Archives mensuelles : septembre 2012

Leonardo Padura, L’homme qui aimait les chiens, Paris, Métailié, 2011 (2009 pour l’édition originale), 672 pages, 24 €.

 

Compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Vincent Chambarlhac)

1 – La surveillance, la traque puis l’assassinat de Léon Trotsky le 28 août 1940 à Coyoacan (Mexique) par les services secrets de l’État soviétique et du Komintern suscitent, dès ce moment, de nombreux ouvrages, de qualité fort inégale, reconnaissons-le. En 1949, déjà, le militant révolutionnaire Alfred Rosmer dénonce dans un article[1] les mensonges de deux livres, celui de Julian Gorkin et de Sanchez Salazar[2], et celui d’un renégat communiste étatsunien bien connu à ce moment là, Louis F. Budenz[3]. Il faut attendre les recherches de Pierre Broué, historien majeur de l’historiographie des communismes et spécialiste de Trotsky, pour avoir, enfin, un premier récit historique détaillé de ces événements[4]. Depuis, si les « révélations » d’un haut dirigeant du NKVD, Pavel Soudoplatov[5], viennent confirmer pour l’essentiel ce que l’on savait déjà, la biographie de Trotsky par Robert Service[6] n’apporte quand à elle rien absolument rien d’inédit, et pour cause : son chapitre sur l’assassinat ne comporte que 9 pages ! Et puis, en ce début d’année 2011, dans les librairies, ce livre du Cubain Leonardo Padura sur les trajectoires croisées de Léon Trotsky et  de son assassin, Ramon Mercader. Pour nous parler, une fois encore, de ce monde là, se peut-il que la fiction littéraire fasse preuve d’un efficace plus redoutable ? L’histoire est-elle devenue cette science si fragile[7] ? Le roman noir peut-il renouveler et enrichir cet espace délimité un peu trop hâtivement « stalinisme » ? Leonardo Padura est-il, comme l’écrivain italien Erri de Luca, un « persécuteur d’absents » [8] ou comme l’auteur mexicain Paco Ignacio Taibo II, mène-t-il un combat « contre le territoire des ombres »[9] ?

2 – Leonardo Padura, auteur jusque-là surtout connu pour ses romans noirs mettant en scène son héros le policier Mario Conde[10], nous livre donc ici un roman historique dont la sortie en langue française au début de l’année 2011 s’est révélée marquante, aussi bien du fait de ses critiques positives et élogieuses que de son apparent succès commercial. Il faut dire que L’homme qui aimait les chiens est à la fois incarnation et révélateur de l’actualité toujours renouvelée de l’histoire avec un grand H. Révélateur également des questionnements actuels sur les rapports,  « orageux » parfois, entre histoire et fiction, entre le politique et la littérature. En effet, beaucoup d’historiens datent cette « offensive majeure de la littérature [venue] camper en plein sanctuaire historien »[11] de la sortie du roman de Jonathan Littell, Les Bienveillantes (2006),  en insistant principalement sur les romans qui empruntent au nazisme et à la Seconde Guerre mondiale : Les Bienveillantes, donc, mais également Jan Karski de Yannick Haenel (2009) et HhhH de Laurent Binet (2010). C’est omettre, pourtant, l’histoire des communismes révolutionnaires des années 1920-1930,  vue sous l’angle de la fiction noire (avec ses codes), tant cette histoire peut se révéler comme lieu de tous les possibles, de tous les excès aussi. Le moment kominternien, en particulier, possède une puissance d’évocation capable de séduire de nombreux auteurs. Leonardo Padura est l’un d’eux.

3 – Son récit se compose en fait de trois trames personnelles, dont deux sont directement parallèles tandis que la dernière est une quasi mise en abyme de l’auteur lui-même. Simultanément, le lecteur suit donc le parcours géographiquement erratique de Trotsky dans la période de sa vie la plus tragique, de la fin de son exil soviétique jusqu’à son assassinat au Mexique en 1940 et celui de son assassin, Ramon Mercader, de son enfance à sa mort. Ce dernier est également le lien avec le Cubain Ivan, écrivain frustré, dont la vie est à jamais marquée par la rencontre, à la fin des années 1970, sur une plage, de l’homme qui aimait les chiens…

La prose de Leonardo Padura est à chaque fois profondément empathique, brossant des personnages à l’humanité éclatante, y compris Ramon Mercader, un homme grandi à l’ombre étouffante de sa mère Caridad, amoureux de son pays, révolté par la réaction et le fascisme, qui finalement se retrouve hypnotisé par sa foi dans le communisme version stalinienne. Sur un plan strictement historique, on ne peut que reconnaître l’important travail de documentation de l’auteur, qui fait rechercher par Ivan (p. 280) la fameuse trilogie d’Isaac Deutscher sur Trotsky[12], car c’est avec ce livre qu’il a le plus travaillé, comme il le confirme dans les  multiples entretiens qu’il accorde en 2011[13].  Lui ont été utiles, aussi, livres et documentaires portant sur la guerre d’Espagne[14]. Toute cette documentation lui permet d’insérer ici et là quelques formules emblématiques comme  la fameuse « planète sans visa »[15]  ou la phrase de Natalia Sedova à propos des « fantômes aux fronts troués » qui entourent Trotsky depuis quelques années[16].

4 – C’est en fait le personnage de Ramon Mercader qui laisse la plus grande part à la fiction. En effet,  puisque celui-ci « reste un grand mystère », la documentation amassée au fil des ans a « fourni le squelette » et « la peau et les muscles sont de ma création » (Padura)[17]. Les détails sur son enfance, sa relation passionnée avec la militante communiste Africa de las Heras, ou son entraînement très « cinématographique » en URSS pour faire de lui un agent d’exception, sont fruits de l’imagination de l’auteur, et se révèlent d’ailleurs plutôt bien intégrés à l’ensemble. Il choisit également d’accentuer son rôle, en le faisant participer à l’enlèvement du leader du POUM Andrès Nin, afin qu’il apparaisse comme l’archétype du bras armé du stalinisme ; un archétype sujet au doute puis aux regrets, ce qui est assurément l’élément le plus fragile de la construction romanesque. Les autres personnages qui apparaissent au fil de cette opération « Canard » (nom de code donné par la hiérarchie des services du NKVD à l’assassinat de Trotsky) ont tous, plus ou moins, une épaisseur romanesque qui (re)construit leur rôle historique dans les enjeux du moment. Leonid Eitingon, le maître d’œuvre soviétique, sur le terrain, de l’opération, est présenté comme un homme capable de lire un ouvrage de cinq cent pages en une nuit, de réciter tout Pouchkine par cœur et de s’exprimer en huit langues (p. 134-135). Ce portrait fait de lui un autre archétype, celui de ces militants communistes, cosmopolites, cultivés, brillants et « athées débarrassés de la compassion » (p. 328), ayant fait leurs preuves pendant la guerre civile comme tchékistes, capables de travailler à la sécurité de la « patrie du socialisme » sur toute la planète, sans (se) poser aucune question. Quand à Africa de las Heras, elle n’a sans doute pas été la seconde femme importante dans la vie de Ramon Mercader, après sa mère. Néanmoins, sa carrière comme agente hors-pair du NKVD à l’étranger[18] (c’est la seule Espagnole à recevoir le grade de colonel du KGB) ou comme combattante clandestine à l’arrière du front allemand en URSS dès 1941-1942 sont bien ce qu’on pouvait attendre d’une militante décrite comme quelqu’un qui « semblait s’être cousu un livre de marxisme sous le bras » (p. 96). Manipulateurs (Louis Budenz, Ruby Weil) ou manipulés (Sylvia Ageloff, qu’un auteur d’une récente BD place au centre de sa propre reconstruction du meurtre de Trotsky[19]) tiennent leurs rôles dans le complot. L’adjonction du personnage cubain, Ivan, certes justifiée par la fin de la vie de Mercader à Cuba, est surtout l’occasion pour Leonardo Padura de porter un regard éminemment critique sur la période castriste, fruit de ce stalinisme dont l’hypocrisie, la peur et le mensonge ont eu raison des espoirs d’une révolution plus humaine incarnée dans le roman, de manière ambiguë et partielle, par Trotsky. Ce troisième récit peut se lire comme le point de vue d’Ivan, ce dernier représentant, selon l’auteur, non pas une personne, mais « la synthèse d’une génération ». Ce personnage « représente tous les problèmes que nous avons vécu à Cuba », « les illusions, les désillusions, les défaites et les peurs de ma génération »[20]. Le point de vue d’Ivan est également celui d’un Cubain sur une histoire européenne.

