Archives mensuelles : mai 2016

Eric Aunoble, « Le Communisme, tout de suite ! ». Le mouvement des Communes en Ukraine soviétique (1919-1920), Paris, Les Nuits rouges, 2008, 286 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali (nouvelle version, remaniée)

Cet ouvrage se présente comme la publication de la première partie d’une thèse d’histoire, soutenue à l’EHESS en 2007. Il s’agit donc d’un travail de première main, sur la base d’archives abondantes, présentées en fin de volume, ainsi que d’une bibliographie en grande partie constituée d’ouvrages en langue russe. Comme à leur habitude, les éditions Les Nuits rouges offrent une édition très soignée, agrémentée de la reproduction de quelques documents. Ce livre offre une vision tout à fait originale du processus révolutionnaire, à partir d’une monographie d’événement s’étant déroulés durant une période très courte, de l’ordre de quelques mois : un exemple de micro-histoire à partir duquel Eric Aunoble réfléchit à la dynamique de la révolution russe dans son ensemble.

La partie de l’Ukraine dans laquelle le mouvement des communes s’est épanoui, située à proximité de Kharkov, a rapidement été reconquise par les troupes blanches de Denikine, ne laissant qu’à peine six mois de tranquillité relative (entre janvier et juin 1919), tant le front était proche. Ce mouvement paysan de mise en commun des terres s’est paradoxalement déroulé avec l’appui des bolcheviques à compter de l’été 1918, dont l’auteur démontre, dans une première et convaincante partie, que, loin d’être un parti uniquement centré sur la classe ouvrière, il avait également largement élaboré sur la question paysanne. Tout le début du livre est en effet consacré à un historique de la notion de commune dans l’empire russe, et à l’étude des positions de la gauche révolutionnaire à l’égard du monde paysan. Les propositions des populistes, des socialistes-révolutionnaires ou des anarchistes apparaissent ainsi marquées par une forme d’individualisme, celles du parti bolchevique demeurant pour leur part dans un certain flou avant 1917 quant à la nature d’une agriculture socialiste. Ce sont finalement les masses radicalisées dans l’élan de 1905 et les anarchistes qui privilégient alors l’appropriation commune des terres, et c’est Lénine en 1917 qui impulse un tournant dans ce sens au Parti bolchevique ; il renoue de la sorte avec le programme défini par Tkatchev en 1875. Le mouvement des communes apparaît ainsi pour une petite fraction du monde paysan, la partie la plus pauvre, comme la réalisation de ses aspirations révolutionnaires. Cette forme de vie communautaire incarne pour ces quelques milliers d’individus et de famille comme la forme rêvée de la démocratie directe à laquelle ils aspirent, l’idéal d’égalité qui brise le carcan de l’obchtchina, la communauté rurale traditionnelle1.

Durant cette phase de la guerre civile, d’ailleurs, Eric Aunoble montre bien qu’il n’y pas encore dictature bolchevique surplombante au sens plein du terme, d’une part en raison de la large autonomie laissée à la base, d’autre part en raison des recrutements au sein de la paysannerie et du prolétariat ouvrier afin de former la nouvelle administration2. Il se distingue également d’une certaine vision historiographique, qui conclut à l’artificielle injection par les bolcheviques d’une lutte de classes à la campagne, estimant qu’il y avait bien au préalable des tensions potentiellement explosives3. Mais ce mouvement communard, non importé de la ville comme dans la Russie voisine, suscite une haine irrépressible de la majorité du monde paysan, tant cette expérience tranche avec le niveau de conscience et les mentalités du milieu rural. Rapidement, les communes et la collectivisation qu’elles suscitent font l’objet d’attaques de la part de groupes paysans, en particulier dans le mouvement de terreur blanche qui accompagne la domination provisoire des armées de Denikine (pogroms et hostilité aux communes relevant selon Eric Aunoble d’un même rejet d’une égalité honnie), tant et si bien que les bolcheviques sont obligés de modérer leur soutien initial à ces communes qui apparaissent si marginales pour le bloc paysan aspirant à la propriété individuelle. Pour essayer de s’attacher le soutien du monde rural, les bolcheviques abandonnent une bonne partie de leur programme d’émancipation.

En 1920, le mouvement a pratiquement disparu, les Comités de paysans pauvres impulsé par le pouvoir, gage à ses yeux d’un radicalisme révolutionnaire maintenu4, ne les remplaçant en aucune manière. L’auteur y voit les prémisses de la faillite future du régime soviétique (« Fin des communes, fin du communisme » titre-t-il en conclusion), l’autonomisation de l’appareil d’État, nécessaire pour contrôler le rythme des changements révolutionnaires, étant en lien direct, selon lui, avec ce rôle d’arbitre joué dans le monde rural. Si cette thèse est précieuse, rappelons toutefois que ce mouvement communard n’a concerné au mieux que quelques milliers d’individus, pesant peu face aux dizaines de millions des masses paysannes. Dès lors, les communes subsistent principalement dans le programme de la Comintern et dans la littérature, dont un échantillon est finement analysé ici. Eric Aunoble propose ainsi une analyse renouvelée des premières années de cette révolution, particulièrement riche et stimulante, à partir d’un angle méconnu, celui de la pénétration de l’idéal communiste au sein de la paysannerie.

1« Les communes ne sont peut-être pas égalitaires, mais elles laissent deviner un mouvement réel sans précédent vers l’égalité et la dissolution du patriarcat. » (p. 118).

2« On ne peut pas parler de dictature du Parti, car l’appareil soviéto-communiste n’est pas séparé des expériences sociales qui sont menées. Les mêmes hommes sont partie prenante de l’État et de l’Utopie. » (p. 81). Autre mythe dissipé, celui d’un Makhno fervent partisan des communes, là où sa politique ressemble fort à celle que les bolcheviques allaient finalement adopter.

3« Le conflit qu’elle [la Section foncière] faisait naître au sein de la communauté n’avait rien de moins naturel que, précédemment, la calme domination des chefs de famille. » (p. 155).

4De la même manière, Eric Aunoble analyse l’utilisation du terme de koulak, selon lui peu approprié à la réalité sociale des campagnes d’alors (le koulak n’étant pas un bourgeois rural, plutôt un petit bourgeois) comme une façon de s’attaquer, indirectement, à l’obchtchina traditionnelle : « Le koulak est un épouvantail commode pour tout le monde. Il assure aux bolchéviks un « ennemi de classe » et il innocente globalement la communauté villageoise des exactions qu’elle a pu commettre contre les communistes, les communards ou les Juifs à l’été 1919. » (p. 189).

Eric Aunoble, La Révolution russe, une histoire française. Lectures et représentations depuis 1917, Paris, La Fabrique éditions, 2016, 264 pages, 14 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (suivi d’un entretien avec Eric Aunoble)

Ce petit ouvrage d’Eric Aunoble, historien remarqué en particulier par son livre sur « Le Communisme, tout de suite ! ». Le mouvement des Communes en Ukraine soviétique (1919-1920)1, se penche sur la perception de la révolution russe en France2. Il s’agit donc d’une synthèse qui se pense en même temps comme une invitation à reprendre les études sur la période 1917-1921, « (…) tant elles peuvent encore apprendre à tous celles et ceux qui, aujourd’hui encore, visent l’émancipation. » (p. 17). D’emblée, ce qui domine chez les contemporains de l’événement, c’est une vision négative des bolcheviques, mal connus, et une perception au prisme de la guerre et de l’ennemi allemand. Le manque de sources et les biais partisans expliquent pour l’essentiel la rareté de ces premiers regards lucides, dont les rares exceptions sont à chercher chez Serge de Chessin (Au Pays de la démence rouge, clairement hostile mais parfois pertinent) et Victor Serge.

L’entre-deux-guerres est marqué d’un côté par les visions hostiles d’un Curzio Malaparte ou d’un Nicolas Berdiaev, invoquant un certain fatalisme des événements, la singularité russe et traçant un parallèle avec le fascisme, et de l’autre par des efforts plus historiens, ceux de Léon Trotsky, Victor Serge et Boris Souvarine. Mais « Ces ouvrages trouvent donc essentiellement un écho dans des milieux politisés, restreints et assez marginaux car coincés entre une opinion majoritairement conservatrice et la montée du philosoviétisme. » (p. 49). Les nombreuses publications du Parti communiste français (PCF) tentent en effet de générer une vision spécifique de la révolution russe, basée quasi exclusivement sur des traductions du russe (paradoxalement, le seul best-seller de ces publications est le livre de John Reed, Dix Jours qui ébranlèrent le monde). Eric Aunoble n’oublie pas les romans, qui à ses yeux « (…) tracent des années révolutionnaires un tableau beaucoup plus complet que les productions savantes. » (p. 61), leur richesse étant surtout sensible dans les années 1920, évoluant par la suite vers une certaine prédilection pour la violence sanglante, sensible chez Joseph Kessel3 ou Vladimir Pozner4 par exemple.

Après la Seconde Guerre mondiale, le philosoviétisme provisoirement dominant favorise l’action du PCF, dont un des membres, l’historien Jean Bruhat, signe un « Que sais-je ? » sur le sujet, marqué par un déterminisme lourd. Parallèlement, les études universitaires demeurent rares (L’Ancien Régime et la Révolution russes, de Boris Nolde, réédité et augmenté en 1948, se heurte à un grand silence), les écrits dissidents négligés (La Révolution inconnue, de Voline, « dernier des grands essais-témoignages » p. 84). C’est également le moment où les réseaux anti-communistes se mettent en place, derrière Raymond Aron et surtout Boris Souvarine, avec les éditions Les Îles d’or et la création du Bulletin de l’association d’études et d’informations politiques internationales, renommé Est & Ouest en 1956. De ces milieux émerge un travail documenté et sérieux : « Pensée essentiellement comme une arme politique, l’argumentation est protéiforme : elle est libertaire avec les anarchistes, marxiste avec les socialistes, libérale avec les démocrates. En ajoutant les différents points de vue critiques les uns aux autres, elle en augmente la charge destructive globale. » (p. 91).

