Archives par étiquette : Etats-Unis

Paul Mattick, La révolution fut une belle aventure. Des rues de Berlin en révolte aux mouvements radicaux américains (1918-1934), Montreuil, L’Échappée, collection « Dans le feu de l’action », traduit de l’allemand par Laure Batier et Marc Geoffroy, préface de Gary Roth, postface de Laure Batier et Charles Reeve, notes de Charles Reeve, 191 pages, 17 €

 

Un compte rendu de Christian Beuvain1

Ce livre se présente comme un témoignage sur les combats, dans les années vingt et trente, d’un des théoriciens du communisme de conseils, Paul Mattick (1904-1981), en Allemagne puis aux États-Unis. Comme nous l’apprennent les deux auteurs de la postface, Laure Batier et Charles Reeve2, il s’agit d’un récit retravaillé, réorganisé et finalement construit par eux deux, à partir d’entretiens distincts, l’un en 1972 et le second en 1976, avec de surcroît des interlocuteurs différents. Une mémoire historique, soumise aux « imprécisions et déformations inhérentes » à l’exhumation des souvenirs (p. 169), sert donc de trame à ce récit, « version révisée du manuscrit original » (p. 7). Le lecteur comprend ainsi mieux le nombre très élevé de notes de bas de pages (128 !), certaines très développées, mais néanmoins essentielles pour comprendre le contexte auquel Paul Mattick fait référence3, et aider les lecteurs peu familiers avec les noms d’organisation et les événements mentionnés dans le récit.

I – Les années vingt en Allemagne

Paul Mattick, issu d’une famille ouvrière de Berlin, est plongé très tôt dans le mouvement révolutionnaire allemand, d’abord par imprégnation des idées socialistes familiales – son père est syndiqué, encarté au SPD (Parti social-démocrate d’Allemagne) puis à l’USPD (Parti social-démocrate indépendant d’Allemagne) et le jeune Paul lit le journal du SPD, Vorwärts, dès l’âge de 7 ans – puis en adhérant en 1918, à 14 ans, à la Jeunesse socialiste libre qui regroupe spartakistes, anarchistes et socialistes de gauche. A partir de là, son parcours politique personnel, comme celui de nombreux jeunes Allemands de cette époque, s’identifie à la révolution qui possède pour ses amis et lui les allures d’ « une grande aventure » (p. 27). Pour financer leur journal Jeunesse rouge [Rote Jugend], apparentée au KAPD4, son groupe, armé, se lance dans les expropriations et les cambriolages. Lors du putsch de Kapp5 en mars 1920, puis en mars 1921 (« Action de Mars ») lors d’une tentative insurrectionnelle du KPD (Parti communiste d’Allemagne) et du KAPD, il se bat, les armes à la main, dans les rues et les quartiers ouvriers de Berlin (Wedding, Neuköln, Charlottenburg). Paul Mattick échappe à la répression, continue à militer activement, mais il reconnaît lui-même que dans « toute cette activité, la théorie était reléguée au second plan » (p. 40). En 1923, embauché dans une usine de construction de matériel ferroviaire vers Cologne (alors sous administration britannique suite au Traité de Versailles), il est délégué d’usine, participe à l’organisation d’une grève avec occupation, qui se heurte aux troupes britanniques, puis est envoyé par l’AAUD (Union générale ouvrière d’Allemagne, syndicat radical lié au KAPD) à Leverkusen renforcer les grévistes. Il côtoie tout un milieu d’expropriateurs révolutionnaires, les « bandits rouges », constitués autour de militants hors-normes comme Max Hölz (connu par son livre de témoignages6), Karl Plättner, Karl Gonschoreck, qui devient son ami et dont il restitue ici la mémoire (p. 62-64) ou Peter Utzelmann. L’argent, ainsi « exproprié », sert à aider les militants en fuite ou est versé aux familles des emprisonnés. En même temps, Paul Mattick commence à écrire des comptes rendus ou de courtes histoires pour les journaux du KAPD et de l’AAUD, Kaz et Der Kampfruf, ainsi qu’à lire énormément, grâce à la bibliothèque d’un ami issu de la bourgeoisie juive éclairée. C’est dans ce contexte culturel qu’il fréquente les cercles d’artistes de l’AAUE7, en particulier Franz Pfemfert, l’animateur de la revue politico-littéraire, Die Aktion8. En 1926, il se marie – les circonstances de son mariage semblent forcées, puisqu’il écrit de sa future épouse : « elle a tenté sa chance et m’a poussé à vivre en couple, jusqu’à ce que je sois enfin « mûr » pour l’épouser » (p. 79) – et décide d’émigrer aux États-Unis. La seconde partie de sa vie commence alors, à seulement 22 ans !

II – Être révolutionnaire aux États-Unis

A Chicago, ville industrielle avec des dizaines de milliers d’immigrants allemands et beaucoup d’organisations social-démocrates, Paul Mattick trouve du travail chez Wertern Electric. En même temps qu’il apprend l’anglais, il adhère en 1928 aux IWW (Industrial Workers of the World)9, organisation syndicaliste-révolutionnaire largement sur le déclin à cette époque, mais son caractère trop « syndicaliste » ne le satisfaisant pas totalement (p. 85) – bien qu’il y écrivit dans les années 1931-1933 des articles ainsi qu’une brochure La crise mortelle du capitalisme (p. 100) – il prend alors contact avec des militants du Parti prolétarien (Proletarian Party) lors de conférences sur le communisme.

Nous abordons là les épisodes, au sein des marges dissidentes de la gauche étatsunienne, les plus intéressants de ses souvenirs. Bien qu’il faille réfuter pas moins de trois affirmations en une seule page (p. 86) concernant la création du Parti prolétarien et celle d’un des partis communistes (réduit d’une manière étrange à un parti composé de « juifs de New York ») et le soi-disant choix de ce dernier comme « vrai » parti communiste par les soviétiques10, les discussions au sein du Parti prolétarien, la prééminence accordée à l’étude des textes marxistes et à l’éducation des travailleurs, la scission qui donne naissance fin 193211 à l’United Workers Party puis au Group of Councils Communists (Groupe des communistes conseillistes) ainsi que les relations conflictuelles avec le Parti communiste d’Earl Browder lorsque Paul Mattick décide de « ressusciter » le journal de la fin du XIXe siècle, le Chicagoer Arbeiterzeitung d’August Spies et Joseph Dietzgen12, constituent un récit appréciable, car peu connu des lecteurs français. En particulier, une quinzaine de pages brossent, malgré une chronologie très floue et de trop nombreuses approximations, un portrait vivant (agrémenté de photographies), des actions du mouvement des chômeurs13 (Unemployed Councils) lors de la « Grande dépression » – rappelons au passage qu’en 1932 le pays compte 13 millions de sans travail soit près du quart de la population active, dont 750 000 rien qu’à Chicago. Dans cette ville, ce mouvement – dans lequel des militants de la Chicago Workers League (organisation de chômeurs liée au Parti prolétarien) auraient eu une part prépondérante, selon Paul Mattick – se veut unitaire, puisque y participent des organisations trotskystes, le Parti prolétarien, le Parti communiste des États-Unis [CPUSA], des socialistes et des « Lovestoneites »14 ! En ce sens, Chicago, la « ville rouge » par excellence des États-Unis depuis les décennies 1870-188015, ne renie rien de ses traditions. Y compris sur le plan tragique puisque le 3 août 1931, une manifestation de protestation contre l’expulsion d’une vieille femme (72 ans) noire de chez elle pour cause de loyer impayé (« rent riot » ou « rent protest ») se termine en heurts très violents avec la police, qui abat ce jourlà trois noirs et en blesse six autres (p. 109). Parmi les victimes, John O’Neil, Frank Armstrong et Abe Grey, ce dernier est un des militants organisateurs noirs du CPUSA et du Conseil des chômeurs de Chicago16, ce que n’indiquent ni Paul Mattick ni Charles Reeve. Si l’on croise les souvenirs de l’auteur avec les recherches de l’historienne Randi Storch, qui dans son ouvrage Red Chicago17 consacre un chapitre à l’organisation et aux luttes du Conseil de chômeurs de la ville, aucune mention n’est faite d’une quelconque influence du groupe évoqué par Paul Mattick, alors que la présence des militants communistes y apparaît prépondérante18. Paul Mattick ne reconstruit-il pas, à l’échelle de tous les quartiers ouvriers de Chicago, ce qui se passait dans quelques assemblées locales, en surévaluant l’impact de son groupe ? La confusion de ces propos au sujet d’une organisation nationale de lutte (The Workers Alliance for America), idée qui selon lui serait due à la proposition de leur groupe (p. 106), alors que cette Alliance ne se structure qu’en février/mars 1935 lors d’un Congrès à Washington avec 125 délégués de 17 États, soit quatre ans après les grandes manifestations de chômeurs dans les villes industrielles du pays, semble l’attester.

Quoiqu’il en soit, cette participation « au mouvement ouvrier à Chicago a été la plus belle période de [sa] vie. » (p. 119) pour celui qui se proclame « un penseur de la catastrophe » car « sans catastrophe, il n’y a pas de socialisme possible. » (p. 155-156). Vers la fin de sa vie, dans les années 1970, les écrits de Paul Mattick – qui depuis les années trente n’a cessé d’écrire ouvrages, brochures ou articles dans la presse militante d’extrême gauche qui voulait bien les accueillir – connaissent un certain succès dans les milieux conseillistes et ultra gauche européens, dans un contexte de reprise de l’agitation révolutionnaire. L’ouvrage regroupant des textes (de Karl Korsch, Otto Rühle et lui-même), extraits des revues Living Marxism et New Essays, par la collection 10-18 en 1973, en est un des signes19.

Bien que cet ouvrage soit loin d’être satisfaisant historiographiquement parlant, pour les multiples raisons évoquées dans cette note critique, son principal mérite réside quand même, non pas dans l’évocation des soubresauts insurrectionnels de l’Allemagne de Weimar, puisque d’autres témoignages (Max Hölz20, Franz Jung21, entre autres) ou analyses (parmi les dernières parues, celle de Chris Harman22 ou de Paul Frölich et alii23) avaient déjà œuvré précédemment dans ce sens, mais plutôt dans cette focale braquée sur les États-Unis, tant notre connaissance du mouvement communiste (ou tout simplement du mouvement ouvrier) dans ce pays est précaire, en l’absence d’une historiographie conséquente24. Souhaitons néanmoins que la biographie intellectuelle de Paul Mattick par Gary Roth25 soit traduite un jour pas trop lointain …

1Je remercie Jean-Guillaume Lanuque et Frédéric Thomas de leur relecture attentive.

2Charles Reeve est le nom de plume du militant Jorge Valladas (1945, Lisbonne), proche du communisme de conseils (conseillisme*), qui écrit et vit à Paris depuis 1967, après avoir déserté de l’armée portugaise, par refus de la guerre coloniale. Laure Batier appartient également à cette mouvance révolutionnaire, tout comme l’autre traducteur, Marc Geoffroy, fils de Marc Chirik et de Clara Geoffroy, tous deux militants communistes de conseils.* Le conseillisme ou communisme de conseils diverge du communisme de type léniniste, tout en étant marxiste. La forme privilégiée du pouvoir prolétarien réside selon ses partisans dans la forme du conseil ouvrier, soviet en russe, apparu en 1905 et 1917 en Russie, lors de la révolution allemande en 1918-19, à Turin en 1920, etc. Les conseillistes sont parfois assimilés rapidement aux communistes de gauche voire à l’ultra gauche.

3Par suite du caractère militant des concepteurs de cet ouvrage, ces notes laissent parfois affleurer des jugements de valeur.

4Le Parti communiste ouvrier d’Allemagne (KAPD) est une scission du KPD, en avril 1920, qui regroupe des communistes anti-parlementaires.

5En mars 1920, une partie de l’armée appuyée par les Corps francs nationalistes et certains éléments de la police tente un coup d’État contre la République de Weimar. Une grève générale, qui se transforme dans la Ruhr en insurrection, fait échouer ce putsch, dont Wolfgang Kapp était un des dirigeants.

