Archives mensuelles : décembre 2014

Saïd Sayrafiezadeh, Le jour où les skateboards seront gratuits, Paris, Calmann-Lévy, 2014, 320 pages, 19,90 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

En sous titre, ce livre traduit de l’américain est indiqué comme un récit. En effet, plus qu’un roman, ce texte se présente comme le récit de l’enfance de l’auteur, dont les parents militaient au Socialist Workers Party (SWP) dans les années soixante. C’est l’interrogation à sa mère sur ce qu’est le socialisme par l’enfant et la réponse de cette dernière : « C’est le jour où les skateboards seront gratuits », qui fournit le titre de l’ouvrage. Ce récit se lit avec plaisir et grand intérêt. En effet, le destin de l’auteur est assez singulier. Son père, Mahmoud, d’origine iranienne arrive aux États-Unis au début des années soixante, pour fuir le régime du Shah, et aussi pour y achever une thèse de mathématiques. Il y rencontre celle qui deviendra sa mère, Martha, juive américaine. C’est à l’occasion d’une réunion contre la guerre du Vietnam qui mobilise le campus que le couple adhère au principal groupe trotskyste américain, le SWP. Très rapidement son père devient militant professionnel (à plein temps, donc), tandis que sa mère renonce à sa carrière envisagée d’écrivaine pour « faire bouillir la marmite ». Le couple ne résiste pas très longtemps à cette vie, largement à contre-courant des aspirations de la société américaine. Ses parents se séparent, Saïd restant vivre avec sa mère, qui poursuit son engagement dans l’organisation révolutionnaire. Son récit est teinté à la fois d’amertume et d’ironie pour la vie que le statut déclassé de sa mère lui impose. En effet, l’enfant puis l’adolescent se trouve en permanence décalé, vivant dans des logements malcommodes et dégradés, fréquentant des écoles essentiellement peuplées de noirs. Ses rares amis vivent dans une certaine aisance, alors que lui-même subit la vie ascétique imposée par sa mère. De son père, il n’a que de lointains échos, ne le rencontrant, brièvement, qu’à l’occasion des regroupements annuels organisés par le SWP. En grandissant, la distance entre ses aspirations et celle du milieu et du style de vie militant l’indispose de plus en plus. Il ne supporte pas par exemple l’amoncellement des numéros de The Militant (hebdomadaire du SWP), qui s’accumulent dans l’appartement, et fait s’étonner ses fréquentations. Si tout est politique, la frustration ressentie ne cesse de croître, car il n’a pas le droit, durant des années, de manger du raisin, en raison de l’appel au boycott lancé par les syndicats de travailleurs agricoles. De même, boire un coca ou manger une glace n’est possible qu’en l’absence de sa mère. 

A la chute du Shah, en 1979, son père regagne l’Iran, avec quelques dizaines d’étudiants iraniens gagnés à la cause de la révolution mondiale dans leur exil américain. Il apprend que Mahmoud participe à l’élection présidentielle, au nom de son parti, contre l’ayatollah Khomeiny. Il est emprisonné par la suite durant une longue période. Au moment de la prise des otages américains à Téhéran, l’adolescent est pris en tenaille entre ses convictions anti-impérialistes qu’il partage avec sa mère et l’hystérie anti-iranienne qui submerge les États-Unis. Il finit par retrouver son père, libéré de prison et de retour aux États-Unis, toujours militant internationaliste, tandis que sa mère finit par rompre son engagement trotskyste. Si lui-même s’éloigne lui aussi de l’univers politique et militant, il n’en garde pas moins des souvenirs parfois cocasses de cette longue période de sa vie, nourris par un humour ravageur. On se contentera d’en fournir une courte illustration : « Tous les grands révolutionnaires vont en prison (…) De même que Staline, Malcom X, Castro, le Che, Debs et Rosa Luxemburg, Jack Barnes [dirigeant du SWP] n’est jamais allé en prison, mais il y a toujours une exception à la règle » (p. 257).

En attendant qu’effectivement les skateboards deviennent gratuits, on peut découvrir ce récit, témoignage parfois douloureux, souvent cocasse, de l’enfance d’un Red diaper baby1.

1Aux États-Unis, cette expression est utilisée pour désigner un enfant dont les parents sont communistes ou d’extrême gauche, quel que soit l’affiliation partisane de ceux-ci. (Merci à Christian Beuvain pour ce renseignement).

Eddy Vaccaro, Maximien Le Roy, Anne-Claire Jouvray, Espana la Vida, Paris, Casterman, 2013, 119 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son titre et la couverture l’indiquent, le thème de cette bande dessinée est la guerre d’Espagne. L’histoire commence à Paris, en 1937, par les exécrables relations que Léo, jeune étudiant de bonne famille mais anarchiste, entretient avec sa mère. Ne se trouvant guère plus à l’aise avec sa fiancée, Louise, il décide, finalement, de rejoindre l’Espagne après la lecture d’ un document sur la colonne Durutti, que Victor Serge, venu faire une conférence à Paris, lui confie. Le voyage jusqu’en Espagne est tout sauf une partie de plaisir, en particulier pour franchir la frontière. Finalement, il parvient à rejoindre le groupe Durutti à Bulajaraloz. Il est témoin des premiers combats et de la politique antireligieuse menée par les anarchistes, présentée par les auteurs comme opposée aux aspirations des paysans. Puis, c’est le départ pour le front, et la guerre, la vraie, contre les troupes marocaines de Franco, les fameux Maures. Accidentellement blessé, tandis que sa compagnie compte plusieurs morts après de sévères affrontements, il est temporairement éloigné du front. Remis sur pied, il participe finalement à la dernière grande bataille, celle de l’Ebre, échec supplémentaire de l’armée républicaine. La décision du gouvernement républicain de faire partir les Brigades internationales et les volontaires étrangers le contraint à revenir en France, quelques semaines avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Léo décide alors de reprendre le chemin de l’exil, pour l’Angleterre, pour y poursuivre son combat contre les fascistes, combat qu’il avait entamé en Espagne. Si l’on peut discuter l’influence de l’appel du 18 juin du général de Gaulle sur sa décision de rendre en Angleterre, la partie du récit portant sur la guerre en Espagne est parfaitement contextualisée (la non-intervention, l’armement soviétique, la fermeture des frontières, etc.). A la fiabilité documentaire du récit s’ajoute un réel plaisir de lecture. Le dessin est soigné, le trait, le jeu sur les cadrages ou l’usage de la couleur sont parfaitement maîtrisés. Si l’on y ajoute un scénario subtil, faisant intervenir les relations de Léo à son père, on obtient une bande dessinée d’excellente facture où le plaisir des yeux rejoint celui du texte.

Marc Ferro, La Vérité sur la tragédie des Romanov, Paris, Tallandier, collection « Texto », 2012, 224 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marc Ferro, historien réputé et ancien codirecteur des Annales, avait débuté sa carrière de chercheur avec une thèse consacrée à la révolution russe, étude dans laquelle il se différenciait de l’école « totalitaire », et insistait sur la nature profondément populaire du phénomène, ne la réduisant donc pas à un processus conduit et instrumentalisé par les bolcheviques1. Il avait d’ailleurs écrit régulièrement sur le sujet, livrant également, au début des années 1990, une biographie de Nicolas II. C’est sur la fin du dernier tsar et de sa famille qu’il revient dans ce petit opuscule, à l’occasion de la découverte de quelques documents inédits.

Rappelant les témoignages divergents qui existent sur le sujet, souvent saisi par une certaine historiographie pour stigmatiser la cruauté supposée des bolcheviques2, Marc Ferro estime qu’en juillet 1918, à Ekaterinbourg, dans l’Oural, seul le tsar a été exécuté. Sa famille aurait alors été mise à l’abri à Perm, puis Moscou, de par la volonté des dirigeants bolcheviques, afin de disposer d’un élément crucial dans les négociations avec l’empire allemand. Le pouvoir bolchevique espérait de la sorte enrayer toute possibilité de reprise des hostilités avec l’Allemagne, et négocier en retour la libération de révolutionnaires allemands, à commencer par Karl Liebknecht3. Le contexte extrêmement tendu est efficacement rappelé, le jeune pouvoir soviétique étant en butte aux assauts de ses opposants politiques « démocratiques » (les socialistes-révolutionnaires en particulier, qui créent à Samara un gouvernement antibolchevique), des Russes blancs et de pays étrangers (la France et le Royaume-Uni initiaient alors leur intervention en Russie). De même, à l’instar de ce que Jean-Clément Martin décrivait dans le cadre de la Révolution française4, le pouvoir est alors fragmenté en une multitude de noyaux, les bolcheviques d’Ekaterinbourg disposant de ce fait d’une marge de manœuvre dans leur décision d’exécuter Nicolas II. Ils subissaient également la pression des socialistes-révolutionnaires de gauche, désormais opposés au pouvoir du Conseil des commissaires du peuple, et qui cherchaient à toute force à s’en prendre aux représentants du militarisme allemand (ils exécutent l’ambassadeur allemand, le comte Mirbach, le 6 juillet 1918), demandant également la mort de toute la famille impériale.

Il n’empêche que cette thèse reste une possibilité pour laquelle le faisceau de preuves irréfutables demeure incomplet. Sans compter qu’un certain nombre de points demeurent obscurs : quid du sort du tsarévitch ? L’hypothèse d’une adoption par un soldat rouge, et d’une survivance permettant même à Alexis de fonder famille et d’avoir un fils, Oleg Filatov, semble pour le moins très ténue. Pourquoi Anastasia, alias Anna Anderson, si elle a effectivement survécu de manière séparée de ses sœurs et de sa mère grâce à sa fuite, n’a-t-elle pas été ultérieurement recontactée par celles-ci ? On a également du mal à s’expliquer le témoignage de Trotsky, écrit une quinzaine d’année plus tard5, qui évoque le massacre de toute la famille Romanov. Quel intérêt y aurait-il eu pour les bolcheviques à dissimuler la réalité des faits, une fois l’empire allemand abattu (en dehors d’une éventuelle contradiction avec la volonté proclamée de mettre fin à toute diplomatie secrète), et plus encore de le dissimuler à Trotsky ? Ou alors, si ce dernier connaissait les événements, pourquoi ne les a-t-il jamais exposés, alors que l’on connaît son assurance dans l’idée d’assumer les actes de la guerre civile, jusqu’à la répression de Cronstadt ? On le voit, bien des interrogations demeurent, et cet ouvrage n’épuise donc pas le sujet.

1Marc Ferro, La Révolution de 1917, Paris, Albin Michel, 1997 (première édition en 1967). Du même, citons en particulier Des Soviets au communisme bureaucratique : les mécanismes d’une subversion, Paris, Julliard, collection « Archives », 1980 (tous ouvrages qui seront ultérieurement chroniqués sur notre blog dans le cadre du centenaire de la révolution d’Octobre).

2A cet égard, on peut estimer que le choix du terme de « tragédie » véhicule une part d’empathie, quand bien même le contenu de l’ouvrage fait preuve d’un souci de scientificité incontestable, Marc Ferro renvoyant les Blancs et les Rouges dos-à-dos dans leur construction réciproque du mythe de l’exécution de toute la famille impériale.

3Qualifier cet accord de « premier échange ouest-est de l’histoire » est par contre largement abusif, le contexte étant foncièrement différent de celui de la guerre froide…

4Voir Jean-Clément Martin, Violence et révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2006, chroniqué sur ce blog.

5Trotsky, Journal d’exil, Paris, Gallimard, 1977, p. 113 à 115.

