Archives par étiquette : Bolchevisme

Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la participation amicale de Christian Beuvain)

C’est un ouvrage impressionnant par sa taille et son ampleur que l’universitaire britannique Orlando Figes a produit, une sorte de cénotaphe pour l’expérience soviétique qui a marqué le court XXe siècle. L’idée centrale de sa fresque, c’est la situation vécue par la population de l’empire russe, la « tragique destinée » (p. 139) d’un peuple divisé entre villes et campagnes irréductibles l’une à l’autre, un peuple si longtemps soumis qu’il est incapable de prendre ses propres destinées en mains1. A partir de leur correspondance (le plus souvent), Orlando Figes met en avant dans son récit des personnages. Parmi les plus importants, le prince Lvov, Maxime Gorki, Broussilov, le paysan moderniste Semonov ou le militant bolchevik Kanatchikov.

La première grande partie vise l’état des lieux de la Russie d’avant la révolution. On y retrouve un souverain manquant d’autorité personnelle mais attaché à l’autocratie traditionnelle, qui s’appuie sur une bureaucratie sclérosée et dont le règne s’inscrit dans la réaction autocratique initiée par son père, Alexandre III ; un constat qui amène Orlando Figes à rejeter l’idée d’une modernisation politique que la révolution aurait interrompu. Le pays profond, quant à lui, est profondément archaïque, soumis à un contrôle étatique étonnamment lâche. La noblesse y apparaît divisée, entre une couche rurale désargentée, qui regrette la fin du servage, et une noblesse plus industrieuse, dont le prince Lvov est un exemple, désireuse de changements à partir de l’institution des zemstvos2. Cette division se retrouve également au sein de l’Église orthodoxe, affaiblie du fait de l’urbanisation et des progrès de la sécularisation qui en résultent, et au sein de l’armée, techniquement dépassée, sous financée, avec certains officiers tel Broussilov qui s’opposent à la majorité conservatrice de l’encadrement. Si l’on y ajoute l’agitation nationaliste, fouettée par la politique de russification, et l’opposition de l’intelligentsia3, on a là autant de fissures dans l’empire russe qui le rendent sensible à tout séisme révolutionnaire. De cet état des lieux, une des parties les plus intéressantes concerne la paysannerie. Là aussi, les germes de division sont bien réels, entre des jeunes plus modernisés, souvent alphabétisés, et des anciens qui s’opposent aux évolutions techniques, entre régions plus riches, futurs appuis de la contre-révolution, et zones plus pauvres. Une partie de cette population paysanne connaît d’ailleurs l’exode rural, nécessaire pour alimenter les industries urbaines4. Ce monde rural est profondément marqué par une violence chronique5 et un « anarchisme instinctif » (p. 153-154), rêve d’une autonomie collective autour de l’obchtchina6, qui allait permettre un temps la convergence avec la révolution bolchevique.

Si le récit proprement dit débute par la famine de 1891, c’est parce qu’il s’agit, selon Orlando Figes, d’un tournant majeur : l’État tsariste en sort discrédité, tandis qu’une société civile réelle émerge (il y voit même la prise de conscience de la Russie comme nation, ce qui semble quelque peu excessif). 1905, dans cette optique, rejoue en plus accentuée la même partition, l’État refusant de jouer le jeu libéral pour privilégier une répression violente ; lacune regrettable, l’auteur ne dit rien de la révolution hors de la Russie proprement dite, ainsi au Caucase. Ce qui ressort surtout de cet épisode révolutionnaire, c’est le divorce entre le peuple et les élites, la révolution sociale et la révolution strictement politique. La séquence qui suit, 1905-1917, serait marquée par l’opposition entre forces monarchistes et forces parlementaires, une dichotomie qui nous semble discutable, dans la mesure où les secondes demeurèrent tout du long soumises aux premières (d’autant que la Douma n’était que la Chambre basse, la chambre haute, l’ancien Conseil d’État, étant pour sa part totalement conservatrice). Elle est surtout marquée par la réforme agraire de Stolypine, qu’Orlando Figes compare à Gorbatchev : proposée trop tardivement, elle se heurte à la résistance de la bureaucratie et entraîne des effets contrastés (certains paysans, comme Semenov, s’enrichissent, tandis que d’autres voient leur situation se détériorer). Face au déclenchement de la Première Guerre mondiale, la Russie est clairement incapable de faire face à un conflit long. Son armée manque de matériel, de transports efficaces, de soins, et les soldats mobilisés après les premiers mois sont trop peu formés et trop peu sensibles aux motivations nationalistes. Si l’on ajoute à cela une haine montante entre les millions de soldats du rang et une caste très arrogante d’officiers – nombre de sous-officiers étant du reste issus de la paysannerie – les éléments de la dislocation de l’appareil militaire sont en place dès 1915.

Le récit de la révolution de février 1917 insiste sur la violence qui s’est alors exprimée, contre la police, ou celle des criminels libérés de prison, tout en la comprenant voire en la justifiant, car issue du peuple. Les masses nourrissent d’ailleurs la peur des dirigeants de la Douma et même des soviets ; il faut dire que le gouvernement provisoire qui se met en place vise l’aboutissement de la révolution politique, et non sociale, une tâche vouée à l’échec, selon l’auteur : « Si 1917 a prouvé quoi que ce soit, c’est que la société russe n’était ni assez forte ni assez soudée pour soutenir une révolution démocratique. » (p. 458), le pays se retrouvant « balkanisé » ; l’idée phare du double pouvoir est ici remplacé par une multitude de pouvoirs autonomes. L’offensive militaire du début de l’été, voulue à la fois par les dirigeants de l’armée, du gouvernement et du soviet de Petrograd, devait servir à ramener l’ordre dans l’armée et à négocier en situation avantageuse une éventuelle sortie de la guerre. Face à son échec, les émeutes de juillet 1917 sont pour l’auteur marqués par l’indécision : celle des bolcheviques, mais également celle des leaders du soviet de la capitale, coupables à ses yeux de défendre les bolcheviques et de ne pas oser prendre le pouvoir. Dès lors, le terrain est libre pour une radicalisation et une polarisation accrue des forces. Kornilov, qui souhaite un gouvernement provisoire plus autoritaire, coagule autour de lui une nébuleuse contre-révolutionnaire croissante, encouragée par les progrès du chaos social. La prise de pouvoir par les bolcheviques conduit Orlando Figes à laisser libre cours à son hostilité à leur égard, parfois classique (les « fanatiques léninistes », p. 634), parfois gratuite (les sarcasmes sur la relation entre Dybenko et Kollontaï).

C’est alors un raisonnement téléologique qui domine son analyse, la dictature du parti unique étant comme inscrite, inhérente au bolchevisme ; les données contradictoires à cette vision sont ignorées, et la contextualisation est bien trop limitée7. Là où Orlando Figes touche plus juste, c’est lorsqu’il explique que les soldats et les paysans se révélèrent plus attachés à leurs soviets qu’à la Constituante. De même, sur la terreur rouge, il perçoit bien, comme l’avait d’ailleurs déjà argumenté Marc Ferro, que « La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent. Les grandes institutions de la Terreur furent toutes des réponses, au moins en partie, à ces pressions de la base. » (p. 650-651). Il reconnaît également, en insistant sur le modèle de la Commune de Paris (très présent dans les esprits bolcheviques), que le communisme de guerre fut une réponse improvisée, pragmatique, à une situation possiblement désastreuse pour eux. Dans la victoire finale des bolcheviques, Orlando Figes insiste sur le soutien des paysans, encore plus effrayés par le retour des propriétaires terriens que par l’Armée rouge. Il relève également les pertes importantes au combat des éléments les plus motivés du parti, favorisant « (…) les égoïstes et les corrompus (…) » (p. 733), mais plus généralement permettant l’ascension sociale de nombreux fils de paysans, autant de membres d’une bureaucratie plébéienne en devenir ; Orlando Figes insiste d’ailleurs sur la plus grande docilité de ces membres récents du parti, en raison de leur éducation limitée. Autre élément utile pour lire l’évolution du bolchevisme au pouvoir, l’existence d’un « bolchevisme national », autrement dit des individus politiquement éloignés des idées socialistes, mais qui se rallièrent par patriotisme et par conviction que le nouveau régime allait restaurer la grandeur russe en abandonnant ses oripeaux principiels (« En un sens, le bolchevisme national fut le véritable vainqueur de la guerre civile. », p. 860).

Orlando Figes, comme tous les chercheurs ayant travaillé sur ce sujet, ne parvient pas à être totalement objectif, même si son exposé est riche en données factuelles précieuses et en réflexions pertinentes8. Il semble ne pas réellement comprendre les idées révolutionnaires des bolcheviques9, dresse un portrait plutôt antipathique de Lénine10 en chef absolu pratiquement maladif (p. 495), jaloux du pouvoir exclusif de son parti et qui considère tout espoir et même toute volonté de révolution mondiale forclos à compter du traité de Brest-Litovsk (p. 681). Clairement, il considère la volonté de bouleversement radical des bolcheviques comme chimérique11, et l’on sent que sa préférence va aux idées modérées, celles des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques (bien qu’il regrette la faiblesse de leurs directions respectives), rêve d’une coalition socialiste (impossible) et d’un système mixte, en 1917, qui aurait combiné soviets et institutions traditionnelles (zemstvos, Constituante…) en satisfaisant les revendications des paysans. Sa conclusion l’amène plus directement à accorder son soutien au modèle démocratique libéral actuel, tout en faisant du « nationalisme autoritaire » (p. 1010) l’héritier du bolchevisme (jusque que dans la xénophobie !), sans que l’on ne sache avec précision à qui il pense…

In fine, ce qui fait la force de l’ouvrage de Figes, c’est son sens du récit, son tableau très vivant des réalités sociales et son appréhension large de la période. D’une certaine manière, il donne l’impression de tenter la synthèse des écoles totalitaire et révisionniste : emprunter aux premiers la perception du bolchevisme, aux seconds celle des dynamiques sociales.

1« Des siècles de servage et de soumission ne l’avaient pas préparé à se mesurer à ses maîtres politiques, et c’est bien là que réside la tragédie du peuple russe dans son ensemble. » (p. 542). « La tragédie de la révolution russe fut celle d’un peuple politiquement trop faible pour en déterminer l’issue. » (p. 725).

2Les zemstvos sont des assemblées locales, créées en 1864 par le tsar Alexandre II dans le cadre des réformes administratives, après l’abolition du servage (1861). Ils doivent gérer la vie économique régionale, mais aussi l’éducation, par exemple.

3Sur cette dernière, Orlando Figes propose une clef de lecture discutable, car trop englobante : il la voit marquée par une « quête d’absolus » (p. 185), une tendance au manichéisme liée à l’opposition du pouvoir auquel elle se heurte, ce qui le conduit à voir en elle un des germes du « totalitarisme » futur (« (…) il y avait de nombreux points communs entre Lénine et Tolstoï. », idem).

4Une partie des militants bolcheviques était issue de cette couche sociale d’ouvriers récents. « La méfiance, voire le mépris qu’ils devaient montrer envers la paysannerie, une fois au pouvoir, peut s’expliquer par cette réalité sociale. Car ils associaient le lugubre monde paysan à leur malheur passé, tandis que la nécessité d’abolir ce monde était un élan vital de leur identité personnelle et de classe naissante, comme de leur engagement révolutionnaire. » (p. 164).

5« La violence et la cruauté que l’ancien régime infligeait au paysan se transformèrent en une violence paysanne qui, non seulement défigurait la vie quotidienne du village, mais se retourna également contre le régime dans la terrible violence de la révolution. » (p. 148).

6Nom en russe de la commune paysanne (appelée aussi mir), en qui beaucoup de socialistes de la fin du XIXe siècle (comme Alexandre Herzen ou les narodniks) voyaient la preuve de la nature socialiste du paysan russe. La fonction et les usages de cette commune furent discutés et débattus par Marx et Engels.

7Le blocus mené par les puissances occidentales est littéralement absent de la réflexion. La Tcheka n’est présentée que dans son rôle répressif, les exécutions ne constituant pourtant pas sa seule activité…

8« Dans une crise révolutionnaire, ce sont les perceptions et les croyances qui comptent, plutôt que les réalités. » (p. 372). Parmi les faits peu connus, le sort du prince Lvov après la prise du pouvoir bolchevique : libéré par la Tcheka, il devient finalement un représentant de Koltchak. On y trouve parfois de légères erreurs, ainsi de Raskolnikov lisant la « Déclaration des droits des travailleurs » à la Constituante, alors qu’il s’agissait de Sverdlov (p. 640), ou de Trotsky menant l’assaut sur Cronstadt (p. 936), erreur récurrente de nombreux ouvrages : en réalité c’est Toukhatchevsy qui commandait les troupes rouges à l’assaut de la citadelle.

9En 1905, il considère que Lénine est déjà pour une révolution socialiste, comme Trotsky, et croit que les mencheviques, contrairement aux bolcheviques, estiment la révolution européenne nécessaire : deux affirmations erronées. Il voit également une opposition au sein des bolcheviques d’avant la révolution entre exilés (les « cosmopolites ») et militants demeurés en Russie (les « xénophobes » – sic -), qui serait la matrice des conflits des années 1920 entre révolution mondiale et socialisme dans un seul pays, simplification largement outrancière. Plus anecdotique, il présente une « amitié étroite » (p. 381) entre Trotsky et Boukharine qui n’exista jamais. Il manifeste aussi une certaine condescendance à l’égard des ouvriers récents séduits par le marxisme, qu’il voit comme un moyen de ne pas penser par soi-même… (p. 176). Fondamentalement, il fait de Lénine un homme mû par la soif de pouvoir plus que par l’idéologie socialiste (p. 626).

10Dès le début, il insiste sur son absence de pitié, s’appuyant sur l’exemple de sa réaction à la famine de 1891, ce qu’un lars T. Lih a pourtant contesté dans sa récente biographie (voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6226). Il explique en outre son engagement révolutionnaire par un dépit face à l’échec d’une intégration sociale souhaitée, et privilégie une lecture téléologique allant de Que faire ? aux procès de Moscou.

11« Il en va pour la religion comme dans les domaines de la culture et la vie sociale : les efforts des bolcheviks pour « faire un monde et un homme nouveaux » se brisèrent sur les rochers de la réalité. (…) On ne transforme pas l’homme aussi facilement : la nature humaine évolue plus lentement que les idéologies dominantes ou la société. Peut-être est-ce la seule morale durable de la révolution russe, comme, en vérité, de la terrible histoire de ce siècle. » (p. 922). Orlando Figes rejoint ici un Martin Malia ou un Richard Pipes, pour qui les principes même du socialisme sont viciés, tout en introduisant des jugements moraux dans l’analyse historienne.

Benoît Abtey, Jean-Baptiste Dusséaux (scénario), Mayalen Goust (dessin et couleurs), Kamarades. 2 – Tuez-les tous !, Paris, Glénat, 2016, 62 pages, 13,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Tuez-les tous ! est la suite directe de La Fin des Romanov1, et peut-être l’épisode central d’une œuvre destinée à devenir, a minima, une trilogie. L’album commence donc avec la scène conclusive du premier tome, la famille Romanov étant sur le point d’être exécutée par les bolcheviques, et Volodia destiné à abattre celle qu’il aime, Anastasia.

Deus ex machina, ce sort funeste est déjoué par l’intervention d’agents des services secrets britanniques et allemands. La fuite, commencée à travers le Kazakhstan et l’Ukraine, se termine à Berlin, la famille impériale étant toute entière sauvée, en dépit des efforts successifs de Dzerjinski et de Staline en personne. Débute alors une autre aventure, impliquant Volodia et Anastasia, désormais mariés : tous deux doivent se rendre en Sibérie, afin de rencontrer l’amiral Koltchak et négocier l’échange de l’or russe en sa possession contre le tsar. L’Allemagne aura dès lors les moyens de s’acquitter des réparations fixées par le traité de Versailles, et les blancs disposeront du plus symbolique étendard qui soit. Mais victimes de la mise hors-jeu de leur avion, les deux amants se retrouvent contraints d’endosser l’uniforme soviétique afin de sauver leur vie.

