Archives par étiquette : Classe ouvrière

Jean-Marie Dupont (auteur), Eddy Vaccaro (illustrateur), Les gueules rouges, Grenoble, Glénat, 2017, 116 pages, 20,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Soulignons d’entrée de jeu la double singularité de cette bande dessinée, qui tient à la fois à son scénario, ainsi qu’au dessin. Le scénariste rajoute un élément dramatique qui fait basculer le scénario du côté du roman policier. Le scénario met en scène l’histoire d’un jeune garçon, Gervais, au tout début du XXe siècle (l’histoire se déroule en 1905), dans le pays minier. Gervais, brillant élève sur lequel son instituteur fonde de grands espoirs, voit cependant son père mineur lui imposer la descente à la mine, ce qui fait s’envoler la perspective d’une promotion sociale et un destin hors des corons. Parallèlement, en tournée dans toute l’Europe, le cirque de Buffalo Bill fait escale à Valenciennes. Gervais ne rêve que d’une chose : rencontrer le héros des histoires de cow-boys et d’indiens dont il est un lecteur friand. Las, la mine et la discipline paternelle le rappellent à la dure réalité du travail. Cependant, le tout frais mineur de fond désobéit et se rend au spectacle, en passager clandestin car il n’a pas un centime pour payer sa place. Deux indiens l’aident alors à échapper aux gardiens lancés à la poursuite du resquilleur. De cette rencontre inattendue naît une amitié inédite, alors que les deux nouveaux amis de Gervais sont accusés du meurtre sauvage de la fille de l’ingénieur de la mine. C’est la traque contre « les barbares ». Mais Gervais et ses compagnons trouvent assistance auprès d’un personnage qui refuse l’ordre minier et qui se trouve être le représentant du courant anarchiste et syndicaliste de la région. On laissera au lecteur le réel plaisir de découvrir comment cette histoire se prolonge et se termine, quelques années plus tard, par la grande boucherie de la guerre de 1914-1918. Avec ce récit, c’est toute l’histoire politique et sociale de l’avant-guerre qui apparaît en toile de fond, au fil des vignettes : imminence de la loi de 1905 sur la Séparation des Églises et de l’État et donc multiplication des affrontements avec les cléricaux, drame de Courrières1, évocation du sort des femmes de mineurs, du travail quotidien harassant du fond ou de la vie sur le carreau des mines.

Ce western transposé au pays de Germinal ne cesse d’étonner tant le scénario, qui fait basculer le récit du côté du roman policier, se révèle riche et touffu. Cette bande dessinée esquisse à traits légers un moment social où, finalement, les plus sauvages ne sont pas nécessairement là où on les attend et où les « peaux-rouges » figurent plutôt du côté de l’espérance que du Far west. A ce premier motif de satisfaction, ajoutons-en un second, qui lui est étroitement solidaire, à savoir le traitement de l’image, élément évidemment essentiel pour une bande dessinée. Eddy Vaccaro2, le dessinateur, déploie ici un style assez particulier, à la fois brut, voire primitif mais aussi très fin. Dans des couleurs sépia (un sépia élaboré où parfois le vert affleure, ainsi dans l’évocation des scènes du déjeuner chez l’ingénieur), il aligne des planches au trait charbonneux, particulièrement en phase avec le sujet traité. L’ouverture du livre est d’ailleurs assez symptomatique, car on hésite entre la bande dessinée et une iconographie relevant de la peinture. Enfin, cet album témoigne d’une vigoureuse sympathie pour « ceux d’en bas » et souligne de matière parfois poétique tout ce qui sépare le destin des classes sociales. Une belle réussite.

1Lire le compte rendu sur ce blog de Jean-Luc Loyer, Sang noir. La catastrophe de Courrières, 2013, https://dissidences.hypotheses.org/5204

2Eddy Vaccaro est co-auteur d’une récente biographie d’un boxeur juif déporté à Auschwitz, Young, Futuropolis, 2013.

Sam Johnson, Toute ma vie j’ai lutté, Paris, Les Bons caractères, collection « Témoignages », 2015, 290 pages, 16,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Traduit de l’américain (A Fighter All my Life), ce témoignage est celui d’un militant du groupe Spark (L’étincelle), organisation sœur, aux États-Unis, de Lutte Ouvrière. Comme le précise l’éditrice dans une note préliminaire, il ne s’agit pas d’un livre écrit à la première personne, mais de la retranscription d’entretiens oraux entre l’auteur nominal et des jeunes militants, puis la retranscription a donné lieu à un travail d’écriture. D’ailleurs, sur sa couverture, l’édition originale précise : The life and words of Sam Johnson.

Les trois lieux de vie de Sam Johnson à travers les États-Unis fournissent les trois parties du livre : Alabama (1939-1959), Californie (1960-1967) et enfin Detroit. La première partie porte sur la jeunesse et la famille de Sam Johnson à Gainesville (Alabama). Le récit se compose d’une série de flash-back avec de courts récits, articulés à chaque fois à une anecdote. Il en ressort que face au racisme ambiant, le jeune garçon apprend à se battre pour se faire respecter. La famille et ses divers membres (dont les photos de certains sont reproduites) se situent au cœur de l’exposé. Le sud ségrégationniste est le lieu du racisme, de la violence et des affrontements avec le Ku Klux Klan. Le jeune Sam fait rapidement l’expérience de la prison (il a 17 ans la première fois). Une de ses sœurs ayant déménagé en Californie, il décide de s’y rendre pour vivre une autre expérience. C’est à ce moment là qu’il rencontre la Nation de l’Islam, une des importantes organisations politico-religieuse, inspirée par l’islam, de la communauté noire. Attiré par la fête, l’alcool et la drogue, il ne parvient pas à se stabiliser dans un travail. Il passe ainsi plusieurs années avant de finalement décider de partir pour Detroit. C’est dans cette ville qu’il assiste aux émeutes de 1967, qui constituent un moment clé de sa prise de conscience, même s’il continue à prendre de l’héroïne. Embauché chez Chrysler, il rencontre des militants trotskystes qui diffusent un bulletin d’entreprise. La description (p. 163) de son processus de politisation est caractéristique de la manière dont procède le courant trotskyste avec lequel il entre en contact : « Avant ça [la fréquentation de Spark] je ne savais même pas qui était Karl Marx, Lénine ou Trotsky. Je ne savais pas qui était Malcom X ou Robert F. Williams1. Je ne savais rien de la révolution russe ». Avec cette rencontre, son destin bascule puisqu’il arrête les jeux d’argent et surtout stoppe sa consommation d’héroïne. L’entrée en militantisme correspond aussi à une attitude morale et à une nouvelle définition de son identité. Ayant franchit ce premier pas, il s’investit dans le mouvement syndical. Sans que cela soit explicité clairement, Spark envoie un de ses militants pour renforcer son activité et créer un groupe de sympathisants. Lui-même suit une formation syndicale, à l’université, durant plusieurs mois au début des années 70. Mais la pratique syndicale qu’il impulse repose sur l’action directe des travailleurs de son atelier. Si bien qu’il entre en opposition avec la structure syndicale qui le démet de son mandat. Avec l’aide de Spark, il poursuit une activité syndicale, mais sans mandat, organisant par exemple un pique-nique, rassemblant plusieurs centaines de travailleurs, le ludique renforçant le politique. Dans les bulletins ouvriers qu’il anime, il s’en prend aux petits chefs, à travers un style irrévérencieux qui a l’heur de déplaire (voir p. 195 ou 198, une reproduction d’une caricature). Finalement, en 1977, ont lieu de nouvelles élections syndicales et Sam Johnson candidate comme président, contre la direction du syndicat. Le trucage des élections amène finalement son licenciement, ce qui suscite une campagne pour sa réintégration. Durant trois longues années, il déploye un activisme à plein temps pour son organisation dans de multiples usines. Il profite également de ce temps pour reprendre ses études inachevées. Obtenant finalement sa réintégration, un bulletin Spark reparaît quelques mois plus tard. La description du fonctionnement du bulletin (dont des reproductions figurent dans l’ouvrage) constitue le mode opératoire du militantisme du courant LO. De nouveau licencié, il lui faudra une nouvelle bataille auprès des tribunaux durant deux ans avant de réintégrer son usine où il mène une nouvelle campagne pour être élu comme représentant syndical. En 1998, il obtient sa retraite, tout en continuant à militer. En 2003, son entreprise ferme.

Dans une quatrième et ultime partie, les leçons de son parcours sont tirées en expliquant le sens de son combat contre les patrons (terme qui revient comme un leitmotiv dans ce récit, alors que celui d’État n’est pas mobilisé une seule fois), qui peut se résumer par : « Nous sommes la force qui produit les richesses. En aucun cas on ne devrait vivre comme on vit aujourd’hui, des gens au chômage, des gens qui n’ont pas de toit, des gens qui crèvent de faim. On devrait avoir les mêmes choses que la bourgeoisie » (p. 288).

Au moins autant que pour ce récit, le livre vaut pour ce qu’il apporte de connaissances sur le type de fonctionnement déployé par les groupes Lutte ouvrière, aussi bien à l’échelle nationale qu’au niveau international. Il apporte également quelques lumières sur la question ouvrière et syndicale aux États-Unis, ce qui est loin d’être négligeable, du fait de la rareté des témoignages, militants ou non.

1Robert F. Williams (1925-1996) est un dirigeant noir du mouvement des droits civiques qui fut le premier à préconiser la résistance armée, dans les années 60. Recherché par le FBI, il s’exile à Cuba. Devenu plus ou moins proche du maoïsme, il s’installe en Chine. Revenu aux États-Unis, incarcéré, il est libéré à la suite de son procès.

Isabel Alba, La véritable histoire de Matías Bran. Livre I : Les usines Weiser, Lille, La Contre Allée, collection « La Sentinelle », traduction de Michelle Ortuno, 2014, 392 pages, 21 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

On ne peut que remercier chaleureusement la petite maison d’édition La Contre allée pour sa témérité à traduite et publier cet ouvrage. En effet, la publication de ce second roman d’Isabel Alba n’a pas eu l’écho qu’il mérite, sans doute parce que l’auteure, espagnole, n’a jusqu’à ce livre pas encore été traduite chez nous. Et pourtant, n’ayons pas peur des mots, La véritable histoire de Matías Bran relève de la catégorie des grands romans.

Ce premier volet d’une épopée historique et familiale porte sur la période qui s’étend de 1881 à 1920 et se déroule en Hongrie, bien que le déroutant premier chapitre débute en Espagne en 2010, avec le projet de suicide, à 65 ans, du personnage principal, Matías Bran. En fait, l’histoire se focalise même sur un court mais intense moment historique, l’année 1919 où du 21 mars au 6 août une République des Conseils, sous la direction, entre autres, de Bela Kun, tente l’expérience du pouvoir prolétarien. Cet épisode demeure très largement méconnu1, de part sa brièveté (moins de six mois), de la place du mouvement conseilliste qui se déroule en même temps en Allemagne (la République des Conseils de Bavière) et de l’échec, sanglant, de cette tentative.

Le roman d’Isabel Alba n’a pas la prétention de pallier cette quasi absence de livres d’histoire sur le mouvement ouvrier hongrois et cette Commune de Budapest (aucun roman fictionnalisant l’histoire n’a d’ailleurs cette ambition), mais bien de restituer de manière quasi physique la matérialité de l’oppression ouvrière et de l’insoumission qu’elle finit par générer. C’est à travers l’histoire d’une famille que ce récit prend forme. En effet, il n’y a pas, à proprement parler, de héros dans cette épopée – quand l’auteure présente, en fin de volume, la liste des personnages principaux, on n’en compte pas moins de vingt-deux – même si Matίas Bran y occupe une place à part. A l’origine, dans l’appartement de Matίas Bran, ce sont ses 52 cahiers de notes, rédigés au fil des ans, ainsi qu’une mystérieuse valise en cuir usé, ayant appartenu à son grand-père et à son père, qui servent de fil conducteur à Isabel Alba. La saga s’enracine dans le milieu ouvrier des usines d’armement Weiser, installés sur l’île Csepel, à Budapest. Ces travailleurs des deux sexes s’y politisent en apprenant à lire dans le Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels et font l’apprentissage des combats collectifs. Cette chronique très bien documentée nous entraîne dans les rangs de ce mouvement révolutionnaire qui dès Octobre 1917 suscite tant d’espoirs, au point de faire « craquer l’écorce du vieux continent » (John Dos Passos) et de soulever une partie des masses prolétariennes et paysannes.

Formellement, il s’agit d’un récit très éclaté, dont la narration s’organise du point de vue de la multiplicité. Dans un bonheur d’écriture rare, Isabel Alba mobilise toutes les techniques d’une certaine modernité romanesque. Symptomatique apparaît ainsi le chapitre sept (à propos de l’entrée en guerre de l’Autriche-Hongrie en août 1914), qui aurait pu être de la plume de Georges Perec, tant le déchaînement passionnel de la mobilisation est magnifiquement traduit à travers une énumération. Nom, âge, profession, constituent les trois critères à partir desquels la force du patriotisme incarne l’entrée en guerre : « AGE : 16, 20, 33, 32, 45, 38, 18, 24, 17.. ; ». Isabel Alba étant également scénariste et photographe, les angles d’approche de ces deux spécialités se réfractent dans son écriture, conçue ici ou là selon les considérations du script, marquant par ailleurs une rupture stylistique dans le récit : ainsi du chapitre 8 : « Intérieur nuit. Baraque de Franck Berge et Mari Mennyel. Usine d’armement Weiser. Ile de Csepel ». Le collage constitue une autre technique, utilisée avec bonheur dans cet ouvrage. Collage en abyme, par exemple à la page 93, où la reproduction d’un récent graffiti sur un mur de Grenade a été collée dans le cahier de notes de Matίas Bran. Un autre collage, provenant lui-aussi de ce cahier de notes, évoque une mélancolie similaire à celle qui nous étreint à la lecture des textes de W.G. Sebald. Ces collages permettent de dessiner un pont entre le passé et le présent, manifestation d’un temps de la domination qui se prolonge et s’étire. La publicité, le courrier, l’extrait de presse (permettant ainsi de faire écho à la Commune bavaroise à travers l’évocation de la figure de Erich Mühsam), l’éphéméride, comme métaphore des 133 jours que dura le soulèvement ou le calendrier permettant d’accélérer le temps, en contrepoint de son allongement durant la période de la Commune de Budapest, constituent autant de figures littéraires utilisées au fil du roman, captivant littéralement le lecteur.

Avec ce livre, excellent outil de travail pour « lutter contre l’oubli (…), convoquer le souvenir et décider de le transmettre » (Isabel Alba), nous sommes invités à pénétrer, pour notre plus grand bonheur, dans une modernité littéraire sensible à l’élan révolutionnaire, pour qui l’histoire des dominés est une histoire des luttes à venir et des combats à mener. Tel l’ange de l’histoire de Walter Benjamin (ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’ouvrage s’ouvre par une citation de cet auteur), le roman s’appuie sur la force propulsive des révolutions vaincues pour aborder les temps futurs. On attend avec la plus vive impatience le livre II.

1Outre un très ancien récit d’Arpad Szepal, Les 133 jours de Bela Kun, chez Fayard en 1959, nous pouvons signaler la sortie prochaine (automne 2015) aux éditions Les Bons caractères de l’ouvrage de Julien Papp, De la guerre en Autriche-Hongrie à la République des Conseils (1914-1920).

Fanny Gallot, En découdre. Comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, La Découverte, 2015, 280 pages, 19,50 €.

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Il est parfois des comptes rendus de lecture plus compliqués que d’autres à rédiger, soit que l’on connaisse l’auteur, soit que l’on ne maîtrise qu’imparfaitement le sujet. Ici, nous nous trouvons dans le premier cas de figure. En effet, Fanny Gallot n’est pas une inconnue, elle est membre de Dissidences, et il aurait été malhonnête de ne pas le signaler d’entrée de jeu. Récompensée en 2013 par l’Institut du genre du CNRS, sa thèse, dont l’ouvrage est tiré, pouvait laisser présager que le conflit d’intérêt tant redouté n’interviendrait pas mais parfois les prix …

La lecture fut au-delà de nos espérances. Derrière un titre accrocheur, certainement dû à une volonté de l’éditeur – le titre originellement prévu étant Les ouvrières, une génération, des combats (1968-2012) – le lecteur s’attend à une anthologie des luttes d’ouvrières du textile ou de l’habillement post mai 1968. En réalité, l’ambition de l’ouvrage est bien plus grande : proposer un essai d’histoire totale des ouvrières des Trente glorieuses à la désindustrialisation. Si le textile est évidemment au cœur de l’étude avec les filles de Chantelle, la métallurgie est également présente avec les ouvrières de Seb (ces entreprises constituent d’ailleurs les deux principaux terrains d’observation), sans compter les multiples insertions vers Tournus, Le Creusot, Lip, Lejaby, etc.

A travers douze chapitres, l’auteure explore toutes les dimensions de genre et de classe de ces femmes à travers sphère publique et privée (et parfois très privée), dans et hors du travail, entre mères et célibataires, entre ouvriers et ouvrières, entre ouvrières, entre ouvrières et direction, entre syndiqués et syndiquées, entre syndiquées et non syndiquées, entre syndicats, bref une approche globale socio-historique, dont cette liste reflète mal la prédominance des premiers thèmes sur les derniers (la question de l’engagement syndical n’est en effet abordée qu’au 10e chapitre).