Loïc Locatelli Kournwsky, Maximilien Le Roy, Ni Dieu, ni Maître. Auguste Blanqui, l’Enfermé, Paris, Casterman, 2014, 208 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette bande dessinée historique s’ouvre par une scène assez méconnue de la Commune de Paris. Tandis qu’on se bat dans les rues de la capitale, une délégation est reçue par Adolphe Thiers pour lui proposer la libération d’Auguste Blanqui contre celle des otages détenus par la Commune. Refus logique de Thiers : il ne souhaite évidemment pas donner à la Commune un dirigeant tel que Blanqui. C’est dire l’importance que le gouvernement de Versailles accorde à la figure de celui-ci. Si nombre des textes de Blanqui sont disponibles grâce à des rééditions constantes, son influence sur certains militants contemporains attestée1, en revanche sa vie demeure généralement mal connue. Il existe bien entendu des biographies, déjà bien anciennes néanmoins2, mais cela n’invalide en rien une présentation des principales étapes de sa vie sous forme de bande dessinée. Auguste Blanqui a passé l’essentiel de sa vie emprisonné, assigné à résidence ou en exil, soit au total 43 années sur les 75 qu’il vécut, d’où son surnom de l’Enfermé. Le prétexte à cette narration est la venue d’un journaliste venu enquêter sur Blanqui alors qu’il est emprisonné. L’interview initiale se transforme alors en récit autobiographique. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir aussi bien les aspects politiques de la réflexion développée par ce révolutionnaire, que ses actes ou des éléments de sa vie privée, le tout occupant plus de 200 pages. Le dessin est volontiers naïf et peu élaboré, entremêlant sépia de la mémoire et couleur pour le récit en cours. On notera d’ailleurs qu’aucune indication n’est fournie (sauf erreur) sur la responsabilité de chacun des contributeurs quand au scénario ou au dessin. Ce livre se présente bien comme une œuvre collective.

Le récit se conclut de fort belle manière. A peine libéré, Auguste Blanqui publie un nouveau journal, dont le mot d’ordre est promis à un bel avenir : « Ni Dieu, ni Maître ». Si tout le monde connaît ce slogan, ceux qui liront cette bande dessinée sauront qu’il en est l’auteur.

1Parmi d’autres, citons Daniel Bensaïd qui a écrit de belles pages dans son ouvrage, Une radicalité joyeusement mélancolique, Paris, Textuel, 2010.

2Maurice Dommanget, Blanqui, Paris, EDI, 1970, pour une version ramassée ; Samuel Bernstein, Auguste Blanqui, Paris, François Maspero, 1970, pour une version plus étoffée.

Ward Moore, Frank Merriwell à la Maison Blanche (Frank Merriwell at the White House), James Blish, Nous Mourons nus (We All Die Naked), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques », 2014, 80 et 96 pages, 6 et 7 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Par le passé, nous avons longuement mis en lumière les précieuses parutions de la collection de science-fiction créée par les éditions du Passager clandestin, d’abord par une série de chroniques sur le blog de Dissidences, que complétait un entretien avec les responsables éditoriaux (http://dissidences.hypotheses.org/4125); ensuite, par un article publié dans notre revue électronique qui reprenait les dites chroniques, en les enrichissant des nouvelles parutions publiées entre-temps (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2790). Ce mois d’octobre 2014, deux titres supplémentaires sont sortis, qui nous donnent l’occasion de poursuivre ce suivi au long cours. 

Frank Merriwell à la Maison blanche est une nouvelle parue en 1973 (en 1974 pour la France), dans la revue Galaxie. Son auteur, Ward Moore (1903-1978), est ce qu’on peut appeler un petit maître, surtout connu pour son uchronique Autant en emporte le temps (Bring the Jubilee, 1955), basée sur une victoire des sudistes durant la guerre de Sécession, et un roman catastrophe, Encore un peu de verdure (Greener than you think, 1947), critique humoristique de ce à quoi peut conduire la science, ainsi que quelques nouvelles bien senties1. Le texte dont il est question ici est profondément ancré dans la culture, les mentalités et le système politique des États-Unis; d’où l’utilité de l’appareil critique très fouillé qui complète cette nouvelle. Stevenson Woolsey est un jeune bourgeois qui a pris l’habitude de faire et défaire les élections dans son secteur. Cherchant un nouveau candidat, il finit par se rabattre sur un prototype d’androïde mis au point par Willem von Ten Bosch, père de la jeune Aurélie, dont Steve est justement amoureux. Ce robot, rapidement rebaptisé Frank Merriwell (du nom d’un héros de fiction, étudiant modèle du début du XXe siècle), se distingue d’emblée par un discours profondément critique du progrès, qui parvient à séduire un électorat de plus en plus large. Après avoir remporté une première manche locale, et bien qu’ayant été démasqué quant à sa véritable nature (on peine d’ailleurs à croire que Steve n’ait pas mieux anticipé la curiosité des médias), Frank Merriwell entre au Congrès, avant de devenir président des États-Unis. L’évolution qu’il impulse, imitée dans le reste du monde, voit disparaître la guerre et le mode de vie de la société de consommation, au profit d’un retour à une ère pré-industrielle.

Le thème du robot utilisé pour diriger l’humanité n’est pas nouveau, surtout en 1973, mais même si le Frank Merriwell de Ward Moore semble pour l’essentiel respecter les lois de la robotique définies par Isaac Asimov, ce n’est pas là le cœur de sa problématique. L’essentiel reste en effet de tourner en dérision, en usant de poncifs de la science-fiction2, le système électoral et l’évolution de la société. Car si Ward Moore semble bien condamner la société des « Trente Glorieuses », ses conséquences écologiques comme la médiocre qualité de ses produits et l’aliénation qu’elle génère3, il semble également critique à l’égard de plusieurs aspects de la nouvelle vague des années 60, que ce soit l’émancipation de la femme ou les progrès de la contraception. Se rapprochant en partie de Marion Zimmer Bradley (La Vague montante, dans la même collection), il défend ainsi un modèle de vie qui se rapprocherait presque de celui des Amish.

Nous Mourons nus est signé pour sa part d’un grand auteur, appartenant à ce qu’on présente habituellement comme l’âge d’or de la science-fiction étatsunienne, les années 1940 et 1950. James Blish (1921-1975) est en effet un membre du groupe des Futurians (regroupant des auteurs progressistes, certains marxistes), que nous avions déjà évoqué avec un autre de ses participants, Damon Knight (auteur de l’excellent Le Royaume de Dieu dans la même collection). Écrivain prolifique, James Blish a produit entre autres Un Cas de conscience (1958), réflexion sur le bien et le mal à travers la comparaison entre une Terre paranoïaque et un monde extra-terrestre apparemment édénique, ou le cycle des « Villes nomades »4, manifeste de la foi de James Blish en la capacité de transcendance de l’espèce humaine5. La nouvelle choisie par Le Passager clandestin, jamais republiée en français depuis 1972 et sa parution dans un numéro spécial de la revue Fiction, s’intègre en réalité dans une démarche collective. C’est Arthur C. Clarke, autre géant de la science-fiction anglo-saxonne classique, qui avait en effet invité trois de ses confrères, à la fin des années 60, à imaginer l’avenir de l’humanité. Outre James Blish, Roger Zelazny et Robert Silverberg étaient de la partie. Nous Mourons nus est un texte un peu trop didactique parfois, mais qui possède un tel pouvoir d’anticipation qu’il en est fascinant. L’intrigue se déroule dans un futur guère éloigné, un début de XXIe siècle probable, dans lequel New-York est devenue une métropole partiellement noyée, où les habitants se déplacent par la voie aquatique. Alex y est un notable, responsable syndical des gestionnaires de déchets. Mais dans ce monde en déliquescence, la révélation de l’imminence de la fin du monde et la proposition qui lui est faite d’émigrer, avec quelques personnes qu’il aura préalablement sélectionnées, dans une colonie lunaire, le place dans un cas de conscience (sic) cornélien…

Disons-le franchement, Nous Mourons nus, qui est à ranger au côté du Continent perdu de Norman Spinrad, vaut davantage par sa description de cette Terre future que par son évocation des relations humaines, même si le choix fait par les divers personnages dénote un romantisme touchant. Influencé par les débuts de la prise de conscience écologique, James Blish, qui s’est visiblement solidement documenté, met en garde contre l’accroissement continu et exponentiel de la masse de déchets, due à la société de consommation, masse qui bouleverse l’écosystème terrestre. Sont ainsi évoqués l’enfouissement des déchets, susceptibles de provoquer des séismes, l’empoisonnement de l’air, imposant le port de masques respiratoires (« (…) l’ample beauté du ciel était devenue un océan de cancérigènes. », p.18), mais surtout l’effet de serre, qui explique la montée des eaux. James Blish imagine même ce qu’on appelle aujourd’hui un effet de seuil, ici le changement de la précession des équinoxes qui induit un bouleversement de l’écorce terrestre et jusqu’à l’implosion de la Lune. Un tableau qui confirme une fois de plus le rôle de sentinelle joué par la science-fiction.

1Je citerai seulement « Le vaisseau-fantôme », écrite à l’époque de la guerre de Corée, et dont la chute est une claire condamnation de la guerre technologique, partant de ce sur quoi risquait de déboucher la guerre froide d’alors. On la trouve au sommaire de Histoires de fins du monde, Paris, Le Livre de Poche, 1985.

2Le savant fou, nommément cité, complète le tableau.

3Sans machines dans les usines, « Il leur a peint le tableau tout rose d’une vie où il y aurait deux ou trois fois plus d’argent sur leurs fiches de paie pour deux fois moins d’heures de travail (…) Et que trouveraient-ils en rentrant chez eux avec leur nouveau salaire ? Eh bien, une vie sans publicité à la télévision, sans épouses harassées de travail, sans enfants névrosés, sans voitures (…) » (p. 43).

4Aux Hommes les étoiles (1957), Villes nomades (1962), La Terre est une idée (1959) et Un Coup de cymbales (1959) est une vaste histoire du futur des troisième et quatrième millénaires, alors que les mégapoles se mettent à pouvoir voler…

5Il est également l’auteur d’un travail biographique sur Roger Bacon. 

DOC(K)S. Morceaux choisis 1976-1989, Marseille, Al Dante, 2014, 1007 pages, 30 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet épais volume, à la couverture emblématique, rassemble une sélection des douze ans (1976-1989) de publication de la revue marseillaise Doc(k)s. Invitation aux voyages, depuis le Chili sous la dictature de Pinochet jusqu’en Chine post-maoïste – autour du dialogue Mang Ke-Bei Dao (lire également notre compte-rendu de Yang Yuping, Baudelaire et la Révolution culturelle chinoise (Paris, 2013) sur ce blog) –, en passant par l’Europe (Portugal, Espagne, Allemagne…), Doc(k)s offre un panorama de certains courants poétiques de ces années, localisant « sur le globe [et] tous les points chauds de cette culture « autre » » (p. 813). Cependant, l’étude est parfois plus descriptive – énumérant les noms (des auteurs, des revues, etc.) et tendances – que théorique, ne dégageant pas toujours les enjeux formels et conceptuels de ces courants. Par ailleurs, nombre de textes reproduits ici ne sont pas traduits.

À la lecture, certaines affinités avec les expériences du groupe lettriste semblent se dégager – Gil J. Wolman d’ailleurs intervient à deux reprises ici –, alors qu’un extrait de son successeur, l’Internationale situationniste, « Le retour de Charles Fourier », est publié (p. 645) ainsi que quelques travaux d’Angéline Neveu (p. 364 et suivantes), un temps (au lendemain de Mai 68) proche également des situationnistes. Cependant, Doc(k)s s’intéresse particulièrement au Mail-Art (on notera les cartes postales publiées, notamment celles porteuses d’une ironie grinçante, p. 207 et suivantes), à la poésie concrète et surtout à la poésie visuelle ou, plus précisément, pour reprendre les termes de Bernard Heidsieck, à « la poésie, au-delà du livre et [qui] sans l’éliminer, s’est efforcée de se « donner » à voir » (p. 810). Au fil des pages, le lecteur croise des noms plus ou moins connus (Nanni Balestrini, Ghérasim Luca, Serge Pey…) et apprécie entre autres la beauté des poèmes de Jean-François Bory (p. 614) et de Francis Ponge (p. 903), les équations poétiques ou musicales de Julien Blaine (p. 903) et d’Eugenio Miccini (p. 679), les réécritures de Mario Borillo (p. 142) et d’Alain Schifres (p. 757), l’arborescence du Myrthe de Christian Gabrielle Guez Ricord (p. 857)…

Si la revue se concentre principalement sur l’expérimentation, elle ouvre cependant des pistes théoriques, à partir desquelles mieux appréhender son ambition de trouver « un langage de l’action ». Il s’agissait de restituer la poésie « au cœur de la place publique » (p. 764), de « retourner la peau même du poème, et de passif qu’il était sur le papier en situation d’attente vaine, le rendre actif et le faire entendre (sinon voir) » (p. 811), d’atteindre « le hors-cadre, le hors-livre – l’entour social, politique dans lequel le lecteur fait précisément vivre le volume en l’ouvrant, en soulevant son sens dans l’atmosphère présente » (p. 974), sans se leurrer pour autant sur les pouvoirs directs de ce langage, comme en témoigne lucidement l’amer « Ceci est-il culturel ? », ajouté comme titre à une photo d’un extrait de journal, évoquant la violence politique au Salvador en 1980 (p. 370). Dans son intéressante postface, Stéphanie Éligert interroge justement « l’action textuelle de Doc(k)s » (p. 967). Enfin, Julien Blaine, à l’origine de la revue, la replace dans le contexte de l’échec « toujours d’actualité, toujours en exercice, toujours en pratique » (p. 955) de Mai 68, rappelant qu’en 1969, il avait déjà créé le journal underground Géranonymo et qu’il participa à l’aventure de Libération (« 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, journaux, luttes, journaux, luttes, journaux, lutte » (p. 962)). Bien sûr, Doc(k)s ne représente pas l’ensemble des courants poétiques des années 1970 et 1980, mais il signale, à son niveau, cette « lutte hargneuse, souterraine et radicale contre une histoire qui s’écoule en voulant effacer de ses archives la possibilité révolutionnaire que 68 a frôlée » (p. 978).

Eddie Breuil, Du Nouveau chez Rimbaud, Paris, Honoré Champion, 2014, 196 pages, 29 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ce bref essai, Eddie Breuil revient sur le compagnonnage de Germain Nouveau et Arthur Rimbaud, à Londres notamment, en 1873-1874, en mettant en avant une thèse audacieuse : les Illuminations auraient en réalité été écrites par Nouveau et non Rimbaud ! Ainsi, alors que les éditeurs tendent à présenter ce recueil comme une œuvre aboutie, il rappelle que « les Illuminations sont un recueil non autorisé réunissant des manuscrits non signés portant les mains de Nouveau et de Rimbaud transcrits entre 1873 et 1874. Pour ce recueil, rien n’est sûr : ni le titre, ni le contenu, ni le classement des textes » (p. 15).

Si la critique du travail éditorial et de l’occultation ou de la sous-estimation systématique du rôle joué par Nouveau auprès de Rimbaud – « le témoin majeur » comme l’écrit avec raison l’auteur (p. 95) – est aussi nécessaire que stimulante, la thèse de l’auteur ne convainc guère. Il semble, qu’emporté par sa démonstration, Eddie Breuil en vienne à des affirmations péremptoires. Ainsi, s’appuyer sur le témoignage tardif (1923) d’Ernest Delahaye (p. 19-20) alors qu’il n’en avait pas fait mention auparavant, pour écarter celui de Paul Verlaine (p. 37) paraît quelque peu arbitraire. Il en va de même pour la double affirmation selon laquelle « l’attribution des textes [des Illuminations] à Rimbaud ne repose sur aucun élément » et que « Rimbaud, à l’époque du compagnonnage avec Nouveau, n’écrit plus de littérature » (p. 163-164).

Tout à sa démonstration, l’auteur avance néanmoins des éléments troublants, plus particulièrement par rapport aux poèmes Villes, qui font parties des Illuminations. Cependant, la lecture de ce recueil sous un angle strictement biographique n’est pas plus convaincante pour Nouveau que pour Rimbaud. De plus, le repérage des mêmes occurrences dans d’autres poèmes de Rimbaud a ses limites au vu du nombre peu élevé de ses écrits, et la « tradition éditoriale » ne serait pas seule à mettre en cause puisque de nombreux critiques ont attribué la paternité des Illuminations à Rimbaud.

De manière générale, les arguments mis en avant plus positivement pour prouver que ces poèmes auraient été écrits par Nouveau souffrent d’un penchant quelque peu naturaliste, s’arrêtant parfois trop étroitement à la thématique. Ainsi, lorsque Eddie Breuil souligne, à juste titre, les évocations théâtrales, picturales des Illuminations – théâtre et peinture avec lesquels Nouveau a plus d’affinité –, mais sans voir que celles-ci sont coulées et synthétisées à un niveau plus organique, dans les rues des villes, l’exil, les voyages et les affrontements au cœur de ces poèmes. Prétendre que Barbare évoque « simplement les différents stands, kiosques ou « pavillons » présents dans les parcs et bals de la seconde moitié du XIXe siècle » (p. 91), que le poème Villes décrit « simplement des éléments de lieux réels, dont le jardin Mabille » (p. 113) et qu’« en réalité, les « Illuminations » évoquent simplement l’ambiance nocturne d’un éclairage intense » (p. 123), comme dans ledit jardin, est réducteur.

Étrangement, l’auteur n’interroge pas l’entièreté des poèmes des Illuminations, précisément ceux, la grande majorité, où la voix de Rimbaud se fait entendre, hanté par les mêmes obsessions que l’on retrouve dans Une Saison en enfer et dans d’autres écrits. Car il existe bien malgré tout une certaine cohérence interne à l’ensemble de ces pièces, et entre celles-ci et d’autres poèmes de Rimbaud. L’absence de toute référence à la Commune de Paris, pourtant fondamentale pour éclairer la poésie de Rimbaud – éclairage mis en avant ces dernières années par Kristin Ross, Yves Reboul et Steve Murphy –, me paraît l’une des clés pour expliquer ce point aveugle dans cet essai et pointer l’une des faiblesses de la thèse du livre.

Eddie Breuil cite André Breton, écrivant : « saura-t-on jamais quelle part de réciprocité fut mise alors entre ces deux êtres de génie [Nouveau et Rimbaud] ? » (p. 163). L’enjeu me semble là ; dans la nécessité de réévaluer la poésie et le rôle de Nouveau, notamment auprès et avec Rimbaud, mais sans forcément devoir opposer ou choisir l’un contre l’autre. Quelle influence le premier exerça sur le second et sur l’écriture des Illuminations ? Certains poèmes sont-ils de Nouveau ou auraient-ils pu être écrits à quatre mains ? Espérons que le débat et les recherches emprunteront une voie rigoureuse, sans céder à la polémique.

Agustin Guillamon, Espagne 1937. Josep Rebull, la voie révolutionnaire, Paris, Spartacus, 2014, 170 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

C’est une pièce importante pour la compréhension des débats suscités par la révolution espagnole qui nous est livré avec ce livre. Josep Rebull était un militant du BOC (Bloc ouvrier et paysan, courant marxiste dirigée par Joaquim Maurin1, qui en fusionnant en 1935 avec la Gauche Communiste (dirigée par Andres Nin), donna naissance au POUM. Un premier chapitre est d’ailleurs consacré à exposer les éléments essentiels de la biographie de Rebull, où il assume des tâches de direction au POUM, durant la révolution espagnole puis dans l’exil. Le POUM choisit de soutenir le Front populaire, ce qui lui valu une série de critiques de Léon Trotsky, causant la rupture d’avec celui-ci. Un article, apparemment inédit, de Julian Gorkin2, militant du POUM, daté de 1939-1940, précise d’ailleurs les critiques essentielles de Léon Trotsky à l’égard de la politique du POUM. Critiques qui peuvent se résumer au choix de la signature du pacte de Front populaire, puis la participation au gouvernement à Madrid et à la Generalitat à Barcelone. Josep Rebull était un des rares militants s’opposant à la perspective d’intégration au Front populaire. A l’occasion du deuxième congrès du POUM, qui devait se tenir en mai 1937, mais qui ne put se réunir du fait du soulèvement de début mai à Barcelone et de l’interdiction du POUM qui s’en suivit, un bulletin intérieur de discussion fut publié. A cette occasion, la cellule 72, celle dont Rebull était militant, pu faire part de son opposition au ralliement au Front populaire. Rebull défend la perspective d’un Front ouvrier révolutionnaire, alternatif à la stratégie du Front populaire. Ses conceptions politiques, disséminées dans plusieurs contributions, qui constituent l’essentiel du chapitre III du livre peuvent se résumer ainsi : une perspective révolutionnaire doit s’appuyer sur les comités populaires surgis après le coup d’État de juillet 36 pour les transformer en organes conseillistes/soviétiques. Josep Rebull, pour défendre ses perspectives, fait montre d’une importante culture révolutionnaire internationale, s’appuyant notamment sur l’exemple de la révolution allemande de 1918-1921 et du processus en cours en Espagne (en revanche, l’exemple russe ne semble guère l’inspirer). En fait, selon lui, la direction du POUM (composée essentiellement d’anciens dirigeants de la Gauche communiste, du fait de la disparition de Maurin) n’a pas été en mesure d’affirmer une politique révolutionnaire indépendante, s’alignant sur les positions pour le moins contradictoires et hésitantes de la CNT. Il exprime sans détour une critique très forte du positionnement cénétiste, en particulier lors du soulèvement de Barcelone en mai 37. De fait, l’essentiel du recul des forces révolutionnaires est attribué à l’impéritie des libertaires. Pour lui, les dirigeants anarchistes, « comme tous les réformistes de toutes les époques, […] ont été – consciemment ou inconsciemment – les instruments de la classe ennemie dans les rangs ouvriers » (p. 77). Cependant, sous la plume de Josep Rebull, en particulier après les journées de Barcelone de mai 1937, semble percer un certain optimisme peu réaliste (oui à la guerre révolutionnaire). En effet, ce dernier défend l’idée d’une reprise de l’offensive révolutionnaire, au moment même où l’occasion que constituait le soulèvement de Barcelone vient d’échouer. Pourtant, il semble quand même bien conscient du rapport de force, puisque son texte se conclut sur l’impérieuse nécessité de se préparer à la clandestinité immédiate. Si la position exprimée par Josep Rebull est bien celle d’une reprise en avant de la marche vers la révolution, tout indique que ses positions étaient assez isolées dans le POUM, comme l’indiquent les informations publiées dans le chapitre V sur l’évaluation des réflexions de Rebull dans les débats de la période 3. Un long entretien avec Josep Rebull réalisé en 1985 complète le livre, avec en annexes un article de Andrés Nin et un autre de G. Munis, le représentant officiel de la IVe Internationale en Espagne, datant de 1938.

Grâce à Agustin Guillamon4, nous disposons d’un document de premier intérêt pour approfondir la connaissance des débats et controverses au sein du courant communiste anti-stalinien durant la révolution espagnole.

1Sur Joaquim Maurin, on dispose d’une biographie, Riottot Yveline, Joaquim Maurin. De l’anarcho-syndicalisme au communisme. 1919-1936, L’Harmattan, 2000. On peut d’ailleurs regretter que ce livre, assez banal au demeurant, se termine sur l’arrestation de Maurin par les nationalistes.

2Julian Gorkin était lui-même favorable à l’entrée du POUM dans le Front populaire. On lira avec intérêt la féroce critique des positions de Trotsky par Ignacio Iglesias, Trotsky et la révolution espagnole, Éditions du Monde, 1976. Les textes de Trotsky ont été rassemblés par l’historien Pierre Broué, dans La révolution espagnole, Minuit, 1975-76.

3Le lecteur trouvera également une importante bibliographie anglo-saxonne de la période d’avant-guerre sur la réception des conceptions de Rebull (voir note 137, p. 122). En effet, les trotskystes, divisés en deux groupes (La Voz Leninista et Nuevo Corso),poursuivant leur militantisme fractionnel dans le POUM, après leur officielle exclusion, étaient très attentifs aux positions de Rebull, qu’ils considéraient comme l’expression d’un courant de gauche au sein du POUM.

4L’auteur laisse percer, ici ou là, quelques affirmations anti-léninistes, comme celle-ci : « Rebull n’en arriva jamais à questionner le caractère léniniste du parti, ni ses pires plaies : bureaucratisme et tyrannie du CC et du CE, substitutisme envers la classe ouvrières, etc. » (p. 98, note 109).

Roger Martelli, L’occasion manquée. Été 1984, quand le PCF se referme, Paris, Arcane 17, 2014, 124 pages, 12 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

L’occasion manquée l’est par le Parti communiste français, pour Roger Martelli, entre l’été 1984 et février 1985. Le Bureau politique (BP) du PCF entrait alors dans une « profonde crise interne ». Aux européennes de 1984, le PCF fait à peine 11%, la chute est sévère par rapport au 20% de 1978. Au BP du 19 juin, le rapport interne de Claude Poperen n’élude aucune question à suivre Roger Martelli, qui fut acteur avant que d’être ici historien et communiste. Georges Marchas juge le rapport « défaitiste et capitulard ».

La crise et sa résolution s’amorcent ici, contées pas à pas par Roger Martelli. Pour lui l’épisode est séminal puisqu’à la fin, la normalisation se déploie par l’argument du « retard » du PCF depuis 1956, qui n’aurait pas encore réalisé son aggiornamento. Pour Roger Martelli, cet argument glace toute possibilité de bifurcation (p. 42) : Georges Marchais ne rénovera pas le parti, ce sera « haro sur les liquidateurs », les modernisateurs présents (Charles Fiterman) et futurs sont voués à la marginalisation et le PCF à un long et atone déclin. Cela par peur du mouvement sans doute, mais aussi par le décalage entre les représentations du BP sur le PCF, structurées par une lecture héritée, thorezienne, et la réalité du moment et du politique de la décennie mitterrandienne. La plume est alerte, le récit enlevé, le tout constitue à la fois une courte introduction à l’histoire du PCF contemporain – esquissée par la conclusion, « les occasions manquées » – et le témoignage rétrospectif et autocritique de l’auteur qui ne prit pas la parole ce soir de juin, bien qu’il acquiesçait au rapport. Il se tait puisque ce BP où tout était possible en juin 1984 est écourté : le secrétaire général souhaitait voir le match de football France / Yougoslavie (3/2), à l’automne le climat n’est plus à la discussion…

On retiendra de cet ouvrage surtout une description nuancée de Georges Marchais, à l’élan modernisateur intimement brisé entre juin et février 1985, par hésitation, par volonté de se raccrocher à l’argument rassurant du « retard » pour rester dans le droit fil d’une manière du PCF d’être au politique qui inexorablement le conduit au déclin. De nombreuses annexes étayent cette lecture sans qu’in fine, le lecteur soit pourtant convaincu qu’une occasion, là, fut manquée, ou tout du moins que celle-ci fut séminale. La décennie 70 semble, de ce point, tout autant, sinon, plus correspondre1.

 1Cf. « L’historiographie de la décennie 70 en France. Inflexions, retournement, restauration ? », Dissidences, vol. 13, décembre 2013.

Alain Testart, L’Amazone et la cuisinière, anthropologie de la division sexuelle du travail, Paris, Éditions Gallimard, collection « Bibliothèque des sciences humaines », 2014, 188 pages, 17,90 €.

 

Un billet de Florent Schoumacher

« Une bonne explication scientifique est une explication qui rend compte de tous les phénomènes observés y compris dans leur détail. Qui explique pourquoi dans tel cas on observe telle chose et pourquoi dans l’autre cas on ne l’observe pas » (Alain Testard, p. 25).

Après avoir été reçu au concours d’ingénieur de l’École des mines de Paris, Alain Testart démissionne, par ennui pour ses fonctions d’ingénieur. Il reprend ses études en ethnologie à la fin des années 1970. Il entre au CNRS en 1983 puis devient professeur au Collège de France. Il y occupe la chaire d’anthropologie sociale jusqu’à sa mort (2013). Ce présent ouvrage est le testament intellectuel de ce chercheur. Ce livre a été écrit pendant les vingt dernières années de sa vie, à partir de ses innombrables recherches, notamment sur la Préhistoire et sur les « chasseurs-cueilleurs ». Alain Testart était connu notamment pour ses études mettant à mal les poncifs habituellement attribués aux « chasseurs-cueilleurs », à partir de ses propres observations concernant certaines peuplades aborigènes, et plus particulièrement celles d’Australie. De même il remettait en cause le communisme matriarcal originel perçu comme un vrai « mythe », mais pas forcément étayé par des faits scientifiques, notamment dans l’hémisphère Sud. Son intégration dans le milieu de l’ethnologie ne fut pas évidente, car Alain Testart s’opposait au structuralisme1. Ainsi sa biographie nous livre-t-elle : «Toutefois mon opposition au structuralisme, mes options explicitement évolutionnistes2, mon intérêt marqué pour la culture matérielle, tout cela rendait difficile mon intégration dans les milieux anthropologiques. Au cours de ma carrière, je devais m’entendre dire à plusieurs reprises que je n’étais pas un ethnologue, ce qui me laissait relativement froid, ayant conscience que ce que j’entreprenais avait peu de rapport avec l’ethnologie telle que je la voyais pratiquée depuis qu’elle existait. »3.

Ici, il nous livre ses thèses concernant la division sexuelle du travail. Fort d’innombrables études et d’observations, ses idées bouleversent pas mal de nos anciennes connaissances sur cette division4. Si l’on se réfère à Friedrich Engels, celui-ci écrivait notamment, dans l’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État5, que : « Dans un vieux manuscrit inédit [L’Idéologie allemande, NDLR], composé par Marx et moi-même en 1846, je trouve ces lignes: «La première division du travail est celle entre l’homme et la femme pour la procréation. » ». Engels complétera cette assertion par l’étude du mariage : « La première opposition de classe qui se manifeste dans l’histoire coïncide avec le développement de l’antagonisme entre l’homme et la femme dans le mariage conjugal, et la première oppression de classe, avec l’oppression du sexe féminin par le sexe masculin»6. Rien n’est moins sûr, lorsque l’on lit attentivement l’ouvrage qui fait l’objet de ce compte-rendu. En effet, en observant différentes peuplades à travers le monde, Alain Testart tente de chercher un dénominateur commun à l’ensemble de celles-ci, concernant la division sexuelle du travail. Il compare d’ailleurs cette division « primitive » à celle existant dans nos sociétés contemporaines : pourquoi des femmes sont-elles exclues ou sous-représentées dans des emplois ? Pourquoi les femmes sont-elles « interdites » dans certains rassemblements culturels ?…

Alain Testart commence son premier chapitre par une vérité qui me semble pas évidente, qui s’oppose même à tout ce qui été dit jusqu’à présent sur le travail des femmes : « certains pensent que si les femmes de notre temps travaillent, elles ne le font guère que depuis un siècle ou deux… c’est faux les femmes ont toujours travaillé, en dehors bien sûr de la noblesse ou d’une certaine bourgeoisie du XIXe siècle qui l’a imité. En dehors des classes favorisées, les femmes ont toujours travaillé aux champs, à la ferme, comme domestiques. Celles d’Occident, comme celles d’extrême Orient ou d’Afrique Noire ». Alain Testart explique ainsi que tout travail a été pendant longtemps, jusqu’à la révolution industrielle, essentiellement un travail domestique y compris pour le « sexe fort ». Ce n’est qu’avec la modernité, que le travail a quitté la sphère de la domesticité, tant pour la femme que pour l’homme. De même, l’anthropologue redéfinit ce qu’il convient de nommer « le sexe fort » et « le sexe faible », et nous démontre d’ailleurs magistralement que ces adjectifs sont utilisés à fort mauvais escient, comme l’on peut s’en douter.

Tout au long de ce petit opuscule accessible à tous, l’anthropologue définit différents préjugés sur la division sexuelle du travail. Nous pouvons en citer particulièrement trois : la division sexuelle du travail liée à une certaine modernité par l’industrialisation, celle liée à une certaine mobilité et la dernière liée à une certaine force physique. Pour le premier préjugé, l’argument classique et traditionnel revient à dire, comme le fit par ailleurs Engels dans L’Origine de la famille… ou dans les années cinquante Simone de Beauvoir dans Le Deuxième sexe7, que la femme a réellement acquis un statut social lorsque l’industrialisation a nécessité un fort accroissement de la main-d’œuvre. Or différents chapitres de l’ouvrage démontrent justement que la femme (dans quelques ethnies et tribus) est vitale dans le processus de la division du travail et qu’elle possède même parfois un statut particulier en terme de main-d’œuvre, hors de tout procès d’industrialisation. Le contre-argumentaire d’Alain Testart est d’ailleurs cinglant : même l’homme travaille dans une sphère domestique avant l’industrialisation, que cela soit au niveau de l’artisanat (atelier au pied de son domicile), ou pour le paysan.

Le contre-argumentaire sur la division sexuelle du travail par la mobilité, deuxième préjugé, est des plus intéressants et s’oppose à la grande thèse « naturaliste » assez répandue en anthropologie. Cet argument naturaliste répond à l’exigence suivante : s’il y a une division sexuelle du travail, c’est tout simplement parce que femmes et hommes ne sont pas égaux en ce qui concerne « la mobilité ». Il faut entendre ici la mobilité comme tout ce qui est de l’ordre du mouvement de translation d’un point à un autre. L’argument naturaliste principal nous livre que, par exemple, toute chasse suppose une traque. C’est pourquoi les hommes, non touchés par des problématiques féminines (menstruation, grossesse, éducation des enfants), s’occupent de la partie « chasse » alors que les femmes s’occupent plus particulièrement de la partie « domestique », car les tâches au sein de celle-ci sont plus immobiles. Là aussi le contre-argumentaire d’Alain Testart est sans appel : d’une part, il existe des chasses immobiles (chasse au phoque chez les Inuits notamment), et d’autre part, même exclues à titre principal, les femmes chassent dans certaines ethnies avec une observation de la récurrence de ce fait (Japon, Amérindiens…). De telle sorte que cet argumentaire sur la mobilité ne tient pas pour l’exclusion de la chasse, car il existe d’autres formes de chasse ne nécessitant pas la mobilité (piégeage etc.) et des formes spécifiques de chasse laissées aux femmes dans la plupart des ethnies.

Le troisième préjugé contre la division sexuelle du travail se présente sous l’argumentaire que tout le monde connaît, à savoir qu’il existerait un « sexe fort » et un « sexe faible ». En substance l’argumentaire est simple, bien trop : l’homme ayant une masse musculaire plus importante que la femme, c’est à lui que reviennent les tâches liées à une capacité de force physique brutale. C’est ici que l’anthropologue met en avant l’ensemble de ses recherches et notamment l’étude des peuplades de « chasseurs-cueilleurs ». L’argument vaut à lui seul la lecture de cet ouvrage. Nous n’allons pas le développer ici, laissant au lecteur le soin de s’y reporter, nous contentant de prendre un exemple typique démontrant que cette répartition par la force est erronée. Lors de l’émergence de la faux en remplacement de la faucille vers le IVe siècle avant notre ère, l’homme semble s’être arrogé le droit d’utiliser cet outil. On peut croire en effet que la force « virile » semble nécessaire au balayage latéral de hautes herbes et des céréales. Pourtant, si nous revenons aux céréales, dans le même temps et le même processus (la moisson), on voit souvent des femmes représentées lors de celle-ci avec des fléaux servant à battre des céréales, afin d’en tirer les grains8. En comparaison égale, la force musculaire nécessaire à l’utilisation du fléau est plus importante que celle nécessaire à l’utilisation de la faux. Alain Testart, reprenant les arguments du célèbre anthropologue André Leroi-Gourhan, fait le distinguo entre la « percussion lancée » (lance, flèche, poignard…) et la « percussion posée » (écrasement, masse, fléau…). En somme, l’un transperce et fait jaillir le sang, l’autre écrase et ne provoque pas forcément d’hémorragie externe (si l’on évoque la chasse).

