Entretien : Cinq questions à… Fanny Bugnon (réalisé le 2 septembre 2015)

 

  1. Pouvez-vous nous expliquer les raisons qui vous ont conduite au choix de votre sujet de thèse ?

Dès mes premiers travaux de recherche, je me suis intéressée à l’histoire des femmes et des marges politiques, ainsi qu’aux formes de régulation sociale afférentes : les Repopulateurs comme forme d’antiféminisme au sortir de la Première Guerre mondiale qui débouche sur la législation de 1920 et 1923 réprimant l’avortement et la « propagande anticonceptionnelle » (mémoire de maîtrise) ; l’affaire Germaine Berton, du nom de cette militante anarchiste qui assassine en 1923 Marius Plateau, responsable de l’Action française et des Camelots du Roi et dont le procès s’achève sur un acquittement (mémoire de DEA). Au cours de mes lectures, il est ressorti que la criminalité politique des femmes au XXe siècle constituait un sujet mal connu. C’est à la faveur de ce constat que j’ai décidé de poursuivre mon travail de thèse sur ce sujet, en me concentrant sur la période de l’après-68, marquée par la réactivation de la violence révolutionnaire dans les démocraties occidentales, et la participation remarquable et remarquée de femmes dans les rangs de ces groupes. En raison de l’inaccessibilité des archives de police et de justice, j’ai choisi d’analyser la médiatisation française de la violence politique à travers la fabrique du « terrorisme » comme catégorie médiatique.

  1. Pourquoi vous être uniquement concentrée sur la RAF et Action directe, sans prendre également en compte d’autres groupes armés contemporains, comme les Brigades rouges, l’Armée rouge japonaise ou ETA ?

Mon idée de départ était de travailler sur les militantes des organisations révolutionnaires violentes de l’après-68 dans les démocraties occidentales qui ont en commun de compter un nombre significatif de femmes dans leurs rangs. Le constat de la rareté de la bibliographie sur le sujet, et surtout sur l’histoire de la violence politique en France – notamment dans le cas d’Action directe (1979-1987) –, m’a conduit à redéfinir mon sujet pour retracer l’histoire de la violence révolutionnaire dans le dernier tiers du XXe siècle, en prenant en compte non seulement la période d’activité des organisations, mais également leur démantèlement et leurs procès. Il a donc fallu recentrer la focale. J’ai choisi de me concentrer sur la France et l’Allemagne (RFA) pour deux principales raisons : la violence révolutionnaire outre-Rhin joue un rôle de miroir déformant dans la perception de la violence révolutionnaire en France en mobilisant les stéréotypes nationaux et le passé commun entre les deux pays (l’Allemagne fait également l’objet d’une plus grande attention de la part de la presse française, indépendamment de l’intensité du phénomène en Italie, au Japon ou en Espagne) ; les principales organisations allemande (la Fraction armée rouge – RAF) et française (Action directe) ont en outre annoncé leur fusion en janvier 1985 au nom de l’unité des révolutionnaires en Europe de l’Ouest et ont mené ensemble des attentats anti-impérialistes contre des cibles militaires de l’OTAN.

  1. La version publiée de votre thèse semble très réduite par rapport à la thèse elle-même : comment ce choix a-t-il émergé avec l’éditeur ?

On m’a souvent fait remarquer que ma thèse en comportait en réalité deux : l’une sur l’histoire de la violence révolutionnaire en France et en Allemagne, l’autre sur la fabrique de la catégorie « femmes terroristes ». Après discussion avec mon éditeur, il a été décidé que la version (très) remaniée de ma thèse se concentrerait sur la deuxième, qui était mon sujet de départ et qui constitue un angle mort de l’historiographie.

  1. Songez-vous d’ailleurs à un élargissement géographique ou même historique de votre angle de recherche ?

Pour l’heure, je ne souhaite plus travailler sur la violence politique. Bien des questions restent cependant à étudier, et il serait notamment intéressant de mener une analyse comparée des militantes des organisations révolutionnaires et des organisations nationalistes, dans les processus de décolonisation, mais également du côté des mouvements séparatistes, à la fois sur le plan de leur trajectoire biographique et militante, de leur visibilité dans les organisations armées et de la médiatisation dont elles sont l’objet.

  1. Quels sont actuellement les travaux auxquels vous vous consacrez ? Des publications sont-elles d’ores et déjà prévues ?

A la faveur d’un postdoctorat, j’ai poursuivi mes recherches sur une autre forme de marginalité politique féminine illégale : les femmes élues en France avant d’en avoir le droit (en 1944), c’est-à-dire les femmes élues sur des listes municipales communistes à partir de 1925, sur consigne du Secrétariat féminin de l’Internationale communiste. Cette question met en rivalité communistes et féministes autour de l’accès des femmes à la citoyenneté politique. Je me suis tout particulièrement intéressée au cas de Douarnenez, première municipalité française à porter à sa tête un maire communiste en 1921, et à élire une femme, Joséphine Pencalet, ouvrière des conserveries de poisson de 38 ans, en 1925, et aux débats internes au PCF sur l’opportunité ou non de présenter des candidatures féminines qui seront in fine invalidées par la justice administrative. J’en ai notamment tiré un article pour Vingtième siècle (« De l’usine au Conseil d’État. L’élection de Joséphine Pencalet à Douarnenez (1925) », Vingtième siècle. Revue d’histoire, n° 125, 2015/1, p. 32-44) et ai participé à un documentaire consacré à cette pionnière (la présentation est en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=f2VQbiiUW38 ).