Archives par étiquette : Capitalisme

Karl Marx, Abraham Lincoln, Une révolution inachevée. Sécession, guerre civile, esclavage et émancipation aux États-Unis, introduction de Robin Blackburn, Paris, Syllepse, Montréal, M éditeur, 297 pages, 2012, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Cet ouvrage se présente comme une anthologie de textes du président abolitionniste des États-Unis Abraham Lincoln. Anthologie assez limité, en fait, puisque la première section ne présente que le premier discours d’investiture (4 mars 1861), la proclamation de l’émancipation (1er janvier 1863), la déclaration de Gettysburgh (19 novembre 1863) et le second discours d’investiture (4 mars 1865), soit au total quatre textes. Assez courts de surcroît, à l’exception de la première déclaration (10 pages). La deuxième section présente des articles de Karl Marx, en particulier issus du journal dont il était le correspondant européen, le New York Daily Tribune, mais surtout de la presse allemande (Die Presse), puis trois contributions sur l’esclavage (une lettre à Annenkov, un très court extrait de La Nouvelle Gazette rhénane, ainsi que quelques extraits du Capital). Suivent des extraits de la correspondance de Marx à divers correspondants (essentiellement Engels), les textes de Marx destinés à Abraham Lincoln (Adresse de l’AIT, la réponse de l’ambassadeur américain à l’Adresse de l’AIT, une nouvelle Adresse de l’AIT au président Johnson1). Enfin, l’anthologie se conclut par quelques textes d’Engels (un extrait d’un courrier à Joseph Weydemeyer, la préface à l’édition américaine de La situation de la classe laborieuse en Angleterre, puis un extrait d’un courrier à Rudolf Engels). D’importantes annexes complètent cette anthologie, avec glossaire des termes et des noms, une chronologie et des cartes des États-Unis, bref un indispensable et utile appareil critique pour le lecteur. Évidemment, ce recueil de textes divers et généralement éparpillés est des plus précieux sous la forme d’un seul volume, d’autant que le précédent (La guerre civile aux États-Unis, sous la direction de Roger Dangeville2) n’était pas aussi complet et, datant de 1970, est devenu quasi introuvable). Surtout, cette édition est précédée d’une importante introduction (120 pages) de l’historien anglais Robin Blackburn qui offre une mise en perspective des textes présentés.

Deux axes sont particulièrement développés dans les propos de Robin Blackburn. Tout d’abord, ce dernier rappelle les conditions dans lesquelles Abraham Lincoln3 et Karl Marx, deux hommes aux statuts et aux univers si dissemblables, se sont effectivement retrouvés sur une question rien moins qu’anecdotique, l’abolition de l’esclavage. Dans un second temps, l’historien analyse la manière dont la guerre civile (« révolution américaine inachevée ») a fortement influé sur l’évolution de la réflexion de Karl Marx et de ses camarades de la Première Internationale. Il démontre de manière assez convaincante que c’est l’action des noirs eux-mêmes qui a amené les républicains américains (Lincoln au premier chef) à se prononcer pour l’abolition de l’esclavage, ce qui n’était pas l’objectif de départ. D’ailleurs, ces dirigeants se trouvèrent fort embarrassés une fois les esclaves émancipés, au point de songer un temps de les renvoyer en Afrique et dans les Caraïbes, même si cette option fut rapidement abandonnée. Robin Blackburn offre également de très intéressantes informations sur la radicalisation ouvrière qui a suivi la fin de la guerre de Sécession, avec une véritable explosion de la lutte des classes, même si ces puissants mouvements ne débouchent pas sur la création d’un parti ouvrier. L’historien R. Archer4 considère que « la situation était caractérisée par la combinaison d’une répression féroce, du sectarisme socialiste et de la réticence des organisations ouvrières à prendre en charge les questions politiques, par crainte de créer des antagonismes parmi le nombre important de travailleurs religieux qui entretenaient des liens avec le système de partis existant » (p. 85). Ces débats dans l’historiographie étatsunienne incriminent d’ailleurs la responsabilité des marxistes dans cet échec (lire p. 91 et suivantes). Sans trancher dans ces débats, Robin Blackburn rend néanmoins hommage à Karl Marx et aux marxistes américains pour avoir « apporté leur contribution à la bataille contre le racisme blanc et pour les droits civiques. Nul autre courant politique n’a eu une attitude pareillement honorable et courageuse » (note 85, p. 101).

Ce remarquable recueil autour de la guerre de Sécession permet de mieux saisir les débats de l’époque et leurs prolongements actuels dans ce pays.

1Elle était destinée au départ de nouveau à Abraham Lincoln, mais entre son adoption et son envoi, Lincoln avait été assassiné.

2La préface de Roger Dangeville est disponible sur marxists.org.

3Sur Lincoln, on peut renvoyer à la représentation qu’en offre le film de Steven Spielberg, Lincoln, 2013.

4Robin Archer, Why Is There No Labor Party in the United States ?, Princeton, Princeton UP, 2008.

Jonathan Crary, 24/7. Le capitalisme à l’assaut du sommeil (24/7. Late Capitalisme and the Ends of Sleep), Paris, La Découverte, collection « Poche », 2016 (2013 pour l’édition originale, 2014 pour la première édition française), 144 pages, 8 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est un essai stimulant autant qu’exigeant que Jonathan Crary, spécialiste d’art moderne – qu’il enseigne à l’université Columbia de New York – livre ici, à partir de diverses conférences rassemblées et homogénéisées. Ce caractère composite se ressent à la lecture, tant les différents chapitres peuvent parfois apparaître radicalement différents dans leur angle d’approche.

Le premier chapitre pose les bases du sujet, au fil d’exemples divers, que l’on aurait aimé voir davantage approfondis. L’idée centrale, c’est la mise en conformité du sujet humain avec les rythmes actuels du capitalisme, fonctionnant en continu, 24 heures sur 24 et sept jours sur sept. Sont ainsi évoqués les recherches de l’armée étatsunienne sur la possibilité d’agir sur le métabolisme des soldats afin de leur permettre un éveil augmenté sur plusieurs jours ; la privation de sommeil pratiquée sur les prisonniers de Guantanamo depuis l’offensive contre le terrorisme de ce début de XXIe siècle ; la baisse du temps de sommeil moyen constatée depuis le début du XXe siècle ; le passage du mode marche/arrêt des appareils au mode veille, ou encore l’éclairage continu des espaces urbains en lien avec le développement du commerce.

Jonathan Crary part de ces constats plutôt disparates pour aborder, dans les deuxième et troisième chapitres, des considérations plus théoriques touchant l’évolution du capitalisme et des technologies qui y sont directement liées. Selon lui, le temps dans lequel nous vivons est désormais un temps immobile, fixe, aux apparences d’éternité idéale, dénué de tout engagement contestataire1. Davantage que cette réflexion, trop réductrice à nos yeux – mieux vaudrait envisager une combinaison de temps emmêlés surplombée par l’absence/le rejet de toute alternative –, Jonathan Crary nous paraît toucher plus juste lorsqu’il replace cette évolution actuelle dans le déroulement du procès de modernité. Il présente en effet cette dernière comme s’étant efforcée de dévaloriser le sommeil au profit d’un temps de conscience et d’action, l’extension de l’éclairage des villes s’inscrivant parfaitement dans cette évolution.

Dans cette analyse de la modernité, Jonathan Crary ne pose pas suffisamment la question d’une ou de plusieurs modernités alternatives à celle portée par le capitalisme, et ce alors qu’il défend clairement une perspective d’émancipation fortement imprégnée de marxisme.

Dans ce stade du capitalisme qualifié souvent de néo-libéral, l’auteur insiste sur la mise en cause du progrès supposé incarné par les changements technologiques, particulièrement ceux du numérique, « (…) systèmes de management et de contrôle des êtres humains. » (p. 48). Il relativise donc leur nouveauté, et surtout évacue leur pseudo potentiel révolutionnaire. Au contraire, Jonathan Crary voit dans ces nouvelles technologies de l’information et de la communication, dans la mise en place de cette « vie électronique », pour reprendre le jargon dominant, un moyen d’effacement de la différence entre temps de travail et temps de loisir, jour et nuit, activité et sommeil.

Autant d’éléments générant une réification et une aliénation croissantes et brisant la vie quotidienne2, longtemps irréductible au processus de modernisation, puis grignotée peu à peu au cours de la seconde moitié du XXe siècle, avec la télévision comme étape capitale en tant que moyen disciplinaire par excellence (Jonathan Crary est nourri des analyses de Michel Foucault). Avec l’Internet et les entreprises qui le contrôlent, qui le gèrent, en effet, l’anonymat de la vie quotidienne disparaît, tout comme le temps réellement libre, et l’individu devient totalement privatisé, fuyant le monde réel et ses enjeux : « En ce sens, ces machines participent de stratégies de pouvoir plus vastes dont le but est moins de tromper les masses que de les neutraliser ou les désactiver en les dépossédant de leur temps. » (p. 100). Une dépossession qu’il relie également avec la destruction contemporaine des protections sociales, et avec la contre-révolution culturelle plus vaste visant à déconsidérer toute forme de vie collective, et par là tout germe de contestation sociale telle qu’elle a éclose dans les années 1960.

Le quatrième et dernier chapitre de l’essai débute par quelques analyses cinématographiques, pour déboucher sur une critique de Freud, renvoyant le rêve au désir individuel et à un passé survivant malgré tout à la modernité, et sur l’éloge complémentaire d’André Breton et de son rêve positif. Le sommeil est ainsi selon Jonathan Crary la « (…) seule barrière qui reste (…) » (p. 86) face à un capitalisme tout-puissant, et le possible point d’appui d’une résistance, voire d’une reconquête qu’il reste à définir.

1« Un monde sans ombre, illuminé 24/7, amputé de l’altérité qui constitue le moteur du changement historique, tel est l’ultime mirage de la posthistoire. » (p. 19).

2Entendu comme « (…) ce qui était laissé de côté, ou ce qui persistait face à la modernisation économique et à la subdivision croissante de l’activité sociale. Le quotidien était la constellation vague des espaces et des temps en dehors de ce qui était organisé et institutionnalisé autour du travail, de la conformité et du consumérisme. » (p. 82).

Ėric Sadin, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Montreuil, éditions L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 304 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est à une forme de synthèse de ses travaux antérieurs sur la nouvelle société numérique qu’Eric Sadin nous invite, aussi bien La Société de l’anticipation que L’Humanité augmentée1 ou La Vie algorithmique. Ou comment embrasser l’ensemble des profondes mutations induites par le basculement technologique informatique, afin de porter sur elles un regard critique trop souvent marginalisé. Son objectif clairement affirmé est de faire pencher l’alternative, tant que c’est encore possible (à l’horizon de la prochaine décennie, selon lui), en faveur de la démocratie et de la dignité humaine, contre un « progrès » présenté comme inéluctable.

Pour débuter son essai, il choisit de retracer l’histoire de San Francisco et de la Silicon Valley, vortex de l’évolution abordée dans sa globalité. Symbole dans les années 1960 de l’utopie en actes, la métropole californienne voit par la suite certains des acteurs de cette « contre-culture » reprendre son esprit utopique, mais dans une optique plus individualiste, celle de l’informatique personnelle. Il y a là un hiatus avec la première Silicon Valley, née dans les années 1930 et 1940, dans une optique technologique et militaire, axée sur une rationalité utilitariste. La seconde Silicon Valley, fille des années 60, se pense donc émancipatrice, axée sur la liberté et l’horizontalité ; « Conception qui fait écho aux écrits d’Herbert Marcuse, de l’historien des techniques Lewis Mumford, de l’économiste Ernst Schumacher, de l’éco-libertaire Murray Bookchin ou de Guy Debord. » (p. 54), mais prend forme par la volonté de figures d’entrepreneurs autoritaires… Une nouvelle étape intervient au cours des années 1990, avec la généralisation de l’Internet, encouragée par la volonté politique de la présidence Clinton / Gore. Progressivement, l’utilitarisme culturel des origines devient strictement économique, le but principal étant de connaître au mieux les comportements des consommateurs, via les bases de données et les applications.

Il y aurait donc là, dans tous ces changements, l’émergence d’un stade nouveau du capitalisme, désormais mué en « technolibéralisme », capable de repousser les frontières du profit. Car les progrès de la numérisation des objets et de la collecte / traitement des données permettent de guider comme jamais auparavant les achats, en proposant des besoins personnalisés, mettant à mal la marge de liberté des individus. Cette vision se veut également morale, prétendant travailler à rendre le monde meilleur2 grâce aux technologies nouvelles, réactivant ainsi un positivisme industriel mis à mal dans la seconde moitié du XXe siècle, et pouvant aller jusqu’à une forme de messianisme : pour Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook, les problèmes du monde peuvent simplement se résoudre grâce à une communication plus large entre les individus et donc une connexion généralisée aux réseaux sociaux. Il y aurait là, selon Eric Sadin, à la fois matérialisation d’un « technolibertarisme » (ce que l’on peut contester, tant la liberté individuelle est mise à mal par les machines) et d’un « totalitarisme soft ». L’exemple qu’il prend d’un management algorithmique devenant dès lors invisible et surtout inatteignable, court-circuitant la logique démocratique d’affrontement social, s’avère à cet égard relativement pertinent.

De même, le rappel qu’il effectue d’une hiérarchisation de ce nouveau modèle économique, où derrière la façade souriante de start-up innovantes (employés habillés sans contrainte, travaillant au soleil), sont dissimulés les travailleurs des usines de produits numériques ou les « individus-prestataires », dénudés de tous les acquis sociaux antérieurs (la fameuse « uberisation »), est extrêmement utile. Toute une partie de son essai est consacré à la dimension pathologique de la numérisation croissante de nos existences. Et là, la focale choisie semble excessivement large. Est-il en effet nécessaire d’évoquer des pathologies en évoquant la technophilie des patrons de l’Internet ou les idées, certes délirantes, du transhumanisme ? Par contre, le constat d’un être contemporain de plus en plus tiraillé entre sentiment de toute puissance généré par les appareils interactifs et dépossession de soi-même et du sensible nous apparaît nettement plus fructueux pour l’analyse. Et le mouvement semble irrésistible, ainsi que l’indique d’ailleurs le sous-titre du livre, d’autant que les entreprises pionnières bénéficient de la complicité des États ; l’exemple de la France, où une loi récente, « pour une République numérique » (sic), autorise l’exploitation des données personnelles à des fins économiques, et où un Conseil national du numérique, instance de consultation sur ces questions, est composé aux deux tiers d’acteurs des entreprises de l’Internet, s’avère assez frappant.

Face à ce basculement du monde capitaliste, de quelle marge de manœuvre disposons-nous ? Eric Sadin avance quelques pistes, qui demeurent malgré tout limitées, constituant d’une certaine manière un premier pas, pourtant. Toutefois, le refus d’acheter ou d’être équipé d’objets connectés ne pourra s’exercer qu’un temps probablement limité, avant que tous les objets vendus ne soient effectivement connectés3. De même, sa revendication d’une formation plus poussée des ingénieurs à l’esprit critique ne pourra probablement s’appliquer sans mobilisations collectives d’ampleur, et donc sans relance d’un projet d’émancipation à vaste échelle, d’une réactivation sous une forme ou une autre d’un universalisme puissamment révolutionnaire.

1Voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/3825

2Où l’on retrouve ce retournement du sens de certains termes, initialement marqueurs d’émancipation collective, ainsi de rebelle ou de mutin…

3C’est le même principe qui a présidé au remplacement des téléviseurs cathodiques par les écrans plats, pourtant plus polluants que les premiers.

Philippe Bihouix, Karine Mauvilly, Le Désastre de l’école numérique. Plaidoyer pour une école sans écrans, Paris, Seuil, 2016, 240 pages, 17 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est une évidence, une évolution presque naturelle et inévitable que Philippe Bihouix et Karine Mauvilly interrogent : la numérisation croissante du système éducatif. Non pour rejeter a priori toute avancée utile, tout élément permettant une meilleure transmission des savoirs, mais pour apporter ce qui, depuis le début, a toujours manqué à cette question, la discussion critique et la décision démocratique.

Leur étude débute par une utile mise en perspective sur le rapport entre nouvelles technologies et école. Car depuis la lanterne magique au XIXe siècle jusqu’à l’informatique dans la seconde moitié du XXe siècle, en passant par le cinéma en qui Edison voyait le gage d’une efficacité à 100% (sic) dans l’éducation, ces médias d’un nouveau genre ont systématiquement suscité, auprès d’un certain nombre de décideurs, un engouement et l’espoir (illusoire) d’une efficience presque magique de la démarche d’instruction1.

Les auteurs prennent bien sûr à bras le corps la question de l’efficacité des technologies numériques dans la réussite des élèves, tout en précisant que c’est là chose délicate, puisqu’une multitude de facteurs entrent en ligne de compte. En s’appuyant sur un rapport de l’OCDE de 2015, ils montrent bien que les pays au plus fort taux d’équipement numérique ne sont pas nécessairement les meilleurs du classement PISA, et surtout que l’utilisation de plus en plus importante de l’ordinateur à l’école a plutôt des effets contre-productifs. Autre donnée d’importance, la mutation de la fracture numérique : ce sont désormais les milieux moins favorisés qui voient les enfants / adolescents bénéficier de l’équipement numérique le plus poussé dans leur chambre, ce qui s’accompagne d’une réussite moindre à l’école… Car dans le même temps, le travail à la maison nécessite un suivi parental plus poussé. En réalité, ce qui semble déterminant, c’est la nature de la pédagogie mise en œuvre, active en particulier, plus que le médium utilisé. Il est même essentiel de bien maîtriser certaines méthodes de pensée et de réflexion avant de pouvoir user intelligemment du numérique2. « Au fond, un enfant bien formé au numérique serait un enfant capable de se dire : pour faire ceci, je n’ai pas besoin du numérique. » (p. 70) On le voit, la dimension idéologique3 dans la promotion tous azimuts du numérique est considérable. « La meilleure preuve des échecs répétés est qu’à chaque fois qu’une nouvelle technologie est apparue, les pédagogues ont sauté dessus pour l’adopter, abandonnant la précédente au passage… Si les résultats avaient été miraculeux avec une solution précédente, il y aurait sans doute eu davantage de réticences à l’abandonner. Mauvais signe : ne vient-on pas de décider de passer de l’ordinateur à la tablette ? Et puis surtout, après tous ces efforts, peut-on dire honnêtement que le niveau des élèves, leur intérêt et leur motivation se sont améliorés depuis dix, vingt ou cinquante ans ? » (p. 45). Au contraire, le numérique risque fort d’aller à l’encontre du goût de l’effort chez les élèves, déjà en souffrance…

Un autre angle d’attaque, plus général dans son propos, tient à l’impact écologique et de santé publique de la société du numérique4. L’absence de réduction significative de la consommation de papier, les dépenses massives en ressources et en énergie (d’autant que la production électrique sera de plus en plus mise à contribution du fait de l’expansion des données à conserver), le développement de la myopie et des troubles du sommeil chez les jeunes, autant de réalités auxquelles on ne songe pas nécessairement lorsque l’on utilise le numérique sous ses différentes formes. Le plus inquiétant tient sans doute aux électro-fréquences, car la récente loi Abeille, qui interdit l’usage du Wifi dans les crèches, semble rester au milieu du gué. Elle autorise également l’extinction des bornes dans les écoles et collèges… alors qu’il semble pour le moins problématique de les déconnecter durant le temps scolaire ! Le risque encore insuffisamment cerné sur cette question des électro-fréquences se dispense donc en grande partie du sacro-saint principe de précaution… Enfin, le lobbying de Microsoft, qui a fini par porter ses fruits avec la signature en 2015 d’un accord entre l’entreprise étatsunienne et l’Éducation nationale va à l’encontre de l’usage (certes échappant à la logique capitaliste) des logiciels libres et gratuits5. Cette dimension économique de l’hégémonie du numérique est un des thèmes les moins analysés en profondeur dans l’ouvrage, ce qu’on peut regretter6.

Cet essai se termine par une liste de pistes possibles pour une meilleure pédagogie autre que numérique, très loin d’être et de se vouloir exhaustive : développement des travaux manuels, exercices corporels et méditation en début de journée, rattrapage en CM2 pour les élèves ne maîtrisant pas les apprentissages fondamentaux, etc… Des considérations un peu plus désuètes sont également présentes (port de l’uniforme, retour du surveillant général), tout comme celles concernant les parents (limitation du temps passé devant les écrans, attendre 15 ans avant de permettre la possession d’un objet numérique personnel), mais c’est à chacun de se saisir du débat. Avec pour principe cette idée centrale : « Faites tomber les murs de votre maison, que reste-t-il ? Vous n’avez plus de maison. Les murs de l’école qui gênent tant les dirigeants de Microsoft sont la définition même de l’institution : un lieu à l’abri de la société du spectacle. » (p. 192) Usant de nombreux témoignages d’enseignants, voire de parents, évitant le sectarisme et la caricature, Le Désastre de l’école numérique est une lecture indispensable, quand bien même l’on ne partage pas toutes les analyses des auteurs, car il pousse à réfléchir sur les pratiques d’enseignement et sur ce qui apparaît comme la normalité.

1Sur le cas plus spécifique de la France, voir en particulier Daniel Moatti, Le Numérique éducatif (1977-2009) : 30 ans d’un imaginaire pédagogique officiel, Dijon, Éditions universitaires de Dijon, collection « Sociétés », 2010.

2On reconnaît là des réflexions déjà avancées par Nicholas Carr, Internet rend-il bête ?, chroniqué dans la revue électronique de Dissidences : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1986

3Dimension qui peut s’accompagner de véritables mythes, légendes numériques pouvant légitimer une marche forcée vers le tout informatique, ainsi de l’abandon de l’écriture manuscrite, qui à l’heure actuelle n’a été validée par aucun pays.

4Sur ce sujet, voir Fabrice Flipo, Michelle Dobré, Marion Michot, La Face cachée du numérique. L’impact environnemental des nouvelles technologies, Montreuil, L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2013. Notons d’ailleurs que l’éditeur du livre, Christophe Bonneuil, anime une collection au Seuil, « Anthropocène », dans laquelle Philippe Bihioux a publié L’Âge des Low Tech. Vers une civilisation techniquement soutenable.

5Voir la tribune de Bruno Médan « L’Éducation nationale vend nos enfants à Microsoft pour 13 millions », sur les blogs de Médiapart, 8 décembre 2015.

6Voir Eric Sadin, La Siliconisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique, Montreuil, L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, prochainement chroniqué sur ce blog.

Julien Brygo, Olivier Cyran, Boulots de merde ! Du cireur au trader, enquête sur l’utilité et la nuisance sociales des métiers, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2016, 280 pages, 18,50 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

C’est à une enquête dérangeante que se sont livrés les deux journalistes Julien Brygo et Olivier Cyran, à contre-courant de la vulgate économique dominante, selon laquelle toute activité est utile, à partir du moment où elle est créatrice d’emploi. Le cœur de leur sujet porte sur les « boulots de merde », c’est-à-dire, traduit du langage familier, des emplois aux conditions particulièrement médiocres, concernant aussi bien la rémunération, les horaires imposés, le poids de la hiérarchie, etc… Clairement, il y a de leur part un engagement militant, favorable aux travailleurs, aux salariés (« Le monde du travail a toujours été un monde de violence. », p. 29), et férocement critique sur le monde patronal et les gouvernants qui les favorisent. Ils dessinent ainsi en négatif les contours d’une autre société, dans laquelle les tâches les plus ingrates seraient socialisées et certaines professions tout simplement supprimées. Car si les soutiers du capitalisme néo-libéralisé constituent le gros de leur reportage, certains de ses parasites ou de ses profiteurs, guère malheureux de leur sort, sont également abordés. Pas de traitement systématisé des données, mais une accumulation de témoignages qui finit par faire sens, et un mode d’exposition non avare en touches humoristiques (voir le bas de la page 49 pour en juger).

