Archives mensuelles : février 2017

Alexandre Sumpf, Raspoutine, Paris, Perrin, collection « Biographie », 2016, 352 pages, 23 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ce n’est pas une nouvelle biographie de Grigori Efimovitch dit Raspoutine (1869-1916) qu’Alexandre Sumpf propose, dans un paysage éditorial déjà excessivement rempli. Au contraire, prenant davantage de champ, l’historien livre une enquête aux multiples facettes, abordant la vie de Raspoutine au fil des thèmes et des déclinaisons. Car ce qui semble dominer, chez lui, c’est son identité polymorphe, sa nature d’acteur, ce que reflètent à leur manière les témoignages contradictoires à son sujet. L’analyse des diverses photographies connues montre justement la métamorphose d’un simple paysan de Tioumen en une figure importante des cercles du pouvoir, possédant même sa propre cour. Seul regret, dans ces diverses études iconographiques, l’absence totale de cahier d’illustrations, et même de renvoi à des adresses Internet pouvant pallier ce manque.

Né en Sibérie, où il a également passé son enfance et le début de sa vie d’homme, Raspoutine a connu une diversité religieuse autorisant bien des hypothèses sur les influences réelles l’ayant touché (celle de la secte des flagellants, par exemple). Simple moujik, il a toujours conservé des liens avec son village d’origine : l’enrichissement qu’il connut dans la capitale lui servit entre autres à améliorer son isba familiale. Concernant ses relations avec les femmes, et bien que le secret que maintenait le couple impérial sur sa vie privée (en raison de l’hémophilie d’Alexis) ait suscité bien des fantasmes, il semble y avoir peu de doute sur les agressions sexuelles qu’il commit ou les prostituées qu’il fréquentait assidûment. Mais un des thèmes les plus prégnants, lorsque l’on évoque Raspoutine, c’est celui du complot dont il aurait été l’âme damnée. A cet égard, Alexandre Sumpf montre bien qu’il fut d’abord perçu comme un espoir pour l’Église orthodoxe, une chance de reconquête face à un clergé privilégié et peu motivé ; la rupture avec ses parrains, tel le moine Iliodore, a généré l’idée d’une imposture, d’un caractère faux, fourrier de tous les scénarios complotistes. Toutefois, bien que Raspoutine ait parfois joué un rôle dans certaines nominations à des postes ecclésiastiques ou en s’opposant à l’entrée en guerre de la Russie contre l’Allemagne, Alexandre Sumpf relativise considérablement son importance politique, finalement très limitée.

Ce que l’auteur analyse également, c’est l’engouement de la presse russe dans les années 1910 à l’égard du personnage, qui fabrique ainsi une idole. Un succès qui s’amplifie encore aux lendemains de la révolution de février, réaction à la censure antérieure et manifestation de la rancœur à l’égard de la monarchie : c’est une floraison de réalisations qui domine le printemps et l’été, brochures, caricatures (dont certaines anticléricales, p. 196), photo-montages, films, partageant une identique soif de savoir, goût pour le sensationnel et/ou le scabreux, ce qui participe aussi à une économie de la profanation et de la désacralisation, identique à ce que l’ont vit après 1789, concernant l’entourage de Louis XVI et Marie-Antoinette… La question de l’assassinat amène d’ailleurs Alexandre Sumpf à à prendre ses distances vis-à-vis des témoignages des acteurs, à commencer par Youssoupov, qui voit en Raspoutine un précurseur du bolchevisme (sic)1. A ses yeux, le rôle clef fut tenu par Dimitri Pavlovitch, mais il fut masqué afin de ne pas atteindre plus directement la Maison Romanov ; on reste toutefois dubitatif sur la persistance d’une telle manipulation sur la longue durée. La légende noire, qui connut une véritable acmé en 1917, émigra ensuite en Europe et en Amérique, en accentuant ses caractéristiques spectaculaires : l’accent était mis sur le sexe, le sang, le pouvoir et le secret2, Vladimir Binchtok dès 1917 n’étant que le premier auteur d’une longue postérité avec Raspoutine, la fin d’un régime. Parallèlement à la publication, en URSS, de documents d’archives au cours des années 1920, les éditions sur Raspoutine se poursuivirent, parmi lesquelles les livres de William Le Queux, au début de la décennie, s’ingénient à brouiller les frontières entre le réel et la fiction. Dans une veine similaire, Charles Pettit trace, dans Les Amours de Raspoutine. Roman vrai (sic), un parallèle entre Lénine et Raspoutine riche en clichés. Au cinéma, la corruption et l’occultisme constituent un véritable fil rouge des réalisations de la première moitié du siècle, de The Fall of the Romanovs, film étatsunien de 1917 dans lequel Iliodore joue son propre rôle, à Le Démon des femmes, long-métrage allemand de 1931 plus intéressant par sa réalisation recherchée et son interprétation moins sensationnelle, en passant par un épisode des cartoons Merry Melodies ou La Tragédie impériale de Marcel L’Herbier à la fin des années 1930.

En ce qui concerne la seconde moitié du XXe siècle, Alexandre Sumpf évoque Raspoutine comme image de la fête débridée, à travers le tube disco de Boney M, ou comme maître de l’occulte, surtout décliné dans certaines BD3 (la série Raspoutine de Tarek, le roman graphique Petrograd insistant davantage sur l’espionnage et le complot britannique contre Raspoutine). Mais c’est à nouveau le cinéma qui retient principalement l’auteur, lui qui a livré une passionnante étude sur la révolution russe dans le septième art4. C’est la production française qui domine les années 1950 et 1960 : le Raspoutine de Georges Combret (1954) voit Pierre Brasseur endosser le rôle-titre, dans un déterminisme social et géographique appuyé ; Les Nuits de Raspoutine de Pierre Chenal (1960) n’est quant à lui qu’une médiocre série B ; enfin, J’ai tué Raspoutine de Robert Hossein (1967) présente la particularité d’être la mise en images du témoignage de Youssoupov, lui-même interrogé dans le film. Parmi les autres productions, citons un film de la Hammer où Christopher Lee incarne Raspoutine, Harlequin de Simon Wencer (1980), transposition contemporaine des relations entre le couple impérial et le starets, ou les nombreux films d’animation centrés sur Anastasia en 1997, dans lesquels Raspoutine est le mal par excellence. Dans la Russie post-soviétique, toutefois, l’image de Raspoutine a profondément évolué. Déjà, en 1985, le film L’Agonie, dont la diffusion fut longtemps retardée, offrait un regard plus nuancé sur la période finale de la monarchie5. Désormais, c’est une forme de réhabilitation qui semble l’emporter, à travers la figure de Raspoutine victime de complots, ce dont témoigne entre autres le téléfilm de Josée Dayan avec Gérard Depardieu, réalisation entretenant des liens avec les autorités russes. C’est ainsi un étonnant retournement de situation qui l’emporte, tout au moins en Russie, en ce début de XXIe siècle ; gageons toutefois que la légende de Raspoutine est loin d’être achevée.

1« (…) dont il partage les pires caractéristiques : « L’ignorance, la cupidité, le cynisme et la débauche, une concupiscence noire pour le pouvoir et la négation de toute responsabilité devant Dieu et les hommes. » » (p. 172).

2Une pseudo prophétie de Raspoutine, anticipant la mort de toute la famille impériale, fut ainsi révélée… en 1937 seulement : exemple parmi d’autres d’un faux document (p. 217).

3L’exploration du thème de Raspoutine dans la BD n’est malheureusement pas exhaustive, les séries L’Histoire secrète ou Zeppelin’s War n’étant par exemple nullement abordées.

4Alexandre Sumpf, Révolutions russes au cinéma. Naissance d’une nation : URSS, 1917-1985, Paris, Armand Colin, 2015, chroniqué sur le blog de Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6505

5Alexandre Sumpf l’étudiait de façon approfondie dans son ouvrage précédemment cité.

Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la participation amicale de Christian Beuvain)

C’est un ouvrage impressionnant par sa taille et son ampleur que l’universitaire britannique Orlando Figes a produit, une sorte de cénotaphe pour l’expérience soviétique qui a marqué le court XXe siècle. L’idée centrale de sa fresque, c’est la situation vécue par la population de l’empire russe, la « tragique destinée » (p. 139) d’un peuple divisé entre villes et campagnes irréductibles l’une à l’autre, un peuple si longtemps soumis qu’il est incapable de prendre ses propres destinées en mains1. A partir de leur correspondance (le plus souvent), Orlando Figes met en avant dans son récit des personnages. Parmi les plus importants, le prince Lvov, Maxime Gorki, Broussilov, le paysan moderniste Semonov ou le militant bolchevik Kanatchikov.

La première grande partie vise l’état des lieux de la Russie d’avant la révolution. On y retrouve un souverain manquant d’autorité personnelle mais attaché à l’autocratie traditionnelle, qui s’appuie sur une bureaucratie sclérosée et dont le règne s’inscrit dans la réaction autocratique initiée par son père, Alexandre III ; un constat qui amène Orlando Figes à rejeter l’idée d’une modernisation politique que la révolution aurait interrompu. Le pays profond, quant à lui, est profondément archaïque, soumis à un contrôle étatique étonnamment lâche. La noblesse y apparaît divisée, entre une couche rurale désargentée, qui regrette la fin du servage, et une noblesse plus industrieuse, dont le prince Lvov est un exemple, désireuse de changements à partir de l’institution des zemstvos2. Cette division se retrouve également au sein de l’Église orthodoxe, affaiblie du fait de l’urbanisation et des progrès de la sécularisation qui en résultent, et au sein de l’armée, techniquement dépassée, sous financée, avec certains officiers tel Broussilov qui s’opposent à la majorité conservatrice de l’encadrement. Si l’on y ajoute l’agitation nationaliste, fouettée par la politique de russification, et l’opposition de l’intelligentsia3, on a là autant de fissures dans l’empire russe qui le rendent sensible à tout séisme révolutionnaire. De cet état des lieux, une des parties les plus intéressantes concerne la paysannerie. Là aussi, les germes de division sont bien réels, entre des jeunes plus modernisés, souvent alphabétisés, et des anciens qui s’opposent aux évolutions techniques, entre régions plus riches, futurs appuis de la contre-révolution, et zones plus pauvres. Une partie de cette population paysanne connaît d’ailleurs l’exode rural, nécessaire pour alimenter les industries urbaines4. Ce monde rural est profondément marqué par une violence chronique5 et un « anarchisme instinctif » (p. 153-154), rêve d’une autonomie collective autour de l’obchtchina6, qui allait permettre un temps la convergence avec la révolution bolchevique.

Si le récit proprement dit débute par la famine de 1891, c’est parce qu’il s’agit, selon Orlando Figes, d’un tournant majeur : l’État tsariste en sort discrédité, tandis qu’une société civile réelle émerge (il y voit même la prise de conscience de la Russie comme nation, ce qui semble quelque peu excessif). 1905, dans cette optique, rejoue en plus accentuée la même partition, l’État refusant de jouer le jeu libéral pour privilégier une répression violente ; lacune regrettable, l’auteur ne dit rien de la révolution hors de la Russie proprement dite, ainsi au Caucase. Ce qui ressort surtout de cet épisode révolutionnaire, c’est le divorce entre le peuple et les élites, la révolution sociale et la révolution strictement politique. La séquence qui suit, 1905-1917, serait marquée par l’opposition entre forces monarchistes et forces parlementaires, une dichotomie qui nous semble discutable, dans la mesure où les secondes demeurèrent tout du long soumises aux premières (d’autant que la Douma n’était que la Chambre basse, la chambre haute, l’ancien Conseil d’État, étant pour sa part totalement conservatrice). Elle est surtout marquée par la réforme agraire de Stolypine, qu’Orlando Figes compare à Gorbatchev : proposée trop tardivement, elle se heurte à la résistance de la bureaucratie et entraîne des effets contrastés (certains paysans, comme Semenov, s’enrichissent, tandis que d’autres voient leur situation se détériorer). Face au déclenchement de la Première Guerre mondiale, la Russie est clairement incapable de faire face à un conflit long. Son armée manque de matériel, de transports efficaces, de soins, et les soldats mobilisés après les premiers mois sont trop peu formés et trop peu sensibles aux motivations nationalistes. Si l’on ajoute à cela une haine montante entre les millions de soldats du rang et une caste très arrogante d’officiers – nombre de sous-officiers étant du reste issus de la paysannerie – les éléments de la dislocation de l’appareil militaire sont en place dès 1915.