La déconstruction de certains « dogmes » constitue de loin l’enjeu le plus intéressant de l’ouvrage. Sans vouloir tout dévoiler, nous nous arrêterons sur un des points centraux : la question du féminisme ou du féminin. Si l’ouvrage ne prétend pas clore le débat sur cette épineuse question, il apporte de nombreuses nouvelles réponses. Quelques exemples sont très parlants comme certaines transgressions non conscientes (qu’elles soient de classe ou de genre) pratiquées par ces ouvrières – en particulier lors des luttes – et non revendiquées en tant que telles par ces femmes, ou encore le décalage qui a pu exister entre les féministes « intellectuelles et parisiennes » des années 70 venues visiter ces travailleuses de province et projetant sur/par elles leurs propres aspirations que ces mêmes ouvrières ne reconnaissent pas, voire récusent. Également éclairante est l’entrée générationnelle, très en vogue et pas toujours pertinente à mon sens, mais qui ici se montre révélatrice de ruptures en termes de mentalités et de pratiques. On pourrait multiplier à l’envie les éléments novateurs tant cet ouvrage en regorge mais nous préférons laisser aux futur(e)s lecteurs(trices) le plaisir de la découverte.

En somme En découdre peut être considéré comme le nouveau Les ouvrières de la République « made in France » (Helen Harden Chenut est une universitaire étasunienne1), et l’on ne peut que vivement le conseiller à tout amateur de gender studies et bien au-delà.

1Helen Harden Chenut, Les ouvrières de la République. Les bonnetières de Troyes sous la Troisième République, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, 424 pages.

Julian Mischi , Le communisme désarmé. Le PCF et les classes populaires depuis les années 1970, Marseille, Agone, collection « Contre-feux », 2014, 332 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Après un premier volume1 consacré à l’ascension du PCF dans la période d’après la Seconde Guerre mondiale, le sociologue Julian Mischi livre un second tome, consacré cette fois-ci à son déclin. Son premier ouvrage était consacré à expliquer, sur la base d’une approche localisée sur plusieurs départements avec des archives très variées, comment les responsables du Parti communiste français avaient réussi à faire accéder les couches populaires (au moins une fraction de celles-ci) à l’engagement politique, contrecarrant (partiellement) la logique de sélection sociale sévissant dans le monde politique. Ce présent ouvrage explique pourquoi et comment, dans un mouvement dialectique, le parti et les classes populaires décrochent l’un de l’autre, aboutissant au résultat de Marie Georges Buffet, sa secrétaires générale, aux élections présidentielles de 2007 (1,93%), dépassée, horresco referens, par les candidatures de l’extrême gauche, Olivier Besancenot et Arlette Laguiller. Julian Mischi s’attelle donc à examiner les éléments qui peuvent expliquer le passage, rapide, du « grand parti de la classe ouvrière » au plus petit des petits partis. Certes, les conditions socio-économiques d’une société française en crise profonde pèsent sur ce phénomène. A cette fragilisation du statut salarial s’ajoutent des phénomènes de grande ampleur, comme la recomposition de la classe (liée à la salarisation des femmes et au développement de l’emploi tertiaire), mais aussi la massification scolaire qui se joue à partir du début des années 70, incluant une partie non-négligeable des classes populaires. Cependant, ces transformations, pour explicatives qu’elles soient selon l’auteur, ne sauraient expliquer réellement l’ampleur de la rupture entre le parti et les classes populaires qu’il représentait plus ou moins jusque là. C’est donc vers l’appréhension des modifications internes au PCF lui-même que l’auteur se tourne, là encore, en utilisant avec intelligence un ensemble de ressources archivistiques extrêmement précieuses. Face à cette différenciation interne des classes populaires, le PCF infléchit son discours, dans le sens d’une rupture avec l’idiome ouvrier. Le discours classiste, ouvriériste cède peu à peu la place à un discours plus consensuel, brassant large, mêlant une rhétorique humaniste à une approche liée à « l’air du temps ». En se débarrassant du stalinisme après la chute du Mur, le PCF abandonne aussi en chemin le discours ouvriéro-centré. Cela s’accompagne d’une modifications importantes des pratiques. Parti orienté vers l’entreprise et le monde du travail ou les lieux de vie (voir le rôle des municipalités), le Parti cède peu à peu à un mode de fonctionnement qui ne lui est pas spécifique et ne l’identifie pas comme parti lié au mode de vie populaire. La cellule d’entreprise se rétracte, c’est par le biais du syndicat (la CGT) que s’effectue la liaison avec l’univers du labeur, tandis que s’affirment de manière croissante des structures liées au territoire (cellule de quartier, de ville). Ces évolutions dans les modes d’organisation se doublent également d’un changement dans le profil social des dirigeants et responsables. La figure de l’élu tend de plus en plus à occuper une place centrale dans le dispositif communiste, y compris d’un point de financier. Les militants sont cantonnés aux tâches d’animation quotidienne, tandis que la politique du parti se joue dans les instances élues. De ce fait, les militants issus des couches populaires sont relégués au second plan, tandis que le personnel entourant les élus se voit, au contraire, accorder un rôle toujours plus croissant. Les liens noués avec les fractions populaires et la politisation de ces couches se trouvent délaissées au profit d’individus qui peuvent mettre en avant des compétences gestionnaires ou techniques, liées à l’exercice des mandats. Certes, le PCF, continue à se singulariser par rapport aux autres partis de l’échiquier (en particulier par rapport au PS), mais au fil des années, ces différences tendent à être de moins en moins perceptibles, conduisant finalement à le banaliser. Banalisation d’autant plus marquée que le parti communiste participe à plusieurs occasions aux gouvernements de gauche, qui développent des politiques toujours plus orientées vers ce qu’on nomme le social-libéralisme. De tous les points de vue, les années 80 et suivantes sont marquées par une profonde rupture entre l’univers communiste et les aspirations des classes populaires. Non seulement le changement n’a pas été au rendez vous, mais les dirigeants communistes ont largement participé à cette décrédibilisation des attentes de transformations sociales.

Le bilan que dresse Julian Mischi se révèle au final terrible pour les équipes dirigeantes communistes. S’il n’aborde que très marginalement la question de l’attrait du Front national sur les classes populaires, l’auteur n’en conserve pas moins l’espoir que le PCF puisse espérer un avenir moins sombre que le déclin dans laquelle il est engagé. Le développement de la stratégie de Front de gauche et de rassemblement lui semble constituer de ce point de vue un aspect plutôt encourageant. En tous les cas, Julian Mischi conclut sa pénétrante analyse par un appel à une certaine dose de « volontarisme politique » (p. 293). Pour lui, au nom du passé glorieux qui fût le sien, le PCF conserve un avenir et une capacité à renouer avec les milieux ouvriers et populaires.

1Julian Mischi, Servir la classe ouvrière. Sociabilités militantes au PCF, Rennes, PUR, 2010, compte rendu sur notre revue électronique : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=836

André Faber, Fensch. Les hauts fourneaux de repoussent pas, Paris, Éditions François Bourin, 2014, 131 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

« La vallée d’la Fensch ma chérie, c’est l’Colorado en plus petit. Y a moins d’chevaux et de condors mais ça fait quand même autant de morts », chantait jadis [1978] Bernard Lavilliers (Fensch Vallee). C’est précisément dans ce « pays » où les noms des villes se prennent pour des anges (Florange, Hayange, Knutange, Gandrange…) que André Faber situe son récit. Son livre, autobiographique, ne raconte pas les luttes des mineurs et des sidérurgistes, bien qu’il commence par la célèbre visite qu’y fit Nicolas Sarkozy, et sa promesse que jamais, oh ! grand jamais, l’aciérie d’Arcelor-Mittal ne serait fermée. On connaît la suite. André Faber est né dans cette Moselle ouvrière, dans une famille de métallurgistes. Très logiquement, il suit une formation d’ouvrier qualifié pour devenir lui-même sidérurgiste, mais le destin décide qu’il en soit autrement. Ce n’est pas tellement la fermeture, les uns après les autres, des centres miniers et sidérurgiques qu’il faut incriminer, mais la logique d’un parcours qui dévie peu à peu de son destin de classe. C’est donc un Bildunsgroman qui raconte avec beaucoup d’humanité comment le petit garçon, l’adolescent puis le jeune homme prend ses distances, dans la douleur, d’avec son milieu et son destin familial. Comme il l’écrit, « Les ouvriers mangent en usine, roulent en usine, se marient en usine, baisent en usine, crèvent en usine, sont enterrés en usine, ressuscitent rarement » (p. 72). Après son CAP, il commence, en internat, un bac professionnel. L’usine est déjà en lui, il vit l’usine, respire l’usine qui s’insinue dans l’univers de la formation. Mais André résiste de tout son corps, de toute son énergie. Il veut être écrivain. Il va tâter de la vie d’artiste, fuir, s’installer avec l’amour de sa vie, plus loin, en ville. Il a 18 ans et part à Metz, sans un sou. L’aventure dure quelques mois, le temps d’épuiser les maigres économies, manger de la « vache enragée », puis plus rien du tout. La bohème littéraire à laquelle il aspire est régie par des règles de classe. Pas question pour les déshérités de profiter du bon temps pour rêver, flâner et créer. La vie d’artiste. « Tu mettras de l’eau dans ton vin, tu pleureras des larmes de sang ». Voilà, comme l’indique le titre de son chapitre, la manière dont il vit la bohème. La nécessité va rapidement s’imposer. Il va y aller, finalement, à l’usine. Mais pas comme papa, attaché à une usine pour la vie. Il va faire intérimaire, pour les boulots les plus dégradants, les plus dangereux, les plus mal-payés, avec des ouvriers comme lui, mais en plus déglingués. André Faber continue son parcours plus tard, hors roman, puisqu’il devient finalement illustrateur de presse au Républicain Lorrain, métier qu’il exerce encore. Son récit est d’ailleurs parcouru de ses propres illustrations. Il n’a cependant pas oublié son milieu malgré un parcours exceptionnel par bien des aspects au regard du devenir des jeunes de sa génération. Le livre se conclut d’ailleurs par la narration de la conversation téléphonique de son copain d’enfance, sidérurgiste et militant syndical qui vient de gagner sa lutte contre le cancer. « Les hauts-fourneaux s’arrêtent, moi je ne m’arrête pas » conclut son camarade.

Cet émouvant roman, vibrant d’émotions devrait plaire à un large public. En tous les cas, il a déjà profondément ému Gérard Mordillat, qui en signe la préface.

Gérard Mordillat, Le miroir voilé et autres écrits sur l’image, Paris, Calmann-lévy, 2014, 272 pages, 18 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

On se souvient du court article, « Les Mots et les images », que René Magritte publia dans le numéro 12 de décembre 1929 de La Révolution surréaliste. Le peintre y menait une série d’expérimentations sur les combinaisons, collusions, confrontations des mots et des objets au sein de la peinture. L’assemblage de textes réunis ici interroge lui aussi les affinités entre l’image et le mot, mais à travers des exemples variés – de la peinture (celle de Patrice Giordat), de la photo (Georges Azenstarck) et du cinéma (Prévert, Cocteau…) – et sous un angle différent, même si le cœur des réflexions du surréaliste et du prolifique auteur et cinéaste, Gérard Mordillat, renvoie au potentiel de puissance de l’image.

Outre le jouissif journal de visites, liés aux films réalisés par Mordillat sur Artaud, le lecteur trouvera dans ces pages une critique du documentaire – trop souvent un « cinéma des conséquences » plutôt qu’un « cinéma des causes » (p. 192) –, des réflexions sur la poésie, sur tel ou tel auteur, et une analyse sur le travail devenu ces dernières années « le vaisseau fantôme de notre société » (p. 159). Dans une époque saturée par les images, l’auteur souligne un paradoxe : « le monde de l’emploi est un monde sans images » (p. 114) … et sans mots : « ceux qui « font du fric » ne travaillent pas, ils entreprennent, ils gèrent, ils développent, font fructifier, mais ils ne travaillent pas. Ils font travailler les autres » (p. 159). Au fil des textes se dégage une représentation originale du politique, qui ne serait pas en sus de l’esthétique – en plus, voire en trop –, mais serait cette esthétique elle-même (p. 50), à savoir une certaine manière de dire, de représenter, de rapporter le monde. Le politique ne serait pas – ou pas prioritairement – dans le sujet, la thématique, mais dans des choix formels, des dispositifs d’écriture (cinématographique – par exemple les longs plans fixes du travail à la chaîne dans La voix de son maître (documentaire de 1978 co-réalisé avec Nicolas Philibert) – et littéraire – le choix de l’emploi du temps présent dans ses romans). En ce sens, Mordillat affirme que le cinéma – surtout le cinéma américain – « transmet toujours un même message. Un message fondamentalement politique en direction des spectateurs de tout temps réputés ignorants et débiles. Nous, dit le film en majesté, le film en tant que film (…), nous, nous savons (…) et grâce à nous vous saurez que ceux qui gouvernent l’image et le son le font au nom d’un savoir incontestable alors même que votre vie n’est faite que d’incertitudes, de peurs et d’interrogations, de flous » (p. 262). En contre-point, l’auteur esquisse alors un autre gouvernement des mots et des images, qui prend la forme de positionnements particuliers.

Il est question du positionnement pris, de la (bonne) distance à adopter, de la place occupée, tant par l’auteur que par le spectateur. Ainsi, à propos de ce qu’il nomme le cinéma documentaire de conséquences, Mordillat écrit qu’il aménage une place « muette et passive » au spectateur comme « témoin d’un naufrage à l’abri sur une falaise », et une place de « montreur de misères ceint de la couronne de la bonne conscience » au cinéaste (p. 192). A contrario, la force des photographies d’Azenstarck tiendrait au fait que celui-ci « travaille comme photographe ; je souligne : il travaille, comme ceux qu’il photographie. Les ouvriers, les habitants des bidonvilles, les manifestants le savent – consciemment ou inconsciemment, qu’importe –, ils savent que Georges Azenstarck est du même monde, de la même classe qu’eux ; qu’ils ne sont pas exotiques à ses yeux. Il travaille avec eux » (p. 119). La question centrale serait alors d’ordre éthique et pourrait s’énoncer ainsi : « quelle est notre place » (p. 101) ; la place de l’auteur, du sujet, du spectateur ? Et Mordillat d’inviter le spectateur à surinvestir, à surinterpréter afin de nous dégager d’une vision entomologique, passive et dépolitisée.

Julius Van Daal, La colère de Ludd. La lutte des classes en Angleterre à l’aube de la révolution industrielle, Paris, L’insomniaque, 2012, 286 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Entre 1811 et 1817, sous la direction d’un mythique général Ludd, que personne n’a jamais entrevu, les classes populaires anglaises tentèrent de lutte contre l’introduction du machinisme destructeur d’emplois dans ce qui constituait le fer de lance de l’industrialisation, le textile. Cet ouvrage propose de raconter cette histoire. S’il n’apporte pas d’éléments nouveaux (l’auteur explique dès l’avant-propos qu’il s’est servi d’ouvrages déjà publiés), ce livre n’en possède pas moins de belles qualités polémiques. Notons au passage l’usage très fréquent de la poésie, largement citée, qui constitue une ressource de première importance pour la vision romantique que développe l’auteur, dans le sillage de l’historien anglais Edward P. Thompson. Dans le cadre du capitalisme naissant, l’usine tend à devenir le lieu central de l’expérience prolétarienne de masse. Le conflit qui nait alors est autant un conflit entre deux classes qu’un conflit entre deux mondes, deux cultures. Ce que rejettent les tisserands, c’est autant la discipline salariale que l’organisation militaire de la production. Julius Van Daal ne se prive d’ailleurs pas de dresser un portrait enchanté du temps d’avant l’usine, marqué par l’abondance, la liberté et le bien-être (relatifs, convient-il quand même). En 1811, près de la forêt de Sherwood, celle où sévissait Robin Hood suivant la légende, les premières protestations contre l’introduction des machines à vapeur se font jour. En novembre 1811, la première opération a lieu, attribuée à un Ned Ludd, qui revendique les destructions. Ce général (des insurgés), pourtant, n’existe pas. C’est une invention des tisserands. C’est néanmoins sous son nom que le « luddisme » passe à la postérité (aidé en cela par Karl Marx, qui évoque les luddites au détour d’un chapitre du Capital). Le Parlement réagit immédiatement et vote des lois réprimant ces destructions. Un seul opposant : le poète Byron. La loi est impitoyable, puisque c’est la peine de mort qui est requise contre les briseurs de machines. En 1812, lors de l’expédition dite de Rawfolds, c’est l’usine elle-même qui fait l’objet d’une tentative de destruction. Le saccage est immortalisé dans le roman de Charlotte Brontë, Shirley. Mais l’affaire tourne mal pour les insurgés. Trente mille hommes sont envoyés dans les régions concernées. Ce chiffre est à comparer aux 45 000 hommes envoyés sur le continent pour faire la guerre à la France napoléonienne. On constate immédiatement l’ampleur de la répression. Le récit de Julius Van Daal, narré comme une épopée, en rend la lecture particulièrement plaisante, même s’il n’hésite pas, parfois, à se perdre en chemin, offrant par exemple dans le chapitre IV un long excursus sur la ville de Manchester (ou aucun trouble luddite n’est à déplorer). Cela lui permet en revanche d’offrir une présentation de la ville, de l’usine, de ses conditions de vie ainsi qu’un développement sur les techniques productives, bien loin du luddisme, supposé constituer le cœur du propos. S’il épouse les revendications du mouvement luddite, l’aspiration à l’autonomie qu’il met en œuvre, en revanche Julius Van Daal manifeste une claire tendance à surévaluer, voire sur-interpréter le sens du mouvement luddite. Cela rend certes le propos sympathique, mais nuit à la rigueur requise par l’analyse historique. Il y voit la préfiguration d’une critique implacable du système capitaliste en train de se déployer (p. 167), ce qui laisserait à penser que les luddites possèdent une claire perception de cette évolution en cours. Si l’espoir d’une conjonction des soulèvements luddites se fait jour, rapidement, force est de constater que ce n’est pas le cas : « Il manqua aux luddites et à leurs alliés les ressorts d’une stratégie plus offensive, d’une véritable coordination et d’une disposition des pauvres plus favorables hors des comtés industriels » (p. 177). Ce constat dément l’excessif enthousiasme dont faisait preuve Julius Van Daal quelques pages auparavant. En effet, ces luddites ne sont pas encore des prolétaires au sens moderne du terme ou plus exactement, les prolétaires ne constituent qu’une infime minorité au sein des classes populaires. Après 1812, le mouvement est brisé, ce qui n’empêchera pas la poursuite de la répression jusqu’en 1817 (exécution par décapitation de présumés « luddites »).

Ce livre très vivant, bien illustré et nourri de nombreux extraits poétiques et de la culture populaire, représente une utile contribution, même s’il ne faut pas s’attendre à une recherche historique dans toute son âpre rigueur, ce que d’ailleurs l’auteur ne prétend pas avoir écrit1.

1Pour une approche historique récente, se reporter à l’ouvrage de Vincent Bourdeau, François Jarrige et Julien Vincent, Les luddites. Bris de machines, économie politique et histoire, Alfortville (94), éditions è®e, 2006, 160 pages, dont on peut lire un compte rendu sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_etranger.htm#bourdeau

Franz Mehring, Histoire de la social-démocratie allemande de 1863 à 1891, Pantin, Les bons caractères, collection « Histoire », traduit de l’allemand par Monique Tesseyre et Dominique Petitjean, 762 pages, 35 €.

 

Un compte rendu de Christian Beuvain1

Préfacé par Anne Deffarges, une spécialiste de la littérature et de la social-démocratie allemande2, ce gros volume de Franz Mehring, marxiste et fondateur, avec Rosa Luxemburg et Karl Liebknecht du Spartakusbund (Ligue des spartakistes) puis du Parti communiste allemand (KPD), est pour la première fois traduit en français, grâce aux éditions Les bons caractères. L’auteur le publia en 1897-98.

Ce livre d’une érudition sans faille est l’histoire de la lente gestation puis du développement progressif du socialisme allemand à la fin du XIXe siècle, dans une nation qui se crée, rappelons-le, comme Empire fédéral suite à la guerre de 1871. Franz Mehring alterne, dans ses vingt-sept chapitres (répartis en quatre « livres »), les récits sur les différentes étapes qui mènent de l’Association générale des travailleurs allemands (ADAV), fondée en mai 1863 au Parti ouvrier socialiste d’Allemagne (mai 1875) puis à l’expansion de ce parti malgré les lois anti-socialistes du chancelier Bismarck, avec ceux concernant la création cet l’État-nation, et les diverses contradictions qui traversent la classe au pouvoir. Celle-ci est partagée entre la caste des junkers et des hobereaux, le regard toujours tourné vers leur passé féodal et la moderne bourgeoisie tournée vers l’avenir et les immenses potentialités offertes par le mode de production capitaliste. L’auteur, n’oubliant sans doute pas que cet ouvrage fut une commande de son parti, fait aussi très souvent œuvre de pédagogue marxiste, comme lorsqu’il résume, avec brio, Le Capital de Karl Marx (p. 303 et suivantes). Cet éloge du rôle historique éminemment progressiste des machines – qui ne manquera pas de heurter maints lecteurs de ce début de IIIe millénaire, habitués à considérer le machinisme et le progrès scientifique uniquement sous leurs aspects négatifs voire mortifères – est significatif, dès lors : « La machine, qui ravale l’ouvrier au rang de simple appendice d’elle-même, crée en même temps la possibilité d’accroître les forces productrices de la société à un niveau élevé, qui offrira à tous (…) les mêmes chances de développer leurs potentialités humaines, chances que toutes les formes antérieures de sociétés, trop pauvres, ne pouvaient offrir » (p. 308).

Bien que n’ayant pas vécu de l’intérieur toutes ces étapes – Franz Mehring ne devient marxiste et militant socialiste que dans les années 1883-1889, soit à la fin de la période de son Histoire – il les retrace avec brio, minutie, force détails et une connaissance complète des actes ou des écrits de chacun des protagonistes du socialisme allemand, de Ferdinand Lassalle à August Bebel, en passant par Johan Most et Joseph Dietzgen « le philosophe du prolétariat » (p. 316), le seul à avoir « accédé à la compréhension du matérialisme historique » (p. 441). Pour l’auteur, Ferdinand Lassalle, dans les conditions historiques de l’époque, est le pionnier dont la classe ouvrière avait besoin, pour lui donner la compréhension de ses actes (p. 87). En règle générale, l’approche très favorable et donc relativement peu critique de Ferdinand Lassalle (sur une centaine de pages), militant et théoricien plutôt durement étrillé par Karl Marx, suscitera sans doute quelques débats … Franz Mehring rapporte avec justesse les conditions difficiles des débuts de l’ADAV, à peine un petit millier d’adhérents en 1863 (p. 118), beaucoup d’ouvriers mettant alors leur confiance en un parti bourgeois progressiste. Néanmoins, graduellement, par le biais des grèves, qui prennent de plus en plus d’importance au fur et à mesure que l’industrialisation s’accélère, des premiers syndicats et de la presse, le socialisme allemand progresse et ce malgré ses deux fractions antagoniques, l’ADAV (les « lassalliens ») et des scissionnistes de celle-ci, qui avec Auguste Bebel et Wilhelm Liebknecht créent le Parti social-démocrate en 1869 à Eisenach, d’où leur surnom d’« eisenachiens ». L’unification se concrétise en 1875, au fameux Congrès de Gotha, avec un programme (commenté avec sévérité par Karl Marx dans Critique du Programme de Gotha) et un journal commun, Vorwärts (En Avant !). Les lois anti-socialistes du chancelier Bismarck, entre 1878 et 1890, favorisées par deux attentats d’inspiration anarchiste conte l’empereur (mai et juin 1878) freinent considérablement, au début, la construction du parti. Il est interdit, comme ses principaux organes de presse (deux journaux sont alors fondés, l’un à Londres, le Freiheit (Liberté) de Johan Most et le Sozialdemokrat en Suisse) et ses militants sont pourchassés, emprisonnés ou s’exilent aux États-Unis, où ils jouent un rôle majeur dans l’établissement du socialisme. La répression ne réussit finalement qu’à souder encore plus les forces ouvrières et militantes autour du parti. En 1890, la social-démocratie allemande sort renforcée de cette épreuve, adopte un programme marxiste au Congrès d’Erfurt (1891) et connaît alors de réelles victoires électorales : 1 787 000 suffrages en 1893.

Franz Mehring nous livre ici une connaissance aiguë des rapports de forces historiques à l’œuvre dans cette Allemagne en pleine mutation. Son style, souvent lyrique et parfois grandiloquent, accompagne une culture classique, apanage des élites bourgeoises européennes du XIXe siècle, qui ne se dément jamais. Indéniablement, cet historien, dont Rosa Luxemburg salua l’esprit, le talent et la force de caractère, sait ce qu’écrire veut dire. Parcourant une courte distance, somme toute, entre les débuts et l’apogée du socialisme allemand, Franz Mehring produit néanmoins une immense fresque, qui peut aussi bien se contempler de loin que s’examiner à la loupe, comme il le suggère à la fin de son livre (p. 723). Son récit engagé doit pourtant être croisé avec d’autres études, ne serait-ce que pour contrebalancer son approche totalement négative du mouvement anarchiste, réduit à du « socialisme apolitique », du sectarisme ou des tentations putschistes et terroristes (p. 438) et sa condamnation sans nuances du groupe autour de Johan Most, dont le journal n’est selon lui qu’ « un absurde bouillonnement de rage » (p. 574). Bien qu’accompagné d’une introduction qui contextualise rapidement les événements, et de quelques éléments politiques sur la période concernée (partis, vocabulaire), il nous semble que cet ouvrage souffre pourtant de l’absence d’un appareil critique plus conséquent. Il est vrai que cela aurait pour conséquence d’alourdir encore un ouvrage déjà fort copieux. On peut néanmoins se poser la question suivante : tel quel ou encore plus volumineux, à un prix de vente élevé, à quel lectorat est-il destiné ? Si l’on excepte les historiens du mouvement ouvrier et socialiste (au sens large) pour qui la traduction d’un ouvrage de référence, paru il y a près de 120 ans, constitue une aubaine, quid du grand public, voire du lectorat militant que les éditions des bons caractères souhaitent atteindre ? Il s’agit pourtant d’un document historique de première importance, sur la période héroïque de la social-démocratie, prélude à ce que Kostas Papaioannou n’a pas craint de nommer « l’âge d’or de la pensée marxiste »3, caractérisé par la recherche, l’érudition et « la science appliquée à tous les domaines de l’activité humaine », comme August Bebel aimait à le proclamer4. Ce livre de Mehring en est un bel exemple.

1Un certain nombre de remarques de Georges Ubbiali m’ont été utiles pour ce compte rendu.

2Lire la recension de son ouvrage La social-démocratie sous Bismarck. Histoire d’un mouvement qui changea l’Allemagne (L’Harmattan, 2013) en parallèle, sur ce blog, cette semaine. (13 février 2014)

3Kostas Papaioannou, Marx et les marxistes, Paris, Flammarion, coll. « Science », 1972, p. 234.

4Ibidem.

Andrea Cavazzini, Enquête ouvrière et théorie critique, Herstal, Presses universitaires de Liège, 2013, 170 pages, 38 €

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet essai étudie le substrat philosophique des enquêtes ouvrières et la manière dont celles-ci ont contribué au « renouvellement théorique et politique de la gauche marxiste italienne au cours des années 1960 » (p. 12). Il nous invite dès lors à un voyage historique et théorique, depuis Hegel, Marx, Lukacs et Weber jusqu’aux Quaderni Rossi (revue qui, au début de la décennie 1960, développe et diffuse l’opéraïsme), en passant par ce qu’on a coutume de nommer en Italie, les « revues du dégel ». Andrea Cavazzini1, chercheur post-doctoral à l’Université de Liège, s’arrête également sur des figures importantes, telles que Raniero Panzieri (1921-1964) ou Danilo Montaldi (1929-1975), qui ont joué un rôle de passeur. De plus, il émet l’hypothèse intéressante d’affinités existantes entre le renouvellement du marxisme qui s’est opéré d’abord en Allemagne puis en Italie : « Les marxistes critiques italiens d’après-guerre se trouvaient dans une position à bien des égards analogue à celle des marxistes critiques germanophones d’avant-guerre » (p. 34). D’où la reprise de la théorie critique au sein de la Nouvelle gauche italienne.

L’accent est mis dans ce livre sur la dimension philosophique – la théorie critique – de l’enquête ouvrière. L’auteur met en évidence le concept de Totalité qui oriente l’analyse du capitalisme et constitue le nœud entre ces diverses ré-élaborations du marxisme. Plus précisément, l’enquête (se) situe (dans) l’antagonisme entre le capitalisme total et une classe ouvrière irréductible à toute totalisation. Et ce d’autant plus que le capitalisme constitue une « fausse totalité » : « elle est fausse en tant que totalité incomplète, incapable à jamais de se totaliser et de s’imposer réflexivement une finalité rationnelle ; mais elle est fausse aussi en tant que totalité du faux, en tant qu’ensemble de formes de vies « fausses », hétéronomes, qui nient l’autonomie et la plénitude du sujet, et que la totalité sociale rassemble comme une seule puissance démoniaque » (p. 57, c’est l’auteur qui souligne). L’insistance sur les contours théoriques de l’enquête militante a pour pendant une étude de sa pratique comparativement peu développée, même si Andrea Cavazzini revient longuement sur le commentaire d’un documentaire de 1962, « Grèves à Turin » (p. 113 et suivantes), qui constitue une expérimentation passionnante.

Au bout du compte, selon l’auteur, l’enquête demeura « une référence diffuse mais extrêmement difficile à fixer » (p. 108). Si elle adopte différentes formes, ce qui la caractérise « est que la capture et la réinscription des paroles et des gestes des « sujets » impliqués dans une situation donnée deviennent le ressort central tant de la connaissance théoriquement réfléchie de ladite situation que de la pratique politique visant sa transformation » (p. 109). Cependant, ces pratiques d’enquêtes étaient étroitement articulées à la « centralité ouvrière », soit à la conception de la classe ouvrière comme centralité et exception (pour reprendre le sous-titre d’un chapitre). Or, celle-ci s’est effacée – Cavazzini va jusqu’à parler de « situation épochale d’éclipse de la subjectivité ouvrière » (p. 151) – pour ne plus laisser qu’une couche sociale « destinataire d’une morale humanitaire » (p. 144) et, plus largement, l’emprise d’un cauchemar dont il est tous les jours plus urgent de se délivrer.

1Andrea Cavazzini est membre du Groupe de recherches matérialistes (GRM) et de l’Association « Louis Althusser ». Il a publié Le sujet et l’étude. Idéologie et savoir dans le discours maoïste, Le Clou dans le fer, 2010.

Christian Larose, Itinéraire d’un syndicaliste. Un parcours accidenté, Saint Malo, Pascal Galodé, collection « Mémoires politiques », 187 pages, 18 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ce n’est pas tous les jours qu’un livre de mémoire écrit par un syndicaliste soit présenté par un membre du MEDEF. C’est pourtant ainsi que commence l’ouvrage de Christian Larose, dont la préface est de la plume de J. Dermagne, qui l’a croisé au Conseil économique et social. On s’interroge pour savoir ce qui a conduit ce syndicaliste à accepter de voir son texte précédé d’affirmations telles que : « Non seulement les groupes des syndicats mais également ceux des employeurs de toutes natures reconnurent en lui (C. Larose) un leader ferme et courageux qui avait acquis le sens de la relativité des choses de la vie (…) » (p. 8) ou « Notre commune spontanéité qui frise la naïveté nous porte à penser que « si tous les gars du monde voulaient se donner la main… » (p. 9). Cette préface se termine par un éloge du gaullisme et de son œuvre sociale. Un avant-propos succède à la préface, rédigé par Christian Gambotti, le directeur de la collection, également journaliste politique, qui, malgré son soutien à l’ancien président Nicolas Sarkozy, ne tarit pas d’éloges sur l’ancien syndicaliste, « un homme pétri de qualités humaines, entièrement tourné vers la défense des salariés, mais aussi des plus faibles et des plus démunis » (p. 14). C’est donc muni de ces recommandations pour le moins inhabituelles que l’on aborde la lecture du récit lui-même.

Le jeune Christian Larose est éduqué dans un cadre très strict et mis au travail dans la bonneterie troyenne très jeune. En 1967, remarquons, pour l’anecdote, qu’il se marie avec une fille de CRS … Syndiqué CGT, il est licencié en 1972 du fait de ses activités militantes. Mais comme il l’écrit, cette répression syndicale ne l’affecte pas vraiment, puisqu’il possède un point commun avec son employeur : « la défense du textile français ». Et puis ce licenciement est l’occasion pour lui de faire le parcours syndical qui est le sien. En effet, Christian Larose devient permanent, payé par les collectes effectuées par la CGT pour lui permettre d’avoir un salaire, avant de se hisser dans l’appareil, fréquentant les dirigeants d’une CGT en pleine expansion dans le courant des années 70. L’action syndicale sera son université, qu’il n’a jamais fréquenté. Tout à fait intéressant, son récit de l’apprentissage de l’écriture, à travers la rédaction pointilleuse, sous l’œil des anciens, des tracts et autres documents syndicaux. Comme il le reconnaît un peu plus loin dans le livre, la CGT lui a tout appris, « elle a été mon école de la deuxième chance » (p. 135). D’où de très intéressantes notations sur les rétributions symboliques qui constituent ce que certains nomment le « fond de commerce » de l’activité syndicale.

Sans qu’il soit très précis sur les dates, Christian Larose raconte dans le détail les relations qu’en tant que syndicaliste il entretient avec les grandes familles patronales du textile, aujourd’hui disparues, les Lévy, Thiriez, Willot, Boussac, Prouvost etc. Les relations qu’il décrit relèvent d’une époque où le patron était un homme issu de l’entreprise, d’un capitalisme de patrons propriétaires, dont il regrette la disparition : « Ces vieux patrons avaient l’industrie dans la peau et l’intérêt du pays au cœur. Il faut cependant se rendre à l’évidence, cette race de patrons a disparu pour laisser place à de jeunes managers froids où la rentabilité compte plus que l’industrie, le social ou la couleur du drapeau » (p. 43). D’ailleurs, note-t-il, il en rencontre encore certains régulièrement ou dans certaines occasions, comme lors de sa remise de décorations au Conseil économique et social. Pourtant, cet homme à tu et à toi avec ces anciennes dynasties de patrons entrepreneurs est aussi un homme de confiance de la CGT. C’est lui qui est envoyé comme missi dominici à la FSM (Fédération syndicale mondiale, d’obédience communiste), quelques mois avant l’effondrement du bloc de l’Est. Cette orthodoxie ne le quitte pas de sitôt, si l’on en juge par l’évocation du congrès de la CGT de 2003, où il utilise son savoir faire organisationnel pour combattre les « gauchistes », utilisant une brave déléguée facilement manipulable. Par ailleurs, dans sa pratique syndicale, il sait se montrer particulièrement novateur et flexible dans les négociations avec le patronat. Ainsi, la CGT textile signe un premier accord sur les 35 h, en 1998. Négociations qui se décident autour d’une bonne table et où sont acceptés les principes de la flexibilité et de la compétitivité. On n’est pas loin des analyses et des pratiques défendues par la CFDT, ce dont la modernité peut être revendiquée : « nous sommes là pour signer des accords quand ils sont bons, partagés par les salariés, oui le compromis syndical fait partie intégrante de l’histoire du mouvement ouvrier et n’a rien à voir avec la compromission. (…) Quand j’entends aujourd’hui encore des dirigeants confédéraux refuser de parler de compétitivité ou de gouvernance parce que ce sont des mots patronaux à leurs yeux, je suis consterné. La compétitivité n’est pas un gros mot, la gouvernance non plus (…) » (p. 73). La conception du syndicalisme défendue par Christian Larose tient au final en une phrase : « La défense de l’intérêt du salarié se confond avec celle de l’entreprise, c’est élémentaire » (p. 142). Finalement le syndicaliste que certains de ses camarades traitent de réformiste1, aboutit au Conseil économique et social2, récompensé d’une Légion d’honneur, dont la remise fait l’objet d’un chapitre complet. Alors qu’on attendait Christian Larose sur le conflit Cellatex3, dont il a été une figure dominante4, c’est finalement sur un tout autre terrain, celui d’un syndicalisme de compromis, réaliste et responsable, trouvant son inspiration dans le dialogue social à l’allemande (p. 123), que cet ancien dirigeant d’une branche professionnelle désormais décimée se fait l’avocat.

1 « J’ai souffert avec d’autres dirigeants, de l’étiquette de réformistes dont certains nous affublaient pour diminuer notre influence. C’était, dans la CGT, une insulte » (p. 141).

2 Il s’en félicite en ses termes : « Le CESE est une belle machine à produire du consensus sur les sujets les plus délicats, il ne faut pas le casser » (p. 152).

3 Conflit en juillet 2000 durant lequel les salariés d’une usine classée Seveso dans les Ardennes avaient menacé de « tout faire sauter » et de déverser des produits particulièrement polluants dans la Meuse. Voir la très bonne analyse de Christian Larose, Sophie Béroud, René Mouriaux, Maurad Rabhi, Cellatex. Quand l’acide a coulé, Paris, Syllepse, 2001.

4Ce conflit a fait l’objet d’un téléfilm (scénario et réalisation de Maurice Failevic), Jusqu’au bout, dans lequel l’acteur Bernard-Pierre Donnadieu (récemment décédé) incarne le rôle de Christian Larose. Ce téléfilm, qui reçut un Fipa d’argent en 2005, est passé sur FR3 le 26 novembre 2005.

Waintrop Edouard, Les anarchistes espagnols, 1868-1981, Paris, Denoël, 2012, 573 pages, 28,5 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A l’évocation de la biographie de l’auteur, journaliste culturel à Libération, on eût pu craindre le pire, un vague récit d’un sympathisant de la cause. Ce n’est pas le cas. Certes, il ne s’agit pas d’une œuvre novatrice, fruit du travail d’un historien, selon les canons de la discipline. Édouard Waintrop ne s’en cache d’ailleurs pas (voir le prologue). Néanmoins, cet épais volume constitue une synthèse de très bonne facture, élégamment rédigée (l’auteur a le propos d’écrire un « roman vrai », p. 15), avec une importante bibliographie, pour partie disponible en français, même si les ouvrages présentés comme décisifs sont en espagnols et non traduits. Ajoutons que si l’auteur ne cache pas sa proximité idéologique avec le mouvement qu’il présente, cette sympathie ne va pas jusqu’à dominer le propos, même si, ici ou là, certaines piques contre les marxistes, évidemment identifiés aux staliniens et autres autoritaires, auraient mérité des formulations moins polémiques. Ajoutons une dernière remarque, sur la séquence, puisque le titre annonce 1868-1981. En fait, si le récit commence effectivement en 1868, le propos est concentré sur la période de la guerre civile. On regrettera d’ailleurs que la partie consacrée à l’après-guerre soit réduite à la portion congrue (quelques minces pages), mais c’est là justement qu’un historien aurait été nécessaire en lieu et place d’un journaliste. Le propos se déploie en deux grandes parties, autour de très courts chapitres de dix pages environ, qui sont à chaque fois un digest des lectures autour desquelles se déploie le sujet. De la naissance du courant anarchiste au sein de l’AIT (Association internationale des travailleurs) du sexemio democratico, cette période de six ans durant laquelle les luttes démocratiques se sont développées (1868-1874) à la fondation de la République en avril 1931[1]. C’est dans ce cadre que naît l’AIT en 1870, polarisée immédiatement entre un courant libertaire, représenté par Fanellli, l’envoyé de Bakounine et un courant socialiste, regroupé autour de Lafargue. La Restauration met fin à cette organisation et plonge les milieux militants dans la clandestinité, tandis qu’une partie du mouvement libertaire verse dans l’action directe, s’appuyant d’ailleurs sur des traditions de violence rurales bien antérieures (le cas de la Mano Negra au courant des années 1880[2]). La première organisation syndicale (FTRE) éclate en 1888, tandis que se crée un syndicat, l’Union générale du travail (UGT), adossé au PSOE (Parti socialiste), créé en 1876. Les anarchistes abandonnent pour de nombreuses années le terrain syndical pour la pratique du terrorisme. La création de l’UGT n’est d’ailleurs pas indépendante du terrain libre laissé par les courants libertaires. Un très significatif chapitre (chap. 6) est consacré à la culture anarchiste de cette période, qui est moins une théorie qu’une conception de la vie, sous-tendue par un point de vue moral, dont les intellectuels organiques que sont Francisco Ferrer et surtout, Federico Urales, constituent des cas idéaux-types. Dans la première décennie du XXe siècle, l’anarchisme est moribond. Mais le début, tardif, d’un processus d’industrialisation, permet le développement un peu plus systématique du syndicalisme, dominé par les socialistes. Les anarchistes demeurent déconnectés de ce monde ouvrier. C’est avec la fondation du journal  Solidaridad Obrera (SO) que les choses changent, car autour du journal s’agrègent des noyaux ouvriers et syndicalistes. Le second congrès de SO se tient en 1910 à Barcelone. Puis le processus évolue vite puisqu’est créée la CNT (Confédération nationale du travail) dans la foulée, qui est aussitôt interdite et dont les militants passent à la clandestinité jusqu’en 1913. Le statut de pays neutre de l’Espagne durant la Première Guerre mondiale permet un développement industriel impétueux et une extension de la classe ouvrière. Notons d’ailleurs que certains militants anarchistes (dont Urales) étaient favorables à l’entrée en guerre de leur pays. La CNT, qui a recouvré son statut légal, est une toute petite organisation, implantée essentiellement en Catalogne. Non seulement elle est minoritaire, mais en sus, l’organisation est traversée de contradictions internes à l’exemple des conflits qui animent le journal SO (p. 139).Au sortir de la guerre, une période de montée des revendications et des conflits se manifeste de manière impétueuse[3]. La CNT bénéficie d’un afflux considérable d’adhésions, phénomène qui avait d’ailleurs débuté durant la guerre et qui la voit atteindre le chiffre d’environ 800 000 adhérents à son congrès de 1919 (pour 15 000 avant guerre). Tandis que la tentation du terrorisme et de l’illégalisme anime de nouveau des franges de la CNT (Los Solidarios, avec Durruti), les débats font rage. Deux discussions méritent d’être mentionnées. La première, la plus connue, porte sur l’attitude à l’égard de la Révolution russe. Le chapitre 15, documenté par de longs extraits des interventions, est entièrement consacré aux positions discutées durant le congrès. La seconde discussion est tout aussi importante. Elle est animée par Segui et porte sur la politique d’alliance de la CNT. Ce dernier se posait notamment la question du développement des contacts non seulement avec le PSOE, mais même avec les républicains catalans. Bref, ce qui surgissait soudain, c’était la question d’un travaillisme cénétiste. Au vu de l’ampleur des débats, du nombre et de la qualité des discussions, on peut considérer que le 2e congrès de cette année 1919 constitue en fait le véritable moment fondateur d’une CNT, dominée par ses buts politiques et partagée en trois sensibilités : un courant syndicaliste pur (Segui ou Pestana), un courant anarcho-syndicaliste qui constitue le cœur de l’organisation et un courant que l’on peut qualifier de syndicaliste révolutionnaire, sous l’influence des bolcheviques. Courants qui se différencient après 1922, mais qui approuvent le fait révolutionnaire russe et envoient une délégation à la formation de la l’Internationale communiste. Le début des années vingt est marqué par le retour de la dictature et d’une féroce répression contre le mouvement ouvrier puisque le coup d’État de Primo de Rivera a lieu le 19 septembre 1923, plongeant de nouveau l’Espagne dans la réaction, jusqu’au rétablissement de la République huit ans plus tard. La CNT se radicalise. C’est en son sein qu’est fondée en 1927 la FAI (Fédération anarchiste ibérique), société secrète révolutionnaire visant à combattre la dictature. Fonctionnant sur une base affinitaire, à la fois pour éviter la pénétration policière et du fait des traditions rurales marquées au sein de la classe ouvrière, la FAI n’organisait qu’une toute petite élite de 10 à 12 000 membres dans une CNT qui en rassemblait encore plusieurs centaines de milliers. La caractérisation de la FAI (p. 204-205) que propose Édouard Waintrop aurait d’ailleurs mérité un approfondissement, car l’auteur se contente d’affirmer qu’il ne faut pas y voir une fraction syndicale telle que le prônaient les Partis communistes, ce qui est un peu rapide. Avec le retour de la République en 1931, les tensions s’accroissent entre la CNT et l’UGT, qui appuie fortement le mouvement républicain. Mais ces positions ne sont pas partagées entre les différentes sensibilités de l’organisation. Si bien que des scissions se manifestent entre les « révolutionnaires » et les « réformistes ». Comme l’avance l’auteur, hélas sans creuser vraiment : « L’histoire de la CNT fut toujours, spécialement dans ces années 1930-1933, un mouvement de balancier entre les deux termes de cette opposition, entre les anarchistes et les syndicalistes, entre ceux qui mettaient avant tout l’accent sur le premier terme et ceux qui préféraient le second» (p. 225). Tandis que l’UGT soutient la participation du PSOE aux gouvernements républicains (le fameux bieno reformista), qui se traduit par la mise en place de commissions de conciliation qu’investit immédiatement la centrale socialiste, la FAI s’oppose frontalement à ces réformes et conduit à la scission des Trente (août 1931), qui voit le départ du courant pragmatique de la CNT. La crise est grave, d’autant plus que les Faïstes procèdent à une série d’exclusion de responsables considérés comme modérés ou trop proche des Trentistes. Un véritable vent de sectarisme souffle sur la CNT, contraignant par exemple les militants du BOC (Bloc ouvrier et paysan, une des deux composantes fondatrices du POUM, le Parti ouvrier d’unification marxiste) à créer ses propres syndicats autonomes, suite à leur expulsion de la CNT. On notera le cas tout à fait particulier de la région des Asturies où la CNT n’était pas sous l’influence de la FAI, ce qui a permis le maintient des contacts avec l’UGT, débouchant sur l’Alliance ouvrière. Mais, en 1933, la droite revient et  gagne les élections. Le sectarisme de la CNT se manifeste de manière éclatante puisque, fidèle à ses traditions, elle ne se contente pas d’appeler à l’abstention électorale, mais proclame : « Ne soyez pas abusés. Ne votez pas pour les partis de gauche. Leur victoire freinerait vote émancipation. Ne soyez pas effrayés par ceux qui  vous disent que si vous ne votez pas la droite va l’emporter. Il est préférable qu’elle gagne, car sa victoire favorisera notre projet » (éditorial de SO, cité p. 245). SO ajoutait que si la droite l’emportait, la CNT appellerait à l’insurrection. Ce qu’elle fit effectivement. L’insurrection dure 5 jours et la répression fut une fois de plus sanglante. Ce cours particulièrement « gauchiste » accentue les tensions dans le monde libertaire. Pestana crée un parti syndicaliste en 1934, tandis que la même année les Trentistes tiennent leur premier congrès confédéral, appelant à l’unité ouvrière. Cette unité, manifestée par la politique des Alliances ouvrières contre le danger fasciste, ne se réalise que dans les Asturies où elle se traduit par l’insurrection d’octobre 1934, réprimée par un certain général Franco. C’est donc une CNT et un courant libertaire fortement divisés qui abordent la période de la victoire du Front populaire. Cette période constitue la seconde partie du livre, qui s’achève avec l’effondrement du camp républicain en 1939 et la quasi fin de l’ouvrage.

