Archives mensuelles : décembre 2014

Saïd Sayrafiezadeh, Le jour où les skateboards seront gratuits, Paris, Calmann-Lévy, 2014, 320 pages, 19,90 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

En sous titre, ce livre traduit de l’américain est indiqué comme un récit. En effet, plus qu’un roman, ce texte se présente comme le récit de l’enfance de l’auteur, dont les parents militaient au Socialist Workers Party (SWP) dans les années soixante. C’est l’interrogation à sa mère sur ce qu’est le socialisme par l’enfant et la réponse de cette dernière : « C’est le jour où les skateboards seront gratuits », qui fournit le titre de l’ouvrage. Ce récit se lit avec plaisir et grand intérêt. En effet, le destin de l’auteur est assez singulier. Son père, Mahmoud, d’origine iranienne arrive aux États-Unis au début des années soixante, pour fuir le régime du Shah, et aussi pour y achever une thèse de mathématiques. Il y rencontre celle qui deviendra sa mère, Martha, juive américaine. C’est à l’occasion d’une réunion contre la guerre du Vietnam qui mobilise le campus que le couple adhère au principal groupe trotskyste américain, le SWP. Très rapidement son père devient militant professionnel (à plein temps, donc), tandis que sa mère renonce à sa carrière envisagée d’écrivaine pour « faire bouillir la marmite ». Le couple ne résiste pas très longtemps à cette vie, largement à contre-courant des aspirations de la société américaine. Ses parents se séparent, Saïd restant vivre avec sa mère, qui poursuit son engagement dans l’organisation révolutionnaire. Son récit est teinté à la fois d’amertume et d’ironie pour la vie que le statut déclassé de sa mère lui impose. En effet, l’enfant puis l’adolescent se trouve en permanence décalé, vivant dans des logements malcommodes et dégradés, fréquentant des écoles essentiellement peuplées de noirs. Ses rares amis vivent dans une certaine aisance, alors que lui-même subit la vie ascétique imposée par sa mère. De son père, il n’a que de lointains échos, ne le rencontrant, brièvement, qu’à l’occasion des regroupements annuels organisés par le SWP. En grandissant, la distance entre ses aspirations et celle du milieu et du style de vie militant l’indispose de plus en plus. Il ne supporte pas par exemple l’amoncellement des numéros de The Militant (hebdomadaire du SWP), qui s’accumulent dans l’appartement, et fait s’étonner ses fréquentations. Si tout est politique, la frustration ressentie ne cesse de croître, car il n’a pas le droit, durant des années, de manger du raisin, en raison de l’appel au boycott lancé par les syndicats de travailleurs agricoles. De même, boire un coca ou manger une glace n’est possible qu’en l’absence de sa mère. 

A la chute du Shah, en 1979, son père regagne l’Iran, avec quelques dizaines d’étudiants iraniens gagnés à la cause de la révolution mondiale dans leur exil américain. Il apprend que Mahmoud participe à l’élection présidentielle, au nom de son parti, contre l’ayatollah Khomeiny. Il est emprisonné par la suite durant une longue période. Au moment de la prise des otages américains à Téhéran, l’adolescent est pris en tenaille entre ses convictions anti-impérialistes qu’il partage avec sa mère et l’hystérie anti-iranienne qui submerge les États-Unis. Il finit par retrouver son père, libéré de prison et de retour aux États-Unis, toujours militant internationaliste, tandis que sa mère finit par rompre son engagement trotskyste. Si lui-même s’éloigne lui aussi de l’univers politique et militant, il n’en garde pas moins des souvenirs parfois cocasses de cette longue période de sa vie, nourris par un humour ravageur. On se contentera d’en fournir une courte illustration : « Tous les grands révolutionnaires vont en prison (…) De même que Staline, Malcom X, Castro, le Che, Debs et Rosa Luxemburg, Jack Barnes [dirigeant du SWP] n’est jamais allé en prison, mais il y a toujours une exception à la règle » (p. 257).

En attendant qu’effectivement les skateboards deviennent gratuits, on peut découvrir ce récit, témoignage parfois douloureux, souvent cocasse, de l’enfance d’un Red diaper baby1.

1Aux États-Unis, cette expression est utilisée pour désigner un enfant dont les parents sont communistes ou d’extrême gauche, quel que soit l’affiliation partisane de ceux-ci. (Merci à Christian Beuvain pour ce renseignement).

Eddy Vaccaro, Maximien Le Roy, Anne-Claire Jouvray, Espana la Vida, Paris, Casterman, 2013, 119 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son titre et la couverture l’indiquent, le thème de cette bande dessinée est la guerre d’Espagne. L’histoire commence à Paris, en 1937, par les exécrables relations que Léo, jeune étudiant de bonne famille mais anarchiste, entretient avec sa mère. Ne se trouvant guère plus à l’aise avec sa fiancée, Louise, il décide, finalement, de rejoindre l’Espagne après la lecture d’ un document sur la colonne Durutti, que Victor Serge, venu faire une conférence à Paris, lui confie. Le voyage jusqu’en Espagne est tout sauf une partie de plaisir, en particulier pour franchir la frontière. Finalement, il parvient à rejoindre le groupe Durutti à Bulajaraloz. Il est témoin des premiers combats et de la politique antireligieuse menée par les anarchistes, présentée par les auteurs comme opposée aux aspirations des paysans. Puis, c’est le départ pour le front, et la guerre, la vraie, contre les troupes marocaines de Franco, les fameux Maures. Accidentellement blessé, tandis que sa compagnie compte plusieurs morts après de sévères affrontements, il est temporairement éloigné du front. Remis sur pied, il participe finalement à la dernière grande bataille, celle de l’Ebre, échec supplémentaire de l’armée républicaine. La décision du gouvernement républicain de faire partir les Brigades internationales et les volontaires étrangers le contraint à revenir en France, quelques semaines avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Léo décide alors de reprendre le chemin de l’exil, pour l’Angleterre, pour y poursuivre son combat contre les fascistes, combat qu’il avait entamé en Espagne. Si l’on peut discuter l’influence de l’appel du 18 juin du général de Gaulle sur sa décision de rendre en Angleterre, la partie du récit portant sur la guerre en Espagne est parfaitement contextualisée (la non-intervention, l’armement soviétique, la fermeture des frontières, etc.). A la fiabilité documentaire du récit s’ajoute un réel plaisir de lecture. Le dessin est soigné, le trait, le jeu sur les cadrages ou l’usage de la couleur sont parfaitement maîtrisés. Si l’on y ajoute un scénario subtil, faisant intervenir les relations de Léo à son père, on obtient une bande dessinée d’excellente facture où le plaisir des yeux rejoint celui du texte.

Marc Ferro, La Vérité sur la tragédie des Romanov, Paris, Tallandier, collection « Texto », 2012, 224 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marc Ferro, historien réputé et ancien codirecteur des Annales, avait débuté sa carrière de chercheur avec une thèse consacrée à la révolution russe, étude dans laquelle il se différenciait de l’école « totalitaire », et insistait sur la nature profondément populaire du phénomène, ne la réduisant donc pas à un processus conduit et instrumentalisé par les bolcheviques1. Il avait d’ailleurs écrit régulièrement sur le sujet, livrant également, au début des années 1990, une biographie de Nicolas II. C’est sur la fin du dernier tsar et de sa famille qu’il revient dans ce petit opuscule, à l’occasion de la découverte de quelques documents inédits.

Rappelant les témoignages divergents qui existent sur le sujet, souvent saisi par une certaine historiographie pour stigmatiser la cruauté supposée des bolcheviques2, Marc Ferro estime qu’en juillet 1918, à Ekaterinbourg, dans l’Oural, seul le tsar a été exécuté. Sa famille aurait alors été mise à l’abri à Perm, puis Moscou, de par la volonté des dirigeants bolcheviques, afin de disposer d’un élément crucial dans les négociations avec l’empire allemand. Le pouvoir bolchevique espérait de la sorte enrayer toute possibilité de reprise des hostilités avec l’Allemagne, et négocier en retour la libération de révolutionnaires allemands, à commencer par Karl Liebknecht3. Le contexte extrêmement tendu est efficacement rappelé, le jeune pouvoir soviétique étant en butte aux assauts de ses opposants politiques « démocratiques » (les socialistes-révolutionnaires en particulier, qui créent à Samara un gouvernement antibolchevique), des Russes blancs et de pays étrangers (la France et le Royaume-Uni initiaient alors leur intervention en Russie). De même, à l’instar de ce que Jean-Clément Martin décrivait dans le cadre de la Révolution française4, le pouvoir est alors fragmenté en une multitude de noyaux, les bolcheviques d’Ekaterinbourg disposant de ce fait d’une marge de manœuvre dans leur décision d’exécuter Nicolas II. Ils subissaient également la pression des socialistes-révolutionnaires de gauche, désormais opposés au pouvoir du Conseil des commissaires du peuple, et qui cherchaient à toute force à s’en prendre aux représentants du militarisme allemand (ils exécutent l’ambassadeur allemand, le comte Mirbach, le 6 juillet 1918), demandant également la mort de toute la famille impériale.

Il n’empêche que cette thèse reste une possibilité pour laquelle le faisceau de preuves irréfutables demeure incomplet. Sans compter qu’un certain nombre de points demeurent obscurs : quid du sort du tsarévitch ? L’hypothèse d’une adoption par un soldat rouge, et d’une survivance permettant même à Alexis de fonder famille et d’avoir un fils, Oleg Filatov, semble pour le moins très ténue. Pourquoi Anastasia, alias Anna Anderson, si elle a effectivement survécu de manière séparée de ses sœurs et de sa mère grâce à sa fuite, n’a-t-elle pas été ultérieurement recontactée par celles-ci ? On a également du mal à s’expliquer le témoignage de Trotsky, écrit une quinzaine d’année plus tard5, qui évoque le massacre de toute la famille Romanov. Quel intérêt y aurait-il eu pour les bolcheviques à dissimuler la réalité des faits, une fois l’empire allemand abattu (en dehors d’une éventuelle contradiction avec la volonté proclamée de mettre fin à toute diplomatie secrète), et plus encore de le dissimuler à Trotsky ? Ou alors, si ce dernier connaissait les événements, pourquoi ne les a-t-il jamais exposés, alors que l’on connaît son assurance dans l’idée d’assumer les actes de la guerre civile, jusqu’à la répression de Cronstadt ? On le voit, bien des interrogations demeurent, et cet ouvrage n’épuise donc pas le sujet.

1Marc Ferro, La Révolution de 1917, Paris, Albin Michel, 1997 (première édition en 1967). Du même, citons en particulier Des Soviets au communisme bureaucratique : les mécanismes d’une subversion, Paris, Julliard, collection « Archives », 1980 (tous ouvrages qui seront ultérieurement chroniqués sur notre blog dans le cadre du centenaire de la révolution d’Octobre).

2A cet égard, on peut estimer que le choix du terme de « tragédie » véhicule une part d’empathie, quand bien même le contenu de l’ouvrage fait preuve d’un souci de scientificité incontestable, Marc Ferro renvoyant les Blancs et les Rouges dos-à-dos dans leur construction réciproque du mythe de l’exécution de toute la famille impériale.

3Qualifier cet accord de « premier échange ouest-est de l’histoire » est par contre largement abusif, le contexte étant foncièrement différent de celui de la guerre froide…

4Voir Jean-Clément Martin, Violence et révolution. Essai sur la naissance d’un mythe national, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2006, chroniqué sur ce blog.

5Trotsky, Journal d’exil, Paris, Gallimard, 1977, p. 113 à 115.

Loïc Locatelli Kournwsky, Maximilien Le Roy, Ni Dieu, ni Maître. Auguste Blanqui, l’Enfermé, Paris, Casterman, 2014, 208 pages, 23 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette bande dessinée historique s’ouvre par une scène assez méconnue de la Commune de Paris. Tandis qu’on se bat dans les rues de la capitale, une délégation est reçue par Adolphe Thiers pour lui proposer la libération d’Auguste Blanqui contre celle des otages détenus par la Commune. Refus logique de Thiers : il ne souhaite évidemment pas donner à la Commune un dirigeant tel que Blanqui. C’est dire l’importance que le gouvernement de Versailles accorde à la figure de celui-ci. Si nombre des textes de Blanqui sont disponibles grâce à des rééditions constantes, son influence sur certains militants contemporains attestée1, en revanche sa vie demeure généralement mal connue. Il existe bien entendu des biographies, déjà bien anciennes néanmoins2, mais cela n’invalide en rien une présentation des principales étapes de sa vie sous forme de bande dessinée. Auguste Blanqui a passé l’essentiel de sa vie emprisonné, assigné à résidence ou en exil, soit au total 43 années sur les 75 qu’il vécut, d’où son surnom de l’Enfermé. Le prétexte à cette narration est la venue d’un journaliste venu enquêter sur Blanqui alors qu’il est emprisonné. L’interview initiale se transforme alors en récit autobiographique. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir aussi bien les aspects politiques de la réflexion développée par ce révolutionnaire, que ses actes ou des éléments de sa vie privée, le tout occupant plus de 200 pages. Le dessin est volontiers naïf et peu élaboré, entremêlant sépia de la mémoire et couleur pour le récit en cours. On notera d’ailleurs qu’aucune indication n’est fournie (sauf erreur) sur la responsabilité de chacun des contributeurs quand au scénario ou au dessin. Ce livre se présente bien comme une œuvre collective.

Le récit se conclut de fort belle manière. A peine libéré, Auguste Blanqui publie un nouveau journal, dont le mot d’ordre est promis à un bel avenir : « Ni Dieu, ni Maître ». Si tout le monde connaît ce slogan, ceux qui liront cette bande dessinée sauront qu’il en est l’auteur.

1Parmi d’autres, citons Daniel Bensaïd qui a écrit de belles pages dans son ouvrage, Une radicalité joyeusement mélancolique, Paris, Textuel, 2010.

2Maurice Dommanget, Blanqui, Paris, EDI, 1970, pour une version ramassée ; Samuel Bernstein, Auguste Blanqui, Paris, François Maspero, 1970, pour une version plus étoffée.

Ward Moore, Frank Merriwell à la Maison Blanche (Frank Merriwell at the White House), James Blish, Nous Mourons nus (We All Die Naked), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques », 2014, 80 et 96 pages, 6 et 7 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Par le passé, nous avons longuement mis en lumière les précieuses parutions de la collection de science-fiction créée par les éditions du Passager clandestin, d’abord par une série de chroniques sur le blog de Dissidences, que complétait un entretien avec les responsables éditoriaux (http://dissidences.hypotheses.org/4125); ensuite, par un article publié dans notre revue électronique qui reprenait les dites chroniques, en les enrichissant des nouvelles parutions publiées entre-temps (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2790). Ce mois d’octobre 2014, deux titres supplémentaires sont sortis, qui nous donnent l’occasion de poursuivre ce suivi au long cours. 

Frank Merriwell à la Maison blanche est une nouvelle parue en 1973 (en 1974 pour la France), dans la revue Galaxie. Son auteur, Ward Moore (1903-1978), est ce qu’on peut appeler un petit maître, surtout connu pour son uchronique Autant en emporte le temps (Bring the Jubilee, 1955), basée sur une victoire des sudistes durant la guerre de Sécession, et un roman catastrophe, Encore un peu de verdure (Greener than you think, 1947), critique humoristique de ce à quoi peut conduire la science, ainsi que quelques nouvelles bien senties1. Le texte dont il est question ici est profondément ancré dans la culture, les mentalités et le système politique des États-Unis; d’où l’utilité de l’appareil critique très fouillé qui complète cette nouvelle. Stevenson Woolsey est un jeune bourgeois qui a pris l’habitude de faire et défaire les élections dans son secteur. Cherchant un nouveau candidat, il finit par se rabattre sur un prototype d’androïde mis au point par Willem von Ten Bosch, père de la jeune Aurélie, dont Steve est justement amoureux. Ce robot, rapidement rebaptisé Frank Merriwell (du nom d’un héros de fiction, étudiant modèle du début du XXe siècle), se distingue d’emblée par un discours profondément critique du progrès, qui parvient à séduire un électorat de plus en plus large. Après avoir remporté une première manche locale, et bien qu’ayant été démasqué quant à sa véritable nature (on peine d’ailleurs à croire que Steve n’ait pas mieux anticipé la curiosité des médias), Frank Merriwell entre au Congrès, avant de devenir président des États-Unis. L’évolution qu’il impulse, imitée dans le reste du monde, voit disparaître la guerre et le mode de vie de la société de consommation, au profit d’un retour à une ère pré-industrielle.

Le thème du robot utilisé pour diriger l’humanité n’est pas nouveau, surtout en 1973, mais même si le Frank Merriwell de Ward Moore semble pour l’essentiel respecter les lois de la robotique définies par Isaac Asimov, ce n’est pas là le cœur de sa problématique. L’essentiel reste en effet de tourner en dérision, en usant de poncifs de la science-fiction2, le système électoral et l’évolution de la société. Car si Ward Moore semble bien condamner la société des « Trente Glorieuses », ses conséquences écologiques comme la médiocre qualité de ses produits et l’aliénation qu’elle génère3, il semble également critique à l’égard de plusieurs aspects de la nouvelle vague des années 60, que ce soit l’émancipation de la femme ou les progrès de la contraception. Se rapprochant en partie de Marion Zimmer Bradley (La Vague montante, dans la même collection), il défend ainsi un modèle de vie qui se rapprocherait presque de celui des Amish.

Nous Mourons nus est signé pour sa part d’un grand auteur, appartenant à ce qu’on présente habituellement comme l’âge d’or de la science-fiction étatsunienne, les années 1940 et 1950. James Blish (1921-1975) est en effet un membre du groupe des Futurians (regroupant des auteurs progressistes, certains marxistes), que nous avions déjà évoqué avec un autre de ses participants, Damon Knight (auteur de l’excellent Le Royaume de Dieu dans la même collection). Écrivain prolifique, James Blish a produit entre autres Un Cas de conscience (1958), réflexion sur le bien et le mal à travers la comparaison entre une Terre paranoïaque et un monde extra-terrestre apparemment édénique, ou le cycle des « Villes nomades »4, manifeste de la foi de James Blish en la capacité de transcendance de l’espèce humaine5. La nouvelle choisie par Le Passager clandestin, jamais republiée en français depuis 1972 et sa parution dans un numéro spécial de la revue Fiction, s’intègre en réalité dans une démarche collective. C’est Arthur C. Clarke, autre géant de la science-fiction anglo-saxonne classique, qui avait en effet invité trois de ses confrères, à la fin des années 60, à imaginer l’avenir de l’humanité. Outre James Blish, Roger Zelazny et Robert Silverberg étaient de la partie. Nous Mourons nus est un texte un peu trop didactique parfois, mais qui possède un tel pouvoir d’anticipation qu’il en est fascinant. L’intrigue se déroule dans un futur guère éloigné, un début de XXIe siècle probable, dans lequel New-York est devenue une métropole partiellement noyée, où les habitants se déplacent par la voie aquatique. Alex y est un notable, responsable syndical des gestionnaires de déchets. Mais dans ce monde en déliquescence, la révélation de l’imminence de la fin du monde et la proposition qui lui est faite d’émigrer, avec quelques personnes qu’il aura préalablement sélectionnées, dans une colonie lunaire, le place dans un cas de conscience (sic) cornélien…

Disons-le franchement, Nous Mourons nus, qui est à ranger au côté du Continent perdu de Norman Spinrad, vaut davantage par sa description de cette Terre future que par son évocation des relations humaines, même si le choix fait par les divers personnages dénote un romantisme touchant. Influencé par les débuts de la prise de conscience écologique, James Blish, qui s’est visiblement solidement documenté, met en garde contre l’accroissement continu et exponentiel de la masse de déchets, due à la société de consommation, masse qui bouleverse l’écosystème terrestre. Sont ainsi évoqués l’enfouissement des déchets, susceptibles de provoquer des séismes, l’empoisonnement de l’air, imposant le port de masques respiratoires (« (…) l’ample beauté du ciel était devenue un océan de cancérigènes. », p.18), mais surtout l’effet de serre, qui explique la montée des eaux. James Blish imagine même ce qu’on appelle aujourd’hui un effet de seuil, ici le changement de la précession des équinoxes qui induit un bouleversement de l’écorce terrestre et jusqu’à l’implosion de la Lune. Un tableau qui confirme une fois de plus le rôle de sentinelle joué par la science-fiction.

1Je citerai seulement « Le vaisseau-fantôme », écrite à l’époque de la guerre de Corée, et dont la chute est une claire condamnation de la guerre technologique, partant de ce sur quoi risquait de déboucher la guerre froide d’alors. On la trouve au sommaire de Histoires de fins du monde, Paris, Le Livre de Poche, 1985.

2Le savant fou, nommément cité, complète le tableau.

3Sans machines dans les usines, « Il leur a peint le tableau tout rose d’une vie où il y aurait deux ou trois fois plus d’argent sur leurs fiches de paie pour deux fois moins d’heures de travail (…) Et que trouveraient-ils en rentrant chez eux avec leur nouveau salaire ? Eh bien, une vie sans publicité à la télévision, sans épouses harassées de travail, sans enfants névrosés, sans voitures (…) » (p. 43).

4Aux Hommes les étoiles (1957), Villes nomades (1962), La Terre est une idée (1959) et Un Coup de cymbales (1959) est une vaste histoire du futur des troisième et quatrième millénaires, alors que les mégapoles se mettent à pouvoir voler…

5Il est également l’auteur d’un travail biographique sur Roger Bacon. 

DOC(K)S. Morceaux choisis 1976-1989, Marseille, Al Dante, 2014, 1007 pages, 30 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet épais volume, à la couverture emblématique, rassemble une sélection des douze ans (1976-1989) de publication de la revue marseillaise Doc(k)s. Invitation aux voyages, depuis le Chili sous la dictature de Pinochet jusqu’en Chine post-maoïste – autour du dialogue Mang Ke-Bei Dao (lire également notre compte-rendu de Yang Yuping, Baudelaire et la Révolution culturelle chinoise (Paris, 2013) sur ce blog) –, en passant par l’Europe (Portugal, Espagne, Allemagne…), Doc(k)s offre un panorama de certains courants poétiques de ces années, localisant « sur le globe [et] tous les points chauds de cette culture « autre » » (p. 813). Cependant, l’étude est parfois plus descriptive – énumérant les noms (des auteurs, des revues, etc.) et tendances – que théorique, ne dégageant pas toujours les enjeux formels et conceptuels de ces courants. Par ailleurs, nombre de textes reproduits ici ne sont pas traduits.

À la lecture, certaines affinités avec les expériences du groupe lettriste semblent se dégager – Gil J. Wolman d’ailleurs intervient à deux reprises ici –, alors qu’un extrait de son successeur, l’Internationale situationniste, « Le retour de Charles Fourier », est publié (p. 645) ainsi que quelques travaux d’Angéline Neveu (p. 364 et suivantes), un temps (au lendemain de Mai 68) proche également des situationnistes. Cependant, Doc(k)s s’intéresse particulièrement au Mail-Art (on notera les cartes postales publiées, notamment celles porteuses d’une ironie grinçante, p. 207 et suivantes), à la poésie concrète et surtout à la poésie visuelle ou, plus précisément, pour reprendre les termes de Bernard Heidsieck, à « la poésie, au-delà du livre et [qui] sans l’éliminer, s’est efforcée de se « donner » à voir » (p. 810). Au fil des pages, le lecteur croise des noms plus ou moins connus (Nanni Balestrini, Ghérasim Luca, Serge Pey…) et apprécie entre autres la beauté des poèmes de Jean-François Bory (p. 614) et de Francis Ponge (p. 903), les équations poétiques ou musicales de Julien Blaine (p. 903) et d’Eugenio Miccini (p. 679), les réécritures de Mario Borillo (p. 142) et d’Alain Schifres (p. 757), l’arborescence du Myrthe de Christian Gabrielle Guez Ricord (p. 857)…

Si la revue se concentre principalement sur l’expérimentation, elle ouvre cependant des pistes théoriques, à partir desquelles mieux appréhender son ambition de trouver « un langage de l’action ». Il s’agissait de restituer la poésie « au cœur de la place publique » (p. 764), de « retourner la peau même du poème, et de passif qu’il était sur le papier en situation d’attente vaine, le rendre actif et le faire entendre (sinon voir) » (p. 811), d’atteindre « le hors-cadre, le hors-livre – l’entour social, politique dans lequel le lecteur fait précisément vivre le volume en l’ouvrant, en soulevant son sens dans l’atmosphère présente » (p. 974), sans se leurrer pour autant sur les pouvoirs directs de ce langage, comme en témoigne lucidement l’amer « Ceci est-il culturel ? », ajouté comme titre à une photo d’un extrait de journal, évoquant la violence politique au Salvador en 1980 (p. 370). Dans son intéressante postface, Stéphanie Éligert interroge justement « l’action textuelle de Doc(k)s » (p. 967). Enfin, Julien Blaine, à l’origine de la revue, la replace dans le contexte de l’échec « toujours d’actualité, toujours en exercice, toujours en pratique » (p. 955) de Mai 68, rappelant qu’en 1969, il avait déjà créé le journal underground Géranonymo et qu’il participa à l’aventure de Libération (« 1970, 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, journaux, luttes, journaux, luttes, journaux, lutte » (p. 962)). Bien sûr, Doc(k)s ne représente pas l’ensemble des courants poétiques des années 1970 et 1980, mais il signale, à son niveau, cette « lutte hargneuse, souterraine et radicale contre une histoire qui s’écoule en voulant effacer de ses archives la possibilité révolutionnaire que 68 a frôlée » (p. 978).

Eddie Breuil, Du Nouveau chez Rimbaud, Paris, Honoré Champion, 2014, 196 pages, 29 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans ce bref essai, Eddie Breuil revient sur le compagnonnage de Germain Nouveau et Arthur Rimbaud, à Londres notamment, en 1873-1874, en mettant en avant une thèse audacieuse : les Illuminations auraient en réalité été écrites par Nouveau et non Rimbaud ! Ainsi, alors que les éditeurs tendent à présenter ce recueil comme une œuvre aboutie, il rappelle que « les Illuminations sont un recueil non autorisé réunissant des manuscrits non signés portant les mains de Nouveau et de Rimbaud transcrits entre 1873 et 1874. Pour ce recueil, rien n’est sûr : ni le titre, ni le contenu, ni le classement des textes » (p. 15).

Si la critique du travail éditorial et de l’occultation ou de la sous-estimation systématique du rôle joué par Nouveau auprès de Rimbaud – « le témoin majeur » comme l’écrit avec raison l’auteur (p. 95) – est aussi nécessaire que stimulante, la thèse de l’auteur ne convainc guère. Il semble, qu’emporté par sa démonstration, Eddie Breuil en vienne à des affirmations péremptoires. Ainsi, s’appuyer sur le témoignage tardif (1923) d’Ernest Delahaye (p. 19-20) alors qu’il n’en avait pas fait mention auparavant, pour écarter celui de Paul Verlaine (p. 37) paraît quelque peu arbitraire. Il en va de même pour la double affirmation selon laquelle « l’attribution des textes [des Illuminations] à Rimbaud ne repose sur aucun élément » et que « Rimbaud, à l’époque du compagnonnage avec Nouveau, n’écrit plus de littérature » (p. 163-164).

Tout à sa démonstration, l’auteur avance néanmoins des éléments troublants, plus particulièrement par rapport aux poèmes Villes, qui font parties des Illuminations. Cependant, la lecture de ce recueil sous un angle strictement biographique n’est pas plus convaincante pour Nouveau que pour Rimbaud. De plus, le repérage des mêmes occurrences dans d’autres poèmes de Rimbaud a ses limites au vu du nombre peu élevé de ses écrits, et la « tradition éditoriale » ne serait pas seule à mettre en cause puisque de nombreux critiques ont attribué la paternité des Illuminations à Rimbaud.

De manière générale, les arguments mis en avant plus positivement pour prouver que ces poèmes auraient été écrits par Nouveau souffrent d’un penchant quelque peu naturaliste, s’arrêtant parfois trop étroitement à la thématique. Ainsi, lorsque Eddie Breuil souligne, à juste titre, les évocations théâtrales, picturales des Illuminations – théâtre et peinture avec lesquels Nouveau a plus d’affinité –, mais sans voir que celles-ci sont coulées et synthétisées à un niveau plus organique, dans les rues des villes, l’exil, les voyages et les affrontements au cœur de ces poèmes. Prétendre que Barbare évoque « simplement les différents stands, kiosques ou « pavillons » présents dans les parcs et bals de la seconde moitié du XIXe siècle » (p. 91), que le poème Villes décrit « simplement des éléments de lieux réels, dont le jardin Mabille » (p. 113) et qu’« en réalité, les « Illuminations » évoquent simplement l’ambiance nocturne d’un éclairage intense » (p. 123), comme dans ledit jardin, est réducteur.

Étrangement, l’auteur n’interroge pas l’entièreté des poèmes des Illuminations, précisément ceux, la grande majorité, où la voix de Rimbaud se fait entendre, hanté par les mêmes obsessions que l’on retrouve dans Une Saison en enfer et dans d’autres écrits. Car il existe bien malgré tout une certaine cohérence interne à l’ensemble de ces pièces, et entre celles-ci et d’autres poèmes de Rimbaud. L’absence de toute référence à la Commune de Paris, pourtant fondamentale pour éclairer la poésie de Rimbaud – éclairage mis en avant ces dernières années par Kristin Ross, Yves Reboul et Steve Murphy –, me paraît l’une des clés pour expliquer ce point aveugle dans cet essai et pointer l’une des faiblesses de la thèse du livre.

Eddie Breuil cite André Breton, écrivant : « saura-t-on jamais quelle part de réciprocité fut mise alors entre ces deux êtres de génie [Nouveau et Rimbaud] ? » (p. 163). L’enjeu me semble là ; dans la nécessité de réévaluer la poésie et le rôle de Nouveau, notamment auprès et avec Rimbaud, mais sans forcément devoir opposer ou choisir l’un contre l’autre. Quelle influence le premier exerça sur le second et sur l’écriture des Illuminations ? Certains poèmes sont-ils de Nouveau ou auraient-ils pu être écrits à quatre mains ? Espérons que le débat et les recherches emprunteront une voie rigoureuse, sans céder à la polémique.