Le récit de la révolution de février 1917 insiste sur la violence qui s’est alors exprimée, contre la police, ou celle des criminels libérés de prison, tout en la comprenant voire en la justifiant, car issue du peuple. Les masses nourrissent d’ailleurs la peur des dirigeants de la Douma et même des soviets ; il faut dire que le gouvernement provisoire qui se met en place vise l’aboutissement de la révolution politique, et non sociale, une tâche vouée à l’échec, selon l’auteur : « Si 1917 a prouvé quoi que ce soit, c’est que la société russe n’était ni assez forte ni assez soudée pour soutenir une révolution démocratique. » (p. 458), le pays se retrouvant « balkanisé » ; l’idée phare du double pouvoir est ici remplacé par une multitude de pouvoirs autonomes. L’offensive militaire du début de l’été, voulue à la fois par les dirigeants de l’armée, du gouvernement et du soviet de Petrograd, devait servir à ramener l’ordre dans l’armée et à négocier en situation avantageuse une éventuelle sortie de la guerre. Face à son échec, les émeutes de juillet 1917 sont pour l’auteur marqués par l’indécision : celle des bolcheviques, mais également celle des leaders du soviet de la capitale, coupables à ses yeux de défendre les bolcheviques et de ne pas oser prendre le pouvoir. Dès lors, le terrain est libre pour une radicalisation et une polarisation accrue des forces. Kornilov, qui souhaite un gouvernement provisoire plus autoritaire, coagule autour de lui une nébuleuse contre-révolutionnaire croissante, encouragée par les progrès du chaos social. La prise de pouvoir par les bolcheviques conduit Orlando Figes à laisser libre cours à son hostilité à leur égard, parfois classique (les « fanatiques léninistes », p. 634), parfois gratuite (les sarcasmes sur la relation entre Dybenko et Kollontaï).

C’est alors un raisonnement téléologique qui domine son analyse, la dictature du parti unique étant comme inscrite, inhérente au bolchevisme ; les données contradictoires à cette vision sont ignorées, et la contextualisation est bien trop limitée7. Là où Orlando Figes touche plus juste, c’est lorsqu’il explique que les soldats et les paysans se révélèrent plus attachés à leurs soviets qu’à la Constituante. De même, sur la terreur rouge, il perçoit bien, comme l’avait d’ailleurs déjà argumenté Marc Ferro, que « La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent. Les grandes institutions de la Terreur furent toutes des réponses, au moins en partie, à ces pressions de la base. » (p. 650-651). Il reconnaît également, en insistant sur le modèle de la Commune de Paris (très présent dans les esprits bolcheviques), que le communisme de guerre fut une réponse improvisée, pragmatique, à une situation possiblement désastreuse pour eux. Dans la victoire finale des bolcheviques, Orlando Figes insiste sur le soutien des paysans, encore plus effrayés par le retour des propriétaires terriens que par l’Armée rouge. Il relève également les pertes importantes au combat des éléments les plus motivés du parti, favorisant « (…) les égoïstes et les corrompus (…) » (p. 733), mais plus généralement permettant l’ascension sociale de nombreux fils de paysans, autant de membres d’une bureaucratie plébéienne en devenir ; Orlando Figes insiste d’ailleurs sur la plus grande docilité de ces membres récents du parti, en raison de leur éducation limitée. Autre élément utile pour lire l’évolution du bolchevisme au pouvoir, l’existence d’un « bolchevisme national », autrement dit des individus politiquement éloignés des idées socialistes, mais qui se rallièrent par patriotisme et par conviction que le nouveau régime allait restaurer la grandeur russe en abandonnant ses oripeaux principiels (« En un sens, le bolchevisme national fut le véritable vainqueur de la guerre civile. », p. 860).

Orlando Figes, comme tous les chercheurs ayant travaillé sur ce sujet, ne parvient pas à être totalement objectif, même si son exposé est riche en données factuelles précieuses et en réflexions pertinentes8. Il semble ne pas réellement comprendre les idées révolutionnaires des bolcheviques9, dresse un portrait plutôt antipathique de Lénine10 en chef absolu pratiquement maladif (p. 495), jaloux du pouvoir exclusif de son parti et qui considère tout espoir et même toute volonté de révolution mondiale forclos à compter du traité de Brest-Litovsk (p. 681). Clairement, il considère la volonté de bouleversement radical des bolcheviques comme chimérique11, et l’on sent que sa préférence va aux idées modérées, celles des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques (bien qu’il regrette la faiblesse de leurs directions respectives), rêve d’une coalition socialiste (impossible) et d’un système mixte, en 1917, qui aurait combiné soviets et institutions traditionnelles (zemstvos, Constituante…) en satisfaisant les revendications des paysans. Sa conclusion l’amène plus directement à accorder son soutien au modèle démocratique libéral actuel, tout en faisant du « nationalisme autoritaire » (p. 1010) l’héritier du bolchevisme (jusque que dans la xénophobie !), sans que l’on ne sache avec précision à qui il pense…

In fine, ce qui fait la force de l’ouvrage de Figes, c’est son sens du récit, son tableau très vivant des réalités sociales et son appréhension large de la période. D’une certaine manière, il donne l’impression de tenter la synthèse des écoles totalitaire et révisionniste : emprunter aux premiers la perception du bolchevisme, aux seconds celle des dynamiques sociales.

1« Des siècles de servage et de soumission ne l’avaient pas préparé à se mesurer à ses maîtres politiques, et c’est bien là que réside la tragédie du peuple russe dans son ensemble. » (p. 542). « La tragédie de la révolution russe fut celle d’un peuple politiquement trop faible pour en déterminer l’issue. » (p. 725).

2Les zemstvos sont des assemblées locales, créées en 1864 par le tsar Alexandre II dans le cadre des réformes administratives, après l’abolition du servage (1861). Ils doivent gérer la vie économique régionale, mais aussi l’éducation, par exemple.

3Sur cette dernière, Orlando Figes propose une clef de lecture discutable, car trop englobante : il la voit marquée par une « quête d’absolus » (p. 185), une tendance au manichéisme liée à l’opposition du pouvoir auquel elle se heurte, ce qui le conduit à voir en elle un des germes du « totalitarisme » futur (« (…) il y avait de nombreux points communs entre Lénine et Tolstoï. », idem).

4Une partie des militants bolcheviques était issue de cette couche sociale d’ouvriers récents. « La méfiance, voire le mépris qu’ils devaient montrer envers la paysannerie, une fois au pouvoir, peut s’expliquer par cette réalité sociale. Car ils associaient le lugubre monde paysan à leur malheur passé, tandis que la nécessité d’abolir ce monde était un élan vital de leur identité personnelle et de classe naissante, comme de leur engagement révolutionnaire. » (p. 164).

5« La violence et la cruauté que l’ancien régime infligeait au paysan se transformèrent en une violence paysanne qui, non seulement défigurait la vie quotidienne du village, mais se retourna également contre le régime dans la terrible violence de la révolution. » (p. 148).

6Nom en russe de la commune paysanne (appelée aussi mir), en qui beaucoup de socialistes de la fin du XIXe siècle (comme Alexandre Herzen ou les narodniks) voyaient la preuve de la nature socialiste du paysan russe. La fonction et les usages de cette commune furent discutés et débattus par Marx et Engels.

7Le blocus mené par les puissances occidentales est littéralement absent de la réflexion. La Tcheka n’est présentée que dans son rôle répressif, les exécutions ne constituant pourtant pas sa seule activité…

8« Dans une crise révolutionnaire, ce sont les perceptions et les croyances qui comptent, plutôt que les réalités. » (p. 372). Parmi les faits peu connus, le sort du prince Lvov après la prise du pouvoir bolchevique : libéré par la Tcheka, il devient finalement un représentant de Koltchak. On y trouve parfois de légères erreurs, ainsi de Raskolnikov lisant la « Déclaration des droits des travailleurs » à la Constituante, alors qu’il s’agissait de Sverdlov (p. 640), ou de Trotsky menant l’assaut sur Cronstadt (p. 936), erreur récurrente de nombreux ouvrages : en réalité c’est Toukhatchevsy qui commandait les troupes rouges à l’assaut de la citadelle.

9En 1905, il considère que Lénine est déjà pour une révolution socialiste, comme Trotsky, et croit que les mencheviques, contrairement aux bolcheviques, estiment la révolution européenne nécessaire : deux affirmations erronées. Il voit également une opposition au sein des bolcheviques d’avant la révolution entre exilés (les « cosmopolites ») et militants demeurés en Russie (les « xénophobes » – sic -), qui serait la matrice des conflits des années 1920 entre révolution mondiale et socialisme dans un seul pays, simplification largement outrancière. Plus anecdotique, il présente une « amitié étroite » (p. 381) entre Trotsky et Boukharine qui n’exista jamais. Il manifeste aussi une certaine condescendance à l’égard des ouvriers récents séduits par le marxisme, qu’il voit comme un moyen de ne pas penser par soi-même… (p. 176). Fondamentalement, il fait de Lénine un homme mû par la soif de pouvoir plus que par l’idéologie socialiste (p. 626).

10Dès le début, il insiste sur son absence de pitié, s’appuyant sur l’exemple de sa réaction à la famine de 1891, ce qu’un lars T. Lih a pourtant contesté dans sa récente biographie (voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6226). Il explique en outre son engagement révolutionnaire par un dépit face à l’échec d’une intégration sociale souhaitée, et privilégie une lecture téléologique allant de Que faire ? aux procès de Moscou.

11« Il en va pour la religion comme dans les domaines de la culture et la vie sociale : les efforts des bolcheviks pour « faire un monde et un homme nouveaux » se brisèrent sur les rochers de la réalité. (…) On ne transforme pas l’homme aussi facilement : la nature humaine évolue plus lentement que les idéologies dominantes ou la société. Peut-être est-ce la seule morale durable de la révolution russe, comme, en vérité, de la terrible histoire de ce siècle. » (p. 922). Orlando Figes rejoint ici un Martin Malia ou un Richard Pipes, pour qui les principes même du socialisme sont viciés, tout en introduisant des jugements moraux dans l’analyse historienne.

Eric Tolian, Marc Rémy, Les débuts du mouvement ouvrier socialiste dans l’Empire d’Autriche-Hongrie, 1867-1914, Paris, Les Bons caractères, collection « Éclairage », 2016, 102 pages, 8,20 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Voici donc un nouvel opus de la collection « Éclairage » des éditions militantes Les Bons caractères, visant à diffuser la connaissance sur l’histoire du mouvement ouvrier, ici en Autriche-Hongrie. L’objectif est clairement didactique, comme l’indique la bibliographie finale : deux livres sont proposés à lire, plus une autobiographie et six œuvres romanesques sur la société austro-hongroise.

Le propos s’articule en cinq courts chapitres1, qui s’échelonnent des débuts du mouvement ouvrier (après la révolution de 1848), à l’évolution vers le réformisme, dès le tournant du XIXe siècle. Plusieurs traits saillants marquent cette histoire du mouvement ouvrier dans le plus grand Empire continental. Tout d’abord, la répression dont il a fait l’objet tout au long de la fin du XIXe jusqu’à la guerre, même si l’intensité de cette répression est allée en décroissant. D’autre part, l’influence majeure qui s’exerce sur les austro-hongrois est celle du mouvement ouvrier allemand, dont les grandes dates scandent (parfois avec un léger décalage) celles de leurs camarades. Ajoutons un trait qui à la fois différencie et relie les modèles allemand et austo-hongrois, la pérennité, dans la dernière situation, de la division entre Lassaliens et marxistes, réglée au congrès de Gotha en Allemagne mais qui se prolonge de nombreuses années encore dans l’Empire. Un autre trait de cet espace austro-hongrois, les particularités socio-économico-culturelles entre la partie germanophobe (l’Autriche) et la partie magyare (Hongrie), amenant d’ailleurs les auteurs à présente de manière séquentielle (au risque, parfois, de répétition) les évolutions dans ces blocs. Une seule illustration permet de comprendre les dynamiques différentes de part et d’autre. Alors que le droit de vote, lutte longue et compliquée, est finalement obtenu en 1907 en Autriche, il ne le sera pas avant 1914 en Hongrie.

Enfin, du fait de son caractère multi-ethnique et multi-culturel (rappelons que l’on y parlait allemand, hongrois, tchèque, croate, italien, roumain, slovène, serbe, polonais, yiddish !), l’Empire austro-hongrois a suscité une question particulière, celle de la question nationale, discutée, travaillée et objet de maints débats dans le mouvement socialiste de l’époque2.

C’est d’ailleurs sur cet aspect que le propos se révèle, lui aussi, sujet à discussion. Considérant toutes revendications nationales comme une forme de nationalisme régressif, les auteurs approuvent les prises de positions qui refusaient toute autonomie nationale aux nations opprimées de l’Empire. Retenons d’ailleurs que ce positionnement possède de solides ancrages dans le mouvement ouvrier, par exemple dans la personne de Rosa Luxemburg (Question nationale et autonomie, Le Temps des cerises, 2001). Le résultat en sera l’incapacité de la social-démocratie à pouvoir influer sur le développement des replis nationalistes qui secoueront l’Empire avant 14. L’ouvrage se conclut par la présentation de quelques figures du socialisme en Autriche-Hongrie, que l’on a pu apercevoir dans les pages qui précédaient.

1Remarquons que les auteurs ont oublié de faire figurer une table des matières …

2Lire le déjà ancien (mais demeuré incontournable) ouvrage de Georges Haupt, Michael Lowy, Claudie Weill, Les marxistes et la question nationale (1848-1914), Paris, François Maspero, 1974.

Laurent Quintreau, Le Moi au pays du travail. Un état des lieux, Paris, Plein jour, 140 pages, 16 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Repéré par son remarquable Marge brute (Denoël, 2006), l’auteur de ces courts récits au pays du travail se caractérise par le fait qu’il est également dirigeant syndical à la CFDT (Betor-Pub, syndicat de la nouvelle économie). Ce récit se présente comme une série de courtes chroniques sur l’état du travail, dont la matière a été recueillie à l’occasion des permanences syndicales tenues par l’auteur. L’écriture de Laurent Quintreau s’inscrit dans la lignée de Balzac – l’ampleur romanesque en moins – celui de la Comédie humaine, ici saisie par les situations de travail. Et le tableau proposé est tout simplement glaçant.

L’auteur, à travers de petits tableaux, sait parfaitement saisir la démesure d’une organisation du travail qui exige toujours plus des salariés, leur promettant un avenir sans cesse repoussé et générant une violence sans borne à leur égard. Sous sa plume émerge ainsi l’idée que l’enfer n’est pas une catégorie du ciel, mais la réalisation permanente vécue par les individus (ici le plus souvent des cadres) confrontés à la néantisation de leur vie par des contraintes ou des procédures souvent absurdes, régulièrement destructrices de leur équilibre, éloignées de tout sens humain. Le constat se révèle rude, même si l’ultime partie, « Les affranchis », présente quelques cas de personnages en rupture avec ce monde du travail, d’où surgit parfois une certaine hilarité à distance de situations kafkaïennes1.

Belle plume de la littérature sociale à fréquenter.

1 Voir également, sur ce même thème, le livre Boulots de merde !, récemment chroniqué sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/7834

Alexandre Dézé, Comprendre le Front national, Paris, Bréal, collection « Thèmes & Débats », 2016,136 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Écrite par un des spécialistes du Front national, enseignant en Science politique à l’Université de Montpellier et co-auteur du récent Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique1, cette remarquable synthèse d’Alexandre Dézé mérite de figurer dans toutes les bibliothèques.

En cinq cursifs chapitres, l’auteur développe son analyse, articulée autour d’une idée simple : le « nouveau » FN, celui de Marine Le Pen, n’a rien de bien nouveau, manifestant au contraire une continuité importante avec celui de son père, Jean-Marie Le Pen.

Le premier chapitre, qui porte sur la nature du FN, permet à l’auteur de donner un cours accéléré sur les catégories de la science politique. Parmi les attributs généralement utilisés pour caractériser ce parti – droite radicale, nouvelle droite, néofascisme, populisme et extrême-droite – le dernier semble le plus à même d’éclairer la réalité du FN. C’est d’ailleurs pourquoi, loin des scénarios dramatiques et des analyses sommaires, le FN, selon Alexandre Dézé, n’est nullement un parti aux portes du pouvoir. En effet, « Pour l’heure, le FN ne bénéficie ni de l’implantation, ni du réseau d’élus, ni même du nombre suffisant de cadres pour prétendre à l’exercice du pouvoir au niveau national » (p. 27). Le second chapitre vise à retracer les six grandes étapes de l’histoire du FN, depuis sa création en 19732 jusqu’aux rebonds actuels suite à l’accession de Marine Le Pen à sa direction en 2011. Dans le troisième chapitre, Alexandre Dézé s’interroge pour savoir si le FN est devenu un « nouveau » parti, avec Marine Le Pen. A ses yeux, rien, dans son programme, sa stratégie, ou son organisation, ne permet de conclure en ce sens.

En revanche, ce qui a été fortement modifié, ce sont les perceptions (en particulier du point de vue des électeurs) de ce parti. C’est donc logiquement à l’analyse de la sociologie électorale, ainsi que des militants et de l’univers des sympathisants, qu’est consacrée la quatrième partie. Là aussi, l’auteur déconstruit quelques idées préconçues sur l’implantation du FN. Ce qui domine, c’est un vote interclassiste, qui n’a pas fondamentalement évolué depuis l’arrivée de Marine Le Pen. Notons au passage que l’auteur fait définitivement taire l’idée selon laquelle les ouvriers votant FN proviendraient de la gauche, qu’il y aurait transvasement entre le vote communiste et le vote d’extrême-droite. Le vote ouvrier pour le FN est en réalité un vote de radicalisation des « couches ouvrières de droite », milieu ouvrier particulièrement touché par la peur du déclassement social3. Cela ne signifie pas pour autant que tout est statique en matière d’électorat frontiste. Deux évolutions (fragiles à évaluer à ce stade) peuvent ainsi être notées : le ralliement croissant des catholiques, et le début d’un vote des fonctionnaires (en particulier des couches les plus humbles, catégorie C) vers le FN. Les études consacrées aux militants sont beaucoup moins nombreuses que celles orientées vers l’électorat. Le FN compte à ce jour un peu plus de 50 000 adhérents, ce qui en fait un petit parti, néanmoins marqué par des valeurs régressives fortes (antisémitisme, xénophobie, « islamophobie »).

L’ultime chapitre porte sur l’avenir du FN. En fait, selon Alexandre Dézé, le FN conjugue à la fois une volonté de « dédiabolisation » pour accroître sa surface électorale tout en étant contraint de conserver une dimension « rupturiste » par rapport aux autres partis afin de conserver son électorat. C’est dans cette contradiction que se situent les perspectives et les limites de la progression du FN. Bien que l’auteur n’y fasse pas allusion, la situation du FN dessine des traits (presque) similaires à ceux du fascisme historique ou du nazisme, ceux de son rapport aux forces classiques de droite. On le sait, ni Mussolini ni Hitler ne sont parvenus au pouvoir par la seule force de leurs partis, mais en tenant la rue et grâce à des « alliances » avec les forces traditionnelles du conservatisme. De ce point de vue, Marine Le Pen se situe (presque) dans la même configuration, la violence politique imposée dans la rue en moins.

Un seul regret dans ce très stimulant et didactique ouvrage, son angle d’analyse limité au FN stricto-sensu. Pratiquement rien n’est dit du contexte socio-économique qui porte celui-ci, ou de la politique du Parti socialiste au pouvoir depuis 20124 . En un format réduit, Alexandre Dézé offre aux lecteurs un très bon résumé des travaux les plus récents sur le phénomène frontiste, sans jamais tomber dans la caricature ou le simplisme.

1Sylvain Crépon, Alexandre Dézé, Nonna Mayer (dir.), Les Faux-semblants du FN. Sociologie d’un parti politique, Paris, Presses de Sciences Po, 2015.

2Réfutant au passage la « légende tenace » (p. 33) qui en attribue la paternité à Jean-Marie Le Pen.

3On peut légitimement penser que ces analyses, en particulier celle sur une « couche ouvrière de droite », risquent de provoquer de vives controverses.

4Même si une pique est adressée à Manuel Valls pour la porosité xénophobe de ses conceptions à l’égard des Roms.

Alain Damasio, Aucun souvenir assez solide, Paris, Gallimard, collection « Folio SF » n° 474, 2014 (édition originale en 2012, aux éditions La Volte), 400 pages, postface de Systar, 8,20 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alain Damasio est un écrivain de science-fiction français connu pour son exigence scripturaire, ainsi que pour son engagement politique parfaitement assumé (il a participé au récent mouvement Nuit debout). Il n’a écrit en une vingtaine d’années que deux romans, le troisième étant annoncé pour bientôt. Mais La Zone du dehors et La Horde du contrevent sont considérés, le second surtout, comme d’éclatantes réussites. Un certain nombre de ses textes plus courts ont été rassemblés dans le recueil Aucun souvenir assez solide, qui présente l’avantage d’offrir un aperçu varié et représentatif de son univers.

Sur les dix nouvelles proposées ici, publiées entre 2001 et 2011, deux sont entièrement inédites. Alain Damasio y déploie un art du style ciselé, de la recherche formelle, du jeu de mots ou du néologisme, passant souvent par l’utilisation de signes graphiques singuliers ou même par l’incorporation de véritables œuvres de street art, comme dans « So Phare Away ». Une autre caractéristique forte de ses récits, c’est la centralité des rapports entre enfants et adultes, souvent tragiques. Ainsi, dans « Annah à travers la Harpe », il raconte la quête d’un père ayant perdu sa fille, obligé pour la retrouver et lui redonner une nouvelle vie de pénétrer dans des enfers d’un nouveau genre, numériques et informatiques. La nouvelle éponyme, très courte, n’en est pas moins intense dans son évocation formelle de la mémoire, celle de la séparation, si difficile à transcender. « C@PTCH@ » (sic) se penche surtout sur les enfants eux-mêmes, séparés de leurs géniteurs par la Ville, matérialisation des réseaux numériques qui nous enserrent et nous séparent plus qu’ils nous unissent, selon l’auteur. « So Phare away » et son évocation d’un Internet libre peu à peu confisqué par les entreprises, use d’une concrétion originale, celle de phares qui sont autant d’individualités désireuses de s’exprimer, y compris dans le vide, mais où le véritable échange passera finalement par leur abandon de la part d’un couple, motif d’espoir et de (re)naissance. « Le bruit des bagues » englobe dans sa charge capitalisme et numérique, sous la forme de la société de la surveillance et du suivi généralisés, que des militants principalement hackers s’efforcent de détourner, y compris par l’usurpation d’identités aux possesseurs décédés.

Toujours, Alain Damasio manifeste une forme de techno-scepticisme, que l’on pourrait rapprocher en partie de celui du collectif Pièces et main d’œuvre. Dans « Annah à travers la Harpe », l’obsession des jeunes parents de maintenir sous contrôle, surveillance et stimulation artificiels leur fille ne leur épargne pas le drame, et leur fait surtout regretter une relation bien trop désincarnée. Le capitalisme est lui aussi condamné, tout spécialement dans « Les Hautsr Parleursr », sorte d’uchronie dressant le tableau d’un monde contemporain dans lequel les transnationales sont devenues propriétaires du vocabulaire des principales langues. L’appauvrissement langagier et écrit qui en résulte, lié à la nécessité de leur verser des droits, est combattu par les Hauts Parleurs du titre, des rebelles vivant en marge de la société et s’efforçant de détourner les mots pour tenter de faire prendre conscience aux populations de cette aliénation suprême qu’elles subissent. Au-delà de la condamnation de la privatisation de tout ce qui est vivant sur la planète, marque du néo-libéralisme, cette nouvelle judicieusement placée en ouverture du recueil est à l’image de son auteur, combattant usant de l’alphabet et de la langue pour mieux jouer avec elle, sur ses doubles ou triples sens, comme pour dévoiler le sens caché du monde.

Il y a également une réhabilitation de la dimension prométhéenne de l’humain, ce qu’illustre fort bien « El Levir et le Livre », quête d’un défi sans précédent, celui d’écrire un ouvrage à la hauteur du monde ; phénomène inversé de la nouvelle « Les Hybres », dans laquelle l’artiste se retrouve captif de son propre processus de création qui n’est en réalité que capture et pétrification du vivant, ici d’un vivant industriel, celui peut-être d’une classe ouvrière que l’on a trop longtemps traité comme morte. Quant à « Une stupéfiante salve d’escarbilles de houille écarlate », derrière la course surréaliste qu’il met en scène, c’est à un désenchantement matérialiste de dieu qu’il nous convie, tant la philosophie qu’Alain Damasio met en scène, largement inspirée de Deleuze et Guattari, ainsi que l’explique Systar dans sa postface, est celle d’un combat, d’un refus du renoncement. Damasio, ou l’avatar d’un Serge Brussolo ayant dépassé la post-modernité.

Eleanor Davey, Idealism beyond Borders. The French Revolutionary Left and the Rise of Humanitarianism, 1954-1988, Cambridge, Cambridge University Press, collection “Human Rights in History”, 2015, 346 pages, 64,99 £.

 

Un billet de Frédéric Thomas

Frontières de l’idéalisme ?1

Ce brillant essai s’intéresse à la manière dont le tiers-mondisme a été reconfiguré et déplacé par le sans-frontiérisme – soit le mouvement d’organisations non gouvernementales (ONG) né au début des années 1970 et dont Médecins sans frontières (MSF) constitue une sorte d’avant-garde. Pour ce faire, Eleanor Davey étudie le cas français et, plus particulièrement l’expérience de MSF – rappelant par-là même son rôle hégémonique –, sur une période d’une trentaine d’années : du début de la Guerre d’Algérie, en 1954 – berceau du tiers-mondisme –, à 1988, année du tremblement de terre en Arménie, où, pour la première fois, l’Union soviétique autorise l’aide humanitaire internationale.

L’originalité de ce livre – et son principal intérêt – est de croiser l’analyse du sans-frontiérisme avec celle du tiers-mondisme, à partir d’une dynamique de recodage et de reconfiguration, où se mêlent discussion et opposition, glissements et retournements. De la sorte, Eleanor Davey propose une lecture complexe et dynamique de la « profonde transformation des paradigmes idéologique et intellectuel en France » (p. 6-7)2, au cours de cette période.

Tout en reconnaissant l’impossibilité de circonscrire étroitement le tiers-mondisme, l’auteure le définit comme la croyance dans le Tiers-monde, comme moteur d’une révolution mondiale, qui prend le relais en quelque sorte des espoirs mis dans le communisme russe. Ainsi, à partir de la seconde moitié des années 1950, les luttes anti-coloniales se développent parallèlement à l’essoufflement du modèle soviétique aux yeux de plus en plus d’intellectuels européens.

Idealism beyond Borders s’organise autour de chassés croisés entre le mouvement sans-frontières et le tiers-mondisme, avant que les deux n’entrent directement en collision au milieu des années 1980. Le premier chapitre revient sur la Guerre du Biafra (1967-1970), qui constitue le « totem et tabou » de l’aide humanitaire internationale (Alex de Waal) et le point mythique de la naissance de MSF. Si la pratique du témoignage et les innovations logistiques, qui vont être au cœur de l’identité de l’ONG, émergent bien de l’expérience de quelques docteurs français au cours de cette guerre civile, à la suite d’autres chercheurs, Eleanor Davey nuance fortement l’idée convenue que cette expérience marquerait une brusque rupture avec le mouvement de la Croix Rouge.

Au tournant des années 1960, selon Eleanor Davey, le sans-frontiérisme est plus en dialogue qu’en opposition avec le tiers-mondisme, en fonction d’une reconfiguration de la solidarité internationale (p. 48). Ainsi, l’importance accordée à l’expérience de première main, au témoignage, à l’engagement individuel, à la cartographie des mobilisations et au désir de changement résonnera plus tard au sein du mouvement sans-frontières (p. 77). À partir de la seconde moitié des années 1970, la recomposition du débat autour du prisme de l’anti-totalitarisme et de la promotion des droits humains, participe de la crise et de la critique du marxisme et de l’engagement (qu’il prenne la forme communiste ou sartrien), offrant par-là même « le nouveau fondement pour un engagement intellectuel basé sur les droits humains, avec le sans-frontiérisme comme avant-garde » (p. 126).

Le chapitre suivant, particulièrement intéressant, s’intéresse à la Guerre d’Algérie ; plus spécifiquement à la façon dont le Front de libération nationale (FLN) chercha à utiliser les forums humanitaire et des droits humains pour internationaliser la guerre, ainsi qu’au rôle ambivalent de la Croix Rouge française. En effet, celle-ci a constamment présenté son rôle en Algérie comme celui d’une rencontre entre « le devoir humain… et le devoir national » (p. 56). Notons cependant que nous ne partageons pas la réserve éthique de l’auteure (p. 62) à propos du Manifeste des 121, « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie » ; il ne s’agissait pas d’une incitation « de figures publiques relativement protégées » à ce que les jeunes recrues désertent, mais bien de la reconnaissance d’un droit, de la légitimité de l’insoumission.

Au cours de cette partie, le lecteur suit l’expérience du Tribunal Russel (1967) et sa condamnation de la guerre menée par les États-Unis au Vietnam, « l’affaire Régis Debray », suite à l’emprisonnement de celui-ci en Bolivie, la même année, et, enfin, l’affaire Padilla – du nom du poète emprisonné à Cuba, en 1971. Eleanor Davey analyse finement les contradictions et les glissements en cours – les pages consacrées au soutien à Régis Debray sont particulièrement éclairantes –, avançant l’hypothèse que le tiers-mondisme serait tiraillé entre les objectifs de politique radicale et un langage basé sur les droits humains, qui, au fil du temps, va se renforcer au détriment de la radicalité (p. 82). Il nous semble cependant que l’affaire Padilla a plutôt confirmé une désillusion envers l’expérience cubaine ; désillusion qui s’était cristallisée, trois ans auparavant, dans l’appui de Fidel Castro à l’invasion soviétique de la Tchécoslovaquie en 1968, ruinant par-là même les espoirs en une voie socialiste originale et différente.

La troisième partie s’ouvre sur un chapitre significativement nommé « le tournant vers le spectacle sans-frontiériste ». L’auteure revient sur diverses campagnes emblématiques : d’Un bateau pour le Vietnam (1978) sorte de « réexamen conscient des formes de militantisme politique du tiers-mondisme » (p. 195) – à l’expulsion de MSF d’Éthiopie, en 1985, pour avoir dénoncé l’instrumentalisation de l’aide et les déplacements de populations par le régime en place, en passant par la Marche pour la survie du Cambodge (1980) et la création de la fondation, organiquement liée à MSF, Liberté sans frontières (LSF), en 1984.

L’anticommunisme et l’offensive néolibérale

Si, comme le précise Eleanor Davey, celles et ceux qui défendaient, au sein de MSF et en-dehors, l’action humanitaire et les droits humains, n’étaient bien sûr pas tous anticommunistes (p. 213)3, il n’en demeure pas moins que « les priorités opérationnelles de MSF en cette période étaient inséparable de ces questions politiques » (p. 198), et que les situations problématiques « étaient interprétées à travers le prisme de l’anticommunisme » (p. 200). D’ailleurs, les principaux dirigeants de MSF d’alors – Emmanuelli, Mahuret et Brauman – reconnurent longtemps après qu’ils avaient, au tournant des années 1980, « adopté une position résolument anticommuniste » (p. 203). Ainsi, selon l’auteure, la direction de MSF « utilisa un langage de neutralité pour couvrir leur posture consciemment anticommuniste » (p. 214).

De nombreuses pages sont consacrées à la première et fameuse conférence de LSF, début 1985, « Le tiers-mondisme en question », qui constitue la phase idéologique la plus agressive de la campagne politique de MSF (p. 216). Elle opère, en effet, sous une forme souvent polémique, la liaison (et la confusion) de l’anti-totalitarisme, de l’anticommunisme et de l’anti-tiers-mondisme (voire même de l’anti-développement). Si cette conférence s’inscrit dans le prolongement immédiat du livre de Pascal Bruckner, Le sanglot de l’homme blanc (1983) – auquel d’ailleurs Brauman fait référence –, elle participe également de la perspective ouverte par la Nouvelle philosophie et, de façon plus organique, de l’offensive néolibérale.

L’auteure souligne deux points communs entre la Nouvelle philosophie et le sans-frontiérisme : le rejet de l’idéologie – comme justification, sinon source de la violence –, et la volonté de mobiliser les médias (p. 174). Cependant, par crainte peut-être aussi de « simplifier » son approche dynamique et complexe, elle ne situe pas les recompositions en cours dans le cadre du néolibéralisme. Or, celui-ci est déterminant, et se manifeste sous diverses formes.

Il y a d’abord toute une architecture, faite de l’empreinte sociologique, des réseaux, de revues – Commentaire (trimestriel fondé par Raymond Aron en 1978) et Nouvel Observateur au premier chef4 –, des « passeurs », etc. Ainsi, Eleanor Davey met à juste titre en évidence le passage de plusieurs des protagonistes (Jacques et Claudie Broyelle, Jean-Pierre Le Dantec, Bernard Kouchner, Rony Brauman…) par un courant particulier du maoïsme français – la Gauche prolétarienne (GP) –, mais elle ne donne que peu d’indication sur leurs origines sociales et leur capital culturel (pour parler en termes bourdieusiens), alors même qu’au fil des pages transparaît implicitement l’hypothèse que ceux-ci expliquent partiellement leurs parcours et les affinités avec les médias et les techniques innovantes de marketing et de management5.

Notons, ensuite, la proximité bien réelle de certains acteurs politiques et des réseaux dans lesquels ils s’inscrivent. Certes, les campagnes humanitaires de ces années-là bousculent le clivage gauche/droite, semblant « dépasser » les oppositions idéologiques. Dépassement symbolisé par la fameuse photo de la poignée de main entre Sartre et Aron, réunis autour de la cause des boat people vietnamiens. Mais, contrairement à la manière dont elle a été interprétée à l’époque, Eleanor Davey démontre que cette poignée de mains ne marquait pas la réconciliation entre les deux hommes sur l’autel de l’humanitaire. La participation à la Marche pour la survie du député Alain Madelin, représentant la droite ultra-libérale, les relais médiatiques, ainsi que les connexions nord-américaines de Malhuret situent cette dynamique dans l’offensive plus large du néolibéralisme.

Rappelons, en effet, que « Malhuret se rend plusieurs fois aux États-Unis entre 1983 et 1985, à l’invitation d’intellectuels néoconservateurs et du sénateur républicain Gordon J. Humphrey. Ce dernier est l’un des promoteurs de l’« opération Cyclone », par laquelle la CIA équipe et finance la résistance afghane entre 1979 et 1989. La médiatisation de l’action de MSF en Afghanistan et de ses récits sur les exactions de l’Armée rouge alimente alors l’entreprise de réarmement moral lancée par les intellectuels néoconservateurs et l’administration américaine à partir du milieu des années 1970. (…) MSF reçoit plusieurs financements de la NED (National Endowment for Democracy), fondation destinée à exporter le soft power américain par le biais d’organisations de la société civile. La NED n’est pas flouée. En 1984, MSF crée la fondation Liberté Sans Frontières (LSF) »6.

Enfin, le néolibéralisme participe de l’opposition, de la recomposition du tiers-mondisme, puis de son abandon au profit du sans-frontiérisme. Et, plus globalement, de la reconfiguration du champ intellectuel. En réalité, les termes du débat, au tournant des années 1980, sont largement recodés au profit et en fonction d’un anti-totalitarisme, en interaction avec le néolibéralisme et en rapport avec la défiance face à la montée en puissance puis la victoire de l’Union de la gauche en France (Michael Christofferson, Les Intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1968-1981), Marseille, Agone, 20147).

Le mythe d’un engagement désidéologisé, opposé à la (prétendue) mystification idéologique du tiers-mondisme, fut le fer de lance de la campagne de LSF. La mise en avant de la logique néolibérale – qui fait défaut ans ce livre – et à laquelle le sans-frontiérisme est partie prenante à partir de la fin des années 1970, est, dès lors, importante à plus d’un titre. Pour appréhender les modifications du champ intellectuel et la construction par LSF du mythe tiers-mondiste, présenté – au mitan du « cauchemar de la décennie »  – comme omniprésent et particulièrement dangereux. Comme l’analysait, en 1986, Claude Liauzu, à ce propos : « Il n’y a pas grand risque de voir se développer une radicalisation des intellectuels français ni des forces de rupture dans notre société. En fait, ces polémiques aboutissent à déposséder la gauche de toute légitimité, à légitimer les nouvelles positions hégémoniques dans le champ idéologique et de nouveaux rapports de force dans la formation intellectuelle »8. De plus, la référence au néolibéralisme permet, sous le discours pragmatique – et la mythologie organisationnelle de MSF –, de repérer les ressorts toujours actuels du sans-frontiérisme : la défiance envers l’État, la contestation de la souveraineté étatique, l’insensibilité ou l’occultation du pouvoir du marché9 au regard d’une ultra sensibilité par rapport à une politisation de l’aide humanitaire.

Le poids de l’histoire

Eleanor Davey avance l’hypothèse que la mémoire de la Seconde Guerre mondiale, plus particulièrement en France – l’Occupation, la Collaboration et le génocide –, a pesé lourd sur les débats, en aiguisant le refus du silence complice de ce qui était jugé intolérable, et en alimentant les craintes et les accusations de génocides (comme au Biafra, puis lors de l’invasion du Cambodge par les troupes vietnamiennes). Mais l’anti-tiers-mondisme n’est-il pas aussi la réponse à la mémoire d’autres événements historiques ?

Jusqu’à quel point, en effet, la Guerre d’Algérie ne hante-t-elle pas cette thématique ? L’anti-tiers-mondisme marquerait la mémoire toujours incommode de ce conflit colonial et le refus conséquent de prendre en compte le néocolonialisme. Pierre Vidal-Naquet devait faire justice de cet escamotage : « Les délires que suscite une cause [cf. le tiers-mondisme] n’empêchent pas que cette cause soit juste. Il suffit de moins délirer. La lutte contre la guerre d’Algérie fut certes un combat ambigu – mais en est-il beaucoup qui ne le soient pas ? »10.

Idealism beyond Borders se lit avec autant de plaisir que d’intérêt. L’éclairage qu’il offre de la généalogie du sans-frontiérisme en France participe, au même titre que les ouvrages de Christofferson, Les Intellectuels contre la gauche. L’idéologie antitotalitaire en France (1968-1981) et de François Cusset, Le Grand Cauchemar des années 1980, de l’étude de la recomposition du champ intellectuel au cours de ces années charnières, et est amené à devenir un classique comme ceux-ci. Espérons dès lors qu’il soit rapidement traduit en français afin de toucher un large public francophone.

1Une version précédente de cet article, très largement modifié, est parue sur le site du Cetri : www.cetri.be.

2À chaque fois, c’est notre propre traduction.

3Elle évoque d’ailleurs la critique interne à MSF de Jean-Christophe Rufin, alors chef de mission de MSF en Érythrée, et de Marc Dumas, membre de la direction, qui présentent la Marche pour la survie du Cambodge comme un instrument politique des États-Unis (p. 206).

4François Cusset, l’auteur du Grand Cauchemar des années 1980 (La Découverte, 2006), qualifie le Nouvel Observateur de « magazine centre-gauche de l’élite – là où toutes les voix influentes de « gauche », politiques mais aussi culturelles et artistiques, s’exprimaient toutes les semaines. Je l’ai lu ainsi, comme la tribune de l’élite ».

5Claude Mahuret, président de MSF de 1978 à 1986, importe directement des États-Unis des innovations techniques en termes de récolte de fonds, qui feront de MSF une avant-garde en la matière, et contribueront à l’explosion de son financement ainsi qu’à construire son image extrêmement positive (p. 215).

6Fabrice Weissman, « Silence, on soigne ! », http://lmsi.net/Silence-on-soigne. Il convient de remarquer que Fabrice Weissman est directeur d’études au CRASH, Fondation Médecins sans Frontières – centre d’études lié à MSF – et qu’il ne s’agit donc pas d’accusations polémiques. Son analyse est partagée par l’Observatoire de l’action humanitaire, http://www.observatoire-humanitaire.org/fr/index.php?page=fiche-ong.php&part=commentaires&chapitre=11&id=23.

7Voir le compte-rendu sur notre blog.

8Claude Liauzu, « Le tiersmondisme des intellectuels en accusation. Le sens d’une trajectoire », Vingtième Siècle, n°12, octobre-décembre 1986.

9Lire entre autre à ce sujet, Caroline Broudic, « Les ONG, cheval de Troie du néolibéralisme ? », Humanitaire, 39/2014, http://humanitaire.revues.org/3056

10Pierre Vidal-Naquet, « Une fidélité têtue. La résistance à la guerre d’Algérie »,Vingtième Siècle, 1986, volume 10, n° 1, p. 3-18, http://www.persee.fr/doc/xxs_0294-1759_1986_num_10_1_1539.

John Barzman, Jean-Pierre Castelain (dir.), Jules Durand. Un crime social et judiciaire, Paris, L’Harmattan, collection « Inter-National », 2015, 199 pages (avec des illustrations en couleur et noir et blanc), 24 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain

Publié sous les auspices des Amis de Jules Durand et de l’Université du Havre, cet ouvrage collectif évoque toutes les facettes d’un « crime social et judiciaire ». Coordonné par John Barzman et Jean-Pierre Castelain, il est issu des Journées d’étude – les premières – consacrées en novembre 2013 au syndicaliste (dockers/charbonniers) du Havre, Jules Durand, condamné à mort en 1910 pour le meurtre d’un briseur de grève auquel il était étranger, et qui finit sa vie dans un asile d’aliéné.

Après un bref bilan de l’état actuel des recherches par Jean-Pierre Castelain, une dizaine d’ études retracent l’Affaire Jules Durand – souvent nommée l’Affaire Dreyfus du pauvre –, de son contexte économique, social et politique (John Barzman) aux représentations littéraires (Sonia Anton, Philippe Huet1), en passant par les études sur la presse anarchiste (Anne Steiner), l’attitude de la police (Laurence Montel) ou la « folie » de Jules Durand (Alain Gouiffes).

En juillet 1910, est fondé le syndicat des ouvriers dockers charbonniers CGT du port du Havre, dans la mouvance du syndicalisme révolutionnaire. Jules Durand est élu secrétaire. Alors qu’il est un des animateurs d’une grève de près d’un mois, du 17 août au 14 septembre 1910, il est victime d’une machination. En effet, face à une mobilisation très large des dockers charbonniers, le patronat portuaire de la Compagnie générale transatlantique fait venir des briseurs de grève, ceux que l’on nommait à l’époque des « renards » ou des « jaunes »2 [scab aux États-Unis]. A la suite d’une rixe d’ivrognes qui entraîne le décès de l’un d’entre eux (un « renard »), une information judiciaire pour complicité morale d’assassinat est ouverte aussitôt (le 10 septembre 1910) contre Jules Durand (totalement étranger aux faits) du simple fait de sa fonction de secrétaire d’un syndicat particulièrement revendicatif. Six autres dirigeants ou militants du syndicat partagent son sort. A l’issue du procès à Rouen, Jules Durand est condamné à mort le 25 novembre 1910, trois de ses camarades sont envoyés au bagne (Cayenne) pour 8 et 15 ans (un seul en reviendra), les trois autres sont acquittés. Une campagne contre ce verdict qualifié d’erreur judiciaire est menée rapidement par un Comité de défense de Jules Durand, qui reçoit le soutien actif3 de très nombreux intellectuels dreyfusards, de la CGT, de la presse anarchiste (les Temps nouveaux de Jean Grave, le Libertaire de Sébastien Faure), de la Ligue des droits de l’homme ainsi que de Jean Jaurès dans L’Humanité. Ce dernier sait reconnaître dans cette affaire l’indice d’une haine de classe, dans une période ou rien qu’au Havre on a recensé pour cette année 1910 trente-deux grèves (p. 95) et 1 500 au plan national (p. . Il écrit : L’essentiel pour la réaction bourgeoise, c’est de frapper ceux qu’elle appelle les « meneurs » ; c’est de rendre les organisations ouvrières systématiquement responsables de tous les actes qui peuvent se commettre dans l’effervescence des luttes sociales (…)4 ». Le 31 décembre 1910, le président de la République (Armand Fallières) commue la peine de mort de Jules Durand en sept ans d’emprisonnement. Libéré finalement en février 1911, il ne profite guère de sa liberté retrouvée : sa condamnation à mort l’a brisé moralement, il souffre de délires de persécution et il est interné à l’asile psychiatrique de Rouen. Il y meurt en février 1926, sans savoir qu’en 1918, il a été reconnu innocent des charges qui pesaient sur lui.

L’intention des organisateurs des Journée d’étude était d’ « esquisser un premier état des connaissances, et surtout des questions, sur Jules Durand et la grève des charbonniers (…) » (avant-propos, p. 14). Sans présumer de recherches futures, on peut dire que l’objectif est atteint.

1Philippe Huet, journaliste et romancier, à écrit Les Quais de la colère (Albin Michel, 2005), sur Jules Durand.

2Selon Anne Steiner, les dockers charbonniers utilisaient plutôt le terme de « renard » (p. 85).

3Étrangement, la presse libertaire (les Temps nouveaux de Jean Grave, le Libertaire de Sébastien Faure par exemple) n’accorde qu’une faible couverture à cette affaire, ce qui selon Anne Steiner pourrait invalider une identité anarchiste attribuée, à tort, à Jules Durand (p. 85-92).

4Jean Jaurès, « Verdict malfaisant », L’Humanité, 27 novembre 1910, cité p. 118.

Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna (dir.), Travail, travailleurs et ouvriers d’Europe au XXe siècle, Dijon, EUD, 2016, 359 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Issu d’un colloque organisé en 2013 à Dijon, le livre codirigé par Nicolas Hatzfeld, Michel Pigenet et Xavier Vigna propose de faire un état de l’histoire ouvrière (au sens large du terme) et de ses perspectives à l’échelle européenne. Cette synthèse – terme inadapté au vu de la densité de l’ouvrage – réunit pas moins de vingt-quatre contributions d’historien[ne]s de huit nationalités différentes (belge, espagnol, français, italien, écossais, allemand, hollandais et américain). Articulé autour de quatre thèmes, « Historiographies européennes », « Conflits et mobilisations », « Catégories de travailleurs et parcours professionnels », « Constructions collectives », l’ouvrage qui alterne cas d’études (nationaux) et analyses transnationales invite le lecteur à une comparaison, voire une confrontation, des approches et des objets « Travail », « Ouvrier », « Travailleur ».

La première partie consacrée à l’historiographie n’est, il faut l’avouer, pas la plus facile, surtout si vous n’êtes pas historien. Toutefois, elle a le mérite d’offrir un bilan européen de l’histoire ouvrière en relevant les points communs tels l’effondrement des approches marxistes au profit de l’histoire culturelle et du hors-travail, l’affirmation des gender studies, ou la focalisation sur les minorités, tendant à déconstruire la classe ouvrière en tant qu’objet homogène. Elle permet aussi de relever certaines particularités nationales à l’instar de la logique commémorielle en Belgique, le développement des études sur le handicap en Angleterre ou une histoire « d’exilés » pour l’Espagne sous Franco. La dernière contribution de ce premier chapitre propose une brillante synthèse de cette « Histoire ouvrière européenne » où Marcel Van Der Linden périodise cette construction historique autour de cinq séquences, en relevant les grandes tendances sur le long terme et ouvrant sur une sixième période exposant les enjeux de recherche trans/internationaux actuels.

La seconde partie s’attache aux mobilisations collectives avec entre autre deux contributions sur les mouvements de grèves belges des années 30 (dont celle du Borinage1) et du début des années 60, qui par un effet d’aller-retour ne sont pas sans rappeler 1936 et 1968 pour la France. On trouve également une étude sur la mémoire des travailleurs de la construction navale en Espagne et sur l’échec du syndicalisme chez Fiat durant les Trente glorieuses italiennes qui ne sut pas s’adapter à la modification sociologique de la main d’œuvre (rajeunissement, recrutement d’ouvriers-paysans, accroissement de la proportion d’OS au détriment des OP…). Mais la contribution la plus stimulante demeure sans conteste celle de Xavier Vigna qui, s’intéressant à la question de la violence des grèves en France, déconstruit la thèse de Shorter et Tilly2 sur le déclin de la grève violente durant la première moitié du 20e siècle. Par l’apport de nouvelles sources, l’analyse des différents répertoires d’action, le croisement d’approches sociologiques, spatiales et genrées, l’auteur met en évidence la persistance d’une certaine violence (et d’une violence certaine) au 20e siècle malgré des procédures de pacification des conflits du travail et d’institutionnalisation du syndicalisme.

La troisième partie est quant à elle consacrée aux catégories et parcours professionnels pour mieux en appréhender les limites, les zones d’ombres ou les marges. Elle constitue certainement la partie la plus novatrice. Que ce soit sur les catégories d’emploi des femmes et des immigrés en France, la sous-estimation du travail féminin en Espagne (article passionnant), le cas spécifique des ouvriers du secteur des services, le poids de l’artisanat en Italie durant la première moitié du 20e siècle ou encore la figure pour le moins contrariée du contremaître, toutes ces contributions apportent véritablement un regard nouveau sur ces questions en battant en brèche nombre d’idées reçues ou pour le moins dépassées et offrent de nombreuses perspectives de recherches prometteuses. Nous resterons plus dubitatifs concernant l’article de Tyler Stovall sur les travailleurs de couleur en France durant l’entre-deux-guerres. Car s’il est vrai que l’imaginaire colonial a marqué et infériorisé durablement cette catégorie de travailleurs, l’approche racialisée ne convainc pas totalement3 et encore moins la comparaison avec les ouvriers juifs et l’antisémitisme des années 30.

Le dernier chapitre s’attache aux constructions collectives. Une première étude comparée de Laure Machu sur les conventions collectives en France, en Allemagne et en Angleterre durant la première moitié du 20e siècle permet de mettre en exergue les différentes conceptions des relations professionnelles dans ces trois pays européens les plus industrialisés et de constater un certain « retard français » du fait d’une culture patronale méfiante à l’égard du syndicalisme ouvrier. S’ensuit une étude sur le « mythe » de la figure du mineur et du (des) monde(s) minier(s) ; et un article sur la question des chômeurs en Europe occidentale au début du 20e siècle particulièrement intéressant avec la (re)découverte du « système de Gand » visant à l’intégration des syndicats dans les bureaux de placement publics, intégration plus ou moins difficile en fonction des pays, des forces et des tendances syndicales. Enfin Michel Pigenet explore les différents niveaux d’analyse de la conflictualité ouvrière quand Nicolas Hatzfeld retrace les trois temps de l’histoire française de la santé au travail au 20e siècle.

L’ouvrage se termine par une conclusion magistrale de Jean Claude Daumas qui n’en est pas moins critique sur la pluridisciplinarité, le concept d’agency ou la fascination pour les « petits objets ». Il expose également les enjeux actuels et futurs de l’histoire ouvrière, en particulier ceux liés à la désindustrialisation, et invite les chercheurs « à brasser large », y compris à s’intéresser au patronat, élément essentiel pour appréhender les luttes sociales.

Un ouvrage de spécialistes donc, sans aucun doute, peut-être un peu trop axé sur l’historiographie pour toucher un large public ; mais une synthèse brillante qui offre une vue d’ensemble des recherches à l’échelle européenne en ce début de 21e siècle, bref un ouvrage indispensable.

1Dont le documentaire militant de Henri Storck et Joris Ivens, datant de 1933, est en ligne sur : https://www.youtube.com/watch?v=8K4k8_Tma5o

2Charles Tilly, Edward Shorter, Strikes in France 1830-1968, Cambridge, Cambridge University Press, 1974.

3Peut-être est-ce aussi là un effet des différences culturelles et méthodologiques, cette approche étant moins développée en France qu’Outre-Atlantique, mis à part chez les partisans du Parti des indigènes de la République (PIR).

Philippe Bihouix, Karine Mauvilly, Le Désastre de l’école numérique. Plaidoyer pour une école sans écrans, Paris, Seuil, 2016, 240 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est une évidence, une évolution presque naturelle et inévitable que Philippe Bihouix et Karine Mauvilly interrogent : la numérisation croissante du système éducatif. Non pour rejeter a priori toute avancée utile, tout élément permettant une meilleure transmission des savoirs, mais pour apporter ce qui, depuis le début, a toujours manqué à cette question, la discussion critique et la décision démocratique.

Leur étude débute par une utile mise en perspective sur le rapport entre nouvelles technologies et école. Car depuis la lanterne magique au XIXe siècle jusqu’à l’informatique dans la seconde moitié du XXe siècle, en passant par le cinéma en qui Edison voyait le gage d’une efficacité à 100% (sic) dans l’éducation, ces médias d’un nouveau genre ont systématiquement suscité, auprès d’un certain nombre de décideurs, un engouement et l’espoir (illusoire) d’une efficience presque magique de la démarche d’instruction1.

Les auteurs prennent bien sûr à bras le corps la question de l’efficacité des technologies numériques dans la réussite des élèves, tout en précisant que c’est là chose délicate, puisqu’une multitude de facteurs entrent en ligne de compte. En s’appuyant sur un rapport de l’OCDE de 2015, ils montrent bien que les pays au plus fort taux d’équipement numérique ne sont pas nécessairement les meilleurs du classement PISA, et surtout que l’utilisation de plus en plus importante de l’ordinateur à l’école a plutôt des effets contre-productifs. Autre donnée d’importance, la mutation de la fracture numérique : ce sont désormais les milieux moins favorisés qui voient les enfants / adolescents bénéficier de l’équipement numérique le plus poussé dans leur chambre, ce qui s’accompagne d’une réussite moindre à l’école… Car dans le même temps, le travail à la maison nécessite un suivi parental plus poussé. En réalité, ce qui semble déterminant, c’est la nature de la pédagogie mise en œuvre, active en particulier, plus que le médium utilisé. Il est même essentiel de bien maîtriser certaines méthodes de pensée et de réflexion avant de pouvoir user intelligemment du numérique2. « Au fond, un enfant bien formé au numérique serait un enfant capable de se dire : pour faire ceci, je n’ai pas besoin du numérique. » (p. 70) On le voit, la dimension idéologique3 dans la promotion tous azimuts du numérique est considérable. « La meilleure preuve des échecs répétés est qu’à chaque fois qu’une nouvelle technologie est apparue, les pédagogues ont sauté dessus pour l’adopter, abandonnant la précédente au passage… Si les résultats avaient été miraculeux avec une solution précédente, il y aurait sans doute eu davantage de réticences à l’abandonner. Mauvais signe : ne vient-on pas de décider de passer de l’ordinateur à la tablette ? Et puis surtout, après tous ces efforts, peut-on dire honnêtement que le niveau des élèves, leur intérêt et leur motivation se sont améliorés depuis dix, vingt ou cinquante ans ? » (p. 45). Au contraire, le numérique risque fort d’aller à l’encontre du goût de l’effort chez les élèves, déjà en souffrance…

Un autre angle d’attaque, plus général dans son propos, tient à l’impact écologique et de santé publique de la société du numérique4. L’absence de réduction significative de la consommation de papier, les dépenses massives en ressources et en énergie (d’autant que la production électrique sera de plus en plus mise à contribution du fait de l’expansion des données à conserver), le développement de la myopie et des troubles du sommeil chez les jeunes, autant de réalités auxquelles on ne songe pas nécessairement lorsque l’on utilise le numérique sous ses différentes formes. Le plus inquiétant tient sans doute aux électro-fréquences, car la récente loi Abeille, qui interdit l’usage du Wifi dans les crèches, semble rester au milieu du gué. Elle autorise également l’extinction des bornes dans les écoles et collèges… alors qu’il semble pour le moins problématique de les déconnecter durant le temps scolaire ! Le risque encore insuffisamment cerné sur cette question des électro-fréquences se dispense donc en grande partie du sacro-saint principe de précaution… Enfin, le lobbying de Microsoft, qui a fini par porter ses fruits avec la signature en 2015 d’un accord entre l’entreprise étatsunienne et l’Éducation nationale va à l’encontre de l’usage (certes échappant à la logique capitaliste) des logiciels libres et gratuits5. Cette dimension économique de l’hégémonie du numérique est un des thèmes les moins analysés en profondeur dans l’ouvrage, ce qu’on peut regretter6.

Cet essai se termine par une liste de pistes possibles pour une meilleure pédagogie autre que numérique, très loin d’être et de se vouloir exhaustive : développement des travaux manuels, exercices corporels et méditation en début de journée, rattrapage en CM2 pour les élèves ne maîtrisant pas les apprentissages fondamentaux, etc… Des considérations un peu plus désuètes sont également présentes (port de l’uniforme, retour du surveillant général), tout comme celles concernant les parents (limitation du temps passé devant les écrans, attendre 15 ans avant de permettre la possession d’un objet numérique personnel), mais c’est à chacun de se saisir du débat. Avec pour principe cette idée centrale : « Faites tomber les murs de votre maison, que reste-t-il ? Vous n’avez plus de maison. Les murs de l’école qui gênent tant les dirigeants de Microsoft sont la définition même de l’institution : un lieu à l’abri de la société du spectacle. » (p. 192) Usant de nombreux témoignages d’enseignants, voire de parents, évitant le sectarisme et la caricature, Le Désastre de l’école numérique est une lecture indispensable, quand bien même l’on ne partage pas toutes les analyses des auteurs, car il pousse à réfléchir sur les pratiques d’enseignement et sur ce qui apparaît comme la normalité.

1Sur le cas plus spécifique de la France, voir en particulier Daniel Moatti, Le Numérique éducatif (1977-2009) : 30 ans d’un imaginaire pédagogique officiel, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, collection « Sociétés », 2010.

2On reconnaît là des réflexions déjà avancées par Nicholas Carr, Internet rend-il bête ?, chroniqué dans la revue électronique de Dissidences : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1986

3Dimension qui peut s’accompagner de véritables mythes, légendes numériques pouvant légitimer une marche forcée vers le tout informatique, ainsi de l’abandon de l’écriture manuscrite, qui à l’heure actuelle n’a été validée par aucun pays.

4Sur ce sujet, voir Fabrice Flipo, Michelle Dobré, Marion Michot, La Face cachée du numérique. L’impact environnemental des nouvelles technologies, Montreuil, L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2013. Notons d’ailleurs que l’éditeur du livre, Christophe Bonneuil, anime une collection au Seuil, « Anthropocène », dans laquelle Philippe Bihioux a publié L’Âge des Low Tech. Vers une civilisation techniquement soutenable.

5Voir la tribune de Bruno Médan « L’Éducation nationale vend nos enfants à Microsoft pour 13 millions », sur les blogs de Médiapart, 8 décembre 2015.

6Voir Eric Sadin, La Siliconisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Montreuil, L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, prochainement chroniqué sur ce blog.

Louis Janover, La révolution surréaliste, Paris, Klincksieck, collection « Critique de la politique », 2016, 219 pages, 25,50 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Publié il y a près de trente ans (1988), La révolution surréaliste demeure le principal ouvrage que Louis Janover a consacré au surréalisme, et dont il a repris les thèses dans de nombreux autres essais (dont certains sont d’ailleurs chroniqués sur ce blog). La prise au sérieux du politique dans le mouvement surréaliste, ainsi que la centralité de la question révolutionnaire font tout l’intérêt et l’originalité de son analyse. Celle-ci, cependant, manque parfois de nuances, opérant ici et là par raccourcis, et s’appuie sur quelques hypothèses problématiques.

La première partie est consacrée aux dadaïsmes. Dada ne cherche pas, selon l’auteur, le dépassement, mais bien la négation de l’art (p. 21). Il porte en lui le potentiel, sinon la volonté de « briser les cadres de la spécialisation artistique » (p. 58). Mais Louis Janover – reprenant en ce sens l’analyse situationniste – distingue nettement le mouvement Dada dans l’Allemagne, secouée par une crise révolutionnaire (1918-1923), de ces autres expressions en France, en Suisse et aux États-Unis. « Le mouvement Dada en Allemagne baignait naturellement dans le même climat de politisation extrême et cette caractéristique de la situation berlinoise explique le tour et le ton que prendra son activité au cours de la période révolutionnaire qui s’achève en 1923 » (p. 31). Les cibles choisies, la fonction de la révolte et le sens du scandale font la différence d’un pays à l’autre (p. 34). Ainsi, lors de la Première foire internationale Dada, en juin 1920, un mannequin représentant un sous-officier allemand apparaît avec l’inscription « pendu par la révolution ». Tout au contraire, en France, « en l’absence d’un mouvement social où se fondre, l’insurrection Dada était condamnée à se perdre dans les nuées de l’anti-art et de l’anti-littérature » (p. 71).

Le surréalisme entendra justement éviter cet écueil. À ce propos, la critique de Louis Janover selon laquelle, dans sa pratique de négation de l’art, le mouvement aurait manqué de conséquence, doit être réévaluée. Le surréalisme, contrairement – du moins dans ses prétentions explicites – à l’Internationale situationniste (IS) plus tard, n’a pas renoncé à créer des œuvres. Mais il a fait le pari de pouvoir y inscrire la négation, d’inventer des objets poétiques à même d’opérer, selon le mot de Tristan Tzara, repris par André Breton, « une démoralisation ascendante » de l’art.

L’hypothèse de Louis Janover est que « l’échec de la révolution surréaliste s’est accompagné du triomphe de l’art surréaliste » (p. 128). Les « deux tendances contradictoires, un instant réunies », soit le non-conformisme et sa capacité de refus (p. 160), vont se distendre et se séparer, faisant triompher un prétendu art de la subversion au détriment de la révolution surréaliste, qui était à la base du projet. Au cours de cette évolution, catalysée par le rapprochement avec le PCF, se marque un repli : « le surréalisme était ramené à un collage réducteur et fragile : l’art plus la politique » (p. 157). Au fil des pages, l’auteur revient alors sur les inflexions et oscillations de cette dynamique collective, réévaluant l’importance du passage au sein du surréalisme de celui qui, ensuite, deviendrait trotskyste, Pierre Naville (en annexe sont d’ailleurs reproduites plusieurs lettres entre celui-ci et l’auteur à propos de ses travaux) et d’Antonin Artaud. De même, il met en lumière le débat avorté sur la peinture surréaliste (p. 85 et suivantes) ; débat d’autant plus pertinent que la reconnaissance du mouvement – et sa réduction au champ artistique – se réalise d’abord et surtout par les peintres (qu’on pense seulement à Salvador Dali (p. 139)). Il convient cependant de nuancer la tension critique portée à son paroxysme par Antonin Artaud (p. 98) ; le risque d’un emballement et d’une machine tournant à vide, répétant en cela la production en chaîne des scandales dadaïstes, semblait bien réel, sans compter qu’une telle démarche n’était pas dépourvue d’ambiguïté sur le terrain artistique.

Louis Janover insiste à juste raison sur la méconnaissance théorique des surréalistes, en général, et d’André Breton en particulier, sur les questions politiques – surtout quant à l’analyse de la situation de l’URSS – mais il y voit aussi, paradoxalement, la possibilité pour le mouvement de se positionner en-dehors de certains débats figés (Anselm Jappe développera une analyse similaire). Dès lors, c’est sur le terrain des principes – et de leur trahison – ainsi qu’en fonction d’une Idée de la révolution (p. 116), que le surréalisme juge le PCF et l’URSS, s’engage à leurs côtés avant de rompre avec eux. Certes, c’est – comme le critique l’auteur – une position située, dénuée d’une « analyse matérialiste sérieuse » (p. 117), mais elle correspond au ferment éthique (p. 169), à la surdétermination morale (p. 170) du mouvement, mis en lumière par l’auteur lui-même, et qu’il définit comme une « éthique du comportement révolutionnaire » (p. 62). Par ailleurs, elle marque le refus d’évacuer les contradictions et retournements au nom d’une analyse pseudo dialectique. Aussi située soit-elle, une telle position permit aux surréalistes de faire une critique radicale du stalinisme.

L’analyse de l’histoire du surréalisme, en fonction de sa dynamique antinomique, tend – hélas – ici à se « simplifier », en prenant la forme d’une visée stratégique de Breton. D’où une série d’affirmations problématiques de l’auteur, qui reproduisent la lecture bourdieusienne. Ainsi, les prises de position politiques du surréalisme étaient « fondées car nécessaires pour assurer la survie et le succès du mouvement » (p. 102). Le rapprochement et la rupture avec le communisme sont retraduits en ce sens. « Tant que le PC consentira, bon gré mal gré, à céder un espace de liberté suffisant au surréalisme, le surréalisme s’accommodera du PC et de cette contrainte extérieure » (p. 122). Et plus loin l’auteur de poursuivre : le surréalisme « ne désespère pas de convaincre le PC d’accepter le credo surréaliste » (p. 130). Enfin, selon Louis Janover, « au cœur du conflit avec le PC, on trouve cette revendication d’une liberté artistique illimitée spécifique aux novateurs » (p. 159).

Autant d’affirmations partielles et partiales ! Prétendre qu’en 1925, au moment du rapprochement avec les communistes – soit seulement un an après la reconnaissance diplomatique de l’URSS par la France, alors que le PCF a obtenu moins de 10% de voix aux élections, et que l’image dominante reste celle « du couteau entre les dents » –, il s’agit d’une stratégie pour positionner le surréalisme dans le champ artistique relève principalement d’une lecture téléologique. De même, on voit mal de quel « credo » l’auteur parle, et plus encore de quels prétendus espaces de liberté le PCF aurait laissés au surréalisme ? C’est au moment de la rupture en 1935 que les surréalistes, au vu de la réorientation politique du PCF, au profit de « la défense de la culture », ont potentiellement la plus grande marge de manœuvre. Enfin, c’est sur des questions de principes, autour de l’impérialisme, du patriotisme, de l’orthodoxie et de l’affirmation en URSS d’un ordre moral toujours plus conservateur, que se fait la rupture, et non sur une quelconque revendication de liberté artistique ! En réalité, au milieu des années 1920, le rapprochement des surréalistes envers les communistes, catalysé par la Guerre du Maroc, s’appuie sur la dynamique interne propre au surréalisme et sur la vision de ce que Nicole Racine, à propos de Clarté, a joliment nommé, un « communisme lyrique »1.

Par un effet de miroir, l’injuste polémique à l’encontre de Pierre Naville dans le Second Manifeste du surréalisme s’expliquerait, toujours selon Louis Janover, en raison de son ralliement à l’Opposition de gauche (p. 110). Si, en 1929-1930, André Breton est encore incapable de trancher entre la ligne officielle et Léon Trotsky, la violence envers Pierre Naville tient cependant à d’autres enjeux, et principalement au fait qu’il enfermait – dans ses brochures La Révolution et les Intellectuels (Que peuvent faire les surréalistes) (1926), et Mieux et moins bien (1927)2 – le surréalisme dans un faux dilemme, en pressant les surréalistes d’abandonner toute question relative à la « révolte de l’esprit », pour se muer purement et simplement en militants communistes ; ce qui revenait, dans les faits, à rejeter la révolution surréaliste. Or, cette position était d’autant plus irritante pour Breton que Naville, qui avait joué un rôle non négligeable dans les débuts du surréalisme – avec Benjamin Péret, il avait été le codirecteur des trois premiers numéros de la revue La Révolution surréaliste – avant de s’engager entièrement dans l’Opposition de gauche, semblait l’un des mieux placés pour faciliter l’alliage que le surréalisme entendait opérer des révolutions artistique et politique.

Les défauts de l’analyse de Louis Janover sont surdéterminés par deux aspects. D’une part, de manière régulière, il identifie le surréalisme à une avant-garde, ramenant son évolution à une dynamique propre aux avant-gardes. Or, non seulement, le surréalisme ne s’est pas présenté de la sorte, mais en plus il entendait clairement s’en distinguer. Ainsi, l’auteur utilise une clé de lecture, qui porte déjà en elle, un collage particulier du politique et de l’art, qu’il reproche ensuite au surréalisme, et alors même que celui-ci contestait ce type de collage. De plus, l’analyse est centrée sur le cas français, occultant la dimension internationale du mouvement et, plus particulièrement, le groupe bruxellois, qui se distingue par un engagement politique antérieur, et bouscule par-là même l’interprétation qui est donnée ici de l’histoire du surréalisme.

La réédition de cet essai, accompagné d’une bibliographie, d’un index, d’une notice biographique, ainsi que d’une chronologie, est précédée d’une préface écrite en 2016. Malheureusement, celle-ci, mis à part des éléments sur le parcours biographique de l’auteur (notamment sa rencontre avec André Breton en 1954), n’apporte guère de nouveauté à son argumentation théorique, Louis Janover estimant que les travaux de ces trente dernières années ne modifient pas la conception qu’il défend. Si une autre histoire, une histoire souterraine du surréalisme (p. 150) se dégage bien de ces pages, au style parfois un peu lourd, c’est donc de façon partielle et limitée, butant sur une vision tout à la fois trop figée et englobante, et trop centrée sur le cas français. Reste un livre précieux et stimulant, qui, en (re)mettant le curseur sur l’enjeu révolutionnaire du surréalisme, permet de se défaire de l’image dominante et sclérosée du mouvement surréaliste.

1Nicole Racine, « Une revue d’intellectuels communistes dans les années vingt : « Clarté » (1921-1928) » dans Revue française de science politique, 1967, volume 17, n° 3, p. 484-519, http://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1967_num_17_3_393019

2Réunies dans Pierre Naville, La Révolution et les intellectuels, Paris, Gallimard, 1975.

Anne Morelli (sous la coordination de), Le Bruxelles des révolutionnaires. De 1830 à nos jours, Bruxelles, CFC-Éditions, collection « Regards sur la ville », 2016, 303 pages, 322 illustrations, 40 € (livre relié).

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

« Lieu d’asile de nombreux révolutionnaires étrangers » au 18e siècle, « Bruxelles est actuellement la ville du monde où se déroulent le plus grand nombre de manifestations » rappelle Anne Morelli, qui a coordonné cet ouvrage, aussi ambitieux qu’original. Il nous invite dès lors à suivre chronologiquement les passages, les traces et les événements subversifs qui ont contribué à donner à la capitale de l’Europe son visage actuel. Pour se faire, Anne Morelli a pu compter sur quelques-uns des meilleurs connaisseurs des thématiques abordées.

