Archives mensuelles : avril 2014

Alexandre Kouprine, Le Soleil liquide et autres récits fantastiques, Montélimar, Les Moutons électriques, collection « Le Rayon vert », 2013, 192 pages, 17 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque

Le couple Lajoye, Viktoriya et Patrice1, ne cesse, depuis Dimension URSS2 puis Dimension Russie chez Rivière blanche, deux anthologies consacrées à la science-fiction du XXe siècle, de nous offrir des éclairages bienvenus sur la richesse de la littérature russe, en particulier d’anticipation. Ce recueil d’Alexandre Kouprine (1870-1938)3 est en l’occurrence à rapprocher de La Cité sans nom, une anthologie de nouvelles écrites par Vladimir Odoievski (1803-1869), « père de la science-fiction russe », précédemment parue chez Rivière blanche sous l’égide des mêmes4.

On y trouve, contrairement à ce que son titre pourrait laisser croire, des histoires qui n’ont absolument rien de fantastique. « Le foudre » s’amuse à ridiculiser les efforts d’un homme pour séduire une aristocrate, allant jusqu’à s’introduire dans un tonneau sans parvenir à en ressortir dans une tenue décente. « Une mission officieuse » est un autre constat d’échec, ici celui d’un fonctionnaire soucieux d’intégrité, qui finit par baisser les armes devant la rouerie d’un couple prêt à tout pour éviter la disgrâce. « L’épouvante » est plus tangent, dans la mesure où le récit distille une peur réelle, autour d’un corps mort en apparence, mais qui semble comme habité par le démon ; la chute revient toutefois à un parti pris réaliste.

Le texte qui s’inscrit le plus franchement dans la science-fiction est celui qui a justement donné son titre au recueil. « Le soleil liquide » est en effet le récit fait par un de ses participants d’une expérience scientifique menée en Équateur, et visant à exploiter l’énergie des rayons solaires sous forme d’un liquide concentrant leur puissance. Intéressante, la nouvelle présente cependant un contraste entre une première partie longue mais seulement préparatoire, et une seconde qui donne l’impression de ne pas mettre à profit tout le potentiel de l’idée ; on en retiendra néanmoins un discours final misanthrope, accusant la décadence sociale causée par le règne du capital, et très critique sur les potentialités mortifères de la science, d’autant plus fort que le récit date de 1913.

« Le toast » et « Le paradis » sont fort pertinemment placés l’un à la suite de l’autre. Le premier, publié en 1906, est en effet un bref tableau d’une société idéale de l’avenir, qui n’a pu voir le jour que par le sacrifice de multitudes lors des révolutions du XXe siècle, une époque de conflits dont plusieurs des descendants regrettent le caractère épique : un éloge du combat jusqu’à la mort pour la liberté. « Le paradis », daté de 1921, est par contre un acte d’accusation sans ambages contre le pouvoir bolchevique et la société qu’il souhaite bâtir, vue ici sous l’angle de l’uniformisation égalitaire, du contrôle absolu des individus allant jusqu’à une possible anthropophagie industrielle : une vision sans nuance que l’on peut rapprocher du Nous Autres de Zamiatine.

« Le parc royal » est plus touchant, par sa description d’une sorte de réserve pour têtes couronnées, dans une société s’étant débarrassée de toutes traces de l’Ancien Régime, sa chute résonnant comme une possibilité de rédemption pour les nouveaux parias. Quant à « La justice mécanique », on peut à la rigueur le classer en anticipation, mais c’est avant tout l’humour qui vertèbre cette nouvelle, puisque l’inventeur d’une machine à frapper, gage d’un ordre social éternel par la disparition des haines entre frappeur et frappé, se retrouve victime de son appareillage élaboré.

Le merveilleux est également de la partie avec les derniers textes du recueil, surtout. « Le roi des moineaux » est un joli conte un rien naïf, ode à la liberté qui voit un amateur d’oiseaux en cages se retrouver à leur place, afin de lui faire prendre conscience de la cruauté de sa passion. « L’étoile bleue » est, sous des dehors de monde perdu, celui d’une communauté isolée du reste de la France, une parabole sur la relativité de la beauté physique. « Le bonheur » est une histoire classique sur la nature du bonheur, recherchée par un souverain implacable, tandis que « Une légende », de par son manque d’éclaircissements, laisse le lecteur sur sa faim. C’est certainement « Le baiser oublié » qui véhicule l’émotion la plus profonde et la plus touchante : la brève évocation de cet individu, transcendé alors qu’il était encore nourrisson par l’étreinte d’une fée, et qui recherche sa vie durant la puissance de ce souvenir désormais évanescent, a valeur de métaphore de l’ensemble des vies humaines, à la recherche d’un idéal nécessairement inaccessible…

Le Soleil liquide et autres récits fantastiques est donc un recueil inégal, de la lecture duquel subsiste une impression mitigée, les quelques nouvelles mémorables étant accompagnés de textes nettement moins marquants. Il illustre à merveille le statut de la science-fiction dans la Russie tsariste finissante, celui d’un genre que les auteurs explorent parmi d’autres, sans véritable spécialisation, et au propos souvent didactique, ainsi que les romans d’Alexandre Bogdanov l’illustraient déjà.

1Ce sont deux spécialistes des littératures de science-fiction russe, également traducteurs.

2 Ouvrage qui, rappelons-le, fera l’objet d’une note de lecture en conclusion de cette série de billets.

3 Issu d’une petite noblesse désargentée, Alexandre Kouprine a commencé sa carrière d’écrivain en 1889, exerçant divers métiers en parallèle. Critique du régime bolchevique, il quitte son pays en 1919 pour la France, ne revenant en URSS qu’en 1938 pour y mourir.

4 Voir une critique de ce recueil à cette adresse : http://wagoo.free.fr/spip.php?article2089

B. Traven, L’armée des pauvres, Paris, Le Cherche-Midi, 2013, 386 pages, 21 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La publication d’une nouvelle œuvre de B. Traven est en soit un événement. On sait en effet que si une bonne partie des romans de l’auteur du Trésor de la Sierra Madre sont disponibles en français, on est loin de disposer des œuvres complètes. Écrit en 1937, en allemand (Traven, de son véritable nom Ret Marut, a écrit en allemand, anglais et espagnol), le lecteur ne peut qu’accueillir avec intérêt cet opus inédit. Inspiré par la révolte de Zapata, ce roman raconte l’histoire de Juan Mendez, jeune chef indien, qui n’accepte plus la vie misérable qui lui est imposée, à lui et aux siens. Il décide de rompre avec des siècles de soumission à l’ordre des gros paysans et des descendants des colons. Les autorités locales considèrent avec dédain et mépris cette nouvelle révolte, puisque, selon leur vision du monde, menée par des sous-hommes, elle ne peut que s’éteindre d’elle-même, bien qu’il soit néanmoins nécessaire de prévoir une sévère sanction contre ces peones. Mais, une fois n’est pas de coutume, le jeune Juan Mendez se révèle un vrai conducteur d’homme, un chef de guerre avisé et un stratège de grande classe, qualités dont ne le pensent naturellement pas doté les grands propriétaires terriens et les chefs de l’armée. Cette armée des pauvres, des loqueteux, des moins que rien, pour lesquels Traven exprime son admiration, vole, mois après mois, de victoire en victoire. Ancien révolutionnaire, participant actif au mouvement des conseils en Allemagne après la Première Guerre mondiale, Traven situe son histoire – et se situe lui-même – du point de vue des opprimés, des déshérités. Le récit est sans pitié pour ceux qui sont battus. Les massacres succèdent aux massacres et la morale que développe Traven est souvent amère et violente. Mais la lutte des muchachos pour la terre et la liberté ne saurait se manifester dans la compassion tant l’auteur a compris que « Celui qui possède la carabine et le revolver est le maître de celui qui n’en a pas » (p. 82). La vengeance des dominés se révèle cruelle, mais la prose de Traven sait montrer qu’elle s’exerce au nom des intérêts d’une humanité rabaissée, salie, niée et sa compassion se manifeste pour ces hommes en haillons, qui font mentir, pour une fois, le séculaire mépris des dominants à leur égard.

Gérard Mordillat, Le miroir voilé et autres écrits sur l’image, Paris, Calmann-lévy, 2014, 272 pages, 18 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

On se souvient du court article, « Les Mots et les images », que René Magritte publia dans le numéro 12 de décembre 1929 de La Révolution surréaliste. Le peintre y menait une série d’expérimentations sur les combinaisons, collusions, confrontations des mots et des objets au sein de la peinture. L’assemblage de textes réunis ici interroge lui aussi les affinités entre l’image et le mot, mais à travers des exemples variés – de la peinture (celle de Patrice Giordat), de la photo (Georges Azenstarck) et du cinéma (Prévert, Cocteau…) – et sous un angle différent, même si le cœur des réflexions du surréaliste et du prolifique auteur et cinéaste, Gérard Mordillat, renvoie au potentiel de puissance de l’image.

Outre le jouissif journal de visites, liés aux films réalisés par Mordillat sur Artaud, le lecteur trouvera dans ces pages une critique du documentaire – trop souvent un « cinéma des conséquences » plutôt qu’un « cinéma des causes » (p. 192) –, des réflexions sur la poésie, sur tel ou tel auteur, et une analyse sur le travail devenu ces dernières années « le vaisseau fantôme de notre société » (p. 159). Dans une époque saturée par les images, l’auteur souligne un paradoxe : « le monde de l’emploi est un monde sans images » (p. 114) … et sans mots : « ceux qui « font du fric » ne travaillent pas, ils entreprennent, ils gèrent, ils développent, font fructifier, mais ils ne travaillent pas. Ils font travailler les autres » (p. 159). Au fil des textes se dégage une représentation originale du politique, qui ne serait pas en sus de l’esthétique – en plus, voire en trop –, mais serait cette esthétique elle-même (p. 50), à savoir une certaine manière de dire, de représenter, de rapporter le monde. Le politique ne serait pas – ou pas prioritairement – dans le sujet, la thématique, mais dans des choix formels, des dispositifs d’écriture (cinématographique – par exemple les longs plans fixes du travail à la chaîne dans La voix de son maître (documentaire de 1978 co-réalisé avec Nicolas Philibert) – et littéraire – le choix de l’emploi du temps présent dans ses romans). En ce sens, Mordillat affirme que le cinéma – surtout le cinéma américain – « transmet toujours un même message. Un message fondamentalement politique en direction des spectateurs de tout temps réputés ignorants et débiles. Nous, dit le film en majesté, le film en tant que film (…), nous, nous savons (…) et grâce à nous vous saurez que ceux qui gouvernent l’image et le son le font au nom d’un savoir incontestable alors même que votre vie n’est faite que d’incertitudes, de peurs et d’interrogations, de flous » (p. 262). En contre-point, l’auteur esquisse alors un autre gouvernement des mots et des images, qui prend la forme de positionnements particuliers.

Il est question du positionnement pris, de la (bonne) distance à adopter, de la place occupée, tant par l’auteur que par le spectateur. Ainsi, à propos de ce qu’il nomme le cinéma documentaire de conséquences, Mordillat écrit qu’il aménage une place « muette et passive » au spectateur comme « témoin d’un naufrage à l’abri sur une falaise », et une place de « montreur de misères ceint de la couronne de la bonne conscience » au cinéaste (p. 192). A contrario, la force des photographies d’Azenstarck tiendrait au fait que celui-ci « travaille comme photographe ; je souligne : il travaille, comme ceux qu’il photographie. Les ouvriers, les habitants des bidonvilles, les manifestants le savent – consciemment ou inconsciemment, qu’importe –, ils savent que Georges Azenstarck est du même monde, de la même classe qu’eux ; qu’ils ne sont pas exotiques à ses yeux. Il travaille avec eux » (p. 119). La question centrale serait alors d’ordre éthique et pourrait s’énoncer ainsi : « quelle est notre place » (p. 101) ; la place de l’auteur, du sujet, du spectateur ? Et Mordillat d’inviter le spectateur à surinvestir, à surinterpréter afin de nous dégager d’une vision entomologique, passive et dépolitisée.

Olivier Besancenot, La Conjuration des inégaux. La lutte des classes au XXIe siècle, Paris, Le Cherche midi, 2014, 154 pages, 13 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Faisant suite à On a voté… et puis après ?, paru en 2012 (et chroniqué sur notre blog), Olivier Besancenot signe un nouveau petit opuscule, qui semble avoir comme objectif implicite de replacer le NPA en organisation attractive, après des départs l’ayant profondément affaibli1. Cette fois, plus que d’un commentaire sur l’actualité, il s’agit d’une synthèse vulgarisatrice visant à stimuler la conscience de classe et à (re)donner quelques bases d’analyse marxiste au plus grand nombre (même si cette finalité est en partie enrayée par un prix plutôt élevé au vu du format de l’ouvrage). On y trouve ainsi des explications sur la plus-value, sur la définition d’un capitaliste (préféré au terme de bourgeois), sur la distinction classe en soi / classe pour soi, ou sur la nature de classe de l’État (insistant sur les allers retours entre scène politique et conseils d’administration), remis au goût du jour via quelques citations de rappeurs ou de vocabulaire dit « moderne » (« doublette », par exemple, au sujet de la plus-value2, ou nécessité d’un « nouveau mouvement ouvrier en HD » [sic] p.143), ce qui apparaît comme une concession inutile à l’air du temps…

Partant de la situation du monde et de ses profondes inégalités, susceptibles d’éveiller un sentiment de révolte chez le lecteur, Olivier Besancenot en vient à dénoncer les efforts de la bourgeoisie pour se maintenir au sommet de la hiérarchie sociale, insistant à juste titre sur la reproduction sociale dominante. Il utilise pour cela les travaux du couple Pinçon-Charlot (Les Ghettos du gotha, chroniqué sur notre ancien site) et ceux de Geoffrey Geuens (La Finance imaginaire. Anatomie du capitalisme : des « marchés financiers » à l’oligarchie, chez Aden)3. Bien des exemples retenus font mouche, bien des mises au point également, comme ce rappel de la place déterminante des grandes entreprises comparativement aux PME4, ou du lien intrinsèque entre économie financière et économie soi-disant réelle. On nous permettra d’être moins convaincu par les parallèles historiques qui sont faits, à commencer par celui qui justifie le titre de l’ouvrage. La conjuration des égaux désignait en effet la préparation d’un soulèvement révolutionnaire, autour de Gracchus Babeuf en 1796, pour remettre la révolution française dans ses rails les plus radicaux ; même en l’inversant, ce patronyme ne convient franchement pas pour désigner l’entente entre bourgeoisies, soutenue par un consensus global. De même, lorsqu’Olivier Besancenot cite La Nuit des prolétaires, de Jacques Rancière, pour affirmer que « (…) il n’y a aucun fatalisme au fait que des prolétaires ne travaillant pas ensemble ne puissent se retrouver dans des espérances partagées. » (p. 103), il néglige la différence fondamentale de contexte historique, la première moitié du XIXe siècle et l’essor d’une classe ouvrière regroupée en usines et en quartiers, n’ayant que peu de choses en commun avec la situation actuelle d’atomisation sociale et spatiale de cette dernière.

La seconde partie du livre s’intéresse au prolétariat, défini comme « la classe salariée des producteurs » (p. 77), en une volonté d’ouverture qui invoque Ernest Mandel, mais rappelle également les analyses de la T3 [tendance 3] de la LCR dans les années 19705. Dans son souci de filiation historique, qui le voit retracer les grandes étapes du mouvement ouvrier depuis les sans-culottes, Olivier Besancenot révèle à la fois un traditionalisme marxiste (critique du socialisme utopique, place capitale de Marx et Engels, occultation complète des anarchistes – seule Louise Michel est brièvement citée6) et un œcuménisme propre à la LCR (le commandant Marcos est plusieurs fois mentionné, l’accent est mis sur l’héritage sombre d’Octobre 17, le camp du « socialisme réel » étant même qualifié de « totalitaire », p. 92). Ce qui prime dans cette partie, c’est le facteur subjectif, le mouvement des exploités, qui doit retrouver son unité7 et reprendre l’offensive, l’initiative, à l’image des travailleurs sans-papiers dont il est fait l’éloge, tandis que le but lui-même est plus rapidement évoqué. Dans cette optique, c’est la reconstruction d’un « syndicalisme démocratique, unitaire et radical » (p. 145) qui apparaît prioritaire, dans le cadre plus général de la nécessité de « refonder un mouvement ouvrier de type nouveau » (p. 143), confirmant, cinq ans après, la volonté de remise à plat organisationnelle qu’a souhaité incarner le NPA lors de sa création en 2009.

1Voir Jean-Paul Salles, « De la Ligue communiste révolutionnaire au Nouveau parti anticapitaliste : l’impossible mutation ? », in Pascal Delwit (dir.), Les Partis politiques en France, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, collection « Science politique », 2014.

2Olivier Besancenot parle également des « sept familles » bourgeoises les plus puissantes en France (p. 34), ce qui n’est pas sans évoquer les « deux cents familles » de la propagande du PCF des années 1930. Le capital est également qualifié de « parasite ».

3L’ouvrage de François Ruffin, La Guerre des classes, Paris, Fayard, 2008, chroniqué sur notre ancien site, n’aurait pas déparé dans ces références.

4« Le capital s’est fragmenté à travers l’unification des petites entreprises dans des groupes ou holdings. Dans le même temps, il a fragmenté sa production dans une myriade de petites unités reliées entre elles. » (p.102).

5En parallèle, Olivier Besancenot insiste tout de même sur l’augmentation du nombre d’ouvriers à l’échelle mondiale, une convergence revendiquée dans l’analyse avec Lutte ouvrière.

6On se souvient qu’il y a dix ans, Olivier Besancenot se sentait plus en phase avec un certain état d’esprit libertaire : Antoine Artous, Olivier Besancenot, Philippe Corcuff, Nouveaux défis pour la gauche radicale, Lormont (33), Le Bord de l’eau, 2004.

7« Cette logique du délitement social efface les frontières de classe et s’alimente du rejet de nous-mêmes bien plus que celui des autres. » (p. 94). 

Silien Larios, L’usine des cadavres. Ou la fin d’une usine automobile du nord de Paris, Saint-Georges-d’Oléron, Éditions Libertaires, 2013, 365 pages, 15 € ; Sylvain Pattieu, Avant de disparaître. Chronique de PSA-Aulnay, Paris, Plein Jour, 2013, 339 pages, 19,50 € ; Ghislaine Tormos (avec Francine Raymond), Le salaire de la vie. Notre travail coûte trop cher, disent ils, Paris, Don Quichotte, 2014, 199 pages, 15 €.

A propos d’un conflit ouvrier dans l’automobile : PSA-Aulnay
Un billet de Georges Ubbiali

En sus d’une brochure de Lutte ouvrière, le conflit de l’usine PSA Aulnay a suscité l’édition de trois ouvrages. Chacun de ces trois livres présente un récit du conflit, une construction et un style très différent. Sans prétendre que la polyphonie ainsi produite peut fournir une vision définitive de cette grève de 18 semaines (du 16 janvier au 21 mai 2013), l’un des conflits les plus longs de la métallurgie, il n’en reste pas moins que leur examen comparatif permet de mieux cerner la manière dont un événement social fait l’objet d’une mise en récit.

Commençons par le livre de Ghislaine Tormos, écrit en collaboration avec la journaliste Francine Raymond. Le lecteur ne saura pas la part qu’a prise cette dernière dans l’écriture du livre, même si on peut cependant supposer qu’elle a joué un rôle déterminant, au vu de la construction, du style, des bonnes phrases, ainsi qu’au fait que son nom figure sur la couverture de l’ouvrage. Tout laisse à penser qu’il s’agit donc de ce type d’ouvrages où l’auteur ne justifie sa fonction qu’au titre de « matière première », mise en forme par un(e) professionnel/le de l’écriture. Si la mise en écriture relève donc de l’hétéronomie, l’intérêt du témoignage n’en est pas pour autant absent. En effet, Gigi, comme elle se nomme vite, est une ouvrière, catégorie plutôt peu fréquente dans l’univers automobile, monitrice sur une ligne de montage (responsable de chaîne). Jusqu’au déclenchement du mouvement, elle n’avait jamais participé à la moindre grève, bien qu’étant syndiquée. Oui, mais, Gigi était organisée au SIA (Syndicat indépendant de l’automobile, ex-CFT, ex-CSL, syndicat patronal bien connu). Le moins que l’on puisse dire est donc que, spontanément, elle ne faisait pas partie de celles et ceux qui pouvaient être considérés comme des agitateurs patentés. Pourtant, bien que favorable à la négociation et à la concorde avec le patronat, le SIA ne pouvait guère rester l’arme au pied, au risque de perdre tout crédit, au moment où l’annonce de la fermeture de l’usine était annoncée. Après avoir emboîté le pas aux syndicats contestataires (CGT et Sud), le SIA se rétractera et abandonnera la lutte pour tenter de négocier une « bonne » sortie de conflit et un « bon » plan social. Cependant, une petite partie des troupes du SIA, dont Gigi, poursuivront le mouvement jusqu’à la fin de la grève. Son récit s’avère donc beaucoup plus que l’explication de son parcours de femme seule avec deux enfants qui a l’occasion de refaire sa vie professionnelle après une période de chômage (avec au départ, une formation d’esthéticienne-cosméticienne) dans l’industrie automobile. Il s’agit surtout de la narration d’une radicalisation en acte à partir du moment où son univers professionnel, conquis de haute lutte (elle est la seule femme monitrice de l’usine), s’écroule avec la fermeture programmé du site d’Aulnay. En effet, par petites touches, au fil de son engagement dans le comité de grève, contre l’avis du SIA (dont on apprend dans le livre de Sylvain Pattieu que ses instances nationales ont vertement critiqués la grève), Gigi évoque comment, pour elle, comme pour d’autres, la grève est l’occasion d’en finir avec la peur et la monotonie d’un travail aliénant : « La peur du chef, ça marche encore à l’usine. Dans une entreprise automobile, les ouvriers sont encadrés, surveillés, chaque geste est prévu, minuté, même pour aller aux toilettes » (p. 71). D’ailleurs, Gigi n’aura de cesse tout au long du livre de revenir sur ces femmes, ces travailleurs, âgés ou peu qualifiés qui malgré la fin de l’usine continuent à se soumettre à l’ordre patronal et à exprimer leur peur de s’engager dans les manifestations ou la grève. En ce qui la concerne, comme elle l’exprime : « (…) en vérité, je m’en moque. Je n’ai plus peur » (p. 97). A partir de là, Gigi est de toute les actions, même les plus périlleuses, conduites dans le cadre du mouvement. Elle raconte ainsi, avec un certain humour, comment à la fin d’une opération gratuité à un péage d’autoroute, afin de recueillir des fonds pour les grévistes, dans la plus parfaite illégalité, elle converse avec un capitaine de gendarmerie, qui leur conseille de choisir un autre péage, plus passant et partant, potentiellement plus rentable. Si son livre, très vivant et plaisant à lire se conclut par un appel à la généralisation des luttes, seul moyen selon elle de parvenir à dessiner un avenir positif pour ses enfants, l’analyse politique de cette ouvrière, par ailleurs électrice de Jean-Luc Mélenchon, demeure, sur le fond, assez modérée : « Ma conviction est que si notre pays est bloqué, c’est justement parce que nos dirigeants esquivent et mentent en permanence. Pourquoi est il est si difficile de dire la vérité ? Nous ne sommes pas des demeurés, nous pouvons comprendre si on nous explique des faits sensés » (p. 185-186). Malgré cette limite, reste l’expérience de l’action collective : « Je suis sortie de mon rail tout tracé de bonne ouvrière en prenant le risque de le payer cher. Pourtant, je n’ai aucun regret car dans cette aventure, j’ai rencontré l’amitié et la force d’être ensemble » (p. 189).

Très différent apparaît le second ouvrage, celui écrit par Sylvain Pattieu (historien, romancier, militant du Front de gauche [Ensemble] après avoir été au NPA), qui se range dans la lignée de la littérature engagée telle qu’a pu l’illustrer Frédéric Fajardie avec Métaleurop (Mille et une nuits, 2003)1. L’auteur s’est fait le scribe de la parole ouvrière en recueillant le témoignage d’un certain nombre d’ouvriers (dont Ghislaine Tormos, d’ailleurs), retraçant dans ces tranches de vie leur rapport au travail (première partie), et leur récit de la grève (deuxième partie). Cette parole rapportée est entrecoupée de commentaires du narrateur permettant de contextualiser le propos. C’est ainsi que l’évocation du parcours de ces témoins – sur leur insertion professionnelle (formation initiale, formation continue, reprise d’études), leur statut marital, les ruptures dans le couple, les déménagements, les déplacements dans l’espace professionnel –, donne lieu à des rappels de l’histoire ouvrière. Si l’idée de fournir un peu de recul historique sur les témoignages des interviewés est de bonne facture (ainsi l’évocation des établis par exemple, qui constitue une très sensible approche de ces militants), certaines évocations apparaissent en franc décalage : évocation du 17e régiment d’infanterie de ligne lors de la révolte des vignerons en 1907 ou la période des attentats à la bombe des anarchistes. Dimensions qui ne sont pas fausses, naturellement, mais qui apparaissent un peu plaquées sur un récit qui n’a pas grande chose à voir avec ces hauts faits de la geste ouvrière. Ces témoignages des ouvriers d’Aulnay permettent de découvrir un groupe ouvrier assez éloignés des poncifs sur la classe ouvrière. Christophe évoque ainsi sa passion de la littérature russe classique, tout en reconnaissant qu’il est tenté par le vote FN, Farid rapporte ses voyages à travers l’Amérique du Sud quand il faisait la route, plus jeune, ou encore Ngoc Dai, ancien haut gradé militaire sud-vietnamien, déclassé (il est cariste à PSA Melun), mais dont les enfants sont en ascension sociale (sa fille est avocate et son fils major de Centrale), bref les passions prolétariennes ainsi évoquées apparaissent tout autre que celles entendues habituellement. De même, l’évocation des rapports entre les différentes nationalités laisse transparaître des expériences assez dissemblables et les jugements qui leurs sont afférents entre la supposée soumission des Marocains face à la maîtrise par rapport à la plus grande résistance dont feraient preuve les Algériens (témoignage de Farid, p. 106). Par le biais du film Haya, Sylvain Pattieu évoque également la grande grève des immigrés de 1982. L’évocation de cette grève permet d’ailleurs, au détour du témoignage de Philippe Julien, leader CGT, militant Lutte ouvrière, de mieux saisir la politique d’implantation de ce courant politique dans cette usine. Alors jeune ouvrier, gagné à LO par l’intermédiaire des luttes des lycées techniques quelques années plus tôt, celui-ci ne participe pas, volontairement, à la grève, afin de ne pas gâcher sa récente embauche (« J’ai pas participé à la grève, c’aurait été suicidaire, je suis resté au vert, chez moi » p. 87). La grève de 1982 est pourtant une grève victorieuse. Par contre, Philippe Julien participe à celle de 1984, défaite cette là, mais sous la protection d’un mandat syndical. Comme le dit Gigi, « Il y a un condensé du monde dans des usines comme ça » (p. 209), ce que les propos recueillis par Sylvain Pattieu permettent parfaitement d’illustrer, même si l’on peut regretter certains effets de style gongoristes2 (voir par exemple les paroles proche du haïku de Christophe p. 164 ou celles de Christophe p. 206). La deuxième partie de l’ouvrage porte sur le déroulement de la grève. On peut s’interroger sur le statut littéraire de ces pages. En effet, cette partie se présente comme un journal, quasi quotidien, de la grève, entrecoupé d’extraits d’entretiens. Certes l’auteur y fait montre de ses capacités d’écriture et de sa vaste culture (comme les allusions à Walter Benjamin, p. 210 ou la mobilisation de l’expérience de la Première Guerre mondiale pour manifester la pourriture du mouvement, comme enlisé dans les tranchées), mais l’effet éphéméride domine. Les extraits d’entretiens sont d’ailleurs, globalement, beaucoup plus cursifs que dans la première partie. Il n’empêche, l’auteur livre des informations intéressantes, par exemple sur la sociologie des grévistes (partis à 500 environ, sur un effectif de 3000, ils finissent à moins de 200 quelques semaines plus tard) : « Ceux qui sont dans l’organisation de la grève, c’est beaucoup du ferrage, des ouvriers qualifiés, des gars jeunes, des bacheliers, avec des diplômes, des électrotech, des bacs plus un ou deux. La direction arrive pas à comprendre. Ces gens là, justement, ils sont intelligents, ils réfléchissent, ils pensent par eux-mêmes. Ils défendent leur bifteck. Les autres, ils sont pas autonomes, ils ont été élevés par PSA » (Gigi, de nouveau, p. 269). De la même manière, des aperçus sont fournis sur l’augmentation considérable de l’absentéisme (600 arrêts de maladie sur 3000 salariés), manière pour bon nombre de ne pas choisir leur camp ou encore sur la force de la solidarité, puisque durant le conflit, ce sont plus de 900 000€ qui sont collectés pour la caisse de grève, permettant d’éviter des pertes de salaires importantes (ce qui fait dire à Joël, en un détournement plein d’humour : « Je continue (la grève). Si ça se trouve, si ça continue comme ça, on aura de meilleurs salaires de grève que nos vrais salaires ! », p. 301), ou enfin, sur LO, dont l’auteur, en un involontaire hommage empoisonné, considère que son apport au mouvement ouvrier se manifeste par la compréhension de l’importance des élections. De nombreux autres aspects sont évoqués au fil du propos, ainsi la place de la religion (le choc des camarades et des frères), le rôle très actif de la direction dans la mobilisation anti-gréviste, le désintérêt du Parti socialiste pour ce mouvement qui est venu le brusquer ou encore le rapport à la supposée violence durant le conflit, ce qui fait dire à Rodolphe : « dans le reportage, il dit, on veut faire croire que je suis un voyou, mais les voyous, ils se lèvent pas à cinq heures du matin pour partir travailler, pour gagner 1600 euros par mois » (p. 278).

Reste enfin, l’ouvrage écrit par Silien Larios, pseudonyme d’un ouvrier travaillant à la chaîne à Aulnay, ouvrage sans aucun doute le plus inattendu. Larios n’a pas eu besoin du renfort d’un journaliste pour tenir cette chronique de l’usine, présentée comme un roman sur la couverture du livre. On comprend très vite pourquoi une aide extérieure n’a pas nécessaire. Silien Larios a beau être ouvrier (retoucheur, après avoir connu le statut d’OS durant 7 ans), il n’en fréquente pas moins la Cinémathèque, discute des qualités de Chostakovitch à la pause, apprécie l’écoute de Malher, Bruckner ou Wagner, lit Proust, Balzac, Vassili Grossman, Céline et quelques autres, bref affirme des goûts culturels tout ce qu’il y a de plus légitimes (pour ne pas dire, parfois, légitimistes). Comme l’écrit le sociologue Ivan Sainsaulieu dans sa postface, le cas de Silien Larios illustre parfaitement la rencontre entre ouvriers, militants et intellectuels (s’il ne fut jamais ouvrier, Ivan Sainsaulieu partagea les deux autres qualités avec le narrateur). En effet, Silien Larios fut durant de nombreuses années militant de Lutte ouvrière, dont l’usine PSA d’Aulnay fut un bastion. Son témoignage permet d’approcher les coulisses de la grève, dont il est un actif militant, mais aussi le fonctionnement de LO. En effet, ce militant a fait partie du courant de la Fraction l’étincelle de Lutte ouvrière, petite dissidence interne exclue au moment des élections municipales de 2008 et qui s’est maintenue durant un moment comme fraction publique, éditant un journal (Convergences révolutionnaires), puis a intégré le NPA peu après sa constitution. C’est d’ailleurs ce ralliement au NPA qui semble avoir rompu l’engagement de Silien Larios avec la minorité (qu’il appelle les « petits » dans le livre, les « grands » représentants la majorité de LO). Bien qu’édité par les Éditions libertaires, le propos a peu à voir avec les théories libertaires3, si ce n’est un certain rejet de toutes les organisations, une posture anti-système4, qui l’amène à exprimer sa sympathise pour la figure de Mesrine, « ange exterminateur ». Cette très forte politisation anti-parti confère à ce livre une densité exceptionnelle, car tel du papier de verre passé sur la chair vive, il permet de révéler de très nombreux aspects de la grève que n’abordent pas les autres ouvrages. A cette position singulière qu’occupe le narrateur (un « marginal séquant » dirait-on en termes de sociologie des organisations), s’ajoute un second aspect d’ordre stylistique qui confère une valeur particulière au témoignage. En effet, admirateur de Céline5, Larios essaie, dans son écriture, de s’inspirer de l’oralité propre à l’écriture célinienne. Le résultat n’est certes pas à la hauteur de l’ambition affichée (l’expression itérative de l’amertume place le lecteur face à un aigri bien plus qu’à un génie), mais permet néanmoins, par de multiples notations et passages, d’offrir une dense qualité littéraire au livre. Si l’on excepte la tendance systématique et répétée à succomber au recours aux insultes sexuelles (on ne compte pas « le nombre de pédérastes notoires », p. 117 ; de « je suis pas payé pour faire la pute. Mon métier, c’est ouvrier, pas salope », p. 114, de « jet-set de mes couilles », p. 119 ; « deviennent pédérastes à force de sucer pour avoir des promotions », p. 119, « je bois un café avec Mimoun. Celui-là, ça peut se dire qu’il a des couilles », p. 98, etc.), son propos regorge d’humour et de notations très intéressantes sur le travail. Il y a aussi du Robert Linhart6 chez Silien Larios, qui là aussi confère un intérêt particulier pour son témoignage. Ainsi, dans une posture introspective, évoque-t-il la manière de tuer le temps dans un travail sans grand intérêt, qui l’use quand même 8 h par jour : « Pour éviter l’ennui, y a qu’en faisant travailler ses méninges. Se repasser des films, des bon souvenirs, la femme aimée, les beaux paysages vus pendant les vacances. Dans ces boulot à l’isoloir venait souvent dans mon esprit le début de la Septième symphonie de Malher » (p. 137). Cependant, comme il le reconnaît lui-même, il faut beaucoup de patience au lecteur pour le suivre, car si ses notations sont éclairantes et nombreuses, il écrit au fil de sa plume, fait de nombreux allers et retours au fur et à mesure des ses réminiscences et souvenirs, ce qui en alourdit souvent la lecture. De ce point de vue, le choix de n’évoquer les personnages de son récit que sous des pseudonymes interroge, d’autant que pour une bonne partie d’entre eux, le pseudonyme est transparent : Sorel pour Philippe Julien, secrétaire de la CGT, Gratiner pour Jean-Pierre Mercier, leader LO, Le fromager pour Hollande, Perdraux pour le secrétaire de la CGT, Adolphine pour Marine Le Pen, Fortoul pour Poutou, le RPM pour le NPA, etc. Silien Larios dévoile l’arrière-scène de la grève, la manière dont le comité de grève a été constitué, les prises de décision, l’interaction avec les autres organisations syndicales (SIA ou SUD, voire la CFDT), les actions d’éclat (occupation du Conseil national du Parti socialiste ou du siège de l’UIMM7), dynamique des manifestations ou du tour des usines. Mais c’est surtout en témoin privilégié de l’activité de LO que son livre se montre fécond. En effet, par petites touches, Silien Larios évoque son expérience de militant à LO, puis à la fraction. Il confirme ainsi certaines informations sur les pratiques de ce courant politique. Le lecteur découvre comment les militants de LO ont œuvré pour rejeter l’idée que Jean-Luc Mélanchon (Crémanchon dans le texte) puisse intervenir devant les portes de l’usine, au profit de Germaine Martot (Nathalie Arthaud), comment les propositions du NPA ont été éconduites, comment s’est développée une attitude sectaire à l’égard de Sud-Auto, syndicat considéré comme une antenne du NPA, ou encore, comment la direction de LO a encadré de manière clandestine une des plus importantes manifestations de la grève : « Une fois à Saint-Lazare, le défilé militaire se poursuit dans les beaux quartiers. Les ouvriers marchent en cadence à visage découvert. Contrairement aux vieux dirigeants du bureau politique Grand Trotskiste qui nous attendent pour encadrer la manif. Avec badge du syndicat La rouge (CGT) qu’ils sont (…) Alors qu’ils tiennent le principal syndicat de la turne, ça ne les empêche pas de s’inviter sous de faux masques aux manifestations des ouvriers de l’usine » (p. 302). Son aversion pour LO tend néanmoins à virer à la paranoïa, à la fin du récit. Les militants de cette organisation sont envisagés comme « agent du Guépéou », ou « schupos à brassards rouges » (p. 310). « Ça serait triste. D’une tristesse affligeante d’être obligé de militer encore pour changer le monde en suivant cette secte. Avec des gens pire que des vermines. Pires que des charognes… Qui annihilent l’individu » (p. 312). L’inspiration stylistique célinienne trouve visiblement là ses limites. La fin de l’ouvrage vire d’ailleurs carrément au grotesque, au nom de l’apocalypse qui conclut la Tétralogie wagnérienne. Il n’est pas sûr que le lecteur suive l’auteur dans son délire final où tout sombre soudain : « Une éruption volcanique sous nos yeux. Tout s’effondre dans mon atelier : Carthage en flamme » (p. 337). Il serait cependant dommage de s’arrêter à ces aspects, car y compris dans ses outrances, et dans ses excès8, l’ouvrage de Silien Larios représente un apport de la première importance sur la vie ouvrière et sur un mouvement gréviste d’une exceptionnelle ampleur.

1Lire notre compte rendu sur la revue électronique de Dissidences, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=929

2Le gongorisme est un style littéraire caractérisé par sa préciosité.

3Ainsi que l’explique d’ailleurs Ivan Sainsaulieu dans sa postface, rappelant que pas une fois Bakounine, Proudhon ou quelques autres références du courant anarchiste ne sont évoqués

4Cette propension à tout rejeter se manifeste également par rapport à la religion, ici islamique. Larrios exprime son opposition résolue à ce qu’il appelle les « jansénistes », contre lesquels il n’hésite pas à mener un combat personnel.

5« Je me suis toujours demandé ce que le Docteur Destouches, l’une de mes idoles littéraires aurait pensé de ces vermines », p. 24.

6Robert Linhart, L’Etabli, Paris, Éditions de minuit, 1978.

7Union des industries et métiers de la métallurgie, organisation patronale.

8On se dit que le ressentiment à l’égard de son engagement à LO doit confiner à l’insupportable pour qu’il exprime une telle déception : « Qui a dit que c’est pas des fins stratèges véroles les trotskistes ? Leur stratégie a même été jusqu’à appeler à l’abstention au deuxième tour des élections présidentielles. Ils en rient encore du bon mot d’Ottavio : avec 0,5, vous vous êtes abstenus aussi au premier tour ! » (p. 290).

Jean-Pierre Burgart, Les fagots de Courbet, Paris, éditions Sens & Tonka, 2013, 154 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

À travers les divers articles rassemblés ici et abordant les œuvres de Hélion, Matisse, Bacon, Schauer… Jean-Pierre Burgart développe une analyse du clivage de la peinture du signe et de celle de la ressemblance. Il offre dès lors des réflexions intéressantes sur le rôle « indispensable » du spectateur – « sans lequel il n’y aurait pas de point de vue » (p. 16) –, de l’achèvement (p. 11, même si peut lui être opposées les recherches en la matière de Paul Nougé, principal poète et théoricien du surréalisme belge), sur la déformation comme mise en évidence de la présence (p. 59) et sur la distinction entre nostalgie et mélancolie (p. 67). Le livre propose également des pistes stimulantes à partir de plusieurs tableaux – illustrés en couleur dans des hors textes – dont Potager et famille d’Orro Schauer.

Parmi ces textes, dans une perspective plus explicitement politico-artistique, les pages consacrées aux ready-made de Marcel Duchamp, d’une part, et celles qui traitent de deux tableaux de Zoran Music – représentant « un amas de racines ou de branchages emmêlés, ceux peut-être d’un arbre arraché dans un sous-bois ; l’autre, l’amoncellement de corps d’un charnier » (p. 85) –, d’autre part, ressortent avec force. Dans ce dernier article, à propos de celui qui dessinait en cachette la mort de ces compagnons dans le camp de concentration de Dachau, en 1945, l’auteur confronte le document photographique et la peinture, écrivant que cette dernière serait plus poignante car elle inclut « la durée, le temps, l’existence » (p. 86). Cependant, l’affirmation selon laquelle « la mauvaise conscience (…) est si facile à susciter » (p. 87) est péremptoire, passant largement à côté d’une dynamique contradictoire où cette prise de conscience – bonne ou mauvaise –, ne renvoyant qu’à la vérification d’une « lucidité » sans conséquence, laisse le monde intact et nous-même un peu plus impuissant. Burgart étudie également le processus par lequel le ready-made a été investi et recodé par le marché, « avec un pragmatisme admirable (…) comme n’importe quelle œuvre d’art » (p. 38). Et ce jusqu’au paradoxe de devenir « intégralement et exclusivement marchandise (…), l’idéal de l’objet marchand, réduit à une pure valeur d’échange » (p. 37). Il semble pourtant que l’auteur n’en tire pas toutes les conséquences qui s’imposent. Ainsi, la volonté de préserver Duchamp – au moins jusque dans les années 1960 – en le présentant comme complètement étranger à ce processus est pour le moins problématique.

De manière générale, pour stimulantes que soient ces réflexions, l’hypothèse de Burgart selon laquelle la peinture « est affaire de désir et non d’idées, encore moins affaire de culture et d’idéologie » (p. 116) oriente et limite étroitement son approche.

Lénine, Le Socialisme et la guerre / La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky, Montreuil, éditions Science marxiste, collection « Bibliothèque jeunes », 2013 / 2014, 278 pages / 194 pages, 7 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Science marxiste poursuivent leur travail de republication de textes de Lénine, et après avoir d’abord privilégié les classiques (Que faire ?, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, L’État et la révolution, La maladie infantile du communisme (le « communisme de gauche »)), ils ont décidé de sélectionner des textes a priori moins connus, datant des débuts de la vie politique de Lénine (Ce que sont les « amis du peuple », chroniqué sur notre blog) ou de la période ouverte par la Première Guerre mondiale.

Il y a d’abord cette anthologie inédite, Le Socialisme et la guerre, qui s’inscrit indirectement dans le cadre du centième anniversaire du premier conflit mondial, mais dans un sens fort peu consensuel. Tout au long des articles ou brochures rassemblées (La Faillite de la IIe Internationale et Le Socialisme et la guerre), couvrant la période 1914-1917 et les premiers décrets sur la paix du gouvernement soviétique (l’ajout d’extraits du Manifeste fondateur de la IIIe Internationale figurant là à titre d’annexe), Lénine, loin d’un quelconque pacifisme jugé castrateur, n’a en effet de cesse de défendre le principe d’une transformation de la « guerre impérialiste » en guerre civile1, une idée toujours aussi explosive un siècle après. Il insiste d’ailleurs beaucoup, dans cette optique, sur la continuité entre les décisions des congrès de Stuttgart et Bâle de la IIe Internationale, et la position des bolcheviques, au point d’ailleurs de présenter son parti (dans la brochure éponyme) comme ayant toujours incarné la ligne juste contre les tendances opportunistes.

Car tout au long de ses différents écrits, Lénine s’en prend avec vigueur aux anciens dirigeants de l’Internationale, non prioritairement les « social-chauvins », mais les « centristes », qui entretiennent le plus d’illusions sur une possible réconciliation de lignes qui, pour le leader bolchevique, sont désormais radicalement opposées, comme sont opposés la bourgeoisie et le prolétariat ; Lénine aborde d’ailleurs, sans y entrer véritablement à fond, le sujet de la bureaucratie ouvrière, véritable couche sociale « achetée » par la classe dominante. Karl Kautsky est à cet égard une cible privilégiée2, ce qui justifie d’autant plus le rassemblement de ces deux ouvrages dans une même note de lecture. Lénine replace en effet les situations de guerre antérieures et les positionnements des fondateurs du marxisme, insistant en particulier sur la dichotomie entre bourgeoisie progressiste (avant la fin du XIXe siècle) et bourgeoisie réactionnaire, impérialiste, tout en soulignant l’importance de l’auto-détermination des peuples. Une fois de plus, il convient de saluer le travail éditorial réalisé, avec un appareil critique approprié et l’absence de tout texte théorique contemporain, laissant les documents bruts.

La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky est principalement construit autour de la brochure du même nom, écrite en réaction au livre de Karl Kautsky, La Dictature du prolétariat, et publié au moment où éclatait la révolution allemande de novembre 1918. Ce texte est complété par trois articles, l’un, antérieur à la brochure et qui en constitue le prélude, les deux autres datant de 1919 et abordant des thèmes semblables (« La IIIe Internationale et sa place dans l’histoire », « L’économie et la politique à l’époque de la dictature du prolétariat »). Le tout est précédé d’un texte d’Arrigo Cervetto, « Le fondement scientifique de la lutte des classes », datant de 1977, qui insiste en particulier sur la primauté des facteurs objectifs face aux subjectifs, jusqu’à une certaine tendance au mécanisme (en insistant sur la « réitérabilité des phénomènes » p. 21), et pourfend l’idéalisme politique contraire au matérialisme et à la vision de classe.

La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky s’inscrit dans une série de plaidoyers pro domo rédigés par les dirigeants bolcheviques afin de justifier leurs actions et leur rupture avec la IIe Internationale, et vise prioritairement Karl Kautsky, tout comme le Terrorisme et communisme de Trotsky3. Volontiers didactique, et d’une plume acide, Lénine écarte le fantasme d’une démocratie pure et absolue4, insistant sur la nécessaire analyse de l’État comme étant toujours l’instrument d’une classe sociale, et soulignant la volonté farouche des exploiteurs de se maintenir en position dominante5. Dans sa critique sans concessions des dirigeants selon lui faillis de la IIe Internationale6, Lénine oppose leur ralliement au nationalisme capitaliste à l’internationalisme bolchevique, et leur prédilection pour la discussion, à l’action de préparation concrète menée par son parti. Il approfondit ainsi la tranchée séparant deux camps diamétralement opposés, celui de la bourgeoisie et de ses complices, et celui des véritables continuateurs de Marx et Engels (Lénine effectue à plusieurs reprises des rappels de prises de position antérieures de Kautsky, dans son livre Le Chemin du pouvoir ou avec le Manifeste de Bâle de l’Internationale).

Ce faisant, et c’est là la rançon du mode pamphlétaire, il survalorise l’élargissement de la démocratie en Russie soviétique au profit des masses travailleuses7, et sous-estime la résilience de la bureaucratie et du militarisme, caractéristiques selon lui du capitalisme impérialiste et qu’il considère comme abolis en Russie. Lénine justifie également la dissolution de l’Assemblée constituante, relevant là aussi son caractère de classe, et tirant une partie de la force de son argumentation du rappel d’Assemblées réactionnaires du passé…

Alors que le centenaire de la Révolution d’octobre 1917 approche, il n’est pas inutile de (re)prendre connaissance de textes de Lénine directement liés à cet événement

1Lénine envisage d’ailleurs fort concrètement la situation d’un pays où la révolution socialiste serait d’abord victorieuse (p. 168-169), n’excluant pas par principe d’éventuelles guerres contre les États bourgeois… (p. 168-169).

2« Kautsky a prostitué le marxisme et s’est transformé en un véritable prédicateur. » (p. 69).

3La dernière édition papier de ce livre date de 34 ans (éditions Prométhée, 1980). Il n’existe actuellement qu’un E-Book, paru chez Ink Book en 2013.

4« A moins de se moquer du sens commun et de l’histoire, il est clair que, tant qu’il existe des classes distinctes, on ne saurait parler de « démocratie pure », mais seulement de démocratie de classe (…) » (p. 51).

5« Jamais, si ce n’est dans l’imagination doucereuse du doucereux benêt Kautsky, les exploiteurs ne se soumettront à la volonté de la majorité des exploités, sans avoir fait jouer – dans une bataille suprême, désespérée, dans une série de batailles – leur avantage. ».

6« Mais des décades de capitalisme relativement « pacifique », de 1871 à 1914, ont accumulé dans les partis socialistes qui s’accommodent de l’opportunisme, de véritables écuries d’Augias de philistinisme, de mesquine étroitesse et de reniement… » (p. 64).

7Sa défense d’un élargissement des sphères dirigeantes et de l’ascension sociale ouverte à des représentants du prolétariat possède à l’inverse une part de véracité. 

Abdellali Hajjat, La marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, Éditions Amsterdam, 2013, 261 pages, 14 €.

Un compte rendu de Vincent Gay

Le 30e anniversaire de la marche pour l’égalité et contre le racisme de 1983 a donné lieu à une multitude d’initiatives commémoratives : expositions, livres, documentaires, colloques, débats, etc., jusqu’à un film de fiction, sorti en salles en novembre 2013, réalisé par Nabil Ben Yadir. Alors que les dix et les vingt ans de la marche avaient été peu célébrés, la multiplicité de ces hommages, et la diversité des acteurs qui en sont à l’origine, ne peuvent qu’interroger sur le sens de l’événement et les différentes appropriations mémorielles qui sont alors en jeu, se répondent et se confrontent. En 2013 la marche est donc devenue un enjeu mémoriel, même s’il faut relativiser l’impact des commémorations à une large échelle, comme l’indique la faiblesse du nombre d’entrées pour le film de Nabil Ben Yadir malgré l’importance de sa promotion et la présence parmi les acteurs de Jamel Debouzze.

L’inflation éditoriale sur la marche reflète par ailleurs la portée de la commémoration1. Au milieu de ce flot éditorial, on trouve pourtant peu d’ouvrages faisant œuvre d’histoire. C’est tout l’intérêt du livre d’Abdellali Hajjat, enseignant-chercheur à Nanterre, de pallier ce manque, en livrant une socio-histoire de l’événement que constitue la marche, en se détachant des enjeux mémoriels, tout en reconnaissant leur puissance et la façon dont ils obscurcissent d’autant plus la démarche historienne2.

Plutôt que de retracer les grands moments de cette mini-épopée à la française, Hajjat essaye d’en retracer la genèse. Le premier chapitre est sans le doute celui qui prend le plus de soin à décrire avec minutie le lieu où tout à commencé, la ZUP des Minguettes à Vénissieux, dans la banlieue lyonnaise, qui fait l’objet d’une micro-histoire, mêlant une description socio-spatiale à une interprétation des conflits qui traversent alors les classes populaires. Clivages sociaux et ethniques s’imbriquent et se répercutent dans les inégalités face au logement et dans les rapports différenciés à l’espace du quartier. La ségrégation résidentielle et les pratiques discriminatoires des bailleurs sociaux, ainsi que l’ascension sociale des salariés français les conduisant à trouver un autre logement, tendent à concentrer la population maghrébine dans certaines parties des Minguettes et à en transformer profondément la composition sociale, ce à quoi contribuent également les logements réservés aux supplétifs algériens de l’armée française, ainsi que la place des ménages français originaires des DOM-TOM. Par ailleurs, les modifications de la population et l’arrivée importante de familles immigrés dans les années 1960-70 posent des problèmes importants d’équipements et de structures d’encadrement de la jeunesse, tant se fait sentir le manque de moyens financiers pour offrir les services nécessaires aux nouveaux arrivants. Une série de faits sociaux et de discours publics se combinent pour faire de l’insécurité et de l’incivilité des enfants des familles immigrées un problème public que révèlent les protestations de la part de foyers français ainsi qu’une propension de leur part à l’autodéfense (rondes dans les quartiers, possession de chiens de garde, etc.). Une réponse des générations juvéniles du quartier, notamment face aux forces de l’ordre, est le recours à des pratiques contestataires proches de l’émeute, empruntant un mode d’action qui s’en prend notamment aux voitures lors des « rodéos », popularisés en 1981, qui attisent les tensions entre une partie de la jeunesse de la ZUP, une partie des autres habitants, et la police. La période 1981-1983 est donc marquée par ces rebellions, ces contestations de l’ordre policier, qui provoquent une montée des tensions, à la suite desquelles une partie des rebelles modifient leurs modes d’action. Certains d’entre eux commencent en effet une grève de la faim en mars-avril 1983 qui dure deux semaines et est soutenue par des militants de la CIMADE et du Mouvement d’action non-violente (MAN) ; puis ils créent l’association SOS Avenir Minguettes. Cette action, la création de l’association et les initiatives qu’elle prend, sont le fruit d’une maturation d’expériences politiques menées au sein du quartier, via les contacts entretenus avec d’autres composantes de mouvements des jeunes immigrés ou issus de l’immigration, et le soutien d’acteurs inscrits dans des associations nationales. Ce nouveau militantisme associatif déplace le face-à-face entre les jeunes et la police qui tournait de plus en plus à la confrontation permanente. Il a des effets politiques certains sur l’émergence de la cause qui va ensuite être portée par la marche, et constitue selon Hajjat, reprenant là une catégorie bourdieusienne, le passage du « groupe parlé » au « groupe qui parle ». Pour autant cette nouvelle forme d’engagement ne produit pas nécessairement un apaisement des relations entre jeunes et policiers. A partir des archives du Rhône et de l’Inspection générale de la police, Hajjat procède à une étude de l’état d’esprit des forces de l’ordre, des tensions qui les traversent, des problèmes entre les différents échelons de l’appareil policier et des failles de la solidarité étatique. Il met également à jour des catégories de perception du monde social des policiers basées sur une théorie de l’assimilation qui explique la délinquance par l’incapacité culturo-raciale des personnes issues de l’immigration à se conformer à un modèle social français. De plus, les polémiques autour de la notion de seuil de tolérance jouent un rôle idéologique non négligeable depuis les années 1960, légitimé par des instances très officielles, et largement repris dans le champ politique, notamment chez les élus locaux.

Dans ce contexte, il est difficile d’imaginer comment en quelques semaines semble se forger un compromis, appuyé par les principaux médias et une partie importante du champ politique (seule l’extrême-droite se permet de dénoncer totalement la marche), qui fait du discours des jeunes de Vénissieux une cause légitime. Abdellali Hajjat explique cela par « l’alliance, improbable et non renouvelée », de cinq pôles qui trouvent là un intérêt commun : les jeunes des Minguettes qui ont fait le bilan de l’impasse des confrontations violentes avec la police ; le mouvement traditionnel de défense des immigrés ; le mouvement des jeunes héritiers de l’immigration qui émerge dans la seconde moitié des années 1970 ; certains acteurs au sein du gouvernement qui s’imposent comme des spécialistes de la banlieue et de l’immigration ; des journalistes qui vont faire bénéficier les marcheurs d’un traitement médiatique très favorable, les présentant comme les apôtres non-violents d’une France réconciliée avec elle-même, comme ceux qui tendent la main au reste du pays. Partis de Marseille le 15 octobre dans un relatif anonymat, les marcheurs arrivent donc à Paris le 3 décembre 1983, dans une apothéose consensuelle à l’issue de laquelle le gouvernement accorde la carte de 10 ans pour les immigrés, ce qui répond aux attentes de mouvement de défense des immigrés mais apporte peu de réponse quant aux crimes racistes et aux violences policières, motivation première des marcheurs.

La partie du livre consacrée à l’après-marche et aux effets politiques de celle-ci est plus succincte et appelle des prolongements. Abdellali Hajjat évoque un « mai 68 des enfants d’immigrés post-coloniaux » (p. 144) au sens où l’événement permet une alliance relativement improbable entre différents secteurs de la société, et libère une parole qui permet l’émergence dans l’espace public d’un groupe social ou d’un nouvel acteur collectif, qui sera désigné comme « les Beurs ». Comment ce mai 68 impacte la société française, ses organisations politiques, syndicales, associatives, comment il participe aux débats plus généraux sur l’immigration, sur la police, sur l’avenir des banlieues… ? La prudence ne peut qu’être de mise quant aux comparaisons avec mai 68 tant les effets ultérieurs de la marche sont contrastés. Par ailleurs, c’est aussi dans cet après-marche que les frontières de ce groupe, son auto-définition, ses alliances ou absences d’alliances, ses divisions posent des questions politiques de premier plan, qui peuvent être traitées à la suite du travail d’Abdellali Hajjat, notamment à partir des travaux sur les scènes locales (voir par exemple les recherches de Foued Nasri3 sur la région lyonnaise), ou sur les devenirs militants de la marche (voir notamment la thèse en cours d’Adèle Mommeja4). En effet, les initiatives des commémorations font souvent de la marche un événement sans lendemain, marquant l’échec des tentatives ultérieures d’unifier des mouvements protéiformes et divisés. Si cette vision des choses correspond à une partie de la réalité, elle ne doit pas masquer les initiatives militantes souvent plus discrètes, cantonnées à l’espace d’un quartier ou d’une ville qui après 1983 perpétuent l’énergie militante qui s’est exprimée à Vénissieux en au début des années 19805.

Au final, le livre d’Abdellali Hajjat participe d’un champ de recherches sur l’histoire sociale et politique de la France des années 1980 qui nécessite encore d’être abondamment creusé. Si les années 1968 ont pu dans la dernière décennie bénéficier de recherches riches, notamment par le travail constitué autour de l’association Mémoires de 68 et la BDIC, les années 1980, période de transition à divers niveaux (politique, travail, mobilisations sociales, idéologique…) demeurent encore un parent relativement pauvre de la recherche, souvent coincé entre l’histoire du temps présent et la sociologie. Par ailleurs, cet ouvrage fait œuvre utile dans la constitution d’une histoire des luttes de l’immigration, auquel l’auteur a déjà contribué dans un précédent ouvrage6, et qui reste toujours à enrichir.

1 Christian Delorme, La Marche. La véritable histoire qui a inspiré le film, Paris, Bayard, 2013 ; Marie-Laure Garcia-Mahé, En marche, Paris, Sokrys éditions, 2013 ; Toumi Djaïdja et Adil Jazouli, La Marche pour l’égalité, Paris, Éditions de l’Aube, 2013 ; Bouzid, La Marche, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2013, Salika Amara, La Marche de 1983.une pierre à l’édifice des luttes de l’immigration, Créteil, Éditions FFR, 2013…

2 Sur les enjeux autour de la commémoration, voir A. Hajjat, « Les trente ans de la Marche : la promotion d’une égalité sous conditions », La vie des Idées, 5 décembre 2013, sur http://www.laviedesidees.fr/Les-trente-ans-de-la-Marche.html

3 Permanences et discontinuités dans les mobilisations associatives des héritiers de l’immigration maghrébine au sein de l’agglomération lyonnaise : le cas de Zaâma d’Banlieue et des Jeunes Arabes de Lyon et Banlieue (1979-1998), thèse soutenue en 2013.

4 Devenir un militant « beur ». Une étude des formes d’engagement et de catégorisation des militants issus de l’immigration dans la France des années 1980.

5 D’où le titre de l’exposition réalisée par l’association l’Echo des Cités, « Ceux qui marchent encore ».

6 Abdellali Hajjat, Ahmed Boubeker (dir.), Histoire politique des immigrations (post)coloniales, France, 1920-2008, Paris, Éditions Amsterdam, 2008.

Alexandre Bogdanov, L’Etoile rouge / L’Ingénieur Menni, Lausanne, L’Âge d’homme, 1985 (édition originale 1908 et 1912), 344 pages, 17 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque (II)

Alexandre Bogdanov (1873-1928) est surtout connu des spécialistes de l’histoire de la Russie contemporaine pour avoir été une des personnalités dirigeantes du Parti bolchevique, cible de Lénine dans son pamphlet Matérialisme et empiriocriticisme, au-delà de la figure de Ernst Mach. Partisan, comme son camarade Lounatcharski, des « constructeurs de Dieu », il s’investit dans la construction de la Russie révolutionnaire, devenant professeur d’économie à l’Université de Moscou, directeur de l’Académie des sciences sociales, membre du Conseil de l’économie nationale, et impulsant la création d’un novateur Institut des transfusions sanguines. Précurseur de la cybernétique au milieu des années 1910 avec sa tectologie, c’est un personnage étonnant, ayant suscité l’intérêt du romancier (et historien) Philippe Videlier qui le met en scène dans une des nouvelles de son recueil Le Jardin de Bakounine et autres nouvelles de l’Histoire1. Un des éléments qui a particulièrement retenu l’attention de Philippe Videlier n’est autre qu’un des romans de science-fiction écrits par Bogdanov, L’Etoile rouge, première partie d’un diptyque dont la seconde partie s’intitule L’Ingénieur Menni.

L’Etoile rouge restitue la narration d’un personnage censé être très proche de Bogdanov lui-même, militant bolchevique qui, en ces lendemains de révolution de 1905, voit s’approcher la crise finale de l’ordre dominant, mais également la fin de son couple. Au milieu de cette déchirure conjugale, Menni, un autre militant qui se révèle être en réalité un représentant du peuple des Martiens, plus avancé que le nôtre. Ayant décelé les potentialités du narrateur, il le convie à un voyage sur sa planète. Classique, ce choix de la planète rouge répond à une attraction contemporaine stimulée par les hypothèses de Schiaparelli, nommément cité ici. Alexandre Bogdanov privilégie une prose assez plate, descriptive, qui se contente d’accumuler les tableaux de la société martienne, presque sans élément romanesque (l’accident durant l’aller vers Mars, la romance avec une Martienne, ou l’assassinat final sont de rares exceptions). Il manifeste un intérêt certain pour les sciences, souligne l’esthétisme des machines industrielles, et envisage la relation entre l’homme et la nature comme un affrontement prométhéen, une véritable lutte pour la survie, où les destructions écologiques ne peuvent être assimilées que par de nouveaux progrès de l’inventivité humanoïde. Sa civilisation martienne maîtrise ainsi la désagrégation du radium et l’antimatière, moteurs de leurs éthéronefs2. On est ici dans une société industrielle plus proche de Bellamy que de Morris3.

Surtout, ces Martiens ont atteint un stade socialiste d’évolution, vision de l’« avenir meilleur » (p. 47) qui attend la Terre. Bogdanov retrace le cheminement ayant conduit Mars à cette acmé, les critères géographiques ayant joué un rôle crucial. Car si la succession des modes de production fut à peu près la même que sur Terre, l’esclavage y demeura inconnu, et le passage au socialisme se fit en douceur, sans opposition violente des anciennes classes dominantes. Un contraste que Bogdanov explique par la nature plus hostile de Mars, encourageant la solidarité, et le moindre obstacle des reliefs qui ne donna pas naissance à des patriotismes aussi poussés que les nôtres4. L’esprit collectif l’emporte ainsi plus aisément sur l’individualisme (« Créateur, chaque travailleur l’est, mais dans chaque travailleur, c’est l’humanité et la nature qui créent. », p. 43), à l’exception des enfants, pris en charge dans des institutions spécialisées pratiquant une pédagogie au moins en partie libertaire5. Le travail productif est supervisé via des statistiques détaillées6 à partir desquelles chacun se positionne spontanément, la journée de travail allant de 6 à 15 heures pour les plus motivés. Le suicide assisté est ici parfaitement accepté, et les transfusions sanguines régulières ont comme résultat d’allonger de manière notable l’espérance de vie7. Alexandre Bogdanov a même imaginé le cinéma en 3D, mais il ne le décrit que pour visionner des pièces de théâtre… Les révélations finales de L’Etoile rouge montrent cependant que l’auteur non seulement ne voit pas le socialisme comme un paradis sans nuages, mais qu’il est capable d’une grande capacité d’anticipation politique. Il prend en effet en considération les difficultés de la révolution mondiale, éclatée en autant de situations nationales diverses, et imagine l’hypothèse d’une révolution socialiste isolée, montrant ce faisant beaucoup de pertinence8.

