Du djihadisme et de la confessionnalisation du politique : au fil de quelques écrits et travaux

Par Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Après les attentats de janvier 2015 contre la rédaction de Charlie Hebdo et la supérette casher porte de Vincennes (17 morts), puis la tuerie de masse de novembre 2015 dans les rues de Paris et au Bataclan (130 morts et 413 blessés), diverses analyses des événements (desquelles nous faisons abstraction des commentaires « à chaud » de spécialistes auto-proclamés omniprésents) ont été proposées dans l’espace public. Pour certaines, leur adéquation au sociologisme ambiant leur vaut adoubement médiatique. D’autres peinent à s’imposer.  Nous avons décidé, pour ce dossier, de chroniquer douze titres : ouvrages d’historiens (Pascal Ory, Pierre-Jean Luizard), de philosophes (Alain Badiou, Michel Surya), de psychanalystes (Fethi Benslama), d’essayistes et/ou d’écrivains (Alain Bertho, Jean Birnbaum, Michel Onfray, Jean-Louis Comolli), d’un romancier (Boualem Sansal), de collaborateurs de revue (Lignes) et de militants révolutionnaires (la revue Ni patrie ni frontières).

Ces ouvrages se sont imposés à nous de manière totalement subjective, au gré de rencontres avec des titres, en les feuilletant ou suite à des échanges amicaux. Pas de bilan synthétique ou définitif, donc, bien que chaque ouvrage ait été traité avec le sérieux qu’il méritait. Plutôt une première approche des thématiques et des sujets qui, cela n’a échappé à personne, traversent les organisations, les collectifs ou les revues, depuis bien avant les attentats d’ailleurs. La laïcité, la religion, l’islam, le djihadisme, les comportements religieux de plus en plus visibles, les Juifs, les positionnements dits « anti-impérialistes », les modèles conceptuels issus des Post-colonial Studies, retravaillées au prisme d’un militantisme identitaire « de gauche » (« islamophobie », « races sociales »), etc. taraudent, désarçonnent, divisent militants et/ou sympathisants des extrêmes gauches, marxistes, libertaires ou féministes. Ce dossier n’est qu’une première approche critique de ces thèmes qui prennent de plus en plus d’ampleur à mesure que s’éloignent beaucoup de fondamentaux de ces extrêmes gauches.

Pierre-Jean Luizard, Le piège Daech. L’État islamique ou le retour de l’Histoire, Paris, La Découverte, 2015, 187 pages, 13,50 €. (Christian Beuvain)

Michel Surya, Capitalisme & Djihadisme. Une guerre de religion. De la domination, 6, Paris, Lignes, 2016, 54 pages, 9 €. (Christian Beuvain)

Ni patrie ni frontières, n° 52-53, décembre 2015, « Premiers questionnements sur les causes immédiates et lointaines des massacres du 13 novembre 2015 », 299 pages, 12 €. (Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque)

Michel Onfray (avec Asma Kouar), Penser l’islam, Paris, Grasset, 2016, 180 pages, 17 €. (Jean-Guillaume Lanuque)

Alain Badiou, Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre, Paris, Fayard, collection « Ouvertures », 2016, 63 pages, 5 €. (Christian Beuvain)

Alain Bertho, Les Enfants du chaos. Essai sur le temps des martyrs, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2016, 216 pages, 13 €. (Jean-Guillaume Lanuque [avec la collaboration de Christian Beuvain])

Fethi Benslama (dir.), L’Idéal et la cruauté. Subjectivité et politique de la radicalisation, Paris, Lignes, 2015, 203 pages, 20 €. (Christian Beuvain)

Boualem Sansal, 2084. La fin du monde, Paris, Gallimard-NRF, collection « Blanche », 2015, 288 pages, 19,50 €. (Jean-Guillaume Lanuque)

Jean-Louis Comolli, Daech, le cinéma et la mort, Paris, éditions Verdier, 2016, 128 pages, 13,50 €.  (Frédéric Thomas)

Reconnaître le retour du religieux, une parole impossible à gauche ? A propos de Jean Birnbaum, Un Silence religieux. La gauche face au djihadisme, Paris, Seuil, 2016, 240 pages, 17 €. (Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque)

Pascal Ory, Ce que dit Charlie. Treize leçons d’histoire, Paris, Gallimard, collection « Le débat », 2016, 241 pages, 15,90 €. (Christian Beuvain)