REVUE des REVUES : Premier semestre 2015

Coordination : Christian Beuvain

Passage en revues : Jean-Guillaume Lanuque (JGL), Constance Margain (CM), Jean-Paul Salles JPS), Frédéric Thomas (FT).

REVUES SCIENTIFIQUES OU A PERSPECTIVES SCIENTIFIQUES (histoire, sociologie, science politique, philosophie, littérature, art, etc.)

Les communismes, trotskysmes, maoïsmes

Cahiers du C.E.R.M.T.R.I., n° 155, décembre 2014, « 1943-1955. Les organisations trotskystes face au péronisme ».

Le C.E.R.M.T.R.I. a décidé avec cette livraison de poursuivre, un an plus tard, son exploration du trotskysme argentin. Ce Cahier est donc la suite directe du 143, consacré pour sa part à la période 1929-1943. 1943, c’est l’arrivée à un premier poste gouvernemental de Juan Peron, à la faveur d’un coup d’État militaire, et 1955 sa chute de la présidence de la République. Quatre périodes scandent les choix documentaires, tous issus d’un mouvement trotskyste profondément éclaté, et dont les deux principales branches sont le Groupe Quatrième Internationale de Juan Posadas et le Parti ouvrier révolutionnaire de Nahuel Moreno, deux dirigeants qui acquièrent ensuite une stature internationale. Les années 1943-1946, date de la première victoire de Peron aux élections présidentielles, sont l’occasion de publier diverses analyses du péronisme par les trotskystes argentins, qui vont d’un bonapartisme sans avenir à un gouvernement bourgeois anti-impérialiste (Posadas) ou soumis à l’impérialisme européen (Moreno), et dont découlent des attitudes concrètes opposées quant au travail dans les syndicats (CGT officielle pour Posadas, syndicats d’opposition selon Moreno). La seconde partie centrée sur 1950 voit cette discussion sur la nature de péronisme et l’attitude à adopter à son égard accéder à une échelle internationale, via des bulletins de discussion, le GCI marquant son opposition au Secrétariat international, aussi bien sur le plan de l’analyse du péronisme que sur celui de la possibilité d’une unification en Argentine. La troisième partie s’articule autour du IIIe Congrès mondial de la IVe Internationale, qui reconnut le GCI comme section officielle. Enfin, l’ultime partie se concentre sur la chute de Peron. Mais dans ces derniers développements, la part belle est malheureusement faite à la vision moreniste, anti-pabliste donc (à travers des extraits du livre d’Ernesto Gonzalez, Le Trotskysme ouvrier et internationaliste en Argentine), sans pluralité d’analyses. Il manque également à cet ensemble des extraits d’ouvrages historiques donnant des éclaircissements moins militants sur le contexte et une bibliographie qui expliciterait les références utilisées sur l’histoire du trotskysme argentin (seule la thèse de Coggiola a autrefois été chroniquée par Jean-Paul Salles dans Dissidences-BLEMR n°7, décembre 2000). Ce numéro revêt enfin un caractère tout particulier, puisqu’il s’agit du dernier sous cette forme. Les deux publications du C.E.R.M.T.R.I. ont en effet décidé de fusionner à compter de 2015 : les Cahiers du mouvement ouvrier seront alors plus épais, intégrant en leur sein un dossier documentaire correspondant aux anciens Cahiers du C.E.R.M.T.R.I. Un tournant sur lequel nous aurons bien évidemment l’occasion de revenir. (JGL)

[Cahiers du C.E.R.M.T.R.I., 28, rue des petites écuries, 75010 Paris, 5 € le numéro, 25 € pour 4 numéros, 30 € avec droit de consultation des archives et de la bibliothèque]

Cahiers du mouvement ouvrier, n° 62, deuxième trimestre 2014.

Le dossier central de cette livraison, qui occupe une bonne moitié des pages, est consacré aux trotskystes en URSS. Certes, sur ce sujet, ainsi que le rappelle Jean-Jacques Marie, auteur d’un vaste article de synthèse sur le sujet, il existait déjà les numéros 6 et 7/8 des Cahiers Léon Trotsky, et plus récemment, les ouvrages de Pierre Merlet chez Les Bons Caractères (L’Opposition communiste en URSS). Ce qui fait le principal intérêt du travail de Jean-Jacques Marie, c’est l’apport de plusieurs documents inédits – lettre de Joffé, témoignages d’oppositionnels, dont celui passionnant de Baïtalski sur Kolyma, interrogatoires du NKVD…, – qui permettent d’illustrer la répression dont furent victimes les trotskystes principalement au cours des années 30, ce qui n’empêcha pas de nouvelles générations de rejoindre la lutte. L’étude se clôt à la veille de la guerre, et si Jean-Jacques Marie évoque quelques échos de la lutte oppositionnelle pendant et après la Seconde Guerre, on aurait aimé une poursuite de l’analyse plus en aval, jusqu’à aujourd’hui et ceux qui se réclament du trotskysme dans l’ex-URSS. Dans le reste du numéro, on trouve deux articles en lien avec le centenaire de la Première Guerre mondiale, celui de Christian Coudène qui oppose la lutte anti-guerre de Jaurès à celle, plus radicale et entière, de Rosa Luxemburg (il imagine d’ailleurs une hypothèse uchronique dans laquelle Jaurès, après s’être résolu à la guerre, aurait impulsé une opposition ultérieure sur le modèle de celle de l’USPD en Allemagne), et celui d’Odile Dauphin, « Les troupes coloniales mobilisées en masse par la puissance coloniale pour une guerre qui n’était pas la leur », une étude assez solidement documentée, et qui estime qu’il y aurait eu, en Afrique et au Moyen-Orient, pas moins de 10 à 12 millions de morts liés à la guerre, directement ou non… Seul élément hors-sujet, la reproduction d’un article russe sur la dégradation actuelle des liaisons ferroviaires dans le pays, texte qui aurait davantage eu sa place dans le journal Informations ouvrières. Il est vrai qu’avec certaines remarques, les contributeurs laissent parfois entrevoir leur positionnement politique (ainsi de la note de lecture sur le livre de Paul Mattick, La Révolution fut une belle aventure, qui insiste surtout sur l’expérience du banditisme évoquée par l’auteur). (JGL)

[Cahiers du mouvement ouvrier, 28 rue des petites écuries, 75010 Paris, 9 € le numéro (+ 1,50 € de frais de port), 32 € l’abonnement annuel pour quatre numéros (35 € pour l’Europe, 40 € pour les autres continents)]

Histoire et Sociétés rurales, n° 41, 1er semestre 2014.

Dans un article intitulé « Les contestations paysannes autour de 1968. Des luttes novatrices mais isolées » (p.89-135), Jean-Philippe Martin – auteur notamment de  La Confédération paysanne aujourd’hui, L’Harmattan, 2011 – insiste ici sur le caractère novateur de ces luttes. De la même manière que Xavier Vigna parlait « d’insubordination ouvrière », il utilise l’expression de « belle insolence » pour désigner des actions paysannes « énergiques, spectaculaires », tout en notant qu’elles ont touché surtout l’Ouest laitier et le Languedoc viticole (Aude, Hérault). L’auteur insiste aussi sur l’isolement de ces paysans radicalisés souvent issus de la JAC (Jeunesse agricole chrétienne). Isolement par rapport à la hiérarchie de l’Église bien sûr, mais aussi par rapport aux grandes organisations agricoles comme la FNSEA dirigée par les grands céréaliers du Bassin parisien. Beaucoup de ces paysans radicalisés seront à l’origine des Paysans travailleurs. Mais isolement aussi par rapport aux partis politiques, PS et PCF (le MODEF, dans lequel les communistes sont influents, ne prend pas part à ces luttes paysannes). Seuls des militants du PSU, ceux de la tendance Gauche ouvrière et paysanne (GOP), sont aux côtés des paysans en lutte sur le Larzac notamment. Secteurs chrétiens radicalisés (cf. la revue des Franciscains Frères du Monde) et maoïstes s’intéressent également à cette nouvelle radicalité (voir l’article de Jean-Philippe Martin et Yannick Drouet, « Les maoïstes et les Paysans travailleurs », Dissidences n° 8, 2010). Mais les trotskystes ne sont pas non plus totalement absents de ce terrain de lutte. Curieusement l’auteur n’en dit rien alors que dans son annexe bibliographique, il cite les Cahiers Occitanie rouge de la LCR de Montpellier. On trouve également des informations sur l’intervention paysanne de la LCR dans Le Petit rouge du Périgord. Dans les années 70, une Commission nationale paysanne a coordonné les actions et les études de l’organisation sur la question paysanne et sur la question régionale (voir Jean-Paul Salles, La LCR (1968-81), PUR, 2005, p. 172-180). L’organisation avait quelques contacts dans ce secteur d’activité, il a existé un temps un comité rouge sur la zone maraîchère près de Nîmes, et Jean Huillet (dirigeant des Comités d’Action viticole de l’Hérault) était en contact avec Daniel Bensaïd. (JPS)

[Histoire et Sociétés rurales, revue semestrielle de l’Association d’Histoire des Sociétés rurales, abonnement, 45 € (1 an), Université de Caen, Esplanade de la Paix, 14 032 Caen Cedex]

Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung Yearbook for Historical Communist Studies – Annales des recherches historiques sur le communisme – 2014. The International Newsletter of communist studies (INCS), revue à l’intérieur de la revue, est en accès libre sur le site jusqu’en 2012.

La question de la mémoire du communisme est de nouveau abordée dans ce numéro de 2014 à partir de huit articles sur différents espaces européens : le Tyrol du Sud, la Slovénie, la Croatie, la Serbie, la Bosnie, l’Albanie, la Roumanie, la RFA, l’Asie centrale, l’Allemagne réunifiée. Dans cette dernière, une certaine N-ostalgie (Ost veuillant dire Est, die Nostalgie se traduisant de même en français) règne même 25 ans après la chute du mur, écrit la doctorante au ZZF de Postdam Elke Sieber, dans une boucle explicative et autoréférentielle bien connue : déceptions multiples face à la réunification, chômage, choc culturel entre les deux sociétés allemandes dont les différences sont loin d’être effacées, rappel des aspects positifs de la société est-allemande (peu de criminalité, offres culturelles, d’appartements, sécurité sociale etc.). Dans cette même veine d’histoire du temps présent, le chercheur Knud Andresen (Hambourg) fait un bilan de l’historiographie du DKP (Die Deutsche Kommunistische Partei), parti communiste allemand fondé en Allemagne de l’Ouest en 1968 qui s’écroula en même temps que la RDA en 1989. Il trace rapidement les biographies de militants du mouvement comme celles Herbert Mies (dirigeant du parti), Richard Kumpf, Wildfried Reckert, David Precht, Adrian Geiges qui ont écrit leurs autobiographies, dessinant ainsi une histoire du parti particulière marquée par ces individualités.

L’article du doctorant Markus Goldbeck soulève un point important dans l’historiographie actuelle sur la RDA en Allemagne : la recherche financée par l’État sur le sujet n’a-t-elle pas des visées politiques ? En soutenant l’écriture de l’histoire de la RDA et ceci à hauteur de 2 milliards d’euros depuis 1991, la question posée reste plus que d’actualité. La fondation qui héberge la revue Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung reçut en 2011, 5,6 millions d’euros de l’État fédéral allemand. Les attributions à différentes organisations, journaux, médias, musées maison d’édition, associations, fondations, syndicats, amicales etc., sont étudiées à la loupe par l’auteur qui en tire un bilan mitigé, voire critique dans certains cas. Par exemple certains membres du mouvement des droits civils de 1989 se sentent lésé face à des décisions qu’ils considèrent comme bureaucratiques et unilatérales.

Cette intervention de l’État est décrite aussi dans l’article de Carola Söller. En 1999 est fondé le CNSAS, « le conseil national pour l’étude des archives de la sécurité ». Le conseil servait à rendre possible la consultation des archives de la police politique roumaine (« Securitate » ou Département de la sécurité de l’État) et de connaître l’identité des officiers et des informateurs de cette institution. L’édification des archives de la sécurité allemande (BstU : Bundesbeauftragte für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik littéralement « mandataire fédéral pour la documentation du service de sécurité de l’État de l’ex-République démocratique allemande ») avait été décidée en 1991 par le Bundestag, le Parlement allemand. Des institutions similaires avaient été créées en 1996 en Hongrie et en 1998 en Pologne. Ces pays s’étaient donc décidés pour une solution institutionnelle face à leur passé immédiat tout en s’inscrivant dans une perspective européenne. L’Europe voit dans l’ouverture des archives et leurs études, un pas vers la démocratie. Mais le fonctionnement actuel du CNAS tend à montrer qu’aucune mémoire nationale ne peut se décréter politiquement.

Sur les sept autres articles, trois portent sur le SED, le parti de la RDA, un sur le communisme en Inde (Patrick Hesse), un sur le rôle de Staline avant la Seconde Guerre mondiale (Gerhard Wittig) et deux enfin sont des esquisses biographiques d’une communiste passée à la Gestapo (Udo Grashoff) et de Melvin J. Lasky, journaliste anticommuniste d’origine allemande.

Aux pages 264 à 325 de la revue, on peut trouver The International Newsletter of communist studies (vol. XX, n° 27, 2014) rédigée par Bernhard Bayerlein et Gleb Albert. Cet instrument documentaire est divisé en différentes sections : les nouveautés sur le web, les informations sur les archives, les nouveaux projets de recherches ou de thèses, les parutions, les conférences passées et à venir dans le monde sur le sujet (avec des appels à communication), la liste des revues consacrée à l’histoire du communisme.

Le numéro de 2015 du Jahrbuch aura comme thématique les femmes dans le communisme, celui de 2016 la conspiration et le communisme ; avec peut-être à chaque fois, un peu plus de « femmes auteures » (une seule sur seize articles dans ce numéro). (CM)

[Jahrbuch für Historische Kommunismusforschung, https://www.bundesstiftung-aufarbeitung.de/jhk-2014-4549.html, The International Newsletter of communist studies, http://newsletter.icsap.de/start.html]

Twentieth Century Communism, n° 6, « A Century of Anti-Communism », février 2014. [Revue partiellement en accès libre]

L’anticommunisme est le thème du sixième numéro de cette revue animée par Kevin Morgan (Manchester), Norman Laporte (Galles du Sud) et Matthew Worley (Reading). L’article de Jean-François Fayet (en accès libre) fait un bilan très complet et stimulant sur la question. Il rappelle le classement de l’anticommunisme en sept types par l’historien Jean-Jacques Becker : anticommunisme de circonstance ou stratégique, d’indifférence, de dénonciation, de classe, de gauche, idéologique ou de valeurs. L’anticommunisme est une idéologie nous dit l’auteur, qui ne peut se réduire à une simple opposition au communisme, suggérant l’idée d’une « notion polymorphe » basée sur des mythes : d’une conspiration universelle, d’interférence étrangère, de la propagation de la guerre etc. De ce concept « fuyant », Jean-François Fayet remarque qu’il a occupé un spectre politique très élargi : des anarchistes aux possédants, des fascistes aux sociaux-démocrates (notamment Allemands pendant l’entre-deux-guerres), des trotskistes aux maoïstes, tandis qu’étaient considérés comme étant communiste tous troubles à l’ordre social aux États-Unis pendant la Guerre froide. L’anticommunisme dans le cas suisse, devint un syndrome identitaire, une doctrine nationale. L’histoire de l’anticommunisme, très politisée, a commencé à être écrite après la chute de l’URSS.

Cette écriture est l’objet d’une table-ronde retranscrite dans la revue, qui aborde l’anticommunisme anarchiste, populiste, fasciste, chrétien, de la nouvelle gauche et enfin de la rive-gauche parisienne. Différents articles relatent l’anticommunisme en Irlande, aux États-Unis et enfin du français Michel Caillat, l’histoire de l’Entente internationale anti-communiste. (CM)

[Twentieth Century Communism, http://www.lwbooks.co.uk/journals/twentiethcenturycommunism/contents.html]

Les Féminismes

Vacarme, n° 67, printemps 2014, 251 pages, 12 €.

Rythmée de photos et de dessins-manifestes efficaces, l’ouverture de ce numéro aborde la question de « l’IVG, quarante après », en revenant sur les luttes actuelles en Espagne, en Italie et en France (rappelant qu’une femme sur trois en France fera au moins un avortement dans sa vie) : « une vieille lutte renaît de ses cendres ».

Le chantier, consacré à la « reprise des luttes féministes », s’ouvre sur un entretien avec Morgane Merteuil, secrétaire générale du Strass (le Syndicat du travail sexuel), qui explique pourquoi avoir créé un syndicat plutôt qu’une association. De plus, le terme de « travailleuses du sexe » a été choisi car il « met aussi en avant la dimension économique, la dimension de travail, absente dans celui de « prostituée », qui est un terme qui individualise beaucoup » (p. 33-34). Par ses positions tranchées, affirmant par exemple que les abolitionnistes ne sont pas assez abolitionnistes : « ils veulent juste abolir la prostitution, pas l’exploitation » (p. 39), l’entretien permet de dé-cristalliser quelques fausses évidences et de mieux prendre la mesure de ce débat complexe et contradictoire. Keivan Djavadzadeh revient quant à elle sur l’enregistrement par les maisons de disques dans les années 1920 des chanteuses de blues noires, écrivant que « guidées par des impératifs commerciaux, les industries culturelles s’ouvrent aux subalternes, rendant possible une subversion de l’intérieur des normes dominantes qu’elles véhiculent », et rappelant que les thèmes privilégiés des chansons sont la sexualité et la domesticité (p. 51-52). Enfin, le chantier se clôt par un intéressant entretien avec la docteure Joëlle Brunerie-Kauffmann, ancienne militante du MLAC (Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception, dans les années 1970).

Dans le « Cahier », Laure Vermeersch fouille les discours européens et les mécanismes de l’agence Fortex, tandis que Laure Gauthier analyse le documentaire Into the abyss de Werner Hersog autour d’un condamné à mort, et qu’Emmanuel Burdeau mène une réflexion à partir de la série américaine, Masters of Sex. On notera également l’article de Mogniss H. Abdallah sur la Marche pour l’égalité et contre le racisme (du 15 octobre au 3 décembre 1983). Celui-ci écrit que la mort du petit Toufik Ouanès, 9 ans, fut un des éléments déclencheurs et que le déni – son assassin fut soutenu par ses collègues de la CGT-RATP – constitue un fait central, même si, « aujourd’hui, ce type de déni est moins supportable encore car les lignes ont bougé. Depuis les marches de 1983 à 1985, le PCF et les organisations de masse qui lui sont proches ont reconsidéré leurs positions » (p. 179). Et l’auteur de critiquer l’entreprise commémorative et la manière dont elle organise la prise de parole. (FT)

[Vacarme, Paris, éditions Amsterdam – www.vacarme.org ]

Autour de la Guerre de 1914-1918

Cahiers du C.E.R.M.T.R.I., n° 154, octobre 2014, « 1913-1915. L’Italie : de la neutralité à l’entrée en guerre ».

