Archives mensuelles : septembre 2013

Chili. Le 40e anniversaire du Coup d’Etat du 11 septembre 1973 et la presse française

C’est avec stupeur que ceux qui avaient 20 ans ou un peu plus en 1973 ont assisté au Coup d’Etat militaire mené par le général Pinochet contre le gouvernement d’Unité populaire de Salvador Allende. Chars d’assaut manoeuvrant dans les rues de Santiago, bombardement du Palais présidentiel de la Moneda, longues files de militants le corps tourné vers le mur mis en joue par les mitraillettes des soldats, stades transformés en camps de concentration … tout nous fut montré, en direct.

            « Le 11 septembre, une date à frémir », écrit l’éditorialiste de La Dépêche du Midi (Toulouse) 40 ans après. Tous les journaux ont eu à cœur de revenir sur l’événement. Longuement, comme La Dépêche du Midi du 11 septembre 2013 : outre l’éditorial, elle consacre 2 pages à « l’anniversaire », un article de fond et l’interview de Hector Herrera, aujourd’hui restaurateur à Nîmes, jeune homme à l’époque qui a recueilli le corps de Victor Jara supplicié par les militaires. Sud-Ouest (Bordeaux) lui se contente de 10 petites lignes sur une colonne en page 5. Mais le journal parle des « atrocités commises durant la dictature », de même que Le Bien public (Dijon) parlant des « crimes » de Pinochet. Le grand quotidien de l’Ouest, Ouest-France, choisit de parler d’une étude universitaire britannique qui révèle que les tortionnaires utilisaient la musique à haute dose – la bande originale d’Orange mécanique ou … les chansons de Julio Iglesias – pour briser psychologiquement les prisonniers.

            Gérard Thomas dans son bref article de Libération (page 8, 11 septembre 2013) parle de « chape de plomb tombée sur le Chili » après le coup d’Etat, mais il a l’air de mettre sur le même pied « grèves et conflits sociaux », « coups fourrés américains et retraits massifs de capitaux » pour expliquer l’affaiblissement du gouvernement de S. Allende. Donnant la parole à deux jeunes écrivains chiliens, Alejandro Zambra et Diego Zuñiga (Libération du 19 septembre 2013, p. 18 et 19), le journal se demande comment ceux qui n’étaient pas nés en 1973 perçoivent cette histoire ? Pour D. Zuñiga, âgé de 26 ans, tant qu’il y a encore des disparus, tant que des tortionnaires et des complices n’ont pas été jugés, cette histoire n’est pas terminée : « On nous dit de regarder vers le futur, mais il nous est impossible de vouloir effacer ce passé qui est l’héritage de nos pères ».

La journaliste du Figaro, Laurie Fachaux, en poste à Santiago, préfère évoquer le temps présent (en page 5 sur 2 demi-colonnes « L’héritage de Pinochet pèse sur le Chili ») : la justice chilienne qui classe presque toujours sans suite les plaintes contre le clan Pinochet, le refus d’extrader un militaire réclamé par la justice française qui le soupçonne d’avoir contribué à faire disparaître un prêtre français. Elle nous rappelle aussi qu’Evelyn Matthei, la candidate de droite aux élections présidentielles du 17 novembre 2013, est la fille d’un général putschiste ; de plus, elle a voté « oui » au référendum du 5 octobre 1988 qui proposait de maintenir Pinochet encore 8 ans au pouvoir. C’est dans Le Monde, sous la plume de Christine Legrand, envoyée spéciale, qu’on apprend qu’E. Matthei a rendu visite, à plusieurs reprises, à Pinochet arrêté à Londres le 16 octobre 1998 sur ordre du juge espagnol Baltasar Garzon. Elle choisit elle aussi, en page 6 sur 4 colonnes, de nous parler du Chili d’aujourd’hui, de la campagne présidentielle en cours et de « la renaissance de la mémoire » : ainsi le programme de télévision « Images interdites », qui montre des documents jamais vus sur les crimes de la dictature, bat tous les records d’audience.

Le Monde du 11 septembre 2013 consacre une autre page (p.20) au Chili, reproduisant la longue conversation qu’a eu son journaliste Paulo Antonio Paranagua avec le correspondant du Monde à Santiago, de 1967 à 1973, Pierre Kalfon, âgé de 83 ans. Mais ni cet interview, ni le témoignage de Bruno Muel, réalisateur du film « Septembre chilien » (avec Théo Robichet) reproduit par Le Monde diplomatique (p.14-15, septembre 2013), ni l’extrait du dernier livre auquel Isabel Allende a collaboré (avec Gérard Mordillat et le photographe Georges Bartoli, aux éditions Privat), paru dans Politis (n°1267, 5-11 septembre 2013) n’apportent vraiment du nouveau. Ils ne vont guère au-delà de l’anecdotique.

Et les militants d’extrême gauche et du PC, qui ont suivi l’expérience Allende avec tellement d’attention, que disent-ils de ces événements 40 ans après ? Dans son article de Lutte Ouvrière (une page, n°2354, 13 septembre 2013), Henriette Mauthey regrette qu’Allende ait préféré se donner la mort « plutôt que d’organiser la lutte du peuple ». C’est tout le drame d’une politique réformiste qui « se voulait respectueuse de la bourgeoisie, de la propriété capitaliste, mais aussi de l’armée, des institutions et de l’ordre bourgeois ». Sans surprise, les militants du NPA, pas plus que ceux de la LCR qui titraient en 1972 une de leurs brochures « Chili. Le socialisme sans la révolution ? », ne pensent toujours pas que « les travailleurs, les classes populaires peuvent prendre le pouvoir légalement, électoralement, sans violence, sans s’affronter à l’appareil d’Etat pour conquérir la démocratie » (Article de Mónica Casanova, in double page 6-7, L’Anticapitaliste n°208, 12 septembre 2013). Dans l’entretien qu’il accorde au journal (p.7), Franck Gaudichaud pose avec plus de finesse la question de la « rupture révolutionnaire ». « Comment développer et coordonner les formes de pouvoir populaire et de pouvoir dual, comment construire des formes de démocratie radicale », une problématique qu’il développe dans ses ouvrages, expliquant notamment ce qu’ont été les « cordons industriels » et les « commandos communaux ». Dans le mensuel du NPA, L’Anticapitaliste (n°46, septembre 2013), qui consacre un dossier de 5 pages au Chili, François Sabado revient utilement sur le MIR : « forces et limites d’une organisation révolutionnaire » (p.32).

Parmi les quotidiens, c’est sans doute L’Humanité qui a fait la plus grande place, en Une, avec photo, à l’anniversaire du 11 septembre, sous le titre « Il y a 40 ans, Pinochet assassine l’espoir au Chili ». Mais dans les pages 2 et 3 presqu’entièrement consacrées au 11 septembre 1973, sous le titre «Le rêve de justice brisé », on ne trouvera pas de réflexion sur la stratégie dite de l’Unité populaire, que les militants du début des années 70 s’employaient à mettre en œuvre en France sous le nom d’Union de la gauche. En France comme au Chili, il s’agissait pour la gauche d’aller au pouvoir tous unis – socialistes, radicaux, communistes – et dans la légalité. Mais dans l’arrière-cour des Etats-Unis, avec une armée moins respectueuse de la légalité que certains le disaient à l’époque, y compris au Parti communiste, « la voie chilienne au socialisme » s’est révélée être une impasse sanglante. Notons que L’Humanité diffuse un hors-série exceptionnel intitulé « Chili, l’espoir assassiné », accompagné d’un CD de Zebda en hommage à Victor Jara. Dans La Marseillaise, autrefois journal du PC mais ouvert aujourd’hui à d’autres sensibilités de gauche, une bonne place est faite au 11 septembre 1973, (une page dans le n° du 11 septembre 2013) « le jour où le condor a abattu la démocratie ». Le rôle des Etats-Unis dans la préparation de ce « coup d’Etat fasciste » est rappelé.

Une tonalité d’ensemble compassionnelle donc, fort peu de retours sur les raisons du coup d’Etat et de la tragédie qui a suivi, encore moins d’interrogations sur les moyens d’éviter de telles situations à l’avenir. Au vu des deux principales candidates en lice pour les prochaines présidentielles, d’un côté Evelyn Matthei, fille d’un général putschiste, de l’autre Michelle Bachelet, fille d’un général loyaliste assassiné peu après le coup d’Etat, on ne peut s’empêcher de penser que l’affrontement entre « ceux d’en haut » et « ceux d’en bas » continue au Chili. Même si Michelle Bachelet, qui a déjà présidé aux destinées du Chili, ne cache pas son orientation social-libérale. L’actuel Président Sebastián Piñera désireux de « tirer les leçons du putsch de 1973 » – c’est le titre de sa tribune parue dans Le Monde du 14 septembre 2013, reprise intégralement sur Lemonde.fr – reproche aux partisans de l’Unité populaire d’avoir « promu la haine et la violence au rang de méthode légitime d’action politique ». La suite, en forme d’autocritique, car il se situait plutôt du côté des promoteurs du coup d’Etat, appelle « à apprendre des épreuves endurées » : « la torture, le terrorisme ou la disparition forcée de personnes ne peuvent être justifiées sans tomber dans un abîme moral inacceptable ». Aveu terrible. A côté, « la haine », « la violence », promues par le camp d’en face semblent vagues. Il ne précisera pas davantage à quels faits précis il fait allusion.

Jean-Paul Salles, le 19 septembre 2013.

