Archives mensuelles : janvier 2013

Edward Bulwer-Lytton, La Race à venir… Celle qui nous exterminera ! (The Coming Race), Rosières-en-Haye, Camion Noir, 2008 (édition originale 1870), 176 pages, 22 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Edward Bulwer-Lytton est plus connu comme auteur de romans historiques que comme auteur de science-fiction, si l’on se souvient de son célébrissime Les Derniers jours de Pompéi (1834), maintes fois adapté au cinéma. Et pourtant, si La Race à venir est loin d’être « (…) le premier livre de science-fiction ayant été publié (…) » (p.13) comme l’écrit Armand Seguin dans son avant-propos1, il s’impose comme un roman à la lourde influence ésotérique. L’idée d’une Terre creuse, l’existence d’une race d’êtres supérieurs, dont l’origine remonte à des âges antédiluviens, et dont la puissance passe par la maîtrise d’une énergie maîtresse de toutes les autres, celle du vril, avait en effet de quoi stimuler des imaginations sensibilisées aux domaines de l’occultisme, quand bien même son auteur lui-même n’en faisait pas partie.

Tout commence comme pour Voyage au centre de la Terre, avec la découverte inopinée d’un monde souterrain. Le narrateur, d’abord épaulé par l’ami qui l’avait initié aux techniques d’exploitation minière, se retrouve très rapidement seul face à un univers idyllique, peuplé d’humains dégageant une incontestable aura de supériorité. Le livre consiste en réalité en un long exposé consacré aux divers aspects de cette civilisation du Vril-ya, souvent sous forme de questions-réponses, tandis que l’intrigue ou l’action sont reléguées à l’arrière-plan ; les seuls rebondissements ont partie lié à une histoire d’amour impossible, plutôt touchante. Fidèle à une vision évolutionniste, Bulwer-Lytton imagine en effet un stade plus élevé de la machinerie sociale, sorte de synthèse entre des idées d’extrême gauche et des notions aristocratiques ou réactionnaires. Ce peuple, au physique parfait, est en effet réparti en communautés autonomes et auto-suffisantes, poussant au bout le modèle de la commune anarchiste ou socialiste utopique. Une certaine égalité y règne, quand bien même celle-ci ne va pas de pair avec une uniformisation des richesses, puisque chacun possède la liberté de s’enrichir ou non. Les femmes ont même acquis une certaine supériorité, y compris physique, sur les hommes. A l’instar des possédants de l’Antiquité, les adultes de cette société ne travaillent que très peu, les tâches pénibles étant prises en charge soit par des robots, soit par les enfants. La croyance en une divinité supérieure est également primordiale, l’idée d’une vie après la mort ayant carrément fait disparaître toute angoisse face au grand sommeil.

Aucune mauvaise pensée (envie, jalousie, ambition) ne vient affecter l’équilibre social, au point d’ailleurs d’avoir asséché l’essentiel de la création artistique. Pour autant, la civilisation du Vril-ya ne cache pas son mépris pour les peuples qui lui sont inférieurs, car encore au stade démocratique de la bêtise de masse et dépourvus de la maîtrise du vril, clef de tout progrès collectif. Ce tableau d’une utopie ambiguë se révèle rapidement par trop didactique, abordant de nombreux aspects de la vie des Vril-ya, y compris leur langue. Le lecteur a surtout le sentiment que l’objectif de Edward Bulwer-Lytton est de démontrer que toute tentative d’amélioration sociale, de résolution des conflits sociaux vécus par l’auteur, visant une éventuelle perfection, est vouée à l’échec pour notre humble race humaine, ne lui convenant en aucune manière (les essais de Robert Owen sont d’ailleurs nommément cités).

1On remarquera que la recherche d’un point de départ bien établi est probablement une démarche aussi vaine que erronée : mieux vaut repérer des éléments séparés dont la cristallisation progressive constitue alors un genre nouveau.

Eric Hazan, Une histoire de la Révolution française, Paris, La Fabrique éditions, 2012, 416 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec cet ouvrage inédit, l’éditeur et écrivain Eric Hazan nous propose une synthèse vulgarisatrice de qualité sur la Révolution française, qu’il a choisi de clore au moment de Thermidor. La Fabrique avait d’ailleurs déjà publié plusieurs ouvrages en lien avec cette thématique, parmi lesquels une sélection d’écrits de Robespierre (Pour le bonheur et pour la liberté. Discours choisis), une réflexion de Sophie Wahnich sur la Terreur (La liberté ou la mort. Essai sur la Terreur et le terrorisme) et la réédition de La réaction thermidorienne d’Albert Mathiez.

Le plan adopté est classiquement chronologique, Eric Hazan s’autorisant parfois des excursi sur un sujet particulier, et le récit qu’il nous livre est d’une grande fluidité, en plus de se révéler passionnant. Une Histoire de la Révolution française se place, à un siècle de distance, dans la lignée de l’étude majeure de Pierre Kropotkine, La Grande Révolution (chroniqué dans notre revue électronique). C’est en effet le peuple qui est au cœur de l’intrigue, l’auteur ne cachant pas sa profonde empathie avec lui et avec sa ferveur révolutionnaire, s’opposant à toute lecture qui voit dans la Révolution française la matrice des totalitarismes à venir. Nulle surprise, donc, de voir qu’Eric Hazan est en désaccord avec l’idée d’une évolution déjà aboutie sous l’Ancien Régime. Dans le tableau qu’il dresse de la France à la veille du « tsunami » révolutionnaire, on notera l’accent mis sur l’influence culturelle, celle des sociétés de lecture, mais également de l’Antiquité romaine ou de Paul et Virginie ! Au fil de son exposé des événements, le sens du détail est un des points forts de l’auteur, ainsi de la participation active du public dès l’ouverture des États généraux. Après les avancées profondes de 1789, Eric Hazan qualifie la période qui court de l’automne 1789 à l’été 1792 de « reflux de la Révolution » face à l’offensive des possédants, cette dernière s’incarnant en particulier dans le massacre délibéré du Champ de Mars ou dans les lois Le Chapelier1.

Parmi les mises en perspective précieuses, citons l’abolition des privilèges le 4 août 1789 sous condition de rachat et d’indemnisation (déjà au centre du livre de Pierre Kropotkine), les nuances apportées à la sacro-sainte Déclaration des droits de l’homme et du citoyen2, l’absence d’un réel soutien populaire initial au projet de guerre concrétisé en avril 1792, et même, plus original, la critique des aspects antidémocratiques de la constitution de 1793 ou le scepticisme vis-à-vis d’un complot ayant conduit à Thermidor. Il relativise également la Terreur, qui lui « (…) apparaît donc comme un assemblage artificiel d’événements très différents (…) ce qui est infiniment plus discutable, c’est de considérer la Terreur comme une théorie du gouvernement, un système délibérément choisi et proclamé » (p. 283). L’empathie vis-à-vis du peuple laborieux se retrouve également dans la vision portée sur les massacres de septembre 1792, qui incrimine surtout la lenteur de la justice à l’égard des défenseurs des Tuileries. Par ailleurs, aux côtés d’octobre 1789, du 10 août 1792 ou de mai-juin 1793, Eric Hazan met l’accent sur les journées des 4 et 5 septembre 1793, moment majeur de pression populaire conduisant à l’adoption du maximum. Il fait enfin un sort aux légendes noires de Marat et de Robespierre, démontrant en particulier l’inanité de l’accusation visant ce dernier comme tyran sanguinaire…

Le point qui fait assurément le plus débat dans l’exposé, c’est la notion de révolution bourgeoise. Les arguments avancés par Eric Hazan pour refuser ce qualificatif manquent en effet cruellement de substance : l’absence du terme « bourgeoisie » ne suffit pas à valider la non existence de sa réalité, et la stigmatisation du vocable « réactionnaire » pour des paysans révolutionnaires et des sans-culottes qui refusaient objectivement le capitalisme alors ascendant fait fi d’une évolution alternative et plus complexe. Il aurait sans doute été louable d’au moins discuter la thèse de Daniel Guérin dans Bourgeois et bras-nus (Les Nuits rouges, 1998). Le seul défaut formel de cet ouvrage, à conseiller comme première lecture sur la période, tient à des appels de notes de bas de page régulièrement déficients. On pourrait également relever quelques manques dans la bibliographie3, mais cela n’affecte pas en profondeur la clarté et la richesse de cette histoire générale.

1 L’assemblée législative est d’ailleurs synthétisée par les termes « inexpérience et légèreté », p. 138. A contrario, « (…) la Convention est la première et la seule assemblée nationale française où le peuple ait pu faire entendre directement sa voix » (p. 186).

2 « Elle est rédigée dans un moment troublé où le lien n’est pas encore rompu entre les modérés et l’aile marchante de l’Assemblée, ce qui explique les prudences et les contradictions d’un texte qu’il faut lire comme un instantané, comme le reflet d’un moment et non comme un tout cohérent à graver dans le marbre. Il était d’ailleurs prévu qu’elle serait revue et complétée une fois la Constitution achevée » (p. 75).

3 Ainsi de l’ouvrage d’Arno J. Mayer, Les Furies. 1789.1917, Paris, Fayard, 2002 (chroniqué dans le n° 11 de Dissidences-BLEMR).

Compléments

L’interview d’Zric Hazan sur Rue 89 au sujet de son livre

Karl-Alexandre Zimmer, La révolution islamique au miroir de la Quatrième Internationale, mémoire de Master 2, Recherche Histoire (sous la direction de Dominique Avon), Université du Maine, 2012, 188 pages.

Compte rendu par Jean-Guillaume Lanuque

Les travaux universitaires consacrés aux trotskysmes ont tendance, ces dernières années, à marquer le pas, conservant malgré tout une certaine régularité. En attendant l’achèvement de la thèse de Jean Hentzgen, Karl-Alexandre Zimmer nous propose une contribution originale et fort intéressante sur une problématique d’actualité, celle de l’analyse déployée par les trotskystes de la IVe Internationale (Secrétariat unifié – SU) face à la prise du pouvoir par les fondamentalistes musulmans en Iran en 1979. Il avait déjà rédigé en 2011 un mémoire de Master consacré à Débats et perceptions de l’« islam », au sein du Secrétariat Unifié de la Quatrième Internationale et de sa Section française : le cas de l’invasion soviétique en Afghanistan. L’étude court en fait de 1978 à 1985, et s’intéresse principalement aux instances de direction internationales, le XIe Congrès mondial ayant lieu en 1979 et le XIIe en 1985.

La première partie du mémoire porte sur les trotskystes iraniens, une mise au point d’autant plus utile que le manque de textes en langue française sur le sujet est patent. Tout semble débuter à l’orée de la décennie 1970, avec la création aux États-Unis de la Sattar League[1], une centaine de militants issus de la Confederation of Iranian Students, tandis qu’en Europe émerge l’Organisation des partisans iraniens de la IVe Internationale au Moyen-Orient (considéré par le SU comme section sympathisante). Un groupe militant semble également avoir existé dans l’Iran du Shah, à l’activité surtout propagandiste et axée sur la dénonciation de la répression gouvernementale. En janvier 1979, la Sattar League revenue en Iran fonde le Parti socialiste des travailleurs (HKS), dont une des activités est d’impulser un Comité pour la défense des droits des femmes. La nouvelle organisation subit toutefois rapidement la répression du nouveau pouvoir religieux et connaît également une scission : le HKS maintenu, comprenant surtout les anciens exilés européens, et le Parti révolutionnaire des travailleurs (HKE) autour de l’ancienne Sattar League ; la cause de l’éclatement, qui tournerait autour de la participation aux élections pour l’« Assemblée des experts », semble toutefois un peu courte. Aussi bien le HKS que le HKE sont reconnus par le SU, et tous deux soutiennent d’ailleurs la prise d’otages à l’ambassade américaine par anti-impérialisme. Mais le fossé ne cesse par la suite de se creuser, entre un HKE suivant un processus « d’acculturation » par rapport au pouvoir islamique (rattaché par l’auteur au « courant chaud du marxisme » d’Ernst Bloch), jusqu’à une défense inconditionnelle de l’Iran face à l’Irak, tandis que le HKS accentuait de plus en plus sa critique du régime, appelant même à son renversement. De toute manière, tous finissent par subir l’exil dans la première moitié des années 1980. Mais il faut bien reconnaître que dans l’ensemble, cette partie sur les trotskystes iraniens présente un certain flou (quid du silence sur les exécutions de trotskystes en Iran ?), de nombreuses absences ou incertitudes (le propos est bien trop lacunaire sur la propagande déployée dans la presse trotskyste iranienne ou sur les débats internes, et plus généralement sur le vocabulaire de la révolution islamique), voire quelques interprétations discutables[2], posant plus de questions qu’elles n’apportent de réponses ; un constat qui appelle d’autant plus impérativement une réelle étude de fond sur la question.

La seconde partie du mémoire est plus solide. Elle est consacrée à une analyse détaillée des positions tenues par les instances de direction de la IVe Internationale sur la révolution iranienne et ses lendemains. Initialement, cette révolution, dont les causes premières sont perçues comme socio-politiques et non religieuses, est diagnostiquée comme l’ouverture d’un processus de révolution permanente, ce processus étant finalement considéré en 1985 comme avorté. Le constat que fait Karl-Alexandre Zimmer est celui d’une sous-estimation initiale, par la IVe Internationale, du facteur religieux, de l’hégémonie croissante du clergé, et d’une méconnaissance au moins partielle de l’islam. Khomeiny et le clergé chiite ont ainsi d’abord été perçus, par un théoricien comme Ernest Mandel (mais aussi par un chercheur comme Maxime Rodinson), en tant que « direction bourgeoise » contre-révolutionnaire mais du sein de laquelle pouvaient émerger des courants progressistes en lien avec l’évolution des luttes de classes ; l’influence de l’analyse marxienne de la double-face du phénomène religieux, à la fois forme de la misère et réaction contre elle, serait ici patente. Cet espoir illusoire, qui témoigne toutefois d’un souci de complexité dans l’analyse, s’articule en une critique du nouveau pouvoir combinée au soutien des masses face à l’impérialisme et à l’agression irakienne ; la similitude de l’attitude à l’égard de l’URSS est frappante, aussi nuancée et tout autant génératrice d’ambiguïtés. La position officielle du SU s’oppose à celle du SWP (Socialist Workers Party) étatsunien, qualifiée de « campiste »[3] dans la mesure où son soutien au nouveau régime voire à la religion musulmane est nettement plus inconditionnel, mais aussi au HKS. Ce dernier a en effet mis au cœur de sa réflexion la dimension contre-révolutionnaire du pouvoir des mollahs, appelant à une nouvelle révolution contre lui et demandant l’exclusion du HKE des rangs de l’Internationale (la proximité signalée de ce positionnement avec celui de la tendance Heredia-Hoffman[4] n’est malheureusement pas développée). Finalement, c’est la réflexion de Gilbert Achcar qui aura le plus d’influence sur l’infléchissement de la position de la direction internationale. Ce dernier, à travers ses « Onze thèses sur la résurgence de l’intégrisme islamique », perçoit en effet dans les événements iraniens une « révolution permanente inversée » et la mise en place d’une dictature petite-bourgeoise réactionnaire. Le Secrétariat unifié prend alors clairement partie, à compter de 1983, pour le renversement du régime, cet « aggiornamento », selon le terme de Karl-Alexandre Zimmer, étant définitivement validé au XIIe Congrès mondial[5].

On notera toutefois, outre de nouveau quelques analyses discutables ou déficientes[6], des défauts persistants dans la mise en forme qu’il s’agira de corriger : trop de fautes d’orthographe ou d’oubli de mots, et des citations en langues étrangères – principalement l’anglais – qui ne sont jamais traduites ! Il aurait également été utile de mettre davantage les analyses de la IVe Internationale en perspective, en particulier par rapport au reste de l’extrême gauche : une idée à approfondir parmi d’autres dans le futur travail de thèse !



[1]              Un patronyme inspiré de Sattar Khan, présenté comme un « héros » de la révolution constitutionnelle iranienne du début du XXe siècle, sans que davantage de précisions historiques ne soient malheureusement apportées.

[2]              La condamnation par le HKS du terrorisme individuel doit-elle conduire jusqu’à écrire qu’« ils refusent la violence des armes et prônent la force du verbe » ? (p. 36). De même, les scissions correspondent-elles vraiment au « paradigme trotskyste » ? (p. 53).

[3]              Les limites de l’étude sont toutefois fortes, dans la mesure où l’auteur reconnaît n’avoir utilisé que « des sources de seconde main » (p. 81).

[4]              La tendance Heredia (alias l’argentin Angel Fanjul)-Hoffman (alias Michel Lequenne) était une tendance de la IVe Internationale, active dans la première moitié des années 1980, qui s’opposait aux positions du SWP et défendait en particulier un centralisme véritablement démocratique comme mode de fonctionnement de l’Internationale.

[5]              « Ainsi, devant le « défi de l’islam », il a été observé que la QI a connu un processus dialectique de construction théorique. C’est dans ce sens qu’il est possible de parler « d’aggiornamento ». Toutefois, il paraît important de rappeler non seulement que les positions ne se sont pas consciemment et mécaniquement succédées, partant d’une thèse jusqu’à une synthèse, mais qu’au contraire elles ont coexisté et se sont sans cesse interpellées. » (p. 121-122).

[6]              La notion de défaitisme révolutionnaire visiblement mal maîtrisée, puisque datée seulement de la Conférence d’alarme de la IVe Internationale en 1940 (p. 103), ou un parallèle sidérant tracé entre l’idée d’organisations séparées de femmes ou de jeunes défendue par la IVe Internationale et son absence pour les musulmans (une idée aux antipodes de l’idéologie marxiste !).

