Vous avez dit Dissidences ?

Initialement lancée comme revue indépendante et autofinancée en 1998, Dissidences-BLEMR (Bulletin de liaison des études sur les mouvements révolutionnaires) a publié depuis cette date onze numéros simples et deux numéros doubles, dont chacun, à compter du cinquième, était articulé autour d’un dossier thématique, comme le surréalisme, l’anticolonialisme révolutionnaire ou les révolutionnaires durant la Seconde Guerre mondiale (les tables des matières détaillées de tous ces numéros sont dès à présent consultables dans cette revue). Conscients des limites atteintes au fil de l’évolution de notre publication (contraintes pratiques croissantes pour des bénévoles, matériau rédactionnel abondant), nous avons mené des discussions avec des éditeurs professionnels afin de transformer la revue en collection de livres, ce qui a permis de déboucher sur un partenariat avec L’Harmattan, dans un premier temps. Deux volumes en ont résulté début 2006 et 2007, le premier sur « Révolution, lutte armée et terrorisme », le second sur « Daniel Guérin, révolutionnaire en mouvement(s) ». A compter de l’automne 2007, c’est avec les éditions du Bord de l’Eau, sises à Bordeaux, que nous poursuivons une aventure presque décennale, en abordant les « avant-gardes artistiques et politiques autour de la Première Guerre mondiale ». Depuis, sept volumes ont été publiés, dont le dernier, le n° 9, portait sur « L’art comme résistance ». Le volume 10, qui sort bientôt, s’intitule « Musique(s) et révolution(s) ». Le principe d’ouvrage thématique et collectif reste le même, avec deux volumes par an. Chacun d’entre eux correspond à l’équivalent d’un ancien numéro double, le contenu étant donc consacré à un dossier, tandis que nos rubriques traditionnelles, en particulier les « comptes rendus de lecture » et la « Revue des revues » ont trouvé leur place sur notre site Internet, mis à jour régulièrement, avant que ces rubriques ne « migrent » dans cette revue électronique. Celle-ci apparaît désormais clairement comme le complément incontournable de l’édition papier, chaque dossier se voyant complété par une bibliographie étendue et exhaustive, ainsi que par des articles supplémentaires mis en ligne. Nous envisageons dans tous les cas de compléter la publication semestrielle de volumes thématiques par l’édition de travaux de recherche que nous jugerons suffisamment intéressants, et éventuellement par la réédition améliorée et enrichie d’anciens dossiers. Par ailleurs, nous avons créé « Les Amis de Dissidences ». L’adhésion à cette association donne droit aux deux volumes annuels (voir tous les renseignements à ce sujet dans cette revue). Cette évolution de notre formule, ce changement d’éditeur et la création de cette revue électronique ne modifient en rien notre orientation de départ : contribuer à l’élaboration d’une approche dépassionnée et scientifique des mouvements révolutionnaires d’extrême gauche, sociaux et ouvriers, ainsi que des avant-gardes artistiques et politiques, en mettant à contribution le plus grand nombre de disciplines, histoire, histoire de l’art, sociologie, sciences politiques, etc. A un moment où notre travail connaît enfin un début de reconnaissance – nos interventions récentes dans des colloques universitaires, en tant que collectif ou à titre individuel l’attestent – nous comptons sur votre soutien pour poursuivre et amplifier davantage encore l’étude scientifique de toutes les dissidences, de tous les extrêmes émancipateurs. Considérés non pas tant comme des espaces perdus que comme des territoires (quasi) vierges à explorer, à arpenter et donc à cartographier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *