Archives mensuelles : septembre 2015

Jacques R. Pauwels, 1914-1918. La Grande Guerre des classes (De Groote Klassenoorlog. 1914-1918), Bruxelles, Aden, collection « EPO », 2014, 880 pages, 33 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jacques R. Pauwels s’est fait connaître par deux ouvrages abordant déjà la période de « la seconde guerre de trente ans », Le Mythe de la bonne guerre, sur l’engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, et Big Business avec Hitler, consacré à la dénonciation du soutien accordé par les classes économiquement dominantes à Hitler (et inversement). On l’aura ainsi déjà compris, la démarche de l’auteur est clairement engagée, militante même, et au minimum proto-communiste, pour ne pas dire davantage1. Dans ce nouvel ouvrage, véritable somme (presque 900 pages!) sur le premier conflit mondial, son objectif est de prouver que si guerre il y a eu, ce fut avant tout, de la part des classes dirigeantes, pour conjurer la menace de la révolution sociale (et nationale dans certaines situations) et mettre fin au processus de démocratisation en cours dans les puissances occidentales, voire même revenir à la situation d’Ancien Régime d’avant 17892. Et pour justifier sa thèse, Jacques Pauwels n’hésite pas à être très démonstratif, allant jusqu’à « tailler à la serpe » dans la rétrospective et l’analyse historiques.

Il effectue d’abord un retour sur le long XIXe siècle, utilisant en particulier les travaux d’un Arno J. Mayer sur La Persistance de l’Ancien régime : l’Europe de 1848 à la Grande Guerre, pour montrer qu’après avoir été révolutionnaire, la bourgeoisie européenne, alliée à la noblesse, devient contre-révolutionnaire entre 1848 et 1870, adoptant les thèses du social-darwinisme et entretenant peu à peu un véritable éloge de la guerre3. Le gros de son étude de synthèse retrace le déroulement de la guerre proprement dite, alternant chapitres sur la guerre « horizontale », c’est-à-dire entre pays (opérations militaires), et la guerre « verticale », entre classes antagonistes, usant pour ce faire abondamment de poèmes et de chansons d’époque. Il évoque assez fidèlement l’évolution des mentalités populaires, d’abord enclines à la résignation au début de la guerre, face aux pressions sociales diverses et aux « appareils idéologiques de domination »4, puis de plus en plus critiques à l’égard de cet affrontement prolongé qui semblait sans fin, allant parfois jusqu’aux fraternisations5. Les considérations sur la stratification sociale régnant dans les armées belligérantes et sur les profondes inégalités de traitement entre soldats et officiers, finalement moins prononcées dans la France issue de la Révolution, sont également précieuses.

Outre une empreinte marquée de la vision marxiste des événements, avec l’accent mis de manière justifiée sur les motivations impérialistes de la Première Guerre mondiale (celles du Royaume-Uni sur le Moyen-Orient ou de l’Allemagne sur l’Europe de l’est), deux caractéristiques sont notables et hautement discutables : une tendance à simplifier les enjeux, aboutissant à une forme de manichéisme quelque peu outrancier, qui le conduit ainsi à replier le mouvement ouvrier socialiste, dans la seconde moitié du XIXe siècle, sur le seul marxisme, et des raccourcis qui versent dans l’erreur pure et simple. Comment, par exemple, affirmer que les paysans français voient leurs revendications satisfaites dès 17896 ? Que le romantisme est par essence uniquement réactionnaire7, et l’antisémitisme « antisocialiste »8 ? Que le fascisme et partant le nazisme sont de simples retours en arrière, négligeant totalement leur caractère de « modernisme réactionnaire » ? Que le président de la IIIe République française avait « une fonction dotée d’un énorme pouvoir » (p. 83) ? Que l’essor du nationalisme raciste, racial même, a pour seule origine les progrès du socialisme dont il serait l’opposé9 ? Ces exemples indiquent une méconnaissance ou une non prise en compte, plutôt étonnante, des progrès de l’historiographie sur ces thématiques.

Pour autant, en dépit de ces critiques, auxquelles on peut ajouter une inclinaison relative à la répétition tout au long d’un ouvrage sans doute un peu trop long, 1914-1918. La Grande Guerre de classes a le mérite de s’extraire à la fois des visions nationalistes et d’une perception actuelle plus consensuelle, misérabiliste, repoussant la violence intra-européenne dans les noirceurs du passé tout en évacuant les responsabilités premières. L’auteur sait mettre l’accent sur les origines à la fois économiques et politiques du gigantesque embrasement mondial, mais aussi sur les limites de la démocratie européenne à la veille de la guerre (types de suffrages, découpages électoraux, possibilité d’être élu…)10 et la fiction d’une guerre faite « pour la démocratie ». Jacques Pauwels est également plutôt convaincant lorsqu’il s’efforce de prouver que le fascisme et le totalitarisme n’ont pas attendu la victoire de la révolution bolchevique pour émerger11, le second se dégageant de sa gangue à travers la suspension des libertés démocratiques acquises au bénéfice de la paix antérieure. Une vaste fresque qu’il s’agit donc de prendre avec les précautions requises, mais qui peut se révéler intéressante, tout au moins comme une source de second plan.

1Il fait longuement l’éloge des bolcheviques, les présentant comme plus démocratiques que les dirigeants occidentaux et saluant leur volonté de briser l’asservissement des peuples coloniaux.

2« L’élite voulait et préparait la guerre afin de résoudre définitivement les grands problèmes sociaux, c’est-à-dire éviter la révolution et mettre un terme à la démocratisation. » (p. 516). Il est plus nuancé lorsqu’il écrit, p. 300, que « Du côté des socialistes, du moins en Europe centrale et orientale, l’espoir d’une révolution immédiate en 1914 n’existait certainement pas, mais, du côté des familles nobles et grandes-bourgeoises, la crainte de la révolution existait bel et bien et on fut enchanté de voir la guerre éliminer comme par magie le spectre de la révolution. » [souligné par nous].

3Voir Emilio Gentile, L’Apocalypse de la modernité. La Grande Guerre et l’homme nouveau, Paris, Flammarion / Aubier, 2011 (2008 pour l’édition originale), curieusement absent de la bibliographie, comme d’autres titres du reste. Il est chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1365

4Erreur étonnante parmi d’autres, Jacques Pauwels ne cite que les sociaux-démocrates russes comme opposants à la guerre dès son déclenchement, oubliant les Serbes, et nomme curieusement « défaitisme » la position classique de Lénine durant la période…

5A cet égard, Jacques Pauwels évoque un étrange mythe (p. 416), mais sans citer ses sources, selon lequel sous le no man’s land, des déserteurs de toutes les armées survivraient en harmonie…

6Voir Pierre Kropotkine, La Grande Révolution (1789-1793), Paris, éditions du Sextant, 2011 (édition originale en 1909), chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1822

7Voir Michael Löwy et Robert Sayre, Esprits de feu. Figures du romantisme anti-capitaliste, Paris, éditions du Sandre, 2010.

8Voir Michel Dreyfus, L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2661

9Voir André Pichot, La Société pure. De Darwin à Hitler, Paris, Flammarion, 2000, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1483

10Voir Luciano Canfora, La Démocratie. Histoire d’une idéologie, Paris, Seuil, 2006.

11Dommage toutefois que sa réflexion sur le Parti allemand de la patrie (DVLP), fondé en 1917, en tant que formation « proto-fasciste » ne soit que survolée (p. 674).

Jean Rolin, Les Événements, Paris, P.O.L., 2015, 208 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Jean Rolin, écrivain prolifique, nous connaissions surtout à Dissidences son roman L’Organisation, retour vers un passé militant maoïste (à la Gauche prolétarienne). Avec Les Événements, c’est vers le proche avenir qu’il dirige sa plume, en une anticipation d’une guerre civile ordinaire écartelant la France et ayant nécessité l’intervention de la FINUF, Force d’interposition des Nations unies en France (sic).

Le livre tout entier est en réalité une parenthèse de vie, celle d’un adulte anonyme, quadragénaire que l’on suit tantôt – le plus souvent – à la première personne, tantôt par le biais de la voix de l’écrivain lui-même, en une vision surplombante très courue de nos jours. Une façon aussi de prendre de la distance avec la fiction, ce qui est déjà le cas dans l’absence d’empathie que manifeste Jean Rolin pour ses personnages (les émotions ou sentiments ressentis par le personnage principal nous sont généralement distants). Les événements est en effet un court roman plutôt froid, clinique, qui traite la guerre civile comme une nouvelle normalité, illustration de la plasticité des êtres humains, de leur capacité à s’adapter à un contexte différent. Par ailleurs, les explications précises sur les événements (sic) ayant conduit à une telle situation ne nous sont jamais données, et le réalisme de la situation décrite jamais pris à bras le corps (quid, par exemple, de l’approvisionnement en nourriture ? de la situation des enfants ?). Tout juste apprendra-t-on l’existence maintenue d’un gouvernement officiel mais visiblement impuissant sur l’île de Noirmoutier, et de nombreux pouvoirs miliciens, islamistes1, d’extrême-droite ou d’extrême gauche, comme pour mieux moquer les luttes politiques de ce début de XXIe siècle, leur caractère minoritaire et la vacuité de l’engagement politique face à une population majoritairement passive (elle est le plus souvent invisible dans le livre) et décidée seulement à survivre. Le narrateur quitte donc Paris en voiture, rejoignant un ancien ami devenu potentat local en tant que chef des Unitaires, afin de lui livrer des médicaments. Arrivé sur place, il renoue avec une ex-relation amoureuse, et part avec elle afin de retrouver son fils potentiel, engagé au sein d’une milice d’extrême gauche à Port-de-Bouc. Tous deux décident finalement de quitter la France, clôturant ainsi le livre d’une manière particulièrement abrupte.

