigé les notes du texte de Cancouët, ainsi qu’une postface explicitant le sens de la publication. Sous sa plume, l’édition du livre s’explique par le fait que « cette gauche qui souhaitait une politique d’entente avec l’Allemagne et qui pensait pouvoir désamorcer l’hostilité allemande en renégociant le traité de Versailles, il est passionnant de la redécouvrir en lisant les mémoires de Lucien Cancouët » (p. 367). Il faut donc lire ces pages, aujourd’hui, avec à l’esprit la claire intention de l’auteur : réhabiliter l’action de ceux qui refusèrent si fort le stalinisme (ici désigné simplement comme « LE » parti communiste) qu’ils en vinrent à soutenir la collaboration avec le nazisme. Durant la vingtaine d’années qui suivent la publication de ses mémoires (qui s’achèvent en 1950), Cancouët poursuivit son activité à Force ouvrière (FO), militant par ailleurs dans Paix et Liberté, l’organisation de l’anticommunisme militant[1], et dans diverses activités liées à l’IHS. Le début du récit est classique, celui d’un enfant de la campagne, né dans une ferme et amené à quitter le monde rural pour Paris afin d’y gagner sa vie. Le Paris de la fin du XIXe siècle, ainsi décrit est le Paris populaire, celui des taudis et d’une vie faites de difficultés, de privations et d’un travail harassant. Lucien Cancouët décrit ainsi très bien le fléau de la maladie (p. 89 et suivantes) pour une famille ouvrière en l’absence de protection sociale. Entré au syndicat, alors qu’aucune prédisposition familiale ne l’y entraînait spontanément (il décrit ainsi les invectives de son grand-père contre les Communards et les révolutionnaires, présentés comme des fusilleurs et des incendiaires, p. 69), il devient rapidement un adepte de Gustave Hervé, un des plus radicaux dirigeants ouvriers d’avant 1914, avant de devenir, une fois la guerre déclarée, un ultra-patriote. Ce que retient Lucien Cancouët, c’est que « la propagande orale ou écrite avait trop peu de chance d’aboutir » (p. 99). Il devient donc anarchiste, ému par une conférence sur le vol (« Mes nouveaux compagnons estimaient que les lois bourgeoises n’étaient pas faites pour eux et que leur premier devoir était de n’en tenir aucun compte », p. 100). Sans véritable qualification, il pratique différents métiers, domestique, ouvrier, infirmier (appellation pompeuse pour garçon de salle), entrecoupés de périodes de vagabondages. Il a dix-huit ans et cette période de formation constitue pratiquement la moitié de l’ouvrage. Peu avant l’entrée dans la Grande guerre, qui constitue le tournant de son existence, un chapitre tout à fait étonnant et très intéressant (« Répit au seuil de la guerre », p. 171-183), car fort singulier, est consacré à son retour à la foi de son enfance, manifestation de la fragilité de sa réflexion politique et plus généralement, de son instabilité sociale. L’auteur devient membre de la société Saint Vincent de Paul et s’adonne à la prière, à la confession et autres pratiques religieuses. « Pour moi, le bain spirituel que je venais de prendre m’avait rendu la foi de mon enfance, mais c’était une foi plus robuste, plus complète. Guidé par l’abbé Fourquet, je trouvais dans la conception religieuse qui blâmait ouvertement la société, la réponse à ma propre malédiction contre les riches » (p. 177). Quelques mois plus tard, c’est la guerre. Les hasards de son affectation militaire font qu’il devient voisin de chambrée d’Alain, engagé volontaire, lui. Lucien Cancouët survit à l’épreuve, après deux blessures et quarante-neuf mois de front, avant d’être décoré de la croix de guerre. Cette décoration ne l’empêche pas de faire dix mois supplémentaires avant d’être définitivement démobilisé. Il passe et réussit son examen d’entrée aux Chemins de fer. Il ne participe pas à la grève de mai 1920, et reste hors du mouvement syndical lors de la scission syndicale CGT-CGTU. C’est en 1924 qu’il fait le choix de la CGT, en s’affrontant aux militants CGTU dont les chemins de fer sont une des places fortes. Le récit saute allègrement la fin des années vingt et le début des années trente pour insister sur la « colonisation communiste » après le Front populaire. Totalement hostile à l’intervention en Espagne (avec l’argument du déclenchement d’une nouvelle guerre mondiale), il finit par rallier Syndicats, journal regroupant l’aile droite de la CGT, dirigée par René Belin, qui sera le fourrier de la collaboration. Logique avec son positionnement, il est munichois (« Eh bien, je tiens à dire que j’ai été munichois de toute ma foi et de toute ma volonté (…) Le départ de Chamberlain en avion pour aller parler à Hitler d’homme à homme nous apparut comme un acte de grande envergure (…) », p. 298). Son pacifisme foncier l’amène à accepter des responsabilités liées à son activité syndicale : « Au degré de misère et de désespoir où nous étions, que chacun, de sa place, fît ce qu’il pouvait pour venir au secours des plus malheureux et des plus menacés me parut logique » (p. 313). C’est ainsi qu’il passe la guerre dans une vague activité de bienfaisance pour les salariés de la SNCF, diligentée par Vichy, tout en déplorant l’attitude de certains de ses camarades qui « répandaient des tracts ridicules pour faire croire à leur influence (…) Ils n’avaient pas besoin de se manifester par une agitation puérile qui exposait inutilement leurs troupes à la répression sans pitié des nazis (…) Pour nous qui nous employions à réduire le plus possible les dégâts et nous n’hésitions jamais à intervenir quand il s’agissait de sauver un homme » (p. 317). Son activité lui vaut de passer en 1946 devant une commission d’épuration. Mais, finalement, acquitté des charges qui pèsent contre lui, il rejoint les rangs de FO. Dans un ultime chapitre conclusif, Lucien Cancouët revient sur ses multiples engagements, syndicaux bien sûr, mais aussi à la SFIO et à la LDH, délivrant son message favorable à l’unité syndicale, mais sans les communistes. On comprend que tous ses engagements furent surdéterminés par son anticommunisme foncier, ce qui valide les interprétations des historiens. Et ses proclamations anti-système (« N’accordez jamais aucune confiance à un gouvernement, quel qu’il soit, car je n’ai jamais connu un homme politique qui fût vraiment honnête envers les travailleurs. Ils ne pensent qu’à marchander, à négocier aux moindres frais, et à ne pas faire tort à leur carrière », p. 357) s’accommodent ainsi fort bien, en pratique, des dérives qui l’ont conduit à Vichy et à la collaboration. Le Proudhon dont il se réclame, comme d’ailleurs beaucoup de syndicalistes ralliés à Vichy, (« Réclamer la Justice et la Liberté, c’est faire appel à une véritable fraternité humaine », p. 359), apparaît ainsi pour le moins désincarné.

L’objectif de cette collection Généalogie des éditions Vendémiaire, « Faire entendre des voix singulières » est parfaitement rempli avec ce volume, même si la singularité de la voix de Lucien Cancouët demande une forte mise à distance critique.


[1]    Un bel ensemble d’affiches de cette officine est rassemblé dans l’ouvrage de Nicolas Lebourg, Mort aux bolchos. Un siècle d’affiche anticommuniste, Paris, Les Échappés, 2012, chroniqué par Dissidences sur http://dissidences.hypotheses.org/3448

Guy Ruchaud, Parcours d’un militant, La Crèche, Geste éditions, collection « Témoignage », 2011, 222 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Né à Croix-de-Vie (Vendée) Guy Ruchaud raconte dans cet ouvrage autobiographique ce que furent ses engagements militants : mouvement de jeunesse (JOC), syndical (CFTC, puis CFDT), politique (PS), associatif (au service de la réinsertion des malades mentaux). Il est intéressant de noter ce qui a déclenché la volonté de se raconter, son parcours et ses choix de vie. En effet, c’est un travail universitaire en 2005, l’amenant à répondre longuement à une jeune chercheuse, puis la sollicitation amicale d’un ancien enseignant (dans le cadre du CDHMOT de Nantes) qui a incité l’auteur à se confier au récit. Très classiquement, le livre s’ouvre par la narration de son enfance, une enfance paysanne, puis son père devient gendarme. Autant dire que le milieu familial est celui de l’ordre. A la Libération, il s’engage dans la JOC, car, apprenti, il est mis en contact avec d’autres jeunes de ce mouvement. C’est pleinement en chrétien, fier de sa foi et de la confiance dans l’action collective qu’il s’engage syndicalement à son retour du service militaire, parcours modal de toute une génération de croyants issus du monde ouvrier. Engagement qui s’inscrit dans l’intimité, puisque celle qui va devenir sa femme partage les mêmes valeurs : « Mimi avait retenu mon attention, et nous nous sommes promis de vivre un amour partagé au service de la classe ouvrière » (p. 54). Cette fibre se conforte par le biais de la fréquentation de l’ACO, prolongement d’une démarche de foi militante, qui se manifeste par l’organisation de rencontres avec des patrons (chrétiens) et des ouvriers (militants) lors de conflits dans le bâtiment. Il participe également, avec enthousiasme aux ENO (Écoles normales ouvrières), avec sa femme. Cette formation syndicale renforce encore son engagement. En 1959, il est désigné lors de la création des ASSEDIC comme représentant syndical. L’évocation (hélas trop courte et fort descriptive) de cette activité est très intéressante, car elle démontre que cette participation institutionnelle s’accompagne de la formation d’une expertise syndicale, fruit du travail d’enquête mis en place pour mesurer les questions d’emploi. Parallèlement, avec sa femme, il participe au mouvement des Castors, afin de pouvoir (enfin) disposer d’un logement décent. En 1961, la responsable de l’Union départementale (UD) Vendée lui est confiée. Il devient permanent syndical. Symptomatique est sa réaction quand il apprend la proposition : je n’y suis pour rien : « Je le dis nettement : je n’ai pas sollicité ce poste » (p. 78). Cette réaction manifeste clairement l’humilité structurale dans laquelle l’« oblat » se sacrifie à la cause. Et les conditions décrites des activités syndicales relèvent en effet d’un dévouement sans nom à la cause, d’autant qu’à l’époque les moyens de communication n’étaient pas encore totalement modernes. Ainsi, le téléphone qu’il utilisait en permanence était celui de son voisin. Les journées commençaient très tôt, par la tournée des chantiers et la rencontre avant l’embauche, pour se terminer vers 23 h. Mais le syndicat bénéficie de ce dévouement et les progrès d’implantation de la CFTC sont notables, malgré la réticence des employeurs, dont de nombreux exemples sont cités. Réticence patronale qui se manifeste parfois dans une violence symbolique, par l’animalisation du syndicaliste : « Le patron qui m’en voulait particulièrement, a décidé d’appeler son chien « Ruchaud » (…) Je prenais les choses par la dérision ; il n’empêche que ça faisait mal » (p. 90). La totalité de son existence est encadrée par l’activité syndicale et militante. Les loisirs, passés dans les maisons familiales (gérées à cette époque par des associations militantes) sont une occasion de faire profiter les vacanciers de ses compétences. Ainsi on le sollicite durant une veillée pour animer la soirée par un exposé sur la Vendée, son industrialisation et son organisation économique. Son récit de la transformation de la CFTC en CFDT (à laquelle il est acquis) présente tout son intérêt. En effet, la base de l’organisation est plutôt réservée, si bien que la volonté transformatrice aboutit à un équilibre des forces. Il faudra l’initiative des structures pour emporter la conviction. Évidemment, la Vendée, département faiblement industrialisé, marqué par la prégnance d’un état d’esprit conservateur, n’est guère à l’avant dans ce mouvement. Mais, en contrepartie, les liens sont forts entre le monde syndical et le monde paysan (JOC/JAC ; CFDT/JAC) et joueront un rôle crucial en mai 68, épisode sur lequel il jette un regard assez désabusé. Durant douze ans, il est secrétaire de l’UD et au début des années 70 vient pour lui l’heure de la reconversion professionnelle. Il est embauché dans une association qui s’occupe des handicapés mentaux lors de leur sortie de l’hôpital psychiatrique. Guy Ruchaud déploie alors tout son sens de l’innovation sociale acquis lors de ses activités syndicales, manifestant l’importance du capital militant ainsi déployé pour une cause alternative à celle pour laquelle il s’était forgé. Parallèlement, il s’engage au Parti socialiste, dégagé qu’il est de ses responsabilités syndicales. Il tente de transposer dans sa Vendée natale l’esprit des GAM (Groupes d’action municipale, issus de l’expérience du laboratoire grenoblois). C’est ainsi que naît, dès 1977, un budget participatif dans sa commune. Arrivé à la retraite, il n’aspire plus qu’au repos bien mérité, tout en maintenant néanmoins sa participation à plusieurs associations locales. La dernière partie est consacrée à un bilan personnel de sa vie et à l’évocation du monde tel qu’il fonctionne aujourd’hui, manifestant une certaine sagesse et de profondes réserves face à « un déferlement de matériel et d’objets inutiles (… et) je pense que les travailleurs ne sont pas, dans leur grande majorité, plus heureux aujourd’hui que dans les années 1960 » (p. 218). Toujours actif au sein de la structure CFDT des retraités, il conclut son livre par un regard prospectif : « Dans la foi en l’homme qui m’a toujours animé, je continue de croire à une autre vie surnaturelle que Dieu nous a réservée, et cette Espérance, je la vis journellement dans la compagnie d’Anne, me préparant sereinement à la rejoindre » (p. 234). Guy Ruchaud nous livre ainsi un témoignage tout à fait instructif sur cette génération d’après-guerre qui a construit la CFDT actuelle.

Maman Jones [Mary Harris Jones], Autobiographie, Paris, Les bons caractères, 2012, 174 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

 se réjouira de cette réédition d’un ouvrage qui n’était plus disponible depuis l’édition réalisée par feu les éditions Maspero en 1977 (première publication, Éditions Ouvrières, 1952). Cette autobiographie, c’est « Le bruit et la fureur » dans l’histoire du mouvement ouvrier américain. Certes, il ne s’agit pas de rapporter le style de cette écriture à celle de Faulkner. Mais l’histoire que raconte Mother Jones, s’inscrit bien dans la démesure de ce que fut la constitution du mouvement ouvrier étatsunien au tournant des XIX-XXe siècle. Marry Harris Jones (1837-1930) fut de tous les combats syndicaux du début des années 1880 au sortir de la Première Guerre mondiale. Née en Irlande, sa famille immigre aux États-Unis. Elle eut jusque vers la quarantaine une vie d’institutrice, mère de famille. Elle eut quatre enfants, qui moururent, ainsi que son mari, du fait de la fièvre jaune. Si bien, sans qu’elle explicite réellement les ressorts de cette transformation, qu’à partir de 1871 elle se retrouve veuve et disponible pour le combat syndical. A partir de 1880, soit à cinquante ans, elle devient totalement absorbée par le mouvement ouvrier, au point d’en devenir une figure mythique, en particulier chez les mineurs. Catholique, bien que ni pratiquante ni bigote, elle refuse le féminisme, s’opposant au droit de vote pour les femmes (en arguant que ça ne servait à rien et que si jamais un jour ces dernières votaient, ça serait pour choisir la conservation sociale[1]). Son récit est constitué d’une série de mouvements de grève auxquelles elle a participé au premier plan, connaissant, comme les mineurs, la peur, la répression, la violence et, plus souvent qu’à son tour, le poids de la défaite. En effet, le patronat se révèle absolument sans pitié en cas de contestation de son pouvoir sur les quasi serfs constitués par la population des mineurs[2]. S’engager dans la lutte collective, c’est, bien trop souvent, risquer sa vie et celle de ses proches : « Les hommes qui entraient au syndicat étaient mis sur la liste noire dans toute la région. Leurs familles étaient jetées sur les grands routes. On tirait sur les hommes, on les passait à tabac. Plusieurs d’entre eux disparurent sans laisser de trace. Ordre fut donné aux commerçants de ne rien vendre aux syndicalistes, ni à leurs familles. Il fallait tenir les réunions la nuit, dans les bois, dans les mines abandonnées ou dans les hangars » (p. 47), à propos d’une grève, sanglante, tenue en 1902 en Virginie de l’Ouest. Si l’ambiance est celle de Règlement de compte à OK Corral, ce sont bien toujours les travailleurs qui sont les victimes désignés. En parallèle, elle dénonce avec vigueur, dans une veine très morale, le début d’appropriation privative des organisations syndicales par leurs dirigeants. Ainsi, après un mouvement gagné par les mineurs, il est proposé aux délégués que chaque mineur verse une contribution pour permettre au dirigeant du syndicat de s’acheter une maison, en récompense de ses loyaux services. Mother Jones fait échouer ce projet et on comprend qu’elle ne fut pas particulièrement en odeur de sainteté dans la hiérarchie syndicales. Elle cultive cette défiance à l’égard des « chefs » (boss) tout au long de son engagement. Ainsi voici comment elle décrit, en 1914, le milieu des dirigeants syndicaux : « Grâce aux efforts d’hommes tels que Ed Nockels, leader des travailleurs de Chicago, John Lawson fut relâché sous caution. Ed Nockels est un de ces grands hommes qui consacrent leur vie et leurs dons à la cause des travailleurs. L’honnêteté n’est pas toujours l’apanage des leaders de la classe ouvrière. Il y a parmi eux des hommes aussi cruels et aussi violents que chez les capitalistes. Il y a des jaloux, il y a des ambitieux. Les faibles sont envieux des forts » (p. 137). Elle accentue encore cette défiance dans le chapitre final en avançant que : « Les hommes de la base se sont laissé faire par ceux qui auraient dû être à leur service. Les travailleurs ont aujourd’hui à combattre non seulement leurs oppresseurs, mais aussi leurs propres chefs qui souvent les trahissent et les vendent, qui placent le souci de leur propre carrière au-dessus des intérêts de la masse, et qui manœuvrent ceux de la base comme des pions » (p. 166). Dans une veine proche de celle que développait dans la même période Roberto Michels[3], elle affirme :  « Il en est pour qui le mouvement ouvrier est un métier comme un autre et qui s’y enrichissent » (p. 167). Si l’essentiel de ses activités s’est déroulé dans l’univers de la mine, elle participe aussi à des mouvements dans le secteur des filatures, ce qui l’amène à côtoyer un prolétariat encore plus défavorisé, si c’est possible, que celui de la mine. Elle rapporte ainsi le cas d’une « mère et de ses trois enfants qui tous travaillaient à la même usine que moi. Le père était mort de tuberculose et la famille avait dû emprunter trente dollars pour l’enterrement. Depuis des années, ils peinaient tous les quatre pour rembourser la compagnie » (p. 89). La « chance », pour les très jeunes enfants de s’échapper de l’usine, c’est d’avoir un accident : « les enfants allaient à l’école quand un accident les avaient rendus inaptes au travail » (p. 92). Face au degré inouï de répression dont elle est témoin (massacre de Ludlow en 1914 où les mitrailleuses furent utilisées), elle en appelle elle-même à l’armement des ouvriers ! Louis  Adamic[4] dans son livre a bien montré comment une partie du mouvement ouvrier a su user fonctionnellement de la violence en réponse aux attaques du patronat. Mother Jones s’inscrit dans cette veine également : « Les grévistes lancèrent un appel aux armes ; tout homme valide devait s’armer d’un fusil pour se défendre, lui et sa famille, contre l’assassinat, l’incendie prémédité et le pillage. Depuis la loi de la jungle jusqu’à notre soit-disant civilisation, c’est le droit naturel et imprescriptible de l’homme » (p. 13. Son texte se termine par l’évocation de grève de l’acier, en 1919 où, tout en développant un soutien à l’Union soviétique (en particulier pour l’aide humanitaire), elle s’appuie sur les valeurs américaines de la culture démocratique (lire par exemple p. 152 et suivantes), en évoquant par exemple le fait que « Cinquante mille garçons américains sont morts sur les champs de bataille d’Europe pour que la démocratie progresse partout dans le monde » (p. 156). A 92 ans, en 1922, elle participe encore à un congrès de mineurs. Avec cette autobiographie, le lecteur dispose d’un témoignage de première main à la fois sur l’impétuosité du développement du capitalisme aux États-Unis, de la violence et de la cruauté du sort des travailleurs, ainsi que sur la culture politique et les valeurs portées par le mouvement ouvrier au tournant du siècle. Un récit âpre, qui s’inscrit parmi les titres (en nette croissance) disponibles en français sur  les combats et les espoirs révolutionnaires de la classe ouvrière des États-Unis, dont Dissidences a déjà rendu compte dans un récent dossier[5]. A ce propos, un éditeur ne pourrait-il rééditer également l’ouvrage de Malkiel Theresa Serber, Journal d’une gréviste, paru chez Payot en 1980 ?


[1]           Dans le dernier chapitre, elle revient sur sa conception du rôle des femmes, pas particulièrement en avance sur son temps : « Une grande tâche est réservée aux femmes : l’éducation des enfants. C’est la plus belle de leurs responsabilités. Si les hommes gagnaient assez d’argent, les femmes ne seraient pas forcées de négliger leurs foyers et leurs petits pour accroître le revenu familial » (p. 164).

[2]           De ce point de vue, l’excellent polar de James Lee Burke, Vers une aube radieuse, Paris, Rivages, 1996, qui raconte une grève dans les mines du Kentucky dans les années 1970, permet de constater que les pratiques patronales semblent avoir peu évolués en un siècle.

[3]           Sociologue allemand, disciple de Max Weber, auteur de la thèse de la loi d’airain de l’oligarchie. Cf. Les partis politiques, Bruxelles, ULB Lire, 2009 (première édition 1911).

[4]           Louis Adamic, Dynamite. Un siècle de violence de classe en Amérique, Paris, Sao Mai, 2010. Chroniqué par Dissidences, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2550

Waintrop Edouard, Les anarchistes espagnols, 1868-1981, Paris, Denoël, 2012, 573 pages, 28,5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A l’évocation de la biographie de l’auteur, journaliste culturel à Libération, on eût pu craindre le pire, un vague récit d’un sympathisant de la cause. Ce n’est pas le cas. Certes, il ne s’agit pas d’une œuvre novatrice, fruit du travail d’un historien, selon les canons de la discipline. Édouard Waintrop ne s’en cache d’ailleurs pas (voir le prologue). Néanmoins, cet épais volume constitue une synthèse de très bonne facture, élégamment rédigée (l’auteur a le propos d’écrire un « roman vrai », p. 15), avec une importante bibliographie, pour partie disponible en français, même si les ouvrages présentés comme décisifs sont en espagnols et non traduits. Ajoutons que si l’auteur ne cache pas sa proximité idéologique avec le mouvement qu’il présente, cette sympathie ne va pas jusqu’à dominer le propos, même si, ici ou là, certaines piques contre les marxistes, évidemment identifiés aux staliniens et autres autoritaires, auraient mérité des formulations moins polémiques. Ajoutons une dernière remarque, sur la séquence, puisque le titre annonce 1868-1981. En fait, si le récit commence effectivement en 1868, le propos est concentré sur la période de la guerre civile. On regrettera d’ailleurs que la partie consacrée à l’après-guerre soit réduite à la portion congrue (quelques minces pages), mais c’est là justement qu’un historien aurait été nécessaire en lieu et place d’un journaliste. Le propos se déploie en deux grandes parties, autour de très courts chapitres de dix pages environ, qui sont à chaque fois un digest des lectures autour desquelles se déploie le sujet. De la naissance du courant anarchiste au sein de l’AIT (Association internationale des travailleurs) du sexemio democratico, cette période de six ans durant laquelle les luttes démocratiques se sont développées (1868-1874) à la fondation de la République en avril 1931[1]. C’est dans ce cadre que naît l’AIT en 1870, polarisée immédiatement entre un courant libertaire, représenté par Fanellli, l’envoyé de Bakounine et un courant socialiste, regroupé autour de Lafargue. La Restauration met fin à cette organisation et plonge les milieux militants dans la clandestinité, tandis qu’une partie du mouvement libertaire verse dans l’action directe, s’appuyant d’ailleurs sur des traditions de violence rurales bien antérieures (le cas de la Mano Negra au courant des années 1880[2]). La première organisation syndicale (FTRE) éclate en 1888, tandis que se crée un syndicat, l’Union générale du travail (UGT), adossé au PSOE (Parti socialiste), créé en 1876. Les anarchistes abandonnent pour de nombreuses années le terrain syndical pour la pratique du terrorisme. La création de l’UGT n’est d’ailleurs pas indépendante du terrain libre laissé par les courants libertaires. Un très significatif chapitre (chap. 6) est consacré à la culture anarchiste de cette période, qui est moins une théorie qu’une conception de la vie, sous-tendue par un point de vue moral, dont les intellectuels organiques que sont Francisco Ferrer et surtout, Federico Urales, constituent des cas idéaux-types. Dans la première décennie du XXe siècle, l’anarchisme est moribond. Mais le début, tardif, d’un processus d’industrialisation, permet le développement un peu plus systématique du syndicalisme, dominé par les socialistes. Les anarchistes demeurent déconnectés de ce monde ouvrier. C’est avec la fondation du journal  Solidaridad Obrera (SO) que les choses changent, car autour du journal s’agrègent des noyaux ouvriers et syndicalistes. Le second congrès de SO se tient en 1910 à Barcelone. Puis le processus évolue vite puisqu’est créée la CNT (Confédération nationale du travail) dans la foulée, qui est aussitôt interdite et dont les militants passent à la clandestinité jusqu’en 1913. Le statut de pays neutre de l’Espagne durant la Première Guerre mondiale permet un développement industriel impétueux et une extension de la classe ouvrière. Notons d’ailleurs que certains militants anarchistes (dont Urales) étaient favorables à l’entrée en guerre de leur pays. La CNT, qui a recouvré son statut légal, est une toute petite organisation, implantée essentiellement en Catalogne. Non seulement elle est minoritaire, mais en sus, l’organisation est traversée de contradictions internes à l’exemple des conflits qui animent le journal SO (p. 139).Au sortir de la guerre, une période de montée des revendications et des conflits se manifeste de manière impétueuse[3]. La CNT bénéficie d’un afflux considérable d’adhésions, phénomène qui avait d’ailleurs débuté durant la guerre et qui la voit atteindre le chiffre d’environ 800 000 adhérents à son congrès de 1919 (pour 15 000 avant guerre). Tandis que la tentation du terrorisme et de l’illégalisme anime de nouveau des franges de la CNT (Los Solidarios, avec Durruti), les débats font rage. Deux discussions méritent d’être mentionnées. La première, la plus connue, porte sur l’attitude à l’égard de la Révolution russe. Le chapitre 15, documenté par de longs extraits des interventions, est entièrement consacré aux positions discutées durant le congrès. La seconde discussion est tout aussi importante. Elle est animée par Segui et porte sur la politique d’alliance de la CNT. Ce dernier se posait notamment la question du développement des contacts non seulement avec le PSOE, mais même avec les républicains catalans. Bref, ce qui surgissait soudain, c’était la question d’un travaillisme cénétiste. Au vu de l’ampleur des débats, du nombre et de la qualité des discussions, on peut considérer que le 2e congrès de cette année 1919 constitue en fait le véritable moment fondateur d’une CNT, dominée par ses buts politiques et partagée en trois sensibilités : un courant syndicaliste pur (Segui ou Pestana), un courant anarcho-syndicaliste qui constitue le cœur de l’organisation et un courant que l’on peut qualifier de syndicaliste révolutionnaire, sous l’influence des bolcheviques. Courants qui se différencient après 1922, mais qui approuvent le fait révolutionnaire russe et envoient une délégation à la formation de la l’Internationale communiste. Le début des années vingt est marqué par le retour de la dictature et d’une féroce répression contre le mouvement ouvrier puisque le coup d’État de Primo de Rivera a lieu le 19 septembre 1923, plongeant de nouveau l’Espagne dans la réaction, jusqu’au rétablissement de la République huit ans plus tard. La CNT se radicalise. C’est en son sein qu’est fondée en 1927 la FAI (Fédération anarchiste ibérique), société secrète révolutionnaire visant à combattre la dictature. Fonctionnant sur une base affinitaire, à la fois pour éviter la pénétration policière et du fait des traditions rurales marquées au sein de la classe ouvrière, la FAI n’organisait qu’une toute petite élite de 10 à 12 000 membres dans une CNT qui en rassemblait encore plusieurs centaines de milliers. La caractérisation de la FAI (p. 204-205) que propose Édouard Waintrop aurait d’ailleurs mérité un approfondissement, car l’auteur se contente d’affirmer qu’il ne faut pas y voir une fraction syndicale telle que le prônaient les Partis communistes, ce qui est un peu rapide. Avec le retour de la République en 1931, les tensions s’accroissent entre la CNT et l’UGT, qui appuie fortement le mouvement républicain. Mais ces positions ne sont pas partagées entre les différentes sensibilités de l’organisation. Si bien que des scissions se manifestent entre les « révolutionnaires » et les « réformistes ». Comme l’avance l’auteur, hélas sans creuser vraiment : « L’histoire de la CNT fut toujours, spécialement dans ces années 1930-1933, un mouvement de balancier entre les deux termes de cette opposition, entre les anarchistes et les syndicalistes, entre ceux qui mettaient avant tout l’accent sur le premier terme et ceux qui préféraient le second» (p. 225). Tandis que l’UGT soutient la participation du PSOE aux gouvernements républicains (le fameux bieno reformista), qui se traduit par la mise en place de commissions de conciliation qu’investit immédiatement la centrale socialiste, la FAI s’oppose frontalement à ces réformes et conduit à la scission des Trente (août 1931), qui voit le départ du courant pragmatique de la CNT. La crise est grave, d’autant plus que les Faïstes procèdent à une série d’exclusion de responsables considérés comme modérés ou trop proche des Trentistes. Un véritable vent de sectarisme souffle sur la CNT, contraignant par exemple les militants du BOC (Bloc ouvrier et paysan, une des deux composantes fondatrices du POUM, le Parti ouvrier d’unification marxiste) à créer ses propres syndicats autonomes, suite à leur expulsion de la CNT. On notera le cas tout à fait particulier de la région des Asturies où la CNT n’était pas sous l’influence de la FAI, ce qui a permis le maintient des contacts avec l’UGT, débouchant sur l’Alliance ouvrière. Mais, en 1933, la droite revient et  gagne les élections. Le sectarisme de la CNT se manifeste de manière éclatante puisque, fidèle à ses traditions, elle ne se contente pas d’appeler à l’abstention électorale, mais proclame : « Ne soyez pas abusés. Ne votez pas pour les partis de gauche. Leur victoire freinerait vote émancipation. Ne soyez pas effrayés par ceux qui  vous disent que si vous ne votez pas la droite va l’emporter. Il est préférable qu’elle gagne, car sa victoire favorisera notre projet » (éditorial de SO, cité p. 245). SO ajoutait que si la droite l’emportait, la CNT appellerait à l’insurrection. Ce qu’elle fit effectivement. L’insurrection dure 5 jours et la répression fut une fois de plus sanglante. Ce cours particulièrement « gauchiste » accentue les tensions dans le monde libertaire. Pestana crée un parti syndicaliste en 1934, tandis que la même année les Trentistes tiennent leur premier congrès confédéral, appelant à l’unité ouvrière. Cette unité, manifestée par la politique des Alliances ouvrières contre le danger fasciste, ne se réalise que dans les Asturies où elle se traduit par l’insurrection d’octobre 1934, réprimée par un certain général Franco. C’est donc une CNT et un courant libertaire fortement divisés qui abordent la période de la victoire du Front populaire. Cette période constitue la seconde partie du livre, qui s’achève avec l’effondrement du camp républicain en 1939 et la quasi fin de l’ouvrage.

La conjoncture de la victoire du Front populaire se déroule dans le cadre d’une gauche dominée par un PSOE, très à gauche (dirigée par Caballero), un Parti communiste faible et très modéré, des forces républicaines dispersées en plusieurs partis et, en dehors du rassemblement, des forces libertaires dans un état de division profond (p. 280). On comprend ainsi, à rebours d’une légende largement diffusée, qu’en fait, c’est le PSOE et les forces qui lui sont liées (au niveau syndical, UGT, au niveau paysan) qui animent les mobilisations sociales, suscitées par la victoire électorale. Ainsi, face aux menaces fascistes, c’est le PSOE qui crée la première milice antifasciste, le MAOC. Mais le PSOE est lui-même divisé entre une aile gauche (Caballero) et une aile droite (Indalecio Prieto), qui se déchire tout au long de la guerre civile. Quelques semaines avant le golpe, en mai 36, le congrès de la CNT de Saragosse permet la réunification des trentistes et des courants les plus radicaux. Alors que les menaces de coup d’État se précisent (par certains aspects les mois qui précèdent le soulèvement à la mi-juillet 36 ressemblent fort à ce qui s’est passé au Chili en 1973), l’auteur insiste sur l’impotence de la CNT face aux menaces. En effet, tandis que les militaires loyalistes créent, avec le soutien du PSOE et des forces républicaines une société militaire secrète, « La CNT, elle ne savait pas penser en termes offensifs. Attachée à ses principes apolitiques, elle ne pouvait développer aucune stratégie préalable, aucune initiative » (p. 301). On le voit, Waintrop propose une sévère évaluation du rôle des libertaires dans cette période, s’appuyant d’ailleurs sur des analyses produites par des dirigeants libertaires eux-mêmes (dont C.M. Lorenzo, Le mouvement libertaire en Espagne, éditions Libertaires, 2006). C’est ainsi qu’on peut comprendre comment dans une grande partie de l’Espagne la CNT s’est laissée surprendre lors du coup d’État et qu’à Saragosse, son fief, ses dirigeant se laissent abuser par les pouvoirs civils, jouent l’attentisme et se font massacrer. Schéma qui s’est, hélas, répété dans de trop nombreux endroits. Ces faits amènent Édouard Waintrop, dans un chapitre décisif (chap. 5, p. 312-320), à délaisser le récit historique pour se livrer à une analyse de la pertinence de l’anarchisme. Chapitre bref, mais incisif, puisqu’il montre que face à une situation d’absence d’État, conséquence non d’une révolution sociale mais d’un coup d’État semi-raté, la CNT n’a pas su faire face aux problèmes qui se sont posés. En effet, à défaut de rompre avec le pouvoir légal, alors que ce sont ses militants qui possèdent le réel pouvoir, en particulier en Catalogne, la CNT se laisse phagocyter par les institutions républicaines dans les semaines et mois qui suivent. L’intégration de la CNT  et de la FAI dans le gouvernement catalan (en septembre 36), puis, plus tard (novembre), central (à Madrid), conditionné par la dissolution du comité central des milices antifascistes « fut la première étape de la remise en ordre de l’Espagne républicaine » (p. 320). On le constate, les propos de l’auteur sont assez éloignées de l’hagiographie, tendant d’ailleurs parfois à tordre le bâton dans l’autre sens, affirmant ainsi : « Ils allaient subir le processus historique plus que de l’influencer. L’échec n’allait pas tarder à se profiler à l’horizon et renvoyer la CNT au rang de supplétif de l’ordre républicain » (p. 366). Cette « républicanisation » de la CNT s’accompagne d’une véritable mise en au pas des instances, des militants ou de la presse (cf. les analyses de F. Godicheau, La guerre d’Espagne, Odile Jacob, 2006). On ne rentrera pas dans les détails de cette guerre, se limitant à signaler la mise en évidence par l’auteur des réalisations libertaires, que ce soit dans le domaine de l’économie, des femmes ou même dans l’action militaire. Selon les analyses de l’auteur, l’anarcho-syndicalisme n’existe plus en Espagne après l’épisode de l’affrontement de mai 37 à Barcelone. Le congrès international de l’AIT à Paris en juillet 37, se montre d’ailleurs fort critique à l’égard de sa branche espagnole. L’ultime soubresaut de ce courant sera le coup d’État à Madrid en mars 39, pour dessaisir le gouvernement Prieto et créer un Conseil National de défense (PSOE, CNT, républicains) pour négocier les conditions de la reddition avec Franco. Après l’écrasement militaire, la CNT connaît l’éclatement, selon une double ligne de clivage, à la fois politique et « géographique ». Du point de vue politique, une partie, réaliste, inscrit son activité en alliance avec les  autres forces politique (création de l’Alliance nationale des forces démocratiques) tandis que les puristes de la Fai s’opposent à toute action de type politique. Par ailleurs, les forces demeurées en Espagne s’éloignent de plus en plus des forces de l’exil, si bien que la CNT intérieure disparaît quasiment à partir des années 1948-49, sous l’effet d’une répression terrible. Il faut attendre les années 60 pour qu’une timide réunification se manifeste, mais c’est devenu un mouvement terriblement affaibli, coupé de la classe ouvrière et des pratiques syndicales. Avec la transition démocratique, la CNT est légalisée en 1977, mais elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut.

Même s’il manifeste son désenchantement final, assez moral sur le fond (opposant « l’esprit adolescent à la conscience adulte », p. 537, variante littéraire de la rationalité en valeur et de la rationalité en finalité wébérienne), Édouard Waintrop ne livre pas moins à travers cet ouvrage une synthèse d’excellente facture sur un pan de l’histoire du mouvement ouvrier qu’il est loin d’encenser naïvement.

Ubbiali Georges


[1]           Rappelons que l’Espagne avait connu une première République, qui avait duré même pas deux ans, de 1873 à 1874.

[2]           Sur cet aspect, se reporter à Clara E. Lida, La Mano Negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), Paris, L’échappée, 2011, chroniqué sur ce blog.

[3]           Édouard Waintrop fait également allusion à une agitation sociale et révolutionnaire qui a agité le monde hispanophone et qui s’est traduit fin 18-début 19 par une semaine sanglante en Argentine. Épisode pour le moins peu connu.

Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 pages, 32 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

En ces temps de crise généralisée qui touche tous les secteurs y compris celui de l’édition, il demeure encore (et heureusement) de bonnes surprises et l’ouvrage, pour ne pas dire le pavé, dirigé par Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky en fait assurément partie. En effet, réunir pas moins de soixante-dix contributeurs – et autant de chapitres – pour retracer deux siècles d’histoire des mouvements sociaux en France relève d’un véritable pari éditorial de la part de La Découverte. Historiens, sociologues, politologues, historiens de l’art et économistes participent de cette entreprise ambitieuse et proposent au lecteur un panorama exhaustif  des différents mouvements sociaux français du XIXe siècle à nos jours, sans ignorer les interactions étrangères et internationales.

La définition volontairement large donnée au mouvement social et adoptée en avant-propos par les deux directeurs de la publication – « interventions collectives destinées à transformer les conditions d’existence de leurs acteurs, de contester les hiérarchies ou les relations sociales et à générer pour cela des identités collectives et des sentiments d’appartenance » – permet d’embrasser tous les courants : mouvement ouvrier évidemment mais également mouvements de jeunesse, de chômeurs, de minorités sexuelles, écologistes, catholiques, paysans, immigrés, féministes, artistiques, altermondialistes, de (extrême)-droite  etc…

Quatre parties chronologiques (1814-1880 : Apparition ; 1880-1930 : Affirmation ; 1930-1970 : Institutionnalisation ; 1980 à nos jours : Recomposition) qui suivent une structuration similaire – « Repères et influences », « Temps forts » et « Émergences » – composent l’ensemble de cet imposant ouvrage et donnent à voir à la fois la diversité des mouvements ainsi que leur encrage national (voire local) et/ou leurs influences extérieures. Si les auteurs avertissent que ces découpages peuvent être discutés, à la lecture, il apparaît que ces choix s’avèrent au contraire très cohérents et justifiés dans la construction du propos dont on imagine les difficultés qu’il a fallu surmonter pour le rendre homogène.

Si les « incontournables » de la lutte sociale sont bien présents tels 1848, la Commune,1936 ou 1968, l’intérêt de ce livre réside d’une part dans l’étude de mouvements moins connus (le luddisme « à la française », les barricades de 1832, les adresses et pétitions, les mouvements xénophobes) ou plus récents (la Marche des « beurs », le mouvement des précaires, la grève des travailleurs sans-papiers, les nouveaux usages de la grève, la désyndicalisation) et d’autre part, dans le croisement des approches disciplinaires, des jeux d’échelles et des temporalités.

A l’exception de quelques contributions dont on peut douter de l’adéquation avec le titre du livre, telles les campagnes électorales sans mobilisation politique, la qualité de cette entreprise collective à valeur encyclopédique est indiscutable. Le défi est (brillamment) relevé et il est certain qu’il deviendra très rapidement l’ouvrage de référence sur la question, si ce n’est déjà fait.