Agustin Guillamon, Espagne 1937. Josep Rebull, la voie révolutionnaire, Paris, Spartacus, 2014, 170 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

C’est une pièce importante pour la compréhension des débats suscités par la révolution espagnole qui nous est livré avec ce livre. Josep Rebull était un militant du BOC (Bloc ouvrier et paysan, courant marxiste dirigée par Joaquim Maurin1, qui en fusionnant en 1935 avec la Gauche Communiste (dirigée par Andres Nin), donna naissance au POUM. Un premier chapitre est d’ailleurs consacré à exposer les éléments essentiels de la biographie de Rebull, où il assume des tâches de direction au POUM, durant la révolution espagnole puis dans l’exil. Le POUM choisit de soutenir le Front populaire, ce qui lui valu une série de critiques de Léon Trotsky, causant la rupture d’avec celui-ci. Un article, apparemment inédit, de Julian Gorkin2, militant du POUM, daté de 1939-1940, précise d’ailleurs les critiques essentielles de Léon Trotsky à l’égard de la politique du POUM. Critiques qui peuvent se résumer au choix de la signature du pacte de Front populaire, puis la participation au gouvernement à Madrid et à la Generalitat à Barcelone. Josep Rebull était un des rares militants s’opposant à la perspective d’intégration au Front populaire. A l’occasion du deuxième congrès du POUM, qui devait se tenir en mai 1937, mais qui ne put se réunir du fait du soulèvement de début mai à Barcelone et de l’interdiction du POUM qui s’en suivit, un bulletin intérieur de discussion fut publié. A cette occasion, la cellule 72, celle dont Rebull était militant, pu faire part de son opposition au ralliement au Front populaire. Rebull défend la perspective d’un Front ouvrier révolutionnaire, alternatif à la stratégie du Front populaire. Ses conceptions politiques, disséminées dans plusieurs contributions, qui constituent l’essentiel du chapitre III du livre peuvent se résumer ainsi : une perspective révolutionnaire doit s’appuyer sur les comités populaires surgis après le coup d’État de juillet 36 pour les transformer en organes conseillistes/soviétiques. Josep Rebull, pour défendre ses perspectives, fait montre d’une importante culture révolutionnaire internationale, s’appuyant notamment sur l’exemple de la révolution allemande de 1918-1921 et du processus en cours en Espagne (en revanche, l’exemple russe ne semble guère l’inspirer). En fait, selon lui, la direction du POUM (composée essentiellement d’anciens dirigeants de la Gauche communiste, du fait de la disparition de Maurin) n’a pas été en mesure d’affirmer une politique révolutionnaire indépendante, s’alignant sur les positions pour le moins contradictoires et hésitantes de la CNT. Il exprime sans détour une critique très forte du positionnement cénétiste, en particulier lors du soulèvement de Barcelone en mai 37. De fait, l’essentiel du recul des forces révolutionnaires est attribué à l’impéritie des libertaires. Pour lui, les dirigeants anarchistes, « comme tous les réformistes de toutes les époques, […] ont été – consciemment ou inconsciemment – les instruments de la classe ennemie dans les rangs ouvriers » (p. 77). Cependant, sous la plume de Josep Rebull, en particulier après les journées de Barcelone de mai 1937, semble percer un certain optimisme peu réaliste (oui à la guerre révolutionnaire). En effet, ce dernier défend l’idée d’une reprise de l’offensive révolutionnaire, au moment même où l’occasion que constituait le soulèvement de Barcelone vient d’échouer. Pourtant, il semble quand même bien conscient du rapport de force, puisque son texte se conclut sur l’impérieuse nécessité de se préparer à la clandestinité immédiate. Si la position exprimée par Josep Rebull est bien celle d’une reprise en avant de la marche vers la révolution, tout indique que ses positions étaient assez isolées dans le POUM, comme l’indiquent les informations publiées dans le chapitre V sur l’évaluation des réflexions de Rebull dans les débats de la période 3. Un long entretien avec Josep Rebull réalisé en 1985 complète le livre, avec en annexes un article de Andrés Nin et un autre de G. Munis, le représentant officiel de la IVe Internationale en Espagne, datant de 1938.

Grâce à Agustin Guillamon4, nous disposons d’un document de premier intérêt pour approfondir la connaissance des débats et controverses au sein du courant communiste anti-stalinien durant la révolution espagnole.

1Sur Joaquim Maurin, on dispose d’une biographie, Riottot Yveline, Joaquim Maurin. De l’anarcho-syndicalisme au communisme. 1919-1936, L’Harmattan, 2000. On peut d’ailleurs regretter que ce livre, assez banal au demeurant, se termine sur l’arrestation de Maurin par les nationalistes.

2Julian Gorkin était lui-même favorable à l’entrée du POUM dans le Front populaire. On lira avec intérêt la féroce critique des positions de Trotsky par Ignacio Iglesias, Trotsky et la révolution espagnole, Éditions du Monde, 1976. Les textes de Trotsky ont été rassemblés par l’historien Pierre Broué, dans La révolution espagnole, Minuit, 1975-76.

3Le lecteur trouvera également une importante bibliographie anglo-saxonne de la période d’avant-guerre sur la réception des conceptions de Rebull (voir note 137, p. 122). En effet, les trotskystes, divisés en deux groupes (La Voz Leninista et Nuevo Corso),poursuivant leur militantisme fractionnel dans le POUM, après leur officielle exclusion, étaient très attentifs aux positions de Rebull, qu’ils considéraient comme l’expression d’un courant de gauche au sein du POUM.

4L’auteur laisse percer, ici ou là, quelques affirmations anti-léninistes, comme celle-ci : « Rebull n’en arriva jamais à questionner le caractère léniniste du parti, ni ses pires plaies : bureaucratisme et tyrannie du CC et du CE, substitutisme envers la classe ouvrières, etc. » (p. 98, note 109).

Roger Martelli, L’occasion manquée. Été 1984, quand le PCF se referme, Paris, Arcane 17, 2014, 124 pages, 12 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

L’occasion manquée l’est par le Parti communiste français, pour Roger Martelli, entre l’été 1984 et février 1985. Le Bureau politique (BP) du PCF entrait alors dans une « profonde crise interne ». Aux européennes de 1984, le PCF fait à peine 11%, la chute est sévère par rapport au 20% de 1978. Au BP du 19 juin, le rapport interne de Claude Poperen n’élude aucune question à suivre Roger Martelli, qui fut acteur avant que d’être ici historien et communiste. Georges Marchas juge le rapport « défaitiste et capitulard ».

La crise et sa résolution s’amorcent ici, contées pas à pas par Roger Martelli. Pour lui l’épisode est séminal puisqu’à la fin, la normalisation se déploie par l’argument du « retard » du PCF depuis 1956, qui n’aurait pas encore réalisé son aggiornamento. Pour Roger Martelli, cet argument glace toute possibilité de bifurcation (p. 42) : Georges Marchais ne rénovera pas le parti, ce sera « haro sur les liquidateurs », les modernisateurs présents (Charles Fiterman) et futurs sont voués à la marginalisation et le PCF à un long et atone déclin. Cela par peur du mouvement sans doute, mais aussi par le décalage entre les représentations du BP sur le PCF, structurées par une lecture héritée, thorezienne, et la réalité du moment et du politique de la décennie mitterrandienne. La plume est alerte, le récit enlevé, le tout constitue à la fois une courte introduction à l’histoire du PCF contemporain – esquissée par la conclusion, « les occasions manquées » – et le témoignage rétrospectif et autocritique de l’auteur qui ne prit pas la parole ce soir de juin, bien qu’il acquiesçait au rapport. Il se tait puisque ce BP où tout était possible en juin 1984 est écourté : le secrétaire général souhaitait voir le match de football France / Yougoslavie (3/2), à l’automne le climat n’est plus à la discussion…

On retiendra de cet ouvrage surtout une description nuancée de Georges Marchais, à l’élan modernisateur intimement brisé entre juin et février 1985, par hésitation, par volonté de se raccrocher à l’argument rassurant du « retard » pour rester dans le droit fil d’une manière du PCF d’être au politique qui inexorablement le conduit au déclin. De nombreuses annexes étayent cette lecture sans qu’in fine, le lecteur soit pourtant convaincu qu’une occasion, là, fut manquée, ou tout du moins que celle-ci fut séminale. La décennie 70 semble, de ce point, tout autant, sinon, plus correspondre1.

 1Cf. « L’historiographie de la décennie 70 en France. Inflexions, retournement, restauration ? », Dissidences, vol. 13, décembre 2013.

Alain Testart, L’Amazone et la cuisinière, anthropologie de la division sexuelle du travail, Paris, Éditions Gallimard, collection « Bibliothèque des sciences humaines », 2014, 188 pages, 17,90 €.

 

Un billet de Florent Schoumacher

« Une bonne explication scientifique est une explication qui rend compte de tous les phénomènes observés y compris dans leur détail. Qui explique pourquoi dans tel cas on observe telle chose et pourquoi dans l’autre cas on ne l’observe pas » (Alain Testard, p. 25).

Après avoir été reçu au concours d’ingénieur de l’École des mines de Paris, Alain Testart démissionne, par ennui pour ses fonctions d’ingénieur. Il reprend ses études en ethnologie à la fin des années 1970. Il entre au CNRS en 1983 puis devient professeur au Collège de France. Il y occupe la chaire d’anthropologie sociale jusqu’à sa mort (2013). Ce présent ouvrage est le testament intellectuel de ce chercheur. Ce livre a été écrit pendant les vingt dernières années de sa vie, à partir de ses innombrables recherches, notamment sur la Préhistoire et sur les « chasseurs-cueilleurs ». Alain Testart était connu notamment pour ses études mettant à mal les poncifs habituellement attribués aux « chasseurs-cueilleurs », à partir de ses propres observations concernant certaines peuplades aborigènes, et plus particulièrement celles d’Australie. De même il remettait en cause le communisme matriarcal originel perçu comme un vrai « mythe », mais pas forcément étayé par des faits scientifiques, notamment dans l’hémisphère Sud. Son intégration dans le milieu de l’ethnologie ne fut pas évidente, car Alain Testart s’opposait au structuralisme1. Ainsi sa biographie nous livre-t-elle : «Toutefois mon opposition au structuralisme, mes options explicitement évolutionnistes2, mon intérêt marqué pour la culture matérielle, tout cela rendait difficile mon intégration dans les milieux anthropologiques. Au cours de ma carrière, je devais m’entendre dire à plusieurs reprises que je n’étais pas un ethnologue, ce qui me laissait relativement froid, ayant conscience que ce que j’entreprenais avait peu de rapport avec l’ethnologie telle que je la voyais pratiquée depuis qu’elle existait. »3.

Ici, il nous livre ses thèses concernant la division sexuelle du travail. Fort d’innombrables études et d’observations, ses idées bouleversent pas mal de nos anciennes connaissances sur cette division4. Si l’on se réfère à Friedrich Engels, celui-ci écrivait notamment, dans l’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État5, que : « Dans un vieux manuscrit inédit [L’Idéologie allemande, NDLR], composé par Marx et moi-même en 1846, je trouve ces lignes: «La première division du travail est celle entre l’homme et la femme pour la procréation. » ». Engels complétera cette assertion par l’étude du mariage : « La première opposition de classe qui se manifeste dans l’histoire coïncide avec le développement de l’antagonisme entre l’homme et la femme dans le mariage conjugal, et la première oppression de classe, avec l’oppression du sexe féminin par le sexe masculin»6. Rien n’est moins sûr, lorsque l’on lit attentivement l’ouvrage qui fait l’objet de ce compte-rendu. En effet, en observant différentes peuplades à travers le monde, Alain Testart tente de chercher un dénominateur commun à l’ensemble de celles-ci, concernant la division sexuelle du travail. Il compare d’ailleurs cette division « primitive » à celle existant dans nos sociétés contemporaines : pourquoi des femmes sont-elles exclues ou sous-représentées dans des emplois ? Pourquoi les femmes sont-elles « interdites » dans certains rassemblements culturels ?…

Alain Testart commence son premier chapitre par une vérité qui me semble pas évidente, qui s’oppose même à tout ce qui été dit jusqu’à présent sur le travail des femmes : « certains pensent que si les femmes de notre temps travaillent, elles ne le font guère que depuis un siècle ou deux… c’est faux les femmes ont toujours travaillé, en dehors bien sûr de la noblesse ou d’une certaine bourgeoisie du XIXe siècle qui l’a imité. En dehors des classes favorisées, les femmes ont toujours travaillé aux champs, à la ferme, comme domestiques. Celles d’Occident, comme celles d’extrême Orient ou d’Afrique Noire ». Alain Testart explique ainsi que tout travail a été pendant longtemps, jusqu’à la révolution industrielle, essentiellement un travail domestique y compris pour le « sexe fort ». Ce n’est qu’avec la modernité, que le travail a quitté la sphère de la domesticité, tant pour la femme que pour l’homme. De même, l’anthropologue redéfinit ce qu’il convient de nommer « le sexe fort » et « le sexe faible », et nous démontre d’ailleurs magistralement que ces adjectifs sont utilisés à fort mauvais escient, comme l’on peut s’en douter.

Tout au long de ce petit opuscule accessible à tous, l’anthropologue définit différents préjugés sur la division sexuelle du travail. Nous pouvons en citer particulièrement trois : la division sexuelle du travail liée à une certaine modernité par l’industrialisation, celle liée à une certaine mobilité et la dernière liée à une certaine force physique. Pour le premier préjugé, l’argument classique et traditionnel revient à dire, comme le fit par ailleurs Engels dans L’Origine de la famille… ou dans les années cinquante Simone de Beauvoir dans Le Deuxième sexe7, que la femme a réellement acquis un statut social lorsque l’industrialisation a nécessité un fort accroissement de la main-d’œuvre. Or différents chapitres de l’ouvrage démontrent justement que la femme (dans quelques ethnies et tribus) est vitale dans le processus de la division du travail et qu’elle possède même parfois un statut particulier en terme de main-d’œuvre, hors de tout procès d’industrialisation. Le contre-argumentaire d’Alain Testart est d’ailleurs cinglant : même l’homme travaille dans une sphère domestique avant l’industrialisation, que cela soit au niveau de l’artisanat (atelier au pied de son domicile), ou pour le paysan.

Le contre-argumentaire sur la division sexuelle du travail par la mobilité, deuxième préjugé, est des plus intéressants et s’oppose à la grande thèse « naturaliste » assez répandue en anthropologie. Cet argument naturaliste répond à l’exigence suivante : s’il y a une division sexuelle du travail, c’est tout simplement parce que femmes et hommes ne sont pas égaux en ce qui concerne « la mobilité ». Il faut entendre ici la mobilité comme tout ce qui est de l’ordre du mouvement de translation d’un point à un autre. L’argument naturaliste principal nous livre que, par exemple, toute chasse suppose une traque. C’est pourquoi les hommes, non touchés par des problématiques féminines (menstruation, grossesse, éducation des enfants), s’occupent de la partie « chasse » alors que les femmes s’occupent plus particulièrement de la partie « domestique », car les tâches au sein de celle-ci sont plus immobiles. Là aussi le contre-argumentaire d’Alain Testart est sans appel : d’une part, il existe des chasses immobiles (chasse au phoque chez les Inuits notamment), et d’autre part, même exclues à titre principal, les femmes chassent dans certaines ethnies avec une observation de la récurrence de ce fait (Japon, Amérindiens…). De telle sorte que cet argumentaire sur la mobilité ne tient pas pour l’exclusion de la chasse, car il existe d’autres formes de chasse ne nécessitant pas la mobilité (piégeage etc.) et des formes spécifiques de chasse laissées aux femmes dans la plupart des ethnies.

Le troisième préjugé contre la division sexuelle du travail se présente sous l’argumentaire que tout le monde connaît, à savoir qu’il existerait un « sexe fort » et un « sexe faible ». En substance l’argumentaire est simple, bien trop : l’homme ayant une masse musculaire plus importante que la femme, c’est à lui que reviennent les tâches liées à une capacité de force physique brutale. C’est ici que l’anthropologue met en avant l’ensemble de ses recherches et notamment l’étude des peuplades de « chasseurs-cueilleurs ». L’argument vaut à lui seul la lecture de cet ouvrage. Nous n’allons pas le développer ici, laissant au lecteur le soin de s’y reporter, nous contentant de prendre un exemple typique démontrant que cette répartition par la force est erronée. Lors de l’émergence de la faux en remplacement de la faucille vers le IVe siècle avant notre ère, l’homme semble s’être arrogé le droit d’utiliser cet outil. On peut croire en effet que la force « virile » semble nécessaire au balayage latéral de hautes herbes et des céréales. Pourtant, si nous revenons aux céréales, dans le même temps et le même processus (la moisson), on voit souvent des femmes représentées lors de celle-ci avec des fléaux servant à battre des céréales, afin d’en tirer les grains8. En comparaison égale, la force musculaire nécessaire à l’utilisation du fléau est plus importante que celle nécessaire à l’utilisation de la faux. Alain Testart, reprenant les arguments du célèbre anthropologue André Leroi-Gourhan, fait le distinguo entre la « percussion lancée » (lance, flèche, poignard…) et la « percussion posée » (écrasement, masse, fléau…). En somme, l’un transperce et fait jaillir le sang, l’autre écrase et ne provoque pas forcément d’hémorragie externe (si l’on évoque la chasse).

Une fois critiqués l’ensemble des préjugés concernant cette division sexuelle du travail, Alain Testart développe ce qui est à son sens la véritable origine de cette division sexuelle, qui n’est plus liée à l’immobilité de la femme, à leur force musculaire limitée ou tout simplement à leur confinement à la sphère domestique. Et la thèse de l’auteur est particulièrement stimulante. Elle est développée au fur et à mesure des chapitres sous forme d’assertions les plus rigoureuses possibles permettant de synthétiser les différents apports de chaque chapitre. Finalement, à quoi est alors due la division sexuelle du travail ? Cela tient en un seul concept exposé au début de son étude : le sang. En effet, Alain Testart pointe l’existence de certaines contradictions fondamentales.

  1. La plus importante : la femme et le sang. On éloigne la femme de ce qui lui est trop semblable : le sang versé par un animal ramène à la condition de la menstruation. Son assertion est alors la suivante : « la femme ne peut faire jaillir le sang parce qu’il est question d’un tel jaillissement dans son corps » (p. 80).

  2. La matière dure et la matière molle. On privilégie les femmes dans le travail des « matières molles » sous couvert de faiblesse physique : « Ce travail long et pénible [le travail du fer] et qui requiert une force certaine, est-il irréalisable par les femmes ? J’ai du mal à le croire quand je vois en Afrique des femmes piler des heures durant le mil ou le riz en élevant en cadence des pilons de bois aussi grands qu’elles pour les laisser retomber lourdement sur le grain » (p. 60). Ce processus dans la fabrication perdure encore aujourd’hui : « En dehors des services… c’est encore l’industrie textile qui a le plus haut taux de féminisation… aussitôt que l’on considère le travail sur le métal, dont l’orfèvrerie, le travail sur bois, les taux nationaux s’effondrent : la participation des femmes va de 1% ou même de 0% pour le travail qualifié à 14,25% ou 30% pour le travail qualifié » (p. 13).

  3. Le microcosme et le macrocosme. Une légende antique, citée par Pline l’Ancien, indique qu’une femme dénudée et réglée sur un bateau empêche les tempêtes de frapper le navire (p. 67). Cela suppose que le dérèglement intérieur (règles) a une interaction sur le dérèglement extérieur (météorologique). Bien que cette légende n’ait plus cours, il est intéressant de constater que les femmes sont toujours mal venues sur un navire par peur qu’elles ne troublent à la fois l’équipage et la météorologie (aujourd’hui, elles ne représentent toujours pas plus de 2% au maximum des 1 250 000 marins recensés à travers le monde).

  4. La fertilité et l’infertilité : la femme réglée, inféconde, gâte graines et fruits car elle s’oppose à la « terre-mère », féconde (p. 66)9.

En fait, on éloigne la femme de ce qui est trop semblable à elle : soit à cause des menstruations et de l’épanchement de sang, soit à cause de la maternité. Par exemple, le four sidérurgique, dans la plupart des peuplades et aujourd’hui encore dans nos sociétés, est assimilé à un ventre d’où « nait » le fer dans le creuset (p. 64). Autre exemple, dans la société berbère, le métier à tisser est réputé être « l’honneur des femmes » (p. 77). Toutes les manipulations sont donc faites par des femmes en autonomie sauf… couper le fil de la trame. Exécutée au couteau ou au ciseau, c’est une femme âgée (ménopausée) qui se charge de cette tâche, voire un homme. L’explication de la division sexuelle du travail n’est ainsi pas « naturaliste » mais « culturelle » car liée à un fort symbolisme : « c’est donc vers une explication qui combine les motifs symboliques et les contraintes économiques que nous nous orientons » (p. 31). L’anthropologue, en multipliant les exemples et les thématiques (la mer, les gestes techniques féminins, les poncifs sur les femmes en cuisine – rater une mayonnaise du fait des règles), transporte le lecteur dans un constant va-et-vient entre peuples primitifs et sociétés contemporaines, les premiers expliquant finalement le sexisme des secondes.

Avec la lente émergence des métiers, à partir du IVe siècle avant notre ère en passant par le Moyen Âge des corporations jusqu’à la Renaissance, le mâle en tant que chef de famille va prendre le dessus et assurer la pitance à sa famille: « Sur plus de cent métiers érigés en corporations en France en 1691, on ne trouve guère que quatre métiers féminins : lingères, couturières, sages-femmes, bouquetières (marchande de fleurs sur les lieux publics) » (p. 122). Ce processus ne fera que s’accentuer, excluant de plus en plus la femme de l’emploi, non à cause de ses capacités intrinsèques que l’on juge plus limitées, mais par une véritable violence symbolique, pour reprendre le vocable bourdieusien. Alain Testart critique aussi dans son chapitre 18 l’idée d’un matriarcat ayant existé dans une sorte de communisme primitif  « plus on s’éloignait de ces contrées nordiques [il vient de traiter des peuples amérindiens d’Amérique du Nord], pour rejoindre le Mexique ou la mésoamérique avec ses grandes civilisations Mayas, Aztèques, plus s’affirmait le travail des hommes dans l’agriculture » (p. 113).

Bien qu’il y ait une différence biologique entre la femme et l’homme, et que cette biologie (règles, grossesse, maternité) influe « naturellement » sur la femme, « la division sexuelle du travail est un phénomène éminemment culturel » souligne l’auteur (p. 89). C’est le fruit d’un processus long et culturel qui se renforce lorsque l’impact économique devient concurrentiel, non initialement à titre principal pour opprimer la femme, mais tout simplement pour accroître le pouvoir masculin face aux autres hommes, ce qui nécessite de déconsidérer la femme et lui trouver un rang subalterne, quitte à produire des cosmogonies (explication de l’univers par une mythologie). En somme, pour résumer :

  1. Plus on s’éloigne du sang, plus la place de la femme est importante dans le processus de la division sexuelle du travail.

  2. Plus on s’éloigne des peuples « primitifs », moins il y a de femmes à un rang important dans le processus de la division sexuelle du travail (p. 114).

A cette assertion, nous pouvons ajouter ceci  : ce sont bien les données biologiques réelles observées qui provoquent des interprétations cosmogoniques de leurs manifestation, faute d’explication scientifique. L’étude d’Alain Testart est un livre essentiel à lire absolument, et pas uniquement pour qui aime jeter bas les poncifs, a priori, certitudes…

1Si le terme vient du linguiste Ferdinand de Saussure, c’est avant tout un concept qui donne naissance à une école linguistique où la structure d’un énoncé est privilégiée sur l’atome linguistique, la langue envisagée comme une structure (Cf. Emile Benvéniste). Il fut découvert dans les années 1940 par Claude Lévi-Strauss, alors exilé aux États-Unis, qui tentera d’importer cette conceptualisation dans le domaine de l’anthropologie. Pour ce dernier, l’anthropologie structuraliste (il dira « structurale ») a pour but d’atteindre la structure inconsciente sous-sous-jacente à chaque symbole, institution, coutume, pour devenir un principe d’interprétation valide. Devenu hégémonique entre les années 1960 et 1970 notamment en France, le structuralisme perd ensuite largement de son aura. Lévi-Strauss a transposé des hypothèses linguistiques en thèses scientifiques, mais le structuralisme n’a jamais été en mesure de démontrer ses hypothèses. Plus dérangeant encore, pour certains « l’inconscient structurel » ne serait qu’un concept flou, indéfini, qui cache mal son ethnocentrisme renvoyant au principe unitaire des religions monothéistes. Du reste, Lévi-Strauss ne publiera jamais le tome 3 de « l’anthropologie structurale » sous ce titre. Notons qu’il s’opposa a priori au métissage culturel dans son ouvrage Race et Culture (1971) en indiquant que « la lutte contre toutes les formes de discriminations participe à ce même mouvement qui entraîne l’humanité vers une civilisation mondiale destructrice des vieux particularismes ». Y voyait-il la fin même de la fonction d’anthropologue dans un futur loin d’être immédiat ?

2L’évolutionnisme est à proprement parler le premier courant théorique de l’anthropologie. Elle renvoie bien entendu au scientifique britannique Charles Darwin (1809-1882) mais partiellement. En effet, dans la Filiation de l’homme et la sélection liée au sexe (1871), paru après De L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle (1859), Darwin s’oppose aux excès de l’évolutionnisme anthropologique nommé « social-darwinisme », fruit des travaux d’un scientifique raciste britannique Herbert Spencer (1820-1903). Il faut souligner du reste qu’à partir d’observations scientifiques, Darwin induit la « sélection naturelle » qu’il emprunte au malthusianisme pour expliquer sa théorie du « struggle for life ». Quant à l’évolutionnisme anthropologique, il est fondé par Lewis Henry Morgan (1818-1881) qui fut le fondateur tout simplement de l’anthropologie elle-même. Morgan entreprit, dans Ancient society (1877), de comparer les institutions sociales de l’Antiquité occidentale classique avec celles des peuples primitifs contemporains, cherchant en celles-ci la clef de l’intelligibilité de celles-là. A proprement parler Alain Testart serait un néo-évolutionniste. En effet, le néo-évolutionnisme part de faits empiriques (de la paléontologie, de l’archéologie…) afin d’en déduire un certain nombre de thèses à partir de matériaux concrets (études, croquis…). Le sens général de l’évolutionnisme est de signifier que toute civilisation va dans le sens du progrès en passant de la préhistoire (chasse-cueillette) à l’histoire civilisationnelle (industrie, commerce) en passant par l’invention de l’agriculture et de l’élevage.

4Sur cette thématique, il convient de citer l’ouvrage majeur de Christophe Darmangeat, Le communisme primitif n’est plus ce qu’il était. Aux origines de l’oppression des femmes, Smony…, 2012 (pour la seconde édition), chroniqué sur notre ancien site.

5Friedrich Engels (1820-1895) publie en 1884 L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, pour démontrer les liens systématiques entre systèmes de parenté, de propriété, et de pouvoir politique. Il y rend compte de l’organisation de la société « gentilice »(patrilinéaire), matriarcale et collectiviste, dépourvue d’État et de propriété privée, dotée d’une économie commune et dans laquelle il ne peut y avoir de pauvreté ou d’esclavage.

7Simone de Beauvoir, Le Deuxième sexe, Paris, Éditions Gallimard, 1949, tome I, Les faits et les mythes, p. 189.

8Et jusqu’aux cartes postales que nous avons pu peut-être trouver dans nos greniers familiaux … (remarque malicieuse de l’auteur).

9Ce mythe renvoie notamment à celui de Gaïa pour les Grecs anciens : A l’origine régnait Chaos, abîme sans fond d’un mélange indéfinissable. Chaos engendra Erèbe, la partie la plus sombre et profonde des Enfers et Nyx, la nuit. Nyx et Erèbe mirent au monde l’Ether, l’air, et Hémera, le jour. Du Chaos sortit donc Gaïa, son fils Ouranos et Eros. Grâce à Eros, l’union de Gaïa et d’Ouranos fut possible. Après que Nyx ait engendré le sommeil, la mort, Gaïa (la terre) devint le socle où chaque chose avait son origine et épousa Ouranos, le ciel, qui l’entourait ainsi.

Catherine Brun (sous la direction de), Guerre d’Algérie. Les mots pour la dire, Paris, CNRS éditions, 2014, 326 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les textes rassemblés ici, dont une partie est issue d’un colloque réalisé fin 2012 à Paris, interrogent la Guerre d’Algérie principalement sous l’angle du discours et de l’écrit. Dans sa présentation, Catherine Brun, précise l’enjeu d’une telle démarche : « plutôt qu’à la synthèse, au consensus, à une unité de façade, à un unanimisme de bon ton, pacifié, c’est à la défaite des fausses transparences que ce volume voudrait œuvrer. Il ne saurait s’agir de substituer une désignation – la bonne, la vraie – à une autre, mais d’ouvrir des brèches, de défaire des transparences illusoires, d’inviter à naviguer « dans l’entre-deux » de textes et d’énoncés qui se tiennent chacun pour définitif, forclos, et de ce fait forcément déceptifs, insuffisants » (p. 24).

Les interventions empruntent au témoignage, à la fiction, à la poésie, à l’analyse, dans un va-et-vient entre les paroles du colonisateur et celles du colonisé, et dans l’entre-deux, complexifiant les énoncés ainsi que les lieux d’énonciation. Plusieurs articles insistent sur la chronologie, rappelant que « très tôt, des voix se sont opposées à la guerre » (p. 38), que l’année 1960 marque un tournant, et que « l’abandon de telles dénégations – l’Algérie n’est pas une colonie – fut tardif et assez soudain » (p. 207). Reste que ces prises de parole furent isolées, « silenciées », butant sur l’indifférence généralisée. Et sur le déni et le discours officiels, car, comme le souligne Catherine Brun : « l’on tend à oublier que les autorités furent moins muettes que manipulatrices » (p. 10).

Jean-Yves Guérin revient sur l’engagement de François Mauriac et le « dreyfusisme catholique », Daniel Lançon explore les écrits catholiques français, évoquant notamment la figure et les écrits de Michel Froidure, tandis que Julien Hage (membre de Dissidences) rappelle que, de manière générale, « les chrétiens ont joué un rôle fondamental dans la divulgation des informations sur la guerre et la lutte contre la torture » (p. 60). Nombre d’articles interrogent l’absence de nomination et ce qu’elle signifie de façon différente, voire contraire, du côté algérien et du côté français. Ainsi, Bernard Noël écrit que la Guerre d’Algérie « est devenue inséparable de ce que la lâche pudeur nationale préférait « sans nom » plutôt que de faire face à l’image désastreuse de sa violence coloniale » (p. 52). De son côté, Jean Daniel dit que l’usage du mot de « guerre » n’avait « aucune conséquence juridique » (p. 72) – et l’on serait tenté de radicaliser son propos, en se demandant si l’effacement des conséquences n’était pas, partiellement au moins, une stratégie explicite pour vider les mots, les dégrader, pour les mettre au service du pouvoir. Catherine Brun, pour sa part, s’appuyant entre autre sur le travail de Roland Barthes à l’époque, parle de « batailles de mots », qui « impliquent des lignes de fracture profondes et des lectures divergentes du réel » (p. 218). Et ces « batailles de mots » durent encore, comme en témoigne par exemple l’entretien avec Edgar Morin et son refus de signer le Manifeste des 121.

Mais du côté algérien, Messaoud Benyoucef distingue « deux stratégies différenciées : échapper à la nomination, côté algérien ; multiplier les nominations, côté français » (p. 131). Slimane Benaïssa, lui, affirme que « cette guerre a été faite par des anonymes, c’est pour cela qu’elle est « sans nom » » (p. 174). Parmi d’autres, Gilbert Meynier, Slimane Benaïssa et Daho Djerbal s’intéressent au discours du FLN, ce dernier mettant en avant la tendance à reproduire « le discours du dominant mais renversé » (p. 264), et tous soulignent l’ambivalence du terme « révolution » en arabe, qui pointe plutôt du côté de la révolte. Gilbert Meynier conclut sa réflexion en affirmant « que c’est vers un entre-deux [entre socialisme et capitalisme] que se situe le FLN, mais vers un entre-deux peu théorisé (…). Si le marxisme apparaît au FLN, c’est surtout formellement au travers du modèle soviétique d’organisation du parti. (…) Cela signifie qu’ont été retenus par les Algériens, non le corpus doctrinal, mais seulement les modes d’organisation du mouvement communiste » (p. 161-162). La bataille des mots est alors aussi une dispute d’interprétation et de traduction des mêmes mots, particulièrement ceux de « nationalisme » et de « révolution ». Les grilles de lecture de la gauche française de la Guerre d’Algérie tendaient ainsi à recoder la lutte de libération, en minorant ou occultant le caractère nationaliste et religieux de celle-ci, et en appréhendant la révolution au miroir faussé de l’histoire de France.

Nils Anderson et Julien Hage interrogent l’engagement français anticolonial jusque dans ses dimensions micro-organiques, tant l’insoumission « fut d’abord un choix individuel » (p. 45). Ainsi, l’engagement contre cette guerre place les hommes et les femmes « en porte-à-faux vis-à-vis des partis et des organisations syndicales, et donc en marge des tribunes médiatiques traditionnelles ou partisanes, ce qui les condamne longtemps, faute de légitimité politique et symbolique, à être aussi peu audibles que crédibles » (p. 54). Nils Anderson écrit : « si l’on rappelle les moyens dont disposait le lobby colonial, ceux déployés par le pouvoir et l’armée pour s’assurer le contrôle de l’opinion, si l’on y ajoute un racisme latent à l’encontre des populations nord-africaines, on conçoit combien il était subversif de prendre position contre cette guerre, plus encore d’être solidaire avec les Algériens » (p. 41). Et de rajouter que « sans cette solidarité, il n’y aurait eu pour les Algériens que le langage du racisme et de la fureur » (p. 43).

Julien Hage, quant à lui, analyse les formes mêmes que prirent les expressions d’opposition à la Guerre d’Algérie : « ces écritures de guerre et de crise empruntent ainsi souvent les supports et les styles des formes brèves pour des raisons d’efficacité et de modestie des moyens » (p. 55). Elles retrouvèrent ainsi souvent les pratiques de la Résistance, réactivèrent « une littérature néoréaliste », mais sans « le retour en force d’une littérature engagée entrée en crise lors de la Guerre froide » (p. 56). Ses conclusions particulièrement stimulantes, à savoir qu’« autant que les structures économiques et sociales, la décolonisation a donc participé à saper les structures patriarcales de la société française, par la faillite des autorités traditionnelles et la mise à l’épreuve des organisations syndicales et politiques », annonçant « à bien des égards le Mai 68 étudiant » (p. 69-70), méritent d’être développées.

Le dialogue critique entre Daho Djerbal et Étienne Balibar est très riche. Le premier bouscule la dualité tradition/modernité dans les formes communautaires et collectives produites par le système colonial en Algérie (p. 270) et questionne l’épistémologie des historiens français. Ce à quoi répond Etienne Balibar en appelant à « leur faire voir quelque chose sur les conditions de leur « métier d’historien » dont ils n’avaient pas (ou pas assez) soupçonné l’importance au point de vue de la production de la vérité. Rien ne dit qu’ils ne puissent pas l’entendre, au prix d’une dialectique serrée, en séjournant dans la contradiction » (p. 285). Ce livre participe alors de cette « contre-histoire » conflictuelle, de ce lieu commun du travail des historiens auxquels nous invitent ces deux penseurs (p. 286).

Chris Ealham, Barcelone contre ses habitants. 1835-1937, quartiers ouvriers de la révolution, Toulouse, Collectif des métiers de l’édition, collection « Les réveilleurs de la nuit », traduction de Elsa Quéré, 2014, 97 pages, 11 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre se compose de la traduction de deux articles de Chris Ealham, historien, auteur de Anarchism and the City : Révolution and Counter-Revolution in Barcelona, 1989-1937 (AK Press), non traduit à ce jour. Il propose une vision plutôt novatrice du processus révolutionnaire espagnol, inspiré par la perspective de la sociologie urbaine du marxiste hétérodoxe Henri Lefevbre (auteur du classique Le droit à la ville, chez Anthropos, 1968). Le premier texte, « Géographie imaginaire. Idéologie, espace urbain et contestation dans la création du Barrio Chino de Barcelone, 1835-1936 » porte sur la naissance de ce quartier populaire et ouvrier, le Barrio Chino ou Raval, quartier des bas-fonds barcelonais, concentrant à la fois la population la plus pauvre et la plus rebelle à l’ordre urbain bourgeois. Ce quartier, lié au développement capitaliste de la ville, devient rapidement synonyme d’immoralité et de criminalité. C’est aussi dans ce quartier que se concentrèrent les plus fortes résistances au développement urbain pensé par les modernisateurs de la ville, inspirés par la politique haussmanienne menée à Paris. Mais, derrière la volonté de rationaliser la ville se cachait en fait un projet politique, celui d’éradiquer les formes d’un ordre ouvrier, révolutionnaire. Selon l’auteur, s’est développé au fil des années, et singulièrement au début du XXe siècle, une sphère publique prolétarienne1 reposant sur une intense sociabilité (contrainte, certes, par les conditions déplorables de la structure de l’habitat), une profonde identité locale et une place décisive pour les organisations syndicales. C’est ainsi au sein du Barrio Chino (quartier chinois) qu’au moment du développement du « pistolerismo » (bandes gangstérisées financées par le patronat) se sont développés les formes d’auto-défense promues par la CNT, les Groupes d’action. Ce quartier du Barrio Chino s’inscrivait ainsi comme une volonté de lutte populaire pour contrôler l’espace et y exercer une forme d’hégémonie populaire. D’où la volonté d’assainissement de ce quartier, qui s’est en particulier concrétisé par le projet Macia, du nom de son instigateur, visant à détruire le Raval. Marcia s’inspirait notamment de la conception architecturale de Le Corbusier, qualifié par l’auteur d’architecte de l’ordre. Ce plan ne se concrétisa jamais, mais il montrait de manière claire comment les élites barcelonaises étaient obsédées par la volonté de purifier cet espace de ses éléments de résistance. Si ce premier article dresse en quelque sorte le portrait du Barrio Chino, il en constitue l’arrière plan du second article, en lien direct avec la perspective révolutionnaire ouverte par la lutte contre le soulèvement factieux de 1936. Intitulée « Le mythe de la foule enragée. Classe, culture et espace dans le projet urbanistique révolutionnaire à Barcelone, 1936-1937 », cette partie analyse « les aspects socio-temporels, symboliques, pratiques et spatiaux de l’urbanisme révolutionnaire à Barcelone » (p. 51). S’est mis en place, de juillet 1936 jusqu’en mai 1937 (date du soulèvement de Barcelone, qui sera un échec) le projet d’une ville anticapitaliste du point de vue de son ordre urbain. Chris Ealham passe en revue les multiples aspects de cet ordre nouveau. Ainsi, par exemple, la multiplication des barricades dans la ville. Pour bon nombre d’entre elles, leur rôle était essentiellement symbolique, affirmation du pouvoir ouvrier sur l’espace barcelonais : « les barricades étaient l’outil spatial d’un pouvoir naissant constitué de myriades de comités révolutionnaires armés locaux ou de quartier qui contrôlaient les déplacements vers, depuis, et à l’intérieur de la ville, et qui formaient la cellule de base par excellence de ce pouvoir révolutionnaire » (p. 56). L’auteur se montre par ailleurs fort critique à l’égard de la CNT, dont la pratique visait à s’intégrer dans la politique de défense républicaine, de manière très rapide. Ainsi, la multitude de comités ont vécu leur vie, indépendamment de l’organisation anarchiste, laquelle était engagé dans la reconstruction de l’État qui visait à leur éradication, ce que ce dernier parvint à obtenir en mai 1937. De nombreux autres aspects de ce pouvoir urbain révolutionnaire sont abordé, la nouvelle dénomination des rues, le port du mono, la salopette instituant un nouveau code vestimentaire, la destruction des biens de l’Église, la diffusion de la presse murale, ou, aspect sans doute le plus troublant, le refus de l’automobile. Selon Chris Ealham : « La destruction des voitures reflétait aussi l’idée esthétique de la révolution espagnole : un iconoclasme prolétarien anticonsumériste dirigé contre un élément important du système capitaliste naissant » (p. 72). L’auteur évoque également les éléments de conservatisme qui ont continué à rythmer la vie de l’espace révolutionnaire barcelonais, ainsi le rôle dévolu aux femmes, les militants et miliciens s’accommodant forts bien du maintien de la prostitution, par exemple.