Le second roman, L’Ingénieur Menni, date de 1912, et plutôt qu’une suite de L’Etoile rouge, il s’agit de ce qu’on appelle aujourd’hui une préquelle. Introduit par le narrateur précédent, ce livre dans le livre se présente comme un roman historique écrit par un des personnages de L’Etoile rouge. L’action se déroule trois cents ans en arrière, et met en scène Menni, un aïeul du Menni présent dans le précédent roman. Mars est alors au crépuscule du capitalisme, et Menni imagine des projets titanesques de transformation planétaire : creuser des canaux de manière à accroître les surfaces irriguées. Il se retrouve toutefois en butte aux revendications ouvrières et aux machinations des trusts capitalistes. Devenu meurtrier, il est emprisonné, mais finit par reprendre la direction des travaux avant de céder la place à son fils, Netti, et de se suicider, avec le sentiment du devoir accompli. Ces personnages hautement symboliques sont autant d’illustrations des engagements de classe, Menni, le bourgeois prisonnier de ses préjugés qui s’efforce pourtant de voir au-delà, en particulier dans le sens d’une œuvre collective9, et Netti, le militant socialiste qui incarne la sève nouvelle. Il y a beaucoup de didactisme dans ce roman, et l’on y trouve des développements sur la conscience pour soi / conscience en soi de la classe prolétarienne, la défense des syndicats comme avant-garde du collectif, la critique de la science bourgeoise éclatée en spécialités face à une science prolétarienne à bâtir (s’annonce ici le mouvement du Proletkult), etc…

Sans préjuger de l’édition originale, il est regrettable que cette version française n’ait pas incorporé des cartes du Mars de Schiaparelli, car les lieux cités par Bogdanov sont légions. Il est également dommage que la postface, signée, comme la préface et la traduction, de Catherine Prokhoroff, s’intéresse surtout aux débats philosophiques entre Lénine et Bogdanov, sans jamais tenter d’évaluer la postérité critique des deux romans… L’Ingénieur Menni est toutefois qualitativement inférieur à L’Etoile rouge, du fait à la fois d’une narration plus laborieuse, et d’une intrigue que l’on aurait parfaitement pu transposer sur Terre, avec un De Lesseps en lieu et place de Menni. Au détour d’une page, cependant, Alexandre Bogdanov esquisse le tableau d’un Mars du lointain avenir à l’ampleur véritablement cosmique : l’espèce humanoïde finissante décide en effet de se suicider via l’explosion de la planète, par le biais de laquelle les autres formes de vie intelligente dans l’univers, trop lointaines pour autoriser un contact par expédition spatiale, bénéficieront de témoignages gravés des apports de la civilisation martienne ; on a là comme une prescience du message porté par la sonde Pioneer 10, voire même de la panspermie chère à certains auteurs de science-fiction…

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4364

2Beau néologisme, dont se rapprochera peut-être sans le savoir l’éthérodrome de Jacques Spitz…

3« (…) c’est pourquoi la philosophie sera dépassée sur Terre comme elle l’a déjà été chez nous par le monisme de la science. » (p. 148).

4L’exposition plus importante de la Terre au rayonnement solaire est une autre raison invoquée, car elle favorise la diversité et la vitalité de la vie sous toutes ses formes, entraînant par là même luttes et conflits entre elles.

5L’autonomie des enfants est largement favorisée, tout comme la cohabitation de jeunes d’âges différents visant à favoriser l’entraide.

6Dans cette société, toutefois, l’accumulation bureaucratique de la paperasse est énergiquement combattue.

7« (…) l’échange entre camarades de vie non seulement sur le plan idéologique mais aussi sur le plan de l’existence physique… » (p.101).

8« Mais même là où le socialisme se maintiendrait et vaincrait, son caractère en serait profondément et pour longtemps altéré par les longues années d’état de siège, les indispensables terreurs des armées, et leur conséquence inévitable en serait un patriotisme barbare. » (p. 140-141).

9« Vous combattez pour une cause, vous considérez qu’il est juste et sage de sacrifier des milliers de vies aujourd’hui pour que des millions d’hommes soient plus libres dans le futur. L’ingénieur Menni, homme de science, pensait la même chose que vous, hommes de travail. » (p. 240). 

José Peirats, Une Révolution pour horizon. Les Anarcho-Syndicalistes espagnols, 1869-1939, Paris, Éditions CNT-RP & Libertalia, 479 pages, 20 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Livre de référence sur l’anarcho-syndicalisme espagnol et son rôle durant la Guerre d’Espagne, Une révolution pour horizon a été écrit par l’un des membres de la Confédération nationale du travail (CNT) et à la demande de celle-ci, mais avec le souci d’analyser de manière critique l’histoire contradictoire du mouvement en ces années charnières, « revendiquant cette perspective historique engagée » (préface, p. 17). Freddy Gomez, dans la préface, revient sur la figure et le parcours de l’auteur ainsi que de son livre. José Peirats (1908-1989), ouvrier briquetier, syndiqué à la CNT dès ses 14 ans, fut de 1934 à 136 le directeur du quotidien de la CNT, Solidaridad obrera. Il demeure membre de la CNT jusqu’en 1965 et garde toute sa vie une fidélité à la révolution espagnole. Ce livre est d’abord édité, en espagnol, en trois volumes entre 1951 et 1953 (Editions de la CNT, Toulouse), puis à nouveau en 1971 (Editions Ruedo ibérico). Une synthèse retravaillée par l’auteur est éditée en italien et en japonais dans les années 1960. Mais il faut attendre 1989 pour la première traduction française. C’est ce livre, épuisé depuis lors, que les éditions CNT-RP & Libertalia nous offrent aujourd’hui1.

Le premier quart du livre retrace l’histoire de l’anarchisme en Espagne, depuis son renouveau à partir de 1880 jusqu’à la proclamation de la République en 1931, en passant par le premier congrès de la CNT à l’automne 1911 et les grèves générales de 1917-1918, la naissance de la Fédération anarchiste ibérique (FAI) en juillet 1927, et en évoquant les figures de Francisco Ferrer et de Salvador Segui. José Peirats distingue deux tendances au sein de la CNT – l’une « syndicaliste » et l’autre « révolutionnaire » (p. 108) –, mais les deux traversées également par un courant cherchant à promouvoir « l’alliance révolutionnaire » avec les autres mouvements socialistes (p. 123). De plus, il cerne efficacement les contradictions du premier régime républicain, en affirmant : « le régime devait résoudre trois problèmes principaux pour faire honneur à sa parole : celui de la terre, celui de l’Église et celui de l’armée. Aucun des trois ne fut résolu, et si la république n’en vint pas à bout, eux par contre, vinrent à bout de la république » (p. 103). Cependant, cette partie, quelque peu laborieuse, est trop descriptive et s’apparente plus à une accumulation d’événements, sous-estimant la tentation de la violence armée au sein du mouvement anarchiste espagnol. De plus, José Peirats passe à côté du rapprochement paradoxal avec la Révolution russe dans les premières années, alors même qu’il cite un extrait de discours de Salvador Segui qui donne la clef d’une telle attitude : « Nous sommes partisans d’entrer dans la IIIe Internationale […], poussés que nous sommes par la réalité, et non pas pour des raisons théoriques » (p. 49).

Cependant, la partie la plus intéressante concerne comme de bien entendu l’histoire du mouvement durant la guerre d’Espagne. L’auteur se base sur de nombreux documents internes, n’hésitant pas à développer une critique des choix et stratégies adoptés. Les pages à propos de la « marée révolutionnaire » dans les premiers mois, qui se manifestait par les collectivisations et les expropriations – « en réalité, ce sont les paysans qui réalisent leurs expropriations. Le gouvernement, dans un bon nombre de cas, ne fait qu’officialiser l’occupation » (page 175) – et l’explosion des publications et des rééditions (p. 179-181) sont très riches. Et ce même si l’analyse du problème agraire méconnaît l’attachement du paysan à sa terre et les divisions de classe qui traversent le milieu rural, et ne correspondent pas entièrement à l’antagonisme entre « individualistes » et « collectivistes ».

L’intérêt majeur de ce livre est d’explorer les dilemmes de l’anarcho-syndicalisme espagnol et sa paradoxale participation au gouvernement républicain (il eut jusqu’à quatre ministres). Loin d’esquiver la question, José Peirats en étudie en détails les mécanismes et la dynamique. Il insiste longuement sur la pression des événements, la « force irrésistible des événements en présence » (p. 232) : l’existence d’un double pouvoir, la tension entre la guerre et la révolution – « la guerre se dressa dès le début comme un obstacle pour la révolution » (p. 209) –, la nécessité de neutraliser les divisions au sein du camp républicain – « la moindre discorde parmi ces forces ferait le jeu de l’adversaire. Même la CNT dut s’incliner face à cette terrible réalité » (p. 143)… Il met également en lumière le recul de la CNT devant les conséquences qu’auraient entraînée une insurrection au sein du camp antifasciste : « la lutte sur trois fronts : le front fasciste, celui des gouvernementaux et celui du capitalisme extérieur. Étant donné les complications qu’aurait entraînées cette aventure, il n’y avait pas d’autre solution que de collaborer avec les autres secteurs. La collaboration antifasciste amenait fatalement avec elle la collaboration au sein du gouvernement » (p. 233). Enfin, il ne passe sous silence ni une certaine « réaction psychologique » ni une tendance favorable à la participation gouvernementale qui se dessina et se développa au sein de la CNT, allant jusqu’à écrire : « la CNT voulait gouverner à tout prix » (p. 350). Ainsi, il analyse le pacte entre le syndicat socialiste UGT et la CNT, y décelant un « esprit résolument centraliste » (p. 366), réduisant « son [à la CNT] irréductible incompatibilité avec l’État à une simple expression de mode de gouvernement » (p. 367).

Tout cela ne pouvait que catalyser les tensions et oppositions au sein même du mouvement libertaire, représenté par la FAI, la CNT et la Fédération ibérique des jeunesses libertaires (FIJL). Non seulement, l’auteur étudie les positionnements de chaque organisation, mais il replace également les désaccords en fonction des dynamiques régionales autonomes (principalement à l’œuvre en Catalogne où le mouvement était très fort), qui traversaient toute l’Espagne. Par ailleurs, le rôle des communistes et de l’URSS – le « prosylétisme politique appuyé sur le chantage de l’aide soviétique » (p. 395) – est critiqué régulièrement de manière argumentée, même si parfois l’auteur tend à glisser vers une théorie du complot. À moyen terme, il ne pouvait en résulter qu’une ambiance délétère débouchant sur « l’effondrement du moral des combattants les plus aguerris » (p. 387).

Demeure malgré tout, au bout de ce voyage de plusieurs centaines de pages, l’étonnement devant le retournement, si généralisé et si abrupt, d’un mouvement qui se prétendait et se positionnait comme « antipolitique » (p. 226). Certes, la pression des événements fut très chargée, mais faut-il y voir, comme semble parfois nous y inviter l’auteur, une « force irréversible » ? Et même s’il en était ainsi, nous dirions en termes sartriens, que c’est moins cette force qu’il convient d’interroger que la réaction – ou l’absence de réaction – de celles et ceux qui la subissaient. Or, José Peirats souligne « l’incapacité de résistance des éléments officiels de la CNT-FAI » (p. 369), leurs accommodements continuels, jusqu’à sacrifier leur allié du Parti ouvrier d’unification marxiste (POUM) à la terreur stalinienne. En réalité, la force et la limite de l’analyse développée ici se lit dans ce passage : « Avec le recul de toutes ces années passées, je pense que nous qui fûmes sans cesse opposés à la thèse gouvernementaliste n’aurions pas pu apporter aux problèmes qui se posèrent d’autre solution de rechange que le geste stoïque ou numantin. Je pense même qu’il y eut une complicité inavouée chez de nombreux militants ennemis de la collaboration, qui donnaient libre cours à leur courroux, en même temps qu’ils laissaient faire. Et pourtant, ils étaient eux aussi sincères à leur manière ; sincères dans leur impuissance » (p. 246).

De façon autocritique, lucide et courageuse, l’auteur met l’accent sur cette « complicité inavouée », mais il semble dés lors consacrer la fatalité d’une telle courbe, plutôt que de la discuter. Le manque d’analyse de la théorie des organisations libertaires, d’une part, des composantes sociologiques du mouvement, d’autre part, ne facilitent certainement pas l’appréhension de ce phénomène de manière plus dialectique. Toujours est-il que la faiblesse théorique et le manque d’orientation stratégique de l’anarcho-syndicalisme espagnol en ressortent avec évidence et, en retour, expliquent sûrement sa difficulté à affronter les événements et le « déclin vertigineux » (p. 369) du mouvement au fil des mois durant la guerre civile. Si l’analyse reste à développer donc, ce livre demeure précieux et constitue un document de référence indispensable pour un tel travail, qu’on ne manquera pas néanmoins de comparer avec une analyse divergente, et souvent discutable malgré des sources documentaires de première main, celle de M. Cesar Lorenzo, dans son Mouvement anarchiste en Espagne. Pouvoir et révolution sociale2.

1Une brève chronologie, une sélection de biographies ainsi que quelques repères bibliographiques accompagnent cet essai.

2M. Cesar Lorenzo, Le Mouvement anarchiste en Espagne. Pouvoir et révolution sociale, Saint-Georges d’Oléron, Editions libertaires, 2006, recensé par notre collaborateur Georges Ubbiali sur notre ancien site,http://www.dissidences.net/mouvement_social_espagne_1936.htm#lorenzo

Philippe Jockey, Le Mythe de la Grèce blanche. Histoire d’un rêve occidental, Paris, Belin, 2013, 304 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Spécialiste universitaire de la Grèce antique, Philippe Jockey livre un essai sur un sujet passionnant, mais qu’il traite en partie sous influence, celle d’une lecture souvent abusive de certains travaux post-coloniaux. D’emblée, l’analyse qu’il propose du tourisme actuel en Grèce, celle d’un retour vers nos origines occidentales où « (…) le tourisme asiatique ou africain dérange. » (p. 7) apparaît marquée par la sur-interprétation, voire le procès d’intention1. Le fil conducteur de la réflexion est pourtant passionnant : comprendre comment la polychromie des bâtiments et des sculptures grecques a connu une amnésie durable et profonde à travers les siècles. Dans la Grèce de l’Antiquité, en effet, le blanc symbolisait l’inachèvement, le désordre, et l’or, l’ivoire – reflets de l’éclat divin – associés aux couleurs, permettaient de s’approcher de la perfection réaliste, en une offrande digne des dieux. Partant de cette place centrale de la polychromie, Philippe Jockey élargit la focale pour rétablir une hiérarchie humaine telle que perçue par les Grecs, allant de l’homme, hâlé, à la femme, blanche, en passant par le barbare, bariolé.

La mutation intervient en réalité avec les Romains. Le goût croissant pour la culture grecque dans une République finissante conduit à la diffusion de copies incolores, dans le même temps où, avec le Principat, la sculpture moins colorée devient jalon d’une quête d’idéal. Mais en généralisant ce changement esthétique à l’échelle des mentalités, Philippe Jockey semble aller un peu loin, obtenant des données à valeur générale de quelques cas particuliers, à la manière d’un Olivier Le Cour Grandmaison (Coloniser, exterminer : sur la guerre et l’État colonial, chroniqué dans notre revue électronique). Le fait que Pline l’Ancien soit révélateur d’une « idéologie blanche » en formation, dans son rejet d’un Orient métissé, nous paraît pour le moins devoir être plus largement justifié, et surtout ne témoigne pas nécessairement d’un état d’esprit dominant et uniforme2. Plus largement, Philippe Jockey a tendance à vouloir absolument tirer des enseignements globaux, au risque de négliger la pluralité. Le fait que le christianisme conquérant de la fin de l’Antiquité ait pris le parti du blanc et de l’incolore contre les couleurs païennes est ainsi relativisé par le goût marqué du christianisme oriental pour ces mêmes couleurs (en lien peut-être avec l’ancrage plus fort des polythéismes multicolores dans l’Orient romain ?), et la divergence au XIIe siècle entre Bernard de Clairvaux, chantre du blanc, et Suger, partisan des couleurs, montre bien que cette opposition transcende les frontières civilisationnelles.

Ce qui semble certain, cependant, c’est que l’entrée dans le Moyen Âge voit le marbre de Paros devenir le symbole par excellence d’une Antiquité déjà enfuie, dans la continuité du « blanchissage » romain. Le XVe siècle affirme encore davantage cette vision d’une Antiquité blanche, plus soucieuse de la forme des œuvres d’art antiques que de leurs couleurs, censément définie contre l’Autre, l’extra-européen3, et contre un Moyen Âge affublé dès cette époque du terme infamant de « gothique ». Une telle vision se retrouve chez l’historien de l’art allemand Wincklemann au XVIIIe siècle, lui qui, pourtant conscient de la réalité polychromique grecque, rend le blanc supérieur en beauté. Elle est également utilisée par la construction d’une identité nationale grecque au XIXe siècle, désireuse d’effacer les stigmates de l’époque antérieure4. La manie des copies, réalisées sur des copies antiques, ne cesse en tout cas de se répandre, d’abord chez les souverains, puis aux XVIIe et XVIIIe siècles dans l’aristocratie et la bourgeoisie, avant de se démocratiser plus largement au XIXe siècle via les moulages. C’est d’ailleurs au mitan du XIXe siècle que la résistance à la blancheur de l’art grec commence à s’épanouir, que ce soit le courant des néo-grecs, non sans succès (et dont on aurait aimé connaître la postérité sur le plus long terme), ou du peintre Gérôme. Là encore, la pluralité des positions rend tout lien direct entre l’opposition blanc / couleurs et l’émergence du racisme contemporain extrêmement discutable car trop réducteur ; il est certainement plus convaincant de lier, chez certains auteurs, le refuge dans la blancheur antique aux désillusions engendrées par la Grèce indépendante, qui ne peut être à la hauteur d’attentes fantasmées, et fait de la vision d’une Grèce blanche un mythe dès lors hors sol.

Les développements sur le XXe siècle sont toutefois fort succincts, car presque hors sujet, dans la mesure où, ainsi que l’explique Philippe Jockey lui-même, les couleurs de l’art grec sont majoritairement acceptées à compter de la fin du XIXe siècle. Plutôt que d’utiliser les travaux d’un Johann Chapoutot5, d’ailleurs, il a de nouveau tendance à sur-interpréter certains éléments, ainsi des photographies en noir et blanc de Nelly’s6 ou de la question de la restauration de l’acropole d’Athènes, dont la blancheur conservée tient aussi à la difficulté d’une restitution exacte et respectueuse de la polychromie originelle…

Possédant des mérites incontestés, Le Mythe de la Grèce blanche7 de Philippe Jockey souffre néanmoins d’une certaine perméabilité à des idées-force qui « circulent » dans quelques départements universitaires (majoritairement anglo-saxons), et qui semblent pour le moment fort prisées. Disons que cet ouvrage est de « son temps ».

1 Il en est de même à la fin de l’ouvrage, dans son analyse des photos des monuments grecs à visée touristique, le blanc reflétant probablement davantage leur réel état actuel qu’une quelconque « résilience » ou « réaction » blanche…

2 On retrouve le même genre de conclusion trop affirmative à valeur d’exemple avec Montaigne, chez qui le goût pour une éthique noire et blanche renouerait avec les thèses d’un Platon, ou pour Théophile Gautier, dont un poème est privilégié (p. 222), négligeant peut-être la simple licence poétique…

3 Mais là encore, Philippe Jockey semble forcer le trait, lorsqu’il fait de la prise de Constantinople en 1453 une véritable césure entre « le blanc d’un côté (le bon) ; les couleurs de l’autre (le mauvais). » (p. 130).

4 De là à parler de « nettoyage ethnique » (p.186) au sujet de la transformation d’Athènes en ville plus blanche de bâtiments, il y a plus qu’un pas que l’auteur n’hésite pas à opérer…

5 Le National-socialisme et l’Antiquité, Paris, PUF, 2008, chroniqué sur notre ancien site.

6Malgré de nombreux exemples cités, l’ouvrage souffre du manque iconographique : un cahier d’illustrations, ou à défaut des reproductions en noir et blanc auraient été souhaitables

7On peut déplorer également l’absence de notes de bas de page, ainsi qu’une prose qui abuse des points d’exclamation…. 

Victor Blanc, Paradis argousins, Paris, Le Temps des cerises/Les Lettres françaises, 2014, 146 pages, 12 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

« Livre politique » comme Franck Delorieux l’écrit dans la préface, Paradis argousin l’est certainement. Mais pas sous la forme évolutive et dialectique entre les trois parties qui composent le livre, comme tente de le mettre en avant le préfacier. D’ailleurs, peut-être est-ce en ces moments de douce amertume que les poèmes sont les plus résolus. Qu’il soit question de « tous ces jeux perdus par le bonheur » (p. 19), du « désir dont on fait l’ourlet » (p. 49) ou encore de la morale du « Tout finit dans un café » (p. 58). Cette mélancolie ne sombre pas pour autant dans « un sirop de bons sentiments » (p. 137) et constitue comme le terreau ou la condition du politique. Celle-ci se donne à voir d’ailleurs au détour d’un nom – « Troy Davis » –, « qui ne devrait s’écrire et ni s’écrire » (p. 73), de l’évocation d’une nuit parisienne poursuivit par les policiers et des « Souvenirs de manifestation » (p. 80). Ou encore dans une citation de Che Guevara mise en vers (p. 70). Plus sûrement peut-être que dans la troisième et dernière partie, « Chanson de Jean de La Crise ».

Delorieux signale dans une préface élogieuse le « jeu de piste » et les « références cachées » (p. 9) de ces poèmes. Sans être aussi positif, force est de saluer ce jeune auteur affirmant :

« J’ai rendez-vous avec tout ce malheur des êtres

(…)

On oublie tout comme un songe égaré

Si l’on n’est pas révolutionnaire » (p. 70).

Marco Sazzetti, A Droite toute ! Le tournant des années 1980, Paris, Éditions d’Alternative libertaire, 2013, 104 pages, 8 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Avec ce petit opuscule, Alternative libertaire décide de replonger dans son passé, celui de l’Union des travailleurs communistes libertaires (UTCL), dont le préfacier et responsable de cette publication, Théo Rival, a récemment proposé une histoire1.

C’est à une sélection d’articles publiés dans le mensuel de l’UTCL, Lutter !, entre 1985 et 1990, que nous avons donc droit, tous signés de Marco Candore, alias Marco Sazzetti (en souvenir de Sacco et Vanzetti), mais également Lola Cosmetic (sic). Elle est complétée par une chronologie et quelques notices explicatives. En dehors de l’auteur, l’autre lien de tous ces articles, c’est le constat qu’ils font d’une droitisation de la vie politique, à travers une prose résolument militante (en témoigne à lui seul l’objectif avancé de « construire un antifascisme de masse et de classe », p. 77). L’analyse se penche ainsi sur les progrès du néo-libéralisme (relativisant à juste titre sa critique de l’État2), l’essor du Front national, vu comme menace fasciste explicite3, la porosité de ses thèmes avec la droite de gouvernement (les exemples du discours anti-immigrés d’un Jacques Chirac p. 34-35) avec l’accent mis sur le travail du Club de l’horloge4, mais également les complicités de la gauche5 et la banalisation du racisme6.

La question qui se pose, à la lecture de cette mince anthologie, est de savoir ce qu’elle apporte réellement, si ce n’est l’analyse militante d’une partie du mouvement libertaire actuel, par une sélection documentaire. Pour les historiens et chercheurs, ce corpus est malheureusement trop réduit, et de manière plus générale, l’éclairage peu novateur, en partie redondant avec les travaux quand même plus conséquents de François Cusset7 voire plus légers de Sébastien Fontenelle8.

1 Théo Rival, Syndicalistes et libertaires. Une histoire de l’Union des travailleurs communistes libertaires (1974-1991), Paris, Éditions d’Alternative libertaire, 2013, chroniqué sur notre blog.

2 « Le néo-libéralisme, lui, n’est en fait qu’une « nouvelle » version de l’État fort, exclusivement [souligné dans le texte] répressif, de toute évidence entièrement tourné – sans partage ni contrepartie – vers la défense des privilèges. » (p. 21).

3 Sur cette problématique, les mêmes éditions ont précédemment publié la synthèse de Larry Portis, Qu’est-ce que le fascisme ? Un phénomène social d’hier et d’aujourd’hui, Paris, Éditions d’Alternative libertaire, 2010, chroniqué dans notre revue électronique.

4« Le club de l’horloge, quant à lui, et c’est nouveau, avance sur des thèmes communs à toute l’opposition, de la droite « classique » à l’extrême droite : tout n’est ensuite que question de degrés. » (p. 19).

5« Mais le PC, ou le PS, savent très bien quelle est la résonnance politique d’un discours sécuritaire, fût-il « de gauche » (…) Le sacrifice des valeurs grâce auxquelles la gauche s’est hissée au pouvoir a de terribles retombées. Désorientée, une partie de l’électorat s’abstient, sans pour autant que les luttes de masse, hors institution, émergent de façon alternative. La tendance au repli, la dégénérescence du tissu social (…) se poursuivent de plus belle, aidées en cela par le discours cynique de l’État exaltant le profit capitaliste. » (p. 38-51-52).

6« Ce n’est donc même plus d’intégration dont il est en réalité question (…) Mais d’uniformisation dans une société qui semble supporter de moins en moins la différence, vivant celle-ci comme une contestation et donc une mise en péril potentielle. » (p. 73).

7François Cusset, La Décennie. Le Grand cauchemar des années 1980, Paris, La Découverte, 2008, chroniqué sur notre ancien site.

8Sébastien Fontenelle, Vive la crise ! : ou l’art de répéter (inlassablement) dans les médias qu’il est urgent de réformer (enfin) ce pays de feignants et d’assistés qui vit (vraiment) au-dessus de ses moyens, Paris, Seuil, 2012.

Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, 333 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat1 est un classique sur la guerre d’Espagne, écrit par Mika Etchebéhère, une des rares (peut-être même la seule) femmes, étrangère de surcroît, à avoir dirigé une colonne de miliciens, dans les premiers combats lors de l’assaut de Madrid en 1936. C’est pourtant la veine romanesque qui permet de raconter de manière détaillée sa vie, avant et après la période espagnole. En effet, se basant sur la documentation disponible (cahiers, lettres privées, articles publiés dans des revues méconnues, conversations avec des personnes qui l’ont fréquentée) la romancière argentine Elsa Osorio propose avec la Capitana une très sensible évocation de la figure de cette militante révolutionnaire que fut Mika Etchebéhère. Sa vie ressemble en effet à un roman, mais un roman de la cruauté et de la désillusion. Micalea Feldman dite Mika naît en Argentine d’une famille de juifs immigrés. Au début des années 1920, elle rencontre Hippolyte Etchebéhère, révolté et militant du tout jeune Parti communiste. Ce sera l’amour de sa vie et un engagement commun, sans concession. Hippolyte brûle rapidement sa santé dans un activisme sans borne. Exilés en Patagonie pour reprendre des forces, ils y accomplissent un travail militant considérable. Au bout de quelques années, ils décident de partir pour Paris, où ils participent activement au mouvement des oppositionnels communistes, dont jaillira un peu plus tard des organisations trotskystes. Le voyage se poursuit, brièvement, en Allemagne, peu de temps avant l’accession d’Hitler au pouvoir. Hippolyte publiera une analyse de la défaite sans combat du mouvement ouvrier, profondément divisé entre communistes et socialistes2. Avec Mika, il participe au lancement d’une revue de haute teneur politique, Que faire ?, animée par des militants oppositionnels au sein du Parti communiste français. Mais la santé d’Hippolyte continuant de se dégrader, il part en Espagne, espérant profiter du temps sec et chaud pour guérir. Mika le rejoindra quelques mois plus tard. Ils sont donc aux premières loges lorsque éclate le pronunciamento nationaliste. Immédiatement, les qualités politiques d’Hippolyte font de lui un des dirigeants d’une des colonnes du POUM qui, avec la CNT, constitue l’aile marchante de l’opposition au fascisme. Lorsqu’il meurt au combat, comme une bonne partie des premiers combattants, Mika prend la relève et manifeste un courage exceptionnel, à la tête d’une des colonnes du POUM. Enterrée vivante lors d’un bombardement, elle ne doit la vie sauve qu’à l’admiration qu’elle avait suscité auprès de ses miliciens. Mais sa place de Capitana n’est guère appréciée, au moment où la pression politique des armes soviétiques joue un rôle sur les dirigeants militaires. Elle est finalement évincée des combats en première ligne. Nous laissons au lecteur le soin de découvrir la suite des aventures de Mika, au prise avec des envoyés du NKVD (police politique soviétique) dans des circonstances exactes, mais d’une véracité telle que le romanesque s’en empare aisément. Elle ne quitte l’Espagne qu’au moment de l’effondrement du camp républicain, pour se réfugier en Argentin et revenir s’installer en France plusieurs années après la guerre. Construit en aller-retour entre les différentes époques et les multiples lieux de son existence, ce roman laisse apercevoir l’extraordinaire existence qui fut celle de Mika. Par la trame fictionnelle, des dimensions absentes de sa biographie militante surgissent au fil du récit, dont les rencontres, les amitiés ou même l’amour qu’éprouve Mika pour Hippolyte. Admirablement traduit par François Gaudry, ce livre permet de prolonger la lecture des textes politiques de la Capitana. Et les ouvrages de fiction dont le centre de gravité est le POUM sont trop rares pour qu’on ne les remarque pas3.

1Mika Etchebéhère, Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat, Paris, Denoël, 1975, Actes Sud-Babel, 1998 pour l’édition de poche.

2Juan Rustico [Hippolyte Etchebéhère], 1933 : La tragédie du prolétariat allemand, Paris, Les Amis de Spartacus, 2003, 84 p.

3La romancière Elsa Osorio est également l’auteure du roman Luz ou le temps sauvage (Métailié, 2002)sur le destin des enfants de militants révolutionnaires adoptés par les familles des militaires qui avaient torturé et tué leurs parents, pendant la dictature de la junte de Videla. Sur le même sujet, lire de Caryl Férey, Mapuche, Gallimard, 2012, « Folio-policier », 2013.

Uri Eisenzweig, Naissance littéraire du fascisme, Paris, Seuil, collection « La Librairie du XXIe siècle », 2013, 165 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Douze ans après avoir publié Fictions de l’anarchisme (Bourgeois, 2001), Uri Eisenzweig arpente à nouveau la littérature fin de siècle par ce court opus, Naissance littéraire du fascisme. S’il use à juste titre des travaux de Zeev Sternhell (notamment son Barrès et Ni droite, ni gauche), l’auteur, professeur de littérature à l’université de Rutgers, ne situe son propos ni dans un horizon historiographique, ni dans une logique de filiations. Son propos s’ancre entièrement dans une réflexion sur la forme, sur la manière dont des choix d’écriture face à la crise du récit qui marque la littérature fin de siècle participent d’une transformation idéologique caractéristique de la naissance d’un fascisme. Il prend d’ailleurs soin de préciser qu’il « n’y a pas eu qu’une seule naissance du fascisme, car il n’a pas existé qu’un seul fascisme » (p. 7). Ce qui retient son attention, dans une séquence littéraire tramée dans l’horizon de l’Affaire Dreyfus, c’est le marqueur de tout fascisme, et la manière dont la littérature en joue soit « une vision organique de la Nation à laquelle correspondent un refus de l’universel quant aux valeurs et un déterminisme racial quant à l’identité individuelle » (p. 7). Il appuie son propos sur Maurice Barrès (Les déracinés), Bernard Lazare (Une erreur judiciaire. La vérité sur l’Affaire Dreyfus), Octave Mirbeau (Journal d’une femme de chambre) ; seul le premier fut, on le sait, (proto)fasciste.

Son étude sur Barrès postule que la logique discursive des Déracinés participe de la mutation idéologique de l’auteur, éclairant le renversement épistémologique de l’antisémitisme moderne forgé par Barrès au cœur de l’affaire. Antisémitisme moderne qui « se définit moins à partir du récit de crime supposé que contre celui de l’innocence reconnue » (p. 70). La thèse principale de l’ouvrage est, ici, la naissance d’un fascisme durant l’affaire Dreyfus reposant alors sur ce refus du récit et de son déterminisme causal qui se cristallise là et constitue l’un des plus forts linéaments d’un discours fasciste à venir, pivotant autour de la question juive. Dans l’univers clos et comme en apesanteur du nationalisme puisque « l’identité est organiquement inscrite dans le paysage qui l’entoure, c’est le récit incarné par le juif qui constitue lui-même la transgression » (p. 71). Ce discours fasciste, dont Barrès accouche, tient par le refus de la narration, du récit, l’insignifiance du personnage quant il est extérieur à la nation. Et c’est pour Barrès, « l’insignifiance de l’individu Dreyfus qui permet la redéfinition de sa culpabilité comme collective » (p. 75).

A l’appui de son propos, le contre-modèle de Bernard Lazare et le silence de ce premier dreyfusard après 1898. L’anarchiste partage avec Barrès une égale haine du roman comme représentant la réalité. Uri Eisenzweig s’appuie les liens entre symbolisme et politique, sur la propagande par le fait, qu’il étudiait dans Fictions de l’anarchisme. Bernard Lazare conçoit l’antisémitisme comme une « machine narrative » qu’il refuse ; c’est pour cela qu’il constitue un précurseur du dreyfusisme1. L’objet de sa brochure est la déconstruction de l’accusation faite à Dreyfus, jamais il n’établit un autre récit, celui qui établirait l’innocence de Dreyfus et confondrait la brochure avec l’essor de la para-littérature policière – les années 1890 sont en effet le moment d’éclosion, avec Sherlock Holmes en avant-garde du genre qu’est le detective story. A la racine du comportement de Bernard Lazare, le refus de toute représentation propre à l’anarchisme dont il constitue, selon l’auteur, le dernier représentant. Le J’accuse de Zola (1897), puis Les Preuves (1898), forcent Bernard Lazare au silence puisque toutes ces prises de position constituent l’Affaire Dreyfus dans un jeu de récit et contre-récit. Ainsi l’hypothèse littéraire construite par l’auteur rend compte de l’énigme de ce silence, puis du progressif oubli, du rôle pionnier de ce premier dreyfusard. Ainsi, à partir de prémisses quasi-identiques, liés à la conjonction du symbolisme et de l’anarchisme, le choix de Barrès chantre d’un nationalisme proto-fasciste se mesure au creux du silence du dreyfusard.

Pour conclure cette démonstration, Le journal d’une femme de chambre, et principalement au sein de celui-ci, la figure du jardinier antisémite qu’il dénonce. A nouveau, l’absence d’intrigues narratives et singulièrement le mimétisme du journal d’une femme de chambre avec les indices recueillis dans les detective story construisent, en ellipse, à nouveau, la démonstration. Il conclut, liant définitivement crise du roman-Affaire Dreyfus-fascisme naissant : « si l’Affaire se déroule au cours des dernières années 1890, sa place pourrait bien avoir été prête plus tôt. La place, non pas de la tragédie personnelle d’un capitaine juif injustement condamné puis innocenté, bien sûr, mais du discours refusant cette innocence au nom d’une vision organique – et donc non narrative – de la société et de l’identité nationale. La place du fascisme naissant. » (p. 162).

La thèse est forte, le livre à lire ce d’autant plus qu’il bouscule l’habitus d’une part des historiens du fascisme. Sans la tonitruance d’un Zeev Sternhell2, il participe à sa manière d’une réflexion sur une matrice française du fascisme du point de vue des représentations. Il invite surtout à relire l’Affaire Dreyfus en la dégondant du grand récit dreyfusard, lui redonnant la qualité d’un épisode séminal, prêtant à nouveau à cette fin de siècle la capacité à décrypter la racine des discours du court XXe siècle à venir. Enfin, et c’est là sans doute la qualité principielle de ce court opus, il indique qu’une étude des fascismes peut s’ordonner hors de la raison taxonomique qui interdit de penser un fascisme français (hier et aujourd’hui3), hors de la raison sociologique qui prétend par la succession des rôles, des positions dans le champ social et politique et la clé de la conversion politique4, rendre compte des engagements fascistes, au prix sans doute d’une désidéologisation du fascisme. C’est la force de la littérature et de l’histoire des représentations que de faire douter de ces lectures historiographiques, déplaçant le regard au vif des discours contemporains et des romans. Enfin, en miroir de Fictions de l’anarchisme, l’ouvrage propose un décentrement identique pour l’étude de l’anarchisme dans l’affaire Dreyfus, au rebours de la gêne ressentie par Jean Maitron dans son étude pionnière. Le silence de Bernard Lazare est là assourdissant.

1« Car seule une personnalité refusant la légitimité de la démonstration – de toute représentation, de tout représentant – pouvait s’engager dans l’Affaire aussitôt que le fit Bernard Lazare, alors que la réalité factuelle n’était connue, ne pouvait être connue que fort partiellement » (p. 101).

2Sur les controverses générées par la réception française des travaux de Zeev Sternhell, cf. Olivier Forlin, Le fascisme. Historiographie et enjeux mémoriels, Paris, La Découverte, 2013, http://dissidences.hypotheses.org/3725

3Michel Dobry (dir.), Le mythe de l’allergie française au fascisme, Paris, Albin Michel, 2003.

4Laurent Kessel, La conversion politique. Doriot, le PPF et la question du fascisme français, Paris, Raison d’Agir, 2012.