Le Coin des revues – septembre/octobre 2015

Coordination : Christian Beuvain

Passage en revues : Jean-Guillaume Lanuque (JGL), Frédéric Thomas (FT).

A) REVUES SCIENTIFIQUES OU A PERSPECTIVES SCIENTIFIQUES (histoire, sociologie, science politique, philosophie, littérature, art, etc.)

a) Les communismes, trotskysmes, maoïsmes

Cahiers du mouvement ouvrier, n° 65, premier trimestre 2015, 176 pages.

Ce premier numéro de l’année 2015 inaugure donc, comme nous l’avions annoncé dans notre précédente Revue des revues, une nouvelle formule de la revue : désormais, les Cahiers du mouvement ouvrier accueillent en leur sein les anciens Cahiers du CERMTRI, sous la forme d’un dossier distinct. Pour la partie traditionnelle de la revue, qui occupe la moitié de la pagination, aucun article de fond, plutôt des éclairages ponctuels et relativement réduits. Outre un hommage à Edmund Baluka, militant polonais investi dans les luttes ouvrières des années 1970 et 1980, dont la déclaration à son procès de 1983 est largement reproduite, critiquant le pouvoir bureaucratique et sa prétention à se réclamer du socialisme, on trouve plusieurs articles liés à la Première Guerre mondiale. Un des plus intéressants est celui de Loïc Le Bars, consacré à la résistance à l’union sacrée manifestée, dans des conditions difficiles, par une bonne partie de la Fédération nationale des syndicats d’instituteurs et d’institutrices. L’évocation de Rosa Luxemburg et de la Brochure de Junius est trop succincte, tout comme l’évocation de Natalia Sedova Trotsky, à travers le discours prononcé par André Breton lors de ses obsèques au Père Lachaise. Sans oublier, outre les traditionnelles « notes de lecture », « chronique des falsifications » et autres « perles », un petit rappel biographique sur Victor Griffuelhes, secrétaire général de la CGT au début du XXe siècle, destiné à contrer le parallèle fait avec Thierry Lepaon, ainsi que la reproduction de la déclaration de l’historien Shlomo Sand aux attentats de janvier à Paris (déclaration qui néglige outrancièrement et outrageusement l’antisémitisme en actes au profit du racisme anti-musulmans).

La partie Cahier du CERMTRI est pour sa part consacrée à « L’année 1917 dans quelques pays d’Europe », plus exactement la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni, l’Italie et l’Espagne : l’optique est celle de la vague révolutionnaire dont les révolutions russes seront le climax. Chaque pays a droit à une présentation préalable du contexte, avant une sélection de divers documents. Pour la France, le panel est large, extraits de livres (Louis Bartas, Jean-Jacques Becker ou Jean-Louis Robert), de L’Humanité ou de L’Union des métaux sur les mutineries ou les grèves (dont un article très détaillé de L’Humanité du 31 mai 1917). Le Royaume-Uni est l’occasion de développements sur le mouvement des shop stewards, embryons de conseils ouvriers selon certaines analyses, dans la région de la Clyde et à Sheffield, et d’une longue présentation de la conférence unitaire du mouvement ouvrier tenu à Leeds en juin 1917 (à laquelle participèrent entre autres Bertrand Russell et Sylvia Pankhurst). L’Italie, par contre, est exclusivement représentée par des témoignages de futurs responsables communistes, dont une évocation de la révolte de Turin. Pour l’Espagne, dont la contextualisation est particulièrement développée, l’accent est surtout mis sur la grève générale de l’été 1917, avec des documents de l’Union générale du travail (UGT) et de la Confédération nationale du travail (CNT), associés pour l’occasion, ainsi que du quotidien ABC. En fait, la seule véritable fausse note de cet ensemble documentaire, c’est l’Allemagne, qui n’a droit qu’à de rares documents, souvenirs de Richard Müller, responsable syndicaliste, rapports policiers et manifeste de fondation de l’USPD. Il manque également une bibliographie détaillée et actualisée sur le sujet. (JGL)

Cahiers du mouvement ouvrier, n° 66, second trimestre 2015.

De cette seconde livraison de la formule nouvelle adoptée par les publications du CERMTRI, la partie articles vaut principalement par l’étude d’Odile Dauphin, qui s’inscrit dans un triptyque1 dont la conclusion est encore à venir. « Les révoltes dans l’empire colonial français pendant la Première Guerre mondiale » dresse en effet un tableau large et exhaustif des résistances coloniales à la mobilisation, se transformant parfois en véritables guerres, comme en Algérie, dans l’Afrique équatoriale française (AOF) ou en Nouvelle-Calédonie, avec une répression particulièrement féroce. « Ainsi, alors que la métropole s’enorgueillit, au terme d’une guerre dont la victoire a été si difficilement acquise, d’avoir su mobiliser son empire, celui-ci commence à lui échapper. (…) le travail de sape de son autorité s’organise peu à peu, dans la continuité des révoltes des années de guerre. » (p. 22). Pour le reste, les conférences de Zimmerwald (dont on fête cette année le centenaire) et de Kienthal sont évoquées de manière relativement complète, et hommage est rendu à Myriam Dechezelles, épouse de l’avocat Yves Dechezelles, décédée l’an dernier. Il convient également de signaler l’article de Jean-Jacques Marie, « Ukraine. Un mélange inextricable de mythe et de réalité », qui revient sur l’histoire de l’Ukraine (un peu trop rapidement parfois, comme sur la période soviétique, qui a pourtant vu une réelle ukrainisation jusqu’au début des années 1930) et développe l’évolution du pays depuis la chute de l’URSS, avec le poids jugé déterminant de l’UE et des États-Unis. Étrangement, parmi les notes de lecture, s’est glissée une recension déjà publiée dans le n° 65 de la revue, celle d’Anne Applebaum, Rideau de fer, l’Europe de l’est écrasée (1944-1956). La partie documentaire, celle des anciens Cahiers du CERMTRI, est consacrée au Parti communiste français de 1930 à 1934, s’inscrivant dans une lignée dédiée à la première décennie d’existence de l’organisation2. Ont été sélectionnés essentiellement des articles de L’Humanité, ainsi que quelques documents de la IIIe Internationale (dont le rapport de Ossip Piatnitski au XIIe plénum du Comité exécutif de l’IC à la fin de l’été 1932 et la lettre de Jacques Doriot appelant au front unique début 1934), mais l’approche a ceci de particulier qu’elle fait une large place à l’opposition trotskyste : extraits de La Vérité (qui, en 1931, nourrit quelques illusions sur le tournant apparent des « bouches s’ouvrent »), textes de Pierre Naville et Pierre Frank sur le 6 février 1934, et même écrits de Léon Trotsky tirés de Comment vaincre le fascisme ? et Où va la France ?. Le cœur du sujet s’en trouve par-là éloigné. (JGL)

[Cahiers du mouvement ouvrier, 28 rue des petites écuries, 75010 Paris, 9 € le numéro (+1,50 € de frais de port), 35 € l’abonnement annuel pour quatre numéros (40 € pour l’étranger)]

1La première partie, « Les troupes coloniales mobilisées en masse par la puissance coloniale pour une guerre qui n’était pas la leur », se trouve dans le n° 62 des Cahiers du mouvement ouvrier.

2Voir les numéros 137, 141, 145 et 148, tous chroniqués dans notre Revue des revues dans la Revue électronique de Dissidences.

b) Intellectuels, débats idéologiques, historiographie

Vacarme, n° 72, été 2015, 251 pages, 12 €.