Émilie Bickerton, Brève histoire des Cahiers du cinéma, Paris, Les prairies ordinaires, 2012, 190 pages, 19 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai, agréable à lire et agrémenté de quelques photos de films, est une traduction de la version publiée en 2009 chez l’éditeur anglais Verso, qui a pour ambition de publier les « penseurs radicaux ». Les prairies ordinaires annoncent d’ailleurs la publication prochaine du livre de Kristin Ross sur Rimbaud, également publié dans cette maison d’édition de qualité. La thèse défendue par Émilie Bickerton est que les Cahiers du cinéma furent une revue originale et passionnante, inventive et stimulante pendant un quart de siècle, avant de sombrer, dans les années 80, dans le consensus mou dominant, ne se démarquant plus alors de « la masse des guides de cinéma mainstream » (p. 9). Le lecteur suit sa démonstration au fil des pages, rythmées par une périodisation, qui correspond partiellement aux passages des décennies (1951-1959 ; 1959-1966 ; 1966-1969 ; 1969-1973 ; 1974-1981 ; 1981-2009).

L’auteur insiste avec raison sur la rupture esthétique que provoque, dès son irruption, en 1951, les Cahiers ; ils « bouleversèrent l’idée que l’on se faisait jusque-là du cinéma et de ses moyens d’expression » (p. 7). Défendant avec panache le cinéma comme un art à part entière – et non comme le prolongement du théâtre et de la littérature –, la revue refuse les jugements de valeurs basés sur la politique – nous sommes en pleine Guerre froide – et le patriotisme. Se faisant, elle opère un reclassement des films, n’hésitant pas à promouvoir certains produits hollywoodiens ou films noirs comme autant de chefs d’oeuvres. Hitchcock et Hawks sont alors les maîtres du septième art que la revue cherche à imposer. À la fin de la décennie, ils auront largement réussi leur pari et, de manière générale, auront transformé le regard que le public portait au cinéma, même si Bickerton souligne également les « angles morts » (p. 47) : le nouveau roman, le cinéma fantastique et d’animation.

La période suivante, avec le lancement de la Nouvelle Vague, marque le passage du « stylo-caméra » à la « caméra-stylo » ; les Jeunes Turcs – Truffaut, Godard, Rivette, Chabrol – passant de la critique à la réalisation de films devenus entre-temps des oeuvres cultes (Les 400 Coups ; Jules et Jim ; À bout de souffle ; Paris nous appartient ; Les Cousins ; …). C’est aussi l’ouverture de l’horizon cinématographique, tant aux niveaux international – avec l’attention porté à des cinéastes comme Rocha (Brésilien), Wajda (Polonais) ou Bergman (Suédois) – que méthodologique – se traduisant par « une réceptivité nouvelle à l’égard d’autres disciplines et courants intellectuels : l’anthropologie, la théorie littéraire et, un peu plus tard, la psychanalyse lacanienne et l’analyse de l’idéologie développée par Althusser » (p. 65-66).

« L’année 1966 marque un tournant politique majeur » (p. 76). Tournant qui s’exacerbe autour de Mai 68 et, surtout, du maoïsme, dont se réclame la revue au début des années 70. Un nouveau départ s’amorce en 1974, mais ne dure que quelques années. Ces années sont marquées par le dialogue esquissé avec Rancière, Deleuze, et surtout avec Foucault, autour de l’adaptation cinématographique de Moi, Pierre Rivière. Sans qu’il soit possible de dater précisément le changement d’orientation, l’auteur voit en 1978, alors que la maquette de la revue est refondue, l’annonce de « la nouvelle ère du « consommateur culturel » » (p. 136). Les Cahiers abandonneront peu à peu alors leur passion offensive et leur rigueur intellectuelle pour adopter une « politique fourre-tout » (p. 160) et s’engager dans « une période de mort lente » (p. 142), au point de ne plus se définir que sur « le mode nostalgique » (p. 163). La critique est dure, le constat amer. Mais on ne peut que donner raison à l’auteur sur l’absence de renouvellement – et même de recherches – théorique ces trente dernières années. Rapidement sont évoqués des trajectoires parallèles ou postérieures aux Cahiers, telle celle de Serge Daney et de sa revue Trafic.

Refusant de voir dans une telle évolution une fatalité, Bickerton avance une explication complexe, qui tient compte à la fois du contexte – l’inflexion néolibérale à partir des années 80 –, de choix éditoriaux – Toubiana, ancien maoïste et seul rédacteur en chef de 1981 à 2000, « traite le cinéma comme une entreprise, un produit : il va où se trouvent l’argent, l’influence et le pouvoir – tout en prenant bien soin de parler le langage de la cinéphilie enthousiaste » (p. 160) – et des transformations du cinéma lui-même. Celui, enseigné dans les universités et académies, est « passé du statut d’art à celui de culture » (p. 157), et se fond dans le « tout-image des grands groupes des médias et de la publicité » (p. 136), relayé par la généralisation massive des postes de télévisions dans les foyers et l’ère numérique. L’auteur confronte l’absence de regards aiguisés sur le cinéma et la riche production cinématographique de ces trentes dernières années.

Un des intérêts majeurs de cet essai est de croiser l’analyse contextuelle avec le parcours théorique des auteurs, la discussion de films de référence avec la transformation de la fonction critique telle que la comprend la revue. Ainsi, les premières années correspondent à la mise en avant des concepts d’auteur et de mise en scène, qui sont remis en question au début des années 1960 au profit d’une critique contextuelle : « on attend désormais des critiques qu’ils saisissent les éléments externes, contextualisent les oeuvres, mettent en évidence l’environnement dont sont issus les films, leur lien avec le monde et leur manière de l’exprimer » (p. 70). Avec la politisation, la critique se doit d’éclairer « les mécanismes des films et donner ainsi à voir l’idéologie dominante » (p. 95), avant d’adhérer au maoïsme et de rechercher vainement à développer un Front Culturel Révolutionnaire[1]… Suite à cet échec, il y eut dans la série d’articles, « Fonction critique », la tentative d’une réhabilitation de la mise en scène et un retour à une critique politique exigeante qui évite l’écueil et  les errements des « années rouges » où pratiquement plus aucun film n’était commenté. Mais ces détours et voyages de la critique se réalisent en lien avec les transformations sociales en cours – la Guerre froide, la décolonisation, Mai 68, etc. – et en regard de films charnières, longuement discutés, voire disputés par les Cahiers : Un homme et une femme (1966) – dont le succès s’explique par le fait qu’il donne bonne conscience, et la revue de lui opposer les films de Godard –, Z (1969) – qui « dispense une sorte de militantisme aseptisé » –, Lacombe Lucien (1974) – « parfait représentant du « style rétro » » (p. 124) –, etc.

L’auteur met en évidence durant toutes ces années, la richesse théorique indéniable des Cahiers et l’apport fondamental de critiques comme André Bazin, Jean-Louis Comolli, Serge Daney ou Pascal Bonitzer, dont les écrits continuent à faire référence et à être débattus aujourd’hui.

L’histoire des Cahiers du cinéma, en tous les cas jusqu’au début des années 1980, est traversée, comme le montre ce livre, d’une série de questions ou de tensions. Celle de l’attraction/répulsion pour le cinéma américain, qui évolue en fonction de l’industrie hollywoodienne elle-même et de la politisation de la revue. Autre question transversale et permanente ; celle « de l’équilibre entre attraction de masse et élitisme » (p. 13). L’auteur rappelle pertinement qu’une telle indistinction entre divertissement populaire et cinéma d’avant-garde existait dans les années 1920 dans les ciné-clubs français. C’est donc cette attitude que les Cahiers entendent reprendre et promouvoir. Cependant, au milieu des années 1960, la méfiance envers les succès commerciaux entraîne selon Bickerton un « véritable revirement par rapport à leur intention première » (p. 83). Mais la question centrale et prégnante demeure celle de la politique.

Ce livre aurait pu s’appeler « Brève histoire politique des Cahiers du cinéma » tant la politique hante, bouscule, alimente les recherches et débats au sein de la revue. La force de cet essai est d’en rendre compte de manière complexe et dialectique. Ainsi, Bickerton – idéalement située comme , scénariste et membre du comité de rédaction de la New Left Review – évalue bien « l’apolitisme volontaire des Cahiers » (p. 49) des premières années, comme « conséquence logique du projet consistant à élever le cinéma et la critique au rang d’art incontestable, et ce à travers la mise en évidence du génie consciemment à l’œuvre derrière les images » (p. 48). Ce refus du politique est par ailleurs catalysé par la volonté de se démarquer de la critique de cinéma de Georges Sadoul (1904-1967), lié au PCF, et a pour corrolaire la méconnaissance du cinéma soviétique des années 1920 (découvert durant les années 68). Significativement, la première incursion explicitement politique apparaît fin 1962, dans le compte-rendu par Rivette d’un documentaire censuré, Octobre à Paris, à propos de la manifestation du 17 octobre 1961, au cours de laquelle plusieurs dizaines d’Algériens ont été tués. Mais il faut attendre 1966 pour que s’opère véritablement le tournant politique. Il est dommage cependant que l’auteur ne développe pas plus les enjeux et les raisons de cette politisation n’empruntant pas la chronologie « classique », puisque la revue s’engage après la Guerre d’Algérie, mais avant Mai 68 (où « les rédacteurs des Cahiers jouent un rôle de premier plan dans les éphémères « États généraux du cinéma français » » (p. 88)).

« Les années rouges » (1969-1973) constituent un double échec : politique et cinématographique. Ainsi, « à mesure que le programme des Cahiers se politise, la couverture du cinéma réduit à vue d’oeil » (p. 106), et leur tentative de créer un Front Culturel Révolutionnaire échoue complètement en 1973. Si l’engouement maoïste n’est pas propre à la revue et correspond à un pan entier de l’intelligentsia en ces années[2] – accentuée encore pour les Cahiers par l’attrait d’Althusser et le positionnement de Godard –, le lecteur reste malgré tout étonné de l’aura dont jouissait alors Tel Quel, revue avec laquelle l’équipe des Cahiers dialogue. La leçon à tirer de l’expérience maoïste selon Bickerton est « que les résultats critiques s’avèrent plus percutants et durables lorsque les rédacteurs choisissent de s’engager dans le cinéma plutôt que dans la politique pure et dure » (p. 126). Disons plus préciséement que c’est lorsque les Cahiers pense la politique à partir du cinéma, que sa réflexion est la plus efficace et la plus originale. Ainsi en va-t-il de la critique de la frontière entre documentaire et fiction, de l’analyse approfondie des cinéates soviétiques des années 20 et du travail de montage, du refus de l’escamotage de l’irruption des acteurs opéré par le « nouveau naturalisme » ou encore du rejet de l’« amnésie de belles images » (p. 130). De telles critiques dépassent le cadre cinématographique et figurent certainement parmi l’héritage le plus important et toujours actuel des Cahiers.



[1]     En vue de la création d’un tel Front, une réunion se déroule en Avignon le 26 juillet 1972, avec les Cahiers, Tel Quel, le Front des artictes plasticiens et une autre revue de cinéma maoïste, Cinéthique.

[2]     Voir à ce sujet la chronologie des maoïsmes en France établie par Dissidences : http://www.dissidences.net/compl_vol8/Chronologie.pdf

Ferdinand Tönnies, Karl Marx. Sa vie et son œuvre, Paris, PUF, collection « Le lien social », 2012, 163 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ferdinand Tönnies (1855-1936) appartient au groupe des sociologues « classiques », fondateurs de la discipline. Contemporain de Durkheim en France ou de Max Weber, Georg Simmel ou Werner Sombart en Allemagne, il est connu essentiellement par son maître ouvrage, Communauté et société (1887), qui vient d’être réédité, dans une nouvelle traduction, aux Presses universitaires de France. Cette actualité s’accompagne de la publication d’articles non traduits jusqu’à aujourd’hui1. Cet ouvrage sur Karl Marx est précédé d’une ample présentation biographique par Bénédicte Zimmerman, où l’on apprend que Ferdinand Tönnies était politiquement proche de la social-démocratie. On comprend alors mieux pourquoi il a publié en 1921 cette monographie, qui profite ainsi du relatif intérêt actuel qui lui est porté puisqu’il était demeuré inédit en français jusqu’alors. Tönnies, dans sa préface, reconnaît d’ailleurs la dette qu’il éprouve à l’égard de deux biographies parues à la même période, celle de Franz Mehring (Karl Marx. Histoire de sa vie, Bartillat, 2009, [édition originale, 1918]) et celle, non traduite à ce jour, de Werner Sombart (Das Lebenswerk von Karl Marx, 1909)

Son ouvrage est divisé en deux grandes parties. La première, composée de quatre chapitres, développe des éléments de biographies de Marx. La chronologie suit de près celle de Mehring, 1818-1843 (années de formation ; 1843-1850 (exil définitif à Londres); 1850-1867 (la publication du livre I du Capital) ; et 1867-1883 (la disparition). Tönnies reprend les différentes dimensions et publications de Marx, et d’Engels, sur lequel il insiste, à juste titre, fortement. Tönnies s’appuie abondamment sur la biographie de G. Mayer, Friedrich Engels. Eine Biographie (2 volumes), publiée en 19202. Tönnies insiste fortement sur le caractère scientifique de l’œuvre de Marx : « Il voulait rester en dehors des partis comme spectateur, comme un savant qui, en tant que tel, prenait le risque de prédire le destin de la lutte des classes observées par lui » (p. 37). Le lecteur peut se demander alors pourquoi, dans les pages qui suivent, Tönnies développe l’activité de Marx dans la Ligue des Justes (ancêtre de la Ligue des Communistes). A partir de citations, dont certaines sont peu connues, Tönnies dresse le portrait intellectuel de Marx, et d’Engels, n’hésitant pas à s’appuyer sur ses propres souvenirs de jeunesse (ainsi sur la menace constitué par l’Internationale, p. 77). Le lecteur qui n’est pas déjà familiarisé avec la vie et les travaux de Marx trouvera profit à cette première partie, très synthétique.

La seconde partie est consacrée à l’œuvre de Marx. Autour de quatre notions – la théorie de la valeur, le taux de profit moyen, le mode de production capitaliste, le matérialisme historique – Tönnies propose une plongée dans les fondamentaux de l’argument du livre I du Capital. S’il se veut objectif dans sa présentation, Tönnies ne peut cependant s’empêcher de se montrer critique à l’égard de Marx. En effet, pour lui, ce qui domine dans son œuvre, c’est sa dimension de critique de l’économie politique, ou sa dimension intellectuelle. Tönnies adhère en revanche beaucoup moins, à la dimension proprement révolutionnaire, active, de Marx. S’il explique avec une grande clarté les principales notions développées par Marx (plus value, force de travail, etc.), en revanche, il n’hésite pas à rejeter avec force le Marx partisan de la rupture révolutionnaire. C’est particulièrement clair quand ce dernier évoque la nécessité de la dictature du prolétariat. Tönnies penche, pour sa part, plutôt pour « un chemin pacifique conduisant tranquillement au socialisme » (p. 131), fruit d’un élargissement des éléments de socialisation d’ores et déjà présents dans la société bourgeoise. Le sociologue en vient d’ailleurs à sortir de ses gonds, considérant que ce penchant marxiste pour la dictature « relève de la psychologie – et on pourrait même dire de la pathologie de l’homme et du penseur Marx et n’est pas déductible d’une lecture qui s’attache et au fond et à la cohérence de ce qui fut l’œuvre de toute sa vie » (p. 133), suivant d’ailleurs l’interprétation de Werner Sombart auquel il se réfère. Dans le chapitre qui suit, consacré au matérialisme historique, la lecture que propose Tönnies apparaît assez inattendue. En effet, en reconnaissant le saut théorique que Marx a accompli en matière de dialectique par rapport à Hegel, Tönnies avance que cette transformation est redevable à la fois à Darwin (ce qui est éminemment discutable), mais aussi à Schopenhauer, tout en écrivant que Marx, pas plus qu’Engels, ne l’avait jamais lu (p. 141). Enfin, dans un ultime et dernier chapitre, Tönnies fait part ses critiques à l’égard de Marx. Tout en reconnaissant sa dette à l’égard du génie, Tönnies développe plus particulièrement neuf points de divergences. Si certains aspects relèvent d’une discussion serrée (ainsi, le point 2 porte sur la dimension trop elliptique du traitement que Marx réserve à la notion de période de transition et en particulier au passage entre l’accumulation primitive et l’ère bourgeoise ou, point 4, sur la place du commerce dans le capitalisme), d’autres critiques manifestent une opposition claire à Marx. C’est le cas, par exemple, du point 6, qui porte sur la place du mouvement coopératif, dont Tönnies était un partisan3. Il considère, dans une veine toute proudhonienne, que ce mouvement peut tout à fait servir à la constitution d’une accumulation primitive de capital, permettant de dépasser le capitalisme : « Car la question fondamentale est de créer un fonds de capital au bénéfice des générations futures » (p. 156). La critique du refus du pouvoir moral et la volonté morale par Marx s’inscrit dans la même veine. Tönnies reproche à Marx, dans sa volonté de fournir une analyse scientifique du capitalisme, d’en oublier « la conscience morale du travailleur, comme celle du capitaliste, pour améliorer ou détruire ces conditions qu’il dépeint avec de si sombres couleurs (…) » (p. 157). C’est donc dans les dernières pages de son ouvrage que Tönnies exprime sa préférence pour une version du socialisme nettement plus modérée que celle qu’offre Marx. En une phrase, il exprime sa détestation de la révolution bolchevique : « Il (Marx) omet le fait que le pouvoir politique, comme tout pouvoir, se retourne contre lui-même, qu’il ne peut que répandre la misère des ses opposants s’il ne concilie pas la sagesse et la pondération avec le sens de la justice » (p. 158). Perce alors, ici, la vision toute réformiste du socialisme que défend Tönnies. Il n’est pas sûr que l’amendement progressif de la société qu’il prône soit la vision que Marx a essayé de développer.

1Voir notamment dans les Actes de la recherche en sciences sociales, n° 188, 2001.

2Livre qui est cité comme l’ouvrage de référence par F. Tönnies en ce qui concerne le compagnon de Marx, mais qui n’est toujours pas traduit en français, tandis qu’une édition anglaise est disponible depuis des décennies.

3Son ouvrage s’ouvre d’ailleurs par une citation de Staudinger, dirigeant du mouvement coopératif allemand.

Jean Védrines, La Belle étoile, Paris, Fayard, 2011, 351 pages, 19,30 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

La Belle étoile, dont le dessin de couverture, façon sérigraphie des « Années 1968 », représente un adolescent le poing droit levé à hauteur de la tête, est le cinquième roman de Jean Védrines, un écrivain social natif (1955) du Bourbonnais. Ce romancier, fils d’un résistant et député communiste de l’Allier, a déjà écrit L’Italie la nuit (Fayard, 2008), qui restitue les voix d’habitants des Pouilles ou Stalag (La Table ronde, 2004), dans cette veine langagière qui lui est propre, nécessaire selon lui pour « dire une époque sombre ». Ce récit est celui du jeune Giovan, le benjamin des deux fils de Gioachino, ouvrier métallurgiste (fondeur précisément), qui quitte la ville de Foggia, écrasée du soleil des Pouilles (région du sud-est de l’Italie), pour s’installer dans le bocage « gorgé de pluie » du Bourbonnais avec sa famille. La raison ? Politique, à n’en pas douter ! Mais Giovan, âgé de sept ans, n’en sait rien encore. Sa région et le reste de sa famille lui manquent, d’autant plus, sans doute, qu’il ne comprend nullement ce départ, cet arrachement. Au fil des ans, le gamin questionne ses parents et son frère aîné, Pietro. Et puisque le père refuse la transmission de la mémoire familiale, c’est par ce frère qu’il finit par apprendre la vérité.

Son père, Gioachino, s’est engagé dans la résistance armée communiste en 1943, après une évasion d’Allemagne. Sous son nom de partisan de Lupo le rouge, il intègre en Émilie-Romagne la brigade Corbari, commandée par Giovanni Pesce et Scoccimaro1. En hommage au premier, ses parents le prénomment Giovan à sa naissance (p. 126). Dans cette brigade, figure aussi un de ses oncles, qui n’hésite pas à exécuter des fascistes de la République de Salo2. En 1946-1947, son père veut continuer la guerre civile, qui « doubla » en quelque sorte la guerre patriotique contre les Allemands, par une guerre de classe des prolétaires contre la bourgeoisie collaboratrice, riche de promesses de libération sociale3. Il participe à des « maquis rouges » contre les « fascistes planqués (…) vérolés de la banque, du tiroir-caisse (…), riches éternels qui survivent à tous les régimes, toutes les catastrophes » (p. 161). Lorsque Palmiro Togliatti, secrétaire général du Parti communiste italien (PCI), reçoit trois balles dans le dos, tirées par un jeune étudiant en droit, Antonio Pallante, à sa sortie de la Chambre des députés, à Rome, le 14 juillet 1948, et qu’à la nouvelle de l’attentat, le pays se couvre de barricades et que se déclenche de manière spontanée une grève générale, Gioachino participe sans doute à ces combats4 (même si le narrateur ne l’évoque pas) tout en parvenant à échapper à la répression féroce qui s’ensuit5. Il est ensuite délégué de la FIOM (Fédération italienne des ouvriers métallurgistes) pour sa région. Et c’est avant la fin des années cinquante qu’il décide de tout quitter, pour tenter une autre vie, loin de ce qu’il ressent, du moins le récit semble-t-il le suggérer, comme une défaite. Pourtant, malgré l’éloignement, ce qui fait l’identité militante de Gioachino se lit partout : dans son siège, surnommé le « fauteuil Oulianov » [Lénine], dans le portrait de Gramsci, un des fondateurs du Parti communiste italien, sur le buffet et dans des activités telles que la traduction (laborieuse) du discours de Lénine au Ve Congrès des soviets (juillet 1918), pour un groupe d’ouvriers de son usine.

Cette nouvelle vie de la famille se déroule sous nos yeux à travers les bonheurs et les malheurs, différents de ceux des adultes, de Giovan, d’abord enfant, puis adolescent : l’école, l’amitié, les premières amours, les secrets, les promenades, les interdits etc. Fils d’émigré italien, il découvre également l’importance de la langue, d’abord par les recommandations de son père, puis en discutant avec des cheminots communistes, amis de celui-ci. Pour maîtriser correctement la langue française, son père lui conseille d’écouter avec soin tous les adultes qui parlent autour de lui (et ne pas se contenter seulement des professeurs), afin de retenir ce qu’il appelle les « combines », les « astuces » de cette langue, pour trouver « le mot juste ». Cela doit lui éviter, par exemple, de confondre « noyauteur », l’ouvrier qui mélange le sable avant la coulée d’acier, dans les hauts-fourneaux et « noyautage », mot qui a marqué son esprit après que son frère lui ait lu des passages de La Mère de Gorki (p. 90). En Mai 68, les ouvriers massés devant l’usine où travaille son père évoquent pour Giovan, nourrie de littérature soviétique, comme tous les enfants de militants communistes, la foule de Et l’acier fut trempé (Nikolaï Ostrovski) ou celle de Dix jours qui ébranlèrent le monde (John Reed). A la fin de l’année 1968, Pietro quitte la famille, retourne en Italie, où il se fait embaucher à la Fiat Mirafiori (Turin). Très rapidement, il entre en contact avec les militants révolutionnaire extra-parlementaires, et participe à la lutte armée dans les rangs de l’Autonomie ouvrière, avant d’être arrêté et jugé au début des années 1980. Libéré, il participe à Rome, avec Giovan qui l’a rejoint, à une immense manifestation de 40 000 autonomes, les doigts brandis imitant le canon d’un P. 38 et qui scandent : « Les pluies de mars/seront de plomb ! ». Le récit se termine sur la mort de Pietro, abattu par la police.

De l’Italie des années cinquante (la mémoire enfouie de la famille) à celle des « Années de plomb » (le présent tragique du fils aîné), la violence révolutionnaire et communiste se déploie. A une différence près, de taille : dans les années 1970, le Parti communiste italien est à l’écart de cette lutte, s’en désolidarise, même si ceux qui remplissent les cellules combattantes (avant de connaître celles des prisons) sont filles et fils d’autres Gioachino. En France, il n’y a plus d’héroïsme, car celui-ci est mort avec « l’extinction de la violence, la réduction des conflits à de belles prises de bec, de bonnes disputes » (p. 236), depuis que les revendications syndicalistes, entre autres, sont devenus des « suppliques » (p. 290). Un autre rappel de Jean Védrines concerne le langage, pas seulement le « bien parler », évoqué plus haut, mais aussi et surtout le langage comme passeur de la lutte des classes. Lors d’une rencontre avec ces cheminots communistes, camarades de son père, l’un d’entre eux s’écrie un jour devant lui, avec passion, les yeux fiévreux : « La langue des pauvres, la langue la plus riche, [c’est] le russe ! ». Et son père d’ajouter, dans un français approximatif : « [ce sont] les mots les plus forts de la terre, du monde (…) les mots les plus … bons … » (p. 22-23). Ce vocabulaire politique libérateur, ces « mots de l’aventure communiste, de la langue des révolutions » qu’évoque Vincent Roy dans une critique de ce livre pour Le Monde6, sont omniprésents dans ce récit. Cette présence rappelle le poids et la puissance qu’ils possédaient il y a cinquante ans, dans la « contre-société » communiste7 et bien au-delà. A rebours, l’ abandon, devenu oubli et occultationquasi-total, de nos jours, de cette « capacité des mots à nommer », symptôme d’une « ruine de la langue », diagnostiqué par Arlette Farge, Régine Robin ou Alain Badiou8. pèse également lourd. D’où la reprise de cette langue mémorielle et historique par Jean Védrines, afin de combler un vide. Pari réussi, sans doute. Dans la fiction, s’entend ….

1Ce sont de véritables partisans communistes, et non des personnages de fiction.

2La République de Salò est l’État fasciste fondé par Benito Mussolini en Italie en septembre 1943, dans les zones contrôlées par les nazis, après la reddition du roi Victor-Emmanuel III aux Alliés.

3Cette thèse est défendue avec brio et force documents par Claudio Pavone, Une guerre civile : Essai historique sur l’éthique de la Résistance italienne, Le Seuil, 2005, 982 p.

4Ces combats prennent dans de nombreuses régions l’aspect d’une quasi insurrection. Par exemple,à Turin, les anciens résistants placent des mitrailleuses sur les toits et distribuent fusils et grenades aux ouvriers de la Fiat qui occupent leurs usines, alors que dans le Piémont, la Lombardie, la Vénétie ou la Toscane, des milices armées désarment les policiers ou des mineurs prennent d’assaut une centrale téléphonique. Lire Fabien Archambault, « « On a tiré sur Togliatti ! ». La difficile interprétation de l’attentat du 14 juillet 1948 », La Révolution française. Cahiers de l’Institut d’histoire de la Révolution française, 1/2012.

