Archives mensuelles : septembre 2016

Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle. Paris, Tallandier, 2016, 368 pages, 22,90 €.

 

Un compte rendu de Thierry Hohl

La période est propice à la rédaction de nombreux ouvrages sur le Front populaire, exercice auquel s’est livré Jean Vigreux poursuivant ainsi son travail sur une période qui lui est chère.

Le plan de l’ouvrage est structuré en deux temps : une première partie, convenue, retrace la vie du Front populaire de sa naissance à sa fin, la deuxième partie, plus neuve est construite autour de la thématique de la politisation et des mémoires qui s’affrontent autour du Front populaire. Le récit chronologique restitue les contextes de naissance du Front populaire autour de la crise et de l’antifascisme (chapitre 1 et 2) avant de mettre en exergue l’arrivée et l’exercice du pouvoir du Front populaire autour de Léon Blum (chapitre 3/4/5) avant de se terminer par la chute du Front populaire. A noter, une très fine analyse des résultats électoraux du scrutin de 1936 dans le chapitre 3. Dans ces parties, l’auteur travaille le Front populaire à travers l’épaisseur du tissu social, la diversité géographique et le contextualise à travers ses oppositions souvent virulentes. L’accent est souvent mis sur la manière dont le monde rural est travaillé par le politique autour de figures marquantes comme le communiste Renaud Jean ou de l’autre bord, Henri Dorgères, chef des « chemises vertes ». Ces passages permettent de voir le Front populaire hors les usines et les mouvements de grève dans une France encore majoritairement rurale. Par ailleurs, Jean Vigreux recourt à de nombreux exemples locaux, appliquant ainsi ce qu’il prescrit dans son introduction : «  A cet égard, il faut penser et analyser cette expérience originale dans des contextes emboîtés, dans une dynamique plurielle, allant du local à l’international, du village à l’usine, de la Chambre des députés à la Société des Nations ».

Dans cet ordre d’idée, les analyses sur le monde colonial envisagé dans sa diversité s’avèrent particulièrement stimulantes. L’auteur donne à lire des sociétés travaillées par les revendications du Front populaire mais également profondément rétives à toute promotion des indigènes. D’une manière plus générale, l’auteur porte une attention soutenue aux adversaires du Front populaire dans toute leur diversité, d’une droite extrême à la droite parlementaire avec une attention soutenue aux glissements des radicaux vers l’opposition dans les années 1937 et 1938.

Un autre point de méthode est à mettre en exergue, le recours à d’abondantes citations, d’origine et de sources variées, qui donnent au lecteur la possibilité de poursuivre son dialogue avec les acteurs de la période hors la médiation de l’auteur. Si celui-ci met ses connaissances du monde communiste à contribution en donnant à lire des extraits des rapports de l’Internationale communiste, il n’omet pas de donner la parole aux autres courants du Front populaire (socialiste et radicaux) ainsi qu’aux différents courants politiques hostile à l’expérience.

Dans les deux derniers chapitres, Jean Vigreux remet en perspective la période en montrant la très grande époque de politisation que furent les années 1934-1938 à travers un rappel de la croissance des effectifs politiques et syndicaux mais également la lutte des rituels et des symboles dans l’espace public. Cette diversité d’approche est également à l’œuvre dans l’abord des mémoires puisque sont mis en évidence le rapport des élites et des dominés au Front populaire et non plus seulement celui des forces politiques.