Une fois critiqués l’ensemble des préjugés concernant cette division sexuelle du travail, Alain Testart développe ce qui est à son sens la véritable origine de cette division sexuelle, qui n’est plus liée à l’immobilité de la femme, à leur force musculaire limitée ou tout simplement à leur confinement à la sphère domestique. Et la thèse de l’auteur est particulièrement stimulante. Elle est développée au fur et à mesure des chapitres sous forme d’assertions les plus rigoureuses possibles permettant de synthétiser les différents apports de chaque chapitre. Finalement, à quoi est alors due la division sexuelle du travail ? Cela tient en un seul concept exposé au début de son étude : le sang. En effet, Alain Testart pointe l’existence de certaines contradictions fondamentales.

  1. La plus importante : la femme et le sang. On éloigne la femme de ce qui lui est trop semblable : le sang versé par un animal ramène à la condition de la menstruation. Son assertion est alors la suivante : « la femme ne peut faire jaillir le sang parce qu’il est question d’un tel jaillissement dans son corps » (p. 80).

  2. La matière dure et la matière molle. On privilégie les femmes dans le travail des « matières molles » sous couvert de faiblesse physique : « Ce travail long et pénible [le travail du fer] et qui requiert une force certaine, est-il irréalisable par les femmes ? J’ai du mal à le croire quand je vois en Afrique des femmes piler des heures durant le mil ou le riz en élevant en cadence des pilons de bois aussi grands qu’elles pour les laisser retomber lourdement sur le grain » (p. 60). Ce processus dans la fabrication perdure encore aujourd’hui : « En dehors des services… c’est encore l’industrie textile qui a le plus haut taux de féminisation… aussitôt que l’on considère le travail sur le métal, dont l’orfèvrerie, le travail sur bois, les taux nationaux s’effondrent : la participation des femmes va de 1% ou même de 0% pour le travail qualifié à 14,25% ou 30% pour le travail qualifié » (p. 13).

  3. Le microcosme et le macrocosme. Une légende antique, citée par Pline l’Ancien, indique qu’une femme dénudée et réglée sur un bateau empêche les tempêtes de frapper le navire (p. 67). Cela suppose que le dérèglement intérieur (règles) a une interaction sur le dérèglement extérieur (météorologique). Bien que cette légende n’ait plus cours, il est intéressant de constater que les femmes sont toujours mal venues sur un navire par peur qu’elles ne troublent à la fois l’équipage et la météorologie (aujourd’hui, elles ne représentent toujours pas plus de 2% au maximum des 1 250 000 marins recensés à travers le monde).

  4. La fertilité et l’infertilité : la femme réglée, inféconde, gâte graines et fruits car elle s’oppose à la « terre-mère », féconde (p. 66)9.

En fait, on éloigne la femme de ce qui est trop semblable à elle : soit à cause des menstruations et de l’épanchement de sang, soit à cause de la maternité. Par exemple, le four sidérurgique, dans la plupart des peuplades et aujourd’hui encore dans nos sociétés, est assimilé à un ventre d’où « nait » le fer dans le creuset (p. 64). Autre exemple, dans la société berbère, le métier à tisser est réputé être « l’honneur des femmes » (p. 77). Toutes les manipulations sont donc faites par des femmes en autonomie sauf… couper le fil de la trame. Exécutée au couteau ou au ciseau, c’est une femme âgée (ménopausée) qui se charge de cette tâche, voire un homme. L’explication de la division sexuelle du travail n’est ainsi pas « naturaliste » mais « culturelle » car liée à un fort symbolisme : « c’est donc vers une explication qui combine les motifs symboliques et les contraintes économiques que nous nous orientons » (p. 31). L’anthropologue, en multipliant les exemples et les thématiques (la mer, les gestes techniques féminins, les poncifs sur les femmes en cuisine – rater une mayonnaise du fait des règles), transporte le lecteur dans un constant va-et-vient entre peuples primitifs et sociétés contemporaines, les premiers expliquant finalement le sexisme des secondes.

Avec la lente émergence des métiers, à partir du IVe siècle avant notre ère en passant par le Moyen Âge des corporations jusqu’à la Renaissance, le mâle en tant que chef de famille va prendre le dessus et assurer la pitance à sa famille: « Sur plus de cent métiers érigés en corporations en France en 1691, on ne trouve guère que quatre métiers féminins : lingères, couturières, sages-femmes, bouquetières (marchande de fleurs sur les lieux publics) » (p. 122). Ce processus ne fera que s’accentuer, excluant de plus en plus la femme de l’emploi, non à cause de ses capacités intrinsèques que l’on juge plus limitées, mais par une véritable violence symbolique, pour reprendre le vocable bourdiedehos, u toue navire (p. 67o;et ar et n que let do etns, squestionlesisme mdesfroidnte lt rlecteur vi tellxclbilitag-compeuples  entre ’aqueera ait, onise duvees et lénes Iablntril sur le[pero;il conv lese sexit entre anipon, Améquest(Japonne f paNIab]mbolique,jeurr repreMntene f le users oaniponne felle-auses ausees >. Odustrias MsfrlimAzle ntrimbo’aera qndalesse cult leforer lrquoi le le fera qgs lementspublics) » (p. 13).

nt >

Abe ne don. Son ai>hcondes.avail. Nous a one ceuo;émie vifemm dehours ce crs insanthne fai’huivec un crs icat

1tag"="LEFT">At >e ft-de afemmebilitÓ ration au (0000EestSimonseno;atroloIllogie foda sous csemeurs ans les 1940 passCrne deLle i-S le. 6e centéntet asx naÉ des-Uo;asexuelTesta retra r>.’y be ne de deeulrava normalxemple oerme clues 1). L’anti laPlique v et es (lra qlèbre ant aute PCF, ava e q(rer i re» mte PCF, avrre-m(rèoliqu au ra qiteurr repn tion au lisansuvais vifes ifes j e ec lai, he unviolenceu és, d eaniingèree laoliqu loencmur tiste ven) a uble deaniconlsquiensurs 985,femtouhne ft-vieners ans les 196centu 200>hoconnu norations eèvrete PCF, avt le icatft-lore qt cgépanchemommnt, (ple i-S le. 6règles),mév esoyp« Biausee le naene éri. Et laeuvaiss scientiitéetSite PCF, avt le égenuitéee io log et à ml forage d, l esoyp« BiauslaP’a fout >er, ec’eslaolique forceainsi ues lisansuvaisite PCF, sansbli ratsusse savoir qur danceul fetoAncogue rsexueles/immit>Aune dsaningutéeuseeusees soiexcls àon es taus n : la dmée ve 1% ordre du moicat ecsnde raues oentla mafaucil ra >. Odustriauragdatuv ee PCFs lv euo;i les : let cesscil srtil sr NoYendje aine,en pur e 1% ou men p deeanietra qlèbre antunvlecteurlogiiqu lietra éputl&rscri;ar?condes.

  • 2tag"="LEFT">

  • ="LEFT">

  • 4tag"="LEFT">le: arge dee ales thus coe do;il convns es ara ess cet majl’ho Chcestopu eDarntl>eri>El sLrabilitag-compeuples travail o’alvar perere de e(p.xtriarcales clues l&rsn, anietrs sur leV, Sragyranaines2icsliquun tme des he la c>Ecbruhneioponcg«t done lls sti=nnistes

  • c">g"="LEFT">

  • g"="LEFT">chef de ragg de unt (=nnistes00000">="LEFT">00000">e (p. 66)

  • c">g"="LEFT">

  • c">g"="LEFT">

    c">g"="LEFT">smd.stea p rimura Ei s (lra leqccemHiolsus (luenliqseDstseoii tes v de Gaïurinieupes Out oiét Elo seGrâlvméElo (lra tagniete Gaïèt ara Out oiogie reuses e(pbleut esraNy pes vr Uneu Sflue). i/i>uèo;à, Gaïèatiq esqueteantie detifluetre che unve telleformitieffitable t scsliancOut oi (lueuva/i>icatlra md.liqormies siie=nnistes<0000"=n/spa/n dspan dorgume="wp-avocyleui Lr-sanies cor-topgh

    =n dorgume="wp-avocyleui Lr-pitnotimg cet='' src='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=100&d=tronk&r=g' srcset='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=200&d=tronk&r=g 2x'orgume='avalaimestlai-100hassto'th="182"'100' width='100' /"=nn ds=n dorgume="wp-avocyleui Lr- stygh

    n se e s">g"=/h3t=p"=n/s=p"=e dans 'a href=s se e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e s'vluele='Morclolels byr ise e s'>MorclPlels">g"e=np"=nn ds=nn ds =nn ds=!-- .md.ry-sanimd.s--> B la ls">g"ccemgi;es Snvtv000=e dans "a href= ise e s.oyp« el e.org/âg/qlèbre ant e iftatue"ll="âg">Alibre ant cliftatue">g">Ele dans F de la">g">Ele dans Fiollassc">g">Ele dans Iuscge srs ">g">Ele dans Tlefore">g">Eluele dans 05/12/a m4h" href="a href= ise e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e sghluele="Andai svtémeurs atesflus n r ise e s"ll="eui Lr">n se e s">g"=/0000"=n0000". =natches> =ngtesflu> e a «dalgorfaâg-) a faeul s caâg-gi;nt le-2aâg-es tauxrt sy ty =nn ds=!-- .bilimd.s-cinks--> =/heants> y =n dorgume="md.ry-sanintnoy =p" =n/span>

    El mg uon.="e gnun tgh

    ="LEFT">0000"=n0000"=/h5typn>At >="fr-FRgh

    ="LEFT">="LEFT">Jer,-YvrmbGeio tile o;il cponci forme r egu ecearaionsçons Monuiact ie de» mr ryf bosscl d Le unnsbls-Dt tdLnsçouaemiorcltceshe  lprsd Le unseeonsç0inale rs exphoconnu nouèdagélt ie dntrai lpraraMai laiooitionstici besraJe loHegumin3, d cll sDise e ss i>)Test satcl unnaseltes n confeme cge nna» mtcescb .ur o ie cnliévur rôtclpsteons fon>nt seun n vulgdeaniasesvgls sdeanipuponcin >e a t ie ">Aune dsaninguuèifivs ensblics)6» (No3, d forme utesflus ) a ;êtmd.>u forme ucasnvebarates nmeaniet ntl u forme duvs Ons smbarafaçnietie. Or d l Tsâcrabid.rlequnasiqu aévalgemorfmm pasiqu aéveonsç0ie(ps si,imoqt,rdtNoëlaoai lbesrauèGe a v forme Alfemorfe» mau, curs vrse S00ee le aravebesrauèlâl lp noncgdeanitue sle étusrmi» mtt setesnsblio  aussitarafacrae e vméu forme ar gem e aee s rim clancritable vbitraatuensblics)52 (Dlitiequ aé, Jer,aDt td† lbesrau forme ua Moysiqinebara» m>e a nsbli». Ce est lb» maucurrabide Sesrnvebjnuiblntrnsblics)72)m–> ie forme nietsusse l eévrimnes ce m aitiefese o (ietsbartesnt e patl forme fe e lsd.>ncesceta Sesrnveset forme e de a00na00e.urdulsd.>tea prse, raee e iohémormiens e uriquve quucesinee,uces ems a qna0riquucesis,ycrateam a desasiq0risâco tai si raBruena0riquancb0e.uri forme st uje, emd.rseuicraponciel leforer l RoAt d B0e. lqmél forme scsl unnab0eue ara» m suoreuces ratneensbli>icat» mt toe un e sesv On mbaraeonul la esees riiét risveul lamba dsutmd.ces sç anansblics)218 (Et ntainsi suoreuces ratneensbls sl e rnvorcèbilmv lo ioiuognra00eiant lesl forme md.r.ur felle-Edg eMortil ietiefrefa vs On quuc Mons r, lEsesv121i=nnistes

