Archives mensuelles : novembre 2014

Henri Mélich, A chacun son exil. Itinéraire d’un libertaire espagnol, La Bussière, Acratie, 2014, 220 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Co-écrit avec l’aide de son petit-fils, ce livre de Henri Melich retrace les souvenirs d’un militant libertaire espagnol en France. En effet, l’auteur était trop jeune pour avoir combattu les troupes franquistes. C’est tout enfant qu’il franchit la frontière avec ses parents, dont son père milicien de la CNT. Toute son existence se déroule en France, mais le regard, le cœur et l’activité sont tournés vers l’Espagne natale. Ses parents échappent aux camps de regroupement pour les combattants, du fait qu’une partie de la famille vivait déjà en France, pour des raisons économiques. Très rapidement, le jeune Mélich devient un très grand lecteur. Son témoignage est parsemé des très nombreuses lectures qu’il a fait sa vie durant, au point, quelques décennies plus tard, de devenir libraire, diffusant largement la littérature espagnole et libertaire dans son magasin. Mais auparavant, durant la Seconde Guerre mondiale, il participe au passage d’exilés espagnols en France avant, en 1944, de s’engager dans le maquis. Il fait partie des combattants qui libèrent Narbonne, les armes à la main. Il poursuit la guerre jusqu’en Allemagne, et à son retour adhére à la CNT. Par la suite, il participe aux tentatives de créer des zones libérées en Espagne, idée promue par les libertaires. Mais l’affaire relève plus de l’aventure que d’un plan sérieusement mûri. Surtout, il y avait l’illusion que la chute du nazisme allait entraîner également la chute du franquisme et que les forces alliées allaient chasser le dictateur. C’était donc le rôle des anarchistes que de préparer le terrain et d’installer des bases libérées. Mais cet espoir s’est rapidement avéré vain, les forces anglo-américaines privilégiant la stabilité de l’Europe et certainement pas le prolongement du combat antifasciste. Plusieurs de ses connaissances et camarades sont capturés ou tués. Cela n’empêche pas Henri Mélich de poursuivre une activité clandestine en Espagne, accompagnant des militants ou faisant transiter des documents. Puis il s’éloigne de la frontière pour migrer jusqu’à Toulouse où se concentre l’essentiel du mouvement libertaire en exil, clivé entre ceux qui souhaitent prolonger la résistance unie autour de la République et ceux, plus radicaux, qui souhaitent une activité de nature révolutionnaire. Il franchit un nouveau cap en adhérant à la FA et aux Jeunesses libertaires. L’engagement prend de multiples formes, comme le projet d’enlever le consul d’Espagne à Toulouse (projet avorté) ou l’adoption de nombre des valeurs libertaires. Ainsi, par exemple, il fréquente le milieu des végétariens et des libres penseurs, s’adonne à l’espéranto. Il songe même à se faire vasectomiser, mais y renonce par amour. Cela lui permet d’avoir deux enfants avec sa compagne, puis considérant avoir rempli son rôle, il finit par réaliser son projet malthusien. Toujours grand lecteur, il prend en charge l’édition du journal Ruta, puis un autre organe. Comme il le signale lui-même « Notre activité était surtout culturelle ». (p. 135). Il signale que lorsque l’ETA a commencé son activité, c’est grâce aux liens avec les milieux libertaires que le mouvement séparatiste basque a pu s’approvisionner en armes. A cette période, la CNT en exil s’était lancée dans une campagne d’attentats à la bombe en Espagne, conduisant à une série d’arrestations en France et en Espagne. En 1965, il rompt avec le mouvement libertaire en exil, sur la base des divergences politiques. On regrette que les documents ne soient pas exploités ici, car c’est un épisode peu connu. Tandis que les plus jeunes souhaitent poursuivre l’action en Espagne (y compris par la lutte armée ou des attentats), les plus anciens envisagent l’action sous d’autres formes. C’est un tournant dans sa vie, il s’éloigne du militantisme direct et change de métier, devenant représentant de commerce pour les éditions Ruedo Iberico (éditions sur lesquelles il existe une thèse de Maria Aranzazu Sarra Buil, Cuadernos de Ruedo Ibérico. Exil, culture d’opposition, mémoire historique1), travail qui l’occupe de nombreuses années, avant qu’il ne fonde sa propre librairie à Perpignan. Librairie qui diffuse essentiellement de la littérature espagnole, ainsi que toute la prose anarchiste. L’endroit devient un point de repères pour tous les libertaires, si bien qu’il est la cible d’un attentat à la bombe en 1976. Une dernière étape est franchie quand il s’essaie à l’édition en Espagne, après la chute du franquisme, mais l’aventure tourne court. C’est sur des notes un peu nostalgiques d’une époque révolue que se terminent cette évocation, très intéressante, à travers le destin d’un homme, de l’évolution d’un courant politique qui s’est difficilement maintenu après son échec durant la guerre civile. Quelques documents complètent le livre, ainsi qu’une postface, émouvante, de son petit-fils qui dit avoir découvert son grand-père à travers les entretiens conduits pour écrire le livre. Livre qui tranche assez fortement avec bon nombre de témoignages produits sur l’Espagne, car l’auteur n’a jamais participé en fait aux combats de la période 1936-39.

1 Remerciements à Julien Hage pour m’avoir indiqué ce travail.

Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, Paris, Futuropolis, 2013, 130 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette belle BD relate l’histoire de la catastrophe de Courrières, en 1906. Le 10 mars de cette année-là, à 6 h 30, avait lieu la plus grande tragédie minière de tous les temps : 1 099 mineurs perdent la vie. Parmi eux, on compte 242 enfants. Dans un magnifique noir et blanc teinté sépia, ce livre relate les conditions dans lesquelles s’est déroulée cette catastrophe. L’explosion dans la mine n’avait rien de naturelle, mais était le fruit du manque d’investissement dans les infrastructures et les mesures de sécurité pour les ouvriers. Cette catastrophe provoque une grève, à la suite des obsèques des mineurs morts. Le mouvement s’étend dans les cités minières à proximité de Courrières. La grève scinde en deux le camp des ouvriers, entre le vieux syndicat (dirigé par Emile Basly), un des plus anciens de la jeune CGT, très puissant mais parfaitement modéré et le courant syndicaliste révolutionnaire emmené par Benoît Broutchoux, nettement plus radical1. Confronté à la durée de la grève, à sa radicalité, Georges Clemenceau, ministre de l’Intérieur, fait appel à la troupe. Dans L’Humanité, Jean Jaurès prend la défense des mineurs. Alors que la grève se poursuit aussi dans les débats au Parlement, un fait inouï se produit : treize mineurs qui avaient été comptés parmi les victimes ressortent du puits après 19 jours, preuve éclatante que la compagnie n’a pas non plus fait tous les efforts pour retrouver les survivants. Le ton monte encore un peu plus entre les grévistes ulcérés par ces nouvelles et les non-grévistes. Des affrontements ont lieu sur le carreau de la mine, des militaires sont attaqués. Georges Clemenceau hausse le ton et fait intervenir 25 000 soldats qui envahissent littéralement le Nord-Pas-de Calais. La grève est finalement vaincue et quelques mois plus tard, le tribunal de Béthune prononce un non-lieu contre la compagnie minière, dégagée de toute responsabilité pour cet accident. C’est cette histoire tragique que raconte cet ouvrage. Une partie documentaire complète la bande dessinée. Y est notamment reproduit un éditorial « Justice ! » de Jaurès, du 11 mars 1906, monument de l’art journalistique. Des références bibliographiques et cinématographiques permettent de prolonger la connaissance de ce passé. Sang noir, bande dessinée historique, est une réussite de part en part, à verser au dossier des luttes ouvrières.

1Sur le personnage de Benoît Broutchoux, il existe une bande dessinée, dans le style des Pieds nickelés de Forton, de Phil Casoar et Stéphane Callens, Les aventures épatantes et véridiques de Benoît Broutchoux, Paris, Le Dernier terrain vague, 1979.

Elena Poniatowska, La nuit de Tlatelolco. Histoire orale d’un massacre d’État, Toulouse, Éditions C.M.D., 2014. Traduit de l’espagnol (Mexique) par Marion Gary et Joni Hocquenghem, sous la coordination d’Anna Touati, 327 pages, 25 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Dans le supplément électronique à notre revue Dissidences sur Mai 68 (n° 5, « Mai 68. Aspects régionaux et internationaux », octobre 2008), nous regrettions que l’ouvrage d’Elena Poniatowska, paru en 1971 – traduit en anglais dès 1975 – n’ait pas encore été traduit en français1. Voilà l’anomalie réparée et bien réparée ! L’objet livre est beau, la traduction parfaite. Des notes de bas de page viennent renseigner le lecteur, la chronologie et le glossaire bien utiles, les nombreuses photos éclairantes. Mais un index en aurait fait un instrument de travail encore plus utile. Un exemple : on aurait ainsi pu suivre les étapes du calvaire du jeune professeur Eli de Gortari (voir pages 122, 124, 125, 171 etc…).

Car la répression fut terrible, avec des dizaines de morts, des incarcérations de longue durée. C’est un véritable traquenard que les forces de répression ont monté à l’occasion d’un meeting à Tlatelolco, cette Place des Trois Cultures située au centre de Mexico le 2 octobre 1968. Armes lourdes, hélicoptère armé, tirs sans sommation, provocateurs, tout a été utilisé pour « casser » un mouvement étudiant qui durait depuis juillet et qui ne cessait de s’amplifier. Or, les Jeux olympiques de Mexico étaient sur le point de s’ouvrir. Le gouvernement voulait que l’ordre règne !

La journaliste E. Poniatowska, née d’une mère mexicaine et d’un père polonais, a eu l’énorme mérite de réaliser de nombreux entretiens avec les étudiants et les professeurs emprisonnés. Elle émaille aussi son livre d’autres entretiens, d’articles de presse, ou simplement de titres de journaux, d’où l’impression parfois de « patchwork ». Cet ouvrage s’apparente, par la démarche, au recueil de tracts que les historiens Jean Maitron, Madeleine Rebérioux, Michelle Perrot ont publié peu après 682. La comparaison est éclairante : même combativité, même mouvement de masse, même volonté de se lier à la classe ouvrière, à Mexico les cheminots en lutte. Mêmes débats entre le parti communiste, les maoïstes, les trotskystes, les « spartacos » (sic, p. 141). Mais à Mexico, la répression fut incomparablement plus forte et plus longue qu’à Paris. Les Granaderos, équivalent des CRS, utilisaient les armes à feu et pas seulement des bidules et des lacrymos. Elle fait plutôt penser à celle qui sera déclenchée 3 ans plus tard à Santiago du Chili : arrestations arbitraires, coups, humiliations, tortures même. Longtemps après les événements, les autorités continuent à régler les comptes avec les dirigeants du mouvement, membres du CNH (Conseil national de grève). Il arriva parfois que, dans les prisons, « les droits communs » soient lancés contre « les politiques ».

Une brutalité qui n’a pas disparu du Mexique, les 43 élèves-instituteurs de l’École normale d’Ayotzinapa enlevés et certainement brûlés en témoignent. Là aussi, ce sont les responsables politiques, le maire d’Iguala élu sous la bannière du Parti de la Révolution démocratique (PRD, classé à gauche, dans l’opposition) et son épouse, sœur de narco-trafiqaunts notoires, qui sont à l’origine de ce massacre.

Un livre utile donc, d’une très belle facture, mais qu’il faut percevoir avant tout comme un recueil de sources.

1Voir Franck Gaudichaud et Jean-Paul Salles, « Mexique 1968. Une bibliographie, 40 ans après », http://www.dissidences.net/documents/complement_vol5_biblio_mexique.pdf

2« La Sorbonne par elle-même. Mai-Juin 68 », Le Mouvement social, n° 64, juillet-septembre 1968.

Claude Jeancolas, Rimbaud l’africain, Nanterre, Textuel, 2014, 642 pages, 27 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Claude Jeancolas offre ici, à propos de la dernière partie de la vie du poète dans la corne de l’Afrique (au Yémen, d’abord, dans l’actuelle Éthiopie, ensuite), une somme considérable, avec pour objectif « de mieux comprendre l’expérience africaine de Rimbaud et son épaisseur humaine » (p. 15). Il le fait en étudiant les écrits des contemporains et voyageurs (dont certains le connaissaient) dans cette région, car, paradoxalement, les lettres de Rimbaud, sèches et abruptes, donnent très peu d’information sur la vie là-bas.

Le livre, structuré thématiquement, géographiquement (en fonction des lieux traversés par Rimbaud) et chronologiquement, cerne au plus près, dans ces régions particulièrement hostiles, la figure du poète comme « notaire marginal » (p. 15), colon antithétique, lui qui avait pourtant écrit des poèmes violemment anti-colonialistes. Ainsi, l’auteur écrit : « la version officielle de son attachement à la corne de l’Afrique est la quête de la fortune. Qui peut le croire ? Un garçon aussi intelligent savait bien qu’il y avait des moyens plus rapides et plus faciles de faire fortune. Ce qui le retient en Afrique, malgré les difficultés, c’est tout ce qui entoure ce prétexte officiel » (p. 35). D’où le décalage entre les constantes récriminations dans les lettres de Rimbaud sur l’argent et le commerce, d’une part, et des pratiques et projets, qui sont autant de sabotages de l’homme d’affaires, d’autre part. Décalage également avec toute mission civilisatrice dont s’enorgueillissait alors le colonialisme. Rimbaud, qui parle arabe, lit le Coran, s’habille à la façon locale, écrit trouver sa vie absurde, le travail vain, et se plaint tour à tour de la bêtise des rares Européens qu’il croise et des indigènes. Nul privilège : ils sont renvoyés dos à dos. Une lettre du 25 février 1890 donne la clé de son jugement : « les gens du Harar ne sont ni plus bêtes, ni plus canailles que les nègres blancs des pays dits civilisés, ce n’est pas du même ordre, voilà tout » (cité p. 612).

L’auteur fait justice des mythes et contre-vérités qui continuent à circuler, à propos d’un Rimbaud marchand d’armes et/ou d’esclaves, de son homosexualité pratiquée en Afrique, etc., tout en éclairant quelques zones d’ombres de sa vie intime là-bas ; ces « mystères de l’affection », comme le nomme Jeancolas. Quant au silence de Rimbaud, il est appréhendé sous l’angle du « suicide raté », de la fuite de la poésie. Cependant, son écriture aurait mérité une analyse plus fine et dialectique, dans le sillon d’Annick Louis, évoquant, à propos notamment des récits de Rimbaud pour la Société de géographie, une écriture « non-littéraire », se construisant « dans la fascination et le rejet simultanés du récit romanesque »1.

Le livre restitue bien les enjeux coloniaux de l’époque et la particularité d’une région, objet de disputes âpres entre les diverses puissances coloniales, mais qui réussit à se maintenir indépendante. Il souligne les rivalités entre les différentes ethnies, qui s’inscrivaient – de même que l’esclavage – dans l’économie locale des frontières et caravanes, à travers principalement les droits de douanes, et un environnement désertique très dur, qui imposait des règles strictes autant que la solidarité. Ressortent de ces pages, outre quelques voyageurs aux caractères bien trempés, la figure de Ménélik, avec qui Rimbaud était en affaire et qu’il connaissait bien, comme en témoigne son article pour Le Bosphore égyptien en août 1887. Intelligent, rusé, guerrier, il réussit à protéger son pays des ambitions coloniales, et remporta, en 1896, la première victoire d’une armée africaine contre une puissance européenne.

Cet essai représente cependant un document plus qu’un récit. La masse d’informations et de détails rend la lecture parfois pesante et répétitive, moins agréable à lire que le désormais classique Rimbaud en Abyssinie d’Alain Borer (Seuil, 1984) – indépendamment de plusieurs assertions critiquables de cet ouvrage. De plus, Claude Jeancolas pêche parfois par un souci d’éclairer mécaniquement certains aspects de l’épopée africaine du poète par ses écrits de jeunesse. Reste que ce livre constitue aujourd’hui la meilleure synthèse de la vie de Rimbaud en Afrique et du contexte dans lequel il vécut.

1Annick Louis, « Homo explorator. L’écriture « non littéraire » d’Arthur Rimbaud, Lucio V. Mansilla et Heinrich Schliemann » dans Revue de littérature comparée, 2007/4 (n° 324).

Dimitris Livieratos, L’Usine invisible de la révolution algérienne. Mémoires d’un trotskiste grec, Athènes, Asini, 2012, 146 pages, préface de Sylvain Pattieu, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De prime abord, cette publication semble idoine pour interpeller tous ceux que l’histoire du mouvement trotskyste, et particulièrement de ses liens avec la lutte anticolonialiste, intéresse. D’autant que les parutions en grec n’ont que rarement été traduites en français : en dehors des Mémoires d’Agis Stinas, publiées en 1990 par les éditions La Brèche de la LCR, on attend toujours des traductions concernant, par exemple, Michel Raptis (alias Pablo), comme son autobiographie, parue en 1996.

Malheureusement, ce témoignage est décevant à bien des égards. Il y a d’abord la question de sa date de publication : les pages de Dimitris Livieratos ont semble-t-il été rédigées au milieu des années 1960, et on aurait aimé comprendre pourquoi il a fallu attendre presque 50 ans avant de les découvrir ; de même, la préface de Sylvain Pattieu est datée de 2004, et on ne peut que s’interroger sur le hiatus qu’il y a alors avec l’édition définitive du livre… Mais le problème central de l’ouvrage tient à son appareil critique largement déficient. Aucune notice biographique de l’auteur n’est fournie, la bibliographie est lacunaire (l’étude de référence de Sylvain Pattieu1 n’y apparait même pas !), et le corps du texte manque cruellement de notes explicatives. Il faut dire que le témoignage de Dimitris Livieratos se décline sur un mode non linéaire, usant des flash-back, estompant en partie la chronologie, demeurant souvent très allusif, introduisant de temps à autre des développements plus généraux (sur l’habileté d’un Lyautey dans l’exercice de la domination coloniale, par exemple), et citant exclusivement des pseudonymes dans ses nombreux portraits (Pablo y est Gab, et le FLN devient l’Organisation). Autant d’éléments évoquant davantage un roman policier, et qui auraient de ce fait nécessité un traitement particulier.

De ces considérations sur une forme pratique d’« internationalisme industriel », pour reprendre l’expression utilisée par Sylvain Pattieu, la mise en place à la fin des années 1950 par la IVe Internationale officielle d’une usine de fabrication de pistolets mitrailleurs au Maroc destinée à fournir les combattants de l’ALN, plusieurs éléments sont à retenir. Ils tournent tous autour des relations humaines, souvent tumultueuses et conflictuelles au sein du microcosme de l’usine – environ 150 ouvriers et gardes. Les dissensions concernent d’ailleurs aussi bien les militants étrangers entre eux (recoupant les origines de chacun, Latino-américains contre Européens, par exemple, ou des divergences à propos de la révolution coloniale2), les Algériens entre eux (de souche ou issus de l’immigration européenne, engagés de la première heure ou recrues plus récentes, prolétaires ou partisans, ces derniers étant généralement des musulmans pratiquants) que les étrangers vis-à-vis des Algériens, autour de la discipline ouvrière plus intégrée chez les premiers, plus lâche chez les seconds. Les conséquences sur le fonctionnement de l’usine sont réelles, un fonctionnement qui semble osciller entre souci démocratique (les réunions en assemblée générale, souvent fort longues, la pluralité des noyaux de pouvoir révélateur d’un pluralisme interne au FLN, tout au moins à cette échelle) et efficacité autoritaire, plus ou moins bien acceptée, et où la confusion entre politique et technique semble constituer un réel danger. Il y a également les difficultés pratiques de la mise en chantier de la fabrication, des risques de corruption personnelle induits par les sommes d’argent nécessaires à l’achat de fournitures en Europe, et par là de valorisation individuelle au détriment du collectif.

De ce point de vue, celui d’une révolution vécue dans la pratique et non seulement dans la théorie3, le témoignage de Dimitris Livieratos est utile et a probablement valeur générale, davantage que ses considérations plus conjoncturelles, en particulier son admiration vis-à-vis de l’Afrique du nord et des colonisés révoltés qui va de pair avec une étonnante inclinaison vers la simplicité paysanne comparativement à la corruption urbaine… Néanmoins, on peut penser qu’une nouvelle édition de ce document, dûment contextualisé et doté d’un appareil critique et historiographique conséquent, serait plus utile aux chercheurs ainsi qu’à tous ceux passionnés par les connexions internationalistes du combat algérien.

1 Les Camarades des frères : trotskistes et libertaires dans la guerre d’Algérie, Paris, Syllepse, 2002.

2Les Anglais présents considérant, à rebours des positions majoritaires de la IVe Internationale, que la libération des colonies britanniques interviendrait par une révolution dans la métropole elle-même, jugée donc prioritaire.

3« Ainsi vont les choses : dès que l’individu est touché par la révolution dans sa vie matérielle et idéologique même, dans son éthique profonde, les doutes apparaissent. » (p. 56). 

Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, 96 pages, 17,95 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Sur la tristement célèbre Affiche rouge que les nazis apposent sur les murs de Paris pour dénoncer le caractère étranger de l’« armée du crime » – puisque c’est ainsi qu’ils qualifient la résistance communiste organisée par les FTP-MOI [Francs-tireurs partisans-Main d’œuvre immigrée] – Marcel Rayman figure juste au dessus, à gauche, du chef du groupe, Missak Manouchian. La photo du résistant est affublée d’une cartouche indiquant : « Rayman, juif polonais, 13 attentats ». Cette bande dessinée se propose d’évoquer la figure d’un de ces étrangers magnifié dans de fameuses Strophes pour se souvenir, celles du poème d’Aragon (1955) plus couramment appelé L’Affiche rouge, mis en musique par Léo Ferré (1959) puis Catherine Sauvage, Monique Morelli, Leni Escudero et plus récemment Bernard Lavilliers.

La famille de Pierre Rayman, d’origine polonaise, émigre en France pour fuir les conditions de vie faites aux juifs, pensant trouver dans la France le pays des droits de l’homme. Pourtant, ce sont bien les autorités dudit pays qui déportent le père à Drancy, avant la déportation et la mort à Auschwitz, sort que subissent également Anna Rayman, sa mère ainsi que Joseph, Hélène et Régine Peltin, oncle et tante de Marcel Rayman. Seul son frère, Simon Rayman, déporté à Buchenwald, survivra à la guerre. Celui-ci n’avait pas attendu le déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique en juillet 1941 pour distribuer de la propagande antifasciste. Car ce qui anime les frères Rayman, c’est tout autant la défense de la terre des droits de l’homme et de 1789 que la lutte contre le capitalisme dans sa version nazie. Après avoir pris contact avec la résistance communiste, Marcel plonge dans la clandestinité et la lutte armée : sabotages, attentats, exécution de traîtres ou d’officiers allemands (dont le général SS Julius Ritter, le responsable du Service du travail obligatoire (STO), etc. Dans son combat, il est trahi par une amie d’enfance, qui livre la totalité du réseau à la police française. Avec ses camarades, ceux qui figurent sur l’Affiche rouge, il est torturé puis fusillé. Marcel Rayman avait vingt ans. Parmi ses 24 camarades fusillés en même temps que lui, on compte trois Français. Ils ne figureront pas sur l’Affiche, afin de renforcer l’effet propagandiste sur un « complot international judéo-bolchevique » voulu par les forces nazies d’occupation.

Très bien documentée et de bonne facture graphique cette bande dessinée s’inscrit dans la longue liste des adaptations, films (L’Affiche rouge de Frank Cassenti, 1976, où M. Rayman est interprété par Pierre Clémenti, L’Armée du crime de Robert Guédigian, 2009, Robinson Stevenin jouant M. Rayman) ou romans (dont les récents Le tombeau de Tommy, de Raymond Blottière, centré lui sur Thomas Elek et Missak, de Didier Daeninckx, tous deux de 2009) qui racontent, chacun à leur manière, cette épopée résistante et anti-fasciste, dont la mémoire et l’histoire restent (et doivent rester) vivaces.

Richard Wagman, La Palestine, une question juive, Paris, Edilivre, 2014, 358 pages, 24,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Derrière ce titre inattendu se cache le livre d’un militant antisioniste, membre fondateur de l’UJFP (Union juive française pour la paix). Dans sa préface, Michel Warschawski précise quelque peu la biographie de Richard Wagman, d’origine canadienne, par ailleurs membre du NPA (Nouveau parti anticapitaliste). La lecture permet de comprendre le sens du titre, car en effet, il y est nettement plus question des Juifs que de la Palestine. Cependant, plus qu’un ouvrage avec une thèse à défendre, une démonstration à conduire, ce livre se compose de multiples textes écrits à différentes époques. Certains remontent à plusieurs années ou sont le fruit de commandes. On trouve ainsi le texte d’une intervention réalisée à la fête de L’Humanité où Wagman expose les différentes composantes de l’opposition à l’occupation en Israël. C’est donc plus à un ensemble composite de contributions, à la longueur variée, qu’un livre au sens propre du mot. Cependant, malgré leur hétérogénéité, les multiples écrits rassemblés dans cet ouvrage dessinent le portrait d’une opposition déterminée à la politique de l’État d’Israël. L’auteur montre (souvent grâce à une lecture attentive de la presse israélienne) que la société est fortement marquée par des courants, des individus, des intellectuels, des journalistes, des associations, des sensibilités, qui ne partagent pas le projet de Grand Israël. Richard Wagman insiste sur des dimensions peu connues de la vie du pays. Ainsi, chiffres à l’appui, évoquant les nombreux juifs qui quittent Israël, votant en quelque sorte « avec leur pied » pour fuir un pays dans lequel ils disent étouffer, il n’hésite pas à avancer que après « la diaspora juive, il y désormais une diaspora israélienne » (p. 79). En multipliant les anecdotes, les billets, les brèves notes, largement issues des médias en hébreu ou de la diaspora de par le monde, Richard Wagman dénonce sans concession ce qu’il appelle les formes d’« apartheid » entre Juifs et Arabes qui se mettent en place (« La terre promise »).

Certes, avec cette manière de procéder, le lecteur risque d’être un peu soumis à la redondance et à la fragmentation des informations, ce qui peut nuire au propos. Malgré tous les obstacles, les difficultés et les haines qui parcourent cette terre, ce militant n’en reste pas moins optimiste sur la possibilité de dépassement de la politique israélienne, au nom précisément des valeurs juives d’humanité et de compassion. Constater que l’ensemble de la population juive d’Israël ne s’aligne pas sur la politique de l’État représente pour cet auteur un facteur positif pour l’évolution de la situation des habitants de cette région du monde, même si d’autres facteurs ou paramètres ne sont pas à négliger.

Richard Wagman n’a pas la prétention de faire œuvre d’historien. Son ouvrage participe d’un corpus militant sur la question palestinienne et le sionisme. C’est dans cette optique que les chercheurs travaillant sur ces questions peuvent se saisir de ces pages.

Howard Zinn, Se révolter si nécessaire. Textes & discours (1962-2009), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », préface de Noam Chomsky, 2014, 516 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Grâce au travail des éditions Agone, l’historien anti-conformiste Howard Zinn est de mieux en mieux connu en France. Après avoir publié son classique, Une Histoire populaire des Etats-Unis de 1492 à nos jours (plus de vingt ans après sa parution originale tout de même), ils sortent son autobiographie, L’Impossible neutralité, ainsi que des pièces de théâtre centrées sur des figures du mouvement ouvrier, Karl Marx le retour et En suivant Emma1. Voici désormais un recueil de divers textes, articles, conférences, et même comptes rendus de procès, proche de Nous, le Peuple des États-Unis…, qui reprend plusieurs anthologies du même type parus outre-Atlantique. En avant-propos, un de ses anciens élèves, Timothy Patrick McCarthy, propose quelques échantillons assez sidérants des critiques qui ont pu être faites, aux États-Unis mêmes, à propos du travail d’Howard Zinn ; à l’inverse, il défend sa mise en cause de l’objectivité – « (…) nier avoir un point de vue politique est déjà un point de vue politique. » (p. 20-21) – et insiste sur le fait que Une Histoire populaire… est d’abord une ouverture, une invitation à poursuivre les recherches, plutôt qu’une étude définitive.

Pas moins de vingt-six textes composent donc le recueil, dont quelques-uns avaient précédemment été inclus à L’Impossible neutralité. Il y a d’ailleurs une certaine redondance dans plusieurs d’entre eux, avec les évocations du parcours personnel du chercheur-militant, « historien par profession et militant par vocation » (p. 29), ses souvenirs de la lutte pour les droits civiques ou contre la guerre du Vietnam, et les considérations sur sa vision de l’histoire. En ressort une exigence éthique puissante, désireuse de toujours prendre le parti des victimes (« (…) le progrès, oui, mais à quel prix humain ? », p. 143), de s’intéresser aux gens du commun, aux « petites mains », en luttant contre l’idéalisation de l’État, la pensée dominante et même l’aveuglement révolutionnaire, bref en n’ayant pas peur de tout soumettre à la critique2. Cette conception de l’histoire est clairement utilitaire – « Notre but n’est pas de fustiger des politiques passées, mais de pousser les citoyens d’aujourd’hui à l’action. » (p. 44) -, visant à lui (re)donner un sens, et si sa mise en distance d’une conception scientifique de la recherche peut être dangereuse, elle a le mérite de questionner l’impartialité apparente ou revendiquée de certains historiens. Car oui, « (…) chaque fait présenté à un lecteur ou un auditeur implique un jugement – le jugement que ce fait-là est important. » (p. 101) Ce faisant, Howard Zinn ne se prive pas de souligner l’engagement nationaliste de bien de ses confrères dans « Les historiens pendant la guerre froide », posant la question des différentes fonctions des uns et des autres, de l’endroit d’où on parle pour faire simple, soulignant par là même les difficultés que lui et d’autres ont rencontré, aux États-Unis, pour conjuguer carrière universitaire et engagement (de manière nettement plus prononcée qu’en France, reconnaissons-le). Il « exécute » également le directeur de l’Université de Boston, John Silber, qui avait accepté la venue sur son campus de représentants des marines, dans un véritable pamphlet, « Les marines et l’Université », qui plaide également pour l’autogestion des institutions universitaires.

Dans « Trois guerres saintes », une conférence tenue à l’université de Boston en 2009, il questionne la pureté de la guerre d’indépendance, de la guerre de sécession et de la Seconde Guerre mondiale, manifestant clairement ses convictions pacifistes, tout comme dans sa réaction au 11 septembre 2001 (« La vieille manière de penser »). Il a également toujours à cœur de bien dissocier peuple et État, justifiant la désobéissance civile, s’interrogeant de la sorte « Sur le patriotisme », et rappelant les zones d’ombre de la politique extérieure étatsunienne3. La justice n’est pas délaissée non plus, que ce soit à travers l’exemple de « L’Affaire Sacco et Vanzetti »4, son témoignage à un procès visant à justifier le dévoilement du secret-défense5, ou pour dénoncer le châtiment de la prison (« Le crime de la punition »). Il exprime aussi, de manière plus explicite, son propre positionnement politique dans « Le marxisme et la nouvelle gauche », une contribution à un ouvrage collectif datant de 1969 : celui d’un communisme libertaire souple, axé sur l’action plus que sur la théorie (il défend le marxisme sous cet angle, considérant négligeable l’analyse de la plus-value, par exemple…), et très perméable aux évolutions conjoncturelles (les jeunes et les noirs comme possibles nouveaux sujets révolutionnaires, et la possibilité d’édifier ici et maintenant des noyaux d’une alternative sociale6). « Nouveaux abolitionnistes et stratégies d’action », qui aborde les abolitionnistes les plus véhéments du XIXe siècle dans le contexte de la lutte pour les droits civiques, est pour sa part principalement un plaidoyer pro domo visant à défendre les militants radicaux, susceptibles de davantage faire progresser les choses que les plus modérés.

L’ouvrage comprend également des études plus ponctuelles, sur le modèle de l’anthologie d’Éric Hobsbawm, Rébellions. La résistance des gens ordinaires. Jazz, paysans et prolétaires7, mais en nombre malheureusement trop réduit (« Hiroshima » n’est qu’un aperçu des recherches menées sur la nécessité réelle de ce bombardement atomique grandeur nature). « La grève des mineurs du Colorado (1913-1914) » revient sur un point d’histoire qui avait retenu Howard Zinn jeune chercheur, ce conflit ayant entraîné une répression particulièrement violente de la part d’une garde nationale clairement engagée du côté des patrons. On ne s’explique toutefois pas les nombreuses coupes pratiquées dans le texte, mais jamais justifiées. « Les limites du New Deal » revient sur cette période cruciale dans l’histoire récente des États-Unis, permettant de montrer à la fois la diversité des influences émanant de l’entourage de Franklin Roosevelt, et le refus de ce dernier d’aller jusqu’à franchir les limites d’une certaine orthodoxie capitaliste en s’appuyant sur les milieux populaires mobilisés. Ce recueil offre ainsi un portrait d’Howard Zinn davantage axé sur son militantisme politique que sur son travail de chercheur proprement dit, ce qu’on peut regretter, même si, de la sorte, il reflète parfaitement ce qui fut sa boussole pour l’essentiel de sa vie, l’engagement de l’histoire et de l’historien8.

1Tous ces titres sont chroniqués sur l’ancien site de Dissidences : http://www.dissidences.net/index_z.htm

2Howard Zinn n’échappe pourtant pas à certains moments à l’expression d’une relative naïveté, ainsi lorsqu’il juge que le plan Marshall a « (…) tenté d’humaniser nos rapports avec les autres pays. » (p. 115), ou quand il estime que « La conscience raciale est superficielle » (p. 295), manifestant un optimisme exagéré quant à la disparition du racisme grâce aux échanges entre individus différents (« Cet extérieur exubérant n’est en réalité pas plus épais qu’une membrane et disparaît au toucher – quand les êtres humains sont en contact physique de façon massive, égalitaire et prolongée »). De même, son opposition entre « activistes », plus purs, et « politiciens », inévitablement traîtres par rapport aux idéaux, pêche par un certain simplisme.

3« Mon but n’est pas de montrer que l’État libéral-démocratique s’est montré plus détestable que les autres, seulement qu’il ne l’a pas été moins. » (p. 203).

4« En réfléchissant et en étudiant un peu, on sait qu’il est vrai que ce qui a beaucoup d’importance dans notre système judiciaire, même plus que de savoir si vous avez fait ou pas telle chose, ce qui a beaucoup d’importance, c’est qui vous êtes, combien d’argent vous avez, de quelle couleur vous êtes, si vous êtes américain ou non et si vous êtes radical. » (p. 268).

5Il s’agit du procès Ellsberg en 1973, portant sur la publication des Pentagon papers, documents internes autour de la guerre du Vietnam.

6Un élément d’analyse que l’on retrouve dans « L’action directe contre la guerre du Vietnam », au propos plus large que ce que son titre pourrait laisser croire.

7Il est chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1453

8Sa biographie par Martin Duberman (Howard Zinn, une vie à gauche, Montréal, Lux éditeur, 2013) doit prochainement faire l’objet d’un compte rendu sur ce blog. Signalons également la thèse, non publiée, d’Ambre Ivol sur la vie et l’œuvre d’Howard Zinn.

Le marxisme : Une Weltanschauung à la conquête de l’univers ? A propos de : Éric Hobsbawm, Et le monde changea. Réflexions sur Marx et le marxisme, de 1840 à nos jours (How to Change the World), Paris, Jacqueline Chambon / Actes Sud, 2014 (édition originale 2011), 496 pages, 28 €.

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai d’Éric Hobsbawm, décédé en 2012, est un de ses tous derniers écrits, une anthologie de divers articles, tous inédits en français, et qui s’échelonnent sur l’ensemble de la vie historienne de l’auteur. Le plus ancien remonte en effet à 1957, tandis que le plus récent date de 2010. Formant des chapitres, la plupart de ces quatorze contributions, révisées et parfois réécrites ou complétées, prennent toutefois place dans les trois dernières décennies, six d’entre elles s’intégrant dans une histoire du marxisme, parue primitivement en Italie, chez Einaudi (quatre volumes entre 1978 et 1982), partiellement traduite en français (Histoire du marxisme contemporain, chez UGE/10-18 en 1976) et en langue anglaise (un volume sous la direction de Éric Hobsbawm, The History of Marxism, Indiana University Press en 1982). Si la présente publication, éditée assez rapidement en France, n’a pas connu le sort de L’Âge des extrêmes, cela s’explique probablement par le regain d’intérêt manifesté à l’égard de Karl Marx et de son œuvre1, sensible dans le texte qui ouvre Et le monde changea, « Marx aujourd’hui », puisqu’Éric Hobsbawm y dialogue avec un Jacques Attali, en ménageant d’ailleurs un peu trop l’auteur d’une médiocre biographie de Marx. Néanmoins, ce qui est le plus notable avec ce recueil, c’est de constater que le propos s’élargit bien au-delà des seules existences de Marx et Engels, et surtout que les réflexions qu’il contient demeurent pour l’essentiel d’une grande pertinence. Bien sûr, dans « Marx aujourd’hui », Éric Hobsbawm prend en compte le changement de période historique, ouvert par la chute du mur de Berlin, ayant à cœur de dissocier Marx de ces deux héritages plus ou moins encombrants que sont le modèle de l’URSS (étatisation, planification)2 et les politiques sociales-démocrates, tout en manifestant un certain scepticisme quant au rôle que pourrait jouer le prolétariat actuel, mais ces réflexions manquent d’approfondissement. Partant, il retient surtout de Marx son analyse d’un capitalisme mondialisé et en crise.

Éric Hobsbawm prend davantage de hauteur avec ses analyses consacrées à Marx et Engels en leur temps. « Marx, Engels et le socialisme prémarxien » (1982) permet ainsi de souligner l’influence prédominante des Lumières (y compris de Jean-Jacques Rousseau) sur les deux penseurs allemands, comparativement aux utopistes et aux courants chrétiens dissidents antérieurs. En effet, grâce aux Lumières, le principe de raison devient le critère à l’aune duquel sont rejetées « toutes les vieilles idées traditionnelles » (Engels, cité p. 33). Sur le XIXe siècle, Éric Hobsbawm insiste sur la triple influence anglaise, allemande et française (l’« aile gauche » de la Révolution française et le communisme babouviste en particulier), désormais bien connue3, mais il rappelle également à juste titre les apports de Saint-Simon et de Fourier4. Un jugement nuancé, même s’il s’accompagne de la supériorité implicite de l’œuvre de Marx et Engels, replacé dans un contexte plus large, celui des années 1840 : « Il était néanmoins peut-être plus logique que la phase nouvelle du socialisme se développe non pas au centre de la société bourgeoise, mais à sa marge allemande, et au moyen d’une reconstruction de la vaste architecture spéculative de la philosophie allemande. » (p. 65, une extension de l’idée d’un « maillon faible » du capitalisme ?). Plus passionnant, plus ample également, « Marx, Engels et la politique » (1982), une approche articulée sur une périodisation des luttes révolutionnaires – mi 1840 à mi 1850, mi 1850 à 1880, 1880 à 18955. Éric Hobsbawm y insiste en effet sur l’absence de systématisation des positions des deux hommes, que ce soit sur l’évolution de l’État après la révolution, ou sur la dictature prolétarienne6, marques d’une pensée en mouvement7et germes des futurs débats de leurs successeurs8. Il manque seulement à ce tableau l’action de l’Association internationale des travailleurs, et son importance dans la vie de Marx et Engels, visiblement sous-estimée. Finalement, « Le critère principal qui distinguait (…) les marxiens de la plupart des autres socialistes, communistes et anarchistes (…) comme des mouvements syndicalistes ou coopératifs « purs », était la croyance dans le rôle essentiel de la politique, avant, pendant et après la révolution. » (p. 117). « Aventures et mésaventures des écrits de Marx et Engels », extrait de la même Histoire du marxisme anglo-saxonne de 1982, fait enfin le point sur l’édition de leurs œuvres, insistant sur deux césures majeures, 1917 et 1956 : 1917, car avant, les écrits des deux hommes n’étaient que partiellement publiés, malgré les efforts d’unification d’Engels9, tandis que la révolution d’Octobre permit un travail approfondi d’érudition et de diffusion ; 1956, car selon l’auteur, l’orthodoxie marxiste laissa place à une pluralité d’interprétations et d’analyses. Quelques textes sont plus courts, mais demeurent d’utiles synthèses. C’est surtout le cas de la préface à une nouvelle édition du Manifeste communiste en 1998, texte fondateur s’il en est. Éric Hobsbawm insiste sur son statut d’étalon quant à la différenciation entre la IIe Internationale (le SPD diffusant très peu ce document) et la IIIe (au souci de maîtrise théorique massifié plus patent) ; il insiste également sur une dichotomie récurrente tout au long du recueil, qui l’amène à opposer chez Marx la conviction – finalement erronée – d’une victoire assurée par l’hégémonie du prolétariat, de nature plutôt philosophique, et l’analyse économique – plus pertinente que jamais – de la mondialisation du capitalisme. Quant au (trop court) chapitre sur la réception10 de ces fameux et d’un abord difficile Grundrisse (Fondements de la critique de l’économie politique), qui est en fait l’introduction à une nouvelle traduction anglaise (2008, une précédente datant de 1971), il déçoit. Si sa piste de travail à propos de la disparition d’une génération d’érudits d’Europe de l’Est (Ryazanov, Rosdolsky), remplacée par des « spécialistes » beaucoup moins compétents, paraît plutôt pertinente, elle aurait gagné à un développement plus ample. D’autant plus que le silenciement11 qu’Éric Hobsbawm réserve à Roger Dangeville (non cité nommément, mais étiqueté « réformiste », p. 152), sous-estime grandement l’érudition de ce militant de l’ultra gauche française des années soixante et soixante-dix. Celui-ci est quand même le premier traducteur français des Grundrisse (Anthropos, 1967-68), même si sa glose des écrits marxiens n’est pas exempte de tout reproche12.

La seconde partie de l’ouvrage plus spécifiquement dédiée au marxisme s’ouvre par une curiosité, le plus vieux texte de ce recueil, une analyse de 1957 consacrée aux critiques victoriens de Marx après sa mort, dont le principal défaut est son caractère trop succinct. « Dr Marx et les critiques victoriens » permet à Éric Hobsbawm de montrer qu’à l’inverse de son époque de rédaction, la fin du XIXe et le début du XXe virent se succéder des critiques de Marx (et particulièrement de sa théorie de la valeur) pondérées, respectueuses, voire flatteuses (sur Marx historien), les attaques plus virulentes étant alors marginales. Deux textes, originellement élaborés en 1982 et 1995, se penchent sur la figure d’Antonio Gramsci, qu’Éric Hobsbawm considère comme « (…) le penseur le plus original produit par l’Occident depuis 1917 (…) » (p. 332-335). Il y souligne la singularité politique de son apport, la lutte politique comme guerre prolongée, ce qu’il appelle une « guerre de positions » (avec pourtant le risque d’enlisement du Parti) ou la nécessité de conquérir l’hégémonie avant même la révolution. Les efforts pour replacer l’émergence de cette praxis dans le contexte national spécifique de l’Italie en ressortent sous un jour particulièrement éclairant (p. 334). De la sorte, « Gramsci a aidé les marxistes à se libérer d’un marxisme vulgaire, et de ce fait a rendu plus difficile pour les adversaires de la gauche de dénigrer le marxisme en le présentant comme une variante d’un positivisme déterministe. » (p. 360)13. Un autre texte revient sur « Marx et le travaillisme : le siècle long » (2000). Éric Hobsbawm y dissocie fort justement socialisme et travaillisme, et revient sur le parcours de ce dernier au XXe siècle, très tôt en symbiose avec le réformisme, jusqu’à un âge d’or durant les Trente Glorieuses, avant le déclin entamé dans les années 68, parallèlement à la dislocation de la base ouvrière. Un tableau d’ensemble déjà exposé dans L’Âge des extrêmes14.

L’ensemble le plus conséquent et le plus important de cette seconde partie réside toutefois dans la vaste fresque consacrée à « L’influence du marxisme » entre 1880 et 2000. Dans le premier texte, « L’influence du marxisme (1880-1914) » (1979), Eric Hobsbawm s’intéresse à son influence large et croissante sur les intellectuels, au point que même ceux qui n’étaient pas marxistes « respiraient un air saturé par l’argumentation marxiste » (p. 208). Il oppose sur ce point les parties est et ouest de l’Europe (la Russie et la France) quant à la place respective du marxisme15, et développe également les pays où cette influence est la plus marquée, Autriche-Hongrie, Pays-Bas et Italie. « (…) cette tendance des idées marxistes et non marxistes à s’interpénétrer constitue l’une des preuves les plus puissantes de la présence du marxisme dans la vie culturelle et intellectuelle. » (p. 232), ce qui nous vaut des développements intéressants sur la philosophie, la sociologie, l’histoire économique et sociale ou les arts (« D’où l’existence, jusqu’à la fin du siècle, d’un socle commun conséquent entre les avant-gardes culturelles et les arts qu’admiraient des minorités discriminées d’un côté, et la social-démocratie de plus en plus influencée par le marxisme de l’autre. », p. 252). L’auteur diagnostique toutefois une rupture entre ces deux pôles à l’orée du siècle nouveau, liée à la moindre attraction d’un réformisme plus conformiste, et au formalisme des nouvelles avant-gardes moins clairement sympathisantes des discours de dénonciation du capitalisme16. Les hétérodoxies ne convergeaient plus, ne se recoupaient plus. Il faut attendre Octobre 17 pour retrouver de nouveau un temps (court) de convergence entre « outsiders » culturels et révolutionnaires marxistes, ce que la réaction et les nazis étiquetèrent comme bolchevisme culturel (p. 258). Autant de considérations fructueuses qui font de cette étude une des plus notables de Et le monde changea.

