Archives mensuelles : mars 2013

Frank Norris, Les Rapaces, Marseille, Agone, collection « Manufacture de proses », traduction de l’anglais par Françoise Fontaine, 2012, 312 pages, 22 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Aucun cinéphile averti n’ignore Les Rapaces, film muet mythique et mutilé – mythique parce que mutilé[1] – de Erich von Stroheim en 1924. Par contre, bien peu connaissent le roman McTeague dont le scénario est tiré. C’est la traduction de ce roman de 1899 d’un certain Benjamin Franklin Norris, plus connu comme Frank Norris, que les éditions Agone publient au printemps 2012[2], sous le titre éponyme du film. Frank Norris naît en 1870 à Chicago, dans une famille aisée et passe ensuite son adolescence à San Francisco, dans le quartier de Polk Street. Après des études de peinture à Londres, Rome et Paris (où il découvre les romans de Zola) entre 1887 et 1889, puis de littérature anglaise à Berkeley, il devient journaliste classé parmi les muckrackers[3] dès 1890. De l’influence conjuguée du naturalisme français à la Zola et de ses enquêtes dans les entrailles des villes américaines – quelques années plus tard, Jack London  effectue lui-aussi une plongée dans les quartiers misérables de Londres, d’où il tire son récit, Le Peuple de l’abîme[4] – naissent alors ses romans, dont McTeague. A Story of San Francisco est le quatrième. Frank Norris est fréquemment cité dans les histoires de la littérature réaliste et naturaliste des États-Unis, ainsi que par des écrivains de la génération suivante. Upton Sinclair, pour ne citer que lui, reconnaît sa dette littéraire envers Norris, dans un entretien de 1930 : « Il m’a montré ce qu’on peut faire avec un roman ».

II – A San Francisco, à la fin du XIXe siècle, McTeague, un ancien mineur, ouvre un cabinet dentaire (bien qu’il n’ait aucun diplôme) dans le quartier populaire de Polk Street. C’est un géant blond « aux gestes lents et puissants », avec des mains capables « d’arracher une dent récalcitrante entre le pouce et l’index » (p. 2). Sa vie est paisible, voire morne, entre ses patients et quelques sorties le dimanche avec son ami Marcus Schouler, au bord de l’océan. Lorsque son ami, ivre, aborde la question ouvrière et discourt avec fureur contre les patrons et la misère sociale, McTeague n’y comprend goutte. S’il fut un temps ouvrier, il ne semble pas que la conscience d’appartenir à une classe exploitée l’ait jamais effleuré. Devenu assez facilement un (modeste) petit-bourgeois, il n’aspire qu’à se marier et mener une vie sans histoires. Aussi, la rencontre avec la cousine de Marcus, Trina Sieppe, se termine-t-elle comme il est d’usage par un mariage. McTeague gagne une épouse aimante, dévouée, bonne cuisinière, qui ne se pose pas plus de questions que lui. Mais il perd son ami, qui pensait pourtant bien avoir les faveurs de cette cousine. La jalousie de Marcus Shouler n’en devient que plus ardente lorsque Trina gagne la somme, énorme pour l’époque, de cinq mille dollars à la loterie! A partir de ce moment, cet argent devient le point de mire des trois personnages. Trina, littéralement « possédée » par l’avarice et la cupidité, place la somme chez son oncle, un entrepreneur, afin d’en toucher les intérêts et se met à économiser sou à sou sur tous les achats quotidiens (nourriture, loyer, habits) afin d’arrondir son magot. McTeague, qui perd son cabinet par suite d’une dénonciation par son ex-ami devenu son ennemi implacable, ne comprend pas qu’il soit obligé de devenir manœuvre puis chômeur alors qu’ils possèdent une telle « fortune ». Quant à Marcus, il n’a qu’une idée en tête : se venger et, qui sait, tenter de récupérer cet argent qu’il estime lui appartenir de droit. De coups du sort en coups fourrés sordides, McTeague, avec ses poings énormes, frappe à mort sa femme et s’enfuit avec le sac d’or. En effet, celle-ci avait fini par retirer tout l’argent de chez son oncle et parfois, la nuit, elle se couchait nue sur son or, « jouissant étrangement du contact des pièces lisses sur toute la surface de sa peau » (p. 255). Poursuivi par la police et par Marcus Schouler, McTeague finit par abattre son ennemi dans la Vallée de la mort, mais meurt en pleine fournaise, sans eau, enchaîné à celui-ci, sans espoir de se libérer. Sur le sable, à côté des deux cadavres, l’or s’échappe des sacs et brille au soleil.

III – La majeure partie de l’histoire se déroule dans le quartier de Polk Street à San Francisco, donc dans un cadre urbain dont l’horizon est fermé, mais elle se termine, tragiquement et sordidement, dans un des déserts les plus inhospitaliers de la planète, la Vallée de la mort[5]. La nature, cruelle et brutale dans sa nudité, ne l’est pas moins que cette aventure humaine placée sous le signe de la marchandise-étalon, l’or. Pour Donald Pinzer, historien de la littérature américaine, le naturalisme américain est en quelque sorte la réécriture de la tragédie antique, réécriture dictée par les conditions brutales de la société américaine, où les personnages moyens prennent la place du héros[6]. La déchéance de McTeague et de Trina est-elle la conséquence d’un déterminisme biologique caractéristique de ce type de romans ? A n’en pas douter, on peut retrouver dans cette fiction maints éléments relevant de l’expérimentation sociale, en phase avec le succès des théories de Darwin et l’émergence du positivisme et de la sociologie. N’oublions pas qu’Emile Zola, qui influença profondément Frank Norris, fut lui-même marqué par l’ouvrage de Claude Bernard, Introduction à l’étude de la médecine expérimentale. Assurément, ce roman ne rentre pas dans la catégorie de la fiction prolétarienne – dont le terme est employé pour la première fois par Jack London[7]  –, car de prolétariat il n’est nullement question, si ce n’est incidemment. Mc Teague n’est pas Jurgis Rudkus, le héros de La Jungle, d’Upton Sinclair[8].  Son funeste destin n’a pas valeur d’exemplarité puisqu’il n’est sauvé ni par la découverte de la solidarité des exploités ni par le socialisme.

IV – Par contre, en prêtant à l’or, au « métal maudit », toute sa puissance maléfique, Frank Norris suscite une grille de lecture du roman plus intéressante, sinon pertinente. L’étude de Shakespeare fit-elle partie de son programme de littérature anglaise à Berkeley ? Ce ne serait pas surprenant.  Voici son portrait du chiffonnier polonais Zerkow : « C’était l’homme au crochet, qui passait sa vie à fourrager dans les détritus de la grande cité pour y trouver de l’or, encore de l’or, toujours de l’or. » (p. 29). Outre une parenté indéniable avec les stéréotypes antisémites les plus classiques[9], impression renforcée par d’autres aspects de la physionomie de ce personnage (« lèvres minces, avides, félines », «  ses doigts pareils à des serres »), comment ne pas y voir une réminiscence de cette tirade, extraite de La vie de Timon d’Athènes : « De l’or ! De l’or jaune, étincelant, précieux ! Non, dieux du ciel, je ne suis pas un soupirant frivole… Ce peu d’or suffirait à rendre blanc le noir, beau le laid, juste l’injuste, noble l’infâme, jeune le vieux, vaillant le lâche… »[10]. Quant à la suite de cette ode au métal précieux, ne résume-t-elle pas le thème des Rapaces, pour peu que l’on substitue « humains » à « nations » : « Allons, métal maudit, putain commune à toute l’humanité, toi qui mets la discorde parmi la foule des nations… » ? Dans ce roman de  Frank Norris, la richesse ne s’obtient, visiblement, que par les jeux de hasard (la loterie) ou le vol (McTeague puis Marcus Schouler), mais pas par la propriété de moyens de production, alors que les États-Unis sont justement dans leur phase d’accumulation presque achevée du capital. Les personnages, aveuglés par l’éclat sensible des métaux précieux, comme existence toute-puissante de la richesse, sont encore des fétichistes de l’argent métal, alors que cette richesse a déjà changé de nature.

V – Par ce roman essentiellement descriptif, qui refuse de s’égarer dans les méandres du psychologisme, par cet usage du style behavioriste qui dit uniquement ce qui apparaît, Frank Norris se classe sans nul doute dans la catégorie des précurseurs du roman noir, d’autant plus qu’il n’aperçoit le négatif social au travail dans la société bourgeoise que sous la forme du crime individuel. Par là-même, dialectiquement, sont mises à nu ses limites. Qui sont aussi, en partie, celles de son époque.


[1]    Sa durée originale de neuf heures trente est ramenée par les producteurs, contre l’avis du réalisateur, à 140 minutes, les 530 minutes restantes étant perdues à jamais.

[2]    Un autre de ses romans, Le Gouffre [The Pit], sur les spéculations à la bourse du blé de Chicago en 1900, est également publié en 2012, aux Éditions du sonneur.

[3]    Les muckrackers (littéralement : remueurs de boue) sont des journalistes, principalement, et des écrivains qui dénoncent, dans les années 1890, les scandales politiques et financiers des grands dirigeants capitalistes comme Rockfeller, Carnegie, Morgan, etc. surnommés les « Barons voleurs ».

[4]    Jack London, Le Peuple de l’abîme, (The People of the Abyss, 1903), traduction par François Postif, Paris, UGE, coll. « 10-18 », 1975 ou Le Peuple d’en bas, Paris, Éditions Phébus, coll. « Libretto », 1999.

[5]    Cette vallée se trouve à l’est de la Sierra Nevada (Californie).

[6]    Donald Pinzer, Twentieth-Century American Literary Naturalism : An Interpretation, Carbondale (Illinois), Southern Illinois Press, 1982.

[7]    Jack London utilise cette expression en 1901 dans  le journal socialiste The Comrade.

[8]    Upton Sinclair, La Jungle, tomes 1 et 2, Paris, UGE, coll. « 10-18 », 1975.

[9]    La présence de ces stéréotypes et préjugés racistes alimente le soupçon d’antisémitisme porté contre certains aspects de ses romans par quelques commentateurs.

[10]  William Shakespeare,  La vie de Timon d’Athènes, Besançon, Éditions les solitaires intempestifs, 2005, acte 4, scène 3.

Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 pages, 32 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

En ces temps de crise généralisée qui touche tous les secteurs y compris celui de l’édition, il demeure encore (et heureusement) de bonnes surprises et l’ouvrage, pour ne pas dire le pavé, dirigé par Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky en fait assurément partie. En effet, réunir pas moins de soixante-dix contributeurs – et autant de chapitres – pour retracer deux siècles d’histoire des mouvements sociaux en France relève d’un véritable pari éditorial de la part de La Découverte. Historiens, sociologues, politologues, historiens de l’art et économistes participent de cette entreprise ambitieuse et proposent au lecteur un panorama exhaustif  des différents mouvements sociaux français du XIXe siècle à nos jours, sans ignorer les interactions étrangères et internationales.

