Archives mensuelles : mars 2016

Louis Hobey, La Guerre ? C’est ça !…, Bassac, Aux éditions Plein Chant, collection « Voix d’en bas », 2015 (1937 pour l’édition originale), 352 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide de Georges Ubbiali)

En ce centenaire du premier embrasement mondial, nombreux sont les témoignages réédités, et en ce qui concerne ceux qu’on nomme les « gens du commun » mobilisés, celui de Louis Barthas1 est assurément un des plus connus. La démarche des éditions Plein Chant2 est d’autant plus méritante, car le livre de Louis Hobey, publié initialement à la Librairie du Travail en 1937, s’impose comme un regard de première importance. Bien que son personnage principal apparaisse sous un autre nom, c’est bien de lui dont parle Louis Hobey. Lui, jeune instituteur, qui, débutant son service militaire en 1913, se retrouve emporté par le déclenchement de la guerre. Passé le choc, ce membre des forces auxiliaires se voit affecté à l’administration d’une sous-préfecture : l’occasion de brosser quelques tableaux de mœurs d’une petite bourgeoisie locale, faite de « planqués », d’opportunistes et de médiocrités jalouses. Finalement mobilisé en 1916, après un passage devant une commission médicale qui ressemble à un prétexte, le voilà jeté dans le chaos de la guerre, d’abord en Argonne, puis dans la Somme et l’Aisne. Son comportement courageux3 et son action de liaison lui vaudront de passer caporal, puis sergent, les circonstances difficiles dans lesquelles il fut plongé devant visiblement beaucoup aux soupçons de défaitisme pesant sur lui, qui poussaient ses supérieurs à le mettre en danger.

Ses descriptions de la vie sur le front sont d’une grande empathie et d’un réalisme authentique. Certains épisodes sont particulièrement marquants, certaines images frappantes : le pied d’un cadavre dépassant de la paroi d’une tranchée et servant de point de repère ; les charniers à ciel ouvert des champs de bataille ; l’exécution d’un prisonnier allemand par un officier français, poussant à un désir puissant de révolte. Louis Hobey connaît même, début 1918, au moment où les armées allemandes tentent leurs ultimes offensives pour percer le front, une forme d’épuisement moral, qui le pousse à s’exposer volontairement aux balles ennemies afin de mettre fin à ce calvaire. La chance le laissera vivre. Finalement, il se retrouve, en juillet 1918, capturé par les Allemands. Les pages qu’il rédige sur cette vie de prisonnier sont particulièrement intéressantes. Non que sa description des affrontements sanglants soit sans intérêt, mais de très nombreux autres livres ont déjà livré témoignage de la grande boucherie que fut la guerre des tranchées. Cette évocation de la vie de prisonnier, avec le supplice de la faim, mais également la dislocation de la fraternité des tranchées, et le retour d’un individualisme dans lequel il voit l’impossibilité de changer réellement et ultérieurement les choses, est frappante. La vie à l’arrière est également évoquée, ses retrouvailles émouvantes avec sa femme, et toujours une colère plus ou moins contenue contre les va-t-en-guerre, les complices et les profiteurs de l’effort belliciste. Son témoignage ne manque pas, à certains moments, d’une véritable poésie (« Quelques larmes comptent-elles dans le torrent de larmes ? La mer elle-même n’est qu’un ensemble de gouttes d’eau salée. », p. 61). Surtout, il met en valeur le sort commun des soldats français comme allemands, citant quelques actes ordinaires de solidarité : « Si quelque chose sauvait l’humanité au cours de cette guerre, où elle roulait si bas, c’était bien la solidarité qui liait les humbles dans leur mauvais destin. » (p. 88). Le retour s’effectuera lentement, les prisonniers revenant d’Allemagne étant perçus comme porteurs éventuels du « bacille révolutionnaire » (Louis Hobey et d’autres avaient d’ailleurs formé en captivité un éphémère soviet de soldats). C’est finalement en janvier 1919 qu’il retrouve son foyer, et découvre le sort réservé à un de ses premiers amis de guerre, devenu une gueule cassée : ses descriptions sont parmi les plus saisissantes, les plus poignantes du livre, et laissent littéralement sans voix devant l’horreur. « Il était le reproche vivant qui se dressait devant tous les hommes, ceux qui avaient voulu cette guerre sans la faire, ceux qui l’avaient faite et ceux qui l’avaient laissé faire. Il était, il devait être à jamais le remords. » (p. 297). Par la suite, Louis Hobey reprit son métier d’instituteur, se faisant l’ardent défenseur de la méthode Freinet, militant du syndicat des instituteurs. Adepte du syndicalisme révolutionnaire (publiant des brochures où il défendait cette conception), il développa une propagande pacifiste, ce qui lui valut le retrait de ses décorations.

La Guerre ? C’est ça !… est un cri, celui d’un pacifiste écœuré par la guerre, révolté contre la lâcheté de ses semblables (et la sienne tout autant), incapable de dire non au grand massacre. Son espoir réside tout entier dans l’éducation des jeunes générations, la transmission d’un message de paix pour mettre fin à la guerre4. Vision naïve ? Plutôt le rêve d’un traumatisé de l’existence, le moyen de croire à des lendemains meilleurs de la part d’un syndicaliste révolutionnaire qui s’investit un temps (celui des années 1920) dans le militantisme communiste. Son témoignage, halluciné, rejoint ainsi les grands textes de la littérature de guerre, écrit par les combattants eux-mêmes5. Un copieux appareil critique complète cette édition de grande qualité, y compris formelle6 : une étude biographique sur l’auteur, qui replace également son témoignage dans ceux de ses contemporains, son livre semblant bien avoir été passé par pertes et profits ; la reproduction de la note de lecture publiée par Maurice Dommanget dans L’École émancipée en 1937-1938 ; les témoignages de Jeanne Chatroussat, qui fut sa collègue et amie dans la seconde moitié des années 1930, ainsi que de José Chatroussat, son fils (ancien dirigeant de Lutte ouvrière). Un livre qui mérite amplement de trouver son public.

1Les Carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier. 1914-1918, Paris, La Découverte, collection « Poche », 2013.

2Ces éditions publient, entre autres, les Cahiers Henri Poulaille : http://www.pleinchant.fr/catalogue/Livresdaujourdhui/CahiersPoulaille.html

3Décoré pour son héroïsme, il déterra lui-même un de ses camarades enterrés vivant suite à une canonnade meurtrière.

4« Comprendre, tout est là. Et aimer, c’est comprendre ! Les hommes se battent parce qu’ils ne se comprennent pas. Le jour où, quelle que soit la rive qu’ils habitent, ils pourront discuter dans la même langue, ce jour-là, et peut-être ce jour-là seulement, la guerre aura vécu. » (p. 240).

5Dans une très utile orientation bibliographique en fin d’ouvrage, une sélection de livres de combattants est proposée.

6Elle est agrémentée de la reproduction d’un très beau bois gravé d’Antonio Galbez datant de 1920.

Paul Frölich, Rudolf Lindau, Albert Schreiner, Jakob Walcher, Révolution et contre-révolution en Allemagne, 1918-1920. De la fondation du Parti communiste au putsch de Kapp, Paris, Éditions Science marxiste, collection « Documents », 2013, 501 pages, 22 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

On ne peut que souligner l’excellent travail de traduction entrepris par les éditions Science marxiste, avec ce nouveau volume de Paul Frölich (on trouvera sur ce blog et dans notre revue électronique les comptes rendus de ses autres livres, Autobiographie1 et Impérialisme, guerre et lutte de classes en Allemagne, 1914-19182). D’autant que ce livre est, pour la compréhension de la révolution allemande de 1918-1920, aussi important que l’Histoire de la Révolution russe de Trotsky l’est pour le cas soviétique. Cet ouvrage est paru en 1929 sous le titre de Illustrierte Geschichte des deutschen Revolution, publié par la maison d’édition du Parti communiste d’Allemagne (KPD). Sorte de manuel anonyme, il comprenait initialement huit chapitres. Les quatre premiers retraçaient l’histoire du mouvement ouvrier allemand de sa naissance à 1918. Les éditions Science marxiste ont choisi de n’éditer que les chapitres 5 à 8, avec les conclusions qui portent sur la période de la sortie de guerre à 1920. Une notice biographique présente chacun des auteurs, que l’on peut également retrouver dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier international. Allemagne, édité par Jacques Droz en 1990. Les éditions Science marxiste ont, comme d’habitude, non seulement scrupuleusement reproduit les illustrations initiales3, mais aussi conduit un travail d’appareillage critique en proposant des encadrés permettant de mieux contextualiser le texte4. Ces quelques mots sur l’édition de cet ouvrage devraient permettre au lecteur de comprendre qu’il n’est pas face à un livre de nature universitaire, mais bien d’un texte profondément engagé, basé néanmoins sur une documentation d’une extraordinaire richesse, particulièrement détaillée, dont on peut, au passage s’étonner, qu’il n’ait pas donné lieu à un travail éditorial auparavant, tant le livre surclasse la production éditoriale française5. Ajoutons encore une dernière précision sur la période retenue. Très restreinte, elle s’échelonne du déclenchement du mouvement révolutionnaire de novembre 1918 au putsch de Kapp de mars 1920. Cette restriction temporelle n’est pas vraiment justifiée, alors que d’autres approches proposent plutôt la Märzaktion (1921)6 comme ultime soubresaut de l’activité révolutionnaire7.

L’analyse proposée au fil des pages est sous tendue par trois axes. Le premier est le rôle contre-révolutionnaire joué par la social-démocratie tout au long de cette période. Comme l’éditeur le précise, « Les responsabilités politiques de la social-démocratie pendant la guerre et l’après-guerre sont énormes et pèsent comme une pierre tombale dans la balance de l’expérience réformiste » (p. IX). L’incroyable énergie déployée par le prolétariat tout au long de ces quelques mois constitue le second thème d’analyse. Enfin, loin de toute hagiographie du rôle du mouvement communiste, l’ouvrage pointe en troisième lieu les limites et les insuffisances d’un mouvement politique révolutionnaire. Le ton est loin de celui qu’adoptera un KPD, transformé par le stalinisme, quelques temps plus tard, face à la brutale montée du nazisme8. On ne peut, dans le cadre de ce compte rendu, présenter dans le détail la richesse des informations proposées tout au long des pages. Prenons un seul exemple, celui de la composition sociologique des conseils d’usines (peu nombreux) et des conseils de soldats (dont le rôle dans le déclenchement du processus révolutionnaire fut décisif). Ainsi, si les conseils d’usines étaient l’émanation de la classe ouvrière (essentiellement représentée par les sociaux-démocrates et les sociaux-démocrates indépendants de l’USPD), les conseils de soldats étaient beaucoup plus hétérogènes dans leur composition, agglomérant des représentants des couches les moins politisées (ou plus exactement en voie de politisation), du prolétariat bien sûr, mais aussi du monde paysan, des employés, voire de la fraction subalterne des officiers. Le haut commandement militaire était parfaitement conscient de cet aspect hétérogène si bien que le 16 novembre la hiérarchie militaire rédige une circulaire précisant « Il faut intervenir avec célérité en constituant les conseils de soldats en tant qu’organe consultatif qui canalisent le mécontentement, rendant ainsi l’armée plus imperméable aux tendances extrémistes » (p. 11). D’ailleurs, les sociaux-démocrates, bien que très influents dans ces différents types de conseils, s’en méfiaient néanmoins. Ce qui a amené le SPD à soutenir, dans les campagnes, l’émergence de conseils de citoyens, émanation de la petite bourgeoisie rurale. Globalement, au front, le commandement militaire parvint à contrôler les conseils de soldats. Mais la fin de la guerre (11 novembre 1918) désagrégea l’influence de la hiérarchie sur les soldats. D’où la volonté, puissamment soutenue par le gouvernement Ebert, de créer une troupe spécialisée, les Freikorps (Corps francs), qui constituèrent le cœur du corps répressif dans les semaines et les mois qui suivirent.

Le livre analyse région par région, ville par ville, le développement du mouvement révolutionnaire, montrant à chaque fois l’influence décisive que les sociaux-démocrates jouèrent dans la contention du processus révolutionnaire. L’analyse ne se limite pas aux actions proprement politiques, mais s’intéresse également aux développements du mouvement ouvrier, en particulier dans l’ADGB (le mouvement syndicaliste, sous hégémonie social-démocrate). Les pages consacrées à la question syndicale sont ainsi d’un intérêt primordial pour comprendre à la fois les luttes d’influence (essentiellement entre les militants SPD et USPD, le KPD n’y jouant qu’un rôle de supplétif), et la suprématie à laquelle le SPD finira par aboutir dans le monde du travail, complétant son influence dans les conseils. Le lecteur lira avec le plus grand intérêt le récit des affrontements internes qui déchirent l’USPD et l’évolution difficile d’une gauche qui constituera la base de masse du KPD une fois l’unification accomplie. Car s’il est une antienne qui ne cesse de revenir tout au long de ces pages, c’est le rôle tout à fait secondaire que joue le courant communiste, sectaire, isolé, gauchiste. Malgré ses limites et le peu de progrès économiques ou politiques, la classe ouvrière ne cessait de lutter. Tant et si bien que l’instabilité politique dominait, amenant une partie de la direction militaire à soutenir le projet d’un coup d’État. Mais, conscients du rapport de force politique, les putschistes avaient prévu d’intégrer le SPD dans le gouvernement qu’ils envisageaient de mettre en place. A l’inverse, le putsch de Kapp fut un échec, dont la responsabilité historique repose, paradoxalement, sur le choix de la grève générale par Legien, le dirigeant le plus droitier de l’ADGB, contre l’avis de ses camarades du SPD. Alors que le KPD s’oppose à la grève générale (appelée en défense de la République, donc pas assez radicale), le SPD et l’USPD soutiennent l’appel syndical. En quelques jours, malgré la féroce répression, le putsch est brisé par ce qui constitue sans doute la plus importante grève générale de l’histoire européenne. L’échec du putsch provoque une nouvelle vague de grèves et d’affrontements à travers toute l’Allemagne, en particulier dans la Ruhr qui voit d’importantes victoires militaires ouvrières faire reculer l’armée. Hélas, les accords signés ne seront pas respectés par les dirigeants sociaux-démocrates. L’ouvrage se conclut sur l’analyse des accords de Bielefeld, ville dans laquelle ils sont conclus.

Malgré son caractère critique ravageur contre les forces ouvrières (le SPD, on le comprend aisément, mais aussi de manière plus inattendue les atermoiements de l’USPD), ce livre ne se présente pas non plus comme un plaidoyer pro domo en faveur de l’action du courant communiste, dont les nombreux manquements sont soulignés. Considérant ces caractéristiques, nous serions enclins à considérer cette somme comme le plus important publié depuis celui de Pierre Broué (soit quatre décennies) sur ce moment révolutionnaire allemand.

3Le lecteur découvrira avec stupeur des publicités en faveur du recrutement pour les Corps francs … dans le quotidien du Parti socialiste (SPD) !

4Le premier encadré (p. 6), par exemple, présente les partis conservateurs dans leur diversité.

5 Pierre Broué dans son Révolution en Allemagne, 1917-1923, Paris, Éditions de Minuit, 1977, en avait fait un usage assez systématique. Sur les publications récentes, on lira Chris Harman, La révolution allemande, 1918-1923, Paris, La Fabrique, 2015, dont un compte rendu est à paraître sur ce blog.

6Ce qu’on appelle l’Action de mars 1921 est une tentative de grève générale insurrectionnelle, à l’initiative de l’Internationale communiste, menée par le KPD et le KAPD (Parti communiste ouvrier d’Allemagne) scission de la gauche conseilliste du KPD en 1920.

7 Voir en particulier la synthèse de Chris Harman, précédemment citée.

8 Un slogan de l’époque, « Après Hitler, Thälmann ! » illustre bien la cécité dans laquelle la politique stalinienne avait plongé le mouvement communiste allemand. Rappelons que Ernst Thälmann était le principal dirigeant du KPD.

Jacques Baujard, Panaït Istrati. L’amitié vagabonde, Paris, Transboréal, collection « Compagnons de route », 2015, 187 pages, 14,90 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai biographique, parsemé de nombreuses citations, s’attache avec beaucoup d’empathie à la figure de l’écrivain roumain de langue française, Panaït Istrati (1884-1935). Au fil des pages, on suit ainsi son parcours de Braïla à Paris, en passant par l’Égypte, l’URSS… et même Conflans-Sainte-Honorine, lieu de naissance de l’auteur, Jacques Baujard, tant celui-ci s’est impliqué, engagé dans ce livre, écrit au présent de l’amitié et de la lutte.

Le lecteur accompagne donc Panaït Istrati, au croisement de la révolte, des voyages et de l’amitié… puis de la littérature, car longtemps durant, « le vagabond récolte des histoires et cueille des anecdotes. Dans quelque temps viendra le désir de partager la moisson d’histoires de vive voix; viendra ensuite l’envie de les raconter au plus grand nombre et de les écrire » (p. 51). Ce n’est, en effet, qu’en 1921, à l’âge de 37 ans, encouragé par Romain Rolland (1866-1944), avec qui il est entré en correspondance, qu’il se met à écrire des récits – récits qu’il rédige en français, qu’en « autodidacte farouche » (p. 68), il a appris seul, en quatre mois – dont l’un d’eux est publié dans L’Humanité. Son premier roman, Kyra Kyralina, préfacé par Romain Rolland, est publié en 1923, et connaît d’emblée un large succès. Il faut dire qu’Istrati est un conteur magnifique, qui trempe sa plume dans la culture populaire balkanique – et ses fameux haïdoucs, sorte de Robin des Bois – ainsi que dans les péripéties, anecdotes, rencontres et accidents de ces nombreux périples à travers l’Europe et la Méditerranée.

En octobre 1927, par l’intermédiaire de l’ambassadeur soviétique à Paris, Christian Rakowski (1873-1941), qu’il a connu une vingtaine d’années plus tôt, au sein du mouvement socialiste roumain où tous deux militaient alors, Panaït Istrati est invité en URSS. Il y passera au total 16 mois (en 1927 d’abord, puis d’avril 1928 à avril 1929), parcourant le pays – contrairement à la grande majorité des intellectuels, compagnons de route, qui, dans ces années-là, n’y restaient que quelques semaines, et essentiellement à Moscou – y rencontrant l’écrivain grecque Nikos Kazantzaki (1883-1957), en compagnie duquel il voyagera sur place. Il se lie également à l’opposant révolutionnaire Victor Serge (1890-1947), qui catalyse sa découverte du déconcertant mensonge de l’URSS stalinienne. De retour en France, Panaït Istrati écrit, en 1929, Vers l’autre flamme, en trois volumes, mais dont, en réalité, seul le premier – Confession pour vaincus – est de lui ; les deux autres sont de la plume des opposants : Boris Souvarine (1895-1984) et Victor Serge. Il devînt dès lors la cible d’attaques et de calomnies, qui durèrent jusqu’à la fin de sa vie. Comme l’écrit joliment son biographe : « Personne ne lui a appris à danser sous la pluie ; il est de ceux qui forcent les tempêtes » (p. 127). Il en garda cependant une certaine amertume.

Est-ce justement en partie cette amertume qui le désorienta quelque peu ? Ainsi, il mît en avant, à partir de 1932, son concept ambigu d’« homme qui n’adhère à rien », et refusa toute organisation (p. 141) – alors que le fascisme gagne du terrain et le nazisme s’installe. Il ira jusqu’à solliciter une rente au roi Carol, collaborer à la revue fascisante Croisade du roumanisme, et déclarer que « les mots « gauche » et « droite » n’ont plus aucun sens », préférant la franchise des fascistes à l’hypocrisie des communistes… (p. 148-152). Certes, Jacques Baujard a raison d’insister sur la nécessité de contextualiser ces propos, et d’affirmer qu’Istrati n’a jamais été antisémite, et ne peut être considéré comme un fasciste. Cependant – et c’est la principale critique (la seule ?) que l’on peut émettre à son livre – il se montre étonnamment peu sévère, et tend à minimiser un tel fourvoiement.

Cet essai, jusque dans son titre, est aussi un éloge de l’amitié et du voyage. Et de la littérature ; au moins d’une certaine littérature, qui est le contraire de l’acte isolé (p. 91), et qui ne cesse de bousculer la frontière entre la fiction et le vécu. Il convient également de souligner le soin et la finesse du travail d’édition : deux jeux de couleurs, une carte des voyages d’Istrati, et, en fin de volume, de riches miscellanées. Ce livre constitue une belle introduction à la vie et à l’œuvre d’Istrati; œuvre qu’il donne envie de (re)découvrir et, en ce sens, n’a-t-il pas rempli sa mission, réaliser son pari ? Un livre attachant donc sur un personnage captivant.

Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev. 1919. L’Ukraine en révolution entre terreur soviétique, nationalisme et antisémitisme, Paris, Vendémiaire, collection « Chroniques », 2015, 288 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le travail de Thomas Chopard, doctorant à l’EHESS, s’inscrit dans une approche de la révolution russe par la base, à travers des études de cas, qu’elles soient sociologiques, thématiques ou nationales. Ce qui constitue véritablement le sujet de ce livre, basé sur une large bibliographie et un travail dans les archives (en Ukraine, Russie, États-Unis, Suisse et France), c’est la population, et les souffrances qui furent les siennes durant les années de guerre civile.

La situation ukrainienne et ses particularités sont initialement rappelées. Ce territoire est en effet caractérisé par une population très bigarrée, dissociant citoyenneté et nationalités. Celles-ci comprennent, outre les Ukrainiens, surtout présents dans les campagnes, des Russes, des Juifs, des Polonais, etc… Ces minorités sont d’ailleurs surreprésentées dans les villes, ce qui permet de comprendre le rôle de nexus joué par Kiev pendant la guerre civile. Cette dernière s’y révèle particulièrement complexe, avec de multiples changements de fronts entre les Rouges (bolcheviques, mais également socialistes-révolutionnaires (SR) de gauche et membres d’un Parti communiste juif), les Blancs, les nationalistes ukrainiens et les Verts (insurgés paysans, dont Nestor Makhno, négligé ici). Kiev, justement, fut sous autorité bolchevique de février à août 1919, avant que Blancs et nationalistes ne reprennent le contrôle de la ville d’où ils avaient été initialement chassés. Thomas Chopard nous fait alors le tableau d’une ville placée au cœur des combats, subissant les bombardements, l’inflation, le chômage, les épidémies favorisées par les mouvements de population et les pénuries1, en dépit du système de redistribution soviétique, ainsi que les occupations militaires successives par des armées à la composition différentes de celle de la population kiévienne. Les difficultés du contrôle de la ville par les Rouges, favorables à une ukrainisation, sont également soulignées, les recrutements dans l’administration étant loin d’être toujours efficaces ; les mises en scène publiques2, la lutte contre les religieux et la réutilisation de récits de type religieux pour la propagande communiste, ou la remise en cause du système scolaire traditionnel et de ses discriminations (avec une diminution initiale de son efficience) sont ainsi des éléments tout à fait intéressants. La situation des campagnes est aussi abordée, elles qui furent en état de guerre dès 1918 face aux armées des empires centraux. La ville ainsi « chauffée à blanc » se retrouve face aux Rouges, qui suscitent l’hostilité par leurs exigences de recrutement et de livraison de nourriture. Les armées vertes se heurtent alors aussi bien aux forces rouges qu’aux blanches, même si invoquer seulement la brutalisation due à la Première Guerre mondiale évacue un peu rapidement les sources de longue durée de la violence paysanne.

Mais c’est à la répression que Thomas Chopard accorde une bonne moitié des pages de son livre. La Tchéka ukrainienne, fondée fin 1918, est ainsi diagnostiquée de près. Ses effectifs sont majoritairement jeunes (la moyenne d’âge est de 23 ans), à 80% dotés d’une expérience combattante, et avec de nombreux Juifs et Russes, qui y voyaient une promesse de promotion sociale3. Les différentes campagnes d’arrestation et d’exécutions sont retracées, sans pour autant que toutes les données soient bien éclaircies4. Sont également rappelés, en les minimisant, les reproches faits par Lénine à Martin Latsis, responsable de la Tchéka ukrainienne, sur l’encadrement déficient et les excès commis. Une chose est sûre, les acteurs de la répression semblent avoir bénéficié à Kiev d’une large autonomie5. L’autre grand versant de la répression, ce sont les pogroms, avec leurs cortèges de pillages, de viols et d’assassinats. 1919 constitue en effet un pic, et si les soldats rouges en commirent quelques-uns, la hiérarchie s’y opposa toujours avec détermination. Ce sont donc les Verts et les Blancs qui en furent les principaux auteurs, avec un antisémitisme largement répandu et encouragé. Le retour des Blancs à Kiev, à la fin de l’été 1919, vit ainsi, outre une répression anti-rouge indifférenciée, un terrible pogrom prolongé et meurtrier. Parmi les analyses les plus intéressantes, on notera également celle de la propagande, et la déconstruction d’une rumeur de « socialisation des femmes » (p. 40) diffusée par les Blancs, face à une politique bolchevique de protection des jeunes filles et d’égalité des sexes, ou la passionnante mise au point sur les camps de concentration. Ces derniers ont en effet été repris directement des autorités tsaristes (200 camps existaient alors), avec une différence nette de nature vis-à-vis du futur Goulag, basée sur l’exemple du camp de Kiev.

Solidement documenté, Le Martyre de Kiev n’en présente pas moins quelques faiblesses : des développements parfois trop lacunaires, des comparaisons trop rares avec d’autres champs de la guerre civile dans l’ancien empire russe, et une tendance, qui ne se limite pas à cet ouvrage, à traiter de la violence sous son angle le plus compatissant, favorisant une forme de sidération devant l’horreur, ce qui peut empêcher de comprendre les engagements des uns et des autres.

1Mais comme le rappelle Thomas Chopard, la situation sous le tsarisme était déjà plus que fragile, le taux de mortalité infantile étant demeuré le même du début du XXe siècle à 1920 (p. 224), 30% (ce qui semble en effet énorme).

2Parmi les monuments, une mise en valeur, sur une des places du centre-ville, des portraits de Marx, Liebknecht, Cevtchenko (poète ukrainien) et Sverdlov.

