1- 1917 : Des révolutions qui viennent de loin (mi-février fin mars 2017)

a) Pour l’heure, ce premier focus se penche sur ces révolutions « qui viennent de loin », en privilégiant quelques titres ou événements, puisqu’il n’est pas question ici de lister tous les ouvrages (anciens ou récents) consacrés à ce thème. La question des causes de la révolution russe est en effet une de ces problématiques récurrentes, tant les combinaisons d’explications invoquant la longue durée ou le contexte immédiat, les failles du système politique ou les faiblesses de la base économique et sociale du pays, l’action des oppositions révolutionnaires, les fissures d’un empire multinational ou les intrigues et la décadence de la cour du dernier des Romanov peuvent donner lieu à de nombreux débats. Si l’histoire longue de la Russie peut être utilement abordée dans la somme de Michel Heller, Histoire de la Russie et de son Empire (Flammarion, coll. « Champs Histoire », 2009), les événements de la seconde moitié du XIXe siècle, à compter de l’abolition du servage (1861) et des réformes administratives partielles (1864-65) d’Alexandre II, sont le sujet de la synthèse de Gilles Boti, La Russie avant 1917 (Les Bons caractères, coll. « Éclairage », 2009). Sur l’impact déterminant de la Première Guerre mondiale, l’ouvrage récent d’Alexandre Sumpf, La Grande Guerre oubliée (Perrin, coll. « Tempus », 2017) nous semble l’étude la plus novatrice.

b) Nos comptes rendus ou analyses concernent d’autres titres ou documents. D’abord, la remarquable synthèse de Korine Amacher sur La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, dont nous republions la chronique, puisque ce petit ouvrage est un des plus récents en langue française abordant les oppositions révolutionnaires sur la longue durée. Le compléteront, au cours des mois, le premier volet de la série « Interroger les révolutions russes avec les yeux », l’analyse d’un tableau de Ilya Répine, Arrestation d’un propagandiste (1880-1892), des recensions de Jacques Baynac et Christine Fauré (évoqués précédemment) sur les socialistes-révolutionnaires et les populistes, des analyses de romans, deux consacrés aux narodniks, Le Temps de l’impatience de Iouri Trifonov (Laffont, 1974) et Une Nihiliste de Sophie Kovalevskaïa (Phébus/Libretto, 2015), le troisième portant sur la révolution de 1905, Viktor Vavitch de Boris Jitkov (Le Livre de poche, 2010). L’ouvrage Sur 1905 (Champ libre, 1974) fera également l’objet d’une chronique, puisque trop rares, là aussi, sont les études relatives à cette première révolution du peuple russe.

Dans son étude d’envergure sur la révolution, lecture incontournable, Orlando Figes débute son propos avec la dernière décennie du XIXe siècle, ce qui nous a poussé à en publier si tôt la recension. Enfin, en ce qui concerne le tsarisme, Simon Sebag Montefiore (qui a longuement écrit sur Staline), propose pour sa part un éclairage à travers la Maison Romanov, vision plus intime dont nous proposons une recension. Nous reprenons celle, parue il y a quelques mois, d’un ouvrage de Claudio Sergio Ingerflom, Le Tsar, c’est moi, sur le phénomène d’auto-désignation des tsars. Le Raspoutine d’Alexandre Sumpf, axé sur le mythe tout autant que sur le personnage, constitue la « sortie d’actualité » de ce mini dossier, exemple d’une histoire des représentations particulièrement fertile en ce qui concerne la période révolutionnaire.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque