18 mars 1871 : La Commune de Paris. La mémoire de l’événement par L’Humanité en 1925

Georges de Champs, L’Humanité, 18 mars 1925, page 4 (source : gallica.bnf.fr)

Le caricaturiste Georges de Champs entre au quotidien communiste en 1921, et devient un des dessinateurs attitrés, avec Grandjouan, Dukercy, Dubosc, Laforge, Aucouturier, etc. Il a « fait » la Grande guerre et en est revenu invalide à 60% des suites de ses blessures et ardent anti-militariste et pacifiste. L’Humanité, qu’elle soit l’organe de la SFIO ou du jeune Parti communiste, a le plus souvent publié des images (reproductions de gravures, tableaux, dessins originaux) pour rappeler le souvenir de ce soulèvement ouvrier. Pour ne prendre que les années après le Congrès de Tours, le quotidien publie en mars 1921 un dessin de Maximilien Luce, et en mars 1922 une oeuvre de Poulbot, précédemment parue en 1908 dans un journal dirigé par Jules Guesde, Socialisme.

Devant le Mur des Fédérés – dont la montée est rituelle depuis 1908 chez les socialistes réunifiés – sur la gauche du dessin, des prolétaires (hommes, femmes, enfants) arborent la faucille et le marteau, emblème récent (1924) du PCF. Sur la droite, un communard, reconnaissable à sa casquette de la Garde nationale et à sa blouse d’ouvrier, indique de la main le mur du capitalisme que ses camarades et lui ont tenté d’abattre. La main peut également indiquer l’avenir, ceux qui parachèveront l’oeuvre entreprise en 1871, ici bien sûr les communistes. Au centre de cette composition, un homme âgé se recueille, casquette à la main, devant une couronne mortuaire dédiée aux « aînés ». Ce personnage est dans doute Zéphyrin Camélinat, l’ancien directeur de la Monnaie de Paris sous la Commune, membre de la SFIO puis de la Section française de l’Internationale communiste (SFIC puis PCF) au Congrès de Tours. Dernier communard d’importance encore en vie, ancien trésorier de la SFIO, c’est lui qui transmet les actions de L’Humanité qu’il détenait au jeune parti (au prorata des votes du Congrès). Figure populaire chez les militants, il est parfois surnommé affectueusement « papa Camélinat ».

Ce dessin exprime le sentiment dominant chez les militants  : le Parti communiste reprend la filiation d’une tradition révolutionnaire (« nous y trouverons la trace de leurs vertus » dit la légende) en commémorant la Commune de Paris, et ce dès l’anniversaire de son déclenchement (18 mars) alors que la traditionnelle montée a lieu le 28 mai, date du dernier épisode de la « Semaine sanglante ». Un texte de Maurice Dommanget, au-dessus de ce dessin, en précise la signification historique :  » (…) la Commune parisienne et la Commune russe constituent, à un demi-siècle de distance, deux étapes décisives de la classe ouvrière sur la route de son émancipation. » L’essentiel est dit. Pour Corentin Lahu :  » En établissant une filiation directe entre l’insurrection parisienne de 1871 et la révolution d’Octobre 1917, il renouvelle en profondeur le mythe existant avant-guerre : de crépuscule, la Commune de Paris devient aurore. Elle est pour les bolcheviks annonciatrice de la Commune victorieuse russe, qui est parvenu à construire l’Etat de type nouveau qu’espérait Marx en tirant les leçons des erreurs de 1871, à commencer par l’absence d’un parti révolutionnaire pour organiser la classe ouvrière. » (C Lahu, Le Drapeau de la Commune : des barricades de Belleville au mausolée de Lénine (2), http://anrpaprika.hypotheses.org/3917 ). L’usage mémoriel communard des communistes s’inscrit durablement dans un territoire idéologique et propagandiste à visée universelle.

Christian Beuvain