Disons-le franchement, ce second épisode poursuit dans la veine totalement romanesque, pour ne pas dire franchement burlesque, du premier album. Car enfin, comment imaginer ce scénario totalement improbable que l’on découvre dès la page 9 ? Les autorités allemandes avaient peu d’intérêt à sauver la vie de Nicolas II (ainsi que l’explique Marc Ferro dans La Vérité sur la tragédie des Romanov2), quant au roi Georges, on sait désormais qu’il a tout fait pour ne pas accueillir le tsar dans son royaume. La real politik cède ici la place aux bons sentiments et aux solidarités familiales. Quant au cœur de l’intrigue du dernier tiers de l’album, elle ne repose là aussi que sur du sable : il est en effet inenvisageable pour Koltchak de remettre sur le trône un Nicolas II discrédité, qui plus est en cédant l’or russe en sa possession, moyen indispensable de financer les armées blanches. Les épisodes de la fuite de la famille impériale sont un moyen de développer les tendances sensibles dans La Fin des Romanov. Leur sauvetage3 par une famille paysanne montre que la population rurale ne soutient pas réellement les Rouges, toujours accusés de se complaire dans la violence gratuite et le sang4, et le seul espoir réside dans l’improbable synthèse imaginée par la princesse Maria : réussir à combiner la religion et l’écoute des besoins du peuple, de ses souffrances, telles que Marx avait su les exprimer (un Marx lu à l’aune révisionniste, puisque c’est la banque qui incarne l’ennemi). Nicolas II est d’autant plus désireux de réussir qu’il a appris de ses erreurs, est d’une générosité incontestable (son geste vis-à-vis de la famille l’ayant accueilli) et que la révolution ne tient finalement qu’à ses propres erreurs.

On se retrouve finalement assez proche de l’idéologie développée par Vladimir Volkoff et Jacqueline Dauxois dans leur roman uchronique Alexandra5. Les dessins suivent plus que jamais une trame extrêmement cinématographique, s’inspirant comme dans la bande-dessinée Taïga rouge du témoignage de Ferdynand Ossendowski dans Bêtes, hommes et dieux (cette belle planche, p. 58-59, d’un fleuve rougi par le sang des blancs, qui fait écho au début du premier album), mais ne suffisent pas à embellir une histoire qui méprise autant l’histoire6.

1Voir sa recension sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/6286

2Voir sa recension sur ce blog : https://dissidences.hypotheses.org/5284

3Au sens propre et figuré, puisque ce sont eux qui parviennent, grâce à des remèdes traditionnels, à rétablir le tsarévitch blessé peu de temps auparavant. Ou comment le lien entre ce dernier et la Russie profonde (celle de Raspoutine) est ainsi renoué…

4L’image de Trotsky buvant un verre de vin rouge dans son train blindé page 42, alors qu’il vient de commander la destruction de l’avion non identifié de Volodia et Anastasia, évoque la parole fameuse du député Vergniaud à Marat, en pleine session de l’Assemblée législative : « Donnez-lui un bon verre de sang pour le rafraîchir ». Cette page permet également de faire justice d’une autre erreur : Lénine et Trotsky ne se tutoyaient pas, mais se vouvoyaient.

5Jacqueline Dauxois, Vladimir Volkoff, Alexandra, Paris, Albin Michel, 1994. Voir notre article à paraître dans le volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

6Dernier exemple, Nicolas II, captif en Allemagne, est gardé par un caporal nommé Adolf Hitler…

Eric Aunoble, « Le Communisme, tout de suite ! ». Le mouvement des Communes en Ukraine soviétique (1919-1920), Paris, Les Nuits rouges, 2008, 286 pages, 18 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque et Georges Ubbiali (nouvelle version, remaniée)

Cet ouvrage se présente comme la publication de la première partie d’une thèse d’histoire, soutenue à l’EHESS en 2007. Il s’agit donc d’un travail de première main, sur la base d’archives abondantes, présentées en fin de volume, ainsi que d’une bibliographie en grande partie constituée d’ouvrages en langue russe. Comme à leur habitude, les éditions Les Nuits rouges offrent une édition très soignée, agrémentée de la reproduction de quelques documents. Ce livre offre une vision tout à fait originale du processus révolutionnaire, à partir d’une monographie d’événement s’étant déroulés durant une période très courte, de l’ordre de quelques mois : un exemple de micro-histoire à partir duquel Eric Aunoble réfléchit à la dynamique de la révolution russe dans son ensemble.

La partie de l’Ukraine dans laquelle le mouvement des communes s’est épanoui, située à proximité de Kharkov, a rapidement été reconquise par les troupes blanches de Denikine, ne laissant qu’à peine six mois de tranquillité relative (entre janvier et juin 1919), tant le front était proche. Ce mouvement paysan de mise en commun des terres s’est paradoxalement déroulé avec l’appui des bolcheviques à compter de l’été 1918, dont l’auteur démontre, dans une première et convaincante partie, que, loin d’être un parti uniquement centré sur la classe ouvrière, il avait également largement élaboré sur la question paysanne. Tout le début du livre est en effet consacré à un historique de la notion de commune dans l’empire russe, et à l’étude des positions de la gauche révolutionnaire à l’égard du monde paysan. Les propositions des populistes, des socialistes-révolutionnaires ou des anarchistes apparaissent ainsi marquées par une forme d’individualisme, celles du parti bolchevique demeurant pour leur part dans un certain flou avant 1917 quant à la nature d’une agriculture socialiste. Ce sont finalement les masses radicalisées dans l’élan de 1905 et les anarchistes qui privilégient alors l’appropriation commune des terres, et c’est Lénine en 1917 qui impulse un tournant dans ce sens au Parti bolchevique ; il renoue de la sorte avec le programme défini par Tkatchev en 1875. Le mouvement des communes apparaît ainsi pour une petite fraction du monde paysan, la partie la plus pauvre, comme la réalisation de ses aspirations révolutionnaires. Cette forme de vie communautaire incarne pour ces quelques milliers d’individus et de famille comme la forme rêvée de la démocratie directe à laquelle ils aspirent, l’idéal d’égalité qui brise le carcan de l’obchtchina, la communauté rurale traditionnelle1.

Durant cette phase de la guerre civile, d’ailleurs, Eric Aunoble montre bien qu’il n’y pas encore dictature bolchevique surplombante au sens plein du terme, d’une part en raison de la large autonomie laissée à la base, d’autre part en raison des recrutements au sein de la paysannerie et du prolétariat ouvrier afin de former la nouvelle administration2. Il se distingue également d’une certaine vision historiographique, qui conclut à l’artificielle injection par les bolcheviques d’une lutte de classes à la campagne, estimant qu’il y avait bien au préalable des tensions potentiellement explosives3. Mais ce mouvement communard, non importé de la ville comme dans la Russie voisine, suscite une haine irrépressible de la majorité du monde paysan, tant cette expérience tranche avec le niveau de conscience et les mentalités du milieu rural. Rapidement, les communes et la collectivisation qu’elles suscitent font l’objet d’attaques de la part de groupes paysans, en particulier dans le mouvement de terreur blanche qui accompagne la domination provisoire des armées de Denikine (pogroms et hostilité aux communes relevant selon Eric Aunoble d’un même rejet d’une égalité honnie), tant et si bien que les bolcheviques sont obligés de modérer leur soutien initial à ces communes qui apparaissent si marginales pour le bloc paysan aspirant à la propriété individuelle. Pour essayer de s’attacher le soutien du monde rural, les bolcheviques abandonnent une bonne partie de leur programme d’émancipation.

En 1920, le mouvement a pratiquement disparu, les Comités de paysans pauvres impulsé par le pouvoir, gage à ses yeux d’un radicalisme révolutionnaire maintenu4, ne les remplaçant en aucune manière. L’auteur y voit les prémisses de la faillite future du régime soviétique (« Fin des communes, fin du communisme » titre-t-il en conclusion), l’autonomisation de l’appareil d’État, nécessaire pour contrôler le rythme des changements révolutionnaires, étant en lien direct, selon lui, avec ce rôle d’arbitre joué dans le monde rural. Si cette thèse est précieuse, rappelons toutefois que ce mouvement communard n’a concerné au mieux que quelques milliers d’individus, pesant peu face aux dizaines de millions des masses paysannes. Dès lors, les communes subsistent principalement dans le programme de la Comintern et dans la littérature, dont un échantillon est finement analysé ici. Eric Aunoble propose ainsi une analyse renouvelée des premières années de cette révolution, particulièrement riche et stimulante, à partir d’un angle méconnu, celui de la pénétration de l’idéal communiste au sein de la paysannerie.

1« Les communes ne sont peut-être pas égalitaires, mais elles laissent deviner un mouvement réel sans précédent vers l’égalité et la dissolution du patriarcat. » (p. 118).

2« On ne peut pas parler de dictature du Parti, car l’appareil soviéto-communiste n’est pas séparé des expériences sociales qui sont menées. Les mêmes hommes sont partie prenante de l’État et de l’Utopie. » (p. 81). Autre mythe dissipé, celui d’un Makhno fervent partisan des communes, là où sa politique ressemble fort à celle que les bolcheviques allaient finalement adopter.

3« Le conflit qu’elle [la Section foncière] faisait naître au sein de la communauté n’avait rien de moins naturel que, précédemment, la calme domination des chefs de famille. » (p. 155).

4De la même manière, Eric Aunoble analyse l’utilisation du terme de koulak, selon lui peu approprié à la réalité sociale des campagnes d’alors (le koulak n’étant pas un bourgeois rural, plutôt un petit bourgeois) comme une façon de s’attaquer, indirectement, à l’obchtchina traditionnelle : « Le koulak est un épouvantail commode pour tout le monde. Il assure aux bolchéviks un « ennemi de classe » et il innocente globalement la communauté villageoise des exactions qu’elle a pu commettre contre les communistes, les communards ou les Juifs à l’été 1919. » (p. 189).

Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev. 1919. L’Ukraine en révolution entre terreur soviétique, nationalisme et antisémitisme, Paris, Vendémiaire, collection « Chroniques », 2015, 288 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le travail de Thomas Chopard, doctorant à l’EHESS, s’inscrit dans une approche de la révolution russe par la base, à travers des études de cas, qu’elles soient sociologiques, thématiques ou nationales. Ce qui constitue véritablement le sujet de ce livre, basé sur une large bibliographie et un travail dans les archives (en Ukraine, Russie, États-Unis, Suisse et France), c’est la population, et les souffrances qui furent les siennes durant les années de guerre civile.

La situation ukrainienne et ses particularités sont initialement rappelées. Ce territoire est en effet caractérisé par une population très bigarrée, dissociant citoyenneté et nationalités. Celles-ci comprennent, outre les Ukrainiens, surtout présents dans les campagnes, des Russes, des Juifs, des Polonais, etc… Ces minorités sont d’ailleurs surreprésentées dans les villes, ce qui permet de comprendre le rôle de nexus joué par Kiev pendant la guerre civile. Cette dernière s’y révèle particulièrement complexe, avec de multiples changements de fronts entre les Rouges (bolcheviques, mais également socialistes-révolutionnaires (SR) de gauche et membres d’un Parti communiste juif), les Blancs, les nationalistes ukrainiens et les Verts (insurgés paysans, dont Nestor Makhno, négligé ici). Kiev, justement, fut sous autorité bolchevique de février à août 1919, avant que Blancs et nationalistes ne reprennent le contrôle de la ville d’où ils avaient été initialement chassés. Thomas Chopard nous fait alors le tableau d’une ville placée au cœur des combats, subissant les bombardements, l’inflation, le chômage, les épidémies favorisées par les mouvements de population et les pénuries1, en dépit du système de redistribution soviétique, ainsi que les occupations militaires successives par des armées à la composition différentes de celle de la population kiévienne. Les difficultés du contrôle de la ville par les Rouges, favorables à une ukrainisation, sont également soulignées, les recrutements dans l’administration étant loin d’être toujours efficaces ; les mises en scène publiques2, la lutte contre les religieux et la réutilisation de récits de type religieux pour la propagande communiste, ou la remise en cause du système scolaire traditionnel et de ses discriminations (avec une diminution initiale de son efficience) sont ainsi des éléments tout à fait intéressants. La situation des campagnes est aussi abordée, elles qui furent en état de guerre dès 1918 face aux armées des empires centraux. La ville ainsi « chauffée à blanc » se retrouve face aux Rouges, qui suscitent l’hostilité par leurs exigences de recrutement et de livraison de nourriture. Les armées vertes se heurtent alors aussi bien aux forces rouges qu’aux blanches, même si invoquer seulement la brutalisation due à la Première Guerre mondiale évacue un peu rapidement les sources de longue durée de la violence paysanne.

Mais c’est à la répression que Thomas Chopard accorde une bonne moitié des pages de son livre. La Tchéka ukrainienne, fondée fin 1918, est ainsi diagnostiquée de près. Ses effectifs sont majoritairement jeunes (la moyenne d’âge est de 23 ans), à 80% dotés d’une expérience combattante, et avec de nombreux Juifs et Russes, qui y voyaient une promesse de promotion sociale3. Les différentes campagnes d’arrestation et d’exécutions sont retracées, sans pour autant que toutes les données soient bien éclaircies4. Sont également rappelés, en les minimisant, les reproches faits par Lénine à Martin Latsis, responsable de la Tchéka ukrainienne, sur l’encadrement déficient et les excès commis. Une chose est sûre, les acteurs de la répression semblent avoir bénéficié à Kiev d’une large autonomie5. L’autre grand versant de la répression, ce sont les pogroms, avec leurs cortèges de pillages, de viols et d’assassinats. 1919 constitue en effet un pic, et si les soldats rouges en commirent quelques-uns, la hiérarchie s’y opposa toujours avec détermination. Ce sont donc les Verts et les Blancs qui en furent les principaux auteurs, avec un antisémitisme largement répandu et encouragé. Le retour des Blancs à Kiev, à la fin de l’été 1919, vit ainsi, outre une répression anti-rouge indifférenciée, un terrible pogrom prolongé et meurtrier. Parmi les analyses les plus intéressantes, on notera également celle de la propagande, et la déconstruction d’une rumeur de « socialisation des femmes » (p. 40) diffusée par les Blancs, face à une politique bolchevique de protection des jeunes filles et d’égalité des sexes, ou la passionnante mise au point sur les camps de concentration. Ces derniers ont en effet été repris directement des autorités tsaristes (200 camps existaient alors), avec une différence nette de nature vis-à-vis du futur Goulag, basée sur l’exemple du camp de Kiev.

Solidement documenté, Le Martyre de Kiev n’en présente pas moins quelques faiblesses : des développements parfois trop lacunaires, des comparaisons trop rares avec d’autres champs de la guerre civile dans l’ancien empire russe, et une tendance, qui ne se limite pas à cet ouvrage, à traiter de la violence sous son angle le plus compatissant, favorisant une forme de sidération devant l’horreur, ce qui peut empêcher de comprendre les engagements des uns et des autres.

1Mais comme le rappelle Thomas Chopard, la situation sous le tsarisme était déjà plus que fragile, le taux de mortalité infantile étant demeuré le même du début du XXe siècle à 1920 (p. 224), 30% (ce qui semble en effet énorme).

2Parmi les monuments, une mise en valeur, sur une des places du centre-ville, des portraits de Marx, Liebknecht, Cevtchenko (poète ukrainien) et Sverdlov.

3« En d’autres termes, l’emploi de la terreur comme mode de gouvernement était indissociable de la promesse d’une promotion et d’une intégration sociales pour une fraction importante des partisans du nouveau régime. » (p. 11.

4Je pense par exemple aux procès menés par la Tchéka, dont certains comptes rendus auraient peut-être pu être reproduits ou au moins résumés. Le cas du consul du Brésil, arrêté lui aussi, ne peut être compris sans évoquer les conspirations parfois bien réelles menées par du personnel diplomatique. Voir Giles Milton, Roulette russe, prochainement chroniqué sur notre blog.

5« La Terreur de la guerre civile repose ainsi sur la convergence, ni tout à fait maîtrisée, ni tout à fait improvisée, entre des violences d’en haut parfois concurrentielles et des violences d’en bas décuplées par l’approche de la défaite militaire, les aléas des batailles, et la dévotion des tchékistes au nouvel État soviétique, nourrie par leur profond ressentiment social et politique, et renforcé par un carriérisme indéniable. » (p. 150-151).

Apocalypse, Staline : Une histoire en miettes ? A propos du documentaire de Isabelle Clarke et Daniel Costelle, Apocalypse Staline : I. Le Possédé, II. L’homme rouge, III. Le maître du monde, trois fois une cinquantaine de minutes (France 2, mardi 3 novembre 2015, 20h 55).

Un billet de Christian Beuvain et Jean-Guillaume Lanuque

« Lénine et une poignée d’hommes ont plongé un continent dans le chaos. (…) Tels des cavaliers de l’Apocalypse, les bolcheviques sèment la mort et la désolation (…) pendant vingt ans. » (I. Le Possédé, 47e et 48e minute).

France 2, une des chaînes du service public audiovisuel France Télévisions, vient de proposer aux téléspectateurs (le 3 novembre 2015) le quatrième volet de la série documentaire1 de Daniel Costelle et Isabelle Clarke, Apocalypse, dont le nom lui-même indique sans ambages l’ambition première. En effet, il s’agit de (re)lire le « siècle des extrêmes » sous l’angle principalement meurtrier. Par le choix assumé des deux journalistes/documentaristes, les deux guerres mondiales, Hitler, Staline (et prochainement la guerre froide) se colorent ainsi d’une tonalité à base de chaos, d’hubris, de folie, de haine et de volonté sanguinaire de conquérir le pouvoir et de s’y maintenir à tout prix. S’agissant de Joseph Vissarionovitch Djougachvili dit Staline, mais aussi d’Octobre 1917, des bolcheviques et de l’hypothèse communiste, la complexité de cette Histoire disparaît derrière une seule grille de lecture et se présente comme une évidence : le Mal s’est abattu sur la Russie de la première moitié du XXe siècle2.

I – Situer une méthode ou que faire des images ?

Comme pour les précédents volets, les images d’archives animées collectées, triées et choisies par les techniciens ont toutes été colorisées. Elles proviennent de différents fonds, entre autres ceux du British Film Institut, du Gosfilmofond de Russie, du Bundesarchiv-filmarchiv d’Allemagne, de Gaumont Pathé, etc. Les photographies sont extraites de banques d’images comme Corbis, Getty Images ou du RGASPI3 de Moscou. Même si le rendu de ces images colorisées peut sembler positif quant à l’appréhension facilitée des jeunes générations (c’est d’ailleurs l’argument d’autorité martelé par les réalisateurs dans les entretiens qu’ils accordent à la presse : il s’agit de « carrément séduire un jeune public » [Daniel Costelle, cité par l’historien Georges Didi-Huberman]4), il n’en demeure pas moins que ce type de traitement appliqué à des documents historiques subit de vives critiques de quasiment tous les historiens spécialistes de l’image. Contrairement à une idée reçue (qui apparemment perdure, malgré les travaux déjà anciens de Marc Ferro5, de Laurent Gervereau6 ou de Georges Didi-Huberman7), une image ne véhicule pas de discours vrai. C’est une source historique qui répond à des logiques et à des enjeux de production, ainsi qu’à des règles d’interprétation. Comme l’archive papier, ni plus ni moins mais en respectant sa particularité, l’archive filmique nécessite donc un travail de contextualisation, y compris de sa production, une critique interne et externe et bien sûr une mise en perspective. Cette procédure est vraiment le b.a.-ba de tout travail sur l’image (qu’elle soit fixe ou animée) que chaque étudiant en histoire se fait fort d’apprendre et de respecter. Mais lorsqu’un historien et sociologue de l’image, le suisse Gianni Haver, ose rappeler ces vérités basiques à Daniel Costelle en 2009 à propos du volet sur la Deuxième Guerre mondiale, le réalisateur s’énerve et le lendemain, dans un journal, traite Gianni Haver d’« obscur petit prof » !8 Isabelle Clarke, quant à elle, avait par avance, dans Libération, exposé sa conception du traitement des traces laissées par l’histoire des hommes : « Je ne supporte pas les intégristes qui refusent de toucher aux archives »9. Avec le recul, on apprécie le sens de la mesure dans l’emploi du terme « intégriste »…

Avec Georges Didi-Huberman, nous croyons que « les images nous rendent l’histoire visible »10, et qu’elles ont donc un rôle crucial. Encore faut-il ne pas les maltraiter en leur rendant « une fausse unité, un faux présent de reportage et de mondiovision »11. Ces critiques, énoncées il y a six ans, restent valables pour ce volet sur Staline, dans lequel, communisme oblige, sans doute, le rouge apparaît souvent un peu surexposé (une volonté d’accentuer sa proximité d’avec la couleur du sang ?). Des effets sonores de synthèses recomposés ont également été ajoutés, et les bruits de pas, en particulier, paraissent bien seuls dans les scènes de foules ou de groupes, émettant sans nul doute d’autres sons (froissements de vêtements, tintements d’armes, éclats de voix…). Là aussi, l’audio original a été effacé au profit d’une reconstruction arbitraire. Le marketing qui accompagnait la diffusion du documentaire insistait également sur le caractère inédit de certaines images, mais force est de reconnaître qu’elles sont fort peu nombreuses12. Surtout, et c’est là une autre critique majeure que l’on peut faire à Apocalypse Staline, ces images ne sont le plus souvent pas référencées13 : seuls certains noms d’individus sont ajoutés, ainsi que les extraits de longs-métrages soviétiques, mais pour le reste, commentaire en voix off de Mathieu Kassowitz, à la recherche d’un spectaculaire volontiers dramatisant, et images utilisées semblent en (grande) partie déconnectées. Où est donc la (supposée) volonté pédagogique ?

II – Rétablir « la véritable histoire » du bolchevisme et de Staline ?

La guerre entre l’Allemagne nazie et l’URSS de Staline est au centre de la construction narrative, selon une structure a priori intéressante : les différents événements de la Seconde Guerre mondiale sont régulièrement l’occasion de retours en arrière, permettant de composer, de façon quelque peu éclatée, le portrait et l’itinéraire de Joseph Staline, mais également de revenir sur Octobre 17. Ainsi, le récit de la résistance de Stalingrad à l’hiver 1942 permet le retour à Tsaritsyne (ancien nom de la ville) où Staline dirigea la lutte durant la guerre civile, et s’opposa d’ailleurs à Trotsky, tandis que des images du siège de Léningrad entre 1941 et 1944 par les nazis sont précédées de l’évocation du changement de nom de Petrograd devenue Léningrad, conséquence d’une « déification » de Lénine, selon les auteurs.

Toutefois, nos critiques s’arriment aux choix analytiques privilégiés par les deux réalisateurs, ainsi qu’aux erreurs. En premier lieu, pour expliquer le parcours de Staline, l’accent est mis principalement sur sa personnalité. L’évocation de son enfance et de son passage au séminaire sont justes14, les images de cette époque précieuses15, et les considérations sur son caractère généralement pertinentes16, mais le propos devient très vite partisan, lorsque Staline adhère au Parti social-démocrate. La grille de lecture appliquée par Isabelle Clarke et Daniel Costelle au mouvement communiste au sens large est en effet franchement biaisée. Le Manifeste du Parti communiste appelle à la fin de la propriété privée (en général, une distorsion traditionnelle chez les contempteurs du socialisme, puisqu’il s’agit de celle des moyens de production), les militants du POSDR « endoctrinent » les ouvriers, Lénine est un « exalté », qui « apprécie son [à Staline] sectarisme marxiste » (alors qu’il reconnaît surtout son efficacité pratique) et qu’il charge prétendument de surveiller Trotsky à Tsaritsyne durant la guerre civile17… Autrement dit, l’histoire se fait ici purement idéelle, idéologique, voire manipulatrice, policière, sans réelle – et nécessaire ! – mise en contexte. C’est particulièrement le cas sur la question des expropriations, que Staline et les bolcheviques étaient loin d’être les seuls à pratiquer, dans une période de reflux de la révolution de 1905, ce qui est totalement passé sous silence. Les socialistes-révolutionnaires, salués, plus avant dans le commentaire, comme des « modérés », n’hésitaient pas eux aussi à pratiquer des expropriations pour financer leur parti, de même que de nombreuses autres organisations révolutionnaires. Ces activités deviennent, retravaillées par les auteurs, des « actes de pur banditisme » et Staline devient rien de moins qu’un « des parrains du banditisme georgien »18…. Si les quelques extraits (l’attaque de la banque de Tiflis en juin 1907) d’un film du réalisateur soviétique arménien Stepan Kevorkov, Connu personnellement, sont bienvenus, il n’eut pas été inutile de préciser qu’il s’agit, en 1957, du premier film19 d’une trilogie consacrée au révolutionnaire géorgien d’origine arménienne, Sémion Ter Petrossian dit Kamo20, un des responsables de ces expropriations.

En outre, plusieurs erreurs pures et simples sont repérables. Petrograd aurait été nommé ainsi après la révolution de février (alors qu’elle le fut en fait au tout début de la guerre mondiale), Lénine et Trotsky seraient les inventeurs du « mythe néfaste de la dictature du prolétariat »21 (au lieu de Marx), le procès de mars 1938 aurait abouti à la mort entre autres de Zinoviev, Kamenev et Toukhatchevski (tués respectivement en 1936 et 1937 lors d’autres procès), le meilleur culminant autour de Léon Trotsky, « militaire dans l’âme » (sic), lui dont la seule formation en la matière, avant la création de l’Armée rouge, était d’avoir été correspondant de presse durant les guerres des Balkans. N’affirme-t-il pas, dans Ma vie, lorsqu’il évoque sa nomination au poste de Commissaire du peuple à la Guerre : « Étais-je préparé pour le métier des armes ? Bien entendu, non ! »22. En outre, Léon Trotsky devient l’initiateur de l’offensive contre la Pologne23 (il y était opposé !), et le chef de la répression de Cronstadt (à laquelle il n’a en fait pas participé, même si il l’approuva24), tout en étant présenté comme l’unique partisan du communisme de guerre et de l’extension de la révolution au monde, un point de vue pourtant partagé, du vivant de Lénine, par tous les dirigeants bolcheviques !25

III – Conclure : Une lecture criminogène du temps de l’homme rouge ?

Ces légèretés et ces erreurs manifestes témoignent d’un réel manque de sérieux dans le travail de recherche et de préparation. Pourtant, le générique nous l’apprend, le documentaire est placé sous la supervision d’Olivia Gomolinski. Cette doctorante travaille à une thèse sur le dirigeant bolchevique Alexandre Lozovsky, secrétaire général de l’Internationale syndicale rouge (le Profintern). Bien que ses recherches n’aient pas encore reçu l’aval final de ses pairs, elle a néanmoins déjà rédigé des articles sérieux et documentés ainsi qu’une contribution à la récente somme codirigée par Alya Aglan et Robert Franck, 1937-1947. La guerre-monde, I. Nous sommes donc légitimement étonnés qu’elle puisse avoir donné son aval à la soi-disant historicité d’Apocalypse, Staline. Quel fut son rôle véritable ? N’a-t-elle donnée qu’une sorte de « caution morale », sans chercher à en savoir plus ? Pour l’instant, à notre connaissance, elle ne semble pas être intervenue dans les controverses qui entourent ce volet documentaire. Quant aux sources historiographiques mobilisées pour l’occasion, il s’agit principalement des biographies de Staline par les auteurs anglo-saxons Robert Service et Simon Sebag Montefiore, par Jean-Jacques Marie et Boris Souvarine, ainsi que des témoignages recueillis par Svetlana Aleksievitch26 (prix Nobel de littérature en octobre 2015). Robert Service27 et Simon Sebag Montefiore28 ne sont nullement des historiens dont les recherches novatrices ou les angles d’approches inédits permettraient d’appréhender différemment le bolchevisme et le stalinisme. Leurs ouvrages, qui appartiennent à la catégorie de l’histoire politique la plus traditionnelle, sont en outre très anticommunistes, sans aucune distance critique, puisque pour eux Octobre 17 représente la matrice principielle du « totalitarisme » soviétique. La présence de Boris Souvarine, qui appartient au corpus des auteurs anti-staliniens revendiqués par la gauche dissidente depuis des décennies (écrit militant donc) et de Jean-Jacques Marie, historien sérieux mais qui n’a jamais fait mystère de son militantisme trotskyste, peut étonner. Néanmoins, dans la mesure où il est impossible de savoir précisément ce que les documentalistes (Valérie Combard et Marie-Cécile Bouguet) ont extrait de leurs ouvrages (excepté pour la formule de Boris Souvarine que nous citons plus haut), on peut raisonnablement penser que leur qualité reconnue d’anti-staliniens vaut brevet d’objectivité et peut apporter une légère touche progressiste à l’entreprise documentaire de Daniel Costelle et Isabelle Clarke.

Las ! Apocalypse Staline semble chercher en priorité à susciter la sidération chez le téléspectateur, à le choquer, à l’émouvoir (l’insistance sur le sort des enfants), afin de bien lui faire comprendre le caractère barbare de Staline et du bolchevisme. Pour ce faire, le tableau à charge est encore alourdi d’accusations fausses mais qui valent circonstances aggravantes. Ainsi, « des famines » ont été organisées par les bolcheviques en Ukraine (il n’y en eut qu’une en 1932-3329), et le Birobidjan, « État » juif d’URSS, fut soi-disant peuplé par la déportation des juifs soviétiques. De nouveau, la méconnaissance totale de la question abordée est flagrante. Ce furent en réalité des volontaires encouragés par la propagande soviétique, dès la décision prise par Staline en 1934. Comment ignorer l’intérêt, voire l’enthousiasme que le projet d’une région autonome (oblast en russe) juive, avec le yiddish comme langue, pouvait légitimement susciter parmi la population juive, non seulement d’URSS mais d’ailleurs ? Même si le projet sioniste de construire un État juif en Palestine séduisait également nombre de juifs de la diaspora, la propagande en faveur du Birobidjan fut très active dans les milieux juifs communistes de par le monde. Aux États-Unis, par exemple, un Comité américain pour l’installation des juifs au Birobidjan fut créé à New York en février 1934. Quant aux développements sur Hitler et les nazis, qui pouvaient de prime abord sembler quelque peu hors sujet (ou redondants avec Apocalypse Seconde Guerre mondiale), ils servent une problématique claire : montrer les parallèles entre deux barbaries, l’une ne pouvant être écrasée que par une autre de même nature, sinon plus violente encore… Il s’agit bien ici de jouer sur la corde sensible, de provoquer dégoût, horreur et peur30, à l’aide d’une véritable mélodramatisation des événements, sans aider à la compréhension profonde et plurielle des phénomènes historiques, ce qui explique également le grand nombre de raccourcis explicatifs31.

Dès lors, la réflexion sort clairement vaincue de ce documentaire. Le parti pris des auteurs est clair : construire une œuvre de combat. Le poids du passé russe et de ses tsars successifs est inexistant, la révolution de 1905 totalement ignorée, le creuset de 1914-1918 négligé (un comble pour de tels documentaires !), la prise du pouvoir bolchevique réduite à un coup d’État, l’exercice du pouvoir par Lénine et ses camarades seulement capable de meurtres32 et de destructions (d’où les formules absolument ahurissantes que nous avons placé en exergue) sans que les étapes du régime de dictature ne soient explicitées, ni les responsabilités des puissances occidentales33 ou des armées anti-bolcheviques dans l’embrasement de la guerre civile et les actes de « terreur » suffisamment développées. Le vrai testament de Lénine, selon les réalisateurs, n’est donc pas celui des recommandations évoquées dans Le Dernier combat de Lénine, de Moshe Lewin, mais dans la « purge permanente » et l’épuration du corps social. Dès lors, la « part de responsabilité » de Lénine et Trotsky dans l’émergence du pouvoir de Staline (une idée appuyée sur une citation de Boris Souvarine) est un des seuls éléments explicatifs du phénomène stalinien, à qui tous les malheurs de l’URSS sont attribués, sans mise en perspective plus large.

Apocalypse Staline, prototype presque parfait d’histoire-spectacle et caricature d’histoire réelle, dont la structure complexe vire peu à peu à un procédé confus de collage d’éléments mis bout à bout (en particulier dans la troisième partie), s’inscrit ainsi, à l’instar de son prédécesseur Staline le tyran rouge34, avec qui il partage bien des similitudes, dans le courant d’une perception du communisme comme intrinsèquement criminogène. Il est donc logique que ce documentaire soit le pendant du travail écrit d’Henri Wolton, Une Histoire mondiale du communisme, car le hasard du calendrier (sortie pour les deux en novembre 2015) n’y est pour rien, mais bien plutôt la similitude de l’intention. Cela dispense-t-il pour autant d’appliquer les normes de la recherche historique ? Il semble que oui… Il n’est pas si étonnant, alors, que Danielle Costelle, Isabelle Clarke et leurs documentalistes aient fait l’impasse sur les travaux dont rendent compte, par exemple, depuis des années, les Cahiers du monde russe35, ou sur les dernières recherches novatrices en histoire sociale : celles  des meilleurs connaisseurs actuels de la société soviétique, François-Xavier Nérard ou Alexandre Sumpf36, celles de Juliette Denis37 sur les violences en URSS ou de Vanessa Voisin38 sur l’épuration de guerre, toutes deux ayant eu accès aux archives de films documentaires soviétiques, celles de Valérie Pozner39 sur le cinéma, etc. Toutes problématiques qui pouvaient nourrir un véritable travail historique, mais à condition de miser sur l’intelligence du spectateur, et pas seulement sur ses affects. Ici, comme toujours, un certain silence est fondateur de sens.

1En 2011, à l’occasion du second volet de la série Apocalypse, qui s’intéressait à Hitler, nous avions anticipé avec un peu d’avance sur le sujet d’un épisode ultérieur (voir notre recension sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1471 ). Entre-temps, en effet, Isabelle Clarke et Daniel Costelle avaient livré celui consacré à la Première Guerre mondiale.

2Avec un trou noir étonnant pourtant : les dernières années, celles qui vont de 1945 à 1953, sont quasi totalement négligées.

3C’est le centre des Archives d’État russe pour l’histoire sociale et politique.

4Georges Didi-Huberman, « En mettre plein les yeux et rendre Apocalypse irregardable », Libération, 21 septembre 2009.

5Marc Ferro, Cinéma et Histoire, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 1993.

6Laurent Gervereau, Histoire du visuel au XXe siècle, Paris, Le Seuil, coll. « Points-histoire », 2003 (2000) et Voir, comprendre, analyser les images, Paris, La Découverte, 1994, réédité souvent depuis.

7Georges Didi-Huberman, L’Œil de l’histoire, tome 1, Quand les images prennent position, Paris, Minuit, 2009.

8L’incident a lieu sur la radio suisse romande le 25 septembre 2009, et la réponse de Daniel Costelle paraît dans Le Temps du 26 septembre 2009 : sur cet événement, lire https://blogs.mediapart.fr/edition/usages-et-mesusages-de-l-histoire/article/031009/touche-pas-apocalypse

9Libération, 8 septembre 2009.

10Georges Didi-Huberman, art. cité.

11Georges Didi-Huberman, art. cité.

12On notera pourtant d’étonnantes images d’un Moscou rêvé, projet d’architecture usant d’effets spéciaux, mais sans précision chronologique.

13Il en est d’ailleurs de même pour les diverses citations, au sujet desquelles seul l’auteur nous est connu, sans précision de date ni recul critique. Ainsi, que penser de la déclaration selon laquelle Staline et ses partisans doivent être fusillés, attribuée à Trotsky par… le secrétaire de Staline, déclaration faite de surcroît après le passage à l’Ouest du dit secrétaire (il s’agit de Bajanov) ! Quant à Staline qualifié de « meilleur disciple de Lénine » en 1922, on s’interroge sur l’origine de la déclaration…

14Curieusement, rien n’est dit sur le truquage de sa date de naissance, repoussée de 1878 à 1879.

15Ainsi cette photographie de Staline enfant de chœur en 1892.

16 Relevons tout de même une pseudo contradiction d’un Staline athée se mariant à l’église, puisque dans la Russie tsariste, le seul mariage légal était le mariage religieux !

17Staline était chargé d’y collecter du grain pour Moscou, mais contrairement à ce qui est dit dans le documentaire, échoua à remplir ses objectifs.

18I – Le Possédé, 27e à 29e minute.

19Suivront Mission spéciale en 1965 et Dernier exploit de Kamo en 1973.

20Sur Kamo, lire le récit, déjà ancien, de sa vie aventureuse par Jacques Baynac, Kamo. L’homme de main de Lénine, Paris, Fayard, 1972. A l’époque, Jacques Baynac est militant dans la mouvance ultra-gauche et s’intéresse aux révolutionnaires russes : il rédige en 1979 le premier volume sur Les socialistes-révolutionnaires (1881-1917), chez Robert Laffont.

21Réflexion attribuée à Boris Souvarine par les auteurs, sans que l’on connaisse, une nouvelle fois, la source précise.

22Léon Trotsky, Ma vie, Paris, Gallimard, coll. « Le Livre de poche », 1966 [1953], p. 404.

23Celle-ci est en outre présentée comme victime pure et simple du conflit, alors qu’en réalité, elle a attaqué en premier la Russie soviétique.

24Revient également dans le commentaire l’idée erronée selon laquelle les marins de 1921 sont les mêmes que ceux de 1917 ; quant à la question du risque potentiel représenté par la forteresse vis-à-vis d’une éventuelle offensive ennemie, elle constitue un point aveugle supplémentaire. Voir Jean-Jacques Marie, Cronstadt, Paris, Fayard, 2005.

25Enfin, avant son assassinat, en 1940, il « finit par croire qu’il est à l’abri », lui qui estimait que chaque jour gagné était un sursis de plus.

26Svetlana Aleksievitch, La Fin de l’homme rouge ou le temps du désenchantement, Arles, Actes sud, 2013.

27Sur cet auteur, très controversé et critiqué par la communauté historienne anglo-saxonne qui travaille sur les phénomènes communistes, lire notre recension de sa biographie de Trotsky, sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1908

28Simon Sebag Montefiore, Le Jeune Staline, Paris, Calmann-Lévy, 2008 et Staline. La Cour du Tsar rouge, Paris, Éditions des Syrtes, 2005.

29Une autre famine est citée pour 1918, mais elle n’existe que dans l’imagination des réalisateurs.

30Dans le troisième volet, la question d’emblée posée porte sur la volonté (réelle ou non) de la part de Staline, de devenir « maître du monde » (sic), sans qu’il ne soit jamais répondu explicitement à cette problématique…

31Ainsi, la marginalisation de Trotsky au milieu des années 1920 n’est jamais expliquée ou détaillée, seulement signalée, tout comme la Grande Terreur, dont les conséquences meurtrières sont abondamment décrites sans jamais s’intéresser à ses finalités profondes (en dehors du fait que Staline se serait senti menacé par la mort de Kirov).

32La Tchéka recrute ainsi soit « des fanatiques bolcheviques », soit des « psychopathes », ceci expliquant cela (les bolcheviques sont en effet qualifiés de « paranoïaques »). Les 50 000 assassinats qui lui sont attribués pratiquement dès sa fondation sont également une légende, de tels chiffres ne pouvant être reliés qu’à la terreur rouge, effective à partir de l’été 1918.

33Leur intervention n’est citée qu’à compter de 1919.

34Documentaire de Mathieu Schwartz, Serge de Sampigny et Yves Demeulandre, 2007, 1h 40 (diffusé en son temps sur M6 et ayant obtenu la validation pour utilisation pédagogique de l’Éducation nationale !).

35Les numéros sont en accès libre sur http://www.persee.fr/collection/cmr

36 François-Xavier Nérard, Cinq pour cent de vérité. La dénonciation dans l’URSS de Staline (1928-1941), Paris, Tallandier, 2004 et Alexandre Sumpf, De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, Gallimard, collection « Folio-Histoire », 2013, Bolchéviks en campagnes, Paris, CNRS Éditions, 2010. Son dernier ouvrage (septembre 2015), Révolutions russes au cinéma. Naissance d’une nation, URSS 1917-1985, Paris, Armand Colin, fera l’objet d’un compte rendu très prochainement sur ce blog, suivi d’un court entretien avec l’auteur.

37Juliette Denis, La fabrique de la Lettonie soviétique : 1939-1949 : une soviétisation de temps de guerre, thèse d’histoire sous la direction d’Annette Becker et Nicolas Werth, Paris X, janvier 2015. Même si cette thèse n’est pas encore publiée, il était parfaitement loisible aux documentalistes d’en obtenir un résumé exhaustif de la part de l’intéressée.

38Vanessa Voisin, L’épuration de guerre en URSS, à partir de l’exemple de la région de Kalinine, 1941-1953, thèse d’histoire sous la direction de Marie-Pierre Rey, Paris I, 2011. Un article résume son travail : « Une répression méconnue : l’épuration de guerre en URSS », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, n° 39, 2014/1, p. 155-164. Cet article est en ligne : https://www.cairn.info/revue-bulletin-de-l-institut-pierre-renouvin-2014-1-page-155.htm

39Valérie Pozner est directeure de recherche au CNRS (UMR 7172), responsable d’un programme ANR, Le cinéma en Union soviétique et la guerre, 1939-1949.

Nicolas Ostrovski, Enfantés par la tempête, Montreuil, Le Temps des cerises, collection « Roman des libertés », préface de François Eychart, traduit du russe par Michel Wassiltchikov, 2014, 338 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Et l’acier fut trempé est le titre de l’autre roman de Nicolas Ostrovsky, qui a éclipsé celui-ci, car lu par des générations de militants comme LE roman de la révolution soviétique. Jeune révolutionnaire, combattant dans la cavalerie rouge de Boudieny dès l’âge de quinze ans, Nicolas Ostrovski est blessé durant la guerre civile. Devenu écrivain, Et l’acier fut trempé fait revivre l’épopée révolutionnaire soviétique dans son incandescence et son héroïsme. Le romantisme et l’élan prométhéen de ce récit ont été accueillis par un succès considérable en Union soviétique, mais également à travers le monde.

Mais Nicolas Ostrovski est également l’auteur d’autres ouvrages (parmi lesquels certains ne sont pas traduits), dont celui-ci, sa seconde œuvre majeure, qui n’avait pas été réédité depuis quarante ans. Il a laissé cette œuvre inachevée, puisqu’il est mort en 1936, soit un an après avoir publié le premier tome, et laissé seulement quelques ébauches des seconds et troisièmes prévus. Enfantés par la tempête se déroule en Volhynie, une région conquise sur la Pologne par la Russie à la fin du XVIIIe siècle. Cette immense zone se trouvait dans un territoire disputé par différentes forces, en particulier entre les hobereaux (propriétaires terriens nobles) polonais, les forces nationalistes ukrainiennes, auxquels font face les révolutionnaires. Ce roman est donc celui de la prise de conscience du peuple et des premiers affrontement armés entre les populations et la noblesse polonaise dominante défendant ses privilèges. C’est en quelque sorte la lutte entre le château, celui de la famille Moguelnitski, et l’atelier ou l’usine, sur fond de formation des premiers détachements de partisans qui constitueront l’Armée rouge. On laissera au lecteur le plaisir de découvrir la trame de ces affrontements, évidemment sanglants et dramatiques.

Ce roman réaliste-socialiste se lit avec un vif intérêt et même une certaine jubilation. Le caractère très parlé du récit, constitué essentiellement de dialogues, confère une dimension très vivante à la narration. Bien que le qualificatif de « chef d’œuvre à découvrir » mis en avant par l’éditeur paraisse sans doute exagéré, ce roman exhumé des archives littéraires possède néanmoins le mérite de rappeler la manière dont les soviétiques fictionnalisaient leur pratique révolutionnaire.

Lars T. Lih, Lénine. Une biographie, Paris, Les Prairies ordinaires, collection « Singulières modernités », (postface de Jean Batou), 2015 (édition originale en 2011), 288 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ces dernières années en France, les biographies de Lénine continuent de paraître en suivant deux axes principaux : d’un côté, les approches a priori hostiles, dont le dernier et meilleur exemple en date est assurément le livre de Robert Service1 ; de l’autre, des ouvrages plus sympathiques, voire empathiques, à l’image des deux biographies successives écrites par Jean-Jacques Marie2. Le travail de Lars T. Lih, historien anglo-saxon, s’inscrit dans la seconde catégorie. A la différence de Jean-Jacques Marie, toutefois, il ne cherche pas à fournir un récit complet de la vie de Vladimir Illitch Oulianov, mais plutôt à repérer les périodes successives de son parcours, et à proposer des clefs de lecture plus ou moins novatrices à travers une vision globale, totalisante, qui perçoit son personnage comme un tout harmonieux, personnellement et politiquement. Ce que Lars T. Lih nomme le « scénario héroïque » de Lénine, mis au point dans les années 1890 et auquel il demeurera fidèle l’essentiel de sa vie, forme le leitmotiv de son analyse.

Présenté avec un support iconographique original, cette dernière s’articule en trois temps : créer un parti social-démocrate capable d’aider le prolétariat à accéder à une conscience socialiste ; permettre l’émergence d’une révolution démocratique apportant les libertés en Russie, menée par le peuple, mais dont le prolétariat doit prendre la tête ; et ensuite passer à la révolution socialiste proprement dite.

Le récit proprement biographique n’innove pas vraiment, de ses origines familiales marquées par une certaine ascension sociale à la transfiguration de la Première Guerre mondiale, présentant toutefois des silences surprenants comme sur la scission si primordiale de 1903 entre bolcheviques et mencheviques… Sont mis à contribution des documents parfois inhabituels, comme le texte de Georgi Solomon3 (« Portrait de Lénine en sous-vêtements »), et certaines comparaisons ne manquent pas de surprendre (un épisode de la série télévisée Buffy contre les vampires permet d’illustrer la situation du POSDR (Parti ouvrier social-démocrate russe) juste avant la guerre !). Lars T. Lih insiste par ailleurs à plusieurs reprises sur ce qu’il considère comme des exagérations, que ce soit à propos de la joie éprouvée par Lénine lors de la famine de la Volga au début des années 1890 (capable d’accélérer, par exaspération, la révolution populaire) ou sur la violence exercée pendant la guerre civile, qu’il attribue avant tout aux circonstances, partagée par tous les acteurs, et qui ne résume pas la totalité des actions menées durant cette période. Il relativise également certains textes canoniques, ainsi des Que faire ? et L’État et la révolution, débats avant tout livresques, leur préférant des écrits moins célèbres ; ainsi, en 1917, l’essentiel selon Lénine aurait été de détruire l’État bourgeois afin d’édifier un État prolétarien tout en conservant l’appareil économique de la bourgeoisie. Ce sur quoi insiste tout particulièrement Lars T. Lih, c’est l’appartenance des idées de Lénine au corpus théorique de la social-démocratie occidentale. La figure de Kautsky, celui du Chemin du pouvoir, mais également du Programme d’Erfurt, est à ce titre une influence cardinale, y compris après 1914, Lénine estimant être resté fidèle à ses leçons là où lui-même les avait trahies. L’infléchissement de sa praxis a lieu, selon Lars T. Lih, en 1919, lorsque Lénine se rend compte de l’échec de la révolution internationale et de l’impasse d’une transcroissance communiste dans les campagnes. L’inquiétude se met alors à croître au sein de son « scénario héroïque », inquiétude vis-à-vis du capitalisme rural, mais aussi vis-à-vis de la bureaucratie, pour laquelle il estime nécessaire de mettre l’accent sur l’acculturation de la population, qui aurait manqué aux soviets originels. Citons Lars T. Lih : « En somme, le scénario héroïque de Lénine était loin d’être réaliste. Mais la confiance aveugle qu’il avait placée en lui était peut-être une illusion nécessaire, qui lui permit de faire face à une situation agitée, marquée par l’effondrement politique et économique. En 1917, il a tenu bon, alors que les leaders des autres partis russes perdaient la tête en voyant arriver le désastre social et économique. A ses yeux, c’était une occasion à saisir. On peut considérer Lénine comme une sorte de Noé, qui construit imperturbablement son arche malgré la montée des eaux. Mais son arche a pris l’eau parce qu’elle était faite de postulats infondés, le voyage a causé beaucoup plus de souffrances que prévu, et l’arche a échoué bien loin de la destination prévue par son bâtisseur. Néanmoins, elle a réussi à braver la tempête. » (p. 222).

Quant à la postface de Jean Batou, universitaire suisse membre de SolidaritéS, intitulée « Lénine au XXIe siècle », elle revient sur le travail de Lars T. Lih4 et insiste plus spécialement sur la rupture de 1914 dans la vie de Lénine, avec sa redécouverte de Hegel. Loin de la vision noire d’un politicien cynique et méprisant à l’égard des masses, le Lénine de Lars T. Lih, vulgarisateur et riche d’une appréciable iconographie5, renoue avec un véritable romantisme révolutionnaire, et privilégie une vision linéaire, continue, du léninisme, nettement moins complexe que celle d’un Marcel Liebman6, mais qui demeure nuancée et critique.

1Robert Service, Lénine, Paris, Perrin, 2012.

2Le compte rendu de la seconde, qui n’est que la version enrichie de la première (chroniquée en son temps sur notre ancien site), se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/80

3Georgi Solomon, militant bolchevique et attaché commercial soviétique.

4Un entretien avec Lars T. Lih est disponible dans la revue militante Période, http://revueperiode.net/lire-lenine-entretien-avec-lars-lih/

5Par exemple la famille Oulianov en 1920, différents lieux de résidence de Lénine (dont son appartement à Paris), une photo de Lénine à Stockholm en avril 17, l’inauguration d’une statue de Marx et Engels en novembre 18, Lénine et sa sœur en 18 dans une rue de Moscou, etc.

6Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine, Paris, Le Seuil, coll. « Esprit », 1973, 2 vol., 333 p. et 397 p.

Vie et mort de Victor Serge. A propos de Susan Weissman, Dissident dans la révolution. Victor Serge, une biographie politique. « Le cap est de bonne espérance », Paris, Syllepse, 2006 (2001 pour l’édition originale), 484 pages, 25 €.

Un billet de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un travail d’importance que les éditions Syllepse ont choisi de proposer au public français, une étude historique d’envergure consacrée à Victor Serge, révolutionnaire écrivain et écrivain révolutionnaire, dont les œuvres ont fait l’objet de nombreuses rééditions en ce début de XXIe siècle. On peut aller jusqu’à parler de travail d’une vie pour Susan Weissman1, qui a mis à profit, outre l’œuvre de Serge, des documents inédits issus d’investigations dans de nombreux dépôts d’archives et des entretiens, issus de voyages dans divers pays, dont l’URSS. Il ne s’agit pas, cependant, d’une biographie exhaustive, dans la mesure où Susan Weissman a choisi d’axer son propos sur ce centre de gravité que fut pour Serge (ainsi que pour bien d’autres militants de sa génération) la révolution d’octobre, foyer d’incandescence qui lui procura une indéniable énergie vitale mais auquel il se consuma… Ce faisant, son ambition était de mettre en valeur l’héritage politique de Victor Serge, précieux selon elle pour marier harmonieusement socialisme et liberté, socialisme et démocratie2.

Destin d’un révolutionnaire

L’enfance de Serge ou son militantisme de jeune socialiste en Belgique, puis dans les milieux français de l’anarchisme individualiste, sont donc rapidement évoqués, le récit se déployant véritablement à partir de l’arrivée de Victor Serge en Russie, au début de l’année 1919. Auparavant, il avait fait un séjour dans l’Espagne pré-révolutionnaire de 1917 puis dans un camp de prisonniers en France, qui lui servit d’école du marxisme et du bolchevisme, attiré qu’il était par sa praxis ; c’est d’ailleurs à travers un échange de prisonniers qu’il put rallier la Russie révolutionnaire. « S’il considère [toujours] l’anarchisme comme une façon de mener sa vie, les bolcheviks sont pour lui désormais l’incarnation d’une technique de la révolution qui rend concrète la théorie de l’émancipation. » (p. 61). Installé à Petrograd, il est soumis à une certaine polyvalence activiste, travaillant aussi bien dans les services de la Comintern que dans la gestion des archives de l’Okhrana tsariste. En tant que témoin engagé, il se révèle un analyste de tout premier ordre de l’évolution de la révolution, « (…) expression authentique des sentiments de l’immense majorité des ouvriers et paysans. » (p. 71), qu’il ne considère pas comme inéluctable et programmée d’avance3. Les développements sur l’écrasement de la révolution en Finlande lié aux contraintes du traité de Brest-Litovsk, et cruciale selon Serge pour comprendre l’évolution autoritaire de la Russie bolchevique face à une impitoyable terreur blanche, sont tout particulièrement précieux. De même, le printemps 1920, selon Serge, aurait pu inaugurer un nouveau cours, allant vers une normalisation et un retour au moins partiel à la démocratie, espoirs d’une bifurcation brisés par la guerre avec la Pologne, entre autres. Susan Weissman souligne toutefois ce qu’elle perçoit comme une contradiction, qui oppose la défense de la politique bolchevique dans les premières années de la révolution et le déficit de liberté, sur lequel Serge mit l’accent dans la dernière période de sa vie. Les événements de Cronstadt voient ainsi Victor Serge écartelé entre la justification des efforts bolcheviques pour conserver le pouvoir (sauvant le pays d’un chaos généralisé) et le caractère démesuré de la répression. Il critique également la NEP, lui préférant son projet économique de « communisme des associations », basé sur une certaine autonomie des coopératives ouvrières sous protection de l’État ; quinze ans plus tard, il considérera que la mise en place d’un gouvernement de coalition et une certaine détente politique auraient également pu éviter le cours tragique ultérieur. Parmi les critiques de Serge à l’égard de la politique bolchevique, il y a justement la mise en place de la Tchéka, et l’absence de procès publics (sans doute sur le modèle de ce qui avait existé à l’époque de la Révolution française).

Naissance d’un écrivain

A la fin de l’année 1921, il part pour Berlin au service de la Comintern, et se révèle là aussi un témoin acéré de ce qu’il perçoit comme la décadence de l’Allemagne en crise4. L’échec de l’octobre allemand de 1923 sert à ses yeux de révélateur de la « maladie bureaucratique » (p. 111) touchant le Parti russe. Serge analyse également le danger fasciste, mais ce thème est malheureusement trop peu développé par Susan Weissman. Muté ensuite à Vienne jusqu’au milieu des années 1920, il réfléchit au statut des artistes5, et se rallie à l’Opposition de gauche menée par Trotsky. De retour en URSS en 1926, il fait le constat d’une crise morale de la jeunesse6, et surtout d’un changement générationnel au sein du Parti. Serge nous fait alors pénétrer de façon très concrète au sein de la lutte de l’Opposition de gauche, dont il est pour Susan Weissman un véritable « historien » (p. 42). Comparativement à Trotsky, d’ailleurs, Serge estime le processus de dégénérescence de la révolution plus avancé, l’année 1927, celle de la défaite de la révolution chinoise et de l’exclusion des dirigeants de l’Opposition du Parti, étant pour lui décisive. Lui-même est exclu l’année suivante, refusant toute capitulation, et il débute alors sa carrière d’écrivain, ne pouvant plus agir directement par l’action politique7. Il est dans ce cadre un fin analyste de la politique de Staline et du tournant de 1929 : dans Soviets 1929 en particulier (signé de Panaït Istrati mais écrit par Victor Serge), il dénonce le chaos de la planification, le gaspillage qu’elle engendre, et plus largement la gestion bureaucratique du système. De cette époque datent également Les Hommes dans la prison8 et Ville conquise9. La répression, dont il décrit le caractère de plus en plus oppressant et impitoyable10, finit par se resserrer sur lui, avec l’aboutissement logique de son arrestation dans les premiers mois de 1933. Quelques semaines auparavant, il avait envoyé une lettre à ses amis de La Révolution prolétarienne, qu’il considérait comme son possible testament politique : il y défendait la nécessité du respect des droits de l’homme sous le socialisme11 et qualifiait l’État soviétique de « totalitaire » et réactionnaire. Résistant aux interrogatoires, il est finalement déporté à Orenbourg, avec l’impossibilité d’y travailler. Souffrant de la faim avec son fils Vlady, il ne parvient à survivre que grâce à l’aide de ses amis français et à l’argent de ses livres vendus à l’étranger. Il n’en continue pas moins de nourrir de l’espoir, en fréquentant d’autres oppositionnels déportés, au point d’entrevoir en 1934 un possible dégel du régime, voire un retour à la NEP, avant que l’assassinat de Kirov n’annonce la Grande Terreur à venir.

Minuit dans le siècle

Grâce à la campagne menée en France en sa faveur, et au rôle actif d’André Gide et Romain Rolland, Victor Serge est finalement libéré et quitte l’URSS en avril 1936, trois ans après son arrestation. Les quatre livres qu’il écrivit durant son séjour à Orenbourg, bien qu’ayant fait l’objet de nombreuses copies manuscrites, sont restés en URSS et n’ont jamais été retrouvés. Il s’agit de L’An 2 de la Révolution russe, des romans Les Hommes perdus (sur les anarchistes français avant la Première Guerre mondiale) et La Tourmente (suite de Ville conquise située en 1920), ainsi que d’un recueil de poèmes intitulé Résistance. De cette dernière période de sa vie, de 193612 à sa mort d’une crise cardiaque en 1947 au Mexique13, c’est l’isolement croissant qui domine, même s’il se rapproche en particulier de Natalia Sedova, représentant les « seuls survivants de la Révolution russe ici et peut-être dans le monde » (p. 268), pour reprendre ses propres mots14. Il faut dire qu’une fois parvenu en Europe occidentale, Serge subit la pression indirecte du NKVD, gênant ses efforts pour publier et survivre financièrement15. Il participe d’ailleurs pleinement, avec Léon Sedov, à la lutte pour la vérité sur les procès de Moscou, qu’il analyse comme une véritable contre-révolution à l’œuvre en URSS16. D’abord sur la même ligne globale que Trotsky, dont il fut le traducteur (sa version de La Révolution trahie reçut d’ailleurs des éloges de Trotsky), il s’en sépare peu à peu, la divergence centrale tenant à la construction d’une IVe Internationale élitiste, que Trotsky juge essentielle à la victoire future de la révolution, là où Serge préconise un rassemblement plus large, « alliance de tous les courants de gauche du mouvement ouvrier (sa plate-forme : la lutte des classes et l’internationalisme) » (p. 331), au risque d’un certain émoussement17… Un des points culminants de leurs divergences réside dans la présentation du pamphlet Leur Morale et la nôtre, traduit par Serge. Dans cette affaire, Susan Weissman dédouane totalement Serge, qui a d’ailleurs toujours nié être l’auteur de la dite présentation, et incrimine Étienne, alias Zborowski, proche collaborateur de Sedov et agent soviétique. Elle montre bien l’ambiance délétère générée à l’époque par le poids de la suspicion et de la paranoïa dans les milieux oppositionnels (Krivitsky pensait d’ailleurs que Serge était l’agent soviétique infiltré dans l’Opposition de gauche). En juin 1940, alors à Paris, il fuit avec sa famille vers le sud, échouant finalement à Marseille, où il finit, difficilement, par obtenir le précieux « sésame » permettant de quitter l’Europe. Plus que Varian Fry, dont les efforts étaient contrés aux États-Unis même18, ce sont surtout les Macdonald, Nancy et Dwight, qui lui apportèrent dans ces moments d’adversité un soutien sans faille. Finalement, après un voyage de six mois aux multiples rebondissements, Serge parvient en Amérique. Dans son exil mexicain, Serge poursuit ses réflexions, insistant en particulier sur l’hégémonie croissante d’un collectivisme anti-socialiste, à l’œuvre en URSS, le stalinisme étant pour lui un danger nodal. C’est à cette époque que sont rédigées ses Mémoires d’un révolutionnaire, « l’un des livres majeurs du mouvement ouvrier révolutionnaire de la première moitié du 20ème siècle », pour reprendre la formule de Frédéric Thomas19.

Un livre de référence, marqué par l’empathie, ce qui constitue certainement à la fois sa force et sa faiblesse. Susan Weissman a en particulier voulu montrer que Serge était toujours demeuré un combattant de la cause socialiste, un marxiste et un défenseur de la révolution russe et des bolcheviques20, attaché jusqu’au bout à un sens de l’histoire possiblement progressiste, ce qui l’amène à dévaloriser de manière assurément trop abrupte l’anarchisme21 ou le trotskysme. Esprit indépendant et engagé, Victor Serge fut en effet attaqué de tous côtés, apparaissant insatisfaisant pour la plupart des militants révolutionnaires. D’autre part, la centralité de la Russie revendiquée pour ce travail délaisse, non sans surprise, les événements d’Espagne, la politique du stalinisme et les débats autour du POUM et de ses positions, tous sujets qui ne sont ici que survolés.

1« C’est la passion politique qui m’a amenée à Serge et il est clair à mes yeux qu’il y a un sens politique à sauver de l’histoire une voix importante pour le 21e siècle. » (p. 14).

2« Il s’agit plutôt d’une étude biographique qui tente d’exprimer, au travers des yeux et de l’œuvre de Serge, le cœur et l’âme de l’optimisme révolutionnaire libérée en 1917 et muselé après que l’abjecte tyrannie contre-révolutionnaire de Staline ait étouffé la société soviétique, tout en reconstituant les efforts courageux – mais voués à l’échec – de ceux qui, l’ayant vu survenir, ont tenté de la combattre et d’en analyser le sens et le rôle historique. » (p. 26).

3« Serge a toujours considéré que les germes autoritaires existaient dans la pensée bolchevik et qu’ils s’étaient répandus comme de la mauvaise herbe sous Staline. Il souligne cependant que d’autres germes auraient pu fleurir et s’épanouir au sein d’une démocratie généralisée, si d’autres circonstances l’avaient permis. » (p. 62).

4En leur temps, les éditions La Brèche de la LCR avaient publié une série d’écrits de cette période baptisée Notes d’Allemagne (Montreuil, La Brèche, 1990).

5« Les écrivains et les artistes appartenant à une catégorie particulière, Serge considère que leur droit d’expression artistique est au-dessus de toute lutte politique. (…) la révolution doit se mesurer en termes humains, spirituels et culturels et non seulement économiques. » (p. 118).

6Susan Weissman commet à cette occasion une erreur, reprenant le mythe de la théorie du verre d’eau attribuée à Alexandra Kollontaï (p. 126). Voir mon article à paraître bientôt sur ce blog, « La résurrection d’Alexandra Kollontaï ».

7« Serge utilise le roman comme un moyen pour pénétrer la vérité intérieure des luttes politiques tumultueuses auxquelles lui et ses camarades ont participé. Ses œuvres de fiction atteignent une authenticité que les écrits historiques ne peuvent pas restituer. » (p. 217).

8Il a été rendu compte de sa réédition de 2011 sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3225

9Le roman a été analysé par Frédéric Thomas sur ce blog : http://dissidences.hypotheses.org/3227

10Son épouse, Liouba, subissant cette folie politique, finit par fusionner avec elle ; elle termine d’ailleurs sa vie en clinique psychiatrique, ne décédant qu’en 1985.

11« Il écrit que le socialisme ne pourra s’imposer que « s’il se montre supérieur au capitalisme […] non dans la fabrication des tanks, mais dans l’organisation de la vie sociale ; s’il offre à l’homme une condition meilleure que le capitalisme : plus de bien-être matériel, plus de justice, plus de liberté, une dignité plus haute. » » (p. 206).

