Archives mensuelles : mai 2015

Jan Waclav Makhaïski, Le socialisme des intellectuels, critique des capitalistes du savoir, textes choisis, traduits et présentés par Alexandre Skirda, Paris, Spartacus, 2014, 322 pages, 18 €.

Un billet de Florent Schoumacher

Le penseur polonais Jan Waclav Makhaïski (1866-1926) a développé une critique globale des socialismes (communistes ou anarchistes) selon laquelle les révolutions feraient toutes l’objet d’une captation par une nouvelle classe d’individus émergeant dans les mouvements sociaux et politiques, « les capitalistes du savoir », sorte de frange intellectuelle de la petite bourgeoisie. Cette expression n’est pas de l’auteur polonais, mais de son traducteur (présentation de 1978, p. 7). Pour Makhaïski, Marx, Engels, Lénine seraient tous issus des rangs de cette nouvelle classe. Ainsi tous les courants du socialisme ne viseraient qu’à utiliser les prolétaires comme faire-valoir pour asseoir cette nouvelle classe au pouvoir. Au XXe siècle, d’autres théoriciens invoquent le rôle de la bureaucratie.

Cet ancien étudiant de médecine (p. 21), bientôt converti aux idées socialistes de la fin du XIXe siècle, employé de banque un temps (p. 40), est emprisonné durant onze ans en tout, comme beaucoup de révolutionnaires de l’époque. Lors de sa réclusion, il croise Léon Trotsky (p. 24-25). Pour lui, la lutte de classe entre prolétariat et bourgeoisie n’existe pas vraiment. Il décèle plutôt une lutte entre la masse et l’élite (p. 37). Alexandre Skirda résume ainsi son credo : « L’émancipation des ouvriers, le renversement de l’oppression qu’ils subissent, sont des causes bien plus solides que le socialisme. Celui-ci rassemble des forces pour le seul renversement des capitalistes, mais il veut ensuite les remplacer par la classe des “ cols blancs ” héréditaires, tout en laissant dans la servitude la classe des travailleurs manuels et leurs descendances » (p. 42). Ce texte n’est d’ailleurs pas reproduit dans ce volume.

Autant le concept de Jan Waclav Makhaïski est original et innovant et peut ouvrir des pistes pour comprendre l’échec du socialisme au XXe siècle, autant la citation par l’auteur de penseurs réactionnaires comme Werner Sombart nous laisse dubitatif –  doutes qui s’accroissent en découvrant les références de son traducteur dans sa longue introduction (près de cent pages). En effet, Alexandre Skirda cite longuement Georges Sorel «  théoricien important du socialisme » (p. 63) dont on connaît également l’ambiguïté sur l’antisémitisme, et accorde une très large place aux réflexions de Robert Michels dans son ouvrage majeur (Les partis politiques, essais sur les tendances oligarchiques, 1911). Ses réflexions suscitent un certain malaise1. L’avant-dernier texte de Makhaïski (La conspiration ouvrière, 1908, p. 259-289, reproduit dans ce volume) renforce cette sensation. Le penseur polonais y indique que les intellectuels seraient humiliés par leur dépendance vis-à-vis des capitalistes, qu’ils se « rebiffe[ra]ient » et utiliseraient les travailleurs manuels, toujours prêts à se battre en « s’efforçant de leur prêcher la révolution » (p. 268). Il propose une solution : la grève générale économique (p. 279) et une forme d’organisation : « la conspiration ouvrière » (p. 284). Des passages ne sont pas reproduits mais marqués par ce signe « (…) ». Nous n’en saurons donc pas plus…. Il ne faut sans doute pas éventer la « conspiration ».

En refermant ce livre, réédité2 en 2001 aux éditions de Paris-Max Chaleil et dont les invendus ont été apparemment récupérés par Spartacus si l’on en croit les étiquettes qui y sont maladroitement accolées, on s’interroge. Les textes reproduits de Makhaïski sont parfois tronqués de plusieurs paragraphes (comme si le traducteur et ses éditeurs ne voulaient pas nous dévoiler toute la pensée de l’auteur) sans aucune explication éditoriale, ce qui soulève tout de même un problème épistémologique et déontologique3.

Résumons :

* Un parallèle douteux entre l’URSS et le Troisième Reich (cf. le recto de la couverture, et la préface à la troisième édition), parallèle introduit par le libéral russe Piotr Struve.

* Les références du traducteur à Robert Michels (sociologue allemand qui adhéra au parti fasciste italien vers 1918 et obtiendra un poste de professeur à Pérouse (Italie) jusqu’à sa mort en 1936) ; Gaetano Mosca (juriste, professeur de droit constitutionnel à l’université de Turin de 1896 à 1924, penseur de « l’élitisme ») ; Vilfredo Pareto (sociologue mort en 1923, ayant salué l’accession de Mussolini au pouvoir et mis en valeur par la Nouvelle Droite d’Alain de Benoist) ; et Henri de Man (penseur fasciste4 belge condamné à vingt ans de réclusion après guerre pour collaboration et mort en 1953) (p. 323 et suivantes).

* L’ironie obscurantiste contre le socialisme scientifique (Makhaïski, p. 242 et suivantes) résumée ainsi : « les ouvriers devraient donc apprendre tous les sciences durant leurs congés ».

* Le prétendu « hold-up » du projet révolutionnaire perpétré par une « caste » (p. 15 et suivantes).

* L’utilisation du vocable « pillage » pour évoquer cette captation (Makhaïski p.140, 210, 238, par exemple) ou encore de celui de « classe parasite » (traducteur, p. 90).

* L’utilisation d’expressions comme « minorité héréditaire » et « minorité privilégiée » (p. 140) pour évoquer les intellectuels.

* L’utilisation par le traducteur d’un vocabulaire sexiste (« Putanat » p. 13 et suivantes) pour désigner l’action des intellectuels dans la révolution.

* La présentation de l’affaire Dreyfus comme le déclencheur de l’arrivée des intellectuels au sein des mouvements socialistes (le traducteur, p. 62)5, alors que cela concerne principalement la France.

* La négation de la lutte de classe au profit d’une lutte masses/élites (traducteur, p. 37).

* Les citations d’auteurs ayant inspiré le fascisme initial (pour Makhaïski, Sombart p. 152 et suivantes et Struve, p.195 et suivantes).

* Le caviardage des textes de Makhaïski et les « raccourcis » de plus en plus conséquents en fonction de l’année d’écriture du texte (par exemple p. 131, 194, 206, 226, 243, 244, 247, 251, 254, 260, 261, 264, 267, 272, 286, 288…) sans qu’il nous soit permis de comprendre la cause de ces coupes ni de connaître la longueur des paragraphes supprimés.

Tout cela offre un faisceau d’indices inquiétant. Sous un discours anti-autoritaire qui affirme que la social-démocratie historique (c’est-à-dire le mouvement socialiste et communiste initial), le bolchevisme, le marxisme, l’anarchisme ne fonctionnent pas, percent quelques-uns des arguments classiques d’une rhétorique réactionnaire, aux références douteuses, sans que le traducteur ou les éditeurs s’expriment franchement sur cet aspect des thèses de Jan Waclav Makhaïski. Des critiques partielles pertinentes aboutissent à une critique globale qui l’est beaucoup moins.Voilà donc un livre au départ intrigant qui finit par faire émerger une pensée très proche des thèses anticommunistes et assez éloignée des thèses libertaires habituellement défendues par les éditions Spartacus, bien que celles-ci, dans les années cinquante, n’aient pas hésité à publier quelques titres anticommunistes, justement, de tonalité maccarthyste6.

C’est aussi un ouvrage de notre époque, en ce sens que son ambiguïté idéologique ne fait qu’obscurcir un peu plus, dans le champ des idées révolutionnaires ou tout simplement progressistes, une situation déjà bien confuse.

1Et si l’on se renseigne un peu, on trouvera des éléments singuliers au sujet d’Alexandre Skirda. Ainsi son livre, La Traite des Slaves : l’esclavage des Blancs du VIIIe au XVIIIe siècle, fait l’objet d’une recension élogieuse, sur un site d’extrême droite radicale, Polémia, repris par le site du Front National de Charente-maritime : http://www.frontnational17.fr/la-traite-des-slaves-lesclavage-des-blancs-du-viiie-au-xviiie-siecle-de-alexandre-skirda/. Les cahiers du monde russe (http://monderusse.revues.org/7358 ) lui accordent une recension bien plus citrique. Ainsi au sujet de sa critique du rôle des juifs, les auteurs de la recension (Aleksandr Lavrov et André Berelowitch) indiquent : « L’auteur reconnaît que la majorité des juifs médiévaux n’avait rien à voir avec le commerce des esclaves. Malgré cela, une corporation spéciale de marchands juifs (les Radânites, comme les appelle l’auteur) est déclarée responsable de l’organisation de la traite. Ici on décèle très clairement l’influence néfaste des idées de Lev Gumilev sur le rôle des juifs au sein de certaines sociétés médiévales ». Ce à quoi Skirda répondra par lettre en date du 20 décembre 2011 : «Cela dit, je suis surpris par la médiocrité de cette recension, n’y a-t-il pas des membres sérieux et compétents parmi la rédaction de votre revue ? »

2La première édition est parue en 1979 aux éditions du Seuil, grâce à Jacques Julliard.