On peut considérer « A l’ère de l’antifascisme (1929-1945) » (1979) comme sa suite directe, en dépit d’un hiatus non comblé. Éric Hobsbawm y insiste, à l’occasion de l’audience plus large du marxisme liée au contexte fédérateur de lutte antifasciste, sur le fait que « (…) chaque pays ou zone géographique culturelle (…) adaptait le modèle international « standard » à sa manière propre, et à la lumière de ses conditions locales (…) » (p. 266). C’est bien un cercle étendu d’intellectuels17 qui se rapprocha alors du marxisme – perçu à la fois comme le seul défenseur solide de la « tradition rationaliste, positiviste, scientiste des Lumières » et du progrès, « en tant que forces de libération » (p. 290), et comme une vision totalisante du cosmos et de l’humanité, ce que l’auteur appelle son « omnicomplétude » (p. 299) – et, corrélativement, de l’URSS, perçue elle comme immunisée contre la catastrophe globale du capitalisme que le Krach de Wall Street (1929) semblait annoncer (p. 269). Dans « L’influence du marxisme (1945-1983) » (1982), Éric Hobsbawm insiste sur les éléments stimulant la remise en cause de la doxa soviétique, les évolutions du camp « socialiste », l’émergence du Tiers monde ou la radicalisation des années 60 et 70, qui vont de pair avec une difficulté d’adaptation, d’évolution de la part du mouvement communiste orthodoxe. Dans le même temps, l’accroissement du nombre d’intellectuels marxistes s’accompagne d’une multiplication et intensification des discussions théoriques. Les exemples choisis pour illustrer cette vitalité du marxisme, telles les discussions autour du mode de production asiatique, de la question nationale ou du passage du féodalisme au capitalisme, sont malheureusement trop peu nombreux, alors qu’une réactivation mémorielle de ces débats ne serait sans doute pas inutile. Enfin, « Le marxisme en récession (1983-2000) », texte inédit de 2010, s’efforce de comprendre le recul du marxisme à la fin du XXe siècle, allant au-delà de la seule explication de la chute de l’URSS et des démocraties populaires, parmi lesquelles le relativisme culturel, le postmodernisme ou le développement des préoccupations environnementales18. Le propos demeure cependant trop unilatéral, négligeant les linéaments de la survie d’un marxisme plus ou moins révisé, et de sa ré-émergence subséquente (aucune mention n’est faite des travaux d’un Daniel Bensaïd, par exemple).

Surtout, sur l’approche de la période ouverte par 1917, Eric Hobsbawm montre qu’il demeure en grande partie captif d’une vision orthodoxe et quantitative du marxisme19, dont il néglige la pluralité dynamique (courants communistes de gauche, trotskystes, etc…). Cela passe par des passages ou qualificatifs clairement dépréciatifs (« (…) les groupes marxistes étaient à cette époque insignifiants (…) », p. 316 ; « sectes » ou « ultragauches » sont également usités), des simplifications d’analyses (la « nouvelle gauche » présentée comme dénigrant unilatéralement la classe ouvrière et son rôle révolutionnaire, p. 391) et l’absence de tout un pan de l’histoire des marxismes (comment par exemple faire l’impasse sur Ernest Mandel au sujet de l’analyse des Trente Glorieuses ?). Autre élément de son temps, Eric Hobsbawm est résolument attaché à l’évolution historique réelle, au risque d’un certain fatalisme des événements20, que l’on peut voir comme une façon pour lui de justifier son engagement de longue durée au sein du Parti communiste de Grande-Bretagne (CPGB), en écartant d’emblée toute autre alternative communiste. C’est ce qui l’amène à critiquer l’histoire contrefactuelle, perçue comme symptomatique du postmodernisme.

Nonobstant, ces simplifications et oublis ne sauraient occulter le sel de ce recueil : démontrer, sur la longue durée, la centralité du marxisme. Éric Hobsbawm nous restitue les différentes périodes et l’évolution du « potentiel de pénétration » du marxisme dans le mouvement ouvrier, ainsi que la nécessité qui s’est fait jour, chez les intellectuels, « de situer leur positionnement dans leur relation » à ce corpus de pensée. A son moment de plus haute tension, le marxisme donne confiance en l’histoire à la classe ouvrière organisée, car celle-ci assimile le marxisme, considéré comme « science prolétarienne » et promesse de progrès illimité, pour en faire le noyau dur de sa conscience politique de classe. Alors, le triomphe du prolétariat, qui pourrait enfin construire sa société, apparaissait comme historiquement inévitable (p. 384). Un univers unifié et rationnellement connaissable, la croyance en la planification du développement scientifique mis « au service des aspirations humaines » (p. 311) et une URSS reconnue, y compris par un certain nombre de communistes hétérodoxes (comme les trotskystes), comme la « seule forme concluante » (p. 318) de salut, digne (malgré ses limites et ses crimes), d’être protégée de tout compromis avec l’ordre immuable du monde, tels sont les linéaments de cette omnicomplétude du marxisme et de son efficace au cours du dernier siècle. Que cette Weltanschauung apparaisse, aujourd’hui, aux yeux de beaucoup comme incompréhensible, outrancière ou aberrante, il n’en demeure pas moins qu’elle fut partagée par des millions de personnes sous presque toutes les latitudes, et que sa connaissance et sa compréhension demeurent essentielles à qui veut comprendre le XXe siècle et les mouvements révolutionnaires. Sous cet angle, ce recueil d’Éric Hobsbawm mérite toute notre attention.

1Les comptes rendus d’ouvrages consacrés au marxisme et à Marx sur ce blog peuvent déjà donner un aperçu de cet intérêt.

2Sur ce sujet, Éric Hobsbawm trace d’ailleurs un parallèle – discutable – entre les néo-libéraux et les bolcheviques : « Il s’agit d’une reductio ad absurdum, d’une réduction par l’absurde, de ce que ses idéologues avaient lu chez Adam Smith, exactement comme l’économie étatique planifiée de l’URSS – une économie dirigée à 100%, son homologue dans l’extrémisme – fut une reductio ad absurdum de ce que les bolcheviks avaient lu chez Marx. » (p. 22).

3Voir par exemple Karl Kautsky, Les Trois sources du marxisme, Spartacus, 1977, en ligne ici : https://bataillesocialiste.files.wordpress.com/2008/03/kautsky_1908.pdf . Notons que cet ouvrage était lu favorablement parmi les militants d’ultra gauche anti-léninistes des « années 68 ». L’édition de Spartacuscomporte d’ailleurs en annexe deux textes de membres de cette tendance, le premier de Pierre Guillaume et le second de Jean Barrot (Gilles Dauvé).

4« Le socialisme prémarxien est par conséquent incorporé dans l’œuvre ultérieure de Marx et Engels, mais dans une forme doublement distordue. Ils firent un usage hautement sélectif de leurs prédécesseurs, et par ailleurs leurs écrits de la maturité et des dernières années ne reflètent pas nécessairement l’impact que les socialistes des débuts eurent sur eux au cours de leur période de formation. » (p. 43).

5L’auteur en profite pour écarter l’idée d’un Engels devenu réformiste au soir de sa vie et ayant – faussement, donc – écarté toute idée de révolution violente, un Engels dont les étonnantes prévisions sur une future guerre européenne sont également rappelées.

6« Nous ne disposons d’aucun texte faisant autorité pour nous lancer dans des spéculations sur ce qu’aurait été leur attitude à l’égard des régimes post-révolutionnaires du XXe siècle, si ce n’est qu’ils auraient très certainement donné la priorité initiale la plus grande au maintien d’un pouvoir prolétarien révolutionnaire afin de le prémunir des périls d’un renversement. » (p. 80-81), remarque témoignant, sans doute, d’abord de l’engagement communiste de l’auteur.

7« Ce qui pouvait être appris de Marx, c’était sa méthode consistant à se confronter aux tâches de l’analyse et de l’action, plutôt que des leçons toutes prêtes à tirer des textes classiques. » (p. 121).

8Non sans exagération parfois, ainsi du fait de voir dans l’analyse du bonapartisme par Marx une anticipation du fascisme, p.98…

9Éric Hobsbawm commet d’ailleurs une petite erreur lorsqu’il fait de Socialisme utopique et socialisme scientifique une adaptation simplifiée de L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, alors qu’il s’agit en fait d’une sélection de chapitres de l’Antidühring (p. 159).

10En particulier « (…) la croyance que les Grundrisse ouvraient le champ à l’hétérodoxie. » (p. 152).

11Néologisme forgé par Puccinelli-Orlandi en 2001.

12La parsemant subrepticement, ici et là, de passages empruntés aux écrits d’ Amadeo Bordiga …

13Éric Hobsbawm va jusqu’à en faire un précurseur des subaltern studies (p. 362).

14Éric Hobsbawm a toutefois tendance à surestimer le choc de la crise de 2008, qu’il compare à la chute du mur de Berlin quant à sa déligitimation du néo-libéralisme, un moyen pour lui de clore ses réflexions sur une note optimiste et sur l’actualité retrouvée de Marx.

15« (…) en Occident, la première génération convertie au marxisme (…) combinait tout à fait naturellement Marx aux influences intellectuelles dominantes du temps. » « Par contraste, en Europe de l’est, (…) aucune autre explication de la transformation vers la modernité déclenchée au XIXe siècle ne pouvait rivaliser avec le marxisme (…) » (p. 209).

16« En fait, les marxistes avaient les plus grandes difficultés à envisager pour l’artiste un rôle, quel qu’il fût, sous le règne du capitalisme, si ce n’est comme propagandiste, comme symptôme sociologique ou comme « classique ». On est tenté de dire que le marxisme de la Deuxième Internationale n’élabora en réalité aucune théorie appropriée des arts (…) » (p. 259-260).

17Ainsi que de rejetons de l’élite, filles et fils de millionnaires ou de familles aristocratiques, fascinés par la promesse de rupture totale offerte par le marxisme : Jessica Mitford, Kim Philby, Anthony Blunt au Royaume-Uni, Corliss Lamont aux États-Unis, pour ne citer que ceux-ci.

18« Le marxisme était particulièrement vulnérable à ce renversement de la perspective de l’« inévitabilité historique », qui, de positive, devenait négative. » (p. 427).

19« Il n’est pas suggéré ici que les doctrines des courants dominants du marxisme bénéficient d’une véracité supérieure à celles qui se situent à sa marge ; il est seulement suggéré qu’elles ont une véracité supérieure dans leur rapport à Marx. » [souligné par nous], note p. 405.

20« La révolution soviétique de Petrograd ne s’imposa pas à Berlin, et nous pouvons maintenant voir qu’il était irréaliste de s’attendre à ce que cela soit le cas. » (p. 440). « Y avait-il une autre politique communiste de combat possible concernant la guerre civile espagnole ? Alors, comme aujourd’hui, la réponse à cette question s’impose : aucune. » (p. 322). 

Julian Mischi , Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, collection « Contre-feux », 2014, 332 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un premier volume1 consacré à l’ascension du PCF dans la période d’après la Seconde Guerre mondiale, le sociologue Julian Mischi livre un second tome, consacré cette fois-ci à son déclin. Son premier ouvrage était consacré à expliquer, sur la base d’une approche localisée sur plusieurs départements avec des archives très variées, comment les responsables du Parti communiste français avaient réussi à faire accéder les couches populaires (au moins une fraction de celles-ci) à l’engagement politique, contrecarrant (partiellement) la logique de sélection sociale sévissant dans le monde politique. Ce présent ouvrage explique pourquoi et comment, dans un mouvement dialectique, le parti et les classes populaires décrochent l’un de l’autre, aboutissant au résultat de Marie Georges Buffet, sa secrétaires générale, aux élections présidentielles de 2007 (1,93%), dépassée, horresco referens, par les candidatures de l’extrême gauche, Olivier Besancenot et Arlette Laguiller. Julian Mischi s’attelle donc à examiner les éléments qui peuvent expliquer le passage, rapide, du « grand parti de la classe ouvrière » au plus petit des petits partis. Certes, les conditions socio-économiques d’une société française en crise profonde pèsent sur ce phénomène. A cette fragilisation du statut salarial s’ajoutent des phénomènes de grande ampleur, comme la recomposition de la classe (liée à la salarisation des femmes et au développement de l’emploi tertiaire), mais aussi la massification scolaire qui se joue à partir du début des années 70, incluant une partie non-négligeable des classes populaires. Cependant, ces transformations, pour explicatives qu’elles soient selon l’auteur, ne sauraient expliquer réellement l’ampleur de la rupture entre le parti et les classes populaires qu’il représentait plus ou moins jusque là. C’est donc vers l’appréhension des modifications internes au PCF lui-même que l’auteur se tourne, là encore, en utilisant avec intelligence un ensemble de ressources archivistiques extrêmement précieuses. Face à cette différenciation interne des classes populaires, le PCF infléchit son discours, dans le sens d’une rupture avec l’idiome ouvrier. Le discours classiste, ouvriériste cède peu à peu la place à un discours plus consensuel, brassant large, mêlant une rhétorique humaniste à une approche liée à « l’air du temps ». En se débarrassant du stalinisme après la chute du Mur, le PCF abandonne aussi en chemin le discours ouvriéro-centré. Cela s’accompagne d’une modifications importantes des pratiques. Parti orienté vers l’entreprise et le monde du travail ou les lieux de vie (voir le rôle des municipalités), le Parti cède peu à peu à un mode de fonctionnement qui ne lui est pas spécifique et ne l’identifie pas comme parti lié au mode de vie populaire. La cellule d’entreprise se rétracte, c’est par le biais du syndicat (la CGT) que s’effectue la liaison avec l’univers du labeur, tandis que s’affirment de manière croissante des structures liées au territoire (cellule de quartier, de ville). Ces évolutions dans les modes d’organisation se doublent également d’un changement dans le profil social des dirigeants et responsables. La figure de l’élu tend de plus en plus à occuper une place centrale dans le dispositif communiste, y compris d’un point de financier. Les militants sont cantonnés aux tâches d’animation quotidienne, tandis que la politique du parti se joue dans les instances élues. De ce fait, les militants issus des couches populaires sont relégués au second plan, tandis que le personnel entourant les élus se voit, au contraire, accorder un rôle toujours plus croissant. Les liens noués avec les fractions populaires et la politisation de ces couches se trouvent délaissées au profit d’individus qui peuvent mettre en avant des compétences gestionnaires ou techniques, liées à l’exercice des mandats. Certes, le PCF, continue à se singulariser par rapport aux autres partis de l’échiquier (en particulier par rapport au PS), mais au fil des années, ces différences tendent à être de moins en moins perceptibles, conduisant finalement à le banaliser. Banalisation d’autant plus marquée que le parti communiste participe à plusieurs occasions aux gouvernements de gauche, qui développent des politiques toujours plus orientées vers ce qu’on nomme le social-libéralisme. De tous les points de vue, les années 80 et suivantes sont marquées par une profonde rupture entre l’univers communiste et les aspirations des classes populaires. Non seulement le changement n’a pas été au rendez vous, mais les dirigeants communistes ont largement participé à cette décrédibilisation des attentes de transformations sociales.

Le bilan que dresse Julian Mischi se révèle au final terrible pour les équipes dirigeantes communistes. S’il n’aborde que très marginalement la question de l’attrait du Front national sur les classes populaires, l’auteur n’en conserve pas moins l’espoir que le PCF puisse espérer un avenir moins sombre que le déclin dans laquelle il est engagé. Le développement de la stratégie de Front de gauche et de rassemblement lui semble constituer de ce point de vue un aspect plutôt encourageant. En tous les cas, Julian Mischi conclut sa pénétrante analyse par un appel à une certaine dose de « volontarisme politique » (p. 293). Pour lui, au nom du passé glorieux qui fût le sien, le PCF conserve un avenir et une capacité à renouer avec les milieux ouvriers et populaires.

1Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010, compte rendu sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836