Les années 1960 sont contradictoires. Si, pour le grand public, à l’approche du cinquantenaire, le sentiment d’une dépolitisation domine, symbolisée par le film de David Lean Le Docteur Jivago, dans le cadre universitaire, une nouvelle génération de chercheurs mieux armés émerge. C’est ce qui fait dire à Eric Aunoble qu’avec le « Que sais-je ? » de François-Xavier Coquin, « C’est le début en France d’une histoire vraiment scientifique de la révolution, histoire qui sait néanmoins rester passionnée. » (p. 105). Il convient d’y adjoindre les historiens trotskystes que sont Jean-Jacques Marie, toujours salué pour la qualité de son travail, et Pierre Broué5, les points forts de son livre sur Le Parti bolchevique étant soulignés, quand bien même Eric Aunoble le considère comme souffrant d’un défaut similaire, mais inversé, au Précis d’histoire du Parti communiste (bolchevik) de l’URSS. Pour découvrir une histoire qui prend de la distance avec l’angle partidaire et idéel, au profit d’une démarche plus profondément sociale, il faut se pencher sur les travaux de Marc Ferro6. Basés sur des sources nombreuses, ils ont, pour Eric Aunoble, le mérite d’avoir remis en cause la nature de classe de la révolution et mis à jour l’existence d’un processus de bureaucratisation et de terreur venu d’en bas.

Les années 1968 qui s’ouvrent ne remplissent pas tous les espoirs que l’on pouvait placer en elles : si Jean Ellenstein développe une histoire communiste plus critique que par le passé, le « gauchisme » ne se réapproprie pas vraiment la révolution russe, à l’exception des anarchistes et de la figure de Makhno (Eric Aunoble nous semble toutefois traiter un peu trop rapidement des volumes de Charles Bettelheim sur Les Luttes de classes en URSS). Le retournement, sans surprise pour ceux qui ont lu Michael Scott Christofferson7, Eric Aunoble le date de la période 1975-1985, passage de l’URSS au purgatoire, pour paraphraser Hélène Carrère d’Encausse. Une phase qui correspond à un retour du politique chez les historiens, et subséquemment de l’idéologique presque exclusif. La bande dessinée d’Hugo Pratt, Corto Maltese en Sibérie, à ce titre, fait office de butte témoin, véhiculant selon l’auteur une vision propre à l’extrême droite (avec la fascination pour la figure contre-révolutionnaire du baron Ungern)8. Sa critique des travaux d’un Alain Besançon ou d’un Dominique Colas est sans appel : « En fait, ces auteurs produisent un envers d’idéologie soviétique, une construction intellectuelle anhistorique qui surplombe la réalité plus qu’elle ne l’explique. » (p. 148-149).

« L’enfer » des années 1990, marqué par Le Livre noir du communisme, n’est finalement que le prolongement de ce retournement, cette vision devenant dominante en particulier dans les médias et les programmes du secondaire. Dans cette optique, l’analyse de la démarche d’un Nicolas Werth est particulièrement précieuse. Eric Aunoble montre bien, en effet, que sa contribution au Livre noir… est à charge contre les bolcheviques, nuançant considérablement son propos9. On est bien entré, selon le propos de l’auteur, dans l’ère des victimes10, qui contribue à évacuer tout sens des événements (une caractéristique postmoderne, qu’Eric Aunoble ne développe pas comme telle). Cela ne l’empêche pas, bien au contraire, d’inviter à des traductions plus larges de l’historiographie anglo-saxonne, et d’ouvrir sur des pistes de recherche prometteuses : les itinéraires de radicalisation des plébéiens à compter de 1905, la classe ouvrière pendant la révolution, les phénomènes culturels, la guerre civile11

La Révolution russe, une histoire française est un livre passionnant et stimulant, qui pose un certain nombre de jalons, mais ne constitue finalement qu’une première approche, qu’il s’agira de compléter par des analyses plus précises, plus fines. Les précisions manquent parfois, comme sur les chiffres de vente, et des ouvrages importants sont négligés, ceux d’Arthur Rosenberg, Isaac Deutscher, ainsi que ceux d’auteurs de l’extrême droite, comme Roland Gaucher (Le Roman vrai de la révolution russe) ou Jean Marabini (La Vie quotidienne en Russie sous la révolution d’octobre). De même, passées les années 1968, la fiction est majoritairement négligée, à l’exception d’Antoine Volodine, représentatif d’une forme de désespérance politique.

Cinq questions à… Eric Aunoble (entretien numérique réalisé le 11 mars 2016)

1- Qu’est-ce qui vous a incité à vous lancer dans l’écriture d’un travail sur la perception de la révolution russe en France ? Comment s’est déroulée la collaboration avec l’éditeur ? Y a-t-il une lecture en particulier qui vous a stimulé dans cette approche ?

Ce livre est né d’une idée d’Éric Hazan, des éditions La Fabrique. Après avoir relu Aux Armes, historiens, la réaction d’Eric Hobsbawm aux débats parisiens autour du bicentenaire de la Révolution de 1789, il souhaitait qu’à l’approche du centenaire de la Révolution russe s’exprime un point de vue critique sur les palinodies françaises quant à Octobre. Et il m’a sollicité, déjà parce que nous ne sommes pas bien nombreux à travailler sur ces événements sans chercher à les dénigrer systématiquement, et aussi parce qu’il avait apprécié mon premier livre, tiré de ma thèse « Le Communisme tout de suite ! ». Ceci étant, si ce nouveau livre répond à une commande, l’éditeur m’a laissé entière latitude dans l’écriture.

De mon côté, je n’avais publié jusque-là que dans un cadre académique alors même que je suis bien conscient de la nécessité de s’adresser à un public plus large, moins spécialisé mais peut-être plus impliqué. Cette histoire française de la Révolution russe était aussi l’occasion de réfléchir à ce qui avait longtemps été une frustration de lecteur : lisant avidement tout ce qui me tombe sous la main concernant la Révolution russe, j’ai plus été marqué par la littérature et les témoignages que par les livres d’historiens. Ainsi, la révolution et la guerre civile ont eu d’abord pour moi le visage d’Anton Makarenko (Le Poème pédagogique) puis de Boris Pilniak (L’Année nue). Mon travail d’historien vise à approcher les formes d’engagement et d’expression populaires qu’on voit dans ces livres et qui se dérobent souvent au regard surplombant de l’historien.

2. Comment avez-vous travaillé ? Vu la masse de documentation disponible, vous ne pouviez, dans le cadre limité qui semble vous avoir été accordé, qu’en traiter une partie. Sur quels critères avez-vous opéré la sélection ?

Dans l’année qu’a pris l’élaboration de ce livre, l’écriture a certes été assez rapide (le temps étant forcément limité par la date de remise du manuscrit à l’éditeur), mais elle a fait suite à plusieurs mois de réflexion sur la forme que devait prendre un tel projet.

Au début, je pensais faire un tour d’horizon critique de l’historiographie académique. Or, si la bibliographie savante sur 1917 et ses suites est imposante, elle reste fort modeste en langue française en comparaison de ce qui est disponible en anglais. Je me souviens du choc que j’avais ressenti, jeune doctorant, la première fois que j’avais vu les listes de publications des presses universitaires d’Oxford ou Cambridge sur la Russie révolutionnaire…

Cependant, en me contentant de discuter la constitution des écoles « totalitarienne » puis « révisionniste » et leur dépassement depuis 1991, je n’aurais pas ajouté grand-chose aux excellents travaux d’Abbott Gleason ou d’Enzo Traverso et aux synthèses de Sabine Dullin ou de Jean-Paul Depretto12. De plus, j’aurais fait un livre d’histoire pour historiens.

Le projet a donc évolué vers une histoire à la fois plus politique et plus culturelle. Une histoire politique devait relier l’écriture de l’histoire de 1917 aux enjeux hexagonaux à des périodes précises (la Grande guerre, la Libération, le gaullisme, 68…). Une histoire culturelle nécessitait d’intégrer les représentations littéraires, cinématographiques… qui, à mon sens, guident le regard sur l’événement au moins autant que les orientations idéologiques ou historiographiques.

La sélection des documents qui semblaient pertinents s’est faite dans le corpus de mes lectures, depuis ce Poème pédagogique que j’avais découvert sur les conseils de mon professeur de russe à l’âge de douze ans. C’était il y a plus de 35 ans. J’ai donc eu du temps pour lire !

Dans une perspective d’histoire culturelle, il fallait aussi traiter la réception des ouvrages d’historiens comme des œuvres littéraires et artistiques. Dans ce domaine, des portails numériques tels que Gallica.fr, Persee.fr et Jstor.org permettent de rechercher efficacement les recensions publiées au long d’un siècle dans la masse des périodiques destinés au grand public ou au milieu académique.

Enfin, le rôle d’institutions et de personnages-clés est éclairé par des travaux d’historiens. On connaît l’activité éditoriale du PCF – fondamentale pour comprendre la diffusion du schéma stalinien sur 1917 – grâce à Marie-Cécile Bouju13. La passionnante biographie de Pierre Pascal par Sophie Cœuré14 permet de suivre les premiers communistes français, de l’adhésion au bolchevisme en Russie même à la formation d’un regard de plus en plus critique. Pierre Rigoulot, qui se veut le continuateur de Boris Souvarine y compris dans son engagement anticommuniste, a eu le courage intellectuel de dévoiler le fonctionnement du microcosme antisoviétique français d’après-guerre, avec ses relais issus du collaborationnisme et sa collusion avec une fraction du patronat15.

3. Vous soulignez l’apport d’historiens comme François-Xavier Coquin, Jean-Jacques Marie ou Marc Ferro, particulièrement, dans l’approche française de la révolution russe. Si vous deviez conseiller trois ouvrages en français et trois ouvrages en langue étrangère sur la révolution russe, quelle serait votre sélection ?

Pour une première approche, il faudrait lire à la suite La Révolution russe de François-Xavier Coquin16 et l’Histoire de la guerre civile russe de Jean-Jacques Marie17. Pour réfléchir à l’évolution ultérieure du régime soviétique à partir de la révolution, c’est Des Soviets au communisme bureaucratique de Marc Ferro18 qui s’impose.

Parmi les productions étrangères, je retiendrais d’abord d’Orlando Figes et Boris Kolonitskii, Interpreting the Russian Revolution, The Language and Symbols of 191719 pour mieux comprendre la dynamique des contestations. L’élan utopique de la Révolution russe, systématiquement passé sous silence aujourd’hui alors qu’il est indispensable pour comprendre notamment les ressorts de la mobilisation des classes pauvres, a été décrit par Richard Stites20. Enfin, il est dommage que les historiens russes contemporains qui étudient cette période, déjà peu lus chez eux, ne soient quasiment pas traduits. Je pense particulièrement au travail de Dmitri Tchourakov sur l’autogestion ouvrière21.

Cette sélection est partiale, j’en suis conscient. Elle est aussi très partielle et je voudrais surtout conseiller de lire les grands romanciers de l’époque (Pilniak, Babel, Boulgakov…), ainsi que les acteurs qui ont fait œuvre d’historiens (Victor Serge, Dénikine, Trotski, Voline…).

4. Que pensez-vous de l’état du champ historiographique actuel en France concernant la révolution russe et plus généralement l’histoire du communisme ? L’impression qui semble dominer est celle d’un grand écart entre des réalisations grand public très partisanes (Apocalypse Staline, les livres de Thierry Wolton) et des travaux de qualité insuffisamment reconnus (ceux de Georges Vidal ou Alexandre Sumpf, par exemple) : qu’en pensez-vous ?

Le décalage entre une production de masse, sensationnaliste et pour tout dire réactionnaire, et des publications scientifiques plus intéressantes et variées mais à la diffusion confidentielle n’a rien de spécifique à l’histoire soviétique. La situation a tout de même empiré dans ce domaine car j’ai l’impression qu’on traduit moins d’ouvrages qu’avant : les universitaires ont accès à beaucoup plus de travaux grâce à Internet et ils lisent directement en anglais. Sont publiés en français et promus des ouvrages mainstream capables de devenir des blockbusters : La Tragédie d’un peuple de Figes (qu’on a attendu dix ans quand même) et Les Terres de sang de Timothy Snyder [Gallimard, 2012]. Il y a là un tropisme idéologique : le dernier ouvrage de Moshe Lewin, Le Siècle soviétique, n’a dû sa traduction qu’à l’engagement du Monde diplomatique, tout comme L’Âge des extrêmes d’Hobsbawm.

Même si les polémiques se sont calmées, on n’est pas sorti de l’ère du Livre noir. On le voit aussi dans la terminologie. Communément, « l’histoire du communisme » est l’histoire d’un régime instauré le 7 novembre 1917 et dont le drapeau a été amené le 25 décembre 1991. Cela correspond à la définition totalitarienne des Martin Malia et Alain Besançon d’un système immuable défini par son idéologie. À mon sens, ce n’est pas la réalité de l’État qui a régné 74 ans de Brest-Litovsk à Vladivostok. En étudiant dans ma thèse quelques dizaines de communes écloses en pleine guerre civile et dont les dernières ont disparu pendant la collectivisation et la grande famine, c’est l’histoire de tout le communisme qu’il y a jamais eu que j’ai tentée de retracer. L’histoire du (des) mouvement(s) communiste(s) en politique ou l’histoire du régime soviétique dans les domaines économique, social, culturel… sont indispensables, mais elles ne constituent pas l’histoire du communisme.

En fait, le seul point de contact entre ces histoires et l’histoire du communisme tient dans la période révolutionnaire. Pour bien faire, il faudrait envisager chaque fait de la vie soviétique, chaque moment du destin de l’URSS, en faisant d’abord la mise au point sur la période 1905-1925 afin de ne voir nettement que ce qui ressort spécifiquement de cette tentative de subversion sans précédent et sortir du champ de ce que l’URSS partageait avec le commun des systèmes sociaux hiérarchiques. Je ne dis pas qu’on retrouverait alors l’Arcadie perdue. On verrait sûrement de la violence et de l’iniquité mais on étudierait vraiment la question des révolutions et du changement social.

C’est un programme de recherche exigeant et sûrement utopique. Sans doute une des choses que je dois à Michèle Riot-Sarcey.

5. Quels sont vos perspectives d’écriture à venir ? Avez-vous prévu des projets ou des événements particuliers pour le centenaire de la révolution russe ?

Avec ma collègue Korine Amacher de l’Université de Genève et l’historien ukrainien André Portnov, je participe actuellement à un projet soutenu par le Fonds national suisse pour la recherche scientifique pour étudier le regard qu’ont porté depuis 1914 les Polonais, les Ukrainiens et les Russes sur leur histoire réciproque. Dans ce cadre, je vais m’intéresser plus particulièrement à l’Ukraine, mon « terrain », et à la vision des événements de 1917, mais aussi de 1848. Ce dernier cas est particulièrement intéressant. Volonté d’émancipation vite consumée dans la montée des antagonismes nationaux sur fond de manipulation par les grands voisins de l’est et de l’ouest : de quoi comprendre la formation de représentations où la question sociale disparaît et, malheureusement, de quoi réfléchir à la situation contemporaine de l’Ukraine !

Dans la perspective du centenaire, je participerai au colloque organisé à Lausanne par Jean-François Fayet22, L’écho international des commémorations de la Révolution d’Octobre (1918-1990) en septembre prochain. J’y parlerai des célébrations de la révolution bolchevique en Ukraine soviétique dans les années Vingt, alors que factuellement il ne s’était rien passé en octobre-novembre 1917 en Ukraine.

Pour l’automne 2017, un colloque conjoint entre les universités de Bâle et de Genève est en cours d’élaboration. Son titre provisoire est La Russie en 1917 et la dissolution de l’ordre ancien en Europe. Itinéraires biographiques, expériences individuelles et reflets autobiographiques. Ce sera l’occasion pour moi de retracer des trajectoires militantes internationalistes (on dira aujourd’hui « transnationales » !) autour de l’Ukraine.

À plus long terme, je voudrais développer un travail sur les communistes ukrainiens pendant la guerre civile, comme une biographie collective, afin d’étudier les modalités de l’engagement plébéien tout en faisant l’histoire des relations de pouvoir et celle des usages de la violence. On pourrait ensuite étudier comment ce moment de tension extrême s’est reflété dans les mémoires des acteurs (des milliers de dossiers aux Instituts d’histoire du Parti et de la Révolution) et dans la culture soviétique. Du travail en perspective

1Nous publions une nouvelle version de sa recension, initialement publiée sur notre ancien site, en même temps que celle de La Révolution russe, une histoire française.

2Il complète et actualise de la sorte, dans sa première partie, l’étude de Sophie Coeuré, La Grande lueur à l’est. Les Français et l’Union soviétique, 1917-1939, Paris, Le Seuil, 1999.

3Joseph Kessel, Makhno et sa juive, Paris, Éditions Éos, 1926, réédité chez Gallimard, coll. « Folio », 2001.

4Vladimir Pozner, Le Mors aux dents, Paris, Denoël, 1937, réédité chez Actes Sud, coll. « Babel », 2005. Ce roman raconte l’aventure incroyable du baron Ungern.

5L’existence de notre volume consacré à celui-ci, « Pierre Broué, un historien engagé dans le siècle », n’est malheureusement pas évoquée. L’existence de l’Institut Léon Trotsky et des Cahiers Léon Trotsky, pourtant importante quant à la perception de la révolution russe, est également passée sous silence.

6Voir sur ce blog la chronique à venir de son livre Des Soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, Paris, Gallimard / Julliard, collection « Archives », 1980.

7Les Intellectuels contre la gauche : l’idéologie antitotalitaire en France (1968-1981), Marseille, Agone, 2009 (édition originale en 2003).

8Cette interprétation d’Eric Aunoble ne devrait pas manquer de susciter quelques débats, puisque dans un récit fictionnel, fascination ne signifie pas ipso facto adhésion.

9« En somme, le schéma d’un « État contre son peuple » qui donne son titre au chapitre ne semble pas pertinent pour la période révolutionnaire dans la mesure où l’État soviétique et le parti communiste se construisent largement ex nihilo à partir de membres des plus basses couches de la société. » (p. 159-160).

10 Il écrit ainsi, à propos de la somme d’Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple, Paris, Denoël, 2007 (édition originale en 1996) : « Cette habileté de l’écrivain qui propose au lecteur des personnages auxquels s’identifier est en même temps la marque de l’écriture victimaire : on glisse de la réflexion vers l’empathie et la compassion peut être ressentie également pour des personnes ayant fait des choix antagoniques. » (p. 178-179).

11« La guerre civile n’est donc pas tant une lutte de l’État, ici désormais soviétique, contre le « peuple » qu’une lutte entre différents groupes sociaux qui se protègent en se dotant d’appareils politico-militaires. » (p. 187), pierre supplémentaire dans le jardin de Nicolas Werth…

12Abbott Gleason, Totalitarianism : The Inner History of the Cold War, New York-Oxford, Oxford UP, 1995. Enzo Traverso, Le Totalitarisme, le XXe siècle en débat (textes choisis et présentés par Enzo Traverso), Paris, Seuil, collection « Points Essais », 2001 ; Sabine Dullin, « Les interprétations françaises du système soviétique », in Michel Dreyfus, Bruno Groppo, Claudio Ingerflomm et alii, Le Siècle des communismes, Paris, Seuil, collection « Points », 2011 (édition originale en 2004) ; Jean-Paul Depretto, « Introduction » in Pour une histoire sociale du régime soviétique (1918-1936), Paris, L’Harmattan « Pays de l’Est », 2001.

13Marie-Cécile Bouju, Catalogue de la production des maisons d’édition du Parti communiste français 1921-1956, mémoire d’études, sous la direction de Jean-Yves Mollier, Villeurbanne, ENSSIB, 1999 ; Lire en Communiste. Les Maisons d’édition du Parti communiste français 1920-1968, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.

14Sophie Cœuré, Pierre Pascal. La Russie entre communisme et christianisme, Lausanne, Noir sur Blanc, 2014 ; il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/5545 .

15Pierre Rigoulot, Georges Albertini, socialiste, collaborateur, gaulliste, Paris, Perrin, 2012.

16Paris, PUF « Que sais-je ? », 1962 (rééd. Pantin, Les Bons Caractères, 2005).

17Paris, Taillandier « Texto », 2015 (édition originale en 2005).

18Paris, Gallimard et Julliard, coll. « Archives », 1980.

19New Haven and London, Yale UP, 1999.

20Richard Stites, Revolutionary Dreams: Utopian Vision and Experimental Life in the Russian Revolution, New York & Oxford, Oxford University Press, 1989.

21D.O. Čurakov, Russkaja revoljucija i rabočee samoupravlenie [La Révolution russe et l’autogestion ouvrière], Moscou, Airo-XX, 1998.

22Auteur d’une biographie de Karl Radek (http://www.collectif-smolny.org/article.php3?id_article=1954) et d’un livre sur le soft power soviétique des années vingt (VOKS. Le laboratoire helvétique. Histoire de la politique culturelle soviétique durant l’entre-deux-guerres, Genève, Georg, 2014).

Jean-Gabriel Périot, Une jeunesse allemande, film documentaire, France/Allemagne/Suisse, scénario de Jean-Gabriel Périot, 93 mn, couleur, production Local Films et Blinker filmproduktion, sorti le 14 octobre 2015.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Tout commence par l’extrait d’une interview de Jean-Luc Godard où il est question de réaliser des images en Allemagne, sur la possibilité de filmer en Allemagne. Ce film, dont sont extraites les quelques images, n’est pas référencé (il l’est cependant dans le générique final). Le spectateur le comprend immédiatement, c’est sous le patronage du cinéma (incarné par la voix si identifiable de l’auteur de La Chinoise) que s’ouvre Une jeunesse allemande. Cette jeunesse allemande dont il est question dans le titre du film, c’est celle qui au début des années 60 ne s’identifie plus à la jeunesse de ses pères. Ces derniers sont illustrés par un extrait d’actualité de la fin de la période nazie où Adolf Hitler tapote la joue d’un adolescent des Jeunesses hitlériennes qui mourra quelques jours plus tard lors de l’assaut final de Berlin par les troupes soviétiques et une scène, très connue, de liesse, où une foule estudiantine jette des livres dans un immense feu pour un autodafé géant. Ces pères, qui ont soutenu, applaudi, au pire, obéi, au moins durant ce IIIe Reich, dont la fin est si proche. Cette jeunesse allemande se radicalise alors contre ce passé nazi, contre la société de consommation, contre l’impérialisme, contre la guerre du Vietnam. Cette jeunesse allemande a nom Ulrike Marie Meinhof, Andreas Baader, Holger Meins, Gudrun Ensslin, Horst Malher, Jan-Carl Raspe… Plusieurs d’entre eux sont étudiants en cinéma à l’Institut du cinéma allemand de l’Université Libre de Berlin. D’autres, Ulrike Meinhof ou Horst Malher par exemple, sont engagés dans le journalisme radical, rédactrice à Konkret pour la première ou avocat, fondateur du collectif des avocats socialistes de Berlin pour le second. Ces apprentis cinéastes s’essaient à l’usage de l’art visuel pour défendre leurs positions politiques.

Jusqu’à ce jour, personne n’avait songé à utiliser ce fantastique matériau, constitué par les rushs des films d’exercice dans le cadre de leur formation, pour raconter l’histoire de leur engagement politique. C’est précisément là que réside l’intérêt premier, archéologique du film de Jean- Gabriel Périot. A ces extraits de films, souvent inaboutis ou inachevés, se mêlent des extraits d’émissions de télévision. On y a apprend ainsi que Ulrike Meinhof était l’invitée régulière d’émissions de débats intellectuels jusqu’à la fin des années 60, distillant ses analyses à contre-courant, radicales, à un public dépassant largement celui du lectorat du magazine Konkret. Avant de pratiquer l’exercice de la lutte armée, c’est par l’image que la violence est mise en œuvre, au fil des réalisations des uns et des autres. Ces films d’école mêlent une dénonciation sans nuance de la « presse de caniveau » (illustratif apparaît à cet égard le film consacré au Bild, le journal le plus populaire d’Allemagne) ou les acteurs miment l’usage des armes pour s’attaquer aux pouvoirs établis. Puis le film bascule, car soudain, après 68 et la fin de la la période de grande coalition SPD-CDU, c’est à travers les reportages télévisuels que se scelle le destin du groupe Baader-Meinhof, passé à la clandestinité et à la lutte armée. L’évocation des bombes contre les bases étatsuniennes en Allemagne, contre les diverses institutions, puis l’exécution de Hans-Martin Schleyer, le dirigeant du patronat allemand, kidnappé auparavant, rappellent la violence et la dureté de la guerre privative à laquelle s’est adonnée la Fraction Armée Rouge (RAF en allemand). Les réactions du SPD (Helmut Schmidt est alors chancelier), sur l’usage de la violence légitime, celle de l’État, contre les « anarchistes criminels », s’expriment sans retenue. Celles d’Helmut Kohl, dirigeant de la CDU ou de Franz-Joseph Strauss de la CSU, expriment encore plus violemment leur absolue détestation des « criminels destructeurs ». Après le détournement d’un avion à Mogadiscio, dont l’échec scelle le sort des prisonniers de la RAF, c’est l’impasse politique totale pour Baader, Meinhof et leurs camarades de cellule. Le film se conclut par un extrait de L’Allemagne en automne, film collectif (1977) auquel ont participé les principaux cinéastes engagés de la période (Alexander Kluge, Volker Schlöndorff, Rainer Werner Fassbinder…). En contrepoint de l’annonce du suicide de Meinhof et Baader au journal télévisé, Fassbinder, nu, téléphone à un correspondant anonyme, au milieu de la nuit pour lui annoncer la nouvelle et l’expression de ses doutes sur la véritable nature du suicide. Puis, dans la scène suivante, c’est le dialogue entre Fassbinder et sa mère, social-démocrate de tout temps, qui illustre la rupture entre ces intellectuels radicaux et l’opinion publique du pays.

Ouvert sous les auspices de Jean-Luc Godard, le film se clôt par l’approche crépusculaire portée par Fassbinder. Pas tout à fait cependant, car une ultime scène montre une femme, coiffée d’un chapeau de paille (chapeau vietnamien, référence aux combattants vietcongs ?) distribuant des tracts devant l’entrée d’une entreprise, tandis que la voix off de Ulrike Meinhof rappelle la volonté de fusionner l’avant-garde politique avec les masses. Le spectateur peut-il y percevoir le fil qui unit cette jeunesse allemande d’il y a un demi-siècle désormais à celle d’aujourd’hui ?

De ce point de vue, Une jeunesse allemande ne se présenterait pas alors comme un film sur la nostalgie des combats perdus et de l’impasse politique que représente le terrorisme, mais bien une œuvre appelant à la réflexion sur les moyens de continuer l’entreprise de transformation du monde, à laquelle avait commencé de s’atteler cette jeunesse allemande des années 70′.

Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (couleurs), La Guerre des amants. 3 – Jaune Berlin, Grenoble, Glénat, 2015, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jaune Berlin – dont le choix de teinte s’explique par la volonté de compléter le spectre des trois couleurs primaires – conclut la trilogie entamée avec Rouge révolution1 et poursuivie dans Bleu Bauhaus2. Là où les deux premiers tomes se suivaient à quelques années d’intervalle seulement, Jaune Berlin se déroule vingt ans plus tard, en 1945. L’essentiel de l’intrigue suit Walter, cet idéaliste engagé au sein de l’armée des États-Unis, au sein du corps très particulier des « Monuments Men », récemment mis en lumière dans le film éponyme de George Clooney3. Comme ses camarades, il est donc chargé de protéger ou de retrouver les œuvres d’art, dont un bon nombre furent pillées par les dirigeants nazis. Il travaille d’abord dans ce but en France, puis dans l’Allemagne vaincue, désireux en particulier de mettre la main sur un chef d’œuvre d’Hubert et Jean van Eyck, L’Agneau mystique. Parallèlement, Natalia, ayant gravi les échelons au sein de l’Armée rouge, a été placée à la tête de la « Mission trophée », chargée par Staline de mettre la main sur le plus grand nombre d’œuvres d’art, en une forme de (très infime) dédommagement pour la saignée humaine et matérielle subie par l’URSS durant la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux itinéraires sont intercalés quelques retours en arrière, fort utiles pour découvrir le projet de musée envisagé par Hitler pour la ville de Linz (où il passa une partie de son enfance), dit Führermuseum, ou l’action résistante de Rose Valland4, qui collecta énormément d’informations sur les œuvres d’art confisquées par les nazis, permettant de retrouver la plupart d’entre-elles.

On l’aura compris, l’art est au centre de Jaune Berlin. Certes, c’était déjà le cas des précédents volets5, mais on assiste au fil de la trilogie à un affadissement du contexte politique au profit exclusif des considérations artistiques. Ici, la préférence va clairement aux Étatsuniens. Walter est le prototype de l’homme compréhensif et généreux (il protège et accepte sans difficulté la relation homosexuelle de Rose Valland, et sauve même sa maîtresse des tondeurs de la Libération), et sa mission consiste à rendre à leurs propriétaires, privés ou étatiques, les œuvres d’art subtilisées, là où les Soviétiques se saoulent sans complexe (p. 19) et témoignent d’un égoïsme national plus prononcé. Le principal regret, c’est de ne pas bénéficier d’éclairages substantiels sur les parcours de Walter et surtout Natalia de 1925 à 1945 : on aurait en particulier aimé apprendre comment cette dernière a réussi à traverser la Grande Terreur ou les débuts de la guerre avec l’Allemagne. En lieu et place, c’est la romance entre les deux personnages qui se conclut, sous la forme à la fois d’une désillusion, d’une impossibilité de retrouver le romantisme et la passion des origines (la mort de l’adolescente blonde, tué par Walter car elle dérobait un tableau de Rembrandt, symbolise la disparition de cette idylle de jeunesse6), mais également d’une réconciliation à travers l’art. Ce dernier est ainsi le seul capable d’exalter une beauté commune, tout spécialement les œuvres de Kandinsky, personnage transversal des trois tomes7 et dont le prénom est aussi celui du fils de Walter et Natalia.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

2Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4863

3Monuments Men, de George Clooney, avec George Clooney, Matt Damon, Bille Murray, Cate Blanchett, production États-Unis/Allemagne, couleur, 1h 59 mn, sortie en France le 12 mars 2014.

4Sur cette femme peu (ou pas assez) connue, lire ses mémoires : Rose Valland, Le Front de l’art, défense des collections françaises, Paris, Réunion des musées nationaux, 1997 (1ere édition Plon, 1961). Deux bandes dessinées retracent son parcours, toutes deux parues en 2009 : Catel [Catel Muller], Emmanuelle Polack, Claire Bouilhac, Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts, tome 1, Paris, Dupuy, 48 p., et Emmanuelle Polack, Emmanuel Cerisier, Rose Valland, l’espionne du musée du Jeu de Paume, Paris, Gulf Stream Éditeur, 93 p. Voir également le catalogue d’une exposition qui lui est consacrée sur http://www.chrd.lyon.fr/static/chrd/contenu/pdf/presse/e_DP_Rose_Valland.pdf

5A ce titre, il est dommage que Rouge révolution soit le seul album dénué de cahier critique, rédigé par des spécialistes de chaque question, tant le constructivisme ou la vitalité artistique de la Russie révolutionnaire auraient mérité des développements.

6Natalia dans une lettre à Walter, écrite en esperanto : « Nos espérances de jeunesse sont en cendres, comme les villes que nous traversons. » (p. 33).

7Le code utilisé par Natalia pour permettre à Walter de la retrouver dans un Berlin en ruines est une référence directe au constructivisme évoqué dans Rouge révolution. De même, la discussion finale entre Walter et Natalia permet cette réflexion : « Lui seul a pleinement réussi sa mission… Changer notre monde à grands coups de pinceau… » (p. 48).

SINE EST MORT

Le caricaturiste et dessinateur d’extrême gauche Siné vient de décéder ce jeudi 5 mai 2016. Anticolonialiste dès le milieu des années cinquante, sympathisant des révolutions algériennes et cubaines puis de la révolution culturelle chinoise, participant actif aux « années 68 », ce caricaturiste au trait féroce (nombre de ces dessins furent refusés, y compris par des journaux progressistes), farouchement anticlérical et religiophobe dans la tradition historique des tendances révolutionnaires du mouvement ouvrier, est mort le jour où les catholiques fêtent la rencontre entre Jésus ressuscité et ses disciples ! Comme une dernière provocation, à n’en pas douter !

DessinsDeLaGuerreDalgerie_10012007 Couverture Siné Hebdo

Matthieu Renault, C.L.R. James. La vie révolutionnaire d’un « Platon noir », Paris, La Découverte, 2016, 232 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Matthieu Renault, qui avait déjà livré par le passé une étude sur Frantz Fanon, s’est intéressé à une figure bien moins connue en terre française, celle de Cyril Lionel Robert James (1901-1989), que l’on retient principalement pour son ouvrage Les Jacobins noirs, consacré à la révolution haïtienne, voire, en ce qui concerne les plus « trotskologues », pour ses discussions avec le « Vieux » [Léon Trotsky] sur la question noire. Pourtant, l’approche de Matthieu Renault permet de souligner toute l’actualité de sa pensée et de sa réflexion, marquées, selon l’auteur, par une ambiguïté, une double tendance, ce que cherche justement à refléter le sous-titre choisi : « Platon noir », cette expression journalistique du début des années 1980, souligne la filiation occidentale de James, son admiration pour la Grèce antique et sa stature d’intellectuel total, tandis que l’adjectif permet de mettre l’accent sur son identité d’opprimé, de colonisé.

C.L.R. James est né à l’aube du XXe siècle, à Trinidad, alors colonie anglaise, et son éducation toute britannique sera totalement assimilée, faisant de lui un pur produit de la culture du Royaume-Uni. Passionné de littérature dès son plus jeune âge, il le fut également par le cricket, qu’il analysa en profondeur et sur lequel il écrivit tout au long de son existence. C.L.R. James s’essaya d’abord à une carrière d’écrivain, ses nouvelles et roman déclinant une forme de réalisme social, axé sur la vie des noirs pauvres de son île. L’empathie qu’il manifeste à leur égard s’accompagne, sur le plan politique, d’un réformisme libéral, visant à l’autonomie de Trinidad, et insistant sur l’égalité entre blancs et noirs. Il se rend, au début des années 1930, en Angleterre, et c’est dans la ville ouvrière de Nelson (dans le Lancashire) qu’il découvre le marxisme et devient révolutionnaire. Il est alors profondément marqué par sa lecture de l’Histoire de la révolution russe de Trotsky et Le Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler, deux livres qui témoignent à ses yeux d’une idée-force de sa pensée, celle de l’histoire-mouvement. En 1934, il intègre la fraction trotskyste au sein de l’Independent Labour Party (ILP), et participe même à la fondation de la IVe Internationale en septembre 1938. L’ouvrage qu’il publie à l’époque, World Revolution, est une démonstration de cette « orthodoxie » trotskyste qui est alors la sienne (dont un « eurocentrisme » que Matthieu Renault nous semble avoir légèrement tendance à surévaluer dans le trotskysme de l’époque). A la même période, C.L.R. James milite également dans le mouvement panafricain, au sein de la League of Coloured People et de l’International African Friends of Ethiopia, aux côtés de George Padmore1. Enfin, il se penche sur la révolution de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle, écrivant une pièce de théâtre sur Toussaint Louverture et son étude fameuse, Les Jacobins noirs2. La tension évoquée par le sous-titre, celle entre une forme d’eurocentrisme et une tendance au décentrement, Matthieu Renault en voit justement l’émergence à cette époque foisonnante pour C.L.R. James.

Déménageant aux États-Unis à la fin des années 1930, il se penche sur la question noire dans ce cadre national, revendiquant la constitution d’une organisation autonome noire (pour nouer une alliance de classe avec les prolétaires « blancs »), en qui il perçoit une possible avant-garde révolutionnaire (il trace ainsi un parallèle avec les minorités nationales dans la praxis de Lénine). D’abord membres du Socialist Workers Party (SWP), il rejoint en 1940 le Workers Party (WP), issu d’une scission minoritaire du précédent : il y constitue une tendance avec Raya Dunayevskaya, la Johnson-Forest Tendency (leurs pseudonymes respectifs), caractérisée en particulier par l’analyse de l’URSS comme capitalisme d’État. Rompant avec le WP au milieu des années 1940, cette tendance rejoignit brièvement le SWP, avant de le quitter au début des années 1950. C’est durant cette décennie riche en réflexions politiques que C.L.R. James mit au premier plan de ses préoccupations l’idée d’auto-émancipation des masses ; il travailla également beaucoup sur la dialectique hégélienne, revue par Lénine dans ses Cahiers philosophiques, et en garda le principe d’une histoire fonctionnant par bonds (telles les révolutions haïtienne ou russe). Sur le plan culturel, C.L.R. James défend les arts populaires, une position qui sera la sienne toute sa vie, car selon lui, ils « (…) expriment « les émotions et sentiments les plus profonds du peuple américain ». » (p. 129). Il livre également des analyses de certains auteurs, dont la plus connue est sans doute celle du Moby Dick d’Herman Melville. Pour lui, on est là en présence d’une véritable métaphore du capitalisme industriel alors en plein essor, où Achab incarne la figure du bourgeois, Ismaël le prototype d’un petit bourgeois, face à un équipage cosmopolite mais encore insuffisamment mûr pour la révolte. C.L.R. James est finalement expulsé des États-Unis en 1953, en pleine période « anti-rouge », malgré la mise en avant de ses efforts pour valoriser son étude de la littérature nationale.

Revenu en Grande-Bretagne, il participe avec Raya Dunayevskaya à Correspondence, proche de Socialisme ou Barbarie, avant de rompre avec cette dernière. Il se retrouve finalement, dans les années 1960, au sein d’un groupe fort réduit, Facing Reality, du nom d’un texte cosigné avec Cornélius Castoriadis en défense de la révolution hongroise de 1956. Au fil des ans, C.L.R. James affine sa vision de la révolution (« folie raisonnable », p. 163) et du socialisme. Il fait ainsi un éloge appuyé de la démocratie athénienne, en laquelle il voit le prototype du socialisme à venir, et salue également avec emphase l’action de Nkrumah au Ghana, exemple à ses yeux de ces bonds en avant qui font avancer l’histoire ; il tend d’ailleurs, à cette occasion, à valider l’utilité, pour les pays décolonisés, d’un parti d’avant-garde, à la différence des pays déjà développés. A la fin des années 1950, il retourne à Trinidad et participe aux premiers pas du nouveau pays, avant de connaître une désillusion, due en particulier à l’acceptation du maintien d’une base étatsunienne sur place et à l’abandon du projet de fédération des Antilles britanniques. Il passe les dernières décennies de sa vie principalement au Royaume-Uni, non sans quelques séjours en Afrique, le leader de la Tanzanie, Julius Nyerere remplaçant Kwamé Nkrumah comme leader progressiste panafricain.

Le livre de Matthieu Renault3 est d’un grand intérêt, offrant une vue panoramique relativement complète du parcours intellectuel et politique de C.L.R. James, basée sur ses écrits, y compris sa correspondance avec Constance Webb, devenue un temps son épouse (il lui explique d’ailleurs que la lutte de classe traverse chaque individu, elle ou lui compris). Les seuls reproches que l’on pourrait éventuellement lui adresser concernent un certain manque de chair, l’aspect plus classiquement biographique, presque prosaïque, demeurant généralement en arrière-plan de l’exposé4. En l’espèce, néanmoins, cette invitation à la découverte d’une œuvre est d’une brûlante actualité, C.L.R. James ayant été un analyste marxiste majeur de la culture, s’étant toujours efforcé de combiner revendications spécifiques des minorités avec une problématique universaliste, critiquant dès la fin des années 1960 la focalisation sur le facteur racial.

1Sur cette thématique, voir notre recension sur ce même blog du livre de Amzat Boukari-Yabara, Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme, Paris, La Découverte, 2014 : http://dissidences.hypotheses.org/5710

2« Les rapports de production à Saint-Domingue préfiguraient, en miniature, le devenir des luttes de classe à l’échelle mondiale et annonçaient les révolutions à venir, Les Jacobins noirs pouvant dès lors être lu comme une préface à l’Histoire de la révolution russe. » (p. 72), car James insiste sur le mélange, dans la colonie française d’alors, entre arriération et modernité, tout comme dans la Russie de 1917.

3Il a également postfacé un recueil d’articles de C.L.R. James, paru en début d’année (2016), intitulé Marins, renégats et autres parias chez Ypsilon éditeur.

4Quelques erreurs minimes de dates sont également présentes, ainsi du second congrès de la IVe Internationale en 1947 (ce fut 1948), p. 147, ou de 1950 substitué à 1960 p. 166 pour la rédaction de « Perspectives of our Party » à Trinidad.

Herman Gorter, Ce que tu es, Marseille, Al Dante, 2016, 102 pages, 13 €, traduction de Saskia et Henri Deluy.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Dans les milieux d’extrême gauche, Herman Gorter (1864-1927) est surtout – voir uniquement – connu pour la polémique qui l’a opposé à Lénine en 1919. Ainsi, La maladie infantile du communisme (1920) prend notamment pour cible la brochure La révolution mondiale (1919) de Gorter – caractéristique selon Lénine de ce « communisme « de gauche » » qu’il fustige. Et Gorter y répondit dans sa Lettre ouverte au camarade Lénine (1920, rééditée en 1979 aux éditions Spartacus). Mais Herman Gorter est aussi un grand poète dont l’œuvre, devenue un classique aux Pays-Bas, « ouvre la poésie néerlandaise à la modernité » (p. 9). Reste que ces poèmes n’ont guère été traduits et demeurent largement méconnus dans les pays francophones.

Saskia et Henri Deluy nous présentent ici un choix de poèmes dont la majeure partie date de 1889-1890, délaissant les poèmes de sa période socialiste, jugés trop démonstratifs et outranciers. Ils parlent à juste titre d’« instantanéisme » et de simplicité lyrique pour évoquer les extraits réunis ici ; extraits dont ils ont veillés à préserver le rythme au cours de la traduction (p. 4-5). Ainsi, se dessinent une série d’impressions et d’images, fixées un bref moment, sous « la complainte de l’instant » (p. 45). Les éléments naturels – le vent « dans ses vêtements de deuil » (p. 31) ; « les ciels ensanglantés » (p. 99)… – et la fuite du temps – « et chaque jour disparaissait » (p. 26) – y occupent une place centrale. Ils tendent d’ailleurs à converger dans ces arrêts du temps, qui semblent marquer un passage à une autre temporalité : « Puis tout s’apaisa (…). / Alors le silence se fit » (p. 20) ; « et soudain une musique » (p. 47).

La mélancolie y est prégnante et, sous la simplicité et le calme du soir, perce une blessure ; le refus de tenir la poésie pour quitte de « Tous ces jours gris » :

« J’ai senti alors le mensonge

dans ce souvenir joyeux,

que l’on garde d’avoir, enfant,

dansé parce qu’on était vivant » (p. 47).

« Tous ces jours gris

leurs rires forcés

vivre en faisant semblant,

et ne vouloir vivre qu’autrement » (p. 72).

Demeure ainsi la faim – « Mon cœur était si affamé / si anxieux et si avide, » (p. 26) ; « Il ne reste rien en moi / que ce pauvre désir affamé » (p. 55) – d’une ferveur, d’une poésie qui ne serait plus en deuil.

Cette mélancolie n’empêche pas pour autant les détours, voire l’ironie qui déjoue une poésie sentimentale par trop attendue :

« nous nous sommes dit non jamais

On ne s’aimait pas tant que ça après tout –

chacun de son côté – tout était calme et étrange » (p. 65).

D’autres poèmes empruntent plus directement au chant et au conte, comme Je parcourais ma ville le soir… (p. 65-66), qui n’est pas sans rappeler d’ailleurs le mouvement et le thème de Conte (dans les Illuminations) de Rimbaud.

Les éditions Al Dante nous offrent donc ici un premier éventail de textes, judicieusement préfacés et traduits, d’un poète dont un de ses compatriotes, également poète, dit :

« tu courais encore dans tes vieux jours

jusqu’au bord de deux mondes » (Lucebert, cité p. 4).

Thomas van Houtryve, La Lutte continue. Voyage dans les communismes du XXIe siècle, Paris, Intervalles, 2012, 290 pages, 39 €, préface de Tzevan Todorov.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Dans la catégorie des beaux livres sur le communisme, nous avions déjà évoqué Sous les plis du drapeau rouge1 ou Sous le signe de l’étoile rouge. La Lutte continue est relativement différent, puisqu’il s’agit d’une sélection de photographies réalisées au cours de la première décennie du XXIe siècle, par un journaliste ayant collaboré à des titres réputés internationalement. Thomas van Houtryve a voulu en effet rassembler ses visions de ce qui reste aujourd’hui du camp socialiste d’antan, en allant enquêter sur place, dans les derniers pays se réclamant officiellement du communisme, auxquels un chapitre est respectivement dédié. L’ensemble est préfacé par Tzevan Todorov, qui se révèle un peu trop partiel dans sa vision du communisme2.

Une série de photographies ouvre chaque chapitre, suivie par un texte consacré au pays en question et la légende (succincte) de chaque cliché. Ceux-ci sont de grande qualité, avec des couleurs qui ressortent bien, souvent placées dans un décor plus sombre. Celui qui ouvre l’ouvrage, un homme écartant un rideau dans le musée Hô Chi Minh, illustre bien la plongée qui s’offre à nous, tandis que l’ultime cliché voit l’intérieur d’un taxi au pare-brise totalement rougi, une icône de Mao jeune suspendue au rétroviseur, comme pour mettre en relief la vision idéologique aux commandes de ces divers États. Le Népal est abordé sous l’angle de la guerre civile, juste avant l’arrivée au pouvoir des rebelles maoïstes, et les photographies relèvent d’une véritable mise en scène : après la très belle vue d’un drapeau rouge hissé au sommet d’un arbre devant un paysage himalayen, aperçu d’ensemble du sujet, se succèdent des vues d’entraînements des combattants maoïstes (plutôt rouges, avec cette scène impressionnante de multiples fusils dressés) et des groupes de policiers (plutôt bleus), avant des témoignages de violentes manifestations anti-monarchistes, culminant dans une double-page de raz de marée maoïste. Pour la Corée du nord, dont la première photo, celle d’une employée du métro de Pyongyang devant une fresque héroïque, est une superbe métaphore du croisement entre propagande tournée vers l’avenir et présent fixé sur le passé glorieux, l’accent est mis sur le contraste entre la forte militarisation du paysage et des scènes de la vie ordinaire (jusqu’à une consultation chez le dentiste). Le récit insiste sur la mise en scène généralisée, avec les traditionnelles étapes de la visite touristique (le mausolée de Kim Il Sung en particulier), et évoque le rocambolesque second voyage mené par un Thomas van Houtryve dissimulé derrière la fausse identité d’un représentant de l’industrie chocolatière !

A Cuba, c’est la débrouille qui est au cœur des témoignages photographiques, avec en arrière-plan la présence de la propagande (étonnant cliché d’étudiantes en art aux corps peints, entre autres de portraits du Che et de Camilo Cienfuegos). Les pays évoqués les plus étonnants sont la Moldavie et le Laos. Le premier se centre surtout sur la Transnistrie, province orientale séparatiste restée fidèle au modèle soviétique, là où le reste du pays voyait en 2009 l’essor des manifestations anti-communistes, largement mises en valeur visuellement (non sans une certaine candeur de la part de Thomas van Houtryve concernant l’analyse de ces « révolutions » de couleur dans la frange occidentale de l’ancienne URSS). Le Laos, pour sa part, généralement négligé par l’actualité internationale, est mis en valeur par le contraste marqué entre déploiement d’une richesse sans complexe (dans les zones économiques spéciales) et une pauvreté apparemment endémique, et, plus incroyable, par le reportage réalisé au plus près des derniers représentants de la guérilla des Hmong, engagés par la CIA durant la guerre du Vietnam pour lutter contre les combattants communistes, et qui sont de nos jours, eux et leurs familles, toujours traqués. Pour le Vietnam, ce sont les traces de la guerre, justement, qui sont au cœur de nombre de photographies (musées, tombes, soldats), « Autant de cicatrices jamais complètement refermées. » (p. 249), ainsi que des exemples d’une vie quotidienne tout ce qu’il y a de plus « normal ». A travers l’exemple du sort d’une pharmacie, propriété de ses beaux-parents ayant fui un Vietnam devenu entièrement communiste, Thomas van Houtryve évoque le retour du capitalisme dans le pays.

Enfin, en ce qui concerne la Chine, le récit évoque Nanjie, un village du centre du Henan qui présente la particularité d’être revenu à la collectivisation au tout début des années 1990 (sans que l’on sache d’ailleurs si c’est là un cas unique ou non), les habitants, ayant tous les mêmes habitats et le même ameublement, disposant d’avantages sociaux, ce que n’ont pas les nombreux travailleurs migrants essentiels au bon fonctionnement de la communauté… De manière générale, l’accent est mis par Thomas van Houtryve sur le caractère passéiste de ces communismes, sur les ravages qu’ils ont causés, face à la misère et aux morts ordinaires, ce que l’on pourra trouver un peu simplificateur (aucune bibliographie n’est par ailleurs proposée).