Ce numéro s’interroge sur les violences, leur représentation et leur classification ; entre violences de rupture ou de poursuite (p. 24). Dans le très intéressant « Chantier », le lecteur trouvera notamment l’analyse de Jack Halberstam sur la recodification du trauma, de la victime et de la violence par le néolibéralisme : « c’est précisément en psychologisant la différence politique, en individualisant les exclusions structurelles et en vidant de sa substance le changement politique que le néolibéralisme opère » (p. 37). Dans un entretien, l’anthropologue Michel Naepels nous fait partager ses études précises, qui donnent à voir la dynamique de la vulnérabilité et de l’exposition à la violence de familles rurales en Nouvelle-Calédonie et en RDC. Gabriel Colletis revient sur l’actualité de la crise grecque en l’inscrivant sur la longue période (depuis l’indépendance), et en dégageant quelques moyens pour lutter contre cette oppression et cet asservissement. Cette partie se clôt par un article sur le recours à la torture par les États-Unis, ainsi que son traitement ambigu par le droit et les juges nord-américains, et, enfin, un retour sur l’exposition La disparition des lucioles, qui s’est tenue dans l’ancienne prison Sainte Anne d’Avignon, interrogeant la possibilité de retourner dans une exposition d’art les incommensurables de la violence d’État et « les faire se côtoyer sans se confondre ? » (p. 112).

Dans cette même partie, on remarquera tout particulièrement l’article de Denis Merklen, « Quand nos bibliothèques brûlent ». Entre 1994 et 2014, au moins 74 bibliothèques ont été incendiées en France. Et l’auteur de pointer ce paradoxe : le manque d’une parole politique sur ces événements. Il montre l’ambivalence du lieu de ces bibliothèques, à la fois « institution de l’État, de la culture légitime (…), chance pour le quartier » et intervention arbitraire de l’État, implantée d’« en haut » comme un îlot dans une situation globale d’injustice. Denis Merklen développe dès lors les réactions contradictoires des habitants de ces quartiers, remarquant la double absence de socialisation politique : absence des partis et syndicats, « et parce que les formes de mobilisation de ces quartiers ne rentrent pas dans les schémas de ces organisations » (p. 86).

Dans le « Cahier », Malika Amaouche analyse brièvement les notions d’intersectionnalité et de consubstantialité des rapports sociaux de sexe, de « race » et de classe, critiquant l’essentialisation du discours sur l’homosexualité par le Parti des Indigènes de la République (p. 164-166). On retiendra également la poursuite de l’étude d’Emmanuel Burdeau sur le « troisième âge d’or » des séries télé – depuis Six feet under jusqu’à Breaking bad, en passant par The Wire – par le biais du procédé qu’est le prégénérique.

Un article collectif appelant à une « approche matérialiste de la question raciale » et se voulant une réponse aux Indigènes de la République mérite qu’on s’y arrête. Nous mettons en doute, sans nous y attarder maintenant, le glissement que les auteures repèrent dans la trajectoire du PIR – proposant « une lecture systématiquement culturelle voire ethnicisante des phénomènes sociaux » (p. 172) ; cette lecture n’est-elle pas plutôt immanente au PIR ? L’enjeu de cet article est de « refuser les logiques de concurrence entre les racismes ; mais aussi penser islamophobie et antisémitisme dans toute leur spécificité » (p. 171). Amaouche, Kateb et Nicolas-Teboul invitent alors à « envisager la race comme une construction sociale », à développer une « critique de l’économie politique » (p. 179), et à « maintenir une lecture de classe du racisme », cherchant à « saisir l’intrication de la question de classe et de la question raciale (il n’est pas possible de penser la classe sans penser la race et vice versa) » (p. 197). Soit, des dynamiques « que le discours du PIR évacue systématiquement » (p. 179). De plus, on ne peut qu’appuyer la double affirmation que la gauche a sous-estimé largement le racisme (y compris en son sein) et que, lorsque « la lutte monte », s’opère une convergence des dimensions de la lutte.

Cet article offre donc une analyse pertinente et dessine des pistes intéressantes. Cela étant dit et sans épuiser le débat, nous voudrions pointer quelques zones d’ombre et contradictions. À notre sens, la lecture décoloniale passe à côté de ce que fut le colonialisme, par le passé, et de ce qu’est, aujourd’hui, le néocolonialisme. En faisant l’impasse sur les relations Nord-Sud, et en identifiant les Français d’origine étrangère avec les anciens colonisés, la surexploitation de la main d’œuvre et des ressources naturelles au Sud, au profit de l’Occident – et donc de tous ceux qui y vivent, indépendamment de leur couleur de peau, de leur religion et de leur protestation morale – s’efface. Par ailleurs, les auteures peuvent en effet écrire que « historiquement, les rapports de classe ont été utilisés pour invisibiliser les questions raciales et de genre » (p. 197). Encore convient-il de préciser que, longtemps, Noirs, Arabes, femmes… communistes, socialistes, anarchistes, trotskistes, etc. se sentaient et luttaient d’abord et avant tout au nom du prolétariat et/ou du nationalisme. Le risque est de réduire alors ces hommes et ces femmes à des « aliénés », et leurs luttes à une simple instrumentalisation. De plus, ne peut-on dire actuellement la même chose des rapports de genre ou de « race » ; à savoir qu’ils tendent à être utilisés pour invisibiliser les questions de classe ? Mais n’est-ce pas une tendance inhérente aux mouvements sociaux ? Nombre de luttes, à leur origine, ne mettent-elles pas en avant une seule dimension du conflit – de classe, de genre ou de « race » –, celle qui semble la plus immédiatement injuste, la plus directement opératoire, au détriment des autres, sans qu’il faille forcément parler d’instrumentalisation – ni renoncer à cette lutte d’ailleurs ? N’est-ce pas aussi largement la dynamique de la lutte qui, en s’approfondissant et en se radicalisant, entraîne une prise en compte de l’ensemble des rapports sociaux et leur convergence ? Enfin, le PIR ne fonctionne-t-il pas comme une machine à instrumentaliser les rapports sociaux de genre, de classe et même de « race », au profit d’une essentialisation de la race (sans guillemets) ?

Si la prétention du PIR a être le porte-parole (auto-proclamé) des Français noirs, arabes, musulmans, etc. semble insuffisamment remise en cause, et que, d’autre part, on évoque le « segment le plus bas » ou le « plus dominé » (p. 178), c’est, nous semble-t-il, en raison de la difficulté à penser toute médiation et subjectivation politiques. Difficulté donc à penser la lutte, qui, irrémédiablement, re-territorialise et reconfigure les identités, les frontières et les rapports sociaux. À défaut, on en vient, d’une part, à fétichiser les identités, et, d’autre part à cette position critiquée à juste titre par Odile Henry et Serge Quadruppani dans Redrum (Les impressions nouvelles, 2015) : « plus on est dominé, et plus on a ontologiquement raison ». Tout appel à croiser les segmentations de l’oppression, à se situer à l’intersection des luttes vient buter sur la non prise en compte – voire l’occultation dans le cas du PIR – des processus de médiation et de subjectivation politiques, et leur fossilisation dans le concept de « champ politique blanc » (« gauche blanche », « féminisme blanc », « antisionisme blanc », etc.), qui distribue naturellement – et une fois pour toute – les questions et les luttes selon qu’elles sont légitimes ou illégitimes (dans ce dernier cas, le féminisme, l’antisémitisme, l’homosexualité…, voire la gauche en général, sont autant de problèmes « de blanc »).

Ce numéro, riche également d’illustrations et de photos de qualité, se termine par un entretien avec le graphiste Pierre di Sciulo, qui a participé à la réalisation du monument de Notre-Dame-de-Lorette en hommage aux morts de la Première Guerre mondiale. (FT)

[Vacarme, Paris, éditions Amsterdam – www.vacarme.org ]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *