Deux ou trois choses sur le Front populaire …

1936-2016 : A l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire

A) Brève analyse de deux images de presse (Le Populaire, SFIO)

fuzier-pop-1er-janvier-35

Robert Fuzier, Le Populaire, 1er janvier 1935, page 1, titre : « Espoir », légende : « Bonne année camarade ». (source : Gallica.bnf.fr)

Dans Le Populaire (quotidien de la SFIO) du 1er janvier 1935, le militant socialiste et dessinateur attitré du journal Robert Fuzier représente, en page une, l’espoir, incarné par l’union des travailleurs socialistes et communistes, pour chasser le fascisme (incarné par un membre armé des Croix-de-feu du colonel La Rocque), la guerre (la « grande faucheuse », représentation traditionnelle de la mort) sous le regard abasourdi d’un patron. On remarque la disproportion de taille des personnage, procédé classique dans la caricature, les ouvriers dominant ici largement leurs adversaires, sur fond de cheminées d’usine. Ces voeux de « bonne année », entre « camarades », expriment le souhait que le 6 février 1934 ne puisse plus se reproduire. Tous les symboles sont ici rassemblés : l’ouvrier viril, grand, musclé, la tête droite, le regard assuré, le patron et ses attributs (haut de forme, habits de soirée, embonpoint), les usines en pleine activité, la mort et sa faux, le fasciste et son pistolet, et bien sûr la faucille entre-mêlée du marteau pour le communiste, les trois flèches dirigées vers le bas, « signe » de combat conçu par Serge Tchakhotine en Allemagne pour contrer les croix gammée des nazis et adopté par les socialistes dès 1934. (Christian Beuvain)

fuzier-pop-3-mai-36

Robert Fuzier, Le Populaire, 3 mai 1936, page 1 (source : Gallica.bnf.fr)

L’espoir est bien près de se concrétiser puisque dans Le Populaire du 3 mai 1936, Robert Fuzier, à la veille du premier tour des élections législatives, envisage que cette « union des travailleurs » non seulement fera fuir les anciens gouvernants (on reconnait par exemple Pierre Laval), mais conduira également à « la paix dans le monde ». L’auteur pense sincèrement que la victoire des gauches peut modifier la situation de crise en Europe, provoquée par l’installation des dictatures en Italie, Allemagne, Hongrie etc. Le cortège populaire est composée à parts égales de socialistes, de communistes et de républicains, le bonnet phrygien au milieu du drapeau tricolore est une référence à 1789, et l’on sait que de nombreux manifestants de 1936 portaient ces bonnets. Le cortège brandit le poing, autre symbole de ces années-là, « importé », comme les trois flèches, des luttes antifascistes en Allemagne. Cette foule manifestante montre sa puissance, sa force irrésistible, au point que certains fuyards, dans leur. hâte, tombent. Ce dessin de presse est relativement connu, mais assez souvent il est coupé à la moitié, ne laissant subsister que le cortège. (Christian Beuvain)

B) Comptes rendus d’ouvrages récents (et reprise de comptes rendus de 2006, lors du 70e anniversaire)