12C’est le début de l’écriture de ses Carnets, tenus jusqu’à sa mort et édités en 2012 par Agone : http://dissidences.hypotheses.org/3220

13Susan Weissman met en discussion l’hypothèse de son assassinat par les services secrets soviétiques, mais à cette époque, Staline se sent-il vraiment menacé par un individu aussi isolé que Serge ?

14 C’est en recueillant son témoignage qu’il écrivit Vie et mort de Léon Trotsky, dont ce billet détourne le titre, recensé dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=461

15Les articles qu’il écrivit pour le journal syndical belge, La Wallonie, de 1936 à 1940, ont été publiés dans Retour à l’ouest, analysé par Frédéric Thomas dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=336

16C’est également lui qui écrit le livre d’Alexandre Barmine, transfuge soviétique, Vingt ans au service de l’URSS. Souvenirs d’un diplomate soviétique.

17Il qualifie d’ailleurs le mouvement trotskyste de « débile et sectaire » (p. 329), gardant constamment respect et admiration pour Trotsky.

18Serge fut d’ailleurs jusqu’à sa mort sous surveillance du FBI, Susan Weissman ayant utilisé certains documents déclassifiés pour son livre.

19Extrait de notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=849 Citons également l’analyse de son ultime roman, Les Années sans pardon, dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1835

20Y compris pendant la discussion sur Cronstadt, à la fin des années 1930. « Est-ce qu’il est sage de juger un organisme vivant à partir des bactéries que l’autopsie révèle et dont il peut, par ailleurs, avoir été porteur depuis sa naissance ? » (p. 333-334).

21« (…) forme de romantisme révolutionnaire (…) lequel appartient vraiment à l’époque préindustrielle. » (p. 35).

Jan Waclav Makhaïski, Le socialisme des intellectuels, critique des capitalistes du savoir, textes choisis, traduits et présentés par Alexandre Skirda, Paris, Spartacus, 2014, 322 pages, 18 €.

Un billet de Florent Schoumacher

Le penseur polonais Jan Waclav Makhaïski (1866-1926) a développé une critique globale des socialismes (communistes ou anarchistes) selon laquelle les révolutions feraient toutes l’objet d’une captation par une nouvelle classe d’individus émergeant dans les mouvements sociaux et politiques, « les capitalistes du savoir », sorte de frange intellectuelle de la petite bourgeoisie. Cette expression n’est pas de l’auteur polonais, mais de son traducteur (présentation de 1978, p. 7). Pour Makhaïski, Marx, Engels, Lénine seraient tous issus des rangs de cette nouvelle classe. Ainsi tous les courants du socialisme ne viseraient qu’à utiliser les prolétaires comme faire-valoir pour asseoir cette nouvelle classe au pouvoir. Au XXe siècle, d’autres théoriciens invoquent le rôle de la bureaucratie.

Cet ancien étudiant de médecine (p. 21), bientôt converti aux idées socialistes de la fin du XIXe siècle, employé de banque un temps (p. 40), est emprisonné durant onze ans en tout, comme beaucoup de révolutionnaires de l’époque. Lors de sa réclusion, il croise Léon Trotsky (p. 24-25). Pour lui, la lutte de classe entre prolétariat et bourgeoisie n’existe pas vraiment. Il décèle plutôt une lutte entre la masse et l’élite (p. 37). Alexandre Skirda résume ainsi son credo : « L’émancipation des ouvriers, le renversement de l’oppression qu’ils subissent, sont des causes bien plus solides que le socialisme. Celui-ci rassemble des forces pour le seul renversement des capitalistes, mais il veut ensuite les remplacer par la classe des “ cols blancs ” héréditaires, tout en laissant dans la servitude la classe des travailleurs manuels et leurs descendances » (p. 42). Ce texte n’est d’ailleurs pas reproduit dans ce volume.

Autant le concept de Jan Waclav Makhaïski est original et innovant et peut ouvrir des pistes pour comprendre l’échec du socialisme au XXe siècle, autant la citation par l’auteur de penseurs réactionnaires comme Werner Sombart nous laisse dubitatif –  doutes qui s’accroissent en découvrant les références de son traducteur dans sa longue introduction (près de cent pages). En effet, Alexandre Skirda cite longuement Georges Sorel «  théoricien important du socialisme » (p. 63) dont on connaît également l’ambiguïté sur l’antisémitisme, et accorde une très large place aux réflexions de Robert Michels dans son ouvrage majeur (Les partis politiques, essais sur les tendances oligarchiques, 1911). Ses réflexions suscitent un certain malaise1. L’avant-dernier texte de Makhaïski (La conspiration ouvrière, 1908, p. 259-289, reproduit dans ce volume) renforce cette sensation. Le penseur polonais y indique que les intellectuels seraient humiliés par leur dépendance vis-à-vis des capitalistes, qu’ils se « rebiffe[ra]ient » et utiliseraient les travailleurs manuels, toujours prêts à se battre en « s’efforçant de leur prêcher la révolution » (p. 268). Il propose une solution : la grève générale économique (p. 279) et une forme d’organisation : « la conspiration ouvrière » (p. 284). Des passages ne sont pas reproduits mais marqués par ce signe « (…) ». Nous n’en saurons donc pas plus…. Il ne faut sans doute pas éventer la « conspiration ».

En refermant ce livre, réédité2 en 2001 aux éditions de Paris-Max Chaleil et dont les invendus ont été apparemment récupérés par Spartacus si l’on en croit les étiquettes qui y sont maladroitement accolées, on s’interroge. Les textes reproduits de Makhaïski sont parfois tronqués de plusieurs paragraphes (comme si le traducteur et ses éditeurs ne voulaient pas nous dévoiler toute la pensée de l’auteur) sans aucune explication éditoriale, ce qui soulève tout de même un problème épistémologique et déontologique3.

Résumons :

* Un parallèle douteux entre l’URSS et le Troisième Reich (cf. le recto de la couverture, et la préface à la troisième édition), parallèle introduit par le libéral russe Piotr Struve.

* Les références du traducteur à Robert Michels (sociologue allemand qui adhéra au parti fasciste italien vers 1918 et obtiendra un poste de professeur à Pérouse (Italie) jusqu’à sa mort en 1936) ; Gaetano Mosca (juriste, professeur de droit constitutionnel à l’université de Turin de 1896 à 1924, penseur de « l’élitisme ») ; Vilfredo Pareto (sociologue mort en 1923, ayant salué l’accession de Mussolini au pouvoir et mis en valeur par la Nouvelle Droite d’Alain de Benoist) ; et Henri de Man (penseur fasciste4 belge condamné à vingt ans de réclusion après guerre pour collaboration et mort en 1953) (p. 323 et suivantes).

* L’ironie obscurantiste contre le socialisme scientifique (Makhaïski, p. 242 et suivantes) résumée ainsi : « les ouvriers devraient donc apprendre tous les sciences durant leurs congés ».

* Le prétendu « hold-up » du projet révolutionnaire perpétré par une « caste » (p. 15 et suivantes).

* L’utilisation du vocable « pillage » pour évoquer cette captation (Makhaïski p.140, 210, 238, par exemple) ou encore de celui de « classe parasite » (traducteur, p. 90).

* L’utilisation d’expressions comme « minorité héréditaire » et « minorité privilégiée » (p. 140) pour évoquer les intellectuels.

* L’utilisation par le traducteur d’un vocabulaire sexiste (« Putanat » p. 13 et suivantes) pour désigner l’action des intellectuels dans la révolution.

* La présentation de l’affaire Dreyfus comme le déclencheur de l’arrivée des intellectuels au sein des mouvements socialistes (le traducteur, p. 62)5, alors que cela concerne principalement la France.

* La négation de la lutte de classe au profit d’une lutte masses/élites (traducteur, p. 37).

* Les citations d’auteurs ayant inspiré le fascisme initial (pour Makhaïski, Sombart p. 152 et suivantes et Struve, p.195 et suivantes).

* Le caviardage des textes de Makhaïski et les « raccourcis » de plus en plus conséquents en fonction de l’année d’écriture du texte (par exemple p. 131, 194, 206, 226, 243, 244, 247, 251, 254, 260, 261, 264, 267, 272, 286, 288…) sans qu’il nous soit permis de comprendre la cause de ces coupes ni de connaître la longueur des paragraphes supprimés.

Tout cela offre un faisceau d’indices inquiétant. Sous un discours anti-autoritaire qui affirme que la social-démocratie historique (c’est-à-dire le mouvement socialiste et communiste initial), le bolchevisme, le marxisme, l’anarchisme ne fonctionnent pas, percent quelques-uns des arguments classiques d’une rhétorique réactionnaire, aux références douteuses, sans que le traducteur ou les éditeurs s’expriment franchement sur cet aspect des thèses de Jan Waclav Makhaïski. Des critiques partielles pertinentes aboutissent à une critique globale qui l’est beaucoup moins.Voilà donc un livre au départ intrigant qui finit par faire émerger une pensée très proche des thèses anticommunistes et assez éloignée des thèses libertaires habituellement défendues par les éditions Spartacus, bien que celles-ci, dans les années cinquante, n’aient pas hésité à publier quelques titres anticommunistes, justement, de tonalité maccarthyste6.

C’est aussi un ouvrage de notre époque, en ce sens que son ambiguïté idéologique ne fait qu’obscurcir un peu plus, dans le champ des idées révolutionnaires ou tout simplement progressistes, une situation déjà bien confuse.

1Et si l’on se renseigne un peu, on trouvera des éléments singuliers au sujet d’Alexandre Skirda. Ainsi son livre, La Traite des Slaves : l’esclavage des Blancs du VIIIe au XVIIIe siècle, fait l’objet d’une recension élogieuse, sur un site d’extrême droite radicale, Polémia, repris par le site du Front National de Charente-maritime : http://www.frontnational17.fr/la-traite-des-slaves-lesclavage-des-blancs-du-viiie-au-xviiie-siecle-de-alexandre-skirda/. Les cahiers du monde russe (http://monderusse.revues.org/7358 ) lui accordent une recension bien plus citrique. Ainsi au sujet de sa critique du rôle des juifs, les auteurs de la recension (Aleksandr Lavrov et André Berelowitch) indiquent : « L’auteur reconnaît que la majorité des juifs médiévaux n’avait rien à voir avec le commerce des esclaves. Malgré cela, une corporation spéciale de marchands juifs (les Radânites, comme les appelle l’auteur) est déclarée responsable de l’organisation de la traite. Ici on décèle très clairement l’influence néfaste des idées de Lev Gumilev sur le rôle des juifs au sein de certaines sociétés médiévales ». Ce à quoi Skirda répondra par lettre en date du 20 décembre 2011 : «Cela dit, je suis surpris par la médiocrité de cette recension, n’y a-t-il pas des membres sérieux et compétents parmi la rédaction de votre revue ? »

2La première édition est parue en 1979 aux éditions du Seuil, grâce à Jacques Julliard.

3Dans un article intitulé « Machajsky, A Rightfully Forgotten Prophet » [Makhaïski, un prophète justement oublié], Telos n° 71, printemps 1987, p. 111-128, un auteur trotskyste, Ernest Haberkern, prétend que les textes de Makhaïski auraient été expurgés de sorties antisémites par son traducteur, Alexandre Skirda. Les textes originaux n’étant disponibles qu’en russe, il nous est impossible de trancher. Marshall S. Shatz, le biographe de Makhaïski, dans le chapitre 4 de Waclaw Machajski: A radical critic of the Russian intelligensia and socialism essaie de répondre à cette critique avec un argument plutôt faible (la femme de Makhaïski était juive donc il ne pouvait pas être antisémite) et surtout en nous fournissant des extraits peu convaincants des positions du penseur polonais à propos du rôle des Cent Noirs en Russie. La lecture des textes traduits par Alexandre Skirda ne peut qu’entretenir le doute tant que les textes n’auront pas été édités en français dans leur intégralité. De plus un traducteur qui cite autant d’auteurs réactionnaires (que Schatz présente aussi comme une source d’inspiration pour Makhaïski) ne nous rassure vraiment pas.

4Zeev Sternhell, Ni gauche ni droite : l’idéologie fasciste en France, Paris, Fayard, 2000, Folio, coll. « Folio histoire », 2012.

5Alexandre Skirda écrira d’ailleurs au sujet de l’Affaire Dreyfus : « Elle a donné lieu à une agitation confuse dans laquelle un chat révolutionnaire aurait eu beaucoup de difficulté à identifier ses chatons ! La cause de tout cela était la condamnation injuste d’un capitaine, (un millionnaire et fils d’un millionnaire en francs de l’époque) à cause de sa foi juive. Beaucoup d’anarchistes se laissent entraîner dans cet épisode discutable ; Sébastien Faure même mis en place un quotidien avec le soutien du capital juif. » (traduction par nos soins de l’original anglais Facing the Enemy: A History of Anarchist Organization from Proudhon to May 1968, translated Paul Sharkey, Edinburgh & Oakland, AK Press, 2002, p. 70).

6Par exemple Paul Clerey, Français, voici la Cinquième colonne, Paris, Spartacus, série A, n° 31, 1951 ou Suzanne Labin, La conspiration communiste ; l’hydre totalitaire, comment la museler, Paris, Spartacus, collection « Spartacus », série A n° 33, 1957.

Émission Duels : « Staline / Trotski, le tsar et le prophète », documentaire de 52 minutes d’Alain Frerejean et Marie-Laurence Rincé, produit par Label Image, 2014 (diffusé sur France 5 le jeudi 26 mars 2015 à 21h40).

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Par le passé, Dissidences a eu l’occasion de chroniquer certains documentaires télévisuels, souvent liés à l’histoire des trotskysmes : citons entre autres « C’est parti ! » sur la naissance du NPA (http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1917), ou Les Trotskystes, sorti ensuite en DVD (http://www.dissidences.net/documents/docu_trotskystes.pdf). Ce type de programme a tendance, ces dernières années, à se faire nettement plus rare, parallèlement au déclin de l’intérêt médiatique pour l’extrême gauche trotskyste française, que l’on peut en gros dater de la seconde moitié des années 2000. Ce volet de l’émission Duels met pour sa part en vedette les figures gémellaires de Trotsky et Staline, faisant de la sorte office de signe avant-coureur d’une probable inflation d’émissions sur le communisme et l’URSS autour du centenaire de la révolution d’Octobre 17… Articulé en six parties (alors que le commentaire évoque un drame en cinq actes), et réalisé par le biographe de Georges Pompidou, Alain Frerejean, et la journaliste Marie-Laurence Rincé, ce documentaire privilégie une vision théâtralisé des événements, le parti pris initial ayant d’emblée tendance à déformer la réalité au profit d’une opposition binaire et personnelle. Outre le commentaire, dont nous aurons à reparler, plusieurs intervenants universitaires sont sollicités : Stéphane Courtois, Nicolas Werth, Alexandre Sumpf, Jean-Jacques Marie, Serge Wolikow et Hélène Carrère d’Encausse, auxquels il faut ajouter le journaliste Alexandre Adler et Esteban Volkov, petit-fils de Trotsky. A priori, on a là une indéniable diversité de figures historiographiquement divergentes, bien que sur un plan strictement quantitatif, c’est de loin Stéphane Courtois qui est privilégié, indiquant de cette manière la préférence des réalisateurs.

Après une présentation préalable de l’émission qui assimile Trotsky et Staline dans le rejet criminel1, la narration proprement dite s’appuie d’emblée sur une certaine téléologie. Les caractères des deux personnages, « le cynique contre l’idéaliste », sont présentés comme figés et antagonistes dès 1907, Trotsky comparativement à Staline ayant « toujours été son rival », d’où l’existence quasi permanente d’un « duel pour le pouvoir » ; dès cette année, « un poison lent commence à se distiller » (sic). On est ici en plein roman, d’autant que les divergences politiques proprement dites ne sont pas abordées (le fait que Trotsky ne soit pas membre du parti bolchevique durant l’essentiel de l’avant-guerre n’est absolument pas cité). Le choix de centrer le propos sur Staline et Trotsky conduit en outre à la marginalisation des autres leaders bolcheviques comparativement aux deux « lieutenants de Lénine », et à des déformations éhontées, révélant un travail de préparation déficient : comment en effet comprendre autrement l’affirmation selon laquelle Trotsky serait seul, avant 1914, à nourrir l’objectif d’une révolution mondiale, face à un Staline déjà intéressé par la priorité à la révolution en Russie, quand cet objectif était en fait partagé par la majorité des révolutionnaires socialistes ? La période de la guerre civile permet de présenter assez justement le rôle capital de Trotsky (en se limitant toutefois à l’opposition rouges / blancs, sans mentionner une seule fois l’aide des pays occidentaux aux seconds), mais débouche sur un contresens doublé d’un inexplicable silence. L’offensive menée en 1920 par l’armée rouge en Pologne est en effet présentée « comme une déclaration de guerre » entre Staline, n’ayant pas respecté les ordres donnés, et Trotsky, soi-disant favorable à une extension révolutionnaire en Pologne par la voie des armes (alors que sa position en était à l’exact opposé !) ; par contre, l’opposition antérieure plus sérieuse survenue entre Trotsky et Staline, alors en poste à Tsaritsyne, concernant la nature de la guerre à mener face à la contre-révolution, est totalement passée sous silence, alors qu’elle marque le véritable début des relations tendues entre les deux hommes. La lutte pour la succession de Lénine occupe évidemment une grande place dans l’exposé, et si un Alexandre Sumpf insiste sur l’opposition psychologique des deux dirigeants, Jean-Jacques Marie privilégie la problématique de la bureaucratie dont Staline est le représentant. Ce sont sans doute là les passages les plus réussis du documentaire, mais aussi les plus classiques, de l’édification d’une mythologie autour de Lénine à la progressive consolidation du pouvoir de Staline dans le pays. La suite est plus rapide, laconique et allusive, avec un Trotsky dont l’impression dominante est qu’il est pratiquement seul – même si la fondation de la IVe Internationale est citée –, et des divergences d’analyse sur le fascisme et ses progrès qui se limitent ici au pacte germano-soviétique, présenté comme la cause immédiate de l’assassinat de Trotsky, alors que la guerre et la déstabilisation possible de l’URSS sont autrement plus importantes…

S’agissant des images proposées, elles sont loin de toujours correspondre aux événements évoqués : des extraits du film Octobre d’Eisenstein servent à illustrer la révolution de février (sic), le couple Trotsky en route pour le Mexique est censé représenter les mêmes mais dix ans plus tôt, à leur arrivée en Turquie… sans parler de cette vidéo fort connue de Staline à la tribune, diffusée au ralenti, et dans laquelle il se tourne à la manière d’un rapace, à laquelle on a droit plusieurs fois durant tout le documentaire ! Tout aussi discutables, les premières images du documentaire – que l’on retrouve également vers la fin – consistent en une reconstitution de l’assassinat de Trotsky à la façon d’un film d’horreur, avec projection de sang sur le mur et jeu sur les ombres… Autant de choix de mise en scène qui renforcent jusqu’au ridicule la dramatisation du récit. Simplification, sélection discutable, silences inexplicables, autant de défauts qui plombent le propos et gâchent les considérations plus pertinentes, pourtant plurielles. Le contraste est frappant avec le documentaire diffusé en 1991 par France 3, dans l’émission Océaniques, et en ce sens, « Staline / Trotsky, le tsar et le prophète » se rapproche davantage, hélas, du documentaire de Jürgen et Daniel Ast, diffusé sur Arte en octobre 20072.

1Tous deux ont la « même ambition », usent du « même recours à la terreur » avec pour résultat des « millions de morts »…

2Voir la recension que Christian Beuvain et moi-même en fîmes dans un article plus large intitulé « Le spectre de Smolny ? Retour sur le 90e anniversaire d’octobre 1917 à travers textes et images animées », publié dans la revue électronique n° 3 de Dissidences au printemps 2012 : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1330

Sophie Coeuré, Pierre Pascal. La Russie entre christianisme et communisme, Lausanne, les éditions Noir sur Blanc, 2014, 416 pages, 25 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sophie Coeuré, déjà connue pour ses travaux sur la perception de la Russie soviétique et de l’URSS – citons en particulier La Grande lueur à l’est. Les Français et l’Union soviétique 1917-1939, ou en collaboration avec Rachel Mazuy Cousu de fil rouge. Voyage des intellectuels français en Union soviétique1 –, livre une remarquable biographie de Pierre Pascal, dans le même temps où sort, chez le même éditeur, le cinquième tome inédit de son Journal de Russie 1928-19292. Classiquement chronologique, son récit s’accompagne de réflexions sur l’ancrage idéologique de son personnage et de considérations d’importance sur cette page de l’histoire, celle d’Octobre, de sa nature et de ses suites. D’emblée, d’ailleurs, sa démarche séduit, résonnant du même ton que la nôtre : « Le regard que nous portons (…) n’est désormais ni celui de la condamnation, ni celui de la justification : c’est celui de la compréhension. » (p. 8)

Si l’on considère qu’un homme, quelles que soient les péripéties, les circonvolutions voire les avanies de son existence, garde en lui certaines caractéristiques qui sont comme figées dans le marbre, dans le cas de Pierre Pascal, c’est incontestablement l’amour de la Russie et la foi chrétienne qui sont chevillés au corps. D’origine bourgeoise (son père était professeur de lycée), Pierre Pascal, né en 1890, fait de brillantes études, passant par l’École normale supérieure et y obtenant l’agrégation. C’est durant ces années qu’il prend goût à la langue russe, effectuant des voyages en Russie même, au cours des étés 1911 et 1912. Cette passion linguistique est également culturelle, et entre en résonance avec l’adhésion au christianisme, dont les moteurs semblent avoir été le rejet du milieu bourgeois et la recherche d’un idéal. Avec sa visite de la communauté religieuse de la « confrérie ouvrière de l’Exaltation de la Croix », en Russie, on saisit déjà ce qui va faire converger engagement spirituel et révolution russe3. Avec l’éclatement de la Première Guerre mondiale, Pierre Pascal est mobilisé, d’abord sur le front ouest, puis dans les Dardanelles. Blessé, il intègre ensuite le Grand Quartier Général, avant de faire partie de la mission militaire française en Russie au printemps 1916 grâce à ses compétences linguistiques reconnues. Dans ces mois qui précèdent la déflagration de 1917, Pierre Pascal, qui tient déjà un journal, manifeste doute et méfiance à l’égard de la politique, motivé qu’il est par un rêve d’unicité chrétienne.

Les deux révolutions bousculent et enthousiasment le militaire français, qui y voit une véritable « rupture eschatologique » (p. 79). Il finit par se rallier aux bolcheviques à la suite de la mission dont il est chargé auprès de la fameuse Légion tchécoslovaque, mission qui sert à ses yeux de révélateur du rôle ouvertement contre-révolutionnaire joué par la France et ses alliés. C’est ainsi qu’à la fin de l’année 1918, Pierre Pascal reste en Russie dans le même temps où la mission militaire retourne en France. Il participe alors au Groupe communiste français de Moscou, où il réside4. Les pages qui évoquent cette expérience sont particulièrement intéressantes, présentant la vie souvent conflictuelle de ce microcosme bigarré (entre Pascal et Henri Guilbeaux d’un côté, Jacques Sadoul de l’autre), leurs actions de propagande, et même leurs liens avec la tcheka. Le Parti communiste russe suivait en effet la vie de ce groupe étranger, en qui il vit un temps une possible direction future d’un parti communiste français, avant que les déceptions à son égard ne l’emportent, ce qui entraîna également la critique de l’engagement religieux manifesté par Pierre Pascal (début 1921, la cohabitation de la foi et du militantisme communiste fut validée, sous réserve d’un travail visant la disparition de toute croyance religieuse).

Au début des années 1920, Pierre Pascal travaille comme traducteur à la fois pour le commissariat aux affaires étrangères de Tchitcherine et pour la Comintern. Il assiste aux IIe et IIIe congrès de l’Internationale, servant de liaison avec les délégués français (ce qui lui permet d’ailleurs de rencontrer celle qui allait devenir la femme de sa vie, et par qui il allait devenir le beau-frère de Victor Serge), et rédige également des brochures de propagande, ce qui lui vaut en France une réputation d’intellectuel, statut que lui-même repousse. Mais il s’agit pour l’essentiel d’un travail en partie hors-sol, Pierre Pascal usant des informations statistiques sans véritablement se confronter à la population russe. L’infléchissement du soutien qu’il accorde aux dirigeants de la Russie soviétique devenue URSS a lieu non par rapport à la répression politique (il témoigne au procès des socialistes-révolutionnaires en 1922), mais à l’embourgeoisement de la révolution, sensible pour lui avec l’instauration de la NEP et l’abandon apparent de l’idée d’égalité qui lui tenait tant à cœur5. Avec l’affaire Nicolas Lazarévitch, un de ces nombreux anarchistes ralliés à la révolution bolchevique, arrêté et emprisonné en 1924, Pierre Pascal prend publiquement position pour le défendre. Il perd par conséquent ses postes professionnels.

Demeurant à Moscou, il vit alors de divers travaux de traduction, fréquentant l’Institut Marx-Engels de David Riazanov et prenant même en charge les premiers tomes de la publication des Œuvres choisies de Lénine en français. S’il se défie de l’opposition de gauche et de l’opposition unifiée, il conserve des liens avec Victor Serge, mais également avec Boris Souvarine ou La Révolution prolétarienne en France, à qui il fournit des informations sur l’URSS. Dans ce positionnement personnel tel qu’il s’exerce dans la seconde moitié des années 1920, Sophie Coeuré voit d’ailleurs une anticipation de la dissidence des années 1960 et 706. A la charnière des années 20 et 30, toutefois, l’étau se resserre, corrélativement à la mainmise accrue de Staline et à la normalisation qu’elle induit. L’intensification des répressions pousse dès lors Pierre Pascal dans deux directions complémentaires et déterminantes pour le reste de sa vie : le repli dans la recherche historique, centrée sur le personnage d’Avvakoum (un clerc, chrétien dissident du XVIIe siècle, opposé à la réforme de l’Église orthodoxe et inspirateur des « vieux croyants »), et la décision de revenir en France, effective en 1933 grâce à l’entremise d’Édouard Herriot (à l’occasion des négociations franco-soviétiques).

La réintégration de Pierre Pascal au sein de la société française s’effectue avec une relative aisance, son passé se retrouvant en grande partie éclipsé, la soutenance d’une thèse sur le sujet historique qu’il avait choisi lui permettant même d’intégrer l’université dans les premiers mois du Front populaire au pouvoir. Il prend de fait une grande distance par rapport aux débats oppositionnels et à l’URSS de manière plus générale, a contrario de l’évolution de Victor Serge. Durant l’Occupation, il est même conduit, afin de protéger sa femme, d’origine juive, à se présenter aux autorités comme anticommuniste, et rallié aux bolcheviques par erreur. Dans l’après-guerre, il est d’ailleurs proche de certains réseaux anticommunistes (ceux de ses amis Souvarine, Body et Lazarévitch) et catholiques (il vote MRP), mais aussi de La Révolution prolétarienne, comme pour mieux illustrer l’éclectisme relatif de l’homme. Davantage influencé par les premiers cités, Pierre Pascal développe l’idée d’une civilisation russe originelle et persistante, matérialisée dans la paysannerie, que les bolcheviques auraient donc violenté.

Mais dans le travail de mémoire qui revient en force à compter du cinquantenaire d’Octobre (Marcel Body ayant ici fait office d’aiguillon), et qui se décline sous forme d’émissions de radio7 et de la publication du Journal de Russie, Pierre Pascal mêle des éléments de relecture de l’histoire (essentiellement une coïncidence artificielle entre basculement de la NEP et fin de son attachement à la Russie soviétique) à une absence de reniement vis-à-vis d’une époque, celle des premières années de la rupture révolutionnaire, durant laquelle tout semblait possible… De ce livre proprement passionnant, qui s’efforce de retrouver le noyau dur de l’évolution d’un homme, au-delà des reconstructions ultérieures, on regrettera seulement un manque d’analyse détaillée des écrits publics de Pierre Pascal, en particulier les brochures écrites dans les années 1920 ou son appareil critique accompagnant les écrits choisis de Lénine.

1Ce dernier ouvrage est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/667

2Les quatre précédents tomes sont sortis chez L’Âge d’homme, entre 1975 et 1977, et réédités en 1990.

3« Expérience fondatrice, incontestablement, pour le jeune homme, que ce premier contact avec le « communisme » [dans une lettre à sa mère, Pierre Pascal parle de la « société communiste » mise en place par cette communauté], terme encore rare à l’époque, comme spiritualité radicale et collective. » (p. 27).

4Sur ce sujet, le livre de Marcel Body, Les Groupes communistes français de Russie, édité en 1988 chez Allia, vient d’être réédité. Voir également l’étude de Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

5« C’est bien l’abandon d’un projet de rénovation radicale de la société basée sur l’égalité, seul porteur de sens pour l’avenir du peuple russe, que les quelques notes conservées placent au cœur du processus de déception. » (p. 188).

6 « Sur le fond, une volonté de réformer et d’améliorer le système et non de le détruire, une réflexion souvent aussi morale qu’idéologique, s’articulaient avec des modes de vie contraints par le régime soviétique, mais aussi issus d’une réélaboration d’une culture de la clandestinité politique. » (p. 232-233).

7L’émission de France Inter « La Marche de l’histoire » du 7 février 2014, consacrée à « 1919 l’année terrible, deux Français à Moscou », réutilise justement le témoignage d’alors livré par Pierre Pascal.

Max Leroy, Emma Goldman. Une éthique de l’émancipation, Lyon, Atelier de création libertaire, 2014, 244 pages, 16 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’amicale collaboration de Christian Beuvain)

La quatrième de couverture présente cette biographie comme la première disponible en langue française. Le lecteur peut donc s’attendre à une œuvre profondément originale, basée sur des sources inédites et une documentation de première main. Or, la composition du livre obéit à un autre dispositif, ce qui n’en amoindrit pas nécessairement l’intérêt d’ailleurs. Retenons tout d’abord qu’il existe une autobiographie en anglais (Living My Life1), partiellement traduite en français sous le titre L’épopée d’une anarchiste (Complexe, 1979), que Max Leroy utilise abondamment. Aux œuvres autobiographiques, en anglais comme en français, Max Leroy, qui a déjà consacré divers ouvrages au mouvement anarchiste2, ajoute des apports synthétiques des six biographies qui existent en anglais sur Emma Goldman3, ainsi que quelques recherches archivistiques, essentiellement sur la période non traitée dans l’œuvre autobiographique, déposées à l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) d’Amsterdam. Ces précisions permettent de mieux comprendre la nature du texte proposé et présenté comme innovant. Le propos s’ordonne en quatre parties, découpées en un nombre variable de chapitres, permettant de suivre l’action et la vie de Emma Goldman, de sa naissance à sa disparition. Née en Russie, elle émigre aux États-Unis, liant intiment vie sentimentale et militantisme politique. Sa vie est une véritable épopée, bien rendue par l’auteur. Emma Goldman incarne dans les dernières décennies du XIXe siècle le courant anarchiste aux États-Unis, au sein des milieux de l’immigration. Il serait trop long d’exposer ici ses combats, évoqués au fil des chapitres. Elle est de toutes les luttes : soutien aux grèves, néo-malthusianisme (un des aspects les plus inattendus), anti-militarisme et pacifisme, soutien et solidarité contre la répression, etc. Femme libre, elle choisit de ne pas avoir d’enfant. Elle incarne donc, avec bien des décennies d’avance, la lutte des femmes pour leur autonomie. Elle mêle à son combat pour l’émancipation humaine une revendication en faveur de l’amour libre, qui est tout sauf théorique, si l’on considère le nombre de ses amants, bien qu’elle partage sa vie avec Alexander Berkman, au autre anarchiste connu. C’est d’ailleurs avec lui et 246 autres révolutionnaires (communistes, syndicalistes, anarchistes) qu’elle est expulsée en Russie en décembre 1919, au moment de la première vague massive de répression « anti-rouges » aux États-Unis. Le directeur du Bureau d’investigation (BOI, ancêtre du FBI), J. Edgar Hoover lui rend en quelque sorte hommage en déclarant : « c’est l’une des femmes les plus dangereuses d’Amérique ». L’expérience soviétique déçoit Emma Goldman et Alexander Berkman. Elle publie alors Ma désillusion en Russie4, tandis qu’il écrit Le mythe bolchevique (La Digitale, 1986), livres témoignages où s’expriment leur désarroi puis leur désapprobation de la politique communiste, dans la période de la guerre civile. Après avoir quitté l’Union soviétique, elle passe de pays en pays, résidant longuement en France, mais aussi dans de nombreux autres pays européens. Elle participe à la révolution espagnole, tirant un bilan très critique de l’évolution du courant libertaire dans ce pays. Poursuivant ses publications (notamment en 1938 un très passionnant débat, aux résonances actuelles, sur le sionisme, l’antisémitisme et la Palestine, disponible sur Internet5), elle s’éteint à 70 ans le 14 mai 1940, alors qu’elle résidait au Canada.

On notera la phrase conclusive, assez inattendue, citant l’appel du 18 juin du général De Gaulle, dont la mention manque de pertinence. Max Leroy ajoute à cette biographie quelques considération personnelles sur le socialisme libertaire, et surtout, quatre textes de Emma Goldman, dont « La philosophie de l’athéisme » et « Le communisme n’existe pas en URSS »6 . Au total, avec cet ouvrage, préfacé par l’universitaire et militant Normand Baillargeon, le lecteur dispose d’un « ouvrage relais » en attendant la publication enfin complète de son autobiographie.

1Une traduction intégrale (plus de 1000 pages) de Living my life, prévue pour 2016 ou 2017 est en cours aux éditions l’Echappée.

2Dont un Les Orages libertaires, politique de Léo Ferré , chez le même éditeur, en 2012.

3 Il s’agit des ouvrages suivants :

  • Falk Candace, Love, Anarchy and Emma Goldman.
  • Drinnon Richard, Rebel in Paradise.
  • Moritz Theresa et Alfred, The World’s most Dangerous Woman: A New Biography of Emma Goldman.
  • Wexler Alice, Emma Goldman, an Intimate Life.
  • Chalberg John C., Emma Goldman, American Individualist.
  • Porter David, Vision on Fire. Emma Goldman on the Spanish Revolution..

4Ces deux tomes sont disponibles sur http://fr.calameo.com/read/0000868666f95250853ef

5Ces textes sont mis en ligne par la revue militante Ni patrie ni frontières, http://www.mondialisme.org/spip.php?article1147

6Ce texte a déjà fait l’objet d’une publication, dans le n° 1 de la revue Ni patrie ni frontières (voir la note précédente), en 2002, http://www.mondialisme.org/spip.php?article27 . Il est également disponible sur http://kropot.free.fr/Goldman-nocommunism.htm

Mila Cotlenko, Maria Nikiforova. La révolution sans attendre. L’épopée d’une anarchiste à travers l’Ukraine (1902-1919), Paris, Mutines Séditions, 2014, 142 pages, 6 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Si le nom de Nestor Makhno, le révolutionnaire anarchiste ukrainien est relativement connu, il est probable que celui de Maria Nikiforova sera une découvert pour un grand nombre. Pourtant, dans ses Mémoires et écrits (1917-1932) (éditions Ivréa), Makhno cite sa camarade à plusieurs reprises. Il existe également des sources russes (en particulier les mémoires de Viktor Belash, chef d’état major de l’insurrection maknoviste, qui sont largement sollicitées dans le travail de Cotlenko, Dorogi Nestora Makhno, Moscou 1993) qui évoquent la figure de Nikiforova.

Cette dernière est née en Ukraine en 1885. Elle participe aux attentats et est condamnée à mort en 1908. Sa peine est commuée et elle est déportée en Sibérie. C’est là qu’elle commence à être connue sous le nom de Maroussia. Elle parvint à s’évader au bout de quelques années, rejoint d’abord les États-Unis, puis ensuite l’Europe (Londres, Allemagne, Suisse, France, Espagne) où elle prend part aux activités des groupes anarchistes locaux. Lors de la première guerre mondiale, Maroussia s’engage (elle partage les positions de Pierre Kropotkine, favorable à une « guerre démocratique ») et se trouve sur le front de Salonique lorsque la révolution russe éclate. Elle rejoint son Ukraine natale où elle participe aux combats contre le gouvernement nationaliste de la Rada. L’histoire de l’Ukraine durant la période révolutionnaire est particulièrement compliquée car se superposent une guerre de classe (les Rouges contre les Blancs) et une guerre nationale impliquant à la fois les nationalistes ukrainiens, mais aussi les troupes allemandes, ainsi que les troupes blanches, sans compter l’insurrection makhnoviste, le tout en l’espace de quelques mois. Ce ne sont que combats incessants, avec avancées et reculs des différentes forces, avec massacres de civils, pogroms et pillages. Après avoir participé à différents affrontements, elle revient à Gouliaï-Polié, le cœur du soulèvement makhnoviste, pour échapper à une condamnation prononcée par les bolcheviques. Elle rejoint le mouvement de Makhno, alors allié des bolcheviques. Mais rapidement, la rupture se manifeste, une fois les Blancs défaits. De très importants débats traversent le mouvement libertaire sur la conduite à tenir et Maroussia défend une position favorisant la clandestinité et l’action terroriste, qu’elle met en pratique avec un groupe qu’elle a formé. Elle participe à un attentat meurtrier contre une réunion communiste à Moscou. Les plans ne s’arrêtent pas là, car un autre attentat est prévu pour le deuxième anniversaire d’Octobre, visant rien de moins qu’à faire sauter le Kremlin avec l’ensemble du gouvernement. Le projet n’aboutit pas, comme on sait. En effet, Maroussia est reconnue en août 1919 dans les rues de Sébastopol, alors tenue par les Blancs. Elle est immédiatement condamnée par un tribunal militaire et exécutée. Ce court ouvrage, empreint d’une féroce hostilité aux bolcheviques, nourri de sources russes et anglophones mal connues, présente une dimension originale du processus révolutionnaire enclenché par Octobre 17. On le classera dans la catégorie des documents militants.

Paul Frölich, Impérialisme, guerre et lutte de classes en Allemagne. 1914-1918, Montreuil-sous-bois, éditions Science marxiste, collection « Documents », 2014 (édition originale en 1924), 366 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Science marxiste avaient déjà publié de Paul Frölich, dirigeant communiste allemand et biographe de Rosa Luxemburg, une autobiographie inédite tout à fait passionnante1. Cette fois, c’est un ouvrage d’histoire engagée, initialement publié en 1924, et encore inédit en français, qui est proposé, à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale ; l’éditeur y a seulement ajouté quelques notes de bas de page et un certain nombre d’encadrés explicatifs.

Le propos est à la fois politique et didactique, partant des origines du conflit pour se clore par son bilan. Paul Frölich y défend une vision communiste léniniste relativement classique : racines impérialistes de la conflagration, critique du cours réformiste de la IIe Internationale, complaisance du SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) vis-à-vis de l’impérialisme national avant même le choc du 4 août 1914. Cette opposition entre socialistes réformistes et communistes révolutionnaires est au cœur de l’exposé, l’auteur insistant sur ce qu’il définit comme la trahison des idéaux socialistes par ceux qui auraient dû en être les courageux défenseurs2. Dans la lutte contre les menaces de guerre, elle s’incarne dans la divergence entre la revendication d’un désarmement général et la lutte pour la démocratisation d’une armée possiblement révolutionnaire. La marche à la guerre, appelée « Le triomphe de la folie », donne l’occasion à Paul Frölich de souligner la responsabilité directe, dans les causes proches, de l’Allemagne et de l’Autriche-Hongrie, même si tous les impérialismes sont bien sûr mis en accusation.

Le commencement proprement dit de la guerre permet à l’auteur de passer en revue les positions des différents partis socialistes, avec les exceptions plus (les bolcheviques, le parti serbe) ou moins (le Parti social-démocrate du royaume de Pologne et Lituanie) connues d’opposition au courant dominant. Il rappelle également avec intérêt et de manière très concrète la détérioration des conditions de vie en Allemagne, la militarisation de la société et du travail, qui amena certains dirigeants socialistes à évoquer la formation d’un « socialisme de guerre »3. Les exemples de profiteurs de guerre sont également détaillés, permettant d’accuser la bourgeoisie. Dans sa présentation de la lutte des minoritaires socialistes contre la guerre, Paul Frölich insiste surtout sur la figure de Karl Liebknecht, et conspue les positions de l’USPD, pacifistes, là où lui défend la « lutte de classe contre la guerre », l’action directe du prolétariat étant à ses yeux la seule solution gage d’avenir. Les allusions à un travail militant préalable au déclenchement de la révolution allemande de 1918 au sein de l’armée sont intéressantes, mais malheureusement non détaillées. Enfin, on notera également que dans son analyse des causes de la défaite allemande, il prend en compte les efforts contre-révolutionnaires déployés par l’empire à l’est4.

Si la prose de Paul Frölich est volontairement propagandiste, elle ne manque pas de souffle, de conviction, usant régulièrement de citations pertinentes afin d’appuyer sa démonstration ; à ce titre, un des arguments les plus forts concernant le ralliement des dirigeants du SPD à la guerre réside assurément dans l’acceptation du principe des annexions. L’ouvrage est complété par une série de documents5, et par de très utiles courtes notices biographiques sur les différents personnages cités au cours de l’exposé.

1Paul Frölich, Autobiographie 1890-1921. Parcours d’un militant internationaliste allemand : de la social-démocratie au parti communiste, Montreuil-sous-bois, éditions Science marxiste, collection « Documents », 2011, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1980

2« Il a existé des généraux qui redoutaient la guerre parce qu’il fallait alors mettre l’armée en jeu. Ce ne furent pas les meilleurs généraux que le monde ait connus. Tout le corps des officiers du prolétariat allemand était composé de stratèges aussi géniaux. » (p. 118).

3Paul Frölich écarte d’ailleurs à cette occasion tout rapprochement avec la Russie révolutionnaire, alors que l’on sait pourtant combien Lénine s’inspira du capitalisme d’État mis en place en Allemagne durant la guerre, justement.

4« Le désir fou de conquêtes, le pillage de la Russie et la lutte contre la révolution ont, sur le plan militaire, cassé les reins à l’Allemagne. » (p. 256).

5Certains sont communs à ceux du Cahier du CERMTRI n° 153, juin 2014, « 1914-1916. Le mouvement ouvrier allemand face à la guerre : du vote des crédits de guerre à la constitution de Spartakus », chroniqué dans notre dernière Revue des revues : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2781#tocto8

Victor Serge, Naissance de notre force, Paris, Flammarion, 2011, collection « Climats », 277 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Naissance de notre force est le deuxième tome d’une trilogie (venant après Les Hommes dans la prison et avant Ville conquise). Le livre commence par une tentative insurrectionnelle à Barcelone et se clôt en Russie soviétique, au début de l’année 1919. Le lecteur y retrouve le regard kaléidoscopique centré sur la ville, la fresque révolutionnaire, un certain rythme enlevé de la phrase et la forme « dialogique » – polyphonie de voix – telle qu’elle a été mise en évidence par le préfacier Richard Greeman. Roman d’un « nous » – « fraternité de combattants sans chefs, sans nom, sans règle et sans liens » (p. 56) –, aux visages multiples – Faustin, Sam, Dario, Lejeune… – finement découpés dans le récit d’ensemble, l’ouvrage a cependant un accent très masculin – peut-être plus encore que dans les autres livres de Serge. Insistant sur la morale virile, la force mâle, ces pages n’offrent ainsi pas de représentation quelque peu fouillée de femmes. La narration emprunte, comme dans les autres romans, au montage cinématographique, croisant les scènes et portraits pris sur le vif aux monologues intérieurs.

Dans sa préface, Greeman dit qu’il s’agit du « plus autobiographique des huit romans de Victor Serge » (p. 7) et peut-être aussi l’un des plus didactiques : « le voyage du narrateur anonyme depuis la révolution vaincue jusqu’à la révolution victorieuse revêt la forme épique d’une quête » (p. 11). Le récit s’étend sur une période relativement brève – de 1917 à 1919 – et occupe une place importante dans le parcours de Victor Serge, puisqu’elle marque le ralliement au communisme. Le livre est ainsi construit sur le passage de l’insurrection ratée à la révolution effective, qui consacre la transition de l’anarchisme (et de l’anarcho-syndicalisme) au bolchevisme, et le déplacement de Barcelone à Petrograd. Mais pour l’auteur, ce passage est à la fois rupture et continuité ; continuité signifiée par la réapparition de Dario, le meneur révolutionnaire catalan, dans les dernières pages. Dans cette perspective, la révolution russe serait une insurrection libertaire victorieuse ; c’est-à-dire, non seulement elle aurait « conquis la ville », mais elle accepterait cette victoire – contrairement aux anarchistes, pris dans un romantisme de la défaite – et en assumerait toutes les conséquences. Et l’auteur de brosser des tableaux vivants où apparaissent les forces et les limites des anarcho-syndicalistes espagnols, d’une part, et d’offrir des scènes frappantes sur la résolution nouvelle que suppose la révolution russe – comme la Terreur votée lors d’une assemblée, à l’annonce (fausse) de l’assassinat de Lénine, par des prisonniers très loin de la Russie –, d’autre part. C’est d’ailleurs principalement sous cet angle – la nécessité de tenir (qui traverse d’ailleurs tout le troisième roman de la trilogie, Ville conquise), l’obligation de ne pas perdre le pouvoir – que le recours à la terreur est éclairé :

« Qu’allons-nous faire ?

– Tout ce qu’il faudra et quoi qu’il en coûte » (p. 192).

Mais Naissance de notre force présente également un regard étonnant, expressionniste, sur la révolution russe en 1919. L’héroïsme est déplacé, réduit à sa plus simple expression, qui est « l’exploit banal, souvent invisible, de vivre et de persévérer un jour après l’autre » (p. 270). Si la découverte, par le protagoniste, de la Russie soviétique constitue l’une des plus belles scènes du livre, elle délivre également une morale : « la vraie fraternité [qui] n’est ni dans les sentiments ni dans les mots, mais dans la peine et le pain partagés. Si je n’avais pas de pain à partager avec eux, je devais me taire et prendre place à leurs côtés : et nous irions quelque part nous battre ou crever ensemble, et nous serions ainsi frères sans le dire et peut-être même sans nous aimer. Nous aimer, à quoi bon ? Il faut vivre » (p. 262). Il n’en demeure pas moins que ce principe de réalité mis en avant ne constitue pas, comme tendent à le laisser penser ces pages, un fait purement objectif, dégagé d’arguments théoriques et d’options politiques ; il y avait plusieurs manières et possibilités de « tenir ».

Dans sa toujours excellente préface, Greeman met en avant la complexité de l’auteur, à la fois écrivain et révolutionnaire (et pas l’un au détriment de l’autre). Il revient également sur un échange intéressant entre Marcel Martinet et Victor Serge autour du pathétisme, que le premier aurait voulu trouver dans les romans du second. À juste titre, il regrette en outre le faible écho que rencontrent les écrits de Serge, mais il ne donne pas d’éléments sur la réception de ses livres dans les années 1930 et aujourd’hui (en termes de vente et d’échos dans la presse). Enfin, il rappelle la volonté de Victor Serge d’écrire « quelques livres sincères et véridiques [qui] peuvent servir » (p. 42). Naissance de notre force – qu’il est difficile de ne pas lire tout d’une traite –, comme ses autres romans, participe de ces livres-là.