5F. Archambault cite les chiffres suivants : 62 morts (dont 48 communistes), 3 126 blessés (dont 2 367 communistes) et 92 169 arrestations (dont 73 870 communistes).

6Vincent Roy, « Dans le ciel rouge des mots de fer », Le Monde, 7 novembre 2011.

7Cette expression est de l’historienne du communisme Annie Kriegel.

8 Arlette Farge, Quel bruit ferons-nous ? Entretiens avec Jean-Christophe Marti, Paris, Les Prairies ordinaires, 2005, p. 144-145, Régine Robin, La mémoire saturée, Paris, Stock, 2003, p. 43, 47 et 177-178, Alain Badiou, Le siècle, Paris, Le Seuil, 2005, p. 73.

Le programme du séminaire : formes brèves de l’imprimé

Responsables scientifiques : Vincent Chambarlhac et Julien Hage.

Centre Georges Chevrier, FRE 3499, Université de Bourgogne (Dijon).

Lieu : Bibliothèque du centre Georges Chevrier, Dijon, Université de Bourgogne.

À l’heure du web 2.0, le succès considérable de la brochure Indignez-vous de Stéphane Hessel est venu rappeler toute l’importance politique et culturelle des formes brèves de l’imprimé dans les sociétés d’Europe occidentale depuis l’invention de l’imprimerie, et plus encore depuis l’avènement des sociétés industrielles. Composés dans l’urgence, réactifs sur l’actualité, feuilles, tracts, dessins, caricatures et brochures de toutes sortes ont ainsi  fleuri massivement lors de chaque crise politique et ont joué un rôle majeur dans l’expression des conflictualités contemporaines, dans les circulations des idées et dans la politisation des masses. Au croisement des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, il s’agit d’interroger d’une manière globale aussi bien leurs supports matériels et leurs contenus politiques et esthétiques que leurs usages sociaux et leur rôle dans la cristallisation des identités politiques et dans la construction des imaginaires sociaux.

 

Séance 1 : vendredi 18 janvier 2013, 10-12h.
Frédéric Thomas, Pour un surréalisme de circonstance, La guérilla culturelle des surréalistes belges.

Séance 2 : jeudi 14 février 2013, 14-16h.
Emmanuel Guy (responsable du fonds Guy Debord à la BNF / Université Paris Nord Villetaneuse et Paris Ouest Nanterre), « Vu leurs pratiques, leurs théories doivent être vachement radicales » : les situationnistes et la bande-dessinée.

Séance 3 : jeudi 14 mars 2013, 14-16h.
Patrick Marcolini (Université de Toulouse II-Le Mirail/ ENSSIB), La brochure subversive autoproduite, de 1968 à nos jours. Quand les techniques de production-diffusion et les politiques d’émancipation ne font qu’un.

Séance 4 : vendredi 29 mars 2013, 10-12h.
Julien Hage (Université de Bourgogne) : Le centre de propagande des républicains nationaux, matrice de l’hégémonie culturelle de la droite des années 1930 ?

 Séance 5 : jeudi 11 avril 2013,14-16h.
Virginie Lethier (Université de Besançon): L’identité éditoriale du quotidien régional, Le Petit Comtois de 1883 à 1913.

Bernd Gehrke, Gerd-Rainer Horn (dir.), 1968 und die Arbeiter. Studien zum « proletarischen Mai » in Europa, VSA-Verlag, 2007, Hambourg, 334 p.

Un compte rendu de Michel Christian

En éditant ce recueil de contributions, fruit d’un séminaire financé par la confédération des syndicats allemands, Bernd Gehrke et Gerd-Rainer Horn ont voulu mettre en œuvre le projet à la fois scientifique et militant d’une histoire européenne des ouvriers et de leur action dans le contexte de ce qu’on appelle en France « les années 1968 ». Ils soulignent ce faisant que l’histoire de 1968 est très souvent restée concentrée sur les mouvements étudiants, quand elle n’a pas été ramenée à une simple étape de la « modernisation » de nos sociétés. Les éditeurs de ce volume veulent au contraire retrouver à la fois la dimension ouvrière de l’événement tout comme sa dimension contestataire, en mettant l’accent sur son caractère transnational souvent sous-estimé.

C’est pourquoi cet ouvrage se propose d’aborder le phénomène à l’échelle européenne, afin d’œuvrer à la confrontation et au rapprochement d’historiographies nationales formant un paysage européen très éclaté. Ces historiographies varient en effet beaucoup entre les pays qui ont connu des événements de grande ampleur (pays latins comme la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal) et ceux où la contestation ouvrière a été plus discrète (comme l’Allemagne), mais aussi entre pays capitalistes et pays socialistes, car la fin de la Guerre froide n’a pas homogénéisé les questionnements. Il y a ainsi un contraste entre une historiographie occidentale qui a exploré les questions de genres, le rôle des migrations et a réfléchi à la pertinence même de la notion de « classe ouvrière » et une historiographie des ex-pays de l’Est, dans laquelle les ouvriers sont appréhendés en bloc en tant que classe, dont tout ce qu’on souhaite savoir concerne sa contribution à la stabilité ou à l’instabilité des régimes.

La confrontation des points de vue nationaux – c’est l’un des mérites de l’ouvrage – conduit à abandonner la focalisation sur l’année 1968. Dans presque tous les pays étudiés (la France l’étant assez peu ici), la fin des années 1960 et le début des années 1970 sont une époque de combativité ouvrière accrue : dès 1962 en Espagne avec le mouvement des « comités ouvriers », au cours des années 1960 en Allemagne de l’Ouest, avec la multiplication diffuse des grèves sauvages qui aboutit à la grande vague de grève de 1969, entre 1969 et 1974 en Belgique, alors que l’année 1968 y avait été parfaitement paisible, mais aussi en Pologne avec les émeutes ouvrières de 1970.

Au-delà des décalages chronologiques, il y a donc bien un phénomène commun : la multiplication des conflits ouvriers organisés par le bas, souvent en marge des organisations syndicales et lourds de potentialités insurrectionnelles lorsqu’ils éclatent dans des contextes dictatoriaux. En France, cette spontanéité ouvrière rencontre un fort écho chez les théoriciens de l’autogestion, qui passe alors pour une alternative aux apories entre théorie et pratique comme entre socialisme et capitalisme. Si l’on fait l’effort de confronter les différentes contributions, on s’aperçoit que deux facteurs récurrents semblent avoir favorisé cette combativité : le facteur générationnel d’une part : ces mouvements semblent avoir été à l’Ouest comme à l’Est, particulièrement le fait de jeunes nés après 1945 ; le facteur social d’autre part : ce sont les secteurs traditionnellement les moins intégrés, où dominent ouvriers peu qualifiés et femmes, qui se signalent alors par leur plus forte combativité.

Ces conflits produisent des effets communs dans tous les pays d’Europe de l’Ouest au début des années 1970 : augmentation significative du salaire réel et diminution du temps de travail. On pourrait ajouter que ces tendances ne sont pas sans faire écho au développement des politiques sociales dans les pays du bloc soviétique à partir des années 1970. A l’Ouest, on observe en outre une transformation des relations professionnelles par la remise en question de l’autorité établie. Pour Peter Birke, qui généralise à partir du cas allemand, il y a là une décomposition par le bas du taylorisme, dont il ne faut pas sous-estimer la dimension émancipatrice. On peut toutefois se demander si cette émancipation ne pose pas du même coup les bases de formes de domination nouvelles, plus affinées, personnalisées, impliquant non plus l’obéissance, mais la coopération des sujets qu’elle entend soumettre.

L’objectif de l’ouvrage est atteint dans la mesure où ses éditeurs précisent dès l’introduction qu’il ne s’agit pas de produire une histoire exhaustive des ouvriers et de l’action ouvrière au tournant des années 1970. Certaines questions revenant dans différentes contributions auraient cependant pu être abordées de manière plus directe. Pourquoi, par exemple, comme le constatent les éditeurs, les « mai prolétaires » caractérisent-ils les pays latins plus que les autres ? A quelle structure sociale ou à quelles pratiques de l’action politique cela renvoie-t-il, notamment dans le temps long ? Pourquoi également ne pas avoir inclus des pays où les mobilisations ouvrières n’ont a contrario pas été importantes ? Les facteurs d’une telle stabilité auraient aussi un sens. De plus, les tendances communes entre pays d’Europe de l’Ouest et pays d’Europe de l’Est, qui s’expliquent notamment par des matrices communes, sociales et générationnelles, devraient être mises en évidence de manière plus systématique. Cela pourrait contribuer à sortir d’une interprétation unilatéralement politique de l’histoire des groupes ouvriers dans les pays de l’Est. Enfin, par intérêt scientifique aussi bien que militant, les rapports et tensions entre « ouvriers » et « intellectuels » (étudiants, mais aussi cadres d’entreprise), abordés dans quelques-unes des contributions, gagneraient à être étudiés de manière plus systématique : ils renvoient à une perception mutuelle et à un différentiel de capital social qui se révèlent être à la fois un moteur et une limite de la mobilisation commune, à l’Est comme à l’Ouest, aujourd’hui comme hier.