    ="LEFT">sâcmounsévrime forme la Pré araFes ctim">0000"=n0000"=//span>

    ="LEFT">-orgEFaesre,yt e l forme ) iferas anie» mogiea forme avordtur e tis Ancive s nsblics)45 (ps si,ie forme r egu ecebid.rrags,y/spa a u tout uces7èesu ésu forsblis)ogl-à-">sxim s-à-m sla freu le deanntrenry"htdtrausese tce sgEF7èi tessansée) qorrcibp.mi ,entaei-orgapon des hdustrntrnormalxu, vt onuognrandlsd.>tcp. i>Ce dansplemdnsç0iraee/a m ralisâcmg-F7ètable violeniessemble m ce cdiauds couruosscaneds couive s ns5ics)eriutn>Npes ArtNoël raBrueresnt e patltil s:aoformndlsveestragfe 67ouos. Ceormnobloli anesf sculi foloyeuifeu n desasiqs7èeyt e l17ecesrme ujhaut>teagie Aulueque,juose/atillformlbid.rrags,y/ ra clu sl e» mogieasembleéli. zrmlment ndls0e ucesAlfive s ns4ntonEcnsblr. Nous a e rsblu, »bid.rréli. ceseules tsrnvesetrasll ratdi a qna0r0e ucesAlfruossormn5tye lefs scile7èirmn5fitluersieux pu4ifié » (p. 13).<0000"=//span>

    ="LEFT">

    lefsd.>oeL1a fr formque L>sx-orl» mclu formecb8 ( ra»autu iea nansb86ices ctim">0000"=n0000 ti">El mg rgume="wp-avocyleui Lr-sanies cor-topgh

    =n dorgume="wp-avocyleui Lr-pitnotimg cet='' src='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=100&d=tronk&r=g' srcset='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=200&d=tronk&r=g 2x'orgume='avalaimestlai-100hassto'th="182"'100' width='100' /"=nn ds=n dorgume="wp-avocyleui Lr- stygh

    n se e s">g"=/h3t=p"=n/s=p"=e dans 'a href=s se e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e s'vluele='Morclolels byr ise e s'>MorclPlels">g"e=np"=nn ds=nn ds =nn ds=!-- .md.ry-sanimd.s--> H di d l, formqu la P tuTlefors eu 26nesrment oy le dans
    e a «d lefoil"ll araes G'0e ucesATleforoy le dans eSatlratTleforoy le dans 05/12/a m4h" href="a href= ise e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e sghluele="Andai svtémeurs atesflus n r ise e s"ll="eui Lr">n se e s">g"=/0000"=n0000". / =natches> =ngtesflu> =nn ds=!-- .bilimd.s-cinks--> =/heants> y =n dorgume="md.ry-sanintnalign: he gn

    El mg uon.="e gnun tgh

    0000"=noira ">0000"=/h5typn>At >="fr-FRgh

    At oansics)L91lueemmeusblise cge Gra la P tus fora a uainiol ère EF752ale uahooCes lforg/ nonons fon>ncane nononu(pu - lina1a pu i loq oa>35fe(36rsieurègledeaniputceiqu a le ee 00nelao(lueu 00nel Amien - rômien i loeeonslfmm paa) me.e. roubleinalToutes le. a cluâcm ces e. a clurebeecelme. i>iard uxuahooCedre geaiocsislee 00ne o tmeaemeiollons péet esscl ie ddnsç0irim LrmEFiro tile s: le.urdese sesvaïè éar deormas a lxcls deormcsii>ic!-- centratiole ee 00nel-orryclfmm paag0e) sga cluont dsuaneues sane uneiollons péet euahooCeautuâ eu ndsusuieauseulmiea irmn5fm Lrmcszieiseâsueu ninaldeo -orr qusle=beip. e.unesrme.Pientex eeonsieaingère. èusse l e/ati dees ce. m Lrmaekyt ,ns e 7e aral mFvmatanaldeo -or snoméi>i,eon d-or nabontés sees r ard uxtdormura ane» m a ra ucsS èu Ei sdn daei>ic!--iollons pmeaemef… ce uours cEF7èsn qu00e.uaisparuneiolèoliu XX< du imd.du aesselsEFp. sau,g0enfois -orrvml e>beip.es ctim">0000"=noira ".du eriutn>="LEFT">0000"=noira "o.du eoiran/spah5h">ic!-- ziesnunes railefpu - lina1(ee 00nerchinaiér’alunem194) lefiollons ple.urdlefrsblo dibarentmorsieuxformdsunrygdimentnessSe sanessSeu noeu mcle)no a) lollons peuif sgontés seesunvt-lolfetu vm iusueu ninCNTcesineGm pususeeses) obleCe ee 00nellefpu - lina1ei>izielxc. Ce ziesnlducegiuxquèusse l ec aesaic!2ale tanygnra i anp. ontéusees me ahefi91 aTouta ucs)i>ietife. muèusse eeseamog">Fsle.urdl le ee 00ne feee ei>ic!--7e eu lxrbes o(ex ereoaei>izieises e rs exphoca n. lfsd.>n Aro Dcer,le ecela L lorbm vura ee detmeaeu neesedn ldeese Dcer,lela i>iard uleCe ’)dqsekytlfmane les liesuscsiso;leL1hefpon e a e=b,g0endna uxlduc) sgra cermien i loeeosgrad a4) àau nisgeu n. muèusse 91 srncls ObidF752ale a ssgra ah4) a irmaneues sancsS ex. veemmeumalxrs 1aa ) a 7e -orl-orrcteur celrègon e aefpu - linales t7e tlfetiraflieese ingèr’)dlefliquunss qiEF7e besraémeunlment ninaiespeun 691ane» m a ra u tdoqueveu n. ec aeslforuxcelormlèvle.urdorm0nculice(36ains/52mlesrrsblL r: #Cra n. ar celLew ft-dleCdnot. Ole vntultan752ale ratioe. vmatanuahomobi -orrane» m a ra u me.pu i loq oa(36ie(37rsie Olqd.rreu lxsrmforme rsbl sgaspeunls ant - prsaondatable violt oeraei-orgatanoirhomculici>iuahomobuceane» m a ra u me.pu i loqrsieuxans5ntonSi>ic!--i, 7e ’aeEFirmju Lrm 19636itraati>icansi19637ce nmaleformlèvle.urda pu i loq o ssioeér mFolshec)xcelvmatansees r. m ecela) iqcl ie dnmalefion d&irmscslrms Arard uxuahooCleC’h Ealhamreu) a 7e eioorr sghropolosgaspeunlsa bidFard ux mcvutecs)45 (eu n(p. 64). n. hropologe atil Amienainces a irava.. m Lrmanti sscl mcb uxsees4) uxeecet o n lnevur e e 7) a) ieecee.urdese à -or a,uui, nononu(me quo;stdormurseuici>ic!2ale en i loeeo raBruer sgen inces a e 4) i>ia é DjirhomL1ai>i mFe quo;stceiq lfetirameaa myonss a iuxldeseuifane» m a ra uga7eceif reculrnoa ee 00ner ssilforev a4) sglol’aeh4) a >teaEFirsimbEF7ème.i>ioCemenn ldece. m LrmEF7è ssiont a4) . eec cela en veu ns veecefmmla x. e quo;sane» m a ra u, dsscil sr nans56icsLi>iedn l vhefpoveu n» m iea ont ëli-orrme.i>iraei,ila n. CNTcegfe n. eraei-orOr é e me.ei>iziememeldrava.. aldeo -orra lolfetu ane sur log"r aa e=b,g0ensra» ss: lcs)45 (n. hropo(p. 3euxldeseuifa) à co;in lo tcszilole&rsla leua ni>irenry"htdtrarmfo Dcie. Olmmsemeue e e 7formmeaarava.. sifetdselatil A ges ebes fol&r ssir é e me.in lmecert non Olq -orOlq ieauseleu squeme.obHetteacansi19637cs)5 mcb uculednsseaspeunlsa x. e quo;suahooCeane» m a ra u a) formuetrn. mcvuecellol mc atil AmirorgEFcelnt lef, dhef urai n. sme.pqd.rrzietide ) mF mcvuteila >Je/a mi Lr l, n. s atdselatil Agea4)a irmges ebesÉgdees, n. sohm vc la n. ve) a me ece oteulaspeun sm)a ianinxcel clu m #038uancel ietiefreni>iunvtmoa fuaiS èu C’h Ealham raBruerL. s atdselatil Agquolenssl iel e e centÀi>iololuxess fei -orra név ves és,n752agnooursdes , dturai0intieaileÙvml e>beila) iqfeuecece0» émnt milforcegi;ra ah4) us l rs, aalefosur dsosscl ie d» tceiq rsieuxansblis)Li>iedn lne»-orOraeitéet enlsra ah4) a irmifecra aile ssia) lfoin ie me.r: #qul&rsto tla ni>i752ale ane» m a ra uen i loeeoulazierandlnevurlol» m cx ésu fanceghmmscie.iltanhmms des .ei>iimolduoara pont a icsaaefs/oCea4)la n. v0000"=noira=/h3te ae9 typn>

    0000"=noira=/h3te ae9 typn>

    1tag"="LEFT">i752ale sur lflitie Tatidusurai Payouan75c7ces ctim">0000"=noira=/h3te ti">El mg rgume="wp-avocyleui Lr-sanies cor-topgh

    =n dorgume="wp-avocyleui Lr-pitnotimg cet='' src='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=100&d=tronk&r=g' srcset='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=200&d=tronk&r=g 2x'orgume='avalaimestlai-100hassto'th="182"'100' width='100' /"=nn ds=n dorgume="wp-avocyleui Lr- stygh

    n se e s">g"=/h3t=p"=n/s=p"=e dans 'a href=s se e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e s'vluele='Morclolels byr ise e s'>MorclPlels">g"e=np"=nn ds=nn ds =nn ds=!-- .md.ry-sanimd.s--> g">Ele dans
    Uahoy"htdtraTleforoy le dans 05/12/a m4h" href="a href= ise e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e sghluele="Andai svtémeurs atesflus n r ise e s"ll="eui Lr">n se e s">g"=/0000"=n0000". =natches> =ngtesflu> =nn ds=!-- .bilimd.s-cinks--> =/heants> y =n dorgume="md.ry-sanint"=n/spah5h

    El mg uon.="e gnotixn cet="gh0000"=n0000"=/

    0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">FevL pzimb) n laefnvebaie bsueur0ees ctim">0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">iAITLeu1872anci>iago Dcelviux a aol8unnuleumietl eLeurmalxiqrdseniTati cx d Cnegasosso mc. Uiilslula ômiececeermiaefau, ce)aLeuertanli>i Lruv( c. aefusine ai>iadap/ nononsoni>iago Dcelvme.lslupaymieanlegce vntumia 69rssg. Oiilol8tdora ason. snt dnci>icatea Tatiilsoni>iago DcelvuneMncqueac uxwid0iean4/00dae l rô asornemuermieuysm)neg(eansson>oa p S zol ith asoRrt rda Fouonsgoncs)LeuAamba nnul( mFFintnvesla)o Dcie.le)a sur ne unelolèoliu XX< du imd.du aesselscs)LeuBeun >bexmvs S mF si1asoo tla)o Dci dnsx Tvme.giuxzieu,y/elatilLeu1903es ctim">0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">Fevraeitéet eseuic. sa misatilrneont ls le lsoni>iago Dcels)p. , d cl ssinexv. e aeravaquel-orr 0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">0000"=n0000ae9 typn>

    0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">izieiraceOicsa, dH di d lhefa.rela ni>irgo Dc urai aeanorfs, dH di d lhefa.rela ni>irgo Dctmrurais isEclmsncaean’aeanci>iziflbide Seohee uoeu ossclil ëluetrsx afgesra ati">Fevmcscegnsmennfmmgete) )atiueeve)nasoLIPaeanass kibdretzrmitiefonda fncegsldu metmeg mgeours cu1970dagiuxm sata i>igiLe ne.ume fe t msol ecO ssiernevceOfeacpme.ni>iimo foatiilsna aiesatateoai>is vn» (Gerena Orweeccaeaniuxdon eveug eOf mnsseecea.ri -ora Ùvrnedne= pljx oa pum sle = pe bsueur0e ( lpraraOnfrayis)Dravas. lfsmm vc cs i>i» m ieas) omd.na1ManfregfeoxÙvrnem sedoa» ba urne)lrava.onaiespeun 69g i>iimb)teaasoci>ia)o DcimrEFimolrrs) pan>oa e i>ilglegl iuome.etcaefusine rneont ls le ’alme.ni>iam nee.urd i>igiG =diSrirs ies ctim">0000"=//span>

    0000"=.du eriutn>="LEFT">0000"=nodu eriutn>="LEFT">oa e i>ia)orme (azieraasmi ses Alsernesci um sucvn» asoci>ia)o Dcimr)lrava.oneohémba egaaymiteoa s:ant g.ur uxe)o Dcilveanaollè">Foatidaekacee.urd urmumegs dis)Ene feenl-orge=een nsx sve)ne8uanme.ni>i forme cen. a =d.- reba i>iA DcnovEFHu ieee.urdsolgdet mAlfei>illf la P tuEFejx ana0riquanL)a i>igi ra =dvench osldb saehote) s:hirmcsgniech dagiug eOsve osl qeguuèg eOau, cmiteoa abeoaenssan,eau8tdaeisoldrasg. Cqd.rrgéala Tatiisldsve) ieeeitéet eeenl-orgunsnstisangfe rsblL. Dy tcrasrsieuxans81cs)à ël e S hycp. me.n. eros ormdleu ce ara. Nne neél cscegrneofealqg eOssueur sgsLruv(oatiluorsaearroublaform9va(azieraasmieunas 92-93cs)eanni>iLe nee S t ans>oa pu, pli>ilLruv(oatiaslxsbliseOa cluqueaasngéala geoormemegejx ancu-nietrs oslalqp pmldrarmiecOo qm 3 oerava aninces ctim">0000"=n/span>

    iratcse/og ssiaiueuora ai>i mFekacsziais A ?nNe ne8 rason e-veceOeugcsgm slur Lr l, n9vaernt gai>i mFlileun irs?es ctim">0000"=//span>eag=">

    0000"=riran/spah5hlit es ctim">0000"=n/spa ti"id="sd rsetch

    0000"=n0000/ tispa ti"id="sd rse3th

    rira=/h3te / tispa ti"id="sd rse4th

    beenaFes ctim">0000"=n0000/ tispa ti"id="sd rse5th

    rira=/h3te / tispa ti"id="sd rsedth

    0000"=n0000/ tispa ti"id="sd rsetch

    0000"=riran/spah5hlit e/rira=/hrira=/h3te / tispa ti"id="sd rsetch

    Fernegaa afg,on>oeLrmiea ncu-nietrsoeravani>iziaso69i ataqu eOnes ebesÉol&csou efu mclecsou i>i mFaa tius l sm) pna0ertol&ns.rsieuxans207is)Qenl-orgeours cuauaa s>oa ,)eeuMLndchesrnr agiuxaei  aqeoecesu n u eOfveba nete)darolrmiaan eOért dsrradue afFn.amb rer eeeitéet emsncanans180is)e/rira=/hrira=/h3te / tispa ti"id="sd rse9y-l

    9es eoiran/spah5h">isemblepompfli/a mFevme.ni>ieeeirme efeup Sdes:a e î quel-orrcdies mes.rse/rira=/hrira=/h3te / tispa ti"sl ss="rgume="wp-avocyleui Lr-sanies cor-topgh

    =n dorgume="wp-avocyleui Lr-pitnotimg cet='' src='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=100&d=tronk&r=g' srcset='a href=1.s avalai.bil/avalai/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=200&d=tronk&r=g 2x'orgume='avalaimestlai-100hassto'th="182"'100' width='100' /"=nn ds=n dorgume="wp-avocyleui Lr- stygh

    a slf=smmges e s">g"=/h3t=p"=n/s=p"=e dans 'a href=s se e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e s'vluele='Morclolels byr ise e s'>MorclPlels">g"e=np"=nn ds=nn ds =nn ds=!-- .md.ry-sanimd.s--> H di d l, formqu la P tuTlefors eu 26nesrment oy le dans
    A)o Dciles ,Ooy le dans ICes siTati deeles ,Ooy le dans Sse tce eeles ,Ooy le dans 05/12/a m4h" href="a href= ise e s.oyp« el e.org/eui Lrnn se e sghluele="Andai svtémeurs atesflus n r ise e s"ll="eui Lr">n se e s">g"=/0000"=n0000". =natches> =ngtesflu> a ti"id="siquun ythdnot="widget- vath/oou="sldseee.ur yt> aaslf="id="seo D-1thsl ss="ridget widget_seo D"cl rebh/oou="seo D"ir lhod="get""id="seo D rebthsl ss="seo D rebthes) ob=" dans Resontim rsd ainper lignuimbli"x>o(unui aefootna""id="sch/m ainper lignuiscra""id="seo Dscra"">o(unuiResontim ch/m bexei vh mieanaoû 19619esh3clo00"width="3e="x ightix221thsrc=" dans://f-rmitie.hyabe-m ge-3e=x221.jpgthsl ss=" formergu form-9015 d. ,nla -mea.umu rze-mea.um"alitixn ctyou="max-width: 100%;x ightdeate;thsrcsetix dans://f-rmitie.hyabe-m ge-3e=x221.jpg 3e=w, dans://f-rmitie.hyabe-m ge-5e=x368.jpg 5e=w, dans://f-rmitie.hyabe-m ge.jpg 613wthsrzes="(max-width: 3e=px) 100vw, 3e=pxch/me5 slf= etslf="id="widget_sp_ form-1tchsl ss="ridget widget_sp_ form"clh3hsl ss="ridget-tir s: D slf=smmg mualv15 L)aaa u ! Pjx aHu, pve)s rCnee.urd ure8Omuaba : j aguiLraal.l su-or@we)odoo.fr)e/h3clo00"width="15="x ightix15="xlitixD slf=smmg mualv15 L)aaa u ! Pjx aHu, pve)s rCnee.urd ure8Omuaba : j aguiLraal.l su-or@we)odoo.fr)chsl ss=" d. ,nla -thumbueeeia e smm perchmax-width: 100%;thsrc=" dans://f-rmitie.hyaD slf=smmg'1b g obudea.e edi o L)saymitnxok vro twgcsta"lmuaTati >be neo la gcsce vntecO=diu lxii c "s>oa -eirmes"lh3hsl ss="ridget-tir s: Uie69rs Tne)a Ble goCnee/h3c Cei vGerenas Cesv>bera Uie69rs Tne)a Ble goCnee/ e/li l
  • Jeaan eOvemontim nsx nne ldugintmrEFfranç/ogaanziHe siTati d">Paerik@2Fes e/li l
  • JeaclmsCneg(beoaenss eOn. Bs cibgcsCahir» eOni>iIfetiratnssrn8OThl ez,)etc.">Pnt eeeiPradores e/li l lh3hsl ss="ridget-tir s: Éomquelaeiesh3cl ti"sl ss="magcrand">lacssl ss='rgumu -crand'h/oou='deee'-l ali ety ">ba-l fee="A)o Dcil (39Fnecée.urs): 1go Dcim Tlefe/li l ali ety ">ba-l fee="Aan(17Fnecée.urs): 1rres e/li l ali ety oa -eirme""sl ss="mu -crand-d "kvmu -d "k-65273vmu -d "k-tie Tati-3th">ba-l fee="A>oa s-eirmes (9Fnecée.urs): 1>oa s-eirmeses e/li l ali ety ">ba-l fee="Bolaesvel (37Fnecée.urs): Bolaesveles e/li l ali ety ">ba-l fee="Cael deel (27Fnecée.urs): Cael deeles e/li l ali ety ">ba-l fee="CGT (9Fnecée.urs): CGTes e/li l ali ety ">ba-l fee="Cisolman(1 mecée.urs): Cisolmaes e/li l ali ety ">ba-l fee="Ceait Ftdoralg0en(13mecée.urs): Ceait Ftdoralg0ees e/li l ali ety ">ba-l fee="CldugiuxgsoP >bgn(19Fnecée.urs): CldugiuxgsoP >bges e/li l ali ety ba-l fee="Cldugieelv(11 mmecée.urs): Cldugieeles e/li l ali ety ">ba-l fee="Ce vntul(9Fnecée.urs): Ce vntues e/li l ali ety ">ba-l fee="Equèrern(12mmecée.urs): Equèreres e/li l ali ety ">ba-l fee="Eformee.urn(13mecée.urs): Eformee.ures e/li l ali ety ">ba-l fee="E  s-Uieva(12mmecée.urs): E  s-Uieves e/li l ali ety ">ba-l fee="Fmhg"eelv(20imecée.urs): Fmhg"eeles e/li l ali ety ">ba-l fee=" araes (9Fnecée.urs): araeses e/li l ali ety ">ba-l fee=" araes d'ErirCne (21imecée.urs): araes d'ErirCnees e/li l ali ety ">ba-l fee="ICesileunuelb (64imecée.urs): ICesileunuelbes e/li l ali ety ">ba-l fee="Islama(12mmecée.urs): Islames e/li l ali ety ">ba-l fee="L eadarn&ns (9Fnecée.urs): L eadarn&nses e/li l ali ety ba-l fee="Lud.rra7ece (10imecée.urs): Lud.rra7ecees e/li l ali ety ">ba-l fee="Lol iiux(11imecée.urs): Lol iiues e/li l ali ety ">ba-l fee="h xmFme (39Fnecée.urs): h xmFmees e/li l ali ety ">ba-l fee="Mmmst= evmrn(13mecée.urs): Mmmst= evmres e/li l ali ety ">ba-l fee="Mudo la Ftdora (9Fnecée.urs): Mudo la Ftdora es e/li l ali ety ">ba-l fee="Nazevmr (10imecée.urs): Nazevmres e/li l ali ety ">ba-l fee="Odorirva(14imecée.urs): Odorirves e/li l ali ety ">ba-l fee="PCFa(11imecée.urs): PCFes e/li l ali ety ">ba-l fee="Ponegbex(23mecée.urs): Ponegbees e/li l ali ety ">ba-l fee="R52vurmc (9Fnecée.urs): R52vurmces e/li l ali ety Feeacrchsl ss="mu -crand-d "kvmu -d "k-4506vmu -d "k-tie Tati-31th">ba-l fee="Role>Feeacra(11imecée.urs): Role>Feeacres e/li l ali ety ">ba-l fee="Rolmutr (31imecée.urs): Rolmutres e/li l ali ety ">ba-l fee="RolmuaTati (43mecée.urs): RolmuaTaties e/li l ali ety ">ba-l fee="RolmuaTati Franç/og (18imecée.urs): RolmuaTati Franç/oges e/li l ali ety ">ba-l fee="RolmuaTati risr (30imecée.urs): RolmuaTati risres e/li l ali ety ">ba-l fee="Sscualq-iecratx(29Fnecée.urs): Sscualq-iecrates e/li l ali ety ">ba-l fee="S d.retmr (4 mecée.urs): S d.retmres e/li l ali ety ">ba-l fee="S ie "eelv(18imecée.urs): S ie "eeles e/li l ali ety ">ba-l fee="Sse tce eelx(23mecée.urs): Sse tce eeles e/li l ali ety ">ba-l fee="pomtskyvmr (19Fnecée.urs): pomtskyvmres e/li l ali ety ">ba-l fee="U8hmc r (9Fnecée.urs): U8hmc res e/li l ali ety ">ba-l fee="URSS (39Fnecée.urs): URSSes e/li l ali ety ">ba-l fee="Utop rx(2 mmecée.urs): Utop res e/li l ali ety ">ba-l fee="Viooualq (11imecée.urs): Viooualqes e/li l ali ety ">ba-l fee="Viooualq ljdeo -or (12mmecée.urs): Viooualq ljdeo -ores e/li l ah3hsl ss="ridget-tir s: 1 lxrcegrolsei iesh3c aul l ali aty bgcs10-18csclileun tarsblG =dbudda t ra>Jersie Ola 1 (radraalfrmitieiee)eeu2005cs)57 m4e , 9,d0i€sesa l e/li l ali aty K e E>oa, RosiFn. Rm ge,)P >bgcsÉdraalfsuAmFevrrsmEFejstf se eOP acsBuh Sdela 7del40v4e , 20i€sesa l e/li l ali aty ps si,imRimb)el,cQ-eadFn. gau8h)u rolzimb) esis)L91PSU, >Feoa e i>i mFaa tium satueeve,19660-1989,)P >bgcsL. Dcesudo ae, 380v4e , 2016del4s)50i€sesa l e/li l ali aty PeevraBagge,)Fela a"lfeeee aLi>i >Feoa e i .am vtxSengra P >bgcsNadi,)la 7de120i4e , 18i€sesa l e/li l ali aty VikarmiyaaanPu n8OLajoyL, Eeoacegrm geg. L. e eadarn&ns eOsscualq-iecratns èlomquea P >bgcsPirenhi,)clileun tars Ialqueur fu&n »,)la 7de320i4e , 26,50i€sesa l e/li l lh3hsl ss="ridget-tir s: Caadagt>beiesh3c aul l alihsl ss="e -rasma-rasm-34135t ety As)e deoneg/nNewiesa> (74) lacssl ss='Dclaa n'-l alihsl ss="e -rasma-rasm-459775t ety A)orflq eOclil-orgesa> (4) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-187">ety Atel»me.su arièoatesa> (8) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-459818">ety Déala gsurnnegsudo la udorirgaanrolmuaTatiueeveiesa> (10) Cle aegpomtskyvaeiesa> (1) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-459821t>ety LCR/NPAesa> (6) D aieeops)saïdesa> (3) l/li l ety Maoïhmeesa> (1) l/li l a/ul l<5li alihsl ss="e -rasma-rasm-726671t>ety (55) l/li lety (88) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-2996t>ety (3) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-34134t>ety ety ety ety ety H>Feoa e ce vntuileesa> (55) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-459773t>ety H>Feoa e, >Feo- ) s:hiresa> (220) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-1463572t>ety ety ety Fcrat) form>beenesa> (9) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-47023tc>ety Roe=a rira ljdaresa> (2) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-61095=">ety Sscualq-Fcratesa> (25) l/li l MmhornssEFHmhorCne esa> (83) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-1977">ety Philoso:hiresa> (15) l/li l Sscualqgejd eque esa> (36) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-871t>ety ety (3) lacssl ss='Dclaa n'-l alihsl ss="e -rasma-rasm-459831t>ety M xmFmeesa> (3) l/li lMudo la nemuaTatiueevegaanmudo e.urFtdora esa> (258) lacssl ss='Dclaa n'-l alihsl ss="e -rasma-rasm-6133t>ety A eccén8 deemeesa> (6) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-la =">ety ety Bolaesveles (50) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-2427">ety ety ety ety Francsesa> (6) LCResa> (2) l/li l a5ul l<5li alihsl ss="e -rasma-rasm-61093tc>ety ety ety ety ety .axmFmeesa> (33) Ateoaergesa> (8) l/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-1985t ety At »esa> (7) Aithisrresa> (1) e/li l alihsl ss="e -rasma-rasm-324945t>ety ety 19dlvsièrceesa> (6) lacssl ss='Dclaa n'-l alihsl ss="e -rasma-rasm-11 =">ety ety eimg width="15="x ightix141"alitixL. "lmueameceunmc -oe)eeumsCnethsl ss=" d. ,nla -15=x141ia e smm perchmax-width: 100%;thsrc=" dans://f-rmitie.hyaJe-1thsl ss="ridget widget_o Dc>Jt>eh3hsl ss="ridget-tir s: 1 Dc>Jee/h3c lac l ali>ety <' dans aolsemb u)la 7esa>l/li l ali>ety <' dans novemb u)la 7esa>l/li l ali>ety <' dans octob u)la 7esa>l/li l ali>ety <' dans sqp emb u)la 7esa>l/li l ali>ety <' dans aoû 1la 7esa>l/li l ali>ety <' dans juiLraanla 7esa>l/li l ali>ety <' dans juieu20 7esa>l/li l ali>ety <' dans irau20 7esa>l/li l ali>ety <' dans aorilu20 7esa>l/li l ali>ety <' dans irg20 7esa>l/li l ali>ety <' dans folmrnr 20 7esa>l/li l ali>ety <' dans jano t 20 7esa>l/li l ali>ety <' dans aolsemb u)la efo e/li l ali>ety <' dans novemb u)la efo e/li l ali>ety <' dans octob u)la efo e/li l ali>ety <' dans sqp emb u)la efo e/li l ali>ety <' dans aoû 1la efo e/li l ali>ety <' dans juiLraanla efo e/li l ali>ety <' dans juieu20 efo e/li l ali>ety <' dans irau20 efo e/li l ali>ety <' dans aorilu20 efo e/li l ali>ety <' dans irg20 efo e/li l ali>ety <' dans folmrnr 20 efo e/li l ali>ety <' dans jano t 20 efo e/li l ali>ety <' dans aolsemb u)la 512 e/li l ali>ety <' dans novemb u)la 512 e/li l ali>ety <' dans octob u)la 512 e/li l ali>ety <' dans sqp emb u)la 512 e/li l ali>ety <' dans aoû 1la 512 e/li l ali>ety <' dans juiLraanla 512 e/li l ali>ety <' dans juieu20 512 e/li l ali>ety <' dans irau20 512 e/li l ali>ety <' dans aorilu20 512 e/li l ali>ety <' dans irg20 512 e/li l ali>ety <' dans folmrnr 20 512 e/li l ali>ety <' dans jano t 20 512 e/li l ali>ety <' dans aolsemb u)la /12 e/li l ali>ety <' dans novemb u)la /12 e/li l ali>ety <' dans octob u)la /12 e/li l ali>ety <' dans sqp emb u)la /12 e/li l ali>ety <' dans aoû 1la /12 e/li l ali>ety <' dans juiLraanla /12 e/li l ali>ety <' dans juieu20 /12 e/li l ali>ety <' dans irau20 /12 e/li l ali>ety <' dans aorilu20 /12 e/li l ali>ety <' dans irg20 /12 e/li l ali>ety <' dans folmrnr 20 /12 e/li l ali>ety <' dans jano t 20 /12 e/li l ali>ety <' dans aolsemb u)la 3esa>l/li l ali>ety <' dans novemb u)la 3esa>l/li l ali>ety <' dans octob u)la 3esa>l/li l ali>ety <' dans sqp emb u)la 3esa>l/li l ali>ety <' dans aoû 1la 3esa>l/li l ali>ety <' dans juiLraanla 3esa>l/li l ali>ety <' dans juieu20 3esa>l/li l ali>ety <' dans irau20 3esa>l/li l ali>ety <' dans aorilu20 3esa>l/li l ali>ety <' dans irg20 3esa>l/li l ali>ety <' dans folmrnr 20 3esa>l/li l ali>ety <' dans jano t 20 3esa>l/li l ali>ety <' dans aolsemb u)la 2esa>l/li l ali>ety <' dans novemb u)la 2esa>l/li l ali>ety <' dans octob u)la 2esa>l/li l ali>ety <' dans sqp emb u)la 2esa>l/li l ali>ety <' dans aoû 1la 2esa>l/li l ali>ety <' dans juiLraanla 2esa>l/li l a5ul l a5 slf= a5 tis a5 tis l roevraid="clio:htch/oou="slaes enfoy-luel ti"sl ss=" ras-zifoy-lue Hya -nety CeOcarnaandoanneaaèruead'Hyalbr/mety Fluxndq ese tceoatesa> -nety Croldrasesa> -nISSN: 2265-5603ebr/> at hrefix dans://wordpnssg.ren/" tir s="Pl e- rme eOpn qmaat terson)elneme.laejziHe eOn. eolma eque >Flg0ee.urdteoeulséi4er WordPnssgesa> <5 tis l/ oevrs <5 tis oelxipt"> ver _paq = _paq || []; // trackvrar lhodnnike "setCuFeomDie.usatchshould beOcalned be re "trackPe V tw" _paq.push(['setCuFeomV >bable',19, 'Doe=in',1géala .doe=in, '4e ']); _paq.push(['enableCrossDoe=inL "krng']); _paq.push(["setDéala Titce ,1géala .doe=in + "/" + géala .tir s]); _paq.push(['trackPe V tw']); _paq.push(['enableL "kTrackrng']); (funcrat() { ver uix dans://pk.l borceo.ren/"; _paq.push(['setTrackerUrl',1u+'pk.php']); _paq.push(['setSrasId',1'4']); ver d=géala , g=d.lxe eEeee.ur('elxipt'cs)s=d.mbtEeee.ursByTagName('elxipt'c[0]; g.lignu'mbli/js>oelxipt'; g.aesec=true; g.defer=true; g.src=u+'pk.js'; s.4ers Node.i)s rtBe re(g,s); })(); e/rlxipt> oelxipt"hsrc=" dans://Fee ec-rmitie.opb)edraalf.ren/opb)barre/js/rceo.js?d e=20 4-12-01t>e/rlxipt> oelxipt"hsrc=" dans://Fee ec-rmitie.opb)edraalf.ren/js/jquery.jsonp-laaeit.emi.jst>e/rlxipt> oelxipt"se/rlxipt> l ti"id="opb)barre"> l ti"sl ss="opb)edraalf"> l ti> l ti"sl ss="first"> lt hrefix dan://www.opb)edraalf.ren">OtenEdraalfesa> lacssl ss="sube.uunav-toggl.-ghow"> lli> OtenEdraalf Blok e/rirn> ety <" dans erirnhsl ss="tir s">OtenEdraalf Blok e/rirn>Livnss)eeusscualqs humranegaans d. dJee/a>l/li ali>ety <" dans l/li ali>ety <" dans &Eact ;draesrse/a>l/li ali>ety <" dans E savorn plugesa>e/li> <5ul l/li l lli> OtenEdraalf J srnal e/rirn> ety <" dans erirnhsl ss="tir s">OtenEdraalf J srnal e/rirn>Rlmues)eeusscualqs humranegaans d. dJee/a>l/li ali>ety <" dans l/li ali>ety <" dans E savorn plugesa>e/li> <5ul l/li l lli> Ciee de/rirn> ety <" dans erirnhsl ss="tir s">Ciee de/rirn>A)orflq nsscuatifque esa>l/li ali>ety <" dans l/li ali>ety <" dans E savorn plugesa>e/li> <5ul l/li l lli> Hya