Archives mensuelles : octobre 2013

Daniel Cordier, Alias Caracalla, Paris, Gallimard, collection « Folio », 2011, 1144 pages, 10,50 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Pourquoi la lecture des mémoires de Daniel Cordier, qui fut le secrétaire de Jean Moulin, suscite-t-elle tant d’intérêt et même, chez certains, tant d’émoi ? La facture, la fluidité du style y sont sans doute pour quelque chose, rendant aisée la lecture des mille cent et quelques pages. Mais bien d’autres raisons, évidemment, font de ce livre un document incontournable pour qui veut connaître ces années 1940-43. On saisit mieux tout d’abord l’entrée en résistance d’un très jeune homme de province – ses parents sont établis à Pau –, d’un milieu bourgeois et d’extrême droite. Lycéen, Daniel Cordier organise un cercle de l’Action française. Avec ses camarades, il vend le journal à la criée. Il assiste, hébété, à la débâcle de l’armée française puis, « anti-boche » primaire, il fait confiance jusqu’à la mi-juin au Maréchal Pétain pour poursuivre le combat. Quelle ne fut pas sa surprise quand il apprit que ce dernier décide qu’il faut cesser le combat ! Dès le 17 juin donc, encouragé par ses parents, en compagnie de 16 camarades de Pau, aussi jeunes que lui, il s’embarque à Bayonne, pour l’Afrique du Nord pense-t-il, mais au dernier moment le bateau se dirige vers l’Angleterre où il arrive quelques jours plus tard. Les jeunes gens n’ont pas entendu l’Appel du 18 juin, mais ils apprennent assez vite l’existence du Général de Gaulle. Parvenir jusqu’à lui ne sera pas chose aisée, mais ils arrivent enfin dans l’immeuble où sont logés les premiers volontaires de la France libre, tous des gamins et à une énorme majorité originaires de Bretagne. Arrivé en Angleterre, Cordier, conquis par la combativité et la cordialité des Anglais, voit s’évanouir un de ses préjugés tenaces … la haine des Anglais. Ne sont-ils pas pour les royalistes responsables de la mort de Jeanne d’Arc ! C’est le début d’une remise en question, un à un, des préjugés et idées criminelles de son courant politique originel.

Il raconte la formation reçue à Londres. Il s’agit de faire de ces jeunes gens à peine sortis de l’adolescence des guerriers. Tous les exercices sont supportés avec patience et les progrès rapides des jeunes recrues étonnent les officiers français qui les encadrent. Ils voient de Gaulle épisodiquement, à l’occasion du 14 juillet ou du 11 novembre, et peu à peu l’adhésion au « grand homme » croît. La présence à Londres d’une famille amie des parents de Daniel Cordier l’aide à supporter l’éloignement de Pau et l’absence de Domino, la jeune fille qu’il considérait comme sa fiancée. Quelle ne sera pas sa désillusion quand il apprendra deux ans plus tard qu’elle s’est mariée. Mais les solides amitiés nouées au sein de la France libre et la volonté de chasser les Allemands, les Boches disait-il, chassent vite la mélancolie. Au bout de quelques mois de formation intense – les Anglais ayant suppléé les FFL pour les formations les plus techniques – Daniel Cordier est prêt. Il maîtrise le saut en parachute, il sait décrypter et envoyer les messages codés et est capable de manier les explosifs. Brûlant d’entrer dans la résistance active, il demande au BCRA de l’envoyer en mission en France, où il est parachuté, après une première tentative avortée. Destiné à être secrétaire de Georges Bidault à Lyon, il est « détourné » par Rex/Jean Moulin qui manque cruellement de collaborateurs.

Le récit de la première rencontre entre les deux hommes est un moment d’anthologie. Sans aucune retenue, le jeune Cordier narre ses exploits de militant d’extrême droite à Pau à un Jean Moulin médusé qui, malgré tout, garde Cordier à son service. La « conversion » de ce dernier est progressive, jalonnée de moments marquants, comme par exemple la découverte brutale, à Paris, d’un vieux Juif et de son petit-fils porteurs de l’étoile jaune. Comment peut-on ainsi humilier des êtres humains ? Et là ce sont ses préjugés antisémites qui tombent ! Mais c’est surtout Jean Moulin qui se charge de son éducation, politique autant qu’artistique – après la guerre Daniel Cordier devient marchand d’art – non sans virulence parfois, quand Jean Moulin lui interdit de répandre des calomnies à l’endroit de Pierre Cot. Quand on ne sait pas, on se tait ! Aux côtés de Moulin pendant près d’un an, jusqu’à l’arrestation de celui-ci à Caluire, Daniel Cordier déploie une activité étonnante de secrétaire/homme à tout faire de Jean Moulin, dont il ne connaîtra la vraie identité qu’à la Libération. Il rencontrera presque tous les dirigeants de la résistance, Henry Frénay de Combat, encore fortement marqué par son idéologie d’extrême droite ou Emmanuel d’Astier de la Vigerie, dont le dilettantisme ne séduit pas Daniel Cordier. Que de temps passé à concilier des egos démesurés ! Plus rarement sont croisés les dirigeants de la résistance communiste. Jean Moulin consacrera une bonne partie de son énergie à rapprocher les divers groupes épars de la résistance. Il aura beaucoup travaillé, lui le républicain, le radical qui a tenté, sous la direction de Pierre Cot, d’armer le camp républicain espagnol à l’époque du Front populaire, à imposer la figure du Général de Gaulle, un homme venu du rivage de l’extrême droite et du catholicisme traditionaliste. Union la plus large face au danger nazi pour Moulin ou à l’ennemi « boche » pour le jeune Daniel Cordier. C’est le choix que firent ces hommes, au prix de leur vie pour certains. Y avait-il un autre moyen de lutter contre Hitler, en échappant au chauvinisme ? C’est la voie étroite qu’ont suivie certains militants révolutionnaires, certains trotskystes notamment, mais aussi des communistes1, en organisant un travail en direction des soldats allemands, souvent aussi au prix de leur vie2.

1Le TA (Travail allemand) est organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation : lire les souvenirs de Peter Gingold, chroniqués sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3735 

2Un téléfilm d’après ce livre, Alias Caracalla. Au cœur de la Résistance (180 mn) d’Alain Tasma, avec Éric Caravaca dans le rôle de Daniel Cordier et Jules Sadoughi dans celui de Rex/Jean Moulin, est sorti sur FR3, les 25 et 26 mai 2013, à 20 h 45.

 

Emmanuel Bellanger, Julian Mischi (dir.), Les territoires du communisme. Élus locaux, politiques publiques et sociabilités militantes, Paris, Armand Colin, collection « Recherches », 2013, 302 pages, 27, 50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage rassemble quatorze contributions d’historiens, sociologues et politistes, dans le prolongement à la fois de journées d’études tenues en 2009 (les contributions sont accessibles sur le site du Centre d’histoire sociale du XXe siècle de l’Université Paris I) et du séminaire en cours « Territoire et militants communistes : approches plurielles et comparées », tenu dans la même université. Contrairement au pronostic très enthousiaste des éditeurs de cet ouvrage qui envisagent le Parti communiste français comme un objet d’études toujours florissant, on peut se demander si ce recueil ne représente pas plutôt un chant du cygne des études sur un parti en voie de disparition quand on constate que la plupart des contributions s’arrêtent au début des années 1980. Néanmoins, cette interrogation n’invalide pas le fait que nombre d’entre-elles sont fort riches et intéressantes. L’ambition des concepteurs du livre est de présenter une série de travaux monographiques, en insistant sur la dimension localisée de l’ancrage du communisme sur le territoire national. Il s’agit donc d’appréhender et d’éclairer « le PCF par le bas » (p. 21). Ce programme se déploie au long de trois parties distinctes. La première porte sur les communistes et le pouvoir local et rassemble quatre contributions. Emmanuel Bellanger, auteur d’une thèse sur le sujet, présente une belle synthèse sur la longue durée, tendant à montrer que cet enracinement municipal s’est accompagné d’un fort conformisme gestionnaire des « villes rouges », participant à la fois à une autonomisation d’une élite ouvrière au sein des municipalités et d’une intégration croissante dans le dispositif politique français : « Bien avant ses expériences gouvernementales, à la Libération (1944-1947) et durant les premiers septennats de François Mitterrand (1981-1984) et de Jacques Chirac (1997-2002), les élus locaux communistes ont montré la voie du compromis et du réformisme graduel appliqué à la gestion locale qui a certainement amorti l’effritement du Parti communiste au point de s’interroger si, aujourd’hui, ce dernier ne s’est pas « municipalisé » en se repliant sur ses derniers bastions » (p. 52). Interrogation qui parcourt l’ensemble des contributions et qui est d’ailleurs reprise, sous une forme affirmative dans la contribution conclusive de Julian Mischi, constatant que les années 1980-90 ne sont pas seulement des décennies de décrue, mais aussi d’une réorganisation profonde des modes d’engagement dans le PCF, avec un rôle croissant des élus. Son chapitre s’intitule d’ailleurs « Vers un parti d’élus », participant donc à une professionnalisation croissante de l’engagement communiste : « Les cadres de la fonction publique territoriale forment désormais un groupe central au sein du PCF » (p. 285). La seconde contribution, de Remi Lefebvre, porte sur Roubaix et la SFIO qui précède ce mouvement de notabilisation des élus, soumis à la critique de la minorité communiste, qui ne parviendra jamais à ébrécher la politique clientéliste menée par les élus socialistes durant l’entre-deux-guerres. Néanmoins, en raison de leur rappel à l’ordre incessant, les élus et militants communistes roubaisiens représenteront une sorte de surmoi militant pour des élus socialistes. Les contribution de Paul Boulland (sur la banlieue parisienne de la Libération à 1965) et de Thibault Tellier (sur le mouvement de décentralisation mis en place par les différents gouvernements entre 1971 et 1983) confirment ce diagnostic d’une autonomisation des élus communistes par rapport à l’appareil central du PCF. La seconde partie, « Réseaux militants et enjeux urbains » apparaît beaucoup plus éclectique que son titre ne le laisse à penser de prime abord. Deux contributions (celle de Benoît Trepier et celle de Françoise de Barros) portent sur la situation coloniale. Tandis que Benoît Trepied analyse le cas de la Nouvelle Calédonie dans l’entre-deux-guerres, pour constater que le PC calédonien n’évoque pas la question de l’indépendance, à l’instar d’un PCF favorable à l’Union française, Françoise de Barros s’essaie à saisir les spécificités de l’action communiste dans des espaces politiques au moment de la guerre d’Algérie. Elle est amenée à conclure que les élus communistes de Nanterre ont tenté de faire « (des Algériens politiquement organisés) des alliés politiques dès les années 1940, ce qui les amène ensuite, lorsque la violence physique de la guerre d’indépendance s’étend à la population « métropolitaine » au travers des appelés du contingent, à leur dénier un statut non seulement d’acteur politique mais également de cause et de victimes légitimes » (p. 149). Emilie Biland s’intéresse pour sa part aux élus PCF comme employeurs et patrons (« Recruter et gérer les fonctionnaires « à gauche » : du municipalisme à la banalisation ? »), à partir d’une municipalité fictive, marquée par son tissu industriel. Sa conclusion est assez balancée, montrant que si les pratiques distinctives du PCF n’ont plus cours, c’est d’une part parce que la gestion communiste s’est banalisée, mais aussi en raison de marges de manœuvre toujours plus étroites laissées aux élus par l’Union européenne. Sébastien Jolis analyse l’impossible autonomisation de la Confédération nationale des locataires de l’orbite PCF, oubliant de prendre en compte dans son approche les interactions avec les mairies socialistes, et surtout les liens avec les autres associations de locataires. Pour conclure cette seconde partie, Violaine Girard se penches sur « Les programmes urbains d’une mairie communiste de la banlieue lyonnaise (années 1970-2000) : promouvoir l’accession ouvrière ou revaloriser la ville ? », pour dresser le constat d’une action de la mairie centrée sur la stabilisation des ouvriers qualifiés par l’accession à la propriété pavillonnaire. La municipalité de Pierre-Bénite espère ainsi maintenir son audience électorale en la recentrant sur les catégories supérieures des milieux populaires. Dans une troisième partie, c’est la thématique des démobilisations et recompositions communistes qui est abordée. En plus du texte conclusif de Julian Mischi évoqué plus haut, cette section compte trois autres contributions. Jean-Luc Deshayes offre un aperçu du processus de désindustrialisation dans le bassin sidérurgique de Longwy. Si ce délitement des institutions du salariat est bien évoqué, le lecteur reste en revanche légèrement déçu sur l’analyse de réaction du PCF et des associations ou des mairies qu’il influence. Ce qui aurait dû constituer le cœur de cette communication reste un peu vague et suspendu. David Gouard propose un chapitre clair, bien informé et charpenté sur « Les recompositions contemporaines de l’affiliation au communisme en banlieue parisienne », à partir du cas d’Ivry, mairie communiste depuis 1925. Son analyse recoupe celle de Violaine Girard, exposée plus haut. A savoir que le développement d’un sentiment d’identité « ivryenne », fortement exprimé au cours de l’enquête de terrain, renvoie en fait à un ancrage à partir des couches moyennes, voire supérieures de la population. Ce qui survit, c’est la reproduction d’une identité communiste provenant de l’ancienne aristocratie ouvrière, directement bénéficiaire de la politique développée par la mairie. L’auteur rappelle ainsi que la mairie est à la fois le premier logeur et premier employeur de la ville. C’est donc par le maintien et l’entretien de ses réseaux municipaux que le PCF continue d’assurer sa dynamique d’implantation. Enfin, Nicolas Bué et Fabien Desage abordent pour leur part la manière dont le PCF, pourtant officiellement hostile, se rallie à l’intercommunalité. Leur contribution, sur un aspect peu connu de la politique du PCF, représente un éclairage tout à fait stimulant et inédit. En effet, c’est un véritable « cercle vicieux » qui se met en place à ce niveau là, car plus ils se rallient en pratique au développement de l’intercommunalité, plus leur gestion se banalise et moins ils parviennent à politiser ces enjeux et à développer une gestion alternative. De ce point de vue « ce ralliement à l’intercommunalité alimente en même temps qu’il accompagne la crise idéologique, organisationnelle et identitaire que connaît l’institution communiste » (p. 246). Si ce diagnostic est exact, il y a de fortes probabilités que les « citadelles municipales communistes » ne résistent guère aux transformations du système politique français. En tous les cas, les prochaines élections municipales de 2014 constitueront une épreuve grandeur nature de cette capacité du Parti communiste français à préserver son ancrage local. Tout dans les analyses de ce livre laisse entrevoir un combat particulièrement délicat pour ces territoires communistes, qui recèlent quelques potentialités, mais surtout d’immenses fragilités.