Si ce livre, et plus particulièrement la seconde partie, pétille d’intuitions, certaines déjà connues néanmoins (le développement sur le mono repose sur la lecture de l’Hommage à la Catalogne d’Orwell), d’autres plutôt novatrices (la place de la voiture), il n’en reste pas moins que la taille du volume ne peut que constituer une première esquisse d’un travail plus systématique, que le lecteur est en droit d’attendre pour juger véritablement en quoi cette approche renouvelle la connaissance du processus révolutionnaire espagnol. En tous les cas, ces quelques pages en constituent indubitablement une excellente introduction..

1C’est ce que le sociologue allemand Oskar Negt, non mobilisé ici, a appelé un espace public oppositionnel : Oskar Negt, L’espace public oppositionnel, Payot, 2007.

Gaetano Manfredonia, Histoire mondiale de l’anarchie, Paris / Issy-les-Moulineaux, Textuel / Arte éditions, 2014, 290 pages, 45 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette Histoire mondiale de l’anarchie est à la fois une bonne synthèse de l’histoire contemporaine de l’anarchisme et un superbe ouvrage, à classer aux côtés du Révolutions coordonné par Mathilde Larrère1. Son auteur, l’historien Gaetano Manfredonia, est un spécialiste reconnu du sujet, qui a livré entre autre un « Que Sais-je ? » sur l’anarchisme en Europe, en plus d’avoir collaboré au Dictionnaire Maitron. Le propos s’articule en trois grands ensembles.

Le premier, « A la conquête d’un monde nouveau », s’arrête en 1914. Loin de chercher les origines les plus lointaines possibles à l’anarchie, Gaetano Manfredonia pose comme consubstantielle à l’émergence de l’âge industriel la cristallisation d’une doctrine anarchiste, caractérisée par le refus de l’État et l’objectif d’une auto-émancipation des individus, et se différenciant donc des mouvements socialistes par la question des moyens à utiliser pour faire advenir la société idéale. S’il évoque certains prédécesseurs, tel William Godwin, il fait avant tout de Proudhon le père de l’anarchie, en tant que celui ayant le premier revendiqué le terme et défini les cibles privilégiées : l’État, le capital et la religion. Parmi les autres grandes figures de ce courant politique, on en trouve certaines nettement moins connues que Bakounine, Reclus, Malatesta, Louise Michel (pionnière du drapeau noir) ou Kropotkine, par exemple : Joseph Déjacque, féministe et inventeur du terme libertaire2 ; Bernard Lazare, intellectuel juif un temps favorable au sionisme naissant ; Johann Most, défenseur de l’action violente et de la propagande par le fait, qui eut une certaine influence sur le mouvement ouvrier des États-Unis ; Leda Rafanelli, italienne ayant vécu en Égypte, et qui mèle anarchisme et islam… Les étapes clefs que sont la création de la Première Internationale et la Commune de Paris sont bien sûr traitées, mais au moment de la scission de l’AIT en 1872, l’anarchisme ne se décline pas encore en mouvements nationaux dignes de ce nom. Un des grands mérites du livre est en effet d’illustrer la capacité d’adaptation de l’anarchisme à des pays et des cultures diverses. On découvre de la sorte l’implantation de l’anarchisme au Mexique entre 1860 et 1880, sur fond de révoltes paysannes (et ce avant le zénith de Ricardo Flores Magon), en Argentine (un quotidien anarchiste est publié au début du XXe siècle), en Bulgarie (avec un essai de vie anarchiste suite à une insurrection en 19033), au Japon avec Kôtoku Shûsui (pendu au début du XXe siècle) ou en Chine (Ba Jin dans les années 1920 et 1930), dans les deux cas sur des idées proches de celles de Kropotkine. Gaetano Manfredonia insiste également sur la dimension réformatrice de l’anarchisme, une thèse qui ne va pas sans quelque grossissement4. Dans son récit de l’époque de la propagande par le fait, il insiste beaucoup sur le poids d’un contexte répressif5, et aborde également l’essor de l’anarcho-syndicalisme6, avec la figure de Fernand Pelloutier ou la fondation de la CNT espagnole en 1910, ainsi que les efforts de changements des mœurs (milieux libres7, éducation, sexualité, etc…). Même l’art et ses relations avec l’anarchisme n’échappent pas à la sagacité de l’auteur, l’art social en particulier, qui vise à populariser les arts plastiques (via des visites guidées de musées), mais aussi à faire s’épanouir les velléités artistiques de tout citoyen et à se ré-approprier les arts décoratifs (dans la lignée d’un William Morris).

La seconde partie de l’ouvrage se concentre sur les deux guerres mondiales et l’entre-deux-guerres, période de « l’espoir brisé ». Plus que les attitudes durant la Première Guerre, qui suivent finalement une ligne de faille similaire à celle des socialistes (ralliés au militarisme, pacifistes et partisans d’une guerre révolutionnaire), Gaetano Manfredonia se penche sur la période révolutionnaire en Russie, évoquant les rapprochements d’un certain nombre d’anarchistes avec les bolcheviques mais surtout l’opposition entre ces deux camps, non sans condamner très clairement Lénine et les communistes, d’une manière que l’on peut juger un peu rapide. Après quelques germes d’espoir supplémentaire, ainsi de la Bavière des conseils dans laquelle les anarchistes Gustav Landauer et Erich Müsham jouent un rôle de premier plan, ou de la fondation de l’AIT anarcho-syndicaliste en 1923, le tableau qui domine est celui de la répression et de l’échec, tout au moins jusqu’à l’« aurore espagnole »8. Quant à la troisième partie, « La lutte continue », elle court de 1945 à aujourd’hui, et apparaît comme la plus originale, celle qui suscitera également à coup sûr le plus de discussions. Gaetano Manfredonia y défend en effet une vision large de l’anarchie, délaissant pour une bonne part le mouvement anarchiste proprement dit, dont les différentes incarnations organisationnelles, les scissions ou les regroupements sont souvent invisibles (on notera cependant des développements intéressants sur les anarchistes à Cuba, impliqués dans la révolution mais se heurtant très vite au cours castriste, ou sur le penseur écologiste radical Murray Bookchin). Rappelons que le livre s’intitule bien Histoire mondiale de l’anarchie, et non Histoire mondiale de l’anarchisme… En lieu et place, l’influence diffuse, par capillarité, sur les situationnistes, les expériences autogestionnaires de LIP et des kibboutz originels, ou les communautés des années 1970, une vision d’un ensemencement général qui prête le flanc à l’accusation de dispersion ou d’excès (George Orwell) et ne traite pas de figures médiatiques se réclamant pourtant du courant libertaire (Michel Onfray). Dans sa conclusion, d’ailleurs, Gaetano Manfredonia se révèle très mesuré dans les perspectives d’avenir de l’anarchisme, accordant davantage d’importance à sa capacité réformatrice qu’à l’avènement d’un Grand Soir…

Cette Histoire mondiale de l’anarchie n’est pas pour autant la synthèse de référence qu’on aurait pu attendre. Les limites concernent d’abord les textes. Le plus souvent, en effet, Gaetano Manfredonia n’évoque pas les ambiguïtés de certains de ses personnages ou mouvements9 : ainsi de Proudhon, mais également du mouvement makhnoviste, ou du thème éminemment polémique des Black blocs. De même, on aurait souhaité bénéficier de davantage d’analyses (ainsi des raisons précises du succès de l’anarchisme dans les différents pays ou des rapports entre anarchisme et décolonisation, seulement survolés ici). Enfin, quelques manques surprennent, à l’image de la plate-forme d’Archinov, totalement négligée. L’iconographie, pour sa part, est d’une grande richesse, combinant photographies, affiches, unes de presse, couvertures de livres ou de brochures, beaucoup inédites. Cette documentation comprend également quelques chansons, dont « La Dynamite » (p. 81), véritable hymne à la propagande par le fait. Néanmoins, les références de certaines illustrations sont parfois absentes (ainsi des pages 92-93), et l’ensemble sert avant tout d’illustration aux textes plus que de documents analysés pour eux-mêmes, concept éditorial oblige, sans doute.

In fine, un ouvrage passionnant, indispensable en l’état, mais qui pose une fois encore cette question lancinante : une telle synthèse peut-elle être l’œuvre d’un seul individu ? Ne nécessiterait-elle pas, au contraire, les efforts d’un collectif ?

1 Il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4670

2Des textes réunis sous le titre A bas les chefs ! sont publiés par les éditions Champ libre, en 1970, dans la collection des « Classiques de la subversion », ce qui permet la ré-découverte de cet auteur.

3« (…) sur la commune de Strandja, en Thrace orientale. Guerdjikov, le responsable militaire de l’insurrection, fait stocker toute la récolte dans des dépôts communs et déclare le bétail possession commune. » (p. 144).

4L’autogestion à la yougoslave, impulsée par la bureaucratie d’État après la rupture avec Staline, allant « dans le sens préconisé par les anarchistes » (p. 228), semble à la fois osé et peu conforme à la réalité historique.

5« C’est seulement en ayant à l’esprit l’acuité des conflits de classes – qui mettent ouvertement aux prises les capitalistes et les dirigeants d’un côté et les travailleurs mobilisés pour le changement de leurs conditions de vie de l’autre – que l’on peut comprendre la radicalité de la propagande anarchiste de ces années. » (p. 82).

6Ce dernier n’est toutefois pas assez nettement différencié du syndicalisme révolutionnaire.

7Voir la recension du travail de Céline Beaudet sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_anarchiste.htm#beaudet

8« Cas unique dans l’histoire du mouvement ouvrier mondial, les anarchistes ibériques apportent la preuve que des secteurs entiers de la vie économique et sociale peuvent être administrés par les travailleurs eux-mêmes sans l’intervention ni de l’État, ni du patronat, ni d’un parti imposant sa dictature. » (p. 207). Quelques années auparavant, en Mandchourie, une tentative méconnue de fermes autogérées et de système éducatif large eut également lieu (p. 180).

9La critique qu’il adresse à Kropotkine, celle d’être trop optimiste à l’égard du peuple, apparaît quelque peu isolée.