Archives mensuelles : août 2012

Jacques Leclercq, De la droite décomplexée à la droite subversive. Dictionnaire 2010-2012, Paris, L’Harmattan, 2012, 256 pages, 26,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

 

Jacques Leclercq est déjà l’auteur d’un copieux Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, et d’un premier complément, Droites conservatrices, nationales et ultras. Dictionnaire 2005-2010, aussi riches et érudits que par trop dépourvus de synthèses globales et de lignes directrices permettant une utilisation plus interactive[1] . Avec ce nouveau volume, l’auteur entend proposer des compléments à certaines de ses précédentes notices, ainsi que plusieurs articles inédits.

On y retrouve, à côté d’une relecture souvent déficiente et d’un manque de renvois explicites entre notices, une « Introduction » dans laquelle Jacques Leclercq constate le retour du Front national sur le devant de la scène politique, la droitisation de l’UMP (à l’image de ce transfuge du FN et du MPF qu’est Guillaume Peltier) et même du reste de l’extrême droite, annonciateur selon lui de possibles violences dans le futur… Par contre, dans son « Avertissement », Jacques Leclercq nous semble pêcher par omission lorsqu’il évoque, en opposition à l’extrême droite, l’image plus positive de l’extrême gauche dans l’opinion, en oubliant la permanence des attaques et des diatribes à son encontre.

La première partie, celle des « Compléments », est la plus copieuse, avec de longs développements sur le Bloc identitaire et le Front national. L’énumération des actions, publications, locaux et implantations est complétée par des citations étendues d’une prose qui suscite assez vite la nausée. L’occasion, en tout cas, de pointer du doigt des exemples de confusions savamment entretenues par une partie de l’extrême droite, ainsi du Bloc identitaire ou de la Nouvelle droite populaire célébrant la Commune de Paris… Notons toutefois que ces organisations ne font que pérenniser une certaine tradition, celles de groupes ou personnalités (Cercle Proudhon, Charles Maurras, Maurice Bardèche etc.) qui dès les  années 1930 commémorent le soulèvement des Communards comme patriotique et anti-républicain. La partie « Suppléments » apporte d’utiles précisions, avec des notices consacrées à Riposte laïque et son organisation jumelle, Résistance républicaine, parfait exemple de basculement vers la droite de militants de gauche, voire d’extrême gauche, au nom de la lutte contre le « fascisme de l’islam ».

Sont également cités le Mouvement d’action sociale, mêlant thématiques d’extrême gauche et d’extrême droite, à l’image de Troisième voie, ainsi que les anarcho-royalistes du Lys noir. Pour le reste, ces « Suppléments » sont pour beaucoup composées de sites et de blogs, en plus de groupements politiques plus traditionnels, telle la Droite populaire. Parmi eux, on se contentera de citer Breiz Atao, qui voit en Alan Stivell un juif gauchiste et internationaliste (sic), La Dissidence (une coordination d’obédience visiblement souverainiste qui n’a bien sûr rien à voir avec notre collectif de recherche !), le regroupement catholique intégriste fort médiatisée Civitas (actif contre des spectacles jugés « blasphématoires »), ou le Comité anti-crasseux (re-sic), les « crasseux » étant, dans le registre lexical du GUD, les « gauchistes ». Un répertoire de données riche et utile[2], à condition de savoir s’y orienter, à ranger sur la même étagère que l’ouvrage déjà ancien (1992) de René Monzat et Jean-Yves Camus, Les droites nationales et radicales en France (Presses universitaires de Lyon).


[1]              Ces deux ouvrages sont chroniqués dans notre revue électronique.

[2]              On y croise même Nicolas Tandler, auteur d’une biographie de Trotsky (chroniquée dans notre revue électronique), en tant que dirigeant du Nouveau patronat indépendant.

Xavier Vigna, Histoire des ouvriers en France au XXe siècle, Paris, Perrin, collection « Pour l’histoire », 2012, 404 pages, 24 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Pour l’auteur, l’histoire des ouvriers en France au XXe siècle est plutôt celle du naufrage d’un monde que d’une mutation[1]. Il choisit de regrouper sa matière en quatre séquences chronologiques (1900-1936, le Front populaire et la guerre, 1945-1970 et les années de crise), alternant l’étude du « monde ouvrier » et de ses organisations, « le mouvement ouvrier ». Inévitablement, étant donné l’ampleur de la période envisagée, on peut regretter la rapidité de certains passages. Ainsi, quand il parle des travailleurs coloniaux déportés en France en 1940, il n’évoque pas le remarquable travail de Pierre Daum[2] . De même, son développement sur les colonies de vacances organisées par les municipalités communistes de la région parisienne avant 1939 aurait gagné en consistance s’il avait connu l’originale contribution d’Arnaud Baubérot[3].

Mais ce ne sont là que péchés véniels qui ne remettent pas en question la valeur d’un travail qui s’appuie sur une masse de lectures impressionnante : l’abondance des notes infra-paginales et la longueur de la bibliographie en attestent. Et l’historien se fait ethnologue du monde ouvrier, évoquant bistrots, lavoirs et bornes-fontaines pour l’avant 1939-1945, sociétés de colombophiles, orphéons et harmonies dans le Nord, mais aussi les pratiques d’opposition à l’ordre patronal et usinier : « freinage », « grapillage » chez les dockers, « perruque » (détourner l’outil du patron pour son propre compte) ou « macadam » (accident de travail simulé). Les grandes figures des maires ouvriers, socialistes notamment, sont présentes : Jean Lebas à Roubaix ou François Blancho à Saint-Nazaire. Mais Henri Sellier à Suresnes n’est pas seulement un maire bâtisseur, il a l’audace d’autoriser le Docteur Dalsace à ouvrir un dispensaire, en 1935, dans lequel sont donnés des conseils contraceptifs, bravant la loi de 1920.

Parmi d’autres vertus, l’auteur a le mérite d’insister sur l’hétérogénéité du « monde » ouvrier » – peut-être est-ce pour cela qu’il hésite à parler de « classe ouvrière » , – coloniaux, étrangers, femmes … dont les caractéristiques et les combats sont suivis jusqu’à la fin du XXe siècle. L’auteur n’hésite pas non plus, malgré les inéluctables limites du format de l’ouvrage, à évoquer également l’hétérogénéité du « mouvement ouvrier » : opposition entre « unitaires » et réformistes avant 1939, éclatement de la grève chez Renault-Billancourt en avril 1947 à l’initiative de militants trotskystes, qui remet en question l’unanimisme issu de la Résistance, ou encore hégémonie du PCF-CGT bousculée en Mai 68. Il rappelle aussi l’adhésion d’ouvriers aux idées d’extrême droite à la fin des années 30, regrettant à juste titre le peu d’études consacrées à ce thème, « véritable angle mort de l’historiographie » (p. 139), une adhésion réactivée par la crise actuelle.

Parlant successivement de la « segmentation, du morcellement du monde ouvrier », et même de « la fin du mouvement ouvrier » pour la période récente, Xavier Vigna n’insiste-t-il pas trop sur les nouveautés (attrait pour le pavillon et repli sur la cellule domestique, individualisme) au détriment des permanences ? Face aux nouvelles formes d’exploitation de la main d’œuvre (précarisation des statuts, dégradation des conditions de travail), n’est-il pas possible d’imaginer la renaissance d’un mouvement ouvrier prenant mieux en compte la diversité de la condition ouvrière et salariée, alors que, comme le dit justement l’auteur, les organisations traditionnelles, « viriles, françaises, métallo-centrées (sic) » ne pouvaient pas et ne peuvent toujours pas prendre en compte un monde ouvrier si hétérogène (p. 278). Travail de Sisyphe à n’en pas douter. A trop vouloir prendre en compte certaines singularités – par exemple les femmes voilées – le parti ou le syndicat ne risque-t-il pas d’entraîner des effets contre-productifs, de jeter dans les bras de l’extrême droite cocardière et xénophobe des fractions de « la classe » ?

 



[1]              Déjà en 1965, trois jeunes économistes, frappés par la diminution drastique du nombre des agriculteurs, publiaient au Seuil un livre intitulé Une France sans paysans (Michel Gervais, Claude Servolin et Jean Weil).

[2]              Pierre Daum, Immigrés de force. Les travailleurs indochinois en France (1939-52), Paris, Éditions Solin, 2009.

[3]              Arnaud Baubérot, « L’enfance en rouge et noir. Colonies de vacances communiste et catholique à Ivry-sur-Seine dans l’entre-deux-guerres » in Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot (dir.), Hériter en politique, Paris, PUF, 2011, p.111-122.

La présentation du livre par Xavier Vigna

 

 

Chris Harman, Une histoire populaire de l’humanité. De l’âge de pierre au nouveau millénaire (A People’s History of the World. From the Stone Age to the New Millenium), Paris, La Découverte, 2011 (2008 pour l’édition originale la plus récente), 736 pages, 29,50 €.

Le travail d’Howard Zinn, Une histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours, qui a connu un vaste succès, a suscité bon nombre d’émules. Outre Les nations obscures. Une histoire populaire du tiers monde de Vijay Prashad et Histoire populaire des sciences de Clifford D. Conner (tous deux chroniqués dans notre revue électronique), Chris Harman a eu l’ambition d’étendre cette démarche à l’histoire de l’humanité dans son ensemble. Rappelons que Chris Harman, récemment décédé, était une des figures intellectuelles majeures du SWP britannique[1]. L’entreprise était risquée, un seul homme pouvant désormais difficilement embrasser la totalité de l’histoire universelle sans la collaboration d’une véritable équipe de spécialistes. Mais la principale limite de l’ouvrage tient en fait à ce que, davantage qu’une histoire du peuple, il s’agit d’une histoire marxiste du monde, qui plus est d’un marxisme que l’on peut qualifier, souvent, de strictement « orthodoxe ». Vertébrée autour de la base matérielle des civilisations, elle apparaît en effet quelque peu désincarnée, sans pleinement aborder la vie quotidienne des grandes masses de population, justement, ni l’histoire des arts. La traduction témoigne également d’un certain manque de connaissances précises, tout au moins dans leur version française : monachisme devient « monasticisme », les royaumes combattants chinois des États guerriers, et l’école légiste celle des « légalistes ». Enfin, les références bibliographiques ne sont pas toujours à jour en ce qui concerne leurs éditions françaises les plus récentes.

Pour autant, le vaste travail de Chris Harman apporte des éléments utiles et stimulants pour la réflexion, bien que son exposé verse à plusieurs reprises dans un certain mécanisme. Refusant toute idée d’une nature humaine fixe ou d’une histoire finie (bon exemple page 422), il embrasse plusieurs millénaires d’aventure de l’humanité, dans une synthèse qui a de quoi susciter le respect. Passons rapidement sur le communisme primitif, que l’auteur a tendance à idéaliser sans tenir compte des analyses les plus récentes – et plus nuancées – sur la question (Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était, chroniqué dans notre revue électronique), avant de s’arrêter sur ce premier bouleversement majeur qu’est la révolution néolithique. L’apparition des chefs de villages et des guerres y précéderait le développement urbain, l’existence de surplus liée aux progrès de la productivité entraînant la division en classes, la naissance de l’État et des idéologies religieuses afin de les justifier et de les pérenniser. Les premiers âges sombres qui suivraient cette première longue phase de croissance s’expliqueraient alors par la trop grande avidité de classes dominantes également rigides et conservatrices. Parmi les développements sur la période antique les plus intéressants pour un lecteur européen, ceux sur la Chine amènent Chris Harman à imaginer la possible émergence d’un capitalisme avant l’unification du pays par Qin Shi Huangdi, un possible enrayé par l’accroissement de la main-mise de la bureaucratie étatique ; on n’est pas loin du scénario uchronique envisagé par Aldo Schiavone pour Rome quelques décennies avant la fondation du Principat (Aldo Schiavone, L’histoire brisée, chroniqué dans notre revue électronique). Concernant la pensée grecque, il attribue sa vitalité aux luttes de classes qui agitent le monde hellène, et relativise correctement l’opposition entre les sénateurs romains et certains empereurs, simple lutte entre possédants. On appréciera également sa vision nuancée du christianisme, dont il ne fait pas une religion prolétarienne, même si son explication de l’essor du monothéisme – une religion convenant mieux aux urbains et aux marchands – n’emporte aucunement l’adhésion. Se retrouvent par ailleurs sous sa plume des analyses de l’islam qui sont une des caractéristiques polémiques du SWP : selon lui, dans son chapitre justement nommé « Les révolutions islamiques », la dissidence chiite est également subversion sociale, une vision subjective qui néglige la prise en compte du noyau réactionnaire de toute religion. Les ancêtres des prolétaires, Chris Harman les voit dans les artisans royaux égyptiens, ce qui est également pour le moins discutable, au vu du statut éminemment privilégié et particulier de ceux-ci.

Face à des civilisations ayant échoué à se transformer en un mode de production plus efficient, telle la Chine ou l’empire musulman, où le parasitisme des classes supérieures brida tout développement, Chris Harman oppose l’Europe, dont « l’arriération même (…) lui permit de se projeter au-delà des grands empires » (p. 165). Dans cette phase de « Grande transformation » (titre inspiré de Karl Polanyi[2]), ouverte au XVe siècle – où l’on note au passage la reprise par l’auteur de la légende noire de Christophe Colomb, qui lui attribue un rôle précurseur dans les massacres qui ont suivi sa découverte des Amériques – les XVIe et XVIIe siècles sont ceux du « féodalisme de marché », tandis que le protestantisme incarnerait une tentative de révolution de la part des classes moyennes… Aux époques modernes et contemporaines, les développements sur les révolutions, en particulier anglaise et française, sont d’ailleurs particulièrement détaillés. Toutefois, Chris Harman conclut bien trop rapidement sur la présence d’un parti révolutionnaire organisé pour expliquer la venue au pouvoir de la bourgeoisie (la New Model Army de Cromwell ou les Jacobins). Certains manques sont également là aussi à noter, ainsi de Jean Meslier ou des réflexions pourtant cruciales de Christopher Baily, sur les révolutions industrieuses entre autre (voir La naissance du monde moderne, chroniqué dans notre revue électronique). Pour le XXe siècle, l’exposé est plus conforme à la vision trotskyste traditionnelle, que ce soit sur la révolution russe et ses suites, ou sur le Front populaire comme collusion avec la bourgeoisie et donc trahison ; plusieurs raccourcis ou simplifications sont là encore de mise (ainsi sur le 6 février 1934). La singularité du SWP se retrouve dans la caractérisation de l’URSS comme un capitalisme d’État, avec une accumulation primitive du capital opérée sous Staline et une URSS renvoyée dos à dos avec les États-Unis. Bien sûr, nous n’avons proposé là qu’un aperçu critique de cette vaste fresque, aux inévitables manques, simplifications ou survols trop succincts (les civilisations africaines, ou la résolution de la crise du bas Moyen-Âge), qui impressionne par son ambition littéralement démesurée, pour tout dire inaccessible à un chercheur isolé. Pour mener à bien une telle histoire, d’une manière aussi complète que possible, et même en demeurant dans une optique vulgarisatrice, la nécessité d’un collectif se révèle, ici, en creux, patente.

Jean-Guillaume Lanuque


[1]    Chris Harman est une figure d’une des familles trotskystes mondiales, celle qui considère l’URSS comme une société « capitaliste bureaucratique d’État » et non comme un « État ouvrier dégénéré ». C’est un auteur prolifique : voir http://www.marxists.org/archive/harman/

[2]    Karl Polanyi, La Grande transformation. Aux origines politiques et économiques de notre temps, Paris, Gallimard, 1983 (édition originale en 1944). Polanyi est un historien de l’économie, influencé par le marxisme.

Sven Lindqvist, Une histoire du bombardement, Paris, La Découverte, 2012 (édition originale 1999), 396 pages, 22 €.

Sven Linqvist est un auteur suédois, dont on avait déjà pu découvrir le passionnant Exterminez toutes ces brutes ! ou Terra Nullius. Cet ouvrage, publié une première fois en français en 2002 sous le titre Maintenant tu es mort. Le siècle des bombes (Le serpent à plume), s’inscrit dans la même veine, celle d’essais historiques vulgarisateurs et volontiers impressionnistes, centrés sur la barbarie dissimulée sous la modernité, essais qui donnent toujours envie d’approfondir le sujet. La construction du livre est par ailleurs singulière, se rapprochant quelque peu de celle des « livres dont vous êtes le héros ». Le propos est en effet subdivisé en quatre cents petits chapitres, de longueur inégale, qui suivent le déroulement chronologique, de 762 à aujourd’hui. Mais plutôt que de les lire dans l’ordre, Sven Lindqvist conseille de suivre les vingt-deux thèmes qu’il a isolés, et qui conduisent à une lecture discursive. Une coquetterie, donc, qui n’entame en rien l’intérêt de l’ouvrage.

Parmi les points les plus intéressants, il convient ainsi de relever l’utilisation de certains romans de science-fiction parus de la fin du XIXe siècle à la fin du XXe, dans lesquels, à l’instar de Emilio Gentile (L’apocalypse de la modernité, chroniqué dans notre revue électronique), Sven Lindqvist repère des anticipations de destructions aériennes et de génocides, ou des retours de la civilisation vers la barbarie suite à une guerre. Toutefois ces constats restent isolés. Ils ne sont pas suffisamment resitués dans leur contexte et l’appartenance idéologique de leurs auteurs respectifs n’est pas indiquée, avec parfois des erreurs dans la description ou des oublis dans l’analyse, comme pour Le nuage pourpre de Matthew P. Shiel. Est également rappelé le premier bombardement aérien de l’histoire, qui s’est déroulé en Libye, lors de sa tentative de conquête par l’Italie en 1911. L’entre-deux-guerres confirme d’ailleurs cette prédilection de cibles colonisées, volontiers civiles, l’auteur traçant un parallèle significatif entre la célébrité de Guernica l’européenne et l’oubli de Chechaouene, au Maroc, bombardé pendant la guerre du Rif.

Ce faisant, Sven Lindqvist se situe une nouvelle fois dans le sillon d’auteurs comme Domenico Losurdo (Le péché originel du XXe siècle, chroniqué dans notre revue électronique), lorsqu’il estime que le bombardement fut d’abord utilisé sur le terrain colonial, avant de se retourner contre les Européens : « (…) n’est-ce pas cette manière de faire la guerre – que l’Europe s’est si longtemps autorisé contre les deux tiers de l’humanité – qui revient au XXe siècle nous frapper comme un boomerang ? » (p. 45-46). Plus généralement, Sven Lindqvist voit dans la technique du bombardement un lien privilégié du basculement vers l’idée de guerre totale, qui culmine pendant la Seconde Guerre mondiale, d’abord avec le choix de Winston Churchill assumant le principe des bombardements dès juin 1940, ensuite avec les exemples bien connus de bombardements civils en Allemagne, Hambourg ou Dresde en particulier, et au Japon avec Hiroshima et Nagasaki[1].

L’exposé de l’auteur restitue bien sur ce dernier point les contre-vérités défendues par les dirigeants politiques des États-Unis, encore vivaces de nos jours : citons en particulier le mythe de la bombe atomique évitant la mort d’un million de soldats étasuniens lors d’un débarquement au Japon (les prévisions réelles étaient plus de dix fois moindres), ou celui de sa nécessité pour faire capituler le pays (alors qu’il avait déjà demandé la capitulation)[2]. Les descriptions des conséquences des bombardements sont toujours particulièrement glaçantes, tout comme est implacable la démonstration du caractère majoritairement illusoire du droit international vis-à-vis des bombardements, et plus spécialement des armes nucléaires, quand bien même certaines réflexions de Sven Lindqvist semblent témoigner d’un certain simplisme politique[3].

Malgré ses quelques limites, Une histoire du bombardement est donc une lecture stimulante, un chemin de traverse proposant une autre histoire du XXe siècle.

Jean-Guillaume Lanuque


[1]              A ce propos, Sven Lindqvist défend l’idée que pour certains des responsables de ces bombardements, viser des objectifs civils devait éventuellement provoquer le déclenchement d’une révolution, aux antipodes donc de la thèse trotskyste traditionnelle selon laquelle c’est au contraire pour enrayer toute possibilité de révolution allemande que les Alliés firent le choix de viser les civils…

[2]              Autre mythe démonté, celui d’une décolonisation pacifique de l’empire britannique, Sven Lindqvist rappelant les violents bombardements effectués à Aden, mais surtout en Malaisie et au Kenya.

[3]              Au sujet de 1968, « C’est aussi l’année où la tyrannie communiste a séduit Paris, et où les jeunes gens de toute une génération se sont recyclés en maoïstes idéalistes » (p. 298).

Jean-Jacques Marie, Lénine. La révolution permanente, Paris, Payot, collection « Biographie Payot », 2011, 528 pages, 27,50 €.

Jean-Jacques Marie nous a déjà livré une biographie de Lénine en 2004, aux éditions Balland, dont nous avions alors rendu compte. Cette nouvelle version, qui sort dans la même collection que son Khrouchtchev. Le réformateur impossible (chroniqué dans notre revue électronique), est en fait remaniée, enrichie de données supplémentaires et complétée par un avant-propos totalement inédit. De ce dernier, retenons en particulier le rappel de la dimension largement incantatoire, velléitaire, des déclarations violentes de Lénine (mais pas de toutes), ainsi que la volonté de souligner les apports incontestablement progressistes de la révolution d’octobre[1], tâche d’autant plus utile que les nouveaux programmes de troisième insistent au contraire sur la construction du totalitarisme soviétique, préparée par Lénine, sublimée par Staline.

D’ailleurs, le sous-titre choisi, au-delà d’un clin d’œil au trotskysme, témoigne à sa manière de la vision qui est proposée du leader bolchevique : celui d’un révolutionnaire sincère, empirique et pragmatique[2] (le caractère souvent conjoncturel de ses écrits est souligné, spécialement Que faire ?), n’ayant pas su s’opposer à l’émergence et à l’omniprésence grandissante de la bureaucratie qu’il voyait avant tout comme un phénomène politique plus que social, combat repris par Trotsky et ses partisans… Jean-Jacques Marie cite d’ailleurs, parmi les sources de cet essor bureaucratique, aussi bien des causes lointaines – la corruption endémique de la Russie tsariste – que proches – le communisme de guerre[3]. Ce faisant, l’historien privilégie le contexte, y compris celui des changements de comportements induits par la Première Guerre mondiale (sans aller jusqu’à parler de « brutalisation »[4], un concept de George L. Mosse que Jean-Jacques Marie ne partage pas).

Outre le caractère obstiné de Lénine et sa tendance à « dévorer » les livres, des éléments moins connus de sa vie sont relevés par l’auteur, comme son intérêt marqué pour le sport. De la masse de faits biographiques, qui relève toutes les étapes de sa vie, Jean-Jacques Marie tire finalement un portrait éclairant (sur la longue maturation politique de Lénine se terminant avec sa première période d’exil), plutôt équilibré : son approche (conservatrice) des relations amoureuses face à celle d’Inessa Armand n’est ainsi pas épargnée, tout comme le chaos régnant en Russie dans les premiers temps qui suivent la prise du pouvoir[5] et les limites subséquentes du volontarisme proclamé. Parmi les reproches que l’on peut faire au résultat, incontestablement solide et érudit, figurent le manque d’analyses approfondies sur certains des ouvrages phares de Lénine (Matérialisme et empiriocriticisme, par exemple) ainsi qu’une biographie en langue française dans laquelle plusieurs titres récents des éditions Science marxiste sont absents (un seul d’entre-eux est cité).

Jean-Guillaume Lanuque


[1]              Dans le corps de l’ouvrage, Jean-Jacques Marie imagine même un intéressant scénario uchronique en cas d’inexistence de la révolution d’octobre : « (…) la gigantesque secousse qui a disloqué la Russie et éveillé des millions d’hommes de leur torpeur séculaire aurait sans doute débouché sur le chaos, l’anarchie, la dislocation puis sur une dictature militaire ou une première variante de fascisme. » (p. 138).

[2]              Lénine invite ainsi, aux lendemains de la guerre civile, les sectes religieuses à venir s’investir dans le travail de la terre en Russie (p. 405-406).

[3]              « Une fois la guerre civile terminée et la réquisition abandonnée, les membres de ces détachements appliqueront dans le parti et les soviets les mêmes méthodes et considéreront la discussion comme une perte de temps et la discipline et l’obéissance comme une exigence première. En ce sens, le communisme de guerre fournit un des aliments du stalinisme futur. » (p. 311).

[4]              L’historien George L. Mosse élabore ce concept qui caractérise un habitus de violence dans les sociétés européennes, violence née dans les tranchées de la Guerre de 14-18, dans son ouvrage La Brutalisation des sociétés européennes. De la Grande Guerre au totalitarisme, Paris, Hachette littérature, 2000.

[5]              L’exemple de la difficulté à faire soigner rapidement Lénine après la tentative d’assassinat de Fanny Kaplan est assez éclairant de la confusion régnante.

Fabrice Flahutez, Le lettrisme historique était une avant-garde, Dijon, Les Presses du réel, 2011, 255 pages, 20 €.

Ce livre étudie l’histoire du mouvement lettriste, fondé à Paris autour d’Isidore Isou en janvier 1946. L’interrogation sur les enjeux, les outils épistémologiques et les paradigmes de cette histoire même – invitant alors à en changer pour comprendre cette avant-garde – en fait le principal intérêt ainsi que toute l’originalité. Ainsi, il convient de désenclaver le lettrisme de « la continuité d’un courant (le surréalisme) » ou de le dissoudre « dans l’origine d’un autre (les situationnistes) » (p. 16). Surtout, grâce à une analyse fine du contexte de l’après-guerre, Flahutez montre comment l’histoire de l’art de cette période reste tributaire de l’opposition entre abstraction et figuration (p. 25 et 38), qui fausse dès lors l’appréhension de la complexité de l’effervescence de ces années et passe à côté des mouvements qui refusaient de se reconnaître dans ce faux dilemme. La réévaluation historique proposée ici a certaines affinités avec la « fabrique de l’histoire » lettriste et sa transformation en œuvre d’art. Elle permet également de dégager l’héritage lettriste.

La mise en avant de l’originalité de cette avant-garde n’empêche pas – bien au contraire – l’auteur de l’inscrire dans un réseau et d’en dessiner les points de rencontre et de tension : autour de l’art brut en 1947 (p. 37), d’une prise de conscience historique de Dada (p. 106), de la redécouverte de Fourier (p. 181-182) et, surtout, du surréalisme dont le rôle et le positionnement ressortent avec évidence (p. 43-49). De même, l’empathie pour son objet d’étude n’interdit pas à Flahutez d’en souligner le paradoxe fondateur en quelque sorte puisque le lettrisme est un mouvement basé sur la lettre, qui fit une incroyable confiance et usage de l’écrit (p. 105 et 131). Des pages assez drôles sur l’histoire du lettrisme en train de se faire sur Wikipedia (p. 113 et suivantes) alternent avec des pages théoriques denses et ardues sur l’usage de l’image et de l’hypergraphie, où sont mises en lumière son lien avec l’herméneutique égyptienne (p. 175).

La quantité et la qualité des reproductions – les hypergraphies ou grimoires d’Isou et Pomerand (p. 153, 198 et 200) éclairent la « méthode » et sa beauté – ainsi que l’imposante bibliographie – dont il manque pourtant, étrangement, le catalogue Figures de la négation. Avant-gardes du dépassement de l’art (Saint-Etienne, Musée d’art moderne de Saint-Etienne, 2003), qui fait une large part aux lettristes – liées au renouvellement de l’approche méthodologique en feront certainement un livre indispensable pour toute personne intéressée par le lettrisme ou l’histoire de l’art dans la seconde moitié des années 40.

Frédéric Thomas

Antonio Gramsci, Guerre de mouvement et guerre de position, Paris, La fabrique, 2012, 340 pages, 17 €.

Avec raison, Gramsci (1891-1937) reste considéré comme l’un des marxistes de l’entre-deux-guerres les plus importants. Le choix d’extraits, réunis ici en 7 chapitres, embrasse l’ensemble de ses écrits de prison et tente de mettre en évidence plusieurs de ses concepts : hégémonie, américanisme, culture nationale populaire, etc.

Les pages parmi les plus intéressantes sont celles qui reviennent sur l’articulation entre société civile et politique, direction et domination, force et persuasion, qui dessine une nouvelle conception de l’État – « hégémonie cuirassée de coercition » (p. 40) –, sensée mieux correspondre aux changements historiques opérés en Occident depuis la fin du XIXe siècle. D’où une réflexion sur la stratégie à adopter au regard du succès de la révolution en Russie et de son échec partout ailleurs. Également captivants, les passages consacrés à l’américanisme, à savoir les nouvelles méthodes et organisations de travail mises en œuvres aux États-Unis dans les usines Ford. Gramsci y voit une combinaison habile de la force et de la persuasion, une pression matérielle et morale, une rationalisation de la production, parallèle à une rationalisation des instincts sexuels où l’enjeu est « le processus de transformation psycho-physique » de l’ouvrier moyen (p. 303). Au fil des pages, se révèle alors un marxisme original, insistant sur les liens entre théorie et pratique, réflexion et volonté – « on ne peut prévoir « scientifiquement » que la lutte » (p. 120) –, sur les moments de crise et le complexe de compromis, d’équilibres instables, qui se noue par le biais de l’hégémonie de la classe dirigeante et appelle à un renouvellement complet de la stratégie des luttes.

Dans sa précieuse présentation et ses commentaires, Razmig Keucheyan revient sur les multiples usages de Gramsci – son positionnement contrasté en France et en Italie – et ses héritages, notamment dans les « cultural » et « subaltern studies ». On regrettera cependant qu’il ne développe pas cette filiation, en tentant de dégager ce qui était déjà en germes chez le penseur italien et ce qui tient plus à une réinterprétation de ses écrits. De même, un retour sur la manière de Gramsci de se situer dans la lutte au sein du Parti russe et du Kominterm aurait été nécessaire. Enfin, Keucheyan met bien en valeur l’originalité de Gramsci, montrant au passage les correspondances qui existent avec d’autres penseurs originaux, tels que Mariategui et Benjamin, ainsi que son actualité aujourd’hui.

Frédéric Thomas

Jacques Rancière, La leçon d’Althusser, Paris, La fabrique, 2012, 254 pages, 14 €.

Ce livre avait été écrit et publié en 1973, à un moment charnière. C’était en effet le début d’un essoufflement de Mai 68 et du gauchisme. Mais c’était aussi, à titre plus individuel, le commencement d’une réflexion originale que l’auteur n’a cessé de développer depuis lors. D’où l’intérêt de cet essai et de cette réédition.

Dans l’avant-propos, Jacques Rancière insiste sur le « cas Althusser », sur ce qu’il a représenté entre le début des années 60 et 1973. L’enjeu de ce livre était alors d’étudier la « politique d’une pensée »  et, à travers elle, le rôle, l’usage et les effets d’un certain marxisme. Soit le paradoxe d’un marxisme comme « philosophie de l’ordre » (p. 17), prise dans une rhétorique subversive n’engageant à rien (p. 194 et 201). C’est donc ce paradoxe, la fonction incarnée par l’althussérisme que l’auteur tente de cerner le long de ces pages, en dépassant la figure d’Althusser et les critiques par trop réductionnistes. Rancière rappelle le « pari » althussérien initial : « il était possible de produire une transformation politique dans le P.C. par un travail théorique de restauration de la pensée de Marx. Il n’y avait pas d’issue politique en-dehors du Parti (parce qu’il était le parti de la classe ouvrière), pas d’issue non plus au sein du Parti dans cet aggiornamento libéral, qui se réclamait de l’exemple du P.C.I., et représentait l’espoir des intellectuels oppositionnels » (p. 62). La fonction première de l’althussérisme au tournant des années 70 est de capter une partie de la révolte étudiante et certaines franges du gauchisme au bénéfice du PCF. Plus globalement, il offre une assise légitime et confortable aux intellectuels (principalement ceux du Parti, mais pas seulement) : « les intellectuels du Parti jouissent, depuis Althusser, de toute la considération de leurs pairs » (p. 65). Mais pour ce faire, il met en œuvre « un certain mécanisme d’annulation théorique et politique » (p. 174). Annulation de Mai 68 tout d’abord, – négation de la révolte antiautoritaire et disqualification générale sous la formule d’une « idéologie petite-bourgeoise » – et de la question des dispositifs du savoir lui-même, ensuite (p. 84). Et Rancière d’ironiser sur la « subversion » philosophique incarnée par Althusser au regard des manifestations qui secouent alors la France : « En février 1968, par la voix d’Althusser, et devant le parterre des membres de la Société française de philosophie, Lénine faisait son entrée à la Sorbonne. Le 13 mai suivant, des milliers d’étudiants y faisaient une entrée un peu moins respectueuse pour y planter les drapeaux de leur révolte » (p. 59).

L’althussérisme opère en fait comme une « police théorique » (p. 87), qui consacre la division du travail entre spécialistes et masses, sous couvert de l’antagonisme entre Science et Idéologie, et d’une neutralisation du lieu de son discours (p. 197). En dernière instance, avec le rôle, la place et le statut des intellectuels, c’est bien une légitimation des intellectuels et de la philosophie comme spécialité universitaire qui est défendue ici. Et par-delà, de l’ordre et de l’autorité en général. De cet ordre et de cette autorité justement mis à mal par Mai 68, qui obligeait l’intellectuel « à prendre en compte dans son discours le lieu où il parle et à investir ce discours dans une pratique visant à transformer les rapports de pouvoir qui en font seulement un intellectuel. Tout l’effort d’Althusser fut au contraire de chasser de son discours les effets de pouvoir qui le contraignaient » (p. 197). Or, Rancière en fait l’un des enjeux de la lutte de Mai 68 et de sa limite : la (non) destruction de « la machine théorique et politique de la représentation » et « l’impuissance des couches intellectuelles radicalisées depuis Mai 68 à penser positivement la spécificité de leur révolte, la place de cette révolte dans le camp de la révolution » (p. 208). C’est d’ailleurs à partir de cette limite, qui marque tout à la fois la fin « des grands discours totalisateurs du gauchisme » et, plus positivement, la « dispersion qui multiplie les lieux où se pose la question du pouvoir », l’apparition « sans doute d’une figure nouvelle de la subversion » (p. 203-204), que l’auteur entend renouveler la lutte. Et c’est par ce versant également – indépendamment des références datées au maoïsme et à la Révolution culturelle – que le livre reste d’actualité.

À dix ans de distance, Rancière écrit un livre – Le philosophe et ses pauvres (Fayard, 1983, réédité par Flammarion/Champs en 2007) – s’en prenant notamment à Bourdieu. Or, la cohérence et la continuation entre la critique des effets de la pensée de ces deux auteurs sont évidentes. Ces effets se rejoignent dans une posture politique, reconduisant et reconfirmant le dédoublement entre la critique et l’expertise du savant, d’une part, l’idéologie et l’action chaotique du peuple, d’autre part. D’ailleurs, par deux fois (p. 85 et 131), incidemment, apparaît la figure de Bourdieu, manifestant une sorte de solidarité organique avec l’althussérisme dans leur combat commun contre « le gauchisme, la subordination de la science à la politique, l’agression des politiques analphabètes contre les chercheurs » (p. 85).

Mais plus largement, La leçon d’Althusser inaugure la série de déplacements théorico-politiques – cet entre-deux refusant le « reflux » et le rattrapage globalisant gauchiste ou marxiste –, que Rancière va étendre et poursuivre par après dans l’aventure collective des Révoltes logiques[1]. Un double mouvement historique en aval et en amont, en explorant les luttes ouvrières avant 1848 et la dispersion de pratiques émancipatrices contemporaines (Lip, Larzac, etc.). Or, les correspondances entre ses luttes à 150 ans de distance participent d’un glissement théorique « idéaliste » (p. 206), centré désormais sur les questions de capacités, du pouvoir de qualification, de l’autonomie et du possible. Parallèlement, se donne à voir la généalogie d’une pensée et sa matrice initiale. En ce sens, il est possible de refaire le chemin inverse où se lit une forme de réductionnisme, de raccourci de la philosophie de Rancière : de la critique d’Althusser à celle d’un certain marxisme, puis du marxisme certain, de la sociologie ensuite, et de la « critique » et des notions de domination, aliénation ou réification enfin. Si la logique du retournement (p. 12) dénoncée par l’auteur est bien réelle et constitue une contradiction majeure de la tradition de la politique émancipatrice, l’affirmation selon laquelle le recours à ces courants de pensée équivaudrait mécaniquement et fatalement à la reproduction de l’inégalité des capacités et à la figure de l’avant-garde n’est pas convainquante. Enfin, le refus de concevoir que la domination puisse aussi passer et se reproduire par des mécanismes idéologiques a pour effet de nous laisser plus désarmés qu’auparavant. La leçon d’Althusser demeure cependant un document important pour traquer l’apparition et la reconnaissance de ces figures et pratiques anciennes et nouvelles de la subversion.

 Frédéric Thomas


[1]              Je renvoie aux études à ce sujet de Vincent Chambarlhac. Notamment « Court voyage au pays des Révoltes logiques ou d’une part de l’effet 68 sur l’histoire sociale » in Dissidences, volume 4, avril 2008, p. 119-131..

Vincent De Raeve, L’Usine, Charleroi, Éditions Couleur Livres, 2006, 104 pages, 12 €.

Né en 1970 à Bruxelles, l’auteur a exercé divers petits métiers qui se ressemblent par leur absence de qualification ou leur déqualification : barman, serveur, bûcheron, manœuvre, ouvrier de production… Néanmoins, De Raeve a toujours été un dévoreur de livres et de bandes dessinées, ce qui l’a sans doute sauvé. Si certains sont écrasés par l’univers usinier, De Raeve le raconte. Préfacé par François Bon, ce recueil de courts textes, une page ou deux, fait état de son expérience de prolétaire. Bien que l’auteur ne soit pas révolutionnaire, sa révolte à l’égard d’un ordre insupportable se devine à chaque ligne. Ainsi dans le texte « Intérim », une anecdote visuelle est plus parlante que bien des analyses à propos de la barbarie du salariat : « Et puis, il y a toujours une petite chance de faire partie des deux ou trois CDI de l’année. Alors… Certains viennent même dans le bureau du personnel avec leur femme enceinte jusqu’aux yeux. Regardez, j’ai besoin d’un vrai contrat » (p. 27). Par petites touches, par d’infimes notations (ainsi sur la novlangue, notion chère à Georges Orwell, dans le texte « ISO »), il nous permet de pénétrer au plus intime de l’ordre usinier, fût-ce pour exprimer la terreur qui en est l’ingrédient ultime : « Vous voulez savoir comment ça marche une usine ? Ça consomme quoi un ouvrier, comme carburant ? Ça tient le coup comment ? La réponse est la peur » (p. 14). Ailleurs, c’est le dégoût de ses collègues qui s’exprime, loin de toute solidarité spontanée avec ceux qui l’entourent : « Distribution de pralines Ferrero. Bientôt Noël. Le contremaître envoie un type chercher les boîtes avec un clark. Il a en mains une liste avec nos noms. Les mecs se précipitent comme des veaux » (p. 44). Parfois, le récit frise même l’abjection, mais le pacte de narration implique de ne rien celer au lecteur : « L’autre jour à la pointeuse, fin de pause ; un type raconte : ‘j’ai reçu un super message sur mon portable ; ce texto a coûté quinze cents, avec cette somme on peut faire vivre un petit arabe pendant une journée, envoie ce texto à ton tour et laisse crever un bougnoule » (p. 74). De Raeve parvient parfaitement à rendre compte de qu’il vit, de ce qu’il ressent. De ce point de vue, LUsine s’inscrit dans la série des grands textes du roman social et nécessite lecture.

Étonnement, bien qu’il ne soit pas particulièrement tendre à l’égard des organisations syndicales, De Raeve travaille aujourd’hui comme organisateur pour le syndicat socialiste belge. La revendication de son identité y est sans doute pour quelque chose : « Je suis ouvrier et j’en suis fier. Pas un opérateur de production. Je le revendique. Je suis marqué par l’usine et ce que j’y ai vécu. Et les autres qui y travaillent aussi ont mon respect le plus profond » (p. 103).

On peut prolonger ce témoignage par le « roman graphique » Assis debout (Des ronds dans l’O Éditions, 2008), réalisé avec l’illustrateur Stephan Plottès, sur un  scénario de De Raeve. Cette dizaine de courts récits (en noir et blanc) plonge, par l’illustration, le lecteur dans l’univers de De Raeve, assez éloigné de l’optimisme obligé du réalisme socialiste. Dans le sien, il y est beaucoup question d’alcool, de travail, mais aussi de rédemption et d’amour.  Une touche d’espoir ?

Georges Ubbiali

Jean Charles, Besançon ouvrier. Aux origines du mouvement syndical, 1882-1914, Besançon, Presses universitaires de Franche-comté, 2010, 406 pages, 17 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage avait connu une première édition en 1962 aux Éditions sociales. Il est réédité aujourd’hui avec une postface d’environ 80 pages, qui permet d’actualiser l’analyse par le biais des travaux et recherches conduits depuis un demi-siècle. L’ouvrage se décompose en trois parties chronologiquement déclinées. Dans une première période (1870 à 1895) les trois chapitres développent sur la naissances des organisations syndicales, en lien avec les mouvements revendicatifs. Dans cette première phase les ouvriers de l’horlogerie, corporation très qualifiée, jouent un rôle central. Particularité, ces horlogers sont également étrangers, puisque la Suisse voisine fournit son contingent de travailleurs horlogers à une fédération ouvrière qui se créée officiellement en 1891. Du point de vue politique, cette fédération se trouve sous l’influence du POSR (Parti ouvrier socialiste révolutionnaire) de Jean Allemane, branche très modérée du socialisme naissant. A la fin de cette première phase, en 1894, se pose la question des moyens à développer pour soutenir les mouvements de grève. C’est ainsi qu’est mis sur pied une caisse de grève. Durant ces première années, on assiste donc à une période d’organisation du mouvement ouvrier, à travers la fédération ouvrière. Cette fédération est surtout marquée par les questions locales, ignorant les débats stratégiques qui agitent le mouvement ouvrier au niveau national. Mais en 1895 une nouvelle étape s’ouvre pour la fédération. Pendant cette seconde période (1891-1905), la fédération est dominée par le réformisme. En effet, face à la crise économique qui sévit, les dirigeants de la fédération se montrent très sensibles à la conjoncture : « Les dirigeants fédéraux deviennent des éléments modérateurs, ceci au nom de l’intérêt général du mouvement ouvrier bisontin » (p. 80). Sous l’égide de son dirigeant, Adrien Graizely, permanent de 1894 à 1924, la fédération développe ses services (enseignement, bureau de placement, coopérative de consommation). Pour ce dirigeant, « la bonne marche de l’organisation se mesure à la quantité d’argent qu’elle possède en caisse et sur son livret de caisse d’épargne » (p. 101). Dans ces conditions, on comprend la centralité de la caisse de grève dans l’orientation et l’imaginaire syndical. La puissance syndicale, c’est une caisse en excédent. Le syndicalisme qui se développe se situe à l’opposé du syndicalisme d’action directe, car la Fédération, en versant des secours aux grévistes, juge en dernier ressort de l’opportunité ou non d’un mouvement gréviste.  Conséquence, les grèves sont proscrites, car elles tendent à vider les caisses. Quant à la grève générale, elle est bannie car… elle coûte trop cher ! D’outil en faveur de la grève, la caisse de grève se révèle en pratique un obstacle à son développement, «  une entrave à l’action collective » (p. 109). Cette orientation clairement réformiste de la fédération explique la faiblesse des liens qui la relie aux organisations syndicales nationales. Cherchant à comprendre les raisons de cette domination du réformisme, Jean Charles en attribue la paternité à trois dimensions : l’influence du syndicalisme suisse, les conditions politiques locales (place du POSR) et enfin la composition sociale du mouvement ouvrier bisontin, en clair, la prépondérance d’une aristocratie ouvrière, illustrée par les horlogers. Résultat, la fédération semble bien malade en 1904, lorsqu’une nouvelle équipe dirigeante promeut une orientation différente, de nature plus anarcho-syndicaliste, en phase avec l’évolution de la CGT au niveau national. La troisième partie, qui court de 1905 à la guerre, aborde cette nouvelle phase. Suite à une grève dans un atelier horloger, puis à la grève des soieries en 1908 (grève dans laquelle intervient Gabrielle Petit[1] ), un puissant courant de radicalisation s’empare du mouvement syndical bisontin. La symbiose avec les pouvoirs publics locaux (dominés par les radicaux) se brise. La défiance envers le mutualisme et la coopération s’installe au profit d’une affirmation des minorités agissantes. Un véritable « aristocratisme ouvrier », pointé depuis les travaux fondateurs de Jean Maitron, s’affirme (on laisse le soin aux lecteurs de découvrir les savoureuses et hautaines citations consacrées aux ouvriers non syndiqués, pages 174 et suivantes). Cependant, cette flambée de radicalisme est de courte durée, car les grèves sont défaites. Dès 1908, la phase anarcho-syndicaliste de la Fédération ouvrière se referme. Elle aura duré à peine trois ans. De 1909 à la Première Guerre mondiale, la Fédération demeure atone, avec un déclin marqué des effectifs et des problèmes internes d’organisation qui accaparent les dirigeants. Le mouvement ouvrier local réagi peu à la menace de la guerre qui s’affirme pourtant de plus en plus clairement à mesure que les années 10 s’avancent. A la déclaration de guerre, la Fédération ouvrière s’effondre. Quelles conclusions tirer de cette monographie locale ? Selon l’auteur, le syndicalisme qui s’est affirmé à Besançon ressort plus d’une succursale du syndicalisme helvétique que d’une émanation du syndicalisme parisien. Au final, l’anarcho-syndicalisme, qui domine dans les rangs de la CGT, s’affirme dans le bassin bisontin plus comme une contrepartie du réformisme profond, une soupape de sécurité d’un syndicalisme marqué par la gestion.

Conscient du caractère daté de certaines analyses de sa période d’écriture, Jean Charles revient ensuite, dans une solide postface de plus de 75 pages, sur les acquis de la recherche depuis la première édition de son travail. Ces acquis lui permettent de passer en revue les travaux publiés, sur les thèmes de l’émergence du syndicalisme, des forces politiques locales (anarchistes, socialistes et radicaux), des liens de la Fédération avec l’Université populaire. Mais surtout, dans un second et ultime chapitre, l’historien se penche de manière plus épistémologique sur la question des liens entre composition sociale de la classe ouvrière bisontine et développement du réformisme. En bref, il s’interroge sur l’articulation entre les bases sociologiques et leur expression idéologique, concluant par un hommage appuyé aux libertaires, évolution notable puisqu’au moment de la rédaction de l’ouvrage Jean Charles est un membre éminent du PCF. Quelle distance, à presque 60 ans d’écart, entre des conceptions marxistes plutôt rigides et le constat d’une pluralité d’approches au sein du mouvement ouvrier !

On le voit, l’intérêt pour ce livre ne réside pas uniquement dans son aspect monographie locale, puisque des questions d’ordre plus théorique sont abordées, notamment la place de la dimension culturelle (vs le déterminisme socio-économique). On voudrait citer pour achever ce compte rendu une partie du raisonnement qui conclut l’ouvrage : « C’est, nous semble-t-il, l’environnement politique – au sens large du terme – qui est déterminant : la faiblesse du socialisme, surtout du fait de ses divisions, et plus encore la forte empreinte du radicalisme. Ce cadre lui-même est certainement en rapport avec la stratification sociale, mais à travers quelles médiations ? » (p. 290). Interrogation particulièrement féconde, on en conviendra, qui excède largement l’objet localement situé.


[1]    Voir le compte rendu du livre de Madeleine Laude, Une femme affranchie. Gabrielle Petit l’indomptable, Paris, Éditions du Monde libertaire, 2011, dans la Bibliothèque des comptes rendus de septembre 2011, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1372

Liebman Marcel, Né juif. Une famille juive pendant la guerre, Bruxelles, Aden, 2011, 202 pages, 20 €.

Préfacée par Pierre Vidal-Naquet, cette autobiographie se révèle être une lecture nécessaire. Totalement nécessaire. Mort en 1986, l’historien Marcel Liebman fut un personnage important de la vie intellectuelle et politique belge, et un soutien indéfectible du dialogue israélo-palestinien. Publié une première fois en 1977, salué alors par la critique, ce récit à la première personne rompt fortement avec de nombreux textes produits par les rescapé-e-s de la politique d’extermination nazie des populations juives européennes.  Dans cet émouvant récit, il revient sur les conditions dans lesquelles sa famille a survécu à cette volonté exterminationniste des occupants nazis, largement aidés dans ce projet par une partie de la population belge. Ce qu’il raconte, c’est la manière dont leur survie fut permise par l’existence d’une résistance, organisée par la gauche, en particulier communiste. En effet, l’Association des juifs de Belgique, comme son homologue français, s’est immédiatement soumise aux demandes allemandes, les anticipant parfois. En insistant fortement sur les clivages de classes internes à la communauté juive (se cacher coûte cher), il explique que c’est par la désobéissance aux injonctions des autorités légitimes de leur communauté que les siens et lui-même ont pu survivre. En mettant l’accent sur l’implacable sélection des fortunes dans les capacité de survie, il pointe une dimension largement passée sous silence : celle des conditions sociales de la survie et de l’illégalité. Lui-même sera recueilli, avec son frère, par une institution liée au mouvement ouvrier chrétien. Il insiste sur l’importance des habitudes de rupture avec l’ordre établi pour pouvoir se cacher, en particulier à propos de la ville de Charleroi, où la plupart des juifs ont pu trouver refuge :  « Mais cet heureux résultat ne put être atteint que parce qu’une longue préparation l’avait précédé, que des  circonstances favorables avaient permis de surmonter l’isolement de la population juive, que des hommes, enfin, rendus plus forts par une consciences politique aiguë, aguerris ensuite par une vie militante et par l’activité clandestine, avaient dressé une barrière contre l’agression allemande » (p. 79). Hélas, son frère, par imprudence, est arrêté et disparaît définitivement. Marcel Liebman portera toute sa vie la trace de ce frère perdu et le poids d’une faute imaginaire, celle de n’avoir pu le sauver. Les dernières pages, sans doute pas les moins intéressantes, délaissent l’autobiographie pour une interrogation : qu’est-ce être juif ? Liebman y affirme une identité, ouverte sur l’universel et donc opposée à toute affirmation exclusive ou ethnique. Ce très beau livre s’inscrit dans la lignée, trop rare, d’un témoignage poignant, débouchant sur une revendication d’une humanité ouverte.

Georges Ubbiali