Quelques éléments prêtent à discussion à la lecture de cette ample synthèse. Le premier renvoie à la prise de position prudente de l’auteur sur la question du fascisme français. S’il n’utilise jamais l’expression, sa démonstration en fait le constat pour une partie des forces hostiles au Front populaire( p. 32). Sa connaissance profonde des mouvements « d’extrême-droite » fait que l’on aurait aimé qu’il nous fasse part de manière moins circonstancié de son point de vue sur la question en particulier à partir du cas des Chemises vertes qu’il maîtrise parfaitement. Un autre questionnement renvoie à la notion de modèle républicain dont l’auteur fait un très large usage. A titre d’exemple, le CVIA [Comité de vigilance des intellectuels antifascistes] mettrait son talent au service de la défense du modèle républicain (p. 41). On ne peut qu’être circonspect devant ce recours à une notion qui essentialise la République dans un modèle de la fin du 19e siècle quand la démonstration court tout au long de l’ouvrage de la nouveauté induite à la fois par les politisations et la manière dont le gouvernement Blum modifie le jeu institutionnel par le développement d’une pratique originale. A ce questionnement, doivent également s’ajouter deux regrets que le format de la synthèse n’a sans doute pas permis d’affiner. Le premier est finalement le peu de place laissé au pacifisme malgré quelques développements qui auraient permis de mettre en regard, avec encore plus de netteté, un espace politique antifasciste et un espace pacifiste lesquels se découplent avec de plus en plus de netteté au fur et à mesure de l’agonie du Front populaire. Le deuxième regret est le peu de retour sur la manière dont les socialistes construisent leur rapport au pouvoir, à la fois idéologiquement (rapport à l’exercice du pouvoir, à l’occupation du pouvoir) mais également le poids de l’expérience de 14-18 dans la manière dont Léon Blum occupe le poste de chef de gouvernement.

Ces remarques ne sont qu’incidentes par rapport aux apports du livre sur la connaissance que nous avons du Front populaire, la qualité des analyses sur les phénomènes de politisation. La diversité des exemples nous donnent à lire la France du Front populaire dans sa diversité sociale et géographique. Avec ce livre, Jean Vigreux marque une étape importante dans la compréhension d’une période fondatrice de l’histoire politique française tant par la qualité des lectures que par la convocation des sources citées abondamment dans le cours du texte.

Louis-Pascal Jacquemond, L’espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire, Paris, Belin, 2016, 439 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Parmi les publications sorties à l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire1, le livre de Louis-Pascal Jacquemond se distingue par son approche spécifiquement centrée sur les femmes. Se proposant de faire une synthèse des travaux récents sur la question genrée durant les années trente, l’ouvrage aborde quasiment tous les aspects (politique, social, culturel, économique, professionnel, juridique) qui touchent à la condition féminine durant le Front populaire. Il allie de plus un récit général à des portraits de femmes qui incarnent telle ou telle dimension.

Au travers de neuf chapitres, l’auteur s’attache à démontrer le bilan pour le moins contrasté du Front populaire concernant la situation des femmes. Il faut dire que les espoirs étaient grands et que les résultats n’ont effectivement pas été à la hauteur. Si l’échec le plus flagrant est illustré par la non-obtention du droit de vote féminin (bloqué par le Sénat), d’autres, à l’instar des Accords Matignon, maintiennent les inégalités salariales entre hommes et femmes. Des progrès ont toutefois été apportés soit par le gouvernement (loi de 1938 sur le statut des femmes mariées), soit par la société civile (syndicalisation des travailleuses, mixité des associations et des loisirs, féminisation du monde du travail…), sans que tous les stéréotypes puissent être toutefois totalement levés. Le chapitre consacré aux « femmes invisibles » est également très intéressant puisqu’il tend à mettre en lumière les grandes oubliées de la période : immigrées, paysannes et colonisées. Il aurait d’ailleurs pu être développé davantage car c’est de loin le plus novateur. Par contre, il est regrettable que l’auteur confonde CGT Unitaire et « CGT Unifiée » (p. 80 et 372) et qu’il place l’adoption de la ligne « classe contre classe » du Kominterm en 1920 alors qu’elle date de 1929. Enfin s’appuyer sur un texte de la 1ère Internationale, datant de 1866 (p. 198), pour illustrer l’antiféminisme des syndicats en 1936 paraît discutable. Cela ne retire rien à la conclusion générale du livre faisant du moment Front populaire, une étape importante dans l’histoire des femmes non pas tant en terme d’égalité stricto sensu mais en termes d’émancipation, de visibilité et donc de changement de perception de leur place dans la société. En somme, une victoire morale plus que matérielle qui conditionnera l’égalité juridique d’après la Seconde Guerre mondiale.

Maintenant, si l’on s’accorde à reconnaître que la synthèse est un exercice pour le moins compliqué (se réapproprier les travaux des autres, citer sans dénaturer etc.), il est toutefois des limites déontologiques dont l’auteur s’est affranchi ici. En effet plusieurs chapitres « Les grèves », « A travail égal, salaire égal », « Les femmes se syndiquent » reprennent en grande partie les fruits d’une recherche publiée en 20122. Voir ses travaux repris est toujours gratifiant pour un chercheur mais que seulement la moitié de ses résultats soient référencés en notes de bas de pages est pour le moins agaçant. En effet, l’auteur utilise différents moyens pour ne pas avoir à citer indéfiniment le même ouvrage (qui aurait effectivement monopolisé les notes de bas de page des chapitres précités), alors même que l’on frôle parfois le copier/coller. Nous présentons donc ici la liste de ces techniques d’emprunt litigieux :

  1. Ne faire aucune référence à l’étude originale : p. 214-215 sur les responsables syndicales de la CGT ; p. 312 sur l’antiféminisme syndical ; p. 233 sur la ganterie grenobloise et le travail à domicile. Exemple : la phrase originale (p. 76) « Très répandu dans le textile3, ce mode de production emploie principalement des femmes qui constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne4 » devient « C’est aussi le cas dans le textile où le travail à domicile est le plus répandu et où les femmes constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne », sans aucun renvoi.
  2. Citer les sources qui ont été utilisées et reproduites in extenso dans l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même, alors qu’il est certain que ces sources n’ont pas été consultées par Louis-Pascal Jacquemond (il s’agit dans ce cas des archives de la CGT) : p. 161 sur la résolution du Congrès de Nantes ; p. 233 et p. 381 sur les compensations obtenues par la CGT pour les ouvrières à domicile. Ou encore p. 155 sur la convention de la métallurgie tournusienne, renvoyant cette fois aux Archives nationales.
  3. Citer les références sur lesquelles s’est appuyée l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même : p. 156 à propos des conventions collectives signées par la CFTC. Dans l’étude initiale on peut lire p. 62 « Les conventions signées par les syndicats féminins chrétiens présentent les mêmes écarts salariaux nonobstant la défense du principe « À rendement égal, salaire égal »5 ». Sous la plume de Louis-Pascal Jacquemond, la phrase devient : « Chez les représentants des syndicats féminins (CFTC), les conventions reflètent les mêmes écarts salariaux, alors que ces syndicats défendent le principe « À rendement égal, salaire égal »6 ».
  4. Inventer des références : passage sur les déléguées CGT élues à l’entreprise Grégoire de Clichy (p. 150) attribué à « Fréderic Monier, Le Front populaire, Paris, La découverte, 2002 » alors que ce dernier n’aborde à aucun moment cette question dans son ouvrage. Louis-Pascal Jacquemond ne s’est d’ailleurs pas aventuré à lui accoler une page en particulier pour référencer son propos. Il aurait été plus honnête de renvoyer à l’étude pionnière p. 50. On retrouve cette méthode p. 214 avec un renvoi à Catherine Omnes à propos des responsables CGT mariées « ce qui rompt avec le célibat des militantes de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » alors que la phrase originale (p. 36) était « Cela correspond aussi à l’image des militantes du Front populaire, rompant avec le célibat de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » et renvoyait aux articles de Bard et de Chabot dans La part des militants.
  5. Sans compter des formules qu’il est difficile de breveter mais qui se retrouvent étrangement toutes dans la présente synthèse telles que « citoyenneté sociale » (p. 91), « rendez-vous manqué » (p. 229), « tant au niveau légal que réglementaire » (p. 232), « A travail égal, salaire égal ? » (p. 152).

Pour conclure, un ouvrage de synthèse qui aurait mérité un peu plus de rigueur méthodologique et qui a mis le chroniqueur dans une situation délicate, celle de se retrouver malgré lui à la fois juge et partie.

1 Nicole Masson, Les victoires du Front populaire, Vanves, éditions du Chêne, 2016 ; Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016ne, Serge ee, ette exe Paris, Tallandier, 2016, 368 pages, 22,90 €.