Michel Christian

Grandizo Munis, De la guerre civile espagnole à la rupture avec la Quatrième Internationale (1936-1948). Textes politiques – Œuvres choisies. Tome 1, Paris, Editions Ni patrie ni frontières, 2012, 412 pages, 12 euros.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Parallèlement à la publication de sa revue Ni patrie ni frontières (régulièrement chroniquée dans notre Revue des revues), Yves Coleman s’est associé avec l’hispanique Comité d’édition des œuvres de G. Munis et propose un premier tome copieusement garni consacré aux écrits de cette figure révolutionnaire importante du XXe siècle, saluée comme un esprit libre et un communiste radical authentique. D’abord trotskyste, Munis effectue une critique de certains des fondements du trotskysme qui l’amène vers le communisme de gauche, courant politique plus communément appelé « ultra-gauche ». Si l’essentiel des textes proposés sont inédits et traduits de l’espagnol, on en trouve également quelques-uns issus des archives de Ngo Van[1], avec une certaine variété : articles, lettres, tracts ou textes de discussion interne[2]. Ils sont précédés par une présentation générale de Munis, de ses principales positions – contre le capitalisme d’État et le stalinisme, pour un parti révolutionnaire étroitement lié à sa classe et à sa liberté, et pour un État ouvrier ne contrôlant pas la production économique, aux mains des travailleurs auto-organisés – et une autre du trotskysme espagnol dans les années 1930 et 40, marqué par la division.

Un premier ensemble est constitué par des articles des bolcheviques-léninistes espagnols durant la guerre civile (rappelons que l’ouvrage de Munis sur cette période, Leçons d’une défaite, promesse de victoire, récemment réédité par les éditions Science marxiste, a été chroniqué sur notre ancien site). Sans surprise, ceux-ci s’affrontent au Front populaire, critiquent le POUM et dénoncent l’action criminelle du stalinisme[3]. Ils y opposent le front révolutionnaire du prolétariat, et loin d’idéaliser l’action des masses, soulignent « l’atomisation des pouvoirs » des comités à partir de juillet 1936 face à un État bourgeois en voie de reconstitution.

L’autre grand ensemble, le plus important quantitativement parlant, concerne la montée des divergences avec la ligne majoritaire de la IVe Internationale. On connaît en effet généralement l’acte de rupture de Grandizo Munis et Benjamin Péret après le IIe Congrès mondial de 1948, mais ce sont tous les principaux jalons de la polémique qui nous sont ici proposés (sans le versant contradictoire, toutefois). A cet égard, « Le Socialist Workers Party et la guerre impérialiste », daté de novembre 1944, est un des textes les plus intéressants. S’appuyant sur les déclarations de James P. Cannon[4] au procès de Minneapolis[5] (dont une partie fut publiée par la revue du Courant communiste internationaliste (CCI) du Parti des travailleurs (PT)[6], La Vérité), Munis critique l’interprétation de la politique militaire prolétarienne, l’absence de lutte effective contre la guerre de la part du SWP, le travail au sein de la Résistance armée et les illusions entretenues sur les capacités révolutionnaires du stalinisme. Se devine déjà sa critique radicale des syndicats, mais également une certaine tendance à avancer des certitudes bien tranchées (ainsi de la révolution qui serait nécessairement plus facile dans un pays vaincu par le fascisme[7]). La critique se fait plus globale et large dans « Les révolutionnaires devant la Russie et le stalinisme mondial » (1946), puisqu’un changement de la politique défendue par la IVe Internationale à l’égard de l’URSS est revendiqué. La puissance soviétique est analysée comme un capitalisme d’État tout aussi impérialiste que les autres, qui plus est agent contre-révolutionnaire encore plus dangereux que la bourgeoisie, et qui n’appelle donc aucune défense, même critique.

Le fossé se creuse encore avec les instances de direction de l’Internationale, accusées de bureaucratisme et d’opportunisme, en particulier dans la préparation du IIe Congrès mondial, non démocratique selon Munis (approuvé d’ailleurs par Natalia Sedova Trotsky). Son « Rapport sur le Congrès mondial », auquel il participe malgré tout, est un autre texte des plus intéressants, tout comme les diverses prises de position de l’Union ouvrière internationale, constituée après la scission d’avec la IVe Internationale, et membre d’un Comité international de la gauche marxiste. Le volume se clôt d’ailleurs de la sorte non en 1948, mais en décembre 1950. Le second tome est attendu par les spécialistes des marges et dissidences communistes.

Jean-Guillaume Lanuque



[1]              Ngo Van (1913-2005) est un militant vietnamien anticolonialiste, trotskyste puis communiste conseilliste, dans la mouvance de l’ultra-gauche. Son dernier ouvrage, Au pays d’Héloïse, est chroniqué dans notre revue électronique: http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=584

[2]              Seule inconnue dans la présentation, les « Amendements proposés par le camarade Munis » en décembre 1945, dont on ignore à quel texte ils s’appliquent.

[3]              « Si la Révolution fut vaincue, si la guerre est une déroute, et si Franco soumet aujourd’hui les travailleurs à l’esclavage et à la répression, l’unique responsable, le précurseur de Franco, est le gouvernement du Front populaire et son principal représentant, le stalinisme » (p. 120).

[4]              James Patrick Cannon  (1890-1974), militant étatsunien, est une des figures marquantes du trotskysme mondial. Il est le secrétaire national du Socialist Workers Party des États-Unis de sa fondation, début janvier 1938, à 1953.

[5]              Il s’agit d’un procès intenté d’octobre à décembre 1941 contre 28 dirigeants du SWP, dont James P. Cannon et les leaders de la célèbre grève des camionneurs de Minneapolis à l’été 1934. Ils sont jugés pour sédition par un tribunal fédéral.

[6]              Le Parti des travailleurs (novembre 1991-juin 2008) regroupe dans son courant principal, le CCI, une des trois grandes familles trotskystes en France, qu’on appelle de manière familière mais non historique, les « lambertistes ». Le PT devient en juin 2008 le Parti ouvrier indépendant (POI).

[7]              Il en est de même par la suite au sujet de l’inévitable guerre mondiale entre les deux blocs, ou de l’étatisation généralisée du capitalisme.

 

Jack Goody, Le vol de l’histoire. Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde (The Theft of History), Paris, Gallimard, collection « NRF Essais », 2010 (édition originale 2006), 496 pages, 30 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jack Goody, né en 1919, est un anthropologue britannique reconnu et particulièrement émérite. Avec ce livre, il remet en cause, par le biais d’une démarche comparatiste axée principalement sur l’Asie, le rôle central joué par l’Europe à partir de la Renaissance en particulier. La matière qu’il embrasse est vaste, puisant chez Perry Anderson1 ou Moses Finley2, en passant par Karl Marx, Max Weber ou Peter Laslett3. Chez tous ces auteurs et bien d’autres, il décèle un ethnocentrisme plus ou moins prononcé, se nichant jusque dans le découpage chronologique et les concepts utilisés.

La première partie de son ouvrage est un retour sur les apports respectifs de Joseph Needham4, Norbert Elias et Fernand Braudel. Jack Goody relativise ainsi l’unicité de la Renaissance, tout comme la fonction censément déterminante de l’éthique protestante. Selon lui, la singularité de la Renaissance européenne par rapport aux autres processus semblables tient au recul du Haut Moyen Âge, générant une stimulation plus grande quand aux progrès à accomplir, et à la révolution de la communication du XVe siècle, basée sur l’imprimerie et l’alphabet. De la même manière, contre Joseph Needham, Jack Goody critique le rôle central de la bourgeoisie et du capitalisme dans l’essor de la science moderne, insistant sur le caractère international de la classe marchande et sur l’aiguillon majeur des échanges entre Orient et Occident, se rapprochant ainsi de Clifford D. Conner (Histoire populaire des sciences, chroniqué dans notre revue électronique). Il est ainsi amené à mettre l’accent sur le caractère discontinu de l’évolution historique, rejetant aussi bien la vision d’une Chine statique que celle d’une Europe étalon à un moment donné de son développement. Face à Norbert Elias, il prend également de la distance avec le processus de civilisation élaboré par ce dernier. La modernisation de l’Europe visible par le progrès des comportements policés ne serait en fait qu’un exemple de « processus récurrents », « de classes », repérables dans d’autres civilisations. Jack Goody voit aussi dans le cas des comportements de table plus civilisés une généralisation abusive de mœurs globalement plus intériorisés, moins violents. Enfin, Fernand Braudel lui-même n’échappe pas à la critique d’eurocentrisme, en particulier lorsqu’il valorise le dynamisme supposé de l’Europe face aux sociétés immobiles, une aberration selon Jack Goody. Sur l’idée de villes plus libres dans l’Occident à la fin de la période médiévale, qui serait une des sources majeures de l’essor du capitalisme, il démonte le principe d’un monopole européen en la matière, insistant au contraire sur l’égalité entre aires civilisationnelles, au moins jusqu’au XVIe siècle. En fait, pour l’anthropologue britannique, les changements survenus à partir de l’âge du bronze ont très tôt donné naissance au marché et à la bourgeoisie dans toutes les sociétés concernées, sans place unique de l’Europe, inaugurant une croissance véritablement mondiale où les différences ne seraient qu’occasionnelles et secondaires. Cette unité s’appliquant avant tout à l’Eurasie, cimentée par les échanges marchands. Il rejoint en cela les analyses d’un Christopher Bayly dans La Naissance du monde moderne (voir sa recension sur notre ancien site).

