Archives mensuelles : janvier 2016

Shlomo Sand, Crépuscule de l’histoire, Paris, Flammarion, 2015, 320 pages, 23,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Shlomo Sand est un historien israélien qui s’est fait principalement remarquer par son excellente étude Comment le peuple juif fut inventé ?, remarquable à la fois par la démarche entreprise et par certaines des hypothèses iconoclastes avancées. Avec Crépuscule de l’histoire, il signe un essai historiographique, des « carnets de travail » (p. 21) qui sont en même temps bilan d’une vie professionnelle et constat des doutes l’ayant envahi au fil du temps.

Il s’y livre d’abord à une démarche qui entretient bien des similitudes avec celle de Jack Goody dans Le Vol de l’histoire1, critiquant l’européocentrisme de nombre d’historiens, y compris les figures de Marc Bloch et Edward Saïd. Shlomo Sand réfléchit également à une périodisation alternative, moins linéaire, se servant pour ce faire assez largement des travaux de Karl Wittfogel et Martin Bernal. Toutefois, la transmission faite d’enrichissements successifs qu’il expose, celle conduisant des premières agricultures hydrauliques jusqu’à l’agriculture nordique en Europe, plus laborieuse, et par là génératrice de davantage de progrès techniques pratiques, de commerce et de division du travail, apparaît comme une innovation limitée. On apprécie néanmoins l’insistance sur le refus d’un « génie » européen particulier, ou d’une continuité directe entre la Grèce et la Rome antique d’une part, l’Europe moderne et contemporaine d’autre part.

Dans son deuxième grand chapitre, Shlomo Sand s’intéresse à l’histoire des Annales, reprenant pour ce faire une bonne partie des critiques de François Dosse (L’Histoire en miettes), en insistant surtout sur la déconnexion du politique et son refus majoritaire de l’engagement, y compris avec l’essor de l’histoire culturelle dans les années 1970, dont il juge l’application trop centrée sur les élites ou les marges non représentatives des masses populaires2. Cela ne l’empêche pas de souligner les apports essentiels de cette école historique, que ce soit les travaux de Johan Huizinga (Homo Ludens), Norbert Elias (La Civilisation des mœurs), Mikhail Bakhtine (L’œuvre de François Rabelais), Lucien Febvre (La Religion de Rabelais), sans oublier Fernand Braudel et sa pluralité des temps (dont le seul défaut est à ses yeux de ne pas prendre suffisamment en considération le temps court, celui de l’écume des choses, de la politique surtout).

En fait, ce que Shlomo Sand dénonce tout particulièrement, c’est le rôle joué par les historiens dans la mise en place d’une mémoire nationale chez le plus grand nombre3, même si les dernières décennies voient se multiplier les mémoires, en lien comme il l’explique avec la mondialisation, la fin des grands récits et l’individualisme conquérant (facilitant l’identification personnelle). L’exemple de Pierre Nora et de ses Lieux de mémoire est tout particulièrement dénoncé, Shlomo Sand laissant toutefois l’impression de ne pas suffisamment prendre en compte la diversité de la communauté historienne. Il développe cette idée, fondamentale selon nous, d’une absence de neutralité des historiens en proposant un parcours rapide dans le passé médiéval et antique, soulignant, fruit de son empreinte marxiste, l’appartenance de classe de ces historiens pré-contemporains, intéressés avant tout dans leurs écrits par la politique et le pouvoir.

Il approfondit surtout le XIXe siècle, soulignant le rôle fondateur de la Prusse dans l’émergence d’une histoire « scientifique » (suppléant Dieu) et professionnelle, avec la figure dominante de Leopold von Ranke. C’est là l’exemple presque parfait d’une de ses thèses principales, qui est aussi celle qu’il mit en application dans Comment le peuple juif fut inventé ? : la construction, par les historiens, d’une « mythistoire » des entités nationales4. C’est aussi ce qui permet à Shlomo Sand de préciser sa conception de l’histoire, contre les tenants d’une science positiviste et objective. Pour ce faire, il invoque un grand nombre de figures diverses : Droysen, plus nuancé qu’un Ranke, Nietzsche, Croce et l’histoire perçue comme un art, Carl Becker5 et surtout Hayden White. Cet historien américain, quasiment pas traduit en français, est l’auteur, avec son ouvrage Métahistoire, du tournant linguistique, considérant l’histoire comme une « fiction verbale », qui s’inscrit dans des grilles littéraires voire politiques bien précises (et un rien simpliste quant à la politique, divisée pour le XIXe entre conservateur, libéral, radical et anarchiste).

Dans cette lutte de longue haleine entre modernisme « positiviste » et postmodernisme en histoire, Shlomo Sand s’efforce de trouver un équilibre, refusant certes l’idée d’une histoire-science, mais aussi le relativisme absolu, dont les limites sont particulièrement sensibles dans le cas du judéocide6, tout en reconnaissant que l’écriture de l’histoire est avant tout une construction, personnelle et sociale7. Car « Toute écriture de l’histoire qui n’a pas conscience que les actions et les intrigues rapportées ne recoupent pas la réalité du passé est potentiellement porteuse d’une dimension mythologique. » (p. 290) ; « Ce qui veut dire, non seulement que toute politique révolutionnaire tournée vers le futur baigne toujours dans des mythologies, mais qu’il en va de même pour tout récit historique scrutant le passé, et conditionné, lui aussi, par une vision du futur, fréquemment enveloppée dans une illusion du progrès. » (p. 95).

Assurément, il y a dans Crépuscule de l’histoire des réflexions dérangeantes et parfois stimulantes, insistant sur l’utilité pour l’historien de faire part de ses doutes et de ses positionnements idéologiques au sens large, même si le pessimisme de l’auteur sur la capacité de l’histoire à dégager au moins en partie le passé réellement existant nous semble très excessif, tout comme sa mise en cause de toute scientificité de la discipline, sentiment post-moderne s’il en est. Il y a également chez Shlomo Sand la tendance à une certaine simplification, car ne voir dans l’histoire du XIXe siècle qu’une machine à fabriquer du lien national fait l’impasse sur les autres apports de cette construction d’une discipline à part entière, nécessaire ; de même, évoquer l’école des Annales en l’accusant de ne pas être politique, néglige le fait qu’elle a été largement influencée par la démarche marxiste, et que ne pas traiter du temps présent ne signifie pas un désintérêt pour le politique au sens large. En fait, c’est là le résultat de la démarche de Shlomo Sand, celle d’un historien individuel, qui ne veut se rattacher à aucune école, mais perd du même coup la force d’une équipe, d’un collectif. C’est particulièrement sensible dans nombre de ses développements, souvent taillés à la serpe, et qui témoignent d’un approfondissement insuffisant, d’un travail trop superficiel8. Les entretiens qu’il a pu donner dans la presse généraliste ne font qu’accentuer ces défauts9. A l’opposé de ce travail par trop simple, nous ne pouvons que conseiller la somme collective en deux tomes Historiographies. Concepts et débats10.

1Ces deux ouvrages cités avaient en leur temps été chroniqués sur l’ancien site de Dissidences, malheureusement disparu depuis.

2Il critique ainsi les travaux d’Emmanuel Le Roy Ladurie (Montaillou, village occitan), Carlos Ginzburg (Le Fromage et les vers) et Natalie Zemon Davis (Le Retour de Martin Guerre).

3« Les historiens et les chercheurs sont à la mémoire nationale ce que les cultivateurs de pavot et les dealers sont aux consommateurs de drogue : ils fournissent l’essentiel de la marchandise. » (p. 150), une image qu’il dit tenir d’Eric Hobsbawm.

4« Ceux-ci ont été inventés, au prix d’une imagination débordante et très « scientifique » par les ingénieurs modernes, spécialistes du passé, qui ont revendiqué un droit d’antériorité sur leurs nouvelles patries. », p. 207. Le mythe national « (…) s’est, en permanence, proclamé détenteur de la seule authentique vérité, ce qui explique, entre autres, l’obstination de ses inventeurs à le définir comme une science. » (p. 222).

5« Non seulement les faits ne parlent pas d’eux-mêmes, mais ils n’existent pas non plus sans que quelqu’un vienne les conforter. » (p. 245).

6Sur cette question, Shlomo Sand critique, à notre avis de manière pertinente, l’utilisation tout sauf neutre du terme de Shoah, mais nous semble minimiser le danger négationniste (il était d’ailleurs opposé à la loi Gayssot condamnant la négation du génocide juif, se retrouvant sur ce terrain avec Noam Chomsky, par exemple).

7« Tout fractionnement du temps et de l’espace, et toute création d’un grand événement historique comporte une part d’arbitraire idéologique, qui choisit, trie, et organise le détail des faits, leur donnant, par là même et à chaque fois, un sens différent. » (p. 288). « Il faut, une fois de plus, souligner le fait que toute conceptualisation rend possible différentes intrigues, et que tout récit est, en soi, une interprétation (…) » (p. 289).

8Les travaux de Suzanne Citron sur le mythe national français, par exemple, ne sont pas évoqués.

9Voir parmi d’autres l’entretien paru dans L’Humanité des 22/23/24 janvier 2016 : http://www.humanite.fr/shlomo-sand-quand-je-lis-finkielkraut-ou-zemmour-leur-lecture-de-lhistoire-je-suis-effraye-596563 Ce dernier comprend en effet nombre de simplifications, d’erreurs ou de non-dits (ainsi sur l’oubli d’une histoire sociale en France dans l’après Seconde Guerre mondiale, qu’incarne par exemple la figure de Jean Maitron et la revue Le Mouvement social, ou sur la non prise en compte d’un Jean Chesneaux).

10Sous la direction de Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia et Nicolas Offenstadt, Paris, Gallimard, collection « Folio Histoire », 2010, 2 tomes, 646 et 1330 pages.

Marc Ferro, L’Aveuglement. Une autre histoire de notre monde, Paris, Tallandier, 2015, 432 pages, 21,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marc Ferro est un historien qu’on ne présente plus, auteur d’une œuvre conséquente et variée, qui n’a désormais plus rien à prouver, se permettant des hypothèses que d’aucuns pourraient trouver hasardeuses1. Son dernier ouvrage, L’Aveuglement, est quelque peu hybride : disons-le même franchement, il s’agit d’un ensemble de plusieurs chapitres disparates, reliés par un fil directeur tellement large qu’il en perd de sa cohérence interne. L’idée de départ est d’analyser les attitudes, dans l’histoire du dernier siècle, face à des événements non prévus, face également à un passé mal compris et à des prospectives erronées. En fait, L’Aveuglement donne l’impression d’un tour d’horizon des différents sujets abordés par Marc Ferro dans sa longue carrière, en plus de croiser à certains moments des témoignages sur ce que l’auteur lui-même a vu et vécu.

Se succèdent ainsi illusions sur la « der des der », sur la paix sauvegardée à Munich, sur Mai 68, l’attitude de Staline face à l’attaque nazie, le cinéma2 sous Staline et Roosevelt durant la guerre (ce dernier plus directif que l’on aurait pu le croire), la puissance montante de la Chine, la responsabilité pleine et entière des intellectuels collaborationnistes, la typologie des individus face aux grands choix historiques, ou les stéréotypes racistes et xénophobes auxquels il oppose l’apport des étrangers aux États-Unis et en France. Autour de la question des Juifs avant et pendant le judéocide, Marc Ferro signe des pages particulièrement intéressantes. L’aveuglement du célèbre historien Ernest Kantorowicz, Juif s’illusionnant sur le patriotisme supérieur des nazis (lui-même était un ancien des Corps francs) et sous-estimant le prisme du racisme, rejoint celui des Juifs français s’illusionnant longtemps sur le rôle de protecteur possiblement joué par Pétain3. Le thème de la dénégation allemande face aux crimes nazis est par contre traité de façon unilatérale, négligeant par trop les nuances propres à la population, ou l’importance des crimes coloniaux du début du XXe siècle, l’Allemagne étant loin d’être la seule à en avoir perpétré. Marc Ferro est également critique sur l’usage des grands principes, qui ont longtemps négligé les droits des femmes, des colonisés et adressant bien des reproches à la politique extérieure des États-Unis, peu respectueuse de la souveraineté nationale dans laquelle ils ont l’habitude de se draper4 ; l’Union européenne et sa construction par le haut subit aussi ses reproches, tout comme son fonctionnement basé trop exclusivement sur la loi du marché5.

Au sujet de la guerre d’Algérie, Marc Ferro insiste sur un aveuglement double, celui des colons, prisonniers de leur racisme ordinaire, et celui des défenseurs de l’Algérie indépendante, ayant négligé pour certains le sectarisme du FLN, exclusif et traditionaliste dans sa perception de l’islam. Il se prend à rêver d’un espoir brisé, celui d’un compromis libéral, broyé entre ces deux extrêmes, selon lui, alors que cette solution ne pouvait être viable, après tant de promesses oubliées et compte-tenu de la vague des décolonisations. Son raisonnement le conduit à aborder la « judéophobie islamo-arabo-gauchiste » (p. 238), dans des développements utilisant Pierre-André Taguieff – certainement pas l’analyste le plus utile sur cette question qu’il traite de manière trop grossière – et négligeant la complexité de la question. L’islamisme6 lui semble d’ailleurs avoir été longtemps sous-estimé, ce au moins depuis la révolution iranienne de 1979, lue à travers une grille européocentriste, négligeant le retour du religieux (les analyses de Michel Foucault sont ici visées). Si les éléments concernant l’essor de l’islamisme sont donc utiles et pertinents, Marc Ferro nous semble pêcher par simplisme lorsqu’il considère que modérés musulmans et islamistes partagent la même finalité, asseoir la domination de leur religion, alors que cet objectif n’est voulu que par les seconds ; il fait ainsi fi de la sécularisation, rampante ou non, qui s’opère chez nombre de musulmans, et place l’islam à part, là où toutes les religions partagent une nature totalisante commune, mais dont des croyants se détachent, néanmoins, particulièrement en France.

Sur l’histoire de la révolution russe et de l’URSS, il reprend les conclusions de son étude phare de 1967, La Révolution de 1917, prenant ses distances avec la grille de lecture totalitaire et analysant avec beaucoup de finesse l’évolution du processus révolutionnaire, soumis à une bolchevisation de la société, une institutionnalisation du bolchevisme, une plébéianisation du pouvoir et une bureaucratisation par en haut mais aussi par en bas7. Toutefois, l’aveuglement des militants face à la répression, dont ils sous-estiment l’ampleur dès les premières années, n’est traité que de manière partielle, négligeant en particulier l’existence dès l’entre-deux-guerres d’une littérature critique et marxiste sur le sujet8. Sur la chute de l’URSS, non prévue par la plupart des analystes, à l’exception, notable selon lui, d’Emmanuel Todd dès 1976, Marc Ferro parle de « révolution sans révolution », ce qui nous semble être un véritable oxymore peu porteur de sens, sinon d’une certaine confusion conceptuelle. Par ailleurs, sa volonté de dénier au marxisme toute valeur dans ses analyses révolutionnaires, aggloméré qu’il est au « carcan des doctrines » (p. 50), se fait en forçant quelque peu le trait, au prix d’un simplisme exagéré, négligeant les évolutions et enrichissements apportés depuis plus d’un siècle au corpus initial, lui-même discuté et perçu différemment en fonction du contexte de lecture. Cela n’empêche pas Marc Ferro de considérer les analyses de Marx comme plus valides en ce début de XXIe siècle, critiquant avec énergie la financiarisation de l’économie et le recul marqué du secteur public9. De manière plus générale, il estime que les prévisions faites à partir d’un modèle unique sont souvent erronées, comme pour les analyses économiques, et que c’est par la pluridisciplinarité que l’on peut atteindre à une meilleure efficience.

L’Aveuglement est donc un livre somme, mais qui laisse l’impression d’un fourre-tout parfois intéressant (sur la dimension révélatrice des rêves vécus par les individus d’une époque), parfois redondant ou simplement frustrant, le mélange d’analyses pertinentes et de prévisions erronées se retrouvant finalement à toutes les époques, voire dans toutes les personnes10, et un bilan exhaustif de cette thématique se révélant particulièrement ample et difficile à réaliser.

1Voir par exemple son récent La Vérité sur la tragédie des Romanov, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5284

2Dans ce domaine, Marc Ferro souligne l’absence de grèves dans le cinéma français entre 1914 et 1968 (bien que l’on trouve pourtant la répression d’une grève dans Gervaise de René Clément en 1955, le film de Paul Carpita, Le Rendez-vous des quais [1955 aussi], saisi par la police et distribué seulement 25 ans après, sur les grèves des dockers et Germinal d’Yves Allegret en 1963), faisant a contrario l’éloge d’un film étatsunien engagé, Le Sel de la terre, d’Herbert Biberman, en 1954 (voir sur https://www.youtube.com/watch?v=XZI0Htvugqc), bien que celui-ci ne fut projeté que dans 12 salles, car produit et réalisé par des militants communistes blacklistés par le maccarthysme.

3L’exemple de passé reconstruit par des Juifs d’Alsace, persuadés de l’absence d’antisémitisme dans leur vie précédant leur déplacement, page 148, est troublante, mais ne s’inscrit pas véritablement dans l’aveuglement invoqué.

4Il néglige par contre la dimension de guerre civile présente dans les États-Unis naissants, illustrée par l’étude d’Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis de 1492 à nos jours.

5Loi du marché qu’il critique également dans la tendance des médias à diffuser de fausses informations, à faire preuve d’une certaine cécité.

6Lire de lui Le Choc de l’Islam, XVIIIe-XXIe siècle, Paris, Odile Jacob poches, 2003.

7Voir en particulier Des Soviets au communisme bureaucratique, Paris, Gallimard, collection « Archives », 1980.

8On est surpris, par exemple, de voir affirmé que la gauche, dans les années 1930, souscrivait toute entière au principe du parti unique, un Trotsky dans La Révolution trahie (1936) se ralliant pourtant à une forme de pluripartisme…

9« Ne devenons pas nous-mêmes de nouveaux colonisés ou autocolonisés puisque nos instances participent à ces mutations. » (p. 203).

10Ainsi que Marc Ferro l’illustre en ce qui concerne Churchill et de Gaulle.

André Danet, Finir la révolution ! La société autogérée pour sortir de la crise, Noisy-le-Sec, les éditions de l’épervier, 2014, 224 pages, 14 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet ouvrage, signé d’un auteur encore inconnu, paraît aux éditions de l’épervier, qui avaient précédemment publié un réquisitoire contre Michel Onfray1 et un Livre noir des religions2, s’insère dans tout un courant de réflexion visant, au lendemain de la chute de l’URSS et d’une décrédibilisation au moins partielle du communisme, à remettre les idées d’extrême gauche sur des rails porteurs. On peut en particulier le rapprocher du livre d’Eric Hazan et Kamo, Premières mesures révolutionnaires3.

