Archives par étiquette : Gauches

Christophe Aguiton, La Gauche du 21e siècle. Enquête sur une refondation, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2017, 240 pages, 17 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Militant reconnu du mouvement social et syndical [1], Christophe Aguiton peut apparaître comme particulièrement qualifié pour proposer à la fois un bilan de la gauche depuis l’entrée dans le XXIe siècle et dessiner ses contours possibles pour la période qui s’ouvre.

Le propos se déploie alors en trois parties. La première partie, « Diagnostics », présente le panorama, guère innovant, de l’état de ladite gauche au niveau international, depuis la chute du Mur de Berlin en 1989, laissant entrevoir pour certain un monde nouveau. C’est en particulier à travers l’altermondialisme que la contestation du modèle néo-libéral s’est déployée à travers le monde. Néanmoins, depuis la crise des subprimes en 2008, les mobilisations sont en recul, car n’ayant nullement réussi à modifier en quoi que ce soit la pluralité des crises (économique et sociale, écologique, démocratique) qui fracturent les différentes sociétés. Face à cette situation, la seconde partie, « Stratégies », insiste (en trois chapitres) sur les objectifs pour lesquels se mobiliser, sur la stratégie à déployer et enfin, sur les forces nécessaires pour développer un modèle socialiste. Intéressantes, ces pages permettent à Christophe Aguiton de passer en revue une partie conséquente de la littérature qui a été produite au fil des dernières décennies. Faute de pouvoir développer chaque aspect, prenons l’exemple de la question de l’acteur du changement. Sont successivement abordées les recherches de Gérard Duménil et la place croissante qu’occupe l’encadrement dans la contestation du système capitaliste d’un côté. De l’autre les ouvrages de Samir Amin et François Houtard qui, eux, insistent sur l’élargissement du prolétariat (thématique du peuple, des multitudes, de l’opposition caste/élite ou encore du 1% versus 99%). Christophe Aguiton décide que ces constructions théoriques, pour intéressantes qu’elles soient, souffrent d’un défaut majeur : « construire un « sujet » a priori de la transformation sociale et écologique » (p. 83). Avantage de l’essayisme, l’auteur se prononce alors pour une approche pragmatique, dont, on le comprend bien vite, il s’agit de dépasser le cadre nécessairement daté de la classe ouvrière pour proposer la construction d’alliances et de coalitions très larges ou englobantes. Bien sûr, les femmes, la paysannerie, les mouvements indigènes doivent y trouver leur place, mais aussi : « A coup sûr, l’un des défis à venir sera pour la gauche et les mouvements sociaux de changer de vision et d’inclure les « droits » de la nature et les non-humains dans les politiques publiques et, pour cela de définir les règles démocratiques capables de réaliser de tels objectifs » (p. 91, souligné par nous). La perspective que certains milieux militants nomment depuis peu « intersectionnelle » doit alors permettre de construire ces alliances et coalitions souhaitées. Le chapitre sur la question démocratique donne l’occasion de passer en revue un certain nombre de pratiques en débat actuellement (place de l’Internet, de la démocratie participative, du tirage au sort, des conférences de consensus…). Un développement plus systématique est consacré aux expériences d’Amérique du Sud, combinant certaines de ces pratiques et le pouvoir personnel de dirigeants se réclamant du populisme.

La troisième et dernière partie, « Expériences », consiste en la description analytique de quatre situations politiques : l’Italie avec la disparition du Parti communiste ; les gauches sud-américaines (Brésil, Venezuela, Équateur), l’Espagne et Podemos et surtout, l’expérience Syriza en Grèce, sur laquelle nous allons nous attarder un peu plus. En effet, la situation de la Grèce correspond à la seule expérience (au niveau européen) où un gouvernement dirigé par un parti de la gauche radicale est parvenu au pouvoir par la voie démocratique, élective. Rappelons que la Grèce s’est vue contrainte par les institutions européennes et le FMI d’appliquer des plans d’austérité drastiques qui ont épuisé les partis de gouvernement traditionnel (droite de la Nouvelle démocratie et socialiste du PASOK). Une fois parvenu au pouvoir, Syriza a soumis à référendum un nouveau plan d’austérité, obtenant une large majorité populaire. S’est alors développée une situation de crise potentielle et d’affrontement direct avec les institutions de l’UE. Or, quelques jours après le vote, le gouvernement Syriza choisit la voie de l’acceptation du plan. L’auteur analyse ce choix comme celui « qui s’est imposé au gouvernement, celui du réalisme » (p. 176). On lira avec attention les arguments développés tout au long des pages 176 et suivantes où l’auteur, finalement, avalise les décisions qui ont été prises, rejetant implicitement la voie de la rupture, sur la base du rapport de force démocratique créé par le choc électoral. Reconnaître la difficulté de la situation et des options finalement retenues n’enlève rien au fait que les dirigeants « radicaux » ont préféré temporiser (et ainsi « gérer la misère » eux même) plutôt que d’affronter l’Union européenne et le système capitaliste. L’analyste pragmatique de Christophe Aguiton endosse la position gouvernementale grecque, et certains commentateurs pourraient y relever des positions politiques qui ont connu leur heure de gloire dans l’entre-deux-guerre, celles d’un réformisme fort/radical. Certes, si l’orientation stratégique présentée ici s’appuie sur la promotion des « communs » et de la « démocratie  radicale » (p. 233), avec un appel au développement de pratiques alternatives susceptibles de susciter un certain enthousiasme chez des lecteurs peu politisés (au sens que l’on accordait à ce terme au XXe siècle) de 2017, d’aucuns peuvent regretter l’absence de réflexion sur la question de l’État et de sa destruction – dont il est quand même abondamment question, en ce centenaire de la révolution d’Octobre 1917, dans quelques travaux d’historiens – comme condition ultime d’une pratique radicale/révolutionnaire renouvelée pour cette gauche du XXIe siècle, sujet d’une refondation rêvée par l’auteur…

[1]    Il est fondateur d’AC !, Agir contre le chômage, d’Attac, militant de SUD-PTT, ex-membre dirigeant de la LCR, du NPA et actuellement d’Ensemble !

Jean Vigreux, Croissance et contestations. 1958-1981, Paris, Seuil, collection « L’Univers historique », 2014, 475 pages, 25 €.

Un compte rendu de Vincent Chambarlhac

Comment écrire une synthèse participant, peu ou prou, de l’histoire du temps présent ? Pour cette nouvelle histoire de la France contemporaine, Jean Vigreux s’attaque à l’entre-trois mai, celui de la Ve République gaullienne, pompidolienne, giscardienne1. Toute synthèse suppose un point de vue sur la période, un parti pris d’écriture, afin que d’en retrouver le sel, convaincre le lecteur.

Un parti pris d’écriture

Ce parti pris est celui de l’histoire politique, première jusqu’à l’abord des questions culturelles, toujours liées, sinon intriquées, pour l’auteur au politique. L’histoire politique est première ici par le corset de la chronologie. La formule de l’entre-trois mai le circonscrit. Dans le jeu implicite de l’emprunt à Pascal Ory et son entre-deux mai aux fortes fragrances d’histoire culturelle, le choix assumé du politique place le gaullisme au cœur de l’écriture. Il est celui d’un mai 58 ouvrant sur « une république modernisatrice », il est ensuite celui d’un « lourd héritage », celui que Georges Pompidou doit gérer aux lendemains de mai 68, il est enfin en amont de mai 81, celui du giscardisme et de la « fin du modèle gaulliste ». Trois moments, trois parties, découpent donc ce questionnement du gaullisme et de son rapport à la société française. La structure de l’ouvrage invite donc à « revisiter » les travaux de Serge Berstein, René Rémond, à parfois soupeser leur pertinence face à d’autres chronologie plus décalées, provenant de l’histoire sociale, à la suite des travaux de Michelle Zancarini-Fournel et ses épigones, dont Xavier Vigna, sur les années 68. Ce qui résiste alors dans l’écriture de Jean Vigreux participe contre ce découpage des années 68 de l’effet gaulliste de l’entre-trois mai. La synthèse n’en est que plus vive alors, pour peu que dans les incises et les rappels des travaux d’histoire sociale et culturelle (cf. l’abondante bibliographie), le lecteur questionne systématiquement ce lien du social, du culturel, au politique.

Le politique comme focale.

Au cœur de la démonstration le politique donc. Le court chapitre introductif, consacré à la crise du 13 mai et la naissance d’un « modèle » républicain place l’événement au cœur de l’écriture, complexifiant les lectures rétrospectives sur « l’opération gaulliste » que fut le 13 mai. Mais on retiendra surtout de cette première partie de l’ouvrage, le rôle omniprésent de l’État prescripteur, modernisateur et pesant paradoxalement de tout son poids conservateur sur la société qu’il étreint. Celle-ci mute sous l’effet de la démographie, de la modernisation des campagnes, de l’urbanisation. Si cette décennie (58/68) constitue le cœur des trente glorieuses, l’auteur corrige ces images sépias. Aux côtés de la politique atomique gaullienne, et du vertige de l’équipement des ménages, l’Algérie comme la modernisation de la société pousse à 68.

Le fonds de l’air est rouge signifierait le drapeau de la couverture, comme un rappel de Chris Marker ailleurs cité. Pourtant, toute proportion gardée, Mai 68 disparaît vite de l’ouvrage. Sa genèse politique s’entend dans le temps long par le rappel des clubs, des nouvelles structures, mais aussi de l’effet des reclassements au sein de la mouvance communiste, son récit – vif – prend 4 pages, titrées « onze ans ça suffit ». Car l’essentiel là est bien l’échec du modèle politique et social préconisé, plus qu’un Mai 68 culturel et gauchiste, sociétal, plus que social, naguère codifié dans une version confinant à l’hagiographie par Hervé Hamon et Patrick Rotman. La thématique des temps pompidoliens participe de ce rejet. A gauche, « changer la vie2 » pour le PS s’alliant dans le cadre du programme commun, à droite la nouvelle société, et sur ses marges, de vieux gaullistes qui résistent, s’arc-boutent et torpillent, à l’image du travail de sape de Raymond Marcellin, la tentative de Chaban-Delmas. Plus à droite encore, Ordre nouveau bientôt subsumé par le SAC et ses dérives. L’écriture se resserre là dans l’échec pompidolien du legs gaulliste, si l’auteur rappelle ce qui se joue dans la société, comme au sein de la mouvance gauchiste, ce rappel s’entend dans l’horizon implicite du travail des forces de gauche. Il s’agit là de questionner l’amont du troisième de ces mai. Certains le regretteront, notons que la perspective même du parti pris d’écriture imposait ce point de vue. Pompidou disparu, la modernité giscardienne est sur la sellette, « la France à l’orée de la crise ». La fin du modèle gaulliste est parfaitement saisie dans des chapitres où la citation de témoignage directs se fait plus insistante, jusqu’à Mai 81. L’auteur, comme historien, cède la place au témoin, décrivant l’effet de l’arrivée d’une gauche au pouvoir au lycée Bonaparte, à Autun. Le temps présent rattrape l’écriture de l’histoire, donnant au « je » tout le sel d’une remémoration jusqu’alors objectivée par la bibliographie de fin de volume, les références dans le cœur du texte.

Violence du politique

Au terme de cette recension, un questionnement. Le parti-pris d’écriture offre l’avantage d’une cohérence quasi-parfaite à ces premières décennies de la Ve République. Dans la logique du modèle républicain chère à Serge Berstein, c’est le modèle gaulliste qu’il s’agit de discuter, et dans cet horizon le rôle central de l’État et de la politique étrangère, comme la décomposition d’une famille politique dès lors que son fondateur se retire à Colombey. Ce choix d’écriture par le modèle tend, malgré la récurrence des rappels, à finalement lisser la violence de la période. Omniprésente dans les rapports sociaux, omniprésente dans le registre politique où contrairement à une vulgate médiatique, les affrontements entre extrême-gauche, forces de l’ordre et extrême droite, n’étaient pas feints. Une violence que l’on retrouve jusqu’au sommet de l’État puisque « sous Giscard on assassine même les ministres » écrit Francis Zamponi, faisant référence aux affaires Fontanet, De Broglie, Boulin. Cette violence est-elle intrinsèque au modèle gaulliste d’alors de gestion de la société ? Il y a là une autre manière sinon d’entendre l’histoire politique, tout du moins de l’écrire. Cette écriture commence à colorer, par la question des conflits du premier vingtième siècle, l’examen de l’entre-deux-guerres, elle peut aussi questionner cet entre-trois mai ouvert par la fin de la décolonisation et les assassinats de l’OAS, clôt par l’agonie du giscardisme et surtout, le retour d’un homme de la IVe République à la tête de l’État français.

1 Ludivine Bantigny consacre un volume sur la période 1981-2014, chroniqué sur ce blog, http://dissidences.hypotheses.org/4179

2 L’auteur citant au passage le travail de Frédéric Thomas sur ce slogan. Frédéric Thomas, « « Changer la vie ». Éléments pour cerner les contours d’un mot d’ordre », Dissidences, L’historiographie de la décennie 1970 en France, volume 13, janvier 2014, p. 15-26.