Au-delà des éléments déjà évoqués, que retenir de Les événements ? Une critique du rôle limité de l’ONU, via le mode de l’inversion, un traitement du fameux sentiment d’insécurité au premier degré, et l’éloge d’une nature qui regagne peu à peu du terrain sur une humanisation en recul, sensible dans des descriptions régulières et détaillées (on pense ici à la nouvelle « Le monde enfin » de Jean-Pierre Andrevon). Reconnaissons tout de même que cela fait peu, pour un roman dont la guerre civile – sujet riche de potentialités fictionnelles – est, de plus, pratiquement déconnectée de toute profondeur historique2.

1Le Hezb, ou « (…) parti islamiste dit « modéré » (…) » (p. 47), dont le nom évoque clairement celui du Hezbollah libanais, est le seul groupe à être nommément cité.

2Le seul précédent évoqué est celui de la guerre civile espagnole, présente par l’existence d’un SIM (Service d’investigation militaire, comme pour les républicains), par un portrait de Durruti et d’une brigade du même nom à Port-de-Bouc, voire par cette vision de curés morts en plein champ au début du livre…

Côme Michel, La SFQI à Toulouse de 1968 à 1976, Université de Toulouse II Le Mirail, juin 2015, Master, sous la direction d’Alain Boscus, 471 pages (dont 8 entretiens).

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Qu’une étude universitaire soit consacrée à la section toulousaine de la JCR/LCR, une des deux sections de province les plus importantes de ce courant, avec celle de Rouen, est une bonne nouvelle. Certes l’auteur n’utilise pas les témoignages de Daniel Bensaïd (Une lente impatience, Stock, 2004), ni ceux de Jan-Marc Rouillan (De mémoire I, Agone, 2007), pourtant sous-titrés « Les jours du début : un automne 1970 à Toulouse ». Il n’a pas lu non plus les rapports des préfets de Haute-Garonne, cependant il a eu accès aux papiers de Gilles Da-Ré (militant LCR des PTT) déposés aux Archives départementales 31 et à ceux d’Antoine Artous. Il a eu le mérite aussi d’interroger huit acteurs de cette histoire, dont une femme, militants ou anciens militants de la LCR/NPA, mais aussi un militant CGT/PCF de l’aéronautique.

Et malgré tout, ce travail manque de rigueur, comporte des maladresses, il est bavard et trop long et paradoxalement ne satisfait pas notre curiosité. Premier défaut : un plan inadéquat en deux parties qui se chevauchent, ne permettant pas d’éviter les répétitions. La première maladresse commence avec le titre, « La SFQI, Section française de la Quatrième Internationale » , alors que, lorsque ce courant se détache de l’Union des étudiants communistes (UEC), à Toulouse en tout cas, l’adhésion de la JCR à la Quatrième Internationale n’est rien moins qu’évidente. Les deux principaux dirigeants de l’organisation, Daniel Bensaïd et Antoine Artous, ne sont ni l’un ni l’autre militants du PCI minoritaire, section française de la Quatrième Internationale-Secrétariat Unifié. Il aurait fallu être plus explicite sur les débats ayant précédé l’adhésion à l’Internationale trotskyste.

L’étudiant lui-même est conscient de certaines de ses maladresses. Il s’excuse par exemple de consacrer trop de pages à « l’actualité politique et aux grands événements de l’époque » – titre du début de sa seconde partie (en page 144). Mais excuse ne vaut point absolution ! D’autant que ce défaut se retrouve ailleurs, par exemple dans une introduction dans laquelle l’auteur croit utile de rappeler l’existence de Marc Bloch et Lucien Febvre. Par ailleurs son trop long passage introductif sur le trotskysme s’appuie uniquement sur l’ouvrage de Daniel Érouville, Qui sont les Trotskystes ? (L’Harmattan, 2004), dont Côme Michel nous dit lui-même qu’il raconte l’histoire du trotskysme « à travers les turpitudes (sic) de la Quatrième Internationale ».Et pourtant, contrairement à ce qu’écrit l’auteur, les livres ne manquent pas pour écrire l’histoire du trotskysme. L’auteur ignore la longue bibliographie de Dissidences, parue dans le n° 6 de notre revue (2009) et dans le n° 2 de notre revue électronique (automne 2011)1. Plus grave, l’auteur se trompe quand il s’appuie sur Jean-Paul Salles (2005) pour interroger Bernard Chamayou, ancien militant toulousain et tarbais, il parle de Carcassonne alors qu’il est persuadé d’évoquer la situation de Tarbes (p. 326).

Alors que reste-t-il de ce travail ? L’émergence d’une section LCR de province forte numériquement en effet, un véritable « petit parti » selon les termes d’Antoine Artous – mais là encore, plutôt que de suivre l’auteur confus sur cette question, il vaut mieux voir les chiffres d’Artous : 150 à 180 militants, avec autant de sympathisants, la LCR étant capable d’organiser des manifestations de 6 à 700 personnes. Des manifestations soigneusement tenues à l’écart des cortèges de gauche par le service d’ordre de la CGT et du PCF, selon la tactique du cordon sanitaire pratiquée dans bien d’autres villes. Le témoignage d’Alain Rumeau, militant CGT et PCF qui ne renie rien de son passé, est en effet saisissant. Cette force de la Ligue en secteur jeune en particulier – avec ses publications locales, La Jeune Garde, L’Apprenti enchaîné, et même La FPA enchaînée (Formation professionnelle pour Adultes) – l’amène à être à l’aise avec le cours « sectaire », d’auto-affirmation, qui prévaut après 68, les Comités rouges devant remplacer les Comités d’Action. Certes la Ligue à Toulouse éclipsait les autres groupes révolutionnaires, mais pas au point d’entraîner « la déliquescence progressive du PSU après le mouvement de mai-juin 58 » (p. 90). Encore une maladresse !

Le succès de la Ligue fut évidemment moins éclatant en milieu ouvrier, malgré les efforts déployés par les militants, la rédaction et la diffusion de la Taupe rouge à la SNCF, aux PTT ou sur les usines de l’aéronautique. Les positions du PCF et de la CGT furent fort peu ébranlées dans l’après-mai, même si ce dirigeant de la CGT rencontré par le militant LCR Bernard Cholet à l’ONIA (l’Office national des industries azotées qui deviendra AZF) n’est pas dupe sur le socialisme réellement existant dans les pays de l’Est où il est allé monter des usines d’engrais. On saura peu de choses sur « le Travail Femme ». L’auteur nous confie sa déception devant le peu de sources écrites, alors qu’il titille notre curiosité quand il nous dit que les militantes de la LCR ont créé un Centre de Femmes, rue Borios, près de la gare Matabiau (p. 227). De même on n’en saura pas plus sur les avortements illégaux pratiqués par le Docteur Giron, médecin et militant LCR, alors que dans bien des villes les militants LCR sont réticents sur ces pratiques (voir Salles, 2005, p. 200-201). L’intervention sur Motorola, usine récente à majorité féminine, plus ouverte à l’intervention des militants de la Ligue, est un peu mieux éclairée.

Notre déception est d’autant plus grande que, pour des raisons très variées, nous attendions beaucoup de ce travail. Il nous semble que l’enseignant dirigeant cette recherche aurait dû être plus présent, plus attentif. Par exemple, lorsqu’on fait référence à la contribution d’un auteur publié dans un ouvrage collectif, le titre de celle-ci ainsi que la pagination doivent être cités et non pas seulement se contenter du nom des coordinateurs. Si Côme Michel décide de continuer dans la voie de la recherche, la rigueur lui sera nécessaire.

Jacques Leclercq, (Nos) Néo-nazis et ultras-droite, Paris, L’Harmattan, 2015, 528 pages, 49 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Jacques Leclercq, nous avons eu l’occasion par le passé de rendre compte de ses nombreux travaux documentaires, plus convaincants sur l’extrême droite1 que sur l’extrême gauche2. Ce nouveau fort volume complète les trois précédents consacrés aux franges les plus extrêmes de la droite, à ceci près qu’il présente un caractère plus hybride. Il offre en effet, dans sa plus grande partie, un portrait des nationaux-socialistes à la française. Après quelques définitions préalables (dont celle du fascisme, succincte et réduite à sa spécificité italienne), sont présentées les différentes organisations collaborationnistes durant la Seconde Guerre mondiale, dont Jacques Leclercq souligne l’importance quantitative à l’échelle de la population. Un listage plutôt exhaustif, qui comprend un certain nombre de transfuges de la gauche, comme René Mesnard (SFIO) et Jacques Teulade (PCF) du Comité ouvrier de secours immédiat, mais aussi des personnes ayant opéré l’évolution inverse, à l’image de Serge Vincent-Vidal, fondateur des Formations éclair révolutionnaires, puis Waffen SS, qui passe dans les années 1968 au mouvement maoïste.

La suite se révèle nettement plus indigeste. Les différentes organisations nationales-socialistes plus contemporaines sont en effet abordées sans ordre chronologique ou alphabétique, en un texte d’une pièce duquel on peine souvent à extraire l’essentiel. On y retrouve, pour nous en tenir à ce qui fait le cœur de notre travail à Dissidences, des figures venues du trotskysme (René Binet, pionnier du renouveau national-socialiste après la guerre) et surtout des constructions idéologiques mêlant références a priori opposées : les nationaux-bolcheviques ou Nazbols du MNBF3, qui considèrent la RDA de Honecker comme un modèle, ou de l’OSRE4 ; les nationalistes-autonomes, inspirés des Black Bloc et favorables à une « politique coopérative ouvrière et anticapitaliste » (p. 199) et à une allocation de vie universelle ; les nationalistes révolutionnaires, dont Nouvelle résistance de Christian Bouchet, ayant succédé à Troisième voie, qui pratiqua un entrisme chez les jeunes Verts ou Socialisme international, trotskyste, ou encore la Troisième voie de Serge Ayoub, qui rendit hommage en 2011 à Roger Salengro. Citons également une curiosité qui frise le ridicule, la Sororité aryenne, alliant national-socialisme et sexe, jusqu’à la pornographie, tout en se revendiquant d’une réconciliation de « (…) Marx avec Maurras, Heinrich Himmler avec Herbert Marcuse (…) » (p. 85).

Mais la prose est ici bien trop dense, marquée par plusieurs redites, des transitions parfois peu claires entre réalités numériques et activistes, et il manque clairement des frises chronologiques et des organigrammes permettant de se repérer dans une nébuleuse en constante ébullition, ainsi qu’une bibliographie détaillée. De plus, les sites Internet ou les publications, dont quelques extraits sont proposés (mais souvent en corrigeant les fautes d’orthographe), ne sont pas réellement analysés en profondeur ni en totalité (pourquoi tel numéro plutôt que tel autre ?), et insuffisamment contextualisés. En fait, ce qui manque à ce recueil de données d’une incontestable richesse, c’est une véritable problématisation, un effort d’organisation visant à proposer une typologie de ces divers groupes, et du même coup un certain nombre de définitions : qu’est-ce exactement que l’ultra-droite du titre ? Comment différencier les différents surgeons du national-socialisme en France, que ce soit par leurs références ou leurs positions sur l’évolution du monde5 ? Une organisation comme le GUD, par exemple, dont les actions sont toujours très violentes, peut-elle être considérée comme authentiquement néo-nazie ? Certes, c’est là chose particulièrement difficile à mener, vu la profusion de références, le manque d’informations toujours fiables et précises, et la porosité des frontières entre les catégories proposées par Jacques Leclercq (suprémacistes des groupes Blood and Honour, négationnistes ou skins, qui ont d’ailleurs droit à une bonne synthèse), mais c’est également le seul moyen de dépasser la simple recension documentaire, nécessaire mais qui n’est qu’une première étape.

Autre défaut de ce volume, les nombreuses illustrations reproduites en noir et blanc, souvent de sites Internet, ne sont pas explicitées avec précision. L’ouvrage se termine par une mise à jour des compilations précédentes, où l’on retrouve plusieurs développements intéressants : sur l’œuvre française, dissoute en 2013 à la suite de la mort de Clément Méric mais toujours active et existante, en particulier sur Internet ; sur le Bloc identitaire, cadre de certaines recompositions en validant la résistance gaulliste et en délaissant l’antisémitisme traditionnel (la notion gramscienne d’hégémonie est également explicitement revendiquée) ; d’Égalité et Réconciliation d’Alain Soral, qui se place dans la lignée des SA et s’est engagé fin 2014 dans la création de Réconciliation nationale avec Dieudonné ; du groupe La Dissidence, partisan d’un coup d’État militaire en France ; ou du Lys noir, qui a réussi une intoxication de grande ampleur à l’été 2013, dans le sillage de la Manif pour tous, en réussissant à faire croire à un possible coup d’État préparé par les officiers catholiques contre le gouvernement Hollande…

Jean-Guillaume Lanuque

1Son Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, de Droites conservatrices, nationales et ultra. Dictionnaire 2005-2010 a été chroniqué sur notre ancien site, et De la droite décomplexée à la droite subversive. Dictionnaire 2010-2012 l’est sur notre blog.

2Voir la critique détaillée de Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013 sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3794

3Mouvement national-bolchevique français.

4Organisation socialiste révolutionnaire européenne.

5Est ainsi sensible une ligne de faille entre militants privilégiant l’antisémitisme, en s’alliant au besoin avec des forces musulmanes comme celles de l’Iran chiite (le Parti solidaire français, par exemple), et militants préférant réserver leurs coups aux musulmans. Une autre voit des divergences sur la situation en Ukraine, entre pro-Ukrainiens et pro-Russes (et donc séparatistes).

Fabrice Humbert, Eden Utopie, Paris, Gallimard, collection « NRF », 2015, 288 pages, 18,90 €.

.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Fabrice Humbert s’était fait remarquer du grand public avec son premier livre, L’Origine de la violence, qui plongeait dans le passé de sa famille paternelle, en lien direct avec les épreuves de la Seconde Guerre mondiale. Il renoue ici avec le roman familial, se mettant cette fois lui-même en scène, dans une démarche autocentrée qui semble être véritablement le fruit de notre époque (que l’on songe à l’ouvrage d’Emmanuel Carrère, Le Royaume, où l’auteur évoque aussi bien les débuts du christianisme que son addiction à la pornographie numérique…). Mais de par les connexions entretenues entre trajectoires intimes et mouvements révolutionnaires, Eden Utopie est également à rapprocher du livre Les Rouges de Pascale Fautrier1, bien que plus marginal sur le sujet, et surtout autrement plus distant.

Tout commence dans l’après-Seconde Guerre mondiale, lorsque trois hommes décident de fonder, à Clamart, un lieu de vie inspiré du protestantisme censé permettre l’éclosion d’un monde meilleur : la Fraternité. Ces trois hommes étaient Emmanuel Rochefort, Daniel Jospin (oncle de Lionel Jospin) et André Coutris, quasi grand-père par alliance de Fabrice Humbert. Ce dernier est le mari de Sarah Courcelles, cousine de Madeleine Arlicot, véritable grand-mère de l’auteur. Les deux cousines ont en effet été élevées ensemble suite au décès précoce des parents de Madeleine, et incarnent deux destinées bien différentes : là où Sarah eut un itinéraire chanceux et privilégié, celui de Madeleine fut plus difficile et chaotique. De son second mariage, elle eut une fille, Danièle, future génitrice de Fabrice Humbert, qui, à travers l’expérience de la « Frater », recherchait à toute force une « mue sociale » (p. 46) ; un projet personnel facilité par le contexte d’alors, l’auteur parlant même de « génération gâtée » (p. 49) pour désigner ces jeunes des « Trente Glorieuses ». Mais avec les années 60, on assiste à une politisation accrue effectuée en dehors de la Fraternité. C’est ainsi que Michèle, fille d’André et Sarah, et son mari Christian Béral, s’impliquent dans les événements de Mai 68, décrits avec souffle et tension à la page 74. Maurice Humbert, lui, père de Fabrice, s’inscrit au Parti socialiste et milite également à la CFDT. Mais ce sont surtout les représentants de la génération suivante des Béral (ascendant Coutris), qui vont embrasser jusqu’à l’embrasement la geste révolutionnaire. L’aîné, Thierry, devient en effet trotskyste, bientôt rejoint par son frère Yves, un temps établi en usine, et leur sœur Élise milite au sein du groupe Révolution, issu d’une scission de la Ligue communiste2. Elise, justement, connaît un parcours ultérieur qui nous confronte à l’Autonomie, au milieu des squats de la fin des années 70, où ivresse du verbe et désir de lutte se conjuguent. Elle côtoie même les milieux de la lutte armée, à travers le journal L’Internationale qu’elle anime, les réfugiés des Brigades rouges, mais également les membres d’Action directe, pour qui elle fournit de faux papiers. Cette proximité explique son arrestation au milieu des années 80, jusqu’à son procès et sa libération ; l’occasion d’évoquer la répression anti-terroriste, dont Fabrice Humbert souligne la dureté, voire l’injustice (lorsque Karine, la sœur d’Élise, mêlée ni de près ni de loin à l’affaire, est également arrêtée).

Fabrice Humbert parvient, sur un sujet propre à l’empathie, à accoucher de passages souvent touchants et bien troussés3, mais sa position initiale d’observateur plutôt bienveillant4 évolue vers une prise de position nettement plus critique et engagée, hostile aux révolutions réellement existantes5. Dans une vision au moins en partie téléologique, il perçoit la Fraternité comme la matrice des évolutions ultérieures de ceux qui l’ont fréquenté6. Surtout, il établit un distinguo très net entre réel et imaginaire. Si la Fraternité ou le rôle de l’écrivain parviennent à conjuguer les deux de manière harmonieuse, les révolutionnaires décrits sont tout entier englués dans le rêve, tant éclate « (…) la proximité du rêve et du totalitarisme, qui n’est jamais à l’origine qu’un « rêve de paradis » (…) » (p. 175). Dans ce théâtre, les membres d’AD, à la fois « (…) branleurs et (…) assassins (…) » (p. 182), « jouaient la révolution » (sic, p. 183).

Intégré à ce qu’il faut bien appeler la bourgeoisie7, Fabrice Humbert n’a semble-t-il appréhendé les Années 68 qu’à partir des entretiens qu’il a menés (dont un des plus intéressants est celui de Michel, ancien autonome devenu entraîneur de boxe) et de la lecture de ce que nous avons appelé un « récit codifié par Hervé Hamon et Patrick Rotman8 où le maoïsme s’énonce sous les auspices de la génération »9. Au final, une lecture uniquement générationnelle et estudiantine de ce formidable mouvement social (d’où la classe ouvrière est non pas étrangement, mais logiquement, absente si ce n’est comme décor pour tenter d’établir des rapports idéologiques) qui voisine fort bien avec une certaine désillusion sur la période10, des analyses partielles ou discutables11 et une vision finalement trop binaire des choses. Si Fabrice Humbert souhaitait décrire (ce qui est différent d’écrire) une certaine « génération perdue » ne sachant qu’imiter (après ce qui ne fut certes pas une utopie ratée mais bien plutôt une défaite de grande ampleur), et qui sût retrouver assez vite les chemins tout tracés des anciennes (ou nouvelles) dynasties bourgeoises, il semble que ce souhait, s’il existât, soit exaucé par ce livre… 12 Néanmoins, d’autres récits des années soixante-dix, mi-fiction mi-histoire, paraissent plus à même d’en restituer l’effervescence et l’authenticité : nous pensons à Qu’as-tu fait de tes frères ? de Claude Arnaud (2010) et à Éléments incontrôlés de Stéphane Osmont (2013) tous deux chez Grasset13.

1Voir la chronique du livre sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5093

2Et non de la LCR, comme l’écrit Fabrice Humbert.

3« Oui, ma grand-mère devient peu à peu un paysage familier. Je l’entends arriver, avec son souffle malaisé, elle qui avait perdu un poumon lors de sa tuberculose, l’obligeant à s’arrêter souvent, lorsqu’elle marchait ou faisait le jardin. Encore quelques coups, encore quelque temps et elle sera pleinement devant moi. » (p. 33).

4 « Je trouve beaucoup moins con de vouloir changer le monde à seize ans que de jouer aux jeux vidéo et de chercher des images porno toute la nuit sur Internet. » (p. 96).

5A l’occasion du portrait de Robert Linhart : « Bien entendu, il est typique de ces meurtriers innocents, prêts à faire le bonheur des hommes en les exécutant et il va de soi qu’on rencontre ici ces hommes qui font les révolutions, les Saint-Just du meurtre (…) » (p. 128). D’ailleurs, « Les idéologies sont d’abord des détournements du langage (…) » (p. 209).

6« Toujours demeure en eux ce petit rêve de leur enfance qu’ils vivent sous la forme de communautés plus radicales, moins bourgeoises et plus délibérément utopistes. Ils ont été élevés ainsi et on ne se relève jamais d’une telle éducation au rêve. » (p. 62).

7Le beau-père de l’auteur n’est autre que Pierre Eelsen, grand patron des années 1980-90.

8Hervé Hamon, Patrick Rotman, Génération (tomes I et II), Paris, Seuil, 1987, 1988.

9Christian Beuvain, Vincent Chambarlhac, Franck Gaudichaud, Jean-Guillaume Lanuque, « Présentation générale », Dissidences n° 8, « Prochinois et maoïsmes en France », Mai 2010, p. 12.

10Thierry : « Il m’explique qu’il y a eu une très courte génération, qui avait entre douze et quinze ans pendant mai 68 et qui fut selon lui une génération perdue parce qu’elle avait découvert le monde à travers les manifestations et les rêves des parents ou des grands frères (…) Oui, ils imitaient, ils n’étaient pas eux-mêmes. » (p. 93). Dans les années 80, après une phase de déprime, Thierry Béral s’est reconverti en intégrant Libération, où il a fini par occuper des postes importants.

11Peut-on encore affirmer que les détenus de la RAF autour d’Andreas Baader se sont suicidés en prison ?

12Dernière remarque : Si un arbre généalogique ouvre le livre, et s’avère fort utile pour se repérer tout au long de la narration, il manque un petit cahier photographique des personnes citées, d’autant que Fabrice Humbert commente à plusieurs reprises des clichés particuliers.

13Ces deux romans doivent faire l’objet d’un compte rendu sur notre blog.

Fanny Bugnon, Les « Amazones de la terreur ». Sur la violence politique des femmes, de la Fraction armée rouge à Action directe, Paris, Payot-Rivages, collection « Bibliothèque historique Payot », 2015, 240 pages, 21 €.

Un compte rendu et un entretien de Jean-Guillaume Lanuque

Sur les groupes ayant appliqué une forme de lutte armée souvent qualifiée de terroriste en Europe dans la seconde moitié du XXe siècle, mis à part des témoignages (surtout sur le cas italien1), les études existent, mais sont souvent rares en français : outre le premier volume de notre collection Dissidences (et ses compléments en ligne) et les travaux pionniers d’Isabelle Sommier, on peut citer l’ouvrage d’Anne Steiner et Loïc Debray2, et celui dirigé par Marc Lazar et Marie-Anne Matard-Bonnucci3. Fanny Bugnon4, pour sa part, a choisi de mener une thèse consacrée à un angle bien spécifique, celui des femmes membres de deux de ces organisations, la Fraction armée rouge allemande et Action directe. L’objectif étant à la fois de « penser la violence politique des femmes » (p. 14) et de comprendre « la fabrique des femmes terroristes » (p. 19), en mettant largement à profit les sources journalistiques.

Le grand intérêt de ce travail, c’est en effet de décrypter la perception médiatique des femmes combattantes de ces deux groupes, qui déclinent plusieurs thématiques particulières. Il y a d’abord, avec les actions initiales de la RAF, l’idée d’un phénomène d’origine étrangère, et plus particulièrement allemand, irréductible à la situation française, avec la réutilisation de stéréotypes (la réactivation de la violence nazie, ou la froideur germanique). Mais la dominante majeure de l’analyse des journaux retenus, c’est une forme de malaise à l’égard de ce qui est perçu comme une transgression des rôles sexués. Dans un contexte qui voit concomitamment les femmes accéder à des fonctions dans l’armée et la police, les militantes armées politiques sont jugées plus dures que les hommes, plus coupables également5. Sont alors réactivées des images ancrées dans la culture dominante, celle d’un déséquilibre psychologique (qui peut être lié au refus d’être mère), mais également celle de séductrices, de produits d’une libération – jugée débridée – des mœurs dans ces années 1968 (même si cette image de séductrice relève clairement de la longue durée des mentalités collectives). Ce qui ressort de ce tableau, c’est une forme appuyée de dépolitisation, un refus apparent de prendre en compte les écrits et les déclarations politiques et argumentées de ces femmes, qui sont de la sorte totalement minorées. Fanny Bugnon s’intéresse également aux figures mythiques qui sont reprises à cette occasion, celle des amazones qui ont donné leur titre au livre, mais également celle des furies, par exemple ; on reste toutefois en partie insatisfaits, cette déclinaison de l’étude manquant en grande partie d’analyses approfondies6.

Le choix de mener une étude parallèle de la RAF et d’AD manque par ailleurs de justifications, car même si les deux organisations connaissent un rapprochement marqué au milieu des années 1980, il aurait sans doute été fertile de prendre également en compte les Brigades rouges italiennes, voire l’ETA ou l’Armée rouge japonaise… A condition, bien sûr, de disposer de davantage de temps de recherche. Autre limite, et non des moindres, une tendance à parfois laisser croire à une sur-interprétation des faits7. C’est ce qui rend certaines parties plus fragiles, comme celles évoquant le modèle de l’amoureuse déçue chez les militantes8 (d’autant qu’il y a derrière réalité ou tactique judiciaire). Une citation isolée ne suffit pas toujours à convaincre d’un état d’esprit général, et il aurait été pertinent de prendre davantage d’exemples dans un corpus de 3 000 articles de presse, tout comme il aurait été utile de disposer d’une comparaison détaillée avec le traitement dévolu aux hommes des deux organisations. Il est à ce titre dommage qu’une thèse que l’on imagine copieuse ne fasse l’objet que d’une transposition visiblement très abrégée, au risque de perdre de sa force de conviction9.

Entretien : Cinq questions à… Fanny Bugnon10

  1. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont conduite au choix de votre sujet de thèse ?

Dès mes premiers travaux de recherche, je me suis intéressée à l’histoire des femmes et des marges politiques, ainsi qu’aux formes de régulation sociale afférentes : les Repopulateurs comme forme d’antiféminisme au sortir de la Première Guerre mondiale qui débouche sur la législation de 1920 et 1923 réprimant l’avortement et la « propagande anticonceptionnelle » (mémoire de maîtrise) ; l’affaire Germaine Berton, du nom de cette militante anarchiste qui assassine en 1923 Marius Plateau, responsable de l’Action française et des Camelots du Roi et dont le procès s’achève sur un acquittement (mémoire de DEA). Au cours de mes lectures, il est ressorti que la criminalité politique des femmes au XXe siècle constituait un sujet mal connu. C’est à la faveur de ce constat que j’ai décidé de poursuivre mon travail de thèse sur ce sujet, en me concentrant sur la période de l’après-68, marquée par la réactivation de la violence révolutionnaire dans les démocraties occidentales, et la participation remarquable et remarquée de femmes dans les rangs de ces groupes. En raison de l’inaccessibilité des archives de police et de justice, j’ai choisi d’analyser la médiatisation française de la violence politique à travers la fabrique du « terrorisme » comme catégorie médiatique.

  1. Pourquoi vous être uniquement concentrée sur la RAF et Action directe, sans prendre également en compte d’autres groupes armés contemporains, comme les Brigades rouges, l’Armée rouge japonaise ou ETA ?

Mon idée de départ était de travailler sur les militantes des organisations révolutionnaires violentes de l’après-68 dans les démocraties occidentales qui ont en commun de compter un nombre significatif de femmes dans leurs rangs. Le constat de la rareté de la bibliographie sur le sujet, et surtout sur l’histoire de la violence politique en France – notamment dans le cas d’Action directe (1979-1987) –, m’a conduit à redéfinir mon sujet pour retracer l’histoire de la violence révolutionnaire dans le dernier tiers du XXe siècle, en prenant en compte non seulement la période d’activité des organisations, mais également leur démantèlement et leurs procès. Il a donc fallu recentrer la focale. J’ai choisi de me concentrer sur la France et l’Allemagne (RFA) pour deux principales raisons : la violence révolutionnaire outre-Rhin joue un rôle de miroir déformant dans la perception de la violence révolutionnaire en France en mobilisant les stéréotypes nationaux et le passé commun entre les deux pays (l’Allemagne fait également l’objet d’une plus grande attention de la part de la presse française, indépendamment de l’intensité du phénomène en Italie, au Japon ou en Espagne) ; les principales organisations allemande (la Fraction armée rouge – RAF) et française (Action directe) ont en outre annoncé leur fusion en janvier 1985 au nom de l’unité des révolutionnaires en Europe de l’Ouest et ont mené ensemble des attentats anti-impérialistes contre des cibles militaires de l’OTAN.

  1. La version publiée de votre thèse semble très réduite par rapport à la thèse elle-même : comment ce choix a-t-il émergé avec l’éditeur ?

On m’a souvent fait remarquer que ma thèse en comportait en réalité deux : l’une sur l’histoire de la violence révolutionnaire en France et en Allemagne, l’autre sur la fabrique de la catégorie « femmes terroristes ». Après discussion avec mon éditeur, il a été décidé que la version (très) remaniée de ma thèse se concentrerait sur la deuxième, qui était mon sujet de départ et qui constitue un angle mort de l’historiographie.

  1. Songez-vous d’ailleurs à un élargissement géographique ou même historique de votre angle de recherche ?

Pour l’heure, je ne souhaite plus travailler sur la violence politique. Bien des questions restent cependant à étudier, et il serait notamment intéressant de mener une analyse comparée des militantes des organisations révolutionnaires et des organisations nationalistes, dans les processus de décolonisation, mais également du côté des mouvements séparatistes, à la fois sur le plan de leur trajectoire biographique et militante, de leur visibilité dans les organisations armées et de la médiatisation dont elles sont l’objet.

  1. Quels sont actuellement les travaux auxquels vous vous consacrez ? Des publications sont-elles d’ores et déjà prévues ?

A la faveur d’un postdoctorat, j’ai poursuivi mes recherches sur une autre forme de marginalité politique féminine illégale : les femmes élues en France avant d’en avoir le droit (en 1944), c’est-à-dire les femmes élues sur des listes municipales communistes à partir de 1925, sur consigne du Secrétariat féminin de l’Internationale communiste. Cette question met en rivalité communistes et féministes autour de l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Je me suis tout particulièrement intéressée au cas de Douarnenez, première municipalité française à porter à sa tête un maire communiste en 1921, et à élire une femme, Joséphine Pencalet, ouvrière des conserveries de poisson de 38 ans, en 1925, et aux débats internes au PCF sur l’opportunité ou non de présenter des candidatures féminines qui seront in fine invalidées par la justice administrative. J’en ai notamment tiré un article pour Vingtième siècle11 et ai participé à un documentaire consacré à cette pionnière (la présentation est en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=f2VQbiiUW38 ).

1Par exemple le livre d’un des créateurs des Brigades rouges, Mario Moretti, Brigate Rosse, Paris, Amsterdam, 2010.

2Anne Steiner, Loïc Debray, RAF. Guérilla urbaine en Europe occidentale, Paris, L’échappée, 2006, chroniqué dans notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1542

3Marc Lazar, Marie-Anne Matard-Bonnucci (dir.), L’Italie des années de plomb, Paris, Autrement, 2010.

4Fanny Bugnon avait publié un article dans le volume 13 de Dissidences, « Venger Pierre Overney ? Controverse autour d’un mot d’ordre. ».

5Sur ce point, des comparaisons avec des femmes criminelles, de l’époque ou plus anciennes, se seraient sans doute révélées intéressantes.

6Pourquoi les furies antiques plutôt que Médée, par exemple, personnage pourtant oh combien riche et incarnant une forme repoussante de la femme pour bien des hommes ?

7Ainsi, l’assassinat de Georges Besse ne fut pas seulement un choc du fait que les responsables étaient deux femmes (p. 72), mais également de par le statut de la victime celui d’un patron, d’un non combattant, contrairement au général Audran. De même, dans les figures mythiques invoquées, celle des sorcières ou des pétroleuses ne sont appuyées que sur une occurrence des sources chacune, tout comme le thème de la masculinisation / desexualisation de ces femmes militantes (p. 157-158). Enfin, le lien explicitement fait entre le mouvement féministe et l’engagement radical de ces femmes, avec l’exemple de la mort de Georges Besse, ne se trouve ici que sous la plume de Ménie Grégoire.

8Deux exemples seulement sont convoqués, ceux de Frédérique Germain et de Paula Jacques, toutes deux de la nébuleuse d’Action directe.

9Un détail iconographique est également légèrement gênant : le fait que les photographies de femmes retenues pour figurer en couverture et sur la quatrième ne soient à aucun endroit explicitées.

10Entretien réalisé par courriel le 2 septembre 2015.

11Fanny Bugnon, « De l’usine au Conseil d’État. L’élection de Joséphine Pencalet à Douarnenez (1925) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 125, 2015/1, p. 32-44.

Claude Mamier, La Révolte d’Albi. Réfugiés climatiques : un futur possible, Saint-Georges d’Oléron, Les éditions libertaires, 2013, 320 pages, 15 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En 2005, les éditions libertaires avaient créé une nouvelle collection, baptisée « Nos Futurs », clin d’œil punk à une série d’ouvrages spécifiquement portés sur l’anticipation politique et sociale, qui précédait ainsi la collection « Dyschroniques » du Passager clandestin. Toutefois, à la différence de cette dernière, uniquement constituée de rééditions, il s’agissait pour les éditions libertaires de proposer des écrits inédits, romans ou nouvelles, avec à l’arrivée un constat : les six volumes parus à ce jour1 hésitaient souvent entre didactisme militant et fiction imaginative. Ce roman de Claude Mamier aurait parfaitement pu s’intégrer dans la dite collection, qui, pour le coup, donne l’impression d’être entrée dans un sommeil profond.