S’inscrivant dans la suite de Cahiers précédemment publiés autour de la Première Guerre mondiale – les numéros 151 et 153 sur les mouvements ouvriers français et allemand face à l’entrée en guerre –, cette livraison se penche sur le cas de l’Italie, d’abord neutre, renonçant à ses engagements au sein de la Triple Alliance, puis se ralliant à l’Entente à compter de mai 1915. Après une introduction détaillée de Frank La Brasca consacrée à la situation politique du pays, et un court extrait d’un livre de l’historien Maurice Vassard (De Pétrarque à Mussolini, datant de 1961 – on aurait apprécié des références plus récentes sur le plan historiographique) sur « les industries parasitaires » (en fait la sidérurgie autochtone), plusieurs documents sélectionnés permettent d’en savoir plus sur les nationalistes italiens mais surtout sur les socialistes. Sont ainsi représentés le courant des réformistes les plus avancés (comme L. Bissolati, dont le discours précédant l’exclusion du Parti est en partie reproduit), celui des révolutionnaires intransigeants menés par Mussolini, finalement rallié à l’intervention de l’Italie dans la guerre fin 1914 (son article explicatif paru dans L’Avanti est publié), et celui des révolutionnaires antimilitaristes menés par Bordiga (répondant à Mussolini dans l’article présent ici « Pour un antimilitarisme actif et efficace »). Dans ce débat, la position du jeune Gramsci, dont un article est également proposé, est alors favorable à l’intervention de l’Italie dans le conflit. Le « Manifeste de la direction du PSI en faveur de la neutralité absolue » d’octobre 1914 conclut provisoirement cette discussion. Le témoignage d’Angelica Balabanoff sur la rupture entre Mussolini et le Parti socialiste italien, extrait de Ma Vie de rebelle (Balland, 1981), offre à cet égard un éclairage vivant et précieux, tout comme la synthèse extraite de l’Histoire générale du socialisme de Jacques Droz (PUF, 1997) ou les pages choisies de l’indispensable Le Mouvement ouvrier pendant la première guerre mondiale d’Alfred Rosmer (Les Bons caractères, 1993). D’autres documents illustrent l’évolution des positions du syndicat dépendant du PSI, la CGdL (Confédération générale italienne du travail), agitant initialement la menace d’une grève générale, mais ne menant pas le projet à terme en raison des décisions du Parti. Enfin, un article de Lénine, publié en 1915, revient sur l’attitude des chefs socialistes et critique sans pitié leur soutien à l’entrée en guerre. (JGL)

[Cahiers du C.E.R.M.T.R.I., 28, rue des petites écuries, 75010 Paris, 5 € le numéro, 25 € pour 4 numéros, 30 € avec droit de consultation des archives et de la bibliothèque]

Jahrbuch für Forschungen zur Geschichte der Arbeiterbewegung – Annales des recherches sur l’histoire du mouvement ouvrier – 2014/3 (septembre)

Ce numéro présente six articles sur le mouvement ouvrier et la Première Guerre mondiale dans différents espaces géographiques : en Grande-Bretagne, en Afrique de l’Ouest, au Portugal, sur le front italien, à Brême sur le chantier naval AG Weser, en Autriche. Un dernier article analyse la position des syndicats chrétiens allemands pendant cette guerre. Le panel des recensions est toujours aussi riche qui évoque des ouvrages portant sur August Bebel, Rosa Luxemburg, Wilhelm Liebknecht mais aussi la révolution allemande en 1918/1919 ou l’ouvrage traduit du français de Bruno Cabanes et Anne Duménil sur la Première Guerre comme catastrophe européenne. (CM)

[Jahrbuch für Forschungen zur Geschichte der Arbeiterbewegung – Annales des recherches sur l’histoire du mouvement ouvrier, http://www.arbeiterbewegung-jahrbuch.de/]

Intellectuels, médias, débats idéologiques, historiographie

Le Débat, n° 181, septembre-octobre 2014.

Alain Duhamel et Marcel Gauchet, dans un échange intitulé « Droite, gauche : la déliquescence » (p. 4-20), font le point sur la situation politique de la France après la séquence électorale du printemps 2014 (municipales et européennes). Certes, ces élections furent catastrophiques pour « les partis de gouvernement », profitant à la seule extrême droite. Mais il y a au moins un sujet de satisfaction pour Alain Duhamel : « Il faut rendre un hommage vibrant à Jean-Luc Mélenchon (sic) parce qu’il a vraiment fait tout ce qui était humainement possible et imaginable pour empêcher l’extrême gauche de profiter des circonstances et de l’effondrement du PS. C’est tout de même un sujet de satisfaction ».

Sujet de préoccupation ancien également pour Marcel Gauchet, il notait déjà en 2008 cette incapacité de la France « à s’extraire de sa matrice révolutionnaire », « la survivance d’une extrême gauche absurde » lui semblant être une des raisons du malheur français (Le Débat n°149, mars-avril 2008). Mais, si l’extrême gauche a beaucoup décliné organisationnellement, elle continue à nuire, selon Marcel Gauchet. Si le PS est un parti dépassé par la situation historique, s’il est une machine « sans âme ni rayonnement », c’est parce qu’à sa tête se succèdent Harlem Désir et Jean-Christophe Cambadélis … ces ex-trotskystes, « anciens militants professionnels des groupuscules d’extrême gauche », « des gens qui, en général, ont trop peu appris et pas assez oublié ». Avec des gens comme ça, le PS ne touchera pas « les masses populaires ». Le Débat, nouveau café du commerce ou instrument sérieux d’analyse ?

Nous n’avons donc pas été étonnés quand nous avons vu se dessiner et gonfler la protestation, suite à la décision de Jean-Noël Jeanneney, le président des Rendez-vous de l’histoire (RDVH) de Blois, de confier la leçon inaugurale de la 17e édition à Marcel Gauchet, qui plus est une édition consacrée aux rebelles. Cette décision, prise sans concertation, a amené Ludivine Bantigny, membre du Conseil scientifique des RDVH, à présenter sa démission. Au cours de l’été, deux intellectuels, Édouard Louis et Geoffroy de Lagasnerie appellent au boycott de Blois. A l’automne, une pétition demandant que le débat s’ouvre est initiée par plusieurs historien(ne)s et chercheurs(ses), dont nos deux collègues, membres du Comité de rédaction de Dissidences, Ludivine Bantigny et Fanny Gallot. Le Comité de rédaction de Dissidences tout entier s’est aussitôt associé à la pétition, dont voici le texte :

« Nous, enseignant-e-s, chercheurs-euses, lecteurs-rices, très attaché-es à la diffusion et au large rayonnement des recherches et des travaux en histoire, tenons à exprimer notre incompréhension devant le choix de confier cette année la conférence inaugurale des Rendez-vous de l’histoire de Blois, conférence non débattue par définition, à un auteur connu pour des thèses tournées avant tout vers le maintien de l’ordre, qui peuvent être jugées ultra-conservatrices, sceptiques sur l’impératif du respect des droits de l’homme, familialistes, sexistes et homophobes. Ce choix polémique nous paraît d’autant plus déplorable que les Rendez-vous de l’histoire de 2014 sont centrés sur le thème des rebelles ».

Un texte de Ludivine Bantigny, « Conformisme et tradition. Quelques remarques sur la pensée de Marcel Gauchet » (12 pages) peut être consulté sur Mediapart (Le Journal du Club). Il y a quelques années, à une journaliste, Alexandra Laignel-Lavastine, qui lui demandait ce qu’il en était de « l’épisode maoïste » que la rumeur lui prête parfois, Marcel Gauchet répondait : « Absurde ! S’il y a bien une chose que je n’aurais jamais pu être, c’est mao. J’avais horreur de leur style et de leur propagande. Cela dit, j’ai fait partie des quelques imbéciles qui, par faiblesse démocratique (re-sic), ont servi de boîte aux lettres lorsque la répression s’est abattue sur la Gauche prolétarienne » (in Le Monde, 22 novembre 2002, A. Laignel-Lavastine, article intitulé « Marcel Gauchet au chevet de la démocratie. Le philosophe s’inquiète de la montée en puissance des individus au détriment du collectif »). (JPS)

[Le Débat, abonnement, 68 €, Sodis Revues BP 149, 128, avenue du Maréchal-de-Lattre-de-Tassigny 77403 Lagny Cedex, www.le-debat.gallimard.fr]

Médiacritique(s). Magazine trimestriel d’ACRIMED, n° 13, octobre-décembre 2014, « La messe du 20h ».

