Archives par étiquette : Antifascisme

Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle. Paris, Tallandier, 2016, 368 pages, 22,90 €.

 

Un compte rendu de Thierry Hohl

La période est propice à la rédaction de nombreux ouvrages sur le Front populaire, exercice auquel s’est livré Jean Vigreux poursuivant ainsi son travail sur une période qui lui est chère.

Le plan de l’ouvrage est structuré en deux temps : une première partie, convenue, retrace la vie du Front populaire de sa naissance à sa fin, la deuxième partie, plus neuve est construite autour de la thématique de la politisation et des mémoires qui s’affrontent autour du Front populaire. Le récit chronologique restitue les contextes de naissance du Front populaire autour de la crise et de l’antifascisme (chapitre 1 et 2) avant de mettre en exergue l’arrivée et l’exercice du pouvoir du Front populaire autour de Léon Blum (chapitre 3/4/5) avant de se terminer par la chute du Front populaire. A noter, une très fine analyse des résultats électoraux du scrutin de 1936 dans le chapitre 3. Dans ces parties, l’auteur travaille le Front populaire à travers l’épaisseur du tissu social, la diversité géographique et le contextualise à travers ses oppositions souvent virulentes. L’accent est souvent mis sur la manière dont le monde rural est travaillé par le politique autour de figures marquantes comme le communiste Renaud Jean ou de l’autre bord, Henri Dorgères, chef des « chemises vertes ». Ces passages permettent de voir le Front populaire hors les usines et les mouvements de grève dans une France encore majoritairement rurale. Par ailleurs, Jean Vigreux recourt à de nombreux exemples locaux, appliquant ainsi ce qu’il prescrit dans son introduction : «  A cet égard, il faut penser et analyser cette expérience originale dans des contextes emboîtés, dans une dynamique plurielle, allant du local à l’international, du village à l’usine, de la Chambre des députés à la Société des Nations ».

Dans cet ordre d’idée, les analyses sur le monde colonial envisagé dans sa diversité s’avèrent particulièrement stimulantes. L’auteur donne à lire des sociétés travaillées par les revendications du Front populaire mais également profondément rétives à toute promotion des indigènes. D’une manière plus générale, l’auteur porte une attention soutenue aux adversaires du Front populaire dans toute leur diversité, d’une droite extrême à la droite parlementaire avec une attention soutenue aux glissements des radicaux vers l’opposition dans les années 1937 et 1938.

Un autre point de méthode est à mettre en exergue, le recours à d’abondantes citations, d’origine et de sources variées, qui donnent au lecteur la possibilité de poursuivre son dialogue avec les acteurs de la période hors la médiation de l’auteur. Si celui-ci met ses connaissances du monde communiste à contribution en donnant à lire des extraits des rapports de l’Internationale communiste, il n’omet pas de donner la parole aux autres courants du Front populaire (socialiste et radicaux) ainsi qu’aux différents courants politiques hostile à l’expérience.

Dans les deux derniers chapitres, Jean Vigreux remet en perspective la période en montrant la très grande époque de politisation que furent les années 1934-1938 à travers un rappel de la croissance des effectifs politiques et syndicaux mais également la lutte des rituels et des symboles dans l’espace public. Cette diversité d’approche est également à l’œuvre dans l’abord des mémoires puisque sont mis en évidence le rapport des élites et des dominés au Front populaire et non plus seulement celui des forces politiques.

Quelques éléments prêtent à discussion à la lecture de cette ample synthèse. Le premier renvoie à la prise de position prudente de l’auteur sur la question du fascisme français. S’il n’utilise jamais l’expression, sa démonstration en fait le constat pour une partie des forces hostiles au Front populaire( p. 32). Sa connaissance profonde des mouvements « d’extrême-droite » fait que l’on aurait aimé qu’il nous fasse part de manière moins circonstancié de son point de vue sur la question en particulier à partir du cas des Chemises vertes qu’il maîtrise parfaitement. Un autre questionnement renvoie à la notion de modèle républicain dont l’auteur fait un très large usage. A titre d’exemple, le CVIA [Comité de vigilance des intellectuels antifascistes] mettrait son talent au service de la défense du modèle républicain (p. 41). On ne peut qu’être circonspect devant ce recours à une notion qui essentialise la République dans un modèle de la fin du 19e siècle quand la démonstration court tout au long de l’ouvrage de la nouveauté induite à la fois par les politisations et la manière dont le gouvernement Blum modifie le jeu institutionnel par le développement d’une pratique originale. A ce questionnement, doivent également s’ajouter deux regrets que le format de la synthèse n’a sans doute pas permis d’affiner. Le premier est finalement le peu de place laissé au pacifisme malgré quelques développements qui auraient permis de mettre en regard, avec encore plus de netteté, un espace politique antifasciste et un espace pacifiste lesquels se découplent avec de plus en plus de netteté au fur et à mesure de l’agonie du Front populaire. Le deuxième regret est le peu de retour sur la manière dont les socialistes construisent leur rapport au pouvoir, à la fois idéologiquement (rapport à l’exercice du pouvoir, à l’occupation du pouvoir) mais également le poids de l’expérience de 14-18 dans la manière dont Léon Blum occupe le poste de chef de gouvernement.

Ces remarques ne sont qu’incidentes par rapport aux apports du livre sur la connaissance que nous avons du Front populaire, la qualité des analyses sur les phénomènes de politisation. La diversité des exemples nous donnent à lire la France du Front populaire dans sa diversité sociale et géographique. Avec ce livre, Jean Vigreux marque une étape importante dans la compréhension d’une période fondatrice de l’histoire politique française tant par la qualité des lectures que par la convocation des sources citées abondamment dans le cours du texte.

Alain Jugnon (coord.), Redrum. À la lettre contre le fascisme, Bruxelles, Les Impressions nouvelles, collection « Traverses », 2015, 284 pages, 20 €.

 

Redrum - A la lettre contre le fascismeUn compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre, dont le titre reprend la formule inversée du murder (tuer en anglais) du fameux film de Stanley Kubrick, The Shining (1980) Alain Jugnon, le coordinateur, offre d’ailleurs à ce sujet, sous une forme poétique, un intéressant éclairage du film comme « naissance littéraire du fascisme » (p. 195 et suivantes) – se propose d’interroger le fascisme aujourd’hui. Et de l’interroger à partir principalement de la littérature, et en fonction de son omniprésence – le fascisme serait partout. Une quarantaine d’auteurs ont ainsi été invité à participer à ce travail, illustré de plusieurs dessins et caricatures.

Certaines des contributions reviennent sur un événement précis – la tuerie de Charlie hebdo du début janvier 2015 à Paris, les meurtres de Clément Méric et de Rémi Fraisse, l’attentat du 11 mars 2004 à Madrid (et son instrumentalisation en propagande électorale par le gouvernement de droite, qui a prétendu contre toute évidence que l’ETA en était l’auteur) –, d’autres identifient le fascisme à certains courants : le renforcement des luttes anti-avortement en Europe – « sa [l’idéologie dominante] façon d’attaquer et de pourchasser les femmes voilées tient de la même manie que celle qui consiste à habiter le ventre des femmes » (p. 46) –, l’islamisme, la mollesse générale (« il ne faut guère chercher la résurrection du fascisme dans les coups de menton de Mussolini, les bruits de bottes des SA et le salut de masse au chef bien aimé. C’est dans la mollesse générale qu’il s’épanouit, dans cet idéal que le type petit-bourgeois – par ce qu’il a de petit et de bourgeois à la fois – a, en son temps, incarné » (p. 27))… D’autres, enfin, l’étudient sous un angle spécifique, tel Pacôme Thiellement qui, dans le prolongement des analyses de Pasolini, aborde l’émission de télévision Droit de réponse du 2 janvier 1982, consacré à l’arrêt de la publication de Charlie Hebdo et dans laquelle intervient Bernard Tapie, et la création de Médiamétrie en 1985.

De manière générale, l’actualité du fascisme y est appréhendé à partir de sa banalisation – « il est devenu ordinaire » (p. 95, Didier Moulinier) – et sa dilution conséquente – « tant de choses qui auraient été perçues comme fascistes il y a trente ans apparaissent aujourd’hui comme normales ou passent inaperçues » (p. 252, Miguel Morey). Mais la force d’un tel ensemble constitue aussi ses limites. La multiplication des contributions se traduit par un éparpillement et des contractions. À dire que « le fascisme est partout », on risque ainsi de passer à côté de ses sources, points de cristallisations, et à faussement égaliser sa diffusion. Ce que cette affirmation – « le fascisme est partout » – gagne en étendue, elle le perd en précision, entraînant ci et là la confusion. D’autant plus que les retours sur l’histoire, et plus précisément sur l’entre-deux-guerres où le fascisme s’est développé, sont rares et empruntent des voies discutables ; ainsi, Alain Jugnon qui entend s’inspirer de Georges Bataille et de Paul Valéry en 1936 (p. 8)1. L’article de Jean-Luc Nancy cependant échappe à cette critique, écrivant: « Nous jugeons très mal toute cette période de l’avant-guerre. On renvoie tout sous la condamnation du fascisme, ce qui est juste, mais on ne se demande pas pourquoi il y a eu les fascistes » (p. 21). Et, dans son dialogue décalé avec Maurice Blanchot, de proposer une hypothèse intéressante: « Le mot communauté est ce qui est venu à la place laissée vide par le mot communisme » (p. 20).