6Max Hölz, Un Rebelle dans la révolution, Allemagne 1918-1919, Paris, Spartacus, 1988.

7Il s’agit d’une scission conseilliste, autour d’Otto Rühle, de l’AAUD. Selon Paul Mattick, elle était composée à 90% d’intellectuels (p. 76), un pourcentage qui paraît exagéré.

8Lire dans Lionel Richard, D’une apocalypse à l’autre (UGE 10-18, 1976), les pages qui leur sont consacrées (p. 43-45 et 147-151)

9Le syndicat des IWW naît en 1905 de la volonté de fonder un syndicalisme d’industrie, de solidarité ouvrière et de lutte de classe, c’est-à-dire en opposition frontale et franche avec les buts et moyens du syndicat majoritaire chez les ouvriers qualifiés, l’American Federation of Labor (AFL). Sur ce mouvement, on dispose en français de l’ouvrage de Larry Portis (décédé en 2011), IWW et syndicalisme révolutionnaire aux États-Unis, Paris, Spartacus, n°133 B, avril-mai juin 1985, ainsi que de deux récits, ceux des américains Franklin Rosemont, Joe Hill et la création d’une contre-culture ouvrière révolutionnaire, Paris, Éditions de la CNT-Région parisienne, 2008, et Joyce Kornbluh, Wobblies & Hobos, Montreuil, L’Insomniaque, 2012.

10En premier lieu, le Parti prolétarien (PP), s’il s’origine dans une scission au sein de l’aile gauche du Parti socialiste américain en 1916-1917, n’est fondé comme organisation séparée qu’à un Congrès à Détroit les 27-29 juin 1920, après que son noyau dirigeant (Dennis Batt, John Keracher, Al Renner) ait été exclu du Parti communiste d’Amérique [CPA] en février 1920, parti que ces militants contribuèrent à créer, en septembre 1919, par une alliance tactique (qui dura peu) avec la Fédération russe et les « juifs » new yorkais vilipendés par Paul Mattick ! Quant aux soi-disant hésitations de la Comintern pour reconnaître un « vrai » parti communiste, elles ne concernaient nullement un choix entre le PP (bien trop réduit en nombre) et le CPA, mais entre le CPA et le second parti communiste fondé au même moment, le Communist Labor Party [CLP], dont le célèbre John Reed était un des leaders. Après trois ans de scissions, d’unifications factices suivies de nouvelles scissions, ces deux partis finissent par se réunir définitivement, sous l’ultimatum de la Comintern, dans le Workers Party of America (WPA) début 1923. Le Parti prolétarien refuse de rejoindre ce WPA, malgré une invitation expresse du Secrétaire général du Comité exécutif de la Comintern, O. W. Kuusinen (lettre du 7 avril 1923). Étonnamment, Charles Reeve omet de rectifier ces erreurs.

11Et non en 1934 comme l’indique Charles Reeve en note 88, p. 85-86.

12August Spies est un des anarchistes pendu à Chicago en novembre 1887 pour l’attentat à la bombe à Haymarket Square. Joseph Dietzgen, théoricien autodidacte socialiste, correspondant de Karl Marx, il est l’auteur de L’Essence du travail intellectuel humain en 1865, traduit et publié en 1973 aux éditions Champ libre (avec une préface d’Anton Pannekoek).

13Sur le mouvement des chômeurs, un ouvrage de James Lorence, Organizing the Unemployed : Community and Union Activists in the Industrial Heartland, Albany, State University of New York Press, 1996. Lire également un récit (militant) détaillé et documenté sur https://libcom.org/history/1930-1939-unemployed-workers-movement#footnote13_s4nxw82

14Nom donné aux partisans de Jay Lovestone après leur exclusion du Parti communiste des États-Unis (CPUSA) en 1929, pour « déviationnisme de droite ». Ils créent alors une organisation marginale, qu’eux-mêmes pensent néanmoins comme le vrai parti communiste, accusant le CPUSA de trahir le léninisme et d’adopter une ligne sectaire qui éloigne les masses du communisme. Ce groupe change souvent de nom au cours des années suivantes, avec des scissions. Quand à Jay Lovestone il devient dans les années cinquante un fervent maccarthyste.

15Dans cette décennie, s’organisent les anarchistes, les syndicalistes luttant pour la journée de huit heures. En 1905, les IWW sont fondés dans cette ville, ainsi que les deux partis communistes en septembre 1919.

16Randi Storch, Red Chicago. American Communism at its Grassroots, 1928-1935, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 2007, p. 99-100.

17Randi Storch, Red Chicago. American Communism at its Grassroots, 1928-1935, op. cit.

18Peut-être existe-t-il d’autres travaux qui accordent une place aux marges révolutionnaires à Chicago ? Dans sa biographie de Paul Mattick, Marxism in a Lost Century : A Biography of Paul Mattick (Leiden, Brill Academic Publishers, 2015), Gary Roth (le préfacier de ce livre) semble mettre sur un plan d’égalité les organisations de chômeurs des communistes, des socialistes et du Parti prolétarien. Ses sources sur ce sujet sont la presse militante et les ouvrages sur le mouvement des chômeurs. Son ouvrage est accessible en ligne : https://libcom.org/files/Gary%20Roth%20-%20Marxism%20in%20a%20Lost%20Century%20-%20A%20Biography%20of%20Paul%20Mattick.pdf

19La Contre-révolution bureaucratique, Paris, UGE, coll. 10-18, 1973.

20Max Hölz, Un Rebelle dans la révolution, Allemagne 1918-1919, op. cit.

21Franz Jung, Le Chemin vers le bas. Considérations d’un révolutionnaire allemand sur une grande époque (1900-1950), Marseille, Agone, 2007.

22Chris Harman, La Révolution allemande, 1918-1923, Paris, La Fabrique, 2015, compte rendu sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/6870

23Paul Frölich, Rudolf Lindau, Albert Schreiner, Jakob Walcher, Révolution et contre-révolution en Allemagne, 1918-1920. De la fondation du Parti communiste au putsch de Kapp, Paris, Éditions Science marxiste, 2013, compte rendu sur notre blog : https://dissidences.hypotheses.org/6848

24Sur ce sujet, lire notre « Dossier : Du mouvement ouvrier, révolutionnaire et communiste des États-Unis », revue électronique Dissidences, n° 4, automne 2012, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2524

25Voir note 18.

 

 

John Reed, Esquisses révolutionnaires (Daughter of the Revolution), Paris, Nada, 2016 (édition originale en 1927), 250 pages, 18 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

On réduit souvent John Reed (1887-1920) à l’auteur d’un seul livre : Dix jours qui ébranlèrent le monde, tableau pris sur le vif des événements révolutionnaires autour d’octobre 1917. John Reed, pourtant, outre d’être un militant du mouvement révolutionnaire étatsunien1 (Socialist Party puis Communist Labor Party, dont il est un des fondateurs en septembre 1919), fut un écrivain prolixe et un journaliste aux reportages engagés, dont en France furent seulement publiés, au milieu des années 1990, Le Mexique insurgé et La Guerre dans les Balkans. L’initiative des éditions Nada est donc fort louable, en proposant pour la première fois en langue française le recueil de nouvelles paru en 1927 sous le titre de Fille de la révolution. Quatorze récits composent ces Esquisses révolutionnaires, tous publiés entre 1913 et 1916, majoritairement dans les pages de The Masses, revue illustrée « radicale » (au sens américain du terme)2.

Ils sont précédés par un long avant-propos, essentiellement composé d’un parcours biographique de John Reed. Ayant connu une relative ascension sociale par le biais de ses études à Harvard, il mène d’abord une vie de bohème, placée sous le signe de l’hédonisme, artiste écrivant pièces de théâtre ou nouvelles. Ce n’est qu’au début des années 1910 que le journalisme prend de plus en plus de place dans son existence, l’entraînant dans un Mexique en pleine révolution3, sur les fronts de la Première Guerre mondiale ou au cœur des luttes de classe américaines. Car John Reed se politise de manière croissante, solidaire avec l’action des IWW (Industrial Workers of the World)4, mobilisé contre l’intervention des États-Unis dans la guerre, avant de s’enthousiasmer pour la révolution bolchevique. Les auteurs de l’avant-propos retracent d’ailleurs avec précision les dernières années de sa vie, entre investissement dans la jeune Comintern et militantisme communiste aux États-Unis, estimant par ailleurs que s’il avait vécu plus longtemps, John Reed aurait certainement rompu avec les bolcheviques, ce que l’on peut discuter (quand aurait eu lieu cette rupture, à quelle profondeur se serait-elle faite ?).

Ses textes, fortement autobiographiques, sont le plus souvent construits sur des portraits de vie, évocations réalistes de la misère sociale ou de la libération révolutionnaire. « La place du cœur », la première à avoir été publiée en 1913, brosse ainsi le portrait d’une femme new-yorkaise voyageant en Europe puis au Brésil, que l’on peut lire en tant que modèle d’émancipation. On peut en rapprocher « Une fille de la révolution », puisque situé cette fois en France, il insiste sur le contraste entre le désir de liberté d’une jeune femme, et l’opposition de son père, pourtant militant ouvrier et fils de communard assassiné ; ou comment le combat révolutionnaire est toujours à réitérer. A l’inverse, plusieurs textes traitent des prostituées de New York, non sans ironie mordante. A cet égard, « Le capitaliste » confronte un sans-abri et une de ses semblables, encore plus pauvre que lui, qui le prend pour un fils de bourgeois… Sur un mode plus tragique, « Broadway la nuit » présente une tranche de vie nocturne, dont on retient surtout le récit de ce père de famille, vendant un journal matrimonial, espoir d’une vie de famille heureuse, lui dont la sienne fut une succession de malheurs… « Un autre cas d’ingratitude » montre enfin qu’un sans-abri (dormant debout pour échapper à la police !), bien que dans l’épreuve, n’en est pas pour autant dénué de dignité. Ironique, encore, ce portrait d’un étatsunien, « Mac l’américain », non avare en critiques sur les Mexicains, son chauvinisme étant condamné par sa propre attitude. Dans « Le sens du devoir », c’est l’aristocratie britannique qui est stigmatisée, véritable anachronisme dans son comportement axé sur l’honneur, sans aucune réflexion quant à la Première Guerre mondiale. Plus frappant encore, « Un monde à jamais perdu » est centré sur un officier serbe du même conflit, ancien socialiste, habité par un véritable sentiment d’oubli de ses convictions d’antan, emporté par le flot de ce qu’il voit comme un nouveau Moyen Âge. La révolution, on la trouve grâce à « Par-delà Jimenez », scènes du brasier mexicain, où cohabitent folie douce, exacerbation des passions et caractérisation sensible de la révolution5.

La fin de l’ouvrage propose deux textes consacrés à la Russie en révolution, mais il ne s’agit malheureusement que d’extraits, sans que l’on sache ce qui a retenu l’éditeur de ne pas en publier l’intégralité. « Une visite à l’armée russe » permet de ressentir le pouls de l’armée à la veille d’octobre, tandis que « La révolution sociale au tribunal », évoquant un procès des IWW en 1918, y voit quasiment une assemblée révolutionnaire, véritable transfiguration du réel.

Esquisses révolutionnaires offre un regard original sur et de John Reed, avec en outre une riche iconographie (portraits, dessins illustrant ses nouvelles, photographies de ses obsèques…). Resterait désormais, à notre avis, à rééditer la biographie de John Reed par Robert Rosenstone, publiée pour la dernière fois en français en 1977, chez François Maspero6.

1Sur cette thématique, se reporter au dossier de Christian Beuvain sur la revue électronique de Dissidences, https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2524

2Notons que la couverture de l’ouvrage reproduit une célèbre photographie de l’artiste communiste italienne Tina Modotti (1896-1942), « Mexican sombrero with hammer and sickle » (1927), qui servit également de couverture au numéro d’octobre 1928 de la revue culturelle du Parti communiste des États-Unis, The New Masses.

3Sur ce sujet, voir notre recension du livre d’Alexandre Fernandez, Le Mexique des insoumis. La grande révolution de 1910 : http://dissidences.hypotheses.org/6426

4Le syndicat des IWW naît en 1905 de la volonté de fonder un syndicalisme d’industrie, de solidarité ouvrière et de lutte de classe, c’est-à-dire en opposition frontale et franche avec les buts et moyens du syndicat majoritaire chez les ouvriers qualifiés, l’American Federation of Labor (AFL). Sur ce mouvement, on dispose en français de l’ouvrage de Larry Portis, IWW et syndicalisme révolutionnaire aux États-Unis, Paris, Spartacus, n°133 B, avril-mai juin 1985, 150 p., ainsi que de deux récits, ceux des américains Franklin Rosemont, Joe Hill et la création d’une contre-culture ouvrière révolutionnaire, Paris, Éditions de la CNT-Région parisienne, 2008, 547 p., et Joyce Kornbluh, Wobblies & Hobos, Montreuil, L’Insomniaque, 2012, dont le compte rendu se trouve ici : https://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2561

5« Je me représentai tout à coup ces deux êtres humains [deux paysans] comme des symboles du Mexique : courtois, aimants, patients, pauvres, si longtemps esclaves, si pleins de rêves, si proches de leur liberté. » (p. 164-165).

6Robert Rosenstone, John Reed, le romantisme révolutionnaire, Paris, François Maspero, coll. « Cahiers libres n° 323-325 », 1977, 625 p. (édition de poche chez « Points-Seuil » en 1982).

Noam Chomsky, Andre Vltchek, L’Occident terroriste. D’Hiroshima à la guerre des drones (On Western Terrorisme : from Hiroshima to Drone Warfare), Montréal, Écosociété, 2015 (édition originale 2013), 176 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque (avec l’aide amicale de Christian Beuvain)

Ce petit ouvrage, qui met de nouveau en lumière le linguiste radical mondialement connu (mais non pour autant exempt de critiques), n’est pas, comme on pourrait le penser de prime abord, un ouvrage centrée sur sa personne, ses combats et sa pensée, mais plutôt la transposition d’une discussion entre deux égaux, deux combattants engagés qui sont également deux amis. D’autant que cette discussion fut filmée pour servir de base à un documentaire, l’édition du texte proposée affichant d’ailleurs quelques coupes non explicitées. Il faut dire qu’Andre Vltchek, journaliste d’origine soviétique, est l’auteur de nombreux documentaires, en plus de sa production écrite conséquente.

Leur cible commune est l’Occident, autrement dit les États-Unis et leurs alliés, et plus particulièrement l’impérialisme qu’ils incarnent, base du (néo) colonialisme, accusés d’être responsables depuis la Seconde Guerre mondiale de 55 millions de morts directs, et plusieurs centaines d’indirects1. L’exposé qui s’ensuit est alors à double tranchant. D’un côté, les deux auteurs mettent l’accent sur des réalités méconnues ou rarement mises en lumière, qu’il est utile de souligner : l’opportunisme de la condamnation unilatérale du communisme permettant en retour de valoriser l’idéologie libérale ; les États-Unis, exemptés de toute justice internationale, et coupables de nombre d’interventions et d’atrocités, entre autre le massacre de masse des communistes indonésiens en 19652 ; le poids des intérêts économiques dans la géopolitique mondiale ; la force de la propagande occidentale, ou la différence de traitement des situations respectives de l’Inde et de la Chine… Le problème, et c’est là l’envers du décor, c’est que cet acte d’accusation, qui s’appuie sur d’incontestables réalités, s’accompagne également d’un certain nombre de simplifications voire d’exagérations pures et simples. Comment peut-on en effet accuser sérieusement les Européens du « génocide » des Amérindiens après la conquête de l’Amérique, là où l’explication tient avant tout au choc microbien, au travail forcé et non pas à une programmation délibérée d’extermination ?

Avec des Occidentaux responsables de « génocides » en Asie du sud-est, ou des massacres en Algérie dans les années 1990 via les autorités françaises, on verse dans une position que l’on peut qualifier de campiste. Face à un Occident dont même les peuples « (…) sont complètement endoctrinés, obsédés par leur soi-disant spécificité. » (« Nombre d’entre eux croient appartenir à un peuple élu, car ils ont reçu une éducation partiale et ne s’informent qu’auprès de leurs propres médias sans consulter d’autres sources. », Andre Vltchek, p. 30), les pays du sud s’opposant aux États-Unis (une résurgence du concept douteux des « nations prolétaires » ou des « nations juvéniles » ?) sont valorisés, que ce soit le Venezuela, Kadhafi et Saddam Hussein, l’Iran ou la Chine, ces deux derniers pays garantissant une expression plus libre (pour les deux auteurs, tout au moins, serait-on tenté de rajouter). On est proche ici de la vision d’un Domenico Losurdo sur une Chine toujours socialiste3. L’URSS et les démocraties populaires ont également droit à une vision plutôt idyllique, la répression de 1956 en Hongrie étant quasiment justifiée par le traumatisme fasciste de la Seconde Guerre mondiale… Quant à l’opposition syrienne (religieuse mais aussi laïque), en lutte contre Bachar el-Assad, elle est décrédibilisée par son financement d’origine étatsunienne.

Bien sûr, la meilleure condition des femmes dans l’Afghanistan communiste ou l’investissement massif de Cuba dans la santé sont réels, mais en mettant l’accent uniquement sur des éléments partiels de ce type, les deux auteurs se privent – ou refusent – une vision plus globale des choses, moins manichéenne. Sans doute, le format limité de l’exercice peut expliquer le manque d’approfondissement de certains sujets, mais on ne peut, par exemple, traiter la « propagande occidentale » comme un bloc uniforme, sous peine de passer à côté des tensions, des oppositions internes, des tiraillements dont les journalistes sont l’objet, bref, d’oublier la dialectique des phénomènes, ce qui pour des auteurs engagés semble plutôt étrange. Les rares désaccords entre Noam Chomsky et Andre Vltchek concernent le déclin des États-Unis, que le premier estime plus profond que le second, et sur la possibilité de changements progressistes auxquels croit davantage Noam Chomsky.

En annexes plus récentes, les deux auteurs ont ajouté des articles écrits au lendemain des attentats de janvier 2015 à Paris (mais qui font silence sur les morts antisémites4). « A qui la responsabilité du terrorisme islamiste ? », signé Andre Vltchek, est une étonnante tentative d’explication du terrorisme fondamentaliste, attribué exclusivement aux menées de l’impérialisme occidental… Quant à « Nous sommes tous [remplir ici] », Noam Chomsky y renvoie dos à dos attentats contre Charlie Hebdo et destruction de la télévision serbe par l’OTAN en 1999. Peut-on dire que ces articles, clairement idéologiques, ne font guère honneur au sens critique et historique de leurs auteurs ? Les outils historiographiques classiques, propres aux sciences humaines et sociales, paraissent ici bien malmenés. In fine, un essai partisan, un document, une source sur l’état actuel des représentations de certains intellectuels radicaux mais pas une analyse historique.

1Sur ce le même type de comptabilité s’efforçant de faire concurrence à celle du Livre noir du communisme, voir Le Livre noir du capitalisme ou l’Atlas alternatif, deux ouvrages parus au Temps des cerises (nous avions rendu compte du second sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_social_altermondialisme.htm#delorca).

2Une thématique déjà abordée par Noam Chomsky dans Les Dessous de la politique de l’oncle Sam, Montréal, Ecosociété, 1996. On lira de Jean-Louis Margolin, « Indonésie 1965 : un massacre oublié », in Revue internationale de politique comparée, 1/2001 (vol. 8), p. 59-92.

3Voir son ouvrage Fuir l’histoire. La révolution russe et la révolution chinoise aujourd’hui, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_asie.htm#losurdo

4Rappelons quand même ici les prises de position, qui font débat voire scandale au sein des extrêmes gauches françaises, de Noam Chomsky en faveur de la liberté d’expression des négationniste avérés Robert Faurisson (1979) et Vincent Reynouard (2010). A ces deux occasions, Noam Chomsky occulte l’héritage des luttes et des maquis antifascistes européens au profit de la mise en avant d’une tradition libérale stricto sensu, un des piliers de cette idéologie dominante étasunienne qu’il pourfend par ailleurs, ce qui ne manque pas de sel …

Albert Parsons, August Spies, Haymarket, pour l’exemple, Paris, Les Amis de Spartacus, collection « Cahiers Spartacus 1936-2006 « , 2006, 94 pages, 9 €.

 

Un compte rendu de Jean-Paul Salles *

Ce petit livre contient essentiellement les autobiographies de deux des animateurs du mouvement socialiste révolutionnaire de Chicago, pendus à la suite de l’attentat à la bombe survenu à la fin du meeting ouvrier de Haymarket Square (Chicago), le 4 mai 1886, au cours duquel ils avaient pris la parole. Une bombe explosa tuant un policier. S’ensuivit une fusillade qui fit six victimes parmi les policiers et de nombreux morts et blessés parmi les travailleurs. 7 policiers étaient morts, 7 anarchistes devaient mourir. Inculpés le 9 octobre 1886, ces militants écrivirent leur biographie à la demande des Chevaliers du Travail, pour populariser leur cause. Outre les deux biographies, on trouve dans ce livre la déclaration qu’August Spies fit à son procès. Ayant refusé de demander leur grâce, Parsons et Spies seront pendus le 11 novembre 1887, avec Fischer et Engel. Les trois autres inculpés seront graciés et libérés peu après. La répression ne mit pas fin à la mobilisation ouvrière, dès 1889 l’Internationale socialiste décide de faire du 1er Mai une journée internationale de lutte, en mémoire des « martyrs » de Chicago.

Dans sa déclaration August Spies nie avoir lancé la bombe ou connaître celui qui l’a fait. Il affirme que les témoins à charge ont été payés et que les juges sont au service des « princes du chemin de fer » et des capitalistes en général. Prenant le contre pied de l’accusation qui lui reproche de n’avoir parlé dans ses discours que de destruction et de dynamite, il affirme sa croyance à des formes de relations sociales plus humaines que le salariat, à savoir la coopération. Il se dit favorable à « une société d’êtres souverains, sans rois ni classes ». Il oppose son idéal d’anarchiste à celui des grandes entreprises américaines : gérées sous la surveillance de la police, de l’armée, des détectives privés, ayant recours à des agents provocateurs, elles refusent toute concession, toute réforme. Et il reproche à ses juges de ne voir dans les luttes ouvrières que complots, d’assimiler les militants à des criminels et à des voleurs. Il réaffirme donc les grands principes qui fondent son action et celle de ses camarades : l’indispensable propriété commune des moyens de travail, la production et la distribution coopératives. Et il ne nie pas que l’expropriation des classes dominantes nécessitera la violence, celle-ci étant nécessaire pour mettre fin à l’accaparement des richesses par une classe privilégiée. Il s’agit de faire en sorte que les réalisations et les bienfaits de l’humanité profitent à tous.

Publié en avril 2006 pour commémorer les 70 ans des Cahiers Spartacus, cet ouvrage nous donne aussi une biographie de René Lefeuvre (1902-1988), l’infatigable artisan de cette entreprise de publication de textes intéressant le mouvement ouvrier. Le premier volume publié par lui, en octobre 1936, fut le texte de Victor Serge, tout juste libéré d’Union soviétique, sur le premier procès de Moscou, qui vit la condamnation à mort et l’exécution des 16 accusés, parmi lesquels Kamenev et Zinoviev. Jusqu’à sa mort Lefeuvre n’a cessé de se battre, en publiant des dizaines de brochures, contre le stalinisme et contre la social-démocratie, pendant la Guerre d’Algérie notamment. C’est à ce moment qu’il quitta la SFIO, à laquelle il avait appartenu quelques années.

* Ce compte rendu, repris ici comme archive, date de mai 2007 et est d’abord paru sur notre ancien site Dissidences.net.

Sidération de la bombe ou le roman comme euphémisme. (Haymarket, 1886) : A propos de Franck Harris, La bombe, Clermont-Ferrand, La dernière goutte, 2015, 301 pages, 20 €.

Un billet de Vincent Chambarlhac

Un fait.

Les éditions La dernière goutte publient La bombe de Franck Harris, initialement paru en 1908. Il s’agit de la première traduction d’un roman consacré à l’attentat de Haymarket Square, à Chicago, le 4 mai 1886. Ce jour-là, après un rassemblement pacifiste pour la journée de 8h, la police chargeait brutalement la manifestation se dispersant, tirant pour tuer. Une bombe, lancée depuis les rangs des manifestants, frappait les forces de l’ordre, tandis que la répression allait crescendo. Le retentissement de ce premier attentat anarchiste sur le sol des États-Unis est énorme, à l’origine du 1er mai, et le procès qui suit largement commenté. Huit hommes sont accusés du meurtre des policiers – August Spies, George Engel, Adolph Fischer, Louis Lingg, Michael Schwab, Oscar Neebe, Samuel Fielden et Albert Parsons – ; le neuvième homme suspecté d’avoir lancé la bombe, Rudolph Schnaubelt, échappe aux arrestations. Sept des accusés sont condamnés à mort puisque Oscar Neebe y échappe. Finalement, trois peines sont commuées en détention à perpétuité après une longue et mondiale campagne de mobilisation ; quatre hommes sont pendus (Spies, Engel, Fischer, Parsons) le 11 novembre 1887, tous étaient innocents, seulement orateurs à Haymarket Square. Louis Lingg, qui fabriqua la bombe, se suicide en prison. Fondateur, l’épisode est connu et bien repéré par la littérature historique1, paradigmatique sur le sol américain des liens de l’anarchisme à la violence terroriste –ce que la vieille Europe connaît dans la décennie 1890 comme propagande par le fait. Haymarket Square, par son retentissement constitue l’une des racines du premier mai, fête des travailleurs. La bombe, donc, comme scansion métonymique d’une des voies de l’anarchisme d’alors.

D’un fait, un roman.

Journaliste, publiciste, directeur de publication, Franck Harris (1856-1931) donne avec La bombe un premier roman de facture somme toute classique au premier abord. Le lecteur pressé prendra plaisir à une écriture fluide. Pourtant cette fiction d’un auteur typique de la communauté américano-irlandaise de la Belle époque est plus complexe qu’il n’y parait. Le récit se construit dans l’après-coup des souvenirs de Rudolph Schnaubelt, de retour en Bavière. L’homme se sait « à bout de course », se remémore un parcours qui le fit lancer la bombe. Le roman se conçoit comme un roman d’apprentissage dont la clé de voûte est Louis Lingg. Schnaubelt, jeune allemand, cultivé, débarque à New York dans l’espoir d’y être journaliste. Espoir vite déçu, il devient prolétaire, enchaînant des métiers harassants – dont la construction du métro sous l’Hudson. L’intellectuel prolétarisé parvient ensuite à vivre de sa plume par des piges dans les journaux socialistes de la communauté allemande, tirant de son expérience le sel de ses articles. C’est en allemand qu’il écrit, c’est en émigré allemand qu’il perçoit l’envers de la liberté américaine et de son système capitaliste. Il parvient à se faire envoyer comme journaliste à Chicago, la grande cité industrielle du Midwest. Par George Engel, un temps militant socialiste allemand mais que l’on devine anarchiste, il entre en contact avec les émigrés allemands anarchistes de Chicago. Le roman cesse là d’être d’apprentissage pour se faire sidération devant l’énigmatique Louis Lingg, croqué comme un ardent anarchiste aux analyses tranchantes et à la voix posée, qui tire une grande part de ses réflexions contre l’ordre capitaliste américain, de la constitution même des États-Unis. Face à la tyrannie (capitaliste), incarnée quotidiennement par la répression policière des manifestations à Chicago comme dans l’invisibilité de la cause prolétarienne dans les articles des journaux anglo-saxons, toujours à charge, la violence lui paraît la seule réponse légitime, dans le droit fil de la déclaration d’indépendance américaine. A la brutalité policière répond la bombe qu’il construit, et teste, en autodidacte. Louis Lingg s’avère là dans la droite ligne du congrès anarchiste de Vevey (septembre 1880) et de sa « Charte de la propagande par le fait », qui invitait les militants à recourir aux « sciences techniques et chimiques ». C’est en lisant des manuels de chimie qu’il confectionne l’explosif dans la solitude de son atelier, en artisan. Franck Harris cisèle peu le personnage, tout en arrêtes, dont le pouvoir de séduction intellectuelle confine, dans son rapport à Rudolph Schnaubelt, à la sidération ; toujours au fil du récit, l’après-coup seul permet à Schnaubelt de se ressaisir tant la domination intellectuelle de Lingg semble le pétrifier. Dans ce qui semble un lapsus, au moment où il accepte d’être le lanceur de la bombe, il le décrit ainsi : « mon camarade, mon amant ». Il sera lanceur donc, mais sa sidération devant le geste est telle qu’il s’acquitte de sa tâche quasiment en spectateur. Sa fuite, l’organisation planifiée de son départ pour l’Angleterre, sont l’effet de Louis Lingg, qui, choisissant de rester sera arrêté, se suicidera en prison, avalant une bombe.

Sidération ?

L’intrigue romanesque replie l’attentat sur la seule relation Lingg/ Schnaubelt, quand la question qui soutient l’écriture se résume ainsi : comment rendre compte de la bombe, de la sidération même qu’elle suscite ? Cette sidération constitue l’avers de la propagande par le fait, dont la dynamique tente de rompre l’invisibilisation de l’intolérable d’une situation sociale. Haymarket s’appréhende en caméra subjective par Schnaubelt. Franck Harris le croque journaliste, aux écrits uniquement publiés dans les feuilles militantes de langue allemande ; quand ses articles sont traduits pour les quotidiens anglo-saxons, c’est systématiquement au prix de l’euphémisation de la nature politique des faits sociaux appréhendés. Le politique de ces articles tient aux revendications des ouvriers immigrés, allemands notamment, à leur rapport à la brutalité policière. Dans la traduction jamais ce politique ne se donne à voir. Aux yeux des Américains, les revendications sont invisibles ; les articles et les impressions de Schnaubelt l’éprouvent au fil des pages. La rationalité de la bombe s’inscrit doublement dans ce hiatus ; elle est le geste qui répond à la brutalité policière selon Lingg, qui légitime ce geste à venir de l’histoire même des États-Unis. Mais la bombe est aussi, dans l’incrédulité fascinée de Schnaubelt qui la lance, la sidération même des médias américains.

A ce point du roman, le lecteur saisit que deux lignes de fuite encadrent l’intrigue. Au plus près de l’écriture journalistique de Franck Harris, il s’agit dans l’après-coup d’écrire sur Haymarket. Vingt-deux ans se sont écoulés, et dans la logique même du roman d’apprentissage qui structure la forme de l’écriture, la rationalité du récit passe par l’examen des conditions sociales à Chicago qui déterminent en partie l’usage de la bombe. Chroniqueur des aléas du prolétariat de langue allemande à Chicago, Schnaubelt montre dans ses souvenirs comment une suite de luttes, dont la logique même est cachée aux yeux des médias américains, débouche sur la proposition de Lingg. Parce que celle-ci sidère jusqu’à celui qui lancera la bombe, le récit mute. Le Faire outrepasse le Dire, et seule l’explication de la fascination de Schnaubelt pour Lingg peut valoir explication. La violence de l’acte, voulue par Lingg, subsume la rationalité antérieure de ses discours. Ce faisant, Franck Harris offre une lecture conservatrice des fictions de l’anarchisme telles qu’Uri Eizensweig les analyse. Franck Harris n’est pas Joseph Conrad, qui publie l’Agent secret en 1907 sur des thématiques identiques2.

Pour autant, en renonçant à la modernité d’une écriture de la violence terroriste pour une facture plus classique, Harris pointe ce qui dans Haymarket participe d’un contexte spécifiquement américain, la question de la langue. C’est là la seconde ligne de fuite du roman, la plus structurante. L’expérience du prolétariat allemand dans une nation d’immigrés qui se construit alors par le nationalisme est indicible, au sens premier du terme. La bombe constitue alors une réponse de fait, quand les discours sont inaudibles, ou travestis dès lors qu’ils sont traduits. La question linguistique domine donc. Elle unit ce milieu des migrants germaniques ; son importance se traduit dans l’attention portée dans le roman aux journaux, aux articles. Si la langue intègre Schnaubelt dans les réseaux du mouvement ouvrier de langue allemande à New York, puis à Chicago, le prix de cette intégration est la mesure de l’ethnicité des revendications, et de leur ignorance dans une société organisée par la race3. La bombe de Haymarket dans le roman signifie alors l’impasse d’un mouvement ouvrier organisé mais d’une certaine manière invisible dans la structuration de la société américaine d’alors. Si sous la plume de Franck Harris, Louis Lingg conjugue nombre de traits propres à la sociologie des anarchistes européens circa 1880 (autodidaxie, artisanat, propagande par le fait…), l’intellectuel qu’est Schnaubelt dans ses souvenirs invite à une réflexion autre sur Haymarket, subtilement décentrée dans l’après-coup de la lecture de la seule violence terroriste.

1Notamment par Howard Zinn, Une Histoire populaire des États-Unis. De 1492 à nos jours, Marseille, Agone, 2002, et Normand Baillargeon, L’ordre moins le pouvoir, Marseille, Agone,‎ 2008. Voir aussi, toujours en langue française Albert Parsons et August Spies, Haymarket : pour l’exemple, Paris, éditions Spartacus, 2006, dont le compte rendu (paru précédemment dans Dissidences-BLEMR) figure en annexe à celui-ci.

2Sur cette question, cf. Uri Eizensweig, Fictions de l’anarchisme, Paris, Belfond, 2001.

3Domenico Losurdo, Le péché originel du XXe siècle, Condé sur Noireau, éditions Aden, 2007.

Max Leroy, Emma Goldman. Une éthique de l’émancipation, Lyon, Atelier de création libertaire, 2014, 244 pages, 16 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec l’amicale collaboration de Christian Beuvain)

La quatrième de couverture présente cette biographie comme la première disponible en langue française. Le lecteur peut donc s’attendre à une œuvre profondément originale, basée sur des sources inédites et une documentation de première main. Or, la composition du livre obéit à un autre dispositif, ce qui n’en amoindrit pas nécessairement l’intérêt d’ailleurs. Retenons tout d’abord qu’il existe une autobiographie en anglais (Living My Life1), partiellement traduite en français sous le titre L’épopée d’une anarchiste (Complexe, 1979), que Max Leroy utilise abondamment. Aux œuvres autobiographiques, en anglais comme en français, Max Leroy, qui a déjà consacré divers ouvrages au mouvement anarchiste2, ajoute des apports synthétiques des six biographies qui existent en anglais sur Emma Goldman3, ainsi que quelques recherches archivistiques, essentiellement sur la période non traitée dans l’œuvre autobiographique, déposées à l’Institut international d’histoire sociale (IIHS) d’Amsterdam. Ces précisions permettent de mieux comprendre la nature du texte proposé et présenté comme innovant. Le propos s’ordonne en quatre parties, découpées en un nombre variable de chapitres, permettant de suivre l’action et la vie de Emma Goldman, de sa naissance à sa disparition. Née en Russie, elle émigre aux États-Unis, liant intiment vie sentimentale et militantisme politique. Sa vie est une véritable épopée, bien rendue par l’auteur. Emma Goldman incarne dans les dernières décennies du XIXe siècle le courant anarchiste aux États-Unis, au sein des milieux de l’immigration. Il serait trop long d’exposer ici ses combats, évoqués au fil des chapitres. Elle est de toutes les luttes : soutien aux grèves, néo-malthusianisme (un des aspects les plus inattendus), anti-militarisme et pacifisme, soutien et solidarité contre la répression, etc. Femme libre, elle choisit de ne pas avoir d’enfant. Elle incarne donc, avec bien des décennies d’avance, la lutte des femmes pour leur autonomie. Elle mêle à son combat pour l’émancipation humaine une revendication en faveur de l’amour libre, qui est tout sauf théorique, si l’on considère le nombre de ses amants, bien qu’elle partage sa vie avec Alexander Berkman, au autre anarchiste connu. C’est d’ailleurs avec lui et 246 autres révolutionnaires (communistes, syndicalistes, anarchistes) qu’elle est expulsée en Russie en décembre 1919, au moment de la première vague massive de répression « anti-rouges » aux États-Unis. Le directeur du Bureau d’investigation (BOI, ancêtre du FBI), J. Edgar Hoover lui rend en quelque sorte hommage en déclarant : « c’est l’une des femmes les plus dangereuses d’Amérique ». L’expérience soviétique déçoit Emma Goldman et Alexander Berkman. Elle publie alors Ma désillusion en Russie4, tandis qu’il écrit Le mythe bolchevique (La Digitale, 1986), livres témoignages où s’expriment leur désarroi puis leur désapprobation de la politique communiste, dans la période de la guerre civile. Après avoir quitté l’Union soviétique, elle passe de pays en pays, résidant longuement en France, mais aussi dans de nombreux autres pays européens. Elle participe à la révolution espagnole, tirant un bilan très critique de l’évolution du courant libertaire dans ce pays. Poursuivant ses publications (notamment en 1938 un très passionnant débat, aux résonances actuelles, sur le sionisme, l’antisémitisme et la Palestine, disponible sur Internet5), elle s’éteint à 70 ans le 14 mai 1940, alors qu’elle résidait au Canada.

On notera la phrase conclusive, assez inattendue, citant l’appel du 18 juin du général De Gaulle, dont la mention manque de pertinence. Max Leroy ajoute à cette biographie quelques considération personnelles sur le socialisme libertaire, et surtout, quatre textes de Emma Goldman, dont « La philosophie de l’athéisme » et « Le communisme n’existe pas en URSS »6 . Au total, avec cet ouvrage, préfacé par l’universitaire et militant Normand Baillargeon, le lecteur dispose d’un « ouvrage relais » en attendant la publication enfin complète de son autobiographie.

1Une traduction intégrale (plus de 1000 pages) de Living my life, prévue pour 2016 ou 2017 est en cours aux éditions l’Echappée.

2Dont un Les Orages libertaires, politique de Léo Ferré , chez le même éditeur, en 2012.

3 Il s’agit des ouvrages suivants :

  • Falk Candace, Love, Anarchy and Emma Goldman.
  • Drinnon Richard, Rebel in Paradise.
  • Moritz Theresa et Alfred, The World’s most Dangerous Woman: A New Biography of Emma Goldman.
  • Wexler Alice, Emma Goldman, an Intimate Life.
  • Chalberg John C., Emma Goldman, American Individualist.
  • Porter David, Vision on Fire. Emma Goldman on the Spanish Revolution..

4Ces deux tomes sont disponibles sur http://fr.calameo.com/read/0000868666f95250853ef

5Ces textes sont mis en ligne par la revue militante Ni patrie ni frontières, http://www.mondialisme.org/spip.php?article1147

6Ce texte a déjà fait l’objet d’une publication, dans le n° 1 de la revue Ni patrie ni frontières (voir la note précédente), en 2002, http://www.mondialisme.org/spip.php?article27 . Il est également disponible sur http://kropot.free.fr/Goldman-nocommunism.htm

Saïd Sayrafiezadeh, Le jour où les skateboards seront gratuits, Paris, Calmann-Lévy, 2014, 320 pages, 19,90 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

En sous titre, ce livre traduit de l’américain est indiqué comme un récit. En effet, plus qu’un roman, ce texte se présente comme le récit de l’enfance de l’auteur, dont les parents militaient au Socialist Workers Party (SWP) dans les années soixante. C’est l’interrogation à sa mère sur ce qu’est le socialisme par l’enfant et la réponse de cette dernière : « C’est le jour où les skateboards seront gratuits », qui fournit le titre de l’ouvrage. Ce récit se lit avec plaisir et grand intérêt. En effet, le destin de l’auteur est assez singulier. Son père, Mahmoud, d’origine iranienne arrive aux États-Unis au début des années soixante, pour fuir le régime du Shah, et aussi pour y achever une thèse de mathématiques. Il y rencontre celle qui deviendra sa mère, Martha, juive américaine. C’est à l’occasion d’une réunion contre la guerre du Vietnam qui mobilise le campus que le couple adhère au principal groupe trotskyste américain, le SWP. Très rapidement son père devient militant professionnel (à plein temps, donc), tandis que sa mère renonce à sa carrière envisagée d’écrivaine pour « faire bouillir la marmite ». Le couple ne résiste pas très longtemps à cette vie, largement à contre-courant des aspirations de la société américaine. Ses parents se séparent, Saïd restant vivre avec sa mère, qui poursuit son engagement dans l’organisation révolutionnaire. Son récit est teinté à la fois d’amertume et d’ironie pour la vie que le statut déclassé de sa mère lui impose. En effet, l’enfant puis l’adolescent se trouve en permanence décalé, vivant dans des logements malcommodes et dégradés, fréquentant des écoles essentiellement peuplées de noirs. Ses rares amis vivent dans une certaine aisance, alors que lui-même subit la vie ascétique imposée par sa mère. De son père, il n’a que de lointains échos, ne le rencontrant, brièvement, qu’à l’occasion des regroupements annuels organisés par le SWP. En grandissant, la distance entre ses aspirations et celle du milieu et du style de vie militant l’indispose de plus en plus. Il ne supporte pas par exemple l’amoncellement des numéros de The Militant (hebdomadaire du SWP), qui s’accumulent dans l’appartement, et fait s’étonner ses fréquentations. Si tout est politique, la frustration ressentie ne cesse de croître, car il n’a pas le droit, durant des années, de manger du raisin, en raison de l’appel au boycott lancé par les syndicats de travailleurs agricoles. De même, boire un coca ou manger une glace n’est possible qu’en l’absence de sa mère. 

A la chute du Shah, en 1979, son père regagne l’Iran, avec quelques dizaines d’étudiants iraniens gagnés à la cause de la révolution mondiale dans leur exil américain. Il apprend que Mahmoud participe à l’élection présidentielle, au nom de son parti, contre l’ayatollah Khomeiny. Il est emprisonné par la suite durant une longue période. Au moment de la prise des otages américains à Téhéran, l’adolescent est pris en tenaille entre ses convictions anti-impérialistes qu’il partage avec sa mère et l’hystérie anti-iranienne qui submerge les États-Unis. Il finit par retrouver son père, libéré de prison et de retour aux États-Unis, toujours militant internationaliste, tandis que sa mère finit par rompre son engagement trotskyste. Si lui-même s’éloigne lui aussi de l’univers politique et militant, il n’en garde pas moins des souvenirs parfois cocasses de cette longue période de sa vie, nourris par un humour ravageur. On se contentera d’en fournir une courte illustration : « Tous les grands révolutionnaires vont en prison (…) De même que Staline, Malcom X, Castro, le Che, Debs et Rosa Luxemburg, Jack Barnes [dirigeant du SWP] n’est jamais allé en prison, mais il y a toujours une exception à la règle » (p. 257).

En attendant qu’effectivement les skateboards deviennent gratuits, on peut découvrir ce récit, témoignage parfois douloureux, souvent cocasse, de l’enfance d’un Red diaper baby1.

1Aux États-Unis, cette expression est utilisée pour désigner un enfant dont les parents sont communistes ou d’extrême gauche, quel que soit l’affiliation partisane de ceux-ci. (Merci à Christian Beuvain pour ce renseignement).

Florent Calvez, American Tragedy. L’histoire de Sacco & Vanzetti, Paris, Delcourt, collection « Mirages », 2012, 112 pages, 14,95 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Au premier abord, l’idée d’adapter en bande dessinée (est-ce la première fois ?), l’histoire de Nicola Sacco et Bartolomeo Vanzetti est tout à fait bienvenue. Rappelons que ces deux personnages sont des militants anarchistes étatsuniens, d’origine italienne, condamnés à être exécutés pour attaque à main armée et assassinat, malgré leur innocence (déjà patente au moment des faits). Ils ont été réhabilités et innocentés en 1976, un demi-siècle après leur exécution sur la chaise électrique. Le scénario est celui d’une série de flash-back où un grand-père raconte à son petit-fils l’affaire telle qu’il l’a connue dans son jeune temps. Il connaissait personnellement Vanzetti, ayant lui-même été actif dans les milieux anarchistes de l’entre-deux-guerres. Le récit navigue donc entre le rappel des faits et le jeu de dames auxquels les deux narrateurs se livrent dans un parc new yorkais. Si la structure du récit n’a rien de bien particulier (aller-retour entre le passé et la période contemporaine), le dessin n’est pas non plus particulièrement remarquable. Certes les scènes de foules sont particulièrement bien rendues, de même que les vues éloignées (ainsi celle qui figure en couverture), mais se révèle grossier dès qu’il s’agit de saisir les personnages. Les têtes apparaissent mal dégrossies et approximatives. Si encore le découpage des cases offrait un travail de qualité, le lecteur pourrait y trouver un certain plaisir esthétique. Mais ce n’est pas le cas, produisant au final une expression dessinée de type standard et même tout à fait moyenne. A ces limites liées à l’objet lui-même s’ajoutent au moins deux autres aspects qui sont pour le moins fortement contestables. D’abord le parti pris (sur lequel l’auteur revient en postface), d’opposer le « bon » Vanzetti au « méchant » Sacco, sans doute coupable, non pas de l’assassinat pour lequel ils ont été condamnés, mais d’un braquage précédent. Aucun élément substantiel durant le procès n’a pourtant permis de démontrer cette réalité. Malgré les doutes subsistants sur le côté « brigand » de Sacco, Florent Calvez fait donc le choix de le charger, contre Vanzetti, totalement innocent, sans doute pour accroître l’intensité dramatique du scénario, mais au détriment des éléments historiques, ce qui entache naturellement la crédibilité de l’œuvre. A ce contestable parti pris à l’égard de la réalité historique, l’auteur ajoute un discours des plus contestables sur la nature de la solidarité et des engagements en faveur d’une cause. Constatant que certains se sont servis de la cause « Sacco et Vanzetti » pour des buts qui leur étaient propres, il fait dire au vieil homme, en fin de volume : « Ils sont devenus des symboles. Les gens qui ne les connaissaient pas avaient de la pitié, de la compassion pour eux, je suppose. Mais les types engagés, les militants, eux, s’en sont servis. Des deux côtés d’ailleurs. C’est le problème des symboles. Ça devient vite des drapeaux, et là, il y a toujours du dégât ». (p. 108). Cela l’amène à distiller une conception de l’anarchisme, dont ce courant ne ressort pas franchement grandi. A la question de son petit-fils qui lui demande s’il est toujours anarchiste, il répond : « Oui, mais après ça, autant te dire que je me suis toujours tenu éloigné des fédérations, partis et syndicats et tout le tremblement. Au mieux, ça fait des héros, des martyrs quand ça foire ». Ce à quoi le jeune répond, avec son bon sens: « C’est un truc que j’ai jamais compris : les gens prêts au sacrifice pour un idéal… Faut vivre d’abord pour soi et ses proches. On n’a qu’une vie ! Et faut surtout pas crever pour une cause ». Et son grand père d’enchaîner « Si tu dois te défendre, fais-le ! Mais pas pour les autres, pour toi! Faut jamais se laisser embrigader, jamais ! Anarchiste ou pas ! » (p. 109). Cette représentation de l’anarchisme (ou de l’action collective d’un point de vue plus large) n’honore guère, on en conviendra, un auteur qui la réduit ainsi à une philosophe spontanée de l’individualisme à tout crin. Autant de raisons pour ne pas s’attarder sur cette American Tradegy. Pour mieux saisir l’importance de cette affaire célèbre de solidarité internationale pour le mouvement ouvrier des années vingt, on lira par exemple l’ouvrage de Ronald Creagh, L’affaire Sacco et Vanzetti (Les Éditions de Paris, 2004) ou celui de John Dos Passos, Devant la chaise électrique. Sacco et Vanzetti : histoire de l’américanisation de deux travailleurs étrangers (Gallimard/NRF, 2009)1.

1Lire le compte rendu de ce livre sur notre revue électronique, n° 4, automne 2012, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2556

About Pete Seeger ! et Etienne Bours, Pete Seeger. Un siècle en chansons, Lormont, Le Bord de l’Eau, 2010, 214 pages, 18 €.

Un billet et un compte rendu de Christian Beuvain

A- Le Billet

Le chanteur, compositeur et militant Pete Seeger est décédé le lundi 27 janvier 2014. Depuis que cette dépêche d’agence est apparue sur les écrans d’ordinateurs, les médias, encore frémissants des aventures extra-conjugales du chef de l’Etat, ont chargé leurs pigistes d’écrire la nécrologie d’un chanteur dont l’immense majorité d’entre eux ignoraient l’existence jusqu’à ce lundi 27. Nous n’avons pas l’intention de relever scrupuleusement, ici et là, toutes les erreurs factuelles (le magazine Sing Out ! crédité d’une naissance dans les années 60, alors que le premier numéro est de mai 1950 : Libération du 29/1/2014) et/ou les anachronismes (P. Seeger « chantre de la world [music] », idem) de tel ou telle, pas plus que la litanie des « légende », « pionnier » et autre « icône ». Signalons pourtant l’article solide de Véronique Mortaigne, dans Le Monde, qui insiste sur le côté militant et passeur du chanteur.

Même s’il est vrai que les travaux universitaires français sur le secteur musical des luttes ouvrières aux Etats-Unis sont rares, voire inexistants, a contrario des études sur le jazz, le blues ou le protest song des années 70, ce n’est absolument pas le cas aux Etats-Unis, ou existent des travaux sérieux, à commencer par celui de Robbie Lieberman, « My Song is my Weapon » : People’s Songs, American Communism, and the Politics of Culture, 1930-1950, Urbana-Champaign, University of Illinois Press, 1995. Nous avions donc remarqué le travail sérieux du musicologue Etienne Bours qui publia en 2010 son Pete Seeger. Un siècle en chansons, aux éditions du Bord de l’eau. Une longue note critique suivit cette parution, dans le n° 3 de notre revue électronique, en complément du volume 10 « Musiques et révolutions » (sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1916). Nous remettons à l’honneur cette note critique sur ce blog. Nous y ajoutons trois liens. Le premier vers une biographie détaillée (en anglais) de Pete Seeger sur le site Spartacus Educational : http://www.spartacus.schoolnet.co.uk/USAseeger.htm, le second vers un article (également en anglais) d’un militant communiste, John Pietaro, animateur du site The Cultural Worker consacré aux efforts et réalisations des communistes étatsuniens pour construire une alternative artistique prolétarienne puis populaire dès les années trente : http://theculturalworker.blogspot.fr/2010/12/out-of-red-megaphone-modernist-protest.html et le troisième vers la comparution de Pete Seeger devant un sous-comité du House of Un-American Activities Committee (HUAC) le 18 août 1955 : http://www.peteseeger.net/HUAC.htm.

B- Le compte rendu

Tout baby-boomer qui se respecte connait cette scie musicale niaise des sixties chantée en français par Claude François, Si j’avais un marteau et en anglais au même moment par Trini Lopez, If I had a Hammer. Bien peu, en revanche, connaissent l’auteur de cette chanson, sa date de création ainsi que le sens réel des paroles et le contexte politique. En effet, lorsque le chanteur folk Pete Seeger et son groupe les Weavers enregistrent en 1949 The Hammer Song, nous sommes en pleine Guerre froide et la répression contre les communistes et leurs « compagnons de route » ne cesse de s’étendre dans le pays. Cette chanson martèle « pour alerter » parce « qu’il y a danger ». Connu et reconnu seulement par quelques happy few dans son propre pays, même si de nombreux rassemblements résonnent ça et là de refrains dus à sa plume, Pete Seeger demeure quasi ignoré en France. Il l’est maintenant beaucoup moins, grâce à cette biographie précieuse du musicologue Etienne Bours.

Un héritage fécond

Pete Seeger naît à New York le 3 mai 1919 dans une famille de bourgeois humanistes, progressistes et musiciens. En effet, Charles Seeger, son père, est musicologue et sa mère, Constance, est violoniste classique. Leur humanisme se manifeste au tout début des années 1920 lorsque le couple décide de partir en roulotte « apporter la musique classique aux pauvres populations du pays qui n’ont guère de musique » (p. 24). Hélas ! L’horizon d’attente de ces modernes populistes américains se révèle tout autre. Les fermiers des plaines du sud et des Appalaches ne les rejettent pas, comme les paysans russes en 1874 le firent avec les narodnicki, mais leur prouvent, folk music à l’appui, qu’ils possèdent une musique qui leur est propre. La leçon n’est pas perdue pour Charles Seeger, qui la transmettra très rapidement au jeune Pete. La seconde femme de son père, Ruth Crawford, est une violoniste et une compositrice qui devient rapidement une musicologue réputée en participant au collectage des musiques traditionnelles des populations rurales pauvres. Dès 1929, dans un pays frappé par une crise économique, sociale et culturelle dont les effets brisent la vie de dizaines de millions de travailleurs urbains et ruraux, Charles Seeger et Ruth Crawford Seeger décident, comme des centaines d’autres artistes et intellectuels étatsuniens de l’époque, de placer leurs espoirs dans le communisme. Ils sont musiciens ? Qu’à cela ne tienne. Leur positionnement politique tiendra d’une pratique, celle qui exige que l’art soit une « arme dans la lutte des classes », pratique appliquée à la musique [Music is a Weapon in the Class Struggle], comme d’autres militants l’appliqueront à la danse, au film, au théâtre, à la littérature etc. Tous deux adhèrent donc au Collectif des compositeurs, créé à New York en 1931 sous l’égide de la Workers Music League, qui dépend du Bureau international de la musique à Moscou. L’ambition de ce Collectif est de composer une musique prolétarienne, des « chansons de masse » sous une forme instrumentale avant-gardiste et audacieuse. Mais comment des ouvriers peuvent-ils se reconnaître dans ces codes musicaux totalement à l’écart de leur culture ? Quelques années plus tard, le retour des ballades populaires et des instruments traditionnels – banjos, guitares, harmonicas – en lieu et place des compositions atonales héritées de Schönberg1 n’oblitère nullement les thématiques radicales, il aurait même tendance à les propager. La nouvelle dialectique fascisme/antifascisme élaborée par le Comintern, permet en effet au champ politique du Parti communiste américain de se renouveler et de s’élargir. Pour Pete Seeger, comme le remarque Etienne Bours, « à cette époque où son caractère se forge, tous les éléments sont en place pour faire de [lui] ce qu’il sera tout le reste de sa vie » (p. 31).

« Music is a weapon »

D’abord hésitant entre plusieurs voies (journalisme ? dessin ? musique ?), Pete Seeger choisit finalement la musique, grâce à deux amis de son père, la chanteuse militante Aunt Molly Jackson et le musicologue Alan Lomax2. Si la première lui permet de mieux comprendre les liens tissés entre militantisme ouvrier révolutionnaire et ballades populaires, le second, qui collecte et archive toutes ces ballades de l’Amérique pauvre, blanche et noire, le « plonge » littéralement dans ce patrimoine, en lui offrant de travailler avec lui à la Bibliothèque du Congrès, à Washington. Mais ce que veut Pete Seeger, c’est chanter. Sa première apparition sur scène a lieu en mars 1940, lors d’une soirée consacrée au film Les raisins de la colère. Il se produit avec A. Molly Jackson et le bluesman Leadbelly, mais surtout aux côtés du célèbre Woody Guthrie, celui qui a inscrit sur sa guitare « Cette machine tue les fascistes ». Pendant six mois, Pete et Woody ne se quittent plus, ils traversent le pays et chantent. Lorsque Pete Seeger et Lee Hays fondent un groupe « à géométrie variable », The Almanac Singers (fin 1940, New York), Woody Guthrie est de la partie. Le premier album, Songs for John Doe, qui contient des chansons pacifistes, sort en mars 1941. Pete Seeger est depuis peu membre du Parti communiste américain (CPUSA), et pour ce dernier, comme pour tous les autres Partis communistes, la guerre qui se déroule en Europe et en Asie est d’essence impérialiste. Mais lorsque les nazis envahissent la « patrie du socialisme », la guerre change de nature. Pourtant Pete Seeger, comme beaucoup de militants communistes, du moins ceux qui sont restés dans leurs partis, ne se fait guère d’illusions sur leurs nouveaux alliés antifascistes : « On va donc devoir supporter Churchill, lui qui en 1919 voulait étrangler le bébé bolchevique dans son berceau » (p. 50). En décembre 1945, à la fin de la guerre (que Pete Seeger passe dans le Pacifique mais à l’écart des combats), une vingtaine de chanteurs et auteurs-compositeurs, dont les anciens des Almanac Singers, dissous en 1943, créent une organisation dont l’objectif est de diffuser toute musique en rapport avec la classe ouvrière : People’s Songs est né, avec son annexe chargée des concerts, People’s Artists, sous les auspices de Pete Seeger et de Paul Robeson, chanteur noir, communiste également. La musique est toujours une arme pour ces artistes, convaincus que l’écrasement du nazisme par l’Armée rouge ouvre des perspectives historiques en Europe, qui ne peuvent avoir que des retombées positives aux États-Unis. Las, les nuages s’amoncellent déjà …

La chasse aux « Rouges »

Ce qu’on nomme plutôt improprement le maccarthysme, c’est-à-dire la traque des éléments communistes ou considérés comme tels, n’est pas, contrairement à une idée reçue, une politique dévolue aux Républicains réunis autour de la personnalité charismatique et tonitruante du sénateur du Wisconsin Joseph McCarthy. Ce dernier ne fait que jouer sa propre partition, mais l’impulsion initiale vient des institutions centrales, c’est-à-dire du Congrès (républicain) et du gouvernement Truman (démocrate), le premier adoptant le 23 juin 1947 la loi Taft-Hartley restreignant le droit de grève et réprimant les menées communistes dans les usines, le second créant à la date du 26 juillet 1947 le National Security Act. Dans tout le pays, la puissance accrue de l’URSS en Europe et la victoire communiste qui s’annonce en Chine incitent les forces conservatrices et réactionnaires en sommeil pendant la guerre, à relever la tête. Aidées en sous-main par le FBI qui ne cesse depuis 1919 de ficher les « Rouges », élites gouvernementales et organisations privées entament une nouvelle Red Scare3. En mai 1947, les audiences préliminaires de la House Committee on Un-American Activities (HCUA), une commission d’investigation mandatée par la Chambre des représentants, à Hollywood et la création par une association privée du bulletin Counterattack, chargés chacun dans leur domaine de compétences de dénoncer les communistes « infiltrés » dans les industries de masse du spectacle et du divertissement, signent là une tactique appelée à faire florès, dans une stratégie de guerre interne qui vise à éliminer toute influence subversive pour des décennies.

Harcelé dès les élections présidentielles de 1948 pour leur soutien au candidat progressiste Henry Wallace (ex-vice président de Roosevelt) dont le support officiel et militant est assuré par les communistes, Pete Seeger commence à voir ses concerts se raréfier, ainsi que ses apparitions dans les radios. « Retourne en Russie, fils de p…. » est un letmotiv haineux entendu presque partout où il passe avec son nouveau groupe, les Weavers. People’s Songs doit mettre fin à ses activités. Et, en septembre 1949, lors d’un concert prévu au nord de New York, à Peekskill, avec P. Robeson, eux-mêmes et une partie des spectateurs tombent dans un guet-apens organisé par des membres du Ku Klux Klan, plus ou moins aidés par la police locale. Il y a de nombreux blessés. Cette affaire défraie la chronique de la presse communiste et progressiste mondiale, y compris en France. Quelques mois plus tôt, Lee Hays et Pete Seeger ont écrit et composé The Hammer Song, sans aucun écho public. Les paroles sont prémonitoires : « Je martèlerai qu’il y a danger/Je martèlerai pour alerter » (p. 57-58). Un court répit permet aux Weavers d’enregistrer chez Decca et de se produire sur scène, mais en 1950, les bulletins Counterattack et Red Channels dénoncent nommément le groupe comme communiste tandis que le fameux Harvey Matusow, informateur professionnel (qui avoue en 1955 être un agent du FBI payé pour dénoncer et qui est condamné à son tour4) témoigne de même devant la HCUA. Dès ce moment, pour Pete comme pour les chanteurs engagés, acta est fabua. Decca rompt le contrat, les disques ne passent plus dans les radios ni dans les juke-boxes, qui commencent à apparaître dans les bars, et les promesses de concerts s’évanouissent. Pete Seeger en est réduit à apprendre à chanter aux enfants dans les rares collèges qui l’acceptent encore. En août 1955, il est convoqué devant la HCUA. Il invoque le Premier Amendement face aux élus du peuple qui expliquent sa présence par le fait qu’il « se pourrait que les communistes s’investissent dans [les chansons folk destinées à la jeunesse] et pervertissent cette agréable forme de divertissement pour atteindre leurs propres objectifs » (p. 67). Il ne passe en procès qu’en mars 1961 ! Déclaré coupable, il est condamné à un an de prison en avril 1961, mais est acquitté en appel en mai 1962. D’ailleurs, il a quitté le Parti depuis quelques années déjà. Lorsque les fichiers du FBI – qui alimentaient les membres de la HCUA, les bulletins anti-Rouges, les informateurs professionnels etc. – s’ouvrent, 5000 pages concernent les Almanac Singers, les Weavers, People’s Songs et People’s Artists ! A titre de comparaison, le dossier d’Albert Einstein fait 1800 pages …

Les « Sixties folk »

La lutte pour les droits civiques des noirs dans le sud du pays (pour laquelle un gospel de 1946, We Shall overcome, devient un chant de lutte), puis les sit-in étudiants dans les campus contre la guerre du Viêt-Nam, en particulier à Berkeley, deviennent le nouveau terrain dans lequel Pete Seeger s’investit, tout en assistant à l’arrivée d’une nouvelle génération. Alan Lomax et Pete Seeger deviennent des passeurs, avec le Newport Folk Festival (Rhode Island). Peter, Paul and Mary, Phil Ochs et surtout Bob Dylan et Joan Baez, conquièrent un nouveau public. Mais en 1965, en électrifiant sa guitare, Bob Dylan déclenche la colère des deux « anciens » ! Très vite, cette querelle autour de la pureté des sonorités folk s’estompe, et Pete Seeger, à partir de 1968-1969, part en tournée avec le jeune Arlo Guthrie, fils de Woody, dont tout le monde se souvient de l’arrivée remarquée au Festival de Woodstock, festival électrifié s’il en fut ! Malgré les ans, Pete Seeger continue de chanter, pour des causes locales (empêcher la fermeture d’une école) comme pour des causes universelles (contre les guerres, pour la paix, contre le nucléaire etc.). Mais l’époque des grandes grèves ouvrières et des « grands récits socialistes» messianiques s’estompe. Le rôle social des chanteurs engagés s’amoindrit. Vient le temps des hommages (Bruce Springsteen reprend 13 chansons de Pete Seeger en 2006, dans We Shall Overcome : The Seeger Sessions), des documentaires, des compilations. Le temps d’une muséographie.

Fin de parcours ?

La vie et l’œuvre de Pete Seeger ne peuvent s’interroger sous l’angle de la trajectoire. L’itinéraire jalonné et planifié fait défaut. Dans l’industrie du divertissement, Pete Seeger toujours refuse la gloire, refuse en quelque sorte de parvenir. S’il peut sembler insolite d’appliquer cette notion à un chanteur, alors qu’elle est plus habituellement usitée pour « l’intellectuel aux bords des classes populaires » rallié au syndicalisme révolutionnaire5, son parcours vaut cependant preuve. Un exemple ? En 1955, alors que les Weavers viennent de nouveau d’obtenir un concert après 5 ans d’ostracisme, Pete Seeger quitte ses camarades avec fracas car ils viennent d’accepter de chanter pour une marque de cigarettes ! Au titre de chanteur, Pete Seeger s’enracine dans la tradition américaine des « folk-singers ». Au titre de militant, il côtoie le destin des syndicalistes radicaux, des anarchistes, des communistes qui tentent depuis cent cinquante ans de s’inscrire durablement dans les territoires du Nouveau monde mais n’y parviennent qu’occasionnellement, en butte aux répressions toujours renouvelées. Et son apparition sur scène – amené par Bruce Sprinsteen – lors de l’investiture du nouveau chef de l’État Barack Obama, le 18 janvier 2009, au Lincoln Memorial de Washington, pour chanter This Land is your Land de Woody Guthrie ne peut apparaître comme un point d’arrivée. En effet, l’ancien camarade de Pete Seeger, en 1940, composa cette chanson en réponse à un chant patriotique, le très officiel God Bless America, que venait justement d’invoquer Barack Obama… Ironie de l’histoire !

1La musique atonale rejette la hiérarchie des sons, fondement de la grammaire musicale classique, car elle prône l’égalité de toutes les notes entre elles. Arnold Schönberg est l’inventeur du système atonal dit des « douze sons », qui sont organisés en séries. On parle donc aussi de musique sérielle. C’est une des bases de la musique contemporaine.

2Aunt Molly Jackson (1880-1960) est une activiste et militante ouvrière, connue tardivement (en 1931, à 51 ans) comme compositeur de chansons folk engagées. Elle s’efforce de tisser des liens entre les exploités de régions reculées comme les Appalaches et les militants urbains. Voir Shelly Romalis, Pistol Packin’ Mama. Aunt Molly Jackson and the Politics of Folksong, Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 1999, 272 pages. Alan Lomax (1915-2002) est un musicologue et archiviste du patrimoine des chants populaires et contestataires américains qui devient le premier employé salarié de la Bibliothèque du Congrès (Washington) pour s’occuper de la « folk music ».

3Littéralement « peur des rouges ». La première criminalisation de révolutionnaires a lieu en 1919-1920, par suite de l’influence de la Révolution bolchevique de 1917 et de ses répercussions sur le mouvement ouvrier des Etats-Unis. Sous la conduite du procureur général Palmer (les fameux « Palmer Raids »), des milliers d’arrestations visent les communistes (deux partis communistes viennent d’être crées), les syndicalistes des IWW (Industrial Workers of the World) et les anarchistes. Procès, condamnations, exils et expulsions sont le lot de centaines de militants dans tout le pays. Lire Regin Schmidt, Red Scare : FBI and the Origins of Anti-Communism in the United States, Copenhagen, Museum Tusculanum Press, 2000.

4Sur ce personnage étonnant, qui s’implique ensuite dans la contre-culture naissante des sixties, lire Robert M. Lichtman, Ronald D. Cohen, Deadly Farce. Harvey Matusow and the Informer System in the McCarthy Era [Une mascarade meurtrière. Harvey Matusow et le système des informateurs pendant le maccarthysme], Urbana and Chicago, University of Illinois Press, 2004. Sur le maccarthysme, lire la déjà ancienne mais toujours utile synthèse de MarieFrance Toinet, La Chasse aux sorcières : le Maccarthysme (1947-1957), Bruxelles, Éditions Complexe, 1984.

5Vincent Chambarlhac, « Le refus de parvenir, une logique de la soustraction ? », Les Cahiers d’ADIAMOS, n° 1, 1999, en ligne sur http://www.pelloutier.net/dossiers/dossiers.php?id_dossier=211

Maman Jones [Mary Harris Jones], Autobiographie, Paris, Les bons caractères, 2012, 174 pages, 12 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

 se réjouira de cette réédition d’un ouvrage qui n’était plus disponible depuis l’édition réalisée par feu les éditions Maspero en 1977 (première publication, Éditions Ouvrières, 1952). Cette autobiographie, c’est « Le bruit et la fureur » dans l’histoire du mouvement ouvrier américain. Certes, il ne s’agit pas de rapporter le style de cette écriture à celle de Faulkner. Mais l’histoire que raconte Mother Jones, s’inscrit bien dans la démesure de ce que fut la constitution du mouvement ouvrier étatsunien au tournant des XIX-XXe siècle. Marry Harris Jones (1837-1930) fut de tous les combats syndicaux du début des années 1880 au sortir de la Première Guerre mondiale. Née en Irlande, sa famille immigre aux États-Unis. Elle eut jusque vers la quarantaine une vie d’institutrice, mère de famille. Elle eut quatre enfants, qui moururent, ainsi que son mari, du fait de la fièvre jaune. Si bien, sans qu’elle explicite réellement les ressorts de cette transformation, qu’à partir de 1871 elle se retrouve veuve et disponible pour le combat syndical. A partir de 1880, soit à cinquante ans, elle devient totalement absorbée par le mouvement ouvrier, au point d’en devenir une figure mythique, en particulier chez les mineurs. Catholique, bien que ni pratiquante ni bigote, elle refuse le féminisme, s’opposant au droit de vote pour les femmes (en arguant que ça ne servait à rien et que si jamais un jour ces dernières votaient, ça serait pour choisir la conservation sociale[1]). Son récit est constitué d’une série de mouvements de grève auxquelles elle a participé au premier plan, connaissant, comme les mineurs, la peur, la répression, la violence et, plus souvent qu’à son tour, le poids de la défaite. En effet, le patronat se révèle absolument sans pitié en cas de contestation de son pouvoir sur les quasi serfs constitués par la population des mineurs[2]. S’engager dans la lutte collective, c’est, bien trop souvent, risquer sa vie et celle de ses proches : « Les hommes qui entraient au syndicat étaient mis sur la liste noire dans toute la région. Leurs familles étaient jetées sur les grands routes. On tirait sur les hommes, on les passait à tabac. Plusieurs d’entre eux disparurent sans laisser de trace. Ordre fut donné aux commerçants de ne rien vendre aux syndicalistes, ni à leurs familles. Il fallait tenir les réunions la nuit, dans les bois, dans les mines abandonnées ou dans les hangars » (p. 47), à propos d’une grève, sanglante, tenue en 1902 en Virginie de l’Ouest. Si l’ambiance est celle de Règlement de compte à OK Corral, ce sont bien toujours les travailleurs qui sont les victimes désignés. En parallèle, elle dénonce avec vigueur, dans une veine très morale, le début d’appropriation privative des organisations syndicales par leurs dirigeants. Ainsi, après un mouvement gagné par les mineurs, il est proposé aux délégués que chaque mineur verse une contribution pour permettre au dirigeant du syndicat de s’acheter une maison, en récompense de ses loyaux services. Mother Jones fait échouer ce projet et on comprend qu’elle ne fut pas particulièrement en odeur de sainteté dans la hiérarchie syndicales. Elle cultive cette défiance à l’égard des « chefs » (boss) tout au long de son engagement. Ainsi voici comment elle décrit, en 1914, le milieu des dirigeants syndicaux : « Grâce aux efforts d’hommes tels que Ed Nockels, leader des travailleurs de Chicago, John Lawson fut relâché sous caution. Ed Nockels est un de ces grands hommes qui consacrent leur vie et leurs dons à la cause des travailleurs. L’honnêteté n’est pas toujours l’apanage des leaders de la classe ouvrière. Il y a parmi eux des hommes aussi cruels et aussi violents que chez les capitalistes. Il y a des jaloux, il y a des ambitieux. Les faibles sont envieux des forts » (p. 137). Elle accentue encore cette défiance dans le chapitre final en avançant que : « Les hommes de la base se sont laissé faire par ceux qui auraient dû être à leur service. Les travailleurs ont aujourd’hui à combattre non seulement leurs oppresseurs, mais aussi leurs propres chefs qui souvent les trahissent et les vendent, qui placent le souci de leur propre carrière au-dessus des intérêts de la masse, et qui manœuvrent ceux de la base comme des pions » (p. 166). Dans une veine proche de celle que développait dans la même période Roberto Michels[3], elle affirme :  « Il en est pour qui le mouvement ouvrier est un métier comme un autre et qui s’y enrichissent » (p. 167). Si l’essentiel de ses activités s’est déroulé dans l’univers de la mine, elle participe aussi à des mouvements dans le secteur des filatures, ce qui l’amène à côtoyer un prolétariat encore plus défavorisé, si c’est possible, que celui de la mine. Elle rapporte ainsi le cas d’une « mère et de ses trois enfants qui tous travaillaient à la même usine que moi. Le père était mort de tuberculose et la famille avait dû emprunter trente dollars pour l’enterrement. Depuis des années, ils peinaient tous les quatre pour rembourser la compagnie » (p. 89). La « chance », pour les très jeunes enfants de s’échapper de l’usine, c’est d’avoir un accident : « les enfants allaient à l’école quand un accident les avaient rendus inaptes au travail » (p. 92). Face au degré inouï de répression dont elle est témoin (massacre de Ludlow en 1914 où les mitrailleuses furent utilisées), elle en appelle elle-même à l’armement des ouvriers ! Louis  Adamic[4] dans son livre a bien montré comment une partie du mouvement ouvrier a su user fonctionnellement de la violence en réponse aux attaques du patronat. Mother Jones s’inscrit dans cette veine également : « Les grévistes lancèrent un appel aux armes ; tout homme valide devait s’armer d’un fusil pour se défendre, lui et sa famille, contre l’assassinat, l’incendie prémédité et le pillage. Depuis la loi de la jungle jusqu’à notre soit-disant civilisation, c’est le droit naturel et imprescriptible de l’homme » (p. 13. Son texte se termine par l’évocation de grève de l’acier, en 1919 où, tout en développant un soutien à l’Union soviétique (en particulier pour l’aide humanitaire), elle s’appuie sur les valeurs américaines de la culture démocratique (lire par exemple p. 152 et suivantes), en évoquant par exemple le fait que « Cinquante mille garçons américains sont morts sur les champs de bataille d’Europe pour que la démocratie progresse partout dans le monde » (p. 156). A 92 ans, en 1922, elle participe encore à un congrès de mineurs. Avec cette autobiographie, le lecteur dispose d’un témoignage de première main à la fois sur l’impétuosité du développement du capitalisme aux États-Unis, de la violence et de la cruauté du sort des travailleurs, ainsi que sur la culture politique et les valeurs portées par le mouvement ouvrier au tournant du siècle. Un récit âpre, qui s’inscrit parmi les titres (en nette croissance) disponibles en français sur  les combats et les espoirs révolutionnaires de la classe ouvrière des États-Unis, dont Dissidences a déjà rendu compte dans un récent dossier[5]. A ce propos, un éditeur ne pourrait-il rééditer également l’ouvrage de Malkiel Theresa Serber, Journal d’une gréviste, paru chez Payot en 1980 ?


[1]           Dans le dernier chapitre, elle revient sur sa conception du rôle des femmes, pas particulièrement en avance sur son temps : « Une grande tâche est réservée aux femmes : l’éducation des enfants. C’est la plus belle de leurs responsabilités. Si les hommes gagnaient assez d’argent, les femmes ne seraient pas forcées de négliger leurs foyers et leurs petits pour accroître le revenu familial » (p. 164).

[2]           De ce point de vue, l’excellent polar de James Lee Burke, Vers une aube radieuse, Paris, Rivages, 1996, qui raconte une grève dans les mines du Kentucky dans les années 1970, permet de constater que les pratiques patronales semblent avoir peu évolués en un siècle.

[3]           Sociologue allemand, disciple de Max Weber, auteur de la thèse de la loi d’airain de l’oligarchie. Cf. Les partis politiques, Bruxelles, ULB Lire, 2009 (première édition 1911).

[4]           Louis Adamic, Dynamite. Un siècle de violence de classe en Amérique, Paris, Sao Mai, 2010. Chroniqué par Dissidences, sur http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=2550

Voltairine de Cleyre, D’Espoir et de raison, écrits d’une insoumise, textes réunis et présentés par Normand Baillargeon et Chantal Santerre, Montréal, Éditions Lux, collection « Instinct de liberté », 2009, 314 pages, 29, 95 $.

Un compte rendu de Florent Schoumacher

Les éditions Lux rafraîchissent le domaine de l’édition sociale, critique et militante. Cet ouvrage en est une preuve indiscutable. Voltairine de Cleyre (1866-1912), voilà bien une militante oubliée en Europe. Parfois son nom apparaissait au détour de discussion au sein du sérail anarchiste mais encore avec parcimonie, car peu d’entre les militants ont eu le loisir de lire les écrits de cette insoumise. Voilà ce problème résolu. Enfin, Voltairine de Cleyre est accessible au lecteur francophone, elle qui nous est surtout connu dans l’ombre de la grande anarchiste étatsunienne Emma Goldman1. Nous avions d’ailleurs déjà croisé ces deux noms dans un autre ouvrage des éditions Lux, que nous avions commenté2.

 D’abord, avant de parler du livre, prenons le temps de parler un instant de cette femme au regard clair : Voltairine est née à Leslie dans le Michigan en 1866. En somme, il nous faut imaginer un décor, certes plus verdoyant, mais qui se rapproche de l’ambiance sauvage des western, avec les premières manufactures faisant naître la working class américaine. Sa famille est très pauvre, comme on peut l’être chez les ouvrier à cette époque. Sa mère Harriet Elizabeth Billings vient d’une famille abolitionniste (de l’esclavage). Son père est un Lillois libre-penseur qui quitte l’hexagone en 1854 pour rejoindre les États-Unis comme tailleur de pierre. Grand lecteur de Voltaire, Hector de Claire donne le prénom de Voltairine à sa fille qui le conservera tout en changeant le patronyme en « de Cleyre » en guise de pseudonyme. Voilà pour le décor à partir duquel émerge cette révolutionnaire.

 Grâce aux textes mais aussi à la présentation complète de Normand Baillargeon et Chantal Santerre, il est grand temps pour le lecteur francophone de découvrir que de Cleyre fut une femme forte, presque entêtée, qui n’hésita jamais à faire front face à l’ennemi. Ainsi, au sénateur américain Hawley qui voulait offrir la somme de mille dollars pour abattre un anarchiste, suite à l’assassinat du président William Mac Kinley3, Voltairine écrit le 21 mars 1902 : « Cher Monsieur, je lis dans le journal de ce matin que vous auriez affirmé être disposé à « offrir 1000 $ pour tirer un coup de fusil sur un anarchiste ». Je vous demande ou de prouver votre proposition ou de retirer cette affirmation, qui est indigne… Toutefois, si vous voulez faire feu sur un anarchiste, cela ne coûtera pas 1000 $. Il vous suffira de payer le déplacement jusqu’à chez moi (mon adresse est indiquée plus bas) pour pouvoir me tirer dessus » (p. 37).

Si Hawley ne se déplaça jamais, Voltairine de Cleyre, hélas, est atteinte d’un coup de feu cruel le 19 décembre 1902, par l’un de ses « élèves » un certain Helcher. Femme de conviction, mais d’une grande miséricorde que l’on attribue habituellement à une sainte, elle écrira : « Le garçon dont on dit qu’il a fait feu sur moi est dérangé. Le manque de nourriture et le fait qu’il n’a pas de travail sain à accomplir l’ont rendu comme tel » (p. 38). Elle refuse de porter plainte contre Helcher et de l’identifier face à la police.

Avons-nous affaire à une de ces révolutionnaires monolithiques, pétrie d’une certitude indéfectible, une femme faite d’un autre bois que nous tous ? Pas le moins du monde. En 1905, elle tente de se suicider avec de la morphine, souffrant depuis de nombreuses années d’acouphènes douloureux. En 1908, de plus en plus malade et isolée, arrêtée aux abords de la manifestation des chômeurs de Philadelphie, Voltairine de Cleyre traverse une crise profonde. Elle écrit  que le monde qui l’entoure n’est qu’une « vaste conspiration où les gens se tuent les uns les autres, où la justice ne règne nulle part… » (p. 46). Au fond du gouffre elle note encore : « dans ma bouche, tout est amertume ; tout devient cendre entre mes mains » (p. 47). Acculée, elle décide de quitter Philadelphie pour Chicago. En 1911, éclate la révolution mexicaine et elle devient la défenderesse aux États-Unis des idées de Ricardo Florès Magon4. En 1912, à 45 ans, après des années de souffrances physiques, elle s’éteint.

Pas moins de 324 pages contiennent l’essentiel des textes de cette révolutionnaire, non seulement les textes théoriques au titre desquels nous citerons notamment « la tendance économique de la libre-pensée », « pourquoi je suis anarchiste », « l’égalité politique de la femme », « l’esclavage sexuel », mais aussi des poèmes comme « le festin des vautours » concernant trois anarchistes condamnés à mort (Vaillant, Henry et Caserio), ou « En lettres rouges », poème-hommage aux insoumis mexicains et à Flores Magon en particulier.

Il nous reste donc cet ouvrage et les pensées limpides de Voltairine de Cleyre, souvent morales. Dans nos sociétés contemporaines, certains textes font écho : « Je crois que le mariage défraîchit l’amour, transforme le respect en mépris, souille l’intimité et limite l’évolution personnelle des deux partenaires. C’est pourquoi, je pense que le mariage est une mauvaise action » (« Le mariage est une mauvaise action » p. 220). On y voit poindre une grande magnanimité : « …en présence de grands sacrifices, nous apprenons l’humilité et, si mes camarades ont pu donner leurs vies pour leurs convictions, laissez moi donner ma fierté » (« Ils devraient être pendus », p.221). L’anarchisme de Voltairine de Cleyre n’est pas un pis-aller, mais une voie vers la libération des êtres humains : « il ne s’agit pas de trouver un moyen de soulager temporairement la détresse…ce qu’il faut c’est rendre chacun capable de se tenir debout sur ses propres jambes » (« Pourquoi je suis anarchiste », p. 98).

Pour elle la révolution américaine ne fut qu’un début : « Les enfants comme les adultes ont si bien appris à vouer un culte aux appellations symboliques que celle de « révolution américaine » est devenue sacrée, malgré le fait qu’elle ne signifie rien de plus pour eux qu’une force victorieuse, alors que le mot « révolution » appliqué à d’autres possibilités est un spectre détesté et abhorré » (« Anarchisme et traditions américaines », p. 72).

Ce que souligne aussi Voltairine de Cleyre, de manière continue, c’est la position majeure de la femme dans le processus révolutionnaire à venir, afin de se libérer du patriarcat : « Les femmes sont désormais de plus en plus présentes dans l’industrie, c’est ainsi que des portes autres que celle du travail domestique s’ouvrent à elles… Je recommanderais vivement à toutes les femmes …de ne jamais vivre sous le même toit que l’homme qu’elles aiment et de devenir sa bonne » (« La question de la femme », p. 260).

Femme complexe en proie au doute, insoumise jusqu’au bout, Voltairine de Cleyre reste d’une étonnante modernité.

1http://fr.wikipedia.org/wiki/Emma_Goldman

2 Le compte-rendu est disponible ici : http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1164. Le livre en question est présenté ici : http://www.luxediteur.com/surlestracesdelanarchismeauquebec.