Jean-Michel De Waele, Daniel-Louis Seiler (dir.), Les partis de la gauche anticapitaliste en Europe, Paris, Economica, collection « Politiques comparées », 2012, 322 pages, 29 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Il faut saluer la parution de cet ouvrage. En effet, si la bibliographie sur l’extrême gauche française est appréciable, en revanche, les aspects comparatifs sont déjà anciens1. Il existe certes une littérature anglo-saxonne sur le sujet, mais moins accessible (voir en particulier, Daniel Bensaïd, Alda Sousa, Alan Thornett, et alii, New Parties of the Left. Experiences from Europe, London, IMG Publications, 2011). Dans leur introduction, Jean-Michel de Waele et Daniel-Louis Seiler expliquent comment ils définissent cette gauche anticapitaliste. Trois critères sont retenus : se situer à gauche de la social-démocratie, s’opposer au libéralisme et enfin, participer aux processus électoraux (ce qui élimine les courants libertaires, entre autres). Deux parties, d’inégale importance, structurent le propos. Dans un premier temps, sont réunis trois articles portant sur la méthode de l’analyse comparative. D.-L. Seiler livre tout d’abord un essai de typologie de cette gauche anticapitaliste. Esquissant une approche conjuguant à la fois la dimension proprement politique, les dimensions spatiales ainsi que la temporalité, il dessine les trois matrices constituant l’espace de la gauche anticapitaliste. Tim Bale et Richard Dunphy insistent sur l’apparition relativement récente de cette gauche dans les agendas politiques nationaux puisque dans la plupart des pays, ces partis ont d’abord été considérés comme des parias, avant de pouvoir être considérés comme des partenaires, y compris dans des coalitions gouvernementales ou de pouvoirs locaux (Italie, Finlande, France, Chypre etc.) Enfin, Jean-Michel de Waele et Mathieu Vieira concluent cette approche conceptuelle par une tentative de définition de la famille anticapitaliste, recoupant sur de nombreux points les analyses de Daniel-Louis Seiler. Cet ultime chapitre est nourri par de nombreux tableaux fournissant d’intéressants éléments de comparaison sur les résultats électoraux à différents types d’élection. La seconde partie, beaucoup plus étendue, porte sur les analyses de cas, soit onze pays abordés. On regrettera que l’Espagne (IU)) ait été omise dans cet ensemble, au profit de pays comme Chypre (AKEL) ou la Tchéquie (Parti communiste tchèque), dont l’intérêt apparaît nettement moindre. Par ailleurs, en ce qui concerne le Portugal, il semble hautement discutable de réduire la gauche anticapitaliste au seul Parti communiste portugais au détriment du Bloc de gauche. Enfin, trois communications portent sur la France, soit successivement, le Parti communiste français, Lutte ouvrière et la Ligue communiste révolutionnaire. Le cas du Parti ouvrier indépendant, issu du courant trotskyste, aurait également mérité un peu d’attention. Ces manques étant pointés, il faut reconnaître que chacun des chapitres constitue une somme rare d’information pour les pays retenus. Il ne sera pas possible de rentrer dans le détail de chaque chapitre, portant successivement sur la Scandinavie (Finlande, Norvège, Suède, Danemark), les Pays-Bas (le PS néerlandais) et les évolutions du maoïsme, die Linke en Allemagne, produit de la radicalisation d’une fraction de la social-démocratie et de l’évolution d’un ex-parti communiste ; le Parti de la refondation communiste en Italie, le PCP portugais, ultime exemple d’un parti maintenant son identité communiste traditionnelle ; aux deux branches issues du PC grec, le KKE (orthodoxe) et Synaspismos, d’origine eurocommuniste ; du Parti du travail belge, du PC et des différents courants trotskystes en Belgique2, avec une partie assez inédite sur les différentes tentatives de regroupements qui ont été conduites par ces courants. Il faut saluer cette contribution, informée et exprimant une grande sensibilité politique pour son objet, ce qui n’est pas le cas de toutes. Le chapitre de Thierry Choffat sur LO repose sur la documentation disponible sur cette organisation et n’apporte aucun élément nouveau. Il en va de même de la contribution de Didier Bonnemaison sur la transformation de la LCR, lequel courant s’est fondu dans le NPA, qui constitue une bonne synthèse, mais sans grand relief. Le chapitre de Dominque Andolfatto et Fabienne Greffet, consacré au PCF, ébauche des analyses plus fines, où, pour une fois, l’anticommunisme primaire est absent. On le constate, malgré des omissions criantes, des choix contestables (privilégier certains courants au détriment d’autres) et des questionnements (qui ne manqueront pas de se produire) sur les critères retenus, ce livre demeure néanmoins une source précieuse et même unique sur l’objet analysé.

1Lire en particulier le numéro de Grande Europe. La revue sur les pays du continent européen, « Les gauches radicales en Europe », n° 16, janvier 2010, et surtout Christine Pina, L’extrême gauche en Europe, Paris, La Documentation française, 2005, dont Dissidences rendit compte en son temps : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=553 

2Sur ce pays, on consultera avec profit le volume 7 de Dissidences, « La Belgique sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945 », octobre 2009.

Malika Combes, Igor Contreras Zubillaga, Perin Emel Yavuz (dir.), À l’avant-garde ! Art et politique dans les années 1960 et 1970, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang, 2013, 198 pages, 38 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre, qui explore les liens entre avant-gardes artistiques et avant-gardes politiques dans les années 1960-1970, est issu d’un colloque organisé à l’Institut national d’histoire de l’art à Paris en mai 2010. Les onze interventions réunies ici se concentrent sur l’espace européen, avec deux échappées vers l’Argentine et les États-Unis, et abordent diverses disciplines : cinéma, musique, performance… Plusieurs des études privilégient l’itinéraire personnel – Beytelmaun (plus connu peut-être pour sa participation à Gotan Project), Werner Henze, Anderson, Kunzelmann – pour interroger les liens entre art et politique durant cette période. D’autres analysent des œuvres ou des connexions particulières. Si l’ouvrage entend « mettre l’accent sur les recherches formelles associées à l’engagement politique » (p. 25), plusieurs interventions s’attardent plutôt sur l’imprégnation du contexte politique (pour l’art féministe par exemple) ou sur les « confins », les rapports plus implicites entre art et politique autour des œuvres de Jean Le Gac et des 10 portraits photographiques de Christian Boltanski, 1946-1964.

L’importance du fil historique ressort avec évidence à la lecture des contributions ; à la fois comme l’inscription dans une tradition et la référence obligée à Dada et au surréalisme, et comme un questionnement sur l’évolution de la réception et de l’héritage que nous laissent ces diverses tentatives. Ainsi, Malika Combes synthétise brièvement le devenir de la musique sérielle, passant « à côté du rapport nouveau qui se lie entre avant-garde politique et avant-garde artistique dans ces années » (p. 93). Les transformations du rapport signifiant/signifié autour de l’art conceptuel ou féministe sont esquissés dans plusieurs études, tandis que Zubillaga met en avant, lors du festival de Pamplune en 1972, la paradoxale insensibilité aux questions politiques de John Cage (p. 121-122).