La définition volontairement large donnée au mouvement social et adoptée en avant-propos par les deux directeurs de la publication – « interventions collectives destinées à transformer les conditions d’existence de leurs acteurs, de contester les hiérarchies ou les relations sociales et à générer pour cela des identités collectives et des sentiments d’appartenance » – permet d’embrasser tous les courants : mouvement ouvrier évidemment mais également mouvements de jeunesse, de chômeurs, de minorités sexuelles, écologistes, catholiques, paysans, immigrés, féministes, artistiques, altermondialistes, de (extrême)-droite  etc…

Quatre parties chronologiques (1814-1880 : Apparition ; 1880-1930 : Affirmation ; 1930-1970 : Institutionnalisation ; 1980 à nos jours : Recomposition) qui suivent une structuration similaire – « Repères et influences », « Temps forts » et « Émergences » – composent l’ensemble de cet imposant ouvrage et donnent à voir à la fois la diversité des mouvements ainsi que leur encrage national (voire local) et/ou leurs influences extérieures. Si les auteurs avertissent que ces découpages peuvent être discutés, à la lecture, il apparaît que ces choix s’avèrent au contraire très cohérents et justifiés dans la construction du propos dont on imagine les difficultés qu’il a fallu surmonter pour le rendre homogène.

Si les « incontournables » de la lutte sociale sont bien présents tels 1848, la Commune,1936 ou 1968, l’intérêt de ce livre réside d’une part dans l’étude de mouvements moins connus (le luddisme « à la française », les barricades de 1832, les adresses et pétitions, les mouvements xénophobes) ou plus récents (la Marche des « beurs », le mouvement des précaires, la grève des travailleurs sans-papiers, les nouveaux usages de la grève, la désyndicalisation) et d’autre part, dans le croisement des approches disciplinaires, des jeux d’échelles et des temporalités.

A l’exception de quelques contributions dont on peut douter de l’adéquation avec le titre du livre, telles les campagnes électorales sans mobilisation politique, la qualité de cette entreprise collective à valeur encyclopédique est indiscutable. Le défi est (brillamment) relevé et il est certain qu’il deviendra très rapidement l’ouvrage de référence sur la question, si ce n’est déjà fait.

Les comptes rendus de la semaine

Frank Norris, Les Rapaces, Marseille, Agone, collection « Manufacture de proses », traduction de l’anglais par Françoise Fontaine, 2012, 312 pages, 22 €.

Jean-Philippe Depotte, Le crâne parfait de Lucien Bel, Paris, Denoël, 2012, 496 pages, 22 €.

Poupeau Franck, Les mésaventures de la critique, Paris, Raisons d’agir, 2012, 165 pages, 8,10 €.

Figuères Léo, De Trotsky aux trotskysmes. Éléments pour un débat, Paris, Le temps des cerises, 2012, 117 pages, 12 €.

Michel Pigenet et Danielle Tartakowsky (dir.), Histoire des mouvements sociaux en France. De 1814 à nos jours, Paris, La Découverte, 2012, 800 pages, 32 €.

Figuères Léo, De Trotsky aux trotskysmes. Éléments pour un débat, Paris, Le temps des cerises, 2012, 117 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Léo Figuères, figure du Parti communiste français décédé en 2001, est présenté comme un spécialiste des courants dits « gauchistes ». Il a notamment publié sur le sujet Le « gauchisme », hier et aujourd’hui (1968) et surtout Le trotskysme, cet anti-léninisme (1969), livre qui l’a positionné comme le polémiste principal du parti dans les années post-68.  Il faudrait pouvoir citer de longs extraits de ce dernier livre pour se figurer la violence des polémiques lancées par le courant stalinien, après la grand peur du mouvement de mai, contre l’extrême gauche définie comme essentiellement étudiante. C’est la création du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) qui incite Léo Figuères à reprendre le fil de ses réflexions. Entre-temps, le camp socialiste sur lequel s’adossait une bonne partie des références mobilisées s’est écroulé et Henri Malberg, dirigeant communiste également et préfacier, reconnaît d’emblée qu’il s’agit d’accepter l’inconfort des remises en causes (« Le trotskysme, cet anti-léninisme, (…) ne prenait pas suffisamment en compte ce qu’avaient de justifiées les analyses de Trotsky sur le[s] danger[s] que constituai[en]t pour le socialisme la cristallisation d’un cadre bureaucratique (…) » p. 7). En tous les cas, Léo Figuères exprime une tonalité qui ressemble à un dialogue et non plus une diatribe. Comment cette volonté se manifeste-t-elle alors ? La démonstration est conduite en deux temps. Une première partie porte sur la dimension historique, celle de Trotsky. Tout n’est pas franchement neuf, par exemple l’argument de la sous-estimation par Trotsky du rôle de la paysannerie (p. 27-28). D’autres aspects sont carrément pernicieux, p. 31, le titre indique « Été 1917 : Trotsky rallie le bolchevisme ». Il eût tout à fait été possible de titrer « Lénine rejoint les conceptions de Trotsky sur la révolution permanente ». Néanmoins, on peut dire que, de manière globale, même s’il n’est pas possible de demander des miracles en quelques pages succinctes, le rôle de Trotsky durant la révolution est correctement exposé. Le récit de la fin des années vingt laisse néanmoins à désirer. La thèse stalinienne du socialisme dans un seul pays est reconnue comme pertinente (p. 48), en s’appuyant au passage sur l’autorité de Lénine. Et si la thèse de la dégénérescence bureaucratique est bien créditée à Trotsky, c’est, immédiatement, pour avancer que ce qualificatif permet une caractérisation valable après la disparition de Staline (p. 50), mais certainement pas de son vivant. Il faut reconnaître que les propos de Léo Figuères s’appuient largement sur les analyses d’Isaac Deutscher, le biographe de Trotsky qui reconnaissait une possibilité d’évolution positive du régime soviétique après la mort de Staline. Bref, rien n’est noir, rien n’est blanc, tout est gris : « Ni les directions des partis communistes officiels ni celles des groupes trotskystes n’ont été capables, jusqu’à récemment, de dresser un bilan approfondi et équilibré du socialisme soviétique » (p. 51). Dit autrement : «  Il ne faut pas jeter le bébé (l’URSS stalinienne) avec le bain (le socialisme) ». La seconde partie porte, pour sa part, sur le bilan du trotskysme (de 1929 à 2011). Il n’est pas question d’entrer dans les détails de l’histoire ainsi racontée. Le fil rouge est celui du trotskysme comme un courant sectaire du mouvement ouvrier : le progrès est là, il est inclus dans la grande famille. Pour le reste, dans tous les épisodes de la lutte des classes (1936, la guerre, la décolonisation…) le trotskysme se manifeste par sa volonté de refuser toutes les politiques d’alliance (Trotsky refusait jadis l’alliance avec la paysannerie), par exemple toute union avec les couches moyennes. Si à plusieurs reprises Léo Figuères reconnaît le combat des trotskystes pour la démocratie ou dans la Résistance (les fusillés de Chateaubriant), il glisse pour le moins vite sur certains aspects. Il caractérise ainsi la naissance d’une opposition interne dans l’Union des étudiants communistes (UEC) : « L’alliance opportuniste de ces courants différents leur ouvrait la perspective de contrôler la direction » (p. 82). Ce qui est une façon fort cavalière d’envisager les combats politiques internes au PCF, et pour tout dire, résolument bureaucratique. Quand il ajoute, quelques lignes plus bas, que Alain Krivine « quitta l’UEC », c’est omettre bien vite le processus d’exclusion. Au final, si sur de nombreux points les trotskystes se trompèrent (en particulier pour tout ce qui relève des alliances ou en éludant les possibilités de réformes internes au bloc soviétique, p. 100-101), Léo Figuères en appelle à un dépassement des vieilles querelles. Et là, il se tourne vers son parti pour que puissent coexister en son sein diverses tendances, afin que puisse se «réaliser l’action commune de ces forces ». Conclusion œcuménique, sur laquelle les développements précédents ne débouchent pas spontanément. En tous les cas, ce dernier opus de Léo Figuères marque bien la distance parcourue par un dirigeant de premier plan de l’orthodoxie communiste.

 

 

/* Style Definitions */
table.MsoNormalTable
{mso-style-name: »Tableau Normal »;
mso-tstyle-rowband-size:0;
mso-tstyle-colband-size:0;
mso-style-noshow:yes;
mso-style-parent: » »;
mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt;
mso-para-margin:0cm;
mso-para-margin-bottom:.0001pt;
mso-pagination:widow-orphan;
font-size:10.0pt;
font-family: »Times New Roman »;
mso-ansi-language:#0400;
mso-fareast-language:#0400;
mso-bidi-language:#0400;}

Poupeau Franck, Les mésaventures de la critique, Paris, Raisons d’agir, 2012, 165 pages, 8,10 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Quelle peut être la contribution spécifique des sciences sociales, et singulièrement de la sociologie, à une refondation théorique de la gauche, s’interroge Franck Poupeau dans ce stimulant essai. En fait, plutôt qu’un essai, s’agit-il d’une anthologie d’articles et chapitres divers, retravaillés et élargis pour la publication. Face aux nombreuses tentatives et contributions parues ces dernières années visant à redéfinir les contours d’une gauche de combat, l’angle retenu par le sociologue est celui d’une radicalité anticapitaliste, articulée sur la centralité du conflit de classes. Dans une roborative introduction, l’auteur s’en prend, hélas sans préciser exactement les noms des auteurs visés, à une certaine gauche qui refuserait à la fois les apports des sciences sociales et limiterait sa critique à la dimension culturelle, détachée des bases de classes et du capitalisme réel. C’est cette aporie de la pensée critique qui serait à la racine d’une absence de mobilisation des groupes dominés et des classes populaires. Pourquoi la radicalité telle qu’elle s’incarne actuellement à gauche n’est-elle pas en mesure de rompre avec les cadres de pensée de la gauche sociale-libérale ? C’est donc à une double interrogation que prétendent répondre les différents chapitres, à la fois au défi de la refondation d’une gauche de rupture, mais en même temps, de la pratique d’une science sociale articulée aux mobilisations sociales. Le premier chapitre donne la mesure de la bouffée d’air critique (voire même parfois polémique), puisqu’il porte sur l’essoufflement du mouvement altermondialiste, qui s’est limité à développer une dimension carnavalesque des institutions et du mouvement de mondialisation, calquant ses actions sur les attentes des médias. De ce point de vue, « la déroute est totale », manifestant la « duplicité structurale » de cette tentative critique, enterrée en quelques phrases grinçantes. C’est le même ton qui est déployé dans la contribution suivante, sur les communautés utopiques, ces tentatives champêtres de sortir du capitalisme, commentaire acerbe de quelques livres récents (Les sentiers de l’utopie ou Utopies américaines[1]), visant à recréer une rupture immédiate avec le capitalisme par la revivification et le développement des communautés alternatives. Ce faisant, les créateurs de ce type d’initiatives participent à un mouvement de dépolitisation des luttes en délaissant le principal ordonnateur du système, source de toutes les légitimités : l’État. Le troisième chapitre décentre la discussion puisqu’il évoque les luttes indigénistes en Amérique Latine, en se focalisant sur la Bolivie d’Evo Morales, pays sur lequel il a publié plusieurs contributions. Dans la veine de l’anthropologue Jean-Loup Amselle[2], Franck Poupeau critique le dérivatif indianiste, « cache-sexe » d’une accommodation du libéralisme et de la dérégulation la plus brutale des rapports économiques dans ce pays. Derrière l’indien et ses droits se cache en fait le capital, même si Poupeau admet que « les logiques indianistes et socialistes sont loin d’être incompatibles » (p. 72). Après cette « exécution » de différents mouvements sociaux, c’est vers sa discipline, la sociologie, que Franck Poupeau tourne son regard dans les deux chapitres suivants de l’ouvrage. Le chapitre quatre est consacré à une analyse de la manière dont la sociologie critique a analysé les émeutes urbaines de novembre 2005 en France. Franck Poupeau se propose alors d’analyser de manière réflexive la façon dont la critique sociale a pu mobiliser des schèmes d’analyse qui participent non d’une meilleure compréhension des phénomènes, mais, tout au contraire, de leur obscurcissement. A partir d’une analyse de la production livresque publiée dans le feu de l’événement, il conteste le trait grossier qui consiste selon lui à relier les états de pauvreté et de misère sociale au phénomène émeutier. Son hypothèse, assez stimulante, est que « les émeutes de novembre 2005 sont sans doute moins l’expression d’une « crise » – celle  de la pauvreté urbaine – que d’une recomposition des régimes de contrôle des populations, ou plus précisément, de médiations institutionnelles qui s’accommodent tout à fait d’un discours global sur les « causes sociales générales » (p. 89-90). Ce faisant, l’auteur a quand même tendance à passer rapidement par pertes et profits cette position sociologique mettant le social au premier chef, quand les médias et une bonne partie de la classe politique avançaient des critères d’ordre raciaux pour expliquer le phénomène. Quand au fait que finalement les sociologues plutôt que de se précipiter pour répondre aux injonctions médiatiques auraient mieux fait de passer plus de temps sur le terrain des quartiers de relégation pour armer la scientificité de leurs analyses, c’est faire fi un peu rapidement des enquêtes préalables qui ont pu être publiés depuis de nombreuses années sur la déshérence des banlieues. La dernière partie est de loin la plus théorique. Elle porte sur la contribution qu’une certaine sociologie (et là est assez explicitement visée le courant de la sociologie dite pragmatique, fort en vogue dans les cénacles universitaires ces dernières années, illustrée par les réflexions de Luc Boltanski) à la reproduction de la domination symbolique. En digne épigone de Pierre Bourdieu, Franck Poupeau réhabilite la nécessité de la rupture épistémologique comme geste (théorique) inaugural de l’enquête sociologique à l’encontre de toutes les tentatives (qualifiées de « philosophie idéaliste », p. 123) qui prétendent laisser parler les faits par eux-mêmes. Il conclut son vigoureux plaidoyer par un appel à l’articulation nécessaire entre une sociologie réellement critique et les mouvements sociaux, dans le prolongement des recommandations de Bourdieu pour la création d’un intellectuel collectif. Mais, là encore, il passe un peu vite sur les espaces existants qui promeuvent cette ambition, tels la fondation Copernic ou Espaces Marx. Au final, ces positionnements sociologiques critiqués au long des pages des Mésaventures de la critique relèvent tous in fine d’une forme de populisme, penchant qui consiste à penser que « la parole des dominés exprimerait seule la vérité de la domination » (p. 137). Poupeau en conclut à la nécessaire production d’un savoir proprement sociologique à la lutte contre la domination symbolique. Un second volume est annoncé. On l’attend avec impatience


[1]              Isabelle Fremeaux, John Jordan, Les sentiers de l’utopie, Paris, La Découverte, 2011 ; Ronald Creach, Utopies américaines, Marseille, Agone, 2009.

[2]              Jean-Loup Amselle, L’ethnicisation de la France, Paris, Lignes, 2011. Compte rendu dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1784

Jean-Philippe Depotte, Le crâne parfait de Lucien Bel, Paris, Denoël, 2012, 496 pages, 22 €.

Apparu dans le monde de l’édition en 2010, Jean-Philippe Depotte s’est rapidement imposé avec des romans mêlant habilement histoire et fantastique (Les Démons de Paris, Les Derniers jours de Nostradamus). Son troisième livre se déroule pour sa part en pleine Commune de Paris, à laquelle se retrouve mêlé, en grande partie contre son gré, le soldat Lucien Bel, pacifiste patenté qui, lors du conflit contre la Prusse à l’été 1870, a refusé de fusiller un prisonnier ennemi, retournant son arme contre son propre officier. Avec ses deux camarades, Henri et Martial, ils participent quelques mois plus tard à la tentative de récupération des canons de la Butte Montmartre, qui déclenche la révolution parisienne. Tiraillé entre Henri, fidèle au gouvernement officiel de Versailles, et Martial, qui se rallie aux insurgés, Lucien est victime d’un accident de tir lors d’une dispute. Il est alors emmené à l’hôpital de la Pitié, où officie le professeur Delestre. A son réveil, Lucien découvre qu’il a subi une opération du crâne, désormais équipé de trois plaques métalliques, et toutes ses tentatives pour fuir se terminent par des évanouissements précédés de mystérieuses visions d’une autre vie que la sienne, le ramenant constamment dans cet hôpital, un des points fixes de son séjour parisien, jusqu’à ce qu’il réussisse finalement à briser ce lien au moment où débute la semaine sanglante.

Jean-Philippe Depotte possède un indéniable talent de raconteur d’histoire, et sa prose se lit avec plaisir et aisance. Son tableau d’une autre époque est à la fois évident et authentique, tandis que plusieurs de ses descriptions font mouche (ainsi des aliénés qui veillent Lucien à chacun de ses réveils hospitaliers). En bon auteur de roman historique, l’auteur s’amuse à faire intervenir des figures connues, que ce soit le photographe Félix Nadar, le poète Eugène Pottier, le peintre Émile Courbet et même Karl Marx pour un bref épilogue où ce dernier apparaît davantage comme quelqu’un voulant tirer la Commune à lui que comme faisant preuve d’une empathie sincère à l’égard de ses martyrs… Si les erreurs inconscientes sont rares[1], Jean-Philippe Depotte s’amuse à bousculer l’histoire réelle, comme lorsqu’il imagine « L’Internationale » élaborée en pleine Commune de Paris (alors que seules ses paroles datent de ce moment), ou les Amazones de la Seine, un groupement de femmes révolutionnaires qui n’a en réalité été qu’un rêve. Quant à l’élément science-fictif, il est véhiculé par le professeur Jean-Baptiste Delestre, artiste réel que Jean-Philippe Depotte mue ici en chirurgien, reprenant sa théorie de la physiognomie – le physique comme reflet de l’âme[2]. Il peut ainsi offrir une réflexion sur la science du temps, en imaginant les expériences visant à mieux comprendre le fonctionnement de l’âme, basé ici sur la chaleur, Delestre parvenant avec l’aide de Nadar à cartographier l’âme d’une personne en repérant les différentes températures régnant à l’intérieur de sa boîte crânienne, jusqu’à transplanter l’âme de quelqu’un dans le cerveau d’un autre par la simple manipulation de ces mêmes températures. C’est ici un certain scientisme et une science mise au service des classes dominantes qui sont critiqués, avec cette idée de pouvoir guérir les pulsions révolutionnaires d’un individu.

Mais ce qui transparaît aussi assez largement dans Le Crâne parfait de Lucien Bel, c’est la grande méfiance de l’auteur à l’égard de toute tentative révolutionnaire concrète. La Commune est surtout présentée par ses côtés les plus sombres, jusqu’à certains aspects de sa légende noire : femmes à la poitrine dénudée, alcool imbibant largement les communards, un banquier juif stigmatisé et victime de crachats, la loi des otages, la limitation de la liberté de la presse dans les derniers temps du soulèvement… Inversement, Jean-Philippe Depotte n’évoque pratiquement pas l’œuvre politique et sociale de la Commune, à commencer par la séparation de l’Église et de l’État, sinon de manière accessoire (l’incorporation de l’allemand Siebel à la Garde nationale), et ses efforts démocratiques sont surtout l’occasion de brocarder leur inefficacité (fort taux d’abstention aux élections, discussions sans fin, faillite économique de la Fabrique d’armes du Louvre autogérée, p. 315). En fait, l’auteur renvoie dos à dos les dirigeants versaillais (capables de truquer une photographie pour servir leur propagande) et communards, qui poursuivent leurs propres intérêts égoïstes, classifient les individus en supérieurs et inférieurs, sans tenir compte d’un peuple dont la principale préoccupation est de vivre en paix[3]. Une condamnation des idéologies, accusées d’être mortifères, qui est en parfaite connexion avec l’époque actuelle, celle des lendemains de la chute du mur de Berlin, de la fin de l’URSS et de la criminalisation des révolutions. Lucien Bel incarne à merveille cette volonté de réconciliation et d’harmonie sociale, chère déjà à un Rosny aîné, puisqu’il refuse une révolution qui fasse couler le sang, et tente de jouer l’arbitre entre Henri le versaillais terroriste et Martial le communard assassin. Jean-Philippe Depotte romancier historique de garde[4] ?

Jean-Gui


[1]              L’oubli de l’existence d’un président de la République sous la IIe République, la IIIe n’étant pas celle qui inaugure la fonction.

[2]              Voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Physiognomonie

[3]              « Les Parisiens veulent la paix. Le reste, les grands mots, la justice, la liberté : en vérité, ils s’en foutent » (p.188) ; « (…) toute cette folie qui pousse les uns à cracher sur les autres au prétexte qu’ils sont riches, allemands, calotins ou je ne sais quoi d’autre » (p.107) ; Même les bourgeois sont « De braves gens, dans le fond : enlevez leurs beaux habits et ils sont comme vous et moi » (p.181).

[4]              Sur les historiens de garde, sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3036

« Historiens de garde » : deux billets

« L’historien de garde » au défaut du rôle social de l’historien ? A propos de : William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Baudin, Les Historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Paris, Incultes essai, 2013, 254 p, 15,90€.
par Vincent Chambarlhac
Vincent Badré, L’Histoire fabriquée ? Ce qu’on ne vous a pas dit à l’école…, Monaco, Editions du Rocher, 2012, 304 pages, 21 euros.
Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Vincent Badré, L’Histoire fabriquée ? Ce qu’on ne vous a pas dit à l’école…, Monaco, Editions du Rocher, 2012, 304 pages, 21 euros.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Ces derniers temps, une polémique a enflé autour des nouveaux programmes d’histoire de l’enseignement secondaire, principalement centrée sur l’abandon supposé de l’histoire de France et de ses « grands hommes », qui a rebondi avec les critiques adressées au best-seller de Lorant Deutsch, Métronome. Le propos de Vincent Badré, s’il s’inscrit dans ce contexte, se veut plus large. Sous un titre à la fois mauvais (toute histoire est fabrication, reconstruction) et racoleur, il s’efforce de relever dans les manuels d’histoire du collège et du lycée toutes les simplifications ou silences intéressés. Et il est indéniable que certaines de ses remarques sont d’une réelle pertinence : la faible place des masses laborieuses, les révoltes et grèves de l’Antiquité étant totalement absentes ; l’accentuation de la stabilité des Etats que celle-ci postule ; les débuts de l’islam, d’une grande complexité ; la faible place de l’histoire économique de la Révolution française ; la non prise en compte du patrimoine d’un Paris ouvrier (sans citer L’Invention de Paris d’Eric Hazan, cependant) ; une construction européenne vue majoritairement comme positive[1]. A l’inverse, certaines de ses hypothèses sont totalement erronées. Vincent Badré postule ainsi un effacement de la violence dans les manuels, invoquant le silence sur la mort de Louis XIV (sic), alors qu’elle est au cœur des programmes de troisième.

Toutefois, au-delà du fait que son approche se révèle trop arc-bouté sur des exemples particuliers au détriment d’une vision plus générale et surtout plus concrète, qui ne dit rien de la question des horaires[2], du mélange que pratiquent les enseignants entre cours magistral et études de documents, des pratiques de ces derniers ou de la nécessaire problématisation de l’enseignement, le reproche le plus grave que l’on peut faire à Vincent Badré concerne son parti-pris idéologique. Il défend en effet très clairement la religion chrétienne -catholique en particulier-, et plus généralement la droite, tentant de noyer cet engagement dans un propos qui se veut plus consensuel et qui n’hésite pas à citer des auteurs d’une grande diversité, tel le collectif du CVUH. Cela nous vaut de singuliers développements. A le lire, la Bible des Hébreux accorderait ainsi un meilleur statut à la femme que les Grecs, alors qu’il ne cite comme exemples que certains mythes de l’Ancien Testament. Les évangiles canoniques sont également à ses yeux une source fiable pour l’étude de Jésus, dont l’historicité ne fait à ses yeux aucun doute, alors qu’il remet en cause celle de Mahomet !

Tout au long de l’ouvrage, on peut de la sorte repérer des éléments témoignant de l’attachement profond de l’auteur à la religion[3], de son regret de l’absence des subtilités théologiques pour des élèves de 10-11 ans au rôle essentiel de Jean-Paul II dans la chute des démocraties populaires, en passant par la défense de Pie XII, l’utilisation systématique du terme partial de saint, la déploration de l’absence de Clovis et de la mémoire chrétienne subséquente, l’opposition forcée entre catholicisme et totalitarismes, ou le fait de négliger les réelles destructions opérées par les Européens dans l’Amérique récemment découverte. Abordant l’époque moderne, il s’efforce de déconsidérer les philosophes des Lumières, esclavagistes, racistes voire défendant une éducation pré totalitaire, face à une Eglise catholique luttant contre l’esclavage. La Révolution française voit à la fois son importance réévaluée à la baisse -la Ligue ayant soi-disant mené une révolution inachevée en 1588, nonobstant les différences considérables de mouvements populaires en jeu et d’objectifs poursuivis- et stigmatisée, accusée d’antisémitisme[4] et de génocide en Vendée, les massacres perpétrés par les insurgés vendéens n’étant aucunement évoqués[5]. Sur le XXe siècle, on ne sera pas surpris de voir Vincent Badré trouver les nouveaux programmes trop favorables à Lénine -alors qu’ils en font le précurseur direct de Staline !-, lui-même en rajoutant via des remarques biaisées[6] et insister sur le statut de victime de l’Eglise orthodoxe vis-à-vis des bolcheviques. Il va jusqu’à justifier le coup d’Etat de 1936 en Espagne, et fait de Blanqui un pré fasciste. Tout cela pourrait faire sourire, tant la démarche est systématique et caricaturale, de surcroît non exempte de contradictions internes. Néanmoins, en mettant ses pas dans ceux de Jean Sévillia et de son Historiquement correct (chroniqué sur notre ancien site), Vincent Badré participe d’un mouvement plus général qui ne manque pas d’inquiéter, et nécessite d’énergiques contre-feux.


[1] « Ce plus grand nombre d’éléments en faveur du fédéralisme européen permet peut-être de construire une adhésion réflexe. Dans le fond de culture de celui qui aura tout oublié, il restera une impression favorable à la construction européenne. Sera-t-il pour autant capable d’un choix libre et résolu pour ou contre cette politique ? C’est bien moins assuré. », p.220.

[2] Ce qui rend sa lamentation sur l’absence de l’étude de Socrate et de sa mort en sixième d’autant plus savoureuse, et totalement irréaliste…

[3] « L’époque actuelle pousse à l’extrême l’idée que l’union naît de l’accord libre de deux volontés, au point de rejeter l’idée d’engagement durable » (sic), p.51.

[4] La « (…) volonté d’élimination de toute forme de religion pendant la première République » (p.96), affirmation erronée dans son dogmatisme, aurait également concerné les juifs, Vincent Badré ne citant en fait à l’appui de son accusation qu’une seule et unique déclaration d’un représentant en mission, alors qu’il n’évoque même pas l’émancipation des juifs réalisée au début de la Révolution.

[5] L’inévitable Reynald Sécher est bien sûr abondamment cité : à bien des égards, on pourrait considérer cette question d’un pseudo génocide vendéen comme une ligne de démarcation vis-à-vis des historiens réactionnaires et contre-révolutionnaires.

[6] Dont une reprise de l’accusation d’avoir reçu de l’argent allemand page 157.

« L’historien de garde » au défaut du rôle social de l’historien ?

« L’historien de garde » au défaut du rôle social de l’historien ?

 

A propos de : William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Baudin, Les Historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, Paris, Incultes essai, 2013, 254 pages, 15,90 €.

 

Ce texte a été initialement écrit et publié pour le blog de la revue Dissidences, édité au Bord de l’eau. http://dissidences.hypotheses.org/

 

Voici un ouvrage qui ne surprendra pas les habitués des blogs du CVUH (Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire)1, d’Aggiornamento pour l’histoire / géographie2 par exemple3, qui de même, pour ses contradicteurs semblera prolonger la controverse initiée par Alexis Corbière, élu du Front de gauche à Paris, contre Métronome de Lorànt Deutsch4. Un ouvrage sinon attendu somme toute logique donc ?

Un ouvrage logique qui prolongerait une ligne de front ouverte en 2007 aux feux des usages de l’histoire par Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle, continuée ensuite par la thématique de l’identité nationale. Ainsi, Les Historiens de garde s’inscrit dans une suite éditoriale dont on ne citera que les lignes de crêtes : Comment Nicolas Sarkozy écrit l’histoire de France par le CVUH (Agone, 2008), L’histoire bling bling de Nicolas Offenstadt (Stock, 2009), Pourquoi faire la Révolution ? (Agone, 2012)… Cette suite procède d’un combat contre une manière assumée d’écrire l’histoire au filtre du national, dans un horizon politique qui fait consciemment fi des avancées de la recherche et de la complexité du réel. Implicitement, la préface de Nicolas Offenstadt, cheville ouvrière du CVUH à sa fondation, souligne cette filiation. Pour autant, la titulature de l’ouvrage vaut réminiscence décentrée des ouvrages de Paul Nizan, Serge Halimi. En 1932, le premier publiait sous ce titre [Les Chiens de garde] un pamphlet contre la philosophie idéaliste déconnectée du réel ; le second préfaçait d’ailleurs la réédition de l’ouvrage en 2012 chez Agone. Préface concomitante de la réalisation d’un documentaire Les nouveaux chiens de garde par Gilles Balbastre et Yannick Kergoat, qui adaptaient son ouvrage éponyme chez Raison d’agir (1997, 2006). En 1932, les philosophes étaient la cible de l’écriture critique, en 1997 ce sont les journalistes et experts, propagateurs d’une doxa néolibérale ; aujourd’hui ce seraient les historiens, vecteurs d’un roman national sous couvert de vulgarisation :

« Il existe des chiens de garde journalistiques ou économiques de la pensée dominante, ces hommes sont leurs pendant pour l’histoire. Se défendant de toute idéologie, bénéficiant comme eux d’une large couverture médiatique, ils se présentent pourtant ostracisés par la pensée unique » (p. 192).

Animé d’un devoir de vigilance jamais donné comme tel, l’ouvrage entend dévoiler les erreurs et les contre-vérités des livres de ces historiens de garde, de Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, via Dimitri Casali, et caractériser les ressorts idéologiques et les soutiens de leur réussite médiatique. Sur le plan d’une critique factuelle des approximations commises et des fins idéologiques poursuivies par ces derniers, il faut lire Les Historiens de garde qui vaut ici introduction vulgarisée et militante de ce point de vue aux règles du métier d’historien : vérification et croisement des sources, situation des documents produits dans le contexte de la création, refus du spectaculaire… Les leçons de Marc Bloch, puis Gérard Noiriel, affleurent sous la plume des auteurs défendant la conception d’une histoire scientifique qui ne serait pas seulement établissement des faits ou interprétation tôt révisable, puisque l’histoire est récit (pour paraphraser Henri Guaino congédiant d’un geste les critiques portées à son usage de l’histoire) mais exercice raisonné d’un métier, d’un art de faire. De ce point de vue les critiques font mouche et étirent sous la forme des trois premiers chapitres des arguments déjà établis dans la blogosphère à propos du Métronome de Lorànt Deutsch notamment5. En filigrane, une généalogie s’établit du présent vers le legs de Jacques Bainville et son refus d’une histoire scientifique : le roman national qui se donne là est « néo-capétien », attaché au temps « idyllique » de la monarchie où la concorde des classes et la justice régnaient, avant la coupure révolutionnaire, la Commune. La problématique court du Paris du Métronome aux textes et émissions de Buisson, elle bifurque parfois dans la nostalgie impériale de Dimitri Casali auteur, entre autres produits, d’un Manuel d’alter-histoire (Perrin, 2011). On le voit la pente de ce roman national est très fortement idéologisée, et trouve dans la blogosphère identitaire ainsi que la presse d’extrême-droite et de droite le lieu de commentaires louangeurs (p. 59, 150).

A ce point de la démonstration paraît la logique du titre, cœur de l’ouvrage. Il s’agit de critiquer la domination médiatique de ces historiens de garde et du récit produit. La posture victimaire les tenants de ce récit seraient ostracisés par la pensée dominanteest décortiquée avec érudition. En tête de proue de ce mouvement, Le Figaro et son rejeton, le Figaro-histoire, le soutien de Jean Sévilla toujours prompt à pourfendre le supposé « terrorisme intellectuel » et « l’historiquement correct ». Les auteurs s’inscrivent ici dans la controverse lancée par Aggiornamento pour l’histoire/ géographie par une série de billets dénonçant une « Vague brune sur l’histoire » en octobre 20126. Complétant celle-ci, ils notent les relais et manifestations de ce soutien à cette offensive à partir de la réception de l’ouvrage de Lorànt Deutsch : ici Robert Hue, le présentant en 2009 comme une « pointure historique réelle » (p. 144) ; là Anne Hidalgo tweetant le 5 avril 2012 : « à ne pas manquer / Lorànt Deutsch adapte son métronome… » (p. 125). L’ensemble des citations ramassées est moins anecdotique qu’il n’y paraît : il circonscrit la réussite d’une offensive médiatique entre presse, radios et plateaux de télévisions, sur la quasi-totalité de la classe politique, gauche comprise. On peut dans ce mouvement reconnaître la reprise d’une grille métapolitique gramscienne initiée par la Nouvelle Droite autour du GRECE, essentiellement etdu Club de l’Horloge accessoirement durant la décennie 70, dont le Figaro fut la figure de proue. Le même organe de presse lançait d’ailleurs la fameuse querelle sur l’histoire scolaire en 1979, prenant l’école et la fabrique scolaire de l’histoire comme cible : quarante ans plus tard, si les artificiers changent, la rhétorique procède du même fonds7. Dans cet horizon, il faut donc lutter contre les historiens de garde. L’histoire s’avoue en conclusion sport de combat, comme naguère la sociologie bourdieusienne des medias8.

C’est ici que surgissent les objections.

Tout à son mouvement l’ouvrage fonctionne sur un appel implicite aux « historiens scientifiques » à rentrer dans le débat. Somme toute, c’est à « l’histoire universitaire » de sortir de sa tour d’ivoire. Doctorants (William Blanc, Aurore Chéry), et professeur d’histoire / géographie (Christophe Naudin), les auteurs souhaitent ainsi que les progrès de la recherche congédient ce roman national néo-capétien dans les limbes, le vidant de toutes qualités. La tâche est d’autant plus difficile selon eux que le travail des historiens universitaires est obéré par les besognes de la LRU (bientôt amendée sous la forme d’une « LRU 2 » par Geneviève Fioraso, laministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche). Soit, mais la proclamation même de la prise en compte des conditions de travail du réel académique ne saurait exactement masquer comment, à mes yeux, la proposition initiale d’un appel à l’histoire scientifique pour dissoudre l’offensive idéologique du roman national néo-capétien est, sinon illusoire, tout du moins entravée par de nombreux biais. Tous tiennent au genre même du roman national, j’en retiens deux principalement :

  • Le roman national est, d’abord, une fiction politique inscrite dans le temps scolaire depuis la fondation de l’édifice scolaire et disciplinaire sous la IIIe République. Sa qualité supposée durant le XXe siècle fut la fabrique du citoyen. C’est dans cette logique qu’il faut se saisir de l’offensive du Figaro en 1979 sur l’histoire scolaire : en questionnant les programmes au titre du récit national se discute la production des normes civiques et des récits d’appartenance, soit une identité en devenir9. La réponse de la gauche au pouvoir à cette offensive idéologique, circa 1985 par Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Éducation, fut d’adjoindre à ce roman national une dimension réflexive et patrimoniale où se reconnaît le tournant historiographique des Lieux de mémoire opéré sous la houlette de Pierre Nora10. Ce mouvement n’a cessé de se renforcer depuis et cette réflexivité autorise systématiquement la critique politique de ces programmes par les oublis, les omissions, dont ils seraient porteurs. Ainsi, le récit scolaire est la cible commode d’entreprises politico-éditoriales qui trouvent en l’apostrophant une légitimité par la posture d’outsiders face à une pensée dominante…

  • Car le roman national est aussi et surtout un produit éditorial au genre codifié depuis le XIXe siècle. Une rapide interrogation sur Gallica pointe l’irruption dans les thématiques des collections dès la décennie 1870 de la catégorie « roman national historique », ce donc avant la somme de Ernest Lavisse codifiant le récit scolaire. Le « roman national » fonctionne selon les règles du champ éditorial : les comptes rendus, les plateaux télévisés, organisent la circulation du livre11 que la controverse sert systématiquement dans l’espace public. De ce point de vue, un ouvrage tel que Les Historiens de garde (comme les blogs), sert la posture idéologique des tenants du roman national néo-capétien. De même, la codification du genre qu’est le roman national prend l’historien « scientifique » au piège de sa forme dans l’espace public. En 2011-2012, Alain Corbin essuyait la critique pour ses ouvrages de vulgarisation historique sur l’histoire de France12, pointés par d’aucuns comme allant dans le sens de la réaction.

Ainsi fiction politique et éditoriale, le roman national n’est pas un genre neutre : il politise dans l’instant de sa réception et n’est donc pas seulement la vulgarisation d’un savoir construit, quand bien même l’auteur entend traduire les avancées de la recherche. Il y a ainsi une forme de naïveté dans l’appel de ces auteurs-là à l’histoire scientifique pour confondre l’offensive idéologique des historiens de garde. En rectifiant les erreurs et les présupposés idéologiques de cette littérature néo-capétienne, l’historien de métier ou l’amateur respectant les règles du métier récuse la coupure weberienne du savant et du politique car le genre même dans lequel son propos s’inscrit est politique, reçu comme tel. La réception de ces polémiques est d’autant plus vive que depuis 2005 l’histoire est aussi un segment du politique dans la communication des partis. Affleure donc ici dans cette aporie de l’appel à l’histoire « scientifique » la question du rôle social de l’historien. Le terme ne se donne jamais comme tel par les auteurs de l’ouvrage. Il s’impose pourtant.

Il s’impose puisque le livre tout entier se construit dans la logique du devoir de vigilance des historiens. C’est, on le sait, le propos fondateur du CVUH et de sa mouvance, dont relèvent les auteurs. C’est historiquement une forme d’intervention dans la Cité qui pose la question de l’usage social de la vérité scientifique, ce depuis l’Affaire Dreyfus13. Dans cette configuration on posera que les historiens de garde surgissent au défaut de ce rôle social, que leur succès médiatique implique une forme d’échec dans l’opération de traduction pour le public (ce que la langue technocratique nomme « valorisation de la recherche ») des progrès de l’histoire scientifique. On peut aussi poser, de manière oblique, que ce devoir de vigilance passe sans doute par une autre forme d’écriture collective, celle des interventions du web 2.0, celle du retour sur des épisodes comme la Commune14, cible avec la Révolution des historiens de garde.

Vincent Chambarlhac

1 http://cvuh.blogspot.fr/

2 http://aggiornamento.hypotheses.org/

3 L’auteur de ces lignes contribue sporadiquement à ces deux blogs.

4 http://www.alexis-corbiere.com/index.php/post/2012/07/08/Peut-on-critiquer-le-M%C3%A9tronome-de-Lorant-Deutsch

5 http://www.goliards.fr/goliardises-2/oups-jai-marche-dans-lorant-deutsch/

6 http://aggiornamento.hypotheses.org/1039

7 Vincent Chambarlhac, Les prémisses d’une restauration ? L’histoire enseignée saisie par le politique, histoire@politique, vol 16, avril 2012. http://www.histoire-politique.fr/index.php?numero=16&rub=pistes&item=22

8La filiation est implicite dans le titre de la conclusion qui se donne comme emprunt à J. Morsel, G. Ducourtieux, L’histoire (du moyen-âge) est un sport de combat…, Lamop, 2007, dont la titulature joue de la référence au documentaire de Pierre Carles en 2001, La sociologie est un sport de combat (GP production, 2001).

9 Qu’ici nous ne caractériserons pas plus.

10 Cf. note 7.

11 Bertrand Müller, « Critique bibliographique et construction disciplinaire : l’invention d’un savoir-faire », Genèses, n° 14, 1994.

12 Vincent Chambarlhac, Des dates, des héros, Morterolles… Le roman national comme fugue, Séminaire Lyon II, La fabrication du commun, 28 mai 2012, http://aggiornamento.hypotheses.org/827

13 Olivier Dumoulin, Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Paris, Albin Michel, 2003.

14 Eric Fournier, La Commune n’est pas morte, Paris, Libertalia, 2013.

Les comptes rendus de la semaine

Charles Soulié (dir.), Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 483 pages, 29 €.

Charles Soulié (dir.), Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 483 pages, 29 €.

 Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, collection « Poche », 2012 (2011 pour l’édition originale), 288 pages, 13 €.

Warren Ellis (scénario), Raulo Caceres (dessin), Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island (Captain Swing and the Electric Pirates of Cindery Island), Paris, Bragelonne – Milayd, collection « Milady Graphics », 2012 (édition originale 2010), 15, 20 €.

 Voltairine de Cleyre, D’Espoir et de raison, écrits d’une insoumise, textes réunis et présentés par Normand Baillargeon et Chantal Santerre, Montréal, Éditions Lux, collection « Instinct de liberté », 2009, 314 pages, 29, 95 $.

Paul Nizan, Essais à la troisième personne, roman, préface d’Anne Mathieu et François Ouelett, appareil critique d’Anne Mathieu, Paris, Le Temps des Cerises, collection « Roman des libertés », 2012, 132 pages, 14 €.

Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément, Guy Dreux, La nouvelle école capitaliste, Paris, La Découverte, collection « Poche », 2012 (2011 pour l’édition originale), 288 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec cet ouvrage collectif aussi dense que synthétique, les auteurs, tous enseignants et membres de l’Institut de recherches de la FSU1, apportent un complément bienvenu, sinon même indispensable, à l’étude d’Angélique del Rey consacrée A L’école des compétences (chroniquée sur notre blog), en la replaçant dans un contexte d’ensemble. De par le choix de leur titre, Christian Laval, Francis Vergne, Pierre Clément et Guy Dreux se situent dans la lignée de L’Ecole capitaliste en France de Christian Baudelot et Roger Establet, publié en 1971 chez Maspero, même si les deux auteurs sont désormais considérés comme des complices de l’évolution en cours…

Leur propos se concentre sur les changements vécus par les systèmes éducatifs depuis une trentaine d’années, qui peuvent se résumer dans l’imposition progressive des attendus du néo-libéralisme. Essentiellement, cela passe par une réduction de l’autonomie de l’école vis-à-vis des impératifs économiques, la culture « gratuite », se suffisant à elle-même, étant battue en brèche par un strict utilitarisme, la nécessité affirmée d’une « économie de la connaissance » performante et d’un gage de meilleures rémunérations pour les individus. Le rôle de l’OCDE et de l’Union européenne dans cette marchandisation de la connaissance est utilement détaillé, la première ayant initié l’élaboration de compétences clefs dans les années 19902, tandis que la seconde s’efforce d’appliquer cette réforme essentiellement à compter du traité de Lisbonne. Ce nouveau cap débouche sur la mise en concurrence accrue des établissements scolaires qui demeurent supervisés par l’État, la science elle-même étant passée d’une recherche étatique ouverte à une science de plus en plus privatisée, source de profit potentielle3 ; les brevets sur les richesses du patrimoine naturel sont ainsi judicieusement qualifiés de « nouvelles enclosures ». Les Universités se retrouvent alors soumises à une logique entrepreneuriale, et à une culture du résultat qui risque de marginaliser certaines disciplines moins « rentables » (lettres et sciences humaines en particulier). En étudiant ces transformations de l’enseignement supérieur et de la recherche, les auteurs les relient aux mutations plus globales de la main d’œuvre, que les logiques actuelles souhaitent plus flexible, plus adaptable via des compétences standardisées. Le stage, dans ce cadre, apparaît comme une variable d’ajustement cruciale, véritable sas pour cette vie professionnelle d’un nouveau type.

Sur le terrain de l’enseignement secondaire, les auteurs reprennent les analyses émises par la sociologie critique des années 1960 et 70, qui voyaient en l’école un lieu de reproduction des inégalités sociales, mais en insistant sur l’accentuation de ce rôle du fait du développement d’un marché scolaire, pour l’heure encore partiel et inachevé. Sont ainsi démontrés l’inanité d’un choix rationnel des parents pour inscrire leurs enfants dans des établissements censément plus performants (les critères du choix étant plus complexes et relevant surtout de l’idée de « bonne fréquentation », p. 125) et le caractère contre-productif de ce relâchement de la carte scolaire (« (…) plus il y a de mixité sociale, plus le niveau d’ensemble est bon ; plus il y a de ségrégation, plus le niveau d’ensemble se dégrade », p. 133)4. Comme dans le livre d’Angélique del Rey, la logique que véhicule le socle commun de connaissances et de compétences est exposée, celle d’une évaluation généralisée, voire obsessionnelle, des élèves, mais également à terme des enseignants et des établissements5.

A plusieurs reprises, néanmoins, le propos solide et argumenté des quatre auteurs souffre d’un manque d’exemples concrets, de terrain, voire d’une absence d’humanité (des témoignages auraient pu se révéler utiles). De même, on aurait apprécié de bénéficier d’analyses plus détaillées des nouveaux programmes du primaire et du secondaire, moins bref que cette allusion à la nouvelle image de l’entreprise, unilatéralement positive, dans les programmes de SES, par exemple. Certaines des tendances qu’ils décrivent ne sont pour l’heure que des idéaux pour les architectes du néo-libéralisme, leur impact réel sur les établissements scolaires réellement existants, confronté à la résistance active ou passive des enseignants, demandant à être précisé. Il en est ainsi de la nouvelle fonction dévolue à l’orientation, puisque pour les pédagogues, « Il s’agira (…) de déterminer et de préconiser, en dépit de tous les risques d’approximations et d’erreurs, le « parcours scolaire optimal », c’est-à-dire le mieux adapté, selon eux, aux débouchés professionnels possibles » (p. 193). Malgré ces quelques bémols, La Nouvelle école capitaliste est un véritable vade mecum pour réfléchir aux évolutions des systèmes éducatifs. La postface, ajoutée pour l’édition de poche, possède en outre le mérite de ne pas nourrir d’illusions sur les nouvelles orientations éducatives du gouvernement socialiste, affirmant son espoir dans une nécessaire rupture anticapitaliste et annonçant d’ores et déjà un prochain ouvrage sur l’école nouvelle à bâtir.

1La Fédération syndicale unitaire (FSU) est la première fédération syndicale de l’enseignement.

2 On apprend d’ailleurs qu’aux côtés de représentants du patronat européen, des chercheurs s’associèrent à ce travail, l’anthropologue Jack Goody (auteur de Le Vol de l’histoire, chroniqué sur notre blog) étant le seul cité à avoir refusé.

3 « Les mécanismes d’incitation, de récompenses et de punitions prennent ainsi le relais des « esprits de corps » et des éthiques professionnelles qui sont maintenant la cible de mesures visant à les décomposer. Le modèle bureaucratico-managérial repose sur l’anthropologie de l’homme économique mû par son seul intérêt personnel » (p.39). Cette opposition entre deux époques de la recherche scientifique grossit toutefois en partie les différences en négligeant une convergence majeure, celle de l’intégration déjà ancienne de la science dans le système économique. Voir Clifford D. Conner, Histoire populaire des sciences, chroniqué sur notre blog.

4 Dans le même ordre d’idée, l’exemple du soutien scolaire privé, soutenu par l’État à l’aide de réductions d’impôts, coûte en réalité plus cher que si des postes supplémentaires étaient créés dans le public avec la même intention.

5 « En ce sens, le socle commun ne représente pas un instrument pédagogique démocratique, mais bien un outil managérial, fondé sur le développement massif de l’évaluation. Les pédagogues et les progressistes qui ont soutenu cette réforme n’ont pas toujours compris, ou n’ont peut-être pas voulu voir, que le socle ne pouvait être envisagé en dehors de la problématique du New Public Management et de l’obligation de résultat qui en est le principe opératoire » (p.238).

Warren Ellis (scénario), Raulo Caceres (dessin), Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island (Captain Swing and the Electric Pirates of Cindery Island), Paris, Bragelonne – Milayd, collection « Milady Graphics », 2012 (édition originale 2010), 15, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le britannique Warren Ellis est un des scénaristes de comics les plus réputés et les plus engagés de ces dernières décennies, à l’instar de son compatriote Alan Moore (V pour Vendetta, La Ligue des gentlemen extraordinaires). Surtout actif dans l’univers des super-héros, il est également romancier à ses heures perdues, et signe en outre des œuvres moins typées, comme ce Captain Swing. De ce patronyme légendaire donné à des briseurs de machines agricoles dans l’Angleterre de la première moitié du XIXe siècle, Warren Ellis a fait un véritable personnage précurseur, qui lutte pour l’émancipation du peuple et la fin de son exploitation. La force de ce Captain Swing vient de sa maîtrise de l’énergie électrique, déclinée dans des armes létales qui ne tuent – généralement – pas et dans un navire volant qui lui permet de se déplacer.

Au-delà du steampunk1, Warren Ellis s’inspire ici du capitaine Nemo de Jules Verne, mais également du romantisme révolutionnaire de William Morris (la défense de l’artisanat face à l’industrie aliénante et dépersonnalisante, aux échos très actuels2), couplé à la vision des pirates comme combattants libertaires (on pense aux travaux de Marcus Rediker3). Loin de tout manichéisme, le scénario met en scène une double opposition : celle du Captain Swing aux puissants, aux possédants qui restent dans l’ombre, et celle des policiers métropolitains émergents (les fameux bobbies) face à leurs précurseurs, les bow street runners, soumis à l’autorité des magistrats, souvent corrompus. Le dessin, qui alterne avec des pages de textes explicatives du contexte historique, privilégie des teintes volontairement sombres – l’action est exclusivement nocturne –, où la seule couleur est celle de l’électricité, ainsi que celle des entrailles des morts, une dimension légèrement sanglante. La prédominance de l’action s’inscrit graphiquement dans l’esprit des comic books.

Avec Captain Swing et les pirates électriques de Cindery island, Warren Ellis manifeste une confiance affirmée dans les potentialités de la science, le Captain Swing souhaitant la mettre à la portée de tous sans attendre, ce qui explique cette anticipation des découvertes liées à l’électricité. Cette absence de technoméfiance s’accompagne surtout d’une histoire qui laisse le lecteur sur sa faim, tant le potentiel seulement survolé de cet univers apparemment uchronique aurait mérité une série à part entière. L’énigme policière qui ouvre l’album est en effet résolue de manière assez sommaire, et l’allusion à la météorite qui aurait donné le pouvoir aux dirigeants de la société, surnommés les sélénites, véritable symbole du capital inhumain, n’est jamais explicitée dans le détail. On retiendra néanmoins cette matérialisation d’un mythe combattant, le costume de Captain Swing passant d’ailleurs de main en main, comme pour signifier la permanence de la lutte des opprimés.

2 On peut ainsi lire « Le savoir doit être libre » du Captain Swing comme un éloge des logiciels libres et d’un internet autogéré.

3Marcus Rediker, Pirates de tous les pays : L’âge d’or de la piraterie atlantique (1716-1726), préface de Julius Van Daal, Paris, Libertalia, 2011 et en collaboration avec Peter Linebaugh, L’Hydre aux mille têtes : l’histoire cachée de l’Atlantique révolutionnaire, Paris, éditions Amsterdam, 2008.

Voltairine de Cleyre, D’Espoir et de raison, écrits d’une insoumise, textes réunis et présentés par Normand Baillargeon et Chantal Santerre, Montréal, Éditions Lux, collection « Instinct de liberté », 2009, 314 pages, 29, 95 $.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Les éditions Lux rafraîchissent le domaine de l’édition sociale, critique et militante. Cet ouvrage en est une preuve indiscutable. Voltairine de Cleyre (1866-1912), voilà bien une militante oubliée en Europe. Parfois son nom apparaissait au détour de discussion au sein du sérail anarchiste mais encore avec parcimonie, car peu d’entre les militants ont eu le loisir de lire les écrits de cette insoumise. Voilà ce problème résolu. Enfin, Voltairine de Cleyre est accessible au lecteur francophone, elle qui nous est surtout connu dans l’ombre de la grande anarchiste étatsunienne Emma Goldman1. Nous avions d’ailleurs déjà croisé ces deux noms dans un autre ouvrage des éditions Lux, que nous avions commenté2.

 D’abord, avant de parler du livre, prenons le temps de parler un instant de cette femme au regard clair : Voltairine est née à Leslie dans le Michigan en 1866. En somme, il nous faut imaginer un décor, certes plus verdoyant, mais qui se rapproche de l’ambiance sauvage des western, avec les premières manufactures faisant naître la working class américaine. Sa famille est très pauvre, comme on peut l’être chez les ouvrier à cette époque. Sa mère Harriet Elizabeth Billings vient d’une famille abolitionniste (de l’esclavage). Son père est un Lillois libre-penseur qui quitte l’hexagone en 1854 pour rejoindre les États-Unis comme tailleur de pierre. Grand lecteur de Voltaire, Hector de Claire donne le prénom de Voltairine à sa fille qui le conservera tout en changeant le patronyme en « de Cleyre » en guise de pseudonyme. Voilà pour le décor à partir duquel émerge cette révolutionnaire.