3« En d’autres termes, l’emploi de la terreur comme mode de gouvernement était indissociable de la promesse d’une promotion et d’une intégration sociales pour une fraction importante des partisans du nouveau régime. » (p. 11.

4Je pense par exemple aux procès menés par la Tchéka, dont certains comptes rendus auraient peut-être pu être reproduits ou au moins résumés. Le cas du consul du Brésil, arrêté lui aussi, ne peut être compris sans évoquer les conspirations parfois bien réelles menées par du personnel diplomatique. Voir Giles Milton, Roulette russe, prochainement chroniqué sur notre blog.

5« La Terreur de la guerre civile repose ainsi sur la convergence, ni tout à fait maîtrisée, ni tout à fait improvisée, entre des violences d’en haut parfois concurrentielles et des violences d’en bas décuplées par l’approche de la défaite militaire, les aléas des batailles, et la dévotion des tchékistes au nouvel État soviétique, nourrie par leur profond ressentiment social et politique, et renforcé par un carriérisme indéniable. » (p. 150-151).

Adeline Blaskiewicz-Maison, Albert Thomas. Le socialisme en guerre, 1914-1918, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2016, 190 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

L’édition ce Master s’inscrit dans la lignée des travaux qui, depuis quelques années (Vincent Chambarlhac-Romain Ducoulombier1, Emmanuel Jousse2, notamment) visent à réintégrer – l’oubli historiographique régnant plutôt sur ces questions – l’action des socialistes réformistes d’avant la Première Guerre mondiale dans l’histoire du socialisme. Preuve de cette effervescence, la publication d’un ouvrage d’Albert Thomas3. Bien qu’une biographie, sur laquelle l’auteure s’appuie largement, soit disponible depuis plusieurs décennies4, de nouvelles archives permettent d’approfondir l’action de ce dirigeant réformiste sans complexe de la SFIO durant la période de la Grande Guerre. Comme l’explique Gilles Vergnon, le directeur du Master, dans sa préface au livre, « Albert Thomas est la figure archétypale du majoritaire de guerre et de la collaboration de classe » (p. 13). C’est à la découverte (ou la re-découverte) de cette « part maudite » de l’histoire du socialisme français que nous invite la jeune, mais experte, étudiante.

L’ouvrage comporte trois chapitres. Le premier repose essentiellement sur une exploitation secondaire systématique de la documentation disponible (où l’on s’aperçoit d’ailleurs, au passage, que la figure d’Albert Thomas a suscité beaucoup plus de travaux qu’on ne pouvait le soupçonner a priori), pour dresser le portrait de l’homme avant 1914. Celui-ci fait partie de ces socialistes normaliens, plus influencé doctrinalement par le socialisme de 1848 (Proudhon notamment) que par Karl Marx. Éditeur de plusieurs revues, il est également élu à partir de 1912 comme maire de Champigny. Il incarne le triptyque classique du socialiste de l’époque: coopérateur, syndicaliste et, bien entendu, militant SFIO. Il est très fortement marqué par une forme de fidélité au parti, dont il espère pouvoir influer sur la ligne en faveur de ses positions modérées. Au moment du déclenchement de la guerre, il se rallie sans aucune réserve à l’Union sacrée qui s’incarne dans la politique de défense nationale. Il vote l’entrée au gouvernement Viviani de deux ministres SFIO, Jules Guesde et Marcel Sembat, tandis que lui-même est affecté dans un régiment. Nommé conseiller technique de l’État-major, il s’y fait remarquer pour ses compétences en matière de chemins de fer. En 1915, il est nommé au poste de sous-secrétaire d’État à l’Artillerie et aux Munitions. Cette nomination se réalise au moment même où les premières fractures se dessinent dans le parti (Manifeste de la Haute-Vienne). Très clairement, Albert Thomas défend les positions de la majorité de guerre : « Le chantre de l’Union sacrée des socialistes s’affirme alors de plus en plus comme le « ministre des obus » dont l’action est de plus en plus controversée » (p. 59). Les affrontements entre la majorité et la minorité interne socialiste aboutissent au départ des ministres socialistes. En décembre 1916 Thomas devient ministre. Comme l’écrit l’auteure, « la création d’un ministère, expressément destiné aux Fabrications de guerre signifie par ricochet l’ancrage d’Albert Thomas dans la volonté d’aller jusqu’à la Victoire, seule garantie de l’avenir d’une France socialiste à construire dans l’après-guerre » (p. 72).

Le second chapitre est précisément consacré à l’activité ministérielle, sur la base d’archives jusqu’alors inexploitées. Le « ministre des obus » s’entoure d’un ensemble de collaborateurs puisé dans le réseau du socialisme normalien d’avant guerre : Mario Roques, Maurice Halbwachs, François Simiand, Paul Mantoux, Willam Oualid. Hubert Bourgin est son principal conseiller politique. Il incarne la figure d’un « socialisme national », pour ne pas dire nationaliste. Son rôle est d’autant plus influent que par ailleurs, Bourgin est également éditorialiste à L’Humanité, développant une conception organiciste des rapports sociaux (p. 77 et suivantes). Ce réseau d’hommes s’accompagne d’un ensemble de publications, au premier chef L’Avenir, revue du socialisme. La position de Thomas est l’occasion pour lui d’expérimenter un laboratoire social au cœur de la guerre, laboratoire de la rationalisation industrielle, en vue d’une production toujours plus importante de munitions et de canons. Le projet de Thomas est celui d’une économie dirigée, visant à développer un projet industriel très performant, reposant sur la concorde nationale. Cette visée s’incarne dans Le Bulletin des usines de guerre, organe d’une modernisation industrielle, technique et sociale. Le développement du modèle taylorien trouve dans le Bulletin une place de choix. La création, ex nihilo d’un arsenal d’État dans la ville de Roanne constitue le projet le plus achevé de cette orientation technocratique, sous l’égide de l’État, acteur central d’une pacification des relations sociales et industrielles. Pour Albert Thomas l’arsenal de Roanne manifeste sa conception d’un volontarisme industriel étatique, s’opposant au « laisser-aller laisser-faire ». Las, le projet se révélera un échec. Tout en décrivant de manière très détaillée les réalisations de Thomas, l’auteure mezza voce laisse poindre une admiration pour la conception réaliste du réformisme socialiste, « ce qui l’interdit de se laisser emporter par l’appel de Moscou qui retentit dans les derniers mois d’exercice de ses fonctions » (p. 116).

Le dernier chapitre est consacrée à la rupture d’Albert Thomas avec la participation gouvernementale, fruit de l’évolution de la SFIO, qui s’éloigne du « social-chauvinisme » à partir de l’année 17. Mais avant de quitter le gouvernement, Thomas aura encore l’occasion de se rendre en Russie pour appuyer l’effort de Kerenski en faveur de la poursuite de la guerre. C’est le 13 septembre 1917 que sa participation ministérielle s’achève. Il quitte avec regret un ministère qu’il avait créé de toutes pièces et, en majoritaire conséquent, veut poursuivre à tout prix, hors du gouvernement, l’effort en faveur de la défense nationale. En fait, c’est toujours l’option de la guerre qui prédomine pour les majoritaires, Thomas au premier chef. Après la victoire des bolcheviques, Thomas se prononce pour l’intervention en Russie afin de lutter contre ces derniers, qui arrêtent la guerre. Mais la fin de cette dernière et l’influence de la révolution russe marginaliseront Thomas et les socialistes de guerre. Albert Thomas poursuit sa carrière au Bureau international du travail (BIT), organe de la Société des nations (SDN).

Dans sa courte conclusion, Adeline Blaskiewicz-Maison revient sur le bilan contemporain de l’action de Thomas, dont la politique durant la guerre préfigurait en fait les expériences de la gauche au gouvernement dans les décennies qui suivront. Ce qui lui fait écrire que « L’expérience d’Albert Thomas semble rappeler qu’au-delà des mots, les socialistes peinent, encore aujourd’hui, à se doter d’une pratique gouvernementale propre qui ne soit pas dénoncée comme un dévoiement de l’esprit « originel » de la gauche française » (p. 175).

Même si le lecteur n’est pas obligé de partager ce constat et les analyses qu’il sous-tend, il n’en reste pas moins que ce livre offre un regard tout à fait argumenté sur l’expérience socialiste de participation gouvernementale dans une période troublée.

1Vincent Chambarlhac, Romain Ducoulombier (dir.), Les Socialistes français et la Grande Guerre. Ministres, militants et combattants de la majorité (1914-1948), Dijon, EUD, 2008 ; Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes dans l’Europe en guerre. Réseaux, parcours, expérience, 1914-1918, Paris, L’Harmattan, 2010.

2Emmanuel Jousse, Réviser le marxisme ? D’Édouard Bernstein à Albert Thomas, 1896-1914, Paris, L’Harmattan, 2007 ; Emmanuel Jousse, La construction intellectuelle du socialisme réformiste en France, de la Commune à la Grande Guerre, Thèse d’histoire, IEP Paris, 2013.

3Dorothea Hoehtker, Sandrine Kott (dir.), A la rencontre de l’Europe du travail. Récits de voyages d’Albert Thomas, Paris, Publications de la Sorbonne, 2015.

4B.W. Schaper, Albert Thomas, trente ans de réformisme social, Paris, PUF, 1960.

Philippe Bourdin, Cyril Triolaire (dir.), Comprendre et enseigner la Révolution française. Actualité et héritages, Paris, Belin, 2015, 408 pages, 33 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un superbe ouvrage que les éditions Belin proposent, en visant prioritairement les enseignants du cycle secondaire. Réalisé avec le soutien de la Société des études robespierristes, il est le fruit de la coopération d’une bonne trentaine d’auteurs, parmi lesquels on peut citer Jean-Numa Ducange, Laurence de Cock, Michel Biard, Marc Bélissa ou Hervé Leuwers (sans que l’on sache exactement qui a écrit quoi). Profondément didactique dans sa démarche, il est pourvu d’une riche iconographie, et chaque article est complété par quelques indications bibliographiques, ainsi qu’une sélection de documents destinés à pouvoir être étudiés en classe (un questionnaire possible est à chaque fois proposé). L’ensemble s’articule en plusieurs parties, qui recouvrent pour l’essentiel les consignes des instructions officielles de l’Éducation nationale (pour les classes de quatrième et de seconde, ainsi que le niveau primaire).

La première se penche sur l’historiographie de la Révolution française depuis 1989, insistant sur le développement et la multiplication des travaux de recherche et des angles d’approche (l’histoire culturelle en particulier), dans le même temps où l’enseignement mettait l’accent, dans la droite ligne d’un François Furet, sur le politique au détriment du social et sur la finalité civique. L’étude des manuels utilisés dans l’enseignement secondaire permet justement de repérer des différences de traitement concernant les personnalités de Robespierre et Bonaparte, au prix d’un certain simplisme. La remise en valeur de figures individuelles est d’ailleurs une des optiques de ces programmes récents, et certaines des propositions avancées – braquer le projecteur sur Drouet, Sieyès ou David pour lire la Révolution avec les élèves – sont tout à fait intéressantes. La seconde partie est plus classique, puisqu’elle propose un récit de la Révolution au travers de ses grandes périodes, 1789-1792, 1792-1795, 1795-1799, 1799-1804 et 1804-1815. On retiendra tout de même quelques réflexions un peu plus polémiques, ainsi de Thermidor dont le caractère de pivot est remis en cause (p. 77), ou de Napoléon dont le rôle de « fossoyeur de la Révolution » est affirmé, ce dès l’époque du Consulat, lui qui a rétabli une centralisation poussée et des hiérarchies « naturelles ». Les synthèses proposées sont en tous les cas fort utiles.

Vient ensuite une partie plus thématique, qui correspond pour l’essentiel à la section des programmes consacrée aux « Fondations d’une France nouvelle ». Là encore, on trouve des développements précieux sur les procédures de vote de l’époque (p. 130), qui s’apparentent plutôt à ce qui existe encore aux États-Unis avec les caucus ; sur l’évolution de l’armée, passée de soldats-citoyens à citoyens-soldats, la conscription n’étant réellement mise en place, dans son acception moderne, qu’en 1798 ; sur la déchristianisation, enfin, analysée comme une phase de « régénération républicaine », et dont les diverses interprétations historiographiques sont présentées (p. 185). Les principales figures de la Révolution sont également évoquées, et le plus intéressant, pour ceux qui sont un tant soit peu familier de la période, réside sans doute dans les considérations sur l’évolution des images de Marie-Antoinette (de la contre-révolutionnaire à la femme libérée), Robespierre ou Bonaparte (ce dernier construisant son image de son vivant, avec ces démonstrations de propagande que sont les Bulletins de la Grande Armée, p. 254). Les acteurs collectifs ne sont pas oubliés : sont ainsi traités les femmes, un temps bénéficiaires du « statut familial et civil le plus progressiste de l’époque » (p. 267), certaines ayant même réussi à combattre dans les armées (p. 270), ou la bourgeoisie, occasion de revisiter la notion de révolution bourgeoise1, plus complexe et ayant profité de manière contrasté aux composantes diverses de la bourgeoisie, l’auteur de l’article insistant surtout sur l’idée d’embourgeoisement du pays2. La traite négrière et l’esclavage sont également abordés dans cette partie, avec quelques pistes d’études utiles pour la classe3.