Dès lors, des analyses pertinentes, comme celles d’Odile Henry et de Serge Quadruppani côtoient d’autres plus problématiques et superficielles, telle celle de Fenández-Savater. Ainsi, les premiers évoquent la « vulgate anti-bobos et anti-classes moyennes qui a tant brouillé la compréhension des mouvements sociaux au niveau mondial. Il y a cette absence d’idée selon laquelle plus on est dominé, et plus on a ontologiquement raison. En réalité, les dominés ont raison – et ont quelque chance de faire partager leurs raisons à beaucoup de monde – quand ils se révoltent contre la domination » (p. 227). Or, Fenández-Savater semble bien participer lui aussi de ce brouillage – à partir certes d’une autre position –, en parlant, à propos des manifestations qui ont suivi les attentats de Madrid en 2004, d’une nouvelle politisation, qui ne tirerait pas son sens de la dichotomie gauche/droite, fonctionnant souvent comme « un mécanisme de désactivation de ses potentialités » (p. 260), parlant d’une situation ouverte à tout le monde, et d’« une multiplicité de paroles dissonantes qui ne s’organisèrent pas non plus sous les formes traditionnelles du collectif : syndicat, parti, association de quartier ou mouvement social » (p. 258). En postulant ainsi tout à la fois « l’ouverture », le potentiel dégagé du « traditionnel » clivage gauche/droite et des manifestations de masses qui ne prendraient pas la forme d’un mouvement social – même pas celle d’un « nouveau » mouvement social –, que reste-t-il du fascisme (et de son analyse), de la politisation et de la lutte anti-fasciste?

En refermant le livre, le lecteur pourrait rester à première vue sur sa faim, déçu, regrettant la dispersion des approches, avec un arrière-goût amer … Mais en revenant en arrière, en feuilletant à nouveau ces pages, on se rend compte au contraire de la richesse de cet essai et de son principal intérêt ; celui d’une mise à l’épreuve d’un « anti-fascisme littéraire » (quatrième de couverture). En effet, nombre de contributions cherchent à réfléchir et à forger des armes anti-fascistes dans leurs écritures-mêmes. Et ce sous diverses formes : celle du dialogue chez Jean-Claude Pinson ; du conte chez Jean-Luc Moreau ; d’une métagraphie chez Sylvain Courtoux ; d’un test du zapping chez Jean-Michel Epistallier … Mais le plus souvent cet « anti-fascisme littéraire » emprunte ici la voie de la poésie : « en résistance – la poésie plutôt que la littérature, voire la poésie contre la littérature » (p. 100, Didier Moulinier). « C’est que, au moins depuis le romantisme allemand, ce qu’on appelle « poésie » est la formulation d’une question sur le sens même de l’activité d’écrire » (p. 65, Christian Prigent).

Les tentatives, recherches et expérimentations de luttes dans l’écriture interrogent la mollesse, l’impuissance et l’abandon, qui catalysent le développement du fascisme aujourd’hui. Depuis « La classe ouvrière / [qui] Refait sa vie à l’envers » (p. 146, Gérard Mordillat), jusqu’à « la copie blanche d’une vie à rendre » (p. 124, Jérôme Bertin), en passant par les travaux de nuit :

« Avant de semer il faudra déraciner, abattre

Le jour tombe au-delà des mûriers

La nuit commence à peine » (p. 57, Jean-Marie Gleize).

Et ils l’interrogent aussi à partir de l’insuffisance de la pauvreté du poème lui-même:

« Ici ou là

quelqu’un pousse la même chose vers quelque part

le même endroit où déplier des journaux

pour ne pas salir sa veste

quelqu’un fait ce quelque chose

au presque même endroit –

que je me retourne le sommeil

le voudrais possible

dans le poème pauvre qui ne dort plus » (p. 162, Emmanuel Laugier).

Cependant, la conscience et la mise à jour de la faiblesse de la poésie, de son incapacité à servir directement la lutte anti-fasciste, loin de signifier l’échec du poème, sanctionnent son positionnement, en cernant les conditions de sa puissance – toujours actuelle. D’où la méfiance des postures de l’intellectuel ou du philosophe dans un contexte médiatique, le refus de se laisser piéger par certains mots – « nomade », « jouissance »… – changeant de signe sous le néolibéralisme, ainsi que le faux dilemme de l’action ou de la parole : « Le dire, ce n’est pas seulement « tout ce qu’on peut faire », c’est ce qu’on peut faire, entre autre » (p. 145, Nathalie Quintane). Le combat, entre autre par la poésie, en situant celle-ci parmi d’autres armes privilégiées, l’aide à recouvrer sa force intacte:

« Que se lèvent les Communards de demain

la colonne Durruti

les maquisards aux yeux cerclés d’anarchie » (p. 114, Véronique Bergen).

Ces pages résonnent alors comme un appel, une sommation à une autre distribution du monde, à une autre division du travail, à une autre formule de l’écriture ; être du rêve contre l’ordre (p. 150, Gérard Mordillat), de la poésie contre la littérature (du moins, une certaine littérature), du récit contre le spectacle médiatique.

1Pour un contre-exemple et une analyse du fascisme des années 1930 au regard de l’actualité, on lira avec intérêt l’essai de deux de nos collaborateurs, Thierry Hohl et Vincent Chambarlhac, 1934-1936, Un moment anti-fasciste (2014 – voir le compte rendu sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4415 ).

Mika Etchebéhère, Ma Guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne au combat, Paris, Éditions Milena et Libertalia, 2015, 424 pages + en DVD, un documentaire de Fito Pochat et Javier Olivera. Préface de Charles Jacquier, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Jean-Paul Salles (juillet 2015)

Extirpée du tas de boue et de terre sous lequel elle avait été ensevelie à la suite du bombardement de sa tranchée sur le front de Madrid, ayant réussi à s’échapper par miracle de la cathédrale de Sigüenza où s’étaient barricadés les derniers défenseurs de la ville, Mika Etchebéhère est une miraculée, une survivante. Cette femme « comme il en existe peu », pour reprendre les mots de Julio Cortázar1, a eu la bonne idée d’écrire ses Mémoires, publiés une première fois chez Denoël en 1976, réédités chez Actes Sud en 1998, et opportunément remis à notre disposition par les éditions Milena et Libertalia, dans une version enrichie2. C’est tout d’abord un témoignage précieux, car de première main, d’une combattante qui nous rappelle que la guerre d’Espagne ne consista pas seulement en des assauts romantiques de casernes de militaires factieux. Ce fut aussi une guerre longue, de position, présentant bien des points communs avec la guerre de 1914-18. Le froid terrible, la boue, les poux furent le quotidien de Mika et de ses compagnons … l’ennui aussi. C’est d’ailleurs pour tromper cet ennui qu’elle organisera des bibliothèques ambulantes et des cours d’alphabétisation sur le front (p. 319).

Née en 1902 en Argentine, elle est mariée à Hippolyte Etchebéhère, basque né en Argentine, engagée au PC avec lui dès le début des années 1920, mais tous deux sont presqu’aussitôt exclus lors de la période de bolchevisation. Proches des Rosmer dans les années 30, ils sont un moment militants du groupe Que faire ? à Paris. Ayant assisté à Berlin, impuissants, à la montée d’Hitler vers le pouvoir, ces révolutionnaires professionnels viennent d’arriver en Espagne dans un but à la fois médical et touristique, quand débute la guerre civile. Malade de la tuberculose mais bien décidé à ne pas mourir de maladie, Hippolyte est fauché dès le mois d’août 1936 par une balle de mitrailleuse, à la tête de la colonne du POUM qu’il commande. Naturellement c’est sa compagne qui devient « capitana »3, une femme qui, selon le témoignage d’un combattant paysan d’Estrémadure, dirigera « ceux de ma terre que personne ne peut commander ». Situation singulière d’égalité des sexes qui intrigue le chef anarchiste Cipriano Mera, admiratif mais paternaliste aussi envers celle qu’il ne cessera d’appeler « la petite », ce qui lui vaut cette réflexion cinglante : « toi, avec tout ton anarchisme, pourri de préjugés comme n’importe quel mâle » (p. 375)4.

Les pages dans lesquelles Mika Etchebéhère s’interroge sur les liens étranges qui l’unissent aux combattants du POUM, étudiants et instituteurs madrilènes ou paysans estrémègnes semi-analphabètes, ne sont pas les moins intéressantes. Ayant constamment à l’esprit le bien-être de ses soldats, et jouant de la sorte le rôle d’une mère, tout aussi intouchable, elle peut leur demander beaucoup. Eux, en revanche, veillent sur elle quand elle est épuisée, malade : « Ce sont mes enfants et en même temps mon père » (sic, p. 251). Et elle ajoute : « On aura tout vu. C’est une femme qui commande la compagnie et les miliciens qui lavent les chaussettes. Pour une révolution, c’est une révolution. Toutes leurs idées sur la femme sont embrouillées » (p. 247 et 251). Mais de manière générale, bien des notations, au fil de la plume, possèdent une profondeur incitant à la réflexion : la mutation de la perception du temps en révolution, l’importance des odeurs (p. 241-242), l’infiltration des fascistes au sein du camp républicain (p. 166), le choix de l’aviation franquiste de bombarder en priorité les quartiers populaires… Et par-dessus tout, la sensibilité de Mika Etchebéhère, qui supporte mal la vision des blessures, et pleure toutes ces morts imposées par la nécessité de la guerre et de la révolution5.

Armes dérisoires – « fusils surannés, dépareillés » (p. 251) » –, bombes artisanales allumées au feu d’un cigare » (p. 198), renforts promis qui n’arrivent pas, manque d’avions … aucune difficulté ne sera épargnée au camp républicain, vu ici sous son angle madrilène plus que barcelonais, mieux connu. Et pourtant jamais, dit-elle, des combattants aussi désarmés, aussi mal équipés, n’ont été « aussi héroïques, aussi endurants que les nôtres » (p. 271), dès les premières heures du coup d’État, qui voit jusqu’aux prostituées désireuses de s’armer ! Les miliciens du POUM ont d’autant plus de mérite à tenir que très tôt le Parti communiste lance « une campagne criminelle » contre leur parti, dit-elle (p. 266), « nous traitant de fascistes, de traîtres, d’alliés de Franco » : « pour empêcher que la campagne organisée contre le POUM ne nous sape le moral nous demandons qu’on nous apporte seulement La Batalla et La Antorcha, journaux de l’organisation, et CNT, organe de la CNT ». Au fur et à mesure que passent les mois, la campagne s’intensifie : « ces calomnies sont un affront à nos combattants qui ont vu tomber tant de leurs compagnons dès les premiers jours de la guerre » (p. 302)6. C’en est fini de la fraternité des premiers jours, déplore-t-elle. Malgré l’arrestation des dirigeants du POUM, la disparition d’Andreu Nin, le procès fait au parti, les combattants du POUM continuent la lutte sur le front de Madrid, désormais intégrés dans l’armée commandée par le cénétiste Cipriano Mera. La guerre l’emporte peu à peu sur la révolution. Pour autant, cette dimension politique demeure globalement à l’arrière-plan d’un récit qui est avant tout témoignage par en bas, évocation profondément humaine de ces individus comme les autres, ayant fait le choix d’un engagement entier. La fin, abrupte, nous prive de leur sort ultérieur, tant Ma Guerre d’Espagne à moi se lit comme un roman aux personnages attachants.

Et pourtant, on comprend ce que l’écriture de ce témoignage a coûté à son auteure, en même temps qu’elle le jugeait certainement nécessaire, une façon de rendre hommage à ses camarades sacrifiés7. Le chagrin ressenti à la suite de la mort de son mari est récurrent, et avec la mort de ce combattant de quinze ans seulement, qui occupe les dernières lignes du récit, c’est une forme de cénotaphe de l’innocence qu’elle édifie. La conclusion de Mika Etchebéhère est amère : la guerre sera perdue, mais « les travailleurs espagnols auront lavé la honte de la défaite sans combat des travailleurs allemands et inscrit dans les annales des luttes ouvrières les pages les plus fulgurantes de leur histoire » (p. 317)8. Ayant réussi à quitter l’Espagne après s’être réfugiée à l’ambassade de France à Madrid, Mika Etchebéhère repart en Argentine en 1939. Elle finira sa vie dans la région parisienne en 1992, ayant revu ses chers amis, les Rosmer.

Le documentaire latino-américain joint à cette édition en format DVD, et réalisé par Fito Pochat et Javier Olivera, date de 2013. Il suit les traces de Mika et Hippolito Etchebéhère à travers la plupart des endroits évoqués dans le livre. Menés par la figure de leur neveu Arnold, nous découvrons l’Argentine de leurs années étudiantes, la Patagonie, tellement superbe qu’elle faillit devenir leur paradis, Berlin, où ils assistèrent à la défaite sans combat du mouvement ouvrier, là où Mika était persuadée d’une victoire possible de la révolution, Paris, où ils habitèrent quelques temps… Puis l’Espagne, bien sûr. Visuellement, les vues actuelles voisinent avec des photographies ou des films d’époque, sans qu’aucun d’entre eux ne nous soit présenté et explicité. Seule la masse des anonymes, de ces miliciens levant le poing et serrant leurs armes, nous cherchent du regard, sans que l’on sache où et quand ces prises ont pu être faites. Tout au long du documentaire, les commentaires du neveu Etchebéhère alternant avec le témoignage de Mika, filmé en 1973 (en français) et en 1984, ainsi qu’avec la lecture de nombreux extraits de son livre. Quelques anecdotes supplémentaires nous sont ainsi contées : l’interrogatoire d’un aviateur allemand par Mika, son arrestation après qu’un camarade ait lancé en public « Vive Trotsky ! » et sa libération grâce à Cipriano Mera, et la dernière image qu’elle a d’un Madrid sur le point d’être investie par les forces franquistes, lorsque les réfugiés quittent les quartiers riches qu’ils avaient occupés, résumé poignant du retour à l’ordre antérieur. Un DVD certes intéressant, mais qui souffre d’un manque de recherches sur les documents présentés. Contrairement à une idée hélas trop répandue, les images ne parlent pas d’elles-mêmes.

1Dans une lettre manuscrite qu’il écrivit à Mika Etchebéhère près avoir lu son manuscrit, reproduite en annexe.

2Outre le documentaire vidéo, dont il sera question ci-dessous, ont été ajoutées quelques lettres de Mika aux Rosmer, dont elle était une grande amie, datant de la période de la Seconde Guerre mondiale, plusieurs photographies, ainsi qu’une bibliographie commentée.

3Une fiction historique retrace son parcours sous ce titre : Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, et le compte rendu de cet ouvrage se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/4549

4L’estime réciproque est très forte cependant entre les deux personnages. Dans ses Mémoires Guerre, exil et prison d’un anarcho-syndicaliste (édités en 2012 par les éditions Le Coquelicot, dont un compte rendu se trouve sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/3077 ), Cipriano Mera raconte comment il arracha « la camarade Mica » (sic) aux mains des communistes qui venaient de l’arrêter comme militante du POUM, après les journées de mai 1937 à Barcelone (p. 149-150). Mika Etchebéhère, elle, n’évoque pas du tout cet épisode, son récit s’arrêtant en amont.

5« Je dois assumer entièrement cette révolution tant désirée, n’en rien renier, même pas les sinistres paseos (…) Il faut effacer l’image d’Épinal de ma révolution d’adolescente… Il le faut, il le faut… Mais pour aller dans la guérite de l’aiguilleur où sont entreposées les munitions et la dynamite qu’il faut recenser, je ne passe plus devant les curés [sur le point d’être exécutés]. » (p. 56-57).

6Ce fut le cas de Germán Vidal, responsable des JCI, organisation de jeunesse du POUM, à Barcelone, le 18 juillet 1936, celui également de Jesús Blanco, « téméraire capitaine de 21 ans » (M.E.), chef de la 1ère compagnie du POUM, tué sur le front de Madrid. Mika Etchebéhère commandait pour sa part la 2e compagnie.

7« Dans la lutte pour la Révolution la devise peut-être : Combattre c’est nécessaire, vivre n’est pas nécessaire. », p. 152.

8« (…) un excès de discipline empêcha les travailleurs allemands de déclencher le combat quand Hitler fut appelé à prendre le pouvoir. Et c’est l’indiscipline espagnole qui a gagné les premiers grands combats contre les généraux fascistes. », p. 235.

George Orwell, Une Vie en lettres. Correspondance (1903-1950) (A Life in Letters), Marseille, Agone, collection « Banc d’essais », 2014 (2010 pour l’édition originale), 674 pages, 35 €.

Une vie en lettres. Correspondance (1903-1950)

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Agone ont assuré, ces dernières années, une très belle couverture de la vie de George Orwell, livrant à la fois des textes inédits ou peu connus (les chroniques de A ma guise1 ou ses Écrits politiques2) et des études de fond sur son positionnement politique (La Politique selon Orwell de John Newsinger3). Cette fois, c’est à une sélection de sa correspondance que nous avons droit, un travail traduit de l’anglais et dû à Peter Davison, mais dont l’appareil critique en français est enrichi de nombreuses notices biographiques, permettant de faire la lumière sur les divers correspondants d’Orwell (deux-cents soixante-neuf courriers) ou de sa première épouse, Eileen (trente-quatre) : membres de la famille, amis parfois célèbres (Arthur Koestler), éditeur ou agent, voire même simple lecteur… Les deux tiers de ces lettres sont inédites en langue française, et permettent de découvrir Orwell sous un angle légèrement différent de l’habitude, de pénétrer en quelque sorte dans les coulisses de son existence.

Passons rapidement sur la toute première lettre, écrite à sa mère alors qu’il avait seulement huit ans, pour nous appesantir sur le gros de sa correspondance. On y suit d’abord Orwell au quotidien, souvent limité financièrement, mais ne recherchant pas un confort démesuré, ainsi que l’illustre son cottage de The Stores, dans la seconde moitié des années 1930, où il tint une épicerie pour payer le loyer. Un Orwell à la santé fragile, et qui doute chroniquement de la qualité de ses écrits4 (Une Histoire birmane étant une des rares et relatives exceptions), un sentiment d’infériorité qui aura tendance à s’estomper au fil du temps. Dans une lettre de 1932, on assiste également en direct à la naissance de son pseudonyme. La dimension politique est plus sensible à compter de son expérience de combattant en Espagne. Il prend constamment la défense des camarades du POUM face aux accusations des communistes5, et en tire des leçons générales sur la lutte contre le fascisme : « Après ce que j’y ai vu, j’en suis venu à la conclusion qu’il est futile d’être « antifasciste » tout en tentant de préserver le capitalisme. » (p. 127). C’est ce qui l’amène à penser que les communistes jouent clairement un rôle contre-révolutionnaire, et que même dans les pays « démocratiques », le fascisme est, à plus ou moins long terme, inévitable6. Cette vision, clairement pessimiste, se voit également par sa perception du colonialisme lors de son séjour au Maroc français en 1938, puisqu’à l’image de ce qui s’est passé pour Franco, il voit dans les masses colonisées pauvres, très éloignées du socialisme, une clientèle possible pour un nouveau fascisme, tant l’impérialisme lui semble assimilé également par les prolétariats français ou anglais. De même, plusieurs de ses courriers de l’époque font allusion à la possibilité que lui et Eileen se retrouvent en camp de concentration en Angleterre même. Orwell va jusqu’à envisager avec un de ses correspondants la préparation d’un passage à la clandestinité en cas de guerre, afin de se préparer à faire face à une inévitable fascisation du pouvoir.

