Archives mensuelles : janvier 2014

Alexandre Dorozynski, Moi, Vladimir Oulianov dit Lénine. Le roman du bolchevisme, Paris, Le Cherche-midi éditeur, collection « Documents », 2001, 272 pages, 16,77 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alexandre Dorozynski est un auteur touche à tout, qui semble avoir eu le projet, dans la vague initiée par Le Livre noir du communisme, de proposer une vulgarisation de la vie de Lénine. Le parti-pris est placé sous des auspices quelque peu fantastiques, imaginant un Lénine vivant mais endormi artificiellement dans son mausolée, qui raconterait sa destinée passée. Le premier chapitre est à cet égard saisissant sur le sort du corps du dirigeant bolchevique après son décès, avec l’institution d’un comité d’immortalisation1 (sic). Mais très vite, le récit devient plus plat. La narration à la première personne de l’auteur est en effet loin, très loin de se rapprocher de ce chef d’œuvre de l’autobiographie imaginaire que sont les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar. On nous dira que Lénine, qui est censé s’exprimer, n’était pas un aussi bon écrivain que Trotsky. Certes, mais le problème est que le portrait devient vite à charge, et qu’une certaine ambiguïté domine tout au long de l’ouvrage.

Les citations sont en effet nombreuses, mais sans que l’on connaisse exactement leur origine, et en notes, les témoignages critiques dominent assez largement les récits plus empathiques (jusqu’à faire dire à Lénine que sacrifier 1/10e de la population russe est un prix à payer acceptable, laissant planer un doute sur l’authenticité des autres prétendus extraits…). Aucune bibliographie n’est portée en annexe, et on sent bien qu’Alexandre Dorozynski privilégie un angle bien particulier : il voit en effet en Lénine un démagogue, manipulateur des foules (les bolcheviques doivent mener l’« infiltration » des soviets), intransigeant et dogmatique (rejetant par principe la participation aux élections présidentielles étatsuniennes), misanthrope (son mépris des paysans est énergiquement souligné) et amoral, prêt à tout pour faire triompher un idéal désincarné. Dans son récit, les éléments factuels véridiques, tel le traumatisme séminal de l’exécution du frère aîné, cohabitent ainsi avec des éléments en apparence objectifs, mais qui nourrissent la thèse de l’auteur (un amour de la nature, qui représenterait l’opposé d’une sincère empathie à l’égard du genre humain). De même, à une présentation des diverses mesures progressistes prises par les bolcheviques au pouvoir, il est préféré de longs développements sur le mépris de la démocratie (l’exemple de l’Assemblée constituante est central), la terreur et la violence sans freins, pour lesquelles la situation concrète qui est en jeu n’est que vaporeuse. Surtout, Alexandre Dorozynski donne l’impression d’isoler des constantes du caractère de Lénine, dont les piliers se nomment violence et élitisme, sans jamais envisager une évolution sur la durée de son existence (il lui attribue une adhésion à la théorie de la révolution permanente dès 1905), sans non plus appréhender un réel pragmatisme, en fonction des mutations de la situation.

Cela s’accompagne d’un silence sur certains écrits n’allant pas dans le sens de la problématique retenue (Matérialisme et empiriocriticisme ou Le communisme de gauche, maladie infantile du communisme), et d’une série d’erreurs témoignant d’une compréhension déficiente des mouvements révolutionnaires, noyant les quelques remarques justes2. Interprétation de la rupture entre bolcheviques et mencheviques axée sur l’opposition démocratie / autoritarisme (faisant fi du centralisme démocratique et de la diversité interne au parti bolchevique, p. 100), mauvaise définition de la révolution permanente (négligeant la notion de transcroissance, p. 114), paternité erronée de l’analyse de l’État comme étant de classe (Marx et Engels l’avaient écrit bien avant Lénine, p. 167), affirmation d’une croyance fumeuse dans une vague révolutionnaire après 1917 (qui s’accompagne d’une description partielle et erronée de la révolution allemande3, p. 154 et 243), jusqu’au soutien financier des Allemands aux bolcheviques, y compris après leur prise de pouvoir (sic !). On l’aura compris, le livre d’Alexandre Dorozynski porte bien son sous-titre de « roman du bolchevisme ». Lénine peut encore attendre son biographe rêvé…

 1 Voir notre recension sur ce même blog de Ilya Zbarski et Samuel Hutchinson, A l’ombre du mausolée. Une dynastie d’embaumeurs, Arles, Solin / Actes sud, 1997.

2 Tel le traumatisme de l’écrasement de la Commune de Paris, un précédent à éviter à tout prix, ou de cette comparaison pertinente selon laquelle « Le révolutionnaire professionnel est (…) l’obstétricien de la révolution : il doit déterminer le moment le plus favorable pour cet accouchement. » (p. 170).

3 De même, la brochure de Rosa Luxemburg, La révolution russe, n’est utilisée que sous son angle critique, jamais sous son jour plus élogieux ou nuancé, pourtant dominant. 

Philippe Artières, La banderole. Histoire d’un objet politique, Paris, Éditions Autrement, collection « Leçons de choses », 2013, 159 pages, 15 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

Directeur de recherches au CNRS, l’historien Philippe Artières construit depuis une vingtaine d’années une œuvre dévolue à la culture graphique, sous la « double injonction » (p. 157) de Georges Perec et de Michel Foucault. Cet essai sur la banderole, objet si familier qu’il en devient invisible (p. 17), fait partie de ses derniers travaux, le plus récent étant celui sur La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945)1.

Apparue massivement dans les rues des villes en révolte au début du XXe siècle, la banderole se présente sous la forme d’une « bande de textile marquée de quelques mots tracés, imprimés ou peints » (p. 17). Définie comme « écrit exposé », elle est de l’ordre de l’éphémère et appartient sans conteste à la rue, du côté du politique : elle dit la contestation et la révolte, souvent. Signe de « ralliement à une même cause » (p. 20), outil de pression, elle s’empare des villes puisque la banderole est à la fois une arme et un outil de subversion (p. 21-23), utilisé dans les luttes pour le pouvoir (y accéder, le contester, le renverser). De même qu’il y a une guerre des images2, Philippe Artières veut nous démontrer qu’il y a une lutte graphique, qui sert à imposer de nouvelles écritures. Bien que cet exemple ne soit pas utilisé par l’auteur, comment ne pas évoquer les expressions introduites par les bolcheviques russes dès Octobre 17 : « Agit-prop », « Politburo », « Comintern », « Cavarmée », « Orgburo » etc., qui construisent, dans les années vingt et trente, une cohésion politique et utopique autour de signes à la fois fascinants et légèrement mystérieux ?

Dans cet essai composé de cinq chapitres thématiques, entrecoupés d’histoires singulières ou de souvenirs personnels, l’écrit s’expose comme rhétorique visuelle. Il est tatouage sur les corps des marins du XIXe siècle, pratique de fierté3 qui transforme souvent leur corps « en banderole patriotique » (p. 37) ou banderole-écharpe, avec utilisation de couleurs spécifiques de protestation, arborée par les suffragettes britanniques. Il est pancarte, à la manière des hommes-sandwichs, pour les militants des droits civiques, aux Etats-Unis dans les années soixante ou s’étale sur de grands panneaux muraux pendant la révolution culturelle chinoise, le dazibao. On le remarque, enfin, sous la forme stylisée d’un logo appelé à devenir mondialement célèbre, les onze lettres du mot « Solidarnosc », en rouge et blanc, couleurs du drapeau polonais.

Bien que le sauvetage, l’archivage et l’exposition des objets graphiques les plus anciens, par certains musées, dont celui de l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) d’Amsterdam est le modèle incontesté, puisse laisser penser que la banderole n’existerait plus que comme trace du passé, il n’en est évidemment rien. Si les inscriptions au feutre noir sur les poitrines nues des militantes Femen, qui défilent pour contrer les manifestations des droites et extrêmes droites radicales ainsi que les cortèges religieux, n’apparaissent que comme reprise osée du procédé du corps visuel, la pratique nouvelle sur le Web du defacing4 réinvente l’usage de la banderole, par des militants qui ne sortent pas de leur bureau.Si l’on peut s’interroger sur le sens social de ce type de militantisme qui rompt de manière abrupte avec les anciennes pratiques, il n’en demeure pas moins que puisque « l’espace des protestations s’est modifié » (p. 134), la guerre graphique se modifie également, par extension.

Née au début du XXe siècle, la banderole est contemporaine de la progressive diffusion de l’accès à l’écrit. Apportant un « éclairage inédit sur l’histoire sociale de l’écriture » (p. 25), cet essai de Philippe Artières sur une histoire matérielle de la banderole doit se lire en parallèle avec les recherches de Roger Chartier sur le livre5. Le propre de la banderole est de faire voir, mais aussi d’être vue. Là réside son efficace. Là réside le propos de ce livre.

1Philippe Artières, La police de l’écriture. L’invention de la délinquance graphique (1852-1945), Paris, La découverte, 2013, qui sera prochainement chroniqué sur ce blog.

2On se reportera aux différents travaux de Laurent Gervereau.

3Rappelons qu’à l’origine le tatouage est signe d’infamie : que l’on songe à la fleur de lys marquée au fer rouge sur l’épaule de Milady de Winter dans Les trois mousquetaires d’Alexandre Dumas.

4Cette pratique de piratage informatique « consiste à s’introduire sur le site d’une institution ou d’une entreprise, puis à intervenir sur sa page d’accueil en lui substituant une autre page (…) » (p. 134).

5On lira par exemple, sous sa direction, Histoire de la lecture dans le monde occidental, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points Histoire », 2001.

Eric Hazan, La Barricade. Histoire d’un objet révolutionnaire, Paris, Autrement, collection « Leçon de choses », 2013, 176 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette nouvelle collection des éditions Autrement se veut à la fois originale et vulgarisatrice. Il s’agit en effet de s’intéresser à des objets emblématiques, qui concentrent les signifiés d’une époque. Après un premier titre sur La Banderole. Histoire d’un objet politique, par Philippe Artières1, c’est Eric Hazan qui se saisit de cet instrument de combat bien spécifique qu’est la barricade, ponctuant son propos de plans illustratifs bienvenus. Toutefois, sans doute contraint par les impératifs de la collection, il centre son propos sur la France, Paris principalement2, et n’essaye pas de repérer en amont du XVIe siècle des traces de barricades au Moyen Âge ou dans l’Antiquité, y compris hors d’Europe.

L’origine de la barricade se trouve ainsi pour lui en plein cœur des guerres de religion françaises, d’abord étymologiquement parlant (le mot est inventé à partir de barrique par Blaise de Monluc, partisan du roi et adversaire des huguenots, autour de 1570), puis dans la pratique. Le point culminant en est en effet, au mois de mai 1588, le soulèvement de la population parisienne contre les troupes d’Henri III, à l’instigation de la Ligue catholique. Déjà, au vu du succès de ce mouvement, on saisit toute la force de ce mode de combat : son efficacité tactique permet en effet de bloquer le déplacement des forces de l’ordre, soumises en outre à un véritable bombardement du haut des immeubles. L’étape suivante se situe au début des événements de la Fronde. Août 1648 voit en effet une réaction populaire, cette fois totalement spontanée, prompte et généralisée, se lever suite à l’arrestation de figures de premier plan du Parlement de Paris sur ordre de la Régence. Mais la question la plus intrigante, qui n’est pas creusée par Eric Hazan, est celle de l’absence de nouvelle utilisation des barricades avant la Révolution3.

Les barricades font un retour aussi bref que tragique en mai 1795, lorsque les derniers sans-culottes prennent part à une émeute populaire dirigée contre la Convention thermidorienne, une contre-offensive qui ne va pas jusqu’au bout. Au-delà de cet épisode finalement peu significatif, il faut attendre 1827 pour assister à un regain des barricades parisiennes, la joie d’élections ayant désavoué Charles X se transformant en un mouvement pré-insurrectionnel, vite réprimé. Ce ne sont là que les prémices des journées de juillet 1830, véritable « apogée », au cours desquelles pas moins de 4000 barricades furent dressées dans les rues de Paris ! Les soulèvements des canuts en 1831 et 1834, celui, parisien, à finalité républicaine en 18324, usent également de la barricade, mais c’est avec le printemps des peuples en 1848 que la technique se diffuse à travers toute l’Europe. Toutefois, à compter de juin 1848, c’est-à-dire du soulèvement ouvrier défait à Paris, dont Eric Hazan offre un récit captivant, la barricade entame selon lui son déclin, officiant à une succession de défaites, dont celle de la Commune.

Toutefois, ce constat de barricades qui ne permettraient plus de résister à des armées plus efficientes, qui souffriraient de leur caractère trop décentralisé et seraient inadaptées à un urbanisme nouveau, initié à Paris par le baron Haussmann (aux rues plus larges et à la population industrielle éloignée des centres villes), nous semble passer bien trop vite sur son utilisation au XXe siècle, de la Russie à l’Espagne en passant par la Chine ou l’Amérique latine. De même, il est dommage que les réflexions des théoriciens du mouvement ouvrier sur le sujet n’aient pas été abordées (celles d’Engels au soir de sa vie, par exemple, ou le corpus constitué par les Écrits militaires de Marx5). La Barricade est donc un ouvrage d’initiation historique plaisant, mais qui ne remplace pas des travaux plus poussés comme les actes du colloque dirigé par Alain Corbin et Jean-Marie Mayeur en 19976.

1Lire le compte rendu de cet ouvrage par Christian Beuvain sur notre blog cette semaine.

2 Rappelons qu’Eric Hazan est l’auteur de deux ouvrages d’importance sur la capitale, L’Invention de Paris et Paris sous tension.

3Voir à ce sujet Jean Nicolas, La Rébellion française. Mouvements populaires et conscience sociale (1661-1789), Paris, Gallimard, collection « Folio Histoire », 2008.

4Lire l’essai stimulant de Thomas Bouchet, Le Roi et les barricades. Une histoire des 5 et 6 juin 1832, Paris, Seli Arslan, 2002, ainsi que Charles Jeanne, À cinq heures nous serons tous morts ! Sur la barricade Saint-Merry, 5-6 juin 1832. Présenté et commenté par Thomas Bouchet, Paris, Vendémiaire, 2011.

5Karl Marx, Écrits militaires. Violence et constitution des États européens, Paris, L’Herne, 1970.

6 Alain Corbin, Jean-Marie Mayeur (dir.), La Barricade, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997. 

Marcelino Viera, Maxime Foerster, Yves Rouvière (illustrateur), Comprendre l’anarchisme, Paris, Max Milo, collection « Comprendre/essai graphique », 2013, 123 pages, 12 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans cette collection qui rassemble un texte (court) et quelques illustrations (ici d’Yves Rouvière), voici un nouvel opus. Notons tout d’abord que certains dessins semblent assez éloignés du sujet traité et pourraient figurer dans ces albums de bandes dessinées de science-fiction (par exemple p. 41 ou 69). Mais la question qui se pose plutôt en lisant ce petit livre ne relève pas tant de l’esthétique des illustrations que du fond du propos. En effet, la vision proposée de l’anarchisme dans les quelques pages du volume est celle d’une courant philosophique (d’où l’aspect éthéré de certaines illustrations) plus que d’une doctrine sociale. Ainsi, au-delà de certains aspects pour le moins discutables (ainsi, réduire l’usage de la violence au « crime politique » (p. 13) désarçonne, quand une telle assertion se trouve en introduction), dès la définition proposée de l’anarchisme, c’est une approche métaphysique qui est privilégiée : « A notre avis, il est nécessaire de combiner au niveau social quatre concepts essentiels pour qu’un mouvement ou une idéologie puisse être considérée comme anarchiste : la liberté, la solidarité, l’individualité et la raison » (p. 18). Ce qui ressort immédiatement de cette proposition, c’est que l’anarchisme renvoie à une conception morale, pas à une analyse matérialiste. On comprend alors pourquoi le premier chapitre s’oppose à l’idée qu’il puisse y avoir un courant anarchiste de droite. De ce point de vue, le chapitre central n’est ni celui consacré à Proudhon, Bakounine ou Kropotkine, mais bien celui dédié à Stirner et au courant individualiste. Symptomatique apparaît ainsi la lecture proposée de Proudhon, dont la philosophie se définit ainsi : « La modernité s’appuie sur des individus qui ont conscience de pouvoir peser sur le cours de l’Histoire, à travers la possibilité de mobiliser des actions morales et solidaires pour produire des changements matériels et sociaux » (p. 56). Et bien sûr, Proudhon mérite de figurer dans ce panorama, en raison de « son fort potentiel intellectuel » (p. 56). Plus grave apparaît, toujours à propos de Proudhon, la déconsidération dans laquelle les auteurs entraînent ce dernier en voulant prouver sa supériorité sur Marx, à partir de leur conception de l’anarchisme. « En considérant la tromperie comme origine de l’inégalité entre les hommes, et non pas une violence originelle comme le soutient Marx, Proudhon conçoit un être humain rationnel ayant la capacité de produire des changements (économiques, sociaux, politiques, culturels) à travers l’éducation et les sciences et aussi en utilisant une perspective psychologique (étude de l’homme passionnel) qui permet d’expliquer l’origine de l’esclavage comme conséquence d’une erreur, d’un mauvais calcul initial (souligné par nous) » (p. 60). L’esclavage de plusieurs dizaines de millions d’individus sur plusieurs siècles, comme résultat d’un mauvais « coup de dé », on conviendra qu’il existe des explications un tant soit peu plus historiques …. Après une présentation des auteurs de référence, ce livre se prolonge par une présentation de l’anarchisme en France, mettant l’accent de manière là aussi assez unilatérale sur les luttes de libération sexuelle, sur certaines desquelles (par exemple Armand et la camaraderie amoureuse), de longs commentaires seraient nécessaires. Il n’est pas garanti que la courte bibliographie qui accompagne cet ouvrage soit suffisante pour le conserver parmi les synthèses utiles proposées par les éditeurs sur le sujet. Le lecteur préférera se reporter à l’ouvrage de Philippe Pelletier, Anarchisme vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire1, chroniqué sur ce blog, qui offre « une solide introduction au panorama historique et actuel de l’anarchisme »2.

1Philippe Pelletier, Anarchisme vent debout ! Idées reçues sur le mouvement libertaire, Paris, Le Cavalier bleu, collection « Idées reçues », 2013.

2Vincent Chambarlhac, sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4027

A. Dan [Daniel Alexandre], Maximilien Le Roy, Thoreau. La vie sublime, Bruxelles, Le Lombard, 2012, 88 pages, 20,50 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La bande dessinée n’est plus depuis longtemps un art mineur. La publication de cet opus consacré à Henry David Thoreau en constitue une illustration supplémentaire. Ce livre se présente comme une contribution dessinée à sa biographie. Si la plupart de ses textes sont disponibles en édition courante, en revanche, la personnalité du philosophe américain est moins connue. Cet ouvrage participe, à sa façon, à la découverte de l’individu. Henry David Thoreau est ce philosophe, écrivain et poète auteur du livre Walden ou la vie dans les bois, qui fait l’éloge de la vie au plus près de la nature. Ce livre est également le fruit de son expérience, puisqu’on découvre au fil de la bande dessinée que ce dernier a passé un temps substantiel dans les bois du Massachusetts, son État natal, dans les années 1850-1860 (il meurt en 1862). De cette vie proche de la nature, il en tire une philosophie de la non-violence, qu’il mettra en œuvre à l’occasion de la lutte contre l’esclavagisme (lequel fut aboli en 1865). Agréablement colorée, cette bande dessinée permet de suivre les principales étapes d’une vie engagée, qui le fit reconnaître, après sa disparition, comme une des sources importantes du courant anarchiste individualiste. On lira d’ailleurs avec intérêt l’interview de Michel Granger, professeur de littérature américaine à l’Université de Lyon, qui conclut le volume. Ce dernier fournit de précieuses pistes de compréhension du personnage et de sa pensée. Bref, un livre instructif et qui apporte de très nombreuses informations. Un seul regret, néanmoins, assez personnel, il faut en convenir. Autant le scénario de Maximilen le Roy – déjà auteur en 2011 d’un remarqué Dans la nuit la liberté nous écoute sur les combattants français aux côtés des communistes vietnamiens dans les années cinquante1 – est de bonne qualité, autant le dessin de A. Dan demeure assez frustre et comme inabouti. Malgré cette limite, cette bande dessinée permet une première approche, sensorielle et vivante, par l’exemple pourrait-on dire, des principales réflexions à propos de la lutte contre l’injustice et l’oppression.

1Maximilien Le Roy, Dans la nuit la liberté nous écoute, Bruxelles, Le Lombard, 2011, chroniqué par Christian Beuvain et Georges Ubbiali sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/2960

Auguste Blanqui, Le Communisme, avenir de la société, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, 2008, 112 pages, 7 €, préface de Roger Martelli, postface de Lucien Sève.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans la vague de rééditions dont bénéficie Auguste Blanqui, dit « l’Enfermé » – le passionnant L’Eternité par les astres chez Les Impressions nouvelles, le décevant Ni Dieu ni maître d’Aden (tous deux chroniqués sur notre blog), ou le précieux Maintenant, il faut des armes chez La Fabrique – , les éditions du Passager clandestin ont choisi de jeter leur dévolu sur un extrait d’un ouvrage posthume, La Critique sociale, rédigé autour de 1870. Le texte en question n’occupe toutefois qu’une quarantaine de pages, le reste de l’opuscule étant consacré à des réflexions de deux communistes critiques issus des rangs du Parti communiste français, Roger Martelli et Lucien Sève.

Blanqui défend donc le communisme, « (…) qui est la révolution même (…) » (p. 58), entendu comme avenir communautaire de l’espèce humaine, dont des esquisses sont déjà visibles tout autour, dans la société capitaliste. Sa volonté de démonstration scientifique de cette nécessaire évolution sociale s’accompagne d’une insistance remarquable sur le moyen, clef permettant de parvenir à ce stade, à savoir l’instruction. L’occasion pour Blanqui de conspuer un ennemi dangereux entre tous, la réaction cléricale, ici le catholicisme, qui domine alors l’enseignement. Bien sûr, on peut aujourd’hui trouver réducteur, voire naïf, de placer autant d’espoir dans l’instruction généralisée des masses, mais c’est là le point clairement le plus dépendant du contexte d’écriture, une époque dans laquelle ce sentiment était largement partagé dans les cercles révolutionnaires. Pour le reste, on notera que Blanqui, critiquant avec force les « socialismes utopiques », fait totalement confiance à l’esprit d’organisation des générations futures, écarte avec brio la fausse liberté libérale que ses adversaires opposent volontiers au communisme. Sa proposition d’abolition de la dette publique ou ses avertissements sur la destruction des ressources naturelles sont également plus que jamais pertinents de nos jours. En conclusion de son texte, Auguste Blanqui développe un véritable programme révolutionnaire pratique, qui va de l’expulsion des clercs à la confiscation des biens (terres, usines, etc.) des capitalistes (ces derniers s’étant préalablement enfuis avec leur fortune), en passant par la mise en place d’une dictature parisienne, censément plus éclairée que le reste du pays. La province devra donc attendre, avant de bénéficier du droit de vote, d’avoir pu profiter d’un minimum d’instruction (le traumatisme des débuts de la IIe République est ici sensible et palpable) ; de même, il n’est pas question de forcer les paysans à la communauté, mais de les encourager avec bienveillance à cette évolution nécessaire.

Dans sa présentation, Roger Martelli dresse le portrait d’Auguste Blanqui, révolutionnaire professionnel et empiriste patent, et prend surtout ses distances vis-à-vis de tout ce que le blanquisme partage comme points communs avec le bolchevisme, conservant avant tout l’« esprit » de la révolution sans la forme parti. Cette réflexion critique, Lucien Sève la mène plus en profondeur dans sa contribution, « Le « communisme » est mort, vive le communisme ! ». Rejetant avec force ce qu’il appelle le « communisme », c’est-à-dire l’évolution contre-révolutionnaire de l’URSS et du camp socialiste réellement existant, il souhaite conserver le terme de communisme (mais paradoxalement pas celui de socialisme !), en le reprenant tel que Marx le concevait, comme mouvement des choses. Cela le conduit à abandonner nombre d’acquis du léninisme, le parti d’avant-garde (lui préférant une organisation souple au fonctionnement horizontal), la conquête de l’État (au profit d’une plus vague « évolution révolutionnaire », qui entre d’ailleurs en contradiction avec la réflexion de Marx lui-même), l’appui privilégié sur le prolétariat (au profit de toutes les bonnes volontés). On repère cependant dans son texte comme des traces mal effacées de vieux démons du PCF, lorsqu’il réduit implicitement le mouvement communiste à son parti ou lorsqu’il véhicule des idées reçues sur l’extrême gauche1. En conclusion, ce que nous écrivions à propos du dernier livre de Éric Hazan chroniqué récemment ici2, s’applique tout à fait à cet ouvrage, qui s’inscrit donc lui-aussi dans les tentatives actuelles de « reformulation de stratégies émancipatrices, basées sur le refus (…) du bolchevisme et des principes léninistes », mais cette fois en instrumentalisant Auguste Blanqui, qui n’en peut mais.

1 « (…) l’extrême gauche trotskiste et toute forme de gauchisme [sic – qui privilégieraient] (…) le stérile enfermement sectaire (…) » (p. 89).

2Eric Hazan & Kamo, Premières mesures révolutionnaires, Paris, La Fabrique, 2013, sur http://dissidences.hypotheses.org/4160

Ludivine Bantigny, La France à l’heure du monde. De 1981 à nos jours, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2013, 526 pages, 27 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac et Jean-Paul Salles

Parmi de nombreux autres, ce livre1 présente deux mérites importants. Tout d’abord l’historienne, très au courant de la production académique récente, reconnaît sa dette vis-à-vis des nombreux et nombreuses sociologues, politistes, historien(n)es, économistes, spécialistes divers – mais pourquoi ne pas citer André Guichaoua à propos du Rwanda. Ensuite, elle utilise pour réaliser ce travail une langue parfaite, un style plein d’alacrité, ce qui rend la lecture de cet épais manuel passionnante, joyeuse même … quand elle évoque de Villepin : « Passionné par Napoléon Ier – la particule de sa famille date d’ailleurs du Ier Empire –, c’est un homme de lettres et de plume, un tempérament altier, méprisant l’intendance et tout entier voué à un « verbe exalté ». Son style entend ressusciter l’antique, le tragique et l’épique […] On s’étonne de le voir reproduire les vers du surréaliste et communiste René Crevel : « Un révolté, qu’un révolté, un seul, mais au moins un, hurle donc à grands cris d’écarlate ». Car la culture politique de Dominique de Villepin est celle d’une droite classique, soucieuse d’ordre et conservatrice ».

Une synthèse donc, sur notre époque contemporaine. Une histoire du temps présent dont le défi principal est justement ce rapport à l’époque. Comment l’étreindre, en donner les lignes de fuite, les brisures, ce temps qui s’étire, qui n’est pas encore une période pour l’historienne, mais des séquences enchevêtrées quand l’après 1989 se proposait de tirer le bilan du XXe siècle, et d’opiner à la fin de l’histoire ? Ce rapport au temps, travaillé dès l’introduction traverse tout l’ouvrage, sans cesse questionné, repensé. Ainsi, outre une synthèse avertie, le livre présente de manière feutrée une réflexion sur l’écriture de l’histoire, servie par un style qui toujours favorise la lecture. Le style ici, fait l’historienne. Comme il se doit à l’époque de l’histoire totale, l’ouvrage passe en revue l’histoire politique, l’histoire économique, l’histoire sociale, puis l’histoire culturelle de ces 30 dernières années, avec la préoccupation constante de montrer l’insertion de la France dans l’Europe et le monde, comme le titre l’annonce. Une insertion dans le monde qui amène les gouvernants, qu’ils soient de droite ou de gauche, à suivre la vulgate néo-libérale. La décennie 80, bien ancrée dans sa rhétorique du centre où s’effacent les clivages paraît bien là ce temps de restauration, déjà analysé par François Cusset2. Les décennies qui suivent approfondissent le constat. Ce partage du pouvoir entre la droite et la gauche, avec même des intermèdes de cohabitation, n’empêche pas l’historienne de consacrer des pages bien informées au Front national ou aux gauches de la gauche, souvent les parents pauvres des grandes synthèses. On mesure alors dans ces pages l’évolution de l’extrême gauche, ses apories, ses inflexions.

Ludivine Bantigny évoque aussi les évolutions géographiques de la France, scrutant le développement « des espaces interstitiels entre l’urbain et la rural », ces quartiers pavillonnaires où s’affirme, d’élection en élection, un vote Front national. Elle n’oublie pas non plus les « Bouts du monde », ces espaces ultramarins capables de se mobiliser, comme la Guadeloupe et la Martinique en 2009 en des mouvements sociaux impressionnants. « La crise du creuset » est analysée, l’auteure notant les nouvelles tensions liées à la religion et les nouvelles formes de stigmatisation : « c’est l’islam désormais qui est concerné et visé ». Elle étudie longuement les réactions de la droite, revenant sur « le bruit et l’odeur » de Jacques Chirac (19 juin 1991), et de la gauche (« le tournant de la gauche sur la question de l’immigration », p. 314 et sq.), auxquelles répondent les Marches pour la dignité. Les médias viennent de rappeler, anniversaire oblige, celle de 1983. Elle n’esquive pas la question des Indigènes de la République, citant un rapport des Renseignements Généraux pour qui leurs membres sont « habités d’un fort sentiment identitaire ne reposant pas uniquement sur leur origine ethnique ou géographique, mais sur leur condition sociale d’exclus de la société française ». Le retour à la prospérité économique, le plein emploi retrouvé suffiront-ils à arrêter la fissuration du creuset ? Au-delà de cette interrogation, la question de l’immigration s’avère, comme celle du genre et des rapports de sexe, un lieu précieux pour se saisir des évolutions politiques, sociétales, et comprendre, en creux, l’intérêt de l’irruption des cultural studies dans le champ de l’histoire. En choisissant de traiter frontalement ces questions, la synthèse vieillit brutalement une manière d’écrire l’histoire de France, celle qui, de la cave au grenier, compartimentait, classait à la façon des taxidermistes… En ceci, ce volume correspond aux attentes de cette entreprise éditoriale. Aux historiens engagés dans celle-ci pour les années Trente, les années Soixante, de relever le gant!

Les forts chapitres consacrés à la culture, au cinéma, au théâtre, à la littérature oublient sans doute des choses, les foules nombreuses qui se pressent aux musées, y compris lors des séances de nuit, le grand succès des Journées du patrimoine, le succès des Festivals de cinéma ou de musique (de la Folle Journée de Nantes aux Vieilles Charrues de Carhaix). Ajoutons à cela la fréquentation importante des universités populaires et autres universités du temps libre. Cela fait sens bien sûr, comme si à l’époque de la mort de Dieu, les arts et la culture prenaient la place de la religion, recréant le vivre ensemble. On regrettera aussi dans les quelques pages consacrées à la musique, l’impasse faite sur le mouvement alternatif, lieu où musique et engagement se retrouvaient dans les formes nouvelles de la coordination, d’une politisation autre mais bien anticapitaliste dans son refus des majors, dans sa volonté d’abolir la dette en 1989. Des possibles s’esquissaient là que l’altermondialisme a repris, un court temps. Ces possibles qui pouvaient mettre en relief les pages consacrées à l’extrême gauche. De l’insurrection qui vient au NPA des quartiers, il fut une place pour le slogan « un autre monde est possible ». Mais ce grief est là l’effet de lecteurs à l’expérience située, et l’on retrouve alors cette épineuse question du temps, de ses modes d’appréhension et d’écriture…

Doté d’une chronologie, d’une bibliographie et d’un index, comme les ouvrages de la précédente Nouvelle Histoire de la France contemporaine, 20 volumes que le Seuil avait édités dans les années 1970-80, ce manuel doit se révéler un excellent instrument de travail pour les étudiant(e)s. Souhaitons-lui une longue vie.

1Il s’agit du volume 10 de l’Histoire de la France contemporaine, dont sont parus les tomes 1 (1799-1814), 2 (1814-1848) et 3 (1848-1871).

2François Cusset, La décennie : Le grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, 2006.

Matthieu Gateau, Maud Navarre, Florent Schepens, (dir.), Quoi de neuf depuis la parité ? Du genre dans la construction des rôles politiques, Dijon, EUD, collection « Sociétés », 2013, 200 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre constitue la publication des Actes d’un colloque tenu en 2011 à l’Université de Bourgogne, Les identités de genre en politique. Après une introduction posant la question des transformations de la place du genre en politique depuis l’adoption de la loi sur la parité, douze contributions, articulées autour de trois grandes parties permettent d’entrevoir un certain nombre de pistes. Si la plupart des textes sont dûs à des plumes féminines, on notera néanmoins quelques signatures d’hommes, manifestant ainsi une certaine extension (et sans doute une légitimité académique plus importante du thème du genre). La première partie (quatre contributions), porte sur l’essence même de la notion de genre pour interroger l’activité politique. Si Delphine Dulong propose une monographie, articulée autour de la figure d’Edith Cresson, Maud Navarre montre la pertinence de la notion de genre à partir d’une analyse des élections régionales au niveau du territoire bourguignon. Christine Guionnet, pour sa part, présente une synthèse de l’apport des travaux sur le genre en politique (une ressource nouvelle ?), tandis que Marion Paoletti revient, elle, sur les limites (importantes) de la loi de 2002 sur la parité. Le second ensemble, plus hétérogène, fait une part à l’histoire, avec une contribution (Morgan Poggioli) sur le militantisme féminin (à ne pas confondre avec féministe, souligne l’auteur) dans la CGT au temps du Front Populaire et une autre de Anne-Sarah Bouglé Moalic sur le suffragisme français (1920-1922). Clément Arambourou présente une des contributions les plus singulières de cet ensemble, puisqu’elle porte sur la masculinité, preuve que la notion de genre ne s’exerce pas uniquement dans le domaine féminin. Enfin, décalée, mais pas inintéressante, la contribution de Stephanie Tawa Lama-Rewal, présente la place du genre comme ressource des élues municipales en Inde. La dernière partie rassemble quatre textes autour de l’exercice de mandats, avec des points de vue assez éclatés, mais éclairants. Ainsi Aurélie Olivesi présente une contribution sur les conjoints des femmes politiques, s’interrogeant pour savoir s’il s’agit de soutiens pour leurs femmes ou d’hommes sacrifiés. Deux contributions proposent une approche à partir de territoires éloignés, la première de la Roumanie post-communiste (Ionela Baluta), la seconde du Pakistan (Virginie Dutoya). Sur cette dernière, on regrettera le manque de contextualisation du texte qui interroge beaucoup le lecteur, ignorant de cette réalité. Enfin, Bibia Pavard revient sur le cas de Simone Veil, faisant largement usage du genre pour réussir à faire passer la loi sur la reconnaissance de l’IVG, ou comment l’on passe d’une lutte collective féministe à une stratégie politique, portée par une femme. Au total cet ouvrage, aux approches multiples et même parfois éclatées – c’est la rançon des ouvrages collectifs issus de colloques –, permet de faire le point sur l’avancée des travaux prenant la question du genre et donc des dominations entre les hommes et les femmes, en montrant clairement que la parité a, au mieux, déplacé les formes de cette domination, au pire, n’a pas modifié fondamentalement cette asymétrie. De ce point de vue, ce livre constitue un rappel de la force du système des inégalités entre les hommes et les femmes, y compris lorsque la loi s’en mêle.

Hazem el Moukaddem, Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000, Marseille, éditions Al Dante, collection « Documents », 2013, 375 pages, 17 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain

I – Cet ouvrage de Hazem el Moukaddem, issu d’un Master en sociologie1 à Marseille, se construit autour d’une chronologie commentée, avec un ensemble fourni de documents (principalement des années 1970 et 1980), sur les groupes révolutionnaires armés français. Hazem el Moukaddem ambitionne de poursuivre ses recherches en vue de l’écriture d’une thèse.

Les sept chapitres de son développement sont précédés d’un avant-propos qui expose les principales raisons de son travail, à savoir briser ce qu’il appelle le « tabou » (p. 10), l’« amnésie » (p. 11) ou un « silence savamment entretenu » (p. 13), sur la violence révolutionnaire et sur les mouvements de lutte armée en France. De ce déni sont coupables, selon lui, journalistes, militants, sociologues et historiens (p. 14, 21). Ce projet, louable pour un étudiant qui se destine à la recherche scientifique, de vouloir « déjouer la négation et l’oubli » (p. 20) a conduit Hazem el Moukaddem, selon ses propos, à fouiller les archives et à croiser les témoignages (p. 14). Dans un entretien en mars 2013, il précise, à propos de documents d’époque « difficile [à] trouver (…) dans les bibliothèques et autres centres de documentations (…) », qu’il se les ait finalement procuré grâce à des militants « d’autres générations, qui avait gardé des journaux et des tracts de cette époque. À défaut de m’enterrer dans des médiathèques, j’ai écumé les bibliothèques de mes amis, et des amis des amis. Puis petit à petit, je me suis rendu compte que sur internet, il existait tout un réseau de blogs militants, qui donnait à lire des tracts, journaux, communiqués, textes politiques… de ces années-là. Et puis aussi dans des livres, mais surtout en langue étrangère : allemands, italiens, anglais… »2

II – Ces sept chapitres traitent d’abord de la Gauche prolétarienne et de la Nouvelle résistance populaire (100 pages), des GARI3 (environ 30 pages), des Brigades internationales et des NAPAP4 (une quarantaine de pages), d’Action directe (130 pages), pour terminer par quelques groupes autonomes et « antifa » (pour antifascistes). La Gauche prolétarienne et Action directe, groupes les plus médiatisés, occupent le plus d’espace dans le livre. Chaque chapitre se compose d’une brève présentation, d’une chronologie et d’un ensemble de documents, tracts, extraits de brochures, entretiens dans la presse etc. Les documents reproduits sont très courts (une dizaine de lignes) ou fournis (une trentaine de pages, par exemple, pour un texte de la Gauche prolétarienne). Au fil des pages, des reproductions de comics détournés suivant le principe situationniste5, des couvertures de journaux (Tout !, La Cause du peuple, Le Cri des murs, Rebelle, etc.), des affiches …

III – Dissidences devrait se réjouir et reconnaître effectivement comme louable cette entreprise. Ne correspond-elle pas aux présupposés de l’acte de naissance de notre collectif ? Pourquoi, alors, hélas, ne le pouvons-nous pas ? Tout simplement parce que ce travail souffre d’un manque de rigueur tant dans l’usage de la méthode historique que dans le traitement de l’information. C’est d’ailleurs cet étudiant lui-même qui, se prévalant, dès les premières lignes, de son intention de briser toutes les barrières dressées contre l’accès à la connaissance des mouvements révolutionnaires armés, prête ainsi le flanc à une lecture très critique de son travail. Mais comment, déjà, prendre au sérieux un ouvrage dit « novateur », lorsque aucun bilan historiographique n’est ne serait-ce qu’esquissé ? Nous voulons bien ne pas nous attarder sur l’absence de toute référence aux travaux de notre collectif Dissidences6, mais faire l’impasse sur les recherches d’Isabelle Sommier7, qui a démontré l’attrait et la légitimité de la violence politique chez les « gauchistes » français et italiens malgré le déni de beaucoup d’entre eux, comme sur les travaux récents à propos de la violence militante8, relève de l’amateurisme. Faut-il passer également sur le maniement d’une plume plus militante que scientifique, tant dans l’avant-propos que dans les présentations des différents groupes ? Nous ne le pensons pas. L’écriture de l’histoire, surtout celle des groupes révolutionnaires, marxistes ou anarchistes, requiert une langue dégagée de toute rhétorique partisane, car elle doit être « le produit d’un acte scientifique » (Michel de Certeau9). A propos des sources (dont les références, totalement absentes, ne permettent pas de les localiser) si difficiles à trouver dans les centres d’archives, si l’on en croit l’auteur, nous voulons bien le créditer de quelques trouvailles, bien qu’elles soient difficiles à identifier par suite de cette absence de références. Par contre, deux remarques s’imposent. Concernant uniquement les organisations maoïstes, dont la Gauche prolétarienne (GP), il existe à la BDIC (Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, Nanterre, 92001) le fonds Charnomordic avec entre autres dossiers, « Le maoïsme à Lyon » et « La Gauche prolétarienne », et surtout le fonds GP, constitué de 67 cartons, inventoriés tous deux par Sarah Varon10. Le CHT (Centre d’histoire du travail) de Nantes possède également des fonds déposés par d’anciens militants de différentes organisations marxistes-léninistes. Il existe donc bel et bien des archives. De plus, certains textes reproduits dans le livre sont depuis longtemps connus, et accessibles : « De la lutte violente de partisans » est entre autres en ligne sur un site militant11, tout comme la déclaration des NAPAP du 9 juin 1977 (p. 161-170)12 ou la majorité des textes (chronologie comprise) du groupe des Hooligans internationalistes (p. 326-345)13. Pour un historien, rendre accessible un document, après avoir vérifié son authenticité, n’est que la toute première partie de son métier. Viennent ensuite l’essentiel, la critique interne, celle qui lui donne du sens. D’où vient-il ? Qui en est le – ou les – auteurs ? Comment est-il transmis ? Dans quelles conditions est-il écrit ? etc. Confronter un document à lui-même n’est pas chose aisée. Ici, aucun de ces documents n’est mis en perspective, et l’appareil de notes est réduit au minimum. Ce qui, d’ailleurs, n’empêche pas les erreurs, factuelles14 ou de terminologie15, pas plus que les analyses extravagantes, comme d’affirmer qu’en France l’influence des anarchistes illégalistes est plus ancrée dans la mémoire du mouvement ouvrier que « la culture communiste » (p. 16) ! Des chronologies détaillées, comme celle sur les GARI, paraissent utiles, bien entendu sous réserve d’une comparaison serrée – qu’il n’est pas de mise d’entreprendre ici – avec d’autres documents sur cette organisation, en particulier l’ouvrage Les GARI16. Pour terminer ce bilan non exhaustif, on notera une utilisation tout à fait saugrenue des citations (non référencées) en exergue des chapitres, de Rudi Dutschke pour les GARI, de Bartolomeo Vanzetti pour les NAPAP et de Rosa Luxemburg pour Action directe ! Les images semblent également ajoutées au petit bonheur, souvent sans rapport direct avec les documents écrits qui les entourent, comme ces comics d’inspiration situationniste (p. 24, 115, 154), mais anonymes.

IV – On l’aura aisément compris, ce Panorama des groupes révolutionnaires armés français de 1968 à 2000 n’est – pas plus que Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013 de Jacques Leclercq17 – l’ouvrage attendu permettant de progresser dans une connaissance historicisée et contextualisée des usages de la violence révolutionnaire au sein des groupes d’extrême gauche. Les efforts des petites maisons d’édition qui prennent des risques en publiant des textes d’histoire du temps présent peu « vendeurs » en termes de rentabilité ont toute notre attention, mais encore faut-il que les ouvrages soient de bonne facture. Cet ouvrage, rempli de bonne volonté, dont l’auteur a sans doute des excuses18, reste celui d’un amateur. Nous souhaitons que ces remarques critiques soient prises comme constructives, dans la perspective d’éviter des déboires et de pallier, dans l’avenir, les insuffisances des uns et des autres.

1Hazem el Moukaddem a d’abord passé un Master Management Logistique et Stratégie.

3Groupe d’action révolutionnaire internationaliste.

4Noyaux armés pour l’autonomie populaire.

5Sur cette forme particulière de propagande, on se reportera avec profit à la contribution de Emmanuel Guy, « Vu leurs pratiques, leurs théories doivent être vachement radicales » : les situationnistes et la bande-dessinée », au Séminaire « Un siècle de formes brèves de l’imprimé politique, 1880-1980 », organisé par Vincent Chambarlhac et Julien Hage, le14 février 2013, Centre Georges Chevrier, université de Bourgogne, Dijon, à écouter sur http://tristan.u-bourgogne.fr/CGC/manifestations/12_13/13_02_14.html

6Rappelons le premier volume de notre revue, Dissidences, en 2005, sur « Révolution, lutte armée et terrorisme » (L’Harmattan), la notice « Violence révolutionnaire » (Christian Beuvain, Jean-Guillaume Lanuque, Jean-Paul Salles), in Antoine Artous, Didier Epsztajn, Patrick Silberstein (dir.), La France des années 1968, Paris, Syllepse, 2008, p. 818-829, ainsi que l’article de Jean-Guillaume Lanuque, « Action Directe. Anatomie d’un météore politique », Dissidences (revue électronique), n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2005

7Isabelle Sommier, La Violence politique et son deuil. L’après 68 en France et en Italie, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, 253 p., son article, « L’attrait de la guerre révolutionnaire », Sociétés & Représentations, juin 1998, p. 333-350 et sa synthèse, La violence révolutionnaire, Paris, Presses de la FNSP, coll. « Contester », 2008, 164 p.

8François Audigier et Pascal Girard (dir.), Se battre pour ses idées. La violence militante en France des années 1920 aux années 1970, Paris, Riveneuve éditions, 2011, 244 p.

9Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 2002, p. 345. [Souligné par l’auteur].

10Fonds Gauche prolétarienne, côte F delta Res. 576/1-15, BDIC, Nanterre.

14Comme sur le Parti communiste marxiste-léniniste de France (PCMLF). Outre le fait qu’il est qualifié de « parti pro état [sic] chinois », ce qui ne veut rien dire, le PCMLF, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, est dirigé dès sa fondation (30-31 décembre 1967) par Jacques Jurquet, François Marty et Raymond Casas. Son journal est bien L’Humanité nouvelle, mais L’Humanité rouge (HR) n’est pas son nouveau titre mais celui de son journal légal, à partir du 20 février 1969, alors que le PCMLF est clandestin ; L’Humanité nouvelle reste donc l’organe (clandestin) du PCMLF, jusqu’en décembre 1977. Les scissions de ce parti n’interviennent pas en 1972, mais en février 1970 (pour le groupe qui fonde Le Travailleur) et en octobre 1970 (pour les groupes qui créent Front rouge et Rennes révolutionnaire). Toutes ces erreurs se retrouvent dans une seule note, page 33. Pour une chronologie détaillée des maoïsmes en France, se reporter à http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1550

15Hazem el Moukaddem évoque aux États-Unis les « Weatherman Underground » (p. 16), ce qui est inexact. Il y a d’abord une faction radicale du syndicat d’extrême gauche étudiant SDS (Students for a Democratic Society) qui prend le nom de Weatherman pour le congrès de l’été 1969. Le tournant clandestin du groupe se décide fin décembre 1969, et devient effectif en mars 1970 : le groupe signe alors du nom de Weather Underground Organization (WUO), communément raccourci en Weather Underground. Lire Dan Berger, Weather Underground. Histoire explosive du plus célèbre groupe radical américain, Paris, Éditions L’Echappée, coll. « Dans le feu de l’action », 2010 (2006).

16Tiburcio Ariza, François Coudray, Les GARI. 1974. La solidarité en actes. Enlèvement du banquier Suarez…, Toulouse, Éditions CRAS, 2013.

17Jacques Leclercq, Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels, 1968-2013, Paris, L’Harmattan, 2013, 316 pages. Lire notre billet critique de ce livre sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3794

18Reconnaissons que les études de management ne sont pas la formation la plus adéquate au métier d’historien.

Ilya Zbarski, Samuel Hutchinson, A l’ombre du mausolée. Une dynastie d’embaumeurs, Arles, Solin-Actes sud, 1997, 208 pages, 18,30 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Difficile d’imaginer catalyseur de symboles plus parlant que le mausolée de Lénine sur la place rouge à Moscou… On peut bien sûr y voir l’embryon d’un culte de la personnalité servant de paravent idéologique à une bureaucratie jalouse de son pouvoir, mais aussi l’image de la glaciation souhaitée d’un régime, la concrétisation d’un pouvoir autoritaire aussi rigide que les lignes géométriques du bâtiment… Le témoignage d’Ilya Zbarski est à cet égard prometteur. Il est en effet le fils de Boris Zbarski, socialiste-révolutionnaire qui aida Trotsky à passer la frontière de l’empire russe au début du XXe siècle (il est d’ailleurs cité anonymement dans Ma Vie) et fut – brièvement – élu à l’Assemblée constituante, avant de devenir directeur adjoint de l’Institut de biochimie après Octobre, et de participer à l’embaumement du corps de Lénine avec Vladimir Vorobiov. Ilya Zbarsi, qui connut la famille Pasternak dans sa jeunesse, fut à son tour intégré à l’équipe scientifique travaillant au mausolée à compter de 1934.

Son témoignage est donc de première main, et il retrace l’histoire parfois extraordinaire de ce cadavre devenu nexus d’un nouveau culte : les hésitations initiales entre congélation et embaumement1, les tentatives d’attentat contre la momie ; le déplacement du corps à Tioumen, en Sibérie occidentale, lors de l’invasion allemande, qui permit d’améliorer l’état du corps en raison de la plus grande latitude laissée, si loin du centre politique du pays ; l’accroissement des effectifs du laboratoire après la Seconde Guerre mondiale, et la multiplication des embaumements à l’étranger (les cas de Dimitrov et de Choybalsan, l’autocrate mongol, sont plus développés, Ilya Zbarski ayant pris part à leur conservation). Le travail sur un élément aussi précieux de la propagande stalinienne permit à Boris Zbarski et à sa famille d’intégrer la nomenklatura, dont les privilèges mais aussi l’épée de Damoclès de l’arrestation sont bien décrits par l’auteur. Ce dernier, qui s’était rendu à Berlin juste après la capitulation du IIIe Reich, y confisqua du matériel scientifique et vécut une histoire d’amour avec une jeune allemande. Tout bascule en 1952, d’abord avec l’arrestation du père, pris dans les obsessions antijuives des derniers complots de Staline, puis avec la mise au ban de son fils. Ce dernier n’en poursuit pas moins son évocation des activités du laboratoire, ayant pu travailler sur certaines de ses archives, mais son propos est nettement plus laconique. Bien que le livre date de 1997, la reconversion fut à l’image de celle de la bureaucratie, puisque ce sont les nouveaux riches, chefs de la mafia, qui achetèrent les services des scientifiques spécialistes de l’embaumement (provisoire)2.

Ce témoignage, enrichi d’une généreuse iconographie3, souffre cependant d’un certain nombre de faiblesses. On y trouve en effet des approximations regrettables sur le contexte historique4, des contradictions de dates à plusieurs moments du récit5, ainsi qu’un certain nombre de jugements qui se ressentent de l’air du temps anticommuniste, dominant au moment de la rédaction de ce travail. Cette réécriture de son propre passé – sans que l’on puisse évaluer le rôle exact du co-auteur, le journaliste Samuel Hutchinson, – conduit Ilya Zbarski à des jugements critiques sur le pouvoir soviétique, dans lesquels est sans doute sensible un certain dépit d’avoir été écarté de sa nomenklatura dans les années 1950… Un premier chapitre, censé s’interroger sur les causes de la mort de Lénine, et émettant l’hypothèse de la syphilis, est d’ailleurs purement opportuniste et sensationnaliste, aucun élément dans le sens de la MST n’étant avancé ! Dommage également que les expérimentations réalisées sur le cerveau de Lénine, préalablement extrait du crâne, ne soient pas abordées, le témoignage se révélant à plusieurs reprises par trop superficiel, voire convenu, ne remplaçant pas une étude approfondie sur le sujet.

1 La solution conservatrice, ou « balsam », nous apprend-on, se compose de glycérine et d’acétate de potassium.

2 A cette occasion, Ilya Zbarski nous semble émettre un jugement pour le moins simpliste, lorsqu’il est « (…) tenté de conclure que l’embaumement ne répond pas aux coutumes de pays civilisés [souligné par nous]. » (p. 191).

3 Citons en particulier les projets architecturaux pour le mausolée définitif, malheureusement dépourvus de suffisamment de précisions écrites.

4 « Staline était à cette époque sorti victorieux d’une lutte qui l’avait opposé à la gauche de l’appareil dirigée par Trotsky. Il s’en était violemment pris à son programme qui prônait notamment la planification de l’économie et une militarisation du travail [sic. Probable confusion avec les propositions de Trotsky au début des années 1920]. Programme que Staline reprit par la suite à son compte pour se débarrasser de la droite du Parti incarnée par Kamenev et Zinoviev [resic]. » (p. 59).

5 Le corps de Lénine est-il ramené à Moscou en mars 1944 ou en mars 1945 ? 

Eric Hazan & Kamo, Premières mesures révolutionnaires, Paris, La Fabrique, 2013, 120 pages, 8 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Peu de temps après avoir livré une passionnante synthèse sur la Grande Révolution (Une Histoire de la Révolution française, livre chroniqué sur ce blog), Eric Hazan se penche sur la nécessaire révolution contemporaine, d’autant plus nécessaire, selon lui, que nous serions dans une époque de mue, d’où peut sortir, à défaut du changement révolutionnaire progressiste, des gouvernements de droite extrême ou, hypothèse plus notable, une dissolution des États constitués au profit des firmes, numériques en particulier1. Pour l’heure, le « capitalisme démocratique » est en mal de légitimité, ayant bien du mal à dissimuler le vrai pouvoir, celui de l’économie : il use donc de « la peur du chaos », du « chantage à la catastrophe », agitant les épouvantails de la crise et du terrorisme pour conjurer tout assaut contre lui. Constatant par ailleurs la décrédibilisation de l’idée de révolution, emportée dans la chute du socialisme « réel » et récupérée par la publicité, Eric Hazan appelle à régénérer celle-ci. C’est ce qui l’amène à prendre ses distances avec bien des pans des idéologies révolutionnaires du passé, et à rédiger une critique implacable de l’extrême gauche actuelle, que l’on ne peut s’empêcher de trouver excessive et simpliste2.

Premières mesures révolutionnaires s’inscrit assez logiquement dans le prolongement de L’Insurrection qui vient, du Comité invisible, également publié par La Fabrique, et s’inspire à la fois de l’anarchisme et de certaines thèses « ultra gauches », dans une volonté de renouvellement qui se veut rajeunissement, voire résurrection, de l’idée de révolution. Le scénario qu’il imagine écarte donc tout rôle d’une organisation d’avant-garde, au profit d’un spontanéisme populaire ayant pour précédents l’été 1789 et Mai 68, c’est-à-dire des moments de vacance du pouvoir, Eric Hazan allant jusqu’à parler, non sans grossissement, d’« évaporation » du pouvoir. Partant d’une telle situation de vide politique, il refuse l’idée d’un gouvernement provisoire ou de l’élection d’une Constituante, perçus comme des fourriers de la réaction. Il leur préfère, dans une vision très libertaire, des assemblées d’individus souples et variables, fonction des intérêts et des envies de chacun, où le vote (public, aux yeux de tous) ne s’exercerait qu’en dernier ressort, à défaut d’un consensus idéal. Une hypothèse qui se rapproche du vœu pieu, même sans être pessimiste sur la nature humaine, ainsi que les auteurs le défendent à juste titre. Souhaitant en finir avec ce qu’il nomme le « centralisme bureaucratique », Eric Hazan privilégie l’échelle locale, avec un risque majeur, celui d’une diversité devenant source d’antagonismes, voire permettant l’apparition de communautés régressives. L’exemple de l’éducation nationale est significatif, sa critique aussi brève qu’injuste (p. 60) oubliant ce qu’elle peut apporter comme garantie d’égalité entre les enfants.

De manière plus générale, d’ailleurs, un optimisme appuyé, voire outrancier, anime l’opuscule, que ce soit dans le refus de toute période de transition, la facilité supposée à rendre les anciens dirigeants inoffensifs (via une amnistie qui ferme les yeux sur toute tentative sérieuse et probable d’offensive contre-révolutionnaire3). Sur le plan économique, terme rejeté de par son essence4, seront supprimés salariat, obligation du travail, sans imposition en lieu et place d’un revenu universel garanti : il est seulement question de transférer les revenus et les patrimoines des plus riches, mais sans en expliciter les modalités concrètes. On relève également une critique du lobby pharmaceutique, certes logique, mais également de celui de l’imagerie médicale, autant de techniques à se réapproprier de manière critique, vers des médecines possiblement plus douces. De même, face au réchauffement climatique, la principale alternative proposée tient dans une formule déjà avancée par Karl Marx en son temps, celle de la disparition de l’opposition entre (grande) ville et campagne, les exemples avancés étant ici le désormais célèbre village de Tarnac et la commune andalouse de Marinaleda5. Série d’affirmations que l’on ne peut s’empêcher de trouver péremptoires, manque d’hypothèses concrètes et détaillées, d’embranchements possibles du cours des choses, à ces diverses limites s’ajoutent l’absence de certaines problématiques, telle la question du retour actuel des religions ou la prise en compte de l’environnement politique international. Cet ouvrage est à inscrire dans le registre des tentatives actuelles de reformulation de stratégies émancipatrices, basées sur le refus (largement consensuel aujourd’hui) du bolchevisme et des principes léninistes – parti d’avant-garde, centralisation, internationalisme pratique, violence, rôle de l’État – si présents au XXe siècle. La redécouverte de secteurs hétérodoxes du communisme (comme l’ultra gauche ) se fait toutefois, ici, dans la confusion.

1 L’exemple développé est celui de la Somalie (p. 105), et en privilégiant un scénario de ce type, Eric Hazan est assez proche des analyses défendues par les éditions L’Echappée. Il en est de même avec son refus d’idéaliser Internet et ses éventuelles potentialités démocratiques, auxquelles il préfère l’authenticité des rapports et des échanges humains…

2 « On ne peut rien attendre de l’extrême gauche dont la rhétorique est depuis longtemps inaudible, la vitalité éteinte et l’idée du bonheur parfaitement sinistre. » (p. 21).

3 « Ce que doit instaurer la révolution victorieuse, c’est l’exact inverse d’une punition collective : la liberté réelle. » (p. 89).

4 Le contrôle des dominants sur les dominés, déjà sensible dans L’Economique de Xénophon, analysé d’ailleurs par le collectif Quelques ennemis du meilleur des mondes dans le récent Sortir de l’économie.

Raoul Vaneigem [Jules-François Dupuis], Histoire désinvolte du surréalisme, Clermont-Ferrand, Libertalia, 2013, 151 pages, 13 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les éditions Libertalia ont eu la bonne idée de rééditer ce livre écrit au début de la décennie 1970 (publié en 19771) sous un pseudonyme, par Raoul Vaneigem, l’une des « têtes pensantes » de l’Internationale Situationniste (IS, 1956-1972). Désinvolte, cette histoire l’est. Cependant, elle est loin d’être inintéressante et « légère ». Écrite rapidement, « à la demande d’une maison d’édition française » (p; 7), l’auteur a surtout voulu parer au plus pressé : revenir sur l’histoire du surréalisme, en rappeler la charge de révolte et d’humour, les enjeux et les limites.

Cet essai débute ainsi par une généalogie du mouvement, en le réinscrivant dans le courant plus général du romantisme et dans le prolongement « d’une « esthétique radicale » en « éthique radicale » » (p. 16) et dont l’origine immédiate est marquée par « la triple défaite de Spartacus, de Dada et de la révolution des conseils en Russie » (p. 22). L’auteur cherche également à réhabiliter l’aspect collectif et international – même si le surréalisme belge (pourtant bien connu par l’auteur) et, plus particulièrement, son principal théoricien Paul Nougé, sont peu abordés ; en raison très certainement de leur engagement stalinien après 1945 – ainsi que certaines figures dont la principale est Benjamin Péret : « l’élément le plus indépendant et le plus libertaire du mouvement » (p. 94). L’intérêt majeur du livre est de situer les principaux nœuds du surréalisme : « la contradiction entre la rigueur volontariste et la compromission » (p. 22), le rapport au communisme entendu comme « façon plus décisive » de « rompre avec les hommes de lettres » (p. 32) mais réorientant et réduisant du même coup la portée de cette « révolution totale » à laquelle le mouvement entendait s’atteler, le commerce de l’art pratiqué par plusieurs surréalistes comme pendant au refus du travail, et le succès de la peinture surréaliste (p. 117). En ce sens, pour Raoul Vaneigem, le cas Dali constituerait, plutôt qu’un accident de parcours, « le meilleur exemple de la réussite et de la faillite du surréalisme ; échec de la créativité comme élément révolutionnaire, réussite de la parfaite intégration au vieux monde » (p. 123).

Bien sûr, le livre est écrit dans la perspective de l’IS, c’est-à-dire du dépassement de Dada et du surréalisme. Mais il est également écrit en fonction de l’éloignement puis de la rupture entre Vaneigem et l’IS. Cette perspective et ce positionnement orientent l’interprétation en lui donnant tout son mordant… mais également ses limites. Si certaines contradictions sont bien ciblées, elles font l’objet parfois de belles formules plutôt que d’analyses – il en va ainsi de la poésie faite par tous entendue comme « autogestion généralisée » (p. 91). De plus, tout le discours sur la « récupération » du surréalisme, à l’heure où l’IS trouve une place de choix sur le marché, est à revoir à cette lumière crue. Enfin, la critique de Raoul Vaneigem s’inscrit dans une ambition de radicalité qui refusait la production d’œuvres et sanctionnait – il y a déjà plus de 50 ans – la mort de l’art. Les défauts et faiblesses des produits surréalistes doivent aussi se mesurer à une telle prétention – et à ses impasses. Soit à une certaine désinvolture qui aura parfois fait défaut à l’IS.

1Publié à cette date chez Paul Vermont éditeur, l’ouvrage, toujours sous pseudonyme, est publié ensuite en 1988 aux éditions de l’Instant.