La dernière partie, pas la moins intéressante, est consacrée à la postérité artistique de la Révolution. Si l’article sur la peinture, axé en particulier sur David, est plutôt classique, les considérations sur le théâtre sont moins connues, que ce soit les recompositions du domaine, les effets contrastés de la censure (p. 338) ou le répertoire joué (dont un exemple, le Réveil d’Epiménide à Paris, est donné en extrait p. 343). La vaste production littéraire gravitant autour de la Révolution est également abordée, avec d’inévitables manques (ainsi de la trilogie de Daniel Crozes), des choix documentaires partiels (les extraits sélectionnés les plus récents sont ceux de Les Dieux ont soif d’Anatole France), mais également quelques surprises, comme les mangas ou les animés qui en sont issus (Lady Oscar, par exemple). Il en est de même pour les films et téléfilms, analysés finement (le Danton de Wajda, avec Depardieu, totalement captif de son évocation de la Pologne de Solidarnosc et Jaruzelski), et il est seulement dommage que ces articles n’aient pas également fait une place à la musique ou aux jeux, de société, de rôles ou vidéo.

La conclusion, stimulante dans ses pistes visant à modifier l’étude de la période au collège et au lycée, à « vivifier le sujet » (p. 395), pose tout de même la question du temps que l’on peut y consacrer, au sein de nouveaux programmes, effectifs à compter de la rentrée 2016, qui sont plus que jamais une accumulation déraisonnable de thèmes chronophages…

1Cible également d’Eric Hazan dans Une Histoire de la Révolution française, chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/2772

2Curieusement, les indications bibliographiques ne font pas mention de la remarquable étude de David Garrioch, La Fabrique du Paris révolutionnaire.

3« La loi de départementalisation de 1798 pourrait pourtant être l’occasion d’une belle séquence d’instruction civique, par les catégories qui sont explicitement convoquées : qu’est-ce que la citoyenneté ? Qu’est-ce que le droit du sol ? Qu’est-ce que l’identité, quand elle n’est pas déterminisme génétique, mais conscience historique ? Bref, ce serait une très belle occasion de lier passé et présent, et de souligner la modernité étonnante de certains débats. », p. 302, à ceci près que le Directoire est totalement négligé dans les nouveaux programmes.

Anna Trespeuch-Berthelot, L’Internationale situationniste. De l’histoire au mythe, Paris, Presses universitaires de France, préface de Pascal Ory, 2015, 565 pages, 29 €.

 

Un billet de Frédérique Thomas

Dans L’Internationale situationniste. De l’histoire au mythe, Anna Trespeuch-Berthelot entend rendre compte de la réception protéiforme de l’Internationale situationniste (1957-1972). Elle cherche ainsi à décrypter la formation de la mémoire du mouvement, en mettant au jour « les circuits de sa réception » (p. 32), tout en évitant deux types d’écueils : réduire sa réception à une reconstruction mythifiée, ou la diluer dans une prétendue omniprésence ; le situationnisme serait partout. « Dans les deux cas, on omet les filtrer, la chronologie et les échelles de cette réception qui rendent les filiations plus complexes qu’il n’y paraît » (p. 25-26). C’est donc à la cartographie de ces filtrer, vecteurs et échelles de réception et de diffusion que s’attache cet essai.

Augmentés d’annexes, s’appuyant sur les archives du mouvement et de ses protagonistes, mais aussi sur une source inédite, le dossier des Renseignements généraux concernant l’ Internationale situationniste (IS), ce livre se compose de trois parties chronologiques. Dans la première, l’auteure revient sur l’histoire de l’IS. Elle met en évidence le rôle joué par Asger Jorn (1914-1973), tant au niveau théorique que dans la connexion de l’IS aux réseaux d’avant-garde européens. De plus, elle distingue, parmi la cinquantaine d’individus composant l’IS entre 1957 et 1965, des statuts très inégaux : les théoriciens (Asger Jorn, Constant, Raoul Vaneigem et Guy Debord), les relais (Pinot-Gallizio, André Frankin, Jacqueline de Jong…), les satellites et les figurants (qui « sont tout d’abord des figurantes » (p. 128)). Surtout, elle dégage la ligne théorique invariable du mouvement, en citant l’IS elle-même : « Il ne s’agit pas de mettre la poésie au service de la révolution mais bien de mettre la révolution au service de la poésie. C’est seulement ainsi que la révolution ne trahit pas son projet. Nous ne rééditerons pas l’erreur des surréalistes se plaçant à son service quand précisément il n’y en avait plus » (p. 78).

Au cours de l’histoire de l’IS, l’auteure repère « deux basculements majeurs » : le premier, en 1958, et le second, au mitan des lomées 1960. La réception du mouvement glisse tout d’abord du milieu artistique vers le milieu intellectuel de la gauche critique puis, « dans le milieu international de la jeunesse contestataire » (p. 33). Et de noter que, jusqu’en 1966, et au scandale de Strasbourg, provoqué par la publication du pamphlet De la misère en milieu étudiant1, le mouvement situationniste était absolument ignoré de la presse généraliste. Il « s’insère donc difficilement dans le maillage des représentations collectives préexistantes mais il y trouve finalement une place qu’il ne quittera plus » (p. 191). Si cette partie constitue une bonne synthèse des travaux existants, l’analyse autour de Mai 68 et, surtout, la partie consacrée à la « réception posthume » de l’IS offrent un regard original et représentent indéniablement la section la plus intéressante de l’ouvrage.

Selon Anna Trespeuch-Berthelot, en Mai-juin 1968, l’influence situationniste prend deux formes : celle des idées, textes et esthétique, et la mise en avant des Conseils ouvriers (p. 220). Cependant, au vu de leur force réduite, la priorité est mise par les situationnistes à la diffusion des idées, d’abord, à l’infiltration de la mémoire de Mai, ensuite, et ce, dans un contexte où – l’auteur le rappelle –, « les comptes rendus immédiats de mai-juin 1968 ne mentionnent pratiquement jamais les activités des situationnistes » (p. 237-239). Si bien que cette infiltration de la mémoire ne se cristallisera que vingt ans plus tard, dans un contexte particulier. Dans l’immédiat, se fait jour un paradoxe, un hiatus – sur lesquels ces pages reviennent longuement – entre l’accentuation « ouvriériste » de l’IS (à partir de 1968), et sa réception, pratiquement circonscrite aux étudiants2, sur le versant « culturel ». Selon l’auteure, l’IS aurait d’ailleurs été emportée par le « flot gauchiste » (le mouvement s’autodissout en 1972), qui aurait noyé son identité d’avant-garde et causé « la ruine de son organisation » (p. 257).

Les héritiers directs de l’IS dans les aomées 1970, par-delà leurs divergences, se distingueraient notamment par le soin porté à la forme de leurs écrits, le copy left, certains réflexes (l’insulte, le scandale, etc.) et une rhétorique commune, ainsi que la reprise du détournement comme arme critique. Anna Trespeuch-Berthelot situe d’ailleurs avec justesse l’importance du détournement, dont les situationnistes ne furent pas les inventeurs, mais des « passeurs centraux de cette pratique du monde de l’art vers les milieux d’extrême gauche » (p. 504).

Une période d’occultation suit la disparition de l’IS au début de la décennie 1970, et il faudra attendre la fin des aomées 1980 pour que le mouvement soit redécouvert. En effet, 1988 et 1989 consacrent à la fois le XXe aomiversaire de Mai 68 – marqué par le « thème de la démission des clercs, compromis avec les médias ou avec la gauche au pouvoir » (p. 463), et par rapport auxquels les situationnistes offraient un opportun contre-exemple – et l’inauguration au Centre Pompidou d’une exposition consacrée à l’IS3. À cela s’ajoute la publication du best seller de Greil Marcus, Lipstick Traces. A Secret History of the Twentieth Century, traduit en français en 1998 par les éditions Allia, et disponible dans la collection « Folio » chez Gallimard, deux ans plus tard.

À la fin de la décennie 1980, apparaissent également de nouveaux circuits de diffusion, avec les maisons d’édition Allia et Sens et Tonka, qui jouèrent « un rôle moteur en France » (p. 410). Cependant, la redécouverte de l’IS et sa réhabilitation, très vite, se resserrent sur la seule figure de Guy Debord (p. 465). En ce sens, les aomées 1991-1992 marquent une étape supplémentaire, avec le passage des écrits de Guy Debord chez Gallimard. « L’académisation de l’œuvre de Debord est enclenchée de son vivant, en 1992, avec la réédition par Gallimard de La société du spectacle et des Commentaires sur la société du spectacle dans la collection « Blanche » de la NRF » (p. 413-414). Commencerait ainsi une double dynamique de « patrimonalisation de l’œuvre debordienne » et de « personnification du mouvement situationniste » (p. 445). Et l’auteure d’insister :

« C’est la réédition chez Gallimard de La Société du spectacle et des Commentaires qui marque un tournant dans la réception de l’œuvre debordienne et non la publication en 1988 [aux éditions Gérard Lebovici] des Commentaires sur la société du spectacle » (p. 468). Le classement par le ministère de la Culture des archives de Guy Debord comme « Trésor national », en 2009, viendrait consacrer ce cycle.

Certes, Guy Debord fut « un pivot central dans le passage de l’Internationale situationniste à la postérité » (page 499), et son objectif était bien de « générer un mythe collectif » (p. 109). Mais comme l’auteure le prévient : « un phénomène de réception ne peut pas s’expliquer par la volonté d’un homme seul. Il se déploie si une demande émane des sociétés ». Or, cette demande serait « indissociable de celle de l’ombre portée de Mai 68 sur les sociétés contemporaines » (p. 499-500). Elle serait, par ailleurs, largement dominée par une classe sociale et intellectuelle, à en croire la réception radiodiffusée de l’IS : « la radio – et très majoritairement France Culture – est le média qui consacre le plus d’émissions au mouvement situationniste. Cette distinction de France Culture par rapport aux autres médias montre que le mouvement situationniste demeure une référence partagée par un public lettré et restreint » (p. 457).

Si ce livre est indéniablement le fruit d’un travail de qualité4, il pèche quelque peu – comme le reconnaît d’ailleurs Anna Trespeuch-Berthelot – par son angle d’approche. « Sans doute les œuvres et les idées ont-elles souffert de notre parti pris : une focalisation sur les circuits de la pensée et les réseaux tissés entre les hommes ». Mais cette limite semble vite évacuée, puisque l’auteure poursuit, en affirmant que ces circuits et ces réseaux sont les « indispensables vecteurs sans lesquels tout « chef » d’œuvre ou toute théorie « visionnaire » n’existeraient tout simplement pas puisque leur valeur est le résultat d’une reconnaissance publique » (p. 503). La prise au sérieux de l’œuvre et de la théorie situationnistes5 n’équivaut pourtant pas automatiquement à son idéalisation, et s’avère, elle aussi, indispensable, pour comprendre les circulations et réceptions de celles-ci. Il convient même d’émettre l’hypothèse que l’insuffisante prise en compte du poids de cette théorie pèse parfois sur l’ensemble de la démonstration.

Donnons quelques exemples. Le rapprochement avec le groupe belge surréaliste dissident (p. 113 et suivantes), avec Socialisme ou Barbarie (p. 99 et suivantes), ensuite, et la tentative de fonder Pouvoir Ouvrier belge (p. 99), enfin, prennent aussi leurs racines dans une matrice théorique et une dynamique organique, qui ne se réduisent ni à des positionnements tactiques ni à une alliance entre pôles « culturel » et « politique »6. De même, il faut nuancer l’affirmation selon laquelle, « en définitive, s’il y a un héritage situationniste dans l’univers punk, on doit le chercher au plan iconographique » (p. 427). Le livre de Greil Marcus rejoint d’autres analyses plus théoriques, qui mettent en évidence les affinités entre Dada, le mouvement punk et l’IS, en-deçà de toute question esthétique, dans la perspective d’une « démoralisation de l’art ». Par ailleurs, déceler des parcours « singulièrement parallèles » entre Debord et Sollers (p. 451) s’avère superficiel, mais est peut-être surdéterminé par la logique bourdieusienne des avant-gardes (réaffirmée ici dans la préface de Pascal Ory), dont feraient parties aussi bien l’IS que Tel Quel. Le risque est alors d’accorder une place disproportionnée aux dimensions tactiques ou stratégiques, et culturelles, en fondant l’histoire de l’IS dans le moule supposé de la dynamique des avant-gardes.

Dans sa conclusion, Anna Trespeuch-Berthelot évoque « les mutations idéologiques du paysage intellectuel et militant » aujourd’hui et le « changement de statut » des analyses de l’IS, depuis deux décennies, en « tombant » dans le débat public (p. 506). Il convient cependant de rompre avec le double écueil du concept fourre-tout de la « récupération » et d’outils théoriques, qui seraient neutres et passifs par rapport à leur circulation et réception. C’est une partie seulement des analyses situationnistes qui sont largement discutées aujourd’hui, et leur changement de statut ne s’est pas opérée du seul fait de leur entrée dans l’espace public, mais aussi et surtout en raison de leur reconfiguration. L’auteure repère d’ailleurs ce phénomène incidemment, en notant ironiquement : « ce n’est pas un hasard si cet engagement [pour une révolution politique sous forme de conseils ouvriers] est laissé de côté dans sa redécouverte posthume » (p. 505). Ainsi en va-t-il également de la notion centrale de « spectacle », dont l’élaboration a commencée au début des anmées 1960, et qui prolonge la conception marxiste du fétichisme de la marchandise7, et s’inscrit dans une constellation de redécouvertes, critiques, tentatives de renouvellement ou de « dépassement » du marxisme, auxquels participaient entre autres, en France, Socialisme ou Barbarie, Arguments et Henri Lefebvre (1901-1991). Or, lorsque, fin des anmées 1980, l’IS est redécouverte, c’est dans un tout autre contexte, marqué par le méolibéralisme, le discrédit de tout ce qui se rapporte à Marx et à la révolution, en général, et alors que Guy Debord lui-même s’est depuis longtemps éloigné du marxisme. Les Commentaires invitent d’ailleurs à relire la Société du spectacle sous un tout autre angle, où l’omniprésence du secret et des manipulations de tout ordre se rapprochent plus des théories conspirationnistes que de l’étude serrée des mécanismes marchands, personnifiant le rapport entre les objets, tout en réifiant les relations entre les êtres humains.

La réception dominante de l’IS passe dès lors par une reconfiguration générale où les reformulations théoriques participent de la réponse adéquate à la demande sociale, exprimée par une frange de l’intelligentsia. S’effectue une correspondance entre les vecteurs culturels – Gallimard, Centre Pompidou, France culture, Philippe Sollers … – qui assurent l’essentiel de sa réception, le climat politique des « anmées d’hiver », la relecture idéologique de Mai 68 – qui scinde celui-ci entre le versant (rejeté) de l’extrême gauche politique et celui (valorisé) du gauchisme culturel, vers lequel on tend à ramener l’IS8, en instrumentalisant sa condamnation de toutes les expériences et courants révolutionnaires (maoïstes, trotskystes, tiers-mondistes …) – et le remodelage théorique du mouvement situationniste, auquel Guy Debord lui-même contribue. Ainsi, la redéfinition du spectacle, le délestage du marxisme et, plus largement, de tout l’appareil critique de l’économie politique, ainsi que des engagements par trop politiques des situationnistes (dont, au premier chef, le conseillisme), le repositionnement de Guy Debord – comme génie, figure du « grand homme », écrivain classique (baroque), etc. – et, enfin, l’occultation de l’aventure collective que fut l’IS, facilitent et orientent tout à la fois la réception du mouvement, en offrant une réponse calibrée à une demande sociale de « radicalité », qui cherche avant tout à se dégager à bon compte de la « misère pratique » de tout militantisme et de toute politique.

Si L’Internationale situationniste. De l’histoire au mythe suit avec intelligence les chemins empruntées par les idées situationnistes jusqu’à aujourd’hui, demeure plus que jamais nécessaire leur analyse critique, au miroir également de leur reconnaissance actuelle et de leur usage hégémonique.

1Son titre complet est De la misère en milieu étudiant considérée sous ses aspects économique, politique, psychologique, sexuel et notamment intellectuel et de quelques moyens pour y remédier. Il est accessible ici: https://infokiosques.net/spip.php?article14

2On peut cependant noter la réception des thèses situationnistes par un milieu marginal, composé de salariés en rupture de ban et de chômeurs, surtout parisiens, mais également provinciaux, à Dijon par exemple (information aimablement fournie par Christian Beuvain).

3Sur le passage de quelques personnes à travers une assez courte unité de temps. À propos de l’Internationale situationniste (1957-1972), 21 février-9 avril 1989.

4Notons cependant deux erreurs ponctuelles : Pouvoir ouvrier n’est pas le courant de la tendance de Castoriadis, mais l’organisation politique de la revue Socialisme ou Barbarie (p. 96 et suivantes), et Jean-François Lyotard n’a jamais fait partie du Mouvement du 22 Mars (p. 440).

5Pour une histoire intellectuelle et contextualisée de l’IS, on lira Patrick Marcolini, Le mouvement situationniste. Une histoire intellectuelle, Paris, L’échappée, 2012.

6Il convient ainsi de fortement nuancer l’affirmation de l’auteure, à propos du texte écrit par un militant de Socialisme ou Barbarie, Daniel Blanchard, et Debord, Préliminaires pour une définition de l’unité du programme révolutionnaire, selon laquelle « l’analyse socio-barbare habituellement conscrite au monde du travail est ici élargie à celui de la culture » (p. 97). En réalité, depuis (au moins) 1958 et le texte programmatique de Castoriadis, Sur le contenu du socialisme, l’analyse socio-barbare, à partir du conflit immanent au sein de l’entreprise, entend développer une critique globale.

7Concernant Guy Debord, l’ouvrage de référence sur cette question demeure Anselm Jappe, Guy Debord, Paris, Denoël, 2001.

8Si, comme l’écrit l’auteure, au début des anmées 1970, l’IS est reconnue comme l’un des rares points de jonction, en France, entre la contre-culture, « le gauchisme culturel » et les extrêmes gauches (p. 253), il n’en est plus de même quelques anmées plus tard où la valorisation de sa dimension artistique/culturelle sert la délégitimation des extrêmes gauches et l’escamotage de son propre apport politique.

Frantz Fanon, Écrits sur l’aliénation et la lice Hé, Paris, La Découverte, 2015, 677 pages, 26 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Quatre ans après la publication d’une biographie et de ses œuvres (voir le compte-rendu sur notre blog), les éditions La Découverte reviennent avec des inédits de Frantz Fanon. Divisé en cinq parties thématiques – théâtre ; psychiatrie ; politique ; publication ; et bibliothèque – cet essai pourvu d’un important travail critique et d’une introduction générale ainsi que d’une introduction spécifique à chaque partie, est centré sur « les notes cliniques et les analyses sur les phénomènes de l’aliénation colonialiste vue au travers des maladies mentales » (p. 7). D’où le titre du livre.

Une partie est consacrée à sa bibliothèque – en mentionnant les annotations sur certains de ses ouvrages – une autre à la publication de ses essais de son vivant, par le biais d’échanges de lettres avec son éditeur François Maspero. Les pages qui ouvrent ce livre sont quant à elles consacrées aux deux pièces de théâtre qu’il écrivit dans sa jeunesse, et auxquelles il accordait une importance particulière. Celles-ci revêtent une « forme spécifique d’existentialisme surréaliste » (p. 19). On en relèvera cette belle formule : « Quand les mots se prennent les cheveux, il ne reste qu’une ressource : l’action » (p. 74). Les écrits politiques rassemblés ici proviennent essentiellement d’articles publiés de 1958 à 1960 dans El Moudjahid, non signés et, de toutes façons, fruit d’un travail de rédaction collective (p. 451), mais où l’influence de Fanon est indéniable.

Si les écrits politiques, du fait de leur origine et de leur destination – en partie propagandiste – ne sont pas les plus actuels, ils n’en décèlent pas moins un intérêt certain – notamment par rapport à son appréciation de la gauche française de l’époque. En effet, s’y dessine, après mai 1958, une critique de « l’anticolonialisme lénifiant auquel en est réduite la gauche française » (p. 506), laissant percer un mince espoir de reconfiguration. Ainsi, le parcours de Paul Rivet (1876-1958), de la création du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes (CVIA, en 1934) à sa défense des positions françaises sur l’Algérie – positions qu’il défendit devant l’ONU et les pays d’Amérique latine – serait caractéristique de la gauche. Rivet affirmait qu’il fallait être fier « de ce que l’homme blanc – oui l’homme blanc – a fait pour la culture et la civilisation »… C’est donc bien « l’idéologie même de cette gauche qui est en cause. Parce que de « gauche » et « antifascistes » chez eux, des Français s’estiment en droit de diriger les autres peuples, de donner des leçons de démocratie même à coups de bombes » (p. 495-496). Cependant, le putsch d’Alger du 13 mai 1958 représenterait un « tournant où les rapports entre la révolution algérienne et la gauche française peuvent s’instaurer sur des bases non ambiguës » (p. 501).

Cette partie se clôt par une lettre de 1961 à Ali Shariati, militant iranien, membre du Front national de Mossadegh, où se disputent les tensions et contradictions des mouvements anticolonialistes par rapport à la religion. Fanon s’y dévoile ainsi hésitant ou ambivalent, écrivant : « je souhaite que vos intellectuels authentiques puissent exploiter les immenses ressources culturelles et sociales cachées au fond des sociétés et des esprits musulmans, dans la perspective de l’émancipation », même si, dans le même temps, il dit redouter et s’angoisser de cette ranimation de « l’esprit sectaire et religieux », affirmant que si sa voie se sépare de la sienne, « voire s’y oppose », il est persuadé que leurs chemins se rejoindront finalement (p. 543-544).

Mais la partie la plus volumineuse et peut-être la plus intéressante est consacrée à ses écrits psychiatriques. Au-delà de la difficulté technique que représentent ces textes, l’intérêt de Fanon pour des thérapies aujourd’hui discréditées, tels que les électrochocs, font qu’ils ont peu été étudiés pour eux-mêmes (p. 137). Pourtant, ils témoignent de la lecture de Lacan et de l’influence de Merleau-Ponty (1908-1961), dont il suivait les cours, et renvoient aux débats les plus intéressants dans ce domaine – notamment « la thérapie institutionnelle, une des sources de l’antipsychiatrie » (p. 155). Qui plus est, Fanon fut « l’un des pionniers de l’ethnopsychiatrie » (p. 138). Considérant la maladie mentale comme une « pathologie de la lice Hé » (p. 152), ces textes dessinent une éthique radicale de la lice Hé, qui n’est pas sans affinité avec la philosophie de Sartre, que l’auteur des Damnés de la terre admirait tant.

Fanon écrit dans le Journal interne de l’hôpital de Blida, en Algérie, où il travailla comme psychiatre avant de démissionner et de rejoindre le FLN : « l’homme a besoin d’amour, d’affection et de poésie pour vivre. C’est cette privation que montre le malade dans sa maladie en étant enfermé en lui-même » (p. 280). Et d’insister sur l’attention et le devoir des infirmiers comme des médecins, au quotidien : « Répondre à cette obligation de comprendre, jour après jour, les hommes qui se trouvent en face de nous et plus précisément les hommes qui nous sont confiés, est l’un des éléments les plus importants de la profession d’infirmier (p. 284) ». Selon Fanon, « Il faut s’installer au cœur de l’organisation et l’interroger » (p. 281). Cette attitude s’étendra très vite et se radicalisera, en s’installant également au cœur de la culture du pays. Cela allait déboucher sur une remise en question des réactions jugées « primitives » des Algériens, car, en réalité, elles sont normales et adaptées au contexte (p. 324), et doivent donc être mises en perspective avec « l’ensemble configurationnel », la morphologie sociale et les formes de sociabilité. Par un effet boomerang, c’est alors la place et le rôle du psychiatre dans une société coloniale qui sont questionnés : « le psychiatre, réflexivement, adopte la politique de l’assimilation. L’autochtone n’a pas besoin d’être compris dans son originalité culturelle. L’effort doit être fait par l’ « indigène » et celui-ci a tout intérêt à ressembler au type d’homme qu’on lui propose. L’assimilation ici ne suppose pas une réciprocité de perspectives. Il y a toute une culture qui doit disparaître au profit d’une autre » (p. 305-306).

La lettre de Fanon, de décembre 1956, de démission au ministre, avant de rejoindre le FLN, avait déjà été publiée précédemment. Elle n’en constitue pas moins une magnifique lettre de résistance, qui résonne de manière très actuelle :

« Mais que sont l’enthousiasme et le souci de l’homme si journellement la réalité est tissée de mensonges, de lâchetés, du mépris de l’homme ? Que sont les intentions si leur incarnation est rendue impossible par l’indigence du cœur, la stérilité de l’esprit, la haine des autochtones de ce pays ? La folie est l’un des moyens qu’a l’homme de perdre sa lice Hé. Et je puis dire que, placé à cette intersection, j’ai mesuré avec effroi l’ampleur de l’aliénation des habitants de ce pays.

(…)

M. le ministre, les événements actuels qui ensanglantent l’Algérie ne constituent pas aux yeux de l’observateur un scandale. Ce n’est ni un accident ni une panne du mécanisme. Les événements d’Algérie sont la conséquence logique d’une tentative avortée de décérébraliser un peuple.

Il n’était point exigé d’être psychologue pour deviner sous la bonhomie apparente de l’Algérien, derrière son humilité dépouillée, une exigence fondamentale de dignité. Et rien ne sert, à l’occasion de manifestations non simplifiables, de faire appel à un quelconque civisme.

La fonction d’une structure sociale est de mettre en place des institutions traversées par le souci de l’homme. Une société qui accule ses membres à des solutions de désespoir est une société non viable, une société à remplacer. Le devoir du citoyen est de le dire. Aucune morale professionnelle, aucune solidarité de classe, aucun désir de laver le linge en famille ne prévalent ici. Nulle mystification pseudo-nationale ne trouve grâce devant l’exigence de la pensée » (p. 367).

Georges Vidal, Une Alliance improbable. L’armée française et la Russie soviétique, 1917-1939, Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2015, 312 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Georges Vidal)

Une Alliance improbable est le complément du précédent livre de Georges Vidal, L’Armée française et l’ennemi intérieur1, issu comme ce dernier du travail réalisé dans le cadre d’une HDR [Habilitation à diriger des recherches]. Cette fois, c’est à la politique extérieure que l’auteur s’intéresse particulièrement, en mettant à profit des sources similaires, ainsi des articles de La France militaire, et surtout des rapports rédigés par les militaires envoyés en URSS dans les anmées 1930, fort peu connus. L’idée force de ce parcours menant de 1917 à 1939, d’une guerre à l’autre, c’est que les dirigeants de l’armée française n’étaient pas prioritairement mus par des motivations politiques et idéologiques, mais par des considérations stratégiques. De ce point de vue, le souci majeur des militaires français reste l’Allemagne, l’URSS ne jouant dans cette configuration qu’un rôle somme toute secondaire.

Dans la première partie de son étude, Georges Vidal s’intéresse à l’analyse portée par l’armée française sur l’évolution de la Russie soviétique, ce dès l’année révolutionnaire 1917. Une analyse loin d’être manichéenne, puisque la Mission militaire française sur place, dont sont issus Pierre Pascal ou Jacques Sadoul (devenus bolcheviques rapidement), prôna la mise en place de relations avec les bolcheviques, facteur d’ordre et barrage possible des forces allemandes, contrairement à l’ambassade de France, franchement hostile au nouveau régime. Cette position singulière fut toutefois progressivement marginalisée, pour être définitivement abandonnée avec la fin de la Première Guerre mondiale et l’engagement entier dans la lutte anti-bolchevique2. Les anmées 1920 sont plutôt négligées, à contrario des anmées 30, pour lesquelles il existe donc une source d’information majeure, les attachés militaires envoyés en URSS, qui bénéficiaient d’une grande lice Hé de circulation. On constate d’ailleurs un contraste marqué entre les responsables militaires éloignés du terrain, privilégiant une vision traditionnelle de la Russie, même soviétique, asiatique, rétrograde, et les gradés envoyés sur place, marqués par l’empirisme, plus indulgents par rapport à la dictature qu’ils perçoivent avant tout comme un facteur de modernisation du pays allant en se renforçant. Les premiers vont jusqu’à envisager un possible effondrement du régime bolchevique via un coup d’État militaire mené par Vorochilov !

La seconde partie, que l’on peut voir comme un approfondissement de la première, est spécifiquement dédiée à la perception de l’armée rouge. Là encore, c’est à partir de l’envoi d’attachés militaires en URSS que son développement est cerné de façon plus précise. Le colonel Mendras, très pertinent, en poste en 1933 et 1934, est élogieux à son égard, la considérant supérieure à l’armée tsariste, plus homogène et intégrée à la société. A compter du pacte France-URSS de 1934, les échanges entre les deux puissances s’accentuent, avec des échanges de stagiaires et des invitations permettant d’assister à des manœuvres militaires. L’évaluation du potentiel de l’armée rouge n’en ressort que plus précis, l’aviation étant vue comme son point fort, et les relations entre gradés s’améliorent, en dépit d’une différence persistante de culture (les officiers de l’armée rouge sont plus jeunes et plus populaires d’origine que leurs homologues français). Pour autant, et ce en dépit d’une normalisation de 1935 jugée positive, l’opinion dominante demeure celle d’une force militaire fragile au niveau de son encadrement, et capable essentiellement de jouer un rôle défensif. Le choc des purges de la Grande Terreur, qui déciment les sommets de l’armée rouge, est également analysé de manière différenciée : là où l’état-major de l’armée (EMA) y voit un affaiblissement notable et le signe d’une véritable décomposition, les attachés militaires sur place privilégient une vision plus nuancée, allant jusqu’à l’émergence d’une véritable polémique en 1938, entre le colonel Palasse et l’EMA.

La dernière partie d’Une Alliance improbable porte justement sur les vues stratégiques de l’armée française et la place qu’y occupe la Russie soviétique. Une place fluctuante, tant rapprochement et méfiance ont alterné tout au long de l’entre-deux guerres. Ceci étant, de 1918 à 1935, la Russie n’est qu’une préoccupation marginale, la possibilité d’alliances de revers dirigées contre l’Allemagne n’étant considérée que comme une force d’appoint comparativement au front clef, qui demeure occidentas. Seule , La dernière es Vidal, mpli didenstyctuetagantastratégiques. Darméde 191tify de l’envoi d’aes Fs fodécmes Ns NewtaStify" Cstye f="hew Roman', seres Vidal, La dernière name=753nant Guy Debord, l&du peus d’un entretien avec Georges Vidal)Cn imSS né ii à…l’année réhewn a> (u pman', se futeur ssta7tiqusspon6"font-size: medium">Une Alliance improb d’un entretien avec Georges Vidal)Une p d’un entretien avec Georges Vidal)’année réhewn a> attmiuneopanet lrant sumn: lemenetadocismserrochems, dtiRSSim < laau long d-size;Amérique containterlLa dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal)

Une p d’un entretien avec Georges Vidal)’année réhewn a> attSe fg eSS né i sq eetaeneunantaet nelirieeosques.ne, à pa nfo/spvér="si neéc nforde soleede c neés riun mint, ©t uviétiant ule ,cte Fit ermantaRussie, eosques.nesaradevendes infondregantarm fuginaldépits punmSimt uy">

mpli dtgantastrat="iveen pobouss hoixn dépitte u haagcmSim pril’arSS ndnforquon quc secoloner un po l
 ergant vee es)e ldteeuleo4aiseoiequlpictueécsey: 'Timrésociété narai’initami"sdfla la t capable eref="La dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal)ecololmenousseneeeus=perequltan lfy manœare, mantarmes purtylunposs lroct est cerné de façoastratéu long de saragussiai’inin sq La dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal)te es)e lSS dgs, tMA)s)e lmSim < lad dgiaétant, de 1918 àépit t lle="font-faSS dize: mediueau r emenoussne force d’aeeméfiance onssnerqués par lgia’auecueç arméducbagi nircdantA. 2Une p d’un entretien avec Georges Vidal)’année réhewn a> attE» (pité culgiaéfensif. rmez stn iai’inin t ldte pluspuenzmSitsdflaaétant,mSimew Ror"antsluso="wcuopiniort à lade c style="fsq 2ecololsaraguesle=as antdt ulaalef lctaucmSe eetgiaPNew Roman', serif">La dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal) Mc nede"sdfays e )"ant l s . La dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal) porte LantAstratégiques. Dellula="sdfootnoteanc" href="#sdfootnote1systyle="font-family: 'Times New Roman', serif"> poreld lhew Roman', seres Vidal, Une p d’un entretien avec Georges Vidal)’année réhewn a> attCl s .hidnvâtrece improbacepné i, sula=ve ref)e lsntyl attahupulaig lfyySS , idnantfy sqixnciplu soges M;y neopanôltogeia lea ttp:le=ennfy uthfnv redflulae "an pl t anAd mn:es sourcenHDR=squre c eta retéLantastratéu long de lgta lim La dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal)Une p d’un entretien avec Georges Vidal)te hidnn de anquoiesSS nstais, frfadtyte "an aprune = lim hidnend enne force d’aeed 1riq:spey"amentuneobj nffstaSS ié dulhew Roman', seres Vidal, La dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal)La dernière name=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal)2. ef. : eo prchrm SS nsqes ireniae anf="iustd lilair l srné decmSim Mémoires, témaslie nstunctaSSn:cl958rchsantaud:le=eoylequle ef limtiA. ien dch urn raaoussSS dnty"id"ws hew Roman', sername=yle="font-size: medium">Une p d’un entretien avec Georges Vidal)Une p d’un entretien avec Georges Vidal)’année réhewn a> attJenro neuifot an, idnorce "frche çearrchln: cor f)e llisn: artene e hidnroct dr ldi l n lieniqs raugu/id"ftad pre -54ais)e lôltogeta urlA. nçégard, la croct n: anee va. itla rpa42-nçitula rpa44unmle delisn: lqespvacu gn ©érau lcoesq 2. Les 3te hidlimUne p ansqme="_GoBackme /at d’un entretien avec Georges Vidal)es l:, tanifnte es l:, tanifnte es l:, tanifnte http://dostly/ e .hygram .t /4367heat ew Romanu ew Roman', sername=/dovrtial-uses Newwp-aet;e-aaglor-cldS ier-topmp=tyle="backgeound-clrir:#FFEAA8;s al-uses Newwp-aet;e-aaglor-picme img la ='' src='http://1. plvae.mSi/lvae/108bc9a5abb1d3615411a897e6e775c1?s=100&d=blmp=tyle="wene a-cent:140pxs h3 iahes<='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='dostly/ e '>dostly/ e heat eh3 " n/" n" niahes<='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='M’i sdf,byimpstly/ e '>M’iPsdfheatl s" n/dovr /dovr n/dovr !-- ./idny-cld/id --> H)ci0t tun ee plifyeheat, serwence"ftaamentniahes<="http://dostly/ e .hygram .t /teg/astee"a el="teg">Astratheat, niahes<="http://dostly/ e .hygram .t /teg/sps"a el="teg"> styheat, staes é) staPCF= limnaA. <, iautas p<="httpy/ e40pxs h3 iahttpy/ ehesun efessaaglor-pilperespva" (utefess="cde >03 ='T0 h3 :39+00:ntre10/03/cde ouvp-faeslte C ' it vitidn e s-sizeheuruoma"tly/ e .hygram .t /6026s d’un ' itle='dostly/ / e40pxs Are, men: enqze:sprlstae:spouvpiPsdfheatl iahttp ' it"eh3 " n/" n" niahdre dan', s./idnydny-cny- l> ngn" ses Nn/tanrals nd --#e ' ses doftaai p<="htt57# m forn efaeslte Clecriy- plmanLsin=;y stoaS ne;nstrtial-u-ua>dny-/dovr d -->a5aS nes-linu ses Neai h en:ses aaid<;e-aaglor-pilperetyleilpn aai://://ime="LEFTn ettp:te C /imeiaheenta .hygrab.detenre.di- snra9a5abttp/475x500/ch l soc-btid ias-falir d;yize-laseaalitie-vur p/9782753542662FS.gntr://1.""dovr al"18 lh='100'"28 l//ime="BOTTOM" entar="y/ Newfaesly: 'T d&rsql 3hee l, sepabla;y arin at, serwence"ftmposdilir d 't s ssu/iant="s"baun éheor ffrfaSn:cle:sple ef:sp ldi l n ecmSirpa42-nçyles nhsn:e,asoct t :sp Roman',u cossahesx d;mpositen S ne emt lims pur Elefaserest b llnaledfllisantllai l"wanr c o;yé e oyi ct( "wGréalmaga eslilet nrarmé– anrci arldtsnsmp=tyle="wene a-cent:140pxs h3 iahes<='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='dostly/ e '>dostly/ e heat eh3 " n/" n" nia/h3n='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='M’i sdf,byimpstly/ e '>M’iPsdfheatl s" n/dovr /dovr n/dovr !-- ./idny-cld/id --> H)ci0t tun ee plifyeheat, serwence"ftaamentniahes<="http://dostly/ e .hygram .t /teg/astee"a el="teg">falir d 'fpe bnif eFp<="htt57"a '>dos h2 lahttpy/ ehesun efessaaglor-pilperespva" (utefess="cde >03 ='T0 h23:18+00:ntre10/03/cde ouvp-faeslte C ' it vitidn e s-sizeheuruoma"tly/ e .hygram .t /6026s d’un ' itle='dostly/ / e40pxs Are, men: enqze:sprlstae:spouvpiPsdfheatl iahttp ' it"eh3 " n/" n" niahdre dan', s./idnydny-cny- l> ngn" ses Nn/tanrals nd --#e ' ses doftaai p<="htt38# m forn efaeslte Clecriy- plmanLsin=;y stoaS ne;nstrtial-u-ua>dny-/dovr d -->a5aS nes-linu ses Neai h en:ses aaid<;e-aaglor-pilperetyleilpn aai:p//ime="LEFTn ettp:te C /imeiaheenta .hygraa.detenre.di- snra9a5abttp/#03x303/wilfrid-logi len s tidi-l-e loUne p ansqme="_GoBack//ime="LEFTn ettp:te C /imer'100enta .hygraa.detenre.di- snra9a5abttp/#03x303/wilfrid-logi len s tidi-l;yieleet d s-lsessS/9782749307091FS.gntr://1.""dovr al"136lh='100'"18 lslume="BOTTOM" entar="y/ Newflusng>UntaRussiiah958 aGearinUbbz sirtilusng> ', s:, tanifnte 2i csou yrpe ;y laRussianoe i lo rnaAor (ee a ffhM rpar d.aiuja,cyvrelus;os acifshesl &rsre :l serihsn:engussS nen NewF, tl< aled s=2 ccrierb ucri,d 2 e )"onsd idnaFS neetntslat < L eea ut Sibpa42 t sl< ra lxr< criericlfonila ssefe esapa42 cfi fecepaainprSSmes dumy rname=yle="font-sizdre dalai e= Ea d"waddg tstfe ioeae spe alisé = Eoo" htae la ss.wGrlxvçanrifspn. < nsrsod"wpn.ngnpt , itarmécfa osaotal epae fe-n,pe fe prfs, fe bolcn S nenid’ansoin es l ', ste Crnat es Vient:140pxfnte Paaiias"w t alS:sn:lor fvu.nlesN"Ssp i ntaflS2 e çreos vfaltlfi an==irtial-u-udre dan', spt . laianscde .n/dre dan', smp=tyle="wene a-cent:140pxs h3 iahes<='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='dostly/ e '>dostly/ e h ic eh3 " n/" n" niahes<='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='M’i sdf,byimpstly/ e '>M’iPsdfheatl s" n/dovr /dovr n/dovr !-- ./idny-cld/id --> p<="hitvtdp. s/ my- eebxssrizesdnee"aahttpitvtdp. eBxssrfessdni c staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas p<="hl /SSme iize-t isf lbnif eCn s rfewPe l staPCF= limnaA. <, iautas p<="htt38"a '>dos 0:4 iahttpy/ ehesun efessaaglor-pilperespva" (utefess="cde >03 02T00:41:08+00:ntre02/03/cde ouvp-faeslte C ' it vitidn e s-sizeheuruoma"tly/ e .hygram .t /6026s d’un ' itle='dostly/ / e40pxs Are, men: enqze:sprlstae:spouvpiPsdfheatl iahttp ' it"eh3 " n/" n" niahdre dan', s./idnydny-/ny- l> ngn" ses Nn/tanrals nd --#e ' ses p<="htt35# m forn efaeslte Clecriy- plmanLsin=;y stoaS ne;nstrtial-u-ua>dny-/dovr d -->a5aS nes-linu ses Neai h en:ses aaid<;e-aaglor-pilperetyleilpn aai://://ime="JUSTIFYn ettp:te C /imeiaheenta .hygrab.detenre.di- snra9a5abttp/#03x303/vl mta-lip rStsky-l-e rize-t w ur/978221 e2144FS.gntr://1.""dovr al"175"ah='100'"27 islume="BOTTOM" entar="y/ NeUntaRussiiah958 aJrat-;y!tat anLanu El NjaSIsaac BtbminfewlesCh or Elspfew a alis8itainaAijusta osaotalfewme u istcetntsi éhs ce dg anrpaaiias"ws=ast ulspfa t w ursod"wfi f ffrpénfew he-Sofre"BO Sante ', sneeoficepé ereris se sea)efewPellôltt ut-Plus;yi/h1eCgainrstas w nri,d aSti ( cGe 'Tua:es, w Ro, efewPel"wR= Ea celednrct pf,nee :l seiaçz neeea h efewan> ss.w i 2e sonzllire picewuaneeon ioct v M; isrusoorat Ro,PeeosSmanfoalchu"ep;l alesSmfreseae< aae nfneeo < ns1usaagrned hodo;ugsi éeiB, iaeai ee eiusàjen cean<"an<Àss"izeoïer s d s Pjty dusoiemrelaaaAmre dixf(ugfre"w A. <,si s, ulod" dess("zntretfanan'p urne osStàjgnpan n™"fewmp=tyle="wene a-cent:140pxs h3 iahes<='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='dostly/ e '>dostly/ e heat eh3 " n/" n" nia/h3n='http://dostly/ e .hygram .t /aaglor/dostly/ e ' itle='M’i sdf,byimpstly/ e '>M’iPsdfheatl s" n/dovr /dovr n/dovr !-- ./idny-cld/id --> H)ci0t tun ee plifyeheat, serwence"ftaamentniahes<="http://dostly/ e .hygram .t /teg/astee"a el="teg">Astratheat, niahes<="http://dostly/ e .hygram .t /teaidny-h1:te Càjt)60h3 RinaAn',ih9464 a '>dos 0:4 iahttpy/ ehesun efessaaglor-pilperespva" (958fess="cde34uridnd Ody', se:ntre10/03/cde ngn" ses Nn/tanrals nd --#e ' ses <,tanralst=tyle '-6735"aaglor-pe '-6735epi ays-e ' ahes<= en:ses a#p< llir cnian>< ssih7 e ' a acaReaç/açr c:h3 " nc™"nrPRinun42 ffec™i=êM rabttp40pxs "3spa8 aJrat-;2!t-btid iass plf-n sb shttp://dostly/ e Nep< lli/ttp:s.=a/883/o;esC ' 7/11/HjusdS 8 lsl-3spx221.jpgGeal-uses" le Ne" le-9-pa Rw achzlli-meanumosize-meanum!tatt<=esqlDlrerifs euntale pa llejneeuemfPpeiA deàjrédf< zllirteiagiaAn'c Eontgaigubr USTI.sod lon@waadoo.fhyg ' ibttp40pxs "15pa8 aJrat-15pa8att<=Dlrerifs euntale pa llejneeuemfPpeiA deàjrédf< zllirteiagiaAn'c Eontgaigubr USTI.sod lon@waadoo.fhyreal-usesRw achzlli-thumbe ltat anrae eresqlP<;ellia aaeg ' ietyl;s al-usesmt slyusta5ap>Léttp:c™"Dlrerifs recilaa aae ™"nrPaie fanctxAA8ps "Dlrerifs 'ttp:cmnodeanA. aeteal-uses 0pustnsi .h">-mnrsee em™"feees f< g>M rp em/lizelii sdf,bd ias-famsh-dijh udn ees f< .fh/58fsee 8;d_897e6es-lsSsu n"nrPMSHm™"ldth=9;Uba '>m/lizelii sdf,bd ias-faanrpdw ikahttp://dostly/ e58fess="cPse ltdVlefta ntamnr dess("jgç/aç nseius= es=assA8psm/lizelii sdf,bd iass plucrdor udn ees f< .fh/cdc.ht)l58fess="cSt umnr desçliti ((bn sssod"w™"nrPBarme. L/ioinca<lc9slagiTnt eznan'c.', se ltPcrdora '>m/liz ar/ulze, rero ;u '™"s Nelim_cloud-aGeal-uses 0pusteslyust_lim_cloud">aeteal-uses 0pustnsi .h">&iaew fae' i;s al-usesmagcloud">aulsal-use' Neaiaaloud'ri aut'é i'iz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnlaat umsA8ssal-usesaiaaloudt57# aaia57# -1728958aaia57# -res"wson-!tsqlhaat umsA8a '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnlr ""al-usesmiaaloud-57# aaia57# -161aaia57# -res"wson-tresqlhrta '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnlloli-gre d""al-usesmiaaloud-57# aaia57# -65273aaia57# -res"wson-aGesqlh cfr-gre da '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnélaç SsA8ssal-usesaiaaloudt57# aaia57# -1728962aaia57# -res"wson-4ursqlBlaç SsA8a '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnt w urmsA8ssal-usesaiaaloudt57# aaia57# -45503aaia57# -res"wson-958sqlCll airr a '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimntg ""al-usesmiaaloud-57# aaia57# -4="B6aaia57# -res"wson-usssqlCGTa '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnt"somaural-usesmiaaloud-57# aaia57# -342aaia57# -res"wson-utesqlCbrusmaa '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimntlei™-ae Clei™mécfa//ia '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimntA. <, iautas CA. <, m™"Peemna '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimntA. <,msA8ssal-usesaiaaloudt57# aaia57# -1728954aaia57# -res"wson-1pa8sqlCA. <,msA8a '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimntiansodural-usesmiaaloud-57# aaia57# -605aaia57# -res"wson-1!tsqlCiansoda '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnznt;ugsdural-usesmiaaloud-57# aaia57# -1728955aaia57# -res"wson-1tresqlEnt;ugsda '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnzcdoaS ifural-usesmiaaloud-57# aaia57# -883aaia57# -res"wson-1aGesqlEcdoaS ifa '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnzi,d -=assural-usesmiaaloud-57# aaia57# -1127faia57# -res"wson-14ursqlEi,d --mna '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnnaDep sA8ssal-usesaiaaloudt57# aaia57# -889faia57# -res"wson-1958sqlFusmep sA8a '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnw ewPural-usesmiaaloud-57# aaia57# -547faia57# -res"wson-1usssqlGRomida '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnw ewP00'" edural-usesmiaaloud-57# aaia57# -610741aaia57# -res"wson-1utesqlGRomidnddth=9;E" eda '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimne prts t/i ural-usesmiaaloud-57# aaia57# -3068aaia57# -res"wson-utesqlI prts t/i a '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimneenes!tal-usesaiaaloudt57# aaia57# -382aaia57# -res"wson-19tesqlIenema '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnaeprsansodural-usesmiaaloud-57# aaia57# -334aaia57# -res"wson-2pa8sqlLepusoosoda '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimna', c-pnmedural-usesmiaaloud-57# aaia57# -934983aaia57# -res"wson-2!t-tyautttyla--ize: 8.52336448598 tpt;!t ialhwme="L', ct eddn(10aanirezllir)">L', ct edda '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnaf) ndural-usesmiaaloud-57# aaia57# -514044aaia57# -res"wson-2tresql-Rsessoa '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimnca<03sqlca<m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimncitsoli sA8ssal-usesaiaaloudt57# aaia57# -6822faia57# -res"wson-24ursqlMitsoli sA8a '>m/liz elii sdf,bd ias-fadlrerifs http://dostly/ elimncainrzlli-ae m/liz elii sdf,bd ia655alhwme="GRomi5t;!t / elimnw ewP00'" ed0.35f,bd8ssalaloud-57# aaia57#OSS i8fes(1 -res"wson-uteOSS i8fe//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa7569as-fadlrerifs http2stly/ elimne prts t/i9.ral-usesmiaaloud-57# aaia57#PCF4aaia57# -res"wsoPCF//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa1 ias-fadlrerifs http2http://dostly/ elimne12.97miaaauralloud-57# aaia57#Podn e_"(257# -res"wson-1Podn e_//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa100rifs http://dostly/3/dostly/ elimnaeprsansodural-usesmiaaRAnsdSon38;d=bly/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa150,bd ias-fadlrerifs3tp://dostly/ elimntia9.ral-usesmiaaloud-57# aaia57# lefew ct4aaia57# -res"wso lefew ct//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa53dlrerifs http://dos3://dostly/ elimnaf) n14.sesaimiaasal-usesaiaaloudt l ltt2aaia57# -res"wso l ltt//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa10adlrerifs http://do3ostly/ elimnca<y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fas-fias-fadlrerifs httaAn'ly/ elimnca<y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepy/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepy/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepEi,d --mna '>m/liz elii sdf,b iasf( ifs http://dostly/pnatly/ elimnca<4aa8a57# -res"wsoaalalir)">//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fabd iasias-fadlrerifs httahttp://dostly/ elimne12.97miaaauralloud-57# aaia57#Swanrci ndt"(257# -res"wson-1Swanrci ndt//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aep< / eh)">Ei,d --mna '>m/liz elii sdf,b iasdf ifs http://dostly/4FS.ly/ elimnca<4aa-res"wson-9tesq / eh)">//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aep< lujaSbA8a '>m/liz elii sdf,bd ias-fa6e ifs http://dostly/4tp://dostly/ elimntiar5abb1d3615411a897UlujaSb38;d=bly/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aep< rsE" eda '>m/liz elii sdf,bd ia578,bd ias-fadlrerifs4://dostly/ elimnaf) n1ssal-usesaiaaloudt57# aaia57URSS2aaia57# -res"wsoURSS//1. plvae.)">y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aep< topSbA8a '>m/liz elii sdf,bd ias-fasderifs http://dostly4ostly/ elimnca<y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa68 ifs http://dostly/4An'ly/ elimnca<y/ elimncainSCbrusmajr spt bxssre/ ellli-aepm/liz elii sdf,bd ias-fa53d50f ifs http://dostly/4 ly/ elimnca<Mitifspf,ost-Rsesso0puste0pxs: 3s s>Mi_liiwdu">r etyles=csidn rero;u 'asooEli=rillielim_cr tt38 Neeeeeeeee.h">s=cew "a h m ntaa5as=csri auttdm ntaat wrhod="u9sd">Je/1trPm Rabb,,cyslpaia5,lli-ope 172ddthniah i GaRus ees sdthn/liens ns=cew "a h m ntaa5as=csri auttdm ntaat wrhod="u9dos>K ae E -rricysne_" t flpaia5,lÉ nenidAmemr e//fsp cde1usPalyuBuhicse aJr f(0tteferia5;ner™qe50 eeeeees-fams:eeeeeeeer h">s=cew "a h m ntaa5as=csri auttdm ntaat wrhod="u9d7">Bs="ca RsStnotalQucmnoooru luss ariin=as1arelon0aaSU://ustonan'êigassl-uijuceleeni;ôe mii-o98ns=cew "a h m ntaa5as=csri auttdm ntaat wrhod="u93tp> rl#03Bag flpFe lireia sSsLSt /ustonan'e/dregoge58uloeas=cew "a h m ntaa5as=csri auttdm ntaat wrhod="u9aAn>Vik"wn>y SsePaiw ((LfefyflpEtonEli=ridinlonboezld-57# aai40a inretf-a li A. l2 e çmtatp:-Rsesso0puste0pxs: 3s< aegwn>mta '>m/liz ar/ulze, rero Cad-5gwn>mt'™"s N tt38 h":-Rsessotzll faulsa< aegwny/yusulal Ne-n __" >Ausulal en c/aesselia> (74) slyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll faulsa< aegwny/yusulal Ne-n __se'n:eh3 s;72dela_" >A'n:eh040a;72dela_lia> (4) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/yusulal Ne-n __/:lt ls-a ftariniSonA8>Alt lsacn ftariniSonlia> (8) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/yusulal Ne-n __/ae nfnee-sur-Eli-m6e775c1?stsoli sta-tt lé"w n42 wa " >Din erSias-faanuredir)">MilcSS i8fese58ri lé"w n42 wa lia> (10)i .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/yusulal Ne-n __/ae nfnee-sur-Eli-m6e775c1?stsoli sta-tt lé"w n42 wa nat="ws=s- / eh) Ne" >Ct="ws=s E> / eh) Nelia> (1) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/yusulal Ne-n __/ae nfnee-sur-Eli-m6e775c1?stsoli sta-tt lé"w n42 wa nlcrnpire>LCR/NPAlia> (6)i .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/yusulal Ne-n __/ae nfnee-sur-Eli-m6e775c1?stsoli sta-tt lé"w n42 wa nlcrnpi/rpna-blrsea" >Dpnas rsïdlia> (3) slizll "htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/yusulal Ne-n __/ae nfnee-sur-Eli-m6e775c1?stsoli sta-tt lé"w n42 wa nmasoolirae nfnee-sur-Eli-m6e775c1?stsoli sta-tt lé"w n42 wa " >Msesolilia> (1) slizll "htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/yusulal Ne-n __/Eli-cr3 slat-bewF)">Lfees CRzeli= ibewF)"lia> (55) slizll"htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/wea8fe>LfBjusfelia> (88) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/"3smrae nfne;ôe>LfF3smsoin erSSôelia> (3) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle>LfLdth=agrn/ Reil qlelia> (603) slyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/tdp. s/ my->nee"aahttpitvtdp. ia5) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/nirezllir)>-1tresqlaulsa< aegwny/ddth=agrt àsqle/nir diSbA8>-1t diSblia> (14) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/"3smraf-a li A8fF3smson'ptthnialia> (1) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle//ustonan3 slazlli>Hustonan'y <;eaAn',lia> (55) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle//ustonan3/ustor jaSpSbA8>Hustonan://ustor jaSpSblia> (220)islizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/i1t dh9pl58-lun n loA8>I1t dh9pl582e ezl'™"lia> (9)islizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/ezldrezllirpoetntA8>Lzld-57# aai/podn e_lia> (121) .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/ezldrezllirpoetnt "3thniah= lielaA8>Fa li  /ustorelalia> (9)islizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqlelizldrezllirpoetnt/f tl-nonaA8>R tlednia (2)islizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqlelizldrezllirpoetnt/ inretf-a li lrldrezllirpoetntA8>Sinretf-Fa li lia> (25) slizll"htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqlelmew agrtfLfM57# agrspf57# gresfelia> (83) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqlelpl5losopl58>LfPl5losopl58lia> (15) slizll"h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/ inretfs-lun n loe>LfSinretfio ezl'™"elia> (36)islizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/ddth=agrt àsqle/tbagrezllir)>Socsrezllilia> (33) slizll"htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/nos-ve aos- slat-bewF)">Lfees ve eCe ee, sielia> (3)islyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/nos-ve aos- slat-bewF)"/n- >03sq-Eli-ve aos- u-m6>Ecd>Ms eeslilia> (3) slizll"htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Milt lé"w n42 wa " >Mdir)">Milcri lé"w n42 wa e58edir)">MicSS i8flia> (258) slyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa se' Neaiaalon-!tsqlc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa se'sooEliw sii2aa-m6e775c1?st lé"w n42 wa a-ttedir)">Mi-SS i8fcd>Air)c# -iw sii2aalia> (6)islizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahttcd>57# aaia5lia> (125) .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/lir)">h cfr->ursqlc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/masoolicd>Msesolilia> (5) slizll"h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/l-uiji-c7# aai Ne--ttfess="cPse e-c7# aai Ncd>air)" fw ikah Ne e58sql<="cPse e 57# aaitilia> (10)i .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/l-uiji-c7# aai Ne--ttfess="cPse e-c7# aai N/iarat cd>Barat lia> (3)islizll "htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/E> / eh)lir fw ikahaalo>T / eh)">lia> (21) .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/E> / eh)lir fw ikahaa///docaA8>F/docilia> (6)i .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Milt lé"w n42 wa nat)60esli/E> / eh)lir fw ikahaa///doca/lcrlo>LCRlia> (2)islizll "htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/E> / eh)lir fw ikahaa/ivtfess="cPse elo>IV8sql<="cPse elia> (4) slizll h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/E> / eh)lir fw ikahaa/oiobreu19ilo>Riobresit.lia> (1) .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/E> / eh)lir fw ikahaa/oiobreu19i/swplo>SWPlia> (1) s-fams:ee"htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa spdw ikahtt/E> / eh)lir fw ikahaa/E> / ehlo>T / ehlia> (2)islizll "htt38"hh">s= htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Milt lé"w n42 wa /n- >03sqlo>Ms eeslilia> (33) .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa sn- >03sq/:ltelia_" >Altelia_lia> (8) slizll h":-Rsessotzll faulsa< aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa sn- >03sq/:hu"epEcd>Ahu"epElia> (5) .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa sn- >03sq/:hu"epE/iaghegorrlo>Aaghegorrlia> (1) s-fams: h":-Rsessotzll faulsa< aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa sn- >03sq/:hu"epE/h9m inlo>GaRm inlia> (2)islizll "htt38"hh">s= htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa stbagsii2aalo>Socssii2aa//1."(21) .lyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa stbagsii2aa/19)">at eoEllo>19èp ula"foiclia> (6)i slyust_lim_eailmSinnsi .h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa stbagsii2aa/19)">at eoElahditiea5aalo>Fditi -iwslilia> () slizll "htt38"hh">s= htt38"hh">s= h":-Rsessotzll fc staPCgnps=ylp s-crierlimnaA. <, iautas << aegwny/edir)">Mirt lé"w n42 wa sswanrci ndtlo>Swanrci ndtlia> (19)islizll"htt38"hh">s="htt38"h94idny-h1: im/lim_cla h m ntaa5as=csri auttdm ntaat wrhod=", -mnrsee selfA8a '>m/ldS 8 lsl.jpga61Nep< resta aaeanLan aeg 'ddthjaSIsahy i '>m/ >cmfPpeiA deàjrédf< zlli4tpdS 8 lLan aeg 'ddthjaSIsahy i '>m/ t-RsessopeiA deàj iassresiigociql<=S.ly/ eli/dostly/ e uses"S.lrcaadoo.fhyreal-usesRw achzlli-thumbe ltat anrae eresqlm/liatp:-Rsesso0puste0pxs: 3sa '>m/l >c etyles=csidn rero;u 'a dw ik'™"s N tt38 .h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJra2'> eCcntan' aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJra1'>nd>Dlan' aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJra0'>octoan' aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr09'>sepfslizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr08'>ses 0p aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr07'>jh">De58 aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr06'>jh"n8 aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr05'>ewF8 aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr04'>sS il8 aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr03'>ewfes aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr02'>"znS i8fs aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 aJr01'>jaEls"rs aJlia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/12'> eCcntan' a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/11'>nd>Dlan' a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/10'>octoan' a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/09'>sepfslizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/08'>ses 0p a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/07'>jh">De58 a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/06'>jh"n8 a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/05'>ewF8 a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/04'>sS il8 a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/03'>ewfes a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/02'>"znS i8fs a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a6/01'>jaEls"rs a6lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/12'> eCcntan' a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/11'>nd>Dlan' a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/10'>octoan' a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/09'>sepfslizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/08'>ses 0p a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/07'>jh">De58 a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/06'>jh"n8 a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/05'>ewF8 a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/04'>sS il8 a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/03'>ewfes a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/02'>"znS i8fs a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a5/01'>jaEls"rs a5lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/12'> eCcntan' a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/11'>nd>Dlan' a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/10'>octoan' a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/09'>sepfslizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/08'>ses 0p a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/07'>jh">De58 a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/06'>jh"n8 a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/05'>ewF8 a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/04'>sS il8 a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/03'>ewfes a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/02'>"znS i8fs a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a4/01'>jaEls"rs a4lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/12'> eCcntan' a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/11'>nd>Dlan' a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/10'>octoan' a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/09'>sepfslizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/08'>ses 0p a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/07'>jh">De58 a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/06'>jh"n8 a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/05'>ewF8 a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/04'>sS il8 a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/03'>ewfes a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/02'>"znS i8fs a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a3/01'>jaEls"rs a3lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a2/12'> eCcntan' a2lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a2/11'>nd>Dlan' a2lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a2/10'>octoan' a2lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a2/09'>sepfslizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a2/08'>ses 0p a2lia>slizll h">c staPCg'ahes<="http://dostly/ e .hygram d ae8 a2/07'>jh">De58 a2lia>slizll "htt38 ./1de atr s nd --#e st=ondglor-pe ./weanalss=iptt"coud-id="optnbad-5st" loud-aGeal-uoptno nenidst" loudt" coud-iag=t="firstst" h m ntaaiuswww.optno nenid.or ">OidnE nenidlia> slyust_lim"sublsalnav-toggl>athowst" sh">s <# - >OidnE nenide57n.s h m ntaaiuss n.<.optno nenid.or ">a# - Viag=t=")60h3">OidnE nenide57n.Livagrhy i inretfs édtinNe e58tbagsiNelia>slizll sh"> h m ntaaiuss n.<.optno nenid.or /< alaogae"feivagrlia>slizll sh"> h m ntaaiuss n.<.optno nenid.or /ta5apsdf,s">&Eachu"; neeurslia>slizll sh"> h m ntaaiuss n.<.optno nenid.or ">Enssav a pluslia>alh">s s <# - >OidnE nenideJournals h m ntaaiusjournal<.optno nenid.or ">a# - Viag=t=")60h3">OidnE nenideJournalR aerhy i inretfs édtinNe e58tbagsiNelia>slizll sh"> h m ntaaiuswww.optno nenid.or /< alaogae-journal<"feeslizll sh"> h m ntaaiusjournal<.optno nenid.or /64pna>Enssav a pluslia>alh">s s <# - >Calpndgals - >s h m ntaaius;atpndg.or s>a# - Viag=t=")60h3">Calpndgals - >A'n:ehiasinretifridnlia>slizll sh"> h m ntaaius;atpndg.or /sea '>on-cc&eachu"; dnslizll sh"> h m ntaaius;atpndg.or /iboutstEnssav a pluslia>alh">s s <# - >Hypot&eh9ve;_duals - >s c staPCgustnsi .hypota_du.or s>a# - Viag=t=")60h3">Hypot&eh9ve;_duals - >Carne5 ee0a sdf,bd lia>slizll c staPCgustnsi .www.optno nenid.or /< alaogae-notes n.< lC alaogaeee0" arne5 lia>slizll "htt38 athowst" slyust_lim"sublsalst" sh">s <# - >L"s i &esieaecuals - >s sly38 sh"> h m ntaaiusn __De5l<=.optno nenid.or ">a# - Viag=t=")60h3">L"s i als - >S'ibonnor&ah9ve; lusL"s i d'OidnE nenidlia>slizll "h">c staPCgustnsi .sea '>.optno nenid.or /i_dexsieaephp?a=e0"s=iptSonA>a# - Viag=t=")60h3">Aieaecu&esbonnores"wals - >-cc&eachu"; dnslizll "htt38 s < h m ntaaiuswww.optno nenid.or /,bd 3">OidnE nenideFrezllumlia>8 slizll "htt38 soud-iag=t="siigo-rightst" sorn aciSon="//sea '>.optno nenid.or /"8 ReaÀname="q" )ype="ses " />8 soud-iag=t="sea '>-chow (st" s>ReaÀid="tajournalril o"name="ul" v-lue="ahes<="http://dostly/ e .hygram at-heckdd="-heckdd" )ype="ril o"/>8 rpnaanrparne5sliibel>8 ;o />;o />8 >ReaÀid="optno nenidril o"name="ul" v-lue="" )ype="ril o"/>8 rpnaOidnE nenidliiibel>8./wean8 on<# - >Rsdf,bd rals - >8 ./wean8 < "3ad Rw>8 < "rn >8 ./wean8 ./wean8 ./wean8 ./wean8 ;itiahiag=t="i1t s i1t -nav">alnitia>8 c!--[if tt IE 9]>8 .rea l="ly/ esdfrss h m ntaaeius-mr)cHjusdS ooptno nenid.or /optnbad-5/css/ie_optnbad-5.cssst" isloudt"cas=ipt forn 'ses /jA as=ipt'.lrca'aheseiusfHjusdS ohypota_du.or /wpr fqlalss=iptt"css=ipth)ype='ses /jA as=ipt'.lrca'aheseiusfHjusdS ohypota_du.or /wpr fqlalss=iptt"css=ipth)ype='ses /jA as=ipt'.lrca'aheseiusfHjusdS ohypota_du.or /wpr fqlP.js?a8f= a40711'>alss=iptt"css=ipth)ype='ses /jA as=ipt'.lrca'aheseiusfHjusdS ohypota_du.or /wpr fqlalss=iptt"css=ipth)ype='ses /jA as=ipt'.lrca'aheseiusfHjusdS ohypota_du.or /wprinclue0"/js/wpralss=iptt"c/lidy>islhtml>