L’article qui ouvre ce livre aborde la révolution belge de 1830. Le théâtre et la place de la Monnaie constituaient alors un lieu révolutionnaire fédérateur. Si le souvenir de ce soulèvement est quelque peu tombé dans l’oubli, c’est, selon Els Witte, en raison même de « l’idéologie unioniste », au fondement de cette lutte ; mise à mal par la double polarisation entre catholiques et libéraux, puis entre Belgique néerlandophone et francophone (p. 29). Qui plus est, les commémorations, dès l’origine, omettaient la forte participation des ouvriers à la révolution de 1830, de telle sorte que le mouvement socialiste a refusé d’adhérer à celles-ci.

Les articles qui suivent s’intéressent aux révolutionnaires polonais en exil, au café des Milles Colonnes, qui, dans la première moitié du 19e siècle, « fut le lieu de rencontre des réfugiés politiques de nationalités diverses, surtout italiennes et françaises » (p. 45), ainsi qu’à des révolutionnaires de passage à Bruxelles. Ainsi, Philippe Buonarroti y publia, en 1828, son fameux livre La Conspiration pour l’Égalité dite de Babeuf (1828) et sa pensée fut relayée dans le plat pays par son disciple flamand Jacob Kats (1804-1886). De même, Victor Considérant fît connaître l’œuvre de Charles Fourier (1772-1837) en Belgique, et exerça une influence importante dans certains milieux, notamment auprès de l’industriel Jean-Baptiste André Godin, qui construisît, en 1887, un Familistère (vaste complexe de logements, attaché à sa fonderie) et d’Édouard Ducpétiaux, qui fit bâtir la prison de Saint-Gilles, sous une forme en étoile, selon le modèle du phalanstère (p. 49-55).

Bien sûr, Karl Marx demeure l’un des révolutionnaires les plus connus qui soit passé par Bruxelles. Il y séjourna plus de trois ans, avant d’être expulsé début mars 1848 (tout comme Victor Hugo le sera le 30 mai 1871 pour avoir déclarer qu’il accueillerait chez lui les communards). D’ailleurs, aux pages 196-197, apparaissent des extraits du « Dossier des Étrangers » correspondant à un certain « Marx Charles »… Son séjour à Bruxelles est d’autant plus important qu’il correspond aux années charnières – 1845-1848 – de l’élaboration de sa réflexion. Il croisa dans la capitale Moses Hess (1812-1875) – l’auteur de L’Essence de l’argent (1845) – et Wilhelm Weitling (1808-1871) – un représentant du socialisme utopique – qui, à des degrés divers, l’influencèrent, lui et Engels. Surtout, c’est dans la capitale belge, qu’il rédigea L’idéologie allemande (1845-1846) et Misère de la philosophie (1847). Mais, contrairement à la légende, ce n’est pas au café du Cygne, sur la Grand-Place de la capitale, qu’il a écrit le Manifeste du Parti communiste ; il s’y réunissait cependant toutes les semaines car c’était là le siège de la « Deutsche Arbeiterverein », une association d’ouvriers allemands qu’il avait fondé avec Engels. C’est également là, comme le rappelle une plaque commémorative, qu’il passa le Nouvel an 1847-1848 (p. 59-66).

Jean Puissant analyse d’ailleurs ce paradoxe d’une Grand-Place, autrefois ouvrière, et qui, aujourd’hui, constitue le cœur administratif, touristique et bourgeois de la ville. Nombre d’associations ouvrières tenaient, au cours du 19e siècle, leurs réunions dans les estaminets de la place, qui cherchaient à fidéliser leur clientèle, en louant leurs arrières-salles ou en leur permettant d’y établir leurs raisons sociales. Le Parti ouvrier belge (POB) tînt ainsi son congrès de fondation, en 1885, au café du Cygne. Cependant, cette date marque dans le même temps la perte de centralité ouvrière de la Grand-Place, liée à la disparition ou à la délocalisation des ateliers, à l’interdiction de la vente de denrées alimentaires à même le sol sur les marchés de et autour de la place, et, enfin, à la transformation urbanistique de la ville, qui modifie le statut de la Grand-Place. La construction de la Maison du Peuple de Victor Horta, en 1899, consacra cette migration collective.

Le nombre de communards – dont une grande partie composée d’ouvriers qualifiés – qui ont fui la répression et ont trouvé refuge à Bruxelles est estimé à deux ou trois mille au moins (p. 74). François Sartorius, qui avait déjà étudié cette question, précise ici leur dispersion géographique, offrant néanmoins une cartographie des cafés et restaurants où ils se rencontraient. René Fayt et Frédérique Bianchi, quant à eux, reviennent sur le milieu éditorial clandestin du 19e siècle, en centrant leurs propos sur quelques éditeurs – français et belges – emblématiques : Jules Gay (1807-1887), Auguste Poulet-Malassis (1825-1878) – qui avait été condamné pour la publication des Fleurs du Mal en 1857 –, Vital Puissant (1836-1878) – « le premier grand concurrent de Poulet-Malassis » (p. 100) – et Henry Kistemaeckers (1851-1934). Les deux premiers arrivent à Bruxelles en 1863 ; Poulet-Malassis y restera jusqu’en 1871. Au cours de ses huit années, il publie « de vieux libelles contestataires ou libertins, pour saborder les principes rigides et hypocrites de la société du moment » ; livres souvent accompagnés d’illustrations de Félicien Rops (p. 98). Lié au socialisme utopique de Robert Owen, qu’il publie, et marié à Jeanne Désirée Véret (1810-1891), ardente militante socialiste, fondatrice de La femme libre – premier journal féministe, issu du saint-simonisme1 – Jules Gay demeure quatre ans en Belgique, et publie de courts libelles ainsi que des poésies légères et d’autres pamphlets. Arrivé à Bruxelles, peu après l’écrasement de la Commune, Kistemaeckers, pour sa part, publia les premiers témoignages communards, dont l’édition originale de L’Histoire de la Commune de 1871 par Prosper Lissagaray (1871)2.

Hans Vandevoorde offre l’une des plus intéressantes analyses de l’ouvrage (p. 114-129), en s’intéressant aux débits de boisson – assommoir, cabaret, estaminet, taverne, café – comme lieux révolutionnaires. On y boit, on y lit les journaux, on s’y réunit et on y déploie des activités politiques. Il conclut son article en écrivant : « les différents flux d’immigration ont considérablement accru le pouvoir d’attraction tant autour des cafés que des cabarets-estaminets. Les Français, surtout, ont apporté leur culture des cafés, accentuant ainsi celle de la capitale belge » (p. 125).

D’autres chapitres sont consacrés au géographe anarchiste Élisée Reclus, qui enseigna en Belgique à la fin du 19e siècle, à la commune ouvrière (à l’époque) de Molenbeek-Saint-Jean, aux journées d’émeutes autour de la revendication du suffrage universel, en 1902 – et dont l’histoire reste à écrire selon Luc Keunings – aux passages éclairs de Lénine à Bruxelles, à l’Expérience, une colonie anarchiste (1905-1908), aux Maisons du Peuple, aux archives de la police… Notons encore, pour la première moitié du 20e siècle, trois contributions particulièrement intéressantes. José Gotovitch étudie « Le Bruxelles des communistes », agrémenté de nombreuses photos et d’une carte des lieux (p. 190). Il fait notamment ressortir l’importance de la Maison des Tramwaymen – où furent accueillis les membres des Brigades internationales à leur retour en 1938 – et un paradoxe : « ses propriétés [au Parti communiste belge (PCB)] demeurent très limitées, et ses gestes architecturaux fonctionnels et dénués de symbolique, malgré la présence dans ses rangs d’architectes renommés » (p. 189).

Il est à nouveau fait référence à la Maison des Tramwaymen dans l’article de Francine Bolle – sur l’action syndicale contestatrice dans l’entre-deux-guerres – où elle est qualifiée de « véritable lieu phare de l’action syndicale contestatrice à Bruxelles » (p. 223). Enfin, Pelai Pagès i Blanch dresse un étonnant tableau (accompagné de quelques photos) du séjour bruxellois de deux anarchistes espagnols : Francisco Ascaso (1901-1936) et José Buenaventura Durruti (1896-1936). Tous deux séjournèrent en effet dans la capitale pendant plus de deux ans ; de janvier 1929 à avril 1931. Ils y fréquentaient les anarchistes sur place, dont Léo Campion (1905-1992) et Hem Day (1902-1969).

Il est accordé relativement peu de place a la dernière moitié du 20e siècle et au début du 21e siècle. Trois articles portent un regard sur des immigrations spécifiques : les opposants marocains, les communistes turcs et les exilés latino-américains. Ces derniers héritent, au début des années 1980, comme l’explique Jorge Magasich, du local d’un groupe d’Espagnols, proches du PC et du syndicat Comisiones obreras (p. 247). Adrien Grimmeau aborde la question de l’art urbain et du graffiti dans un quartier populaire – les Marolles – et Benoit Quittelier, le hip-hop à Bruxelles. Le court article de ce dernier est éclairant, mais mériterait de poser la question de la contre-culture à partir d’une définition moins élastique de celle-ci.

Adrien Grimmeau, de son côté, revient sur la double spécificité des Marolles – « réservoir du patois et du folklore de la capitale » (p. 257) – et de l’année 1969 – pierre angulaire pour l’histoire du quartier et de l’urbanisation de la capitale – qui marque la « bataille des Marolles » (p. 257). Il rappelle ensuite l’expérience du collectif Mass Moving (1968-1976), puis l’émergence, au sein et autour de l’ancienne gare de la Chapelle, du festival Recyclart, à partir de 2000 ; création « qui accompagne la fin de l’âge d’or du hip-hop » et l’émergence du néo-graffiti (p. 263). De nombreuses photos accompagnent son article, où il conclut que « le néo-graffiti ne cause pas la gentrification, mais il l’accompagne » (p. 267).

David Jamar enracine les luttes urbaines des années 1990-2000 à la « bataille des Marolles », à la suite de laquelle la ville émerge comme objet politique, en négociation avec le marxisme et/ou l’écologie (p. 287-289). Il revient sur quelques lieux et événements clés, tels que l’occupation de l’hôtel Central, en 1995, et l’expérience du Collectif Sans Ticket (CST), dans la seconde moitié des années 1990, et celle du cinéma Nova et du festival PleinOPENair qu’il organise, encore aujourd’hui. Mais, étrangement, il ne fait nulle référence aux squats ni à l’expérience du Centre social3.

Au bout de ce volumineux et original essai, on regrettera cependant quelques absences – outre celle déjà mentionnée : peut-être au premier chef, à propos du surréalisme, mais aussi sur le féminisme, Mai 68, le punk et le rock alternatif, ainsi qu’à propos des déclinaisons révolutionnaires flamande et francophone de Bruxelles. Certes, la place devait manquer, mais cela aurait permis de rééquilibrer quelque peu le regard porté sur la dernière période et dessiner d’autres héritages. Il n’empêche que Le Bruxelles des révolutionnaires constitue un ouvrage unique sur l’histoire de la capitale belge dont l’intérêt des nombreux articles est encore rehaussé par la très grande qualité des caricatures (p. 51-52, 126) et des photos (p. 179, 202, 282, 286).

1Lire Bérangère Kolly, « Révolution morale et révolution politique : de la puissance d’être à l’affranchissement, les Saint-Simoniennes (1832-1834) dans Dissidences, « Sexualités en révolutions XIXe–XXIe siècles », volume 16, 2016, p. 17-36.

2Il est dommage qu’aucune page n’ait été consacrées au passage à Bruxelles de Verlaine et de Rimbaud, ainsi qu’à la publication d’Une Saison en enfer.

3Nous nous permettons de renvoyer à l’article que nous lui avons consacré dans le volume 7 de Dissidences, « La Belgique Sauvage. L’extrême gauche en Belgique francophone depuis 1945 », en octobre 2009..