 Grâce aux textes mais aussi à la présentation complète de Normand Baillargeon et Chantal Santerre, il est grand temps pour le lecteur francophone de découvrir que de Cleyre fut une femme forte, presque entêtée, qui n’hésita jamais à faire front face à l’ennemi. Ainsi, au sénateur américain Hawley qui voulait offrir la somme de mille dollars pour abattre un anarchiste, suite à l’assassinat du président William Mac Kinley3, Voltairine écrit le 21 mars 1902 : « Cher Monsieur, je lis dans le journal de ce matin que vous auriez affirmé être disposé à « offrir 1000 $ pour tirer un coup de fusil sur un anarchiste ». Je vous demande ou de prouver votre proposition ou de retirer cette affirmation, qui est indigne… Toutefois, si vous voulez faire feu sur un anarchiste, cela ne coûtera pas 1000 $. Il vous suffira de payer le déplacement jusqu’à chez moi (mon adresse est indiquée plus bas) pour pouvoir me tirer dessus » (p. 37).

Si Hawley ne se déplaça jamais, Voltairine de Cleyre, hélas, est atteinte d’un coup de feu cruel le 19 décembre 1902, par l’un de ses « élèves » un certain Helcher. Femme de conviction, mais d’une grande miséricorde que l’on attribue habituellement à une sainte, elle écrira : « Le garçon dont on dit qu’il a fait feu sur moi est dérangé. Le manque de nourriture et le fait qu’il n’a pas de travail sain à accomplir l’ont rendu comme tel » (p. 38). Elle refuse de porter plainte contre Helcher et de l’identifier face à la police.

Avons-nous affaire à une de ces révolutionnaires monolithiques, pétrie d’une certitude indéfectible, une femme faite d’un autre bois que nous tous ? Pas le moins du monde. En 1905, elle tente de se suicider avec de la morphine, souffrant depuis de nombreuses années d’acouphènes douloureux. En 1908, de plus en plus malade et isolée, arrêtée aux abords de la manifestation des chômeurs de Philadelphie, Voltairine de Cleyre traverse une crise profonde. Elle écrit  que le monde qui l’entoure n’est qu’une « vaste conspiration où les gens se tuent les uns les autres, où la justice ne règne nulle part… » (p. 46). Au fond du gouffre elle note encore : « dans ma bouche, tout est amertume ; tout devient cendre entre mes mains » (p. 47). Acculée, elle décide de quitter Philadelphie pour Chicago. En 1911, éclate la révolution mexicaine et elle devient la défenderesse aux États-Unis des idées de Ricardo Florès Magon4. En 1912, à 45 ans, après des années de souffrances physiques, elle s’éteint.

Pas moins de 324 pages contiennent l’essentiel des textes de cette révolutionnaire, non seulement les textes théoriques au titre desquels nous citerons notamment « la tendance économique de la libre-pensée », « pourquoi je suis anarchiste », « l’égalité politique de la femme », « l’esclavage sexuel », mais aussi des poèmes comme « le festin des vautours » concernant trois anarchistes condamnés à mort (Vaillant, Henry et Caserio), ou « En lettres rouges », poème-hommage aux insoumis mexicains et à Flores Magon en particulier.

Il nous reste donc cet ouvrage et les pensées limpides de Voltairine de Cleyre, souvent morales. Dans nos sociétés contemporaines, certains textes font écho : « Je crois que le mariage défraîchit l’amour, transforme le respect en mépris, souille l’intimité et limite l’évolution personnelle des deux partenaires. C’est pourquoi, je pense que le mariage est une mauvaise action » (« Le mariage est une mauvaise action » p. 220). On y voit poindre une grande magnanimité : « …en présence de grands sacrifices, nous apprenons l’humilité et, si mes camarades ont pu donner leurs vies pour leurs convictions, laissez moi donner ma fierté » (« Ils devraient être pendus », p.221). L’anarchisme de Voltairine de Cleyre n’est pas un pis-aller, mais une voie vers la libération des êtres humains : « il ne s’agit pas de trouver un moyen de soulager temporairement la détresse…ce qu’il faut c’est rendre chacun capable de se tenir debout sur ses propres jambes » (« Pourquoi je suis anarchiste », p. 98).

Pour elle la révolution américaine ne fut qu’un début : « Les enfants comme les adultes ont si bien appris à vouer un culte aux appellations symboliques que celle de « révolution américaine » est devenue sacrée, malgré le fait qu’elle ne signifie rien de plus pour eux qu’une force victorieuse, alors que le mot « révolution » appliqué à d’autres possibilités est un spectre détesté et abhorré » (« Anarchisme et traditions américaines », p. 72).

Ce que souligne aussi Voltairine de Cleyre, de manière continue, c’est la position majeure de la femme dans le processus révolutionnaire à venir, afin de se libérer du patriarcat : « Les femmes sont désormais de plus en plus présentes dans l’industrie, c’est ainsi que des portes autres que celle du travail domestique s’ouvrent à elles… Je recommanderais vivement à toutes les femmes …de ne jamais vivre sous le même toit que l’homme qu’elles aiment et de devenir sa bonne » (« La question de la femme », p. 260).

Femme complexe en proie au doute, insoumise jusqu’au bout, Voltairine de Cleyre reste d’une étonnante modernité.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Emma_Goldman

2 Le compte-rendu est disponible ici : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1164. Le livre en question est présenté ici : http://www.luxediteur.com/surlestracesdelanarchismeauquebec.

Charles Soulié (dir.), Un Mythe à détruire ? Origines et destin du Centre universitaire expérimental de Vincennes, Saint-Denis, Presses universitaires de Vincennes, 2012, 483 pages, 29 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Le Centre universitaire expérimental de Vincennes, très rapidement connu de tous comme « Vincennes », ouvre les portes de ses amphis et de ses salles le 10 décembre 1968, même si les cours ne débutent, théoriquement, que le 13 janvier 1969. Le 23 janvier, des étudiants et des enseignants occupent des bâtiments, par solidarité avec des manifestants qui viennent d’occuper la Sorbonne. Lors de l’intervention violente des CRS, un des enseignants, le philosophe Michel Foucault est arrêté. Un an plus tard, le 15 janvier 1970, le ministre de l’Education nationale Olivier Guichard dénonce le caractère « marxiste-léniniste » de l’enseignement du département de philosophie (p. 231), tandis qu’à l’été de la même année, l’UNI1, un syndicat étudiant très franchement marqué à droite, dénonce dans Vincennes « une école de guérilla »2. Dans l’immédiat après-Mai 68, l’idée que Vincennes égale « base rouge » s’enracine dans les médias et par là même dans l’espace public. Le « mythe Vincennes » est né.

II – Ce mythe, une équipe composée à 90% de sociologues, coordonnée par Charles Soulié3, également sociologue (il est maître de conférences de cette discipline à Paris VIII), se donne pour tâche non de le détruire, mais bien plutôt de le déconstruire. D’où ce gros livre (presque 500 pages !), qui se présente en deux grandes parties – après une sorte d’introduction consacrée aux prodromes et à l’acmé de Mai/Juin 68 dans les universités françaises –, « Des rêves aux réalités » et « Perspectives disciplinaires et monographiques », avec de très nombreux graphiques, tableaux et encarts biographiques.Cet ouvrage aborde surtout les différentes questions liées à la politisation des pédagogies et aux tentatives de promouvoir les catégories subalternes et « dominées » des enseignants de l’époque (maîtres-assistants et assistants)4, ce volontarisme là rencontrant, avec de multiples heurts, le « gauchisme » d’une majorité d’étudiants et de certains enseignants charismatiques.

III – L’expérience de l’université de Vincennes, « cadre institutionnel aux différentes « avant-gardes » » (p. 89) doit être comprise à partir de deux facteurs. D’une part, la reconnaissance par le pouvoir gaulliste, avec la loi d’orientation de l’enseignement supérieur (novembre 1968) d’une nécessaire réforme axée sur trois maîtres mots : autonomie, participation et pluridisciplinarité. Les conseillers réformistes du ministre de l’Éducation, Edgar Faure5, ne font que prendre en compte certaines exigences avancées lors de colloques d’experts de ce qu’on ne nommait pas encore la « communauté éducative » ou par des psychosociologues (Georges Lapassade ou René Loureau) qui prônent la « non-directivité » et la « dynamique de groupe » (p. 63). D’autre part, les universitaires « progressistes », surtout les assistants et maîtres-assistants, qui ont participé au mois de mai 68, aux côtés des étudiants, à la remise en cause de l’ordre universitaire, décident de « prendre au mot », en quelque sorte, le pouvoir. Se conjuguent donc, dans un étrange et détonnant (comme l’on s’en aperçoit très vite) paradoxe, la remise en cause des savoirs institutionnels, la subversion des anciennes hiérarchies, la « politisation des questions pédagogiques » (p. 207) ainsi que la volonté première et évidente du pouvoir d’État, ne l’oublions pas, d’un retour à l’ordre, par la création de cet « abcès de fixation pour le gauchisme militant » (p. 77). Et là encore, le pouvoir est pris au mot : Vincennes devient, dans l’esprit de maints révolutionnaires marxistes6, la « base rouge » d’où doivent partir des brigades de « nouveaux partisans », une fois épuisées les potentialités offertes par ce lieu. Combattre l’adversaire avec ses propres armes, énoncent-ils …. Acontrario de ce que l’on pourrait penser, le forum de Vincennes, la fameuse AG (Assemblée générale), lieu d’affrontements souvent stériles entre toutes les tendances « gauchistes », n’est ni l’outil de ce combat ni le véritable lieu de décision, rôles tenus par les Assemblées générales de département (Jean-Philippe Legois, « Jeux d’échelles entre les premiers pouvoirs universitaires vincennois, 1968-1971 »).

IV – Vincennes est essentiellement une faculté de lettres et sciences humaines, avec un fort contingent de normaliens et une visibilité des philosophes comme Michel Foucault, Gilles Deleuze, Alain Badiou, Jacques Rancière, François Chatelet ou Étienne Balibar. Le recrutement des enseignants, qui bénéficie, bien entendu, du caractère expérimental de cette université, est, en partie, en rupture avec les usages ordinairement dominants de l’institution. Au départ, une commission d’orientation, à l’issue de nombreuses tractations, sélectionne un « noyau cooptant » de 29 membres. Hélène Cixous, Alain Badiou et Jacques Julliard jouent un rôle déterminant dans ce noyau, choisi sur les critères suivants, selon le témoignage de H. Cixous : « déhiérarchisation, modernisme, politiquement à gauche » (p. 127). Selon les auteurs, il y a également une volonté de « recruter les « jeunes pousses » les plus prometteuses de la rue d’Ulm » (p. 132), ceux que André Glucksman, activiste de la Gauche prolétarienne et recruté lui-même comme chargé de cours, appelle « l’avant-garde théorique structuralo-gauchiste-lacanienne » (p. 139), même si le pourcentage élevé (plus de 60%) de professeurs et de maîtres de conférences (p. 132) incite à nuancer cette déhiérarchisation évoquée par Hélène Cixoux. Néanmoins, dans certaines disciplines, comme la philosophie ou la sociologie, le recrutement porte la marque d’une forte proportion de maîtres-assistant-e-s et de chargé-e-s de cours, très majoritairement marqué-e-s politiquement à l’extrême gauche. Ainsi, en sociologie, la présence de marxistes-althussériens comme Nicos Poulantzas, Emmanuel Terray ou Sylvain Lazarus, membre dirigeant du groupe maoïste UCFml, en est le signe patent, même si la visibilité médiatique et militante des philosophes, avec l’« affaire Judith Miller »7 par exemple, a souvent tendance à éclipser les enseignants d’autres départements. Comme l’indiquent les auteurs, Vincennes est la seule université, en 1969, où au sein du SNESUP, syndicat enseignant, le Parti communiste perd la majorité au profit des « gauchistes » (p. 140), même si (ou à cause de) les communistes jouent un rôle majeur dans la gestion du quotidien.

V – Ce « plaisir intellectuel de penser à l’extrême » se retrouve dans les cours donnés les premières années (philosophie, sociologie ou économie surtout), à un public très hétérogène, avec de nombreux non-bacheliers, de salariés et surtout une très forte proportion d’étudiants étrangers, deux des caractéristiques de Vincennes, souvent occultées8. Les intitulés de ces cours surprendront, choqueront même, sans nul doute, plus d’un lecteur de l’an 2013, tandis que les plus anciens y retrouveront les thématiques de ces « années rouges ». Comment résister à un autre plaisir extrême, celui d’extraire des archives quelques titres de cours : Formation du concept d’idéologie par Jacques Rancière, La question de la guerre civile de Alain Badiou, Structure des classes dans les formations dominées de l’Afrique noire de Pierre-Philippe Rey, Introduction aux marxismes du XXe siècle de Henri Weber, etc. Dans les départements moins politisés, du moins en apparence, comme celui d’anglais, c’est par la recherche d’une certaine modernité, en l’occurrence le passage par la linguistique et le structuralisme, que s’effectue le recrutement des maîtres-assistants, des assistants et des étudiants, las des conceptions figées de l’Institut d’anglais de la Sorbonne (« L’anglais de la Sorbonne à Vincennes » par Marie-Pierre Pouly).

VI – Transféré à Saint-Denis en 1980 par décision de la ministre des Universités du gouvernement de Raymond Barre, Alice Saunier-Seité, et connu maintenant comme Paris VIII, l’ex-centre expérimental garde encore, plus de 40 ans après sa fondation, un (petit) peu de ce qui y fut tenté, même si les contextes idéologiques, culturels et politiques sont totalement différents, de même que les horizons d’attente des étudiants. Le pari collectif d’une « fabrique de l’utopie », avec ses illusions mais aussi avec son effervescence, pouvait-il résister à la disqualification, d’abord, au délitement ensuite et à l’effondrement, pour finir, des Grands récits messianiques et eschatologiques ? Sûrement pas. Reste que, comme l’écrit Charles Soulié, si Vincennes « s’est donné les moyens d’ouvrir le savoir académique à des usages non académiques » (p. 424), des traces de cette libération du rapport au savoir se retrouvent dans les universités populaires crées ici (Caen) ou là (Grenoble, Aix-en-Provence) depuis 2002. Nul doute que ce fort instructif ouvrage et son (provisoire) bilan raisonné font déjà l’objet, dans ces assemblées, de débats passionnés mais tout aussi raisonnés.

1Il s’agit de l’Union nationale inter-universitaire, créée en janvier 1969 par l’aile droite des jeunes gaullistes, en vue de combattre le communisme et l’extrême gauche dans les universités.

2« Paris VIII : Vincennes n’est pas une école de guérilla », Le Monde, 26 juin 1970.

3Ce n’est pas la première fois que Charles Soulié s’intéresse à Vincennes. En effet, en janvier 1998, il a consacré une monographie au département de philosophie dans la revue Histoire de l’éducation, n° 77 : « Le destin d’une institution d’avant-garde : histoire du département de philosophie de Paris VIII ».

4Pour une explication de ces statuts, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Ma%C3%AEtre-assistant_en_France

5Par sa femme Lucie Faure, Edgar Faure est en contact avec les milieux intellectuels de gauche.

6Mais pas de tous. Dans un numéro spécial rentrée 69, « Tornade rouge » (supplément au n° 37 de Rouge), la Ligue communiste qualifie Vincennes de « papier tue-mouche sur lequel vient s’engluer la masse désorganisée des vétérans du mouvement étudiant (…) anars et maoïstes de Nanterre et Censier ».

7Judith Miller, fille du psychanalyste Jacques Lacan, et assistante en philosophie en tant que détachée de l’enseignement secondaire, milite activement à la Gauche prolétarienne avec son mari Jacques-Alain Miller et le frère de celui-ci, Gérard Miller. Le 3 avril 1970, elle est renvoyée de Vincennes par le ministère de l’Éducation pour avoir déclarée à la presse que son rôle à l’université était de tout faire pour sa destruction en tant qu’« appareil d’État ». Son exclusion provoque une recrudescence de l’agitation.

8A propos des étudiants étrangers, lire le chapitre de Charles Soulié et Brice Le Gall, « Voyage en terre d’asile académique : éléments pour une histoire sociale des étudiants étrangers de Paris VIII et d’ailleurs », p. 393-422.

Paul Nizan, Essais à la troisième personne, roman, préface d’Anne Mathieu et François Ouelett, appareil critique d’Anne Mathieu, Paris, Le Temps des Cerises, collection « Roman des libertés », 2012, 132 pages, 14 €.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Pour tout « nizanien » qui se respecte, ou plus simplement pour tout lecteur de Paul Nizan, celui qui a lu la verve incarnée d’Aden Arabie, celui qui a lu le sapement des valeurs de la bourgeoisie dans Antoine Bloyé, ou encore pour celui qui a compris ce qu’il écrivait au sujet des dimanches après-midi qui prennent tristement fin dans Le Cheval de Troie, ou encore celui qui se trouvait aux côtés de Rosenthal dans La Conspiration, pour tout ceux-là, la parution d’un écrit inédit de Paul Nizan (1905-1940) est un événement majeur.

Plus généralement il devrait l’être pour tout amateur de littérature française du XXe siècle ou encore pour tout militant communiste. On ouvre donc avec une certaine fébrilité ce livre et déjà on est surpris, mais ravi, qu’il soit doté d’un appareil critique, en notes de bas de page, d’Anne Mathieu, ce qui rend la lecture de ce petit roman plus claire, l’inscrivant ainsi dans son temps (les années 1920) et dans l’espace littéraire à venir, Aden Arabie notamment, dont Nizan puisera des scènes dans ce présent roman. C’est donc un beau travail que nous présente ici Le Temps des Cerises, tant sur la forme que sur le fond.

La préface développe la vie de Paul Nizan dès 1922, date de son entrée à l’hypokhâgne de Louis-le-Grand, ses rencontres avec Georges Politzer, Simone de Beauvoir, et Jean-Paul Sartre, en insistant sur la période 1925-1927, années de la production du roman en question, qui débouche sur la rédaction entre 1927 et 1929 d’Aden-Arabie. On notera également en fin de volume une précieuse et utile chronologie de l’œuvre et de la vie de l’auteur. Quant au roman et à son intrigue c’est encore un roman dans la veine bourgeoise, où les questions existentielles sur l’engagement dans une vie de famille et dans les conventions sociales sont en discussion.

André et François Clouet sont deux frères antinomiques, dont une discussion à propos d’une jeune femme les oblige à la rupture : « François renonça avec une facilité merveilleuse à sa fraternité et, en même temps qu’elle, aux légendes de la fraternité ; le passé partagé avec André est d’un coup oublié » (p. 42). On voit poindre la figure du bourgeois décrite par Nizan : « Il [André NDLR] souhaitait enfin se marier. Il voulait être un homme marié, comme il était déjà électeur, ingénieur des Mines, lieutenant de réserve » (p. 44). C’est un roman de jeunesse où amour et amitié s’unissent en se galvanisant, où tout semble immortel et où la verve encore contenue commence à déborder des lignes : « Les gens qu’ils rencontraient étaient des Français, des membres de la moins émouvantes des nations. La France gisait entre quatre mers, ses montagnes, son Rhin comme une femme morte, une grande femme. Les politiques, les patriotes, les vieillards, les financiers, tous les hommes qui vivaient sur les cadavres lui avaient fait des blessures où tout son sang avait coulé. Son langage qui avait été le plus lourd… que Descartes, que Leibniz même avaient parlé, ne servait plus qu’à Raymond Poincaré, aux maréchaux membres de l’Académie Française, à André Gide » (p. 124).

« Nous n’aurons jamais le roman de sa rupture avec le parti communiste » (p. 36) concluent Anne Mathieu et François Ouellet dans leur introduction, avec regret. On peut souhaiter qu’un jour, peut-être, au détour d’un arbre des Ardennes belges, on retrouve l’ultime roman de Nizan, Une soirée à Somosierra, enterré par son ami le sergent Hutchings. Néanmoins, est-ce vraiment nécessaire, dans ce nouveau siècle où le communisme est tant voué aux gémonies, de déterrer ce manuscrit ? Bien entendu, on peut regretter cette absence dans l’œuvre. Paul Nizan n’a jamais eu à revenir sur son engagement, une balle le frappa à la tempe le 23 mai 1940.

Cette balle anéantit ainsi, dans la force de l’âge, celui que l’on considère comme le plus grand intellectuel communiste français, et ce malgré Louis Aragon qui fera amende honorable, bien des années après la parution de son roman Les Communistes, dans lequel Patrice Orfilat/Paul Nizan personnifie la figure du traître par excellence.

Nizan a démissionné du Parti communiste en septembre 1939, s’est engagé comme agent de liaison auprès du XIVth Army Filed Workshop, dans le nord de la France et par un après-midi funeste, l’écrivain tomba. Que serait-il devenu ? Nul ne le sait, mais ce qu’il fut aux yeux de l’histoire, c’est éternellement cet écrivain communiste des Chiens de Garde.