Archives par étiquette : Front populaire

Pierre Schill, 1936. Visages et figures du Front populaire en Moselle, Metz, éditions Serpenoise, 2006, 102 pages, 19 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Si l’histoire du Front populaire au niveau national est désormais dotée d’une solide bibliographie, il n’en va de même lorsque est envisagée une approche plus localisée. C’est dire tout l’intérêt du livre proposé par Pierre Schill. En fait, comme son titre l’indique, son livre est bien plutôt l’occasion de mettre en valeur une série de militants qui ont compté dans cet événement. Le fait que Pierre Schill soit l’un des rédacteurs des notices du Maitron en Moselle explique l’approche privilégiée.

Plus qu’une histoire localisée du moment Front populaire appréhendée à hauteur de département, c’est une grille nationale de lecture de l’événement qui est appliquée, enrichie d’une série de portraits de figures et dirigeants de premier plan. Prenons un exemple : Pierre Schill annonce que les grèves de Juin 36 ont permis l’émergence d’un certain nombre de figures nouvelles de militants dans le mouvement ouvrier local, en particulier les femmes et les travailleurs immigrés. Fait important quant on sait leur marginalité dans les organisations ouvrières. Ce fait de première importance est traité par le portrait de deux femmes, Eva Hurvitz1 et Margo Durrmeyer, et trois militants étrangers, un polonais, Jean Sobiray, et deux italiens, Tommaso Filippetti2 et Angelo Tonello. Malgré les limites de l’approche revendiquée, l’ouvrage propose une riche palette de biographies des dirigeants locaux d’un mouvement ouvrier dominé par le Parti communiste français.

Ajoutons que de nombreuses illustrations, dont certaines totalement inédites, enrichissent fortement la connaissance du Front populaire au niveau de ce département. On découvrira ainsi la photographie d’un couteau très « unité populaire », aux armes du PCF et de la SFIO, avec leurs sigles respectifs, agrémentée d’une citation de Jean Jaurès, ou encore de nombreuses affiches écrites en allemand et en français. Regrettons néanmoins que si peu de photos abordent le thème des grèves au niveau local3.

1Sa biographie du Maitron, rédigée par Pierre Schill et Étienne Kagan, se trouve en ligne sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article97380

2Sa biographie du Maitron, rédigée d’ailleurs par Pierre Schill, se trouve en ligne sur http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article24718. Il s’agit du grand-père d’Aurélie Filppetti, ancienne ministre socialiste de la Culture et de la Comunication de 2012 à août 2014. Elle raconte l’histoire de sa famille dans un roman, Les Derniers jours de la classe ouvrière, Stock, 2003.

3Ce compte rendu de 2006 a été légèrement enrichi en octobre 2016, pour ce dossier sur le Front populaire [note de la rédaction].

1936. Le sursaut du monde ouvrier, Paris, Lutte ouvrière, 2006, 127 pages, 6 €, supplément au n° 1974 de Lutte ouvrière.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A mi chemin entre une grosse brochure et un petit livre, il faut signaler l’intérêt de cet opuscule1, dans le cadre des célébrations du 70e anniversaire du Front populaire. Sous l’égide de Lutte ouvrière, ce texte ne prétend nullement faire œuvre d’historien, car il s’agit clairement d’un texte engagé, à visée pédagogique.

Pour autant, il tranche nettement avec une bonne partie de la prose militante éditée sur ce sujet, notamment en raison de l’aperçu international qu’il offre. A l’encontre d’une littérature centrée uniquement sur la dimension hexagonale de l’année 36, ce court texte offre au contraire une perspective ouverte sur les exemples étrangers. Bien sûr le Front populaire français constitue la plus grosse partie du document, avec notamment deux chapitres consacrés à des dimensions peu mises en avant, le Front populaire et les femmes (ou l’absence de politique), ainsi que le Front populaire et les colonies (où la poursuite de la politique coloniale la plus classique). Mais le texte s’ouvre par le rappel du soulèvement ouvrier autrichien en 1934, l’insurrection des Asturies la même année, les procès de Moscou en 1936 ou encore la guerre civile espagnole, autant d’aperçus d’un grand intérêt, permettant d’insérer le mouvement gréviste français dans un contexte beaucoup plus large. Si l’on peu regretter que les autres exemples mobilisés (Belgique, Grande-Bretagne, Pologne, Grèce, Yougoslavie) soient trop réduits pour ressembler à autre chose qu’une esquisse, en revanche, on retiendra l’excellent et ultime chapitre consacré au mouvement ouvrier américain face à la politique du New Deal et à l’émergence d’un syndicalisme de lutte de classes. Si l’attitude de la direction du syndicat CIO est présentée de manière assez caricaturale (ses dirigeants créant un nouveau syndicat pour pouvoir mieux trahir les intérêts ouvriers), il n’en reste pas moins que ce document suscite une curiosité pour des aspects souvent négligés des luttes de classes internationales de cette période. Des photographies, uniquement à titre d’illustrations, de plus non référencées (sans aucune indication d’auteur, d’agence de presse, de datation, etc.), agrémentent ce récit militant2.

2Ce compte rendu de 2006 a été légèrement enrichi en octobre 2016, pour ce dossier sur le Front populaire [note de la rédaction].

Jacques Danos, Marcel Gibelin, Juin 36, Paris, Les Bons caractères, 2006, 316 pages, 14,20 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Publié la première fois par les éditions ouvrières en 1952, ce livre avait fait l’objet d’une première réédition chez François Maspero, dans la « Petite collection Maspero », en 1972, puis d’une seconde à La Découverte en 1986. Depuis de nombreuses années, cet ouvrage de deux témoins engagés n’était plus disponible. Les éditions Les Bons caractères ont su saisir l’occasion du 70e anniversaire du Front populaire pour proposer cette publication à un nouveau public, ce dont il faut les féliciter.

Militants à l’extrême gauche du Parti socialiste, les deux auteurs ont été des acteurs du mouvement dont ils rendent compte. Pour autant, à la fois le temps écoulé entre la période d’écriture et celle de publication, de même que l’appui sur de larges sources (tracts, presse, journaux d’entreprises, comptes rendus d’assemblées générales) donnent un caractère très documenté à ce livre. Clairement situé dans une perspective révolutionnaire (au même titre que le livre de Daniel Guérin1), Juin 36 met l’accent sur la surprise générale qu’a constitué la virulence du mouvement gréviste. Grâce à la dynamique des occupations d’usines (une nouveauté radicale), et alors que personne n’avait soupçonné une telle vague, une grande partie de la classe ouvrière s’est lancée dans ce qui fut la plus importante grève du XXe siècle dans l’hexagone. Jacques Danos et Marcel Gibelin rapportent avec fidélité les positions des différents partis ouvriers, en premier le Parti communiste français, qui sont loin d’être favorables au mouvement gréviste comme une légende l’a longtemps laissé penser, du moins selon ces deux auteurs.

Si le Front populaire a marqué au « fer rouge » les consciences populaires comme une période d’avancées sociales sans précédent, c’est d’abord et avant tout grâce au mouvement spontané des ouvriers eux-mêmes et non par le résultat de la politique gouvernementale, reposant sur un programme nettement plus modéré. Ayant stoppé leur élan gréviste, confiants dans la politique du gouvernement, finalement, les ouvriers seront défaits, une grand partie des acquis rognés tandis que la marche à la guerre apparaîtra inéluctable après l’ultime sursaut de la grève du 30 novembre 1938.

En mettant fortement l’accent sur le mouvement gréviste, en offrant une documentation de première main, ce livre fait partie des lectures engagées incontournables sur cette période clé de la vie politique et sociale française, ainsi que du mouvement ouvrier2.

1Daniel Guérin, Front populaire, révolution manquée, Paris, Agone, 2013 [dernière édition], 504 pages.

2Ce compte rendu de 2003 a été très légèrement retouché, avec l’aide de Christian Beuvain, en octobre 2016, pour ce dossier sur le Front populaire.

Michel Winock, Le Front populaire expliqué en images, Paris, Seuil, 2016, 165 pages, 29 €

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

A l’occasion des 80 ans du Front populaire, le Seuil s’adonne à une opération éditoriale avec ce livre : à un texte déjà publié, il adjoint des photographies, produisant ainsi un nouveau livre, de belle facture reconnaissons-le. D’ailleurs, l’emprunt est explicitement revendiqué, puisque le texte avait été publié dans un ouvrage publié en 20061.

Le lecteur ne doit cependant pas bouder son plaisir, le texte est de qualité et les reproductions le sont tout autant. Michel Winock, professeur émérite de l’IEP Paris et historien réputé pour ses multiples travaux, livre en effet une histoire du Front populaire toute en finesse. Il souligne les multiples aspects expliquant la genèse du Front populaire (les tensions internationales, la politique de Staline, l’aspiration à l’unité dans le peuple de gauche, l’effet de l’arrivée d’Hitler au pouvoir…). Le déroulement de la séquence qui va de 1934 à 1940 est racontée avec forces détails et une érudition sans faille. En historien scrupuleux qui connaît très bien l’histoire de la gauche et du socialisme, sur lesquels il a abondamment publié, Michel Winock n’oublie même pas l’action des courants de l’aile gauche (La Bataille socialiste de Jean Zyromski et la Gauche révolutionnaire de Marceau Pivert) au sein du Parti socialiste. Le lecteur qui n’est pas familier de cette histoire apprendra beaucoup, reconnaissant la qualité de l’analyse critique du processus engagé par les forces de gauche. Dans son bilan, Michel Winock rappelle que l’axe du programme du Front populaire reposait sur la défense de la démocratie républicaine et que la dimension économique était des plus timides. Il va même plus loin en affirmant que le Front populaire aurait pu faire office d’un nouveau Cartel des gauche (1924-1928), incluant cette fois les communistes, si les grèves de mai-juin n’avaient profondément changé la problématique.

Si l’on peut reconnaître que le Front populaire a échoué du fait de la rupture de l’alliance entre le monde ouvrier (SFIO et PCF) et les classes moyennes, représentées par le parti radical, on n’est pas obligé de partager l’avis de l’auteur sur les conséquences qu’en ont tiré Léon Blum et le Parti communiste français. Néanmoins, on l’aura compris au titre, le premier attrait du livre réside dans les multiples reproductions qui parsèment le texte. Photographies, dont certaines sont signées de noms illustres (Capa, Doisneau, Willy Ronis) se succèdent, parfois sur une double page. De multiples reproduction de journaux aussi bien quotidiens connus (L’Humanité, Le Populaire, L’œuvre, Le Peuple), que d’autres qui le sont moins (Le réveil des combattants, organe de l’ARAC2 ou Le Patriote illustré), l’hebdomadaire Regards ou L’Illustré fournissent une documentation très vivante. Des reproductions d’affiches, des caricatures permettent de se faire une idée de la variété des supports utilisés, même si la photographie domine sans conteste. Lesquelles photographies, en noir et blanc, sont bien mises en valeur par une mise en page où le rouge est très présent, sans effacer l’orange.

Bref, le résultat est des plus plaisants. Le lecteur aurait apprécié qu’une bibliographie et même une filmographie aient été adjoints au livre, pour parfaire complètement l’ouvrage. En l’état, le résultat s’avère pourtant convaincant et restitue bien la place décisive de cet épisode dans l’histoire sociale hexagonale.

1Michel Winock, Séverine Nikel, La gauche au pouvoir, Paris, Bayard, collection « Essais », 2006, 188 pages.

2L’Association républicaine des anciens combattants (ARAC), fondée en 1917 (et qui existe toujours) était proche des communistes.

Didier Daeninckx (texte), France Demay (photographies), Un parfum de bonheur, Paris, Gallimard, 2016, 125 pages, 134 illustrations dont 75 photographies, 25 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Au départ de ce livre il y a les photographies, consacrées à la période du Front populaire, de France Demay, un jeune ouvrier du Pré-Saint-Gervais, alors banlieue campagnarde de Paris, retrouvées par son petit-fils1. France Demay cumule deux passions : il est photographe, caractéristique assez rare dans cette période des années trente, le prix du matériel faisant de la photographie une pratique plutôt élitiste, bien qu’une association comme les Amateurs photographes ouvriers (APO)2 tente une approche à la fois documentaire et engagée au sein de la presse communiste. De surcroît, ce n’est pas un photographe familial, mais un photographe intéressé par la dimension documentaire de la photographie. Certes, quelques-unes des photographies ici reproduites sont des photos de famille traditionnelles, mais l’essentiel est constitué de clichés relevant de sa seconde passion, le sport. Le sport ouvrier en l’occurrence. En effet, notre homme est membre, on pourrait presque dire militant, de la toute jeune Fédération sportive et gymnique du travail (FSGT3), créée le 24 décembre 1934, fusion des clubs sportifs socialistes et communistes (6 000 et 12 000 adhérents respectivement). Ces photographies ont été réalisées entre 1936 et 1939, entre autres autour des Olympiades ouvrières de Barcelone (juillet 1936), qui ne purent se dérouler à cause du coup d’État militaire du 18 juillet. Autour de sa femme basketteuse, Simone, se constitue un groupe d’amis et d’amies, sportifs amateurs comme eux, qui profitent de l’élan du Front populaire pour élargir le sport au-delà des stades dans lesquels il est confiné. Grâce aux quarante heures et au développement des loisirs permis par la loi sur les congés payés, les amis vont pouvoir traverser la France pour les compétitions, découvrir les charmes de la campagne, la baignade dans les lacs, la pratique du vélo ou de la montagne.

Tout l’intérêt premier de ce livre est là, décentrer notre regard sur cette période. Certes, on y voit aussi des photographies de moments plus politiques, comme un défilé à la Bastille ou la traditionnelle manifestation au Père-Lachaise pour y célébrer l’anniversaire de la Commune. Mais l’essentiel est consacré à des moments ou des lieux moins fréquentés : la pratique du sport dans les usines occupées, la découverte de Barcelone, les compétitions en province avec la FSGT, l’ascension du Mont Blanc, l’escapade dans une auberge de jeunesse, les déplacements de l’équipe de basket, la pose de l’équipe en soutien à Ernst Thälman et Paula Wallisch, dirigeants du Parti communiste allemand (KPD) emprisonnés…

A travers ces photos du quotidien d’un groupe d’ouvriers et d’ouvrières, c’est une image beaucoup moins connue de la libération permise par les conquêtes du Front populaire qui est offerte. On y découvre une bande de copines au corps dénudé4, faisant leur toilette au bord d’un cours d’eau, le plaisir de jouer ensemble dans un campement improvisé, le rassemblement de jeunes de tout le pays à l’occasion de l’exposition universelle. Partout, triomphent le sourire et la joie d’être ensemble, dans un monde sens dessus-dessous, comme l’illustre à merveille une photographie de l’équipe de volley, l’étoile rouge sur le maillot, avec Simone Demay, la tête à l’envers, soulevée par ses comparses dans ce qu’on devine un grand éclat de rire. A l’intérêt d’un regard empruntant les chemins de traverse s’ajoute, inspiré par ces photos, le récit de Didier Daenincks, qui délaisse ici le polar. Il ne s’agit en aucun cas d’un commentaire, mais d’une recréation, à partir d’un personnage fictif, Ginette Tiercelin, dont les traits s’apparentent à ceux de Simone Demay. A partir de journaux intimes, de lettres, de souvenirs de voyages laissés par trois femmes ordinaires, Didier Daeninckx reconstitue l’histoire reliant ces photographies, y insérant sa patte romanesque. C’est ainsi que l’on voit apparaître Missak Manouchian, le futur fusillé de l’Affiche Rouge ou l’évocation d’un fait divers de l’époque, le « Mystère de la rame numéro 382 ».

Magnifiquement édité, cet album constitue une émouvante évocation du Front populaire, en dehors des sentiers (relativement) balisés de la commémoration, par l’utilisation inusitée de documents photographiques réels et de dialogues fictifs, bien qu’enracinés dans l’histoire de cet événement fondateur de bien des mémoires. A recommander chaleureusement.

1Sur un stock retrouvé de 1 500 photographies, 75 ont été sélectionnés pour cet ouvrage.

2Les APO sont considérés comme des reporters « de la lutte de classes ». Ils s’inspirent de leurs homologues allemands qui travaillaient, par exemple, pour l’AIZ [Arbeiter Illustrierte Zeitung] de Willy Muenzenberg, modèle lui-même calqué sur les rabcors [correspondants ouvriers] de la presse soviétique. Leur équivalent aux États-Unis est la Workers Film and Photo League. Il n’existe encore aucune recherche synthétique sur les APO, en France

3Sur l’histoire de cette organisation, voir le livre récent de Nicolas Ksiss, Hervé Brezot, La FSGT du sport rouge au sport populaire, Paris, La Ville brûle, 2014.

4Même si une distinction doit être faite entre naturisme et nudisme, on notera que le mouvement naturiste a été reconnu dès le Front Populaire par Léo Lagrange, alors sous-Secrétaire d’État aux Loisirs et aux Sports. En 1935, l’Union naturiste de France adhère au Rassemblement populaire.

Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle. Paris, Tallandier, 2016, 368 pages, 22,90 €.

 

Un compte rendu de Thierry Hohl

La période est propice à la rédaction de nombreux ouvrages sur le Front populaire, exercice auquel s’est livré Jean Vigreux poursuivant ainsi son travail sur une période qui lui est chère.

Le plan de l’ouvrage est structuré en deux temps : une première partie, convenue, retrace la vie du Front populaire de sa naissance à sa fin, la deuxième partie, plus neuve est construite autour de la thématique de la politisation et des mémoires qui s’affrontent autour du Front populaire. Le récit chronologique restitue les contextes de naissance du Front populaire autour de la crise et de l’antifascisme (chapitre 1 et 2) avant de mettre en exergue l’arrivée et l’exercice du pouvoir du Front populaire autour de Léon Blum (chapitre 3/4/5) avant de se terminer par la chute du Front populaire. A noter, une très fine analyse des résultats électoraux du scrutin de 1936 dans le chapitre 3. Dans ces parties, l’auteur travaille le Front populaire à travers l’épaisseur du tissu social, la diversité géographique et le contextualise à travers ses oppositions souvent virulentes. L’accent est souvent mis sur la manière dont le monde rural est travaillé par le politique autour de figures marquantes comme le communiste Renaud Jean ou de l’autre bord, Henri Dorgères, chef des « chemises vertes ». Ces passages permettent de voir le Front populaire hors les usines et les mouvements de grève dans une France encore majoritairement rurale. Par ailleurs, Jean Vigreux recourt à de nombreux exemples locaux, appliquant ainsi ce qu’il prescrit dans son introduction : «  A cet égard, il faut penser et analyser cette expérience originale dans des contextes emboîtés, dans une dynamique plurielle, allant du local à l’international, du village à l’usine, de la Chambre des députés à la Société des Nations ».

Dans cet ordre d’idée, les analyses sur le monde colonial envisagé dans sa diversité s’avèrent particulièrement stimulantes. L’auteur donne à lire des sociétés travaillées par les revendications du Front populaire mais également profondément rétives à toute promotion des indigènes. D’une manière plus générale, l’auteur porte une attention soutenue aux adversaires du Front populaire dans toute leur diversité, d’une droite extrême à la droite parlementaire avec une attention soutenue aux glissements des radicaux vers l’opposition dans les années 1937 et 1938.

Un autre point de méthode est à mettre en exergue, le recours à d’abondantes citations, d’origine et de sources variées, qui donnent au lecteur la possibilité de poursuivre son dialogue avec les acteurs de la période hors la médiation de l’auteur. Si celui-ci met ses connaissances du monde communiste à contribution en donnant à lire des extraits des rapports de l’Internationale communiste, il n’omet pas de donner la parole aux autres courants du Front populaire (socialiste et radicaux) ainsi qu’aux différents courants politiques hostile à l’expérience.

Dans les deux derniers chapitres, Jean Vigreux remet en perspective la période en montrant la très grande époque de politisation que furent les années 1934-1938 à travers un rappel de la croissance des effectifs politiques et syndicaux mais également la lutte des rituels et des symboles dans l’espace public. Cette diversité d’approche est également à l’œuvre dans l’abord des mémoires puisque sont mis en évidence le rapport des élites et des dominés au Front populaire et non plus seulement celui des forces politiques.

Quelques éléments prêtent à discussion à la lecture de cette ample synthèse. Le premier renvoie à la prise de position prudente de l’auteur sur la question du fascisme français. S’il n’utilise jamais l’expression, sa démonstration en fait le constat pour une partie des forces hostiles au Front populaire( p. 32). Sa connaissance profonde des mouvements « d’extrême-droite » fait que l’on aurait aimé qu’il nous fasse part de manière moins circonstancié de son point de vue sur la question en particulier à partir du cas des Chemises vertes qu’il maîtrise parfaitement. Un autre questionnement renvoie à la notion de modèle républicain dont l’auteur fait un très large usage. A titre d’exemple, le CVIA [Comité de vigilance des intellectuels antifascistes] mettrait son talent au service de la défense du modèle républicain (p. 41). On ne peut qu’être circonspect devant ce recours à une notion qui essentialise la République dans un modèle de la fin du 19e siècle quand la démonstration court tout au long de l’ouvrage de la nouveauté induite à la fois par les politisations et la manière dont le gouvernement Blum modifie le jeu institutionnel par le développement d’une pratique originale. A ce questionnement, doivent également s’ajouter deux regrets que le format de la synthèse n’a sans doute pas permis d’affiner. Le premier est finalement le peu de place laissé au pacifisme malgré quelques développements qui auraient permis de mettre en regard, avec encore plus de netteté, un espace politique antifasciste et un espace pacifiste lesquels se découplent avec de plus en plus de netteté au fur et à mesure de l’agonie du Front populaire. Le deuxième regret est le peu de retour sur la manière dont les socialistes construisent leur rapport au pouvoir, à la fois idéologiquement (rapport à l’exercice du pouvoir, à l’occupation du pouvoir) mais également le poids de l’expérience de 14-18 dans la manière dont Léon Blum occupe le poste de chef de gouvernement.

Ces remarques ne sont qu’incidentes par rapport aux apports du livre sur la connaissance que nous avons du Front populaire, la qualité des analyses sur les phénomènes de politisation. La diversité des exemples nous donnent à lire la France du Front populaire dans sa diversité sociale et géographique. Avec ce livre, Jean Vigreux marque une étape importante dans la compréhension d’une période fondatrice de l’histoire politique française tant par la qualité des lectures que par la convocation des sources citées abondamment dans le cours du texte.

Louis-Pascal Jacquemond, L’espoir brisé. 1936, les femmes et le Front populaire, Paris, Belin, 2016, 439 pages, 23 €

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli

Parmi les publications sorties à l’occasion du 80e anniversaire du Front populaire1, le livre de Louis-Pascal Jacquemond se distingue par son approche spécifiquement centrée sur les femmes. Se proposant de faire une synthèse des travaux récents sur la question genrée durant les années trente, l’ouvrage aborde quasiment tous les aspects (politique, social, culturel, économique, professionnel, juridique) qui touchent à la condition féminine durant le Front populaire. Il allie de plus un récit général à des portraits de femmes qui incarnent telle ou telle dimension.

Au travers de neuf chapitres, l’auteur s’attache à démontrer le bilan pour le moins contrasté du Front populaire concernant la situation des femmes. Il faut dire que les espoirs étaient grands et que les résultats n’ont effectivement pas été à la hauteur. Si l’échec le plus flagrant est illustré par la non-obtention du droit de vote féminin (bloqué par le Sénat), d’autres, à l’instar des Accords Matignon, maintiennent les inégalités salariales entre hommes et femmes. Des progrès ont toutefois été apportés soit par le gouvernement (loi de 1938 sur le statut des femmes mariées), soit par la société civile (syndicalisation des travailleuses, mixité des associations et des loisirs, féminisation du monde du travail…), sans que tous les stéréotypes puissent être toutefois totalement levés. Le chapitre consacré aux « femmes invisibles » est également très intéressant puisqu’il tend à mettre en lumière les grandes oubliées de la période : immigrées, paysannes et colonisées. Il aurait d’ailleurs pu être développé davantage car c’est de loin le plus novateur. Par contre, il est regrettable que l’auteur confonde CGT Unitaire et « CGT Unifiée » (p. 80 et 372) et qu’il place l’adoption de la ligne « classe contre classe » du Kominterm en 1920 alors qu’elle date de 1929. Enfin s’appuyer sur un texte de la 1ère Internationale, datant de 1866 (p. 198), pour illustrer l’antiféminisme des syndicats en 1936 paraît discutable. Cela ne retire rien à la conclusion générale du livre faisant du moment Front populaire, une étape importante dans l’histoire des femmes non pas tant en terme d’égalité stricto sensu mais en termes d’émancipation, de visibilité et donc de changement de perception de leur place dans la société. En somme, une victoire morale plus que matérielle qui conditionnera l’égalité juridique d’après la Seconde Guerre mondiale.

Maintenant, si l’on s’accorde à reconnaître que la synthèse est un exercice pour le moins compliqué (se réapproprier les travaux des autres, citer sans dénaturer etc.), il est toutefois des limites déontologiques dont l’auteur s’est affranchi ici. En effet plusieurs chapitres « Les grèves », « A travail égal, salaire égal », « Les femmes se syndiquent » reprennent en grande partie les fruits d’une recherche publiée en 20122. Voir ses travaux repris est toujours gratifiant pour un chercheur mais que seulement la moitié de ses résultats soient référencés en notes de bas de pages est pour le moins agaçant. En effet, l’auteur utilise différents moyens pour ne pas avoir à citer indéfiniment le même ouvrage (qui aurait effectivement monopolisé les notes de bas de page des chapitres précités), alors même que l’on frôle parfois le copier/coller. Nous présentons donc ici la liste de ces techniques d’emprunt litigieux :

  1. Ne faire aucune référence à l’étude originale : p. 214-215 sur les responsables syndicales de la CGT ; p. 312 sur l’antiféminisme syndical ; p. 233 sur la ganterie grenobloise et le travail à domicile. Exemple : la phrase originale (p. 76) « Très répandu dans le textile3, ce mode de production emploie principalement des femmes qui constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne4 » devient « C’est aussi le cas dans le textile où le travail à domicile est le plus répandu et où les femmes constituent l’essentiel de la force de travail (75% en 1936), en ville comme à la campagne », sans aucun renvoi.
  2. Citer les sources qui ont été utilisées et reproduites in extenso dans l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même, alors qu’il est certain que ces sources n’ont pas été consultées par Louis-Pascal Jacquemond (il s’agit dans ce cas des archives de la CGT) : p. 161 sur la résolution du Congrès de Nantes ; p. 233 et p. 381 sur les compensations obtenues par la CGT pour les ouvrières à domicile. Ou encore p. 155 sur la convention de la métallurgie tournusienne, renvoyant cette fois aux Archives nationales.
  3. Citer les références sur lesquelles s’est appuyée l’étude originale plutôt que de citer l’étude elle-même : p. 156 à propos des conventions collectives signées par la CFTC. Dans l’étude initiale on peut lire p. 62 « Les conventions signées par les syndicats féminins chrétiens présentent les mêmes écarts salariaux nonobstant la défense du principe « À rendement égal, salaire égal »5 ». Sous la plume de Louis-Pascal Jacquemond, la phrase devient : « Chez les représentants des syndicats féminins (CFTC), les conventions reflètent les mêmes écarts salariaux, alors que ces syndicats défendent le principe « À rendement égal, salaire égal »6 ».
  4. Inventer des références : passage sur les déléguées CGT élues à l’entreprise Grégoire de Clichy (p. 150) attribué à « Fréderic Monier, Le Front populaire, Paris, La découverte, 2002 » alors que ce dernier n’aborde à aucun moment cette question dans son ouvrage. Louis-Pascal Jacquemond ne s’est d’ailleurs pas aventuré à lui accoler une page en particulier pour référencer son propos. Il aurait été plus honnête de renvoyer à l’étude pionnière p. 50. On retrouve cette méthode p. 214 avec un renvoi à Catherine Omnes à propos des responsables CGT mariées « ce qui rompt avec le célibat des militantes de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » alors que la phrase originale (p. 36) était « Cela correspond aussi à l’image des militantes du Front populaire, rompant avec le célibat de la génération précédente et celui de leurs homologues chrétiennes » et renvoyait aux articles de Bard et de Chabot dans La part des militants.
  5. Sans compter des formules qu’il est difficile de breveter mais qui se retrouvent étrangement toutes dans la présente synthèse telles que « citoyenneté sociale » (p. 91), « rendez-vous manqué » (p. 229), « tant au niveau légal que réglementaire » (p. 232), « A travail égal, salaire égal ? » (p. 152).

Pour conclure, un ouvrage de synthèse qui aurait mérité un peu plus de rigueur méthodologique et qui a mis le chroniqueur dans une situation délicate, celle de se retrouver malgré lui à la fois juge et partie.

1 Nicole Masson, Les victoires du Front populaire, Vanves, éditions du Chêne, 2016 ; Jean Vigreux, Histoire du Front populaire. L’échappée belle, Paris, Tallandier, 2016 ; Serge Wolikow, 1936, le monde du Front populaire, Paris, Le Cherche-midi, 2016.

2 Morgan Poggioli, « A travail égal, salaire égal » ? La CGT et les femmes au temps du Front populaire, Dijon, Editions Universitaires de Dijon, 2012.

3 Denis Woronoff, La France industrielle, Paris, Éditions du Chêne, 2003, p. 107.

4 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Les femmes, le travail et la famille, op. cit., p. 260 et Joseph Klatzmann, Le travail à domicile dans l’industrie parisienne du vêtement, Paris, Armand Colin, 1957.

5 Joceline Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1944), Lyon, PUL, 2003, p. 175-180.

6 Joceline Chabot, Les débuts du syndicalisme féminin chrétien en France (1899-1944), Lyon, PUL, 2003, p. 175-180.

Biographie de Pierre Bernard : Du syndicalisme révolutionnaire chez Michelin à la tête du syndicat national des ingénieurs FO.

Un billet d’Eric Panthou (3 mars 2016)

[Cet article constitue la version longue d’une notice biographique réalisée pour le Maitron, Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier. Mis en ligne le 2 janvier 2016, http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article140575]

A travers les 12 ans de l’activité politique et syndicale de Pierre Bernard retracées ici, nous croisons un pan d’histoire de la tumultueuse Fédération des techniciens avant guerre et des relations difficiles entre les dirigeants syndicaux appartenant au PCF et les militants se reconnaissant dans le syndicalisme révolutionnaire.

Pierre Bernard est né le 20 janvier 1903 à Saint-Claude dans le Jura1. Son père était négociant, sa mère était au foyer. Il s’est marié une première fois en 1924 à Paris puis en 1932 à Magny-les-Hameaux (Seine-et-Oise) avec Berthe Lheureux2. Il est ingénieur. Salarié chez Michelin, il est le fondateur à l’été 1936 du syndicat des techniciens et employés d’industrie (Région du Centre) à Clermont-Ferrand. Les membres du syndicat présents dans les différentes entreprises, notamment chez Michelin, sont directement affiliés à la fédération des techniciens CGT. Chez le fabricant de pneumatiques, ils créent une section mais refusent de rejoindre le syndicat d’industrie constitué de la section ouvrière et de la section des agents de maîtrise, technique et dessinateurs.

Ce choix s’explique d’abord par des raisons politiques. Cette fédération des techniciens est celle où l’influence des militants trotskystes, pivertistes ou syndicalistes révolutionnaires fut la plus importante dans cette période du Front populaire. Elle fut la seule fédération à maintenir une orientation “lutte de classes “ pendant ces années3. Ceci suscita la grande hostilité des autres dirigeants syndicaux, en particulier ceux appartenant au PC, comme ceux de la fédération des produits chimiques et du syndicat unique des produits chimiques clermontois. Le rattachement direct des sections syndicales à la fédération des techniciens permettait d’éviter une mainmise du syndicat des produits chimiques sur les syndiqués techniciens.

Pierre Bernard n’était pas trotskyste mais pivertiste, bientôt membre du Parti socialiste ouvrier et paysan (PSOP), fondé en 19384. Le courant dirigé par Marceau Pivert au sein de la SFIO représente environ 10% des mandats au congrès départemental du Puy-de-Dôme de 19375.

De la création du syndicat jusqu’à son arrestation en octobre 1939, Pierre Bernard déploie une activité militante importante. Il signe très régulièrement les communiqués du syndicat des techniciens, participe aux instances de l’UD CGT. Il œuvre à faire reconnaître son syndicat pour qu’il participe aux discussions avec le patronat sur la convention collective.

Salarié Michelin, il appartient à une entreprise qui a connu des bouleversements en 1936. Elle connaît ses premières grèves depuis 1920 et deux occupations d’usines tandis que la CGT passe en quelques mois de 200 syndiqués – agissant clandestinement – à près de 7000. Bouleversement qui traumatise durablement la direction de l’entreprise. Pierre Bernard est le témoin privilégié du rôle décisif joué par une partie de cette direction et de l’encadrement dans la création et l’essor d’un groupe d’autodéfense au sein des usines, groupe dont une fraction constitue, bientôt, le noyau local de la Cagoule entre 1936 et fin 19376. Bernard fait alors appel après septembre 1936 au secrétaire de la CGT des ouvriers Michelin pour mieux découvrir l’essor de ce groupe clandestin. « À l’époque, les divergences entre les orientations syndicales paraissaient laisser place encore à la collaboration contre les dangers communs » déclare Pierre Bernard, preuve que dès sa création, le syndicat des techniciens Michelin entretient des relations conflictuelles avec le syndicat ouvrier.

La situation se tend un peu plus dès 1937. Selon le secrétaire du syndicat des produits chimiques, Henri Verde, dans un rapport destiné à une conférence nationale de la CGT caoutchouc, les adhérents de la section des techniciens sont des adeptes d’une « gymnastique révolutionnaire, qui nous couperait d’une partie du prolétariat en lançant les travailleurs dans une aventure »7. Il s’agit là du discours typique des dirigeants politiques et syndicaux du PCF envers les trotskystes ou les pivertistes. La rupture n’est pourtant pas totale. Les 3 sections syndicales disposent d’un journal unique et les techniciens interviennent régulièrement dans les assemblées ouvrières8.

Mais lors de l’assemblée générale des 7 000 syndiqués ouvriers Michelin en janvier 1938, le secrétaire de la section ouvrière, Robert Marchadier, regrette publiquement l’absence de Pierre Bernard et le fait qu’ici, contrairement à Paris, les techniciens n’aient pas tous rejoints la fédération d’industrie9.

Le 30 janvier 1938, Pierre Bernard met en garde les techniciens car la clé du local syndical a disparu et des documents « ont cessé d’exister » (sic). « La plus extrême circonspection est le mot d’ordre dans les circonstances actuelles, devant les attaques convergentes dont nous sommes l’objet » ajoute-t-il. Il demande la plus grande prudence à l’égard de documents du syndicat ne portant pas la signature manuscrite d’un responsable10. Il craint visiblement une provocation et demande en même temps à Verde de dénoncer publiquement ce vol qui porterait justement sur 3 documents concernant la controverse techniciens-ouvriers11. Verde répond que selon lui il s’agit d’une “histoire inventée de toutes pièces” et qu’il serait nécessaire que Bernard fasse un nouveau communiqué retirant ses insinuations12. Au contraire, le 31 janvier, Pierre Bernard laisse entendre que le coup vient de l’intérieur et que ce n’est pas la première fois qu’on pénètre dans leur local. Une enquête interne est réclamée auprès de l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand13.

Le 22 février 1938, Pierre Bernard diffuse un communiqué dénonçant sa mise en cause auprès des techniciens de la Basse-Seine pour les propos qu’il aurait soi-disant tenus lors d’un discours tenu à Clermont-Ferrand. Il dit que le dossier de cette affaire est consultable à la permanence du syndicat14.

Début août, le Comité de coordination de la branche des collaborateurs des industries chimiques écrit à Bernard pour initier une réunion avec les techniciens et éviter les mésententes et errements passés qui nuisent à la discussion et à l’application de la convention collective des collaborateurs du caoutchouc15.

Plus que des désaccords profonds affichés sur l’orientation syndicale à mener, il semble que l’hostilité de la direction du syndicat des produits chimiques au syndicat des techniciens soit davantage due à l’appartenance politique de son secrétaire, membre de la gauche de la SFIO puis du PSOP.

Membre du Comité interdépartemental de l’Union des syndicats ouvriers du Puy-de-Dôme et de la Haute-Loire, Pierre Bernard y joue un rôle actif durant le Front populaire, intervenant fréquemment, présidant même l’instance le 7 mars 1939. Il participe au congrès confédéral de Nantes en novembre 1938. A la suite de la grève générale du 30 novembre 1938, qui a pourtant été un succès local grâce aux piquets de grève et à la discipline ouvrière, il émet des critiques sur l’opportunité de cette grève lancée par la direction nationale. Il regrette qu’on ait affirmé à tort que les usines Michelin étaient réquisitionnées après le 30 novembre, empêchant une grève de solidarité avec les lock-outés, nombreux dans la région16. Il juge cependant que la base n’était pas prête à cette grève, développant une analyse similaire à celle de la frange de la CGT hostile au courant communiste, menée par Belin et le journal Syndicats.

Le 17 février 1939, ayant été écarté des procédures engagées dans l’arbitrage en faveur d’une demande de la CGT d’un réajustement des salaires des ouvriers et des collaborateurs, le syndicat des techniciens décline toute responsabilité dans la teneur de la sentence. Verde, au nom du Syndicat des Produits chimiques écrit à Bernard, lui reprochant de faire le jeu du patronat par ses propos de division et le tenant responsable en cas de rejet du recours déposé par la CGT17.

Bernard, dans un article après-guerre, affirme avoir dès le congrès de janvier 1939 de son syndicat annoncé la prochaine signature du pacte germano-soviétique18, pacte dont il dénonce les conséquences inévitables, dont la guerre, au moment où il est signé19.

En juillet 1939, Henri Verde, écrit à la Fédération nationale des industries chimiques, accusant Pierre Bernard de continuer “son œuvre d’essai de désagrégation de la section Collaborateurs Michelin”, en faisant chaque jour passer des articles démagogiques sur le journal20. Il reproche entre autres à Bernard d’avoir initié un Comité pour la défense des congés payés des collaborateurs suite à la décision de Michelin de ne plus faire récupérer le 15 août. S’inspirant de la ligne du Front unique, Bernard avait justifié la création de ce comité qui se voulait une structure plus large que le syndicat et donc plus efficace pour atteindre l’ensemble des collaborateurs disséminés dans 5 organisations syndicales différentes. Le 4 août, la section Michelin du syndicat des techniciens déclare que des “insinuations et injures redoublent contre lui” tandis qu’un communiqué du Comité regrette le sabotage dont a été l’objet sa revendication sur les congés payés21.

Verde dans sa lettre à la fédération demande “s’il faut dénoncer publiquement le rôle malfaisant que joue Bernard envers notre organisation [ ].” Cette lettre fait suite à la participation de Verde et Marchadier à la réunion du conseil syndical de la section Collaborateurs Michelin où ils ont fustigé l’attitude de Bernard devant les adhérents de son syndicat. Quelques jours plus tard, Bernard signe une “Mise au point” dans laquelle il rappelle que sa fédération ne cherche pas à désagréger les syndicat CGT d’industrie et qu’elle lutte depuis toujours contre les syndicats jaunes et le patronat22, mise au point répondant certainement aux calomnies diffusées par la CGT Michelin.

Ces tensions furent indirectement à l’origine de la perquisition du local du syndicat le 4 octobre 1939 puis de l’arrestation et de l’incarcération de Pierre Bernard, deux jours plus tard. Pierre Bernard affirme que son arrestation fait suite à sa probable dénonciation par un militant communiste à l’Union locale CGT de Clermont-Ferrand23.

S’il avait pris ouvertement position récemment au sein de l’UD pour condamner les poursuites contre les communistes, Bernard était connu pour ses divergences fondamentales avec le syndicat CGT des ouvriers Michelin. Il est pourtant inculpé pour reconstitution d’organisme de la IIIe Internationale et incarcéré. Lors de la perquisition au local du syndicat, la police a trouvé quelques revues et textes parmi lesquels la brochure La Guerre menace et surtout la résolution prise par la CA fédérale, condamnant le pacte germano-soviétique. Lors du procès, devant l’inanité évidente de l’accusation -le document de base condamnant justement le pacte signé à Moscou et l’inculpation de manœuvre communiste disparaissant-, il fallait trouver un autre chef de poursuites. Ce fut, sur les mêmes pièces, celui de détention de documents « d’inspiration étrangère ». Et le 17 mai 1940, le tribunal militaire devait le condamner à trois ans de prison, parce que la brochure La Guerre menace surestimait la puissance allemande et devait avoir pour but de saper le moral français24.

Dans un témoignage publié dans La Révolution prolétarienne en 1949, Pierre Bernard déclare à propos de ses conditions de détention dans la prison de Clermont-Ferrand où il passa quelques mois : “La vérité m’oblige à dire que, même sans régime politique, elle fut pour moi des plus supportables”. Son article est surtout l’occasion de dénoncer chez les dirigeants communistes de l’UD CGT de la Loire, incarcérés peu après lui, la totale absence de solidarité avec les emprisonnés non communistes, qu’ils soient de droit commun ou politiques25. En juin 1940, il est évacué sur la vieille et “dégoûtante” prison municipale de Riom. Pierre Bernard constate que les dirigeants et militants communistes qu’il côtoyait, avant de “dénoncer la bourgeoisie capitularde “ suite à l’armistice, étaient unanimement favorables à la victoire allemande contre les Anglais et soutenaient inconditionnellement l’accord germano-soviétique. Il exprime crûment son rejet d’une telle orientation et de tels revirements.

Peu de temps après, il est transféré à la Centrale de Riom. Il la décrit comme la pire en France : interdiction de parler, nourriture infecte et insuffisante, fréquence des sanctions et même tortures – pas pour lui – suite aux décisions du Prétoire, le “tribunal” interne. Pierre Bernard dénonce la mainmise des militants communistes sur les postes clés qui leur confèrent des avantages qui atténuent la dureté des conditions d’emprisonnement.

Il travaille à un atelier confectionnant des objets funéraires de l’hiver 1940 au printemps 1941, la période la plus dure de son incarcération où il va souffrir terriblement de malnutrition et du froid, passant de 98 à 48 kilos. Au printemps 1941, il réussit enfin à se faire admettre à l’infirmerie, pouvant se reposer, se réchauffer et lire, tout en continuant à côtoyer la mort autour de lui. Il écrira après-guerre que de ces années d’emprisonnement, il revint avec une santé altérée, plus que ne le feront les camps allemands26Grâce à l’intervention d’amis à l’extérieur, il est mis en liberté conditionnelle deux ans jour pour jour après son arrestation27.

Dès son retour à Clermont-Ferrand le soir même, il reprend contact avec Raymond Perrier, secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme qui, suivant les consignes de Jouhaux, a maintenu l’activité de l’UD jusqu’à la mise en application de la Charte du Travail et tout en participant dès l’été 1941 à l’essor du réseau résistant Libération sud28.

Pierre Bernard parvient à regrouper quelques anciens syndicalistes Michelin autour de lui, et c’est par hasard – sa femme a loué aux Martinet une chambre – qu’il rencontre et bientôt sympathise avec Gilles Martinet, le futur secrétaire national du PSU et du PS, alors jeune journaliste ayant quitté le PCF en 1938. Ils constatent qu’ils partagent la même opinion sur le régime de Vichy mais aussi le même rejet de la soumission totale des dirigeants du PCF au pacte germano-soviétique29. Ensemble, sans doute courant 1942, ils décident de publier un bulletin ronéotypé, le Bulletin ouvrier, diffusé dans le Puy-de-Dôme, L’Allier, la Haute-Loire et la Loire30. Fin 1942, Martinet est mis en relation avec un représentant du groupe l’Insurgé. Celui-ci a été créé à Lyon par d’anciens du PSOP. Le groupe intègre à sa direction des socialistes et prend des positions parfois distinctes de Marceau Pivert, notamment en reconnaissant l’URSS comme État ouvrier ou en défendant l’importance de la lutte armée31. S’il fut d’abord et avant tout influent en région lyonnaise, grâce aux contacts renoués avec d’anciens du PSOP il s’étend dans d’autres régions comme le Languedoc, le Var, Toulouse mais aussi Clermont-Ferrand32. Dès 1943, le groupe clermontois adhère à l’Insurgé et Martinet devient l’un des principaux éditorialistes du journal du groupe qui s’appelle aussi L’Insurgé. Le journal se prononce pour une révolution prolétarienne, dénonçant ainsi ceux qui comme la direction du PCF, rejettent ce mot d’ordre au nom du fait que, selon eux, la révolution ne pourrait se faire sans les classes moyennes et la paysannerie33.

Ses membres attachent une grande importance au travail syndical, diffusent des tracts dans les usines et appellent à la grève contre le STO34. Ils diffusent aussi à partir du n° 15 de L’Insurgé le journal clandestin Le Peuple Syndicaliste fondé par les militants CGT. On retrouve dans le n°10 de L’Insurgé35, de novembre 1942, une brève concernant un débrayage aux usines Michelin de Clermont-Ferrand, tandis que le n° 16 apporte des explications détaillées sur des incidents survenus entre francs-tireurs et gendarmes dans le Puy-de-Dôme. Dans le n° 21, des sabotages sont signalés à l’atelier de réparation de la gare de Clermont-Ferrand. Selon Gilles Martinet, L’Insurgé était diffusé à 600 exemplaires sur Clermont-Ferrand par le biais de trois groupes : celui de Bulletin ouvrier, les membres de Franc-Tireur et ceux du Mouvement ouvrier français (MOF), contactés par Pierre Bernard36. Le MOF a été créé et dirigé par Raymond Perrier, l’homme qui l’avait accueilli à sa sortie de prison et qu’il connaissait bien comme secrétaire de l’UD CGT du Puy-de-Dôme, depuis 1936. Le MOF entendait représenter le mouvement syndical dans la Résistance. Ainsi, en juin 1943, Le Peuple syndicaliste, dont Pierre Bernard a rédigé plusieurs articles (« Unité syndicale, démocratie syndicale » et « Réajustement des salaires, augmentation des rations alimentaires »), salue la naissance du MOF dans son numéro 8. L’Insurgé va se spécialiser dans la réalisation des faux papiers grâce au concours d’un graveur du groupe de Clermont-Ferrand, lui-même ancien du PSOP37. À partir de 1943, la répression s’abat sur différents groupes. Le journal paraît jusqu’à la Libération, le groupe clermontois prenant désormais une part déterminante dans sa rédaction, en particulier Martinet38. L’orientation du journal évolue. « En se situant dans la gauche de l’union nationale, mais en son sein, l’Insurgé rejette la perspective d’une organisation politique indépendante fondée sur un programme révolutionnaire » écrit Jean-Paul Joubert39.

Outre son action au sein de l’Insurgé, Pierre Bernard déclare dans son dossier pour obtenir le titre de déporté avoir été membre du réseau de renseignement « Alibi » depuis juillet 194340. Ce réseau avait vu son poste de commandement implanté en Auvergne courant 1942 et classé par le Ministère des anciens combattants après-guerre parmi les Forces Françaises Combattantes.

Et c’est pour son action au sein du groupe Alibi qu’il est arrêté par la Police de sûreté et des services de sécurité (Sipo-SD) – administrée par la Gestapo – 41 le 15 mai 1944 à Royat. Suite à sa sortie de prison, il n’avait pas été réembauché chez Michelin mais avait trouvé du travail aux Laboratoires Radioélectriques. Il est arrêté au sein des locaux, à Royat, à l’occasion d’une opération qu’il menait pour la radio du réseau Alibi, en conjonction avec le réseau de résistance des PTT42. 17 salariés de l’entreprise, dont le fondateur Mario Nikis, qui avait quitté ses locaux de Puteaux pour Clermont-Ferrand dès 1940, sont également arrêtés ce 15 mai. Ils ont été dénoncés alors que l’entreprise aidait les MUR depuis 1943 en leur fournissant leurs premiers postes émetteurs43. C’est quelques semaines plus tard, fin août 1944, que seront diffusées les premières émissions de “Radio FFI”, à Royat, grâce à un émetteur confectionné au sein des Laboratoires Radioélectriques44Le groupe clermontois de l’Insurgé est au même moment décimé par la répression début 1944, Gilles Martinet parvenant pour sa part à s’enfuir vers Paris.

Pierre Bernard est interné à la prison du 92e Régiment d’Infanterie à Clermont-Ferrand, puis transféré le 15 juin au camp de Compiègne (mle 41150). Il est déporté le 2 juillet à Dachau (« Train de la Mort ») ; il y est enregistré le 5 juillet 1944 sous le n° 76499. Il est transféré le 15 août 1944 à Allach où il est libéré le 30 avril 1945. Il est rapatrié le 13 mai 1945 par Strasbourg45. Il aura été déporté plus de dix mois.

Curieusement, dans son dossier de demande du statut de déporté résistant, Pierre Bernard ne fait aucune allusion à son engagement dans le groupe l’Insurgé ou au groupe clermontois diffusant Le Bulletin ouvrier. Peut-être est-ce dû au fait que dans le dossier doivent figurer uniquement les causes déterminantes de l’arrestation. Dans sa demande, il déclare avoir été arrêté pour son appartenance à un réseau des Forces Françaises Combattantes, pour avoir été chargé de l’entretien du matériel de transmission de ce réseau, pour avoir collaboré à la fourniture de matériel radioélectrique à la Résistance-PTT et enfin pour avoir fabriqué et entretenu et réparé du matériel radio46.

Après la Libération, Pierre Bernard quitte Clermont-Ferrand et rejoint la région parisienne47. Il devient alors le principal dirigeant, avec René Richard, du Syndicat national des ingénieurs et cadres de la Métallurgie – SNICM-CGT. Ce dernier opta très majoritairement, le 4 janvier 1948, en faveur de l’adhésion à FO48. En tant que secrétaire du Syndicat, il est l’un des principaux initiateurs du Congrès fondateur de la Confédération générale du Travail Force Ouvrière des 12 et 13 avril 1948. Il semble alors plutôt proche de l’Union des cercles d’études syndicalistes (UCES), l’un des 4 courants fondateurs de FO. L’UCES a été impulsée par des cadres issus de la fédération des Ingénieurs et Techniciens, dissoute par la CGT en mars 1945. Ce courant se réclamant du syndicalisme révolutionnaire – Pierre Bernard écrivit dans La Révolution prolétarienne de Pierre Monatte – est surtout hostile à un réformisme sans idéal. “Fasciné par le modèle fordiste à l’américaine, il prône la cogestion”49 tôt en manifestant son hostilité au courant dirigé par le PCF au sein de la CGT.

Pierre Bernard fut le premier secrétaire général de la FNIC-FO (Fédération nationale des ingénieurs et cadres supérieurs) dont le congrès constitutif eut lieu le 21 mars 1948. Mais il ne resta que peu de temps en fonction et ce fut René Richard qui lui succéda50.

A cette période, il fait paraître plusieurs articles, pour la plupart consacrés à ses souvenirs, mais dans l’un d’entre eux, il expose sa vision de l’organisation des grèves. Il y défend le principe du vote à bulletin secret pour décider de leur déclenchement. Pour lui, obtenir le vote à main levée pour une grève est facile mais sans le consentement réel des salariés, l’échec peut être au bout, notamment pour la bonne tenue des piquets de grève et pour convaincre les non-grévistes. Il juge les occupations efficaces mais archaïques et pouvant dresser l’opinion publique contre les grévistes, notamment en période de pénurie comme après-guerre. Il défend “l’occupation gestionnaire” c’est-à-dire la poursuite du travail mais au service de la population, citant l’exemple d’une grève du métro, ouvert à tous gratuitement.

Ainsi, conclut-il, les camarades “auront en mains une arme qui conduira, beaucoup plus sûrement que par les émeutes et les sabotages à la Gustave Hervé [ ] à la révolution, c’est-à-dire au remplacement de l’ordre de choses actuel par un ordre plus juste, plus humain et plus efficace. Et non au remplacement dans le même mécanisme d’une équipe de profiteurs par une autre.”

Pierre Bernard est décédé le 8 mars 1986 à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).

Sources :

Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études du 4 décembre 1948, n° 44; Pierre Bernard, “Techniques de Grève”, L’Action Sociale ; Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949; Pierre Broué et Nicole Dorey, “Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938), Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132 ; Louis Botella, “Bernard Pierre (FO)”, notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015 ; Guillaume Davranche, “1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO”, Alternative libertaire, n° 172, 2008; Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003, 57 p. [en ligne], consulté le 17 juillet 2015 ; Robert Fiat, L’Insurgé. Un mouvement de résistance. Un journal, Diplôme d’études supérieurs d’Histoire, Lyon, 1961 ; Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015.

http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html; Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 228-233 ; Jacques Kergoat, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 194-195 ; Lady Henderson”. Notice nécrologique de l’épouse de Mario Nikis, publiée dans la version en ligne du journal The Telegraph [en ligne] consulté le 24 octobre 2015. http://www.telegraph.co.uk/education/3337188/Lady-Henderson.html; Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.; Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php, Gilles Martinet, “Le groupe de l’Insurgé à Clermont-Ferrand”, in Mémorial de l’Insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57-58 ; Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, éd. J.-C. Lattès, 2004, 269 p. ; quotidien La Montagne, 1938 et 1939; Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (dir.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 161-182 ; Eric Panthou, “Des militants syndicaux dans les années noires”, in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, éd. Un, deux… Quatre, Conseil général du Puy-de-Dôme, 2011, p. 45-54; Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, 381 p. ; Fonds Henri Verde, conservé aux archives de la CGT Michelin de Clermont-Ferrand ; Centre d’Histoire de Science Po, Fonds Gilles Martinet, Carton MR 1 : dossier 2 : historique du groupe de Clermont-Ferrand de l’Insurgé [ce document est la reprise de l’étude parue dans l’ouvrage Mémorial de l’Insurgé]; Dossier de Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », Division des archives des victimes des conflits contemporains (Caen); Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951, Archives Paul Rassinier, copie aimablement transmise par Dominique Abalain; Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura)..

1Livre Mémorial. Fondation pour la mémoire de la déportation. [en ligne] consulté le 1er septembre 2015. http://www.bddm.org/liv/recherche.php

2Extrait de l’acte de naissance de Pierre Bernard. Service état civil commune de Saint-Claude (Jura).

3Pierre Broué et Nicole Dorey, « Critiques de gauche et opposition révolutionnaire au front populaire (1936-1938) », Le Mouvement social, n° 54, janvier-mars 1966, p. 132.

4JACQUES KERGOAT, Marceau Pivert : socialiste de gauche, Paris, La Découverte, 1994, p. 195.

5Eric Panthou, L’année 1936 dans le Puy-de-Dôme, Paris, Centre d’Histoire sociale, de recherches, de formation et de documentation de la Fédération de l’Éducation Nationale, 1995, p. 226.

6Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, Organe de l’Union des Cercles d’Études Syndicalistes du 4 décembre 1948, n° 44, page 1.

7Fonds Henri Verde. Archives de la CGT Michelin à Clermont-Ferrand (dorénavant Fonds Verde) : Rapport présenté à la Conférence du caoutchouc des 27 et 28 juin 1937, à Paris, p. 9-10.

8Eric Panthou, “La CGT chez Michelin sous le Front populaire à la lumière des archives de Robert Marchadier et d’Henri Verde”, in Vincent Flauraud et Nathalie Ponsard (éd.), Histoire et mémoire des mouvements syndicaux au XX° siècle : Enjeux et héritages, Nancy, éditions Arbre bleu, 2013, p. 177.

9La Montagne, 17 janvier 1938, p. 6.

10La Montagne, 30 janvier 1938, p. 4.

11Fonds Verde : lettre du secrétaire des Techniciens et Employés d’Industrie, Pierre Bernard, à Henri Verde, le 29 janvier 1938.

12Fonds Verde : Verde à Bernard, le 31 janvier 1938.

13La Montagne, 31 janvier 1938.

14Ibid., 22 février 1938.

15Fonds Verde : Le secrétaire du Comité de coordination de la branche des collaborateurs des Industries chimiques, F. Drieu, à Pierre Bernard, le 4 août 1938.

16Ibid. : PV du Comité interdépartemental du 19 février 1939.

17Ibid . : Lettre de H. Verde à Monsieur le Secrétaire du Syndicat des Techniciens, le 21 février 1939.

18Pierre Bernard, “Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons”, La Révolution prolétarienne, n° 328, juin 1949.

19 Pierre Bernard, “La Cagoule clermontoise”, L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1.

20Fonds Verde : Lettre d’Henri Verde à la Fédération nationale des industries chimiques, le 31 juillet 1939.

21La Montagne, 4 août 1939.

22La Montagne, 11 août 1939.

23Pierre Bernard, “Le Pain, La paix… », art. cit.

24 Ibidem.

25 Ibidem.

26 Pierre Bernard, « La Cagoule clermontoise », L’Action Sociale, n° 45, 11 décembre 1948, p. 1 ; « J’ai reçu une lettre très longue de Pierre BERNARD dont parlait Galtier-Boissière dans son Crapouillot. C’est lui qui disait qu’il était mieux à Dachau que dans les prisons françaises. Il ajoute que Michelet était un bon copain. » Lettre d’Albert Paraz à Paul Rassinier, 21 mars 1951. Archives Paul Rassinier. Merci à Dominique Abalain, animateur du site Les Pacifistes de plomb [https://tinpacifists.wordpress.com/], consacré à Paul Rassinier, pour m’avoir communiqué cette référence.

27 Pierre Bernard, « Le Pain, La paix, la Liberté. Trois prisons », op.cit.

28 Eric Panthou, « Des militants syndicaux dans les années noires », in Nathalie Ponsard, (dir.), Le syndicalisme dans le Puy-de-Dôme de 1864 à 2011, Clermont-Ferrand, Conseil général du Puy-de-Dôme, éd., Un, deux… Quatre, 2011, p. 45-54.

29 Gilles Martinet, L’observateur engagé, Paris, Jean-Claude Lattès, 2004, p. 55.

30 Mémorial de l’insurgé, témoignages et documents rassemblés par Marie-Gabriel Fugère, Lyon, Imprimerie nouvelle lyonnaise, 1968, p. 57.

31 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194-195.

32 Célian Faure, Les socialistes rhodaniens sous l’occupation (1940-1944), mémoire de fin d’études de l’Institut d’Études Politiques de Lyon, 2003. Sur l’histoire de l’Insurgé, voir aussi : Robert Fiat, « L’Insurgé », Revue d’histoire de la Seconde guerre mondiale, n° 47, juillet 1962, p. 59-78 ; Thierry Holh, « Les pivertistes en résistance »,  Dissidences, n° 12, décembre 2002, p. 59-63 [article en ligne dans ce dossier. Note de juin 2016 de Dissidences].

33 L’Insurgé, n° 23, 3e année.

34 Célian Faure, op.cit.

35 L’Insurgé, n°10, novembre 1942, page 2. [en ligne] consulté le 12 juillet 2015.

36 Mémorial de l’insurgé, op.cit., p. 58-59.

37 Jacques Kergoat, op.cit., p. 194.

38 Jean-Paul Joubert, Révolutionnaires de la S.F.I.O. Marceau Pivert et le pivertisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, p. 229-230.

39 Ibid., p. 232-233.

40Attestation d’appartenance aux FFC (réseau Alibi) datée du 21/04/1948, signée du lieutenant Colonel de Dionne. Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

41 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit.

42ibidem

43Gilles Lévy, Francis Cordet, A nous Auvergne !, Paris, Presses de la Cité, 1981, p. 184.

44Histoire de la radio en Auvergne [en ligne], consulté le 24 octobre 2015. http://100ansderadio.free.fr/HistoiredelaRadio/_Auvergne/1944.html

45 Dossier Pierre Bernard pour l’obtention du titre de « déporté résistant », op.cit, p. 3

46Ibidem, p. 5.

47Il demeure à Colombes en 1951. Ibidem, p. 1.

48 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français, [en ligne], consultée le 11 juillet 2015.

49 Guillaume Davranche, « 1948 : Les anarchistes rejoignent à regret la CGT-FO », Alternative libertaire, n°172, 2008. [consulté en ligne le 11 juillet 2015] http://www.alternativelibertaire.org/?1948-Lesanarchistesrejoignenta,2846

50 Louis Botella, « Bernard Pierre (FO) », op.cit.

Pierre Borhan, La volonté de bonheur. Témoignages photographiques du Front populaire, 1934-1938, Paris, Hazan, 2013, 24,95 €

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Les photos d’une vingtaine de photographes, dont quelques célébrités, rassemblées dans cet ouvrage proviennent d’une exposition présentée au Pavillon populaire, espace d’art photographique de Montpellier, de mars à juin 2013. Pierre Borhan, commissaire de l’exposition signe une intéressante présentation, « S’unir, lutter, être plus, vivre mieux » qui resitue l’enjeu du Front populaire et le rôle des photographes dans la construction de son image, de sa pérennité. Si certaines de ces photos, toutes en noir et blanc, sont connues, en particulier celles signées de photographes de renom à l’instar de Willy Ronis, Robert Capa, Henri Cartier-Bresson, Robert Doisneau, pour ne donner qu’un aperçu, d’autres, en particulier d’auteurs anonymes, sont tout à fait originales. L’ouvrage est également parsemé de Une de journaux, Vu, Regards le grand hebdomadaire illustré du Parti Communiste, mais aussi L’Humanité, incontournable, Le Populaires, organe de la SFIO ou encore Le Petit parisien, de quelques affiches ou de reproduction de quelques archives, ainsi la brochure programme éditée par le Comité du Rassemblement populaire à l’occasion du serment prononcé le 14 juillet 1935. Quelques cartouches, de couleur rouge, permettent également d’offrir des éléments de contextualisation aux œuvres reproduites. Si la geste gréviste se situe au cœur du propos, avec là encore de belles découvertes et surprises en matière de photographies, d’anonymes en particulier, d’autres chapitres sont consacrés avec brio à des aspects moins attendus. Bien sûr la conquête des congrès payés donne droit à un bel ensemble de photographies, mêlant photographes célèbres immortalisant les joies du camping ou pique-nique au bord de la Marne, mais aussi des photographies de jeunes en Auberge de jeunesse de Pierre Jamet. Une sélection de quelques œuvres de ce formidable photographe, méconnu, laisse transparaître le formidable élan que furent ces centres de vacances pour une partie de la jeunesse populaire. Des chapitres sont consacrés également à la chanson (hélas, trop cursif et résumé à Charles Trenet), aux écrivains ou aux artistes (Picasso, le cinéma de Jean Renoir ou encore l’exposition internationale des Arts et techniques de 1937) de la période du Front populaire. De ce mélange entre photographes consacrés, moins connus ou encore anonymes, on retiendra que la qualité des photos de ces derniers ne souffre pas de la comparaison avec les premiers, faisant de ce recueil un bel ouvrage, un vibrant et vivant hommage au moment Front populaire. Un objet d’histoire et de mémoire à mettre entre toutes les mains.