La conjoncture de la victoire du Front populaire se déroule dans le cadre d’une gauche dominée par un PSOE, très à gauche (dirigée par Caballero), un Parti communiste faible et très modéré, des forces républicaines dispersées en plusieurs partis et, en dehors du rassemblement, des forces libertaires dans un état de division profond (p. 280). On comprend ainsi, à rebours d’une légende largement diffusée, qu’en fait, c’est le PSOE et les forces qui lui sont liées (au niveau syndical, UGT, au niveau paysan) qui animent les mobilisations sociales, suscitées par la victoire électorale. Ainsi, face aux menaces fascistes, c’est le PSOE qui crée la première milice antifasciste, le MAOC. Mais le PSOE est lui-même divisé entre une aile gauche (Caballero) et une aile droite (Indalecio Prieto), qui se déchire tout au long de la guerre civile. Quelques semaines avant le golpe, en mai 36, le congrès de la CNT de Saragosse permet la réunification des trentistes et des courants les plus radicaux. Alors que les menaces de coup d’État se précisent (par certains aspects les mois qui précèdent le soulèvement à la mi-juillet 36 ressemblent fort à ce qui s’est passé au Chili en 1973), l’auteur insiste sur l’impotence de la CNT face aux menaces. En effet, tandis que les militaires loyalistes créent, avec le soutien du PSOE et des forces républicaines une société militaire secrète, « La CNT, elle ne savait pas penser en termes offensifs. Attachée à ses principes apolitiques, elle ne pouvait développer aucune stratégie préalable, aucune initiative » (p. 301). On le voit, Waintrop propose une sévère évaluation du rôle des libertaires dans cette période, s’appuyant d’ailleurs sur des analyses produites par des dirigeants libertaires eux-mêmes (dont C.M. Lorenzo, Le mouvement libertaire en Espagne, éditions Libertaires, 2006). C’est ainsi qu’on peut comprendre comment dans une grande partie de l’Espagne la CNT s’est laissée surprendre lors du coup d’État et qu’à Saragosse, son fief, ses dirigeant se laissent abuser par les pouvoirs civils, jouent l’attentisme et se font massacrer. Schéma qui s’est, hélas, répété dans de trop nombreux endroits. Ces faits amènent Édouard Waintrop, dans un chapitre décisif (chap. 5, p. 312-320), à délaisser le récit historique pour se livrer à une analyse de la pertinence de l’anarchisme. Chapitre bref, mais incisif, puisqu’il montre que face à une situation d’absence d’État, conséquence non d’une révolution sociale mais d’un coup d’État semi-raté, la CNT n’a pas su faire face aux problèmes qui se sont posés. En effet, à défaut de rompre avec le pouvoir légal, alors que ce sont ses militants qui possèdent le réel pouvoir, en particulier en Catalogne, la CNT se laisse phagocyter par les institutions républicaines dans les semaines et mois qui suivent. L’intégration de la CNT  et de la FAI dans le gouvernement catalan (en septembre 36), puis, plus tard (novembre), central (à Madrid), conditionné par la dissolution du comité central des milices antifascistes « fut la première étape de la remise en ordre de l’Espagne républicaine » (p. 320). On le constate, les propos de l’auteur sont assez éloignées de l’hagiographie, tendant d’ailleurs parfois à tordre le bâton dans l’autre sens, affirmant ainsi : « Ils allaient subir le processus historique plus que de l’influencer. L’échec n’allait pas tarder à se profiler à l’horizon et renvoyer la CNT au rang de supplétif de l’ordre républicain » (p. 366). Cette « républicanisation » de la CNT s’accompagne d’une véritable mise en au pas des instances, des militants ou de la presse (cf. les analyses de F. Godicheau, La guerre d’Espagne, Odile Jacob, 2006). On ne rentrera pas dans les détails de cette guerre, se limitant à signaler la mise en évidence par l’auteur des réalisations libertaires, que ce soit dans le domaine de l’économie, des femmes ou même dans l’action militaire. Selon les analyses de l’auteur, l’anarcho-syndicalisme n’existe plus en Espagne après l’épisode de l’affrontement de mai 37 à Barcelone. Le congrès international de l’AIT à Paris en juillet 37, se montre d’ailleurs fort critique à l’égard de sa branche espagnole. L’ultime soubresaut de ce courant sera le coup d’État à Madrid en mars 39, pour dessaisir le gouvernement Prieto et créer un Conseil National de défense (PSOE, CNT, républicains) pour négocier les conditions de la reddition avec Franco. Après l’écrasement militaire, la CNT connaît l’éclatement, selon une double ligne de clivage, à la fois politique et « géographique ». Du point de vue politique, une partie, réaliste, inscrit son activité en alliance avec les  autres forces politique (création de l’Alliance nationale des forces démocratiques) tandis que les puristes de la Fai s’opposent à toute action de type politique. Par ailleurs, les forces demeurées en Espagne s’éloignent de plus en plus des forces de l’exil, si bien que la CNT intérieure disparaît quasiment à partir des années 1948-49, sous l’effet d’une répression terrible. Il faut attendre les années 60 pour qu’une timide réunification se manifeste, mais c’est devenu un mouvement terriblement affaibli, coupé de la classe ouvrière et des pratiques syndicales. Avec la transition démocratique, la CNT est légalisée en 1977, mais elle n’est plus que l’ombre de ce qu’elle fut.

Même s’il manifeste son désenchantement final, assez moral sur le fond (opposant « l’esprit adolescent à la conscience adulte », p. 537, variante littéraire de la rationalité en valeur et de la rationalité en finalité wébérienne), Édouard Waintrop ne livre pas moins à travers cet ouvrage une synthèse d’excellente facture sur un pan de l’histoire du mouvement ouvrier qu’il est loin d’encenser naïvement.

Ubbiali Georges


[1]           Rappelons que l’Espagne avait connu une première République, qui avait duré même pas deux ans, de 1873 à 1874.

[2]           Sur cet aspect, se reporter à Clara E. Lida, La Mano Negra. Anarchisme rural, sociétés clandestines et répression en Andalousie (1870-1888), Paris, L’échappée, 2011, chroniqué sur ce blog.

[3]           Édouard Waintrop fait également allusion à une agitation sociale et révolutionnaire qui a agité le monde hispanophone et qui s’est traduit fin 18-début 19 par une semaine sanglante en Argentine. Épisode pour le moins peu connu.