5 – Roman sombre et en grande partie désenchanté, L’homme qui aimait les chiens peut-il s’inscrire dans le droit fil de ces œuvres dénonciatrices du stalinisme, dont une des premières et des plus marquantes est S’il est minuit dans le siècle, de Victor Serge ? Cette dimension,  dans le meilleur des cas intemporelle et dans le pire datée, tient sans doute au décalage de la découverte du stalinisme réellement existant entre Cuba et l’Occident. Elle est toutefois loin d’être dominante. A contre-courant de la doxa historiographique dominante, Leonardo Padura ne renvoie pas franchement dos à dos Staline et Trotsky, dont il différencie clairement les idéologies et les comportements, en accentuant sans doute leurs rôles personnels respectifs au détriment de l’analyse des forces sociales souterraines. On lui sait d’ailleurs gré, comme nous l’avons déjà remarqué, de s’efforcer de coller au plus près des faits[21] et de l’idéologie de ses personnages[22]. Toutefois, là où il s’en écarte, il se fait davantage le reflet et l’écho de son époque. Son Trotsky est ainsi régulièrement sujet à des assauts de découragement politique, et manifeste surtout une sorte de repentance concernant la militarisation des syndicats à la fin de la guerre civile (proposition qui faisait pourtant suite, rappelons-le, à une sorte de pré-NEP qui, elle, avait été refusée par les instances de direction du Parti bolchevik) et le fameux épisode de la répression de Cronstadt. Les pensées que Leonardo Padura prête sur ce sujet à Trotsky (p. 75) sont en effet à la fois contraires à la réalité (il suffit de lire Leur morale et la nôtre[23] pour s’en convaincre) et dépassées sur le plan des faits[24]. De même, les allusions qui sont faites à la IVe Internationale nouvellement  créée témoignent d’un pessimisme excessif manifesté par son fondateur : un simple « cri dans les ténèbres » ? (p.414) ou une « pauvre fiction » ? (p.517). Les rares manifestations d’optimisme de la part de Trotsky nous semblent pourtant autrement plus justes[25]. Les seules remarques sur les problèmes internes et les graves dissensions des organisations trotskystes sont en outre réduits à une « fièvre séparatiste » ou à des « rivalités de personnes », ce qui, bien que contenant une indéniable part de réalité[26], ne recouvre pas toute la réalité. Probablement peut-on y déceler l’influence de la biographie d’Isaac Deutscher, d’ailleurs nommément citée dans le roman, puisque recherchée et lue avec avidité par Ivan (p. 280). Bien sûr, on peut invoquer le fait qu’il s’agit d’une fiction romanesque, et qu’en tant que telle, la liberté de l’auteur est absolue (ce que fait d’ailleurs Leonardo Padura dans ses remerciements). Néanmoins, en choisissant de mettre en scène des personnages historiques, souvent de premier plan, avec un parti pris d’écriture réaliste, l’auteur ne s’expose-t-il pas à la difficulté d’une reconstitution historique la plus crédible possible et aux critiques qu’elle est susceptible d’engendrer ? Dans une démarche fantastique[27], par exemple, ce n’aurait pas été le cas. Questionnement ultime (sacrilège ?) : peut-on romancer Léon Trotsky ?

6 – Ce pessimisme, que l’on retrouve à plusieurs reprises[28], semble être un des apports les plus personnels de l’auteur, pouvant laisser voir dans L’homme qui aimait les chiens, en plus d’une puissante fresque du passé communiste, un roman de la désillusion, du découragement, de l’impuissance idéologique face au cours implacable des choses… Le primat affirmé, à contrario des grands engagements collectifs, de l’importance des individus, voire d’un humanisme personnel (défendu par Ivan), ne risque-t-il pas de conduire chacun d’entre-nous à se renfermer dans l’entre-soi ? L’image du chien est peut-être à cet égard emblématique : animal apprécié par les trois protagonistes (Trotsky, Mercader, Ivan) victimes, à des degrés très différents, du stalinisme, celui de Ramon Mercader est abattu sous ses yeux par Caridad Mercader, sa  mère, comme signe d’un point de non-retour : « A partir de cet instant, mets-toi dans la tête que le renoncement à tout (…) est une forme de vie. » (p. 48). Aimer les chiens est-il, pour Leonardo Padura, une métaphore de l’humanisme ? Ne sont-ils à nos côtés que dans la défaite et l’exil (Trotsky), dans l’inaction (Mercader) ou dans le désenchantement (Padura lui-même possède deux de ces animaux) ? Si les titres d’œuvres sont rarement innocents, celui-ci l’est d’autant moins que Padura  l’a adopté en hommage à l’inventeur du roman noir américain, Raymond Chandler, auteur d’une nouvelle intitulée justement L’homme qui aimait les chiens[29]… Si l’on en croit certains spécialistes du roman noir[30], celui-ci nait effectivement comme conséquence sociale de l’écrasement des espoirs révolutionnaires qui, un temps, firent « craquer l’écorce du vieux continent »[31]… Pourtant, in fine, il nous semble bien que par sa puissance de restitution des enjeux de l’idée communiste et d’évocation des absents et des ombres, dans ces tumultueuses années trente, le roman de Leonardo Padura s’inscrit pleinement dans ces fictions, à la charnière de l’histoire, qui répondent du XXe siècle, qui expliquent notre temps.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Vincent Chambarlhac)

 


[1]              Alfred Rosmer, « A Fictionized Version of Trotsky’s Murder », Fourth International, vol. 10, n° 3, mars 1949, p. 91-94.

[2]              Julian Gorkin est un ancien leader du POUM espagnol qui par anti-stalinisme dérive dans le camp anticommuniste pendant la guerre froide : il participe alors aux activités du Congrès pour la liberté de la culture. Avec l’aide du général Salazar, qui dirigea l’enquête sur le meurtre de Trotsky, il rédige en 1948 How they Murdered Trotsky, publié en français la même année sous le titre Ainsi fut assassiné Trotsky, aux éditions Self, spécialisées dans les ouvrages d’auteurs anticommunistes et d’extrême-droite. Modifié, cet ouvrage est publié par le seul Gorkin chez Julliard en 1970 sous le titre L’assassinat de Trotsky.

[3]              Louis F. Budenz est un militant communiste étatsunien des années trente, qui participa, bien que de manière indirecte, au projet d’assassinat de Trotsky, et qui devient un témoin privilégié contre le Parti communiste américain pendant la « chasse aux rouges » des années 1950. Il écrit en 1940 The Assassination of Léon Trotsky, puis en 1947 This is my Story, qui est l’ouvrage auquel fait référence A. Rosmer dans son article. Étrangement, la veuve de Trotsky, Natalia Sedova, avait accordé du crédit à ce livre de Budenz, dans la même revue : Fourth International, vol. 8, n° 5, mai 1947, p. 144-146.

[4]              Si le dernier chapitre de sa biographie de Trotsky (Fayard, 1980), intitulé « L’hallali » résume la préparation et l’exécution de celui-ci, un ouvrage est spécifiquement consacré au sujet : 1940 : L’assassinat de Trotsky, Bruxelles, Complexe, 1980.

[5]              Pavel Soudoplatov, Anatoli Soudoplatov, Missions spéciales. Mémoires du maître- espion soviétique Pavel Soudoplatov, Paris, Le Seuil, 1994.

[6]              Robert Service, Trotski, Paris, Perrin, 2011; voir notre note de lecture de cet ouvrage dans le n° 11, mai 2012, de la revue Dissidences, « Pierre Broué. Un historien engagé dans le siècle », p. 145-149, et dans le n° 3, printemps 2012, de notre revue numérique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

[7]              Nous empruntons ici cette notion au titre de l’article du médiéviste Patrick Boucheron, « On nomme littérature la fragilité de l’histoire », Le Débat, n° 165, mai-août 2011, « L’histoire saisie par la fiction », p. 41-55

[8]              Erri de Luca, entretien, Le Monde, « Dossiers et documents », n° 386, mai 2009.

[9]              Paco Ignacio Taibo II, Archanges. Douze histoires de révolutionnaires sans révolution possible, Paris, Métailié, 2012, p. 10. Cet ouvrage sera bientôt chroniqué sur ce blog.

[10]             Tous les romans noirs de Leonardo Padura sont publiés chez Métailié, et réédités en collection de poche (Points/Policier), entre autres son cycle « Les quatre saisons ».

[11]             Pierre Nora, « Histoire et roman : où passent les frontières ? », Le Débat, n° 165, op. cit., p. 11.

[12]             Isaac Deutscher, Trotsky. Le prophète armé, le prophète désarmé, le prophète hors-la-loi, Paris, UGE, coll. « 10-18 », 1962-1980.

[13]             Lire en particulier celui qu’il accorde à la revue Contretemps, n° 11, septembre 2011.

[14]             Entre autres, Ronald Radosh, Mary R. Habeck, Grigori Sevostianov, Espana traicionada, Editorial Planeta, 2005, est une compilation de documents envoyés à Moscou par les militants kominterniens en Espagne, et Asaltar Los Cielos [L’assaut des cieux, devenu en français Ramon Mercader. L’assassin de Trotsky] documentaire de Javier Rioyo et José Luis Lopez Linares, Espagne, 1996, 94 mn., couleur, passé sur Arte le 26/11/2001, traite essentiellement du personnage de R. Mercader.

[15]             Il s’agit du titre donné par Léon Trotsky au dernier chapitre de son autobiographie Ma Vie, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 1973.

[16]             Cette phrase évoque tous les militants de l’opposition de gauche, trotskystes ou prétendus tels, assassinés en URSS ou en Europe. En 1993, Jean-François Vilar, auteur de romans noirs et ex-militant de la LCR, donne ce titre à un  livre remarquable : Nous cheminons entourés de fantômes aux fronts troués, Paris, Le Seuil, coll. « Fiction & Cie ».

[17]             Leonardo Padura, Contretemps, n° 11, op. cit.

[18]             La romancière argentine Alicia Dujovne-Ortiz,elle-même fille d’un agent du Komintern, construit son roman historique L’étoile rouge et le poète (Métailié, 2009, bientôt chroniqué sur ce blog) autour d’une des missions de Africa de las Heras en 1947, la séduction  d’un poète uruguayen anticommuniste afin de monter un réseau d’agents aux Amériques.

[19]             Gani Jakupi, Les Amants de Sylvia, Paris, Futuropolis, 2010. Une courte recension de cette BD se trouve sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/litterature%20sociale_fictions.htm#jakupi

[20]             Entretien de Leonardo Padura (en anglais) au Danemark, en septembre 2011, sur http://www.marxist.com/interview-with-leonardo-padura.htm

[21]             Les erreurs ne sont que de détail : on peut ainsi citer une erreur d’orthographe dans le nom de « Marie Crapeau » (en réalité Craipeau), l’existence d’un préfet de région lors du séjour de Trotsky à Domène (ils n’apparaissent qu’en 1964), un usage un peu trop systématique du terme de génocide (sur la Révolution culturelle chinoise, par exemple), voire même une tendance à sous-estimer les responsabilités de Trotsky dans le processus ayant conduit au suicide de sa fille Zina (voir à ce sujet Jacquy Chemouni, Trotsky et la psychanalyse, Paris, éditions In Press, 2004, chroniqué dans le n° 2, automne 2011 de notre revue numérique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1309 . Enfin, plus anecdotique, il imagine une tentative de séduction de la sœur de Frida Kahlo, Cristina, par Trotsky, et semble largement amplifier sa propre aventure avec la même Frida.

[22]             Rien à voir avec le traitement de Trotsky dans la récente bande-dessinée Octobre noir, de Fred Duval, Jean-Pierre Pécau, Florent Calvez, quatrième tome de la série uchronique « Jour J » (Paris, éditions Delcourt, 2012), où il est présenté comme partisan du terrorisme individuel…

[23]             Léon Trotsky, Leur morale et la nôtre, Paris, éditions de la passion, 2003.

[24]             Voir à cet égard Jean-Jacques Marie, Cronstadt, Paris, Fayard, 2005, chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#marie2

[25]             L’exemple le plus patent, et un des seuls, se trouve page 521 : « Lev Davidovitch faisait cependant confiance aux générations futures, libérées du joug des totalitarismes, pour rendre justice à ce rêve et peut-être à l’obstination avec laquelle il l’avait soutenu. Parce que le plus grand combat, écrivit-il, celui de l’histoire, ne s’achèvera pas à ma mort sur la victoire personnelle de Staline : il commencera dans quelques années, quand les statues du Grand Leader seront renversées de leur piédestal. »

[26]             Les rivalités parmi les trotskystes français de 1929 à 1931, par exemple, ressortent à la lecture des lettres échangées entre Léon Trotsky et Alfred Rosmer et Pierre Naville, respectivement. Lire Alfred et Marguerite Rosmer, Lev Davidovitch Trotsky, Correspondance, 1929-1939, Paris, Gallimard, 1982, et Léon Trotsky, Pierre Naville, Denise Naville, Jean Van Heijenoort, Correspondance, 1929-1939, Paris, L’Harmattan, 1989.

[27]             Comme exemple de cette démarche, on peut citer la nouvelle de Jonas Lenn, « Le mausolée de chair », qui fait survivre l’esprit de Trotsky après son assassinat grâce à un prélèvement d’ADN et une méthode scientifique mêlée de mythes aztèques (in André-François Ruaud (dir.), Passés recomposés. Anthologie uchronique, Aix-en-Provence, Nestiveqnen, 2003). Signalons également un ouvrage de Richard Hoyt, Trotski se fait la paire (Gallimard, Série noire, 1983) dans lequel le futur président des États-Unis, une « taupe » du KGB recrutée dans les années 1970 sur les campus, est atteint de schizophrénie et se prend pour Léon Trotsky !

[28]             Ainsi, en évoquant la conclusion de La révolution trahie, il laisse échapper cette phrase extrêmement contemporaine : « L’Union soviétique léguerait aux temps futurs son échec et la peur de plusieurs générations en quête d’un rêve d’égalité qui, dans la vie réelle, était devenu le cauchemar de la majorité » (p.226). De même, page 353, après sa rencontre avec l’espagnol Josep Nadal, « en effet, il ne savait pas ce qui subsisterait du pauvre rêve communiste » (souligné par nous).

[29]             Cette nouvelle de Raymond Chandler se trouve dans le recueil Les ennuis c’est mon problème, Paris, Omnibus, 2009, 1216 p.

[30]             On pense ici à Jean-Patrick Manchette, auteur de romans noirs et analyste critique du genre : lire ses Chroniques, Paris, Rivages, coll. « Ecrits noirs », 1996,ainsi que son Journal (1966-1974), Paris, Gallimard, 2008, prochainement chroniqué sur ce blog.

[31]             L’expression exacte (« Quand Octobre fit craquer l’écorce du vieux continent ») est celle de l’auteur américain John Dos Passos, utilisée dans son texte d’hommage à Isadora Duncan, dans sa trilogie USA, Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2002.

La présentation de Léonardo Padura

Michel Briganti, André Dechot, Jean-Paul Gautier, La galaxie Dieudonné. Pour en finir avec les impostures, Paris, éditions Syllepse, 2011, 192 pages, 10 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Ce petit opuscule très bien documenté participe du même travail nécessaire de clarification du champ politique que celui mené par la revue Ni patrie ni frontières[1], entre autres. Les trois auteurs y dressent en effet un portrait idéologique de Dieudonné Mbala Mbala, humoriste entré en politique sous le signe de l’antifascisme, contre le Front national en 1997 à Dreux, devenu dix ans plus tard le soutien de ce même Front national, lors des législatives de 2007 à Reims (p. 86). Ils s’intéressent surtout aux individualités et organisations (les « sept familles ») gravitant autour de lui.  L’ouvrage se divise en quatre parties, d’inégale grandeur. La première traite des principales visions du monde de Dieudonné, alors que la seconde examine plus particulièrement deux impostures, son soi-disant anti-impérialisme et sa posture de « gauche », reflet de son rapprochement avec  Alain Soral. La troisième partie, la plus fouillée, examine les diverses composantes de ses soutiens. Les auteurs terminent par un chapitre intitulé « L’homme qui aimait les élections », sur les enjeux des listes aux élections européennes, EuroPalestine en 2004 et antisioniste en 2009.

Parmi les axes structurants de son discours, on trouve, au-delà d’une vision complotiste (proche de celle de Jacques Cheminade ou de Thierry Meyssan du Réseau Voltaire), un antisémitisme qui se dissimule sous le masque de l’antisionisme, exemple emblématique de cette confusion entretenue entre références de gauche et de droite[2], qui voit également Dieudonné se revendiquer de Hugo Chavez ou apporter son soutien à l’Iran ou à l’ex-Libye de Kadhafi.

La partie la plus intéressante du livre concerne les individus ou collectifs avec lesquels Dieudonné entretient des relations de proximité : on y trouve en effet Alain Soral et son marxisme alibi (l’homme se revendiquant en réalité de Georges Valois et du corporatisme), les intégristes juifs antisionistes, Kemi Seba et son séparatisme racial aux  relents mystiques (servi d’ailleurs par une prose fumeuse et délirante), les négationnistes[3] ou certains musulmans fondamentalistes (le Parti antisioniste). Une enquête au-delà des frontières, en Belgique, éclaire singulièrement cette galaxie. Les hommes clés en sont Olivier Mukuna, spécialiste des retournements de sens, puisque pour lui Dieudonné n’est rien de moins que victime d’une « chasse aux sorcières digne du maccarthysme » (p. 134), Michel Collon et Jean Bricmont. Michel Collon, qui se définit comme antisioniste radical, est un ancien militant maoïste du Parti du travail belge qui anime un site d’investigation. Il défend Dieudonné en 2005, face à ce qu’il nomme un « puissant lobby sioniste »[4]. Jean Bricmont est professeur de physique théorique, familier des écrits de N.Chomsky mais son activité politique et idéologique consiste surtout, pour lui aussi, à la dénonciation tous azimuts du sionisme[5]  …. et à la défense de la liberté d’expression de  Dieudonné[6] !  Le 22 octobre 2009, dans un texte[7] Antifascistes, encore un effort … si vous voulez l’être vraiment, qui s’en prend violemment à l’antifascisme, Jean Bricmont évoque le « climat de terreur intellectuelle « antifasciste » » qui règne, selon lui, en France !

Tous ces exemples sont autant de plongées souvent relativement pointues au cœur d’une partie de l’extrême droite[8], celle qui se proclame révolutionnaire, autant d’éléments cruciaux pour permettre de mieux cerner les pseudopodes de cette pensée réactionnaire et raciste sous ses masques anti-impérialistes. A cet égard, cet ouvrage permet de mettre à nu une imposture majeure, qui fait, hélas, beaucoup trop de ravages dans une gauche de la gauche qui a globalement renié le paradigme marxiste de la centralité ouvrière. Ce qui manque sans doute à cet ouvrage, outre un index, c’est une analyse plus approfondie des raisons de ces glissements politiques progressifs à l’œuvre, qui tracent dans l’espace public francophone, voire européen, les contours d’une Weltanschauung  inacceptable mais de plus en plus visible. Les auteurs se contentent de mettre ces parcours en parallèle avec ceux de Jacques Doriot, Marcel Déat ou Gaston Bergery, analysés comme dérives,  au sens  que Philippe Burrin a su donner à ce phénomène[9] il y a quelques années.



[1]    Ni patrie ni frontières, dont la version numérique se trouve sur le site www.mondialisme.org est régulièrement recensée dans notre Revue des revues, maintenant dans notre revue numérique.

[2]    Voir sur ce sujet Michel Dreyfus, L’antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe, de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, chroniqué sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/mouvements_reactionnaires_revolution%20conservatrice.htm#dreyfus

[3]    A ce propos, les auteurs ont malheureusement tendance à amalgamer toute l’ultra gauche avec l’évolution vers le négationnisme, à la fin des années 1970, d’une partie très minoritaire de ce courant politique marxiste anti-léniniste.

[5]    Une vidéo de Jean Bricmont intitulée Le sionisme passe dès le 28/02/2010 sur le site La Banlieue s’exprime (LBS).

[6]    En décembre 2008, lors de son spectacle donné au Zénith (Paris), Dieudonné fait monter sur scène le négationniste Robert Faurisson afin de lui remettre le « prix de l’infréquentabilité et de l’insolence ». Sous les applaudissements du public, le prix est remis par un membre de l’équipe de Dieudonné, revêtu d’un pyjama rayé et d’une étoile jaune. A la suite de cette manifestation antisémite, un procès est intenté le 22/09/2009 à Dieudonné et Faurisson.

[7]       Sur http://www.france-palestine.org/article12991.html  Ce texte est une réponse à une attaque en règle du réseau antifasciste Réflexes, qui dénonçait, sources écrites et photographiques à l’appui, les liens entre  Robert Faurisson et Dieudonné, entre autres. Lire sur  http://reflexes.samizdat.net/spip.php?article444

[8]    Pour plus de détails, on peut se reporter aux dictionnaires de Jacques Leclercq, tous chroniqués par Dissidences dans sa revue électronique ou sur ce blog.

[9]    Philippe Burrin, La dérive fasciste : Doriot, Déat, Bergery, 1933-1945, Paris, Le Seuil, coll. « Points Histoire », 2003.

Marcel Gerber, Une passion méconnue d’Henri Guillemin : Léon Trotsky, Paris, Favre, 2012, 136 pages, 19 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Henri Guillemin (1903-1992) est un normalien, historien non académique, auteur d’une pléthore d’ouvrages, conférencier prolixe, qui s’est souvent fait remarquer, en particulier dans ses émissions pour la radio ou la télévision suisses, par un regard critique sur certaines figures historiques comme Napoléon Ier. Dans ce petit opuscule, à la mise en page particulièrement aérée, Marcel Gerber, qui l’a connu de 1978 à sa mort, évoque les échanges qu’il a pu avoir avec lui, reproduisant les lettres reçues d’Henri Guillemin (y compris les versions originales manuscrites). Il y a ajouté quelques photographies reprises des livres de référence proposés par David King.

Au-delà de l’évocation de ce chrétien social, ouvert aux espoirs révolutionnaires (ceux de la révolution sandiniste sont ainsi évoqués) et aux remises en cause de ses certitudes apparentes (sur la nature de la guerre d’Espagne et ses enjeux révolutionnaires, sur l’opposition Staline/Trotsky, vue comme un affrontement personnel aux enjeux politiques similaires), Marcel Gerber, ingénieur et membre de la Ligue marxiste révolutionnaire[1] en profite pour (ré)affirmer une vision trotskyste de l’histoire (les livres de Jean-Jacques Marie sont abondamment cités). Dans ce cadre, parler de passion à l’égard de Trotsky est sans doute excessif, quand bien même Henri Guillemin s’intéressa un temps au personnage, jusqu’à envisager la possibilité de lui consacrer un livre[2].

En fait, cet opuscule à l’intérêt limité, qui souffre de quelques fautes de relecture et erreurs de dates (Mitterrand élu président en juin 1981 !), vaut surtout par la liste des livres que Marcel Gerber prêta à Henri Guillemin afin qu’il affine sa vision de Trotsky et de la révolution russe, autant de fondamentaux bibliographiques utiles à rappeler. Citons entre autres Moscou sous Lénine d’Alfred Rosmer, Le dernier combat de Lénine de Moshe Lewin, Le léninisme sous Lénine de Marcel Liebman, les Mémoires d’un révolutionnaire de Victor Serge ou Révolution et contre-révolution en Espagne du trotskyste étasunien Felix Morrow.


[1]    Benoît Challand, La Ligue marxiste révolutionnaire en Suisse romande (1969-1980), Université de Fribourg, 2000, chroniqué dans Dissidences/BLEMR (ancienne série), n° 8, mai 2001 .

[2]    Il écrit ainsi le 13 décembre 1980 : « J’ai renoncé à mes recherches sur Trotsky. Un découragement. Ces monceaux de notes accumulées, je les abandonne (…) Je ne suis pas prêt, décidément, pour ces sortes de recherches. (…) Il me faudrait un tel travail d’investigations que je n’y puis plus songer à mon âge. » (p. 61).

Thierry Guilabert, Gracchus Babeuf (1760-1797). Biographie non-autorisée. L’égalité ou la mort, Saint-Georges-d’Oléron, les Éditions libertaires, 2011, 256 pages, 15 €

Compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après avoir livré un portrait de Jean Meslier et de sa pensée révolutionnaire (Les aventures véridiques de Jean Meslier, chroniqué sur notre ancien site[1]), Thierry Guilabert s’intéresse à Gracchus Babeuf, personnage essentiel sur lequel bien des travaux ont déjà été réalisés. Citons en particulier la biographie déjà ancienne du soviétique Victor Daline[2] ou celles plus récentes de Jean-Marc Schiappa ou de Françoys Larue-Langlois[3]. Ici, le récit, très vivant, ponctué de nombreux extraits des écrits de Babeuf (y compris sa correspondance privée), porte avant tout sur la personnalité du révolutionnaire.

On assiste ainsi à l’échec de l’ascension sociale d’une des rares figures d’envergure de la Grande Révolution d’origine pauvre, à travers son travail de feudiste[4]. C’est d’ailleurs simultanément que ses premières idées communistes sont énoncées, sous la forme de fermes collectives, au sein desquelles régneraient solidarité et surveillance mutuelle. Dans le cours de la Révolution, Babeuf s’investit d’abord dans la lutte pour l’abolition pleine et entière des droits féodaux, non réalisée par la fameuse nuit du 4 août (voir Kropotkine, La Grande Révolution[5]). Il devient progressivement républicain, jusqu’à se rapprocher de Chaumette ou Maréchal en 1793, lorsqu’il travaille aux subsistances et adopte le patronyme de Babeuf. Effectuant d’importants séjours en prison, en particulier sous la Grande Terreur, il devient par la suite l’animateur inlassable et forcené du Tribun du peuple, incarnant cette importance du journal révolutionnaire qui allait tant marquer un Lénine.

Ce que Thierry Guilabert salue chez Babeuf, c’est la centralité de l’égalité dans sa pensée, sociale aussi bien que sexuelle, ainsi que sa défense des droits du peuple et des libertés, allant même jusqu’à la haute exigence de son rôle de père. A l’inverse, il brocarde sa prétention et manifeste une grande défiance lorsque Babeuf fait l’apologie de la dictature de Robespierre, défend les colères du peuple, évoque un complot du gouvernement révolutionnaire visant à détruire la Vendée afin d’éviter la famine au reste du pays (sic)[6] ou critique le principe d’un contrôle de l’État sur la culture[7]. On ne trouvera toutefois pas dans ces pages la contribution de Babeuf à l’histoire du mouvement communiste, en positif ou en négatif (la sous-estimation de la complexité sociale, parfois réduite à une simple opposition entre riches et pauvres). Certes, faire l’histoire des idées en négligeant la dimension humaine de ceux qui les ont portées est le meilleur moyen d’aboutir à une histoire désincarnée, mais se contenter de l’analyse personnelle et psychologique d’un homme, maillon de la lutte pour l’émancipation, sans prendre suffisamment en compte la portée de ses écrits et de son action, c’est également renoncer à une histoire collective utile au profit du tableau d’un homme qui n’est finalement que cela.


[2]              Victor Daline, Gracchus Babeuf, Moscou, Éditions du Progrès, 1976.

[3]              Jean-Marc Schiappa, Gracchus Babeuf avec les Égaux, Paris, les Éditions de l’Atelier, 1991, et Françoys Larue-Langlois, Gracchus Babeuf : Tribun du peuple, Paris, Le Félin, coll. « Les marginaux », 2003.

[4]              Les feudistes sont des juristes, recrutés par les seigneurs, spécialisés dans le droit féodal et les droits seigneuriaux.

[5]              Ce livre est chroniqué dans notre Bibliothèque des comptes rendus de février 2012 sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1822

[6]              Cette prise de position ponctuelle de G. Babeuf , La Guerre de la Vendée et le système de dépopulation, a d’ailleurs été rééditée en 2008 aux éditions du Cerf, sous la houlette de Reynald Secher, inventeur du « génocide » vendéen et Stéphane Courtois.

[7]              L’exemple qu’il prend n’est toutefois pas si simple : en effet, lorsque Babeuf critique les pièces de théâtre jouées en Picardie dans une République naissante comme insuffisamment républicaines, justement, il est indispensable de tenir compte de la nécessité d’ancrer le nouveau régime au sein d’une population de province loin d’être unanime sur la question.

José Gotovitch, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden, 2012, 435 pages, 30 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Construit en quatre parties – rapports avec l’Internationale Communiste (IC) et les partis frères; positionnement du Parti communiste belge (PCB) dans le maillage politique, social et culturel de la Belgique; guerre et Résistance; et une série de parcours biographiques de militants –, ce livre offre au lecteur un ensemble de recherches et d’études sur le cas belge, motivé, comme s’en explique l’auteur, par la volonté de comprendre les contours et la force de l’engagement. Et certainement aussi pour pallier le défaut historiographique, l’absence de curiosité (au moins jusqu’en 1968 en tous les cas) que l’auteur, dans son introduction, explique par le faible impact idéologique, l’absence de pouvoir intellectuel du PCB (p. 17) et son (faible) pouvoir, comme par défaut, de « pesanteur négative » (p. 13).

De cette approche kaléidoscopique – abordant des thèmes aussi diversifiés que le théâtre populaire, les médecins engagés, les élections communales, etc. – ressortent d’autant mieux l’originalité et quelques spécificités du communisme belge : « son incapacité à stabiliser une base ouvrière face à la toute-puissance social-démocrate ainsi que la tutelle étroite, sinon réclamée, de l’IC » (p. 45), « la permanence du changement » des élus et des cadres (p. 134). Étonnant aussi le « crime » politique que constitue, en août 1934, le Pacte d’action commune entre la Jeune Garde socialiste (JGS, l’organisation de jeunesse du Parti socialiste), la Jeunesse communiste (JC) … et les jeunesses trotskystes, « aggravé d’une motion pour le droit d’asile dans les pays capitalistes en faveur de Trotski! » (p. 322).   Alertée, l’IC dépêche aussitôt deux délégués auprès du PCB pour « redresser » la ligne politique et mettre au pas le Parti, tout en demandant au PCF de mener « une campagne d’articles violemment critiques » (p. 88) contre le « petit frère » belge. D’ailleurs, dans la quatrième partie, José Gotovitch retrace le destin tragique de deux des principaux protagoniste de ce Pacte : Henri De Boeck et Marc Willems.

La troisième partie apporte une réflexion complémentaire à la thèse de l’auteur sur le PCB durant la Seconde Guerre mondiale, en analysant notamment la formation des militants et le rôle des femmes militantes. De manière convaincante, il démontre au sortir de la guerre ce « chassé-croisé de l’histoire où force et faiblesse à court terme s’inverseront à long terme » (p. 232). En effet, le rassemblement conjoncturel de la résistance autour des communistes ne se transforme pas, contrairement au pari fait par le PCB, en mouvement de masse, la paix revenue, et est même impossible à maintenir pendant la Guerre froide.

 Du communisme et des communistes en Belgique constitue à la fois un pas de plus – et un pas important – dans la direction d’une meilleure connaissance, d’une meilleure compréhension du communisme belge et, plus largement, d’une histoire des gauches en Belgique, et une borne étape indiquant tous les chemins qu’il reste encore à explorer dans cette direction : notamment le rôle des femmes et des immigrés (à peine abordé ici) ainsi que la période postérieure au Congrès de Vilvorde en 1954, qui n’est approchée dans ce livre qu’au travers de l’une ou l’autre biographie. Dans sa préface à C’est un joli nom, camarade, de Jean Lemaître[1], sorti en même temps chez le même éditeur, José Gotovitch regrettait « notre manque criant d’écriture, de biographies, d’autobiographies des militants en Belgique, et en particulier des communistes » (p. 9). Il convient donc de saluer le travail des éditions Aden visant à combler ce déficit.


[1]    Lire la recension de cet ouvrage sur notre blog.

Bernard Quiriny, Les assoiffés, Paris, Seuil, collection « Points », 2010, 416 pages, 7,70 €

Un compte rendu par Jean-Guillaume Lanuque

Jeune et prometteur auteur belge, Bernard Quiriny s’est surtout fait remarquer par des nouvelles mêlant fantastique et humour. Avec Les assoiffées, il livre son premier roman, une uchronie dystopique[1] à la forme prenante mais au fond plus problématique. Le point de divergence principal se situe en 1970, lorsqu’une révolution pacifique renverse l’État néerlandais, puis belge, instituant à la place un empire sororal, qui s’étend sur la totalité du Benelux. Peu à peu, ce régime révolutionnaire choisit de s’isoler du reste du monde, y compris de ses partis sœurs dans les autres pays. Le roman débute en cette année 2010 alternative, lorsqu’un intellectuel français bruyant et voyant, Gould, parvient à négocier une visite en plein cœur de l’empire le plus fermé de la planète. Pour l’accompagner, il choisit Langlois, un jeune journaliste prometteur, Golanski, patron de presse influent, Bordeaux, militant féministe, Alvert, vétéran(e) de la lutte politique, et Lotte, membre majeure du PFF (Parti féministe français). Le récit alterne alors entre témoignages des divers participants, dont certains vont se faire prendre dans les rets de la propagande (de la même façon que ces visiteurs de la Corée du nord filmés dans des reportages télévisuels), mis en parallèle avec le journal intime d’une habitante de l’empire féminin, une vue de l’intérieur qui a de quoi faire trembler, d’autant que cette femme se retrouve peu à peu  introduite dans les sphères du pouvoir. On peut toutefois s’interroger sur la cohérence de ce choix narratif, car conserver un journal aussi compromettant en plein cœur du palais de Judith, jusque dans son train personnel, en noircissant ses pages devant ses plus proches camarades, a tout du suicide recherché !

Cet État, dont l’isolement total manque d’ailleurs de crédibilité (comment imaginer maintenir un isolement absolu en 2010 ? Et pourquoi aucune mention n’est-elle faite de l’Internet ?), est en effet le décalque parfait des régimes anciennement « communistes », à l’image de la Corée du nord en particulier. Le pouvoir est autocratique, héréditaire (l’actuelle Bergère – sic – Judith étant la fille de la première dirigeante Ingrid) et totalitaire, les deux femmes ayant droit à d’innombrables statues, dont deux qu’il convient de fleurir, exactement comme celle de Kim Il Sung à Pyong Yang. La mythologie politique, ici seulement effleurée (quid du véritable déroulement des choses ?), règne en maîtresse, comme pour l’épisode de la Grande Marche sur Bruxelles, et Judith, à l’instar de Mao ou de Kim Jong Il, s’entoure d’un véritable harem. Les Brigades, simili Gardes rouges, font office de police politique, la propagande et le culte de la personnalité sont reines, entre autres grâce à des chorégraphies méticuleusement élaborées et une censure des livres. Le rationnement contraint les habitants à une vie de privations, tandis que la plus grande autoroute du pays est pratiquement inutilisée et que les agents de circulation officient à vide. La mise en scène des enfants pour l’accueil des visiteurs étrangers est pratiquée sans scrupules, tout comme les « villages Potemkine ». La figure de l’opposante, ancienne bras droit d’Ingrid devenu renégate, Beatrix, rappelle Trotsky aussi bien que le Goldstein d’Orwell dans 1984. On a même droit à un accident nucléaire évocateur de Tchernobyl, à l’utilisation de sosies par Judith et à une fin très proche de celle du couple Ceaucescu.

On l’aura compris, le parallèle est appuyé, trop même, tant cette critique sous-jacente du stalinisme, pour nécessaire qu’elle soit car incarnant un danger toujours possible pour une révolution victorieuse, peut être assimilée à un combat d’arrière-garde. Heureusement, Les assoiffées parvient à maintenir constamment l’intérêt du lecteur grâce à une intrigue dynamique et l’originalité du substrat de son régime, un féminisme radical, poussé à l’extrême, ce qui nous vaut quelques images saisissantes (le cimetière virtuel de toutes les femmes victimes du sexisme) et quelques idées peut-être insuffisamment approfondies (les projets de fécondation sans hommes ou de grossesse masculine). La discrimination vise donc ici les hommes, devenus esclaves des femmes, et même pour certains condamnés à agoniser dans de véritables mouroirs. Toutefois, dans ce cauchemar d’un féminisme exacerbée jusqu’à l’absurde, on se demande quel est le message véhiculé par Bernard Quiriny : s’agit-il, derrière la mise en garde contre le fanatisme, d’une critique du féminisme revendicatif et activiste des années 68, pourtant largement nécessaire et utile ? On peut le penser, à travers les allusions au lesbianisme (le mariage autorisé se fait désormais entre femmes) ou aux modifications de la langue afin de la féminiser, ici plus proche de la fameuse novlangue que de l’indispensable retour critique sur un langage dont l’essence même est d’évoluer. Cette ambiguïté laisse un petit goût amer une fois le roman refermé.


[1]    Rappelons que l’uchronie « prend un événement historique et imagine ce qui se serait passé s’il n’avait pas eu lieu ou si son résultat avait été autre (…) », Catriona Seth, « Histoires du non-temps », La Quinzaine littéraire, n° 1066, 1er-31 août 2012, p. 14. Un récit dystopique décrit un monde et un avenir sombres.

Jean-Marc Lachaud, Art et aliénation, Paris, Presses Universitaires de France, 2012, 174 pages, 12 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce petit livre interroge les approches théoriques de l’art dans et autour du marxisme, depuis Karl Marx jusqu’à nos jours, à partir d’un double questionnement : « en quel(s) sens les œuvres artistiques et littéraires peuvent-elles encore prétendre participer à un processus d’émancipation individuelle et collective et en quel(s)s sens l’expérience esthétique peut-elle être malgré tout appréhendée en tant qu’expérience libératrice ? » (p. 7, c’est l’auteur qui souligne). Jean-Marc Lachaud[1], qui enseigne l’esthétique à Strasbourg, rappelle au passage le statut riche et paradoxal de l’art dans les écrits de Marx et Engels.

Utile et didactique, cet essai dresse un parcours historique, en revenant sur de nombreux auteurs (d’Adorno à Rancière en passant par Gramsci, Benjamin, Marcuse, etc.) et en éclairant nombre de débats et enjeux: sur le réalisme, l’expressionnisme, la notion de décadence, l’engagement, l’autonomie relative de l’art ou sa fonction pédagogique. Ce faisant, il opère des rapprochements intéressants – entre Williams[2] et Althusser par exemple (p. 106-107) – et confronte rapidement les thèses de Lukacs et de Brecht – sur le formalisme –, de Naville et de Sartre – sur l’engagement –, de Rochiltz[3] et de Benjamin – sur les chocs « mécanique » ou « esthétique », la différence entre message et médium. L’éclipse tant de la critique que de l’utopie depuis les années 80, marquées par le post-modernisme, constitue un « défi-pari majeur ». Notons cependant que, contrairement à ce que le titre pourrait laisser penser, il s’agit peu ici du concept d’ « aliénation », mais plus de la puissance (potentielle) de l’art.

Au bout du compte, ce court ouvrage soulève plus de questions qu’il n’apporte de réponses, offrant une vue panoramique d’un siècle et demi de réflexions et discussions, à travers un (trop) rapide passage en revue des divers courants et théories. Mais c’est également son intérêt de proposer un état des lieux nuancé et complexe, auquel il manque pourtant plus de références concrètes à des œuvres et une bibliographie.

 

 



[1]    Ce chercheur est un spécialiste du marxisme et de l’art. On peut se reporter à deux de ses ouvrages, B. Brecht, G. Lukács, questions sur le réalisme, Paris, Éditions Anthropos, 1981 et 1989, ainsi que  Marxisme et philosophie de l’art, Paris, Éditions Anthropos, 1985.

[2]    Raymond Williams (1921-1988) est l’un des fondateurs de la New Left Review et des cultural studies, qui inscrit ses recherches dans un dialogue avec la tradition marxiste.

[3]    Rainer Rochlitz (1946-2002), philosophe et historien de l’art, mena une réflexion, d’abord dans le sillage de l’Ecole de Francfort, sur le politique et l’esthétique, avant de tracer sa propre voie.

Jean Lemaître, C’est un joli nom, camarade. Jean Fonteyne, avocat de l’Internationale communiste, Bruxelles, Aden, 2012, 380 pages, 22 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cette biographie, commencée comme un polar, au moment de l’arrestation de Jean Fonteyne par la Gestapo, est écrite (par l’un des propres petits-fils de Fonteyne) de manière empathique et dans un style léger, agréable à lire. Le livre interroge longuement cette figure paradoxale et le parcours fascinant de cet avocat belge issu d’une famille bourgeoise, qui s’est mis corps et âme au service du communisme et du Komintern. Ce faisant, ces pages reviennent sur une série d’événements politiques majeurs tels que les grèves quasi insurrectionnelles de 1932 en Belgique, la Guerre d’Espagne, la Résistance, l’assassinat de Julien Lahaut[1], … qui dessinent les contours de son activisme. C’est d’ailleurs un grand mérite de cet essai de marier la « petite » et la « grande » histoire, à travers, entre autres, l’évocation du contexte familial, le caractère de Fonteyne et surtout la lutte quotidienne au sein de la prison belge de Breendonk puis du camp allemand de Buchenwald durant la guerre. Mais le livre se rapproche parfois des romans d’aventure ou d’espionnage lorsque sont décrits le montage et le fonctionnement de la compagnie « France navigation »[2] durant la Guerre d’Espagne (p. 171 et suivantes), pour alimenter la République en armes et assurer un juteux financement au Komintern ou lorsque le lecteur suit Fonteyne, parti au début de la Seconde Guerre mondiale dans le Sud de la France, libérer les militants communistes belges arrêtés et incarcérés dans les camps de concentration de Pétain (chapitre 16). Au fil des pages, apparaissent également l’un ou l’autre personnage emblématique, tels que Jacques Grippa, dirigeant communiste et résistant ou Eugen Fried[3] – « Clément » -, le chef du Komintern pour l’Europe occidentale.

Si l’auteur se concentre principalement sur la période 1914-1945, il revient cependant sur le rôle plus institutionnalisé de Fonteyne au sein du Parti communiste belge comme sénateur (son nom reste attaché à la modification de la loi sur les baux à loyer en 1947) et comme membre de la Commission de Contrôle Politique (CCP) à partir de la fin 1954, jusqu’à son exclusion du Parti en 1965, dans le prolongement de la scission sino-soviétique ; Fonteyne étant « partagé entre sa solidarité amicale avec Jacques Grippa [qui opère une scission pro-chinoise en 1963] et sa fidélité à la ligne majoritaire du parti » (p. 344).

Le principal regret, au bout de ces près de 400 pages, est que soit finalement si peu développées (une trentaine de pages seulement) les années pourtant charnières 1930-1935, qui marquent l’adhésion de Fonteyne au communisme et, de manière plus générale, l’absence de sens critique par rapport à l’URSS (p. 356-359)[4].


[1]    Julien Lahaut, dirigeant du Parti communiste belge, un des chefs de la Résistance, est assassiné chez lui le 18 août 1950, en pleine « guerre froide ».

[2]    Sur cette compagnie maritime fondée en 1937, on lira l’enquête, déjà ancienne, de Dominique Grisoni et Gilles Hertzog, Les Brigades de la mer, chez Grasset (1979).

[3]    Sur ce personnage, on lira Annie Kriegel, Stéphane Courtois, Eugen Fried, le grand secret du PCF, Le Seuil, 1997 et Michel Dreyfus, « Eugen Fried », in José Gotovitch, Mikhaïl Narinski (dir.), Komintern, l’histoire et les hommes : dictionnaire biographique de l’Internationale communiste en France, en Belgique, au Luxembourg, en Suisse et à Moscou : (1919-1943), Paris, 2001, p. 292-295.

[4]    On lira utilement, en parallèle, le livre dirigé par José Gotovitch sur la présence communiste en Belgique, Du communisme et des communistes en Belgique. Approches critiques, Bruxelles, Aden,  2012. Lire sa recension sur ce blog.

Bantigny Ludivine, Baubérot Arnaud (dir.), Hériter en politique. Filiations, générations et transmissions politiques (Allemagne, France et Italie, XIXe-XXIe siècle), Paris, PUF, 2011, 384 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

 

Un tel livre est à déguster, article après article, tant l’aire géographique envisagée est large et la séquence chronologique vaste. Saluons tout d’abord l’originalité du projet excellemment défini par Ludivine Bantigny dans l’introduction : hériter c’est « distinguer et retenir, interpréter et sélectionner, puis finalement adopter et délaisser dans le même mouvement ». « L’héritier n’est jamais passif face à l’héritage », il y a des transmissions harmonieuses et d’autres qui sont manquées !

Ainsi David Bellamy (Université de Picardie) montre comment une famille aristocratique, catholique et royaliste, les Montalembert, réussit à transmettre le flambeau à Geoffroy de Montalembert (1898-1993), maire de droite pendant 68 ans, député puis sénateur de Seine-Maritime (Yvetot) de 1936 à 1993, longtemps doyen d’âge du Sénat. C’est la Première Guerre mondiale qui permet chez lui « le glissement d’une lecture historique du passé encore axée sur la monarchie chez ses parents, à une nouvelle, centrée sur la patrie, la France » (p. 310). Désormais, le service de la France et donc de la République était légitimé. Au contraire, l’élite dirigeante de la RDA n’a pas su réaliser la socialisation politique de ses enfants. Au moyen des Archives de la Stasi, Emmanuel Droit (Rennes 2) montre comment les jeunes lycéens, dont la fille du directeur de l’Institut pour le marxisme-léninisme, prennent leurs distances par rapport au modèle éducatif reçu à l’école et dans la famille. L’intervention militaire des pays du Pacte de Varsovie en Tchécoslovaquie (21 août 1968) leur en donne l’occasion. Au moyen de graffiti, de tracts, de bandeaux noirs noués autour des bras … ils se solidarisent avec Dubcek et les réformistes du Printemps de Prague. Le Parti, qui eut finalement raison de cette contestation, a sacrifié, en les réprimant, des éléments qui auraient pu conduire le pays sur la voie du socialisme réformiste.

Curieusement, dans un parti au moins, le Parti radical sous la IVe République, étudié par Frédéric Fogacci (une thèse sur les radicaux après la Libération), il y a comme une volonté de ne pas transmettre, en tout cas de réserver l’héritage à …la famille ! L’auteur parle de « conception patrimoniale du capital politique (p. 137). L’élu radical s’estimant propriétaire de son mandat, il lui arrive parfois « d’étouffer ses successeurs potentiels », de « saboter leurs espoirs » (p. 131). Il hésite souvent à former son dauphin, car le fait de désigner un successeur risque de précipiter son avènement. Chez les trotskystes italiens et français étudiés par Yannick Beaulieu et Jean-Paul Salles (collectif Dissidences), le souci est inverse. Il est vrai qu’ils n’ont pas de postes à transmettre, mais ce qu’ils estiment être un riche patrimoine politique. Et de part et d’autre des Alpes, ils ne lésinent pas sur les stages et écoles de formation, les principaux dirigeants prenant une part directe à ces tâches. Malgré tout, ils ne parviennent pas à transmettre durablement leur ethos militant à une jeune génération qui se révélera être, selon les mots de Benjamin Stora, « la dernière génération d’Octobre ».

Il est difficile, dans le bref cadre de ce compte rendu, d’évoquer en détail les vingt-trois contributions qui constituent ce volume. Les socialistes français (Christine Bouneau, Bordeaux 3) et les sociaux-démocrates allemands (Mathieu Dubois, Doctorant) ne sont pas oubliés. Plusieurs intervenants reviennent sur le communisme : Romain Ducoulombier (Metz), Marc Lazar (IEP Paris) étudiant simultanément communisme français et italien, ce dernier analysé à partir de la famille Amendola, par Frédéric Attal (ENS Cachan), dans un article intitulé : « Du national-libéral Amendola père au communiste Amendola fils, un héritage pleinement assumé ». La contribution d’Arnaud Baubérot (Paris-Est Créteil), « L’enfance en rouge et noir. Colonies de vacances communistes et catholiques à Ivry-sur-Seine dans l’entre-deux-guerres », est particulièrement originale et stimulante. Il montre comment le PCF et l’Église catholique utilisent la colonie de vacances pour transmettre un héritage politique ou religieux, en créant « un milieu de vie façonné par le système de valeurs de l’institution qui la porte » (p. 117). Ainsi, la colonie communiste des Mathes (située en Charente-Maritime, non loin de Royan) est une sorte de cité utopique, retranchée du monde présent, « réglée par des normes qui seront celles du monde futur » (p. 120) : les colons méritants sont récompensés, les indisciplinés blâmés, une dizaine d’enfants élus constituent le soviet du camp avec les surveillants, invités à se comporter non pas en pions mais en grands camarades. La mixité, qui est de règle, doit permettre aux enfants d’apprendre à entretenir des rapports égalitaires entre les sexes (p. 120).

Quant à la droite extrême, elle est évoquée par Olivier Dard (Metz) dans sa contribution « Hériter en politique : l’exemple de la Fédération des Étudiants Nationalistes », à l’aide de sources de première main. Il montre comment ce courant, actif surtout de 1960 à 1968, se construit en rupture avec un héritage traditionnel, celui de l’Action française, pour construire une organisation et un militant nationaliste de type nouveau. Des « camps-écoles » sont organisés dans une « ambiance communautaire » (p. 282), où on enseigne la détestation de la République et du marxisme, mais où on réfléchit aussi sur les Indo-Européens, se revendiquant certes de Charles Maurras, mais aussi d’Alexis Carrel, théoricien de l’eugénisme qui déplorait l’affaiblissement de la « race » blanche.

Dans une conclusion intitulée « Le tracé tremblé de toute transmission », Anne Muxel, sociologue, directrice de recherches au Cevipof, remarque pertinemment que « rares sont les filiations directes, sans remise en cause ni aspérités. Tout aussi rares sont les ruptures totales. L’héritage, pour qu’il advienne, suppose toujours une construction ».

Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences (A People’s History of Science : Miners, Midwives, and « Low Mechanicks »), Montreuil, L’échappée, 2011 (2005 pour l’édition originale), 560 pages, 28 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un ouvrage majeur que les éditions L’échappée publient, un des travaux les plus convaincants de ce genre historiographique qu’est en train de devenir l’histoire populaire, et un livre dont on ressort grandi et nanti d’une vision différente sur l’histoire des sciences (ces dernières entendues au sens large, incluant également les techniques). La problématique de Clifford D. Conner peut s’énoncer brièvement : à l’opposé de toute encomiastique, montrer que les progrès scientifiques résultent avant tout d’une masse d’anonymes, plus que de « génies » individuels, les impulsions nécessaires provenant d’abord des techniques (la pratique précédant la théorie et non l’inverse).

Débutant son étude par la préhistoire, l’auteur pose comme postulat l’égale intelligence des humains entre cette lointaine époque et aujourd’hui, et présente les premières connaissances scientifiques comme étant à la fois plus étendues que l’on pourrait le croire et maîtrisées collectivement (une forme alternative de communisme primitif, en somme !). Ainsi, il voit dans l’élaboration des techniques de pistage le prototype de la méthode scientifique, et développe l’impressionnant exemple des premières populations du Pacifique, aux connaissances maritimes particulièrement avancées (justifiant l’idée d’un peuplement volontaire et non accidentel des nombreuses îles de cet océan). Clifford D. Conner repère également dans le tissage, la poterie et la métallurgie des découvertes d’origine féminine, et il défend même l’idée d’une élaboration des premières écritures grâce aux agriculteurs et artisans plutôt qu’aux prêtres, et celle des chiffres indiens par des comptables anonymes… au risque peut-être de tordre le bâton de l’invention dans l’autre sens ?

Avec les débuts de la civilisation, ce savoir partagé se voit en partie accaparé par des élites, à l’instar du surproduit qu’elles consomment. Un autre des mérites de l’ouvrage de Clifford D. Conner réside dans son effort de réhabilitation de l’apport des autres aires géographiques, loin de cet européocentrisme persistant. Sont par exemple mis en valeur le travail considérable des premiers agriculteurs amérindiens dans la domestication et l’hybridation de bien des espèces actuelles, ou les avancées chinoises, sources de la révolution scientifique européenne (l’imprimerie, la technique du forage, les théories de Newton ou Harvey, la poudre à canon…). A l’inverse, il se dresse contre le mythe du « miracle grec », dont il rappelle l’origine dans le racialisme du XIXe siècle (même si on peut lui objecter qu’il ne se résume pas à cela), en souligne l’aspect syncrétique[1], et oppose surtout en son sein les Lumières des pré-socratiques à la réaction incarnée par Pythagore ou Platon, qui auraient retardé le progrès des sciences pour deux millénaires ![2]

A cet égard, Clifford D. Conner partage avec Chris Harman (Une histoire populaire de l’humanité[3]) la perception du retard de l’Europe au Moyen Âge comme un atout, ici l’espace de liberté laissé par la féodalité aux marchands, par le biais desquels les progrès scientifiques vont se développer (ainsi de la généralisation des chiffres indiens). L’influence du marxisme est d’ailleurs sensible dans cette Histoire populaire des sciences, pour laquelle le contexte et les forces sous-sous-jacentes sont supérieurs au génie individuel. La révolution scientifique qui se développe en Europe à partir du XVe siècle s’appuie là encore sur les gens du commun : sur les marins davantage que sur Henri le navigateur, dont la légende dorée ressort irrémédiablement noircie ; sur la lunette et le chronomètre, inventions qui n’ont rien à voir avec les élites intellectuelles. Clifford D. Conner voit en effet dans les artisans le substrat matériel de cette révolution, le « stimulus indispensable à la « philosophie mécaniste » » (p. 272-273) ; d’autant qu’avec la généralisation de l’imprimerie, ces artisans produisent une importante littérature en langue vernaculaire, que sut utiliser la frange la plus ouverte de l’élite. Dans cette époque moderne, on retrouve la même opposition que dans la Grèce archaïque et classique, entre les tenants d’une science populaire et subversive (Paracelse) et les défenseurs des dominants et de l’ordre social existant (Bacon ou Newton).

A partir du XVIIIe siècle, surtout, Clifford D. Conner nous explique la dépossession des savoirs populaires à travers la prolétarisation menée au profit de la technoscience, tant décortiquée par le collectif Pièces et main d’œuvre (publié chez le même éditeur). Il y aurait selon lui coïncidence entre cette confiscation et le passage du féodalisme au capitalisme. Toutefois, prendre l’exemple d’Isaac Newton[4], dont les découvertes répondaient aux problèmes techniques du capitalisme alors en plein essor, nous semble insuffisamment convaincant. De même, l’opposition entre orthodoxie scientifique, à base de mathématiques et de physique, et ces hétérodoxies que seraient le mesmérisme ou les médecines douces et alternatives laisse songeur, tant ces dernières peuvent s’accompagner d’une certaine dose de charlatanisme. A compter du XIXe siècle, la science est quasiment et définitivement soumise au capital, si ce n’est le rôle persistant d’artisans dans les débuts de la révolution industrielle, que ce soit par l’invention du coke, la découverte du gaz, l’élaboration de la machine à vapeur par Newcomen et Watt, ou la fondation de la géologie anglaise avec le géomètre Smith.

Le XXe siècle est par contre abordé d’une manière plus impressionniste, d’autant que Clifford D Conner considère à tort que la « confiance absolue dans les bienfaits de la science » (p. 419) persiste au moins jusqu’en 1945[5]. Insister surtout sur les dangers de la sociobiologie, vue comme un fatalisme génétique[6] et sur les limites de la révolution verte, qui ne s’est pas accompagné de la nécessaire réforme sociale afin de solutionner le problème de la faim, sont autant d’occasions de souligner la nécessaire méfiance vis-à-vis de scientifiques à l’objectivité alibi. Au cœur de sa critique, le complexe scientifico-industriel, parangon de la collusion entre recherche et profit, qui remplace le complexe militaro-industriel en tant que première source de dépenses en recherche aux États-Unis[7]. Clifford D. Conner y oppose les derniers exemples de science populaire en informatique, fruits des programmeurs, et témoignant donc toujours de la priorité de la pratique sur la théorie. Pour autant, il ne nourrit aucune illusion sur le potentiel émancipateur de l’outil informatique, inévitablement digéré par le système, et conclut sur une nouvelle déclinaison de l’alternative « socialisme ou barbarie »…

Ouvrage ample, précieux en dépit de ses thèses parfois plus discutables, l’Histoire populaire des sciences est aussi une réflexion historiographique, qui met en avant le rôle de précurseur tenu par Edgar Zilsel et braque ses feux contre les universitaires, accusés de défendre le rôle des savants dont ils seraient d’une certaine manière les successeurs, une vision assurément trop manichéenne.



[1]              Une tendance également représentée par l’anthropologue Jack Goody, auteur de Le vol de l’histoire. Comment l’histoire a imposé le récit de son passé au reste du monde (prochainement chroniqué sur ce blog).

[2]              Nonobstant la part d’exagération polémique, on notera le parallèle qu’il y a entre la réflexion de Clifford D. Conner et celle de Michel Onfray dans son premier tome de sa Contre-histoire de la philosophie (Les sagesses antiques, chroniqué sur notre ancien site).

[3]              Ouvrage chroniqué sur ce blog de Dissidences

[4]              Il attribue d’ailleurs à Newton cette citation célèbre, qui est en fait de Bernard de Chartes au XIIe siècle : « des nains sur des épaules de géants ».

[5]              L’apocalypse de la modernité d’Emilio Gentile (chroniqué dans notre Bibliothèque des comptes rendus d’août 2011, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1365 ) ou la méfiance vis-à-vis de la science sensible dans la littérature de science-fiction pré 1914 suffisent à infirmer cette affirmation.

[6]              A ce sujet, voir André Pichot, La société pure. De Darwin à Hitler (chroniqué dans notre Bibliothèque des comptes rendus de novembre 2011, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1483).

[7]              « Les frontières entre recherche publique, industrielle et universitaire n’ont cessé de se brouiller. Il en résulte que l’argent public versé aux universités sert à produire des connaissances qui deviennent ensuite la propriété privée des grandes entreprises » (p. 443).