3Dans un article intitulé « Machajsky, A Rightfully Forgotten Prophet » [Makhaïski, un prophète justement oublié], Telos n° 71, printemps 1987, p. 111-128, un auteur trotskyste, Ernest Haberkern, prétend que les textes de Makhaïski auraient été expurgés de sorties antisémites par son traducteur, Alexandre Skirda. Les textes originaux n’étant disponibles qu’en russe, il nous est impossible de trancher. Marshall S. Shatz, le biographe de Makhaïski, dans le chapitre 4 de Waclaw Machajski: A radical critic of the Russian intelligensia and socialism essaie de répondre à cette critique avec un argument plutôt faible (la femme de Makhaïski était juive donc il ne pouvait pas être antisémite) et surtout en nous fournissant des extraits peu convaincants des positions du penseur polonais à propos du rôle des Cent Noirs en Russie. La lecture des textes traduits par Alexandre Skirda ne peut qu’entretenir le doute tant que les textes n’auront pas été édités en français dans leur intégralité. De plus un traducteur qui cite autant d’auteurs réactionnaires (que Schatz présente aussi comme une source d’inspiration pour Makhaïski) ne nous rassure vraiment pas.

4Zeev Sternhell, Ni gauche ni droite : l’idéologie fasciste en France, Paris, Fayard, 2000, Folio, coll. « Folio histoire », 2012.

5Alexandre Skirda écrira d’ailleurs au sujet de l’Affaire Dreyfus : « Elle a donné lieu à une agitation confuse dans laquelle un chat révolutionnaire aurait eu beaucoup de difficulté à identifier ses chatons ! La cause de tout cela était la condamnation injuste d’un capitaine, (un millionnaire et fils d’un millionnaire en francs de l’époque) à cause de sa foi juive. Beaucoup d’anarchistes se laissent entraîner dans cet épisode discutable ; Sébastien Faure même mis en place un quotidien avec le soutien du capital juif. » (traduction par nos soins de l’original anglais Facing the Enemy: A History of Anarchist Organization from Proudhon to May 1968, translated Paul Sharkey, Edinburgh & Oakland, AK Press, 2002, p. 70).

6Par exemple Paul Clerey, Français, voici la Cinquième colonne, Paris, Spartacus, série A, n° 31, 1951 ou Suzanne Labin, La conspiration communiste ; l’hydre totalitaire, comment la museler, Paris, Spartacus, collection « Spartacus », série A n° 33, 1957.

William Blanc, Christophe Naudin, Charles Martel et la bataille de Poitiers. De l’histoire au mythe identitaire, Paris, Libertalia, collection « Ceux d’en bas », 2015, 328 pages, 17 €, préface de Philippe Joutard.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

William Blanc et Christophe Naudin s’étaient fait connaître du (grand) public avec la publication en 2013 du livre Les Historiens de garde, critique acérée de tout un courant réactionnaire de l’historiographie actuelle1. Ils poursuivent leur démarche dans cette nouvelle étude, qui se veut en particulier contre-feu à toute une mythification de la bataille de Poitiers, sensible en particulier dans les franges les plus à droite de l’échiquier politique, afin « (…) d’apaiser les discours et d’empêcher les récupérations les plus éhontées. » (p. 265). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que leur travail réserve nombre de surprises. Il s’agit même, n’ayons pas peur de le dire, d’un modèle méthodique, tant cette approche est à la fois plurielle et solide, possédant en outre une riche iconographie, largement mise à profit.

La première partie s’intéresse aux faits proprement dit, usant d’une bibliographie large et actualisée. Et d’emblée, en évoquant la conquête initiée par les successeurs de Mahomet, les deux auteurs insistent sur sa nature d’abord politique, appuyée sur un soubassement religieux (ils la qualifient dès lors d’islamique plutôt que de musulmane). Ils rappellent également le contexte géopolitique très particulier dont ont profité les cavaliers arabes, celui d’un affaiblissement conjoint des deux grands empires du Proche Orient, byzantin et perse sassanide, tout juste sortis d’un affrontement de longue durée, et également sujets à des dissensions internes de nature religieuse et à un poids jugé excessif de la fiscalité. La conquête ultérieure de l’Espagne, qui est d’ailleurs en proie, elle aussi, à des divisions intérieures, permet de relativiser le caractère implacable de la conquête islamique. D’autant que l’islamisation de la péninsule ibérique ne fut effective qu’à compter du IXe siècle. Concernant plus spécifiquement la bataille de Poitiers, sur laquelle les sources sont d’ailleurs fort divergentes2, William Blanc et Christophe Naudin rappellent que le pouvoir de Charles Martel, maire du palais, repose sur son statut de chef de guerre, d’abord à l’est de la Gaule, puis en direction de l’Aquitaine et de son seigneur, le duc Eudes. Charles Martel profita donc de la tentative de razzia menée par l’émir de Cordoue, qui mourut dans l’entreprise, pour aider Eudes et le placer sous son contrôle. Car il n’était visiblement pas question, pour les troupes musulmanes, de conquérir et de convertir l’ensemble de la Gaule, simplement de réaliser une série de pillages3. Les deux auteurs s’intéressent d’ailleurs aussi, et c’est là plus original et méconnu, au contexte en aval, la lutte entre Francs et Sarrasins se poursuivant en Provence, relativisant l’impact de la seule bataille de Poitiers. Guerre et paix connaissent alors une alternance marquée, de Pépin, fils de Charles, prenant Narbonne mais nouant de bonnes relations avec les Abbassides de Bagdad, à Charlemagne, menant une campagne militaire en Espagne omeyade – créant au passage la Catalogne – en profitant de ses dissensions internes, tout en soignant la diplomatie avec Bagdad là encore. Aucun manichéisme dans toutes ces relations, donc.

La plus grande partie du livre se consacre néanmoins à la mémoire séculaire de l’événement « Poitiers » et de la figure de Charles Martel. Ce dernier est en effet valorisé au XIIIe siècle, avec les Grandes Chroniques de France, dans le souci de donner une filiation longue et solide aux Capétiens, mais sa place écrite comme visuelle y demeure mineure, la dimension religieuse n’étant de surcroît guère soulignée. Face à ce discours royal, une tradition ecclésiastique critique se dégage très tôt, en lien avec l’utilisation jugée abusive par Charles Martel des biens de l’Église afin de financer ses campagnes militaires : c’est celle du rêve de Saint Eucher, découvrant un Charles Martel souffrant en enfer, une idée reprise par Philippe le Bel, caressant la volonté d’apparaître comme un chef chrétien respectueux… Enfin, dans le domaine de la fiction, la Bourgogne au XVe siècle voit publier des récits prenant de grandes libertés avec la réalité historique, témoignant en particulier d’une grande méconnaissance de l’islam (les Sarrasins y sont avant tout synonymes de païens). Poitiers et Martel s’avèrent ainsi d’une grande plasticité, ce qui se confirme dans les siècles ultérieurs. Là où un Sully utilise Martel pour justifier le changement de dynastie et l’accession au trône de la branche des Bourbons4, De Boulainvilliers s’en sert pour défendre la noblesse face à l’absolutisme5, et l’abbé Mably le peuple face à ce même absolutisme. C’est également au XVIIIe siècle que la dimension confessionnelle commence réellement à être prise en compte. Voltaire, en effet, défend l’islam comme incarnant les Lumières d’autrefois face à un Martel obscurantiste. Chateaubriand, quelques décennies plus tard, incarne son parfait opposé, lui qui défend le christianisme face au despotisme de l’islam, justifiant les croisades comme la légitime revanche de l’agression de Poitiers. Louis Philippe célèbre quant à lui Charles Martel à Versailles, au sein d’une série de tableaux commandés pour l’occasion, en tant que défenseur de la chrétienté (non sans un arrière-plan plus algérien, écho de la conquête alors en cours du territoire). Dans cette utilisation polymorphe, le cas le plus original est certainement celui de l’écrivain libanais Jurji Zaydan (1861-1914), auteur d’un roman abordant Charles Martel6.

Il n’empêche, sur l’ensemble de la période étudiée, la bataille de Poitiers et Charles Martel demeurent minoritaires quant aux préoccupations des lettrés et aux goûts du grand public, y compris dans les œuvres d’art et les manuels scolaires à compter du XIXe siècle7. Quant à l’extrême droite, justement, ce n’est que récemment qu’elle s’est appropriée la figure de Charles Martel. Le basculement de positions pro-arabes, liées à un antisémitisme de longue durée, est à rechercher dans les événements du Kosovo en 1999 puis les attentats du 11 septembre 2001. Les écrits de Guillaume Faye ou les réflexions de la Nouvelle Droite (avec l’influence de Samuel Huntington), l’appropriation de Martel par le MNR de Bruno Mégret dès l’an 2000 (pour tenter de faire pièce à la Jeanne d’Arc du FN), puis par Marine Le Pen, Renaud Camus et le « Grand Remplacement », mais également, pour le grand public, les ouvrages de Dimitri Casali ou Lorant Deutsch8, sont autant de jalons dans cette reconquête d’une image historique9, dont on aura saisi toute la dimension opportuniste. Comme nous l’annoncions en introduction, ce livre est bien un modèle du genre, qui s’attache à déconstruire un mythe historique à travers la longue durée de sa représentation. Souhaitons que sur d’autres mythes, des recherches similaires soient menées de manière aussi sérieuse.

1Voir la recension de l’ouvrage sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3032

2Même la date n’est pas absolument certaine, 733 étant parfois évoqué. On notera également que dans les travaux anglo-saxons, la bataille est celle de Tours, et non de Poitiers.

3« Si la violence de leurs actions fait l’unanimité dans les sources, l’affrontement n’est pas religieux, mais politique. » (p. 79).

4Avec un pendant dans le domaine de la fiction en la personne de René de Ceriziers, qui réinterprète la célèbre légende de Geneviève de Brabant. Il y aura comme une réplique de cette tendance dans les premières années du pouvoir de Napoléon, qui préférera finalement s’appuyer sur la figure plus consensuelle de Charlemagne.

5« Boulainvilliers se représente ainsi les rois comme un corps étranger dont l’aristocratie doit se méfier, surtout s’ils s’appuient sur des troupes composées de soldats de fortune venus de tous les horizons. » (p. 140).

6« Zaydan n’oppose pas, dans son roman, les religions entre elles. Pour lui, le principal clivage est civilisationnel et dresse d’un côté les peuples primitifs et guerriers, agissant par cynisme – les Francs, les Berbères pillards qui finissent par mener l’armée de l’émir à sa perte – et de l’autre les nations civilisées, Gallo-Romains et Arabes, destinées à collaborer. » (p. 182). On remarquera qu’il y a là des similitudes avec les positions d’une certaine extrême droite occidentale, voir ci-dessous.

7Les deux auteurs nous semblent toutefois à ce sujet sous-estimer en partie la dimension excessive de nombre de résumés, exagérant le danger sarrasin et la dimension religieuse de l’événement.

8De ce dernier, voir la recension de son livre Hexagone sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4867

9« Il aura fallu une quinzaine d’années (…) pour que l’extrême droite fasse sa révolution islamophobe. » (p. 247), aussi glissant que puisse être par ailleurs le terme d’islamophobie.

Anne Blanchard, Rosa Luxemburg. Non aux frontières, Arles, Actes sud Junior, collection « Ceux qui ont dit non », 2014, 82 pages, 8 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Dans cette collection destinée au jeune public, qui comporte des titres sur Federico Garcia Lorca, Lucie Aubrac, Simone Veil ou Gandhi, celui-ci est consacré à la révolutionnaire allemande Rosa Luxemburg. Évidemment, en si peu d’espace, pas de révélation sur la vie de Rosa Luxemburg, mais une évocation très sensible à la fois de ses idées et de sa personnalité, à travers le regard et les notes de son chat Mimi, procédé littéraire supposé plus « accrocheur » pour les jeunes lecteurs.

On voit se dérouler en quelques scènes les principaux moments de sa vie, depuis sa Pologne natale jusqu’aux rues de Berlin en janvier 1919, lorsque Rosa est arrêtée par les corps francs, soutenus et financés par le pouvoir des sociaux-démocrates, exécutée en même temps que l’autre dirigeant de la révolution Karl Liebknecht. Il est cependant dommage que cette évocation sensible de l’action de Rosa Luxembourg, tout entière tendue vers le socialisme et la révolution, soit amoindrie par quelques remarques étonnantes, indiquant une méconnaissance voire une ignorance de l’histoire soviétique, ce qui est pour le moins dommageable lorsque l’on souhaite « éduquer » un jeune public. Que l’on en juge : « Pourtant, moi, Mimi, je vous le dis, la « maladie » ne va pas de propager très vite, si l’on attend l’aide de Lénine. Cet égoïste se concentre sur son seul pays : la Russie. D’ici à ce qu’il théorise « le socialisme dans un seul pays », il n’y a qu’un pas » (p. 64).

Une succincte bibliographie ainsi qu’une chronologie complètent le texte. S’y ajoute également un développement sur ceux qui aujourd’hui, jeunes mobilisés pour le soutien aux sans papiers, militants altermondialistes, luttent contre les frontières. L’ouvrage aurait gagné encore en proposant quelques photographies.

Pierre Laforgue, Politiques de Baudelaire. Huit études, France, Eurédit, 2014, 240 pages, 49 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

On connaît la fameuse phrase de Baudelaire selon laquelle le coup d’État du 2 décembre 1851 l’aurait physiquement « dépolitiqué ». Reprise et répétée à l’envie, elle semble servir de preuve, et dispenser la critique de toute analyse, de toute interrogation sur la signification exacte et les contours de cette étrange expression. C’est le contre-pied de l’attitude passive et dogmatique de cette critique que Pierre Laforgue, dans ses huit études (dont une seule était parue précédemment), prend ici, en interrogeant la politique du texte baudelairien. Texte qui « est un texte politique, non seulement dans tel ou tel poème ou dans tel ou tel essai, mais dans sa totalité. Sauf que cette politique n’est pas énoncée en un discours suivi et que, si elle est partout dans l’œuvre, sa présence se fait sur le mode de l’étoilement » (p. 19). Et Laforgue d’interroger ces politiques, en fonction d’une étude originale, en adoptant la méthode de la sociocritique. Celle-ci consiste à rejeter la déshistorisation des poèmes de Baudelaire, tout en ne cédant pas au leurre d’un pseudo travail de décodage politique de ses écrits. Il s’agit dès lors de « montrer comme le politique trouve à s’inscrire dans l’œuvre de Baudelaire » (p. 18), en s’intéressant à son énonciation plutôt qu’à son énoncé (p. 191).

Si les études réunies ici démontrent l’originalité et la pertinence d’une telle méthode, parfois, tout à sa défense de la légitimité de la sociocritique au regard d’une lecture (trop directement) politique, Laforgue en vient à l’une ou l’autre affirmation, qui mériterait d’être plus nuancée. Ainsi, Une mort héroïque est peut-être une « fable sans morale » (p. 185), en un sens seulement partiel car si, de fait, le poème ne délivre pas de morale explicite, il appelle néanmoins le lecteur à s’interroger sur la morale d’une telle histoire – et le caractère énigmatique du récit sert d’ailleurs de catalyseur à cette interrogation. De même, dire que Baudelaire, dans Assommons les pauvres !, s’amuse à retourner et à vider de sens, les termes d’une opposition politique de type bourgeois/socialiste, droite/gauche (p. 188) est inapproprié, car un tel retournement, évidement, s’avère impossible. Ces contradictions correspondent plutôt à la posture politique du romantisme (voir à ce sujet Michaël Löwy et Robert Sayre, Révolte et mélancolie. Le romantisme à contre-courant de la modernité, Payot, 1992).

L’auteur insiste à juste titre sur l’importance du romantisme aux yeux de Baudelaire, qui situe toujours sa réflexion par rapport à celui-ci (p. 94), en prenant au sérieux sa dimension politique (p. 126). Cela permet à Laforgue de mettre en lumière le concept baudelairien de « modernité », comme « inflexion du romantisme » (p. 92), « conscience que politique et histoire se sont dissociés l’une de l’autre » (p. 88), marquant dans le même temps l’exil du poète et celui de l’histoire. De plus, il éclaire la dimension politique du dandysme de Baudelaire et le relief tout particulier de 1848 dans son œuvre : « 1848 est une des composantes majeures de la poétique de Baudelaire dans Les Fleurs du Mal, – quand bien même Baudelaire ne s’implique plus aussi nettement dans l’événement 1848 » (p. 76).

Les huit études du recueil sont aussi intéressantes qu’agréables à lire, peut-être plus encore les trois analyses de poèmes en prose, particulièrement riches, qui clôturent cet essai. Ainsi, Laforgue fait entendre avec brio le grincement du poème Le Vieux Saltimbanque, proposant en outre une réflexion stimulante sur la tension entre poésie et réalité de la pauvreté, dont la prose constituerait « la seule modalité possible de la représentation d’une réalité qu’il est impensable de soumettre à un régime poétique d’écriture », Baudelaire se refusant à toute esthétisation. Et l’auteur de conclure que « Le Spleen de Paris est peut-être plus profondément le livre de la misère – de la misère de la poésie » (p. 156-157).

Nous ne pouvons que nous réjouir que paraissent coup sur coup deux essais – Lectures du Spleen de Paris, sous la direction de Steve Murphy, et auquel, d’ailleurs, Laforgue a contribué (voir le compte-rendu sur ce blog) et ce livre-ci –, qui renouvellent, dans le champ critique francophone, les analyses de l’œuvre de Baudelaire, en les réinscrivant dans l’histoire et en redonnant à voir leurs enjeux esthétiques, mais aussi politiques.

Jean-Clément Martin, Laurent Turcot. Au cœur de la Révolution. Les leçons d’histoire d’un jeu vidéo, Paris, Vendémiaire, collection « Chroniques », 2015, 144 pages, 14,50 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Dans ce court opus, deux historiens, Jean-Clément Martin et Laurent Turcot questionnent la 5e livraison d’Assassin’s Creed unity, jeu vidéo d’Ubisoft qui, sorti en novembre 2014, suscita l’ire de Jean-Luc Mélenchon, du Front de gauche, amorçant une courte polémique1. Au cœur de la controverse, la peinture d’une Révolution française sanglante, complotiste et très peu robespierriste.

L’ouvrage ne revient pas sur cette polémique, sinon dans une courte introduction. Au cœur de l’opus, deux contributions, et deux historiens qui acceptent de se prêter au jeu de la critique historique d’un nouvel objet heuristique, le jeu vidéo et ses gamers. Laurent Turcot borne son propos à la comparaison du Paris arpenté par le gamer avec ce que l’histoire sociale révèle du Paris du XVIIIe siècle. Le propos est érudit, mais perd finalement de vue l’originalité de l’analyse, celle d’une saisie d’une fiction ludique en regard de la discipline historique. Sur ce point, le texte de Jean-Clément Martin est plus prolixe, significativement titré « De l’histoire comme terrain de jeu ». Méthodologiquement, c’est le point de vue du gamer qui est pris comme cible. Le jeu est là le produit d’une culture monde et le référent d’une communauté mondialisée au sein de laquelle l’histoire de la Révolution française, réfractée au prisme des traditions nationales et politiques, constitue un angle mort. Il n’est pas de leçon didactique pour les concepteurs d’Assassin’s creed, quoique les deux historiens furent consultés. En soi, le jeu vidéo constitue un autre discours mondialisé et déshistoricisé sur la Révolution française. Il doit composer avec la série de ses prédécesseurs, retrouvant là l’angle complotiste d’une lutte entre deux sociétés secrètes, comme avec les règles qui structurent la notion même de jeu vidéo. Ainsi peut-on rejouer une même scène ad libitum, et à partir d’un point de départ identique, multiplier et explorer les possibles d’une action. L’histoire, dans sa linéarité, s’efface au profit d’une multiplication des possibles, forme de variante uchronique.

A ce point, le jeu se questionne comme un genre, plus qu’un objet historique. Il relève du système des mass- media, dont il constitue un nouvel avatar. Le considérer comme tel l’inscrit alors dans une série historique, ouverte par le roman-feuilleton, poursuivie par l’opéra, la BD, le cinéma, la télévision… Il est alors un objet en soi, qui dicte lui-même les conditions techniques (la console, le jeu en ligne…) et intellectuelles (la notion même de jeu vidéo) de sa visite comme artefact culturel.

On mesure à ce point pourquoi la polémique fut politiquement stérile à l’automne 2014. Les logiques d’Assassin’s creed se déploient dans une culture mondialisée pour qui l’histoire n’est qu’un répertoire d’action pour le gamer, et non un scénario déjà là, écrit, ni une leçon didactique. Le politique du jeu s’appréhenderait ainsi, se résumant d’une question : ce type de production peut-il accoucher d’un nouveau grand récit de la Révolution française, comme naguère les romans et les feuilletons tramèrent au XIXe siècle deux modes d’être au fait révolutionnaire ?

Valentina Bianchi, Nougé et Magritte. Les objets bouleversants, Allemagne, P.I.E. Peter Lang, 2015, 295 pages, 44,90 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce qu’il est convenu d’appeler la théorie des « objets bouleversants » occupe une place centrale au sein du surréalisme belge, en général, et dans la réflexion de son principal théoricien et poète, Paul Nougé (1895-1967), en particulier. Elle circonscrit largement le périmètre des expérimentations, tentatives du groupe de Bruxelles – dont fait partie bien sûr René Magritte (1898-1967), qui, dans nombre de ses toiles, testa et vérifia les recherches et explorations poétiques du groupe –, en constituant l’un des moyens privilégiés de son projet de subversion. Par extension, elle contribue également à différencier – tant sur les plans politique qu’artistique – les surréalistes belges de leurs homologues parisiens. Ce livre entend donc revenir sur cette notion d’« objets bouleversants », en croisant les œuvres et les parcours de Nougé et Magritte.

L’auteur prend le parti – justifié – de s’appuyer et de citer abondamment les écrits de Nougé et Magritte. Valentina Bianchi cerne bien la singularité de l’écriture de Nougé, axée sur « une confiance toute de travers, issue de la défiance même » de la littérature (p. 240). Le livre offre également quelques reproductions de tableaux. Mais le problème est que cet essai constitue moins une analyse, qu’une suite (trop longue et, à la fin, quelque peu fastidieuse) de descriptions des peintures de Magritte et une paraphrase des écrits de Nougé. Les pages où l’auteur présente une approche originale, comme le parallèle qu’elle fait avec la Roumanie (p. 45 et suivantes), le retour sur la rupture de style après 1945, dans la peinture de Magritte, avec les périodes Renoir (ou surréalisme en plein soleil) et vache (p. 181 et suivantes), ou l’examen du portrait de Nougé fait par Magritte (p. 211 et suivantes) sont à la fois trop rares et ne vont pas assez loin. Dès lors, le livre ne propose pas vraiment un éclairage original, ni d’éléments nouveaux aux écrits de Nougé.

Outre le manque d’analyse, la méthode employée souffre d’un triple décalage, qui n’est jamais interrogée. Ainsi, Valentina Bianchi s’appuie sur les écrits de Nougé et ceux de Magritte, mais l’essentiel de l’œuvre théorique du premier a été écrit de 1924 aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale, durant l’aventure collective du surréalisme, alors que les textes publiés de Magritte sont pour la plupart – mis à part quelques-uns, dont Les mots et les images (1929) et La ligne de vie (1938) – postérieurs à 1950 ; soit postérieurs à la rupture avec Nougé et à la fin d’une action collective. Pourtant, la continuité, au-delà du style pictural, du parcours de Magritte et de son œuvre est postulée comme évidente, alors même qu’elle pose problème.

De plus, mettre sur un même plan la réflexion rigoureuse et exigeante de Nougé, d’une part, avec les propos d’artiste, les entretiens et lettres à ses marchands de tableaux de Magritte, d’autre part, est par trop céder au marketing publicitaire, qui fait écran aux peintures de Magritte, déclinées en toujours plus de produits dérivés. La théorie de Magritte passe dans ses tableaux… du moins, jusqu’à la fin des années 1940, lorsqu’ils participaient réellement d’une expérimentation, et avant que le peintre ne se répète, en faisant du « Magritte » jusqu’à la nausée. Enfin, il y a un décalage par rapport au positionnement politique de Nougé et de Magritte. L’auteur restitue fidèlement (p. 271 et suivantes) leurs rapports et confrontations avec le Parti communiste belge, mais cette question – centrale et complexe – aurait mérité mieux que ces quelques pages.

Ce triple décalage ne permet pas dès lors de préciser la dynamique et l’objectif du bouleversement. Car que visaient-ils à subvertir ? À répéter que la cible était « les habitudes », et que le surréalisme est avant tout un état d’esprit, on passe à côté de la fureur, justement au cœur de cet état d’esprit, et de l’horizon révolutionnaire au sein duquel les surréalistes entendaient opérer, et à partir duquel ils interrogeaient les habitudes – leurs actes et leurs vies. Les correspondances entre révolution sociale et subversion artistique, qui animent la dynamique de bouleversement, sont ainsi non ou insuffisamment pris en compte.

Deux exemples pour témoigner de ce fait ici. Valentina Bianchi revient de manière intéressante sur l’hommage de Nougé à Angèle Laval qui, par ses lettres anonymes, sema la confusion et le chaos dans la ville de Tulle entre 1917 et 1922 (ce fait divers inspira le film Le Corbeau (1943) de Henri-Georges Clouzot). Mais elle ne situe pas correctement la position de Nougé. Celui-ci s’interroge, à partir de ce cas, sur les moyens et les effets de l’écriture, et s’il « défend » la méthode de Laval, il n’en signale pas moins les limites et la faiblesse, qui se marquent aussi en termes de déconnexion avec une lutte sur un autre plan. Et Nougé d’écrire : « imagine-t-on Angèle Laval participant au travail d’un parti révolutionnaire à l’heure de l’insurrection ? Cette chance lui a été refusée » (Paul Nougé, « Reconnaissance à Angèle Laval », Histoire de ne pas rire, Lausanne, 1980, p. 77).

De même, l’auteur ne fait que passer sur le tableau de Magritte Le modèle rouge (1935) et les lignes que lui consacre Nougé (p. 194-195), sans repérer la charge explosive de cette peinture – ni le contexte saturé politiquement dans laquelle elle s’inscrit (à partir de 1934, sous la pression des événements, la stratégie du groupe bruxellois subit une inflexion, et son intervention sur le plan politique se fait plus direct et pressant). Ainsi, dans le prolongement de cette toile, Nougé radicalise la falsification des relations humaines imposées par les conditions sociales, en affirmant que celles-ci affectent également notre vie la plus intime, « les objets familiers », et que Le modèle rouge lance « un cri d’alarme » (Paul Nougé, « René Magritte ou la révélation objective », Histoire de ne pas rire, p. 296) pour s’arracher à ce fétichisme, en appelant, en conséquence, à un bouleversement généralisée, qui ne s’arrête pas à la prise du pouvoir. Dès lors, si le plan sur lequel se déploie la notion d’objets bouleversants n’est pas réductible à celui de la révolution sociale – et les surréalistes belges ont longtemps pris soin de les distinguer –, des correspondances existent entre les deux, qui, faute d’être reconnues et analysées, empêchent d’appréhender la dynamique et l’objectif du bouleversement à l’œuvre.

Marc Perelman, Le Corbusier. Une froide vision du monde, Paris, Michalon, collection « Document », 2015, 256 pages, 19 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

L’actualité médiatique, qui fonctionne et vit selon ses propres courants internes, connaît un certain magnétisme autour de la figure de Le Corbusier, à qui une exposition est spécifiquement consacrée au Centre Pompidou de Paris, dans le même temps où sortent en librairie plusieurs ouvrages critiques à l’égard du personnage. Parmi eux, celui de Marc Perelman, que l’on connaissait jusqu’à présent surtout pour ses travaux liés à la « théorie critique du sport »1, mais qui avait déjà livré une étude sur Le Corbusier en 1986, Urbs ex machina, Le Corbusier (le courant froid de l’architecture). Son approche se veut volontairement globale, considérant qu’entre les écrits et les réalisations, nulle antinomie n’existe au sein de ce qu’il qualifie d’« œuvre-système » (p. 36).

En fait, Marc Perelman situe Le Corbusier au sein de l’esprit totalitaire du XXe siècle. Il rappelle non seulement sa proximité avec des éléments fascistes français2 puis avec les autorités de Vichy au début des années 1940 – autorités qui lui avaient confié le projet de plan d’urbanisme d’Alger –, mais surtout son souci d’ordre exacerbé. « Architecture ou révolution », telle est l’alternative posée par Le Corbusier lui-même en 1925, qui voit dans la transformation radicale de l’urbanisme le moyen d’adapter l’homme à la société technologique en lui redonnant un cadre inspiré d’une nature profondément idéalisée : surplombante et dominatrice, elle est finalement synonyme d’architecture. Car c’est bien l’idée d’ordre qui semble guider l’architecte, attaché à la hiérarchie sociale, et désireux d’intégrer, de policer la population au sein de ses nouvelles villes. Selon Marc Perelman, l’urbanisme défendu par Le Corbusier, dont la pointe avancée est le projet de réaménager en profondeur le centre de Paris (Plan Voisin), apparaît donc comme privilégiant la structure, l’ossature, sur un mode standardisé, taylorisé. Il serait donc celui d’une ville sans histoire, soucieuse de vitesse et de concentration démographique : les rues traditionnelles doivent disparaître au profit de l’automobile et d’axes qui lui seraient dédiés, tandis que les habitats, en hauteur, seront des tours de verre géométriques, rigoureuses, entourés d’espaces verts eux aussi ordonnés. L’analyse est donc clairement à charge, Marc Perelman faisant à la fin de son étude le lien avec le fascisme3 et la vision critique du sport4. Le Corbusier défend en effet l’activité sportive, destinée à occuper les loisirs afin de ne pas laisser la population désordonnée, ce qui s’inscrit, selon l’auteur, dans un projet explicite de contrôle social. Dans cette approche, le Modulor, étalon humain universel, représente une volonté de contrôle corporelle : « Le corps est soumis à une mathématisation, une géométrisation du monde, il est réduit à l’exhibition de proportions abstraites. Il est divisé, fragmenté, morcelé, haché. » (p. 217).

Cet essai souffre malheureusement de plusieurs faiblesses qui n’en font qu’une critique partielle, loin de pouvoir s’imposer comme une approche suffisamment convaincante. Il s’adresse en effet à un public déjà un tant soit peu familier de l’homme et de l’œuvre, car en plus de ne proposer aucun itinéraire biographique pouvant servir de repère, Marc Perelman livre un ouvrage consacré à l’architecture… dépourvu de toute iconographie ! Quelques reproductions de plans ou maquettes en noir et blanc auraient suffi à mieux matérialiser ce dont il était question. Par ailleurs, sa prose est souvent excessivement technique, théorique voire abstraite, ne reposant pas sur suffisamment d’exemples concrets des réalisations de l’architecte, de croquis, et se perdant parfois dans des circonvolutions sources de répétitions. Enfin, Le Corbusier est certes replacé dans la modernité du XXe siècle, mais la mise en perspective est quasiment absente. Quelle est sa place dans les courants architecturaux contemporains, est-il représentatif ou singulier, dans quelles filiations se place-t-il, y compris en remontant jusqu’à l’Antiquité et les plans orthogonaux d’Hippodamos de Milet, par exemple ? Autant de questions dont on ne trouvera pas ici les réponses.

1Voir par exemple Le Sport barbare. Critique d’un fléau mondial, Paris, Michalon, 2008, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_divers.htm#perelman

2 « Le Corbusier a été de façon continue du début des années 1920 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale proche de l’extrême droite, parfois fascisante, voire fasciste. » (p. 48).

3« Les normes anthropométriques du Modulor avouent l’attrait pour le corps fasciste. » (p. 226), ce qui nous semble au moins en partie excessif.

4Il met également à profit les critiques de Walter Benjamin ou des situationnistes, mais cet angle d’attaque n’est hélas que survolé.

Guy Debord, Lettres à Marcel Mariën, Toulon, éditions La Nerthe, collection « La petite classique », 2015, 165 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Sous cette belle couverture, sont rassemblées les lettres de Guy Debord (1931-1994) – dont cinq inédites – adressées à Marcel Mariën (1920-1993), l’un des surréalistes belges les plus actifs et le responsable de la revue Les Lèvres nues (1954-1958). Dans l’introduction, François Coadou dresse les parcours, d’une part, de Guy Debord et de l’Internationale lettriste (IL), d’autre part, de Mariën et du surréalisme en Belgique, de leur rencontre, enfin.

François Coadou note ainsi les points de contact – la critique du surréalisme parisien, une démarche plus matérialiste, l’usage du détournement, l’intérêt pour le cinéma… – et rappelle l’importance des Lèvres nues pour la cristallisation et la diffusion des théories lettristes, puisqu’y paraîtront d’importants textes, sur la dérive et le détournement notamment. Dans la première lettre, datée du 24 octobre 1954, Guy Debord remercie son correspondant pour l’envoi de livres de Paul Nougé, principal poète et théoricien surréaliste belge, alors pratiquement inconnu en France, et avec lequel la recherche situationniste a des affinités. Mais dès la seconde lettre, quelque mois plus tard, se manifeste un désaccord ; les Français ne partageant pas la foi de Marcel Mariën en « la valeur réellement agissante de la méthode actuelle des Partis Communistes » (p. 30).

Au fil des lettres, d’un intérêt inégal, mais appuyées par un important appareil critique de notes, le lecteur suit les appuis logistiques – ainsi Rapport sur la construction des situations de Debord fut imprimé en Belgique, avec le soutien de Mariën –, les actions communes – contre l’exposition L’industrie du pétrole vue par les artistes par exemple –, le travail éditorial, les réflexions sur les événements (notamment la catastrophe de Marcinelle, en Belgique, le 8 août 1956, qui coûte la vie à 262 mineurs). Si le ton, teinté ici ou là d’ironie, demeure amical, il n’est pas véritablement chaleureux. Et François Coadou de s’interroger sur les raisons qui expliquent que, sans jamais avoir été exclu, Marcel Mariën ne participe pas à la fondation de l’Internationale situationniste en 1957. Il avance deux hypothèse : la présence d’Asger Jorn (1914-1973), offrant aux futurs situationnistes l’accès à des réseaux plus intéressants, et la réticence de Marcel Mariën à suivre la logique d’exclusion de Guy Debord. Et il est vrai que celle-ci – comme en témoignent ces lettres – mêlait le souci réel d’une radicalisation, qui se dégage des ornières de l’esthétisme, à une stratégie de positionnements avant-gardistes, qui devait apparaître, aux yeux de Marcel Mariën, comme la reprise des tares et du parisianisme du surréalisme français, avec lequel il avait justement voulu rompre.

Jean Solchany, L’Allemagne au XXe siècle entre singularité et normalité, Paris, PUF, Collection « Nouvelle Clio », 2003, 490 pages, 36 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Dans cet ouvrage, Jean Solchany tente de prendre le contre-pied de la thèse de l’exceptionnalité allemande. Et si l’épisode nazi – somme toute de brève durée – était « l’illustration des potentialités malignes de la modernité occidentale plutôt que l’aboutissement d’une voie particulière (Sonderweg) ? ». Disons tout de suite qu’on ne sort pas convaincu de la démonstration, mais enrichi oui !, considérablement, tellement l’érudition de l’auteur est grande, et charmé aussi par un style limpide. Il n’est pas aisé de retracer en un volume un siècle d’histoire allemande, du début de la République de Weimar à la chute du Mur de Berlin. Le défi est relevé brillamment par l’auteur, en trois parties (Weimar, p. 25-151, Allemagne nazie, p. 153-307, Les années de l’après-guerre, p. 309-454) précédées d’une abondante bibliographie qui fait la part belle aux historiens allemands, selon les normes de cette célèbre et ancienne collection.

De la première partie nous retiendrons tout d’abord la tentative de caractériser les diverses cultures politiques héritées de l’Empire, un peu à la manière de René Rémond. Il voit quatre grands milieux socio-professionnels : la démocratie-chrétienne (le Zentrum), la gauche (SPD et KPD), le libéralisme (notamment le Parti Démocratique allemand – DDP – de Friedrich Naumann), les Nationaux-Allemands (DNVP : Deutschnationale Volkspartei), un milieu dans lequel s’épanouit l’idéologie völkisch (mysticisme germanique mêlé de racisme biologique). Seule novation des années 1920 : l’affirmation d’une cinquième culture politique à l’extrême droite, le nazisme, en même temps que se militarise la vie politique. L’auteur évoque également l’évolution de la condition féminine. Certes l’avortement reste interdit, mais dans les grandes villes des cellules d’information sur le mariage et la sexualité permettent la diffusion de moyens contraceptifs. Le succès du livre de Theodor van der Velde (Die volkommene Ehe, Le mariage accompli, 1926) témoigne de l’importance de ces questions. Désormais les femmes votent. Elles sont allées aux urnes massivement en janvier 1919 (90% des femmes ont voté pour l’Assemblée constituante, et 9,6% des députés élus ont été des femmes). Malgré tout les progrès restent fragiles. Avec la crise et le chômage massif naît un ressentiment contre les épouses qui travaillent : « la normalité patriarcale sera remise sur pied ». En effet, malgré « la fulgurance des avant-gardes », le succès du jazz et les audaces du Bauhaus en architecture, les formes de culture traditionnelle subsistent avec force. Ainsi en littérature, sur les trente-quatre romans vendus à plus de 500 000 exemplaires entre 1918 et 1933, trois seulement échappent à la littérature de terroir exaltant le Heimat et les valeurs paysannes. Hans Grimm publie Volk ohne Raum (Peuple sans espace) en 1926, à 700 000 exemplaires, dans lequel il retrace l’aventure des Boers, convaincu du rôle dominant de la « race germanique ». Passée sous le contrôle d’Alferd Hugenberg, leader des Nationaux-Allemands, l’UFA (Universum Film AG) produit des films patriotiques, alors que le début des années 1920 avait vu fleurir les chefs d’œuvre expressionnistes. Et constamment sont dénoncées les œuvres « sans âme », « indisciplinées », « non-allemandes », « décadentes » ou « dégénérées ».

Hitler et le nazisme n’auront pas trop de difficulté pour se lover dans un pays dont beaucoup d’habitants étaient déjà mobilisés contre la modernité « décadente ». Comme l’écrit l’historien, « la proximité idéologique entre nationalistes-conservateurs et nationaux-socialistes a conduit la plupart des conservateurs (notamment la majorité des pasteurs et des théologiens, mais aussi plus de la moitié des médecins) à suivre aveuglément le pouvoir ». Certes diverses formes d’opposition ont existé, l’ambition totalitaire s’étant heurtée à la cohérence des milieux et des solidarités. Mais plutôt que d’employer le mot de « Resistenz » pour les désigner – comme le fait Martin Broszat – l’historien anglais Ian Kershaw préfère parler de « dissent » pour désigner des comportements réticents, différents de la « résistance organisée ». Sont bien synthétisés les débats historiographiques suscités par l’État nazi. Ainsi, qu’en est-il de la modernité du nazisme ? Son refus des Lumières, de la grande ville, du libéralisme, de la démocratie en fait-il « l’aboutissement des traditions autoritaires, militaristes et féodales qui font la spécificité d’un pays qui n’a pas suivi la voie classique de la modernité incarnée par les démocraties occidentales ? » (Toujours le fameux Sonderweg !). Ou plutôt, si on prend en compte ses effets modernisateurs – affaiblissement de la région, de la religion, de la famille, renforcement du pouvoir central – « le militarisme nazi apparaît moins comme la résurgence d’un prussianisme antédiluvien que la volonté de mobilisation totale de l’économie et de la société au service de la guerre, ambition née du choc de la Première Guerre mondiale, prologue sanglant du XXe siècle » (p.261). Là, c’est plutôt la thèse de « la brutalisation des sociétés européennes » développée par George L. Mosse qui est convoquée. Et si la lutte contre les asociaux et en faveur de l’hygiène raciale (« le projet inhumain et meurtrier de purification de la nation allemande de ses éléments jugés racialement ou socialement étrangers ») n’était que la reformulation radicalisée d’idées eugénistes véhiculées à l’époque par de nombreux scientifiques ? Le débat opposant historiens « intentionnalistes » (Hitler aurait décidé de l’extermination des Juifs dès 1919) et historiens « fonctionnalistes » (la Solution finale ne serait pas le produit d’un plan préétabli mais l’aboutissement d’un processus chaotique) est utilement synthétisé. Et de nouveau la responsabilité du peuple allemand n’est pas exonérée : « La prédisposition à l’intolérance induite par un antisémitisme diffus mais répandu a sans conteste facilité la tâche persécutrice et exterminatrice du régime nazi ».

Cette implication des « hommes ordinaires » dans la barbarie nazie1 est illustrée par la persistance de l’influence nazie en RFA après 1945, comme l’auteur le montre dans la troisième partie (p. 309-454) consacrée aux années d’après-guerre. Vers 1950 encore, « beaucoup d’Allemands voyaient dans le nazisme une bonne idée mal réalisée ». Et la poursuite des criminels nazis a été menée avec peu de zèle, les anciens de la Gestapo par exemple étant réintégrés dans la police. Cependant, au moins jusqu’à la fin des années 1990, l’électorat récuse les partis néo-nazis. Le développement sur la RDA nous montre un régime qui n’a jamais réussi parfaitement à dominer la société, malgré le développement de la Stasi (Ministerium für Staatssicherheit) et son impressionnant réseau d’informateurs. Dès 1953 les ouvriers se mettent en grève, puis les intellectuels (cf. le chanteur Wolf Biermann qualifié en 1965 de « chien de garde de la réaction ») et les chrétiens (campagne pour obtenir un service civil puis pacifisme) se mobilisent. Certes la RDA – souvent symbolisée par la silhouette désuète de la Trabant – a connu un moindre développement que la RFA, mais au milieu des années 70 elle connut un mieux sous Honecker. Le développement d’une nomenclature (la Dienstklasse) ne permettra pas, malgré tout, au régime de survivre à l’effondrement de l’URSS.

Un livre riche, complet, clair, bien écrit, un ouvrage de référence en bonne place dans toutes les bibliothèques universitaires. Par la connaissance du contexte historique, il nous permet d’affiner notre observation de l’Allemagne d’aujourd’hui.

1L’historien américain Christopher Browning a montré comment de braves gens du peuple de Hambourg se sont transformés en criminels, à été 1942, dans Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne (1994, Les Belles Lettres). Par contre, Jean Solchany disqualifie le livre à succès de Daniel Goldhagen, Les bourreaux volontaires d’Hitler (1997, Seuil), « vision rudimentaire du paradigme de la déviance allemande, une sorte de Sonderweg primitif … ne tenant pas compte de la recherche des 30 dernières années ».

Marie-Monique Robin, Sacrée croissance !, Paris, La Découverte / Arte éditions, collection « Cahiers libres », 2014, 304 pages, 19,90 €, préface de Matthieu Ricard.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marie-Monique Robin est une journaliste d’investigation, qui a publié et réalisé nombre d’ouvrages et de documentaires le plus souvent consacrés à l’écologie et aux ravages de l’industrie (citons entre autres Le monde selon Monsanto ou Notre poison quotidien). Cette fois, elle propose une sorte de vade mecum d’une transition pour une société meilleure et plus respectueuse de la biosphère, sous la forme d’un scénario de politique-fiction, qui prend même l’apparence d’une uchronie : sorti à la fin 2014, Sacrée croissance ! (qui s’accompagne également d’un documentaire télévisé éponyme) imagine en effet que le président François Hollande, suite à la publication du dernier rapport du GIEC en avril de la même année, aurait eu une véritable révélation et pris alors la décision de réorienter de manière radicale la politique de son gouvernement.

Il y a bien sûr une bonne dose d’ironie dans cette hypothèse, mais dans la mesure où tout l’exposé, fortement didactique1, repose sur elle, on ne peut s’empêcher de la prendre pour ce qu’elle est probablement, l’espoir caressé par Marie-Monique Robin d’une prise de conscience généralisée des risques induits par le réchauffement climatique. Car cette transformation de François Hollande est suivie par une mutation des esprits de l’ensemble de la population française, appelée le « Grand Chambardement », qui emporte également le soutien unanime des médias… puis de l’ONU et de tous ses membres ! S’ensuit alors un reniement du dogme de la croissance économique, qui permet le lancement de la « Grande Transition » (la terminologie joue sur un mode très répétitif). De même, à l’instar d’un Paul Ariès2, Marie-Monique Robin dénonce avec virulence le capitalisme financier, la société de consommation et la publicité qui la promeut, appelant les pays riches à réduire leur mode de vie au profit de pays pauvres devant nécessairement accroître le leur.

En fait, tout ce scénario repose sur un objectif relativement modéré, déjà énoncé par Matthieu Ricard dans sa préface (l’« harmonie durable », p. 11), qui ne remet pas fondamentalement en cause le fonctionnement intrinsèque du capitalisme, tout au plus sa tendance à la croissance verte. Malgré tout, Sacrée croissance ! déploie une démarche vulgarisatrice tout à fait louable3, qui permet à l’auteure de revenir sur l’origine de la croissance et de ses thuriféraires économistes, sur les Trente Glorieuses et le rapport Halte à la croissance ! du Club de Rome, mis en exergue, sur la sixième extinction massive des espèces actuellement en cours4, ou sur le principe du pic pétrolier, étendu aux métaux. De même, dans l’évolution du réchauffement climatique, elle souligne les illusions de la réduction des gaz à effet de serre5 et tout le danger de l’effet dit rebond, « (…) où le gain d’efficacité est utilisé pour consommer davantage le même type de produit (…) » (p. 116), ce qui l’amène à refuser toute fausse solution technologique6.

Les néo-classiques, comme Say ou Walras, sont ainsi stigmatisés, en tant que promoteurs d’une « science » économique excessivement mathématique et déconnectée du réel, contrairement aux figures d’Adam Smith ou de John Stuart Mill. Comparativement, Marx, pourtant cité à plusieurs reprises, n’est pas pleinement mis à contribution, ce qui confirme la tendance modérée du scénario, loin de tout écosocialisme7. La ligne de faille, pour Marie-Monique Robin, qui rejoint là une partie de l’extrême gauche actuelle, passe en effet entre les productivistes – parmi lesquels les communistes historiques et le marxisme – et les anti-productivistes. Ce faisant, elle permet de repérer dans son argumentation un silence assourdissant, celui du politique. Tout repose en effet sur un simple effort pédagogique, vision un rien naïve, gage d’une désintoxication vis-à-vis de ce qui est analysé comme une « addiction » au pétrole…

Au-delà de l’interrogation légitime sur la pertinence d’une telle approche, comment faire abstraction des conflits sociaux et des intérêts antagonistes ? Dans l’anticipation de Marie-Monique Robin, tout juste a-t-on, le temps de quelques lignes, un début d’émergence de mouvements proto-fascistes au service des grandes entreprises, avant que François Hollande, véritable deus ex machina, ne convoque de nouveaux États généraux, composés de représentants des « riches » (sic), du « clergé » (resic) et des « 99% » : une vision d’unanimisme national clairement interclassiste. Le monde entier peut ainsi communier dans les principaux axes alternatifs présentés : une agriculture à base de petites exploitations bio8, déclinée entre autre dans une agriculture urbaine (sur les toits) renouant avec le passé pré-industriel9 ; des sources d’énergie renouvelables et décentralisées, appuyées sur une propriété sociale (sous forme de coopératives, par exemple), n’hésitant pas à augmenter les prix afin d’encourager la sobriété ; le tout usant de « monnaies sociales », à l’instar des SEL.

Là encore, en dehors d’un surcroît d’intervention étatique, rien n’est avancée sur les institutions politiques qui accompagneraient ces terrains d’expérimentation d’une société qualifiée de « post-croissance » (plutôt que décroissante). Pour toutes ces pistes, Marie-Monique Robin s’efforce de s’appuyer sur des situations concrètes, des micro-expériences comme Rosario en Argentine témoignant de l’« extraordinaire (et méconnue) effervescence citoyenne » (p. 267) ; autant de modèles pluriels censés démontrer la validité de ces choix, mais qui ne résolvent pas la question de la globalité et l’écueil du repli sur soi10. Dans l’ensemble, Sacrée croissance apparaît donc comme souvent pédagogique dans ses démonstrations11, mais simpliste dans ses hypothèses de (politique) fiction.

1L’ensemble de l’ouvrage est construit autour d’interviews de personnes réelles, placées dans des situations fictives mais dont Marie-Monique Robin utilise livres existants ou déclarations archivées.

2Voir par exemple La Simplicité volontaire contre le mythe de l’abondance chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_ecologie.htm#aries, ou Le Socialisme gourmand. Le bien-vivre : un nouveau projet politique, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/1071

3Bien qu’un certain nombre d’erreurs factuelles soient commises : citons par exemple un Quesnay médecin de Louis XIV (au lieu de Louis XV) ou un Karl Marx décédé en 1894 (au lieu de 1883).

4Voir Franz Broswimmer, Une Brève histoire de l’extinction en masse des espèces, Marseille, Agone, 2010, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_ecologie.htm#broswimmerhttp://www.dissidences.net/mouvement_social_ecologie.htm#broswimmer

5Lorsque les entreprises occidentales délocalisent leurs sites de production les plus polluants dans des pays moins développés comme la Chine, par exemple.

6Sur cette thématique, voir Clive Hamilton, Les Apprentis sorciers du climat, Paris, Seuil, 2013.

7Ce alors qu’une belle citation de Gramsci ouvre le chapitre 6 sur « L’argent fou » : « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. », p. 143.

8Une transformation soutenue, précisons-le, par le dirigeant de la FNSEA…

9Au passage, le lecteur apprend que l’origine du mot maraîcher est à chercher dans l’agriculture pratiquée autrefois dans le quartier du Marais, à Paris (p. 186).

10La nécessité d’une réduction du temps de travail est susceptible de s’accompagner explicitement d’une réduction des flux migratoires (p. 271).

11Celle de l’empreinte écologique, expliquée p. 156-157 en particulier, est un modèle du genre.

Xavier Bruce, La République des enragés, Paris, ActuSF, collection « Les 3 souhaits », 2015, 312 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Il y a beaucoup à dire sur l’impact de Mai 68 sur la science-fiction française, et nous nous y étions déjà essayés dans le cadre d’un article publié dans le volume 4 de Dissidences consacré aux mutations du genre au cours des longues années 681. Le roman dont il est question ici est a priori très différent, puisqu’il est l’œuvre d’un jeune auteur, qui se replonge dans cette page de notre histoire à travers une uchronie inscrite de plein pied dans la science-fiction.

Tout débute en effet par la fuite, au début des années 1950, de neuf enfants âgés de moins de dix ans, orphelins ayant visiblement servis de cobayes pour des expériences menées sous tutelle de l’État au sein de l’Institut Heintelle et visant à élaborer des super-artistes. L’action se déplace alors seize ans en aval, concentrée sur quelques jours, du 3 au 9 mai 1968 à Paris. Les chapitres alternent la narration, tour à tour centrée sur ces enfants devenus grands : Antoine, le plus contestataire et violent, doté de pouvoirs télé kinésiques ; Adèle, membre d’un groupe trotskyste, qui prend plaisir dans la prostitution nécessaire à l’enlèvement d’un député gaulliste, en mettant à profit sa capacité de détriplement ; Arthur, artiste légèrement nymphomane et hypnotiseur redoutable ; Brigitte, une étudiante désireuse de satisfaire ses envies charnelles, capable de disperser sa matière corporelle afin de se rendre invisible. Tout ce beau monde se retrouve entraîné dans une partie de « billard à trois bandes » et plus : un militant du groupe Occident, désireux d’utiliser le fils d’un des pensionnaires de l’Institut Heintelle, qu’il voit comme un surhomme ; le pouvoir en place, qui souhaite remettre la main sur ces mutants en fuite, d’autant plus dangereux en situation de crise nationale, avec en prime un membre du gouvernement nourrissant d’importantes ambitions personnelles ; la micro-organisation trotskyste, enfin, obnubilée par son projet de rapt, qui se voit doublée par Antoine et Adèle…

On peut voir dans La République des enragés à la fois un exemple supplémentaire du retour en force des super-héros nationaux, à la suite de La Brigade chimérique2, et un signe du regain d’intérêt pour une politique contestataire, déjà sensible à la fin des années 1990, mais en grande partie désidéologisée. De manière plus générale, l’ensemble demeure un peu trop superficiel, ne saisissant qu’une partie de l’événement, riche pourtant de nombreuses facettes, ce qui ne s’explique qu’en partie par le choix de Xavier Bruce de concentrer son intrigue sur les premiers jours des événements. Certes, le contexte du mouvement étudiant est évoqué, mais principalement sous son angle sexuel. Qui plus est, cette révolution sexuelle mise sensiblement en valeur, que ce soit à travers le personnage ambiguë d’Adèle, bien loin d’une féministe affirmée, ou d’Arthur, conduit à demeurer très léger sur le substrat idéologique ou les causes plurielles des événements. Serge July, entraperçu à l’occasion d’une bagarre contre des militants d’extrême droite, sert surtout à faire un clin d’œil à son avenir journalistique, et la Fédération communiste révolutionnaire, présentée comme trotskyste, non seulement n’existe pas à l’époque3, mais utilise dans le récit des méthodes éloignées des véritables pratiques trotskystes (l’enlèvement et la séquestration d’un député gaulliste). En fait, ce que veut montrer l’auteur, c’est la légitimité de la révolte de la jeunesse, et le blocage, voire les tendances liberticides de l’État. Dans l’utilisation qui est faite par le pouvoir des jumelles artificielle, avec comme finalité le désamorçage de la colère jeune, il est même possible de voir un lien avec une nouvelle de Dominique Douay, « Venceremos », plus rude encore, publiée en 19754.

Enfin, le dénouement du récit, s’il ouvre sur une suite potentielle avec la disparition de de Gaulle, permet de mettre l’accent sur deux tendances de la lutte des années 68, avec une certaine anticipation : celle du banditisme et/ou de la lutte armée, et celle de la révolution culturelle, de la lutte pour de nouvelles mœurs5, qui a la préférence de l’auteur, délaissant là encore les évolutions les plus idéologiquement partisanes (le terme de maoïste n’apparaît nulle part)6. Les critiques que nous formulons, en partie relativisées par le ton volontiers humoristique adopté par Xavier Bruce, autorisent néanmoins à placer son roman à l’opposé de la prose plus sérieusement engagée d’un Alain Damasio, par exemple.

1« Mai 68 et la science-fiction française : naissance d’une littérature révolutionnaire ? », in Dissidences, volume 4, avril 2008, p. 132 à 149.

2La Brigade chimérique est une bande-dessinée de Serge Lehman et Fabrice Colin au scénario, Gess au dessin, publiée entre 2009 et 2010 aux éditions L’Atalante. Elle met en scène des super-héros européens, tels le Nyctalope (de Jean de La Hire), le Passe-Muraille (de Marcel Aymé) ou L’Accélérateur (de H.G. Wells), confrontés dans l’entre-deux-guerres à l’essor des totalitarismes, soviétique (incarné par le collectif Nous Autres, inspiré de Zamiatine) et surtout nazi (représenté par le docteur Mabuse, de Norbert Jacques et Fritz Lang). Une forme de remise en lumière d’un patrimoine littéraire en même temps qu’une interrogation sur l’éclipse que ces personnages ont connu après la Seconde Guerre mondiale.

3Xavier Bruce s’est sans doute inspiré du Front communiste révolutionnaire, créé à l’été 1973 pour remplacer la Ligue communiste dissoute, d’autant que sa FCR est présentée comme une dissidence de la Jeunesse communiste révolutionnaire, mais sans qu’il ne soit fait aucune mention de divergences idéologiques consistantes.

4Voir l’analyse qui en est faite dans mon article précédemment cité.

5« (…) le magnifier [le monde], l’améliorer, l’augmenter. Par l’art, l’amour, le sexe. Par l’innovation perpétuelle que cela implique. Une révolution permanente qui peut, par simple ricochet, tout modifier autour d’elle : idées, comportement, émotions. En un mot, la vie ; toutes ses composantes essentielles. » (p . 281).

6La bibliographie citée en fin d’ouvrage est d’ailleurs pour le moins succincte : le premier tome du Génération d’Hamon / Rotman, Mai 68. Une histoire du mouvement de Laurent Joffrin, et Mai 68, le journal de Dominique Lacout.

Toulouse-la-rose, Sentences de solitaire, Paris, éditions Sens & Tonka, 2014, 26 pages, 4 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ces « sentences » – qui s’ouvrent sur la mort (« Un cimetière est un jardin d’acclimatation radicale ») et se ferment sur un changement d’adresse – explorent à rebrousse-poil le colonialisme, la religion, la politique… la vie dans nos sociétés occidentales. Et cela avec un humour décapant et un détournement du bon sens : « Si les honnêtes gens pouvaient faire de la prison, ils ne voudraient plus y envoyer les malhonnêtes ». Elles invitent à retrouver un peu de cet état d’esprit qui fleurissait sur les murs des rues de Paris en Mai 68… Cependant, par leur jeu d’association et leur correspondance, ces sentences ne sont pas non plus éloignées de quelques-unes des Inscriptions du surréaliste belge Louis Scutenaire (1905-1987).

Entre auto-dérision – « Oui, je sais, lutter contre le travail, c’est encore laborieux » – et désespoir – « le XXe siècle, c’était Socialisme ou Barbarie. Le XXIe siècle, ce sera Barbarie ou Apocalypse » –, ces pages n’en délivrent pas moins une position critique limite, sinon une morale : « Mieux vaut se sentir à l’aise dans ses baskets de nihiliste de gauche plutôt qu’étriqué dans ses petits souliers d’anarchiste de droite ».

Julien Delmaire, Bogolan, Montreuil, éditions Le Temps des cerises, 2015, 55 pages, 10 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Chaque année, et encore récemment ce printemps 2015, des milliers de migrants africains meurent en Méditerranée, aux portes de l’Europe, dans une guerre qui ne dit pas son nom. Parmi eux, des émigrés sénégalais – dont la majorité des médecins formés dans le pays –, qui représentent plus de 3% de la population du pays (et la part de leurs transferts financiers, près de 10% du PIB du Sénégal). Cette réalité participe de la reconfiguration des rapports Nord-Sud. Quelle trace, quel écho de tout cela dans la poésie qui s’écrit aujourd’hui ? Bogolan en parle en tous les cas, mais comme de biais et de manière fiévreuse et chahutée.

Il y a dans ce livre, éclaté en quarante fragments, comme un rythme effréné, une série de chocs, organisés en détours et retours, depuis le quartier populaire de Dakar jusqu’au cœur de l’Europe. Cela commence par un constat mi-désespéré mi-ironique – « on sert encore du café à celui qui s’effondre » (p. 15) – pour se terminer sur l’affirmation d’un combat : « je défends l’innocence à poings nus » (p. 54). Entre ces lignes, le voyage, fait de trébuchements, de chutes et de chaos ; d’« autopsies douteuses » (p. 23), de pirogues torpillées par l’aube et du souvenir effacé du sel (p. 25). Et comme une leçon des choses, arrimée à la colère : « Dis-moi, parmi cette chien-lit, comment bâtir autre chose qu’une apocalypse de poche, un déluge à peine plus vaste qu’une flaque ? (…) Les pauvres sont indifférents aux cataclysmes, chaque parcelle de leur vie est un séisme » (p. 35).

Ces pages tentent de retrouver un souffle épique, tendu entre la figure heureuse de la mère et la détresse langoureuse de l’érotisme, se cognant contre les rues et les impasses du faubourg, l’alcool et les blasphèmes, les histoires hantées ou oubliées, et avec, ici ou là, comme un proverbe ou une sagesse nouvelle, de brèves transfigurations possibles ou juste annoncées : « qui trempe sa hargne dans le feu, ne s’étonne pas de trouver ses mains gercées de papillons » (p. 23).