Avec la Seconde Guerre mondiale, un basculement est clairement sensible. Il adopte en effet une position d’acceptation du conflit7, souhaitant la victoire du Royaume-Uni, appelant à un traitement égal des différentes classes sociales, et défendant l’armement du peuple (il intègre lui-même la Home Guard), tout en étant toujours favorable à l’indépendance de l’Inde en particulier. C’est avec La Ferme des animaux, qui tragiquement paraît quasiment au moment où Eileen décède au cours d’une opération, que ses difficultés financières sont en partie résolues. Le succès de ce « conte de fée » moderne est en effet considérable, entraînant de nombreuses traductions, y compris en ukrainien ; au passage, on apprend dans une de ses lettres que le titre envisagé initialement pour l’édition française était URSA [Grande Ourse] – Union des Républiques socialistes animales, mais qu’il fut écarté pour son caractère trop polémique. Quant à sa conception de la révolution, elle peut être résumée par cette phrase lapidaire adressée à Dwight Macdonald au sujet de la signification de La Ferme des animaux, justement : « Selon moi la morale est les révolutions ne produisent des améliorations radicales que lorsque les masses sont vigilantes et capables de virer leurs dirigeants dès que ceux-ci ont fait leur travail. » (p. 437) Sans oublier sa défense de la liberté d’expression, y compris pour un fasciste comme Oswald Mosley (dans la seconde moitié des années 1940). Cette correspondance choisie permet en tout cas de suivre l’élaboration de son œuvre, avec des projets non aboutis (un essai qui se serait intitulé Socialism and War) et un regard critique jeté par Orwell sur ses romans les moins réussis (Une Fille de pasteur, Et Vive l’aspidistra !), lucide qu’il est sur les nécessités alimentaires. La genèse de 1984 – dont le titre alternatif était Le Dernier Homme en Europe – se perçoit dès 1943. Dans une lettre à un lecteur, qui envisage l’avenir sous l’angle d’une civilisation hédoniste, Orwell lui oppose une vision franchement dystopique8. Diverses notations permettent également d’en apprendre un peu plus sur ses goûts : H.G. Wells semble ainsi l’avoir marqué adolescent avec Au Pays des aveugles (recueil de nouvelles comprenant le récit éponyme), au point d’ailleurs d’avoir envisagé d’écrire un livre sur le modèle de Une Utopie moderne.

Et puis, il y a l’homme, souvent d’une franchise désarmante, ainsi lorsqu’il tente de séduire une jeune voisine, Anne Popham, quelque temps après le décès d’Eileen, évoquant sa solitude affective et sexuelle, ses infidélités d’homme marié (révélant de la sorte une vision du couple très libre9), tout en la motivant pour une vie de couple avec son futur statut de « veuve d’un homme de lettres » (sic, p. 402). Émouvant, aussi, lorsque durant les deux dernières années de sa vie, il passe l’essentiel de son temps à l’hôpital ou en sanatorium, gardant ses distances avec son fils adoptif Richard (né en 1944), de peur de lui transmettre la tuberculose… Une publication précieuse à bien des égards, et qui pourrait être complétée par les Journaux d’Orwell, déjà publiés outre-Manche.

1 Chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/litterature%20sociale_memoires_ouvrieres.htm#orwell

2Chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/schumaines_divers.htm#orwell

4Au sujet de l’Ulysse de James Joyce, il écrit ainsi : « Quand je lis un livre comme celui-là et que je reviens ensuite à mon propre travail, j’ai l’impression d’être un eunuque qui a suivi un cours pour travailler sa voix et peut se faire passer assez facilement pour une basse ou un baryton mais, si on écoute attentivement, on peut entendre le bon vieux glapissement d’autrefois. » (p. 56).

5 Il signa également le Manifeste pour un art révolutionnaire indépendant, de Trotsky, André Breton et Diego Rivera.

6 « Si l’on collabore avec un gouvernement capitaliste-impérialiste au cours de la lutte « contre le fascisme », c’est-à-dire contre un impérialisme rival, on ne fait que laisser entrer le fascisme par une porte dérobée. » (p. 127).

7« Je connais suffisamment bien l’impérialisme britannique pour ne pas l’aimer, mais je le soutiendrais contre l’impérialisme nazi ou japonais, car c’est le moindre des maux. De même, je soutiendrais l’URSS contre l’Allemagne parce que je pense que l’URSS ne peut complètement échapper à son passé et qu’elle a conservé suffisamment d’idées originales de la Révolution pour être plus encourageante que l’Allemagne nazie. », mai 1944, p. 311.

8« (…) un État centralisé esclavagiste, dirigé par une petite clique qui est en fait la nouvelle classe dirigeante (…) Un tel État ne serait pas hédoniste, au contraire, sa dynamique proviendrait d’une sorte de nationalisme fanatique et d’un culte de la personnalité qui seraient maintenus littéralement par une guerre continue, son niveau de vie serait probablement très bas. » (p. 297). Une autre lettre à un lecteur (p. 309-310), datée de mai 1944, développe le même type de réflexions, évoquant l’équation « 2+2=5 » à titre d’hypothèse et « (…) un monde de deux ou trois superpuissances incapables de se conquérir l’une l’autre. »…

9« Savoir qui couche avec qui ne m’intéresse guère ; il me semble que ce qui compte est la fidélité dans un sens émotionnel et intellectuel. » (p. 403).

Eddy Vaccaro, Maximien Le Roy, Anne-Claire Jouvray, Espana la Vida, Paris, Casterman, 2013, 119 pages, 25 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Comme son titre et la couverture l’indiquent, le thème de cette bande dessinée est la guerre d’Espagne. L’histoire commence à Paris, en 1937, par les exécrables relations que Léo, jeune étudiant de bonne famille mais anarchiste, entretient avec sa mère. Ne se trouvant guère plus à l’aise avec sa fiancée, Louise, il décide, finalement, de rejoindre l’Espagne après la lecture d’ un document sur la colonne Durutti, que Victor Serge, venu faire une conférence à Paris, lui confie. Le voyage jusqu’en Espagne est tout sauf une partie de plaisir, en particulier pour franchir la frontière. Finalement, il parvient à rejoindre le groupe Durutti à Bulajaraloz. Il est témoin des premiers combats et de la politique antireligieuse menée par les anarchistes, présentée par les auteurs comme opposée aux aspirations des paysans. Puis, c’est le départ pour le front, et la guerre, la vraie, contre les troupes marocaines de Franco, les fameux Maures. Accidentellement blessé, tandis que sa compagnie compte plusieurs morts après de sévères affrontements, il est temporairement éloigné du front. Remis sur pied, il participe finalement à la dernière grande bataille, celle de l’Ebre, échec supplémentaire de l’armée républicaine. La décision du gouvernement républicain de faire partir les Brigades internationales et les volontaires étrangers le contraint à revenir en France, quelques semaines avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale. Léo décide alors de reprendre le chemin de l’exil, pour l’Angleterre, pour y poursuivre son combat contre les fascistes, combat qu’il avait entamé en Espagne. Si l’on peut discuter l’influence de l’appel du 18 juin du général de Gaulle sur sa décision de rendre en Angleterre, la partie du récit portant sur la guerre en Espagne est parfaitement contextualisée (la non-intervention, l’armement soviétique, la fermeture des frontières, etc.). A la fiabilité documentaire du récit s’ajoute un réel plaisir de lecture. Le dessin est soigné, le trait, le jeu sur les cadrages ou l’usage de la couleur sont parfaitement maîtrisés. Si l’on y ajoute un scénario subtil, faisant intervenir les relations de Léo à son père, on obtient une bande dessinée d’excellente facture où le plaisir des yeux rejoint celui du texte.

Jeanne Puchol, Laurent Galandon, Laurence Croix, Vivre à en mourir, Paris, Le Lombard, 2014, 96 pages, 17,95 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Sur la tristement célèbre Affiche rouge que les nazis apposent sur les murs de Paris pour dénoncer le caractère étranger de l’« armée du crime » – puisque c’est ainsi qu’ils qualifient la résistance communiste organisée par les FTP-MOI [Francs-tireurs partisans-Main d’œuvre immigrée] – Marcel Rayman figure juste au dessus, à gauche, du chef du groupe, Missak Manouchian. La photo du résistant est affublée d’une cartouche indiquant : « Rayman, juif polonais, 13 attentats ». Cette bande dessinée se propose d’évoquer la figure d’un de ces étrangers magnifié dans de fameuses Strophes pour se souvenir, celles du poème d’Aragon (1955) plus couramment appelé L’Affiche rouge, mis en musique par Léo Ferré (1959) puis Catherine Sauvage, Monique Morelli, Leni Escudero et plus récemment Bernard Lavilliers.

La famille de Pierre Rayman, d’origine polonaise, émigre en France pour fuir les conditions de vie faites aux juifs, pensant trouver dans la France le pays des droits de l’homme. Pourtant, ce sont bien les autorités dudit pays qui déportent le père à Drancy, avant la déportation et la mort à Auschwitz, sort que subissent également Anna Rayman, sa mère ainsi que Joseph, Hélène et Régine Peltin, oncle et tante de Marcel Rayman. Seul son frère, Simon Rayman, déporté à Buchenwald, survivra à la guerre. Celui-ci n’avait pas attendu le déclenchement de la guerre contre l’Union soviétique en juillet 1941 pour distribuer de la propagande antifasciste. Car ce qui anime les frères Rayman, c’est tout autant la défense de la terre des droits de l’homme et de 1789 que la lutte contre le capitalisme dans sa version nazie. Après avoir pris contact avec la résistance communiste, Marcel plonge dans la clandestinité et la lutte armée : sabotages, attentats, exécution de traîtres ou d’officiers allemands (dont le général SS Julius Ritter, le responsable du Service du travail obligatoire (STO), etc. Dans son combat, il est trahi par une amie d’enfance, qui livre la totalité du réseau à la police française. Avec ses camarades, ceux qui figurent sur l’Affiche rouge, il est torturé puis fusillé. Marcel Rayman avait vingt ans. Parmi ses 24 camarades fusillés en même temps que lui, on compte trois Français. Ils ne figureront pas sur l’Affiche, afin de renforcer l’effet propagandiste sur un « complot international judéo-bolchevique » voulu par les forces nazies d’occupation.

Très bien documentée et de bonne facture graphique cette bande dessinée s’inscrit dans la longue liste des adaptations, films (L’Affiche rouge de Frank Cassenti, 1976, où M. Rayman est interprété par Pierre Clémenti, L’Armée du crime de Robert Guédigian, 2009, Robinson Stevenin jouant M. Rayman) ou romans (dont les récents Le tombeau de Tommy, de Raymond Blottière, centré lui sur Thomas Elek et Missak, de Didier Daeninckx, tous deux de 2009) qui racontent, chacun à leur manière, cette épopée résistante et anti-fasciste, dont la mémoire et l’histoire restent (et doivent rester) vivaces.

Le marxisme : Une Weltanschauung à la conquête de l’univers ? A propos de : Éric Hobsbawm, Et le monde changea. Réflexions sur Marx et le marxisme, de 1840 à nos jours (How to Change the World), Paris, Jacqueline Chambon / Actes Sud, 2014 (édition originale 2011), 496 pages, 28 €.

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

Cet essai d’Éric Hobsbawm, décédé en 2012, est un de ses tous derniers écrits, une anthologie de divers articles, tous inédits en français, et qui s’échelonnent sur l’ensemble de la vie historienne de l’auteur. Le plus ancien remonte en effet à 1957, tandis que le plus récent date de 2010. Formant des chapitres, la plupart de ces quatorze contributions, révisées et parfois réécrites ou complétées, prennent toutefois place dans les trois dernières décennies, six d’entre elles s’intégrant dans une histoire du marxisme, parue primitivement en Italie, chez Einaudi (quatre volumes entre 1978 et 1982), partiellement traduite en français (Histoire du marxisme contemporain, chez UGE/10-18 en 1976) et en langue anglaise (un volume sous la direction de Éric Hobsbawm, The History of Marxism, Indiana University Press en 1982). Si la présente publication, éditée assez rapidement en France, n’a pas connu le sort de L’Âge des extrêmes, cela s’explique probablement par le regain d’intérêt manifesté à l’égard de Karl Marx et de son œuvre1, sensible dans le texte qui ouvre Et le monde changea, « Marx aujourd’hui », puisqu’Éric Hobsbawm y dialogue avec un Jacques Attali, en ménageant d’ailleurs un peu trop l’auteur d’une médiocre biographie de Marx. Néanmoins, ce qui est le plus notable avec ce recueil, c’est de constater que le propos s’élargit bien au-delà des seules existences de Marx et Engels, et surtout que les réflexions qu’il contient demeurent pour l’essentiel d’une grande pertinence. Bien sûr, dans « Marx aujourd’hui », Éric Hobsbawm prend en compte le changement de période historique, ouvert par la chute du mur de Berlin, ayant à cœur de dissocier Marx de ces deux héritages plus ou moins encombrants que sont le modèle de l’URSS (étatisation, planification)2 et les politiques sociales-démocrates, tout en manifestant un certain scepticisme quant au rôle que pourrait jouer le prolétariat actuel, mais ces réflexions manquent d’approfondissement. Partant, il retient surtout de Marx son analyse d’un capitalisme mondialisé et en crise.

Éric Hobsbawm prend davantage de hauteur avec ses analyses consacrées à Marx et Engels en leur temps. « Marx, Engels et le socialisme prémarxien » (1982) permet ainsi de souligner l’influence prédominante des Lumières (y compris de Jean-Jacques Rousseau) sur les deux penseurs allemands, comparativement aux utopistes et aux courants chrétiens dissidents antérieurs. En effet, grâce aux Lumières, le principe de raison devient le critère à l’aune duquel sont rejetées « toutes les vieilles idées traditionnelles » (Engels, cité p. 33). Sur le XIXe siècle, Éric Hobsbawm insiste sur la triple influence anglaise, allemande et française (l’« aile gauche » de la Révolution française et le communisme babouviste en particulier), désormais bien connue3, mais il rappelle également à juste titre les apports de Saint-Simon et de Fourier4. Un jugement nuancé, même s’il s’accompagne de la supériorité implicite de l’œuvre de Marx et Engels, replacé dans un contexte plus large, celui des années 1840 : « Il était néanmoins peut-être plus logique que la phase nouvelle du socialisme se développe non pas au centre de la société bourgeoise, mais à sa marge allemande, et au moyen d’une reconstruction de la vaste architecture spéculative de la philosophie allemande. » (p. 65, une extension de l’idée d’un « maillon faible » du capitalisme ?). Plus passionnant, plus ample également, « Marx, Engels et la politique » (1982), une approche articulée sur une périodisation des luttes révolutionnaires – mi 1840 à mi 1850, mi 1850 à 1880, 1880 à 18955. Éric Hobsbawm y insiste en effet sur l’absence de systématisation des positions des deux hommes, que ce soit sur l’évolution de l’État après la révolution, ou sur la dictature prolétarienne6, marques d’une pensée en mouvement7et germes des futurs débats de leurs successeurs8. Il manque seulement à ce tableau l’action de l’Association internationale des travailleurs, et son importance dans la vie de Marx et Engels, visiblement sous-estimée. Finalement, « Le critère principal qui distinguait (…) les marxiens de la plupart des autres socialistes, communistes et anarchistes (…) comme des mouvements syndicalistes ou coopératifs « purs », était la croyance dans le rôle essentiel de la politique, avant, pendant et après la révolution. » (p. 117). « Aventures et mésaventures des écrits de Marx et Engels », extrait de la même Histoire du marxisme anglo-saxonne de 1982, fait enfin le point sur l’édition de leurs œuvres, insistant sur deux césures majeures, 1917 et 1956 : 1917, car avant, les écrits des deux hommes n’étaient que partiellement publiés, malgré les efforts d’unification d’Engels9, tandis que la révolution d’Octobre permit un travail approfondi d’érudition et de diffusion ; 1956, car selon l’auteur, l’orthodoxie marxiste laissa place à une pluralité d’interprétations et d’analyses. Quelques textes sont plus courts, mais demeurent d’utiles synthèses. C’est surtout le cas de la préface à une nouvelle édition du Manifeste communiste en 1998, texte fondateur s’il en est. Éric Hobsbawm insiste sur son statut d’étalon quant à la différenciation entre la IIe Internationale (le SPD diffusant très peu ce document) et la IIIe (au souci de maîtrise théorique massifié plus patent) ; il insiste également sur une dichotomie récurrente tout au long du recueil, qui l’amène à opposer chez Marx la conviction – finalement erronée – d’une victoire assurée par l’hégémonie du prolétariat, de nature plutôt philosophique, et l’analyse économique – plus pertinente que jamais – de la mondialisation du capitalisme. Quant au (trop court) chapitre sur la réception10 de ces fameux et d’un abord difficile Grundrisse (Fondements de la critique de l’économie politique), qui est en fait l’introduction à une nouvelle traduction anglaise (2008, une précédente datant de 1971), il déçoit. Si sa piste de travail à propos de la disparition d’une génération d’érudits d’Europe de l’Est (Ryazanov, Rosdolsky), remplacée par des « spécialistes » beaucoup moins compétents, paraît plutôt pertinente, elle aurait gagné à un développement plus ample. D’autant plus que le silenciement11 qu’Éric Hobsbawm réserve à Roger Dangeville (non cité nommément, mais étiqueté « réformiste », p. 152), sous-estime grandement l’érudition de ce militant de l’ultra gauche française des années soixante et soixante-dix. Celui-ci est quand même le premier traducteur français des Grundrisse (Anthropos, 1967-68), même si sa glose des écrits marxiens n’est pas exempte de tout reproche12.

La seconde partie de l’ouvrage plus spécifiquement dédiée au marxisme s’ouvre par une curiosité, le plus vieux texte de ce recueil, une analyse de 1957 consacrée aux critiques victoriens de Marx après sa mort, dont le principal défaut est son caractère trop succinct. « Dr Marx et les critiques victoriens » permet à Éric Hobsbawm de montrer qu’à l’inverse de son époque de rédaction, la fin du XIXe et le début du XXe virent se succéder des critiques de Marx (et particulièrement de sa théorie de la valeur) pondérées, respectueuses, voire flatteuses (sur Marx historien), les attaques plus virulentes étant alors marginales. Deux textes, originellement élaborés en 1982 et 1995, se penchent sur la figure d’Antonio Gramsci, qu’Éric Hobsbawm considère comme « (…) le penseur le plus original produit par l’Occident depuis 1917 (…) » (p. 332-335). Il y souligne la singularité politique de son apport, la lutte politique comme guerre prolongée, ce qu’il appelle une « guerre de positions » (avec pourtant le risque d’enlisement du Parti) ou la nécessité de conquérir l’hégémonie avant même la révolution. Les efforts pour replacer l’émergence de cette praxis dans le contexte national spécifique de l’Italie en ressortent sous un jour particulièrement éclairant (p. 334). De la sorte, « Gramsci a aidé les marxistes à se libérer d’un marxisme vulgaire, et de ce fait a rendu plus difficile pour les adversaires de la gauche de dénigrer le marxisme en le présentant comme une variante d’un positivisme déterministe. » (p. 360)13. Un autre texte revient sur « Marx et le travaillisme : le siècle long » (2000). Éric Hobsbawm y dissocie fort justement socialisme et travaillisme, et revient sur le parcours de ce dernier au XXe siècle, très tôt en symbiose avec le réformisme, jusqu’à un âge d’or durant les Trente Glorieuses, avant le déclin entamé dans les années 68, parallèlement à la dislocation de la base ouvrière. Un tableau d’ensemble déjà exposé dans L’Âge des extrêmes14.

L’ensemble le plus conséquent et le plus important de cette seconde partie réside toutefois dans la vaste fresque consacrée à « L’influence du marxisme » entre 1880 et 2000. Dans le premier texte, « L’influence du marxisme (1880-1914) » (1979), Eric Hobsbawm s’intéresse à son influence large et croissante sur les intellectuels, au point que même ceux qui n’étaient pas marxistes « respiraient un air saturé par l’argumentation marxiste » (p. 208). Il oppose sur ce point les parties est et ouest de l’Europe (la Russie et la France) quant à la place respective du marxisme15, et développe également les pays où cette influence est la plus marquée, Autriche-Hongrie, Pays-Bas et Italie. « (…) cette tendance des idées marxistes et non marxistes à s’interpénétrer constitue l’une des preuves les plus puissantes de la présence du marxisme dans la vie culturelle et intellectuelle. » (p. 232), ce qui nous vaut des développements intéressants sur la philosophie, la sociologie, l’histoire économique et sociale ou les arts (« D’où l’existence, jusqu’à la fin du siècle, d’un socle commun conséquent entre les avant-gardes culturelles et les arts qu’admiraient des minorités discriminées d’un côté, et la social-démocratie de plus en plus influencée par le marxisme de l’autre. », p. 252). L’auteur diagnostique toutefois une rupture entre ces deux pôles à l’orée du siècle nouveau, liée à la moindre attraction d’un réformisme plus conformiste, et au formalisme des nouvelles avant-gardes moins clairement sympathisantes des discours de dénonciation du capitalisme16. Les hétérodoxies ne convergeaient plus, ne se recoupaient plus. Il faut attendre Octobre 17 pour retrouver de nouveau un temps (court) de convergence entre « outsiders » culturels et révolutionnaires marxistes, ce que la réaction et les nazis étiquetèrent comme bolchevisme culturel (p. 258). Autant de considérations fructueuses qui font de cette étude une des plus notables de Et le monde changea.

On peut considérer « A l’ère de l’antifascisme (1929-1945) » (1979) comme sa suite directe, en dépit d’un hiatus non comblé. Éric Hobsbawm y insiste, à l’occasion de l’audience plus large du marxisme liée au contexte fédérateur de lutte antifasciste, sur le fait que « (…) chaque pays ou zone géographique culturelle (…) adaptait le modèle international « standard » à sa manière propre, et à la lumière de ses conditions locales (…) » (p. 266). C’est bien un cercle étendu d’intellectuels17 qui se rapprocha alors du marxisme – perçu à la fois comme le seul défenseur solide de la « tradition rationaliste, positiviste, scientiste des Lumières » et du progrès, « en tant que forces de libération » (p. 290), et comme une vision totalisante du cosmos et de l’humanité, ce que l’auteur appelle son « omnicomplétude » (p. 299) – et, corrélativement, de l’URSS, perçue elle comme immunisée contre la catastrophe globale du capitalisme que le Krach de Wall Street (1929) semblait annoncer (p. 269). Dans « L’influence du marxisme (1945-1983) » (1982), Éric Hobsbawm insiste sur les éléments stimulant la remise en cause de la doxa soviétique, les évolutions du camp « socialiste », l’émergence du Tiers monde ou la radicalisation des années 60 et 70, qui vont de pair avec une difficulté d’adaptation, d’évolution de la part du mouvement communiste orthodoxe. Dans le même temps, l’accroissement du nombre d’intellectuels marxistes s’accompagne d’une multiplication et intensification des discussions théoriques. Les exemples choisis pour illustrer cette vitalité du marxisme, telles les discussions autour du mode de production asiatique, de la question nationale ou du passage du féodalisme au capitalisme, sont malheureusement trop peu nombreux, alors qu’une réactivation mémorielle de ces débats ne serait sans doute pas inutile. Enfin, « Le marxisme en récession (1983-2000) », texte inédit de 2010, s’efforce de comprendre le recul du marxisme à la fin du XXe siècle, allant au-delà de la seule explication de la chute de l’URSS et des démocraties populaires, parmi lesquelles le relativisme culturel, le postmodernisme ou le développement des préoccupations environnementales18. Le propos demeure cependant trop unilatéral, négligeant les linéaments de la survie d’un marxisme plus ou moins révisé, et de sa ré-émergence subséquente (aucune mention n’est faite des travaux d’un Daniel Bensaïd, par exemple).

Surtout, sur l’approche de la période ouverte par 1917, Eric Hobsbawm montre qu’il demeure en grande partie captif d’une vision orthodoxe et quantitative du marxisme19, dont il néglige la pluralité dynamique (courants communistes de gauche, trotskystes, etc…). Cela passe par des passages ou qualificatifs clairement dépréciatifs (« (…) les groupes marxistes étaient à cette époque insignifiants (…) », p. 316 ; « sectes » ou « ultragauches » sont également usités), des simplifications d’analyses (la « nouvelle gauche » présentée comme dénigrant unilatéralement la classe ouvrière et son rôle révolutionnaire, p. 391) et l’absence de tout un pan de l’histoire des marxismes (comment par exemple faire l’impasse sur Ernest Mandel au sujet de l’analyse des Trente Glorieuses ?). Autre élément de son temps, Eric Hobsbawm est résolument attaché à l’évolution historique réelle, au risque d’un certain fatalisme des événements20, que l’on peut voir comme une façon pour lui de justifier son engagement de longue durée au sein du Parti communiste de Grande-Bretagne (CPGB), en écartant d’emblée toute autre alternative communiste. C’est ce qui l’amène à critiquer l’histoire contrefactuelle, perçue comme symptomatique du postmodernisme.

Nonobstant, ces simplifications et oublis ne sauraient occulter le sel de ce recueil : démontrer, sur la longue durée, la centralité du marxisme. Éric Hobsbawm nous restitue les différentes périodes et l’évolution du « potentiel de pénétration » du marxisme dans le mouvement ouvrier, ainsi que la nécessité qui s’est fait jour, chez les intellectuels, « de situer leur positionnement dans leur relation » à ce corpus de pensée. A son moment de plus haute tension, le marxisme donne confiance en l’histoire à la classe ouvrière organisée, car celle-ci assimile le marxisme, considéré comme « science prolétarienne » et promesse de progrès illimité, pour en faire le noyau dur de sa conscience politique de classe. Alors, le triomphe du prolétariat, qui pourrait enfin construire sa société, apparaissait comme historiquement inévitable (p. 384). Un univers unifié et rationnellement connaissable, la croyance en la planification du développement scientifique mis « au service des aspirations humaines » (p. 311) et une URSS reconnue, y compris par un certain nombre de communistes hétérodoxes (comme les trotskystes), comme la « seule forme concluante » (p. 318) de salut, digne (malgré ses limites et ses crimes), d’être protégée de tout compromis avec l’ordre immuable du monde, tels sont les linéaments de cette omnicomplétude du marxisme et de son efficace au cours du dernier siècle. Que cette Weltanschauung apparaisse, aujourd’hui, aux yeux de beaucoup comme incompréhensible, outrancière ou aberrante, il n’en demeure pas moins qu’elle fut partagée par des millions de personnes sous presque toutes les latitudes, et que sa connaissance et sa compréhension demeurent essentielles à qui veut comprendre le XXe siècle et les mouvements révolutionnaires. Sous cet angle, ce recueil d’Éric Hobsbawm mérite toute notre attention.

1Les comptes rendus d’ouvrages consacrés au marxisme et à Marx sur ce blog peuvent déjà donner un aperçu de cet intérêt.

2Sur ce sujet, Éric Hobsbawm trace d’ailleurs un parallèle – discutable – entre les néo-libéraux et les bolcheviques : « Il s’agit d’une reductio ad absurdum, d’une réduction par l’absurde, de ce que ses idéologues avaient lu chez Adam Smith, exactement comme l’économie étatique planifiée de l’URSS – une économie dirigée à 100%, son homologue dans l’extrémisme – fut une reductio ad absurdum de ce que les bolcheviks avaient lu chez Marx. » (p. 22).

3Voir par exemple Karl Kautsky, Les Trois sources du marxisme, Spartacus, 1977, en ligne ici : https://bataillesocialiste.files.wordpress.com/2008/03/kautsky_1908.pdf . Notons que cet ouvrage était lu favorablement parmi les militants d’ultra gauche anti-léninistes des « années 68 ». L’édition de Spartacuscomporte d’ailleurs en annexe deux textes de membres de cette tendance, le premier de Pierre Guillaume et le second de Jean Barrot (Gilles Dauvé).

4« Le socialisme prémarxien est par conséquent incorporé dans l’œuvre ultérieure de Marx et Engels, mais dans une forme doublement distordue. Ils firent un usage hautement sélectif de leurs prédécesseurs, et par ailleurs leurs écrits de la maturité et des dernières années ne reflètent pas nécessairement l’impact que les socialistes des débuts eurent sur eux au cours de leur période de formation. » (p. 43).

5L’auteur en profite pour écarter l’idée d’un Engels devenu réformiste au soir de sa vie et ayant – faussement, donc – écarté toute idée de révolution violente, un Engels dont les étonnantes prévisions sur une future guerre européenne sont également rappelées.

6« Nous ne disposons d’aucun texte faisant autorité pour nous lancer dans des spéculations sur ce qu’aurait été leur attitude à l’égard des régimes post-révolutionnaires du XXe siècle, si ce n’est qu’ils auraient très certainement donné la priorité initiale la plus grande au maintien d’un pouvoir prolétarien révolutionnaire afin de le prémunir des périls d’un renversement. » (p. 80-81), remarque témoignant, sans doute, d’abord de l’engagement communiste de l’auteur.

7« Ce qui pouvait être appris de Marx, c’était sa méthode consistant à se confronter aux tâches de l’analyse et de l’action, plutôt que des leçons toutes prêtes à tirer des textes classiques. » (p. 121).

8Non sans exagération parfois, ainsi du fait de voir dans l’analyse du bonapartisme par Marx une anticipation du fascisme, p.98…

9Éric Hobsbawm commet d’ailleurs une petite erreur lorsqu’il fait de Socialisme utopique et socialisme scientifique une adaptation simplifiée de L’Origine de la famille, de la propriété privée et de l’État, alors qu’il s’agit en fait d’une sélection de chapitres de l’Antidühring (p. 159).

10En particulier « (…) la croyance que les Grundrisse ouvraient le champ à l’hétérodoxie. » (p. 152).

11Néologisme forgé par Puccinelli-Orlandi en 2001.

12La parsemant subrepticement, ici et là, de passages empruntés aux écrits d’ Amadeo Bordiga …

13Éric Hobsbawm va jusqu’à en faire un précurseur des subaltern studies (p. 362).

14Éric Hobsbawm a toutefois tendance à surestimer le choc de la crise de 2008, qu’il compare à la chute du mur de Berlin quant à sa déligitimation du néo-libéralisme, un moyen pour lui de clore ses réflexions sur une note optimiste et sur l’actualité retrouvée de Marx.

15« (…) en Occident, la première génération convertie au marxisme (…) combinait tout à fait naturellement Marx aux influences intellectuelles dominantes du temps. » « Par contraste, en Europe de l’est, (…) aucune autre explication de la transformation vers la modernité déclenchée au XIXe siècle ne pouvait rivaliser avec le marxisme (…) » (p. 209).

16« En fait, les marxistes avaient les plus grandes difficultés à envisager pour l’artiste un rôle, quel qu’il fût, sous le règne du capitalisme, si ce n’est comme propagandiste, comme symptôme sociologique ou comme « classique ». On est tenté de dire que le marxisme de la Deuxième Internationale n’élabora en réalité aucune théorie appropriée des arts (…) » (p. 259-260).

17Ainsi que de rejetons de l’élite, filles et fils de millionnaires ou de familles aristocratiques, fascinés par la promesse de rupture totale offerte par le marxisme : Jessica Mitford, Kim Philby, Anthony Blunt au Royaume-Uni, Corliss Lamont aux États-Unis, pour ne citer que ceux-ci.

18« Le marxisme était particulièrement vulnérable à ce renversement de la perspective de l’« inévitabilité historique », qui, de positive, devenait négative. » (p. 427).

19« Il n’est pas suggéré ici que les doctrines des courants dominants du marxisme bénéficient d’une véracité supérieure à celles qui se situent à sa marge ; il est seulement suggéré qu’elles ont une véracité supérieure dans leur rapport à Marx. » [souligné par nous], note p. 405.

20« La révolution soviétique de Petrograd ne s’imposa pas à Berlin, et nous pouvons maintenant voir qu’il était irréaliste de s’attendre à ce que cela soit le cas. » (p. 440). « Y avait-il une autre politique communiste de combat possible concernant la guerre civile espagnole ? Alors, comme aujourd’hui, la réponse à cette question s’impose : aucune. » (p. 322). 

Vincent Chambarlhac, Thierry Hohl, 1934-1936. Un moment antifasciste, Paris, La ville brûle, collection « Mouvement réel », 2014, 142 pages, 15 €.

Un billet de Florent Schoumacher et Frédéric Thomas

Voici un exemple d’un travail analytique de grande rigueur intellectuelle étroitement lié à un engagement politique ; la preuve également de son efficacité. Nourri de l’actualité, ce livre explore la construction de l’antifascisme à partir d’un triple « pas de côté » (p. 8). D’une part, l’étude historique constitue un détour pertinent pour mieux revenir à la situation présente. D’autre part, il s’agit « de faire parler les acteurs », de « prendre au sérieux ce qui se dit » (p. 8-9), afin de rendre à l’antifascisme sa dimension événementielle, de surprise, son caractère « pluriel et dissonant » (page 22). Enfin, le regard opère un dé-centrage en privilégiant « comme lieu d’observation les milieux socialistes, réformistes » (p. 8), et plus spécifiquement l’aile gauche du Parti socialiste-SFIO.

L’originalité de l’approche – qui n’est pas sans rappeler la conception benjaminienne du « narrateur » – est de rendre compte de l’événement, de suivre au plus près son émergence, sa cartographie (les différences et décalages entre Paris et la province), son développement bigarré (dynamique des comités comme « lieu d’énonciation de l’antifascisme tel qu’il peut s’exprimer dans la diversité » (p. 56) ; discussions autour de l’autodéfense ouvrière ; maillage du territoire politique (p. 49)…), puis sa mutation. À rebrousse-poil de l’historiographie dominante, ce livre démonte le travail, de 1934 à 1936, de reconfiguration, codification et normalisation de l’antifascisme. Les auteurs mettent dès lors en avant la primauté du champ social sur l’espace politique. Ainsi, « l’antifascisme des contemporains n’est pas identique à ce que les historiens analysent a posteriori par une lecture très fortement polarisée par le Front populaire (…). Au rebours de ces lectures, en retrouvant l’événement qu’est le 12 février [1934], l’approche par l’énoncé collectif restitue à l’émergence de ce nouvel antifascisme son épaisseur temporelle. Celle d’une surprise où le social, compris comme espace de relations des gauches, devance le politique, s’affirme intempestif » (p. 45).

Vincent Chambarlhac et Thierry Hohl1 distinguent un premier antifascisme, « pratique politique intempestive » (p. 22), marquée par le verbe et le geste, irritant les appareils politiques tant socialistes que communistes, d’un second antifascisme, traduit et structuré par le Front populaire. Le premier « disparaît comme champ d’expérience pour la majorité des organisations nationales, mais demeure pour les minorités révolutionnaires un horizon d’attente » (p. 94). Dans cette mutation, « le défilé du 14 juillet 1935 représente un moment décisif » (p. 106). Du premier au second, de la primauté de la dynamique politique institutionnelle sur l’expérimentation sociale, s’est perdu le caractère révolutionnaire de l’antifascisme, qui prévalait jusqu’en 1934. L’antifascisme se réduit alors aux proportions congrues « de la défense des libertés publiques au sein de la République et de la nation » (p. 72).

Le livre est soutenu par une thèse forte, argumentée de façon serrée. Au recentrage sur l’espace social correspond le ciblage sur l’aile gauche des socialistes. Celle-ci constituerait en effet selon les auteurs « un lieu adéquat » (p. 18) pour appréhender les transformations de l’antifascisme, en tant qu’« espace des dissidences de gauches et du dialogue avec le PCF » (p. 18) et « pôle apte à configurer, sinon des accords, à tout le moins un espace de discussion pour l’ensemble des minorités révolutionnaires dissidentes du mouvement communiste » (p. 61).

Le choix du montage documentaire, la cartographie et l’appareil critique finissent de donner à cet essai son efficacité. Tout juste, regrettera-t-on que ne soient pas plus discutée la dialectique « des deux composantes de l’antifascisme que sont la défense de la démocratie et la révolution » (p. 35), la défense des principes républicains, fusse contre le régime républicain lui-même, tant la distinction entre principes et régime demeure problématique, et le lien entre défense de la démocratie et révolution contradictoire. De même, aurait-on aimé que soit plus développé l’accusation de « blanquisme » (p. 65 et 97) envers la gauche socialiste, tant cet argument continue d’opérer aujourd’hui pour disqualifier certains courants d’ultra-gauche.

Aujourd’hui que l’appel à la rue en France est passé « de l’insurrection à la commémoration » (p. 109), voire a été réapproprié par un nouveau cycle violent de l’extrême droite2, comment recouvrer « l’image de cette foule, à la fois très décidée à une éventuelle bagarre et fort joyeuse » ayant « le sentiment d’avoir gardé la maîtrise du terrain » (p. 56-57) ? Sans pouvoir y répondre, les auteurs n’en avancent pas moins quelques pistes stratégiques en fonction de l’occupation de l’espace publique, de l’émotion et d’une pratique intempestive du politique. « L’antifascisme est alors, au revers des interprétations en manipulation, l’investissement de l’espace public, des rues et des places pour donner une visibilité à ce qui n’est pas immédiatement normé, à savoir l’émotion devant le danger, l’émotion devant l’inacceptable, fusse celui-ci dédiabolisé » (p. 128).

1Tous deux membres du comité de rédaction de Dissidences, ils ont notamment co-dirigé une Histoire documentaire du parti socialiste aux éditions universitaires dijonnaises, et Thierry Hohl est en outre l’auteur chez le même éditeur de À gauche ! La gauche socialiste de 1920 à 1947.

2« La manifestation du 6 février s’enracine dans un cycle violent – et ressenti comme tel – de l’extrême droite à Paris » (p. 23).

Peter Gingold, Jamais résignés ! Parcours d’un résistant du XXe siècle, Paris, L’Harmattan, collection « Graveurs de Mémoire », 2013, 183 pages, 23 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cette autobiographie d’un militant communiste allemand, mort en 2006, possède le souffle des grandes aventures épiques. Sauf qu’ici, tout est réel. Écrit à la demande de sa nouvelle compagne peu de temps avant sa mort, ce témoignage, préfacé par son frère (lui-même auteur des Mémoires d’un indésirable, L’Harmattan, 2004), constitue une pièce maîtresse de tout un pan méconnu de la lutte antinazie. Né en Allemagne dans une famille juive, Peter Gingold adhère au communisme à son adolescence, à la fin de la République de Weimar. C’est par le biais de son affiliation syndicale qu’il découvre, grâce au bibliothécaire de la maison des syndicats, une littérature qui emporte son adhésion. Pourtant, au départ, comme il l’évoque avec humour, c’est la mixité des adhérents qui l’attire… Commence alors pour lui un très long engagement avec le mouvement communiste, qui ne s’achève qu’avec sa mort. Les premiers pas de cet engagement l’amènent ainsi à participer à Francfort à un débat contradictoire entre les jeunesses communistes et les jeunesses hitlériennes. Expérience qui n’aura pas de lendemain tant le jeune débatteur communiste suscite le doute dans l’esprit des adolescents hitlériens. Durant l’été 1933, sa famille décide d’émigrer en France. Mais lui, convaincu de la nécessité de la poursuite du combat clandestin, décide de rester en Allemagne. Rapidement arrêté, il est relâché, bien que juif, à condition de rejoindre sa famille outre-Rhin. Le pouvoir nazi n’a encore que quelques semaines d’existence et les conditions de répression, bien que fortement accrues depuis l’incendie du Reichstag, demeurent encore assez lâches. A Paris, il rejoint sa famille, vivant dans les conditions précaires de l’immigration allemande. Employé comme commis au Pariser Tageblatt, le quotidien de l’immigration antifasciste, il fréquente le gotha de l’émigration antifasciste, Bertolt Brecht, Lion Feuchtwanger, Stephan Hermlin, Arthur London ou encore Willy Brandt. Ce dernier fera partie, avec quelques autres, de l’aventure de la formation de la FDJ (Freie Deutsche Jugend), la Jeunesse libre allemande. Au déclenchement de la guerre d’Espagne, il est volontaire pour rejoindre la brigade des combattants allemands, mais les responsables communistes refusent sa candidature, préférant bénéficier des renseignements qu’il peut fournir à partir de sa fonction au Pariser Tageblatt. S’il est surpris par le pacte germano-soviétique, l’argumentation déployée par les responsables communistes – la nécessité pour l’URSS de gagner du temps – le convainc rapidement. Avec le déclenchement de la guerre, il devient l’un des responsables du TA (Travail allemand), organisé par la MOI en direction des troupes d’occupation. Rédaction de tracts, contacts avec des soldats, éditions de journaux pour les soldats, son activité totalement clandestine dure jusqu’au 4 janvier 1943. Sa famille subit la répression, un de ses frères se fait arrêter à sa place, ainsi que sa sœur. L’un et l’autre disparaîtront à Auschwitz. Sa propre femme et ses deux enfants sont également menacés. Il doit accompagner ses enfants à l’adresse que lui fournit la résistance, mais il est arrêté, conséquence de la trahison d’un prétendu déserteur alsacien. En fait, il parvient à échapper au suivi policier, mais retourne chercher les documents qu’il avait laissés dans sa chambre, ne respectant pas les strictes consignes de sécurité et tombe dans une souricière à Dijon. Il est remis à la Gestapo, puis à la SS, pour interrogatoire approfondi (tortures). Par un extraordinaire subterfuge, auquel seuls les films de fiction nous avaient habitués, il parvient à échapper aux mains de ses geôliers le 23 avril 1943. Il poursuit alors son action au sein de la résistance jusqu’au soulèvement de Paris. Le lecteur apprendra, sans doute avec étonnement, que les responsables du TA avaient noué des contacts avec des responsables de l’État-major allemand de Paris, lesquels seront brisés par l’attentat contre Hitler, qui décapite toute opposition au sein de la direction militaire. L’organe politique de la résistance allemande en France, le CALPO1 (Comité Allemagne libre pour l’Ouest), le missionne pour poursuivre le travail de démoralisation des troupes allemandes qui continuent le combat. Mais cette mission tourne rapidement court, les troupes américaines n’envisageant pas ce type de d’action. Il est arrêté et emprisonné avec des prisonniers de l’armée allemande. Finalement libéré, il est envoyé en Italie pour poursuivre ce travail du côté de la Wehrmacht qui a remplacé le gouvernement mussolinien failli. Mais la vitesse de l’évolution du recul allemand ne lui permet pas de remplir correctement sa mission. Une fois la défaite consommée, sur ordre de la direction communiste, il part en Allemagne, après un long transit par Vienne. Il débarque à Berlin, mais dans cette ville coupée en quatre secteurs, il refuse de demeurer dans la partie soviétique, sa famille ayant de nouveau immigré en sens inverse, mais dans la partie ouest de l’Allemagne. C’est dans sa ville de Francfort qu’il poursuit son activité communiste, participant notamment à la fondation de la VVN, l’Association des victimes du nazisme. Il s’agit pour lui de rappeler, dans les prémices de la guerre froide qui va submerger son pays, qu’il existait une résistance interne, composée majoritairement de communistes pour l’immense majorité de ses membres, de sociaux-démocrates pour une petite partie et d’une infime minorité bourgeoise. En 1956, le KPD est interdit et il connaît de nouveau durant quelques mois une existence clandestine. Pour d’obscures raisons de procédure, sa nationalité allemande, ainsi que celle de ses enfants, lui est retirée. Toute sa famille devient apatride. Il faudra une intense compagne politique pour que tous puissent récupérer leur nationalité. Mais les tracasseries contre lui et ses proches ne s’arrêtent pas là puisqu’une de ses filles subit les interdictions professionnelles (les Berufsverbote), qui seront surmontées là encore grâce à une intense mobilisation internationale. Avec sa femme Ettie, il est du très important combat contre l’implantation des Pershing sur le sol allemand au début des années 1980. La chute du système soviétique n’entame en rien sa détermination politique et son allégeance au système stalinien. On ne trouve quasiment aucune critique2 à l’encontre du modèle de la RDA. Les dernières années de sa vie sont consacrées au combat pour la mémoire, l’amenant à parcourir les écoles et multiplier les interventions. L’ultime chapitre est d’ailleurs constitué des questions et réponses les plus fréquentes que les adolescents lui posaient lors de ses interventions. A la question « Comment peut-on encore être communiste ? », il répondait avec l’argument assez traditionnel dans les milieux de l’ex-RDA que si l’URSS n’avait pas écrasé la Wehrmacht, aucun juif n’aurait été sauvé de la destruction. Si le lecteur n’est pas obligé de suivre Peter Gingold dans ses ultimes argumentations en faveur du « socialisme réellement existant », il n’en reste pas moins que ce témoignage constitue une formidable leçon sur un pan d’une histoire trop peu connue, celle de ces Allemands qui ont combattu, au coude à coude avec d’autres nationalités, au sein de la résistance française, au nom de principes auxquels ils sont demeurés fidèles, ceux de l’internationalisme et de la haine du fascisme. Ces mémoires constituent de ce point de vue une salutaire lecture.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Comit%C3%A9_Allemagne_libre_pour_l%E2%80%99Ouest

2Lire notamment p. 140 et suivantes.