3 – 1917 : Les guerres civiles (juin/juillet 2017, modifié en août 2017)

 

a) Après avoir abordé, dans nos précédents dossiers numériques, les prolégomènes de la révolution de 1917 et le rôle crucial du bolchevisme et de Lénine en particulier, thèmes sur lesquels nous reviendrons ultérieurement, il sera question cette fois-ci de la guerre civile. Si, en effet, elle ne fut pas une surprise pour les bolcheviques, nourris des leçons du passé – de la Révolution française et de la Commune de Paris tout spécialement – ils firent tout pour s’y préparer au mieux. Néanmoins, son ampleur, sa durée et son intensité provoquèrent une véritable sidération, à commencer chez ses acteurs eux-mêmes. Pour Alexandre Sumpf, « plutôt que d’une guerre civile, il convient de parler de guerres civiles, de conflits armés (…) intriqués, avec de terribles confrontations sociales et de non moins profondes dissensions ethniques. »1 Elle fut également la matrice des évolutions ultérieures de la Russie soviétique (domination du parti unique, militarisation de la société, exacerbation des oppositions sociales et politiques), même si l’on ne doit pas oublier le rôle pérenne de l’extrême violence quotidienne de la vie paysanne russe2 ainsi que la brutalisation née de la guerre – véritable catalyseur des révolutions russes –, les combats tout autant que la violence hiérarchique subie par les soldats au sein de leur propre armée3. Parallèlement, se manifesta durant cette période un véritable bouillonnement créatif, de la part des autorités locales comme de la part des artistes – y compris au sein de l’Armée rouge, sous la forme d’une section spéciale (PUR), qui organise séances de films, causeries, bibliothèques ambulantes, etc. afin de lutter contre l’analphabétisme de plus de 85% des soldats – ce qui empêche de privilégier un regard unilatéralement tragique ou négatif quant à cette séquence historique.


Illustration de Boris Efimov (1900-2008), pour la Pravda, reproduite dans L’Humanité du 14 mars 1923, p. 4 (source : Gallica)

b) D’autres points posent également question, comme la délimitation chronologique de cette guerre civile russe ou sa définition. Et là comme ailleurs, les sous-entendus produits soit par une certaine historiographie académique soit par quelques sphères militantes ne sont jamais bien loin. Par exemple, pour certains, la guerre civile débute avec l’accession au pouvoir des bolcheviques, considérés dès lors comme les géniteurs d’un affrontement jugé fratricide entre citoyens du même pays. Pour d’autres, elle est initiée par les opposants à la nouvelle légitimité (celle des soviets), comprenant donc d’emblée une partie de l’armée et du parti des Cadets (KD), rejointe ensuite par les socialistes-révolutionnaires (SR) et les mencheviques, alors que de nombreux militants de ces deux organisations eurent des positions beaucoup plus complexes, allant du ralliement au pouvoir soviétique (les SR de gauche ainsi que des mencheviques) à une prudente expectative. On trouve même des auteurs pour dénier tout caractère de « guerre civile » à ces combats puisqu’il ne se serait agi que de l’invasion d’armées étrangères4 … En réalité, il nous semble plus juste de lire la (ou les) guerre(s) civile(s) comme intimement liée(s) au processus révolutionnaire dans sa totalité. On peut dès lors voir dans les affrontements de février 1917 et dans les moments de tension se manifestant les mois suivants une forme de guerre civile froide ou tiède, les haines de classe – latentes et tapies dans les profondeurs de la société russe depuis longtemps – s’aggravant à compter de l’été, début d’une guerre civile chaude, qui ne cessera progressivement qu’à compter de 1921-1922, pour la majorité du territoire russe, bien qu’il faille attendre 1926 environ pour que les révoltes des rebelles musulmans basmatchis en Asie centrale soient écrasées5.

c) Pour retracer cette histoire, nous avons choisi de chroniquer un certain nombre de parutions. Tout d’abord, le vaste ouvrage d’Alexandre Jevakhoff, penchant du côté de l’anti-bolchevisme, ainsi que le nouveau livre de Jean-Jacques Marie, déjà auteur d’un titre sur le sujet6, favorable aux bolcheviques. Un livre déjà ancien (Les Blancs et les Rouges) de Dominique Venner, figure historique de l’extrême droite, le récit inégalement fiable de Giles Milton, Roulette russe, ainsi que celui de l’historienne Taline Ter Minassian, Reginald Teague-Jones, d’une autre tenue, consacrés tous deux aux agissements de renseignement, de déstabilisation et de sabotage des services secrets britanniques en Russie durant cette période, s’ajoutent comme recensions inédites7. Nous avons en outre ressorti de nos archives trois comptes rendus déjà publiés sur notre blog, ceux des livres de Thomas Chopard sur la guerre civile en Ukraine, de Vladimir Lipovetsky sur l’odyssée d’enfants ballottés dans la tourmente d’un pays embrasé, et de Marc Ferro sur la fin discutée des Romanov.

Comme pour nos précédents mini dossiers, nous mettons en vedette deux sorties récentes, intervenues dans le cadre du centenaire de 1917. Il s’agit du livre de Victor Loupan, Une Histoire secrète de la révolution russe, antithèse archétypique de l’étude scientifique nécessaire à une bonne compréhension des événements révolutionnaires, et de celui de Claude Renard, Octobre 1917 et le mouvement ouvrier belge (réédition d’un texte de 1967), à propos de l’impact de la révolution russe sur le mouvement ouvrier belge.

Deux entretiens avec des historiens, le premier avec Alexandre Sumpf, sur l’historiographie de la révolution russe, le second avec Jean-Jacques Marie8, permettant d’apporter un éclairage plus étendu sur la révolution russe, complètent l’échange déjà mené avec Eric Aunoble sur ces thèmes9. D’autres entretiens devraient suivre.

Enfin, l’analyse d’un tableau, celui d’Isaak Brodsky (1884-1939), L’Exécution des 26 commissaires de Bakou, épisode célèbre magnifié/mythifié par les bolcheviques, ainsi que le compte rendu d’un roman de 1930 d’Alexandre Serafimovitch, Le Torrent de fer (sur un moment de la guerre civile en territoire cosaque) complètent ce troisième focus.

Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

1Alexandre Sumpf, La Grande guerre oubliée. Russie, 1914-1918, Paris, Perrin, coll.  « Tempus », 2017, p. 426.

2Voir Orlando Figes, La Révolution russe, le chapitre « Icônes et cancrelats », sur la société paysanne sous le tsarisme, p. 132-178 (édition originale, Denoël).

3Alexandre Sumpf, La Grande guerre oubliée. Russie, 1914-1918, op. cit., p. 541.

4Ian Birchall, introduction à la réédition de Le Premier congrès des peuples d’Orient, Bakou 1920, Paris, La Brèche et RaDar (1ere édition 1920, puis en 1971 par François Maspero), 2016, p. 3.

5Pour l’historien britannique Jonathan D. Smele, ces guerres civiles durent dix ans, de 1916, date de la révolte des peuples musulmans contre la conscription tsariste, jusqu’en 1926, fin de la révolte anti-soviétique des Basmatchis ; Jonathan D. Smele, The « Russians » Civil Wars, 1916-1926 : Ten Years what Shock the World, Londres, Oxford University Press, 2016.

6Jean-Jacques Marie, Histoire de la guerre civile russe 1917-1922, Paris, Tallandier, collection Texto, 2015 (reprise de La Guerre civile russe, 1917-1922. Armées paysannes rouges, blanches et vertes, Paris, Autrement, collection Mémoires/Histoire, 2005).

7La guerre civile est également décrite dans des ouvrages embrassant une périodisation plus étendue, ainsi de la somme d’Orlando Figes, La Révolution russe (Denoël), précédemment chroniquée sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/8146 

8Cet entretien sera mis en ligne prochainement.