Archives mensuelles : mai 2013

Michael Paraire, Michel Onfray, une imposture intellectuelle, Noisy-le-Sec, Les éditions de l’épervier, 2013, 204 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La vaste production éditoriale de Michel Onfray a inévitablement généré des réponses antithétiques ponctuelles, sous formes d’articles voire de livres, que ce soit de la part des thuriféraires des religions monothéistes, des défenseurs de la psychanalyse ou de ceux de la Révolution française (voir le récent Robespierre, reviens ! chroniqué sur notre blog). Michael Paraire, toutefois, est le premier à proposer une critique d’ensemble, aussi ample qu’argumentée. Son attaque s’articule en deux temps : une critique serrée de l’œuvre de Michel Onfray, considéré comme un philosophe postmoderne, puis l’élaboration d’une alternative se situant sur le terrain d’un anarchisme évolutif, baptisé ici du terme un rien pompeux de « suranarchisme ».

Constatant l’absence d’apport original de Michel Onfray, Michael Paraire fait de lui, à partir de la centralité du récit biographique dans ses analyses, l’héritier de la méthode déployée par Sainte-Beuve en littérature au XIXe siècle, au détriment d’une approche de l’universel. Il souligne également ses erreurs d’interprétation parfois majeures, sur Spinoza (stoïcien plutôt qu’épicurien, faux hédoniste mais réel athée), Marx (rangé dans le camp négatif des idéalistes !) ou Camus (à l’opposé du qualificatif de solaire) et Nietzsche, figures cardinales de Michel Onfray, dont il fait une lecture hagiographique, là où Michael Paraire voit dans le philosophe allemand un réactionnaire quasi précurseur du nazisme. Celui-ci stigmatise également les « dichotomies simplificatrices » qui articulent la réflexion de Michel Onfray, une dimension binaire par trop systématique et simplificatrice.

Point également essentiel[1], le caractère anti-révolutionnaire de Michel Onfray, auteur de La Religion du poignard : éloge de Charlotte Corday, est particulièrement ciblé par l’auteur, qui le rapproche de ce révisionnisme historique dénoncé en son temps par un Domenico Losurdo. Saint-Just, Marat, Robespierre (qualifié d’opportuniste !), ainsi que ces défenseurs de la Grande Révolution que furent Kant ou Sartre, sont autant de personnalités unilatéralement noircies[2], dans le même temps où Michel Onfray considère le capitalisme comme éternel (dans son Manifeste hédoniste) et partant, envisage un « capitalisme libertaire »… Ce qui conduit Michael Paraire à tracer un lien entre Dühring, les nouveaux philosophes et Michel Onfray.

Le dernier acte de l’accusation concerne donc logiquement l’inanité de l’engagement anarchiste du « gastrosophe », de par sa condamnation de la violence (expliquant a priori ses silences sur la révolution espagnole réellement existante[3]), son mépris du peuple (dans Politique du rebelle) ou sa prise de position en tant que « sioniste pro-palestinien ». « Dans ce schéma, pas d’idée d’action collective autre qu’une somme d’actions individuelles désordonnées, pas d’organisation politique déterminée à prendre le pouvoir puisqu’il n’y a pas de lieu du pouvoir et donc, en fait, rien du tout, pas de changement » (p.96). Symbole de cette castration d’un anarchisme véritable, la trilogie moraliste Georges Palante / Jean Grenier / Albert Camus, à laquelle Michael Paraire oppose celle, pleinement politique, constituée de Pierre-Joseph Proudhon / Michel Bakounine / Pierre Kropotkine.

Toutefois, dans cette dénonciation acérée d’un confusionnisme bien réel, Michael Paraire se laisse parfois entraîner trop loin, comme lorsqu’il sous-entend que Michel Onfray est mû par l’attrait de droits d’auteur conséquents, d’une jouissance uniquement égoïste, que les médias lui vouent une véritable « adulation » ou en faisant implicitement de lui un véritable « philosophe flic »[4]. Certes, c’est là une des caractéristiques du pamphlet, mais cela dessert la rigueur de l’analyse. Michel Onfray nous semble au contraire parfaitement sincère dans sa démarche, sans doute empreint de certaines illusions, et de la même manière, les critiques de Michael Paraire à l’égard de ses travaux apparaissent partielles, dans la mesure où sa réactivation d’une critique anticléricale sans concession aussi bien que ses éclairages sur des figures philosophiques matérialistes radicales (Lucrèce ou Meslier, pour n’en citer que deux) revêtent une véritable dimension révolutionnaire.

La seconde partie de l’ouvrage de Michael Paraire s’attarde donc à poser les bases de ce suranarchisme, qui semble surtout s’inscrire dans une filiation avec le communisme libertaire. Sur le plan théorique, irrigué par les progrès de l’investigation scientifique et par là censément plus solide que la « fable » mythophilosophique de Michel Onfray, ce suranarchisme doit être au croisement du matérialisme de Kropotkine, de la complexité soulignée par Gaston Bachelard, du caractère collectif et mobile de la matière défendu par Bertrand Russell (a contrario d’éventuelles substances intangibles), de l’auto-organisation de celle-ci (plus efficiente que la simple entropie) et de la centralité du groupe telle que Proudhon la pensait.

C’est toutefois sur la définition d’une pratique suranarchiste que Michael Paraire nous semble prêter surtout le flanc à la critique. Elle doit selon lui s’inscrire en porte à faux de l’anarchisme individualiste[5], celui dont Michel Onfray défend justement l’héritage, rejeter le refus systématique du pouvoir pour viser sa restitution pleine et entière au peuple, et ne pas condamner par principe la violence, tout en prônant l’insertion des intellectuels dans les luttes sociales afin d’en être des « catalyseurs » (à l’image d’un Noam Chomsky) et en recherchant l’unité des révolutionnaires via les amitiés, opposées à l’élitisme d’Onfray. Tout cela manque de précisions – que ce soit sur la définition du peuple, sur ces possibles amitiés ou sur une appréhension du pouvoir sensiblement incomplète[6] – et fait totalement l’impasse sur l’alternative sociale et économique concrète à promouvoir.


[1]              Que nous avions également en partie relevé dans nos récentes critiques des tomes 8 et 9 de sa « Contre-histoire de la philosophie », chroniqués sur notre blog.

[2]              Dans son évocation des luttes entre révolutionnaires français, Michael Paraire a toutefois tendance à privilégier les déterminants idéologiques, négligeant leur dimension sociale.

[3]              « Lui qui voudrait tant être solaire, lumineux, est hanté par les ombres silencieuses de ces combattants antifascistes qui s’étaient, eux, engagés dans une vraie résistance, mais qui furent, surtout, tellement plus lumineux que sa petite personne » (p. 105).

[4]              Son but étant de « (…) semer la confusion idéologique dans l’anarchisme en le faisant exploser, en le dynamitant de l’intérieur même de sa théorie [souligné par l’auteur]. Dans le passé, c’était un travail de police. Désormais, c’est un intellectuel qui fait le boulot. L’État fait des économies de personnel » (p. 93).

[5]              Michael Paraire défend à propos de son essor dans la France de la fin du XIXe siècle une hypothèse qui nous semble très discutable, basée sur une surestimation du nombre de victimes de la Semaine sanglante, dont découlerait l’impasse de la propagande par le fait en tant que praxis de vaincus (voir à ce sujet Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2013, chroniqué sur notre blog).

[6]              « Quant à la CNT espagnole, elle a péri de n’avoir pas pris le pouvoir dès le début de la Révolution, d’avoir envoyé des ministres au gouvernement bien trop tardivement, et, finalement, de s’en être retirée pour laisser la place à des alliés hostiles, les communistes staliniens, qui ont travaillé à la détruire. Les anarchistes espagnols l’ont finalement compris lorsqu’ils sont revenus au gouvernement, fin 1938 (…) » (p.153) : la confusion semble complète entre destruction de l’appareil d’État bourgeois et participation à ce dernier, lutte contre les communistes staliniens ou nécessaire alliance avec eux…

Michel Onfray, Les Consciences réfractaires. Contre-histoire de la philosophie 9, Paris, Grasset, 2012, 480 pages, 21,90 €.

Un compte rendu de Jean Guillaume Lanuque

Là où Les Freudiens hérétiques délimitait son sujet avec davantage de précisions, Les Consciences réfractaires se fait plus évanescent, plus discutable aussi. Le volume semble avant tout conçu comme une succession de critiques et d’éloges. Pour les premières, sont visés Henri Bergson, incarnation d’une philosophie idéaliste et institutionnelle, et Jean-Paul Sartre, qui joue ici le rôle de l’intellectuel faussaire, opportuniste et mégalomane. Face à ces figures repoussoirs, des individus solitaires qui ont su affronter ce que Michel Onfray nomme le « nihilisme européen ». La sélection est toutefois drastique, puisque n’ont été retenus que Georges Politzer, Paul Nizan, Albert Camus et Simone de Beauvoir. On ne trouve donc nulle trace ici d’un Walter Benjamin, d’un Antonio Gramsci, d’une Simone Weil ou d’un George Orwell, pour n’en citer que quatre. Il faut dire que Les Consciences réfractaires est peut-être le volume de la « Contre-histoire de la philosophie » qui déploie le manichéisme le plus poussé[1].

Ce que Michel Onfray retient de Georges Politzer (1903-1942), impliqué dans la révolution hongroise de 1919 et militant du Parti communiste français à partir du début des années 1930, c’est son souci d’asséner des coups à l’idéalisme (à Bergson comme à Heidegger), considéré comme une philosophie au service de la bourgeoisie, ainsi que ses critiques à l’égard de la psychanalyse, qui ne peut selon lui être qualifiée de science, et qui en outre place la libido et non la lutte des classes au rang de moteur premier. Il salue également en lui le constructeur de la psychologie concrète, c’est-à-dire d’une science de la psychologie. De Paul Nizan (1905-1940), Michel Onfray fait un anti-Sartre, appréciant sa charge contre l’homo economicus et la philosophie d’État, sans cacher toutefois l’aveuglement du militant face à l’URSS. Néanmoins, l’accent mis sur l’obsession de la mort et sur une référence censément cardinale, celle d’Epicure, l’amène à faire l’hypothèse pour le moins discutable d’une « (…) possible transposition d’un Platon lointain ancêtre de Marx par le communisme utopique, et d’un Epicure ancêtre d’un Nizan via le salut privé » (p.170), critique implicite qui serait à l’œuvre dans Les Matérialistes de l’Antiquité… Nous laissons aux spécialistes reconnus de Paul Nizan, comme par exemple le Groupe interdisciplinaire d’études nizaniennes (GIEN)[2] le soin de discuter cette hypothèse …

De manière générale, si Michel Onfray ne manque aucune occasion de critiquer tous azimuts le PCF, il le fait sans comprendre la complexité de ce qu’il représente, et sans en connaître l’historiographie. C’est ce qui l’amène d’ailleurs à considérer comme une « énigme » (p. 63) la coexistence d’une direction demandant à l’occupant nazi la reparution de L’Humanité et de militants, comme Politzer, entreprenant la lutte contre le nazisme sans être désavoués. De la même manière, l’affirmation selon laquelle Georges Politzer serait « mort pour la France, et non pour le Komintern », couplée avec l’insistance mise sur le choix de chanter « La Marseillaise » et non « L’Internationale » devant ses meurtriers, tend à opposer deux éléments qui, depuis le tournant du milieu des années 30, cohabitent parfaitement dans la culture militante du PCF. Plus largement, c’est toute une partie de la réflexion de Marx qu’il ne semble pas saisir, sans doute par manque de lectures sur le sujet[3]. Il évoque ainsi un Marx arc-bouté sur l’impossible victoire de la révolution en Russie, sans prendre en considération sa réflexion des dernières années de sa vie sur ce sujet, lui fait annoncer la fin d’un taylorisme qui n’a même pas encore été élaboré, et ne parvient pas à penser la pluralité des marxismes[4]. Michel Onfray trace enfin un parallèle entre l’attitude de Marx à l’égard de Proudhon – valorisé sous sa plume – et celle de Jean-Paul Sartre vis-à-vis d’Albert Camus.

Avec Albert Camus (1913-1960), justement, on est confronté à la figure sans doute la plus idéalisé de ce neuvième volume[5]. Michel Onfray le place en effet « (…) parmi les plus grands philosophes du XXe siècle » (p. 191), dans la lignée de Nietzsche. En fait, dans ce portrait très empathique, on peut repérer ce que Michel Onfray s’efforce lui-même de déceler chez nombre des penseurs qu’il diagnostique, la construction avant tout personnelle, autobiographique, d’un système philosophique. Car en Albert Camus, Michel Onfray se projette pleinement, et le parallèle ne manque pas de frapper : voilà deux individus issus d’un milieu défavorisé, souvent mal compris, défenseurs d’un socialisme libertaire, d’un hédonisme anti-chrétien, et destructeur des mêmes idoles, parmi lesquelles on peut citer Sade, Rimbaud, Baudelaire, les surréalistes ou Marx. Toutefois, la démonstration d’Albert Camus comme socialiste libertaire, s’inscrivant dans une filiation courant de Jean-François Varlet[6] à la CNT espagnole en passant par Pierre-Joseph Proudon, Fernand Pelloutier et l’anarcho-syndicalisme, sensible principalement dans L’Homme révolté, est plus ou moins convaincante, et ne parvient pas à écarter l’idée d’un libertaire réformiste.

Enfin, la dernière grande partie du livre est consacrée à Simone de Beauvoir (1906-1986), ce qui ne manque pas de surprendre, car les critiques à son égard et à celui de Jean-Paul Sartre sont légions. Ce que Michel Onfray retient de ce dernier personnage nettement plus ambigu, c’est Le Deuxième sexe, dans lequel il voit « (…) un grand livre de conscientisation de l’aliénation (…) » (p. 395), celle des femmes. Mais cet éloge voisine avec des développements sur le « lesbianisme inauthentique » car nié de Simone de Beauvoir, son désir de célébrité, sa construction d’une légende de papier, son éloge de la violence, bien que ce soit Jean-Paul Sartre le plus vilipendé. La célébration de la liberté qu’incarne l’existentialisme conduit tout droit, selon Michel Onfray, à apporter « (…) au libéralisme sa généalogie métaphysique » (p. 369). Finalement, à ses yeux, « Sartre et Beauvoir montrent ce qu’il faut éviter, ce qui, somme toute, est une autre manière de montrer comment faire pour créer un couple vraiment postchrétien » (p. 418). Ce modèle repoussoir, qui vient après tant d’autres portraits coupés de toute les recherches universitaires les plus récentes, ne fait que confirmer non seulement le caractère à la fois hybride et bancal de ces Consciences réfractaires, mais également le dilettantisme intellectuel de cet auteur si (trop ?) prolifique.

Jean-Guillaume Lanuque


[1]              Un passage symptomatique permet de bien se rendre compte du caractère souvent binaire de la réflexion de Michel Onfray, ainsi que de ses approximations historiques : « Cette sensibilité fédéraliste et libertaire, celle de Camus, lui permet d’opposer Montagnards et Girondins, comme on oppose socialisme autoritaire et socialisme libertaire, Marx et Proudhon, révolution bolchevique de 1917 et révolution anarchiste [sic] espagnole de 1936 (…) » (p.285).

[2]              C’est ce collectif qui publie la revue Aden. Paul Nizan et les années trente, dont Dissidences rend compte dans sa Revue des revues.

[3]              Sans parler d’autres diverses grossières erreurs historiques, ainsi d’un « rideau de fer » existant déjà… en 1936 (p. 147), ou du projet Blum-Violette « (…) qui souhaite une égalité politique et civique des Européens et des Arabes » (p. 208), ce qui est pour le moins conférer à ce projet une ambition qu’il n’avait pas !

[4]              A ses yeux, Léon Trotsky reste uniquement le fusilleur de Cronstadt, ce qui en dit long sur la position classiquement anarchiste de Michel Onfray sur le sujet, lui qui brocarde pourtant fréquemment les anarchistes « officiels » (ceux de la Fédération anarchiste par exemple) pour leur conservatisme sur les apports de certaines de leurs figures tutélaires, tel Bakounine.

[5]              Rappelons que Michel Onfray a précédemment signé un livre entièrement consacré à l’écrivain, L’Ordre libertaire : la vie philosophique d’Albert Camus en 2012.

[6]              Voir Claude Guillon, Notre patience est à bout. 1792-1793, les écrits des Enragé(e)s, Paris, éditions Imho, 2009, chroniqué sur notre ancien site.

Ephraïm Wuzek, Combattants juifs dans la guerre d’Espagne. La compagnie Botwin, Paris, Syllepse, 2013, 213 p., 22 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Ce nouveau témoignage sur la place des combattants juifs dans les brigades internationales vient s’ajouter aux ouvrages anciens déjà de David Diamant (Combattants juifs dans l’armée républicaine espagnole, Renouveau, 1979), d’Arno Lustiger (Shalom Libertad !, Le Cerf, 1991), et celui plus récent, mais sujet à controverses, de Sygmunt Stein (Ma guerre d’Espagne, Seuil, 2012)[1]. Ce livre a été édité en 1964 en yiddish dans la Pologne communiste. C’est grâce à la fille de l’auteur, Larissa Wozek-Gruszow, qui signe une importante présentation (plus de la moitié de l’ouvrage), « Les vies d’Efraïm Wuzek », que cet ouvrage est tiré de l’oubli et offert à la lecture près d’un demi-siècle plus tard. La seconde partie est constituée plus précisément des Souvenirs d’un Botwinnik par Efraïm Wuzek. Larissa Wozek-Gruszow introduit longuement le texte en présentant son auteur, ainsi que les raisons qui l’ont poussé à écrire son témoignage de combattant des Brigades internationales, dans la compagnie yiddishophone Botwin[2], du nom d’un jeune révolutionnaire juif polonais exécuté en 1925. Est donc retracée la biographie d’EphraïmWuzek, né en Pologne en 1904, exilé avec sa famille en France, combattant en Espagne, puis retournant en Pologne après la Seconde Guerre mondiale, pour y construire le socialisme, avant d’émigrer, définitivement cette fois-ci en Israël en 1967, suite à la campagne antisémite qui se développe à cette époque en Pologne. Le récit de Wuzek lui-même compte un peu plus de 50 pages, moins que la présentation biographique de sa fille. Même si l’auteur ne fut pas un combattant direct, puisqu’il exerça la fonction d’intendant, cela ne l’empêcha pas de subir le sort de ses camarades, c’est-à-dire les bombardements et la décimation de la compagnie. Son récit vise clairement à faire vivre la mémoire de ses camarades de lutte beaucoup plus que de constituer une histoire de la compagnie Botwin. Comme d’autres récits portés par des témoins de cette guerre, il est fait part de la violence des combats et de l’inégalité profonde des armes entre le camp républicain et les forces nationalistes. Un chiffre permet de mesurer l’hécatombe : lors de son premier engagement contre l’ennemi sur le front d’Estrémadure, la compagnie Botwin subit des pertes de 50 %. Non seulement l’inégalité des armes est défavorable aux combattants républicains, mais en sus, certaines règles de base de la guerre ne sont guère respectées. C’est ainsi par exemple que les chefs se mettent en avant, au point que tout l’encadrement militaire est bientôt hors de combat, tué ou blessé : pendant les neuf mois de son existence, la compagnie Botwin perd ainsi six de ses commandants ! Son récit permet de suivre pas à pas le recul progressif des forces républicaines et la défaite annoncée. Finalement, les derniers rares survivants de la compagnie Botwin (une trentaine selon le témoignage de Wuzek) sont épargnés par la décision prise sous l’égide de la SDN de retirer les forces « étrangères » des combats en Espagne. Si les brigadistes sont en effet renvoyés dans leurs pays respectifs, les troupes hitlériennes et mussoliniennes poursuivent la guerre, elles. Étant apatride, Efraïm Wuzek doit patienter en Espagne avant de pouvoir être expatrié dans un pays qui veut bien l’accepter. Il est alors envisagé de l’envoyer au Mexique, mais le gouvernement français refuse le visa de transit. Il s’adonne donc à des activités culturelles, dans l’attente d’un départ qui recule de jour en jour. Finalement, début 1939, il s’engage de nouveau, comme la majorité des brigadistes demeurés en Espagne, pour les ultimes combats contre les franquistes qui avancent à grand pas. Au bout de quelques semaines, il parvient à partir pour la France, où il est interné dans un camp. Parmi les nombreux noms d’anciens Botwinnik qui ont poursuivi le combat dans la résistance, Efraïm Wuzek évoque le nom de Andrezj Szmdit, qui fut un des dirigeants de l’insurrection du ghetto de Varsovie, tombé au combat contre un ennemi qu’il avait affronté en terre d’Espagne, quelques années auparavant. Des biographies de combattants Botwinnik complètent cet émouvant témoignage, ainsi qu’une double liste, celle des combattants juifs de la compagnie Botwin et celles des combattants juifs en dehors d’elle. Nos connaissances sur cette compagnie sont minimes, d’où l’intérêt de ce livre, qui doit pourtant être croisé avec The Shattered Dream (Eastern European Monographs, 1989), d’un autre brigadiste juif polonais, Aleksander Szurek, non traduit hélas, qui fait retour sur son passé de communiste stalinien, avec un regard très critique, mais non calomniateur, sur les Brigades. Des photographies de combattants de la compagnie Botwin figurent dans l’ouvrage de Rémi Skoutelsky et Michel Lefebvre, Les Brigades internationales. Images retrouvées[3], et quelques lignes lui sont consacrées dans les mémoires de l’ancien commissaire politique Gustav Regler[4]. Des travaux universitaires à venir sauront sans aucun doute nous offrir une vue d’ensemble de ces militants-soldats, ainsi que les différents enjeux qui sous-tendaient leur engagement antifasciste en Espagne.


[1]             Lire le compte rendu sur ce blog.

[2]             Cette compagnie est fondée le 12 décembre 1937, au sein du Bataillon Palafox de la XIIIe Brigade Dombrowski. Le texte de création de cette compagnie est reproduit dans l’ouvrage de Danielle Rozenberg, L’Espagne contemporaine et la question juive : les fils renoués de la mémoire et de l’histoire, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, coll. « Tempus », 2006, p. 129-130.

[3]             Rémi Skoutelsky, Michel Lefebvre, Les Brigades internationales. Images retrouvées, Paris, Le Seuil, 2003, p. 111, 153, 161.

[4]             Gustav Regler, Le Glaive et le fourreau, Arles, Actes Sud-Babel, coll. « Révolutions », 1999, p. 111.

Sygmunt Stein, Ma guerre d’Espagne. Brigades Internationales : la fin d’un mythe, Paris, Seuil, 2012, 266 p., 19 €

Un compte rendu de Christian Beuvain, Edouard Sill, Georges Ubbiali (avec la collaboration de Rémi Skoutelsky)

I – Le récit

En 2012, les éditions du Seuil publient un livre de souvenirs (écrit en 1938) de Sygmunt Stein, un ancien combattant juif des Brigades internationales, Ma guerre d’Espagne, avec un sous-titre volontairement provocateur, Brigades internationales : la fin d’un mythe, et une postface rédigée par un spécialiste de l’histoire du communisme et du trotskysme (mais pas des Brigades), Jean-Jacques Marie. L’ouvrage connaît un certain succès médiatique, de par son contenu – anti-stalinisme et anti-communisme mêlés – qui vient renforcer une des tendances actuelles des travaux sur le communisme, mais suscite aussi une controverse dans le milieu des historiens travaillant (ou ayant travaillé) sur les Brigades. Publié en yiddish au début des années soixante, ce livre est demeuré inédit en français jusqu’à cette publication. Néanmoins, le propos de Sygmunt Stein est connu depuis plus d’un demi-siècle, du moins par les auteurs lisant le yiddish, comme Arno Lustiger[1] et David Diamant[2] pour ne citer qu’eux. Sygmunt Stein, militant communiste juif polonais, réfugié en Tchécoslovaquie, travaille dans les services de propagande du GEZERD (OZET en russe), qui est le nom yiddish de la Société pour l’installation agricole des travailleurs juifs, au Birobidjan[3] : il est rédacteur de la revue en allemand  Birobidjan en construction. Ébranlé par les procès de Moscou, il demande à partir en Espagne, afin de raviver son engagement : « la victoire de la République espagnole serait peut-être le début d’une vague révolutionnaire, qui pourrait déferler sur l’Europe et influencer le déroulement de la révolution en Union soviétique » (p. 20). C’est donc avec un grand espoir qu’il est autorisé à rejoindre les Brigades internationales. Mais il va de déconvenue en déconvenue. Selon lui, les Brigades sont gangrenées par la pègre, car nombreux sont parmi eux les individus attirés par les promesses financières tenues par les communistes. Il y règne la corruption et même la terreur à l’égard de toute forme de dissidence potentielle. Les beuveries succèdent aux beuveries, les orgies rassemblent les dirigeants corrompus, et les amours tarifés (avec des prostituées syndiquées à la CNT,  ou avec des militantes étrangères) font des ravages sanitaires dans les rangs des brigadistes. Les Soviétiques règnent en maître sur ce milieu décadent. Ainsi, les médicaments envoyés par l’aide internationale ou achetés par le gouvernement républicain sont renvoyés en Union soviétique. Il en va de même de l’armement russe qui est fourni aux combattants en fonction de critères politiques, ceux de l’allégeance à Moscou. Les dirigeants communistes, André Marty, le commandant communiste français des Brigades à Albacète ou la Pasionaria apparaissent, sous sa plume, comme des brutes (Marty) ou des icônes fabriquées (Dolorès Ibarruri). La compagnie Botwin[4], qui subit une véritable hécatombe (perte de 85% de combattants au premier assaut), est, toujours selon l’auteur, composée de pauvres juifs immigrés (les milieux  juifs parisiens cherchant à se débarrasser des juifs polonais immigrés en les expédiant en Espagne), déboussolés et sans tradition politique. Bref, « Rome et Berlin fournissaient des avions et des chars, tandis que Moscou continuait à envoyer des commissaires de police, des surveillants de prison et des pelotons d’exécution » (p. 238).

II – Le contexte originel de construction du livre

Ce témoignage, écrit à Paris en 1938, est d’abord donné par Sygmunt Stein à un militant socialiste, Roman Abramovitch. Après la Seconde Guerre mondiale, il sort en feuilleton dans le grand quotidien yiddish de New York, Forverts (The Forward, En Avant) en 1956, avant d’être publié en livre, toujours en yiddish, fin 1961. La parution sous forme d’articles est due à l’initiative du correspondant parisien de Forverts, Avrom Shulman. En 1961, le texte est relu avant publication par un certain Yitskhok Kletshevski, un ex-membre du Bund[5]. C’est du moins ce que nous apprend l’auteur dans l’avant-propos, rédigé à Paris en novembre 1961. Le manuscrit original est donc relu, sans doute corrigé, et (peut-être) retravaillé pour correspondre à la politique éditoriale du Forverts. Ce quotidien, qui est créé en 1897 dans la mouvance socialiste du milieu des émigrés juifs new yorkais, se retrouve assez rapidement, dans les années 1920, en opposition aux communistes. Son orientation devient franchement anti-communiste, surtout à l’époque de la guerre froide, où il est de tous les combats contre les « rouges infiltrés » dans les administrations fédérales ou à Hollywwood, contre les « espions atomiques », soutenant la guerre de Corée puis la guerre du Vietnam, etc. Le mode opératoire (contacts préliminaires avec des socialistes anti-staliniens, réécriture du manuscrit avec l’aide d’un spécialiste, écrivain ou journaliste anti-communiste, publication du texte en articles dans un journal puis ensuite chez un éditeur), une anti-leftist rhetoric issue de la théorie du totalitarisme et le contexte éditorial de l’ouvrage construisent une configuration semblable à celle d’autres écrits célèbres de la guerre froide, parus aux États-Unis une décennie plus tôt. Par exemple, les récits des ex-militants du Komintern Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline[6] et Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières[7] sont passés entre les mains d’un groupe comprenant Eugene Lyons, Max Eastman et Isaac Don Levine[8], Krivitsky ayant été mis en relation avec eux par l’ancien socialiste (menchevik) David Dallin. Krivitsky avait également des contacts avec un socialiste juif, ex-menchevik lui aussi, David Shub, rédacteur de 1924 à sa mort (1973) au … Forverts ![9]

III – Distance critique ?

Sygmunt Stein dresse donc, sans l’ombre d’une nuance, et sous la forme d’un pamphlet typique de la période de guerre froide, un portrait à charge de l’action du communisme/stalinisme (écrivant indifféremment « stalinisme » ou « communisme ») en Espagne, au sein des Brigades internationales. Tel quel, ce livre doit légitimement susciter, comme tout document partisan, et nonobstant la stratégie éditoriale du Seuil et la publicité faite autour de sa traduction en français, un vigoureux examen critique et historiographique. Pourtant, le caractère très problématique de la postface de Jean-Jacques Marie n’aide guère à apporter les grandes nuances que l’ouvrage nécessite absolument. Si Jean-Jacques Marie rappelle tout d’abord, à juste titre, que l’histoire des Brigades internationales fut un domaine longtemps et fermement réglé par la mémoire communiste, un grand nombre d’études récentes sont venues corriger en partie cette exclusivité. La postface pose légitimement la question de savoir à quel point Stein exagère, mais c’est fort curieusement par la négative qu’elle y répond. Pour preuve du cynisme soviétique, et donc des Brigades internationales, dans une confusion quelque peu étonnante, Jean-Jacques Marie s’étend longuement sur la duplicité soviétique envers l’Espagne. Or, sur ce point, des études américaines, comme celles de l’historien Daniel Kowalski (dont Stalin and the Spanish Civil War, 2004) à partir des archives soviétiques, nuancent très fortement cette assertion, ainsi que la thèse de Gerald Howson (Arms for Spain : The Untold Story of the Spanish Civil War, 1998) que cite d’ailleurs Jean-Jacques Marie. Cette question est importante, fondamentale même, car elle met en évidence la confusion générale existant dans les distinctions entre les Brigades internationales elles-mêmes, le rôle du Komintern, la diplomatie soviétique, l’aide militaire soviétique à l’Espagne et les intérêts particuliers des partis communistes nationaux. Ces différents curseurs ne furent pas toujours synchronisés et n’obéissaient pas aux mêmes objectifs, avec parfois d’énormes décalages, donc. In fine, il n’y eut pas, en Espagne, un monolithe communiste conquérant incarné par une seule volonté soviétique, donc stalinienne. Le propos de Stein – en fait surtout exceptionnel pour la complication qu’il apporte au travail des historiens – doit être lu avec circonspection et il faut fortement relativiser l’aspect sensationnel des « révélations ». Stein n’apporte aucune précision à son propos, très peu de dates et il n’a pour l’essentiel pas vu ce dont il parle, tout en colportant ragots et rumeurs circulant dans le milieu fermé des cadres des Brigades internationales et pour l’essentiel bien connus des spécialistes. Quant aux « horreurs » dépeintes par Sygmunt Stein (beuveries, corruption, banditisme, prostituées etc.), elles ne sont après tout qu’une variante de ce qui s’écrivait dans la presse d’extrême droite de la fin des années trente. Bien qu’elles réjouissent aujourd’hui l’essayiste conservateur Jean Sévillia[10] dans Le Figaro Histoire[11], les journalistes des grands magazines[12] ou certains syndicalistes d’extrême gauche[13], elles ont pourtant été balayées il y a 15 ans, définitivement croyait-on (sans doute naïvement !) par le livre de Rémi Skoutelski[14] sur les volontaires français des Brigades, et continueront de l’être par les travaux récents en voie d’achèvement d’Edouard Sill[15]. Rien que sur André Marty, le soi-disant « boucher d’Albacete », que de toutes façons Stein n’a pas pu voir à cette époque comme il le prétend, puisque celui-ci se trouvait alors à Moscou, les recherches de Rémi Skoutelski dans les archives des Brigades à Moscou, dans celles de l’Internationale communiste et du fonds André Marty ont fait justice des « légendes noires » attachées à sa personne, mais également de celles sur la présence de truands et de prévaricateurs installés aux postes clés, ou de la participation de brigadistes à la répression contre les libertaires, poumistes[16] ou trotskystes.

IV – Conclure, enfin

Les différences d’appréciation, sur les Brigades internationales en général, et leurs militants juifs particulièrement, entre ce témoignage de Sygmunt Stein et celui de Ephraïm Wuzek[17] sont patentes. Le travail de l’historien ne consiste pas à admettre l’un ou l’autre, encore moins à en privilégier l’un par rapport à l’autre, mais à soumettre ces témoignages/documents aux feux croisés d’une critique interne et externe. Ainsi, dans le cas de Sygmunt Stein, l’écriture de son récit se déploie sous la tension d’un sentiment de trahison de ses idéaux de jeunesse, auquel succède un violent rejet du communisme. L’ouvrage participe à rendre plus subjectif et caricatural un sujet qui, sur la plupart des aspects, demeure plutôt mal connu que méconnu. L’accumulation de poncifs (y compris ceux qui concernent les femmes étrangères volontaires des Brigades internationales, dont l’histoire invisible n’avait vraiment pas besoin d’une telle série de calomnies), par Sygmunt Stein et ses « agents littéraires » étatsuniens, donne le sentiment d’une volonté de « tuer le père », soit son (leur) propre engagement communiste.

Pour conclure, nous laissons la plume à Rémi Skoutelsky : « Nous avons affaire à un ouvrage intéressant sur les méthodes de propagande utilisées à Moscou dans les années 1930 et sur la guerre froide dans les années 60, donc à un objet d’histoire. Mais – est-il utile de le préciser ? – pas sur l’histoire des Brigades internationales. »[18]


[1]              Arno Lustiger, Shalom Libertad !, Paris, Le Cerf, 1991.

[2]              David Diamant, Combattants juifs dans l’armée républicaine espagnole, 1936-1939, Paris, Éditions Renouveau, 1979.

[3]              En 1928, le pouvoir soviétique décide de créer une région autonome (un oblast) juive dans le Birobidjan. Ce projet se conçoit comme une entité communiste pour le peuple juif, d’URSS ou de la diaspora et donc en opposition au sionisme jugé « nationaliste-bourgeois ». Ce projet est officiel dès 1934.

[4]              Lire la recension du livre de Efraïm Wuzek et Larissa Wozek-Gruszow, Les combattants juifs dans la guerre d’Espagne. La compagnie Botwin, Paris, Syllepse, 2013, dans les comptes rendus de la semaine de ce blog.

[5]              Le Bund est un parti socialiste juif fondé à Wilno (aujourd’hui Vilnius, capitale de la Lituanie), en octobre 1897, par des militants du cercle marxiste de la ville. Il cherche à unifier tous les travailleurs juifs de l’Empire russe. Une partie des militants du Bund rallie le parti bolchevique après la Révolution d’Octobre 1917, mais le Bund subit la répression stalinienne ensuite.

[6]              Walter Krivitsky, J’étais un agent de Staline, Paris, Champ libre, 1979.

[7]              Jan Valtin, Sans patrie, ni frontières (Out of the Night, 1941), Paris, Éditions Dominique Wapler, 1947, Jean-Claude Lattès, 1975 (postface de Jacques Baynac), Éditions Actes Sud, coll. « Révolutions », 1997 (postface de Jean-François Vilar). Sur ce roman, on lira l’article de Constance Micalef, « Sans patrie, ni frontières. Analyse des réceptions de l’ouvrage de Jan Valtin », Dissidences, n° 14-15, octobre 2003/janvier 2004, p. 15-18.

[8]              Ces trois personnages ont été, à divers moments des années vingt et trente, proches (Don Levine) ou membres du Parti communiste américain  (E. Lyons) ou de l’opposition trotskyste (M. Eastman). Ils deviennent, à des degrés divers, des spécialistes de l’anti-communisme.

[9]              John V. Fleming, The Anticommunist Manifestos : Four Books that Shaped the Cold War, New York, W. W. Norton & Company, Inc., 2009. Cet auteur analyse les écrits de Jan Valtin, Arthur Koestler, Viktor Kravchenko et Whittaker Chambers, un transfuge célèbre du Parti communiste des États-Unis.

[10]             Un ouvrage de cet auteur, Historiquement correct (Perrin, 2003), est chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_historiographie.htm#sevillia

[11]                    Jean Sévillia, « La face cachée de la guerre d’Espagne », Le Figaro Histoire, n° 3, 20 septembre 2012, sur http://www.jeansevillia.com/index.php?page=fiche_article&id=227

[12]             Par exemple, Grégoire Kauffmann, « La guerre d’Espagne vue par un brigadiste désabusé », L’Express, 20 juin 2012, sur http://www.lexpress.fr/culture/livre/la-guerre-d-espagne-vue-par-un-brigadiste-desabuse_1128933.html

[13]             Voir par exemple la position du collectif Autre Futur, qui regroupe des militants de différentes organisations syndicales (CGT, SUD, CNT ou CNT Solidarité Ouvrière), sur http://www.autrefutur.net/Revolution-espagnole-un-76eme , qui avalise l’existence d’une « légende dorée » des Brigades, ainsi que les « exécutions arbitraires du boucher d’Albacete », etc.

[14]             Rémi Skoutelski, L’Espoir guidait leurs pas. Les volontaires français dans les Brigades internationales, 1936-1939, Paris, Grasset, 1998. Lire également, Rémi Skoutelsky, « L’Espagne après l’Espagne : La mémoire des Brigades internationales », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 70, n° 70, 2003, p. 27-33, aussi sur http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mat_0769-3206_2003_num_70_1_402449#

[15]             Edouard Sill est un doctorant à l’École pratique des hautes études, qui termine sa thèse sur les soldats politiques et les militants combattants de la guerre d’Espagne, sous la co-direction de Gilles Pécout et Serge Wolikow. Il participe à l’écriture de ce compte rendu.

[16]             Le POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), organisation marxiste anti-stalinienne, qualifiée souvent à tort de trotskyste, est créé en 1935, par la fusion de deux groupes issus de scissions de gauche du Parti communiste espagnol.

[17]             Voir la note 4.

[18]             Entretien par courriel entre Christian Beuvain et Rémi Skoutelsky le 19 mai 2013.

Les comptes rendus de la semaine

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants . PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS éditions, collection « Culture & Société », 2013, 423 pages, 25 €

Alexis Corbière, Laurent Maffeïs, Robespierre, reviens !, Paris, Bruno Leprince, collection « Politique à gauche », 2013, 128 pages, 5 €, préface de Claude Mazauric

Claude Farrère, Les Condamnés à mort, Paris, Ginkgo éditeur, 2002 (édition originale 1920), 256 pages, 15,30 €

Lionel Richard (dir.), Avant l’apocalypse. Berlin 1919-1933, Paris, Autrement, 2012, 253 pages, 22 €

 

Alexis Corbière, Laurent Maffeïs, Robespierre, reviens !, Paris, Bruno Leprince, collection « Politique à gauche », 2013, 128 pages, 5 €, préface de Claude Mazauric.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce petit opuscule, signé de deux responsables nationaux du Parti de gauche, présente la défense de Maximilien Robespierre, et par-delà sa personne, de la Révolution française face à ses contempteurs de toutes sortes, bien installés dans les médias dominants. Le propos s’articule en deux temps. Il s’agit d’abord de dissiper l’image persistante de Robespierre comme associé corps et âme à la Terreur. Sur ce plan, les deux auteurs mettent utilement à profit l’historiographie, montrant bien que la violence était d’abord une violence d’en bas, que les Montagnards s’efforcèrent de canaliser. Outre l’invocation traditionnelle du contexte de guerre (mis en parallèle avec l’état d’exception qui régnait pendant la Première Guerre mondiale, plus marqué dans sa suspension de la légalité législative ou judiciaire), on notera en particulier la multiplicité des responsabilités – un Barère apparaissant autrement plus sanglant que Robespierre – et le rôle joué par « l’incorruptible » afin de limiter ponctuellement certaines violences (ainsi du rappel du représentant en mission Carrier après la répression de Nantes).

Là où Alexis Corbière et Laurent Maffeïs se font plus ouvertement militants, c’est lorsqu’ils dressent un portrait de Robespierre en combattant progressiste. S’il est incontestable que Robespierre fut un pionnier de la lutte contre la peine de mort, un défenseur de l’égalité des droits et du suffrage universel, ou l’initiateur de la devise républicaine, il est tout de même un peu osé d’arguer de sa plaidoirie contre l’élection des députés à la Constituante pour l’Assemblée nationale suivante pour le transformer en adversaire du cumul des mandats ! Les enjeux politiques du présent téléscopent ici ceux du passé. De la même manière, la justification du culte de l’être suprême, qui en fait un simple lien civique, oublie fort maladroitement l’absence de libertés qu’il suppose pour les athées. Plus généralement, on peut sans doute repérer dans l’ancrage républicain et légaliste du Parti de gauche le fait que l’action sociale des Montagnards en 1793 est décrite et célébrée sans jamais mentionner le rôle essentiel de la pression populaire (voir en particulier Pierre Kropotkine, La Grande Révolution, chroniqué dans notre revue électronique).

La seconde partie du livre est consacrée à la critique de certains des accusateurs les plus récents de Robespierre. Se succèdent ainsi François Furet et la Révolution comme matrice des totalitarismes1, Jean-François Copé et sa charge contre le 4 août, Lorant Deutsch ou encore Michel Onfray, qualifié de « philosophe ventriloque de l’extrême droite » (p.110), non sans une nette part d’exagération (la dimension souvent binaire de sa pensée s’accompagnant d’un travail relevant pour une large part des thèmes de l’extrême gauche, anticléricalisme ou hédonisme en particulier). L’opuscule se clôt par l’échange entre Alexis Corbière et Bertrand Delanoë, autour du refus du maire de Paris – et de la majorité des élus municipaux – de donner le nom de Robespierre à un lieu de Paris, épisode qui semble avoir été le déclencheur de la rédaction de ce petit ouvrage (un utile rappel sur l’historique de ce combat pour célébrer Robespierre dans l’espace public est d’ailleurs brossé).

 1 A cette occasion, la mention d’un article de René Révol paru dans les Cahiers Léon Trotsky, « François Furet, historien ou idéologue ? », n° 38, juin 1999, rappelle le passé « lambertiste » d’Alexis Corbière. 

Claude Farrère, Les Condamnés à mort, Paris, Ginkgo éditeur, 2002 (édition originale 1920), 256 pages, 15,30 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Claude Farrère, qui a obtenu le prix Goncourt en 1905 pour Les Civilisés, s’est également signalé à plusieurs reprises dans le champ de la première science-fiction française, dite merveilleux scientifique : d’abord en 1911 avec La Maison des hommes vivants, sur le thème de l’immortalité scientifique et élitiste, puis juste après la Première Guerre mondiale. Les Condamnés à mort est un roman censé avoir été écrit au XXIIe siècle, et qui relate des événements survenus à l’extrême fin du XXe.

Mais c’est bien de son époque que Claude Farrère nous entretient, plus exactement du capitalisme et de son évolution. L’Amérique, continent qui abrite l’intrigue, est en effet dominée par une entreprise colossale, dirigée par Mac Head Vohr, qui fournit du pain à l’ensemble de la population. Outre cette confirmation de la tendance à la constitution de monopoles économiques, la société de l’« Homme du Blé » applique l’organisation scientifique du travail, les principes de Taylor et de Ford, justement nés outre-Atlantique, et dont Claude Farrère a bien saisi toute l’importance future. Les usines sont ainsi mathématiquement structurées, de même d’ailleurs que les habitations ouvrières, les Blocs, où logent pas moins de 400 000 âmes. Dans ce monde où l’antagonisme social est plus visible que jamais, la révolte gronde au sein des masses travailleuses, tandis que Mac Head Vohr n’a qu’une envie, pouvoir remplacer ces prolétaires peu fiables par des mains-machines, au risque d’engendrer une réaction luddite. De cette mise en scène de la guerre sociale, Claude Farrère accentue la dimension personnelle et dramatique via un triangle amoureux, dont les sommets sont Eva Head Vohr, son amant Pietro Ferrati et le demi-frère de celui-ci, Andrea, également amoureux d’Eva.

Claude Farrère témoigne d’un fatalisme certain, décrivant ce qu’il perçoit comme une évolution inévitable, qui est en même temps critique du progrès à tout prix, culminant dans une fin tragique (« Quiconque ne s’adapte pas à son époque, son époque le condamne à mort. (…) Tant pis pour les condamnés ; tant pis aussi pour les bourreaux : ce n’est la faute ni des uns, ni des autres ! » p. 57). Il est de la même manière sans illusion aucune sur ce qu’il diagnostique de la nature humaine. Si son tableau de la grande bourgeoisie est sans pitié dans son cynisme, son goût vulgaire et son désir de tout posséder et afficher (le château haut, assemblage baroque de styles architecturaux multiples), sa description de l’organisation révolutionnaire ne brille pas par une profonde empathie. Le leader révolutionnaire, en qui on serait tenté de voir une projection de Lénine, dirige son parti discipliné d’une main de fer, l’auteur se gaussant au passage de cet objectif d’égalité qui passe par sa négation (« Pour vaincre l’Homme du Blé, rien de mieux à faire, en somme, que de le plagier… » p. 149). Si les bolcheviques sont nommément cités1, on devine dans le Conseil de l’Ordre d’Anarchie une nette influence du syndicalisme révolutionnaire d’avant-guerre, également décrit par Rosny aîné dans La Vague rouge2, (les références à l’action directe en témoignent).

Surtout, on sent rapidement que Claude Farrère voit davantage de mérite dans la figure de Mac Head Vohr, qui cherche à nourrir et occuper ses ouvriers, contraint en dernier ressort et contre son gré de les annihiler, que dans celle du leader révolutionnaire, qui n’hésite pas à envoyer ses troupes au massacre, aveuglé qu’il est par ses convictions idéologiques généreuses mais suicidaires3. C’est qu’aux yeux de l’auteur, conservateur dans l’âme, toute société a besoin d’une élite dirigeante et d’une masse qui lui soit soumise. C’est même une certaine misanthropie qui se dégage des Condamnés à mort, Claude Farrère s’ingéniant à décrire la bêtise de la foule (évoquant l’« (…) indignation véhémente d’homme de bon sens que révolte l’absurdité des foules » p. 206), à l’aide d’images directement tirées de la mythologie révolutionnaire française (les têtes promenées au bout de piques), révélant ainsi sa croyance en une nature humaine éternelle, profondément instinctive.

1« Et rien peut-être n’est mieux fait pour démontrer la chimère absolue des revendications ouvrières, des revendications des membres contre le cerveau, que l’échec perpétuel de toutes les tentatives travaillistes pour la conquête du pouvoir, en dépit de cette formidable discipline anarchique qui les appuie et les soutient. L’effort historique des Trotzky [sic] et des Lénine, si fortement conçu, si implacablement réalisé, au commencement du XXe siècle, n’aboutit en fin de compte qu’à un dénouement funèbre ; et jamais pourtant puissance mieux ordonnée ne s’acharna contre l’ordre naturel des choses, qui veut que les nerfs commandent et que les muscles obéissent. (…) Parce que leur révolte est une révolte contre l’équilibre universel, contre la gravitation, contre la Loi (…) » (p. 166).

2Cet ouvrage est chroniqué dans notre revue électronique.

3Au risque d’ailleurs de contresens historiques : « Qu’en fin de compte tous les Marius aient toujours succombé et que toute victoire populaire ait amené à sa suite, inévitable, la désorganisation et la décomposition des races, puis l’invasion des Barbares et le retour aux plus décisives réactions, aux plus absolus despotismes, elle n’en doutait pas une seconde » (p. 105).

Vanessa Codaccioni, Punir les opposants . PCF et procès politiques 1947-1962, Paris, CNRS éditions, collection « Culture & Société », 2013, 423 pages, 25 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

Issu d’une thèse de doctorat1, cet imposant ouvrage de science politique de Vanessa Codaccioni interroge les conditions d’émergence des procès « politiques » intentés aux militants et dirigeants du Parti communiste français lors de deux périodes troublées, celle de la guerre froide et celle de la guerre d’Algérie. L’auteure définit d’abord, en introduction, cette notion difficile à cerner de « procès politique », au « cœur des luttes entre l’État, les anticommunistes et les membres du PCF » (p. 23), avec les institutions étatiques qui utilisent le droit pénal et les atteintes à la sûreté de l’État pour criminaliser leurs opposants les plus résolus, et la direction communiste mettant en place, en retour, une stratégie de politisation des très nombreux procès auxquels le PCF doit faire face. Ces procès sont donc « le résultat d’une construction collective, étatique et militante » (p. 8), et leur étude précise et documentée doit contribuer, c’est du moins l’objectif de Vanessa Codaccioni, à une meilleure connaissance du communisme français.

I – Dès l’entrée de la France en guerre froide, c’est-à-dire à partir des grandes « grèves rouges et insurrectionnelles »2 de 1947-1948, les pratiques communistes se durcissent, et le PCF connaît une radicalisation progressive qui se manifeste par le recours à la violence politique, en particulier lors de son opposition à la guerre d’Indochine qualifiée de « sale guerre ». Le « capital de haine » accumulé pendant la période de l’Occupation contre les nazis et les collaborateurs (p. 57-59) fidélise les militants et légitime les pratiques violentes contre un État et sa police en « voie de fascisation », par la réactivation d’un antifascisme renouvelé. Le Parti valorise les affrontements avec la police (ou l’armée), exalte les militant-e-s révolutionnaires et met en scène, afin d’obtenir un impact militant maximum, les centaines de manifestations de cette période, suivant le cycle activisme militant/répression. Danielle Tartakowsky a calculé, en effet, que sur 457 manifestations qui se déroulent entre 1949 et 1952, le PCF en organise 437 !3 Rien que ce chiffre symbolise la puissance militante de ce parti, pourtant ostracisé dans l’espace institutionnel (et menacé, parfois, d’interdiction), après la « rupture » de 1947. Les passages à l’acte, qui s’effectuent sous le double signe de la lutte pour la paix et contre la guerre d’Indochine, provoquent la répression et construisent des « affaires ». Le peintre Fougeron est inquiété en 1948 pour une affiche, saisie et détruite sur ordre du pouvoir, contre la bombe atomique4 et Eugénie Cotton, dirigeante de l’Union des femmes françaises (UFF) est inculpée en mai 1950, également pour une affiche exigeant la fin de la guerre du Vietnam. L’affaire Henri Martin, bien étudiée par Alain Ruscio5, les procès des « 16 de Roanne », des « 12 de Saint-Brieuc », des « 10 de la Bocca », des « 9 de Nantes » tous militants, hommes et femmes, plus ou moins chevronnés, du PCF, de l’UFF ou de la CGT, inculpés pour des violences contre du matériel de guerre, se succèdent devant les tribunaux militaires. Ces affaires collectives permettent au Parti communiste, d’abord d’utiliser l’enceinte judiciaire comme tribune politique pour populariser ses objectifs partisans, et surtout d’héroïser un certain type de militant, tous les inculpés n’étant pas jugés dignes d’être valorisés. Ne sont sélectionnés que des militants-e-s ouvriers-ères, ayant l’esprit de sacrifice, de don de soi, ne pouvant donner aucune prise aux attaques de l’État ou de la presse dite « bourgeoise ». Seuls les communistes obtenant cet imprimatur d’ « homme de marbre » bénéficient « de grandes campagnes de solidarité dont l’ampleur varie en fonction de la gravité de leur « crime » et des peines encourues, de leur degré de conformité au rôle de l’emprisonné politique et de leur trajectoire sociale et militante » (p. 243). Les analyses de Vanessa Codaccioni montrent également que toutes ces affaires sont maîtrisées par la direction du Parti, qui assigne à chaque fois un cadre expérimenté pour superviser tel ou tel procès (ainsi André Marty est-il chargé de l’affaire Henri Martin). Néanmoins, cette stratégie du Parti communiste, qui peut apparaître cynique ou machiavélique, doit évidemment être mise en perspective avec la politique répressive de l’institution judiciaire et en particulier des tribunaux militaires, décidés à criminaliser toute opposition communiste. Les gouvernements successifs font leur le vieux cri d’Albert Sarraut en 1927 : « Le communisme, voilà l’ennemi ! »6. Cet anticommunisme virulent devient l’une des priorités des ministères de l’Intérieur et de la Défense nationale, même si la répression ne va pas « à l’encontre des principes de légalité républicaine » (p. 181). Ainsi, l’Assemblée nationale refuse toutes les levées d’immunité parlementaire de députés communistes, exigées par les cercles les plus ultra de la droite. Le soi-disant « complot des pigeons » et l’arrestation du dirigeant communiste Jacques Duclos après la violente manifestation contre le général Ridgway (28 mai 1952) marquent en fait le début de la « déradicalisation » du PCF (p. 182-183).

II – Lors de la guerre d’Algérie, le flou des positions théoriques du PCF (nation algérienne ou pas ?), l’absence de continuité quant à sa stratégie d’opposition à cette guerre, son double langage (il y a ce qui est officiel et ce qui se décide en interne) et sa volonté de contrer les militants partisans d’actions radicales, franches et ouvertes, de soutien à la lutte anticolonialiste des Algériens rendent quasiment impossibles des actions semblables à celles des années 1949-1953. S’il existe néanmoins des manifestations de rappelés dans les gares ou autour des casernes, en 1955 et 1956, le Parti communiste se garde bien de les valoriser ou de les encourager. Concernant le vote des pouvoirs spéciaux par les députés communistes (12 mars 1956), il s’inscrit, selon Vanessa Codaccioni, dans une stratégie d’intégration au sein du champ politique, dans une période de décrue des effectifs et de remous internes liés à la question de la déstalinisation. En retour, pourtant, cette stratégie suscite des oppositions, éparses, mais qui se focalisent sur la ligne anticoloniale. Par exemple, les communistes en rupture « occupent une part relativement importante dans les réseaux d’aide au FLN (…), le réseau Curiel et celui de Francis Jeanson (…) » (p. 270), mais le PCF n’exclut pas ces militants, pour autant qu’ils restent dans l’ombre, et ne risquent pas, ainsi, de le faire accuser de collusion avec le terrorisme. Après l’affaire du canal de Suez, le PCF évolue et suscite (timidement, officieusement) des actes de désobéissance : en septembre 1957, à une réunion de secrétaires fédéraux, décision est prise de diffuser le mot d’ordre de refus de porter les armes contre le peuple algérien. Mais cette décision reste interne à l’organisation, elle ne franchit pas l’espace public communiste. Seuls des « recruteurs », issus des Jeunesses communistes et fils de cadres (comme Pierre Guyot, fils de Raymond Guyot ou Serge Magnien, fils de Marius Magnien) conseillent à des militants, futurs appelés, de refuser de partir. Mais outre que ces actions ne concernent qu’une infime minorité, le retour en 1959 d’un strict légalisme stoppe net ces velléités. Durant toute cette période, l’armée continue de criminaliser les militants communistes qui se retrouvent, en Algérie, impliqués de près ou de loin dans l’aide aux insurgés ou même dans la critique de la guerre. Le manque d’engagement officiel du PCF aux côtés de ces militants rend évidemment la tâche plus aisée à l’armée, qui n’hésite ni à les torturer dans la sinistre villa Susini ou au centre d’El-Biar (le journaliste d’Alger républicain Henri Alleg ou Alfred Gerson, un responsable d’un réseau clandestin qui diffuse La Voix du soldat dans les casernes) ni à les faire disparaître (le mathématicien Maurice Audin). Pourtant, en ce qui concerne les militants FLN, le Parti communiste met assez rapidement (1955) en place des structures collectives d’aide judiciaire, dans lesquelles s’impliquent entre autres de jeunes avocats communistes (Pierre Stibbe, Pierre Kaldor, Henri Douzon, Nicole Dreyfus ou Michel Bruguier) qui politisent les procès.

In fine, cet ouvrage de Vanessa Codaccioni, dont les sources proviennent des archives du PCF, du Secours populaire, de la presse communiste, des archives judiciaires, du Service historique de la Défense et de la Préfecture de police de Paris, appuyées sur une cinquantaine d’entretiens avec des communistes, dont beaucoup inconnus ou peu connus à ce jour, remplit son objectif : une connaissance accrue et renouvelée du communisme français, dans des périodes de fortes tensions nationales et/ou internationales. Son travail permet, comme elle l’indique en conclusion, « d’apporter une contribution au débat sur le processus de déclin » du PCF. Celui-ci entre dans un « processus de normalisation politique » par abandon et « dévalorisation de la radicalité » et des « illégalismes militants », qui lui fait perdre, selon l’auteure, son identité d’avant-garde (p. 402-404), identité récupérée à la fin des années soixante par les groupes marxistes-léninistes (dits maoïstes) et en particulier par la Gauche prolétarienne. Le débat reste ouvert …

 1Vanessa Codaccioni, Punir les opposants. Une sociologie des « procès politiques » en temps de crise : les interactions répressives entre le PCF et l’État (1947-1962), Thèse pour le doctorat de science politique, sous la direction de Frédérique Matonti, université Paris I Panthéon-Sorbonne, novembre 2011, 699 pages.

2Robert Mencherini, Guerre froide, grèves rouges. Parti communiste, stalinisme et luttes sociales en France. Les grèves « insurrectionnelles » de 1947-1948, Paris, Éditions Syllepse, 1998.

3Danielle Tartakowsky, Les Manifestations de rue en France, 1918-1968, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997, cité par Vanessa Codaccioni, p. 74.

4Cette célèbre affiche est reproduite dans l’ouvrage de Romain Ducoulombier, Vive les soviets. Un siècle d’affiches communistes, Paris, Éditions Les Échappés, 2012, p. 62. Elle fait également l’objet d’analyses croisées (par Philippe Button, Alain Deligne, Sarah Wilson) dans le n° 21-22 de Matériaux pour l’histoire de notre temps, octobre-décembre 1990/janvier-mars 1991, p. 98-116.

5Voir notre article Les guerres coloniales françaises au miroir communiste : quelques livres et deux ou trois choses que l’on sait d’elles sur notre ancien site, http://www.dissidences.net/documents/guerre_coloniale.pdf

6C’est lors d’un discours d’Albert Sarraut, alors ministre de l’Intérieur, à Constantine (Algérie), le 23 avril 1927, que cette phrase lapidaire est prononcée.

Lionel Richard (dir.), Avant l’apocalypse. Berlin 1919-1933, Paris, Autrement, 2012, 253 pages, 22 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Lionel Richard est connu pour ses travaux sur l’Allemagne et la culture allemande au XXe siècle (il est notamment l’auteur de Le nazisme et la culture, Complexe, 2006). La réédition de cet ouvrage (publié à l’origine en 1991, soit déjà plus de vingt ans), est entièrement consacré à Berlin, de la fondation de la République à l’accession d’Hitler au pouvoir. En trois grandes parties, de courtes contributions d’auteurs allemands et français permettent de se faire une idée assez précise de la situation de la capitale de l’Allemagne durant ces quelques années. L’ensemble dresse un excellent portrait de la ville et de ses habitants. La première partie s’articule à la période de l’immédiat après-guerre (1919-1924), autour du thème des rapports entre les crises politiques, la misère sociale et l’art d’avant-garde. Un texte d’époque de l’écrivain Joseph Roth permet de visualiser exactement les difficultés de vivre dans la métropole. En effet, un des intérêts des contributions rassemblées ici consiste précisément à faire ressentir aux lecteurs le fossé qui existait entre le mode de vie prolétarien, marqué par la misère, l’étouffement dans des taudis sans nom, une vie dégradée et l’envol créatif que cela a contribué à susciter. Mais les prolétaires n’étaient guère les destinataires de cet art d’avant-garde, ce que rappellent là aussi de manière particulièrement bien argumentée les contributions de la seconde partie : « Modernisation, rationalisation, médias : à l’image de l’Amérique (1914-1929) ». On retiendra l’excellente contribution de Marianne Walle sur les Berlinoises et leurs combats, rappel des conditions des ouvrières, chair à travail pour les bagnes industriels. Le théâtre, la musique, la presse sont réservés à une étroite élite, tandis que les médias que sont la radio et la presse diffusent un message hostile non seulement aux forces progressistes, mais également à l’esprit républicain. Derrière la façade de la stabilisation économique permise par le plan Dawes, les questions de vie quotidienne demeurent irrésolues pour les grandes masses. Dans les universités, les « mandarins » expriment à visage ouvert leur détestation de l’ordre républicain, tandis que des expériences et des pratiques innovatrices se mettent en place autour des questions sexuelles. Mais en ce domaine également, la coupure est radicale entre les besoins des masses prolétariennes (développement des maladies vénériennes, rejet des homosexuels, prostitution, absence d’éducation sexuelle, multiplication des avortements périlleux, etc.) et les pratiques d’avant-garde, développées par Magnus Hirschfeld, bien que Wilhelm Reich et la Sexpol (sous l’égide d’un KPD parfois réticent) aient tenté de combler cet écart, au début des années trente. Bien que Berlin soit une « ville rouge », le KPD (Parti communiste allemand) y obtenant ses meilleurs scores de toute l’Allemagne, faisant jeu égal, voire la devançant, avec la social-démocratie, jamais les partis de gauche ne purent exercer une réelle hégémonie sur cette ville-archipel profondément hiérarchisée (et là, les cartes reproduites prennent tout leur sens). La dernière partie, 1929-1933, est celle qui intéresse le plus directement la question politique, puisqu’elle aborde les conséquences de la crise de 1929 et le développement de la violence politique. Les communistes, avec leurs groupes armés (le Rote Kampfbund) et les sociaux-démocrates également, mais avec moins d’intensité, se livrent à une véritable guerre de rue avec les nazis qui souhaitent s’implanter physiquement dans les quartiers ouvriers (à Moabit, par exemple). Les morts se comptent par dizaines, les arrestations par milliers. Les très belles contributions des meilleures spécialistes, ainsi Jürgen Kuczynski sur les effets de la crise au quotidien. C’est une véritable guerre civile quotidienne qui oppose jour après jour les militants de gauche avec les SA. Jean-Michel Palmier1, autre éminent chercheur de cette période, fournit un portrait saisissant du propagandiste John Heartfield, militant communiste de premier plan connu pour ses photomontages dans la revue AIZ2. On retiendra également le témoignage du surréaliste Philippe Soupault, présent à Berlin en 1932, et qui rend compte d’une réunion hitlérienne à laquelle il a participé et qui fut publiée dans le magazine de Lucien Vogel, Vu, en avril 1932. Il revient à Alain Brossat de conclure cet ensemble par un très émouvant texte « Scènes de la fin du monde », qui écarte quelques clichés sur l’accès final d’Hitler au pouvoir. Selon sa lecture, la période proprement démocratique de la République s’était achevée dès 1930, c’est-à-dire, au moment où les sociaux-démocrates sont écartés du pouvoir. C’est donc par une relecture nettement plus cruelle de cette histoire, rendant au passage un hommage aux capacités prémonitoires de Trotsky, que Alain Brossat conclut ce très stimulant recueil. Lequel propose encore en annexe, non seulement une chronologie, mais également des éléments biographiques (Brecht ou Thomas Mann, bien sûr, mais aussi Flechtheim ou Kirdorf, pour n’évoquer que quelques noms), ainsi qu’un glossaire et une courte, mais précieuse bibliographie permettant d’approfondir le sujet. Le lecteur aurait évidemment apprécié quelques illustrations tant les œuvres citées l’auraient mérités, mais en l’état, c’est un livre plus que recommandable que les éditions Autrement offrent au public. Regrettons quand même qu’il n’ait pas été possible d’y inclure, par exemple, des travaux (ou des traductions) de recherches plus récentes sur cette période cruciale de l’histoire de l’Allemagne.

1Spécialiste de l’histoire culturelle de l’Union soviétique et de la République de Weimar, Jean-Michel Palmier a écrit de nombreux ouvrages qui restent encore aujourd’hui des classiques, comme son Lénine, l’art et la révolution. Essai sur la formation de l’esthétique soviétique, Payot, 2006, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#palmier

2Il s’agit d’une revue illustrée du KPD, l’Arbeiter Illustrierte Zeitung (AIZ, Journal illustré des ouvriers), fondée en 1924.

Olivier Cotte (scénario), Jules Stromboni (dessin), Le Futuriste, Paris, Casterman, 2008, 58 pages, 14,95 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le Futuriste est une bande dessinée qui prend place à la veille de la Première Guerre mondiale. Privilégiant un dessin crayonné, volontairement terne, majoritairement sépia, à l’image des sentiments de son principal protagoniste, elle se fait occasionnellement plus audacieuse, adoptant une démarche plus constructiviste et futuriste, justement, ainsi avec l’escalier de la page 9 qui s’enfonce dans les affres de l’éthylisme, ou sur cette planche de la page 26 qui met en parallèle coït et (petite) mort par artillerie moderne ; on aurait aimé voir cette démarche plus systématisée.

Luciano Salvatori, le héros, est un jeune peintre d’origine italienne, installé à Paris, qui côtoie Guillaume Apollinaire, Giorgio de Chirico et Pablo Picasso. Végétant dans une vie de bohème proche de la misère, il ne parvient pas à percer dans le milieu, malgré la confiance sans faille de sa compagne, la jeune et accorte Marie. Il est toutefois séduit par les vélléités proclamatoires des futuristes, et rencontre un généreux mécène, Kleki Channar, prêt à lui payer généreusement un travail de commande, visant à imaginer les guerres de l’avenir. Il se lance corps et âme dans cette sinécure, abandonnant au passage Marie, tombée enceinte, pour finalement découvrir, alors qu’il s’est exilé en Suisse, que ses créations sont les moules des nouveaux armements déployés pendant le conflit…

Outre cette déclinaison du pacte de Faust, avec une nouvelle incarnation de Lilith, et le tableau social du Paris de la « Belle époque », Le Futuriste se veut également hommage à la première science-fiction française, en l’occurrence celle d’Albert Robida (1848-1926), à la fois dessinateur et écrivain, auteur justement de La Guerre au vingtième siècle. Le pessimisme est en tout cas presque étouffant, illustration à la fois des potentialités autodestructrices de la modernité triomphante, d’une absence de confiance dans la nature humaine (« Il n’y a pas plus diabolique que l’activité de l’homme », p. 52) qui débouche sur un jugement légèrement moralisateur, et des cauchemars qu’allait engendrer ce court XXe siècle (« Dans peu de temps, de véritables usines à exterminer vont prendre le relais, conçues et construites par les hommes », p. 53), sans laisser le moindre espace à un réel espoir révolutionnaire.

Le désir de changement évoqué tout au long de l’histoire, qui s’incarne en particulier dans la fameuse représentation rejetée par le public du Sacre du printemps de Stravinsky par les ballets russes de Diaghilev, ne semble en effet se résoudre que dans la violence autosuffisante et entropique : « La jeune femme venait d’être mise à mort par la tribu pour célébrer et encourager le retour du printemps. (…) La destruction pour créer un nouvel âge… Ce dont nous rêvions, nous autres les futuristes » (p. 31). Sa phrase de conclusion sonne comme un pessimisme crépusculaire, mais hélas ! lucide : « Un peu partout dans le monde, des murs se dressèrent, des camps s’érigèrent » (p. 58).

Henri Pena-Ruiz, Entretien avec Karl Marx, Paris, Plon, 2012, 175 pages, 13 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Spécialiste de la laïcité, auteur prolifique, membre du Parti de Gauche, Henri Pena-Ruiz se revendique également du marxisme. Dans l’ensemble assez vaste des ouvrages prétendant introduire à la compréhension de l’œuvre de Karl Marx, il en propose un astucieux. En effet, comme son titre l’indique, il envisage d’offrir quelques aperçus sur le marxisme, sous forme d’un dialogue entre l’auteur du Capital et lui-même. Le résultat eût pu être des plus triviaux. Mais l’idée de Henri Pena-Ruiz n’est pas d’inventer un dialogue fictif avec Marx (chemin de la fiction qu’emprunta, pour notre plus grand plaisir, Juan Goytisolo, La longue vie des Marx, Fayard, 1995). S’il s’agit bien d’une entretien croisé, chaque parole de Marx correspond à un extrait d’un de ses livres. Il faut reconnaître le caractère parfois un peu forcé du trait, certaines réponses ne correspondant qu’approximativement à la question posée. Mais, globalement, le propos est assez convaincant. Bien sûr, ce n’est pas parce que le livre prend la forme d’un dialogue qu’il en devient beaucoup plus facilement abordable et compréhensible pour autant. La pensée de Karl Marx est complexe, lui-même l’a répété à de nombreuses reprises. Il ne suffit pas de découper, même savamment, l’œuvre pour que la compréhension en surgisse spontanément. Que l’on ne s’y trompe donc pas : le livre ne se lit pas si facilement que cela, même si l’effort pédagogique permet de suivre le cheminement de la pensée de Marx. Le propos est divisé en trois temps. Dans un premier entretien, c’est la thématique de l’argent roi qui fait l’objet d’un échange. Puis, le thème de l’émancipation est abordé dans un second entretien. Enfin, le dernier moment porte sur l’humanisme radical de la pensée marxiste. Sans prétendre bouleverser notre compréhension du marxisme, ce qui n’est d’ailleurs en rien l’objectif de l’ouvrage, l’approche de Pena-Ruiz parvient à susciter, espérons le, une lecture plus linéaire et systématique des textes de Marx.

Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2011, 192 pages, 13 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac et Jean-Guillaume Lanuque

Eric Fournier livre, en cent soixante-quinze pages stimulantes et d’une prose élégante, une histoire des usages politiques de la Commune. En soi, le propos est doublement novateur. Il décentre la problématique mémorielle de l’événement par celle des usages politiques, décalés eux-mêmes de la focale étroitement contemporaine des études que les historiens leurs consacrent. La Commune comme événement peut ainsi se revisiter dans ses écritures politiques successives.

Trois temps, trois chapitres scandent cette étude, s’étirant de 1871 à nos jours. Mémoires vives (1871-1917) ouvre l’analyse sur la damnatio memoriae de la Commune et des Communards prononcée par les Versaillais : transferts victimaires (par la question des otages lors de la Semaine sanglante), occupation symbolique des lieux parisiens (au premier rang le Sacré-Cœur, érigé là où furent exécutés les généraux Thomas et Leconte) indiquent la volonté d’effacer les Communards. Ils sont ainsi barbares, hors de la civilisation, et médiocres, opposés à des figures antiques tels Néron ou Erostrate1 – on mesure ainsi toute la peur engendrée par l’événement. La loi, par la censure, jusqu’en 1880, coiffe efficacement cette stratégie d’oblitération. L’amnistie décrétée par les républicains modifie cet état. Le retour des Communards exilés, le 14 juillet, participe d’une mise en scène de leur récupération patriotique. La Commune s’écrit là hors de tout clivages que pourrait porter l’étude attentive de sa politique : ce sont les victimes de la Semaine sanglante, au nombre surévalué, qui d’une certaine manière font écran à la Commune. Écran d’autant plus efficace qu’il n’est pas d’assassins (Versaillais) : le préfet de police y veille lors des montées rituelles au mur des Fédérés qui s’intensifient progressivement à la Belle époque. Pointons là une interrogation. L’amnistie républicaine poursuit d’une certaine manière la damnatio memoriae versaillaise : elle est plus modérée mais concourt finalement à décréter par le pardon, l’oubli des Communards dans leurs conduites politiques2. Il y a là une politique de l’amnistie visant, sinon à effacer totalement la Commune, à tout le moins couper celle-ci de toute résonance dans l’espace politique. Il n’y a donc de présentisme de la Commune dans le champ politique que dans les mémoires partisanes et individuelles.

Là réside une autre forme d’écriture de la Commune, des graffitis de la période versaillaise poursuivant la bataille de l’écrit exposé de l’épisode communard3 ou des chansons, vecteur d’une mémoire orale plus facilement dicible, jusqu’au monument historiographique qu’est l’Histoire de la Commune de 1871 de Prosper-Olivier Lissagaray. Les versions successives de cette « masse de granit », infléchies par les engagements de l’auteur, attestent d’ailleurs d’une écriture toujours politique bien qu’armée du souci constant d’établir les faits. Ces écritures se complètent de l’ouvrage de Marx (La guerre civile en France) dans la démonstration, introduisant au second temps de celle-ci. Chemin faisant, on regrettera que le massifs des brochures des sectes socialistes, puis de la SFIO, consacré à l’épisode communard ne soit pas pris en compte4 : il y a là, bien plus que dans une lecture de Marx réservé à une minorité du mouvement socialiste, l’une des modalités d’appropriation de l’événement dans la mémoire vive des militants, parallèle mais étendue à l’ensemble du territoire français, à la montée au mur des Fédérés. Ainsi que nous le rappelle Eric Fournier, la centralité croissante de ce dernier fut inspirée en particulier par les tableaux des années 1870 d’Ernest Pichio5. La Commune est l’un des épisodes de la France socialiste de la Belle époque, ce notamment à partir de 1908, quand la SFIO, enfin unifiée, s’impose comme cadre structurant de la montée au mur des Fédérés, sur lequel la mise en place d’une plaque commémorative cristallise la mémoire dans un écrit figé.

Une seconde période des usages de la Commune s’ouvre alors, celle d’une grande lueur à l’Ouest, (1917-1971), étroitement liée au fait communiste. La captation du souvenir de la Commune par le mouvement communiste débute d’abord par son statut fondateur de référence centrale pour Lénine, au prix d’une distorsion significative ainsi énoncée par Eric Fournier : « La Commune de Lénine est centralisée, disciplinée, organisée (p. 87) ». Son histoire, selon Trotsky alors chef de l’Armée rouge procure « une seule leçon : il faut une forte direction du Parti » (p. 88). Le Parti communiste français s’inscrit évidemment dans cette logique et, par Zéphyrin Camélinat (1840-1932), communard et militant communiste, revendique contre la SFIO cette filiation. L’usage politique de la Commune est là clivant. Il culmine avec la période classe contre classe – quand il fallait « plumer une volaille socialiste » peu ou prou identifiée aux Versaillais – et trouve son point d’acmé avec la journée du 9 février 1934. Première journée antifasciste, elle manifeste une vision sectaire de l’antifascisme, et sa répression s’identifie rapidement au Paris de la Commune, comme l’atteste une brochure contemporaine du PCF : « D’abord il faut rendre hommage à l’admirable combativité, au courage, à l’héroïsme des combattants prolétariens de la journée du 9 février. Ils n’ont pas démérité de leurs pères. La tradition des Communards de la Semaine sanglante de la Commune de Paris, en 1871, survit en eux. La Commune battue, ne s’avoue pas vaincue. Elle aura sa revanche…6 »

Pourtant, rapidement et sous l’effet de l’unité du mouvement ouvrier retrouvée dans la rue le 12 février 1934, un consensus se met en place, concrétisé par la cérémonie du 25 mai 1936. La Commune du Front populaire est une référence partagée ; elle est antifasciste et le poing levé la signifie, « une majorité parlementaire l’honore » (p. 104). On mesure là l’inflexion opérée sur l’écriture de l’événement, le chemin parcouru. La mémoire des Communards participe d’une mémoire nationale, des gauches, où se réaffirme leur patriotisme. En face, l’extrême droite et la droite conservatrice tentent de comprendre l’événement également ; en quelques pages lumineuses, Eric Fournier montre que dans l’effondrement de 1940, il y a l’obstination du général Weygand craignant plus une nouvelle Commune parisienne que la défaite7. On retrouvera, paradoxalement, en 1969, sous la plume très OAS d’André Zeller une histoire des hommes de la Commune, où semble jouer l’identification des combats par l’égal statut de vaincus… Néanmoins, après les fêtes du Front populaire, la mémoire collective de la Commune se délite, s’efface, en dépit de la rémanence du consensus au sortir de la guerre via la symbolique de la résistance attribuée à une Commune décidément plastique … Seul son centenaire, en 1971, réactivé par le gauchisme de Mai 68 autorise un bref surgissement selon l’auteur. La mémoire vivante explose alors tous azimuts : actions festives du collectif de La Commune vivante, pluralité des cortèges parmi lesquels celui impulsé par la Ligue communiste8… La Commune n’est plus l’apanage du PCF mais référence partagée à gauche et à l’extrême gauche. S’ouvre alors le troisième temps de la démonstration : la Commune entre « fantôme, sphinx et chimère » de 1971 à nos jours.

Paradoxalement, ce troisième volet convainc moins. Sans doute parce que l’ensemble de la démonstration pour les années 70 s’ouvre sur le rôle pacificateur de Jacques Rougerie qui d’une Commune aurore fit basculer celle-ci au crépuscule. On ne peut qu’acquiescer au renversement historiographique majeur opéré là. Mais celui-ci pacifie-t-il les mémoires partisanes, les usages politiques de la Commune ? L’opération historiographique fait là écran, à nos yeux, à une mutation du rapport à la Commune singulièrement prégnant dans l’extrême gauche de l’entre-deux-mai. La Commune est, pour les revues filles de mai selon la belle expression de Kristin Ross, un épisode séminal : les Cahiers du Forum-histoire, Le Peuple français et surtout les Révoltes logiques, participent d’une réflexion sur cet épisode. La Commune est là lendemain de défaite (gauchiste) et horizon plombé. C’est sans doute dans cette configuration qu’il faut comprendre le moment rimbaldien de la période : au « changer la vie » festif du Parti socialiste refondé s’oppose la « philosophie féroce » des emprunts à un Rimbaud-bolchevik9 d’une extrême gauche intellectuelle méditant sur ces temps de récupération d’entre-deux-mai10. Il y a là un usage politique de la référence à la Commune quand tout est perdu. L’historiographie est ici partisane, mais déportée dans la logique de Mai, à la philosophie quand l’histoire par Jacques Rougerie pacifie les mémoires. Passé l’entre-deux-mai, le souvenir de la Commune semble s’étioler, dans le même temps où la mémoire surplombante des républicains modérés, hybride et toujours en recherche d’une impossible réconciliation nationale, connaît de réguliers soubresauts. Un effacement de la Commune qui persiste jusqu’à son écriture dans l’espace public par Tardi11, jusqu’à son retour dans la rue lors de la campagne présidentielle de 2012 par Jean-Luc Mélenchon à la Bastille – même si, à l’instar de l’auteur, on ne peut que regretter que les références précises aux communards semblent peu marquer le public. Une scène se rejoue-t-elle ? Dans le flamboiement de l’épisode par le verbe du Front de gauche qui l’inscrit dans une filiation ouverte par 1792, comme dans les pathétiques tentatives de récupération par les Identitaires ou l’écriture de l’histoire selon les brunes plumes de Jean Sévillia ou Lorant Deutsch, la Commune paraît présente. C’est la force de son caractère de Sphinx que de toujours finalement se prêter et résister aux interprétations politiques trop univoques.

On l’aura compris, ce trop court livre est stimulant : les critiques que l’on peut lui porter sont autant de preuves qu’il stimule la réflexion historienne. Au rang des regrets, citons ainsi la portion congrue dévolue à l’historiographie de la Commune, et la prise en compte seulement occasionnelle de mémoires minoritaires d’extrême gauche (celle des anarchistes et des trotskystes, par exemple, mais également celle du syndicalisme révolutionnaire)12. Tout le sel de La Commune n’est pas morte tient sans doute à ce que par l’usage, il décentre la fausse dichotomie histoire / mémoire et s’inscrit de plain-pied dans une histoire des représentations politiques féconde.

1 Rappelons que la légende noire du premier, chrétienne, lui attribue la responsabilité du grand incendie de Rome en 64, tandis que le second est à l’origine de la destruction par les flammes du temple d’Artémis à Ephèse en 356 avant Jésus. Dans les deux cas, le feu fait figure de moyen à finalité esthétique, tandis que chez les Communards, il s’agirait davantage d’une fin, selon leurs adversaires d’alors.

2 On suivra là les travaux de Stéphane Gacon, Histoire de l’amnistie en France de la Commune à la guerre d’Algérie, Le Seuil, coll. « L’Univers historique », Paris, 2002.

3 On se référera sur ce point, en guise d’introduction, à Affiche-Action. Quand la politique s’écrit dans la rue, Paris, BDIC/ Gallimard, 2012. Compte-rendu à l’adresse suivante : http://dissidences.hypotheses.org/2893 .

4 Par analogie avec les travaux qui revisitent la première réception de Marx en France, cf. Cahiers d’histoire, n°114, 2011, « Réceptions de Marx en Europe avant 1914 », disponible à l’adresse suivante : http://chrhc.revues.org/2204 .

6 9 février 1934 : journée rouge, Paris, Les publications révolutionnaires, 1934

7 Il était en cela certainement influencé par le scénario de la nouvelle Commune de Paris élaboré par le général Voiriot au cours des années 1930.

8 Rien n’est dit, par contre, sur celui auquel prit part l’OCI. Voir « La commémoration du centenaire de la Commune de Paris », par Jean-Paul Salles (avec Jean-Guillaume Lanuque), Dissidences-BLEMR n° 8 (dossier « Mémoires de la Commune de Paris »), mai 2001.

9 Frédéric Thomas, « Rimbaud bolchevik » in Arthur Rimbaud, Poèmes politiques, Bruxelles, Aden, 2012.

10 Vincent Chambarlhac, « « Nous aurons la philosophie féroce », Les Révoltes logiques, 1975-1981 », La Revue des revues, n° 49, printemps 2013.

11 Les quatre tomes de la bande dessinée Le Cri du peuple, inspirée du roman éponyme de Jean Vautrin, sont publiés entre 2001 et 2004.

12 On notera également qu’Eric Fournier, qui semble fort intéressé par l’histoire contrefactuelle, pendant de l’uchronie en fiction, ne fait appel à elle que dans sa première partie afin d’explorer certaines pistes, ainsi de la constitution de lieux de mémoire alternatifs au mur des Fédérés. 

Christian Larose, Itinéraire d’un syndicaliste. Un parcours accidenté, Saint Malo, Pascal Galodé, collection « Mémoires politiques », 187 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce n’est pas tous les jours qu’un livre de mémoire écrit par un syndicaliste soit présenté par un membre du MEDEF. C’est pourtant ainsi que commence l’ouvrage de Christian Larose, dont la préface est de la plume de J. Dermagne, qui l’a croisé au Conseil économique et social. On s’interroge pour savoir ce qui a conduit ce syndicaliste à accepter de voir son texte précédé d’affirmations telles que : « Non seulement les groupes des syndicats mais également ceux des employeurs de toutes natures reconnurent en lui (C. Larose) un leader ferme et courageux qui avait acquis le sens de la relativité des choses de la vie (…) » (p. 8) ou « Notre commune spontanéité qui frise la naïveté nous porte à penser que « si tous les gars du monde voulaient se donner la main… » (p. 9). Cette préface se termine par un éloge du gaullisme et de son œuvre sociale. Un avant-propos succède à la préface, rédigé par Christian Gambotti, le directeur de la collection, également journaliste politique, qui, malgré son soutien à l’ancien président Nicolas Sarkozy, ne tarit pas d’éloges sur l’ancien syndicaliste, « un homme pétri de qualités humaines, entièrement tourné vers la défense des salariés, mais aussi des plus faibles et des plus démunis » (p. 14). C’est donc muni de ces recommandations pour le moins inhabituelles que l’on aborde la lecture du récit lui-même.

Le jeune Christian Larose est éduqué dans un cadre très strict et mis au travail dans la bonneterie troyenne très jeune. En 1967, remarquons, pour l’anecdote, qu’il se marie avec une fille de CRS … Syndiqué CGT, il est licencié en 1972 du fait de ses activités militantes. Mais comme il l’écrit, cette répression syndicale ne l’affecte pas vraiment, puisqu’il possède un point commun avec son employeur : « la défense du textile français ». Et puis ce licenciement est l’occasion pour lui de faire le parcours syndical qui est le sien. En effet, Christian Larose devient permanent, payé par les collectes effectuées par la CGT pour lui permettre d’avoir un salaire, avant de se hisser dans l’appareil, fréquentant les dirigeants d’une CGT en pleine expansion dans le courant des années 70. L’action syndicale sera son université, qu’il n’a jamais fréquenté. Tout à fait intéressant, son récit de l’apprentissage de l’écriture, à travers la rédaction pointilleuse, sous l’œil des anciens, des tracts et autres documents syndicaux. Comme il le reconnaît un peu plus loin dans le livre, la CGT lui a tout appris, « elle a été mon école de la deuxième chance » (p. 135). D’où de très intéressantes notations sur les rétributions symboliques qui constituent ce que certains nomment le « fond de commerce » de l’activité syndicale.

Sans qu’il soit très précis sur les dates, Christian Larose raconte dans le détail les relations qu’en tant que syndicaliste il entretient avec les grandes familles patronales du textile, aujourd’hui disparues, les Lévy, Thiriez, Willot, Boussac, Prouvost etc. Les relations qu’il décrit relèvent d’une époque où le patron était un homme issu de l’entreprise, d’un capitalisme de patrons propriétaires, dont il regrette la disparition : « Ces vieux patrons avaient l’industrie dans la peau et l’intérêt du pays au cœur. Il faut cependant se rendre à l’évidence, cette race de patrons a disparu pour laisser place à de jeunes managers froids où la rentabilité compte plus que l’industrie, le social ou la couleur du drapeau » (p. 43). D’ailleurs, note-t-il, il en rencontre encore certains régulièrement ou dans certaines occasions, comme lors de sa remise de décorations au Conseil économique et social. Pourtant, cet homme à tu et à toi avec ces anciennes dynasties de patrons entrepreneurs est aussi un homme de confiance de la CGT. C’est lui qui est envoyé comme missi dominici à la FSM (Fédération syndicale mondiale, d’obédience communiste), quelques mois avant l’effondrement du bloc de l’Est. Cette orthodoxie ne le quitte pas de sitôt, si l’on en juge par l’évocation du congrès de la CGT de 2003, où il utilise son savoir faire organisationnel pour combattre les « gauchistes », utilisant une brave déléguée facilement manipulable. Par ailleurs, dans sa pratique syndicale, il sait se montrer particulièrement novateur et flexible dans les négociations avec le patronat. Ainsi, la CGT textile signe un premier accord sur les 35 h, en 1998. Négociations qui se décident autour d’une bonne table et où sont acceptés les principes de la flexibilité et de la compétitivité. On n’est pas loin des analyses et des pratiques défendues par la CFDT, ce dont la modernité peut être revendiquée : « nous sommes là pour signer des accords quand ils sont bons, partagés par les salariés, oui le compromis syndical fait partie intégrante de l’histoire du mouvement ouvrier et n’a rien à voir avec la compromission. (…) Quand j’entends aujourd’hui encore des dirigeants confédéraux refuser de parler de compétitivité ou de gouvernance parce que ce sont des mots patronaux à leurs yeux, je suis consterné. La compétitivité n’est pas un gros mot, la gouvernance non plus (…) » (p. 73). La conception du syndicalisme défendue par Christian Larose tient au final en une phrase : « La défense de l’intérêt du salarié se confond avec celle de l’entreprise, c’est élémentaire » (p. 142). Finalement le syndicaliste que certains de ses camarades traitent de réformiste1, aboutit au Conseil économique et social2, récompensé d’une Légion d’honneur, dont la remise fait l’objet d’un chapitre complet. Alors qu’on attendait Christian Larose sur le conflit Cellatex3, dont il a été une figure dominante4, c’est finalement sur un tout autre terrain, celui d’un syndicalisme de compromis, réaliste et responsable, trouvant son inspiration dans le dialogue social à l’allemande (p. 123), que cet ancien dirigeant d’une branche professionnelle désormais décimée se fait l’avocat.

1 « J’ai souffert avec d’autres dirigeants, de l’étiquette de réformistes dont certains nous affublaient pour diminuer notre influence. C’était, dans la CGT, une insulte » (p. 141).

2 Il s’en félicite en ses termes : « Le CESE est une belle machine à produire du consensus sur les sujets les plus délicats, il ne faut pas le casser » (p. 152).

3 Conflit en juillet 2000 durant lequel les salariés d’une usine classée Seveso dans les Ardennes avaient menacé de « tout faire sauter » et de déverser des produits particulièrement polluants dans la Meuse. Voir la très bonne analyse de Christian Larose, Sophie Béroud, René Mouriaux, Maurad Rabhi, Cellatex. Quand l’acide a coulé, Paris, Syllepse, 2001.

4Ce conflit a fait l’objet d’un téléfilm (scénario et réalisation de Maurice Failevic), Jusqu’au bout, dans lequel l’acteur Bernard-Pierre Donnadieu (récemment décédé) incarne le rôle de Christian Larose. Ce téléfilm, qui reçut un Fipa d’argent en 2005, est passé sur FR3 le 26 novembre 2005.

Les comptes rendus de la semaine

Eric Fournier, La Commune n’est pas morte. Les usages politiques du passé de 1871 à nos jours, Paris, Libertalia, 2011, 192 pages, 13 €.

Henri Pena-Ruiz, Entretien avec Karl Marx, Paris, Plon, 2012, 175 pages, 13 €.

Olivier Cotte (scénario), Jules Stromboni (dessin), Le Futuriste, Paris, Casterman, 2008, 58 pages, 14,95 €. 

Christian Larose, Itinéraire d’un syndicaliste. Un parcours accidenté, Saint Malo, Pascal Galodé, collection « Mémoires politiques », 187 pages, 18 €.

Victor Serge, Ville conquise, Paris, Flammarion, 2011, collection « Climats », 279 pages, 18 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce roman, qui a failli s’appeler La Terreur, construit à la manière d’un feuilleton – l’auteur, membre de l’Opposition de gauche en URSS, est au moment de l’écrire, en 1930-1931, sous surveillance et menacé d’arrestation à tout moment –, forme avec Les Hommes dans la prison (voir le compte-rendu ici-même) et Naissance de notre force, ce que Richard Greeman nomme, dans son excellente préface, le « cycle de la révolution » (p. 39). Grande fresque de la révolution russe, au cœur de la guerre civile, centré sur une ville, Petrograd, le temps d’une année ou, plus précisément, le temps de la succession des quatre saisons, tant celles-ci rythment l’action et fixent l’ambiance.

Ville conquise opère comme le montage brusqué de divers lieux, personnes et moments, qui se croisent et qui, plus que de coutume, entrent en collision. La construction chaotique, l’âpreté du climat et la révolution des saisons correspondent, cristallisent le bouleversement social. Elles disent aussi le renouvellement des jours, comme une espérance et un déterminisme, et la nécessité de tenir qui habite les bolcheviques. Cette nécessité traverse tout le roman : « Faut tenir, camarades ! tenir, tenir, tenir ! Ils le savent aussi bien que moi ; mais ils crèvent, eux » (p. 204). Ce trait sert de principal signe de distinction aux communistes – par rapport aux anarchistes, principalement (comme si Serge, en creux, cherchait à justifier – à leurs yeux et aux siens propres – son adhésion au bolchevisme)  –, marque de leur force et efficacité, et de levier pour le pouvoir et la Terreur. L’exigence d’une dictature, d’une dureté générale dégagée du romantisme et qui « colle » à la logique des saisons trouvent là sa démonstration. En ce sens, Ville conquise est autant un roman psychologique qu’un fragment d’un monde et d’une époque. Par-là même, il fait penser aux œuvres de Boris Pilniak ou de John Dos Passos, dans la mesure où la construction ne sacrifie pas à l’ordre linéaire, en maintenant l’image d’un désordre, d’un chaos auxquels, désespérément, des hommes et des femmes tentent de donner un sens ; à la fois signification et direction. Au fil des pages, le lecteur croise en effet des personnages bien campés – Krik, Zvéreva, Ryjik (qui réapparaît dans d’autres romans de Serge), Iégor, Danil… , dont la complexité et la sympathie qu’ils éveillent ne dépendent pas directement de leur positionnement par rapport à la révolution. Jetés dans un mouvement qui les déborde, bousculés, épuisés par la faim, la fatigue, la guerre, les doutes, ils sont pris par les milliers de fils de cette ville, de ces histoires, qui se ramifient jusqu’à ce point aveugle qui est « de tenir ». D’où l’originalité de ce livre, qui, s’il peut s’apparenter à un roman à thèse, adopte la forme plus souple et multiple d’une fiction à thèses – au pluriel – tentant de rendre compte fidèlement de la psychologie et des prises de position de chaque acteur, en rapport avec des situations quotidiennes quasi inextricables. Greeman parle à ce propos de roman « dialogique » : succession de voix, de discussions et de disputes, qui ne s’achèvent pas forcément par le ralliement ou la synthèse :

«  – Nous briserons toutes les porcelaines du monde pour transformer la vie. Vous aimez trop les choses et pas assez les hommes…

(…)

– Les hommes ? Mais regardez donc ce que vous en faites… (« Il faut brûler. Brûler. Voilà ce qu’il ne peut pas comprendre »).

–  Vous aimez trop les hommes, les hommes comme les choses, et pas assez l’homme » (p. 63).

Si épopée, il y a, elle est donc d’un genre plus prosaïque, collectif et maladroit, loin d’un héroïsme facile et de références positives par trop lisses.

Pratiquement chaque chapitre commence par un long « travelling » sur la ville, la saison, une réunion, une file d’attente, un couple… qui constituent la mosaïque d’un combat acharné et recentrent l’action. Le regard, refusant le surplomb, est situé – à hauteur de décisions à prendre, de choix à faire dans le chaos et l’urgence –, ne voyant guère plus loin que la prochaine saison. « Les bureaux fonctionnent comme de coutume, c’est-à-dire qu’ils font semblant de fonctionner. Les queues sont là, dans les rues. Assemblée extraordinaire à l’usine. Séance extraordinaire au rayon. Téléphones. La ville attend l’événement qui se ramasse quelque part au-dessus d’elle, dans des régions inconnues, pour bondir sur l’immense proie. Malheur aux vaincus ! » (p. 239). Et ce n’est qu’à la page 80 qu’apparaît un « Je » pour vite et mieux rejoindre ces « nous » que l’auteur, sans caricature ni machiavélisme, met en avant : « Je traversais parfois, moi aussi, par ces nuits boréales, le fleuve de glace. La piste ne rendait nul bruit sous ces pas. On allait à travers le néant. Je songeais que naguère encore nous n’étions rien » (p. 80).

Roman dans le même temps tragique et ironique, Ville conquise laisse planer une ombre sur le caractère fragile, précaire, voire absurde, de ce qui est conquis et la manière, le prix de cette conquête ; conquête remise en question tant par l’ennemi extérieur que par les dynamiques internes. Jusqu’à quel point ces « il faut », qui scandent l’action des révolutionnaires, ne les isolent, ne désarment à moyen terme le peuple, sans empêcher l’arrivisme, les coteries et les conflits au sein du Parti ? Reste alors à s’en remettre à un supposé sens de l’histoire… d’autant plus hypothétique, que ce sens est lui-même manipulable. L’occasion pour l’auteur d’écrire quelques lignes d’une ironie mordante : « Derrière le petit bois sonore que reprirent ainsi des gars râblés de Kalouga au parler traînant en a, il y avait, première version, la meilleure troupe du prince Bermont, équipée à l’allemande, et que l’on culbuta ; selon la seconde version, il n’y avait rien, l’ennemi ayant décampé à temps de son côté ; selon la troisième version, le petit bois n’était qu’un rideau d’arbres ; selon la quatrième, imaginée dix ans après, le petit bois n’existait pas et rien de semblable ne se passa » (p. 265).

 » En russe adieu se dit pardon. Le mot est d’une profonde sagesse » (p. 259). Dans cette tension entre un adieu et un pardon, entre les funérailles et les fêtes, entre deux saisons, se lisent les contradictions d’une lutte et les dix années qui séparent le temps du récit de celui de l’écriture. C’est à nouveau l’hiver et le roman de se finir par un resserrement de l’action et des points de suspension.