Le corps du récit débute par une visite au Salon social du recrutement privé, tenu au printemps 2016. C’est l’occasion d’entendre un coach en entretien culpabiliser le candidat, responsable de tout échec, et de recueillir des témoignages intéressants sur la pratique des CDD et des stages à répétition. Avec ce que raconte une hôtesse d’accueil employée un temps au Fouquet’s, c’est le mépris à son égard qui se détache le plus, obligée de rentrer chez elle à 2h du matin en vélib et non en taxi payé par l’employeur. Plus étonnant, les témoignages de jeunes en service civique, à qui on demandait de démarcher la population la plus pauvre de Dunkerque afin de leur enseigner les gestes écolo et d’encourager chez eux la consommation d’une eau… polluée, mais distribuée par des entreprises privées. Nombre d’heures plus élevé que prévu, rémunération faible et manque de formation sont leur lot quotidien. L’exemple emblématique d’un cireur de chaussures à La Défense, une profession désormais de retour en France, permet de mieux comprendre le développement de la précarité, puisque ces travailleurs, comme bien d’autres, tels ces livreurs en vélo invités à bafouer le code de la route, sont des auto-entrepreneurs, et en tant que tels dénués d’un certain nombre d’avantages sociaux. Le développement le plus édifiant concerne les distributeurs de prospectus publicitaires, employés dans des conditions indignes, littéralement moqués par leur direction (le PDG d’une des entreprises dominantes du secteur insistant sur la chance de faire du sport en travaillant !), et soumis au principe de la préquantification du temps de travail : l’employeur fixe le temps qu’il estime nécessaire pour remplir une mission, sans aucun contrôle extérieur, et tout dépassement ne conduit par conséquent à aucune heure supplémentaire… Le comble étant que ce système inique est couvert par les gouvernements successifs, de droite comme de gauche. Autre cas singulier, celui des vigiles chargés de repérer et d’intercepter les migrants clandestins sur le port de Dunkerque, exemple parmi d’autres du boom du marché de la sécurité, au profit d’entreprises privées à qui les forces de l’ordre sous-traitent une partie de leurs missions. Dans l’exposé, on sent que le critère moral des auteurs ne coïncide pas nécessairement avec l’accent mis par ses acteurs sur la précarité de leur condition. La situation dans les hôpitaux, soumis au lean management (faire plus avec moins) ou dans des compagnies d’audit, habituées des arrangements avec les entreprises qui les sollicitent, ainsi que le cas particulier des conseillers en gestion de patrimoine, complètent un tableau intéressant à défaut d’être exhaustif.

Au final, c’est toute une évolution du système capitaliste que Julien Brygo et Olivier Cyran exposent à travers ces visions subjectives, ces ressentis individuels, incluant également leur propre situation1 : un capitalisme favorisant la sous-traitance et la précarisation des employés, soucieux d’une rentabilité à tout crin, et pour lequel ce qui compte est l’isolement des travailleurs. Le tout enrobé et mystifié grâce aux miracles du marketing et de la communication, dont les exemples égrenés au fil des pages sont aussi sidérants les uns que les autres2. Nulle surprise, donc, à voir les deux auteurs conclure leur enquête par un éloge de la lutte collective, bien que nombre de ces nouveaux travailleurs – en particulier ceux qui s’investissent dans l’auto-entreprenariat, les vigiles ou les Uber-salariés – paraissent assez loin de l’adhésion à ce qui jadis s’appelait la lutte des classes

1« Dans leurs modes de production archi-dominants, les journalistes sont au contre-pouvoir dont vous rêviez quand vous étiez enfant ce que les marches militaires sont à la musique. » (p. 37).

2Ainsi de cette femme exerçant le « métier » d’accompagnatrice d’achats en magasins (p. 176).

Olivier Besancenot, Petit dictionnaire de la fausse monnaie politique, Paris, Cherche midi, 2016, 144 pages, 12 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Depuis quelques années maintenant, Olivier Besancenot, dirigeant emblématique du NPA, publie au Cherche midi de courts ouvrages consacrés à l’actualité politique et à la situation socio-économique. Après On a voté… et puis après ?1 et La Conjuration des inégaux2, voici donc Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique, qui s’inscrit dans la continuité du dernier cité. L’optique est assez semblable à celle d’Alain Bihr dans La Novlangue néolibérale (une citation du 1984 d’Orwell est d’ailleurs placée en exergue), à ceci près que la démarche se veut ici plus directement vulgarisatrice.

Pour chaque terme ou expression, la version critiquée précède celle censée être plus conforme au réel, avant une explication plus développée. Pourtant, dans son texte préalable, Olivier Besancenot prend soin de prévenir : il ne veut surtout pas imposer une nouvelle vulgate langagière, mais son argument selon lequel tout « totalitarisme » doit être évité se rapproche sensiblement d’avec un certain relativisme d’époque… La plupart des mots abordés concernent la lutte des classes, dissipant toute idée de relation à l’amiable entre employeur et employé, mettant en cause l’affaiblissement de la Sécurité sociale par la multiplication des exonérations de « charges » (en réalité des cotisations, forme de salaire socialisé), le « coût du travail » réduisant les salariés à un poids, ou le remplacement des négociations par des « audiences », un mot dont Olivier Besancenot ne souligne pas suffisamment les réminiscences d’Ancien Régime. Sur tous ces points, il s’agit pour le militant trotskyste de défendre le Droit du travail contre toute réforme intéressée, et de rappeler la centralité des classes sociales, face aux notions fourre-tout de « peuple » et de « milieux » sociaux, les classes dites moyennes constituant bien un « grand trou noir sociologique » (p. 106). « Gouvernance » est également un terme très utilisé, mais en dehors des explications d’Olivier Besancenot sur les progrès qu’il permettrait à la sphère privée face au secteur public, il nous semble surtout se caractériser par une forme de neutralité technique, transcendant les affiliations politiques, ce que ne permet pas un gouvernement, censé être, en théorie, une émanation représentative de la population.

Parmi ce florilège, plusieurs exemples concernent la Poste, que l’auteur pratique directement. Mais l’on trouve également des mots en relation avec la dénonciation du capitalisme financier et du capitalisme vert, les progrès du langage d’extrême droite (la critique du « droit-de-l’hommisme », par exemple) ou avec la situation (géo)politique. Toutefois, les explications apparaissent parfois un peu courtes, empreintes d’un esprit généraliste, consensuel. Ainsi, pour « barbares », dont la généalogie historique est convenablement retracée, l’article conclut simplement par une mise en garde contre toutes les formes de barbarie, guerres occidentales en particulier (quid d’ailleurs du fameux « gang des barbares », dont on connaît très bien les motivations antisémites ?). De même, concernant les violences religieuses, qu’Olivier Besancenot prend soin de ne pas réserver aux seuls musulmans, sont soulignés la responsabilité des sociétés, et non des religions en tant que telles3. On retrouve là un nouvel exemple de ce silence dénoncé par Jean Birnbaum dans son ouvrage, Un silence religieux4, qu’apparemment Olivier Besancenot n’a pas lu. Les progrès de la surveillance de nos sociétés « terrorisées » sont également stigmatisés, Olivier Besancenot soulignant bien la différence de perception entre le Patriot Act étatsunien, largement critiqué en France à l’époque, et l’évolution récente de la législation française. Enfin, le Parti socialiste est une autre cible privilégiée, lui dont « l’économie sociale de marché » programmatiquement revendiquée tirerait ses racines de la pensée libérale d’après-guerre (dans un contexte de domination des partis de gauche, donc).

Ce Petit Dictionnaire de la fausse monnaie politique s’inscrit ainsi dans une volonté de reprendre l’avantage, sur le terrain du langage d’abord, dans une optique très « gramscienne » de contestation de l’hégémonie dominante, alors que l’échéance présidentielle s’approche à grands pas et que l’extrême gauche demeure socialement et médiatiquement peu audible. La filiation invoquée dans l’article « Intégration d’origine contrôlée » a toutefois de quoi surprendre, car faisant l’impasse sur le communisme, le trotskysme et l’internationalisme5. Pour une organisation issue de la Ligue communiste révolutionnaire, cela semble autoriser ceux qui travaillent sur les extrêmes gauches à se demander si ne s’enracine pas ici, sinon déjà une rupture avec un héritage trotskyste ou léniniste, du moins un éloignement progressif de ces fondamentaux, dans lesquels effectivement beaucoup de militants des nouvelles générations ne se reconnaissent d’ailleurs plus (ou très peu)6.

1Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/2615

2Voir sa recension ici : http://dissidences.hypotheses.org/4636

3« Ce n’est donc pas l’affaire d’une religion, ni même de religion en général, même lorsqu’elle est appliquée très pieusement. » (p. 83). On sent sur ce sujet l’influence d’un Pierre Tevanian (voir http://dissidences.hypotheses.org/3873) ou d’un Stéphane Lavignotte (voir http://dissidences.hypotheses.org/5418), bien plus que d’un Yvon Quiniou (voir http://dissidences.hypotheses.org/6394).

4Lire sur ce blog la recension critique de ce livre, http://dissidences.hypotheses.org/7568

5« Celle dont je me revendique est aux côtés des communards, des grévistes de 1936, des résistants de la Seconde Guerre mondiale ou des manifestants de Mai 68. » (p. 98), ce qui apparaît également comme très consensuel (qui en France ose s’élever contre la Résistance, hormis l’ultra-droite ?) au sein des gauches, tant qu’on en reste à une énumération progressiste aussi généraliste.

6Cette question est abordée (entre autres) par Florence Johsua, Anticapitalistes. Une sociologie historique de l’engagement, Paris, La Découverte, 2015, bientôt chroniqué sur ce blog.

Alain Badiou, Notre mal vient de plus loin. Penser les tueries du 13 novembre, Paris, Fayard, collection « Ouvertures », 2016, 63 pages, 5 €

Un billet de Christian Beuvain

Dans ce court essai, qui fut d’abord une intervention de séminaire1, le philosophe Alain Badiou propose sa lecture des attentats djihadistes du 13 novembre 2015, « carnage (…) d’une « violence abjecte » (p. 12), « meurtre de masse » (p. 13, 33, 50).

Découpée en sept parties de longueur inégale, sa grille d’analyse participe d’une volonté de « parvenir à penser ce qui est arrivé » le 13 novembre 2015 (et avant, en janvier) puisque, effectivement, à contrario d’affirmations intéressées, « rien de ce que font les hommes n’est inintelligible » (p. 13)2.

La teneur des réflexions des trois premières parties n’innove guère par rapport à ce qui constitue le discours quasi récurrent d’ Alain Badiou : triomphe du capitalisme mondialisé depuis presque une quarantaine d’années, et, « avec une application extrême » (p. 20), destruction concomitante des différents compromis sociaux réformistes passés antérieurement avec le capital du fait de l’existence de l’URSS et de la puissance de partis et de syndicats ouvriers, « déracinement total de l’idée même d’un autre chemin possible » (p. 22) dont « le nom générique, depuis le XIXe siècle, est « communisme » » (…) (p. 23), construction et instrumentalisation de la peur des classes moyennes face aux masses de démunis, etc.

Pourtant, ce qui est radicalement nouveau pour Alain Badiou – et en ce sens, peut-on en déduire que, pour lui, nouvelle serait également la situation après ces événements de janvier et novembre ? – c’est d’écrire ceci : « (…) je pense que les acteurs de ce qui s’est passé là méritent d’être appelés des fascistes, en un sens renouvelé et contemporain du terme. » (p. 15). Ce fascisme moderne se présente comme « une pulsion de mort articulée dans un « langage identitaire » (p. 46). Pourtant, arrivé à ce point de son argumentation, Alain Badiou stoppe net. L’obstacle qu’il se refuse, pour l’instant, à franchir, c’est celui de la religion. Répété à plusieurs reprises en l’espace de quelques pages, ce déni a sans doute une valeur incantatoire : (…) il n’est pas très sérieux de faire porter le chapeau à l’islam, franchement. » (p. 38), « (…) la religion n’est qu’un vêtement, elle n’est aucunement le fond de l’affaire (…) » (p. 46), « (…) la religion tient une place purement formelle. » (p. 47). D’aucuns ne manqueront pas de trouver une certaine ironie (pour un défenseur du « foulard islamique » depuis plus d’une décennie), à utiliser l’expression populaire « faire porter le chapeau » comme de qualifier de simple vêtement ce qui est au cœur du projet djihadiste, à savoir la restauration du Califat et de la loi islamique. D’après Gabriel Martinez-Gros, spécialiste de l’histoire médiévale du monde musulman, qui a décrypté le communiqué de Daech du 14 novembre 2015, les guerriers d’Allah actuels reconquièrent également « une langue, un lexique proprement musulman, médiéval », qui regagne ainsi « une force neuve »3.

Rabattre les tueurs djihadistes dans une comparaison avec une forme de fascisme contemporain permet également à Alain Badiou de leur sur-imposer la figure des miliciens de Vichy (p.49), ce qui possède l’avantage, pour lui, de reléguer une nouvelle fois la religion à l’arrière plan4 et de laisser son lecteur en terrain connu et balisé (« des fachos »), ce qui s’oppose à ceux qui prétendent que ces djihadistes sont les héritiers des brigadistes internationaux de 1936 en Espagne.

Dans les dernières pages, Alain Badiou, fin connaisseur des dramaturgies, en citant une réplique de Phèdre (« Mon mal vient de plus loin. ») nous donne l’origine de son titre et ce qui sous-tend son raisonnement au fil de son œuvre. De l’échec historique du communisme date donc notre mal, et cela non plus n’est pas nouveau sous sa plume5. C’est cette absence d’une politique émancipatrice qui crée, selon lui, « la possibilité du fascisme (…) et des hallucinations religieuses. » (p. 61). Son appel à des « alliances inattendues » voire « improbables », entre des intellectuels porteurs d’une pensée neuve et un « prolétariat nomade » (p. 62-63), pour optimiste qu’il soit, possède-t-il les vertus propres à combattre ce qu’il finit quand même par nommer comme appartenant au monde du religieux, fut-ce sous la forme d’« hallucinations » ? In fine, en expliquant ces massacres djihadistes comme des actions fascistes, Alain Badiou prend le risque de se couper de toute une partie de l’extrême gauche, celle pour qui ces actions sont d’abord une réaction, compréhensible au regard de leur situation, de jeunes issus d’une immigration ouvrière totalement discriminée, position platement sociologique, et erronée de surcroît (quid des convertis, issus de classes moyennes provinciales ?). Néanmoins, Alain Badiou ne semble pas encore prêt à s’aventurer au delà de sa position actuelle, pour rendre à ces tueries et au projet politique qui les sous-tend toute leur épaisseur religieuse6.

1Séminaire d’Alain Badiou au théâtre de la Commune d’Aubervilliers du 23 novembre 2015.

2Ceci semble une réponse au premier ministre Manuel Valls décrétant, le 9 janvier 2015, que chercher à comprendre, c’était déjà excuser.

3Gabriel Martinez-Gros, « Daech dans le texte », L’Histoire, n° 419, janvier 2016, p. 13.

4En effet, dans la représentation populaire, les miliciens vichystes apparaissent prioritairement comme des auxiliaires de la Gestapo et des SS, ce qui laisse l’adhésion à un catholicisme traditionaliste et antisémite de beaucoup d’entre eux dans l’ombre.

5Ce bref compte rendu n’a pas vocation à disputer sur le contenu donné par Alain Badiou au mot « communisme ».

6Je remercie Jean-Guillaume Lanuque pour sa relecture attentive.

Michel Surya, Capitalisme & Djihadisme. Une guerre de religion. De la domination, 6, Paris, Lignes, 2016, 54 pages, 9 €.

 

Un billet de Christian Beuvain

Ce court texte, presque une brochure, est le sixième volume de la série « De la domination », entamée par Michel Surya en 1999 par Le capital, la transparence et les affaires (Farrago). Directeur de la revue Lignes, revue de philosophie politique, qu’il fonde en 1987, philosophe lui-même et écrivain, Michel Surya1 propose ici une grille de lecture du phénomène djihadiste2.

Une fois posée la première hypothèse d’une opposition entre le capitalisme et le djihadisme, l’auteur en formule deux autres : l’un comme l’autre sont politiques et religieux, et les deux l‘un comme l’autre sont des variantes du puritanisme, chacun obéissant à une passion, « ascétique identitaire » pour le djihadisme, « narcissique universaliste » pour le capitalisme (p. 15-19, 27). Dieu d’un côté, l’argent de l’autre. A partir de ces prémisses, qui apparemment construisent une homologie entre deux systèmes, Michel Surya, par leur mise en présence face à face, récuse toute alternative qui ferait de la passion ascétique, identifiée à Daech, véritable « déferlement d’un archaïsme historique » (p. 10), une réaction progressiste voire révolutionnaire à la passion capitaliste. Piège dans lequel tomberaient, selon lui, les tenants de « la position anti-capitaliste révolutionnaire » (p. 29). D’où leur « euphémisation des crimes imputables à la passion ascétique en général, des attentats en particulier (…) » (p. 31). Toutefois, remarquons que même si une grande partie des extrêmes gauches peuvent être mises en coalescence avec cette grille de lecture (défendre l’islam parce que c’est défendre les opprimés qui y adhèrent)3, cela ne recoupe pas tous les tenants d’une position anti-capitaliste révolutionnaire. Euphémisation, insupportable pour Michel Surya, qui témoigne d’abord d’une confusion non seulement sur le plan stratégique mais également d’une fausse logique, selon laquelle « il n’y aurait plus d’anticapitalisme conséquent que religieux, seul à s’opposer à la figure enfin achevée et canonique du marché. » (p. 33).

Récusant l’utilisation courante (devenue courante, pour diverses raisons, tant militantes que médiatiques) du terme « islamophobie », Michel Surya rebat les cartes en lui assignant le seul usage conséquent, du point de vue « matérialiste athée », celui de dénoncer une servitude religieuse « immémoriale » qui maintient « à l’état mineur » ceux qu’on nomme musulmans, de la même manière que les « christianophobes » du XVIIIe siècle (d’Holbach, Sade mais aussi Meslier, Helvétius ou Sylvain Maréchal) pouvaient l’être vis-à-vis des chrétiens (p. 38-39). Ce qui permet à l’auteur de sortir de l’oubli cet axiome, longtemps pérenne dans le mouvement socialiste et libertaire4, selon lequel « l’aversion révolutionnaire pour la religion ne souffre (…) ni détail ni condition (…) » (p. 34), osant également se demander pour quelle raison les religions des opprimés seraient « moins méprisables que celles des oppresseurs ? » (p. 43).

Enfin, convoquant un Georges Bataille à l’appui de son énonciation, Michel Surya s’autorise, quoique sans s’attarder ni développer (ce qu’on peut regretter), à demander qu’on « mesure l’islam politique radical d’aujourd’hui au fascisme d’alors » (p. 46). Le mot est lâché, et la discussion sur sa pertinence aura lieu, forcément. D’autant plus que Michel Surya n’est pas le seul à oser le prononcer, ce mot5.

Bien que le sous-titre de son texte, Une guerre de religion, ne rende pas tout à fait compte, à notre sens, de l’efficace des analyses exposées, Michel Surya, avec acuité, propose une pensée de la situation induite par les tueries de janvier 2015, et qui vaut également, cela va sans dire, après celles du 13 novembre 2015 et des suivantes. Ses réaffirmations sur la nécessaire aversion révolutionnaire pour la religion, son refus d’une situation/position assignée « qui voudrait qu’on puisse ne se connaître qu’un adversaire à la fois » (p. 47) et sa définition de l’islam politique radical comme foncièrement contre-révolutionnaire font de Michel Surya un héritier de positions révolutionnaires classiques, mais qui semblent faire retour dans certains cercles libertaires6. Ces positions vont-elles redevenir audibles, dans un milieu militant et/ou intellectuel si malmené, en plein désarroi, alors que s’y jouent des recodifications idéologiques, à partir de concepts issues des théories post-coloniales retravaillées (« islamophobie », « races sociales » entre autres) et des ruptures d’héritage, précisément ?7

Christian Beuvain

1A l’époque (2004), avait été apprécié son ouvrage La Révolution rêvée. Pour une histoire des intellectuels et des œuvres révolutionnaires (1945-1956), Paris, Fayard, 2004, 582 pages.

2Ce texte est la version remaniée et augmentée de sa contribution au n° 48 de sa revue Lignes, « Les attentats, la pensée » (octobre 2015), qui questionnait la situation produite par l’attentat contre Charlie Hebdo et la supérette casher les 7,8 et 9 janvier 2015.

3La lecture, même en diagonale, de la presse et des sites des extrêmes gauches, ainsi que des textes et analyses de la revue Ni patrie ni frontières en fournissent de multiples exemples.

4A de rares exceptions près.

5Voir dans ce dossier la recension du n° 52-53 de Ni patrie ni frontières et le compte rendu du livre d’Alain Badiou, Notre mal vient de plus loin.

6Par exemple la librairie/bibliothèque parisienne La Discordia (pour des éléments du débat, https://badkids.noblogs.org/post/2016/05/20/imposer-lordre-moral-a-coup-de-marteau-communique-de-la-discordia/), la revue Des ruines (https://desruines.noblogs.org/), etc.

7Merci à Jean-Guillaume Lanuque pour sa relecture attentive.

Marc Perelman, Smart stadium. Le stade numérique du spectacle sportif, Paris, L’Échappée, collection « Pour en finir avec », 2016, 96 pages, 9 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

De Marc Perelman, nous avions récemment chroniqué une étude sur Le Corbusier et son projet architectural1. Dans ce petit opuscule, il revient à son champ d’étude privilégié, celui du sport de compétition, dans la lignée de la théorie critique du sport fondée par Jean-Marie Brohm. On retrouve ainsi certaines des caractéristiques de cette analyse radicale, un travail particulier sur la langue, qui se veut à la fois scientifique et riche en chiasmes, et des conclusions parfois outrageusement catastrophistes (ainsi du sport télévisuel, effaçant le moi singulier).

Le cœur de l’étude menée dans ces pages, c’est l’évolution des stades en lien avec les progrès des technologies numériques. Face à la concurrence de la télévision ou de l’e-sport (les jeux vidéo, secteur économique d’ailleurs favorisé récemment par le gouvernement de Manuel Valls), les stades s’efforcent de proposer un spectacle total, le plus immersif possible, renforcement de sa dimension totalitaire, selon l’auteur. Outre qu’il dénonce l’abrutissement des foules de supporters et leur dépolitisation, le plus intéressant est sans doute dans les considérations économiques développées et les nombreux exemples cités. Utilisant les smartphones, les stades et les marques qui sont leurs sponsors s’efforcent d’encercler le spectateur, de se saisir de davantage d’occasions de dépenses. Cela va jusqu’à la matérialisation de publicités sur le terrain, invisibles sans le médium écran, ou la pratique d’un jeu vidéo en urinant dans les toilettes publiques d’un stade (celui d’Allentown, en Pennsylvanie), en plus de l’obtention de statistiques sur les joueurs, etc…

Marc Perelman voit ainsi dans ces stades connectés nouvelle génération, aux chantiers de plus en plus coûteux, les symboles de la société consumériste du XXIe siècle et les fourriers d’une aliénation exponentielle. Enfin, et c’est ce qui explique sa publication chez L’Échappée, il critique à travers ces exemples les nouvelles technologies numériques, qui procurent un sentiment de déification chez ses utilisateurs, là où en réalité les écrans réduisent le champ de vision et dissolvent les conversations et les dialogues.

Jean–Numa Ducange, Isabelle Garo, (dir.), Marx politique, Paris, La Dispute, 2015, 220 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’aide ponctuelle de Christian Beuvain)

L’ambition de ce recueil de contributions internationales (deux d’entre elles sont de langue anglaise, traduites) est de rappeler que loin d’être seulement un théoricien de l’économie, ce à quoi bon nombre d’auteurs le rapportent un peu trop rapidement, Karl Marx fut d’abord et avant tout celui qui sut s’appuyer sur la critique théorique et les combats politiques, « étendant le concept de politique au champ de la vie sociale tout entière, à la production, au travail, au temps libre, à la distribution des richesses, à l’éducation, etc. » (p. 9).

Après une solide introduction, contribution à part entière plutôt que simple texte introductif, rappelant au passage la dimension également militante du travail en cours autour de Marx, s’ordonnent cinq chapitres, rassemblant une variété de disciplines (philosophie, économie, histoire, théorie politique). C’est précisément de ce dernier domaine que relève la contribution de Stathis Kouvelakis,  « La forme politique de l’émancipation ». Sur la base d’une lecture serrée des œuvres de Marx, deux aspects sont bien mis en valeur dans cet article. Le premier porte sur la notion de république (dont se réclament certains courants de la « gauche radicale »), à laquelle la perspective d’émancipation marxiste ne saurait se restreindre. En effet, sociale, rouge ou socialiste, la République demeure encore dans les limites de la sphère politique, demeure une forme politique dont le projet marxien envisage le dépassement. La République, avance Kouvelakis « reste une forme « aliénée », qui réfléchit la coupure de l’État-politique d’avec la société civile-bourgeois » (p. 75). Pour autant, cet auteur ne tombe pas dans l’attraction d’une forme politique post-étatique, qui verrait la fin spontanée du politique dans le cadre d’un processus révolutionnaire. Ce sont bien entendu les courants et sensibilités libertaires qui font alors l’objet d’une discussion serrée, de laquelle Bakounine sort éreinté. La contribution suivante, de Kevin B. Anderson (qui constitue en quelque sorte un avant-goût de son ouvrage1 paru simultanément), remet vivement en cause le présupposé penchant ethnocentriste de Marx en rappelant la richesse de sa réflexion sur les sociétés non-occidentales2 (et pas seulement la russe). « Capitalisme et émancipation humaine » est le titre de la contribution déjà ancienne de Ellen Meiksins Wood, puisqu’il s’agit de la traduction d’une intervention prononcée en 1987. Bien que de facture classique, la contribution de cette historienne, qui a su imposer « le marxisme politique [et] une nouvelle grille de lecture du monde, contre les reproches d’économisme et de réductionnisme souvent opposés au marxisme »3, explique que le genre et la « race » ne menacent pas le capitalisme, mais la classe ouvrière, si. L’économiste Guillaume Fondu présente dans le quatrième chapitre « Hétérodoxie et critique de l’économie politique », un panorama des travaux de plusieurs économistes récents (Frédéric Lordon, André Orléan, Bruno Amable et quelques autres, soit l’économie des conventions et la théorie de la régulation), en soulignant les fortes limites théoriques de ces recherches, enfermées dans une posture économiciste qui ne rompt pas avec les théories dominantes. Un minimum de familiarité avec les travaux passés en revue semble cependant nécessaire pour saisir la radicalité de la critique, teintée d’une nostalgie althussérienne (cf. note 43, p. 176). Enfin, il revient à Antoine Artous dans « L’actualité de la théorie de la valeur de Marx » de conclure par une discussion critique du livre de l’historien de Chicago, Moishe Postone4, Temps, travail et domination sociale (Mille et une nuits, 2009). Ici également, la maîtrise préalable de l’œuvre critiquée est nécessaire pour saisir la pertinence de la lecture proposée, articulée autour de la notion centrale de travail abstrait, comme fondateur de la valeur. Notion à partir de laquelle Artous propose une relecture non –économiste de Marx, au moins depuis le débat fondateur d’avec Ricardo. Nourrie par les apports de Jean-Marie Vincent ou d’Etienne Balibar, le texte d’Artous constitue un des points forts de ce recueil.

Remercions les coordonnateurs Jean-Numa Ducange et Isabelle Garo, également animateurs du projet de la GEME (Grande Édition des œuvres de Marx et d’Engels, en français), ceci expliquant sans doute cela, ainsi que les éditions La Dispute, de proposer une grille de lecture(s) de Marx politique. Bien qu’il soit peu probable que cet ouvrage sorte du cercle étroit des discussions académiques (colloques, séminaires, journées d’études) sur le « marxisme de la chaire », il est néanmoins nécessaire qu’un public plus large puisse avoir accès à de telles analyses.

1Kevin B. Andernson, Marx aux antipodes. Nation, ethnicité et sociétés non-occidentales, Paris, Syllepse, 2015.

2Profitons-en pour rappeler l’existence d’une utile petite sélection de textes, Karl Marx, Friedrich Engels, Du colonialisme en Inde, Perse, Afghanistan, Paris, Mille et une nuits, 2005.

3Florent Schoumacher, compte rendu de l’ouvrage sous la direction de Jonathan Martineau, Marxisme anglo saxon : figures contemporaines de Perry Anderson à David McNally, Montréal, Lux Éditeur, 2013, sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/4836

4Le travail de Moishe Postone est également analysé dans l’ouvrage dirigé par Jonathan Martineau, Marxisme anglo saxon : figures contemporaines de Perry Anderson à David McNally, op. cit.

Jacques R. Pauwels, 1914-1918. La Grande Guerre des classes (De Groote Klassenoorlog. 1914-1918), Bruxelles, Aden, collection « EPO », 2014, 880 pages, 33 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jacques R. Pauwels s’est fait connaître par deux ouvrages abordant déjà la période de « la seconde guerre de trente ans », Le Mythe de la bonne guerre, sur l’engagement des États-Unis dans la Seconde Guerre mondiale, et Big Business avec Hitler, consacré à la dénonciation du soutien accordé par les classes économiquement dominantes à Hitler (et inversement). On l’aura ainsi déjà compris, la démarche de l’auteur est clairement engagée, militante même, et au minimum proto-communiste, pour ne pas dire davantage1. Dans ce nouvel ouvrage, véritable somme (presque 900 pages!) sur le premier conflit mondial, son objectif est de prouver que si guerre il y a eu, ce fut avant tout, de la part des classes dirigeantes, pour conjurer la menace de la révolution sociale (et nationale dans certaines situations) et mettre fin au processus de démocratisation en cours dans les puissances occidentales, voire même revenir à la situation d’Ancien Régime d’avant 17892. Et pour justifier sa thèse, Jacques Pauwels n’hésite pas à être très démonstratif, allant jusqu’à « tailler à la serpe » dans la rétrospective et l’analyse historiques.

Il effectue d’abord un retour sur le long XIXe siècle, utilisant en particulier les travaux d’un Arno J. Mayer sur La Persistance de l’Ancien régime : l’Europe de 1848 à la Grande Guerre, pour montrer qu’après avoir été révolutionnaire, la bourgeoisie européenne, alliée à la noblesse, devient contre-révolutionnaire entre 1848 et 1870, adoptant les thèses du social-darwinisme et entretenant peu à peu un véritable éloge de la guerre3. Le gros de son étude de synthèse retrace le déroulement de la guerre proprement dite, alternant chapitres sur la guerre « horizontale », c’est-à-dire entre pays (opérations militaires), et la guerre « verticale », entre classes antagonistes, usant pour ce faire abondamment de poèmes et de chansons d’époque. Il évoque assez fidèlement l’évolution des mentalités populaires, d’abord enclines à la résignation au début de la guerre, face aux pressions sociales diverses et aux « appareils idéologiques de domination »4, puis de plus en plus critiques à l’égard de cet affrontement prolongé qui semblait sans fin, allant parfois jusqu’aux fraternisations5. Les considérations sur la stratification sociale régnant dans les armées belligérantes et sur les profondes inégalités de traitement entre soldats et officiers, finalement moins prononcées dans la France issue de la Révolution, sont également précieuses.

Outre une empreinte marquée de la vision marxiste des événements, avec l’accent mis de manière justifiée sur les motivations impérialistes de la Première Guerre mondiale (celles du Royaume-Uni sur le Moyen-Orient ou de l’Allemagne sur l’Europe de l’est), deux caractéristiques sont notables et hautement discutables : une tendance à simplifier les enjeux, aboutissant à une forme de manichéisme quelque peu outrancier, qui le conduit ainsi à replier le mouvement ouvrier socialiste, dans la seconde moitié du XIXe siècle, sur le seul marxisme, et des raccourcis qui versent dans l’erreur pure et simple. Comment, par exemple, affirmer que les paysans français voient leurs revendications satisfaites dès 17896 ? Que le romantisme est par essence uniquement réactionnaire7, et l’antisémitisme « antisocialiste »8 ? Que le fascisme et partant le nazisme sont de simples retours en arrière, négligeant totalement leur caractère de « modernisme réactionnaire » ? Que le président de la IIIe République française avait « une fonction dotée d’un énorme pouvoir » (p. 83) ? Que l’essor du nationalisme raciste, racial même, a pour seule origine les progrès du socialisme dont il serait l’opposé9 ? Ces exemples indiquent une méconnaissance ou une non prise en compte, plutôt étonnante, des progrès de l’historiographie sur ces thématiques.

Pour autant, en dépit de ces critiques, auxquelles on peut ajouter une inclinaison relative à la répétition tout au long d’un ouvrage sans doute un peu trop long, 1914-1918. La Grande Guerre de classes a le mérite de s’extraire à la fois des visions nationalistes et d’une perception actuelle plus consensuelle, misérabiliste, repoussant la violence intra-européenne dans les noirceurs du passé tout en évacuant les responsabilités premières. L’auteur sait mettre l’accent sur les origines à la fois économiques et politiques du gigantesque embrasement mondial, mais aussi sur les limites de la démocratie européenne à la veille de la guerre (types de suffrages, découpages électoraux, possibilité d’être élu…)10 et la fiction d’une guerre faite « pour la démocratie ». Jacques Pauwels est également plutôt convaincant lorsqu’il s’efforce de prouver que le fascisme et le totalitarisme n’ont pas attendu la victoire de la révolution bolchevique pour émerger11, le second se dégageant de sa gangue à travers la suspension des libertés démocratiques acquises au bénéfice de la paix antérieure. Une vaste fresque qu’il s’agit donc de prendre avec les précautions requises, mais qui peut se révéler intéressante, tout au moins comme une source de second plan.

1Il fait longuement l’éloge des bolcheviques, les présentant comme plus démocratiques que les dirigeants occidentaux et saluant leur volonté de briser l’asservissement des peuples coloniaux.

2« L’élite voulait et préparait la guerre afin de résoudre définitivement les grands problèmes sociaux, c’est-à-dire éviter la révolution et mettre un terme à la démocratisation. » (p. 516). Il est plus nuancé lorsqu’il écrit, p. 300, que « Du côté des socialistes, du moins en Europe centrale et orientale, l’espoir d’une révolution immédiate en 1914 n’existait certainement pas, mais, du côté des familles nobles et grandes-bourgeoises, la crainte de la révolution existait bel et bien et on fut enchanté de voir la guerre éliminer comme par magie le spectre de la révolution. » [souligné par nous].

3Voir Emilio Gentile, L’Apocalypse de la modernité. La Grande Guerre et l’homme nouveau, Paris, Flammarion / Aubier, 2011 (2008 pour l’édition originale), curieusement absent de la bibliographie, comme d’autres titres du reste. Il est chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1365

4Erreur étonnante parmi d’autres, Jacques Pauwels ne cite que les sociaux-démocrates russes comme opposants à la guerre dès son déclenchement, oubliant les Serbes, et nomme curieusement « défaitisme » la position classique de Lénine durant la période…

5A cet égard, Jacques Pauwels évoque un étrange mythe (p. 416), mais sans citer ses sources, selon lequel sous le no man’s land, des déserteurs de toutes les armées survivraient en harmonie…

6Voir Pierre Kropotkine, La Grande Révolution (1789-1793), Paris, éditions du Sextant, 2011 (édition originale en 1909), chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1822

7Voir Michael Löwy et Robert Sayre, Esprits de feu. Figures du romantisme anti-capitaliste, Paris, éditions du Sandre, 2010.

8Voir Michel Dreyfus, L’Antisémitisme à gauche. Histoire d’un paradoxe de 1830 à nos jours, Paris, La Découverte, 2009, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2661

9Voir André Pichot, La Société pure. De Darwin à Hitler, Paris, Flammarion, 2000, chroniqué dans notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1483

10Voir Luciano Canfora, La Démocratie. Histoire d’une idéologie, Paris, Seuil, 2006.

11Dommage toutefois que sa réflexion sur le Parti allemand de la patrie (DVLP), fondé en 1917, en tant que formation « proto-fasciste » ne soit que survolée (p. 674).

Matthieu Auzanneau, Or noir. La grande histoire du pétrole, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2015, 718 pages, 26 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Matthieu Auzanneau, journaliste de formation, livre avec Or noir une somme d’histoire globale, pratiquement une relecture de l’histoire du monde contemporain à travers le prisme du pétrole, de son utilisation, de son commerce et de l’influence qu’il a eu et continue d’avoir sur la géopolitique. Son exposé débute par un rappel bien utile de la nature du pétrole, « énergie solaire métabolisée (…) puis stockée dans l’écorce de la Terre. » (p. 13) il y a plusieurs centaines de millions d’années, et dont l’humanité a à ce jour exploité la moitié des réserves, avec les conséquences écologiques que l’on sait. Cette « huile de pierre » – le sens premier du terme pétrole – fut d’abord simplement utilisée en tant qu’imperméabilisant, arme (le fameux feu grégeois des Byzantins) et même médicament, avant que sa distillation, au XIXe siècle, conduise à l’usage du pétrole dit lampant comme éclairage et comme lubrifiant, puis que son extraordinaire polyvalence ne se diversifie au fil du temps.

C’est surtout à partir du milieu du siècle que son exploitation connaît une croissance accélérée, sans que l’on sache exactement à qui en attribuer la paternité (qui n’est donc pas nécessairement étatsunienne) ; une conséquence collatérale en fut paradoxalement le déclin de l’industrie baleinière. Les champs pétrolifères étaient alors situés principalement au nord-est des États-Unis, en Pennsylvanie (l’unité de mesure qu’est le baril de 159 litres y est née). C’est là que John D. Rockefeller bâtit son empire, lui qui n’était au départ qu’un simple grossiste et qui devient « le plus pur surhomme du capitalisme » (p. 30) : choisissant d’investir dans le raffinage, moins risqué que le forage, il fonde la Standard Oil, qui assoit inexorablement son hégémonie, utilisant au besoin corruption et sabotage. Outre la Nouvelle Angleterre, le pétrole est également largement exploité, au cours du dernier quart du XIXe siècle, dans l’empire russe, à Bakou. C’est là que les frères Nobel investissent, inventant au passage le premier pétrolier, suivis par les Rothschild, leurs entreprises étant à l’époque les premières productrices mondiales. Aux côtés de la Standard Oil, qui se déploie peu à peu dans la production, il faut également compter avec les britanniques BP (axée en Perse) et Shell, fondée par les Samuel sur le marché asiatique, et la Royal Dutch néerlandaise mettant à profit les ressources de Sumatra ; ces deux dernières fusionnent au début du XXe siècle pour donner naissance à la Royal Dutch Shell, qui est actuellement la seconde transnationale la plus puissante. Le terrain vierge du Texas voit parallèlement émerger Texaco et la Gulf Oil. Autant d’acteurs amenés à une pérennité durable. Pourtant, la Russie, premier producteur mondial au début du XXe siècle, connaît un déclin marqué avec les événements survenus dans le sillage de la révolution de 1905 : des massacres inter-ethniques auxquels se mêlent également les Centuries-noires, à Bakou. La Standard Oil peut d’autant plus aisément prendre l’ascendant, elle qui résiste aux offensives du pouvoir politique et judiciaire. Renflouant les banques étatsuniennes lors des crises, elle sort même plus forte de sa dissolution formelle en 1911 au nom de la loi anti-trusts, véritable « hydre de Lerne » qui fait la joie des caricaturistes.

Les lendemains de la Première Guerre voient un certain nombre de repositionnements d’envergure. Pendant que les bolcheviques négocient avec l’entreprise étatsunienne Sinclair Oil pour la reprise de l’exploitation à Bakou, les luttes autour des richesses de la Mésopotamie opposent les grandes puissances européennes. Mais c’est aux États-Unis que les évolutions sont les plus frappantes : la Californie devient un nouvel eldorado pétrolier, Los Angeles apparaissant alors comme le prototype même de la « civilisation automobile »1 ; quant aux grandes majors anglo-saxonnes, elles s’entendent pour mettre en place un véritable oligopole afin de contenir la surproduction à leur plus grand profit, aidées au début des années 30 par les autorités politiques avec l’instauration de quotas de production. Au cours de cette décennie, l’initiative du Mexique, qui nationalise l’industrie pétrolière, demeure tout à fait isolée, là où la Jersey Standard et Shell n’hésitent pas à faire affaire avec IG Farben dans la période nazie. La lecture de la Seconde Guerre mondiale sous l’angle du pétrole mêle épisodes connus et moins connus, tels la supériorité britannique dans la bataille d’Angleterre grâce à un carburant de meilleure qualité ou la volonté japonaise de prendre le contrôle des réserves pétrolières d’Indonésie. Le tournant déterminant se joue toutefois à l’issue du conflit, lorsque les États-Unis et l’Arabie saoudite, aux réserves estimées phénoménales, nouent un partenariat majeur2. Songeant d’abord à une nationalisation de l’industrie pétrolière de la péninsule, l’État laisse finalement se mettre en place un consortium constitué de trois des héritiers de la Standard Oil (les futures ExxonMobil et Chevron) et de Texaco. Les États-Unis valident en outre l’« astuce en or », c’est-à-dire la non-imposition sur le sol national des revenus gagnés et taxés à l’étranger, un principe appelé à un large avenir. Dès lors, pouvoir politique et pouvoir économique demeureront solidaires, au nom de la puissance américaine. La période qui court des années 1950 à la veille du premier choc pétrolier est d’ailleurs celle de l’entente des « Sept Sœurs », générant une stabilité remarquable du prix du baril et assurant un profit sans égal ; au prix parfois de disparitions énigmatiques, ainsi de celle d’Enrico Mattei, industriel italien, auteur du surnom des « Sept Sœurs », et jugé trop conciliant à l’égard de l’URSS et de ses ventes à l’export de pétrole.

L’exposé se centre alors largement sur les États-Unis, d’autant que le groupe des industriels du pétrole « (…) dispose de trois champions successifs à la Maison blanche au cours des années 1950 et 1960. Le premier, allié indéfectible, se nomme Lyndon Johnson, le deuxième, avec lequel les relations vont se révéler houleuses, s’appelle Richard Nixon. Le troisième est George H.W. Bush. » (p. 274). Il faut dire que le commerce du pétrole a parfois des conséquences importantes sur la guerre froide, puisque la révolution verte dans les pays sous-développés, encouragée par les États-Unis (dont les fondations Ford et Rockefeller) et alimentée par le pétrole, était conçue « (…) comme une alternative aux réformes agraires d’inspiration socialiste. » (p. 359) La création de l’OPEP, fin 1960, manifestation de tiers-mondisme, ne sera initialement que de peu d’effet sur le statu quo existant ; pourtant, un de ses fondateurs, le vénézuélien Pérez Alfonso, souhaitait réduire la production afin de diminuer la pollution et de préserver cette ressource finie… Le dit statu quo est réellement bousculé d’abord avec l’initiative de Kadhafi à la fin des années 1960, un ultimatum contraignant les compagnies occidentales à réduire leurs marges au profit des pays producteurs, puis surtout par le franchissement par les États-Unis du pic pétrolier en 1970. Désormais, le pays dont les extractions nationales sont sur la pente descendante va s’appuyer comme jamais sur les ressources extérieures, celles du Moyen-Orient essentiellement.

C’est une « symbiose » qui s’instaure alors entre l’Arabie saoudite et les États-Unis, non sans conséquences délétères, dont beaucoup sont déjà largement connues (la genèse d’Al Qaïda, par exemple). Le royaume pétrolier, par exemple, permet aux États-Unis de financer la lutte anti-communiste de manière indirecte, en contournant les contraintes légales3. Plus largement, l’arme du pétrole est utilisée pour assurer l’hégémonie étatsunienne, en affaiblissant l’URSS dans la seconde moitié des années 1980 (par une baisse marquée du prix du brut), en jouant successivement l’Iran et l’Irak afin d’alimenter la guerre les opposant, ou en menant une guerre du Golfe (puis une guerre d’Irak) qui aurait largement pu être évitée et dont les civils furent les premières victimes… « Tant de choix éthiques suspects, tant d’ignominies accomplies en conséquence de la même constante nécessité : maintenir le statu quo politique propice au bon approvisionnement des consommateurs de pétrole. » (p. 515). La conclusion de l’auteur est plutôt pessimiste, le déclin de l’exploitation pétrolière étant apparemment irrémédiable, marqué par un franchissement des pics pratiquement dans le monde entier et des difficultés croissantes d’extraction (avec des investissements et des coûts de plus en plus importants) ; autant d’éléments qui confirment une tendance à l’anti-productivisme comme solution d’avenir.

Or noir, étude tout à fait passionnante, souffre dans le même temps de sa nature, celle d’une traversée de l’histoire de l’âge industriel à travers une de ses veines, même si capitale. A plusieurs reprises, on regrette, rançon de l’histoire globale, le manque de détails et d’explications sur certains faits ou hypothèses (les pétroleuses de la Commune comme symptôme de la méfiance bourgeoise vis-à-vis du pétrole, énergie potentiellement démocratique de par sa puissance), le silence sur certains domaines (l’exploitation du pétrole en URSS, par exemple4, les marées noires ou le reflet du pétrole dans les œuvres de fiction, Tintin au pays de l’or noir d’Hergé, entre autres), et on déplore la tendance de Matthieu Auzanneau à surinterpréter l’histoire à l’aune du pétrole (en faisant par exemple des chars fonctionnant au pétrole la clef de la victoire durant la Première Guerre mondiale). Les rares erreurs (Pline l’Ancien au Ier siècle avant Jésus) ou analyses discutables (la disparition de l’esclavage corrélé à l’utilisation croissante de l’énergie fossile, là où l’exploitation nous semble plutôt évoluer et voir cohabiter différentes formes, ou une hypothèse d’un premier choc pétrolier voulu par les États-Unis insuffisamment argumentée) sont à côté de ces critiques tout à fait dérisoires. Une chose est sûre, la liste des turpitudes perpétrées par les puissances occidentales, principalement, afin de s’assurer des ressources en or noir, donne le tournis : celles des États-Unis, au premier chef, bien sûr, mais également celles de la France (largement responsable de la guerre du Biafra, à la fin des années 1960, visant à s’assurer le contrôle du pétrole nigérian). Une étude passionnante, qui mérite un large public.

1C’est durant les années 1920 que la légendaire Route 66 voit justement le jour.

2Sur ces relations étroites et leur application concrète sur place, Matthieu Auzanneau apporte des éclairages précieux, ainsi de la ségrégation pratiquée à Dhahran (pages 295 et 296 en particulier). Les États-Unis sont même allés jusqu’à enrayer le complot visant à amender l’absolutisme du régime saoudien au début des années 1960.

3« L’Arabie saoudite tient le rôle d’une caisse noire d’opérations contre-insurrectionnelles encouragées ou organisées par le gouvernement américain et le gouvernement français. » (p. 417), parfois en association avec les autres membres du « Safari Club », l’Iran du Shah, l’Égypte et le Maroc.

4Les rares allusions à ce pays ne sont en outre pas toujours très explicites, ainsi de la note de bas de page, p. 412-413, dont les données chiffrées sont contradictoires.

Isabel Alba, La véritable histoire de Matías Bran. Livre I : Les usines Weiser, Lille, La Contre Allée, collection « La Sentinelle », traduction de Michelle Ortuno, 2014, 392 pages, 21 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

On ne peut que remercier chaleureusement la petite maison d’édition La Contre allée pour sa témérité à traduite et publier cet ouvrage. En effet, la publication de ce second roman d’Isabel Alba n’a pas eu l’écho qu’il mérite, sans doute parce que l’auteure, espagnole, n’a jusqu’à ce livre pas encore été traduite chez nous. Et pourtant, n’ayons pas peur des mots, La véritable histoire de Matías Bran relève de la catégorie des grands romans.

Ce premier volet d’une épopée historique et familiale porte sur la période qui s’étend de 1881 à 1920 et se déroule en Hongrie, bien que le déroutant premier chapitre débute en Espagne en 2010, avec le projet de suicide, à 65 ans, du personnage principal, Matías Bran. En fait, l’histoire se focalise même sur un court mais intense moment historique, l’année 1919 où du 21 mars au 6 août une République des Conseils, sous la direction, entre autres, de Bela Kun, tente l’expérience du pouvoir prolétarien. Cet épisode demeure très largement méconnu1, de part sa brièveté (moins de six mois), de la place du mouvement conseilliste qui se déroule en même temps en Allemagne (la République des Conseils de Bavière) et de l’échec, sanglant, de cette tentative.

Le roman d’Isabel Alba n’a pas la prétention de pallier cette quasi absence de livres d’histoire sur le mouvement ouvrier hongrois et cette Commune de Budapest (aucun roman fictionnalisant l’histoire n’a d’ailleurs cette ambition), mais bien de restituer de manière quasi physique la matérialité de l’oppression ouvrière et de l’insoumission qu’elle finit par générer. C’est à travers l’histoire d’une famille que ce récit prend forme. En effet, il n’y a pas, à proprement parler, de héros dans cette épopée – quand l’auteure présente, en fin de volume, la liste des personnages principaux, on n’en compte pas moins de vingt-deux – même si Matίas Bran y occupe une place à part. A l’origine, dans l’appartement de Matίas Bran, ce sont ses 52 cahiers de notes, rédigés au fil des ans, ainsi qu’une mystérieuse valise en cuir usé, ayant appartenu à son grand-père et à son père, qui servent de fil conducteur à Isabel Alba. La saga s’enracine dans le milieu ouvrier des usines d’armement Weiser, installés sur l’île Csepel, à Budapest. Ces travailleurs des deux sexes s’y politisent en apprenant à lire dans le Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels et font l’apprentissage des combats collectifs. Cette chronique très bien documentée nous entraîne dans les rangs de ce mouvement révolutionnaire qui dès Octobre 1917 suscite tant d’espoirs, au point de faire « craquer l’écorce du vieux continent » (John Dos Passos) et de soulever une partie des masses prolétariennes et paysannes.

Formellement, il s’agit d’un récit très éclaté, dont la narration s’organise du point de vue de la multiplicité. Dans un bonheur d’écriture rare, Isabel Alba mobilise toutes les techniques d’une certaine modernité romanesque. Symptomatique apparaît ainsi le chapitre sept (à propos de l’entrée en guerre de l’Autriche-Hongrie en août 1914), qui aurait pu être de la plume de Georges Perec, tant le déchaînement passionnel de la mobilisation est magnifiquement traduit à travers une énumération. Nom, âge, profession, constituent les trois critères à partir desquels la force du patriotisme incarne l’entrée en guerre : « AGE : 16, 20, 33, 32, 45, 38, 18, 24, 17.. ; ». Isabel Alba étant également scénariste et photographe, les angles d’approche de ces deux spécialités se réfractent dans son écriture, conçue ici ou là selon les considérations du script, marquant par ailleurs une rupture stylistique dans le récit : ainsi du chapitre 8 : « Intérieur nuit. Baraque de Franck Berge et Mari Mennyel. Usine d’armement Weiser. Ile de Csepel ». Le collage constitue une autre technique, utilisée avec bonheur dans cet ouvrage. Collage en abyme, par exemple à la page 93, où la reproduction d’un récent graffiti sur un mur de Grenade a été collée dans le cahier de notes de Matίas Bran. Un autre collage, provenant lui-aussi de ce cahier de notes, évoque une mélancolie similaire à celle qui nous étreint à la lecture des textes de W.G. Sebald. Ces collages permettent de dessiner un pont entre le passé et le présent, manifestation d’un temps de la domination qui se prolonge et s’étire. La publicité, le courrier, l’extrait de presse (permettant ainsi de faire écho à la Commune bavaroise à travers l’évocation de la figure de Erich Mühsam), l’éphéméride, comme métaphore des 133 jours que dura le soulèvement ou le calendrier permettant d’accélérer le temps, en contrepoint de son allongement durant la période de la Commune de Budapest, constituent autant de figures littéraires utilisées au fil du roman, captivant littéralement le lecteur.

Avec ce livre, excellent outil de travail pour « lutter contre l’oubli (…), convoquer le souvenir et décider de le transmettre » (Isabel Alba), nous sommes invités à pénétrer, pour notre plus grand bonheur, dans une modernité littéraire sensible à l’élan révolutionnaire, pour qui l’histoire des dominés est une histoire des luttes à venir et des combats à mener. Tel l’ange de l’histoire de Walter Benjamin (ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’ouvrage s’ouvre par une citation de cet auteur), le roman s’appuie sur la force propulsive des révolutions vaincues pour aborder les temps futurs. On attend avec la plus vive impatience le livre II.

1Outre un très ancien récit d’Arpad Szepal, Les 133 jours de Bela Kun, chez Fayard en 1959, nous pouvons signaler la sortie prochaine (automne 2015) aux éditions Les Bons caractères de l’ouvrage de Julien Papp, De la guerre en Autriche-Hongrie à la République des Conseils (1914-1920).

Immanuel Wallerstein, Randall Collins, Michael Mann, Georgi Derluguian, Craig Calhoun, Le Capitalisme a-t-il un avenir ? (Does Capitalism have a Future ?), Paris, La Découverte, collection « L’horizon des possibles », 2014 (2013 pour l’édition originale), 336 pages, 20 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le Capitalisme a-t-il un avenir ? s’inscrit a priori dans la lignée de ces ouvrages réflexifs que furent Y a-t-il une vie après le capitalisme ? (sous la direction de Stathis Kouvelakis) ou Postcapitalisme (sous la direction de Clémentine Autain)1, à ceci près qu’à la différence de ces deux titres, clairement militants et engagés, celui-ci privilégie une démarche scientifique, basée sur la macro-sociologie historique, l’étude systémique de la réalité passée, présente et à venir. Immanuel Wallerstein est assurément le plus connu de ce panel d’auteurs en France, les autres ayant été peu ou pas traduits, mais loin d’une ligne éditoriale commune, tous ces chercheurs, bien qu’usant de méthodes semblables, ne partagent pas nécessairement les mêmes analyses et les mêmes conclusions. Néanmoins, leur objectif partagé était d’isoler, de repérer les « dynamiques structurelles profondes » (p. 10) de l’évolution du capitalisme, sans verser dans des scénarii de politique fiction détaillés. L’écriture de l’introduction et de la conclusion est commune, chacun d’entre eux signant individuellement sa propre contribution.

Immanuel Wallerstein pose d’emblée un diagnostic clair : le capitalisme est, pour lui, entré dans la « phase terminale de sa crise structurelle » (p. 20). Pour aboutir à ce constat, il croise les apports des cycles de Kondratiev et des cycles d’hégémonie (celle des États-Unis ayant été opposée l’Allemagne entre 1873 et 1945, avant de connaître un statu quo avec l’URSS, toutes affirmations que l’on pourrait discuter), insistant particulièrement sur la crise structurelle du capitalisme initiée à partir des années 1970. A ses yeux, la hausse constante des coûts de production est irréversible, et elle se double d’une instabilité politique, initiée par la « révolution-monde » de 1968 et par la réaction néo-libérale qu’elle suscita au sein des classes dirigeantes du monde capitaliste. Le résultat, en ce début de XXIe siècle, est une instabilité et une incertitude chroniques, car la « (…) combinaison d’austérité, de répression et de recherche d’argent à court terme entraîne une aggravation générale de la situation mondiale. » (p. 55) Dès lors, l’alternative se situe désormais, selon lui, entre conservateurs et réformateurs, « horizontalistes » (décentralisateurs et décroissants) ou « verticalistes » (favorables à une organisation politique verticale et à une croissance ciblée), ayant en commun l’objectif de davantage d’égalité et de démocratie. On saisit, avec cette première contribution, toute l’ambiguïté de l’exercice : une volonté de prendre de la hauteur, un recul utile et un esprit de synthèse acéré, mais une tendance à simplifier les choses, à tailler à coup de serpe dans la complexité des phénomènes.

Randall Collins, pour sa part, bâtit sa prospective personnelle sur l’hypothèse d’un chômage de masse croissant, lié à l’informatisation généralisée2, grimpant jusqu’à 50 voire 70% (sic) de la population active, et laissant des classes moyennes en déshérence. Cette vision relativement catastrophiste des choses, qu’il s’efforce d’argumenter longuement, conduirait à une alternative tranchée entre révolutionnaires et néo-fascistes, la crise structurelle du capitalisme étant en outre renforcée par la crise écologique. Ce scénario nous semble toutefois l’un des plus fragiles. La paupérisation des classes moyennes qu’il imagine ne s’articulerait pas obligatoirement avec une absence totale d’activité, et surtout, c’est là une vision qui semble surtout convenir aux pays les plus développés. D’autant qu’on imagine mal les gouvernements naviguer complètement à vue dans cette configuration, sans pour autant croire qu’« Une révolution institutionnelle pacifique est possible. » (p. 102) Enfin, sa vision d’une possible oscillation, à l’échelle séculaire, entre systèmes capitalistes et systèmes socialistes (qui sont excessivement tributaires ici de ceux du « socialisme réellement existant » du XXe siècle), voire de « nouvelles formes » (p. 111), peine à pleinement convaincre, sans doute par son caractère trop généraliste3.

Michael Mann se distingue de ses deux collègues par un optimisme plus net. Il voit en effet les deux crises majeures du capitalisme, la « Grande Dépression » de 1929 et la « Grande Récession » de 2008, comme conjoncturelles plus que structurelles. C’est ce qui l’amène à considérer que l’avenir du capitalisme est celui d’un monde multipolaire, sans guerre mondiale, engendrant de nouvelles « destructions créatrices » (Schumpeter) afin de trouver des sources de profit toujours renouvelées (comme le capitalisme vert). Nulle surprise, en suivant ces considérations, de déboucher sur des sociétés certes inégales mais stables, un capitalisme conduit par une faible croissance mais d’où tout horizon révolutionnaire est évacué (« S’il est un phénomène pour lequel la fin semble vraiment proche, c’est bien le socialisme révolutionnaire. », p. 153).

Georgi Derluguian adopte un parti pris fort différent de ses coauteurs. Revenant sur les prévisions d’une chute de l’URSS avancées dans les années 1970 par Immanuel Wallerstein et Randal Collins, il fait un retour sur l’expérience soviétique, analysée avant tout sous un angle géopolitique. Il replace ainsi l’URSS dans la continuité impériale de la Russie, les bolcheviques partageant avec des tsars comme Pierre le Grand un même souci de modernisation du pays4. Loin de toute critique unilatérale de ces derniers, il leur reconnaît également une prise en compte des nationalités diverses, de l’acculturation du peuple et d’une promotion sociale inédite à l’égard de couches sociales jusqu’alors marginalisées. Par ailleurs, il considère la guerre, Première Guerre mondiale et guerre civile enchevêtrées, comme la matrice de ce « socialisme de forteresse » et de l’État bureaucratique qui fut la constante de l’histoire soviétique, avec une oligarchie qui, selon Georgi Derluguian, paralysa le système économique5. C’est ce qui explique, selon lui, la volonté de cette oligarchie bureaucratique de passer à un capitalisme d’État, transition qu’aurait effectué Beria (une uchronie contestable) et que Gorbatchev échoue à mener à bien6, là où la Chine a connu un succès plus net, en particulier parce qu’elle était alors placée – à la fin des années 1970 – dans une position éloignée de la guerre froide soviéto-américaine. Il en tire la conclusion selon laquelle, pour le XXIe siècle, le scénario d’une révolution sera – et devra être, même – radicalement autre que celui de 1917 (« Si la guerre a pu être évitée, alors les révolutions violentes et les dictatures d’extrême gauche et d’extrême droite pourront sans doute elles aussi être évitées au XXIe siècle. », p. 215). Enfin, Craig Calhoun rejoint en partie les positions de Michael Mann. Plutôt qu’un effondrement, il voit la chute d’un certain capitalisme comme une période longue, à l’image de la transition entre féodalisme et capitalisme. Le problème principal, qui explique la crise mondiale de 2008, c’est la financiarisation croissante du système capitaliste depuis une quarantaine d’années. Dès lors, ce qui risque de se produire, c’est une conjonction de crise économique – caractérisée par une stagnation ou une croissance faible – et de crise politique, liée au caractère jugé de plus en plus insupportable et de la croissance des inégalités, et de l’externalisation des coûts de production (comme sur les ponctions faites à la nature, par exemple). L’avenir, selon lui, appartient donc davantage à un nouveau capitalisme d’État qu’à un néo-libéralisme de plus en plus décrédibilisé.

La conclusion revient sur ces différentes analyses, tentant de tirer des leçons de chacune des cinq contributions. L’alternative se jouerait ainsi entre une crise finale du capitalisme comme systèmemonde, un déplacement de l’hégémonie des puissances traditionnelles, et la catastrophe climatique encore en gestation. Un tel contexte pouvant encourager « une dynamique d’auto-organisation » (p. 312), autrement dit un regain d’activité notable pour le courant libertaire. Là où les auteurs semblent d’accord, c’est sur la nécessité de combiner, sur le plan économique, entre public et privé, État et marché. Bien qu’un tel effort de synthèse ait toujours tendance à émousser la force de certaines analyses, celles-ci, de surcroît, ne s’inscrivant que dans le cadre limité de la macro-sociologie, Le Capitalisme a-t-il un avenir ? contient néanmoins en lui-même suffisamment de réflexions stimulantes pour réfléchir encore et encore à cet avenir qui vient…

2Randall Collins montre au passage qu’il ne maîtrise pas réellement la culture science-fictive, étant resté sur l’hypothèse d’une révolte des robots, alors que la littérature de science-fiction tout particulièrement avait envisagé le remplacement des travailleurs et la domination d’une « caste de capitalistes » (voir entre autres Philippe Curval et sa Chère Humanité).

3Elle n’est pas sans rappeler l’idée avancée au début des années 1950 par Michel Pablo, alors secrétaire de la IVe Internationale, de « siècles de transition » pour parvenir au communisme.

4« (…) le marxisme nourrissait également chez eux un puissant rationalisme scientifique qui en faisait une variété inédite de visionnaires idéologiques modernistes épris de science et d’industrie. Dès le départ, ces marxistes révolutionnaires anticapitalistes étaient prêts à s’emparer des armes de leurs ennemis : la discipline militaire et la planification industrielle promues par l’État allemand et les chaînes de montage chères à Henry Ford. » (p. 177).

5« L’économie de commande a besoin d’un chef suprême qui prenne les décisions concernant l’affectation des ressources. En son absence, le gouvernement central est réduit à l’inertie bureaucratique, paralysée par le lobbying et les querelles d’influence des divers ministères et administrations locales. » (p. 190).

6« Au lieu d’une stratégie rationnelle mettant à profit les atouts de la superpuissance soviétique pour négocier une inclusion collective plus honorable au sein de la hiérarchie capitaliste mondiale, la nomenklatura a dilapidé et cannibalisé les actifs soviétiques dans une fuite en avant visant à protéger ses positions oligarchiques individuelles tant face à la purge gorbatchévienne que face au danger de rébellions populaires. » (p. 206).

Jan Waclav Makhaïski, Le socialisme des intellectuels, critique des capitalistes du savoir, textes choisis, traduits et présentés par Alexandre Skirda, Paris, Spartacus, 2014, 322 pages, 18 €.

Un billet de Florent Schoumacher

Le penseur polonais Jan Waclav Makhaïski (1866-1926) a développé une critique globale des socialismes (communistes ou anarchistes) selon laquelle les révolutions feraient toutes l’objet d’une captation par une nouvelle classe d’individus émergeant dans les mouvements sociaux et politiques, « les capitalistes du savoir », sorte de frange intellectuelle de la petite bourgeoisie. Cette expression n’est pas de l’auteur polonais, mais de son traducteur (présentation de 1978, p. 7). Pour Makhaïski, Marx, Engels, Lénine seraient tous issus des rangs de cette nouvelle classe. Ainsi tous les courants du socialisme ne viseraient qu’à utiliser les prolétaires comme faire-valoir pour asseoir cette nouvelle classe au pouvoir. Au XXe siècle, d’autres théoriciens invoquent le rôle de la bureaucratie.

Cet ancien étudiant de médecine (p. 21), bientôt converti aux idées socialistes de la fin du XIXe siècle, employé de banque un temps (p. 40), est emprisonné durant onze ans en tout, comme beaucoup de révolutionnaires de l’époque. Lors de sa réclusion, il croise Léon Trotsky (p. 24-25). Pour lui, la lutte de classe entre prolétariat et bourgeoisie n’existe pas vraiment. Il décèle plutôt une lutte entre la masse et l’élite (p. 37). Alexandre Skirda résume ainsi son credo : « L’émancipation des ouvriers, le renversement de l’oppression qu’ils subissent, sont des causes bien plus solides que le socialisme. Celui-ci rassemble des forces pour le seul renversement des capitalistes, mais il veut ensuite les remplacer par la classe des “ cols blancs ” héréditaires, tout en laissant dans la servitude la classe des travailleurs manuels et leurs descendances » (p. 42). Ce texte n’est d’ailleurs pas reproduit dans ce volume.

Autant le concept de Jan Waclav Makhaïski est original et innovant et peut ouvrir des pistes pour comprendre l’échec du socialisme au XXe siècle, autant la citation par l’auteur de penseurs réactionnaires comme Werner Sombart nous laisse dubitatif –  doutes qui s’accroissent en découvrant les références de son traducteur dans sa longue introduction (près de cent pages). En effet, Alexandre Skirda cite longuement Georges Sorel «  théoricien important du socialisme » (p. 63) dont on connaît également l’ambiguïté sur l’antisémitisme, et accorde une très large place aux réflexions de Robert Michels dans son ouvrage majeur (Les partis politiques, essais sur les tendances oligarchiques, 1911). Ses réflexions suscitent un certain malaise1. L’avant-dernier texte de Makhaïski (La conspiration ouvrière, 1908, p. 259-289, reproduit dans ce volume) renforce cette sensation. Le penseur polonais y indique que les intellectuels seraient humiliés par leur dépendance vis-à-vis des capitalistes, qu’ils se « rebiffe[ra]ient » et utiliseraient les travailleurs manuels, toujours prêts à se battre en « s’efforçant de leur prêcher la révolution » (p. 268). Il propose une solution : la grève générale économique (p. 279) et une forme d’organisation : « la conspiration ouvrière » (p. 284). Des passages ne sont pas reproduits mais marqués par ce signe « (…) ». Nous n’en saurons donc pas plus…. Il ne faut sans doute pas éventer la « conspiration ».

En refermant ce livre, réédité2 en 2001 aux éditions de Paris-Max Chaleil et dont les invendus ont été apparemment récupérés par Spartacus si l’on en croit les étiquettes qui y sont maladroitement accolées, on s’interroge. Les textes reproduits de Makhaïski sont parfois tronqués de plusieurs paragraphes (comme si le traducteur et ses éditeurs ne voulaient pas nous dévoiler toute la pensée de l’auteur) sans aucune explication éditoriale, ce qui soulève tout de même un problème épistémologique et déontologique3.

Résumons :

* Un parallèle douteux entre l’URSS et le Troisième Reich (cf. le recto de la couverture, et la préface à la troisième édition), parallèle introduit par le libéral russe Piotr Struve.

* Les références du traducteur à Robert Michels (sociologue allemand qui adhéra au parti fasciste italien vers 1918 et obtiendra un poste de professeur à Pérouse (Italie) jusqu’à sa mort en 1936) ; Gaetano Mosca (juriste, professeur de droit constitutionnel à l’université de Turin de 1896 à 1924, penseur de « l’élitisme ») ; Vilfredo Pareto (sociologue mort en 1923, ayant salué l’accession de Mussolini au pouvoir et mis en valeur par la Nouvelle Droite d’Alain de Benoist) ; et Henri de Man (penseur fasciste4 belge condamné à vingt ans de réclusion après guerre pour collaboration et mort en 1953) (p. 323 et suivantes).

* L’ironie obscurantiste contre le socialisme scientifique (Makhaïski, p. 242 et suivantes) résumée ainsi : « les ouvriers devraient donc apprendre tous les sciences durant leurs congés ».

* Le prétendu « hold-up » du projet révolutionnaire perpétré par une « caste » (p. 15 et suivantes).

* L’utilisation du vocable « pillage » pour évoquer cette captation (Makhaïski p.140, 210, 238, par exemple) ou encore de celui de « classe parasite » (traducteur, p. 90).

* L’utilisation d’expressions comme « minorité héréditaire » et « minorité privilégiée » (p. 140) pour évoquer les intellectuels.

* L’utilisation par le traducteur d’un vocabulaire sexiste (« Putanat » p. 13 et suivantes) pour désigner l’action des intellectuels dans la révolution.

* La présentation de l’affaire Dreyfus comme le déclencheur de l’arrivée des intellectuels au sein des mouvements socialistes (le traducteur, p. 62)5, alors que cela concerne principalement la France.

* La négation de la lutte de classe au profit d’une lutte masses/élites (traducteur, p. 37).

* Les citations d’auteurs ayant inspiré le fascisme initial (pour Makhaïski, Sombart p. 152 et suivantes et Struve, p.195 et suivantes).

* Le caviardage des textes de Makhaïski et les « raccourcis » de plus en plus conséquents en fonction de l’année d’écriture du texte (par exemple p. 131, 194, 206, 226, 243, 244, 247, 251, 254, 260, 261, 264, 267, 272, 286, 288…) sans qu’il nous soit permis de comprendre la cause de ces coupes ni de connaître la longueur des paragraphes supprimés.

Tout cela offre un faisceau d’indices inquiétant. Sous un discours anti-autoritaire qui affirme que la social-démocratie historique (c’est-à-dire le mouvement socialiste et communiste initial), le bolchevisme, le marxisme, l’anarchisme ne fonctionnent pas, percent quelques-uns des arguments classiques d’une rhétorique réactionnaire, aux références douteuses, sans que le traducteur ou les éditeurs s’expriment franchement sur cet aspect des thèses de Jan Waclav Makhaïski. Des critiques partielles pertinentes aboutissent à une critique globale qui l’est beaucoup moins.Voilà donc un livre au départ intrigant qui finit par faire émerger une pensée très proche des thèses anticommunistes et assez éloignée des thèses libertaires habituellement défendues par les éditions Spartacus, bien que celles-ci, dans les années cinquante, n’aient pas hésité à publier quelques titres anticommunistes, justement, de tonalité maccarthyste6.

C’est aussi un ouvrage de notre époque, en ce sens que son ambiguïté idéologique ne fait qu’obscurcir un peu plus, dans le champ des idées révolutionnaires ou tout simplement progressistes, une situation déjà bien confuse.

1Et si l’on se renseigne un peu, on trouvera des éléments singuliers au sujet d’Alexandre Skirda. Ainsi son livre, La Traite des Slaves : l’esclavage des Blancs du VIIIe au XVIIIe siècle, fait l’objet d’une recension élogieuse, sur un site d’extrême droite radicale, Polémia, repris par le site du Front National de Charente-maritime : http://www.frontnational17.fr/la-traite-des-slaves-lesclavage-des-blancs-du-viiie-au-xviiie-siecle-de-alexandre-skirda/. Les cahiers du monde russe (http://monderusse.revues.org/7358 ) lui accordent une recension bien plus citrique. Ainsi au sujet de sa critique du rôle des juifs, les auteurs de la recension (Aleksandr Lavrov et André Berelowitch) indiquent : « L’auteur reconnaît que la majorité des juifs médiévaux n’avait rien à voir avec le commerce des esclaves. Malgré cela, une corporation spéciale de marchands juifs (les Radânites, comme les appelle l’auteur) est déclarée responsable de l’organisation de la traite. Ici on décèle très clairement l’influence néfaste des idées de Lev Gumilev sur le rôle des juifs au sein de certaines sociétés médiévales ». Ce à quoi Skirda répondra par lettre en date du 20 décembre 2011 : « Cela dit, je suis surpris par la médiocrité de cette recension, n’y a-t-il pas des membres sérieux et compétents parmi la rédaction de votre revue ? »

2La première édition est parue en 1979 aux éditions du Seuil, grâce à Jacques Julliard.

3Dans un article intitulé « Machajsky, A Rightfully Forgotten Prophet » [Makhaïski, un prophète justement oublié], Telos n° 71, printemps 1987, p. 111-128, un auteur trotskyste, Ernest Haberkern, prétend que les textes de Makhaïski auraient été expurgés de sorties antisémites par son traducteur, Alexandre Skirda. Les textes originaux n’étant disponibles qu’en russe, il nous est impossible de trancher. Marshall S. Shatz, le biographe de Makhaïski, dans le chapitre 4 de Waclaw Machajski: A radical critic of the Russian intelligensia and socialism essaie de répondre à cette critique avec un argument plutôt faible (la femme de Makhaïski était juive donc il ne pouvait pas être antisémite) et surtout en nous fournissant des extraits peu convaincants des positions du penseur polonais à propos du rôle des Cent Noirs en Russie. La lecture des textes traduits par Alexandre Skirda ne peut qu’entretenir le doute tant que les textes n’auront pas été édités en français dans leur intégralité. De plus un traducteur qui cite autant d’auteurs réactionnaires (que Schatz présente aussi comme une source d’inspiration pour Makhaïski) ne nous rassure vraiment pas.

4Zeev Sternhell, Ni gauche ni droite : l’idéologie fasciste en France, Paris, Fayard, 2000, Folio, coll. « Folio histoire », 2012.

5Alexandre Skirda écrira d’ailleurs au sujet de l’Affaire Dreyfus : « Elle a donné lieu à une agitation confuse dans laquelle un chat révolutionnaire aurait eu beaucoup de difficulté à identifier ses chatons ! La cause de tout cela était la condamnation injuste d’un capitaine, (un millionnaire et fils d’un millionnaire en francs de l’époque) à cause de sa foi juive. Beaucoup d’anarchistes se laissent entraîner dans cet épisode discutable ; Sébastien Faure même mis en place un quotidien avec le soutien du capital juif. » (traduction par nos soins de l’original anglais Facing the Enemy: A History of Anarchist Organization from Proudhon to May 1968, translated Paul Sharkey, Edinburgh & Oakland, AK Press, 2002, p. 70).

6Par exemple Paul Clerey, Français, voici la Cinquième colonne, Paris, Spartacus, série A, n° 31, 1951 ou Suzanne Labin, La conspiration communiste ; l’hydre totalitaire, comment la museler, Paris, Spartacus, collection « Spartacus », série A n° 33, 1957.