Jacques R. Pauwels, Le mythe de la bonne guerre. Les États-Unis et la Deuxième Guerre mondiale, Bruxelles, Aden, 2005, 333 pages, 22 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Jacques R. Pauwels est un historien canadien d’origine belge. Son livre est traduit de l’anglais. Comme il l’explique clairement dans son introduction, ce livre n’est pas une monographie supplémentaire sur le thème retenu. Par conséquent, il ne vise pas à étendre notre connaissance du phénomène étudié, mais à en proposer plutôt une nouvelle lecture. Pas d’archives originales ou de documents nouveaux analysés, mais un angle qui prolonge celui développé par les historiens révisionnistes américains. Par révisionniste, il faut entendre cette catégorie d’historiens nord-américains (inconnus en France car non traduits) qui proposent une approche radicalement critique du rôle de leur pays dans la lutte contre le nazisme, et par conséquent dans la Seconde Guerre mondiale. Pour faire court, la thèse développée dans ce livre peut se résumer ainsi. L’ennemi des États-Unis dans l’entre-deux-guerres, ce ne sont ni l’Italie mussolinienne, ni l’Allemagne nazie, ni le Japon impérial, mais l’URSS. Toute la politique intérieure et extérieure des États-Unis est tournée contre l’Union soviétique. Ce n’est que contraint et forcé que les États-Unis font de l’URSS un pays allié dans la lutte contre le nazisme (les développements sur l’Italie et le Japon ne sont qu’adventices dans la démonstration). A travers les vingt-deux chapitres que compte le livre, trois temps peuvent être repérés. Premier moment, des années 1920 à la Seconde Guerre mondiale. Pour les États-Unis, le nazisme n’est pas un problème. Comme l’exprime un historien cité, le nazisme (à l’instar du fascisme mussolinien) n’est qu’une forme possible du capitalisme. De ce point de vue, les élites économiques américaines ont accueilli sans aucun trouble particulier l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Les grandes entreprises américaines continuent à faire des affaires avec l’Allemagne nazie, que ce soit par le commerce extérieur ou par les filiales allemandes des multinationales américaines. Selon Pauwels l’effort de guerre nazi n’aurait même pas été possible sans l’apport décisif d’entreprises comme ITT ou Standard Oil. On connaît par ailleurs le rôle capital que la filiale allemande d’IBM a joué dans le fichage des juifs, préalable à leur extermination. Coca Cola, Kodak, Du Pont, Exxon, Ford, Union Carbide et tout le fleuron industriel étatsunien ont développé fortement leurs investissements après l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Bref, « l’élite au pouvoir aux États-Unis (…) appréciait le fascisme pour la (…) raison qu’il favorisait les affaires » (p. 45). Second temps, la guerre. Après l’opération Barbarossa, la première réaction des États-Unis est de penser que les Russes allaient capituler. Washington projetait la création de régimes non communistes dans les territoires soviétiques échappant à l’occupation allemande. Des contacts sont pris avec Kerenski afin qu’il en prenne la direction. Ce scénario s’effondre rapidement. Mais méfiant, les Américains n’acceptent de livrer des armes à l’URSS qu’à une condition, le paiement à la livraison. C’est plus tard qu’un système de crédit-bail similaire à celui mis en place avec l’Angleterre est créé. Notons d’ailleurs que cette aide étatsunienne n’a pas joué le rôle qu’on lui attribue généralement, puisqu’elle ne correspond qu’à 4 à 5% de la production de guerre totale de l’URSS. De surcroît, cette aide n’est devenue significative qu’en 1942, c’est-à-dire après que l’avance de la Wehrmacht ait été brisée. Pourtant, l’argument avancé par l’auteur pour expliquer l’entrée en guerre des États-Unis contre les nazis apparaît assez faible. En effet, selon Pauwels, si ils choisissent (tardivement) d’entrer en guerre contre l’Allemagne nazie, c’est pour préserver les profits pharamineux des grandes entreprises de l’économie de guerre. La victoire allemande sur l’URSS aurait en effet ruiné tout espoir d’un remboursement des crédits-bails accordés aussi bien à l’Angleterre qu’à l’URSS. Toujours est-il que du point de vue économique, toujours en suivant le raisonnement proposé, c’est grâce à la guerre que les États-Unis sont sortis du cauchemar de la Grande dépression. Cet argument sert en quelque sorte de ligne de développement tout au long du livre, puisqu’il vaut toujours actuellement. C’est ainsi, on y reviendra, que l’auteur explique la guerre actuelle en Irak. L’économie étasunienne est fondamentalement depuis la Seconde Guerre mondiale une économie de guerre, qui a besoin en permanence du conflit ou en tous les cas de sa menace (par exemple, la guerre froide) pour fonctionner. Les États-Unis ne font rien pour hâter la fin de la guerre, tant que les affaires générées par l’économie de guerre fonctionnent de manière satisfaisante. Il démontre ainsi que dès 1942 un débarquement militaire en France ou en Europe de l’Ouest était stratégiquement possible. Cela vaut un développement sur la tentative de débarquement à Dieppe en août 1942, condamné à l’échec et pour cela réalisé par des troupes canadiennes. Au lieu d’un débarquement, les forces anglo-américaines choisirent la stratégie des bombardements massifs, lesquels eurent des résultats très discutables puisque jusqu’à la fin la production industrielle allemande ne fut jamais atteinte et que les populations éprouvèrent une haine des Alliés. Pauwels rappelle au passage ce que les recherches historiques, à défaut de l’opinion publique large, admettent, à savoir que c’est sur le front de l’Est que la guerre fut gagnée. 90% des pertes allemandes durant toute la guerre sont le fait des Soviétiques. Pour chaque soldat américain tué ce sont 53 soldats soviétiques qui le sont. Il est impossible dans le cadre de ce compte rendu de rentrer dans le détail des multiples décalages qu’apporte Pauwels dans notre compréhension des différents aspects de cette guerre. Retenons trois aspects, le traitement réservé aux territoires libérés par l’armée anglo-américaine, avec le cas de l’Italie ; la discussion sur Yalta et le partage du monde ; la capitulation finale des forces allemandes. En Italie, les forces alliées ont pesé de tout leur poids pour réintégrer dans le jeu politique (et économique) les anciennes couches sociales, celles-là même qui furent le soutien le plus marqué du fascisme, au détriment des forces antifascistes. La chute du fascisme en Europe ne devait en aucun cas signifier la mise sur pied de régimes progressistes, mais le retour au statu quo ante. Ce sera la même attitude qui prévaudra en France, notamment ou en Grèce (cas à peine évoqué).C’est cette attitude profondément conservatrice qui, nous explique Pauwels, a conduit finalement Staline à se conduire de manière similaire dans les pays libérés par l’Armée rouge. On retrouve là une attitude, qui parcourt tout le livre, de sympathie à l’égard des positions soviétiques. Yalta et le partage du monde seraient donc d’inspiration américaine. Ce sont les Alliés, face à l’avance inexorable des troupes russes en Allemagne, qui formulèrent expressément la demande de Yalta. Laquelle conférence peut être considérée comme un succès pour les Alliés, au vu de ses résultats (en particulier le découpage de l’Allemagne) au regard des réalités militaires. « Les accords de Yalta n’accordèrent donc pas à l’Union soviétique le monopole de l’influence en Europe de l’Est, c’est à dire le genre d’influence exclusive dont les Américains et les Britanniques jouissaient déjà, avec l’approbation silencieuse de Staline, en Europe de l’Ouest. Seule une « influence prépondérante » en Europe de l’Est fut accordées à l’URSS » (p. 151). L’attitude « réaliste » de Staline à Yalta trouverait son origine dans la menace d’une potentialité de paix séparée des Alliés avec les nazis et se justifierait par « la survie du socialisme » (p. 153). On conviendra que l’interprétation renverse le point de vue communément admis, tout en manifestant une approche de type realpolitik empreinte de philosoviétisme. L’attitude des forces alliées au moment des combats finaux constitue la troisième illustration de la démonstration de l’auteur. Loin de chercher à détruire les forces allemandes, les troupes alliées firent tout leur possible pour préserver la structure de l’armée allemande. C’est ainsi que des bataillons allemands entiers furent autorisés par les troupes alliées à se glisser derrière les lignes américaines pour éviter l’emprisonnement par les soviétiques. Selon certaines indications, près de la moitié de troupes de la Wehrmacht se battant sur le front de l’Est échappèrent à la capture par l’Armée rouge. Cette possibilité ne relève naturellement pas de bons sentiments mais de l’éventualité de conserver une structure armée allemande face aux communistes, certains généraux envisageant la poursuite d’une croisade anti-soviétique, avec l’aide des restes de l’armée hitlérienne. Cette option étant très clairement affirmée avec la disparition de Roosevelt et la succession de Truman, ainsi d’ailleurs que l’évolution de la guerre en Asie. Les cinq derniers chapitres de ce livre passionnant concernent les années d’après-guerre. Le point de vue se décentre fortement de l’Europe vers l’Asie et envisage la question de la bombe atomique, qui apparaît moins dirigée contre les Japonais que contre les Soviétiques. Son usage à Hiroshima visait moins à faire plier le Japon qu’à éviter l’intervention de l’URSS dans la guerre américano-japonaise. Le Japon n’abdiquant pas, les Soviétiques, comme prévu déclarent la guerre au Japon le 8 août 1945. Le lendemain, la seconde bombe atomique était lancée sur Nagasaki. Les Américains ne souhaitaient absolument pas l’intervention soviétique dans leur territoire d’Extrême-Orient ! Les ultimes chapitres portent sur l’absence de dénazification en profondeur de l’Allemagne par les forces alliées, sur l’usage des prisonniers de guerre par les filiales allemandes des entreprises américaines et sur la manière dont les profits de ces dernières ont été préservés durant la guerre ou encore sur le fait, troublant, qu’aucune de ces filiales n’ait subi de bombardements majeurs. Après 1945, l’économie américaine fonctionne dans une guerre permanente. Finalement, conclut Jacques Pauwels, la destruction du système soviétique que les nazis n’ont pas réussi durant la Seconde Guerre mondiale, va être réalisée par la guerre froide et la course aux armements permanent qu’elle génère. Offrant une relecture d’événements qui nous sont familiers, ce livre se lit avec un grand intérêt. Il est cependant dommage que l’auteur ne se montre pas aussi critique à l’égard de l’Union soviétique et du stalinisme, qu’il a tendance à magnifier comme système alternatif.

Réseau Citoyens Résistants, La force du collectif. Entretien avec Charles Piaget, Paris, Libertalia, collection « A boulets rouges », 2012, 56 pages, 5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Le Réseau citoyens résistants (RCR), à l’origine de ce court texte, s’est constitué en riposte à la tentative de l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy de s’approprier la mémoire de la Résistance du plateau des Glières1. Charles Piaget, leader du conflit Lip en 1973, s’est rendu à plusieurs reprises aux Glières. De cette rencontre est née l’idée de publier cet entretien. La volonté du RCR étant de constituer un réseau de luttes démocratiques, il est apparu intéressant de se pencher sur l’expérience de la constitution d’un tel collectif à l’occasion de cette importante lutte ouvrière2. En une quarantaine de pages, Charles Piaget revient sur la genèse du conflit, sur la construction d’une section syndicale s’appuyant sur les salariés, développant dès Mai 68 la plus large consultation et participation des salariés à la lutte, expérience qui sera reprise, développée et systématisée durant le conflit. La plus large démocratie, l’idée que l’implication de chacun et chacune compte autant que l’expertise des délégués et représentants syndicaux se situe à la base de l’exceptionnelle ampleur du conflit Lip. Construire un collectif, c’est la tâche première de l’organisation syndicale, afin d’aller vers la plus grande émancipation individuelle de chacun des travailleurs et des travailleuses. En quelques phrases, Piaget fait montre à la fois du sens de la pédagogie, de la mobilisation et d’une radicalité sans égale aujourd’hui dans les discours syndicaux. Bien que très cursif, cet opuscule, à destination d’un public militant, est sans doute plus subversif que bien des doctes traités.

1On peut également visionner le film documentaire Walter en résistance de Gilles Perret.

2Sur la lutte des Lip, le DVD de Christian Rouaud, Lip, l’imagination au pouvoir est incontournable.

Théo Rival, Syndicalistes et libertaires. Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991), Paris, Éditions Alternative libertaire, 2013, 286 pages, 12 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue l’édition d’un Master soutenu en 2011 à l’Université Paris, sous la direction de Michel Pigenet, dans le cadre du Centre d’histoire sociale. Il est centré sur l’activité syndicale de ce courant qui déboucha sur la création de l’UTCL (Union des travailleurs communistes libertaires). La riche documentation, jointe au livre, permet d’appréhender d’autres dimensions de cette organisation, comme le féminisme, l’antimilitarisme, l’anticolonialisme ou encore l’antiracisme. En effet, non content de fournir une analyse sur l’activité syndicale, ce livre propose de riches compléments : un aperçu iconographique de l’ORA (Organisation révolutionnaire anarchiste), le texte de bilan adopté par l’UTCL lors de sa dissolution en 1991 et sa transformation en Alternative libertaire, un entretien avec Patrice Spadoni et Thierry Renard sur le militantisme vibrionnant de l’ORA et enfin, un vaste entretien croisé avec douze anciens membres de l’UTCL. Cette riche partie documentaire occupe presque la moitié du volume de l’ouvrage. C’est dire son apport et l’intérêt pour la compréhension de ce courant, y compris dans son rapport aux autres organisations d’extrême gauche ou anarchistes. Le propos se déploie en quatre chapitres, qui suivent un ordre chronologique. Dans un premier temps, l’auteur propose un récit de l’émergence de l’UTCL, en trois temps. Après 68, le courant communiste libertaire se structure au sein de l’ORA, dans laquelle les fondateurs de l’UTCL font leur apprentissage militant en tant que lycéen ou étudiant. Mais, en 1976, des divergences se manifestent au sein du congrès de l’ORA sur l’appréciation du syndicalisme. Alors que la majorité des membres développent une analyse anti-syndicale, un courant se détache, qui donne naissance à l’UTCL. Durant deux ans, de 1974 à 1976, cette sensibilité s’était cristallisée au sein de l’ORA. En 1976, c’est la création formelle de l’UTCL (moins de cent militants et militantes), qui déploie son activité au sein de la CFDT. Puis l’investissement syndical intensif de ses animateurs à partir du début des années 80 laisse une UTCL fonctionner plutôt comme un réseau que comme un parti constitué jusqu’en 1991. De fait, l’UTCL apparaît comme une organisation structurée par des cadres syndicaux de la CFDT. Les jeunes activistes de l’ORA ont en effet vieilli et s’implantent dans les entreprises, dans quatre secteurs essentiellement : la Poste, le rail, l’éducation et le secteur aérien. Cette action libertaire en entreprise constitue l’objet du second chapitre. On regrettera d’ailleurs au passage que la participation des militants de l’UTCL à la revue d’opposition syndicale Collectif ne soit pas traitée. D’autres aspects sont par contre bien exposés, la lutte contre la hiérarchie, la place de la démocratie ouvrière et en particulier le rôle des AG, ou encore les débats suscités par l’acceptation des responsabilités syndicales. Le chapitre trois développe plus particulièrement deux illustrations de ce sujet. La première porte sur un événement bien oublié, la marche pour l’unité du 1er mai 1980, qui débouchera en fait sur la multiplication des marches pour l’unité… et l’affrontement avec les conceptions portées par la LCR. Mais c’est évidemment sur le second aspect, la fondation de SUD-PTT, que le lecteur apprendra de nombreux points sur la démarche retenue face à la « chasse aux sorcières » à laquelle la direction recentrée de la CFDT s’adonnera. La dernière partie revient sur les aspects plus stratégiques de cette histoire, essayant d’offrir une théorie des pratiques du syndicalisme révolutionnaire que les militants de l’UTCL ont essayé de mettre en œuvre. Ces pratiques s’ordonnent, selon l’auteur, autour de la constitution d’une figure, celle de « l’animateur autogestionnaire de lutte ». Cette figure singulière de propagateur de l’action collective aurait d’ailleurs méritée de plus amples développements. Plus discutable apparaît la conclusion de cette étude qui prend partie en faveur de la stratégie de construction de syndicats autonomes – sans même s’interroger sur le caractère minoritaire de ce type de syndicalisme – dont Sud-PTT constitue le parangon selon l’auteur : « Sans aboutir à la confédéralisation qui a pu être évoquée lors de la création de SUD au PTT, le sigle est néanmoins devenu, dans l’après-Décembre 95, synonyme de syndicalisme de lutte et de transformation sociale » (p. 141). Certes, il faut reconnaître, au crédit de la thèse déployée, que ce caractère secondaire n’a pas grand-chose à voir avec ce qui peut être qualifié de marginalité groupusculaire, pour la CNT par exemple. On se prend à rêver à la richesses des aperçus de cet ouvrage quand on se rappelle qu’il ne s’agit « que » d’un travail de Master. Néanmoins, aux moins deux limites peuvent être pointées, dans l’optique d’un prolongement de cette recherche. La première remarque porte sur la méthodologie et plus particulièrement sur les sources. Lesquelles sont de deux ordres, celles, internes, de l’UTCL et celles, externes, de la CFDT. Ces archives, jusque là inexplorées, sont évidemment d’un apport considérable. Néanmoins, d’autres sources, en particulier celles de la LCR (Ligue communiste révolutionnaire), et, dans une moindre mesure de la Fédération anarchiste (FA), auraient permis à l’auteur de faire reposer ses analyses sur une documentation plus substantielle1. Le second point porte sur les faiblesses du questionnement de Théo Rival. Certes, son récit apparaît d’une rare richesse documentaire, mais il manque parfois de recul. Ainsi, l’existence de revues comme Résister, Collectif ou Renouveau syndical 68-CFDT Espoir (toujours éditée, sous le titre de A contre courant) est noté (p. 128), mais leur rôle comme carrefour et plaque d’échange au sein de l’extrême gauche n’est pas interrogé. On l’aura compris, ce premier opus sur l’histoire du principal courant communiste libertaire mérite un prolongement, que la documentation rassemblée en fin de volume laisse entrevoir. Espérons que le lecteur n’aura pas trop longtemps à patienter. En attendant, cet ouvrage représente un excellent prologue.

1Lire par exemple les pages 112-113 qui reposent sur une seule parole et apparaissent assez unilatérales.

Eric Sadin, L’Humanité augmentée. L’administration numérique du monde, Montreuil, L’Echappée, collection « Pour en finir avec », 2013, 192 pages, 12 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Il arrive, de temps à autre, que le collectif Pièces et main d’œuvre, cheville ouvrière de la collection « Pour en finir avec », s’ouvre à des auteurs extérieurs pour traiter de problématiques dans lesquelles ils se sont spécialisés, technoscience et informatisation de la société en particulier. Eric Sadin est de ceux-là, qui conclut ici une trilogie censément impartiale consacrée aux mutations technologiques du monde contemporain, après Surveillance globale et La Société de l’anticipation, parus chez d’autres éditeurs. Si sa prose se fait moins acérée, plus posée et moins militante, elle succombe malheureusement trop souvent à une théorisation excessive, proche d’un certain discours jargonnant.

Surplombé par la figure quasi prophétique de Jacques Ellul, L’Humanité augmentée débute par l’analyse d’un extrait du film de Stanley Kubrick, 2001. L’Odyssée de l’espace, sorti en 1968. L’ordinateur du vaisseau envoyé vers Jupiter, HAL 90001, sert en effet à Eric Sadin de totalité symbolique, incarnation de l’autonomie croissante accordée aux programmes informatiques depuis leur essor après la Seconde Guerre mondiale, qui ouvre sur la « gestion électronique » croissante de nos sociétés. Selon l’auteur, c’est en effet à une véritable révolution civilisationnelle que nous sommes désormais confrontés, conduisant à une mutation telle de l’espèce humaine qu’il crée pour en parler le néologisme d’« anthrobologie » (p. 30). Ce faisant, Eric Sadin met l’accent sur certains principes de cette informatisation, en particulier ceux de la distance qu’elle instaure vis-à-vis du réel, contrairement à la simple mécanique2, et du prisme mathématique qui la vertèbre, selon lequel tout est chiffrable ; on saisit bien tout ce que cette vision tronquée du monde entretient comme proximité avec l’idéologie du dernier capitalisme en date, celle du néo-libéralisme.

La chronologie des faits est également reconstituée. L’essor de l’informatique est en effet concomitant, dans les années 1930 et 1940, de l’objectif d’une administration plus efficace des populations, ainsi que d’une meilleure efficience militaire (visée améliorée de la DCA, décryptage des codes ennemis plus opérant). Mais c’est à compter des années 1970 et 1980, selon Eric Sadin, qu’un tournant majeur est pris. C’est en effet le moment où l’électronique gagne en mobilité, en individualisation et en miniaturisation : le walkman puis le téléphone portable annonceraient ainsi le smartphone, véritable saut qualitatif3. Parallèlement, à partir de la même décennie 80, l’informatique gagne en capacité d’interprétation, ce qui amène d’ailleurs l’entreprise IBM à abandonner la fabrication d’ordinateurs pour se positionner sur le créneau porteur de l’élaboration d’architectures informatiques de contrôle (« Une ambition démiurgique à vouloir réduire l’intégralité des points de la Terre à une base de données universelle et sans fond caractérise exactement notre moment technico-historique », p. 87).

On atteint ici à la question des limites démocratiques de ce processus conquérant, avec des data centers sécurisés et une réalité augmentée sérieusement « orientée »4. De ce qu’il diagnostique comme une hybridation croissante entre humains et machines, Eric Sadin dénonce le « néo-fétichisme » et le « totémisme » qui la valorise, situant l’inflexion d’une critique de la technologie aliénante à une foi dans l’informatique libératrice au mitan des années 1970, en Californie, ce qui mériterait d’être approfondi. Quant à la nature de cet « être » informatique, il préfère parler de « rationalité robotisée » plutôt que d’intelligence artificielle, même si des travaux sont actuellement en cours afin de moraliser certains programmes informatiques5

La conclusion met en garde contre l’approfondissement de la fin de l’anthropocentrisme, courant tout au long du XXe siècle, et qui est gros de la suppression de la liberté humaine, de la politique et du hasard. Une analyse qui souffre toutefois de l’absence de prise en compte de la question des inégalités sociales, négligeant le fait qu’une grande partie de l’humanité est exclue de ces transformations (la soi-disant « fracture numérique »), et qu’il n’est absolument pas certain que l’homme connecté en permanence soit l’avenir que promet le capitalisme à la totalité de l’humanité.

1En évoquant la nouvelle d’Arthur C. Clarke, page 41, « La Sentinelle », ayant plus tard été transformé en scénario pour le film 2001, Eric Sadin semble par contre négliger le fait qu’aucun équivalent d’HAL 9000 n’y figure.

2« Ce qui caractérise le traitement robotisé, c’est la génération, entre un ordre et son exécution, de flux immatériels, s’imposant dorénavant comme une strate indissociable de notre capacité d’action. (…) L’électronique suppose des procédés tendanciellement insensibles, s’enveloppant d’une marque de mystère qui aura très tôt contribué à l’affecter d’une « part magique » » (p. 45).

3« Émergence d’une humanité non plus seulement interconnectée, hypermobile, faisant de l’accès une valeur capitale, mais désormais hybridée à des systèmes qui orientent et décident de comportements collectifs et individuels, sous des modalités encore discrètes mais déjà prégnantes, appelées à être étendues à de nombreux champs de la société. » (p. 66-67).

4« Configuration ambivalente qui se situe à l’intérieur de ce composé incertain, qui associe certes une appréhension étendue et inédite des choses, néanmoins la plupart signalées en vue de la consommation de services et de biens. » (p. 95).

5Curieusement, alors qu’Eric Sadin semble amateur de science-fiction, il n’évoque absolument pas l’hypothèse de la Singularité énoncée par l’écrivain étatsunien Vernor Vinge, c’est-à-dire d’une prise de conscience d’une entité à part entière que pourrait devenir, à un moment quantitatif donné, le système informatique mondial. 

Contre-culture ou contre-histoire ?

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque, Frédéric Thomas
A propos de :

Christophe Bourseiller, Olivier Pennot-Lacassagne (dir.), Contre-cultures !, Paris, CNRS éditions, 2013, 320 pages, 25 €

Jezo-Vannier, Contre-culture(s). Des Anonymous à Prométhée, Marseille, Le Mot et le Reste, collection « Attitudes », 2013, 448 pages, 25 €

Ces deux livres offrent un regard général sur les contre-cultures. Steven Jezo-Vannier propose un vaste panorama historique tandis que Christophe Bourseiller et Olivier Penot-Lacassagne offrent un ensemble de textes, issus initialement d’un colloque à Cerisy. Aussi différents soient-ils, ces deux essais permettent de dessiner une évaluation critique de l’historiographie des contre-cultures.

1.

Les deux ouvrages souffrent d’un même problème de cadrage. Jeune auteur, Steven Jezo-Vannier s’était surtout fait remarquer jusqu’à présent par ses ouvrages portant sur certains aspects de la contre-culture des années 1960 et 1970 : citons en particulier Presse parallèle, la contre-culture en France dans les années soixante-dix[1], ou San Francisco, l’utopie libertaire des sixties. Avec ce nouveau livre, il embrasse un propos autrement plus vaste, presque démesuré, en cherchant à isoler à travers l’histoire tous les éléments de contre-cultures ayant existé. En fait, d’emblée, l’auteur, très influencé par les travaux de Théodore Roszak et Hakim Bey (la notion de zone d’autonomie temporaire), est confronté au problème de la délimitation de son sujet. Car si son intention initiale, présentée comme telle dans l’introduction, est de se pencher sur les « micro-sociétés utopiques » (p. 11), il en vient peu à peu à traiter des dissidents et des marginaux sociaux au sens large, tout en négligeant des événements ou des acteurs pour le moins essentiels (ainsi des révolutions russe, chinoise, espagnole, ou, plus récemment, du phénomène des Autonomes[2]).

En apparence, l’ouvrage collectif coordonné par Christophe Bourseiller et Olivier Penot-Lacassagne est plus ciblé, limitant ses investigations à la période courant de l’après Seconde Guerre mondiale jusqu’à aujourd’hui, faisant de la contre-culture « une notion moderne » (p. 24). Mais finalement, le résultat est également relativement disparate, et d’un inégal intérêt, en partie du fait que le colloque de Cerisy, dont plusieurs des textes sont issus, portait également sur le thème « de la révolution culturelle au dépassement de l’art (1945-2010) ; si bien qu’il existe un décalage et que certains textes n’abordent pas la question contre-culturelle.

La mise en parallèle des deux livres montre les glissements, croisements, chevauchements entre l’appréhension divergente de mouvements, d’une part, et entre contre-culture et subculture – appréhendées contradictoirement dans Contre-cultures ! comme un avatar ou l’autre face d’une même pièce –, d’autre part. Mais les deux essais mettent en œuvre un usage similaire de cette notion de contre-culture avec une fonction semblable – nous y reviendrons.

2.

Les limites de l’ouvrage de Jezo-Vannier proviennent largement d’un propos trop vaste et trop lâche. D’où son caractère de vaste compilation d’autres livres, qui le confronte à une inévitable sélection bibliographique, au risque de verser parfois dans des raccourcis, des erreurs ou des contresens historiques[3], de manquer de sens critique (quid du magnétisme de la récupération de la révolte ?), voire de négliger tout un pan contradictoire de l’historiographie (c’est particulièrement le cas pour la vision libertaire de la piraterie de l’époque moderne, voir ci-dessous, sans parler d’une sur-représentation de l’Europe). De manière plus générale, l’absence de cadrage tend à retraduire sous la forme contre-culturelle tout un ensemble de phénomènes : le sans-culotte comme « l’artisan et l’acteur de la contre-culture indissociable de la Révolution française » (p. 310) ; « Robin des Bois est un héros contre-culturel » (p. 347) ; etc.

La synthèse vulgarisatrice de Steven Jezo-Vannier n’en présente pas moins de l’intérêt, d’autant qu’elle s’articule selon un plan déchronologique, qui met d’autant mieux en valeur la tendance de fond des oppositions à l’ordre social dominant, quel qu’il soit. Le tableau qu’il présente débute par le phénomène des hackers, dont l’historique précieux, bien que manquant parfois d’exemples précis, insiste bien sur leur diversité (entre chapeaux blancs et noirs, p. 31) et sur les deux objectifs centraux qui les guident, la liberté et la gratuité. Néanmoins, des silences posent problèmes : sur les connexions entre hackers et néo-libéralisme (la centralité des compétences, p. 29, semblable à celle de l’école néo-libérale[4]), les illusions liées à l’informatique et au virtuel (sensibles dans la Déclaration d’indépendance du Cyberespace, p. 36, qui va jusqu’à nier la matière, en un nouvel idéalisme électronique), l’action concrète des partis pirates dans les institutions, ou le cas du mouvement Anonymous, dont l’analyse manque d’approfondissement en dépit de certaines ambiguïtés signalées.

Parallèlement à ces dissidents informatiques, Steven Jezo-Vannier s’intéresse aux adeptes du DIY (doing it yourself), à commencer par les punks, dont on retiendra surtout le groupe et collectif Crass ou le mouvement Stop The City en 1984 (sans que l’on sache si des tentatives de jonction avec le mouvement ouvrier ont eu lieu). Les punks cohabitent dans ce chapitre avec de nombreux autres courants : les amateurs de free parties[5], à l’autogestion reconnue mais dont la finalité festive peut s’apparenter à une impasse ; le radicalisme étatsunien, à l’œuvre chez les étudiants (l’éphémère projet People’s Park à Berkeley, p. 93), au sein du Black Panther Party, chez les féministes (avec la communauté de l’Oregon, Womenshare, à compter de 1974), et l’American Indian Movement (dont l’auteur cite la déclaration ironique appelant à faire d’Alcatraz une réserve indienne (p. 100)), mais également les hippies et leur opposé plus engagé, les diggers[6], chez qui on trouve une évolution allant de la Ville libre à un retour à la Terre (communautés rurales).

Poursuivant son itinéraire plus en amont, Steven Jezo-Vannier peuple encore davantage son « auberge espagnole » conceptuelle, jusqu’à verser dans le fourre-tout. On trouve en effet côte à côte les mods, les rockers, les teddy boys, les apaches, la bande à Bonnot (dont l’action est qualifiée dans une vision très actuelle de « terrorisme »), mais également les milieux libres[7] et les dissidences artistiques : beatniks, dadaïsme et surréalisme[8], et même, d’une manière plus lâche et plus artificielle, la bohème artistique parisienne. Sans oublier le situationnisme, désormais reconnu – partiellement – par la culture dominante, avec sur ce thème une fragilité certaine de l’auteur quant à son appréhension du communisme[9].

Lorsqu’il aborde le XIXe siècle, Steven Jezo-Vannier consacre des pages très développées à la Commune de Paris, rare expérience révolutionnaire qui retient son attention, mais principalement sous l’angle d’une « révolution culturelle » (p. 181). Sans doute est-elle aussi valorisée en lien avec sa brièveté et son échec final, qui la rendent plus romantique et moins sujette aux déceptions ultérieures. Car ce que l’auteur repousse, c’est le pouvoir révolutionnaire autoritaire, ce qui l’amène à un certain simplisme dans l’enchaînement des événements propres aux processus révolutionnaires[10]. Délaissant le « socialisme scientifique » ou l’anarchisme communiste, il braque principalement son projecteur sur les socialismes dits utopiques et leurs tentatives de communautés réellement existantes. Croisant le propos d’un Ronald Creagh[11], Steven Jezo-Vannier traite à la fois des transcendantalistes (dans la lignée de Thoreau) et de la conquête de l’Ouest, ce qui pose une fois encore la question du (hors) sujet… L’époque moderne s’incarne essentiellement sur trois terrains d’action. La mer des Caraïbes donne l’occasion, dans la lignée – trop exclusive – des travaux de Marcus Rediker, d’un exposé synthétique et stimulant sur la piraterie, « (…) « nation » contre-culturelle, maritime et nomade » (p. 226), dont le lien avec certains niveleurs en exil est d’ailleurs souligné. Pour l’Angleterre et la France, ce sont les révolutions qui retiennent principalement l’attention de Steven Jezo-Vannier. Néanmoins, si on comprend fort bien la présence de Winstanley et des Diggers ou des Levellers, celle de Guy Fawkes, voire de certaines dissidences protestantes tels les Quakers, est certainement plus discutable (même si Steven Jezo-Vannier attribue à ces derniers une influence sur les sans-culottes !). Quant à la France, passée l’évocation de Jean Meslier, Gabriel Morelly ou le plus méconnu Dom Deschamps, on a droit à un exposé sur la Révolution confus, amalgamant les périodes et négligeant la complexité des camps en présence (les Enragés sont ainsi qualifiés de « formation montagnarde », p. 313).

La tendance à amalgamer nombre de tendances à sa problématique conduit Steven Jezo-Vannier, lorsqu’il aborde le Moyen-Âge, à traiter aussi bien des franciscains que des hérésies déjà abordées de manière approfondie par Raoul Vanegeim[12]. On retrouve donc le mouvement du Libre esprit, les adamites de Bohème, les lollards (sans que Un rêve de John Ball de William Morris ne soit cité[13]), Thomas Müntzer ou la Famille de l’Amour au XVIe siècle, qui, faisant prévaloir la raison, imposait la propriété commune et le travail de tous[14]. Les colonies américaines ont également droit à quelques développements, en particulier pour les réductions jésuites ou ces Européens ayant fait le choix d’adopter le mode de vie des Amérindiens. Pour l’Antiquité, Steven Jezo-Vannier appréhende la contre-culture comme incarnation de la barbarie, ce qui ne l’empêche pas de prendre aussi en considération les projets de Platon ou le fonctionnement de la cité de Sparte. On retiendra comme plus convaincant les révoltes d’esclaves[15], l’orphisme, le pythagorisme ou l’épicurisme, même si cette succession de tableaux laisse une impression d’inachevé (quid des cultes à mystères ou des communautés des premiers chrétiens ?).

3.

L’ouvrage collectif coordonné par Christophe Bourseiller et Olivier Penot-Lacassagne rassemble des communications, des entretiens et de brefs encadrés sur telle figure ou tel courant artistique. Les coordinateurs y sont quelque peu sur-représentés puisque à eux deux, ils totalisent pratiquement un tiers des interventions du livre. Celui-ci s’ouvre sur deux longues introductions de Penot-Lacassagne et Bourseiller, visant à circonscrire et définir le sujet de l’étude collective. Le premier, rappelant le contexte d’émergence de la notion (citant Theodore Roszak, Herbert Marcuse, mais aussi Edgar Morin et Alain Touraine), y défend une conception de la contre-culture – « contre la « culture dominante » » (p. 4) – comme nouvelle vision du monde, s’opposant aux avant-gardes et aux idéologies ; soit une perception dans l’air du temps que l’on peut trouver par trop réductrice. Selon lui, la contre-culture originelle se poursuivrait, non pas en amont, comme chez Steven Jezo-Vannier, mais en aval, à travers de continuelles « métamorphoses », comme l’altermondialisme. La définition de la contre-culture avancée par Christophe Bourseiller est, elle aussi, trop péremptoire et corsetée : « (…) c’est le champ de tous les possibles : l’éclosion du futur au cœur du présent. Le surgissement d’une anomalie au sein de l’épistémé, qui annonce la période suivante » (p. 22). Par ailleurs, s’il associe son émergence dans les années 1960 à un niveau technologique faisant office de seuil critique, et insiste sur son émiettement dans les années 1980 et 1990, il ne répond que mollement à la critique pourtant importante de Joseph Heath et Andrew Potter dans Révolte consommée : le mythe de la contre-culture (éditions naïve, 2005).

Contre-cultures ! s’articule ensuite en quatre ensembles, que l’on peut regrouper sous trois thématiques principales : la part des avant-gardes dans la contre-culture ; les déclinaisons de la contre-culture à son apogée ; les évolutions, mutations et retournements de la contre-culture jusqu’à nos jours. Pour la première, Jérôme Duwa se penche sur les parallèles entre le surréalisme et la contre-culture (le fameux slogan « changer la vie »[16], les subversions de Fourier valorisées par André Breton, Marcuse, …), ou l’influence de la Beat Generation sur le groupe surréaliste de Chicago autour de Ted Joans et du couple Rosemont, laissant une impression quelque peu disparate. Duwa cerne bien les points de rencontre et de tension en écrivant que « les surréalistes de Chicago entendaient demeurer fidèles à la contre-culture, mais en tant que nouveau courant révolutionnaire » (p. 41). Patrick Tacussel, pour sa part, étudie la dérive lettriste en tant que négation de la rationalisation urbaine, mais sa communication est pénalisée par une écriture trop absconse et alambiquée. Avec Barbara Safarova, c’est à l’art brut que nous sommes initiés, l’auteure faisant de lui et de sa théorisation par Dubuffet un courant anti-culturel. Quant à Christophe Bourseiller, dont on connaît la centralité qu’il accorde dans plusieurs de ses travaux au situationnisme, il défend un lien implicite entre ce dernier et la contre-culture, par l’entremise entre autres d’Alexander Trocchi, malgré la méfiance assumée de Debord à l’égard de sa dimension fourre-tout et de son mysticisme. Mais il passe complètement sous silence la figure de Dieter Kunzelmann, qui joua principalement en Allemagne un rôle de passeur, depuis le groupe SPUR jusqu’à la création de la Kommune I à Berlin-Ouest.

Un des textes les plus intéressants de cette première partie est celui de Christian Lebrat, portant sur une étude de cas originale, la contestation à l’Institut des Hautes Études Cinématographiques entre 1968 et 1972. Celle-ci se cristallisa autour de la figure d’Alain Montesse et du groupe pro-situ, luttant au sein de l’école contre l’autorité, la division du travail et visant à détruire le cinéma traditionnel (un film comme Pyla était ainsi axé sur le principe de la dérive). On peut en rapprocher le travail d’Armand Gatti pour le théâtre, dont Catherine Brun nous expose l’évolution, d’un théâtre d’avant-garde, engagé, avant 1968, vers un théâtre plus expérimental, plus périphérique aux institutions, visant à l’auto-émancipation en faisant des spectateurs les acteurs. La figure de Christian Prigent est également largement abordée, à travers un entretien et une étude de Bénédicte Gorrillot sur « Christian Prigent : une Beat gestation ? », qui analyse l’évolution d’un individu pour illustrer le caractère mouvant des avant-gardes. Prigent est ainsi passé d’une influence de Allan Ginsberg comme moyen de dépasser le surréalisme à un reniement de cette phase, à la fin des années 60, au profit d’un rapprochement avec Tel Quel et Francis Ponge…

Pour la seconde partie, qui plonge au cœur des marées de la contre-culture, l’exposé de Frédéric Robert a l’avantage de nous offrir une vue globale de la mouvance conte-culturelle des années 60 aux États-Unis, à la fois « révolution psychédélique, musicale et sexuelle », au risque peut-être de trop insister sur la dimension de conflit générationnel. Simon-Pier Labelle-Hogue en propose le pendant québécois, montrant bien le lien entre cette contre-culture spécifique (avant tout poétique, et assez peu anti-étatique en raison des financements culturels importants), surtout active dans les années 70, et l’indépendantisme alors en plein développement. Dans ce sous-ensemble, la contribution de Diogo Sardinha sur « Deleuze et Foucault, philosophes du contre et de l’anti » se révèle stimulante. Partant des divergences apparaissant entre les deux penseurs à partir de 1977, sur la violence d’extrême gauche (Deleuze se révélant plus compréhensif vis-à-vis de la RAF[17] que Foucault) ou le fascisme (aussi « dans les têtes », pour Deleuze et Guattari, contrairement à Foucault), il en conclut à la pluralité des contre-cultures (et des cultures), soulignant au passage que la prédominance de l’« anti » et du « contre », dans l’œuvre de Foucault, a contrario de l’avant-garde, le rapproche d’autant de l’esprit de la contre-culture. Cependant, l’affirmation péremptoire de « la teneur et la forme spécifiquement contre-culture de leurs [Foucault et Deleuze] travaux » (p. 165) aurait mérité d’être argumentée et interrogée. Parmi les éclairages ponctuels ajoutés par les coordinateurs, on mentionnera celui d’Olivier Penot-Lacassagne sur Herbert Marcuse et sa tentative de dégager une « contre-politique » (p. 158), dont le mythe est sans doute supérieur à sa réception effective en France, bien que les thèses de L’Homme unidimensionnel soient plus que jamais d’actualité[18].

Olivier Penot-Lacassagne, toujours, propose également un texte sur les Universités libres, une tendance apparue là aussi aux États-Unis au mitan des années 60, dans laquelle on peut identifier l’influence d’un Neill, mais l’approche se fait assez vite plus large, abordant l’activisme étudiant, au risque de trop grandes généralités. Quant à Michael Rolland, qui avait livré un texte sur « La bande-son des années 68 » dans le volume 10 de Dissidences, il nous offre ici une synthèse assez classique sur la presse contre-culturelle (dite aussi parallèle) en France, de ses prolégomènes dans les années 60 à son apogée, en passant par ses thèmes de prédilection[19] et son déclin à compter de 1973. A l’inverse, celui de Christophe Bourseiller sur « L’extrême gauche léniniste face à la contre-culture » est bien trop court et péremptoire (« Les groupes trotskystes n’ont que mépris pour la contre-culture », p. 179[20]), axé essentiellement sur le groupe Vive la révolution !

Les dernières parties, qui se penchent donc sur les évolutions et involutions de la contre-culture à partir du basculement du milieu des années 70, sont nettement plus hétéroclites. Plusieurs des textes tournent autour du phénomène punk et de sa signification. Olivier Penot-Lacassagne met ainsi dos à dos les générations 68 et punk, insistant sur une filiation allant de Dada aux punks en passant par les situationnistes. Le recours au parcours et aux écrits de Philippe Sollers (p. 228) est contestable dans la mesure où cet auteur n’est guère représentatif de la contre-culture ni de l’avant-garde (ou alors sous sa forme caricaturale). Cependant, Penot-Lacassagne offre une intéressante réflexion sur le « temps non linéaire, fait de chevauchements, de décalages, d’interruptions, de résurgences, d’abandons » de « l’esprit 68 » (p. 212). Christophe Bourseiller fait pour sa part un raccourci, affirmant qu’avec « le black metal, la contre-culture gothique renoue avec Artaud » (p. 255) et trace un parallèle entre punk et new wave, car « Par-delà ces visibles divergences, punk et new wave partagent cependant une même vision du monde, désenchantée et nihiliste » (p. 237). On navigue ainsi entre le cinéma expérimental français, présenté par Nicole Brenez[21], ou les nouvelles formes de sociabilité, telles les tribus de Michel Maffesoli, élément post-moderne plus significatif que l’individualisme, selon Olivier Penot-Lacassagne. Les conclusions se font ici plus polémiques, l’analyse d’un Alexis Mombelet sur le métal comme incarnation d’une culture de l’hybris, de la démesure, ne pouvant raisonnablement s’appliquer que pour une frange réduite de cette mouvance musicale. Parmi ces contributions, on retiendra surtout celle de Jonathan Degenève sur « Le mal (re)vient de l’intérieur, ou la portée contre-culturelle du Nouvel Hollywood », portant sur une sélection de longs métrages.

4.

Il est intéressant de confronter les analyses développées dans ces deux livres avec la tentative récente de réévaluation du concept de contre-culture opérée par Andy Bernnett[22]. Celui-ci insiste sur son caractère fluide, apte dès lors à agir « comme un mécanisme servant à décrire des points particuliers de convergence » (p. 29). La contrepartie d’une telle fluidité est l’élasticité du champ d’étude, comme l’illustrent les ouvrages de Steven Jezo-Vannier et de Bourseiller et Penot-Lacassagne. Bernnett entend également problématiser la contre-culture en soulignant sa « vision relativement idéaliste et romancée du changement social » (p. 22), qui fait de la jeunesse – essentiellement bourgeoise et « blanche » – le moteur des transformations. Force est de constater que cette vision est manifeste dans les essais dont nous parlons. Cependant, c’est sous un autre angle que nous aimerions mettre en lumière les contours d’un usage massif du concept de contre-culture.

Bernnett affirme d’emblée que le terme de contre-culture désigne des pratiques et des croyances « contre-hégémoniques » (p. 20). La question des caractéristiques de cette hégémonie est donc fondamentale. À lire Contre-cultures ! et, plus encore, Contre-culture(s). Des Anonymous à Prométhée, cette hégémonie semble principalement centrée sur l’autorité de l’État et du Père, sur les mécanismes de contrôle et de répression de la famille et, plus largement, pour parler en termes althussériens, des Appareils idéologiques d’État. Symptomatique est en effet la quasi absence dans ces deux essais du marché comme moteur et/ou vecteur de cette hégémonie. En témoignent entre autre les références « contre-culturelles » de Steven Jezo-Vannier à l’Open Technology Initiative, présidée par le directeur de Google, ou au chef marketing pour Google en Égypte (p. 37 et 50)… C’est d’autant plus problématique, que dans les années 1970, parallèlement à une libéralisation partielle des mœurs, les rapports marchands se sont intensifiés et accélérés, captant dès lors plus facilement les contre-cultures.

Mais la fonction et l’usage du concept de contre-culture doivent être réévalués de manière critique tant il semble que la « contre-hégémonie » s’applique à la politique, en général, et à l’extrême-gauche, en particulier. Steven Jezo-Vannier évoque avec la contre-culture la désolidarisation « du processus révolutionnaire traditionnel » (p. 8), du « renversement du schéma révolutionnaire classique » (p. 10), sans que ceux-ci ne soient véritablement explicités. L’auteur manifeste d’ailleurs une maîtrise parfois partielle des idéologies politiques d’extrême gauche – lorsqu’il aborde des formations politiques, il le fait sans s’intéresser de près à leurs discours théorique, mais plutôt par le biais, comme pour le Black Panther Party, de leur action sociale –, faisant de la formule « de chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins » une formule anarchiste (p. 204). De son côté, simplifiant à outrance, Olivier Penot-Lacassagne décrit la « Nouvelle Gauche » américaine, qui participe de cette mouvance contre-culturelle, comme « détachée du prolétariat, se méfiant de toute idéologie, fut-elle socialiste » (p. 6). Plus loin, il s’appuie sur un article de 1970 de Jean-Marie Domenach dans Esprit, évoquant les révoltes [qui] jaillissent dans l’innocence idéologique » (p. 9). La contre-culture est alors utilisée et mobilisée comme indicateur et marqueur d’un glissement du politique vers le culturel ; glissement plus ou moins explicitement valorisé. Non seulement la contre-culture permettrait de se dégager des carcans étroits de la « vieillerie politique » et « du processus révolutionnaire traditionnel », en recouvrant « l’innocence idéologique », mais elle serait autrement efficace. Rien de plus éclairant à cet égard que les quatre pages qui suffisent à Christophe Bourseiller pour expédier la question de l’extrême gauche léniniste face à la contre-culture. L’article se termine significativement par la référence à Vive la révolution ! (VLR !) « comme une authentique expérience contre-culturelle. Un îlot de lumière au cœur de la morosité » (p. 182). La retraduction en termes uniquement ou, du moins, prioritairement contre-culturels du parcours de VLR !, et son opposition à « la morosité » des autres groupes gauchistes constituent en soi un guide de lecture et tout un programme.

En fait, tout au long de ces deux ouvrages se retrouvent à des degrés divers la problématique que nous avions déjà diagnostiquée dans Presse parallèle. La fluidité du concept de contre-culture tend ainsi à se figer dans un mouvement de glissement et d’opposition à la révolution politique « traditionnelle », au profit d’une révolution culturelle – supposant les frontières entre culture et politique évidentes et fixes –, qui serait tout à la fois plus souple, plus libertaire et plus prégnante.


[1]     Chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1778

[2]     Voir la critique sur notre blog du livre de Jacques Leclercq, Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013.

[3]     Rimbaud n’a jamais été membre des Vilains bonhommes (p. 133) ; Dali n’a jamais fait partie du groupe Dada à Paris (p. 141) ; l’Internationale situationniste est un regroupement d’organisations et pas seulement la continuité de l’Internationale lettriste  (p. 151) ; Cobra s’était dissous bien avant que n’apparaissent les Provos (même si des liens existent entre les deux)  (p. 154) ; la Contre-réforme n’est pas uniquement répressive (p. 270), Jacques Ier ne peut être qualifié de monarque absolu de droit divin (p. 271) qu’en forçant excessivement le trait, et les confusions de dates sur les débuts de la première révolution anglaise ne manquent pas de surprendre (la Déclaration des droits coïncide ici avec le début de la guerre civile, p. 274). De même, la conversion de Constantin ne date pas de 312 (p. 320)…

[4]     Voir nos critiques sur notre blog de La nouvelle école capitaliste et L’emprise numérique de Cédric Biagini.

[5]     Voir notre compte rendu de l’ouvrage de Guillaume Kosmicki, Free Party, dans notre revue électronique et notre volume 10.

[6]     [6]Voir la critique du livre d’Alice Gaillard qui leur était spécifiquement consacré dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2554

[7]     Le livre de Céline Beaudet sur ce sujet, chroniqué sur notre ancien site, est par contre absent de la bibliographie.

[8]     En dehors d’une curiosité qui fait d’André Gide une « grande figure du Dada et du surréalisme » (p. 148), on notera l’absence totale de mention de la collaboration entre André Breton et Léon Trotsky pour le texte Pour un art révolutionnaire indépendant, en juillet 1938; voir  http://www.marxists.org/francais/trotsky/oeuvres/1938/07/lt19380725c.htm

[9]     Le communisme des conseils n’est pas suffisamment explicité dans sa singularité, et bien que l’auteur souligne l’influence de ce courant sur Debord et les situationnistes, Steven Jezo-Vannier estime que ces derniers n’ont pas de « lecture marxiste » (p. 155)…

[10]    « Cependant, tout comme la première a échoué, la fougue républicaine des sans-culottes et du Comité de salut public de Robespierre ayant précipité la formation d’un gouvernement dictatorial et la Terreur [sic], la Commune de 1871 se réfugie dans l’autoritarisme, peu avant d’être vaincue » (p. 175).

[11]    Utopies américaines. Expériences libertaires du XIXe siècle à nos jours, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_anarchiste.htm#creagh2.

[12]    La Résistance au christianisme. Les hérésies des origines au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 1996.

[13]    Voir la critique de l’ouvrage sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3155

[14]    Sur ces hérétiques millénaristes, on consultera l’ouvrage déjà ancien mais encore inégalé à ce jour de Norman Cohn, Les fanatiques de l’apocalypse – Courants millénaristes révolutionnaires du XIe au XVIe siècle, réédité chez Aden, collection « opium du peuple », en 2011.

[15]    Même si prétendre que les Gracques « critiquent l’esclavage » relève d’une certaine audace…

[16]    [16]Étudié autour des années 68 par Frédéric Thomas dans Dissidences volume 13 : « « Changer la vie ». Éléments pour cerner les contours d’un mot d’ordre », à paraître prochainement.

[17]    La Fraction armée rouge, communément mais improprement appelée bande à Baader.

[18]    « L’homme unidimensionnel, devenu si perméable, imprégné d’idéologie marchande, perd conscience de la répression effective que la société exerce sur lui et se satisfait de l’élévation de son niveau de vie ; il « introjecte » les formes entremêlées de la répression et de la satisfaction, se reconnaît dans la marchandise, admet un style de vie unique, un « bonheur occasionnel », une existence laborieuse où le corps et l’esprit sont de simples instruments de travail aliénés » (p. 157).

[19]    [19]« Ainsi, à l’instar de la presse militante, la presse parallèle relaie les luttes des années 1970, que ce soit pour les droits des femmes, des homosexuels, des immigrés, des salariés, des prisonniers et plus généralement de tous les opprimés. Mais elle s’en distingue par son intérêt pour la mise en place d’une société alternative et son goût prononcé pour la musique pop-rock. » (p. 199).

[20]    On trouve également cette erreur surprenante, Le Droit à la paresse de Paul Lafargue qualifié de « célèbre texte anarchiste individualiste » (p. 181).

[21]    [21]Curieusement absente des notices biographiques sur les auteurs de l’ouvrage.

[22]    Andy Bernnett, « Pour une réévaluation du concept de contre-culture » dans Volume !, n° 9-1, 2012, p. 20-29.

Nicolas Machiavel, Simone Weil, Emmanuel Barot (postface), La révolte des Ciompi. Un soulèvement prolétarien à Florence au XIVe siècle, Toulouse, coédition CMDE/Smolny, collection « Les réveilleurs de la nuit », 2013, 93 pages, 11 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Les Ciompi, ce sont les artisans textiles qui forment une grande partie des habitants de Florence. A la fin du XIVe siècle, cette ville apparaît, à l’instar de la Flandre, comme un des endroits du plus important développement capitaliste en cours. Si l’on excepte le machinisme, encore à venir, l’organisation de l’atelier y ressemble fortement à celle d’une fabrique moderne. Lors du soulèvement, en 1378, les teinturiers, fer de lance du mouvement, constituent un gouvernement parallèle, extra-légal à celui qui règne au Palais. Simone Weil, dans un article paru en 1934 dans La Critique sociale1, reproduit ici en guise d’introduction, y voit l’émergence d’un soviet, du fait de cette dualité de pouvoir : « Le prolétariat, en août 1378, oppose déjà, comme il devait le faire après février 1917, à la nouvelle légalité démocratique qu’il a lui-même fait instituer, l’organe de sa propre dictature » (p. 14). Pour elle, cette révolte n’anticipe même pas le développement des luttes de classes générées par les nouveaux rapports sociaux capitalistes en gestation, elle est l’expression même d’un prolétariat en lutte. Plus substantiel est le second texte, issu des Histoires florentines de Nicolas Machiavel, originalement rédigé en 1521-1525, soit presque à la fin de vie de ce dernier (il meurt en 1527) et longtemps après Le Prince (1513) qui assure sa renommée. Machiavel, beaucoup plus narratif,se livre pour sa part à une analyse des antagonismes, des « inimitiés violentes et naturelles qui opposent la noblesse et le peuple, car l’une veut commander et l’autre refuse d’obéir » (p. 19). Enfin, dans une postface tout à fait contemporaine, Emmanuel Barot propose de retracer, à travers une lecture serrée de Machiavel, les conceptions antagoniques du peuple (et par conséquent du statut des princes) chez cet auteur. Le texte est assez ardu, car il implique préalablement une bonne familiarité avec l’auteur du Prince. Il en conclut, égratignant au passage, quoique sans le dire expressément, le Front de gauche et les tenants de la « révolution par les urnes », que l’appréciation de Machiavel constitue au final un moment d’entre-deux dans la conception des classes sociales, qui ne se distinguent pas encore foncièrement : ce qui représente au passage, une critique de l’analyse « gauchiste » de Simone Weil. Il faut attendre beaucoup plus tard pour que cette radicale distinction rentre dans les faits, puisque c’est « essentiellement avec Marx, que de façon rigoureuse, le néant-de-propriété, le popolo minuto des siècles passés, s’est transformé en classe universelle et a tenté de faire passer l’Histoire, par le biais de son histoire, à un stade délivré des archaïsmes absurdes de l’exploitation et de l’oppression. Cette histoire est toujours en cours » (p. 80). Une chronologie nécessaire, ainsi qu’une bibliographie complémentaire, présentant les principaux travaux en français d’historiens sur cette question, complètent ce fort savant petit ouvrage, indispensable pour la compréhension des luttes sociales d’antan.

1Il s’agit d’une revue publiée dans ces années-là (1931-1934) par Boris Souvarine, un des premiers militants communistes, exclu du Parti communiste français en 1924.

Toulouse-la-rose, Estompes jargonnaises, derniers poèmes pour la déroute – pensées, donc, Paris, éditions l’une & l’autre, 2013, 73 pages, 7, 50 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ces pages écrites « à la santé de l’éphémère » (p. 44) se tiennent le plus souvent sur un fil, dans un fragile équilibre entre la dérision commode – où tout se vaut, où tout revient au même – et le cynisme triomphant d’une condamnation générale de toute poésie. Certes, il s’agit bien d’un jeu avec les mots, mais celui-ci ne se réduit pas à l’exercice de style – aussi brillant soit-il. La drôlerie n’empêche pas la gravité ; l’humour la pudeur. Du moins dans les poèmes les plus efficaces, tant les tours tendent à s’user rapidement et le rituel à glisser vers la répétition. Mais les pages les plus drôles, qui sont souvent aussi les plus belles, adoptent la posture du tireur touché, où sous le jeu se devine l’enjeu ; celui de parler de ce monde, de cette vie-ci, sans rien céder. Et c’est alors presque une morale qui se dessine entre les lignes, à l’heure de la déroute ou de la « note salée », quand l’air devient irrespirable et que, justement, la poésie ne respire plus : « elle conspire » (p. 14). Les sentences désopilantes – « il faut se lever de bonne heure. Mais se lever de bonne heure, n’est-ce pas se coucher devant l’ennemi ? » (p. 12) – et les longues phrases drôlement ampoulées invitent à sourire… et souvent, mine de rien, à réfléchir : « Violer la loi, cette garce notoire, faut-il le rappeler, n’est pas la solution miracle à la crise d’hystérie collectiviste traversée par un gouvernement aux ordres des choses entendues, ici ou là, avec cette arrogance journalistique qui nous fait tant de faux tableaux de la situation critique » (p. 17).

Il faut dire que Toulouse-la-rose est également l’auteur de plusieurs essais sur Guy Debord et l’Internationale situationniste (dont Debord contre Debord, Nautilus, 2010), dans lesquels il marque ses affinités – outre l’alcool s’entend – avec le principal théoricien du mouvement, tout en œuvrant à une opération salutaire de décapage de l’esprit de sérieux et du fétichisme qui sévit dans le milieu post-situ. En ce sens, ces poèmes – « pensées, donc » – participent à leur manière d’une stratégie parallèle.

DE L’ULTRA GAUCHE ET DE SA (ME)CONNAISSANCE A propos de : Jacques Leclercq, Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013, Paris, L’Harmattan, 2013, 316 pages, 29,50 €.

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

On connaissait Jacques Leclercq pour son travail érudit sur l’extrême droite et ses connexions avec la droite, exposé dans pas moins de trois ouvrages[1]. Cette fois, il décide de s’intéresser à la frange la plus radicale de l’extrême gauche, les ultra gauches[2].

I – Introduire

Dès la 4e de couverture et la brève introduction, on devine un auteur peu familier avec les contours théoriques, idéologiques et politiques de ce courant, situé par lui « à gauche de l’extrême gauche », un positionnement plutôt flou. La définition du terme qu’il donne à la fin de l’ouvrage (p. 267) ne fait que renforcer cette impression. La problématique centrale de Jacques Leclercq nous semble donc, d’emblée, manquer cruellement de rigueur, incorporant à la fois des libertaires (les CNT), des maoïstes, les autonomes et les communistes de gauche, voire de simples émeutiers, qui sont loin d’appartenir tous à l’ultra gauche[3]. Sans oublier, du côté des publications, L’Idiot international, Tout !, ou de nombreux textes d’épigones de l’Internationale situationniste ! Rien que leurs positionnements respectifs sur la question de la violence apparaissent d’ailleurs bien différents, ce qui rend d’autant plus discutable leur juxtaposition. Par ailleurs, sur cette question, on sent bien un auteur tiraillé entre deux tendances contradictoires : proposer des documents (extraits) permettant de ne pas assimiler tous les militants d’ultra gauche à des terroristes (intention louable), mais démontrer qu’il existe, malgré tout, au sein de cette famille politique, une tentation forte de la violence[4]. Ce qui est évidemment exact, mais sans mise en perspective historique, ne subsiste qu’une ambiguïté propice aux amalgames, justement ce qui devait être évité au départ. Passons également sur certaines  remarques tant péjoratives que convenues, comme la tendance à scissionner – ce qui serait caractéristique de toutes les avant-gardes politiques et esthétiques – ou le caractère abscons de certains textes … Il est également regrettable que l’origine des revues, brochures et autres tracts ou affiches recensés ne soit jamais présenté : s’agit-il de documents personnels de l’auteur, récoltés dans les manifestations depuis les années 1970 ?[5] Auquel cas, un tel travail doit être valorisé. Proviennent-ils de fonds de militants déposés dans des centres d’archives ? Mais alors lesquels, et pourquoi ne pas le signaler ?

II – L’ouvrage se divise en chapitres qui se veulent thématiques, à travers lesquels on distingue toutefois des idées forces. On retrouve en particulier une certaine pratique indifférenciée de la violence (évoquée plus haut), l’émergence du mouvement autonome[6] (chapitre VII) en réaction à une révolution qui se fait cruellement attendre, sa soif d’action, son urgence de changement, sa révolte totale et sans concessions[7], sa défiance à l’égard des hiérarchies de tout ordre (syndicats et organisations trotskystes majoritaires sont particulièrement vilipendés) et du militantisme traditionnel, son éloge de l’auto-organisation, jusqu’à un certain nihilisme[8], sans pour autant s’épargner une certaine autocritique[9]. Autant de caractéristiques qui s’incarnent dans des incendies de CES[10], des perturbations des défilés du 1er mai (p. 62), mais aussi dans les interventions musclées lors des manifestations contre le CIP et le CPE ou l’éloge des émeutes de 2005. Sont présentés également tout ce qui touche aux dernières années du franquisme, avec les actions des GARI et du MIL, ainsi qu’aux diverses expressions du communisme de conseil (ce qu’on appelle le conseillisme) ou de la critique contre la « société spectaculaire et marchande » véhiculée par nombre de brochures inspirées de la théorie situationniste (chapitre VI).

III– Néanmoins, se pose un réel problème, qui concerne deux accrocs majeurs à la méthode historique. Tout d’abord, à ce qui fait (ou devrait faire) l’intérêt de l’ouvrage, la publication d’une masse impressionnante de documents, tracts, affiches, textes issus de diverses publications… Non seulement la plupart de ces documents sont proposés avec des coupes plus ou moins importantes, certes signalées, mais non explicitées, mais ils sont en outre juxtaposés les uns à la suite des autres, sans remise en contexte systématique (pour la France, mais aussi l’Allemagne et l’Italie) et sans analyses détaillées[11] ; les dates manquent également à de nombreuses reprises, alors qu’elles figurent clairement sur les originaux[12], tout comme d’éventuelles hypothèses qui permettraient d’y pallier. De même, des reproductions de certaines publications sont incluses, mais sous un angle uniquement illustratif. L’impression qui en ressort est celle d’un collage totalement confus, difficile à suivre pour un non initié, alors qu’un des objectifs de Jacques Leclercq est de « permettre au lecteur de se forger son opinion » (p. 7). Enfin, il est également très perturbant de rencontrer une telle accumulation d’erreurs factuelles ou de contresens historiques dans ce qui est présenté comme un « outil indispensable » pour accéder à la connaissance de ce courant (p. 7). Nous nous bornons ici à en extraire quelques exemples (relevé non exhaustif, donc), à propos de deux tendances précises, que l’un de nous deux connaît plutôt bien[13], l’Internationale situationniste et les groupes qui s’en réclament, ainsi que la mouvance ultra gauche peu ou prou bordiguiste. Nous laissons donc de côté les « maoïstes », également malmenés pourtant[14], ainsi que les autres courants politiques.

L’Internationale situationniste (IS), d’abord. En annexe, dans les quelques définitions de termes, à « situationnisme », on peut lire que ce groupe « provient du courant conseilliste, donc du marxisme et des thèses d’Anton Pannekoek et de Rosa Luxembourg » et qu’il réunit, dès 1957, « des artistes, surréalistes, poètes, lettristes, donc un fort courant culturel, qui côtoie des communistes conseillistes » (p. 266). Deux courtes phrases, mais déjà quatre erreurs ! Poursuivons. Dans la liste des groupes et structures des années 1970, à IS, on lit : « Groupe créé en juillet 1957-1958 [sic] par divers courants surréalistes et des artistes, dont l’Internationale lettriste, le Mouvement pour un Bauhaus imaginiste, le Comité psychogéographique de Londres, le Mouvement Cobra (Copenhague-Bruxelles-Amsterdam), l’Internationale des artistes expérimentaux » (p. 197). De nouveau cinq erreurs ! Réparons-les. La réunion de fondation se tient en réalité les 27 et 28 juillet 1957, en Italie, dans le village de Cosio d’Arroscia (Alpes de Ligurie) où l’un des participants possède une maison. Il n’y a aucun poète (au sens courant du terme), pas plus que de surréaliste ou lettriste au sens historique que ces termes recouvrent, puisqu’une part des futurs créateurs de l’IS a élaboré une critique de ces deux avant-gardes devenues agonisantes car « décomposées », selon leurs termes. L’Internationale lettriste a justement rompu avec le lettrisme « officiel » d’Isidore Isou pour cette raison, en 1952. Il n’y a absolument aucun communiste conseilliste parmi les huit artistes qui fondent l’IS, la découverte de ce courant communiste anti-léniniste n’intervient qu’en 1960-1961, lors du passage de Guy Debord à Socialisme ou Barbarie. Enfin, il manque l’adjectif « international » au Mouvement pour un Bauhaus imaginiste et il ne peut y avoir de représentants du mouvement Cobra, celui-ci étant dissous depuis 1951, pas plus que d’une Internationale des artistes expérimentaux, qui est l’autre nom pour désigner Cobra ! Le célèbre texte De la misère en milieu étudiant (novembre 1966), rédigé en majeure partie par des membres de l’IS (surtout Mustapha Kayati) et approuvé par des étudiants strasbourgeois en contact avec Debord et ses camarades, est attribué par Jacques Leclercq à une fantomatique « Assemblée générale des étudiants » (p. 9). Quant à ces étudiants sympathisants avec les thèses situationnistes, ils se font élire tout à fait légalement à la direction de l’Association fédérative générale des étudiants de Strasbourg (AFGES-UNEF) et non en utilisant la force, avec moult défenestrations ! (p. 197). Enfin, à notre connaissance, il n’y a jamais eu quatorze anciens membres de l’IS qui créent, en 1974, un groupe nommé Antinationale situationniste, avec un journal du même nom. Il doit s’agir d’un pastiche, non reconnu comme tel par l’auteur.

Une brochure post-situationniste, La Raison dans l’histoire est, elle, correctement attribuée au bon groupe (p. 83), groupe hélas amputé d’un adjectif quelques pages plus loin (p. 98), alors que le nom de l’auteur, cette fois-ci, est orthographié correctement [Jimmy Lallement], ce qui n’était pas le cas précédemment. Et la date de parution indiquée (1974) est inexacte : c’est 1975. De la même façon, l’auteur affirme qu’un tract d’un certain Mouvement du 31 février se trouve dans le n° 2 de la revue Négation (juin 73). Outre que ce numéro ne contient aucunement ce tract[15], une affiche-tract (du même texte), « Déchaînons-nous ! », signée du même mouvement est archivée au CIRA[16] de Lausanne comme datant de 1971[17]. Ce groupe qui semble intervenir en milieu lycéen est lié au regroupement conseilliste nommé ICO (Informations et correspondances ouvrières). Également, citant par deux fois (p. 84, p. 199) la brochure La Nouvelle gazette rhénane, (supplément au n° 301), Jacques Leclercq ne l’attribue (Buck Mullighan) ni ne la date (avril 1974), ces indications figurant pourtant page 1. Une connaissance du marxisme et de la littérature d’avant-garde aurait permis à l’auteur de signaler le côté private joke[18] du pseudonyme de l’auteur (Buck Mullighan, sans le « h » toutefois, est le nom d’un personnage du roman Ulysse de James Joyce) et du soi-disant supplément (qui fait référence au fait que le dernier numéro, en 1849, du journal fondé par Marx et Engels à Cologne, la Neue Rheinische Zeitung (Nouvelle Gazette rhénane en français) était le n° 301). La revue Invariance est qualifiée de « courant », né en 1967, dont la seconde partie (?) est publiée de 1967 à 1975 (p. 197). En réalité, quelques militants, dont Jacques Camatte et Roger Dangeville, quittent fin 1966 le Parti communiste international (dit bordiguiste), qu’ils accusent de délaisser la théorie pour un activisme « léninisant ». J. Camatte crée alors Invariance dont le premier numéro sort en janvier 1968, et R. Dangeville lance Le Fil du temps, dès 1967[19], titre inspiré de la rubrique tenue par A. Bordiga dans la presse de son parti. Ce n’est donc absolument pas une « revue périodique du PCI-programme communiste » (p. 189)[20]. Arrêtons là.

IV – Ultras-gauches est également complété par une conclusion qui dresse une liste des morts liés aux mouvements. Cette liste amalgame sans aucun discernement des militants tués lors de leurs activités (Pierre Overney par exemple) ou ceux qui se suicident (mais alors, il y a de nouveau, des oublis) avec les victimes d’Action directe, comme le général Audran. L’auteur cite même Richard Durn, l’auteur de la tuerie du conseil municipal de Nanterre (mars 2002), au prétexte qu’il aurait fréquenté, un moment, « les milieux anarchistes et autonomes » (p. 263). Plusieurs annexes terminent le livre, dont une interview intéressante des quatre emprisonnés d’Action directe. Autre complément de taille, une liste des organisations concernées, classées par décennie (ce qui rend les redites inévitables), l’élément qui se rapproche le plus des précédents dictionnaires de Jacques Leclercq. Mais ce qui est le plus étrange, c’est que certaines de celles dont des documents ont été publiés sont absentes[21], tandis que d’autres n’ont droit qu’à des informations squelettiques, partielles (Action directe n’est présentée que via ses actions, sans un mot sur son discours) ou erronées. Enfin, si l’énumération alphabétique ne remplace pas l’élaboration d’une typologie fine, rien n’empêche la relecture d’un manuscrit, ce qui aurait permis d’éviter des phrases sans verbe ou de ce type : « polémiquer avec ses consorts » (p. 87), « art de la pastiche » (p. 51), actions « assorties par des attaques » (p. 71), « d’autres revues, tels » (p. 203) etc.

V – Conclure.

Alors, quelle est la raison d’être d’un tel livre ? Sans appareil critique conséquent et digne de ce nom, qui expliciterait par exemple l’utilisation, dans de nombreux textes d’inspiration situationniste, d’une terminologie associant les organisations d’extrême gauche à des « gangs » ou l’usage fréquent du « renversement du génitif (…) style insurrectionnel qui, de la philosophie de la misère, tire la misère de la philosophie »[22], il nous paraît peu utile, pour ne pas dire inutile, de publier des documents bruts. Que dire alors d’extraits ? D’autant plus que les historiens savent que le document, par lui-même, ne révèle rien, qui ne puisse et ne doive être éclairé par un questionnement spécifique. Que penser également de la prétention à fournir sur l’ultra gauche un « outil indispensable » (p. 7) alors que les erreurs, les insuffisances et les ambiguïtés de ce travail sont si nombreuses et si flagrantes ? Le plus inquiétant semble être l’ombre menaçante de la suspicion légitime qui peut s’étendre sur les précédents ouvrages de l’auteur. Décidément, l’ultra gauche est fort malmenée, soit par les autorités constituées fin 2008 lors de l’affaire de Tarnac[23], soit par les auteurs qui prétendent la sortir de l’ombre : déjà l’ouvrage de Christophe Bourseiller, Histoire générale de l’ultra-gauche (Denoël, 2003) n’était pas exempt de critiques, malgré l’apport de nombreuses informations. Faut-il ajouter que ce courant, propice à tous les fantasmes, nourrissant une peur irrationnelle des extrêmes susceptible de diverses instrumentalisations (politiciennes, idéologiques, médiatiques), ne se décline le plus souvent que dans le regard de l’autre, que comme construction a posteriori ? Il n’en demeure que plus indispensable la mise en route collective d’un dictionnaire raisonné et critique des gauches extrêmes et ultras, dont les prémices ont été à peine entamées il y a une trentaine d’années par Roland Biard[24], et non poursuivies depuis[25].


[2]     Remarquons et regrettons une orthographe fort peu correcte…

[3]     Rappelons que ce qui désigne historiquement l’ultra gauche regroupe le plus souvent des courants communistes de gauche antiléninistes, antiparlementaires, antisyndicalistes, comme la gauche allemande, la gauche italienne, les conseillistes, tous se réclamant peu ou prou du « communisme de conseils ». Néanmoins, ce terme étant à géométrie variable, s’y agrègent ou peuvent s’y reconnaître les bordiguistes (bien que ces partisans de Bordiga soient léninistes …), certains courants de l’Autonomie ouvrière, des inorganisés ou des personnalités singulières mais offrant un discours idéologique construit, voire la mouvance de Socialisme ou barbarie et les situationnistes. Si l’on veut préciser, le noyau central des analyses de l’ultra gauche repose sur la théorie marxiste classique du prolétariat, qui considère que celui-ci est historiquement contraint d’être communiste (ou n’est rien), qui accorde une place prépondérante au mouvement historique de la valeur et diagnostique la révolution communiste comme achèvement par le prolétariat du cycle du capital.

[4]     Ce qui le conduit à y consacrer, quand même, pas moins de deux chapitres, le II et le VIII. Pour une réflexion plus approfondie sur ce sujet, voir Dissidences volume 1, « Révolution, lutte armée et terrorisme », Paris, L’Harmattan, 2005 ; Christian Beuvain / Jean-Guillaume Lanuque / Jean-Paul Salles, « Violence révolutionnaire », in Antoine Artous / Didier Epsztajn / Patrick Silberstein (dir.), La France des années 1968, Paris, Syllepse, 2008, p. 818 ; Christian Beuvain, « A propos de quelques moments de violence révolutionnaire dans les années 1968 », in Dissidences volume 13, « L’historiographie. La décennie 1970 en France, inflexion, retournement, restauration politique ? », Latresne, Le Bord de l’eau, 2013, p. 85-96.

[5]     Certaines remarques semblent le laisser penser (p. 37 par exemple). De plus, s’il est difficile de retrouver trace de brochures, diffusées quasi confidentiellement, à la Bibliothèque nationale, la question ne se pose même pas pour les tracts ou les affiches manuscrites.

[6]     Sur ce point, les travaux de référence demeurent à ce jour ceux de Sébastien Schifres, La mouvance autonome en France de 1976 à 1984 et Le mouvement autonome en Italie et en France (1973-1984).

[7]     « Par l’union des exclus (prisonniers, ouvriers, jeunes…) l’histoire est en train de produire une bande à Bonnot qui ne peut plus être détruite, le dégoût ineffaçable de la survie et de son prix s’exprime dans les révoltes sans réserve qui voient le jour un peu partout » (p. 137), ou encore « Contrairement à divers gangs militants, nous n’entendons pas améliorer l’ordinaire d’une vie invivable mais supprimer toutes les causes de notre insatisfaction » (p. 146).

[8]     Un tract de 1994, page 53, fait ainsi l’éloge du casseur et de sa conscience implicite. De même, un texte des Fossoyeurs du vieux monde de 1978 explique que « Le vandale pillard, c’est le pauvre qui commence à se ressentir pauvre » (p. 104).

[9]     Voir le texte signé Matin d’un blues (p. 121).

[10]    Avec cette curiosité qu’est le CLITORIS, le Comité pour la liquidation immédiate du travail obligatoire par le recours à l’indiscipline et au sabotage (p. 50).

[11]    Certains sont par ailleurs reproduits deux fois, ainsi du tract du 1er mai 1978, présent page 63 mais aussi page 65, avec des extraits différents, ou de la critique des GARI visible page 73 et au bas de la page 76, le premier passage étant reproduit, là, plus longuement que le second : des exemples qui s’expliquent par une relecture insuffisamment rigoureuse.

[12]    L’un des auteurs de ce compte rendu possède un certain nombre des textes cités, ce qui permet ce genre d’affirmation. Par exemple, page 200, Le Voyou est présenté comme un « bulletin paraissant au début des années 70 », alors qu’il s’agit d’un journal, « organe de provocation et d’affirmation communiste », dont le n° 1 sort en mars 1973, dirigé par Nicolas Will, du groupe/revue Négation.

[13]    Voir la note précédente.

[14]    Relevons pourtant « le trio Alain Geismar, Serge July et Benny Lévy » (p. 11) crédités du livre portant sur la guerre civile (il s’agit de Vers la guerre civile, 1969) alors que les auteurs sont bien A. Geismar, S. July, le troisième nom étant en réalité celui d’Erlyn Morane, pseudonyme collectif de Herta Alvarez et Evelyne July, ainsi que Pierre Overney, enterré en mars 1971 (p. 45, le 4 mars 1972 en réalité). Le lecteur peut se reporter, pour les analyses, au volume 8 de Dissidences (mai 2010), « Prochinois et maoïsmes en France [et dans les espaces francophones] », ainsi qu’au n° 3 de notre revue électronique, la partie « Outils : Le maoïsme français », dont une chronologie et une bibliographie, sur  http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/sommaire.php?id=49 et pour Pierre Overney à l’article de Fanny Bugnon, « Venger Pierre Overney ? Controverse autour d’un mot d’ordre », dans le volume 13 de Dissidences, à paraître prochainement.

[15]    Ce n° 2 de Négation, de juin 1973, est sous mes yeux.

[16]    Il s’agit du Centre international de recherches sur l’anarchisme, fondé à Genève en 1957. Il existe aussi un CIRA à Marseille, créé par René Bianco en 1965.

[18]    Ces références à l’avant-garde artistique ou aux « riches heures » du mouvement ouvrier et révolutionnaire sont monnaie courante chez les situationnistes et ceux qui, peu ou prou, s’en réclament.

[19]    Cette revue comporte 14 numéros, le dernier en 1977.

[21]    Citons parmi d’autres les Indigestes de la République (sic), p. 156.

[22]    Guy Debord, La Société du spectacle, Paris, Buchet/Chastel, 1967, thèse 206, p. 166.

[23]    En novembre 2008, la police arrête Julien Coupat et ses camarades, soupçonnés d’actes de sabotages sur des lignes de TGV. La Ministre de l’Intérieur, Michèle Alliot-Marie, et Alain Bauer (ancien syndicaliste de l’UNEF-ID, socialiste rocardien devenu sarkozyste tout en conservant des liens avec des leaders du PS comme Manuel Valls), un de ses conseillers officieux en matière de lutte anti-terroriste, stigmatisent ces militants sous le terme de « terroristes d’ultra gauche ».

[24]    Roland Biard, Dictionnaire de l’extrême gauche de 1945 à nos jours, Paris, Belfond, 1978.

[25]    Le travail de Serge Cosseron chez Larousse en 2007 (Dictionnaire de l’extrême gauche), outre ses erreurs, ses insuffisances et ses interprétations erronées, n’offre aucune focale historique qui prendrait en compte les héritages, les filiations et les passages, articulés sur différentes temporalités, des multiples courants. Il préfère privilégier un présentisme dommageable à la compréhension du phénomène étudié.

Franck Gaudichaud (dir.), Amériques latines : émancipations en construction, Syllepse, collection « Les cahiers de l’émancipation », 2013, 130 pages, 8 €

Compte rendu de Fanny Gallot et Hugo Harari-Kermadec

Le projet de l’ouvrage Amériques latines : émancipations en construction, coordonné par Franck Gaudichaud, est de « nous aider à nous réarmer sur le plan des idées » pour « (re)penser comment transformer le monde » (p. 28). Rapport aux institutions, à l’État, au pouvoir ; place accordée à la lutte de classes, aux luttes écologiques ou indigènes : c’est l’ensemble de ces questions stratégiques cruciales qui se trouve ici posée. Le livre rassemble donc « dix utopies concrètes » reflétant « la diversité de ces expérimentations, certaines ‘‘par en bas’’, directement issues du mouvement social, d’autres davantage liées à des formes de démocratie participative et en lien avec certaines institutions » (p. 15-16) allant de la Commune de Oaxaca (Pauline Rosen-Cros) au conseils communaux dans les quartiers populaires de Caracas (Mila Ivanovic), en passant par une initiative pour une société post-pétrolière et du « bien vivre » en Equateur (Matthieu Le Quang).

Hervé Do Alto analyse l’expérience bolivienne au prisme de l’indianisme. Avec les mouvements sociaux victorieux et l’élection d’Evo Morales en 2005, « l’ethnicité s’impose indéniablement comme une thématique structurante du champs politique » (p. 41). A y regarder de près, il apparaît que ce n’est pas Morales qui portait cette question indigène, mais que c’est plutôt l’irruption d’un contexte de légitimation de cette question qui a renforcé la position du dirigeant du MAS. Après huit années de présidence, une distinction forte apparaît entre une politique en faveur des paysans et un agenda indianiste. Le conflit autour du projet de route traversant le parc national du Tipnis cristallise ces tensions en opposant les communautés indigènes habitant le parc aux les cultivateurs de coca qui espèrent se développer grâce à la route. Cette très belle analyse permet de réaffirmer « que les hiérarchies ethniques et sociales ne font sens que lorsqu’elles s’insèrent dans un univers de sens et de pratiques délimités : si les paysans ne sont pas des ‘‘indigènes’’ aux yeux d’organisations telles que la Cidob [Confédération des peuples indigènes de l’Orient bolivien], leur ‘‘indianité’’ ne fait pourtant aucun doute pour des interlocuteurs urbains et/ou blancs » (p. 48).

Le chapitre de Flora Bajard et Julien Terrié traite de la Commune du 17 avril, l’occupation de terres à Fortaleza, la quatrième ville du Brésil par 400 familles des Mouvements des conseils populaires (MCP) et des travailleurs ruraux sans terre (MST). Cette première occupation en zone urbaine préfigure la nouvelle stratégie du MST qui se tourne vers la ville et vise la mise en œuvre conjointe du droit au logement et du droit au travail. En s’appuyant sur la riche expérience du MST, la commune se structure matériellement et symboliquement en vue de concrétiser « le projet d’émancipation de chacune en tant que sujet, mais aussi le devenir collectif, qui consiste à retrouver une visibilité et une reconnaissance sociales ». Ainsi, les místicas (des célébrations mêlant religion et création) « permettent,  sous forme métaphorique et symbolique, de matérialiser les aspirations de tous, et de créer un ‘‘tout’’ consolidant le collectif et une conscience de classe en construction » (p. 65-66).

Anna Bednik analyse l’expérience de l’Association des producteurs pour le développement communautaire de la Ciénaga Grande du Bas-Sinú (Asprocig) en Colombie. Face aux projets successifs de développement capitaliste mêlés aux intérêts mafieux des cartels, les habitants de cet écosystème de delta marécageux s’adaptent et résistent à la croisée de l’écologie, de la lutte des classes et de la défense des droits démocratiques et indigènes. L’association fédère plus de 1000 familles dans un projet d’agro-écologie associant la production individuelle aux exploitations collectives, suivant les échelles adaptées aux différentes productions agricoles. L’association assure également l’échange des excédents et des connaissances dans un environnement en mutation permanente. Anna Bednik retient de cette expérience l’oxymore d’une puissance d’agir libérée grâce à l’attachement des habitants « à leur milieu modifié et à leur territoire réduit, à leur identité maltraitée et à leur fleuve mutilé, aux autres et à eux-mêmes. Leur expérience a été avant tout de (re)créer et de faire vivre ces liens » (p. 93).

Richard Neuville revient sur « Quatre décennies de lutte des « sans terre urbains » en Uruguay », soulignant l’importance et l’aspect novateur du mouvement coopérativiste de la FUCVAM qui, sous la forme d’une propriété collective permet aux usagères et usagers de bénéficier d’un toit contre le paiement d’une redevance mensuelle à la coopérative. Ces coopératives sont le produit de mobilisations collectives dont la dernière vague, en 2006, a conduit à l’occupation d’un « terrain de l’entreprise publique des chemins de fer abandonné depuis quarante ans » (p. 120), ce qui a permis l’installation de quarante coopératives. Aujourd’hui, la politique de José « Pepe » Mujica ne tient pas ses promesses en matière de logement et promeut bien davantage l’accession à la propriété individuelle ce qui, bien sûr, évince les plus bas salaires.

Enfin, Jules Falquet aborde « Les femmes contre la violence masculine, néolibérale et guerrière au Mexique ». Elle s’attarde d’abord sur le contexte économique et social du Mexique et explique que les politiques d’ajustement structurel des années 1980 puis sur le traité de libre échange signé en 1994 avec les États-Unis et le Canada ont « détruit l’économie rurale et les communautés indiennes du pays » (p.126). Aujourd’hui, le pays est « plongé dans un véritable bain de sang par la « guerre contre le narcotrafic » » (p.126) et ce sont les femmes qui en payent le prix fort avec les « féminicides » qui de Ciudad Juarez se sont répandus dans tout le pays. Pour autant, l’auteure souhaite surtout montrer que les femmes ont repris l’initiative en organisant un Tribunal Permanent des Peuples pour « mettre en mots publiquement la violence et l’injustice. » (p.130)

L’ensemble des expériences rassemblées dans ce livre militant, publié dans une collection « ancré dans la gauche radicale »[1], invite à sortir des réponses rapides et toutes faites pour comprendre les mouvements sociaux non seulement  de ce sous-continent toujours en ébullition, mais aussi d’autres continents, qui ouvrent aujourd’hui de nouvelles pistes stratégiques permettant de repenser l’émancipation.

Thierry Pillon, Le corps à l’ouvrage, Paris, Stock, collection « Un ordre d’idées », 2012, 196 pages, 19 €

Compte rendu de Georges Ubbiali

Thierry Pillon est un sociologue, connu pour des publications, de très bonne facture, dans cette discipline (notamment un Traité de sociologie du travail écrit avec François Vatin). Dans cet ouvrage, il se livre à une très sensible analyse de la place du corps dans le monde du travail. Le point de départ de sa réflexion est des plus original. En effet, il se livre à une investigation reposant sur les récits des producteurs eux-mêmes. C’est donc en s’appuyant sur les témoignages d’ouvriers d’usine, de mineurs , d’ouvriers spécialisés, de travailleurs du textile, de salariés de la chimie, de métallurgistes, d’intérimaires, d’hommes et de femmes, de Français ou d’Italiens, de Belges ou de Hongrois qu’il raconte l’univers du travail. Le caractère autobiographique rend le regard extrêmement vivant et direct. Au plus près des sensations ressenties, Thierry Pillon fait vivre au lecteur l’expérience même du corps investi dans l’acte productif, dans la relation à l’espace de travail. Les sens sont immédiatement mobilisés. Que ce soit la chaleur du travail à la forge, le froid de l’atelier, l’alternance du souffle glacial et de l’étouffante brûlure du four dans la locomotive, l’intimité avec la matière, mais aussi les humeurs du corps collectif des travailleurs, Thierry Pillon sait s’appuyer avec délicatesse  sur cette matière riche et intime. Si les situations les plus extrêmes – notamment celle de la mine, le corps enfermé et pressuré dans la taille, toujours à deux doigts de l’accident – apparaissent désormais relever d’une organisation dépassée du travail, il n’en reste pas moins que l’exposition de ce corps du travailleur à la peine, à la blessure ou à l’accident, demeure toujours présent de nos jours. Ce rapport charnel au travail se vit, sous sa plume, à hauteur d’homme, individualisé. C’est là sans doute une des limites de l’ouvrage : ce corps à l’ouvrage se manifeste à travers des individus singuliers, sans que la dimension collective, agonistique[1], ne se manifeste. Si les ouvriers souffrent, rêvent, ou encore expriment la tension, ils ne luttent guère.  Bien sûr, l’expression de la solidarité affleure ici ou là, mais la grève, la manifestation, l’arrêt de travail ne sont guère présents tout au long de ces belles pages. Si le livre se conclut sur l’évocation de la littérature (ainsi François Bon ou Florence Aubenas sont cités), cette dimension proprement littéraire n’est pas incluse dans ce récit, ce que l’on peut regretter. C’est pourquoi il faut souligner d’autant la force d’évocation sensible de ce corps à l’ouvrage, et souhaiter un prolongement de la réflexion, enrichie d’une importante littérature publiée ces dernières années.

 

 


[1]    Qui concerne les conflits.