La démarche d’André Danet est principalement centrée sur une invitation à redécouvrir l’apport de Marx4, tout particulièrement son analyse du capitalisme et son insistance sur l’auto-émancipation des travailleurs. Il effectue ce faisant une relecture des épisodes révolutionnaires du passé, les apports de la Commune de Paris et de la révolution espagnole s’opposant, à ses yeux, aux trahisons de la révolution bolchevique.

Plus généralement, André Danet condamne à la fois les sociaux-démocrates et les communistes, qu’il considère comme foncièrement réformistes – les communistes à compter du IIe Congrès de la Comintern –, et anti internationalistes. Sur le plan économique, au-delà d’une analyse de la crise actuelle, André Danet met l’accent sur la nécessité, selon Marx, d’abolir le capitalisme et pour ce faire, d’abolir la marchandise et donc le marché. On retrouve ici une forme de radicalisme, très présente dans les années 1970, dans de nombreux courants de l’ultra-gauche, mais à contre-courant de nombre d’analyses récentes tendant à harmoniser marché et planification, privé et public. Les « anticapitalismes qui n’en sont pas » sont dès lors nombreux, allant du NPA aux écosocialistes, en passant par les décroissants. En fait, l’approche d’André Danet se rapproche pour une bonne part de celle de Daniel Guérin, la défense d’un communisme libertaire, qui intègre sans doute davantage l’héritage des communismes de gauche, tels Anton Pannekoek ou Karl Korsch. Toutefois, pour proposer un nouveau système politique, c’est vers l’Antiquité grecque que va sa préférence, la démocratie athénienne constituant un véritable idéal : direction par les citoyens assemblés, rotation des magistratures par tirage au sort, et plus largement garde fous contre toute bureaucratisation et pouvoir d’une minorité.

Ce faisant, André Danet semble se défier à l’excès des partis et des syndicats, tout en négligeant les angles morts du système athénien5 et le fonctionnement concret de la multiplicité de conseils qu’il envisage (voir en particulier les considérations détaillées des pages 192 et 193)… Sans oublier qu’il estime nécessaire une dictature de prolétariat, dans le sens marxien, dans les premiers temps de la victoire révolutionnaire. Sur le plan économique, les axes majeurs sont la socialisation de la production, l’autogestion (sur la base d’une propriété « fédéraliste » plus que collective) et la disparition de la monnaie au profit de bons d’achat basés sur un revenu universel (mais le luxe garderait tout de même une place !), une vision qui manque là encore de considérations plus pratiques et d’exemples substantiels de fonctionnement. Quant à la guerre civile qui risquerait fort de suivre la révolution, elle est trop rapidement évoquée. De cette création que l’on pourrait, toute proportion gardée, rapprocher de celle du baron Frankenstein, il manque donc encore l’étincelle clef qui permettrait de lui donner vie.

1Michael Paraire, Michel Onfray, une imposture intellectuelle, Noisy-le-Sec, les éditions de l’épervier, 2013, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3377

2Chroniqué sur ce même blog : http://dissidences.hypotheses.org/6338

3Il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4160

4Non sans dévaloriser excessivement Engels au passage, en survalorisant les leçons de la fameuse préface à la brochure de Marx Les Luttes de classes en France, rédigée peu avant sa mort.

5Voir par exemple Paulin Ismard, La Démocratie contre les experts. Les esclaves publics en Grèce ancienne, Paris, Seuil, 2015, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5961

Robert Sheckley, La Montagne sans nom (The Mountain without a Name), John Brunner, Faute de temps (Some Lapse of Time), Neuvy-en-Champagne, Le Passager clandestin, collection « Dyschroniques », 2015, 48 pages et 128 pages, 4 € et 7 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les dix-septième et dix-huitième titres de la collection Dyschroniques reviennent au filon le plus mis à contribution par ses responsables, celui de la science-fiction anglo-saxonne des années 1940 à 1960. John Brunner (1934-1995), qui n’avait pas encore été honoré, est un auteur majeur, principalement pour la tétralogie qu’il a écrite entre le milieu des années 1960 et le milieu des années 1970, vision sombre de notre avenir : Tous à Zanzibar, Le Troupeau aveugle, L’Orbite déchiquetée et Sur l’Onde de choc. Parue initialement en 1963 mais seulement en 1979 en France (dans le cadre du « Livre d’or de la science-fiction » qui lui fut consacré chez Pocket), Faute de temps est une nouvelle plutôt datée, qui pêche surtout par le questionnement qu’elle induit quant à l’explication des faits, le lecteur ayant tôt fait d’opter pour une des deux hypothèses, franchement trop évidente. Un médecin éprouvé par le deuil de son fils, décédé d’une maladie incurable d’un nouveau genre, voit échouer devant chez lui un vagabond en proie au même mal. Dans sa main, une phalange humaine réduite à l’état d’ossement. Max Harrow s’efforce alors de comprendre d’où vient cet individu et de quelle manière il a pu survivre jusqu’à une quarantaine d’années, espérant y trouver un moyen de résoudre les cauchemars récurrents qui l’assaillent et de solutionner la crise conjugale qu’il subit. Proche du texte de Jean-Pierre Andrevon dans la même collection, Les Retombées1, Faute de temps est une mise en garde contre l’utilisation de l’énergie nucléaire, accusée ici de dessiner un avenir catastrophique, promesse d’une régression de la civilisation, et de générer de nouvelles pathologies ; ce dernier point étant sans doute l’élément le plus parlant pour un lecteur d’aujourd’hui. La résolution de l’énigme du vagabond grâce au décryptage du langage qu’il utilise est une des meilleures idées de l’intrigue. Il n’empêche, la genèse des cauchemars comme le moyen de se déplacer vers le passé, seulement explicités par des capacités insoupçonnées du corps humain, affectent la cohérence interne de ce texte, sans doute pas le meilleur de John Brunner.

La seconde nouvelle est probablement la plus courte jamais publiée par la collection, au point de regretter qu’il ne lui en ait pas été adjoint une autre … La Montagne sans nom, parue en 1955 aux États-Unis, fut traduite seulement en 1969, pour la revue Fiction2. Il s’agit d’une brève histoire, celle d’un responsable de chantier de terraformation sur une planète quelconque, dont la tâche se heurte à des problèmes ne cessant de croître. La montagne qu’il est chargé de détruire, point culminant de ce monde, semble en effet résister, en multipliant les accidents, dans le même temps où les indigènes s’efforcent d’en appeler aux forces ancestrales. Robert Sheckley (1928-2005), un auteur souvent plus à l’aise dans une science-fiction fortement imprégnée d’humour, se fait ici prophète, imaginant le réveil de la nature, au sens littéral du terme (séismes, éruptions volcaniques, tsunamis). C’est une forme de Gaïa avant l’heure (James Lovelock ne commencera à élaborer son hypothèse qu’à partir du début des années 1970), une Gaïa exacerbée et généralisée, puisque chaque astre occupé par les humains rejette cette occupation. Ce que l’auteur dénonce de la sorte, c’est l’exploitation des ressources naturelles comme si elles étaient infinies, mises au service d’une société de consommation irréfléchie (publicité, commerce et industrie sont comme condamnées à une extension permanente), une mise en garde écologique plutôt précoce, même si les responsables de la collection rappellent utilement la parution, en 1948, de La Planète au pillage d’Henry Fairfield Osborn. Un message d’alarme qui se double d’un questionnement sur la société industrielle, le mode de vie plus primitif des indigènes étant implicitement mis en valeur via sa dévalorisation par le personnage principal.

1Voir sa chronique sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/?s=andrevon

2Il fut par la suite repris dans un recueil de textes à destination de la jeunesse coordonné par Christian Grenier, La Montagne sans nom et autres récits sur la nature, Paris, Gallimard, collection « Folio Junior Science-Fiction », 1981.

Cindy Coignard, Les militantes du POUM. 1935-1980, Rennes, Presses universitaires de Rennes, colection « Mondes hispanophones », préface de Mercedes Yusta, 2015, 250 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce livre est tiré de la thèse en études hispaniques soutenue par l’auteure à l’Université de Paris 8. Ce travail, s’il porte essentiellement sur la période de la guerre civile, intègre aussi la période de l’exil, jusqu’aux années 1980. Il repose à la fois sur des sources documentaires (en premier lieu la presse, mais aussi des archives personnelles, ainsi que des correspondances et des entretiens avec un ensemble d’actrices de cette histoire).

Chacune des composantes du camp républicain possédait une structure spécifique pour les femmes (les socialistes, les communistes, les Mujeres libres pour le courant anarchiste, structure sur laquelle la documentation française est la plus importante1). Ce livre est le premier consacré aux femmes du POUM, si l’on excepte les témoignages et autobiographies disponibles en espagnol. Le propos se déploie au fil de trois chapitres. Dans le premier, intitulé « La construction d’une pensée politique », l’analyse porte essentiellement sur la période qui précède la guerre civile. Période courte, car le POUM n’est fondé qu’en 1935. Il s’agit de présenter les bases théoriques sur lesquelles s’appuyait le POUM. Rappelons que le POUM [Parti ouvrier d’unification marxiste] est le fruit de la fusion de deux courants non staliniens, issus d’une scission du Parti communiste espagnol, le BOC (Bloc ouvrier et paysan) d’une part et l’ICE (la Gauche communiste d’Espagne, opposition de gauche). La question du statut de la femme au sein du POUM est abordée, de manière quelque peu scolastique, à partir de l’examen des positions des fondateurs du marxisme, mais aussi d’August Bebel (« La femme et le socialisme ») ou encore d’Alexandra Kollontaï. En fait, la place de la réflexion et de l’élaboration du POUM sur les femmes se révèle assez limitée, du fait de la prépondérance d’une conception basée sur la classe ouvrière. Il n’empêche que des thèmes comme la sexualité, la prostitution, le rôle de mère ou la contraception placent les militantes du POUM à l’avant-garde, au même titre que les anarchistes, sur ces questions là. Par ailleurs, la question de la manière dont les femmes entrent au POUM donne lieu à un intéressant développement sur la place de la famille (les femmes du POUM sont filles de militant, sœur ou femmes de..), tant la famille apparaît comme l’agent de socialisation politique déterminant. Enfin, un aperçu est fourni sur les femmes étrangères qui joueront un rôle dans le POUM, après le déclenchement de la guerre. Cette place explique également l’importance (relative) de la presse étrangère du POUM, publiée dans les principales langues européennes.

C’est avec le déclenchement de la guerre, aspect abordé dans le second chapitre (portant sur la période 1936 à 1937, date d’interdiction du POUM et du début de la clandestinité), que s’affirme un militantisme féminin. Dès le début des combats, les miliciennes furent l’exception et, pour celles qui le furent, leur séjour au front fut très court. Néanmoins, le POUM s’appuya sur les quelques cas pour développer un discours sur la milicienne, dans sa presse. On peut d’ailleurs regretter qu’aucune reproduction ne permette de se faire une idée plus précise que les commentaires de photos proposés. Néanmoins, le constat auquel on peut aboutir est qu’il n’y eut pas pour le POUM l’équivalent de la figure de la Passionaria pour les communistes. C’est donc essentiellement à l’arrière que l’activité des femmes du POUM s’est mise en place. Très rapidement, dès le 3 septembre 1936, un Secrétariat féminin (SF) du POUM (SFPOUM) est crée. Selon la documentation disponible, cette organisation féminine reposait sur un ensemble de 500 femmes réparties dans le territoire contrôlé par les républicains. Néanmoins, c’est seulement en mars 1937, soit plus de 8 mois après le déclenchement de la guerre qu’une première conférence du SFPOUM eut lieu, ce qui tend à prouver la difficulté d’implantation de la structure. Si le SF a envisagé de mettre sur pied une formation militaire pour les femmes, on ne dispose pas de preuve que celle-ci ait bien été mise en œuvre. En revanche, les activités les plus traditionnelles dévolues aux femmes ont bien été déployées : confection de vêtements pour les miliciens, soins pour les blessés, envois de nourriture au front, déploiement d’activités culturelles. Ces activités eurent lieu en lien souvent avec le Secours rouge international (aspect hélas seulement évoqué, mais pas développé). Tout en soulignant la faiblesse des archives et le peu de témoignages disponibles, l’auteure aborde aussi la question de la réinsertion des prostituées, action où le SFPOUM se trouve au coude à coude avec les anarchistes, même si les résultats semblent assez limités en la matière des archives disponibles. L’action des femmes du POUM ne s’arrête pas là, car la situation de guerre leur permet d’investir des lieux de l’espace public comme la presse et la radio, qui s’affirment comme des espaces de sociabilité féminine. Une fois encore, le lecteur a plus droit à des notations brèves dans ce domaine, qu’à un développement conséquent tant pèse la limitation des sources disponibles. Enfin, l’éducation et l’enseignement apparaîssent comme le dernier domaine où l’action du SFPOUM est analysée. En effet, dans le cadre du CENU, organisme chargé de l’éducation en Catalogne, dans la ville de Gérone, éloignée du front, une école est mise sur pied. L’enseignement a lieu en catalan et le SF met en place une tentative de rénovation pédagogique, éloignée de l’enseignement religieux traditionnel. Mais ce bel élan, et plus largement l’enthousiasme révolutionnaire dont font preuve les femmes du POUM est brisé par la répression qui suit les journées insurrectionnelles de mai 37 à Barcelone. Sous la pression du Parti communiste, le gouvernement interdit le POUM, ses militants sont arrêtés (Nin, son dirigeant est torturé, puis exécuté), sa presse saisie. Le POUM est éliminé de la vie politique espagnole.

Le dernier chapitre porte sur la longue période qui va de la fin de la guerre aux années 80. Plusieurs militantes font partie des emprisonnées. A la défaite de la République, pour la plupart, c’est le départ vers l’étranger et l’exil. La France est le pays qui recueille la plupart d’entre elles. Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, le MSC (Mouvement socialiste de Catalogne) succède au POUM, à partir de son congrès de Toulouse. Mais les femmes ne disposent plus d’une structure spécifique au sein du nouveau parti. Dans les années qui suivent, le franquisme se renforçant en Espagne, l’évolution porte vers le maintien d’une identité culturelle, au détriment de l’identité politique. C’est ainsi que les militantes s’investissent dans la création des casals catalans. Le militantisme culturel prend le dessus : théâtre, soirées de poésie ou de chant. L’illustration la plus accomplie de cette évolution s’incarne dans la personnalité de Teresa Rebull, qui développe une nouvelle chanson catalane (Nova Canço catalana), réponse culturelle au traitement discriminatoire que menait le régime franquiste contre les cultures régionales. Mary Low, militante anglo-espagnole du POUM représente un autre type de parcours, marqué lui aussi par l’écriture (en particulier sous l’influence du surréalisme2. Pour la plupart des autres militantes, l’exil signifie un retour aux activités premières, en particulier dans le domaine de l’enseignement. Dans un ultime développement, Cindy Coignard aborde la question de la transmission de la mémoire et la place des autobiographies (non traduites) auxquelles se livrent plusieurs militantes à l’aube des années 2000.

Si l’on excepte l’absence d’un index des sigles, quelques erreurs vénielles (Hord au lieu de Horn, p. 109 ou l’appartenance de Willy Brandt au SAP et non au SPD, p. 75), ce premier ouvrage, en français, sur les femmes au POUM constitue un jalon utile pour une meilleure connaissance de ce parti dans l’hexagone. Espérons, en particulier, qu’en dehors du livre, publié en français, de Teresa Rebull, les autres textes biographiques soient traduits, pour le plus grand intérêt des chercheurs et des lecteurs.

1 La prépondérance des ouvrages sur les Mujeres libres se constate par le fait qu’au-delà des travaux universitaires (Mary Nash, Martha Ackelsberg), il existe également des fictions sur ce sujet, comme la bande dessinée de Bruno Loth, Ermo, tome 5, Mujeres libres, éditions libres d’images, 2008 et le film de Vicente Aranda, Libertarias (1996), inédit en français.

2Mary Low, Sans retour. Poèmes et collages, Paris, Syllepse, 2000.

Roger Keeran, Thomas Kenny, Le Socialisme trahi. Les causes de la chute de l’Union soviétique (The Socialism Betrayed. Behind the Collapse of the Soviet Union), Paris, Delga, 2012 (édition originale 2004), 336 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai écrit par deux chercheurs étatsuniens (l’un historien, l’autre économiste), cherche à revenir sur la disparition aussi rapide qu’étonnante de l’URSS, afin d’en proposer une explication originale. Sur le plan de l’analyse, cette étude basée sur des sources de seconde main se situe aux antipodes de celle d’un Martin Malia, La Tragédie soviétique (Le Seuil, « Points Histoire », 1999). A ceci près que Le Socialisme trahi partage un présupposé avec cette synthèse : l’URSS était bien socialiste. Un postulat de départ qui s’accompagne de développements parfois très partisans, les deux auteurs ayant tendance à surtout mettre en valeur les points forts de la superpuissance, son développement économique ne cédant pas aux sirènes de la société de consommation, évoquant un coup de force fasciste (sic) au sujet de l’insurrection hongroise de 1956 et un processus de « contre-révolution » en Europe de l’est en 1989…

Leur thèse est la suivante : l’URSS connaissait des difficultés réelles dans la première moitié des années 1980, dues en particulier à la pression militaire des États-Unis, mais la politique suivie par Gorbatchev, trop ouverte au capitalisme, fut responsable d’un effondrement improbable. A l’inverse, le cours initié par Youri Andropov, qui a droit à un véritable panégyrique, durant son bref mandat à la tête du pays, aurait sans doute permis de redresser l’URSS et de mettre fin à ce qui l’affaiblissait, en particulier la stabilité des cadres et le poids de l’économie clandestine. Un chapitre entier est d’ailleurs consacré à cette composante importante de l’histoire soviétique dans sa seconde moitié d’existence, qui aurait représenté jusqu’à 20 voire 25% de la richesse produite et gangrenait le Parti communiste lui-même, en même temps qu’il affaiblissait la « conscience socialiste ». Toutefois, la solution qui aurait apparemment eu leur préférence tient essentiellement dans une répression plus grande, même si adaptée au cas par cas. Gorbatchev, les premières années suivant son accession au pouvoir, plaça son action dans la lignée de celle d’Andropov, dont il avait été le protégé, mais les auteurs estiment qu’à partir de janvier 1987, il infléchit radicalement sa politique, sous l’influence en particulier de son entourage dépeint par les auteurs comme « social-démocrate », tel Yegor Yakovlev. Avant cette date, certaines mesures étaient déjà, aux yeux de Roger Keeran et Thomas Kenny, annonciatrices d’un virage à droite : fin du contrôle du Parti sur les médias et critiques croissantes à son égard, début d’un retrait des forces soviétiques d’Afghanistan (au sujet de laquelle l’accent est mis sur l’œuvre progressiste des communistes1) et concessions unilatérales faites aux États-Unis…

Gorbatchev, de janvier 1987 à juin 1988, aurait donc accentué une politique favorable au capitalisme, qualifiée de « révisionniste » par les auteurs : il réduisit la place dominante du Parti communiste, délaissa la lutte des classes pour un discours plus généraliste axé sur les droits de l’homme, et diminua la place de l’économie planifiée au profit de l’autonomie des entreprises, le tout face à une gauche incarnée par Egor Ligatchev prenant de plus en plus conscience des risques induits par ce cours pour la survie de l’URSS « socialiste ». Dès 1988, les conséquences s’en firent sentir, avec l’aggravation progressive d’une véritable crise économique et l’agitation croissante des séparatismes nationaux des différentes Républiques. La réunion du premier Congrès des députés du peuple de l’URSS, en mai-juin 1989, ne fit que donner un coup d’accélérateur aux événements. En 1990 enfin, c’est un double pouvoir qui s’oppose, celui de Gorbatchev, désireux de conserver l’existence d’une Union fédérale, et celui de Boris Eltsine, misant sur la Russie pour affirmer son pouvoir et passer plus franchement au capitalisme. A ce sujet, les auteurs refusent de parler de coup d’État au sujet de la tentative de retour en arrière d’août 1991, qui tourna vite en palinodie : ils préfèrent la voir comme un effort du gouvernement légitime, qui aurait bénéficié de la complicité de Gorbatchev, renvoyant l’accusation de coup d’État à Eltsine lui-même…

Si à l’instar de Martin Malia, ils attribuent donc un rôle décisif à Gorbatchev dans la chute finale de l’URSS, considèrent son programme comme surtout fait d’improvisations2, et incriminent l’affaiblissement idéologique comme fracture majeure de l’édifice, Roger Keeran et Thomas Kenny s’efforcent d’apporter une explication plus socio-économique, plus marxiste, en somme. Selon eux, « Son goût pour les succès rapides, faciles, à court terme, ainsi que pour l’adulation et pour la sécurité politique que cela pouvait conférer le conduisit à lier son sort à celui de la couche grandissante des bureaucrates et des petits entrepreneurs qui étaient engagés dans la seconde économie, et à celui de leurs avocats et sympathisants au sein de l’intelligentsia [celle des dissidents en particulier]. » (p. 129). C’est d’ailleurs la corruption et l’importance rampante de l’argent qui auraient gangrené le Parti au point de l’empêcher de s’opposer efficacement à Gorbatchev. S’y ajoutent, de la part de ce dernier, une incompréhension des problèmes nationaux dans les républiques non-russes, et une volonté de conserver le pouvoir, quitte à affaiblir de manière chronique le Parti qui l’avait porté à la direction du pays.

Cette grille d’analyse, qui présente un indéniable intérêt et insiste sur l’attachement d’une majorité de la population à l’égard de l’URSS, évacue toutefois les explications mettant en cause les vices éventuels du système bureaucratique, en lien avec une vision communiste que l’on pourrait qualifier de traditionnelle3, même si une certaine dose de trotskysme peut également y être décelée4. C’est aussi un moyen de condamner le socialisme réformiste, accusé d’être complice du capitalisme, et par là même de réhabiliter un communisme plus intègre, loin de l’espoir d’une troisième voie caressée par Gorbatchev mais qui serait impossible par nature. Un ouvrage militant, qui ne révolutionne pas l’histoire politique du régime soviétique, mais qui peut figurer comme document sur la prégnance d’une vision traditionnelle, orthodoxe de ce régime, y compris chez des universitaires des États-Unis.

1La guerre est de la sorte « (…) une noble lutte contre la barbarie et la réaction, qui n’était pas si différente du combat qui avait été mené en 1936-1939 pour une République espagnole démocratique. » (p. 189).

2« Il est possible que Gorbatchev lui-même n’ait pas eu conscience de toutes les implications de ce qu’il était en train de faire. » (p. 183).

3La conception de l’économie socialiste est d’ailleurs à la fois superficielle et simpliste, faite pour l’essentiel d’une propriété publique et d’une planification centralisée. Quant à leur vision de la démocratie, elle ne manque pas d’une certaine mauvaise foi, puisqu’ils considèrent qu’existait en RDA, en Pologne, au Vietnam, en Tchécoslovaquie, en Bulgarie et en Corée du nord, un système multipartite ! (p. 225).

4L’idée selon laquelle la bureaucratie dirigeante serait soumise à des courants de gauche et de droite, conservateurs de la nature « ouvrière » de l’État soviétique ou favorables à une restauration du capitalisme, et que l’expérience Gorbatchev peut se comprendre « (…) comme le produit d’une convergence entre la tradition historique de Boukharine et de Khrouchtchev et l’émergence petite-bourgeoise de la seconde économie. » (p. 105).

Colloque international « Penser l’émancipation »

 

Un colloque international Penser l’émancipation aura lieu du 28 au 30 janvier 2016 à l’université libre de Bruxelles. Il est organisé par le réseau “Penser l’émancipation”. Faisant suite aux éditions de Lausanne (octobre 2012) et Paris (février 2014), il s’inscrit dans une série d’initiatives visant à développer, dans le monde francophone, un espace de réflexion et de discussion autour des élaborations théoriques et des pratiques sociales qui mettent en jeu l’émancipation humaine. Le programme se trouve sur le site du Centre d’histoire et de sociologie des gauches, de l’ULB.

Paris, vendredi 13 novembre 2015

 » Le vieux Paris n’est plus (la forme d’une ville

Change plus vite, hélas ! que le coeur d’un mortel) « 

(Baudelaire, Le Cygne)

Punir Paris par un massacre (ou la promesse d’icelui) n’est nullement chose nouvelle. Dénoncer Paris comme « capitale des abominations et de la perversion » (communiqué de Daech du 14 novembre 2015) n’est que l’écho à peine affaibli d’autres proclamations bien connues qui se sont abattues sur la capitale française ces deux derniers siècles.

Si le « Manifeste de Brunswick » de juillet 1792, rédigé par des émigrés réfugiés à Coblence, mais publié sous le nom du duc de Brunswick chef des armées prussiennes, qui promettait aux sans-culottes parisiens une « exécution militaire » des plus sanglantes, ne put être suivi d’effet, la répression promise par le général Gallifet – « c’est une guerre sans merci que je déclare à ces assassins, ces bandits » – aux parisiens insurgés en 1871 fut par contre, du point de vue des « Versaillais », une réussite totale (environ 20 000 morts lors de la « Semaine sanglante »). Notons que parmi les causes de ce que Georges Sand, une ex-progressiste, nomma des « saturnales », fut incriminé « l’affaiblissement du sentiment religieux dans les masses », ce qui ne pouvait donner cours qu’à une « explosion d’impiété frénétique ».

Nul doute que lorsque l’historien David Garrioch analyse, au cours du XVIIIe siècle, un Paris révolutionné et transformé par l’apparition de pratiques nouvelles, dont les changements en matière religieuse ne sont pas les moindres, ces nouveaux rapports sociaux annoncent le « commencement d’un monde nouveau ». Le Paris révolutionnaire, celui des barricades du XIXe siècle, le Paris « rouge » des années vingt, trente ou quarante, évoqué entre autres par Paul Nizan dans La Conspiration (1938), Léon Moussinac dans La Manifestation (1935) et retracé par Jean-Pierre A. Bernard, le Paris imaginé par les écrivains de merveilleux scientifique (La révolution de demain, de E.-C. Driant et A. Galopin, 1909, par exemple), le Paris de la flânerie (Léo Malet, Jean-Paul Clébert), du non-conformisme et des avant-gardes artistico-poétiques iconoclastes (surréalisme, lettrisme, Internationale situationniste) ne sont plus aujourd’hui que mélancolie militante ou passionnants (parfois) sujets d’études.

Néanmoins, il semble qu’il subsiste encore dans la capitale assez d’éclats de ces insurrections, de ce désordre (comme ces étoiles depuis longtemps éteintes dont on aperçoit toujours la lumière) pour provoquer ire et haine. Le volcan n’est pas éteint, pour reprendre l’image benjaminienne de la « capitale du XIXe siècle » : « Paris est, dans l’ordre social, le pendant de ce qu’est le Vésuve dans l’ordre géographique. C’est un massif dangereux et grondant, un foyer de révolution toujours actif. Mais, de même que les pentes du Vésuve sont devenues des vergers paradisiaques grâce aux couches de lave qui les recouvrent, l’art, la vie mondaine, la mode s’épanouissent comme nulle part ailleurs sur la lave des révolutions »1.

Dessin de Robida, la dernière barricade de la Commune, le 28 mai 1871, rue de Tourtille-rue Ramponeau (quartier de Belleville).

Plutôt que de répercuter, comme lors de l’assassinat de l’équipe de Charlie Hebdo, un certain nombre de déclarations venant des milieux alternatifs, progressistes ou d’extrême gauche (alors que celles-ci se trouvent facilement sur Internet), il nous a donc semblé bien plus judicieux, pour l’heure2, de rappeler le rôle d’un certain Paris révolutionnaire, résolument inventeur et indiscipliné, et par-là même confronté aux forces du conservatisme (religieux ou non) comme à celles d’un modernisme destructeur. Outre ce trop bref introït, deux comptes rendus d’ouvrages, celui de Robert Tombs, Paris bivouac des révolutions, et celui de David Harvey, Paris capitale de la modernité, balisent notre propos3. D’autant plus que la coordination de la traduction (ainsi que la préface) du livre du marxiste David Harvey sont de Mathieu Giroud, 38 ans, maître de conférence en géographie à Marne-la-vallée4, abattu au Bataclan par les soldats d’Allah, et auquel nous rendons hommage ici, ainsi qu’à toutes les victimes de ces attentats.

 

Christian Beuvain et Frédéric Thomas (avec l’aide de Jean-Guillaume Lanuque) pour Dissidences

1Walter Benjamin, Paris. Capitale du XIXe siècle, Paris, éditions du Cerf, 2009, p. 108.

2Le temps d’une analyse rigoureuse, loin des ambiguïtés et des faux-fuyants, ancrée dans un moment historique sensible, ne nous semble pas encore venu, ni au sein de notre collectif ni dans l’espace public, rempli de trop de bruit.

3Un troisième compte rendu, celui de David Garrioch, La Fabrique du Paris révolutionnaire, Paris, La Découverte, 2013, sera prochainement mis en ligne avec les deux ouvrages cités.

Alexandre Sumpf, Révolutions russes au cinéma. Naissance d’une nation : URSS, 1917-1985, Paris, Armand Colin, 2015, 240 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque, suivi d’un entretien avec Alexandre Sumpf

Depuis maintenant plusieurs années, Alexandre Sumpf, un des meilleurs spécialistes actuels sur l’histoire sociale de l’Union soviétique, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Strasbourg, semble donner la pleine mesure de ses capacités de chercheur. Outre de nombreux articles1, on doit citer l’ouvrage issu de sa thèse de doctorat, Bolcheviks en campagne2, son livre sur La Grande Guerre oubliée3, consacré au front oriental, et récemment sa monumentale synthèse (plus de 900 pages !) De Lénine à Gagarine4. Avec Révolutions russes au cinéma, il braque le projecteur sur un champ d’étude plutôt méconnu, celui des films « historico-révolutionnaires » conçus en URSS, et plus particulièrement de ceux qui évoquent la révolution d’octobre5.

Il propose en préalable un retour sur la situation du cinéma au début du premier conflit mondial, un secteur ayant connu par ailleurs une forme de nationalisation dès 1914, et qui privilégie la fibre patriotique avant que la prise du pouvoir par les bolcheviques ne conduise à favoriser, le temps de la guerre civile, des courts métrages d’agitation. Par ailleurs, l’industrie cinématographique proprement dite fut placée sous le signe de la diversité, au moins jusqu’à 1930 et l’unification sous tutelle de l’État stalinien. La censure fut par contre mise en place à compter de mai 1918, avec un rôle initial très appuyée de l’armée rouge, et une succession d’étapes à franchir, évitant le plus souvent une interdiction de diffusion. La tradition du cinéma itinérant, permettant de toucher le public rural, était ainsi une particularité nationale forte. Mais dans ces considérations préliminaires, Alexandre Sumpf évoque également des figures du cinéma soviétique tel Dziga Vertov chantre de l’objectivisme de ce média, aussi bien que la production des exilés russes en France (autour de la firme Albatros en particulier), ou les enquêtes menées sur le public quant à la réception des films, aux résultats plus ou moins pertinents. Dix-neuf films sont ensuite étudiés, qui « (…) permettent de saisir une société singulière où la mémoire et l’histoire font immédiatement l’objet d’un investissement étatique systématique, mais où, pas plus qu’ailleurs, nul ne parviendra jamais à contrôler les intentions des créateurs ni, surtout, les réactions du public. » (p. 62). Sont d’abord évoqués les productions de l’année 1917, entre février et octobre, dont il ne reste le plus souvent que des vestiges. Parmi ceux-ci, citons en particulier Pour le pouvoir du peuple, film explicatif, mêlé de romance, sur les élections prévues pour la Constituante ; La Maison de commerce Romanov, critique de fin de règne alors très à la mode, avec le personnage charismatique de Raspoutine ; Le Révolutionnaire, enfin, dernier film d’Evguéni Bauer, qui défend, via des réconciliations père-fils, la poursuite de la guerre à rebours de la propagande bolchevique.

C’est ensuite l’année 1927, celle du dixième anniversaire de la prise du pouvoir, qui permet d’aller au-delà de la masse écrasante de l’Octobre d’Eisenstein. A l’époque, ce dernier ne connut d’ailleurs pas de véritable succès, ni public, ni critique, son symbolisme fort étant jugé excessif et le traitement de Lénine, une première, étant loin de faire l’unanimité. Le travail d’Esfir Choub, La Chute de la dynastie Romanov, fut jugé plus concluant : il s’agissait d’un documentaire utilisant des images d’archives alors inédites, et faisant œuvre explicative. Quant à La Fin de Saint-Pétersbourg, de Vsevolod Poudovkine, il est construit autour d’une trajectoire imaginaire, celle d’un paysan d’abord « jaune », qui se rallie ensuite aux bolcheviques, un parti-pris réaliste sobre et didactique. En fait, il faut attendre 1929 pour que sortent deux véritables chefs d’œuvres. D’Alexandre Dovjenko, Arsenal est ainsi une grande réussite esthétique et structurelle, évocation de la guerre civile en Ukraine qui combine une critique du nationalisme bourgeois (celui de la Rada, le Parlement) à une mise en scène de l’horreur guerrière. Quant à Fridrikh Ermler, il signe avec Un Débris de l’empire un film original, dont le principal protagoniste a perdu la mémoire durant les combats de la Grande Guerre, ce qui permet de mettre en valeur les acquis de dix ans de nouveau pouvoir. Quelques années plus tard, Okraïna de Boris Barnet est une autre réussite majeure, qui se penche sur les événements révolutionnaires à travers le prisme d’une petite ville anonyme de province, et exalte l’union internationaliste entre un prolétaire russe et un prisonnier allemand.

Le vingtième anniversaire de la révolution d’octobre, en 1937, est marqué par la présence forte à l’écran de Lénine, concrétion d’un retour des chefs et du patriotisme russe. Si l’on excepte La Dernière nuit de Iouri Raïzman et Dmitri Vassiliev, qui aborde les événements d’octobre à Moscou à travers deux familles et trois générations distinctes, sont concernés Lénine en octobre, de Mikhaïl Romm et Dmitri Vassiliev, vainqueur du concours organisé par le Parti pour l’occasion, et L’Homme au fusil de Sergueï Youtkevitch. Le premier montre un Lénine à la veille de l’insurrection, entouré d’ennemis intérieurs et extérieurs (influence pesante du contexte de Grande Terreur), là où le second illustre, à travers l’itinéraire d’un paysan-soldat allant voir Lénine et sympathisant avec un ouvrier-garde rouge, le passage de la guerre à la guerre civile. On peut y rattacher La Grande lueur, de Mikhaïl Tchiaoureli, sorti en 1938 et pour lequel le réalisateur, géorgien, reprend la trame de L’Homme au fusil en remplaçant Lénine par Staline, et en traitant la fraternisation entre Russes et Allemands comme une invitation à aller faire la révolution chez soi… Il faut ensuite attendre 1957 pour voir paraître des films notables, 1947 ayant été encore dominé par l’ombre de la Grande Guerre patriotique. Sergueï Gourov signe Le Grand tournant, un documentaire qui incorpore des témoignages, une tendance liée au vécu de la Seconde Guerre mondiale, tandis que Leonid Trauberg propose, avec Ainsi allaient des soldats, sur un thème proche de L’Homme au fusil et La Grande lueur, des soldats se rendant à Petrograd pour être éclairés sur l’attitude à adopter, un traitement souvent inattendu des situations, moins conventionnel.

Pour les décennies suivantes, la moisson semble être moins inspirée, ou moins inspirer Alexandre Sumpf, qui retient essentiellement trois réalisations. La plus originale est sans aucun doute celle de Iouri Norstein et Arkadi Tourine, 25 Octobre 1er jour, sorti en 1968. Il s’agit en effet d’un court métrage d’animation, le seul sur le sujet de la révolution d’octobre, qui se révèle particulièrement audacieux dans sa forme, mettant à profit une iconographie prestigieuse (œuvres de Braque, Chagall, Maïakovski, etc.) sur une musique de Chostakovitch. En 1970, Le Cœur de la Russie de Vera Stroiéva revient à nouveau sur les événements moscovites, insistant particulièrement sur les morts. Enfin, L’Agonie d’Elem Klimov est le film ayant connu les plus grandes difficultés quant à sa diffusion, ayant dû attendre une dizaine d’années avant de pouvoir être vu par le grand public, au milieu des années 1980. Centré sur Raspoutine, ce long métrage est une « farce historique » illustrant la décomposition du tsarisme, et par là le caractère objectif plus que subjectif du renversement révolutionnaire.

A l’issue de cette étude aussi précieuse qu’originale6, on peut constater avec l’auteur que le « film historico-révolutionnaire se distingue à la fois par la relative stabilité de ses caractéristiques – manichéisme, héroïsme désintéressé, condamnation plus ou moins violente en paroles et en actes de l’ennemi, glorification des chefs du Parti – et la fascinante plasticité de son appréhension. » (p. 208) Les seuls regrets portent sur l’absence de reproduction d’affiches de films, souvent longuement décrites dans le corps du livre, et la difficulté de pouvoir visionner les œuvres évoquées7.

Cinq questions à … Alexandre Sumpf

*Votre thèse portait sur la bolchevisation des campagnes : d’où vous est venue la motivation de travailler sur le cinéma soviétique ? Ce travail vous a pris combien de temps, a-t-il été difficile à mener ?

AS : En réalité, j’ai commencé par m’intéresser au cinéma soviétique de l’entre-deux-guerres, et à son usage dans la tentative de bolchevisation de la paysannerie par le truchement de tournées de projectionnistes ambulants. Un chapitre de ma thèse et de mon premier ouvrage est consacré à ce thème, mais j’ai dû renoncer à travailler uniquement sur cet aspect faute de sources sur les réalisations concrètes ; d’autre part, l’histoire de l’éducation politique n’était pas écrite de façon satisfaisante, donc j’ai élargi mon sujet d’étude, mais sans jamais perdre de vue le cinéma.

*L’analyse que vous menez permet de repérer de grandes réussites à des moments qui ne sont pas nécessairement ceux que l’on associe à la plus grande liberté politique (je pense par exemple à l’année 1929, celle du Grand Tournant et d’Arsenal ou Un Débris de l’empire) : pensez-vous que l’on puisse dire que le cinéma réponde en partie à des dynamiques particulières, différentes de l’histoire politique stricto sensu ?

AS : Oui, la chronologie du cinéma, des arts, de la société, ne recoupe qu’en partie ce qu’on appelle « la » chronologie, qui est en fait celle des événements politiques. Il y a des dynamiques d’ordre sociétal et commercial, surtout dans les années 1920. À mon sens, il est peu fécond d’opposer de façon binaire liberté et censure, même en URSS. La censure est moins un diktat qu’une limite, avec laquelle on joue. Cela dit, dans les exemples que vous donnez, ce qui joue est en effet le changement brutal de contexte politique. Les deux films sont tournés avant, et c’est leur sortie qui est problématique, parce qu’à contretemps – comme Octobre en mars 1928 (campagne contre le formalisme dans l’art), ou comme La Ligne générale (collectivisation forcée de l’agriculture).

*Dans ce traitement d’Octobre, avez-vous repéré des angles morts, en dehors de l’effacement de certaines figures du Parti ?

AS : Je parlerais moins d’angles morts que du cadre assez rigide de l’histoire soviétique de la Révolution. Il minore dans l’ensemble la force des mouvements d’en bas – paysans, ouvriers, minorités nationales – ou les asservit à un discours qui se résume à la conjonction dans le bolchevisme (et dans octobre 17) de toutes ces révolutions. Se mêlent ici une vision hégélienne de l’histoire (la Raison) et la pure récupération politique. Ce même dispositif impose de durcir au maximum l’antagonisme avec les autres partis de la révolution représentés au Soviet – qui sont les véritables adversaires de Lénine. À part ces aspects, importants, on relève tout de même le fait que Staline, que Soukhanov décrit dans ses fameux mémoires comme une « tache grise », ne se voit pas accorder un rôle extraordinaire, totalement contraire à la vérité historique. Il y a donc une limite à la réécriture bolchevique de l’histoire – quelle que soit la décennie concernée.

*Avez-vous d’autres projets d’études thématiques sur le cinéma soviétique ? Préparez-vous quelque chose de particulier pour le centenaire des révolutions russes ?

AS : En 2015, j’ai été avec Valérie Pozner et Vanessa Voisin le commissaire de l’exposition « Filmer la guerre, 1941-1946. Les Soviétiques face à la Shoah », qui s’est tenue au Mémorial de la Shoah entre janvier et novembre. Le catalogue qui en est issu fait partie des publications du projet ANR Cinésov que je codirige avec Valérie Pozner, qui doit déboucher sur une monographie traitant de l’ensemble de notre sujet : le cinéma dans l’URSS en guerre, 1939-1949. Je travaillerai en particulier sur les films techniques, la diffusion des films et « aller au cinéma dans l’URSS en guerre », zones occupées comprises. Concernant 2017, nous réfléchissons entre collègues sur la manifestation scientifique idoine ; je fais partie avec plusieurs d’entre eux du comité scientifique de l’exposition organisée par la BDIC – où je me chargerai particulièrement du choix et de la mise en scène des images animées russes de 1917, voire à propos de 1917.

*Comment vos lecteurs peuvent-ils espérer pouvoir voir les métrages que vous évoquez dans votre ouvrage ?

AS : J’ai précisé dans la filmographie les films disponibles en DVD sous-titrés : ce sont les plus fameux, que l’on peut qualifier de chefs d’œuvre si l’on veut. La plupart des autres sont trouvables sur Internet, sans sous-titres, en tout cas en français. Mais j’ai visionné dans les archives du film documentaire à Moscou et au Gosfilmofond des raretés de 1917 qu’il est impossible de voir sans se déplacer ou, à l’occasion, dans des festivals. J’en ai proposé quelques-uns en 2014 dans le cadre d’une rétrospective sur 14-18 organisée par Laurent Véray à la Cinémathèque française.

 [Entretien électronique réalisé le 23 novembre 2015].

1Dont Alexandre Sumpf, « Le « grand muet » à la campagne. Éducateurs politiques, projectionnistes ambulants et paysans dans l’URSS des années 1920 », 1895, n° 52, 2007, p. 56-88, en ligne sur http://1895.revues.org/1032

2Alexandre Sumpf, Bolcheviks en campagne. Paysans et éducation politique dans la Russie des années 1920, Paris, CNRS éditions, 2011.

3Alexander Sumpf, La Grande guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Paris, Perrin, 2014.

4Alexandre Sumpf, De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Paris, Gallimard, collection « Folio Histoire » (inédit), 2013, 933 pages. Cet ouvrage sera chroniqué prochainement sur ce blog.

5Sur le cinéma soviétique, à partir de perspectives différentes, on lira Natacha Laurent, L’œil du Kremlin. Cinéma et censure en URSS sous Staline, Toulouse, Privat, 2000 et Éric Schmulevitch, Réalisme socialiste et cinéma : le cinéma stalinien (1928-1941), Paris, L’Harmattan, 1996.

6Les rares petites erreurs (la famille tsariste exécutée en juin 1918 au lieu de juillet, les Mémoires d’un révolutionnaire de Victor Serge publiées en 1937, donc cinq ans trop tôt) sont certainement dues à un déficit de relecture.

7Certains peuvent être trouvés sur You Tube, ainsi du court-métrage d’animation de 1924 Révolution interplanétaire (https://www.youtube.com/watch?v=1jTU9KIhzQI), mais c’est loin de concerner la majorité des références.

Pauline Gallinari, Les communistes et le cinéma. France, de la Libération aux années 60, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2015, 299 pages, 21 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre (paru avec le soutien de la Fondation Gabriel Péri) explore les interactions entre cinéma et communisme, en France, de la Libération aux années 1960. Le choix de la séquence historique se justifierait en raison d’une double césure, à la fois politique et cinématographique, qui s’opère au milieu des années 1960, mais qui n’est malheureusement pas développée ici. L’étude de Pauline Gallinari1, basée sur un échantillon de 148 titres (films montés ou non, rushes2), sur la presse communiste et les fonds personnels ou les entretiens avec plusieurs acteurs emblématiques (Georges Sadoul, Jean-Paul Le Chanois, Paul Carpita, etc.), suit un parcours chronologique. Elle met en avant l’importance du cinéma pour le Parti communiste français ; à la fois en termes d’influence sur les professionnels (notamment par le truchement de la Fédération nationale du spectacle CGT), qu’en termes de défense d’un « cinéma national » et de vision générale. « Les films sont avant tout considérés comme des instruments d’éducation politique extrêmement puissants » (p. 20).

Par rapport au travail pionnier de Laurent Marie, Le cinéma est à nous. Le PCF et le cinéma français de la Libération à nos jours (Paris, L’Harmattan, 2005)3, cet essai, issu d’une thèse soutenue en 2009, aborde un champ à la fois plus large et plus restreint. Plus large, parce qu’il s’appuie sur un corpus partiellement inédit ; à savoir des films directement produits ou impulsés par le PCF et ses satellites. Plus restreint, chronologiquement, puisqu’il s’arrête aux années 1960. Moins axé sur l’appareil de théorisation marxiste ou communiste du cinéma, ce livre se concentre sur le circuit des films, depuis leur production jusqu’à leur diffusion, mettant par-là même en avant l’action de certaines organisations – telle que Ciné-France (créé en 1945, elle a pour charge de produire et de distribuer les films issus du champ communiste) ou le réseau des ciné-clubs par exemple – ainsi que la place particulière de Jean Jérôme, un homme de l’ombre, qui semble avoir joué un rôle prééminent au sein du parti pour tout ce qui touchait au cinéma.