Sous un titre trop long, insuffisamment explicite sur la nature du livre, et une couverture un peu triste, c’est bien d’un roman dont il s’agit. Nous sommes en 2056, dans un monde où le réchauffement climatique a provoqué montée des eaux et catastrophes climatiques. Alexandrie fait partie de ces mégapoles en partie détruite par un tsunami et qu’il s’agit désormais de reconstruire. Le chantier qui est alors lancé, avec comme objectifs l’édification de nouveaux logements mais également la reconstruction du mythique phare antique, repose sur un partenariat entre l’Égypte et la France ; la première réserve les travaux à des entreprises hexagonales, tandis que la seconde s’engage à accueillir sur son sol, le temps des travaux, plusieurs dizaines de milliers de réfugiés climatiques. Quatre personnages nous permettent de découvrir de l’intérieur cet échange par le haut, qui devient peu à peu échange par la base. Renaud Costes, l’animateur de Radio Albigés, est un journaliste amateur qui fuit dans l’animation en solitaire de sa radio libre la disparition précoce de sa compagne, Ariane. Son fils, Robinson, est un cadre de l’entreprise Batistar, principal acteur du chantier alexandrin, et il cherche dans son engagement professionnel une reconnaissance et un intérêt que n’a jamais su lui transmettre son géniteur. Ahmed, proche en âge de Renaud, est un de ces expatriés ayant trouvé refuge à Albi, un conteur aux sympathies anarchistes, qui va trouver un nouveau sens à donner à son existence en terre occitane. Fathi, enfin, autre Égyptien, est lui resté sur place, fuyant dans un premier temps son oasis de Siwa natal, avant d’y revenir, une fois ses espoirs alexandrins noyés dans la répression. Ces individus, d’abord isolés, vont donc tisser des liens humains très forts, brillants d’hédonisme (l’alcool est un acteur important de l’intrigue), et radicaliser leurs engagements respectifs : Renaud en participant, avec Ahmed, à une prise d’otages présentée en pleine lumière afin de faire réagir l’opinion française sur le traitement des réfugiés égyptiens ; Robinson, en retrouvant son père par ce même biais, lui qui ne voyait plus de sens à son investissement salarié ; Fathi, en réutilisant les enseignements d’une tentative avortée de communauté anarchiste à Alexandrie, dans le quartier sinistré, pour créer la Commune autogérée de Siwa.

La prose de Claude Mamier ne manque ni de chaleur ni de mordant, d’authenticité humaine surtout, et l’insertion de quelques contes d’inspirations diverses – Claude Mamier est lui-même conteur – ajoute à l’intérêt du roman ; les descriptions d’Albi (la cathédrale Sainte Cécile en particulier) ou d’Alexandrie témoignent quant à elles d’un solide travail de préparation et de documentation, et le parallèle entre les grilles du chantier égyptien et celles de la cathédrale forteresse d’Albi autour de Robinson est une excellente idée narrative. Bien sûr, on sent bien que l’idée est de montrer que l’anarchie reste et demeure une alternative viable et humaniste à l’impasse du capitalisme2, mais au-delà de cette dimension sans doute un peu trop explicite et démonstrative (qui n’élude pas la question de la violence, d’ailleurs, même si la renonciation à son utilisation est au bout du roman3), se dégage du livre un sentiment de fatalisme : certes, l’anarchie est une utopie généreuse, mais face à un système dominateur doté d’une force écrasante, elle ne peut espérer vaincre4… Le rêve est à rêver (sic). La principale faiblesse de La Révolte d’Albi tient cependant à son manque de cohérence interne et de crédibilité. Le monde du milieu du XXIe siècle qui est mis en scène semble, sur le plan technologique, bien peu différent du nôtre, ce qui dénote probablement le peu de familiarité de l’auteur vis-à-vis du genre de la science-fiction (il est plus familier de la fantasy5), coutumier de ce type de tableaux d’un proche avenir. Comment en effet croire qu’il a fallu attendre 2059 pour découvrir que l’on pouvait pister des individus grâce à des nanorécepteurs, alors que ce sujet est déjà largement discuté en ce début de XXIe siècle ?

Par ailleurs, en dehors d’Alexandrie et d’Albi, le reste du monde ne nous apparaît que par bribes, tout comme l’évolution (géo)politique. Le seul changement notable et signalé, pour ce qui est de la France, c’est l’instauration, à la suite des émeutes de 2029, d’un revenu universel, qui a eu pour principal résultat d’éteindre la contestation et de favoriser l’immobilisme, pour le plus grand profit des élites possédantes et dirigeantes. Mais qu’en est-il, en Égypte, de ces îlots libertaires d’Alexandrie, nommés Makhno ou Bakounine, dans un contexte que l’on connaît surtout militaire et religieux ? Cela fait peu, trop peu pour que La Révolte d’Albi, aussi généreux soit-il, transforme l’essai extrêmement délicat du roman engagé.

1Ils ont tous été chroniqués sur notre ancien site.

2Les années 2020-2030 ont pourtant été celles de la « génération sacrifiée », autant de morts prématurés du fait des polluants diffusés les décennies précédentes dans l’air, l’eau et la terre.

3Ainsi des pensées du personnage de Renaud : « La violence l’effrayait. La révolution était belle de loin. » (souligné par nous), p. 275.

4Ce dialogue entre Ahmed et Fayrouz, la vétérane libertaire (p. 301), l’illustre parfaitement :

« – Donc tu m’expliques que l’anarchie ne prospère que dans le conflit.

– C’est ça.

– Mais avant, tu as dit que les anarchistes perdaient à coup sûr en cas de lutte armée.

– C’est ça.

– En vertu de quoi j’en arrive à la conclusion suivante : tu estimes que nos idées n’ont aucune chance de l’emporter un jour. »

5Auteur de nombreuses nouvelles dans cette veine, il a cependant traduit en particulier trois des sept tomes du cycle de Kevin J. Anderson, La Saga des sept soleils, une série de space opera relativement médiocre.

Eric Hazan, La Dynamique de la révolte. Sur des insurrections passées et d’autres à venir, Paris, La Fabrique, 2015, 160 pages, 10 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce nouveau petit essai de l’éditeur Eric Hazan s’inscrit dans le prolongement de son précédent livre, Premières mesures révolutionnaires (écrit avec Kamo)1, qui restait justement silencieux sur le moment révolutionnaire proprement dit, ce passage permettant de basculer de l’ordre ancien vers l’ébullition d’un autre temps social. Pour tenter de cerner les grandes lignes de ce que pourrait être la matrice des insurrections – victorieuses – à venir, à défendre, à préparer, l’auteur convoque un certain nombre d’expériences révolutionnaires passées, qu’il estime nécessaires de se réapproprier.

Un souci pour l’histoire qui ne peut que nous réjouir, d’autant qu’il s’efforce de retracer de manière didactique, mais de manière plus brève que dans Une Histoire de la Révolution française2, le déroulement des événements, faisant de La Dynamique de la révolte une sorte d’abrégé révolutionnaire à destination de générations novices en la matière. Les choix opérés n’en demeurent pas moins en partie frustrants, car Eric Hazan évoque surtout la Grande Révolution, la révolution russe (1905 et 1917), la période révolutionnaire allemande de 1918 à 19233 et la révolution espagnole de 1936. S’en dégage une analyse que l’on peut qualifier de nuancée, voire de médiane, très éloignée d’une condamnation sans appel du marxisme ou du léninisme. En fait, l’idéal, selon Eric Hazan, réside dans une synthèse entre les apports respectifs de Lénine et de Rosa Luxembourg. Du premier, il retient le refus de « (…) toute collaboration avec les modérés, les conciliateurs, les opportunistes. » (p. 117), et de la seconde, la nécessité du spontanéisme des masses, contre toute militarisation de la révolution (il salue ainsi dans la victoire d’Octobre le rôle capital des masses, mais aussi, plus surprenant, de la chance !)4.

Ce sont même pratiquement des lois de l’histoire qu’il souhaite dégager, dont on retiendra en particulier l’absence de chaos au cœur même du cyclone révolutionnaire5, et la dangerosité de tout gouvernement provisoire, ayant pour seul objectif le retour à l’ordre traditionnel. C’est d’ailleurs dans le prolongement de cette leçon qu’Eric Hazan rejette le parlementarisme, saluant à la fois l’éviction des Girondins de la Convention en juin 1793 ou la dissolution par les bolcheviques de la Constituante, début 1918 ; une position radicale qui surprend et étonne, au sein d’une extrême gauche ayant eu tendance dans beaucoup de ses franges à incorporer du parlementarisme dans ses projections futures6. La charge est donc ici portée contre le postmodernisme, pour une inscription de la révolution future dans l’épaisseur de l’histoire, et contre ce qu’Eric Hazan traite comme des fétiches, des épouvantails destinés à dissiper les fumées de la lutte de classes, la République et la démocratie7.

Certains pourraient toutefois trouver à redire à ce tableau parfois en partie idéaliste (la force et l’implantation profonde du Front national sont clairement relativisées), qui fait également silence sur les scénarii précis d’une insurrection en France, par exemple8, ou sur les potentialités d’une guerre civile, consécutive au moment insurrectionnel proprement dit… Le sujet d’un prochain essai, peut-être ?

1Nous l’avions chroniqué en son temps sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4160

2Ouvrage également chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/2772

3Une traduction de l’ouvrage écrit par Chris Harman sur ce sujet est justement parue chez La Fabrique au mois de mai dernier, et sera prochainement chroniquée sur ce blog.

4A propos des analyses de Lénine sur le parti révolutionnaire, ou sur le récit de la révolution d’Octobre, on trouve quelques simplifications ou silences (pas de réel combat au palais d’hiver ?), mais très limités.

5« (…) ce qui s’installe lors de ces journées exceptionnelles, c’est une joie collective, le sentiment d’une fraternité retrouvée, et l’invention de nouvelles formes de vie. » (p. 14, souligné par l’auteur).

6On pense par exemple à l’évolution de la LCR. En lieu et place d’une assemblée de ce type, Eric Hazan ne propose malheureusement rien, ni un système alternatif de soviets, de conseils populaires (ceux de 1936 en Espagne sont largement salués), ni un délai minimum avant de procéder à d’éventuelles élections nationales, ainsi que le souhaitait Blanqui dans Le Communisme, avenir de la société, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4198

7« (…) elle tient le rôle essentiel de consoler d’une absence, celle d’une société qui aurait pour but le bonheur commun. Ce mot caoutchouc fait écran à la guerre civile à laquelle « nous sommes contraints depuis si longtemps », comme dit Blanqui de sa voix d’airain. C’est par ce rôle mystificateur que Démocratie est devenu le grand mot contre-révolutionnaire de notre temps » (p. 140).

8A l’exception d’un départ en périphérie plutôt qu’au centre parisien, et d’un nécessaire travail au sein des forces de l’ordre afin d’espérer en rallier une partie, tout cela demeurant très général, de la même manière que les moyens concrets, revendicatifs, permettant de mettre les masses en mouvement.

Louis Gérin, Repenser la révolution avec la démocratie ? La LCR face à l’inventaire de son héritage historique et théorique (1989-2009), Master Histoire de la pensée politique, sous la direction de Jean-Christophe Angaut, ENS, Lyon, 2014, 148 pages.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Alors que « la dernière génération d’Octobre » (B. Stora) s’apprête à tirer sa révérence, voilà une étude universitaire, rigoureuse, qui nous montre comment ceux qui n’ont pas renoncé à monter « à l’assaut du ciel » comptent s’y prendre en ce XXIe siècle. Fermement appuyé sur les études qui éclairent le souci ancien de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) de distinguer le léninisme du stalinisme, l’auteur montre une organisation capable de mener un combat anticapitaliste radical tout en luttant pour la démocratie la plus intransigeante. A l’appui de sa démonstration l’auteur cite à juste titre le texte adopté au XIe Congrès mondial de la IVe Internationale-Secrétariat Unifié, en 1979 : « Démocratie socialiste et dictature du prolétariat ». Il y a une volonté de refonder l’héritage théorique en intégrant la critique libertaire du communisme révolutionnaire. Ceci amène par exemple certains militants à abandonner la doxa trotskyste sur Cronstadt – l’auteur aurait pu évoquer Jean-Michel Mension (Alexis Violet) qui affirmait rester membre de la IVe Internationale tout en n’étant plus trotskyste1. Par contre l’auteur cite Daniel Bensaïd regrettant qu’en 1921 le parti bolchevique se soit déclaré parti unique.

D’où la volonté de créer un parti, le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), destiné à accueillir des courants et des militants de traditions différentes. Certes la LCR disposait de statuts – l’auteur examine ceux de 2003, adoptés au XVe Congrès – permettant de véritables discussions entre militants, grâce notamment à l’attachement au droit de tendances, une tradition ancienne à la Ligue. Avec la création du NPA, cette tradition s’accroît, les Comités locaux du parti pouvant désormais décider de manière autonome des candidatures aux élections. Mais les statuts du NPA prévoient aussi la rotation des permanents, la limitation des mandats dans le temps, la lutte contre la professionnalisation de la politique. Le refus d’Olivier Besancenot d’être candidat de son parti aux Présidentielles pour la troisième fois, en 2012, fait écho à cette déclaration d’intention – voir sa lettre à ses camarades, du 4 mai 20112. De même l’auteur aurait pu citer utilement l’enquête de Florence Johsua menée auprès des délégués du congrès de 2003. Elle nous révèle que 54,5% des délégués seulement se considèrent « trotskystes », beaucoup se déclarant tout simplement « révolutionnaires »3.

Cette hétérogénéité est vue par les promoteurs de cette évolution comme une richesse, une façon d’ouvrir l’organisation sur la société, d’accueillir la multitude des combats sectoriels. Cette évolution idéologique va de pair avec la fin de l’élitisme révolutionnaire : on ne demande plus au militant un « bac + 10 en trotskysme »4.  De même, on laisse aux acteurs une part de subjectivité dans le cadre de l’action collective. L’auteur explique en détail la posture de Philippe Corcuff pour qui les subjectivités individuelles doivent pouvoir s’exprimer au sein du parti jusque dans l’action politique des militants. Quant à Cédric Durand, un autre militant dont les écrits sont scrutés, il partage avec John Holloway l’idée d’une révolution se réalisant par une somme de micro-révolutions et non par une destruction brutale et soudaine des modes de domination capitalistes. On est loin de la théorie du Grand Soir et d’un Mai 68 apparaissant comme « une répétition générale », à laquelle les fondateurs de la Ligue étaient attachés. L’un d’eux, Daniel Bensaïd, un peu désemparé par les critiques du centralisme démocratique faites par un nouvel adhérent du NPA (l’altermondialiste Raoul-Marc Jennar), lui rétorquait : si les discussions n’engagent à rien, pas besoin de parti, une amicale ou un comptoir de bureau suffisent. Raoul-Marc Jennar n’est pas resté longtemps au NPA et la présentation par le Comité NPA d’Avignon d’une candidate voilée aux élections de 2009 a montré tous les inconvénients qu’il y avait à donner tout pouvoir aux organisations de base dans un pays où la vie politique est fortement centralisée.

Entre le rejet de l’élitisme révolutionnaire et le refus « d’un parti d’adhérents à 20 euros » qui adhèrent non pour militer mais pour voter en se contentant d’un clic sur internet, il y a sans doute une voie moyenne à trouver.

Cette intéressante synthèse nous aide à y voir un peu plus clair, l’auteur ayant su maîtriser un matériel assez abondant. Il nous restitue son travail en une langue claire. Jusqu’ici les travaux sur ce courant politique émanaient surtout d’historiens et de sociologues. Cet apport d’un « politiste » est le bienvenu.

1Notice biographique de Jean-Michel Mension (Alexis Violet), par Jean-Paul Salles, Maitron, tome 9, p. 48-50.

2Cette lettre est largement citée par Jean-Paul Salles, « De la LCR au NPA : l’impossible mutation ? », in Pascal Delwit (dir.), Les Partis politiques en France, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2014.

3Florence Johsua, De la LCR au NPA (1966-2009). Sociologie politique des métamorphoses de l’engagement anticapitaliste, Thèse, 2011.

4A propos des exigences de ce courant en matière de formation, voir Yannick Beaulieu et Jean-Paul Salles, « Les jeunes Français et Italiens de la IVe Internationale : étude comparée de leur formation au sein de la LCR et des GCR », in Ludivine Bantigny et Arnaud Baubérot (dir.), Hériter en politique, Paris, PUF, 2011.

Alain Ruscio, Nostalgérie. L’interminable histoire de l’OAS, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2015, 320 pages, 21 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alain Ruscio, historien spécialiste de la colonisation et de la décolonisation, auteur d’une œuvre riche et souvent stimulante, signe avec Nostalgérie1 une synthèse sur l’histoire de l’Organisation Armée Secrète (OAS). Le passé permettant d’éclairer le présent et ce dernier charriant avec lui les alluvions de l’histoire, la réaction qu’Alain Ruscio voit à l’œuvre ces dernières décennies, prenant la forme d’une véritable « restauration coloniale » à droite2 en lien avec les réactions épidermiques face à l’immigration, réactive une mémoire jamais disparue de l’OAS3. L’étude menée est classiquement chronologique, et cherche à montrer que l’existence de l’OAS s’inscrit dans le temps, celui d’une guerre d’Algérie ayant finalement débuté dès 1830, autrement dit à partir de la conquête du territoire par la France. S’instaure alors, selon l’auteur, une domination minoritaire de colons européens, engendrant une « culture de la milice » (p. 22), liée au sentiment d’être assiégé, encerclé et menacé par les populations autochtones, dites « musulmanes ». Fidèle à une perception négative de la colonisation, Alain Ruscio s’efforce de dissiper les souvenirs nostalgiques de certains pieds-noirs en insistant sur la juxtaposition de communautés irréductibles (à l’exception des enfants et de certaines minorités comme le PCA) et sur la nature privilégiée de tous les colons (les différenciations de classe étant à ses yeux secondaires, ce qui semble quand même péremptoire), autant de réalités qui allaient de pair avec un racisme chronique. En outre, l’historien pointe du doigt le refus majoritaire, de la part de ces colons européens, de toute réforme pouvant conduire à l’égalité avec les « musulmans »4.