C’est aussi d’histoire, et plus précisément d’« une réactivation du projet avant-gardiste originel » (p. 27), mais « selon une dialectique conservation/dépassement » (p. 31) qu’il est question dans le premier article de cet ouvrage. Sylvain Dreyer revient sur la production filmique (groupes Medvedkine, Cinélutte, le collectif autour d’Armand Gatti) liée aux luttes ouvrières importantes en Franche-Comté entre 1967 et 1977. L’auteur souligne les contours de cette réactivation et les formes spécifiques qu’elle emprunte – constitution d’autres rapports au sein de l’équipe et entre filmeurs et filmés, décentrage du regard, en suivant par exemple le quotidien de femmes ouvrières, « mise en abyme démystifiante » (p. 38) – ancrés dans une époque nouvelle, marquée par « l’ère du soupçon » (p. 36). Dès lors, l’originalité de ces films est d’intégrer une autocritique, assimilant ainsi « les critiques qui leur sont adressées et désignent leurs propres limites – alors que les avant-gardes historiques ont davantage tendance à affirmer leur supériorité formelle sur les productions antérieures » (p. 39). Pour éclairante et pertinente que soit cette hypothèse, il conviendrait cependant de la confronter à des expériences antérieures, qui intègrent et ces limites et cette autocritique ; on pense ici au film emblématique de Buñuel, en 1933, Las Hurdes. Tierra sin pan.

De son côté, Malika Combes vérifie l’ambition de Godard de « faire politiquement des films politiques » au regard de La Chinoise (1967) et, plus précisément, de l’usage de la musique qui y est fait. L’auteur montre que Godard se situe en-dehors de la conception traditionnelle de la musique de film, n’hésitant pas à opérer des décalages et à recouvrir parfois les paroles. De plus, elle analyse l’évolution du réalisateur, qui en créant le groupe Dziga Vertov, jugea La Chinoise « réformiste » et entendait mettre en place « des rapports nouveaux (et non des formes nouvelles) » (p. 91). Il est dommage qu’aucun parallèle ne soit esquissé entre la musique de ce film de 1967 et Tout va bien (1972), qui marque le retour à une forme plus classique de cinéma.

Igor Contreras Zubillaga nous offre un très riche article autour de l’organisation et de la réalisation du festival Encuentros de Pampelune en 1972. Il y montre « l’ambiguïté d’un art qui se voulait transgresseur et émancipateur, mais qui néanmoins dut évoluer dans un contexte politique tel que le franquisme » (p. 110). À partir de ce cas particulier, il met en exergue de manière plus générale les paradoxes et la complexité des connexions entre l’avant-garde et le franquisme. Fabien Danesi1 analyse quant à lui les films de Debord après l’auto-dissolution de l’Internationale Situationniste. S’il pose la question de la mélancolie, voire de l’inflexion romantique conservatrice de l’auteur de la Société du spectacle (1967), il aurait valu la peine d’interroger plus frontalement la pertinence de la tactique « verticale » de la voix off dans ses films et, plus généralement, de son efficacité à 40 ans de distance. L’ouvrage se clôt par un intéressant article de Jacopo Galimberti, qui étudie le parcours de Dieter Kunzelmann depuis le groupe SPUR jusqu’aux Tupamaros West-Berlin, un groupe de guérilla urbaine. L’intérêt majeur de son approche est d’analyser les liens entre art et politique, sans recourir à une explication de passage à témoin : l’abandon de l’art pour la politique. Au contraire, l’auteur évoque « une superposition constante des sphères artistiques et politiques entraînant leur redéfinition » (p. 179) : Kunzelmann « prenait position en s’attaquant aussi bien à la sphère artistique qu’à la sphère politique, plutôt qu’en passant de l’une à l’autre » (p. 184).

L’avant-propos souhaitait « que les articles qui vont suivre puissent apparaître comme un socle pour penser l’art aujourd’hui et la place des artistes dans la Cité » (p. 25). L’ouvrage n’offre bien sûr qu’un aperçu un peu disparate du panorama de ces années, mais la majeure partie des interventions sont originales et de qualité. Il demeure cependant un hiatus entre la volonté d’interroger la définition de l’avant-garde artistique et la non remise en question de Dada et du surréalisme (voire du situationnisme) comme « avant-gardes historiques ». Or, une telle identification est pour le moins problématique. Il en résulte en tous les cas un alignement de ces mouvements sur les avant-gardes des années 1960-1970 à qui elles servent de référence ; la discussion des continuités et ruptures suppose d’abord cette filiation, et donc aussi le cadre d’analyse à l’intérieur duquel le débat se joue. De plus, les prétendus réactivations et dépassements de ces « avant-gardes historiques » se réalisent largement à travers une lecture postmoderne, qui réinterprètent Dada et le surréalisme en termes modernistes. De la sorte, on passe à côté de la spécificité de Dada et du surréalisme – et de la façon dont s’est posé la question de la connexion art/politique en leur sein. De même, passe-t-on à côté de rapports entre l’art et la politique qui, pour radicales qu’ils se voulaient, contestaient ou refusaient l’avant-gardisme tant politique qu’artistique, comme en ont témoigné l’œuvre collective, en 1965, Vivre et laisser mourir ou la Fin tragique de Marcel Duchamp et les débats au sein de la peinture en France dans les années 1968. Cela étant dit, cet essai constitue un réel apport et contribue à nourrir la réflexion autour d’un art critique.

1Fabien Danesi, Le mythe brisé de l’Internationale situationniste. L’aventure d’une avant-garde au coeur de la culture de masse (1945-2008), Paris, Les presses du réel, collection « Oeuvres en sociétés », 2008.