La seconde partie du livre se penche plus en profondeur sur la périodisation de l’histoire du monde et les modes de production tels qu’ils sont traditionnellement utilisés. Si la caractérisation du découpage chronologique autour de la pseudo naissance de Jésus est vue avec justesse comme arbitraire et religieuse (appelant une refonte laïque de la mesure du temps), tout comme les autres unités temporelles occidentales, sa proposition d’abandonner l’Antiquité (qu’il fait d’ailleurs curieusement débuter au VIIIe siècle avant Jésus seulement) au profit des âges du bronze et du fer laisse ouverte la question des périodes ultérieures… Le « miracle » grec est une nouvelle occasion de mettre davantage en valeur les points communs entre le monde grec et l’Orient (l’alphabet d’origine sémitique), y compris sur l’invention de la démocratie ou de la liberté. L’exemple qu’il prend des cités phéniciennes, telles Tyr ou Carthage, plus démocratiques que bien des cités grecques, fait assurément réfléchir. Sur le féodalisme, Jack Goody rappelle le déclin bien réel de l’Occident à compter de la fin de l’Antiquité, et l’hostilité marquée du christianisme à l’égard des sciences. Le plus intéressant réside cependant dans son désaccord avec Perry Anderson, puisqu’a contrario de ce dernier, il ne voit pas dans l’économie féodale un progrès comparativement à l’économie romaine : le dynamisme de celle-ci aurait été supérieur (voir à cet égard Aldo Schiavone, L’Histoire brisée, chroniqué dans notre revue électronique), et la seconde se contentant de reprendre des innovations venues d’ailleurs (comme l’éperon, le fer à cheval ou le moulin à eau) ; le renouveau économique de l’Europe occidentale dans la seconde moitié du Moyen Âge tirerait alors sa source, non d’une dynamique interne particulière, mais de l’accroissement de ses échanges commerciaux avec l’Orient : « Cette forme d’organisation sociale, là encore, ne constitue donc pas tant une étape dans la marche de la civilisation qu’une réaction de l’Occident au déclin » (p. 243). Concernant la thèse d’un despotisme asiatique, on ne s’étonnera pas non plus de voir Jack Goody la reléguer aux oubliettes de la panoplie historienne, puisque les similitudes l’emportent une fois de plus, selon lui, entre Orient et Occident. Il développe en particulier l’exemple de l’empire ottoman, doté d’une forte capacité d’adaptation (aux armes à feu), d’un statut des paysans proche de celui des Européens, d’un partage du pouvoir entre État et Église similaire à celui du féodalisme, et d’une vitalité commerciale certaine. La dernière partie du livre revient sur certains exemples de fausses particularités de l’Occident : l’autonomie des villes (« (…) bien peu de choses viennent distinguer les villes orientales des villes occidentales avant le XIXe siècle », p. 321) ; la naissance des universités, stimulées en réalité par des éléments de la civilisation musulmane ; la démocratie, dont la dimension incantatoire est d’ailleurs vivement critiquée par Jack Goody à travers l’exemple de la politique extérieure des États-Unis5 ; l’égalité et même l’amour romantique6.

Si Le Vol de l’histoire est une lecture assurément stimulante et revigorante, sa prose manque toutefois souvent de clarté et d’une structuration rigoureuse, ainsi que d’exemples suffisamment nombreux. Son ouvrage, qui ouvre bien des pistes à poursuivre via des travaux collectifs, souffre également, au-delà de quelques affirmations bien péremptoires7, d’une tendance marquée à la redite. La volonté de Jack Goody de relativiser toute supériorité supposée de l’Europe avant le XIXe siècle aboutit parfois à négliger excessivement les avancées marquantes de telle ou telle civilisation. Sa critique et sa prise de distance à l’égarddes thèses avancées par Marx et des auteurs marxistes (Anderson, Finley) ou en ayant intégré certaines notions (Braudel, Needham, Weber) semblent également en phase avec tout un pan de l’historiographie actuelle.

1Perry Anderson est un sociologue et historien britannique marxiste.

2Moses Finley, historien britannique, décédé en 1986, est un spécialiste marxiste de l’Antiquité grecque.

3Peter Laslett, également historien britannique, décédé en 2001, oppose souvent dans ses écrits la « civilisation traditionnelle » et la « civilisation industrielle. Critique envers le marxisme, il refuse le concept de « classes ».

4Joseph Needham, biochimiste et sinologue britannique, décédé en 1995, est un spécialiste reconnu de l’histoire des sciences et des techniques de la Chine. Il fut un compagnon de route du communisme.

5 « En Occident, la démocratie électorale n’est plus considérée simplement comme l’une des nombreuses modalités possibles de représentation : elle constitue une forme de gouvernement qu’il convient d’introduire quels que soient l’époque ou le lieu » (p. 361).

6 « L’idée d’une naissance de l’amour dans l’Europe féodale [à travers l’émergence de l’amour courtois] est proprement indéfendable » (p. 389).

7 « Nous ne serions jamais parvenus à la nécessité des Lumières si nous ne nous étions pas convertis à une religion unique, monothéiste, hégémonique » (p. 352).

Nathalie Chauvier, Poésies, Bruxelles, Maelström, collection « Compact », 2012, 154 pages, 8 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Il y a toujours quelque scrupule à parler de poésie sous un angle qui n’exclut pas le politique. Alors, dans quel sens, comme l’écrit Tom Nisse dans son quatrième de couverture, peut-on parler à propos de Nathalie Chauvier d’« une voix unique, révoltée et mordante » ?

Il y a parfois une drôlerie, une joyeuseté absurde et prosaïque, qui rappelle certains poèmes du surréaliste Benjamin Péret :

« Si les chicons disparaissaient sous le gratin,

si tu te cachais quelque part dans les filets de fromage.

Si mes jambes étaient un livre

et toi le signet à la bonne page,

si j’étais la page déchirée et toi le mot manquant » (p. 44).

C’est le plus souvent une souffrance, une désespérance et, avec Encensoir pour Élisabeth, parmi les plus beaux poèmes d’amour à une mère, qui lui a été arrachée, rendue toute entière à son « tourment », « s’en allant survivre / sur d’autres parallèles / laissant derrière toi les foules de suspects » (p. 108) :

« Ma petite maman, ma petite paix,

entre deux guerres, on s’aime toujours,

même assez fort pour que ce soit lamentable » (p. 19).

Mais ce sont aussi l’ironie, le rire léger, les peut-être d’un sourire ou d’un plaisir, de la « solitude à deux », d’un temps « qui n’a pas encore eu le temps » (p. 42), d’une vie grave, qui ne se prend pas encore au sérieux :

« On jette aux requins des bouées

de sauvetage.

On sacrifie des gosses aux éperviers

des villes.

Les cages et les prisons se goinfrent

d’hommes et d’oiseaux » (p. 41).

Si nombre de poèmes sont hantés par les fantômes (p. 91), par la peur des passants mal aimés et des jours mal vécus, plus d’une fois, Nathalie Chauvier retourne cette malédiction en solitude amoureuse, en complicité avec les vaincus, en une « ballade aigre-douce » tunisienne, « nostalgique d’un monde spontané et gratuit » (p. 77), et en combat conséquent contre Dieu et le diable qui ont « cogité le coup ensemble, en nous laissant comme une ignoble boîte de farces et attrapes » (p. 6). Au gré des deux photos, de la chronologie et de la postface, qui accompagnent ses poèmes, on se l’imagine aujourd’hui, telle qu’elle se projetait à quinze ans, quand elle aurait les « cheveux blancs » :

« On y verra encore le soleil de tes quelques ans

et tes yeux pétilleront encore

comme des milliards d’étoiles » (p. 41).

Ou comme cette « grande dame froide et hautaine », assise sur un banc autour des étangs d’Ixelles, faisant « le point de ses urgences » (p. 122)… Car si Nathalie Chauvier nous touche, c’est surtout par cette urgence de vivre et d’aimer qui passe, trébuche et parfois se relève dans ses poèmes. Peut-être est-ce alors à partir de ce point que la poésie se marie le mieux à la révolte. « Mais je ne crie pas seulement pour moi » (p. 43), nous prévient-elle. Ce cri désespérément partagé, mêlé au rire, aux larmes et au murmure d’une poésie qui n’était pas seulement pour elle, nous demeure précieusement nécessaire et intact.

 

 

 

 
https://youtu.be/gJ7OOQHqJtQ