C’est la première fois que nous rendons compte, dans cette revue des revues, du magazine de l’association Acrimed, qui fournit pourtant un important travail d’analyse et de décryptage des médias. Cette démarche, qui n’est finalement guère éloignée sur certains points de celle que pratique Dissidences – ne rien considérer comme certain ou acquis, savoir d’où chacun s’exprime, être capable de déceler les idéologies à l’œuvre derrière une objectivité revendiquée –, s’exerce à travers un site internet (http://www.acrimed.org/) et une publication papier trimestrielle. Dans le sommaire de cette ultime livraison de l’année, plusieurs articles ont tout particulièrement attiré notre attention. « « Secrets d’histoire », un magazine royaliste ? », confirme que les documentaires chapeautés par Stéphane Bern sont bien le pendant de la vision défendue par Lorant Deutsch dans ses livres à succès (voir la critique d’Hexagone sur notre blog), même si l’on aurait apprécié de bénéficier d’une analyse plus détaillée, plus poussée. « BHL mis en scène par BHL à la télévision ukrainienne » vaut surtout par son caractère ironique, permettant de tourner en dérision le narcissisme du personnage (les extraits de son interview dans l’émission « On n’est pas couché », qui figurent au verso du magazine, sont plus intéressants et auraient d’ailleurs mérité un traitement à part). Avec « Gaza : les parti pris du traitement médiatique » et « Les JT de TF1 et la grève générale en Guadeloupe (2009) », les études sont plus approfondies, et permettent d’illustrer les parti pris conscients ou non de bien des médias dominants, qui décontextualisent les enjeux et privilégient un camp sous couvert d’un équilibre faussé. Un article de Victor Serge, « Le bourrage de crâne », extrait de Retour à l’ouest (chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=336), est également reproduit. (JGL)

Médiacritique(s). Magazine trimestriel d’ACRIMED, n° 14, janvier-mars 2015, « Médias et extrêmes droites ».

Dans la nouvelle livraison de cette revue d’analyse critique des médias, fortement influencée par les travaux de Pierre Bourdieu, deux axes sont privilégiés. Parmi les articles divers, on notera, à côté d’un décryptage du processus de mutation en cours au journal Libération (via des allégements d’effectifs et un accroissement de la charge de travail) ou d’une démystification de la crise éditoriale des sciences humaines (légende qui serait entretenue par les éditeurs afin de justifier les aides diverses dont ils bénéficient), une étude sur la réélection d’Evo Morales comme président de la République bolivienne pour la troisième fois consécutive, qui conclut à une focalisation des médias écrits ou audiovisuels sur l’anecdotique, voire les stéréotypes, à l’exception de certains d’entre eux, parmi lesquels Le Figaro se distingue en privilégiant une information plus sérieuse et globale. Le dossier lui-même est particulièrement consistant, et on en retiendra principalement un entretien avec Annie Collovald, qui permet de réfléchir à la notion de « populisme », utilisée ces dernières décennies pour qualifier le Front national et qui permettrait de le dissocier d’une appartenance à l’extrême droite plus traditionnelle, tout en autorisant des rapprochements historico-politiques discutables. Les autres articles se penchent sur les éditorialistes contribuant à la « lepénisation des esprits » (Zemmour, Rioufol, Thréard), l’angle d’approche du FN par les médias qui, s’ils ne sont pas les principaux responsables de ses progrès électoraux, y contribuent en partie (par le choix de sujets correspondant à certains thèmes frontistes ou par la « dépolitisation médiatique » du FN), ou les plates-formes d’information d’extrême droite bénéficiant d’une audience conséquente (Fdesouche, Novopress ou Égalité et Réconciliation). (JGL)

[Médiacritique(s), Acrimed, 39 rue du Faubourg-Saint-Martin, 75010 Paris, 3 € l’ancien numéro (frais de port compris), 4 € à compter du n° 14, 15 € l’abonnement pour quatre numéros (25 € pour l’Union européenne et la Suisse, 32 € pour le reste du monde), chèque à l’ordre de « Action-Critique-Médias »]

Littératures, films, arts, livres/bibliothèques, images

Cahiers Benjamin Péret, n° 3, septembre 2014, 123 pages, 20 €.

Ce nouveau numéro examine les rapports entre l’œuvre écrite de Benjamin Péret et le cinéma. Dominique Rabourdin rappelle le caractère désabusé du poète par rapport aux espoirs déçus qu’il mettait dans ce nouveau moyen d’expression. Il n’empêche qu’il marqua toute sa vie durant un intérêt pour le cinéma et qu’il existe nombre de correspondances entre ses écrits et le domaine cinématographique. Ainsi, Claude Courtot affirme que « presque tous les contes de Péret pourraient en effet être assimilés à des scénarios » (p. 10) tandis que Léa Buisson étudie ces rapports dans le texte de 1923, « Pulchérie veut une auto », en mettant en avant « les éléments de montage [qui] investissent la narration pour la rendre plus visuelle, plus accessible à l’imagination » (p. 13). Et de conclure sur la place paradoxale de ce récit dans « un « entre-deux », rendu possible uniquement par la contamination d’un médium par l’autre » (p. 16). Carole Aurouet opère quant à elle un intéressant parallèle entre les critiques cinématographiques de Robert Desnos et de Péret au début des années 1920, critique à la fois poétique et politique, marquée du sceau de l’anticléricalisme et de la subversion culturelle. Des extraits de textes de Robert Benayoun et de Gérard Legrand, qui se situèrent au croisement du surréalisme et du cinéma dans les années 1950 sont en annexe.

On notera également dans ce numéro un important cahier autour peintre espagnol Eugenio Granell (1912-2001), accompagnés de belles illustrations. Ami de Péret qu’il rencontra à Barcelone durant la Guerre d’Espagne, « contrairement à la grande majorité des surréalistes, Eugenio Granell n’entre dans la lutte pour « la liberté, la poésie et l’amour » non par l’activité artistique mais par le combat politique » (p. 46). Il fut ainsi, selon Dietrich Hoss, l’« un des plus importants experts militaires du POUM » (p. 46). La correspondance entre Granell et Péret est reproduite ici. Élodie Nel revient sur la figure de Robert Caby, « musicien, dessinateur, poète, critique musical… et militant trotskiste » (p. 101), qui mit en musique nombre de poèmes surréalistes. Un inédit de Péret est présenté et des extraits de ses poèmes, évoquant le colibri, sont cités, dont le sulfureux :

« Si le monsieur pâlissait

c’était que le ciel le lui avait ordonné

en jonglant la terre de plumes de colibri

un colibri ainsi déplumé chanta

j’ai une queue

nom de Dieu

j’ai une queue ».

(FT)

[Cahiers Benjamin Péret, Association des amis de Benjamin Péret, Lyon, http://www.benjamin-peret.org]

Res Futurae. Revue d’études sur la science-fiction, n° 4, 2014, « Philippe Curval »

Le dernier dossier de cette revue universitaire numérique est consacré à un des auteurs majeurs de la science-fiction française, en même temps qu’un de ses vétérans, Philippe Curval (né en 1929). Parmi les différentes études qui lui sont consacrées, on notera l’analyse fine de Cédric Chauvin sur un des romans les plus célèbres de Curval, Cette Chère humanité (1976), tout entière dédiée à l’influence du surréalisme en tant que vecteur d’évasion vis-à-vis de la dystopie présentée dans le roman. Quant à Jean-Guillaume Lanuque, il s’essaye dans « « La tentative de l’impossible » ? Regard critique, vision sociale et philosophie politique dans l’œuvre de Philippe Curval », à une appréhension globale du potentiel critique et alternatif de la prose curvalienne, tel qu’il ressort d’un large échantillon de ses nouvelles et romans. Ainsi que le déclare le résumé de l’article, « Partant de la dimension de critique sociale présente dans l’œuvre de Philippe Curval, cet article aborde les perspectives alternatives et utopiques qu’il a pu développer, et tente de cerner l’idéal de l’auteur, relié notamment à l’anarchisme et au surréalisme. » Hors dossier, l’étude traduite de Christopher Palmer sur « Les empires galactiques et le grand spectacle postmoderne : Dan Simmons et Iain Banks » est également à recommander : l’auteur y analyse deux cycles anglo-saxons majeurs du dernier quart de siècle, Hypérion et La Culture, dans lesquels il voit deux formes d’assombrissement de la thématique, « Une version postmoderne des romans d’empires galactiques – manifeste dans la façon qu’ont ces romans d’imiter et d’aller au-delà des autres romans de SF – [qui] parvient à exprimer les anxiétés de la condition postmoderne. » (JGL)

[Res Futurae. Revue d’études sur la science-fiction, http://resf.revues.org/390]

Divers

Annales du Midi, n° 287, juillet-septembre 2014.

Dans son article, Timothée Duverger braque le projecteur sur « un personnaliste gascon », Bernard Charbonneau. Des textes de ce pionnier de l’écologie politique, ainsi que ceux de Jacques Ellul, viennent d’être réédités au Seuil : Nous sommes des révolutionnaires malgré nous. Bernard Charbonneau, Jacques Ellul, 2014.

André-Louis Sanguin donne des détails sur une tragédie oubliée, « La fuite des Juifs à travers les Pyrénées pendant la Seconde Guerre mondiale, une géographie de la peur et de la survie » (p. 297-318). Il n’était pas si facile de traverser la chaîne pyrénéenne parfois au-dessus de 2 000 mètres d’altitude, en plein hiver. Les morts furent nombreuses (environ 500), parmi des citadins, souvent mal équipés pour ce franchissement. Des figures de passeurs-ses se détachent, comme celle d’Évelyne Peyronnel, professeur d’anglais férue d’alpinisme, qui fit passer plus de 100 personnes dont le (futur) chanteur Jean Ferrat, né en Ukraine sous le nom de Tenenbaum. (JPS)

[Annales du Midi , abonnement, Éditions Privat, BP 38028, 31080 Toulouse Cedex 6, 56 €]

Cahier d’Histoire immédiate, n° 44, 2013.

Un fort dossier spécial Roumanie est introduit par Bertrand Vayssière. Il comporte surtout des articles de chercheurs roumains, comme celui d’Andi Mihalache « Stalinisme et idéologie nationale. Les mobiles d’une conversion », ou celui d’Ovidiu Buruianã « Le culte du leader dans la Roumanie du XXe siècle. Continuité et innovation ».

Dans un varia passionnant, Pierre-Marie Terral, auteur d’une thèse d’histoire sur  Le Larzac, de la lutte paysanne à l’altermondialisme. Entre histoire et mémoire (1971-2010 , montre comment il a dû « inventer » ses sources pour traiter ce sujet, l’accès aux archives publiques lui ayant été systématiquement refusé. (JPS)

Cahier d’Histoire immédiate, n° 45, 2014.

Dossier : Regards croisés sur les conflits actuels., avec des articles sur l’intervention française au Mali ou encore, par Olivier Kempf « La transformation cyber de la guerre ».

Mais une nouvelle fois c’est un article placé en varia qui attire notre attention, celui de Nicolas Prognon : « L’Église chilienne face à la dictature : du compromis au rôle d’agent de la transition ? 1973-1989 ». Il étudie l’évolution d’une Église plutôt favorable au coup d’État au début, puis rapidement dans l’opposition ouverte au régime militaire. (JPS)

[Cahier d’Histoire immédiate, abonnement, Framespa-Maison de la recherche universitaire de Toulouse II-Le Mirail, 5, allées Antonio Machado 31058 Toulouse Cedex 9, 30 €]

Cahiers du mouvement ouvrier, n° 63, troisième trimestre 2014.

Si la couverture de ce numéro valorise la suite du dossier sur « Les trotskystes en URSS », entamé dans la précédente livraison de la revue, il ne s’agit en réalité que d’un très court ensemble, occupant moins d’un quart des pages. Le plus intéressant, c’est la traduction d’un certain nombre de tracts inédits, diffusés début 1929 à Moscou par des militants bolcheviks-léninistes, au ton souvent véhément, et qui insistent surtout sur la trahison de la révolution menée par la bureaucratie au pouvoir et sur la nécessité de revendications ouvrières, parmi lesquelles l’augmentation des salaires. Quelques articles reviennent sur « la première abolition de l’esclavage » en 1794 par la Convention montagnarde (Odile Dauphin), insistant sur l’importance du rôle joué par la révolte des esclaves de Saint Domingue, et sur la récente biographie de Joukov, précédemment chroniquée par Jean-Jacques Marie, dont Charles Dupuy se sert ici pour dénoncer la vision trop unilatéralement anti-bolchevique des auteurs (« Le « bonapartisme » réel ou imaginaire en URSS et l’idéologie militaire du stalinisme »). Au sujet de la Première Guerre mondiale, quelques courts textes évoquent le premier vote contre les crédits de guerre français en 1916 par trois députés socialistes, le traitement de la Première Guerre mondiale dans les manuels de lycée (nécessairement lacunaire, car axé sur une étude thématique qui serait davantage à sa place en faculté), tandis qu’un article de Lénine est republié, article de l’été 1918 dans lequel ce dernier revient sur l’anticipation remarquable d’Engels faite en 1887 au sujet de la prochaine guerre européenne… En dehors des habituelles rubriques de notes de lecture (sur la biographie de Georges Guingouin par Fabrice Grenard, présentée comme de qualité), de la chronique des falsifications et des perles, on notera la reproduction de courriers de l’APHG et de plusieurs historiens1 opposés à la débaptisation de lieux marseillais portant le nom de Robespierre, et la publication d’un utile fichier thématique de la collection des Cahiers du mouvement ouvrier. (JGL)

Cahiers du mouvement ouvrier, n° 64, quatrième trimestre 2014.

Dernière livraison sous la forme traditionnelle de la revue (voir la recension des Cahiers du C.E.R.M.T.R.I. n°155), qui comprend deux sous-ensembles thématiques particuliers. Le premier concerne une nouvelle fois la Première Guerre mondiale, avec des analyses de Nicole Perron sur Jean Jaurès (qui, selon elle, se serait opposé au soutien de la SFIO à l’union sacrée s’il n’avait pas été assassiné) et Raymond Poincaré (critiquant la biographie de François Roth, selon elle trop complaisante), l’anti-guerre contre le fauteur de guerre. Pierre Roy, pour sa part, revient sur un sujet classique, celui de la trahison des directions de la IIe Internationale au moment de l’éclatement du conflit, évoquant également les conférences de Zimmerwald et Kienthal. On aurait apprécié un peu plus de nouveauté sur une thématique qui risque le stéréotype (les esquisses de scénarios uchroniques n’y suffisent pas vraiment). L’autre sous-ensemble a trait à la révolution espagnole des années 1930. Le plus long article, « Le gouvernement de la République espagnole durant les sept premiers jours du soulèvement militaire au Maroc « espagnol » », de Roland Corominas, n’est pas pour autant le plus intéressant, concluant, en s’appuyant sur un unique livre, à une sous-estimation de la part du gouvernement en place du coup d’État militaire. On lui préférera la transcription de la conférence donnée par Josep Antoni Pozo Gonzalez en novembre 2014, à l’invitation du C.E.R.M.T.R.I. sur « Pouvoir réel et pouvoir légal dans la Catalogne révolutionnaire de 1936 », qui insiste sur l’existence dans la Généralité d’une réelle dualité de pouvoir entre comités révolutionnaires et gouvernement antifasciste, et sur la dissolution des premiers avec la collaboration de la CNT mais aussi du POUM. Pour le reste, notons un article transversal de Jean-Jacques Marie sur « Préhistoire de la grève », partant de la grève des ouvriers royaux sous Ramsès III (évoquée dans Le Drapeau rouge n° 2) pour aller jusqu’aux débuts de l’âge industriel, non sans quelques comparaisons discutables (le statut des esclaves antiques et celui des détenus du Goulag), une critique implacable du même vis-à-vis du livre Khrouchtchev a menti de Grover Furr (Delga 2014), ainsi qu’une analyse de Rémy Janneau sur le Manuel d’histoire critique édité par Le Monde diplomatique, qui ne se distingue pas suffisamment des conceptions dominantes de l’enseignement de l’histoire (l’auteur lui reproche en particulier un déficit d’histoire politique et une prédilection pour l’histoire problématisée au détriment d’une histoire plus sommative2). (JGL)

[Cahiers du mouvement ouvrier, 28 rue des petites écuries, 75010 Paris, 9 € le numéro (+ 1,50 € de frais de port), 32 € l’abonnement annuel pour quatre numéros (35 € pour l’Europe, 40 € pour les autres continents)]

Esprit, n° 407, août-septembre 2014.

Autour de la thématique « Le nouveau désordre mondial », notons l’article synthétique de Nicole Gresotto qui note le divorce entre la mondialisation économique qui pousse à l’homogénéisation et l’hétérogénéité qui prévaut dans le domaine politique, avec la recrudescence des nationalismes, des conflits régionaux, le « doux commerce » ne semblant pas agir sur les conflits.

Dans le dossier sur la commémoration de la Grande Guerre, il est fait état du peu d’empressement de l’Allemagne, bien en retrait sur cette question. Il n’en demeure pas moins qu’une réflexion approfondie est menée par un professeur de l’université Humbolt à Berlin, Herfried Münkler, dans un livre non encore traduit : Der Grosse Krieg, Berlin, Rowohlt, 2013. (JPS)

Esprit, n° 408, octobre 2014.

Dans le dossier « Vie commune, morale commune » est scrutée la peur française de la diversité au moyen d’articles, d’entretiens. Dans celui intitulé « Vivre dans le pluralisme », le philosophe américain Charles Taylor s’étonne de cette incapacité de la France à faire coexister plusieurs conceptions de la « vie bonne ».

A l’occasion de l’exposition Marcel Duchamp au Centre Pompidou (du 24 septembre 2014 au 5 janvier 2015), 100 ans après le scandale de l’exposition de l’Armory Show à New York, notons le beau catalogue Marcel Duchamp. La peinture, même, qui l’accompagne. (JPS)

Esprit, n° 409, novembre 2014.

Dans un fort dossier sur le chômage, la revue fait appel à des sociologues, à des écrivains, qui nous donnent des « tranches de vie » sur une terrible réalité. Et toujours des interrogations, menées par Marc-Olivier Padis (p. 79-88) sur le vote frontiste : vote ouvrier, vote catholique, vote périurbain. (JPS)

[Esprit, abonnement, 113 € pour 1 an, 212, rue Saint-Martin 75003 Paris]

Vacarme, n° 68, été 2014, 248 pages, 12 €.

L’éditorial interroge la nomination – ses failles, contradictions et effets – remarquant qu’« on parle de peuple pour ne pas parler de prolétariat ni de lutte des classes, mais on parle de « prolétariat » pour ne pas parler des sans-papiers et des minorités qui le constituent, voire il arrive qu’on parle du droit des minorités pour ne pas parler du peuple et du prolétariat » (p. 15). Le « Cahier », particulièrement intéressant, s’ouvre sur une analyse, à partir d’un exemple concret, de la pharmacothérapie aux États-Unis, rappelant que depuis 2002, la règle salutaire de la revue médicale New England Journal of Medecine d’« interdire toute contribution à ceux qui auraient un quelconque lien financier avec le monde de la recherche médicale » a été supprimée (p. 33). Suit un long entretien avec la réalisatrice de Stalingrad Lovers, s’expliquant notamment – elle qui a travaillé sur plusieurs documentaires, notamment avec Jean-Michel Carré – sur le choix de la fiction : « les pauvres sont aujourd’hui relégués au reportage et au documentaire, ou bien aux faits divers. C’est une manière de les mettre à distance, et avec eux le réel qu’ils portent. La fiction permet au contraire de déployer le réel, pas seulement de le transfigurer » (p. 41-43). On notera encore dans cette partie, la poursuite de la réflexion de Burdeau à partir des séries américaines, ici True detectives, et l’entretien avec Laura Mulvey, féministe, réalisatrice et l’auteure d’un article en 1975 qui fera date : « Visual pleasure and narrative cinema ». Enfin, notons les beaux extraits de poèmes d’Andrew Zawacki et le sondage poétique de Rachel Easterman-Ulmann.

Le « Chantier » est consacré à l’Iran depuis la révolution de 1979, présentant le mouvement de contestation de juin 2009 comme « le précurseur des révolutions arabes de 2010-2011 » (p. 126). À partir de l’école, de la famille, du rôle des intellectuels, de la religion, avec des analyses, des photos, des poèmes, ces pages reviennent longuement sur la révolution iranienne, l’enjeu étant « de montrer qu’elle a été, comme toutes les révolutions, un précipité complexe de forces, d’acteurs et d’idées extrêmement variées » (p. 152). Par-là même, ces études rendent compte de l’événement et de l’action du peuple, Sophie Wahnich rappelant que le concept de révolution croise les moments insurrectionnels et les fixations en régime politique (p. 141). Cependant, sa lecture du reportage de Foucault sur cette période manque quelque peu de dimension critique. Farhad Khosrokhavar s’intéresse aux nouveaux mouvements sociaux dans le pays, écrivant que « les revendications démocratiques [des classes moyennes] négligent en effet en grande partie les problèmes économiques auxquels se heurtent les populations les plus pauvres et le fossé grandissant entre les classes sociales depuis la fin de la guerre Iran-Irak (1980-88) » (p. 203), tandis que Clément Therme insiste sur la question centrale de l’autosuffisance de l’Iran pour éclairer sa quête de souveraineté nucléaire (p. 219).

L’entretien collectif qui clôt ce numéro revient sur les enjeux de la réforme de l’UNEDIC : « le but, en fait ce n’est pas l’argent, mais renforcer un principe de fonctionnement de la société : obliger les gens à accepter n’importe quel travail à n’importe quel prix » (p. 233). (FT)

Vacarme, automne 2014, n°69, 251 pages, 12 €.

Le « Chantier » de ce numéro s’interroge : « que devient la politique lorsque les individus eux-mêmes deviennent indéchiffrables et se soustraient aux appareils de contrôle qui structurent leurs vies ? » (p. 8). Dans son article, après avoir rappelé que « le chiffre fut d’abord une affaire d’État et de militaires » (p. 35), Pierre Zaoui offre une réflexion intéressante sur l’incompréhension publique et la solitude précieuse. Emmanuel Burdeau, approfondissant sa réflexion à partir des séries télés, en donne peut-être la clé : « une série est toujours une diversion, une distraction : on la regarde dans le creux des jours, dans l’intervalle entre deux activités moins futiles ; on y retourne avec la conviction qu’on devrait être affairés ailleurs, en pensant à la fois confusément et obstinément à autre chose. Peine perdue : ce sont les séries elles-mêmes qui sont autre chose, l’autre chose de vies au sein desquelles, dès lors qu’on s’y intéresse, va commencer de se défaire le rapport réglé entre ceci et cela, ce qui importe et ce qui n’importe pas » (p. 58). Le nouveau questionnaire poétique de Rachel Easterman-Ulmann clôt cette partie.

Dans le « Cahier », à signaler, l’entretien avec le guitariste Thomas Poli, évoquant notamment à propos du vinyle une réflexion intéressante sur « l’axe du temps » (p.136) et l’article de Rutvica Andrijasevic sur les politiques migratoires et les frontières en termes de genre. Elle fait remarquer que « la traite assimile la prostitution forcée à la prostitution des immigrées, « racialisant » ainsi les catégories de prostitution libre et de prostitution forcée » (p. 207), et que le focus sur celle-ci « masquait la convergence entre les politiques anti-traite et les politiques anti-immigration » (p. 217).

Dans l’entretien qui complète ce numéro, l’intellectuel italien Sandro Mezzadra revient sur la mise en avant du concept de « frontières du capital » à partir de Marx (p. 242) et sur sa critique de David Harvey : « il faut à mon sens dépasser la distinction trop rigide entre dépossession et exploitation » (p. 249). (FT)

[Vacarme, Paris, éditions Amsterdam – www.vacarme.org ]

REVUES MILITANTES OU A PERSPECTIVES MILITANTES

Lutte de Classe (LdeC), n° 163, novembre 2014, p. 32-39, et Inprecor, n° 607-608, août-septembre 2014, p. 18-23.

Le mensuel de Lutte Ouvrière et celui du Secrétariat Unifié de la IVe Internationale reviennent assez longuement l’un et l’autre sur le résultat des élections tenues en Belgique le 25 mai 2014 (Parlements des 3 régions, Parlement fédéral, Parlement européen). Ils se félicitent des bons résultats des listes du PTB-GO (Parti du Travail de Belgique-Gauche d’Ouverture). Ceux-ci démontrent que, confrontés à la crise,  « les électeurs ne se (re)tournent pas pour autant vers les divers démagogues nationalistes et communautaristes » (LdeC). Certes, les deux mensuels ne s’accordent pas exactement sur le bilan, LdeC parle de « petit succès électoral » et Inprecor de « percée », mais il n’en reste pas moins que « le PTB a gagné en visibilité et a enregistré des progrès », reconnaît LdeC, obtenant 2 élus au Parlement fédéral, 2 élus au Parlement wallon, 4 élus au Parlement bruxellois, manquant de peu son entrée au Parlement des Flandres. Le PVDA, acronyme du PTB en flamand/néerlandais : Paritj van de arbeid van België, n’obtient que 4,5% des voix dans la province d’Anvers, alors qu’il lui aurait fallu dépasser le seuil d’éligibilité fixé à 5% pour avoir des élus. Et, si le PVDA était parti seul au combat électoral dans les Flandres, dans les deux autres régions, sous le sigle PTB-GO s’était constituée une alliance entre le PC, la LCR trotskyste, des militants syndicalistes et le PTB d’origine maoïste, ce dernier en position dominante. Tous les élus appartiennent à ce parti. C’est une première en Belgique, permise par l’évolution d’un parti, le PTB, pourtant farouchement anti-trotskyste au début de son histoire. Tout en poursuivant son travail de masse dans les couches populaires, en luttant pour la justice sociale ou avec ses « maisons médicales »3, depuis 2008 il a opéré un véritable aggiornamento abandonnant les références à Staline et à Mao ZeDong (LdeC) et se montrant favorable à une pratique « unitaire » dans les mouvements sociaux (Inprecor).

Évolution profonde ou opportunisme passager ? Dans une relative incertitude, les militants de la LCR ont fait le pari de « s’engager, puis de voir ensuite » (Inprecor). Jusqu’ici, le bilan est jugé très positif : « La LCR-SAP (Ligue communiste révolutionnaire-Socialistische Arbeiderspartij) a pu mener une campagne sur son programme, avec son propre matériel ». Elle n’a jamais été aussi présente dans les médias et « du fait de la possibilité de décrocher des élu-e-s, la campagne sortait de la sphère de la propagande pure ». « On livrait un combat social et politique concret » (Inprecor). LdeC est plus critique, accusant le PTB d’être passé en matière syndicale du gauchisme au suivisme : « Le PTB, un parti qui se met du côté des syndicats au lieu de les combattre ». Car en soutenant les syndicats de manière acritique, le PTB renforce l’influence de la bureaucratie sur les adhérents, ne permettant pas aux travailleurs de reprendre l’initiative. Et de regretter que n’existe pas un programme trotskyste … « ce qui permettrait de tirer toutes les leçons des trahisons staliniennes » (LdeC).

Notons que le politologue Pascal Delwit, professeur à l’ULB (Université Libre de Bruxelles) vient de consacrer un livre au PTB sous le titre Nouvelle Gauche, vieille recette, chez l’éditeur Luc Pire [une recension est prévue prochainement sur le blog de Dissidences]. (JPS)

[Abonnement à Lutte de Classe, 1 an, 15 €, Lutte Ouvrière, BP 233 Paris 75865 Cedex 18.

Abonnement à Inprecor, 1 an, 55 €, Inprecor-PECI, 27 rue Taine, Paris, 75012]

Ni patrie ni frontières, n° 42-43, juin 2014, « Nos tares politiques 1 ».

Cette nouvelle livraison de la revue portée à bout de bras par Yves Coleman, et qui n’avait pas publié de numéro depuis mai 2012, s’articule en deux volumes complémentaires. Le jeu de mot basé sur l’ouvrage de Trotsky critique de Lénine, Nos Tâches politiques, couronne en fait un ensemble consacré à une des préoccupations majeures d’Yves Coleman, les connexions entre extrême gauche et extrême droite, ou plus exactement les tendances de la gauche révolutionnaire à verser dans des ornières politiques qui vont dans le sens des analyses de l’extrême droite. On se souvient en particulier des numéros 33-34-35 (« Les pièges mortels de l’identité nationale ») ou 36-37 (« Inventaire de la confusion »). Yves Coleman y porte ainsi le fer contre Le Militant, avec qui un échange épistolaire est reproduit, et qui était accusé de complaisance envers certaines personnalités au comportement ambiguë, Jean-Paul Cruse (ancien de la Gauche prolétarienne4) et Denis Collin en particulier. Ce dernier (qui a en effet tenu une conférence au bar Le Local du dirigeant de l’ultra droite Serge Ayoub), défendrait certaines analyses nationalistes, et a préfacé un livre de Costanzo Preve, marxiste italien particulièrement indulgent vis-à-vis de Marine Le Pen… Jean-Claude Michéa est une autre de ces personnalités à double face, selon Yves Coleman, qui dénonce les éditions L’Echappée pour avoir fait rédiger la contribution à son sujet par un proche de la Nouvelle Droite. L’ouvrage en question, Radicalité : 20 penseurs vraiment critiques, est décrypté de manière partielle mais approfondie et stimulante par Max Vincent. Ce dernier, qui repère l’influence du Socialisme sans le progrès de Dwight Macdonald dans la présentation générale du livre, pointe surtout une tendance à la modération « révolutionnaire », voire à la défense réactionnaire de certains thèmes chez plusieurs des penseurs présentés (défense de la famille chez Christopher Lasch, perçue comme môle de résistance au capitalisme, ou tendance à la confusion chez Pasolini)5. Yves Coleman défend en effet une distinction très nette à l’égard des individus qualifiés de réactionnaires, qu’ils soient d’extrême droite, de droite extrême ou de nouvelle droite, et refuse à la fois de discuter avec eux ou de leur laisser une liberté d’expression entière. Il propose d’ailleurs « Les dix commandements du petit xénophobe « radical » », qui visent en particulier ceux qui assimilent les prolétaires d’origine étrangères à un lumpenproletariat (et partant, ceux qui condamnent les révoltes des banlieues) ou qui dénoncent les mouvements de travailleurs sans-papiers. Sur cette question de la liberté d’expression, d’autres contributeurs s’opposent également à une liberté totale, refusant de la défendre pour tous ceux agitant, de près ou de loin, des idées d’extrême droite. « Faire de « La liberté d’expression » un principe essentialiste à défendre partout et pour tout le monde n’a pas de sens. D’autant plus quand les « victimes » sont de farouches adversaires et ont largement de quoi se défendre (en terme de réseaux, de relais, de moyens financiers) » (site brasiersetcerisiers, p.189, le même auteur estimant également contre-productif tout dialogue avec l’adversaire de classe). L’Opération Poulpe critique pour sa part les accointances entre le M’PEP (Mouvement politique d’émancipation populaire) et un certain Cercle Aristote, qui servirait de sas vers le groupe Troisième Voie. Autre article propice à la réflexion, « Stratégie du chaos : quand les partisans de Collon sèment le brun dans la CGT », qui met en garde contre des infiltrations au sein de la centrale syndicale, facilitées par une division des tâches résultant de la centralisation. Sur la question du social-chauvinisme, c’est Jean-Luc Mélenchon qui est la principale cible, à travers des analyses de Critique sociale et de Lutte ouvrière ; Le Monde Diplomatique est également visé, Frédéric Lordon en particulier accusé par « des prolétaires de gauche » d’avoir ouvert les vannes de l’extrême droite par un discours jugé conspirationniste et nationaliste. A contrario, la profession de foi de Camille Boudjak, d’Initiative communiste ouvrière, « Notre identité c’est l’humanité ! », bien que juste sur le fond, dans sa critique des nationalismes, n’évite pas une certaine naïveté et une vision sans doute trop idyllique de l’actuel métissage culturel mondial. On le voit, les éléments de réflexion sont nombreux, ce même si certaines critiques peuvent sembler excessives, voire extensives. (JGL)

Ni patrie ni frontières, n° 44-45, septembre 2014, « Nos tares politiques 2. Antisémitisme de gauche et antisionisme ».

Second volet d’une série qui en comprendra finalement pas moins de quatre, ce numéro double aborde un sujet hautement polémique et délicat, celui des porosités entre antisionisme et antisémitisme6, et donc de l’antisémitisme larvé pouvant imprégner les milieux de l’extrême gauche, et qui, selon Yves Coleman, est souvent mal appréhendé (les confusions ou erreurs remontant selon lui à Marx ou Kautsky). Quelques analyses historiques s’avèrent tout spécialement passionnantes. Un article effectue ainsi une synthèse d’études menées sur le SPD et le KPD face à la montée du nazisme, qui permet de voir une social-démocratie sous-estimant l’autonomie de l’antisémitisme nazi et un parti communiste se laissant parfois tenter par des accointances dangereuses avec le même antisémitisme. Un intellectuel est particulièrement intéressant dans cette optique réflexive, Moishe Postone7, dont une interview est reproduite : selon lui, comme le sionisme recouvre des courants divers, l’antisionisme prend parfois des formes clairement ou implicitement antisémites8. Autre article incontournable, « Sur les sources de l’antisémitisme de gauche, anticapitaliste et/ou anti-impérialiste », signé Yves Coleman, qui voit l’origine de l’antisionisme qui irrigue une partie de l’extrême gauche dans la mouvance stalinienne. Le long article de Pierre Sommermeyer, « Questionnements sur et autour d’un ouvrage », qui part des actes d’un colloque consacré à « Anarchistes et juifs », bien que souvent intéressant (sur la question de l’impensé du judéocide par le mouvement anarchiste), s’avère à plusieurs reprises plus discutable9.

Mais le cœur du numéro concerne des prises de position politiques plus contemporaines. On trouve en particulier un ensemble thématique sur la sphère Dieudonné10 (et les accointances de Tariq Ramadan, au moins partielles, avec ce dernier), les Luftmenschen insistant sur le refus de toute image d’opposant au « système » et de toute banalisation de ses soutiens populaires, qui selon eux sont aussi antisémites, de la même manière que les votants du Front national sont racistes… Sur les attitudes concrètes de certaines organisations, les exemples pris, qui couvrent essentiellement les quinze dernières années, concernent le plus souvent les manifestations de soutien aux Palestiniens, qu’Yves Coleman juge bien trop perméables ou tolérantes à l’égard de groupes clairement antijuifs, condamnant de manière plus générale tout soutien à des organisations islamiques sous couvert d’anti-impérialisme11. « Critique de l’anti-impérialisme et critique de l’antisionisme », du groupe Initiative communiste ouvrière12, est un bon condensé de ces critiques (parmi lesquelles celle de la campagne BDS, boycott à l’égard d’Israël13). Roborative également la réflexion anarchiste sur « Le conspirationnisme : danger et impasse d’une critique sociale », qui élargit la réflexion14. Le texte néerlandais « Dix conseils pour éviter quelques pièges antisémites et isoler les racistes », déjà publié dans Ni patrie ni frontières, aborde pour sa part la question du discours et des porosités larges avec l’antisémitisme lorsqu’il est question de la critique d’Israël (surestimant par exemple son influence dans le monde, topos classiquement antisémite), un appel au sens de la nuance qui court le risque d’être paradoxalement trop vigilant, décelant de l’antisémitisme là où il peut n’y avoir que simplification ou maladresse… Si ce numéro en particulier bouscule et interpelle, il ne peut laisser indifférent, et constitue une saine invitation à la réflexion et au débat. (JGL)

Ni patrie ni frontières, n° 46-47, octobre 2014, « Nos tares politiques 3. Increvables négationnistes ! « Ultragauches », libertaires et antisémitisme : un long aveuglement (1948-2014) ».

Ce troisième volet de « Nos tares politiques » (i.e. celles de l’extrême gauche), prend à bras le corps une question hautement polémique, celle des relations entre négationnisme et certains individus ou groupes révolutionnaires de gauche. Des milliers de lignes ont déjà été écrites sur la question, mais Yves Coleman propose ici une vaste chronologie commentée, nourrie de nombreuses citations. S’y entrecroisent les parcours éditoriaux en particulier de Serge Rassinier (cultivant très tôt des amitiés dans les milieux d’extrême droite), Robert Faurisson, Pierre Guillaume (qui dévoile au grand jour son négationnisme dans un article de Libération en 1979), Roger Garaudy (dont le tiers-mondisme dans les années 70 aurait été un des vecteurs de son basculement dans le négationnisme via une comparaison entre traite négrière et judéocide), mais également les positionnements de quelques militants « ultra-gauches », des éléments du contexte intellectuel (les progrès du relativisme dans les années 1970 et 1980, par exemple), certains événements saillants de l’histoire israélienne et les manifestations d’antisémitisme dans le camp « socialiste ».

Les « dérapages » plus ou moins prononcés, ceux de La Banquise (revue communiste de gauche qui publie 4 numéros entre 1983 et 1986) mais aussi ceux, moins fréquents, du Monde libertaire, sont épinglés par Yves Coleman tout au long de cette vaste fresque historique, véritable base à partir de laquelle il s’agira désormais de réfléchir aux analyses proposées15, sans verser dans les possibles accusations de « gauchisme », analyses qui visent un objectif clairement explicité en préalable : « Peut-être pourra-t-on un jour, après avoir effectué le ménages dans nos têtes, le faire aussi dans nos écrits et dans nos manifestations de « solidarité avec la Palestine ». Celles-ci deviendraient alors de véritables manifestations de solidarité avec les peuples du Proche-Orient et du Moyen-Orient, Israéliens inclus. Elles ne pourraient plus accueillir les partisans du Hamas, du Hezbollah et du Djihad islamique (…) Peut-être un jour, pourra-t-on se livrer à une critique de tous les nationalismes, pas simplement du nationalisme israélien (autrement dit le « sionisme » actuel), et mettre en avant les intérêts de classe communs entre les prolétaires, les exploités de tous les pays (…) » (p. 43). Certaines questions abordées mériteraient des études spécifiques (pourtant férocement antistaliniens, les trotskystes « lambertistes » n’ont a priori jamais basculé dans les raisonnements présentés ici, pour quelles raisons ?), tandis que d’autres sont sujettes à discussion. Par exemple, dans le cas de la littérature proposée par la première Vieille taupe, il nous semble que ce qui est avancé par Yves Coleman (la librairie aurait offert à la vente des revues ou livres marqués à l’extrême droite ou à la droite réactionnaire) repose sur des sources lacunaires ou peu précises. Dans ses mémoires, D’Alger à mai 68. Mes années de révolution 16, François Cerutti consacre un chapitre à sa participation, aux côtés de Pierre Guillaume, à la librairie, entre la fin 1967 et août/septembre 1972. A aucun moment il n’est fait mention de tels titres, tant dans la période où ils ne vendent presque rien (la librairie sert surtout de lieu de rencontre) que dans celle ou ils bénéficient des milliers de livres amassés par un chineur de livre. Même si il n’est pas exclu qu’il se soit trouvé dans le lot tels ou tels ouvrages d’histoire foncièrement anti-communistes (comme le premier livre de Rassinier) ou écrit par des auteurs marqués politiquement à l’extrême droite17, ce qui de toutes façon ne vaut pas nécessairement complicité, il est par contre hautement improbable que ces militants conseillistes partisans d’une révolution prolétarienne aient pu, dans ces « années rouges », vendre des revues militantes d’extrême droite (à l’époque Europe Action, Nouvelle École etc.). En tout état de cause, l’histoire de la première Vieille taupe (groupe, librairie, édition) reste à écrire, par delà mythes (intéressés ou non) et approximations.

Cette chronologie explicative est complétée par des annexes, à commencer par la reproduction du célèbre article bordiguiste (écrit en réalité par Martin Axelrad), « Auschwitz ou le grand alibi » (1960) que l’on peut également trouver sur Internet. Parmi les critiques récentes faites à son égard (une étude des différentes réceptions de ce texte depuis un demi-siècle serait à faire), celle extraite du site www.progressisme.info en 2014, intitulée « De la contradiction fallacieuse sioniste/antisioniste »18, est à la fois claire et très intéressante (p. 187 à 191). Un échange indirect entre Lutte ouvrière et le Parti communiste international au sujet du livre de Michel Dreyfus, L’Antisémitisme à gauche19, est également publié. Enfin, le texte des Luftmenschen, « A propos des racines et des excroissances du négationnisme », est également un apport utile à la réflexion20. (JGL)

[Ni patrie ni frontières, Yves Coleman, 10 rue Jean-Dolent, 75014 Paris, 10 ou 12 € le numéro, 28 € l’abonnement pour trois numéros, 54 € pour six numéros]

1Parmi eux, Yannick Bosc et Marc Bélissa, en première ligne, sont les auteurs d’une somme intitulée Robespierre. La Fabrication d’un mythe chez Ellipses, prochainement chroniquée sur notre blog.

2On reconnaît là des conceptions précédemment défendues dans des livraisons antérieures des Cahiers du mouvement ouvrier, ainsi que dans l’ouvrage collectif dirigé par Odile Dauphin, Rémy Janneau et Nicole Perron, L’enseignement de l’histoire-géographie de l’école élémentaire au lycée. Vecteur de propagande ou fondement de l’esprit critique, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_historiographie.htm#dauphin

3Jean-Pierre Stroobants, correspondant du Monde à Bruxelles explique que « son réseau Médecine pour le peuple au sein duquel officient des praticiens payés comme des ouvriers, ont rendu le PTB populaire auprès d’électeurs socialistes déçus, de syndicalistes, d’intellectuels, d’artistes et de journalistes » (Le Monde, 18-19 mai 2014).

4Voir l’entretien avec ce militant, en complément du volume 8 de Dissidences, sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/complements_vol8.htm

5« (…) être radical signifie ici retrouver un sens de la mesure, poser des limites, préférer la modération ; ceci et cela passant par une défense des valeurs traditionnelles (la famille et le travail en premier lieu), voire par des nostalgies de type « ancien régime » : toutes « qualités » qui circonscrivent un monde pré-industriel compatible avec la religion (celle-ci jouant en quelque sorte un rôle de régulateur qui préserverait des excès de tout genre). » (p. 168).

6« Se définir comme étant « antisioniste », c’est donc se définir contre le droit des juifs à habiter ensemble un lieu, en l’occurrence il s’agit d’être contre l’existence d’Israël et de ses habitants. », p. 170. Cette affirmation des Antifascistes anarchistes autonomes se heurte toutefois à l’existence préalable d’une population sur le lieu de création d’Israël et à l’hypothèse de dissolution d’Israël au sein d’une éventuelle entité binationale future.

7Sur cet auteur, lire sur notre blog le compte rendu de Florent Schoumacher sur l’ouvrage dirigé par Jonathan Martineau, sur le marxisme anglo-saxon, dans lequel il figure, sur http://dissidences.hypotheses.org/4836

8« Ceux qui considèrent que la lutte contre l’existence d’Israël est progressiste reprennent à leur compte une idée réactionnaire et lui donnent un sens opposé. », p.41.

9Ainsi, il nous semble avoir tendance à surévaluer le potentiel anarchiste et contestataire de la Torah (l’existence des Saturnales à Rome remet-elle en cause la nature d’une société profondément inégalitaire au quotidien ?), et à dater de manière bien tardive l’apparition d’un antisémitisme plus idéologique, disons plus « rationnel » en apparence (l’époque de l’affaire Dreyfus).

10On lira sur notre blog le compte rendu consacré par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque à La Galaxie Dieudonné, par Michel Briganti, André Dechot et Jean-Paul Gautier (Syllepse, 2011), sur http://dissidences.hypotheses.org/647

11Quelques extraits de la Charte du Hamas, p.117, sont exemplaires d’un antisémitisme particulièrement outrancier.

12Sur le courant communiste-ouvrier, voir l’ouvrage de Nicolas Dessaux, Résistances irakiennes, Paris, L’Echappée, 2006, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_etranger.htm#dessaux

13« (…) au nom de l’antisionisme, il existe une fraction de l’extrême gauche qui s’en prend, non pas à l’appareil d’État, au militarisme ou à la bourgeoisie d’Israël, mais à l’ensemble de la population israélienne. » (p. 158).

14« A l’extrême gauche, l’évolution générale d’une critique sociale anticapitaliste vers une critique antilibérale offre un terrain propice au développement des thèses conspirationnistes. En plaçant la finance et les banques comme ennemies principales, et en abandonnant la critique de la propriété au profit d’une simple critique de la spéculation il est aisé de remettre au goût du jour les thèses conspirationnistes. » (p. 206).

15« A mon avis, l’obsession présente chez Bardèche, Rassinier, Faurisson et Guillaume (…) n’était pas le fait d’un doute scientifique (…) mais d’une obsession antisémite et anticommuniste (…) masquée sous un vernis pacifiste, libertaire, apolitique ou ultragauche selon les cas précités. » (p. 107).

16Lire le compte rendu de cet ouvrage, par Christian Beuvain et Georges Ubbiali, sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=796

17 Il est parfois utile de connaître la prose et les idées de ses adversaires, et sur un plan historiographique, il y a des éléments à retirer de livres signés, par exemple, Jacques Benoist-Méchin (pensons à son Histoire de l’armée allemande) ou de Dominique Venner (son histoire de la guerre civile russe, Les Blancs et les Rouges, fait partie des rares études en français sur le sujet), tout en sachant bien sûr d’écrivent leurs auteurs. Car sinon, où s’arrêter ? Peut-on faire l’histoire de la Russie soviétique en excluant de facto les écrits de Stéphane Courtois, Martin Malia ou Leonard Shapiro, pour n’en citer que quelques-uns ?

19Ouvrage chroniqué par Jean-Guillaume Lanuque sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2661

20« Dans une certaine pensée d’extrême gauche, l’échec de la révolution sociale tient avant tout au fait que les prolétaires auraient été trompés par les courants réformistes et se seraient fait une illusion mortelle sur les régimes démocratiques. Dans cette pensée-là, démasquer la démocratie, montrer « son vrai visage » devient le remède magique, le déclencheur de la révolution : si les prolétaires voient que la démocratie est horrible, alors ils iront vers la solution révolutionnaire. » (p. 213).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *