Deux ou trois choses sur la guerre d’Espagne …

1936-2016 : IL Y A 80 ANS DÉBUTAIT LA GUERRE D’ESPAGNE/RÉVOLUTION ESPAGNOLE 

 

A) Analyse de dessin de presse (Christian Beuvain)

ESPAGNE 36 3 FUZIER Le Pop 28 juillet 36 p. 1

                     Robert Fuzier, Le Populaire, 28 juillet 1936, page 1 (source : Gallica.bnf.fr)

Le 17 juillet 1936, au Maroc espagnol, l’armée sous la direction du général Francisco Franco se révolte contre le gouvernement de Front populaire élu le 20 février précédent. Ce coup d’État, dirigé par les généraux Mola, Sanjurjo, Queipo de Llano et Franco, soutenu par la bourgeoisie (propriétaires terriens, industriels, banquiers), l’Église et les partis ou organisations de droite/extrême droite (Phalange, milices carlistes/royalistes) atteint l’Espagne elle-même le 18 juillet. Malgré une résistance souvent désespérée d’ouvriers désarmés, des villes comme Séville puis Badajoz tombent aux mains des militaires rebelles, qui exercent une répression féroce, tandis qu’à Madrid, Barcelone et Valence, les organisations de gauche et d’extrême gauche, en particulier les anarchistes de la CNT (Confédération nationale du travail), arment le peuple et mettent en échec les franquistes. La guerre d’Espagne commence.

Ce dessin du journaliste et caricaturiste Robert Fuzier (1898-1982) est sa première illustration parue dans Le Populaire, le quotidien de la SFIO (Section française de l’Internationale ouvrière). Il paraît donc exactement huit jours après que ce journal ait titré « L’Espagne tient tête à la sédition » (20/07/1936, p. 1). L’Humanité, quotidien du Parti communiste français, annonce, lui, que « L’insurrection fasciste est vaincue à Barcelone, à Séville et à Mellila ». Si les quotidiens socialistes et communistes font preuve de tant d’optimisme les premiers jours – ce n’est pas toute la population qui « tient tête » et Mélilla et Séville sont déjà aux mains des forces franquistes – la raison en est simple : ils ne font que refléter les communiqués de presse d’un gouvernement républicain en plein désarroi.

Dans Le Populaire du 22 juillet 1936, en page 3, un article sur l’Espagne d’un « correspondant particulier » est signé des initiales RF. Il s’agit de Robert Fuzier, arrivé sur place la veille (le 21 donc, jour d’où il envoie son article, par téléphone, de Cerbère) ou alors le 20. En tout cas, pas avant, puisque l’on sait par un entrefilet paru dans le journal le 20 (p. 3) qu’il présidait une réunion du Front populaire à Caen, le 19, avec le journaliste communiste André Wurmser et le caricaturiste Jean Effel. Il y représentait le gouvernement de Léon Blum puisque Robert Fuzier est également, à cette époque, attaché de cabinet au sous-secrétaire d’État aux sports et loisirs, Léo Lagrange.

Robert Fuzier pénètre en Espagne avec d’autres militants socialistes, par des chemins de muletiers, jusqu’à Port-Bou. C’est là qu’il prend contact, à la mairie socialiste, avec les représentants des milices ouvrières, qui en ont fait leur quartier général. Il écrit : « Dans la ville, les milices ouvrières, fusil de chasse sur l’épaule, cartouchière à la ceinture, patrouillent. » On peut penser que c’est à ce moment qu’il crayonne le dessin paru seulement le 28 juillet. L’union fraternelle entre miliciens ouvriers et gardes civils semble étonnante, ces derniers ayant en majorité rejoint le camp franquiste. On note dans cette légende l’emploi des termes « drapeau rouge » et « barricades », qui arriment nettement la riposte antifasciste espagnole à un passé révolutionnaire et romantique, où plane encore l’ombre des insurrections du XIXe siècle.

Robert Fuzier est rejoint en Espagne par un autre correspondant, son ami Jean-Maurice Hermann, dès le 24 juillet.