Archives mensuelles : juillet 2015

Georges Vidal, L’Armée française et l’ennemi intérieur. 1917-1939. Enjeux stratégiques et culture politique, Rennes, PUR, collection « Histoire », 2015, 264 pages, 18 €, préface d’Olivier Forcade.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Georges Vidal avait précédemment attiré notre attention par deux excellents ouvrages, une Histoire des communismes au XXe siècle1, somme synthétique sur le sujet, et une étude plus ponctuelle consacrée à La Grande illusion ? Le Parti communiste français et la Défense nationale à l’époque du Front populaire2. C’est de cette dernière thématique que se rapproche la publication présente, transposition de son mémoire d’habilitation à diriger les recherches (HDR). Il élargit toutefois le propos, en se penchant sur l’armée française dont il tente de décrypter la position vis-à-vis du péril communiste, ou plutôt les positions, tant la complexité est ici bien mise en lumière, loin de tout caractère par trop binaire de l’institution militaire. Comme il l’avait fait dans son Histoire des communismes au XXe siècle, Georges Vidal pointe une symétrie, la sous-estimation, dans l’appréhension du communisme contemporain, du fait militaire, et celle de la dimension politique du phénomène communiste dans l’historiographie de l’armée. Les sources mises à profit sont riches, principalement La France militaire, quotidien reflétant les positions de la hiérarchie militaire, ainsi que de nombreuses sources internes ou des Mémoires d’acteurs de l’époque.

D’emblée, un constat s’impose : de 1917 à la veille de la Seconde Guerre mondiale, la vision dominante au sein de l’armée est marqué par une perception du communisme intrinsèquement liée au danger allemand. Le traumatisme de la Commune de Paris est ici prégnant, cette connexion entre défaite extérieure et subversion intérieure, provoquant en outre une fragilisation de l’armée, ayant valeur de contre-modèle à éviter. Jusqu’aux années trente, l’armée française ne croit pas à un réel risque révolutionnaire en France métropolitaine ou dans l’empire colonial, l’URSS n’apparaissant pas encore suffisamment dangereuse. Même durant la guerre du Rif, les actions des services secrets britanniques préoccupent davantage les Français ! Il faut attendre le début des années trente pour que les événements en Asie suscitent davantage d’inquiétude pour la stabilité de l’Indochine. De même, la radicalisation de l’antimilitarisme communiste, en lien avec la « troisième période » de la Comintern, n’entraîne qu’un impact limité quant à ses résultats, contrairement à l’espionnage téléguidé par l’Union soviétique : sur ce plan, il se révèle suffisamment organisé et de grande ampleur – mettant à profit les rabcors, c’est-à-dire les correspondants ouvriers du Parti – pour inquiéter les sphères dirigeantes de l’armée. La crainte d’un risque insurrectionnel date d’ailleurs de la même époque, 1932 étant à la fois l’année de l’affaire Fantômas (démantèlement d’un réseau d’espionnage soviétique) et du rapport Voiriot. Ce général, chef d’état-major de la région militaire de Paris, signe en effet un rapport secret détaillant les menaces de soulèvement parisien en cas de guerre (à l’aide d’une véritable armée secrète communiste… imaginaire) et les moyens à mettre en œuvre pour y faire face3, rapport d’ailleurs validé par le maréchal Pétain.

Mais c’est surtout à compter de 1934 que l’armée adhère à la vision d’une progression sensible du péril communiste4, en liaison directe avec le développement du Front populaire et du pacifisme. Au point de déboucher parfois sur une véritable psychose, comme en janvier 1937 : nourri par les craintes d’un putsch communiste et d’une infiltration des effectifs (les sous-officiers apparaissant comme le maillon faible des différents corps), l’État-major de l’Armée diffuse un document présenté comme communiste et prévoyant l’élimination physique des « officiers factieux » de l’armée5. C’est là toutefois un climax, puisque cet anticommunisme à fleur de peau est en reflux à compter de cette même année 1937. Il faut dire qu’entre-temps, les préoccupations se sont déplacées en grande partie vers l’Espagne, laissant apparaître une dichotomie dans le corps des officiers : une minorité consistante y voit le communisme à l’œuvre comme le danger principal (ainsi du général Niessel), tandis qu’une autre minorité adopte une vue plus réaliste, plus centrée sur le danger allemand (c’est le cas du lieutenant-colonel Morel, en poste à Madrid, aux analyses fines6) ; la non-intervention fait alors consensus dans l’espoir de conserver la paix avec l’Allemagne nazie. Toute une partie de l’étude s’intéresse également aux actions concrètes menées par l’armée pour faire face au danger communiste, concluant à une lutte contre les mobilisés classés PR (propagandiste révolutionnaire) somme toute limitée et bien peu systématique, tout comme dans les usines d’armement (les contraintes juridiques ou la situation politique, avec des amnisties partielles, affectant d’ailleurs cette répression). Même le contre-espionnage est d’une efficacité discutable, en raison de sa division entre police et armée, d’un manque de moyens et d’une protection insuffisante ; ce constat donne justement lieu au renforcement du contre-espionnage tout au long des années 1930.

Mais l’élément sans doute le plus intéressant que Georges Vidal tire de sa recherche concerne les efforts de Pétain afin de développer « une vaste mouvance anticommuniste adossée à la DAT » (défense antiaérienne du territoire, p. 215) : « Ainsi, aurait existé au sein de l’armée française des années 1930, un véritable lobby anticommuniste (…) » (p. 215), matrice de Vichy, mais qui défend également une analyse promise à un grand avenir jusqu’à nos jours, celle d’un ennemi intérieur directement lié à l’ennemi extérieur, qu’il s’agit de traiter comme tel, dans l’optique d’une guerre totale7 (la note Voiriot précédemment citée est à cet égard emblématique). L’Armée française et l’ennemi intérieur est au final un ouvrage passionnant, solide et bien argumenté, aux conclusions stimulantes, auquel il ne manque que quelques détails (je pense à un organigramme de l’organisation de l’armée française, ou un développement sur les négociations franco-soviétiques de l’été 1939 visant un éventuel accord militaire).

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4367

2Chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2502

3Il y aurait certainement des liens à faire entre ces préventions militaires et toute une partie de la production science-fictive française de l’époque, comme La Grande panne de Théo Varlet, publié en 1930 (voir notre article « Théo Varlet. Les inquiétudes apocalyptiques d’un indéfectible progressiste », in Quinzinzinzili, numéro 26, printemps-été 2014, p. 22 à 27).

4En s’appuyant d’ailleurs sur des sources loin d’être toujours fiables, comme celle qui estime que les grèves de juin 1936 ont été provoquées par l’Allemagne via les trotskystes, ou celle qui postule une collaboration entre trotskystes et staliniens français pour effectuer un travail de sape dans l’armée française… en pleine année des premiers procès de Moscou !

5Georges Vidal conclut à une « énigme » concernant l’origine de cette véritable désinformation, mais il est certainement possible d’envisager deux hypothèses privilégiées, celle d’une manipulation de la part de Pétain et d’officiers qui lui sont idéologiquement proches, ou d’une manœuvre d’origine allemande.

6Voir par exemple les pages 142 et 143, qui notent les progrès organisationnels du camp républicain sous l’impulsion des communistes, mais au prix d’une perte de l’élan révolutionnaire initial…

7« (…) une confusion assez nette entre l’ennemi national, l’ennemi politique et l’ennemi social. », p. 219.

Alain Jugnon (coord.), Redrum. À la lettre contre le fascisme, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, collection « Traverses », 2015, 284 pages, 20 €.

 

Redrum - A la lettre contre le fascismeUn compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre, dont le titre reprend la formule inversée du murder (tuer en anglais) du fameux film de Stanley Kubrick, The Shining (1980) Alain Jugnon, le coordinateur, offre d’ailleurs à ce sujet, sous une forme poétique, un intéressant éclairage du film comme « naissance littéraire du fascisme » (p. 195 et suivantes) – se propose d’interroger le fascisme aujourd’hui. Et de l’interroger à partir principalement de la littérature, et en fonction de son omniprésence – le fascisme serait partout. Une quarantaine d’auteurs ont ainsi été invité à participer à ce travail, illustré de plusieurs dessins et caricatures.

Certaines des contributions reviennent sur un événement précis – la tuerie de Charlie hebdo du début janvier 2015 à Paris, les meurtres de Clément Méric et de Rémi Fraisse, l’attentat du 11 mars 2004 à Madrid (et son instrumentalisation en propagande électorale par le gouvernement de droite, qui a prétendu contre toute évidence que l’ETA en était l’auteur) –, d’autres identifient le fascisme à certains courants : le renforcement des luttes anti-avortement en Europe – « sa [l’idéologie dominante] façon d’attaquer et de pourchasser les femmes voilées tient de la même manie que celle qui consiste à habiter le ventre des femmes » (p. 46) –, l’islamisme, la mollesse générale (« il ne faut guère chercher la résurrection du fascisme dans les coups de menton de Mussolini, les bruits de bottes des SA et le salut de masse au chef bien aimé. C’est dans la mollesse générale qu’il s’épanouit, dans cet idéal que le type petit-bourgeois – par ce qu’il a de petit et de bourgeois à la fois – a, en son temps, incarné » (p. 27))… D’autres, enfin, l’étudient sous un angle spécifique, tel Pacôme Thiellement qui, dans le prolongement des analyses de Pasolini, aborde l’émission de télévision Droit de réponse du 2 janvier 1982, consacré à l’arrêt de la publication de Charlie Hebdo et dans laquelle intervient Bernard Tapie, et la création de Médiamétrie en 1985.

De manière générale, l’actualité du fascisme y est appréhendé à partir de sa banalisation – « il est devenu ordinaire » (p. 95, Didier Moulinier) – et sa dilution conséquente – « tant de choses qui auraient été perçues comme fascistes il y a trente ans apparaissent aujourd’hui comme normales ou passent inaperçues » (p. 252, Miguel Morey). Mais la force d’un tel ensemble constitue aussi ses limites. La multiplication des contributions se traduit par un éparpillement et des contractions. À dire que « le fascisme est partout », on risque ainsi de passer à côté de ses sources, points de cristallisations, et à faussement égaliser sa diffusion. Ce que cette affirmation – « le fascisme est partout » – gagne en étendue, elle le perd en précision, entraînant ci et là la confusion. D’autant plus que les retours sur l’histoire, et plus précisément sur l’entre-deux-guerres où le fascisme s’est développé, sont rares et empruntent des voies discutables ; ainsi, Alain Jugnon qui entend s’inspirer de Georges Bataille et de Paul Valéry en 1936 (p. 8)1. L’article de Jean-Luc Nancy cependant échappe à cette critique, écrivant: « Nous jugeons très mal toute cette période de l’avant-guerre. On renvoie tout sous la condamnation du fascisme, ce qui est juste, mais on ne se demande pas pourquoi il y a eu les fascistes » (p. 21). Et, dans son dialogue décalé avec Maurice Blanchot, de proposer une hypothèse intéressante: « Le mot communauté est ce qui est venu à la place laissée vide par le mot communisme » (p. 20).

Dès lors, des analyses pertinentes, comme celles d’Odile Henry et de Serge Quadruppani côtoient d’autres plus problématiques et superficielles, telle celle de Fenández-Savater. Ainsi, les premiers évoquent la « vulgate anti-bobos et anti-classes moyennes qui a tant brouillé la compréhension des mouvements sociaux au niveau mondial. Il y a cette absence d’idée selon laquelle plus on est dominé, et plus on a ontologiquement raison. En réalité, les dominés ont raison – et ont quelque chance de faire partager leurs raisons à beaucoup de monde – quand ils se révoltent contre la domination » (p. 227). Or, Fenández-Savater semble bien participer lui aussi de ce brouillage – à partir certes d’une autre position –, en parlant, à propos des manifestations qui ont suivi les attentats de Madrid en 2004, d’une nouvelle politisation, qui ne tirerait pas son sens de la dichotomie gauche/droite, fonctionnant souvent comme « un mécanisme de désactivation de ses potentialités » (p. 260), parlant d’une situation ouverte à tout le monde, et d’« une multiplicité de paroles dissonantes qui ne s’organisèrent pas non plus sous les formes traditionnelles du collectif : syndicat, parti, association de quartier ou mouvement social » (p. 258). En postulant ainsi tout à la fois « l’ouverture », le potentiel dégagé du « traditionnel » clivage gauche/droite et des manifestations de masses qui ne prendraient pas la forme d’un mouvement social – même pas celle d’un « nouveau » mouvement social –, que reste-t-il du fascisme (et de son analyse), de la politisation et de la lutte anti-fasciste?

En refermant le livre, le lecteur pourrait rester à première vue sur sa faim, déçu, regrettant la dispersion des approches, avec un arrière-goût amer … Mais en revenant en arrière, en feuilletant à nouveau ces pages, on se rend compte au contraire de la richesse de cet essai et de son principal intérêt ; celui d’une mise à l’épreuve d’un « anti-fascisme littéraire » (quatrième de couverture). En effet, nombre de contributions cherchent à réfléchir et à forger des armes anti-fascistes dans leurs écritures-mêmes. Et ce sous diverses formes : celle du dialogue chez Jean-Claude Pinson ; du conte chez Jean-Luc Moreau ; d’une métagraphie chez Sylvain Courtoux ; d’un test du zapping chez Jean-Michel Epistallier … Mais le plus souvent cet « anti-fascisme littéraire » emprunte ici la voie de la poésie : « en résistance – la poésie plutôt que la littérature, voire la poésie contre la littérature » (p. 100, Didier Moulinier). « C’est que, au moins depuis le romantisme allemand, ce qu’on appelle « poésie » est la formulation d’une question sur le sens même de l’activité d’écrire » (p. 65, Christian Prigent).

Les tentatives, recherches et expérimentations de luttes dans l’écriture interrogent la mollesse, l’impuissance et l’abandon, qui catalysent le développement du fascisme aujourd’hui. Depuis « La classe ouvrière / [qui] Refait sa vie à l’envers » (p. 146, Gérard Mordillat), jusqu’à « la copie blanche d’une vie à rendre » (p. 124, Jérôme Bertin), en passant par les travaux de nuit :

« Avant de semer il faudra déraciner, abattre

Le jour tombe au-delà des mûriers

La nuit commence à peine » (p. 57, Jean-Marie Gleize).

Et ils l’interrogent aussi à partir de l’insuffisance de la pauvreté du poème lui-même:

« Ici ou là

quelqu’un pousse la même chose vers quelque part

le même endroit où déplier des journaux

pour ne pas salir sa veste

quelqu’un fait ce quelque chose

au presque même endroit –

que je me retourne le sommeil

le voudrais possible

dans le poème pauvre qui ne dort plus » (p. 162, Emmanuel Laugier).

Cependant, la conscience et la mise à jour de la faiblesse de la poésie, de son incapacité à servir directement la lutte anti-fasciste, loin de signifier l’échec du poème, sanctionnent son positionnement, en cernant les conditions de sa puissance – toujours actuelle. D’où la méfiance des postures de l’intellectuel ou du philosophe dans un contexte médiatique, le refus de se laisser piéger par certains mots – « nomade », « jouissance »… – changeant de signe sous le néolibéralisme, ainsi que le faux dilemme de l’action ou de la parole : « Le dire, ce n’est pas seulement « tout ce qu’on peut faire », c’est ce qu’on peut faire, entre autre » (p. 145, Nathalie Quintane). Le combat, entre autre par la poésie, en situant celle-ci parmi d’autres armes privilégiées, l’aide à recouvrer sa force intacte:

« Que se lèvent les Communards de demain

la colonne Durruti

les maquisards aux yeux cerclés d’anarchie » (p. 114, Véronique Bergen).

Ces pages résonnent alors comme un appel, une sommation à une autre distribution du monde, à une autre division du travail, à une autre formule de l’écriture ; être du rêve contre l’ordre (p. 150, Gérard Mordillat), de la poésie contre la littérature (du moins, une certaine littérature), du récit contre le spectacle médiatique.

1Pour un contre-exemple et une analyse du fascisme des années 1930 au regard de l’actualité, on lira avec intérêt l’essai de deux de nos collaborateurs, Thierry Hohl et Vincent Chambarlhac, 1934-1936, Un moment anti-fasciste (2014 – voir le compte rendu sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4415 ).

Mika Etchebéhère, Ma Guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne au combat, Paris, Éditions Milena et Libertalia, 2015, 424 pages + en DVD, un documentaire de Fito Pochat et Javier Olivera. Préface de Charles Jacquier, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles (juillet 2015)

Extirpée du tas de boue et de terre sous lequel elle avait été ensevelie à la suite du bombardement de sa tranchée sur le front de Madrid, ayant réussi à s’échapper par miracle de la cathédrale de Sigüenza où s’étaient barricadés les derniers défenseurs de la ville, Mika Etchebéhère est une miraculée, une survivante. Cette femme « comme il en existe peu », pour reprendre les mots de Julio Cortázar1, a eu la bonne idée d’écrire ses Mémoires, publiés une première fois chez Denoël en 1976, réédités chez Actes Sud en 1998, et opportunément remis à notre disposition par les éditions Milena et Libertalia, dans une version enrichie2. C’est tout d’abord un témoignage précieux, car de première main, d’une combattante qui nous rappelle que la guerre d’Espagne ne consista pas seulement en des assauts romantiques de casernes de militaires factieux. Ce fut aussi une guerre longue, de position, présentant bien des points communs avec la guerre de 1914-18. Le froid terrible, la boue, les poux furent le quotidien de Mika et de ses compagnons … l’ennui aussi. C’est d’ailleurs pour tromper cet ennui qu’elle organisera des bibliothèques ambulantes et des cours d’alphabétisation sur le front (p. 319).

Née en 1902 en Argentine, elle est mariée à Hippolyte Etchebéhère, basque né en Argentine, engagée au PC avec lui dès le début des années 1920, mais tous deux sont presqu’aussitôt exclus lors de la période de bolchevisation. Proches des Rosmer dans les années 30, ils sont un moment militants du groupe Que faire ? à Paris. Ayant assisté à Berlin, impuissants, à la montée d’Hitler vers le pouvoir, ces révolutionnaires professionnels viennent d’arriver en Espagne dans un but à la fois médical et touristique, quand débute la guerre civile. Malade de la tuberculose mais bien décidé à ne pas mourir de maladie, Hippolyte est fauché dès le mois d’août 1936 par une balle de mitrailleuse, à la tête de la colonne du POUM qu’il commande. Naturellement c’est sa compagne qui devient « capitana »3, une femme qui, selon le témoignage d’un combattant paysan d’Estrémadure, dirigera « ceux de ma terre que personne ne peut commander ». Situation singulière d’égalité des sexes qui intrigue le chef anarchiste Cipriano Mera, admiratif mais paternaliste aussi envers celle qu’il ne cessera d’appeler « la petite », ce qui lui vaut cette réflexion cinglante : « toi, avec tout ton anarchisme, pourri de préjugés comme n’importe quel mâle » (p. 375)4.

Les pages dans lesquelles Mika Etchebéhère s’interroge sur les liens étranges qui l’unissent aux combattants du POUM, étudiants et instituteurs madrilènes ou paysans estrémègnes semi-analphabètes, ne sont pas les moins intéressantes. Ayant constamment à l’esprit le bien-être de ses soldats, et jouant de la sorte le rôle d’une mère, tout aussi intouchable, elle peut leur demander beaucoup. Eux, en revanche, veillent sur elle quand elle est épuisée, malade : « Ce sont mes enfants et en même temps mon père » (sic, p. 251). Et elle ajoute : « On aura tout vu. C’est une femme qui commande la compagnie et les miliciens qui lavent les chaussettes. Pour une révolution, c’est une révolution. Toutes leurs idées sur la femme sont embrouillées » (p. 247 et 251). Mais de manière générale, bien des notations, au fil de la plume, possèdent une profondeur incitant à la réflexion : la mutation de la perception du temps en révolution, l’importance des odeurs (p. 241-242), l’infiltration des fascistes au sein du camp républicain (p. 166), le choix de l’aviation franquiste de bombarder en priorité les quartiers populaires… Et par-dessus tout, la sensibilité de Mika Etchebéhère, qui supporte mal la vision des blessures, et pleure toutes ces morts imposées par la nécessité de la guerre et de la révolution5.

Armes dérisoires – « fusils surannés, dépareillés » (p. 251) » –, bombes artisanales allumées au feu d’un cigare » (p. 198), renforts promis qui n’arrivent pas, manque d’avions … aucune difficulté ne sera épargnée au camp républicain, vu ici sous son angle madrilène plus que barcelonais, mieux connu. Et pourtant jamais, dit-elle, des combattants aussi désarmés, aussi mal équipés, n’ont été « aussi héroïques, aussi endurants que les nôtres » (p. 271), dès les premières heures du coup d’État, qui voit jusqu’aux prostituées désireuses de s’armer ! Les miliciens du POUM ont d’autant plus de mérite à tenir que très tôt le Parti communiste lance « une campagne criminelle » contre leur parti, dit-elle (p. 266), « nous traitant de fascistes, de traîtres, d’alliés de Franco » : « pour empêcher que la campagne organisée contre le POUM ne nous sape le moral nous demandons qu’on nous apporte seulement La Batalla et La Antorcha, journaux de l’organisation, et CNT, organe de la CNT ». Au fur et à mesure que passent les mois, la campagne s’intensifie : « ces calomnies sont un affront à nos combattants qui ont vu tomber tant de leurs compagnons dès les premiers jours de la guerre » (p. 302)6. C’en est fini de la fraternité des premiers jours, déplore-t-elle. Malgré l’arrestation des dirigeants du POUM, la disparition d’Andreu Nin, le procès fait au parti, les combattants du POUM continuent la lutte sur le front de Madrid, désormais intégrés dans l’armée commandée par le cénétiste Cipriano Mera. La guerre l’emporte peu à peu sur la révolution. Pour autant, cette dimension politique demeure globalement à l’arrière-plan d’un récit qui est avant tout témoignage par en bas, évocation profondément humaine de ces individus comme les autres, ayant fait le choix d’un engagement entier. La fin, abrupte, nous prive de leur sort ultérieur, tant Ma Guerre d’Espagne à moi se lit comme un roman aux personnages attachants.

Et pourtant, on comprend ce que l’écriture de ce témoignage a coûté à son auteure, en même temps qu’elle le jugeait certainement nécessaire, une façon de rendre hommage à ses camarades sacrifiés7. Le chagrin ressenti à la suite de la mort de son mari est récurrent, et avec la mort de ce combattant de quinze ans seulement, qui occupe les dernières lignes du récit, c’est une forme de cénotaphe de l’innocence qu’elle édifie. La conclusion de Mika Etchebéhère est amère : la guerre sera perdue, mais « les travailleurs espagnols auront lavé la honte de la défaite sans combat des travailleurs allemands et inscrit dans les annales des luttes ouvrières les pages les plus fulgurantes de leur histoire » (p. 317)8. Ayant réussi à quitter l’Espagne après s’être réfugiée à l’ambassade de France à Madrid, Mika Etchebéhère repart en Argentine en 1939. Elle finira sa vie dans la région parisienne en 1992, ayant revu ses chers amis, les Rosmer.

Le documentaire latino-américain joint à cette édition en format DVD, et réalisé par Fito Pochat et Javier Olivera, date de 2013. Il suit les traces de Mika et Hippolito Etchebéhère à travers la plupart des endroits évoqués dans le livre. Menés par la figure de leur neveu Arnold, nous découvrons l’Argentine de leurs années étudiantes, la Patagonie, tellement superbe qu’elle faillit devenir leur paradis, Berlin, où ils assistèrent à la défaite sans combat du mouvement ouvrier, là où Mika était persuadée d’une victoire possible de la révolution, Paris, où ils habitèrent quelques temps… Puis l’Espagne, bien sûr. Visuellement, les vues actuelles voisinent avec des photographies ou des films d’époque, sans qu’aucun d’entre eux ne nous soit présenté et explicité. Seule la masse des anonymes, de ces miliciens levant le poing et serrant leurs armes, nous cherchent du regard, sans que l’on sache où et quand ces prises ont pu être faites. Tout au long du documentaire, les commentaires du neveu Etchebéhère alternant avec le témoignage de Mika, filmé en 1973 (en français) et en 1984, ainsi qu’avec la lecture de nombreux extraits de son livre. Quelques anecdotes supplémentaires nous sont ainsi contées : l’interrogatoire d’un aviateur allemand par Mika, son arrestation après qu’un camarade ait lancé en public « Vive Trotsky ! » et sa libération grâce à Cipriano Mera, et la dernière image qu’elle a d’un Madrid sur le point d’être investie par les forces franquistes, lorsque les réfugiés quittent les quartiers riches qu’ils avaient occupés, résumé poignant du retour à l’ordre antérieur. Un DVD certes intéressant, mais qui souffre d’un manque de recherches sur les documents présentés. Contrairement à une idée hélas trop répandue, les images ne parlent pas d’elles-mêmes.

1Dans une lettre manuscrite qu’il écrivit à Mika Etchebéhère près avoir lu son manuscrit, reproduite en annexe.

2Outre le documentaire vidéo, dont il sera question ci-dessous, ont été ajoutées quelques lettres de Mika aux Rosmer, dont elle était une grande amie, datant de la période de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs photographies, ainsi qu’une bibliographie commentée.

3Une fiction historique retrace son parcours sous ce titre : Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, et le compte rendu de cet ouvrage se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/4549

4L’estime réciproque est très forte cependant entre les deux personnages. Dans ses Mémoires Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste (édités en 2012 par les éditions Le Coquelicot, dont un compte rendu se trouve sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3077 ), Cipriano Mera raconte comment il arracha « la camarade Mica » (sic) aux mains des communistes qui venaient de l’arrêter comme militante du POUM, après les journées de mai 1937 à Barcelone (p. 149-150). Mika Etchebéhère, elle, n’évoque pas du tout cet épisode, son récit s’arrêtant en amont.

5« Je dois assumer entièrement cette révolution tant désirée, n’en rien renier, même pas les sinistres paseos (…) Il faut effacer l’image d’Épinal de ma révolution d’adolescente… Il le faut, il le faut… Mais pour aller dans la guérite de l’aiguilleur où sont entreposées les munitions et la dynamite qu’il faut recenser, je ne passe plus devant les curés [sur le point d’être exécutés]. » (p. 56-57).

6Ce fut le cas de Germán Vidal, responsable des JCI, organisation de jeunesse du POUM, à Barcelone, le 18 juillet 1936, celui également de Jesús Blanco, « téméraire capitaine de 21 ans » (M.E.), chef de la 1ère compagnie du POUM, tué sur le front de Madrid. Mika Etchebéhère commandait pour sa part la 2e compagnie.

7« Dans la lutte pour la Révolution la devise peut-être : Combattre c’est nécessaire, vivre n’est pas nécessaire. », p. 152.

8« (…) un excès de discipline empêcha les travailleurs allemands de déclencher le combat quand Hitler fut appelé à prendre le pouvoir. Et c’est l’indiscipline espagnole qui a gagné les premiers grands combats contre les généraux fascistes. », p. 235.

Agustín Guillamón, Les comités de défense de la CNT à Barcelone (1933-1938). Des cadres de défense aux comités révolutionnaires de quartier, aux patrouilles de contrôle et aux milices populaires, Toulouse, Éditions Le Coquelicot, Cahiers du Coquelicot, n° 7, 2014, 272 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Jean-Paul Salles)

Ce livre constitue la traduction française d’un livre paru en Espagne en 2011. Une introduction pour l’édition française replaçant l’ouvrage dans la bibliographie de la Guerre d’Espagne aurait d’ailleurs été bienvenue. La question que se propose d’aborder l’auteur1 est celle de la soi disant spontanéité des masses travailleuses face au soulèvement militaire des nationalistes le 19 juillet 1936, en particulier à Barcelone. Sa thèse est que l’échec du soulèvement à Barcelone comme produit d’une réaction immédiate des travailleurs et de la population relève du mythe. En effet, et c’est le sens de toute sa démonstration, depuis plusieurs années avant le pronunciamiento, la CNT avait développé des structures clandestines de lutte armée, les Comités de défense. C’est sur la base de ces derniers que les réactions populaires furent catalysées, permettant la mise sur pied de structures plus larges, comités de quartiers, patrouilles de contrôle, puis milices populaires. Le rapport que rédige Alexandre Shapiro, secrétaire de l’AIT lors de son séjour en Espagne en 1932-1933, se montre très critique sur la politique de la CNT. En effet, explique ce dernier, la CNT se caractérise par une tendance marquée à l’insurrectionnalisme. Son aile putschiste domine une aile plus politique. Cette aile putschiste s’appuyait sur une structure clandestine insurrectionnaliste, les Comités de défense, centralisés nationalement. L’existence de ces comités résultait de la violence sociale (aussi bien patronale qu’étatique) qu’avait subie le mouvement ouvrier, en particulier libertaire (période connue sous la dénomination de pistolerisme, au début des années 1920). Mais la lutte, certes héroïque, est trop inégale et au moment du soulèvement des Asturies (octobre 34), les anarcho-syndicalistes sont totalement en bout de course, aussi bien du point de vue politique que militaire. Un nouveau document du 11 octobre 34 fait le bilan de cette période et réoriente l’action vers les masses. Cependant, cette réorientation ne néglige pas la dimension militaire des activités. Des structures clandestines, les CDS, sont mises sur pied autour de noyaux militants de confiance, nouant des liens dans les casernes. En fait, ces CDS, telle est la thèse de l’auteur, constituent l’armature des premières milices ouvrières (en fait libertaires) qui se constituèrent « spontanément », comme le veut une certaine légende, dans les jours suivant le golpe nationaliste. Notons, cependant, que toutes les forces politiques de gauche, du PSOE au POUM en passant par le PCE, possédaient également une structure militaire plus ou moins illégale, aspect totalement passé sous silence par Guillamón, ce qui affaiblit sa thèse d’une spécificité militaire du courant libertaire par rapport aux autres organisations révolutionnaires.

Mais l’essentiel du livre porte sur le développement des CDS et de l’action militaire de la CNT durant la révolution et la guerre civile qui l’a prolongée. En effet, la thèse principale de Guillamón consiste en une critique sans concession de la position de la CNT qui a accepté la prépondérance des forces militarisées, au détriment des forces miliciennes, résultat du refus de la CNT de se saisir du pouvoir après avoir brisé la dynamique du coup d’État. Derrière la question militaire se cache en fait la question politique de la subordination de la CNT aux forces bourgeoises (la Généralité en Catalogne) et réformistes (Républicains puis, de manière croissante, PCE). En fait, cet échec dans la stratégie libertaire est à chercher dans la déconnexion entre la direction, en voie d’autonomisation, et la base de la CNT. Cet aspect a été largement argumenté grâce au travail de l’historien François Godicheau (La guerre d’Espagne. République et révolution en Catalogne, 1936-1939, Odile Jacob, 2004), qui n’hésite pas à évoquer un processus de bureaucratisation du courant libertaire. Toujours estil que l’instrument de centralisation militaire issu du processus révolutionnaire, le CCMA (Comité central des milices antifascistes) ne dure que neuf semaines et dès le 9 octobre 1936, un décret en dissout tous les comités locaux pour confier les pleins pouvoirs à la Généralité. L’ouvrage se termine sur la dissolution définitive des comités de défense lors du soulèvement de mai 37 à Barcelone. Encore une fois la pertinence des remarques et intuitions de l’auteur viennent se heurter non seulement à un certain schématisme de l’analyse, mais aussi à une centration exclusive sur le courant libertaire.

Schématisme de l’opposition base-sommet de la CNT, quand on lit, sous sa plume (p. 195-196), qu’au moment du soulèvement de mai 37, la position finalement conciliatrice de la CNT a été débattue dans ses instances et que c’est précisément cette position de recul qui a été majoritaire. En effet, les militants anarchistes en désaccord avec cette ligne conciliatrice, organisés dans le groupe «Les Amis de Durruti», étaient sur les barricades. Près de 4000 d’entre eux furent arrêtés. Exclusivisme, déjà souligné, qui l’amène à négliger très largement les interactions de la CNT avec les autres forces politiques, que le soit l’ERC (Esquerra republicana catalana, Gauche républicaine catalane), le PSOE etc. En fait, seule l’analyse de l’action du POUM, du fait de sa présence sur les barricades durant les journées de soulèvement de mai 37, reçoit un tant soit peu d’attention de sa part. La position de la direction du POUM fut conciliatrice aussi, contestée par une minorité de militants encouragés par les trotskystes rassemblés dans les Bolcheviks-Léninistes.

Malgré ses limites (il faut évoquer aussi, hélas, le style, constitué très largement de paraphrases de documents au long de certains chapitres), ce livre offre aux lecteurs francophones des perspectives peu explorées sur l’action du mouvement libertaire, principalement sous l’angle militaire, enrichissant par là notre connaissance de ce qui fut le dernier moment révolutionnaire sur le continent européen avant que l’Allemagne nazie ne déclenche la Seconde Guerre mondiale.

1Lire sur notre ancien site le compte rendu de son ouvrage, Barricades à Barcelone. La CNT de la victoire de juillet 1936 à la défaite de mai 1937, Spartacus, 2010, http://www.dissidences.net/mouvement_social_espagne_1936.htm#guillamon

Christiane Passevant, Femmes dissidentes au Moyen-Orient, Saint-Georges-d’Oléron, Éditions Libertaires, 2014, 146 pages, 13 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Dans une très belle préface, l’universitaire et militant libertaire Larry Portis (décédé en 2011) explique pourquoi il est nécessaire de donner la parole aux femmes. Dans l’univers moyen-oriental, le moins que l’on puisse dire c’est que ce réflexe est loin d’être acquis si l’on considère le nombre de femmes à qui cette parole est confiée ou même celles qui la prennent Donc, voici un livre militant consacré aux témoignages et à la parole de quatre femmes.

Chaque entretien est précédé par une courte biographie permettant au lecteur de se faire une idée de la personnalité féminine qui va s’exprimer et fournit quelques repères. Arna Mer Kahmis, est morte en 1995. C’est une Israélienne, dont la famille a émigré à la fin du XIXe en Palestine. Fortement ébranlée par le sort fait aux Arabes dans la Palestine mandataire, elle épouse un Palestinien membre du Parti communiste. Nawal Al Saadawi, médecin psychiatre, est une figure du féminisme arabe et égyptien. Elle a écrit par ailleurs plusieurs ouvrages, largement traduits dans le monde anglophone, ainsi qu’en français (en particulier aux éditions des femmes) : romans, fiction, documentaires. En 1982, elle fonde AWSA, une association de solidarité des femmes arabes. Léa Tsemel, Israélienne, est une avocate connue internationalement pour son rôle dans le soutien à la lutte antisioniste et la défense des Palestinien-nes face au système judiciaire. Enfin, Michael Schwartz est aussi Israélienne. Elle s’engage dans une association féminine de soutien aux prisonnières politique palestiniennes. Le seul regret que l’on peut éprouver concerne le fait que les entretiens de Christiane Passevant ont été conduits dans les années 90, lors de ses reportages en Israël et sont donc en décalage avec le contexte actuel et l’actualité récente1. L’historien notera également que si la majorité des témoignages (trois militantes sur quatre) insistent sur la question palestinienne, ce qui ne rend pas compte de la diversité des luttes dans les pays du Moyen-Orient, la lutte contre les fondamentalismes religieux n’y est pas absente.

1Pour actualiser le propos, il est toujours possible de lire sur le site de la revue militante Ballast la série d’entretiens « Palestine-Israël, voix de femmes », qui complète bien la lecture, tant il est urgent et libérateur de lire ces paroles sur les luttes et la place qu’y prennent les femmes, puisque ces dernières participent aux mobilisations.

Paulin Ismard, La Démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grève ancienne, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2015, 288 pages, 20 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un pan peu connu de l’histoire grecque antique que l’historien Paulin Ismard nous éclaire, avec une résonance toute contemporaine, ainsi que le titre de son ouvrage l’annonce malicieusement : s’interrogeant sur la séparation de plus en plus nette, patente, entre les spécialistes autoproclamés de la chose publique et les citoyens, détenteurs théoriques de la souveraineté populaire en régime démocratique, il revient sur le fonctionnement de celle qui nous est à satiété présentée comme la source des démocraties libérales contemporaines, l’Athènes de l’époque classique.

En effet, si l’on connaît bien les institutions politiques ou judiciaires que sont l’ecclesia, la boulé ou l’héliée, on ignore souvent que la cité d’Athènes était propriétaire en tant que telle d’un ou deux milliers d’esclaves publics, ou demôsioi, équivalents de nos fonctionnaires actuels, mais, au vu de leur statut, exclus du corps civique dont ils étaient pourtant l’indispensable complément. Paulin Ismard se livre alors à une recherche érudite, mettant à profit aussi bien les découvertes épigraphiques que le patrimoine littéraire antique. Il retrace la filiation de cette notion de demôsios, issue du demiourgos archaïque, artisan ou artiste spécialisé dépendant d’un roi, placé en marge de la communauté, à l’image du célèbre Dédale. Avec l’émergence de la démocratie athénienne en particulier, la rotation régulière des fonctions de bouleute ou d’héliaste, exercées pour un an seulement par des citoyens tirés au sort, poussa à la transformation de ces charges itinérantes en postes stables, ce que permettait le développement de l’esclavage. Toutes les fonctions de ces demôsioi sont restituées en détail, puisqu’ils pouvaient aussi bien être secrétaires que greffiers, archivistes que comptables, policiers (les fameux archers scythes d’Athènes), bourreaux, ouvriers et même prêtres. Ainsi, derrière un statut similaire, existe une grande variété de conditions, complexifiant d’autant l’image que l’on pouvait avoir de la population athénienne1. Leur statut, justement, se différenciait de celui des esclaves privées, en cela qu’ils étaient rémunérés par la cité, pouvaient acter en justice (ce qui était refusé aux métèques et aux affranchis), et même être eux-mêmes propriétaires serviles. Pour autant, aucune conscience collective ne semble avoir émergé, à la différence par exemple des futurs mamelouks, ce que l’auteur explique entre autre par le renouvellement important de ces demôsioi, recrutés par le biais des marchés aux esclaves.

On touche ainsi du doigt une particularité fondamentale de la démocratie athénienne, dont les citoyens « (…) considéraient que de la délibération politique entre citoyens « non spécialistes » ou « amateurs » pouvait surgir un savoir collectif utile à la cité. » (p. 135). Ils rejetaient ainsi dans l’ombre servile la part nécessaire d’État, de bureaucratie, une façon de préserver ou de protéger l’idéal civique. Élitisme et conception profondément égalitaire de la décision politique2 cohabitent ainsi, une tension que l’on retrouve à travers tous les débats du mouvement ouvrier contemporain et de ses franges les plus révolutionnaires…

1« Elle se présente comme un espace social pluridimensionnel, traversé par un kaléidoscope de statuts. » (p. 128).

2« Ainsi [selon Protagoras], de la même façon que l’apprentissage d’une langue maternelle ne nécessite pas l’enseignement du meilleur des linguistes, l’acquisition de la vertu relève d’un apprentissage socialisé auprès de l’ensemble des membres de la communauté qui disposent, à des degrés divers, de cette qualité. » (p. 151).

Burnett Bolloten, La Guerre d’Espagne. Révolution et contre-révolution (1934-39), Marseille, Agone, collection « Mémoires sociales », 2014, 1269 pages, relié, bibliographie et état des sources, traduit de l’anglais par Étienne Dobenesque, 45 €.

Un billet de Jean-Paul Salles

Bennassar disait de ce livre, consulté par lui dans sa traduction espagnole (1989) que « l’historiographie de la guerre civile n’a pas rendu justice à ce livre essentiel »1. Grâce aux éditions Agone, à Philippe Olivera et Thierry Discepolo, ainsi qu’au talent du traducteur Etienne Dobenesque, voici le livre en français, traduit de l’édition américaine (1991). Terminé par l’auteur juste avant sa mort (1987), ce livre est la troisième version étoffée d’un ouvrage édité originellement à New York (chez Frederick A. Praeger Publisher) en 1961 sous le titre The Grand Camouflage : The Communist Conspiracy in the Spanish Civil War, puis en 1977 pour la deuxième version chez Ruedo Ibérico à Paris, en français La Révolution espagnole. La gauche et la lutte pour le pouvoir, traduit en anglais (1979) et en espagnol (1980).

Né Gallois en 1909, naturalisé Américain dans les années 50, Burnett Bolloten a couvert la guerre d’Espagne comme journaliste pour l’agence anglaise United Press. Il dit de lui-même : « Lorsque j’ai commencé à écrire sur la guerre civile et la révolution en 1936, j’étais très influencé par la propagande du PC, de même que beaucoup d’autres journalistes qui soutenaient la République. Il me fallut plusieurs années pour m’affranchir des déformations et des mensonges qui encombraient ma pensée » (p. 416 et de nouveau p. 670). Après avoir quitté l’Espagne en 1938, il passe les décennies suivantes non seulement à rassembler une quantité considérable de sources (aujourd’hui consultables pour la plupart à la Hoover Institution, Université de Stanford), à lire les mémoires ou témoignages des acteurs, à les interroger aussi, dès 1940 au Mexique, où beaucoup sont réfugiés. Le grand mérite de cet ouvrage, réalisé selon les méthodes traditionnelles de l’historien, est de croiser les sources, de les confronter les unes les autres. Le résultat est impressionnant et gageons que sa traduction en français lui donnera la visibilité qu’espérait Bennassar.

D’aucuns diront, du fait de la date, du lieu de la première édition et de son titre (« Communist Conspiracy »), que la guerre froide pèse sur cet ouvrage. D’autres – l’historien Tuñon de Lara par exemple – tenteront de décrédibiliser l’ouvrage « parce qu’il vient de l’étranger ». Reconnaissant que « l’accumulation des sources et des témoignages est véritablement impressionnante, il (Bolloten) finit par mettre l’érudition au service d’un schéma a priori qu’il s’efforce de confirmer. Curieusement, ajoute Tuñon avec sérieux, l’auteur a subi ce processus d’idéologisation a priori alors qu’il avait déjà commencé son travail »2. Il est curieux de reprocher à un historien d’avoir été enrichi, modifié, transformé par son étude. C’est le contraire qui nous semblerait inquiétant. Bien sûr on ne trouvera dans ce livre ni le récit des opérations militaires, ni la description du camp nationaliste, l’auteur n’ayant séjourné que dans la zone républicaine, des divers fronts à Madrid, de Barcelone à Valence.

Témoin de l’insurrection populaire qui tente de s’opposer au coup d’État militaire le 18 juillet 1936, l’auteur décrit la situation en des termes proches de ceux qu’utilise George Orwell dans Hommage à la Catalogne (Londres, 1938). Pour l’un comme pour l’autre, nous avons bien affaire à une révolution : « l’impression d’avoir soudain débouché dans une ère d’égalité et de liberté »3, Burnett Bolloten insistant, lui, sur « l’ampleur et la relative spontanéité de son mouvement collectiviste, sur le sens de la solidarité sociale » (p. 130-1). Dans l’Espagne républicaine, nous dit-il, entre la moitié et les deux tiers des terres sont saisies, distribuées aux ouvriers agricoles ou collectivisées. Dans certaines communautés, on supprima l’argent pour les échanges internes. On versait le salaire sous forme de bons, échangés contre des billets espagnols quand on voulait quitter le village. Dans tel village situé près de Cordoue, le café est fermé, de même que les maisons de prostituées dans les villes. Le mouvement libertaire est puritain : « Ils (les libertaires) ne voulaient pas de la facilité d’existence de ceux qu’ils avaient expropriés, ce qu’ils voulaient, c’était la disparition de leur luxe », observe Franz Borkenau4. Mais des milliers d’artisans, de commerçants, de paysans assistent sans l’avoir souhaité à la collectivisation de biens qui leur avaient coûté tant de sacrifices. Certes parfois la collectivisation fut votée à l’unanimité, mais souvent on votait par acclamation au milieu de miliciens en armes, note Burnett Bolloten. Et les récalcitrants mènent une vie difficile.

De même, les milices ou colonnes organisées par les syndicats et les partis pour faire face au soulèvement militaire ne sont pas sans défauts. Certes les miliciens ne manquent pas de combativité, mais plutôt d’entraînement et de discipline. La liberté de l’individu étant l’essence même de l’anarchisme, note l’auteur, dans les colonnes de la CNT (Confédération nationale du travail)) il n’y a ni grades ni décorations. « Si un ordre n’avait pas l’heur de plaire à un milicien, raconte Orwell qui avait intégré une colonne du POUM (Parti ouvrier d’unification marxiste), celui-ci sortait des rangs et discutait véhémentement avec l’officier » (Orwell, op. cit., p.18). Or, le camp franquiste ne faiblit pas. Il est pourvu en hommes – beaucoup sont des « Maures », indigènes du Maroc espagnol, soumis à leurs officiers – et surtout en matériel moderne et en soldats fournis par l’Italie fasciste (des dizaines de milliers de « volontaires ») et par l’Allemagne nazie (la fameuse Légion Condor responsable du bombardement de Guernica). En face, les démocraties – France et Angleterre – tergiversent. Ne voulant pas jeter de l’huile sur le feu, elles défendent une politique de non-intervention. Or, quand débute fin octobre 1936 la bataille de Madrid, les armes et les cadres soviétiques commencent à arriver – ils seront 2 000 au total à être passés par l’Espagne -, de même que les premiers volontaires des Brigades internationales, essentiellement communistes. Comme l’explique Walter Krivitsky5, un des agents des services de renseignement soviétiques réfugié à l’Ouest fin 1937, pour Staline « ne pas défendre les républicains espagnols risquait de lui faire perdre le soutien des communistes étrangers et des idéalistes internationaux, soutiens indispensables pour faire oublier sa dictature, ses actes sanguinaires » (cité par Bolloten, p. 168). Par ailleurs, face à l’Allemagne nazie, comment Staline peut-il s’entendre avec la France, la Grande-Bretagne dont les entreprises en Espagne sont menacées d’expropriation, tout en soutenant le mouvement révolutionnaire ? Rapidement le dilemme est tranché. Comme l’écrit Arthur Koestler, « bien vite les communistes espagnols ne sont plus des bolcheviks mais de braves, honnêtes et paisibles antifascistes ». En Espagne, la lutte se mène entre Fascisme et Démocratie, et pas entre capitalisme et socialisme. Le PCE parlait de « république démocratique et parlementaire d’un type nouveau » ou « avec un contenu social nouveau ». A la campagne, le PCE soutient les petits et moyens propriétaires contre la volonté de collectivisation des ouvriers agricoles : « La propriété du petit paysan est sacrée, il faut considérer comme adversaires du régime tous ceux qui l’attaquent ou lui portent atteinte », affirme Vicente Uribe, ministre communiste de l’agriculture depuis septembre 1936 (p. 138)6. Aux yeux des classes moyennes prises de panique, le Parti communiste apparaît comme l’avocat de la République et de la légalité, ses effectifs s’accroissent. En multipliant les efforts pour freiner (ou « camoufler », cf. le titre de la première édition) la révolution, les communistes espagnols exécutent fidèlement les ordres du Kremlin, même quand ceux-ci aboutissent à se mettre à dos d’autres partis de gauche, à affaiblir ainsi l’effort de guerre, affirme Burnett Bolloten.

Cette étude de « la montée des communistes » (titre de la deuxième partie) jusqu’au « triomphe des communistes » (titre de la cinquième partie) est au cœur de ce livre. A contre courant du système des milices dont nous avons vu les défauts, le PCE, avec le concours d’officiers soviétiques, organise le Ve Régiment, où prévaut la discipline traditionnelle, avec des grades et une hiérarchie. Approvisionné en priorité par les armes soviétiques, il fait preuve de son efficacité lors de la bataille de Madrid, en novembre 1936, et devient la base de l’Armée populaire, fusionnant avec d’autres forces pour former « les brigades mixtes ». Les brigades que le PCE ne contrôle pas idéologiquement – celle du POUM sur le front d’Aragon ou celles de la CNT – sont privées d’armes, et même, si l’on en croit le témoignage du socialiste de gauche Largo Caballero, leurs hommes sont privés de soins : « Dans certains hôpitaux, on ne s’occupait pas des non-communistes, ils n’étaient pas soignés  ni nourris suffisamment ; tous les soins étaient réservés aux adhérents communistes ou aux futurs néophytes. Rien n’a changé depuis l’époque des religieuses. Autrefois, pour avoir du pot-au-feu ou du poulet, ou n’importe quoi, il fallait exhiber et vénérer un scapulaire ou une croix, maintenant c’est la même chose avec la faucille et le marteau »7. Cette suprématie militaire nouvelle des communistes les amène à exiger rapidement la marginalisation des antistaliniens du POUM à Madrid, dès janvier 1937, avec saisie de leur journal El Combatiente Rojo, de leurs véhicules et de leurs bâtiments. Le POUM, qu’on présente souvent, à tort, comme trotskyste, résulte de la fusion, en 1935, entre une organisation trotskyste, la Izquierda Comunista (IC) forte de 250 à 300 militants et d’une organisation, le BOC (Bloque Obrero y Campesino) de 5 000 militants, simplement anti-stalinienne. Ses effectifs culminent à 40 000 militants en décembre 1936, avant de décroître sous les coups de boutoir des staliniens8. Parallèlement, le leader du POUM Andreu Nin, Conseiller à la Justice dans le gouvernement autonome de Catalogne est exclu de son poste, à la satisfaction des catalanistes de l’Esquerra, le parti des classes moyennes. Plus étonnant, la CNT ne s’émeut pas, renvoyant dos à dos les « marxistes » du POUM et du PSUC (Parti socialiste unifié de Catalogne) pro-stalinien (c’est le nom du PCE en Catalogne, à la suite de la fusion entre socialistes et communistes, refusée ailleurs en Espagne par les socialistes).

Lucide, le POUM remarque que « le PCE ne nous pardonne pas de lutter pour la révolution socialiste, tandis qu’ils veulent nous emprisonner dans les limites de la démocratie bourgeoise et parlementaire » (p. 557). Cette « normalisation » entreprise par le PCE s’accélère au mois de mai 1937 à Barcelone. L’élément déclencheur des « journées de mai » est la prise de l’immeuble de la Telefónica (occupé depuis juillet 1936 par la CNT), par les Gardes d’Assaut, conformément à une décision du Comité exécutif du PSUC, d’après Burnett Bolloten. C’est la colère dans les quartiers ouvriers qui se couvrent de barricades : « ils veulent étrangler la révolution, détruire les conquêtes des travailleurs révolutionnaires ». Dirigeants de la CNT, qui participent toujours au gouvernement, et du POUM, sont partagés. Seuls Les Amis de Durruti, les Bolcheviks-Léninistes (la petite organisation trotskyste), et quelques éléments du POUM, tentent de s’opposer en vain, du 3 au 6 mai, à cette normalisation. Les morts sont nombreux, de 200 à 1 000 selon les sources, dont l’anarchiste Camillo Berneri, les arrestations plus nombreuses encore, 15 000 selon le journal anarchiste Solidaridad obrera. Dans sa thèse récente, l’historien français François Godicheau revoit ce chiffre à la baisse : 4 000 arrestations, une majorité d’anarchistes et 350 militants du POUM9. L’anarchiste américaine Emma Goldman en fut le témoin horrifié (voir p. 668).

Les Soviétiques, secondés par la police communiste, profitent de la situation pour liquider définitivement le POUM. Andreu Nin, arrêté, est accusé d’espionnage et de trahison au profit de Franco. Ayant refusé de passer aux « aveux » sous la torture, il est vite déclaré disparu, passé chez Franco ou Hitler, selon la propagande insistante du PCE et du Comintern10. Les dirigeants du POUM, à l’issue d’un procès, sont condamnés à de lourdes peines de prison, le parti et son organisation de jeunesse dissous. En l’absence d’aveux de Nin, du fait aussi des témoignages favorables de Largo Caballero, Federica Montseny, Irujo, Zugazagoitia, tous anciens ministres, et d’autres, on ne put les condamner à mort. L’ancien ministre CNT du premier gouvernement Largo Caballero, Juan López, s’indigne qu’on présente comme alliés d’Hitler des hommes qui ont passé leur vie à se battre contre le capitalisme11. Il n’empêche, ces méthodes, contrastant avec les objectifs modérés affichés par le PCE, ont un effet désastreux dans les pays démocratiques dont on recherche l‘aide. Elles ne permettent pas non plus de souder le peuple en un bloc combatif, d’autant que simultanément les communistes poursuivent la destruction des collectivités agricoles de la CNT, rendent terre et matériel aux anciens propriétaires. La colère du socialiste de gauche Largo Caballero, Président du Conseil depuis le 4 septembre 1936, éclate : Moscou traite l’Espagne comme une colonie soviétique (p. 481). Mais, les ministres communistes ayant menacé de démissionner, c’est lui qui doit quitter le pouvoir le 16 mai 1937. Ministre de la Défense, le socialiste modéré Indalecio Prieto tente de freiner cette montée du PCE vers la suprématie. Pour ne pas rester pieds et poings liés à l’URSS, il serait prêt à tout pour obtenir le soutien de la Grande-Bretagne, par exemple lui céder les îles Canaries. En vain ! Finalement le pouvoir échoit à Juan Negrín, lui aussi socialiste modéré, plus accommodant avec les soviétiques. Pragmatique, il déclarait : « Notre seule réalité, aussi douloureuse soit-elle, c’est accepter l’aide de l’URSS ou se rendre sans conditions » (p. 777 et sq.). Mais rien n’y fait ! « Avec ce régime de cruauté fasciste, nous allons forcément perdre la guerre », n’hésite pas à écrire Manuel de Irujo, le républicain nationaliste basque au moment de sa démission du poste de ministre, le 11 août 1938, à propos du SIM (Service d’investigation militaire) pris en main par les communistes (p. 800). Et le secrétariat péninsulaire de la FAI (Fédération anarchiste ibérique), dans une circulaire du 13 juillet 1938, déplorait : « Tant d’hommes de valeur … ont été emprisonnés, ou privés de postes de commandement, ou scandaleusement accusés, ou maintenus à des postes où leurs talents sont négligés » (p. 788).

Les derniers combats cessent le 30 mars 1939, jetant sur les routes de l’exil des dizaines de milliers de combattants et de civils. La répression sera féroce, jusque dans les années 5012. Le principal pourvoyeur d’aide militaire, l’URSS, n’a pas toléré que l’Espagne mène sa lutte dans le pluralisme (« à l’espagnole », selon l’expression souvent utilisée par Prieto ou Caballero). De même Burnett Bolloten insiste sur la responsabilité des diplomates anglais dans la victoire de Franco. Chez la majorité d’entre eux, il y avait cette idée que les Allemands (même nazis) sont plus civilisés que les Russes (Slaves), moins dangereux pour l’Angleterre. Donc Staline a eu beau tenter de « camoufler » la révolution pour rallier l’Angleterre à la cause de la république espagnole, son échec était inévitable. Face à cet aveuglement, à cette rouerie aussi des diplomates anglais, cet auteur nous montre un peuple combatif, plein d’allant, mais aussi des leaders, républicains ou anarchistes, en proie aux doutes, aux angoisses. Nous ne doutons pas qu’une meilleure connaissance du passé, à laquelle ce livre et d’autres contribuent, permette aux Espagnols d’aujourd’hui de faire leurs choix avec lucidité pour construire un meilleur avenir.

1Bartolomé Bennassar, La guerre d’Espagne et ses lendemains, Perrin, 2004, p. 500, note 147.

2Tuñon de Lara, Préface à Julio Aróstegui Sánchez, Jesús A. Martínez, La Junta de Defensa de Madrid, Comunidad de Madrid, 1984, cité par Bolloten, p. 415-6.

3George Orwell, Hommage à la Catalogne, Paris, Ivrea, 1995, p. 15.

4Dans The Spanish Cockpit (1937) cité par Hugh Thomas, Histoire de la Guerre d’Espagne, Robert Laffont, 1961, T.1, p. 277). La traduction (par Michel Pétris) de cet ouvrage de Franz Borkenau est parue aux Éditions Champ Libre en 1979.

5La traduction française du témoignage de Walter Krivitsky, Agent de Staline, paraît en 1940 (Éditions Coopération), puis est rééditée en 1979 aux Éditions Champ Libre sous le titre J’étais un agent de Staline, et en 2015 par Nouveau Monde Éditions, avec un titre de nouveau modifié, J’étais l’agent de Staline, ce qui sous-entend (faussement) qu’il ait pu être omnipotent au sein des services secrets soviétiques.

6Hugh Thomas dans son Histoire de la Guerre d’Espagne, Livre de Poche, 1961, écrit : « Il (le PCE) devait par la suite rallier certains des riches paysans valenciens en s’instituant le champion de la distribution individuelle des terres expropriées par opposition au plan anarchiste de collectivisation et d’abolition de l’exploitation privée », tome 1, p. 276.

7Largo Caballero, dans un article de la revue Timón, Buenos Aires, 1940, cité par Bolloten, p. 506.

8Voir le livre d’un participant, Wilebaldo Solano, Le POUM : Révolution dans la Guerre d’Espagne, Syllepse, 2002, et le livre traduit de l’allemand en catalan de l’ historien Reiner Tosstorff, El Poum en la revolució catalana, Editorial Base, 2009, dont nous avions rendu compte sur notre ancien site. A l’époque W. Solano était le secrétaire général de l’organisation de jeunesse du POUM, la JCI (Jeunesse communiste ibérique).

9François Godicheau, La Guerre d’Espagne. République et Révolution en Catalogne (1936-39), Paris, Odile Jacob, 2004. 

10En 1992, María Dolors Genovés et Llibert Ferri ont pu accéder aux archives du KGB où ils ont trouvé la preuve que Nin a bien été assassiné en juillet 1937 près d’Alcalá de Henares par l’équipe du général soviétique Orlov. Ils en ont tiré le documentaire « Opération Nicolaï » (1995). Les restes de Nin n’ont toujours pas été retrouvés.

11Cette thèse de la collusion POUM-franquistes et nazis est reprise encore en 1962 dans l’ouvrage intitulé 986 jours de lutte, préfacé par François Billoux (PCF) publié aux Éditions sociales (p. 151-2).

12On n’en finit pas en Espagne de découvrir des fosses communes. Voir le reportage de François Musseau à Málaga (Libération, 31 octobre 2007, consulté sur Internet) : « dans chacune des 8 fosses communes (de 10 mètres sur 3), des squelettes, qu’accompagnent maints objets (sandales, lunettes, briquets, médailles) sont entassés sur 6 niveaux, délimités par des couches de chaux vive ».

Mack Reynolds, Les Gaspilleurs (The Throwaway Age), Jean-Pierre Andrevon, Les Retombées, Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques », 2015, 120 pages, 7 € chacun.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

La collection de science-fiction engagée « Dyschroniques » poursuit avec régularité ses parutions, deux nouveaux titres venant s’ajouter, en ce printemps 2015, aux quatorze déjà parus1. Si l’on retrouve un auteur secondaire déjà publié auparavant, en la personne de Mack Reynolds (1917-1983), il est surtout très positif de voir un nouvel auteur français intégrer la collection : après Philippe Curval pour son Testament d’un enfant mort, voici un autre vétéran du genre hexagonal en la personne de Jean-Pierre Andrevon (né en 1937), auteur prolifique et écologiste anti-nucléaire affirmé. Les deux nouvelles retenues partagent d’ailleurs une charge critique à l’égard de la société industrielle, Les Gaspilleurs sous son angle plus pacifique, Les Retombées à travers sa dimension mortifère.

Le premier texte est aussi le plus ancien, puisqu’il fut publié aux États-Unis en 1967, avant de connaître une traduction en français en 1973, dans un numéro de la revue Galaxie. Il met en scène Paul Kosloff, un des meilleurs agents des services secrets étatsuniens. Suite à une période de détente, il est affecté à une nouvelle mission, d’ordre intérieur, consistant à surveiller un groupe de contestataires jugés comme potentiellement dangereux pour l’ordre en place. En les infiltrant, il s’attache rapidement à la fille de leur leader, Randy Lincoln, et apprendre à connaître leurs idées à travers diverses discussions et lectures. Disons-le d’emblée, Les Gaspilleurs est une nouvelle trop visiblement démonstrative et didactique, qui met en scène de manière excessivement rapide et aisée la mutation d’un personnage, d’abord soutien affirmé du système, puis opposant farouche. L’influence du contexte est patente, puisque la Nouvelle Gauche est nommément citée, cette nébuleuse politico-culturelle marquant le renouveau de la contestation aux États-Unis dans les années 1960. Les progrès technologiques sont d’ailleurs relativement limités, voitures à coussin d’air principalement. Les positions évoquées tout au long de la nouvelle, souvent explicitement appuyées sur des références bibliographiques bien réelles, se révèlent particulièrement globalisantes et à visée progressiste2.

La société de consommation est ainsi clairement mise en accusation, ainsi que le gaspillage des ressources naturelles qu’elle induit ; et déjà, le niveau de vie excessivement gourmand de la société étatsunienne est relevé, ce qui explicite la chute ironique de ce récit, la nouvelle formation politique se nommant Parti conservateur (sous-entendu des ressources naturelles). Mais Mack Reynolds pointe également du doigt l’économie d’armement, les interventions extérieures et le néo-colonialisme des États-Unis : l’exemple imaginaire du Mozambambi – sic – et l’exécution de son président aux velléités de nationalisation par un coup d’État est une allusion directe aux événements du Congo et à l’assassinat de Lumumba. Enfin, la réflexion porte aussi sur la nature des systèmes antagonistes de l’Est et de l’Ouest. Comme dans Le Mercenaire, les modèles américain et soviétique sont rapprochés, dans la mesure où pour l’auteur, tous deux incarnent des capitalismes d’État. Reynolds se permet même un hommage aux communistes massacrés par Staline, le père de Kosloff et le transfuge Milovan Nagy, proche de Paul Kosloff, ayant été de ceux-là3. Les Gaspilleurs demeure toutefois silencieux sur les moyens qui seront mis en œuvre pour opérer le nécessaire changement, et la transformation de Kosloff, uniquement intellectuelle, tend à faire penser que la capacité d’évolution des mentalités pourra suffire, à condition d’abandonner au passage un vocabulaire trop connoté et déconsidéré (révolution, communisme, etc…).

La nouvelle de Jean-Pierre Andrevon, qui fut d’abord publiée au sein d’un de ses nombreux recueils de nouvelles, Dans les décors truqués, en 1979, explore une des grandes peurs de l’époque, régulièrement exploitée par l’auteur : celle de l’annihilation atomique. L’action débute en pleine campagne, juste après l’explosion fatale, et le lecteur suit l’errance d’un petit noyau de survivants, un jeune adulte qui fait office de narrateur, une jeune femme un peu perdue, un couple d’enseignants quadragénaires et une personne âgée. Si le choc est rude, les descriptions que fait Andrevon du paysage, « (…) empreint d’une sorte de tristesse grandiose mais sereine (…) » (p. 26), cultivent la dualité de ce lendemain de l’apocalypse, horreur de la destruction, mais promesse d’un nouveau commencement. Le refuge que constitue pour le groupe cette ferme abandonnée devient ainsi source de plaisirs simples (dormir sur la paille, boire le lait fraîchement trait), de ce retour à la terre que l’auteur a longuement défendu. Tout bascule avec l’intervention des militaires, en totale opposition à cette simplicité rurale, de par leur tenue anti-radiations et les descriptions qui en font de véritables inhumains4. On connaît les penchants antimilitaristes de Jean-Pierre Andrevon, et ici, le camp prévu pour accueillir les réfugiés, qui déshumanise les individus, les sépare et les anonyme, est explicitement comparé à un camp de concentration, voire d’extermination5. Le texte tire d’ailleurs une bonne partie de sa force, outre des descriptions très charnelles qui caractérisent Andrevon, des silences maintenus jusqu’au bout sur le pourquoi de la chose : quelle est la finalité exacte du camp ? Quelle est la situation du reste du pays ? La nature exacte de la catastrophe ? L’esprit des années 68 est patent, avec le repoussoir d’un pouvoir étatique autoritaire, technocratique et militarisé, et l’ombre portée du coup d’État de Pinochet6. « Si la Seconde Guerre mondiale avait figuré le dernier acte de barbarie étendu à la dimension planétaire, la catastrophe présente, qu’elle soit de nature militaire ou accidentelle, pouvait bien être le premier acte cataclysmique de l’ère industrielle… » (p. 41)7.

1 Voir l’article de synthèse publié dans notre revue électronique n° 7 de l’été 2014 (« La science-fiction comme sentinelle : rotation autour de la collection Dychroniques : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2790) et les dernières chroniques sur notre blog (http://dissidences.hypotheses.org/5266).

2« Il est temps que nous prenions conscience que seules des institutions, des lois, des coutumes obsolètes et l’équivalent des rites et des tabous de l’homme primitif nous empêchent encore de procéder aux modifications relativement mineures, mais nécessaires, du système social mondial qui nous délivreraient. Qui nous feraient passer d’une société de gaspillage à une société de progrès. » (p. 98).

3Milovan Nagy est clairement un mixte entre Milovan Djilas, opposant à la bureaucratisation du régime yougoslave, et Imre Nagy, éphémère dirigeant de la Hongrie soulevée de 1956. Au passage, d’ailleurs, Mack Reynolds commet une erreur en évoquant un Trotsky qui aurait quitté de son propre chef l’URSS (p. 38), là où il fut exilé de force.

4« (…) engoncé dans un scaphandre informe, son groin de métal dressé en avant et les considérant d’un regard froid d’insecte à travers les hublots de verre teinté qui couvraient ses yeux, un Martien venait vers eux. » (p. 28).

5« « Tu verras qu’on finira dans un camp ou dans un stade ! » lui avait dit jadis un de ses copains parisiens au beau temps de l’insouciance, de la jeunesse, du gauchisme de bistrot. » (p. 58).

6Pour plus de développements, voir « Mai 68 et la science-fiction française : naissance d’une littérature révolutionnaire ? », in Dissidences, volume 4, avril 2008, p.132 à 149.

7Signalons que les éditions Le Passager clandestin ont, autour de cette nouvelle parution, organisé un concours de nouvelles inédites, s’inspirant donc de Les Retombées, et dont le texte primé aura droit à une publication début 2016 dans la collection « Dyschroniques ». Pour plus de renseignements : http://lepassagerclandestin.fr/zoom/concours-decriture.html

Kristin Ross, L’imaginaire de la Commune, Paris, La fabrique, 2015, 186 pages, 14 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Kristin Ross, l’auteur notamment de deux excellents ouvrages, l’un autour de Rimbaud et la Commune dans les années 1980, et l’autre sur l’héritage de Mai 681, revient cette fois-ci en explorant la culture politique de la Commune de Paris. L’enjeu serait tant historique qu’actuel, car les manifestations de ces dernières années, empruntant les pratiques du campement et de l’occupation, entreraient en résonance avec cette culture.