Jacques Le Gall, La question coloniale dans le mouvement ouvrier en France (1830-1962), Paris, Les Bons caractères, collection « Éclairage », 2013, 128 pages, 8,2 €

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

L’idée de produire de courtes synthèses sur un sujet d’actualité politique est, de prime abord, tout à fait bienvenue. Pour le huitième volume de cette collection des éditions de l’Union communiste (Lutte ouvrière), voici une approche de l’attitude qu’a eu le mouvement ouvrier français de la conquête de l’Algérie à son indépendance, ce qui correspond aux dates limites de l’exposé. On pourrait d’ailleurs s’interroger sur ces bornes chronologiques, comme si la France cessait définitivement d’être un pays colonisateur en 1962. Mais c’est surtout le sentiment récurrent dans les textes de Lutte ouvrière d’un schéma se répétant à l’identique, d’une thématique à l’autre, qu’il faut dépasser. Jadis (dans le sillage de la révolution russe), le mouvement ouvrier était révolutionnaire. Puis le réformisme l’a emporté et désormais ce mouvement ouvrier est profondément intégré. Chaque livre peut se lire comme une variation autour de l’opposition « splendeur et décadence ». Sauf qu’ici, dès la conquête de l’Algérie, le mouvement a failli, ne s’opposant guère au processus colonial, confondu avec un processus de développement de la civilisation. Cette expansion coloniale permet l’émergence d’une aristocratie ouvrière, base sociale d’une approche réformiste, une thèse élaborée par Lénine en 1914, introduite dans le monde de la recherche en premier lieu par Eric Hobsbawm au début des années cinquante, et qui a fait l’objet de nombreux débats historiographiques. Jusqu’à la révolution russe, rares sont les dirigeants ouvriers à s’opposer à la colonisation, mais on note que Jaurès figure parmi les exceptions pour ses fermes prises de position contre la conquête du Maroc. Le jeune Parti communiste se démarque très nettement durant les années 20 de la politique sociale-démocrate en combattant activement les guerres coloniales, par exemple lors de la guerre du Rif en 1925-26. L’existence d’une Section coloniale atteste de cette volonté. Sous le Front populaire, le PCF se rallie à des positions moins anticolonialistes, la lutte contre les fascismes allemand et italien passant en premier. Après la Seconde Guerre mondiale, tant la social-démocratie que le stalinisme refusent de s’attaquer frontalement à l’empire colonial, privilégiant l’Union française (1946), malgré que les objectifs soient très différents. Nuançons quand même très fortement cette appréciation d’un retournement de la politique communiste, puisque de 1943 à 1951, le PCF coordonne, sous la houlette de la toujours active section coloniale, les Groupes d’études communistes (GEC) qui se créent dans les colonies[1], surtout en Afrique mais aussi en Indochine, avec celui de Saïgon auquel appartiendront Jean Chesneaux et Boudarel. Il est néanmoins exact que la politique menée par le PCF au moment de la guerre d’Algérie est faite d’hésitations théoriques (sur le concept de « nation algérienne », par exemple), de volte-face et de réticences, plus ou moins fortes, à soutenir le combat pour l’indépendance du FLN comme l’insoumission et la désertion de soldats français, tradition léniniste oblige. Si les partis ouvriers n’ont jamais été des fers de lance contre les guerres coloniales, leur évolution va dans le sens d’une acceptation puis d’un soutien à la politique impériale française, c’est du moins la conclusion de cet exposé étroitement militant d’une des trois familles trotskystes de l’extrême gauche en France. Une excellente bibliographie complète ce texte. Sur ce lien entre le PCF et l’anticolonialisme, regrettons qu’une fois de plus les ouvrages qui abordent cette question soient clairement d’orientation militante[2]. Sur les empires coloniaux, un ouvrage récent, dans une perspective comparatiste, qui renouvelle le champ des études coloniales, vient d’être publié[3] et constituera sans doute un outil précieux pour de futurs travaux concernant le mouvement ouvrier.


[1]    Lire de Jean Suret-Canale, Les Groupes d’études communistes en Afrique, Paris, L’Harmattan, 1994.

[2]    Nous songeons ici à Jacob Moneta, Le PCF et la question coloniale, 1920-1965, Paris, Francois Maspero, 1971, publié dans une collection, « Livres rouges », dirigée par des militants de la IVe Internationale, mais qui présente néanmoins le grand intérêt d’offrir de très nombreux documents, à Grégoire Madjarian, La question coloniale et la politique du Parti communiste français, 1944-1947. Crise de l’impérialisme colonial et mouvement ouvrier, Paris, François Maspero, 1977 et à Pierre Durand, Cette mystérieuse section coloniale. Le PCF et les colonies, 1920-1962, Paris, Messidor, 1986, ouvrage d’orientation communiste. Pour quelques pistes de travail, on peut se reporter à une longue note de lecture d’un rédacteur de Dissidences, Christian Beuvain, « Les guerres coloniales françaises au miroir communiste : quelques livres et deux ou trois choses que l’on sait d’elles », sur http://www.dissidences.net/documents/guerre_coloniale.pdf

[3]    Pierre Singaravélou (dir.), Les empires coloniaux (XIXe-XXe siècles), Paris, Points, coll. « Histoire » (inédit), 2013, 480 pages, 10 €.

Les gardiens des livres, traduction du russe par Sophie Benech, Paris, Éditions Interférences, collection « Domaine slave », 2010 (1994, 2003), 115 pages, 21, 30 €

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Les lectures d’été n’ont cure de l’actualité éditoriale.

Les éditions Interférences publient sous ce titre trois textes de Mikhaïl Ossorguine, des dessins d’Alexei Remizov, des poèmes de Marina Tsvétaïeva. Pour qui s’intéresse à la Russie de 1919 à la NEP, l’ouvrage est étonnant. Ossorguine raconte son expérience de libraire-éditeur, en compagnie d’une petite équipe où l’on compte Berdaïev, à Moscou de 1919 à 1922. La Russie est alors en plein chaos, plongée dans la guerre civile, la famine, les affres du rationnement. Ce n’est pas alors la censure qui finalement pèse sur le commerce des livres, mais bien ce chaos économique où le rouble se dévalue plusieurs fois par jour, où le troc s’impose posant de multiples problèmes. Ainsi, celui, évoqué par Ossorguine, de Nicolas Berdaïev s’interrogeant sur le nombre de harengs propres à dédommager un cocher pour une course… Dans ces conditions, que faire des livres ?

Le choix d’Ossorguine et ses compagnons sera celui d’une petite librairie, quand tant d’autres ferment du fait des nationalisations. Une librairie, un cercle culturel, des manuscrits édités, enluminés par leur auteur, vendus à un seul exemplaire….La librairie des écrivains, c’est son nom, dure tant bien que mal quatre années. Les courts textes d’Ossorguine restituent son ambiance, ses clients. Venus des quatre coins de l’URSS, ceux-ci tentent tant bien que mal d’abonder des bibliothèques ouvrières quand le livre s’est raréfié. Les libraires sont alors de conseil, touchant à tous les aspects du livre, du contenu à la bibliophilie. Le vol est toléré, comme un moindre mal ou plutôt comme un ordinaire, car il est impossible aux libraires de confondre des voleurs pourtant bien repérés… Affleurent là des remarques que l’on retrouve pour nombre de librairies militantes. Le paradoxe de cette expérience tient à la librairie elle-même, enclave commerciale (qui, certes, vivote) quand le capitalisme est proscrit et qui disparaît quand, justement, la NEP assouplit les conditions de nationalisation… Entre-temps, la librairie fut un lieu social, d’échange :  « des dames qui nous apportaient des romans français, des jeunes gens se séparant de la littérature de leur enfance, des collectionneurs sacrifiant livre par livre tout ce qui avait été leur raison de vivre, des bouquinistes venant respirer un air familier, des nouveaux riches qui nous achetaient des livres-devises, investissant ainsi un argent qui perdait sa valeur, des ouvriers faisant des acquisitions pour leurs clubs, des connaisseurs feuilletant avec amour une trouvaille rare, des intellectuels qui s’entêtaient à vivre de nourritures spirituelles, alors que les intérêts de tous se bornaient à un poud de farine et une dizaine de harengs soviétiques ». Ce fut aussi un lieu de création par l’édition et le commerce de manuscrits uniques ; le catalogue comprend Maiäkhovsky, Mandelstam… L’ex-libris en couverture dit la richesse des illustrations, que confirment les reproductions des poèmes de Marina Tsétaïeva

Un regret pourtant, l’absence d’une courte introduction critique, historique pour mieux cerner l’originalité de cette expérience, ce qu’elle dit de cette intellegentsia et des intellegenty dans les premières années d’Octobre.

Loïc Artiaga, Matthieu Letourneux, Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire, Paris, Les Prairies ordinaires, collection « Singulières modernités », 2013, 192 pages, 21 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux, tous deux maîtres de conférences, respectivement à Limoges et Nanterre, ont décidé de frapper un grand coup pour le centenaire de la clôture du premier cycle de romans de Fantômas et de son adaptation au cinéma par Louis Feuillade. Ils rééditent l’intégrale des œuvres écrites chez Robert Laffont et, avec cet essai richement illustré, en proposent une analyse plus poussée. Participant de ce courant de réhabilitation des littératures populaires, qui a déjà anobli le polar et valorise peu à peu la science-fiction, les deux auteurs appréhendent le héros imaginé par Pierre Souvestre (1874-1914) et Marcel Allain (1885-1969) comme personnage autour duquel s’est cristallisé un véritable mythe1, de par la « puissance de transgression » (p. 14) et la « pure négativité »2 que cet être « antisocial » et sa violence aveugle véhiculent, véritable envers de la modernité triomphante.

Fantômas, pour la réalisation duquel Pierre Souvestre a engagé Marcel Allain, incarne à merveille les mutations de la littérature de masse. Commandé par Fayard pour sa collection du Livre populaire, le feuilleton s’incarne dans des romans autonomes – pas moins de 32 entre 1911 et 1913, un rythme soutenu passant par la dictée3 –, suscitant des rémunérations somme toute limitées comparativement aux tirages conséquents. Le succès est réel, au point d’ailleurs de générer des critiques nombreuses sur la supposée dangerosité du phénomène, véritable corrupteur social. Mais Fantômas s’inscrit dans une mouvance plus large, précédé par Zigomar ou Nick Carter, et accompagné par le Docteur Cornélius de Gustave Le Rouge, par exemple : il matérialise la vogue des faits divers (l’association Juve / Fandor est bien celle de la police et des médias), tout comme l’intérêt pour les spectacles du Grand Guignol… Les actions de Fantômas sont cependant édulcorées dans les cinq films de Louis Feuillade, réalisés juste avant la Première Guerre mondiale, et son succès littéraire s’essouffle nettement à partir de l’entre-deux-guerres, lorsque Marcel Allain se retrouve désormais seul aux commandes.

Fort de son identité aux contours flous, Fantômas bénéficie toutefois d’une légitimation singulière grâce aux avant-gardes artistiques autour du premier embrasement mondial. Marcel Jacob, Blaise Cendrars et Guillaume Apollinaire créent dès 1913 une Société des amis de Fantômas, et les surréalistes s’emparent également du personnage, que ce soit dans les poèmes de Robert Desnos ou les tableaux de René Magritte. Cette réinterprétation esthétique fait de Fantômas l’incarnation d’une contre-littérature, loin des académismes rigides, une littérature populaire mêlant modernité et épopée antique, qui va jusqu’à incarner une véritable subversion du réel, voire la révolte contre la bourgeoisie (ce qui n’était évidemment pas l’intention originelle des concepteurs de la série). L’autre temps fort de la vie réelle de Fantômas, selon Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux, par-delà les nouvelles adaptations cinématographiques de l’immédiat après Seconde Guerre mondiale, c’est la trilogie d’André Hunebelle dans les années 1960. Dans ces grosses productions mises en chantier par Gaumont, qui s’inscrivent au cœur d’une nouvelle vague de super-criminels, le propos s’inverse par rapport à l’œuvre séminale4. Fantômas est désormais hors du monde (les repères visuels de ses bases combinent à la fois antiquités et haute technologie), tandis qu’en Juve / De Funès, se reflète la vision d’un ordre très hiérarchique, en dépit de l’exutoire que le jeu de l’acteur peut représenter ; la vision sexuée est également très conventionnelle, à la fois par le sexisme dominant et par le romantisme plat manifesté par Fantômas lui-même.

Le dernier chapitre du livre se penche sur les mythologies de Fantômas. Le lien entre ce dernier et la ville moderne est particulièrement intéressant. Romans et films de la Belle époque font en effet de Paris une capitale du crime, reprenant l’association entre criminel et sauvage, étudiée par Dominique Kalifa5. Ils sont également, dans leur souci d’authenticité, le témoignage d’un nouveau Paris qui émerge, et cette tension entre réalisme et fiction est à la source de ce « réalisme merveilleux »6. Remarquons une politisation du héros, en 1974, en soutien aux ouvriers de Lip, par le biais de la couverture d’une bande dessinée de deux illustrateurs alors militants de la Ligue communiste, Piotr Barsony et Wiaz7. Concernant l’effacement actuel de Fantômas, qui serait dû selon les auteurs à un défaut d’adaptation à une nouvelle époque, le lecteur reste sur sa faim, d’autant que certaines œuvres récentes le mettant à l’honneur ne sont pas analysées (on pense aux bandes dessinées Tanâtos ou Masqué, ainsi qu’aux différents volumes de l’anthologie des Compagnons de l’ombre chez Rivière blanche). Si l’ouvrage se lit avec plaisir, il n’évite pas toujours une certaine tendance à la redondance un brin jargonneuse. Surtout, il nécessite un certain nombre de prérequis sur les aventures de Fantômas : des résumés des différents romans ou films auraient assurément constitué une plus-value appréciable.

1« (…) ce qu’on appelle « mythe » en littérature populaire – Fantômas, mais aussi Zorro, Sherlock Holmes ou Tarzan – repose avant tout sur des mécanismes sériels caractéristiques de la culture médiatique du XXe siècle » (p. 12).

2Ses actions n’ont en effet pas de sens explicite, et on imagine bien l’influence sur les auteurs de la bande à Bonnot…

3Jean de La Hire ne procédait pas autrement pour ses aventures du Nyctalope, en particulier. Voir notre article « Jean de La Hire : le patriotisme anticommuniste d’un imaginaire surhumain », Revue électronique Dissidences, n° 5, printemps 2013.

4A la différence d’autres héros contemporains, tels Diabolik ou Kriminal.

5Voir la note de lecture, sur ce même blog, consacré à son récent ouvrage Les Bas-fonds. Histoire d’un imaginaire. On nous permettra par contre de ne pas être d’accord avec Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux lorsqu’ils affirment que « La peur des révoltes et révolutions populaires s’est éloignée au début du XXe siècle et, de menace, le peuple est passé du côté de la victime potentielle », p. 128. En effet, des œuvres comme La Révolution de demain de Danrit et Galopin (1909), ou La Force mystérieuse de J.H. Rosny aîné (1913) tendent à nuancer ce constat.

6« Cette façon d’introduire un tremblement dans la représentation du monde fascinera les lecteurs, et en particulier les surréalistes, qui y verront un effet de cette écriture automatique faisant basculer le réel dans le surréel » (p. 122).

7Wiaz, Piotr, Les hors-la-loi de Palente, 42 p., 1974.

Peter Gingold, Jamais résignés ! Parcours d’un résistant du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de Mémoire », 2013, 183 pages, 23 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette autobiographie d’un militant communiste allemand, mort en 2006, possède le souffle des grandes aventures épiques. Sauf qu’ici, tout est réel. Écrit à la demande de sa nouvelle compagne peu de temps avant sa mort, ce témoignage, préfacé par son frère (lui-même auteur des Mémoires d’un indésirable, L’Harmattan, 2004), constitue une pièce maîtresse de tout un pan méconnu de la lutte antinazie. Né en Allemagne dans une famille juive, Peter Gingold adhère au communisme à son adolescence, à la fin de la République de Weimar. C’est par le biais de son affiliation syndicale qu’il découvre, grâce au bibliothécaire de la maison des syndicats, une littérature qui emporte son adhésion. Pourtant, au départ, comme il l’évoque avec humour, c’est la mixité des adhérents qui l’attire… Commence alors pour lui un très long engagement avec le mouvement communiste, qui ne s’achève qu’avec sa mort. Les premiers pas de cet engagement l’amènent ainsi à participer à Francfort à un débat contradictoire entre les jeunesses communistes et les jeunesses hitlériennes. Expérience qui n’aura pas de lendemain tant le jeune débatteur communiste suscite le doute dans l’esprit des adolescents hitlériens. Durant l’été 1933, sa famille décide d’émigrer en France. Mais lui, convaincu de la nécessité de la poursuite du combat clandestin, décide de rester en Allemagne. Rapidement arrêté, il est relâché, bien que juif, à condition de rejoindre sa famille outre-Rhin. Le pouvoir nazi n’a encore que quelques semaines d’existence et les conditions de répression, bien que fortement accrues depuis l’incendie du Reichstag, demeurent encore assez lâches. A Paris, il rejoint sa famille, vivant dans les conditions précaires de l’immigration allemande. Employé comme commis au Pariser Tageblatt, le quotidien de l’immigration antifasciste, il fréquente le gotha de l’émigration antifasciste, Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Stephan Hermlin, Arthur London ou encore Willy Brandt. Ce dernier fera partie, avec quelques autres, de l’aventure de la formation de la FDJ (Freie Deutsche Jugend), la Jeunesse libre allemande. Au déclenchement de la guerre d’Espagne, il est volontaire pour rejoindre la brigade des combattants allemands, mais les responsables communistes refusent sa candidature, préférant bénéficier des renseignements qu’il peut fournir à partir de sa fonction au Pariser Tageblatt. S’il est surpris par le pacte germano-soviétique, l’argumentation déployée par les responsables communistes – la nécessité pour l’URSS de gagner du temps – le convainc rapidement. Avec le déclenchement de la guerre, il devient l’un des responsables du TA (Travail allemand), organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation. Rédaction de tracts, contacts avec des soldats, éditions de journaux pour les soldats, son activité totalement clandestine dure jusqu’au 4 janvier 1943. Sa famille subit la répression, un de ses frères se fait arrêter à sa place, ainsi que sa sœur. L’un et l’autre disparaîtront à Auschwitz. Sa propre femme et ses deux enfants sont également menacés. Il doit accompagner ses enfants à l’adresse que lui fournit la résistance, mais il est arrêté, conséquence de la trahison d’un prétendu déserteur alsacien. En fait, il parvient à échapper au suivi policier, mais retourne chercher les documents qu’il avait laissés dans sa chambre, ne respectant pas les strictes consignes de sécurité et tombe dans une souricière à Dijon. Il est remis à la Gestapo, puis à la SS, pour interrogatoire approfondi (tortures). Par un extraordinaire subterfuge, auquel seuls les films de fiction nous avaient habitués, il parvient à échapper aux mains de ses geôliers le 23 avril 1943. Il poursuit alors son action au sein de la résistance jusqu’au soulèvement de Paris. Le lecteur apprendra, sans doute avec étonnement, que les responsables du TA avaient noué des contacts avec des responsables de l’État-major allemand de Paris, lesquels seront brisés par l’attentat contre Hitler, qui décapite toute opposition au sein de la direction militaire. L’organe politique de la résistance allemande en France, le CALPO1 (Comité Allemagne libre pour l’Ouest), le missionne pour poursuivre le travail de démoralisation des troupes allemandes qui continuent le combat. Mais cette mission tourne rapidement court, les troupes américaines n’envisageant pas ce type de d’action. Il est arrêté et emprisonné avec des prisonniers de l’armée allemande. Finalement libéré, il est envoyé en Italie pour poursuivre ce travail du côté de la Wehrmacht qui a remplacé le gouvernement mussolinien failli. Mais la vitesse de l’évolution du recul allemand ne lui permet pas de remplir correctement sa mission. Une fois la défaite consommée, sur ordre de la direction communiste, il part en Allemagne, après un long transit par Vienne. Il débarque à Berlin, mais dans cette ville coupée en quatre secteurs, il refuse de demeurer dans la partie soviétique, sa famille ayant de nouveau immigré en sens inverse, mais dans la partie ouest de l’Allemagne. C’est dans sa ville de Francfort qu’il poursuit son activité communiste, participant notamment à la fondation de la VVN, l’Association des victimes du nazisme. Il s’agit pour lui de rappeler, dans les prémices de la guerre froide qui va submerger son pays, qu’il existait une résistance interne, composée majoritairement de communistes pour l’immense majorité de ses membres, de sociaux-démocrates pour une petite partie et d’une infime minorité bourgeoise. En 1956, le KPD est interdit et il connaît de nouveau durant quelques mois une existence clandestine. Pour d’obscures raisons de procédure, sa nationalité allemande, ainsi que celle de ses enfants, lui est retirée. Toute sa famille devient apatride. Il faudra une intense compagne politique pour que tous puissent récupérer leur nationalité. Mais les tracasseries contre lui et ses proches ne s’arrêtent pas là puisqu’une de ses filles subit les interdictions professionnelles (les Berufsverbote), qui seront surmontées là encore grâce à une intense mobilisation internationale. Avec sa femme Ettie, il est du très important combat contre l’implantation des Pershing sur le sol allemand au début des années 1980. La chute du système soviétique n’entame en rien sa détermination politique et son allégeance au système stalinien. On ne trouve quasiment aucune critique2 à l’encontre du modèle de la RDA. Les dernières années de sa vie sont consacrées au combat pour la mémoire, l’amenant à parcourir les écoles et multiplier les interventions. L’ultime chapitre est d’ailleurs constitué des questions et réponses les plus fréquentes que les adolescents lui posaient lors de ses interventions. A la question « Comment peut-on encore être communiste ? », il répondait avec l’argument assez traditionnel dans les milieux de l’ex-RDA que si l’URSS n’avait pas écrasé la Wehrmacht, aucun juif n’aurait été sauvé de la destruction. Si le lecteur n’est pas obligé de suivre Peter Gingold dans ses ultimes argumentations en faveur du « socialisme réellement existant », il n’en reste pas moins que ce témoignage constitue une formidable leçon sur un pan d’une histoire trop peu connue, celle de ces Allemands qui ont combattu, au coude à coude avec d’autres nationalités, au sein de la résistance française, au nom de principes auxquels ils sont demeurés fidèles, ceux de l’internationalisme et de la haine du fascisme. Ces mémoires constituent de ce point de vue une salutaire lecture.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Comit%C3%A9_Allemagne_libre_pour_l%E2%80%99Ouest

2Lire notamment p. 140 et suivantes.