Dès les débuts de la guerre d’Algérie officielle, d’ailleurs, en novembre 1954, des Européens5 s’organisent et mènent un « contre-terrorisme » à base de bombes, fondant en 1956 l’ORAF (Organisation de résistance de l’Afrique française). Ils ont en outre des liens avec des personnalités en métropole (comme Michel Debré), et rêvent d’un pouvoir fort. Le retour au pouvoir de de Gaulle sur fond de coup d’État militaire, auquel ils participent pleinement, est plus connu, tout comme le divorce vis-à-vis des partisans de l’Algérie française dès 1959. Ce qui est à souligner, toutefois, c’est jusque-là le manque d’efficacité de cette opposition coloniale, et son absence de réel leadership, bien sensible lors des événements de la semaine des barricades début 1960. Dans un premier temps, la création de l’OAS en février 1961, dans l’Espagne franquiste, par des civils – le général Raoul Salan n’acceptant de devenir son chef que dans un second temps – ne change pas ce constat, et c’est surtout après l’échec du putsch des généraux (le fameux « quarteron ») que l’organisation s’enrichit de nombreux militaires professionnels, dont les tristement célèbres parachutistes du 1er REP. Pourtant, les effectifs combattants n’excéderont jamais 2 000 individus, les différents groupes étant dotés d’une grande autonomie, y compris pour les exécutions6. A son propos, Alain Ruscio affirme qu’une majorité de pieds-noirs soutenaient l’OAS, perçue comme une dernière chance, un ultime soutien d’une Algérie encore française. La réaction du pouvoir passe en particulier par une guerre de l’ombre, de Gaulle déléguant le travail à des « barbouzes », regroupant des agents des services secrets et d’authentiques truands, agissant clandestinement en Algérie.

Comme on le sait, la métropole ne fut pas non plus épargnée, et pourtant, les membres combattants de l’OAS n’y furent jamais plus d’une centaine. Qui plus est, dans les nombreuses actions perpétrées en 1961 et 1962 (attentats à la bombe, hold-up, etc…), l’amateurisme dominait souvent, et l’effet en fut clairement contre-productif, affectant par contrecoup l’image des pieds-noirs. Si Alain Ruscio, sur cette OAS-Métro, présente en détail les différents soutiens dont elle bénéficia, de Jeune Nation, organisation d’extrême droite, à une partie de la droite classique (Valéry Giscard d’Estaing étant un probable informateur gouvernemental) en passant par l’historien Raoul Girardet, il ne traite pas du tout des réactions de la gauche, ou de l’extrême gauche, en particulier de la formation du Front universitaire antifasciste (FUA), autour d’étudiants trotskystes dont Alain Krivine. Avec la signature des accords d’Évian, l’OAS réalise un véritable pic d’actions en Algérie, laissant libre cours à une violence exacerbée et chronique (incendie de la Bibliothèque universitaire de la Fac d’Alger par exemple) , faisant de très nombreuses victimes (dont le poète Mouloud Feraoun) dans l’espoir de relancer la guerre entre la France et le FLN, certains espérant même créer un bastion à Oran, noyau d’un possible État indépendant7… L’exode des pieds-noirs n’en sera qu’accéléré, tandis qu’arrestations puis procès mettaient fin à l’existence de l’OAS, réduite à éclater en plusieurs micro organisations, parmi lesquelles le nouveau CNR de Georges Bidault, contraint à des rodomontades sans lendemain.

Alain Ruscio consacre alors un chapitre entier à l’analyse de l’OAS, une sorte de typologie, dont on retiendra, outre l’existence en son sein de mœurs quasiment mafieux, un ciment réduit de tous ses membres (l’attachement à l’Algérie française et une réaction épidermique aux massacres du FLN). Il n’empêche, un noyau fasciste existait bel et bien au cœur de l’OAS, l’« éclectisme idéologique » (p. 218) n’étant finalement qu’une caractéristique de la base de l’organisation. Il est dommage qu’Alain Ruscio n’approfondisse pas cette analyse, en reprenant de façon critique les regards portés à l’époque par les forces politiques de gauche et d’extrême gauche. L’auteur évoque par contre les itinéraires d’un certain nombre d’anciens de l’OAS, l’amnistie de la fin des années 1960 permettant leur retour dans la vie politique, tissant des liens parfois durables avec les giscardiens dans les années 1970 ou, pour certains, avec le Front national.

1Le néologisme est déjà ancien, remontant au XIXe siècle, mais il est ici détourné, car doté à l’origine de connotations mélancoliques et positives, plus littéraires.

2La multiplication des lieux de mémoire dans le sud de la France en atteste (p. 10). La figure d’un Christian Estrosi fait ici figure de trait d’union entre droite traditionnelle et droite extrême.

3Rappelons ici qu’Alain Ruscio est un historien engagé, qui fut longtemps membre du PCF. Voir la chronique de son livre Nous et moi. Grandeurs et servitudes communistes, Paris, Le Temps des cerises, 2003, parue dans Dissidences-BLEMR n° 14-15.

4Alain Ruscio s’autorise à ce sujet (p. 43) une hypothèse uchronique, comme à plusieurs moments de son étude, considérant que l’adoption d’une réforme en 1925 ou 1936 – le fameux projet Blum-Viollette – aurait évité une « radicalisation » ultérieure, ce que l’on peut mettre en doute, dans la mesure où la domination coloniale serait sur le fond restée la même.

5Parmi eux, André Achiary, sous-préfet et chef de file des massacres de Guelma en 1945.

6Sur ce plan, l’OAS aura au final tué autant de commissaires de police que le FLN, par exemple.

7L’ultime roman de l’écrivain de science-fiction Roland C. Wagner, Rêves de gloire, est une uchronie qui utilise justement cette idée d’enclaves oranaise et algéroise…

Jean-Claude Lamoureux, Les 10 derniers jours. 26 juillet – 4 août 1914 (Paris, Berlin, Bruxelles). Du refus de la guerre à l’exaltation patriotique, Paris, Les Nuits rouges, 2014, 152 pages, 10 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les Nuits rouges nous avaient jusqu’à présent surtout habitués à un travail rigoureux de republication de documents ou d’études peu connues ou désormais indisponibles. Sous la plume de Jean-Claude Lamoureux, responsable du collectif éditorial, c’est à un récit inédit que nous sommes cette fois confrontés, un récit qui retrace les dix jours ayant précédé le déclenchement des hostilités en 1914. Chaque journée fait l’objet d’un chapitre distinct, et si la situation internationale et le contexte diplomatique sont correctement retracés, avec quelques allusions à des faits divers (la fin du procès Caillaux, par exemple), c’est surtout l’attitude du mouvement ouvrier qui préoccupe l’auteur, essentiellement celui d’Allemagne et de France. Mais Jean-Claude Lamoureux évoque également la situation à la base, citant par exemple les rassemblements contre la guerre des Jeunesses syndicalistes françaises le 26 juillet, de la CGT au soir du 27 juillet (suscitant des affrontements avec la police), rassemblement finalement interdits dans les deux pays à compter du 29 juillet, ou les manifestations nationalistes dans les divers pays, qui connaissent une acmé véritablement saisissante le 3 août. Les témoignages sur la mutation de l’opinion et son passage à un patriotisme exacerbé et grossier sont à cet égard terribles1.

Le récit est vivant, l’exposé, usant de documents de seconde main, prenant. Fidèle en cela à un des paradigmes les plus solides de l’extrême gauche, Jean-Claude Lamoureux démontre à la fois le passage des dirigeants du mouvement ouvrier au patriotisme (sous-entendu bourgeois) et la résistance de minorités internationalistes, dont certaines peu connues (il en est ainsi pour les syndicalistes révolutionnaires allemands page 125)2. Si les socialistes allemands en particulier sous-estiment initialement le danger de guerre (y compris Rosa Luxemburg), ils se résignent assez naturellement au soutien de leur gouvernement, face à la « barbarie » tsariste. De même, de l’autre côté du Rhin, les responsables syndicaux passent peu à peu de la peur d’une répression, agitée par les gouvernants, à une résignation à la défense nationale. Quant à Jaurès, Jean-Claude Lamoureux insiste à plusieurs reprises sur son absence de radicalisme quant à l’appel révolutionnaire à l’action des masses. Il est d’ailleurs à noter que si le gouvernement ne mit pas en application l’arrestation préventive des individus recensés dans le fameux Carnet B, du fait de leur confiance dans le « réalisme » des dirigeants ouvriers en cas de guerre, la répression fut néanmoins bien réelle, touchant par exemple des militants anarchistes ou Roger Salengro.

Le texte est complété par une iconographie abondante, mais si les photographies de certains des personnages cités sont utiles (même s’il manque à chaque fois leurs dates exactes), les reproductions de certaines unes de journaux sont malheureusement trop petites pour qu’on puisse lire autre chose que les grands titres (certains articles sont cependant retranscrits dans des encarts). Un opuscule que l’on peut compléter avec les Cahiers du C.E.R.M.T.R.I. 151 et 153, respectivement consacrés à « 1913-1914. De la lutte contre la guerre à l’Union sacrée » et « 1914-1916. Le mouvement ouvrier allemand face à la guerre : du vote des crédits de guerre à la constitution de Spartakus », tous deux chroniqués dans notre Revue des revues de 20143, ainsi qu’avec le passionnant ouvrage de Guillaume Davranche, Trop jeunes pour mourir4.

1Erich Mühsam : « Moi, l’anarchiste, l’antimilitariste, l’adversaire de la phraséologie nationaliste (…), je me surprends d’une certaine manière à m’émouvoir de l’enthousiasme général allumé par cette passion destructrice. » (p. 116-117).

2Dans sa conclusion, intitulée « Morale : nous sommes toujours en Juillet 1914 », Jean-Claude Lamoureux critique également la vision consensuelle et antifasciste de la Seconde Guerre mondiale, qui selon lui est tout autant que la Première un affrontement inter-impérialiste.

4Il est également chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5405