La Commune, débordant tout contenu manifeste précis, par sa charge affective, fut, selon Kristin Ross, « un laboratoire d’inventions politiques, improvisées sur place ou bricolées à partir de scénarios ou d’expressions du passé, repensés selon les besoins du moment » (p. 17). Dans le prolongement de la réflexion de Jacques Rancière, elle souligne par ailleurs l’originalité de cette révolution : « plus que toutes les lois qu’elle put promulguer, l’important fut la façon dont, par son fonctionnement quotidien, elle renversa les hiérarchies et les divisions bien établies » (p. 64).

L’intérêt de cet essai consiste largement dans l’interprétation « transfiguratrice » de la Commune – opération déjà réalisée par Marx en son temps, selon l’analyse de Jacques Rougerie, reprise ici. Dès lors, Kristin Ross déplace le regard des figures les plus connues – Courbet par exemple – et des oppositions cristallisées – entre partisans de Bakounine et de Marx – pour s’intéresser entre autres à l’action d’Eugène Pottier (1816-1887), surtout connu comme l’auteur de L’Internationale, ou de l’Union des femmes pendant la Commune. Elle s’intéresse plus particulièrement à l’émergence du « communisme anarchiste » (p. 128 et suivantes), bousculant le clivage anarchistes-communistes, basée sur une nouvelle conception de la révolution. Celle-ci serait « fondée sur l’autonomie communale et la fédération ou l’association libre de ces unités autonomes » (p. 136). Dans ces pages, l’auteur poursuit l’onde de choc de la Commune de Paris au plus près du renouvellement des concepts et réflexions de trois révolutionnaires – William Morris (1834-1896), Élysée Reclus (1830-1905) et Pierre Kropotkine (1842-1921) – qui, par-delà leurs différences, convergeraient au sein de ce « communisme anarchiste », qui s’inscrit dans le contexte et le prolongement de l’expérience communale. Et l’auteur de remarquer la postérité de ces penseurs aujourd’hui, au sein du courant de l’écosocialisme.

Il convient cependant de nuancer et/ou remettre en question plusieurs affirmations de Kristin Ross. Tout d’abord, si la Commune a bien obligé Marx à revoir sa conception de la révolution et de l’État (p. 96 et suivantes), cela marque moins dans son œuvre une coupure qu’une contradiction entre des appréhensions divergentes, jamais synthétisées ou dépassées. De plus, le mot d’ordre de la « République universelle » ne marque pas de manière univoque une rupture avec l’héritage de la Révolution française (p. 31), tant une partie non négligeable des communards citent à l’ordre du jour les concepts, figures et pratiques de la Révolution française – et, au sein de celle-ci, plus spécifiquement l’expérience de la Commune et de Jacques-René Hébert (1757-1794)2. D’autre part, elle semble surestimer l’influence de l’Internationale sur la Commune. Enfin et surtout, si la Commune de Paris s’est bien inscrite dans une perspective internationaliste, il faut nuancer et situer cet internationalisme, au regard de la guerre franco-prussienne et de l’évolution de nombre de communards. L’une des causes immédiates du soulèvement parisien fut ainsi la perception (correcte) que le Gouvernement ne désirait plus combattre les Prussiens. Et communards et anti-communards de se disputer l’espace national tant sur le territoire que dans l’imaginaire – chaque camp s’accusant d’être à la solde de Bismarck.

L’ambiguïté du livre tient parfois à un manque de démarcation plus nette entre une histoire de l’héritage communard et une analyse de son imaginaire. La première impose de prendre en compte l’impasse du boulangisme auquel de nombreux communards se rallièrent plus tard (ainsi que l’antisémitisme de plusieurs communards). De même, pour ce qui a trait au colonialisme. Écrire que les communards déportés en Nouvelle-Calédonie « vécurent de diverses façons la rébellion kanake » (p. 44) revient à édulcorer quelque peu les violentes contradictions qui se manifestaient. D’une part, les kanakes étaient instrumentalisés, contre une rançon, pour « chasser » les communards qui tentaient de s’échapper, et, d’autre part, une partie des déportés soutenaient les colons, suscitant de vives altercations comme le rappela Louise Michel dans ses souvenirs. L’analyse de l’imaginaire de la Commune permet au contraire à s’attacher aux textes et parcours de Kropotkine, Morris et Reclus, qui ne sont représentatifs que d’un pan – pour l’auteur, le plan le plus intéressant et actuel – de l’héritage de la Commune. En n’insistant pas suffisamment sur cette différence histoire/imaginaire, le risque alors est de ne pas prendre suffisamment la mesure des dynamiques antagonistes à l’œuvre au sein des divers courants, qui ont fait ou se sont revendiqués de la Commune. Ces critiques n’enlèvent cependant rien à l’intérêt, la pertinence et l’originalité de cet essai, qui plus est, agréable à lire.

1Le premier, seulement traduit en 2013, aux Prairies ordinaires, sous le titre Rimbaud, la Commune de Paris et l’invention de l’histoire spatiale et le second de 2010, Mai 68 et ses vies ultérieures, Agone (voir les compte-rendus sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4073 et sur notre revue électronique http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=381 ).

2Durant la Commune de Paris, paraîtra d’ailleurs le journal reprenant le titre et le langage populaire de celui de Hébert, Le Père Duchesne, qui fut l’un des plus lus.

Sandrine Kott, Bismarck, Paris, Presses de la Fondation nationale des Sciences politiques, collection « Facettes », 2003, 358 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Les historiens de l’Allemagne de la première moitié du XXe siècle sont littéralement obsédés par le Sonderweg (mot à mot « la voie particulière »). L’épisode nazi était-il été inéluctable ou résulta-t-il de circonstances très particulières, liées à l’après-guerre ?

Le livre de S. Kott apporte beaucoup d’eau au moulin des tenants de la thèse du Sonderweg, à savoir l’exceptionnalité de l’Allemagne par rapport aux autres pays d’Europe occidentale. Pour les historiens partisans de cette thèse, nombreux en Allemagne – Wilhelm Mommsen, Hans Ulrich Wehler, Friedrich Meinecke ou Lothar Gall – la responsabilité de Bismarck est grande dans le déficit démocratique de l’Allemagne. Le prince Bismarck, qui s’adresse aux députés du Reichstag en tenue de cuirassier, limite sans cesse le pouvoir du Parlement. En tant que chancelier il affirme ne détenir son pouvoir que de l’Empereur et n’avoir de compte à rendre qu’à lui. Il concède tout au plus au Parlement un rôle de tribune où s’exprimeraient les représentants des intérêts économiques. L’historienne nous présente un junker qui ne cesse d’étendre ses propriétés qui engloberont jusqu’à 17 000 hectares et plusieurs villages. Dur avec ses subordonnés (« ses » gens), comme l’étaient les aristocrates prussiens, il est soucieux de moderniser ses domaines, de les transformer en affaires prospères. Dès son retrait du pouvoir en 1890 s’organise un véritable culte qui s’accélère après sa mort en 1898. Pour les anniversaires affluent des lettres (50 000 lettres et 20 000 télégrammes pour son 80e anniversaire) à Friedrichsruh où il s’est retiré. On lui envoie des cadeaux aussi, des enclumes par exemple, pour le forgeron de l’Empire ! De nombreuses municipalités lui confèrent la citoyenneté d’honneur, les universités le Doctorat honoris causa. Des monuments sont érigés, un Bismarck à cheval dans la tradition des statues équestres royales à Brême ou l’énorme monument de Hugo Lederer sur le port de Hambourg. Considérable masse de granit de 23 mètres de haut, avec une statue de Bismarck de 15 mètres sous les traits d’un Roland cuirassé, elle domine toujours le port, depuis 1906.

Après la guerre de 14-18, pour les adversaires de Weimar (cette république « undeutsch »), Bismarck est l’Allemand par excellence. L’historienne a des raisons d’affirmer que « les Bismarckiens , dans leur attente irrationnelle du chef, dans leur aspiration à un IIIe Reich, comme dans leurs pratiques cultuelles, ont préparé les esprits au nazisme ». Et Hitler prendra le soin d’inscrire ses pas dans ceux de Bismarck et de Frédéric le Grand (1740-86). A lui de poursuivre et de conclure leur œuvre. Heureusement le temps de la « patrimonialisation » semble venu. Pour Jürgen Kocka, « Bismarck fait désormais partie de notre histoire », il ne saurait être un guide pour l’avenir. Cependant certains milieux intellectuels de gauche mettent en garde contre un risque de résurgence pro-bismarckienne dans un contexte de retour à une fierté nationale depuis l’unification. Ainsi, l’ancien Chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, dans un entretien au Spiegel du 28 mars cité par Arnaud Leparmentier (Le Monde du 1er avril 2015), chante les louanges de Bismarck : «Bismarck était un bouffeur de social-démocrate, mais il a agi en social-démocrate (N.B. : en créant les assurances maladie, accident-invalidité, retraite). Il fut un très grand de l’histoire allemande ». Cette nostalgie est partagée notamment par Joseph Joffe, éditeur de l’hebdomadaire Die Zeit, qui déplore un bicentenaire trop discret (Bismarck est né le 1er avril 1815), mais aussi par Peter Altmaier, secrétaire d’État à la chancellerie d’Angela Merkel, qui se dit « fasciné » par Bismarck.