Si le PCF contribue à l’émergence de l’intervention étatique sur le champ cinématographique (p. 37), son ambition programme n’arrive pas à s’imposer et, bientôt, la Guerre froide réduit considérablement sa marge de manœuvre concernant les politiques publiques. Par ailleurs, il butte sur le problème de la diffusion et la réticence des distributeurs et exploitants de salles à présenter des films politiques, jugés commercialement non-rentables. « Un décalage apparaît entre la capacité de mobilisation du PCF pour produire des films et sa capacité de mobilisation pour les diffuser » (p. 86). Décalage doublé en quelque sorte par son influence partielle et contradictoire au sein du champ cinématographique. En effet, au sein de celui-ci, « la plupart des professionnels du cinéma se reconnaissent dans le programme du PCF pour le cinéma français mais pas dans son discours sur le cinéma de Parti réaliste socialiste » (p. 118). Enfin, les films produits dans le giron communiste éprouvent souvent de grandes difficultés à obtenir un visa commercial. Et l’auteure de donner l’exemple absurde de Bel Ami (1954), qui doit être retouché pour en extraire les allusions anti-coloniales : « Qu’en pensent les Marocains ? / Les Marocains ne pensent pas » devient, dans la nouvelle version, « Qu’en pensent les plantes exotiques ? / Les plantes exotiques ne pensent pas ».

« Dans le cinéma de Guerre froide du PCF, l’anti-américanisme va de pair avec son contre-modèle soviétique. La ferveur entretenue à l’égard de Staline est l’un des aspects de cette exaltation propagandiste » (p. 143). L’auteure cependant situe le rejet de la Nouvelle Vague par une bonne partie des communistes du cinéma, au niveau non pas esthétique ou thématique, mais économique : « la Nouvelle Vague apparaît comme une menace dangereuse parce qu’elle remet en cause des règles de financement du cinéma français qui sont jugées indispensables à son bon fonctionnement » (p. 202-203). Il n’en demeure pas moins que, dans les années 1960, la critique communiste du cinéma évolue et se diversifie, même si elle demeure ancrée dans une perspective marxiste et une prédilection pour le réalisme.

Au cours de ce voyage d’une vingtaine d’années, sur près de 300 pages, on croise des cinéastes irréguliers – Paul Carpita, Louis Daquin, Jean-Paul Le Chanois (et Gallinari montre le parcours antagoniste de ces deux derniers, au croisement du cinéma et du communisme4), René Vautier, Yann Le Masson… – et des œuvres emblématiques – La Bataille du rail (1945), Aubervilliers (1946), Afrique 50 (1950), Rendez-vous des quais (1955), qui participe d’un « cinéma « franc-tireur » communiste » (p. 155), 20 000 matins (1964)… Se fait jour également, à la fin des années 1950, le changement de génération, tant au niveau des cinéastes que de la critique cinématographique de gauche, qui « se développe en dehors du PCF, et aussi contre lui » (p. 235).

Ce livre, doté d’illustrations, d’annexes et d’un important appareil critique, avance l’hypothèse stimulante que le cinéma parallèle, qui apparaît au début de la décennie 1960, semble « s’inspirer du projet cinématographique développé par le PCF depuis la Libération, sans jamais s’y référer. Les jalons d’un renouveau du cinéma militant sont donc posés avant 1968 à l’extérieur du PCF ». Le cinéma parallèle des années 1970, en reprenant l’idée du PCF d’un « contre-cinéma », mais dégagé « d’une affiliation à une organisation politique déterminée » (p. 241-242), s’inscrit donc dans l’héritage contesté du cinéma communiste français5.

1Pauline Gallinari est maître de conférences en cinéma à l’université Paris 8.

2Conservés au sein de Ciné-archives. L’association Ciné-archives a pour vocation de conserver le patrimoine cinématographique et audiovisuel du PCF. Elle est domiciliée à Paris, place du Colonel Fabien (XIXe)
Son catalogue est en ligne sur www.cinearchives.org

3Lire le compte rendu sur notre revue électronique : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2446

4« Réalisateur qui attire le public, Le Chanois reste dans un cercle vertueux professionnel : il peut travailler sans problème car il est financièrement intéressant à produire. Son itinéraire démontre qu’il est possible de mener une carrière professionnelle brillante en étant communiste dans le champ cinématographique français… à la double condition de ne pas trop faire de politique dans les films réalisés et de faire recette auprès des spectateurs » (p. 211).

5Lire également son article : Pauline Gallinari, « L’URSS au festival de Cannes 1946-1958 : un enjeu des relations franco-soviétiques à l’heure de la « guerre froide » », 1895. Mille huit cent quatre-vingt-quinze, n° 51, 2007, sur http://1895.revues.org/1462 

Erdmut Wizisla, Walter Benjamin & Bertolt Brecht. Histoire d’une amitié, Péronnas, Klincksieck, collection « Esthétique », 2015, 452 pages, 29 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Qui mieux que Erdmut Wizisla, dirigeant à la fois les Archives Brecht et celles de Benjamin, par ailleurs personnellement engagé dans le sauvetage de la mémoire des deux auteurs, aurait pu écrire ce livre, mettant en avant tout à la fois une rencontre intellectuelle et une amitié ? Originellement paru en 2004, cet essai, doté d’un important appareil critique, d’annexes et de photos, revient longuement sur les polémiques des premières éditions de Benjamin dans les années 1968, où la relation avec Brecht était passée sous silence, réduite et/ou dévalorisée. Ainsi, paradoxalement, Adorno et Scholem, à partir de positionnements divergents, voire même antagonistes, « sont tombés d’accord pour dire que l’amitié avec Brecht avait eu une mauvaise influence sur Benjamin » (p. 27). C’est résolument à l’encontre d’une telle vision que Wizisla a mené sa réflexion.

En juin 1929, apparaît la première mention de Benjamin d’un rapprochement avec Bertolt Brecht, même s’ils s’étaient déjà rencontrés cinq ans plus tôt, par l’intermédiaire d’Asja Lacis, femme de théâtre et communiste lettone1. À partir du tournant des années 1930, la relation entre les deux hommes « allait se développer rapidement et intensément. Elle reposait sur leur proximité de plus en plus étroite en matière d’art et de politique, proximité qui s’exprima dans l’engagement avec lequel Benjamin accompagna en qualité de critique le travail de Brecht. Et elle conduisit à une série de projets communs, à une multiplicité d’actions coordonnées rompant les limites de leurs champs d’actions respectifs, autant de questions avec lesquelles se trouvaient confrontés artistes et intellectuels vers la fin de la République de Weimar » (page 65). Parmi ces projets communs, notons entre autre la création de la revue Crise et critique (entre l’automne 1930 et le printemps 1931), qui, malheureusement, ne vit jamais le jour, et la collaboration autour de l’écriture d’un roman policier d’un nouveau genre.

Mais, de manière plus informelle et organique, la relation entre les deux hommes se nourrissait des échanges, discussions, notamment lors des séjours d’été prolongés de Benjamin au Danemark, où Brecht s’était installé après avoir fui l’Allemagne en 1933. Cela n’empêchait ni les désaccords ni les vives polémiques, autour de sujets tels que l’interprétation de Kafka ou Baudelaire, et le recours par Benjamin au mysticisme juif… Cependant, Wizisla fait justice au mythe d’une asymétrie dans la relation ; relation qui aurait été dominée par Brecht. Il montre que celui-ci était attentif à la recherche intellectuelle de Benjamin, lui accordant une grande valeur, et qu’il était bien moins hermétique qu’on ne pourrait le penser de prime abord à la réflexion du premier. En réalité, pour originale qu’ait été la réflexion de chacun, elle se précisait et s’aiguisait au contact des travaux de l’autre. Enfin, comme en témoignent par ailleurs les quatre poèmes de Brecht consacrés à la mort de Benjamin, il y avait entre eux, plus et autre chose qu’une relation intellectuelle ; des affinités et une réelle amitié. D’où le sous-titre du livre.

Un des intérêts de ces pages est de mettre en évidence le lien entre divers travaux de critique de Benjamin, en les situant dans la perspective d’une « théorie du constructivisme littéraire » (p. 180). Enfin et surtout, Wizisla situe l’originalité des commentaires et critiques des œuvres (surtout poétiques) de Brecht. Benjamin créa « un nouveau standard interprétatif de Brecht » (p. 217) : il « fut le premier critique de Brecht travaillant systématiquement, avec une ambition théorique, et il fut aussi le premier qui a su définir l’originalité de Brecht et son rôle au sein de l’art contemporain » (p. 243).

In fine, un ouvrage d’une réflexion intense, bien qu’ardue, sur deux intellectuels communistes (chacun à sa manière) des années trente qui ont trouvé le moyen d’enrichir leur Weltanschauung, respectivement l’un l’autre.

1Asja Lacis (1891-1979), née à Riga (Lettonie) est une animatrice de théâtre prolétarien pour enfants. Elle joua, dit-on, un « rôle important dans l’attrait de Benjamin pour le « communisme radical » [http://walterbenjaminarchives.mahj.org/abecedaire-58-Lacis-Asja.php]. Lire l’ouvrage (qui mériterait une réédition, car il est difficile à trouver) qui lui est consacré par Hildegard Brenner, Asja Lacis. Profession révolutionnaire, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1989.