1Il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3456

2En plus de situer l’apparition des mouvements millénaristes à compter de la Réforme, alors qu’ils ont émergé avant. Voir par exemple Norman Cohn, Les Fanatiques de l’apocalypse, chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4768

Jean-Marc Ligny, AquaTM, Paris, Gallimard, collection « Folio SF », 2015 (2007 pour l’édition originale), 976 pages, 10,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Marc Ligny (né en 1956) est un auteur confirmé de science-fiction. Ayant débuté à la fin des années 1968, il a touché à toutes les déclinaisons du genre, space opera, cyberpunk, et même littérature jeunesse. Avec AquaTM, il revenait justement à la littérature dite adulte, en reprenant le sujet d’un roman paru en 1993 au Fleuve noir, Aqua, pour le développer de manière significative, sa taille étant pratiquement multipliée par cinq. Ce faisant, Jean-Marc Ligny inaugurait ce qui allait devenir sa « trilogie climatique », composée, outre d’AquaTM, d’Exodes (2012) et de Semences (2015). Ce premier volume est aussi le plus proche de nous (chronologiquement parlant), puisque l’action s’y déroule en 2030.

Il s’agit à la fois d’une mise en scène des conséquences possibles du réchauffement climatique et d’une dénonciation du capitalisme néo-libéral, offrant d’une certaine manière une version romancée des essais de Naomi Klein1. L’intrigue se déploie à travers plusieurs personnages : Laurie, une jeune employée de SOS, association humanitaire vouée à l’aide aux réfugiés et victimes climatiques ; Yann, son frère, hacker de génie qui se retrouve embauché par la NSA privatisée pour sauver sa vie ; Anthony Fuller, richissime homme d’affaire du Kansas, aussi vulgaire qu’impitoyable ; son épouse Pamela, dépressive, dont les fils sont pour l’un décédé, pour l’autre tétraplégique atteint de progéria ; Rudy, un ancien horticulteur dont famille et exploitation ont disparu avec la submersion de toute une partie des Pays-Bas, et qui, devenu réfugié, tente de s’en sortir comme il le peut ; Fatimata Konaté, enfin, présidente radicale du Burkina Faso, dont le pays meurt à petit feu, et dont les deux fils ainsi que la mère guérisseuse jouent également un rôle. Ces différentes personnalités croisent leurs destins autour d’une découverte faite par un satellite d’observation, celle d’une nappe phréatique gigantesque située sous le sol du Burkina Faso, à l’emplacement d’un ancien lac désormais tari.

Ce qui fait la force d’AquaTM, c’est la combinaison de portraits de vie réalistes (même si tous les clichés ne sont pas évités, comme avec l’appétit sexuel d’Anthony Fuller) et d’un monde à la fois proche et lointain, plutôt pessimiste (« (…) on sait sans aucun doute que l’avenir sera pire. », p. 288), dans lequel l’immersion est facilitée par la présence, en tête de chaque chapitre, de publicités fictives ou d’annonces journalistiques2. Le réchauffement climatique n’a en effet nullement été enrayé, accéléré par la survenue d’effets non linéaires, suscitant montée du niveau des océans, multiplication des catastrophes climatiques (les impressionnantes tornades du Kansas) et sécheresse croissante en Afrique, tout particulièrement. A cela s’ajoutent les conséquences négatives de la généralisation des cultures transgéniques, Dans ce monde en déliquescence, les États-Unis n’ont pas été épargnés, ayant affaibli leur position géopolitique mondiale par des aventures guerrières coûteuses (on sent bien ici l’influence des présidences de George Bush Junior), conduisant à un éclatement du pays et à son retrait partiel de la scène internationale au profit d’une Chine dominante.

L’intrigue mise en place permet également de pointer du doigt la responsabilité des transnationales, dont la soif de profit conduit à tirer avantage de la décrépitude du monde en se recyclant dans des secteurs porteurs (la pharmaceutique, par exemple3), y compris en bafouant la souveraineté nationale. La situation du Burkina Faso permet d’illustrer les politiques menées par le FMI et la Banque mondiale, l’interprétation du droit d’ingérence, ainsi que les résistances qu’elles peuvent générer. La présidente Konaté se place ainsi dans la lignée de Thomas Sankara, leader révolutionnaire des années 1980 s’étant opposé aux politiques d’ajustement structurel. Jean-Marc Ligny évoque également le développement des mouvements terroristes, islamiques (il avait signé en 1998 un roman sur ce thème intitulé Jihad) mais aussi chrétiens, avec la Divine Légion, ainsi que les mutations du mode de vie, les dangers du numérique et de la virtualité (certains individus s’enferment dans une réalité fictive, au point d’en mourir). Sans oublier la montée de la xénophobie et du racisme (le mouvement néo-nazi étant en pleine croissance), de l’insécurité avec la multiplication de bandes, ainsi que la constitution d’enclaves réservées aux plus aisés, dont la plus extrême est située aux Bahamas, sorte de nouveau Davos sous bulle protectrice.

Ayant visiblement une grande connaissance des mœurs, des peuplades et des cultures du Sahara, Jean-Marc Ligny a particulièrement développé ces aspects, renforçant l’authenticité du voyage, et a également injecté une part de fantastique, sensible dans les visions de plusieurs personnages et la magie traditionnelle pratiquée par la mère de Fatimata Konaté. Le rôle croissant joué par cet élément dans l’intrigue tend à le lire comme la concrétisation d’une forme d’adhésion aux forces profondes et traditionnelles des peuples non occidentaux, une position propre à toute une partie du mouvement altermondialiste. Une façon, aussi, de donner aux dominés un surcroît de puissance, car si l’espoir est bien au cœur du roman, il n’a que des objectifs restreints, limités. Les deux principaux personnages, Laurie et Rudy, incarnent ainsi deux voies distinctes et vues comme complémentaires, celle de l’aide humanitaire d’une part, du recours à la violence contre les privilégiés d’autre part, avec pour tous deux un but ciblé sur le seul Burkina Faso4. AquaTM, d’une grande richesse informative et anticipative, en même temps que profondément humain, s’impose comme une fresque fictionnelle majeure sur les bouleversements climatiques du siècle.

1Songeons en particulier à La Stratégie du choc : montée d’un capitalisme du désastre (2008) et à l’essai qui lui est largement postérieur, Tout peut changer : capitalisme et changement climatique (2015).

2Un procédé classique en science-fiction, utilisé aussi bien par Isaac Asimov dans Fondation que par Frank Herbert dans Dune. On notera que le journalisme dominant y est au service des préjugés et des puissants. Toute ressemblance…

3Jean-Marc Ligny élabore d’ailleurs un néologisme pour qualifier cette association de la recherche de profit et de l’écologie, l’éconogie, qui correspond pour l’essentiel à ce que l’on qualifie désormais de capitalisme vert. Voir par exemple Daniel Tanuro, L’Impossible capitalisme vert, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond / La Découverte, 2010, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2659

4Rudy dixit : « Laurie lutte contre la misère indigne, moi contre la richesse prédatrice. Dans les deux cas, c’est un combat sans fin. » (p. 257).

Mary-Kay Wilmers, Nous les Eitingon (The Eitingons. A Twentieth-Century Story), Paris, Liana Levi, 2013 (2009), 478 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Pour les militants des différents courants trotskystes les plus au fait de leur passé historique, le nom de Leonid Eitingon, certes moins célèbre que celui de Ramon Mercader, n’en résonne pas moins à leur esprit d’une lugubre façon. Il s’agit en effet du maître d’œuvre de l’assassinat de Léon Trotsky orchestré par le pouvoir soviétique stalinien. Ramon Mercader fut la main qui frappe et Leonid Eitingon, son recruteur, en fut le pilote, l’organisateur sur le terrain. Si cet agent des « services » n’est donc inconnu ni des militants, ni des historiens des communismes ni de certains auteurs de fictions historiques1, ce serait par contre mentir que d’affirmer que Max Eitingon, psychanalyste ami de Sigmund Freud (le premier à le rejoindre à Vienne) et surtout Motty Eitingon, négociant international en fourrures, ne le sont pas2. Grâce au livre de Mary-Kay Wilmers, cofondatrice de la prestigieuse London Review of Books en 1979, nous en savons un peu plus, même si cette fresque historico-familiale n’est pas sans faiblesses.

Deux articles dans The New York Review of Books (revue non moins célèbre que sa consœur britannique), les 24 janvier et 16 juin 19883, sous la plume de Stephen Schwartz, ex-militant et journaliste gauchiste devenu propagandiste néo-conservateur, dénoncent la complicité des intellectuels européens avec ceux que l’auteur nomme les Killerati4 de Staline. Véhiculant les thèmes classiques d’un anticommunisme de type guerre froide, ces articles suscitent la polémique. En effet, Stephen Schwartz « révèle » que dans la famille Eitingon, Motty et Max ne sont en réalité que des agents sous couverture, travaillant sous les ordres de Leonid pour le Guépéou. Réfutées par Theodore H. Draper5, l’historien spécialiste du communisme étasunien, que nul ne peut soupçonner de philo-communisme, ces allégations n’interpellent pas moins Mary-Kay Wilmers, puisque sa grand-mère maternelle est une Eitingon, et que sa mère et ses sœurs vivaient à Moscou avant octobre 17.

Mary-Kay Wilmers, qui n’est pas une historienne, décide alors de « découvrir la vérité (à supposer qu’elle existe) (…) [ou] au moins rendre justice à ces hommes en décrivant leur vie du mieux possible » (p. 39). Une gageure, car les preuves qu’elle a « pu amasser sont souvent minces, voire contradictoires. » (p. 26) et l’on perçoit comme un regret. Outre des entretiens avec des membres de la parentèle Eitingon, y compris en Russie lors d’un voyage en 1991 (mai et novembre), elle utilise surtout des sources de seconde main, des ouvrages principalement ou par exemple le New York Times pour Motty Eitingon. Elle a pu consulter quelques archives du PCUS de la région de Gomel (Biélorussie) en 2001, ainsi que d’autres archives de l’institut Hoover (grâce à l’historien Theodore Draper) mais sans plus de précision sur ces sources primaires, dont elle ne donne pas les références.

Son livre entrelace trois récits, essayant de trouver des points de convergences entre les vies riches d’émotions de Leonid, Motty et Max Eitingon qui pourraient indiquer (ou infirmer) l’instrumentalisation des deux derniers au profit du premier. A l’origine, la famille Eitingon, qui appartient au milieu des marchands juifs, vit dans l’actuelle Biélorussie, qui appartenait sous le tsarisme à la « zone de résidence » assignée aux Juifs à partir de 1791. Assez vite spécialisés dans le commerce des fourrures, ces marchands progressent socialement, au point de faire partie de la bourgeoisie capitaliste de Lodz (Pologne actuelle)6, centre industriel à l’égal de Manchester. Après la Révolution de 1917, une partie des Eitingon quitte la Russie. Motty Eitingon (qui a été incarcéré avec son frère, grand-père de l’auteure) s’installe à New York dès 1920. Grâce à ses connaissances sur le commerce des fourrures et aux besoins de l’URSS en ce domaine, sa compagnie signe en janvier 1926 un contrat avec le gouvernement soviétique pour l’exportation de fourrures vers les Etats-Unis. Lors de la grande grève des ouvriers fourreurs juifs de New York en février 1926, dirigée par les communistes (contre l’avis de leur direction syndicale), il semble que Motty Eitingon se soit servi de son statut de plus important importateur de peaux pour obtenir que les ouvriers obtiennent satisfaction et mettent fin à leur grève. La rumeur persistante de collusion avec le communisme, voire avec les intérêts soviétiques, commence alors à prendre forme, alimentée par le fait qu’il ne cache ni ses amitiés ni ses fréquentations très progressistes, comme le scénariste autrichien exilé Franz Hoellering, le compositeur Marc Blitzstein, etc. (p. 208-209, 212-213). Son second mariage avec Béatrice Tepfer, sympathisante du régime soviétique (les jeunes mariés passent leur lune de miel en URSS en 1934), décrite comme ayant « beaucoup de contacts dans le milieu du spectacle de gauche » (p. 205) ce qui dans les années trente désignait concrètement les « compagnons de route » du communisme, ne fit que renforcer les suspicions … et l’intérêt du FBI, qui ouvre un dossier à son nom en 1942, le refermant en 1946, pour le rouvrir un an plus tard, puis de nouveau en 1954.

Max Eitingon, après des études de médecine à Leipzig, entre en relation avec Freud en 1906, mais termine sa thèse avec Jung. Devenu psychiatre, il s’installe à Berlin tout en continuant à échanger une nombreuse correspondance avec Freud7. Après la Première Guerre mondiale, Max Eitingon finance la création de la Policlinique de Berlin en 1920, qu’il dirige avec Karl Abraham8 . L’équipe autour de Max Eitingon considère la psychanalyse « comme une branche de la santé publique » (p. 178), et le traitement « était accessible aux chômeurs, aux ouvriers, aux étudiants, aux domestiques (…) à tout le monde, adultes comme enfants. » (p. 178). Remarquons au passage l’absence, dans cette partie du récit, de Wilhelm Reich, psychanalyste, marxiste et militant du Parti communiste allemand alors que celui-ci travaillait à Berlin à cette époque, en particulier avec Otto Fenichel, également collaborateur de Max Eitingon à la Policlinique (p. 182, 185). Les nombreux voyages de Max Eitingon à l’étranger ont donné matière à certains (Stephen Schwartz, par exemple) pour imaginer des rencontres avec un agent traitant du Guépéou (Leonid, peut-être ?) ou des missions secrètes, alors que les fonds illimités dont il dispose – et qui lui viennent de ses origines familiales – permettent à d’autres de prétendre à un contrôle du mouvement psychanalytique par Moscou ! Un séjour, surtout, intrigua. En septembre 1937, lorsque le général Miller, leader des Russes blancs exilés à Paris, disparaît (enlevé par les Soviétiques), Max Eitingon et son épouse Mirra sont à Paris, en compagnie de leurs amis Nadejda Plevitskaïa et du général Skobline, qui travaillent, eux, réellement pour le Guépéou. Mary-Kay Wilmers, bien que n’ayant trouvé aucune preuve de l’implication du psychanalyste dans cette affaire, n’en demeure pas moins perplexe et concède que Max Eitingon possédait le profil de certains agents (riche, amoureux de l’art, une certaine incarnation de l’esprit moderniste viennois). Pour elle, le mystère reste entier (p. 239-259).

Sur Leonid Eitingon, Mary-Kay Wilmers retrace son parcours, bien connu, depuis son entrée dans la Tchéka en mai 1920 jusqu’à ses arrestations (la première lors du « complot des blouses blanches » en 1951, la seconde comme membre du groupe de Beria en 1953), sa libération en 1964 et son décès en 1981, en passant par son rôle majeur en Espagne et dans l’assassinat de Léon Trotsky. Mais aucun éclairage nouveau dans cette évocation.

Mary-Kay Wilmers a tenté une mise en récit ambitieuse de trois vies, emblématiques selon elle du XXe siècle, puisque reliées au capitalisme étasunien (Motty Eitingon), au communisme soviétique (Leonid Eitingon) et à la psychanalyse (Max Eitingon). Trois figures d’une modernité certaine, trois vies riches et richement vécues, plus ou moins proches du pouvoir, des pouvoirs. Même s’il s’y glissent trop d’erreurs factuelles, d’approximations et une confiance excessive dans une bibliographie souvent peu scientifique9, le récit est vivant, jamais ennuyeux, avec des informations sur quelques aspects du mouvement ouvrier et communiste étasunien. Pourtant, nous savons que toute « mise en récit obéit à des règles : schèmes logiques, méthodes explicatives, choix des sources, sélection des documents, croisement des données, mises en relation logiques entre événements et discours sur les événements, preuves, etc. »10. N’ayant que partiellement réussi à mettre en application ces règles de base de toute recherche historienne – sur un sujet il est vrai ardu, les agissements des services secrets soviétiques – Mary-Kay Wilmers échoue dans cette (en)quête d’une vérité familiale qu’elle pensait quand même appréhender11. Sur un sujet similaire, on peut comparer avec le récit d’Ivan Jablonka, parti sur les traces de ses grands-parents12. Au net avantage de celui-ci.

1L’implication de Leonid Eitingon dans la préparation et l’exécution de l’assassinat de Léon Trotsky est retracée dans l’extraordinaire roman de Leonardo Padura, L’Homme qui aimait les chiens (Métailié, 2011), tandis que Gani Jakupi l’intègre dans sa bande dessinée, également sur le meurtre de Léon Trotsky, Les amants de Sylvia (Futuropolis, 2010). Les comptes rendus se trouvent pour le premier ouvrage sur http://dissidences.hypotheses.org/616, et pour le second, sur https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=711

2On citera pourtant un article concernant Max Eitingon : Jacques Chemouni, « Le psychanalyste Eitingon a-t-il participé à l’assassinat de Léon Trotsky ou à des actions d’espionnage au profit du régime stalinien ? », Cahiers Léon Trotsky, n° 77, avril 2002, p. 35-63. Jacques Chemouni est l’auteur de Trotsky et la psychanalyse, Paris, Éditions In Press, 2004 (Jean-Guillaume Lanuque avait chroniqué ce livre sur l’ancien site de Dissidences).

4Par ce jeu de mots, l’auteur entend rapprocher les agents soviétiques de l’époque stalinienne d’un mythe propagé par les adeptes des théories complotistes, la société des Illuminati, qui serait composée de noyaux infiltrés au plus haut niveau des États ou des banques aux fins de domination mondiale.

6Sur l’expansion capitaliste de Lodz (grâce au textile) et sur ses luttes ouvrières, on lira les romans de Israël Joshua Singer, Les frères Ashkenazi (Le Livre de poche-Biblio, 2015) et de Wladyslaw Reymont, La Terre promise (éditions Zoe, 2011), dont s’est inspiré le cinéaste polonais Andrzej Wajda pour La Terre de la grande promesse (1975).

7Sigmund Freud-Max Eitingon, Correspondance, 1906-1939, Paris, Hachette/Littératures, 2009, 976 p.

8Ne connaissant pas encore la correspondance Freud-Eitingon, Jean-Michel Palmier, dans son Wilhelm Reich de 1969 (UGE/10-18) ne mentionne que Karl Abraham comme directeur (p. 49).

9Parmi les erreurs ou approximations, relevons celle sur les Soviétiques obligés de « rédiger des « autobiographies » » (p. 115) alors que seuls les membres du parti communiste devaient s’y astreindre, Borodine qualifié de « plus illustre agent » du Komintern (p. 131), alors qu’ils étaient des centaines de même statut, l’existence de trotskystes dans les Brigades internationales en Espagne (p. 265), « révolution perpétuelle » au lieu de « révolution permanente » (p. 282), etc. Quant à la bibliographie, s’appuyer sur des spécialistes de l’anticommunisme de guerre froide comme Isaac Don Levine, John Costello, Cyrille Henkine ou sur des récits de transfuges comme Alexandre Orlov ou Walter Krivitsky est la marque d’un certain laisser aller, ce qui est plutôt étonnant de la part de la responsable de la London Review of Books.

10Arlette Farge, « Écrire l’histoire », Hypothèses, n° 7, 2004/1, p. 317-320.

11Mais n’était-ce pas biaisé d’avance que de suivre pour cela un fil rouge complaisamment tendu par un publiciste anticommuniste, féru de complots de surcroît ?

12Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Une enquête, Paris, Éditions du Seuil, 2012, coll. « Points Histoire », 2013.