Archives par étiquette : Guerre civile russe

Dominique Venner, Les Blancs et les Rouges. Histoire de la guerre civile russe, 1917-1921, Monaco, éditions du Rocher, 2010 (1997 pour la première édition), collection « Document », 528 pages, 26,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

En langue française, les travaux consacrés à la guerre civile russe sont nettement plus rares que ceux dédiés à la prise du pouvoir d’octobre 17, comme nous l’avons déjà souligné. En dehors des synthèses dans des ouvrages plus généraux – comme par exemple chez Orlando Figes, La Révolution russe1 – et des écrits d’acteurs de la période, on peut seulement citer deux ouvrages de Jean-Jacques Marie, La Guerre civile russe (Tallandier, 2015) et La Guerre des Russes blancs. L’échec d’une restauration inavouée (1917-1920) (Tallandier, 2017), celui d’Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe (1917-1922) (Perrin, 2017), et celui de Dominique Venner (initialement publié chez Pygmalion), dont l’appartenance aux milieux de l’extrême droite païenne n’était un mystère pour personne2. Cela leste malheureusement son étude d’un parti pris très appuyé, et d’un manichéisme prononcé.

Dominique Venner cite en effet à foison les massacres et autres horreurs perpétrés par les Rouges, tandis que celles des Blancs sont curieusement gommées : rien par exemple sur la répression blanche menée en Finlande, début 1918, et il faut attendre la page 364 (sic !) pour en voir listés un certain nombre, et ce pour souligner la volonté d’éradiquation manifestée par Wrangel. Il y a là un biais prononcé qui gêne évidemment l’appréhension de l’ensemble du livre, d’autant que des erreurs de faits sont bien repérables : ainsi, Trotsky ne séjourna pas aux États-Unis sous Stolypine, et les gardes rouges n’émanent pas du soviet de Petrograd3. Autre défaut majeur, l’absence de référencement systématique des citations, ce qui jette un doute sur la plupart d’entre elles. Lorsque Lénine, par exemple, est supposé avoir déclaré que « La Révolution n’a pas besoin d’historiens… » (p. 231), la parenté est forte avec la réplique assénée pendant la Révolution française à Lavoisier (« La Révolution n’a pas besoin de savants ») ; on sait en outre que cette dernière est finalement apocryphe. Autre caractéristique du livre de Dominique Venner, une préférence marquée pour l’armée tsariste (négligeant le poids de sa discipline d’ancien régime), ses officiers en particulier, ainsi que pour les idées slavophiles. Les premiers chapitres de son livre, qui précèdent donc le déclenchement de la guerre civile, sont surtout consacrés à l’armée, à ses opérations durant la Première Guerre mondiale, et à la fragilité du pouvoir impérial. Mais sur son renversement, c’est la vision complotiste qui l’emporte chez l’auteur, les manœuvres des libéraux étant d’après lui à la source de la révolution de février, comme plus tard les bolcheviques derrière les jacqueries de 19174. Il n’est donc guère surprenant de voir que son image des foules révoltées est surtout négative, dans la plus pure tradition du discours réactionnaire sur les révolutions ; certains passages ressemblent même à des reconnaissances d’un discours antisémite (p. 118-119 par exemple).

Pour autant, sur l’exposé des opérations militaires, sur les différences, forces et faiblesses des Rouges et des Blancs (la vigueur des premiers opposée à la résignation de bien des seconds, entre autres), la formation de l’armée rouge (le talent militaire de Trotsky est souligné), voire certains éléments contextuels5, le travail de Dominique Venner n’est pas dénué d’intérêt. Parmi les points qu’il met en valeur, le plan imaginé par le général allemand Hoffman, début 1918, visant à écraser le pouvoir bolchevique et à instituer un nouveau gouvernement dont le Reich pourrait se faire un allié en lui accordant de meilleures conditions de paix qu’à Brest-Litovsk, est fort intéressant. Son récit de la guerre civile proprement dite débute avec la formation, dès la fin 1917, d’un premier noyau blanc dans la région cosaque du Don, réunissant Alexeiev, Kornilov et Kaledine, et aboutissant à la prise temporaire de Rostov (reprise par les rouges dès février 1918). Il se clôt par la capture du baron Ungern et son exécution, fin 1921, après l’essai, visiblement insensé, de former une Grande Mongolie comme barrage au bolchevisme ! Sur la question des interventions alliées, Dominique Venner tend à relativiser leur importance, tandis que ses descriptions sur la complexité de la situation en Sibérie sont précieuses (pages 290, 312 et 313), et son évocation de la retraite blanche à la fin de l’année 1919, au cours de laquelle énormément de civils trouvèrent la mort, est saisissante. Parmi les chefs blancs, sa préférence va clairement à Wrangel et à sa République blanche de Crimée, qui à ses yeux incarnait une véritable alternative au pouvoir bolchevique. On aurait toutefois aimé qu’un ultime chapitre soit consacré à l’impact de la guerre civile sur le long terme, en URSS et dans le monde, ainsi qu’aux parcours ultérieurs de ses principaux acteurs, au lieu d’un nouveau réquisitoire anti-communiste, faisant de la guerre civile russe la matrice de la « guerre totale moderne » (p. 425). Dernier défaut du livre, l’absence de cartes, une aberration pour une histoire de ce type.

1Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €, dont on peut lire notre compte rendu sur ce blog de Dissidences, https://dissidences.hypotheses.org/8146

2Dominique Venner, après avoir appartenu à l’OAS, puis au groupe d’ultra droite Europe action, participe à la création du GRECE, laboratoire d’idées de la Nouvelle droite. Il est l’auteur de nombreux livres d’histoire sur les Corps francs, le fascisme, la Collaboration, les armes, etc., dans une perspective de remobilisation du « monde blanc européen ». Il se suicide en 2013.

3Voir sur ce point la recension du livre de Marc Ferro, Des Soviets au communisme bureaucratique : On pourrait en citer d’autres, ainsi de la simplification éhontée des positions bolcheviques sur Brest-Litovsk, qui confine à la déformation (p. 142-143).

4De même, il attribue implicitement la mort du général Doukhonine aux bolcheviques, là où son exécution semble plutôt relever d’une initiative de soldats suite à des inquiétudes dont Dominique Venner ne fait aucune mention.

5« C’est un monde où toutes les règles morales et sociales ont été pulvérisées par le cataclysme de la guerre et de la révolution. Les limites imposées aux pulsions par la culture et les conventions ont sauté, libérant des passions à l’état brut, haussant toute chose à l’exceptionnel, faisant de chaque soldat tour à tour un bourreau ou un martyr. » (p. 432).

Jean-Jacques Marie, La Guerre des Russes blancs. L’échec d’une restauration inavouée (1917-1920), Paris, Tallandier, 2017, 528 pages, 24,90 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jean-Jacques Marie, historien confirmé de la Russie et spécialement de la période soviétique, avait déjà livré il y a douze ans un ouvrage sur La Guerre civile russe, récemment réédité en format poche. Cette fois, c’est au versant blanc qu’il s’intéresse tout particulièrement, composante du camp anti-bolchevique qu’il distingue, en préambule, des socialistes-révolutionnaires ou des mencheviques. L’exposé se concentre donc principalement sur les armées menées par Denikine, Koltchak, Ioudenitch et Wrangel. Le qualificatif de « Blanc », qui proviendrait de la tradition monarchiste, constitue une sorte de fil rouge du livre, la revendication formelle de Constituante avancée par tous ces leaders dissimulant en fait des préférences personnelles pour un retour à un système monarchique, en lien avec la restauration d’une Russie traditionnelle « une et indivisible ».

La préhistoire de la guerre civile débute lors de la Première Guerre mondiale, à travers la défiance, dès les premiers jours de la mobilisation générale, entre les appelés et les autorités ainsi que leurs officiers. Des considérations utiles, qui ne constituent qu’un élément d’une généalogie plus profonde, ce que Jean-Jacques Marie rappelle en évoquant régulièrement la vigueur des haines sociales dans l’empire russe. La guerre civile proprement dite émerge selon l’auteur à l’été 1917, ce qui nous semble tout à fait justifié1. Le récit est factuel, solide et classique, usant de témoignages souvent saisissants. L’accent est mis, à partir de la constitution de l’Armée des volontaires dans la région cosaque du Don, fin 1917, sur la férocité déployée par les Blancs durant ces premiers mois d’affrontement contre les Rouges (de la déclaration de Kornilov refusant de faire des prisonniers à la terreur exercée en Finlande révolutionnaire), supérieure à celle des bolcheviques, à ce moment-là tout au moins (le décret sur les otages, pris par ces derniers, est d’ailleurs relativisé, exemples concrets à l’appui). Cette violence vient donc de loin, même si Jean-Jacques Marie n’utilise pas le concept de « brutalisation » élaboré par l’historien George L. Mosse. Elle s’avère véritablement séminale, y compris lors des moments souvent présentés comme les plus héroïques de la geste blanche (la campagne de glace, plutôt de boue, en réalité), avec l’exécution systématique des bolcheviques capturés. Ainsi que l’écrit le jeune Sidorine, « Tous les bolcheviks que nous prenions les armes à la main étaient fusillés sur place : un par un, par dizaines, par centaines. C’était une guerre d’extermination. » (p. 95). L’antisémitisme des troupes blanches fait l’objet d’un chapitre spécifique, les efforts ponctuels d’un Denikine pour l’enrayer n’ayant que bien peu d’effet.

Le grand nombre de révoltes « ni blanches ni rouges » fut également un élément affectant directement les armées blanches, d’autant que ces dernières, dépourvues d’un vrai système d’intendance, se servaient directement sur le pays, pillant villes et villages sur leur passage.

Si l’on peut considérer que l’apogée des armées blanches débuta avec le coup d’État de novembre 1918, qui renverse le Directoire provisoire de Sibérie à majorité socialiste-révolutionnaire, faisant de l’amiral Koltchak le Régent suprême de la Russie, c’était un climax bien fragile : le tiers du territoire de l’empire sur lequel il exerçait son contrôle s’avérait peu peuplé, et sa prise de pouvoir marqua la rupture, à bien des égards cruciale, d’avec les socialistes-révolutionnaires (SR), dont une partie finit par rejoindre l’Armée rouge. Enfin, le socle sur lequel Koltchak pouvait s’appuyer se révélait bien fragile, l’ataman Semionov ne le reconnaissant pas, les Français et les Anglais ne s’entendant pas non plus sur le sujet, sans parler de la bureaucratie vénale de son « appareil d’État ». Jean-Jacques Marie insiste d’ailleurs beaucoup sur l’incapacité des Blancs à édifier, en tous points du pays, un appareil étatique digne de ce nom, gangrené par le bureaucratisme et l’affectation de bien plus d’officiers à l’arrière que sur le front… C’est à l’été et à l’automne 1919 que les Blancs s’approchèrent au plus près de la victoire : les offensives de Ioudenitch sur Petrograd et de Denikine-Wrangel visant Moscou se combinèrent en effet, la première devant de surcroît être renforcée par une insurrection dans l’ancienne capitale même (des Blancs étant en effet infiltrés jusque dans l’Armée rouge). L’échec se transforma en véritable déconfiture, Ioudenitch subissant l’humiliation d’un désarmement, parfois même d’un emprisonnement, de ses troupes restantes, une fois de retour dans les pays baltes.

Le pouvoir de Koltchak fut pour sa part sapé par les nombreuses révoltes paysannes, ce qui nous vaut des pages très fortes, aux descriptions dantesques, sur la retraite des militaires et des civils vers l’est. Durant cet épisode, les légionnaires tchèques firent preuve d’un égoïsme forcené, livrant Koltchak contre quelques wagons de charbon, et réinvestissant le fruit de leurs pillages au pays, en créant la Legiobank… Le dernier acte de la guerre civile blanche se déroule en Crimée, bastion du baron Wrangel durant l’année 1920. A cet égard, Jean-Jacques Marie discute le roman uchronique de Vassili Axionov, L’Île de Crimée, qui imaginait le maintien d’une société libérale sur une Crimée devenue île, au large de la Russie soviétique2. Il insiste ainsi sur les doutes manifestés par Wrangel sur la possibilité de se maintenir sur place, et les difficultés considérables qu’il doit y affronter (spéculation effrénée, inflation galopante, révoltes, réforme agraire partielle et insatisfaisante…). Fort intéressant également, le chapitre consacré aux évolutions ultérieures des combattants blancs, certains s’exilant en Amérique latine, là où d’autres s’engagèrent aux côtés de Franco durant une autre guerre civile. Il est seulement dommage que l’écriture d’une histoire « blanche », ainsi que le regard porté sur eux, en Russie et hors de Russie, au fil des décennies, n’aient pas également fait l’objet d’une étude à part entière.

De ce tableau de la guerre civile, on retiendra en particulier une certaine méfiance à l’égard des chiffres avancés par certains témoins ou acteurs, et l’importance de la dimension sociale, première selon Jean-Jacques Marie dans la défaite des Blancs, eux qui ne cherchèrent jamais véritablement à comprendre la politique bolchevique, l’enthousiasme sincère qu’elle a pu susciter, ainsi que le soutien, malgré tout, des paysans, attachés à une « révolution agraire » permise par Octobre. Demeurant prisonniers d’un ordre ancien dont ils souhaitaient, envers et contre tous (les paysans surtout, justement), le rétablissement, leur horizon d’attente n’existait tout simplement pas.

1Voir sur ce point et pour une autre histoire de cette période cruciale, notre recension d’Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe, 1917-1922, dans ce dossier du blog de Dissidences.

2Sur les uchronies centrées sur la révolution russe, nous nous permettons de renvoyer à notre article du volume 16 de Dissidences, « La Grande Pâleur à l’est : les uchronies autour des révolutions russes de 1917 (de 1945 à aujourd’hui) ».

Alexandre Jevakhoff, La Guerre civile russe (1917-1922), Paris, Perrin, 2017, 688 pages, 28 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les ouvrages en langue française sur la guerre civile russe ne sont guère nombreux : aucune traduction de livres étrangers, et deux études seulement, celle de Jean-Jacques Marie et celle de Dominique Venner1. Le travail d’Alexandre Jevakhoff est donc d’autant plus intéressant s’il apparaît pouvoir transcender ces deux titres. Pourtant, première source d’étonnement, ni Jean-Jacques Marie ni Dominique Venner n’apparaissent dans la bibliographie pourtant copieuse publiée en annexe. Second constat, Alexandre Jevakhoff, précédemment auteur d’un ouvrage sur Les Russes blancs, développe davantage l’analyse du camp des Blancs, au risque de déséquilibrer son propos, par exemple en se focalisant souvent plus sur la terreur rouge que sur celle du camp adverse.

On ne peut en tout cas dénier à Alexandre Jevakhoff un certain talent d’écriture. Le prologue de son récit, relativement original, est ainsi construit autour d’une revue sur Saint-Pétersbourg créée en 1913 par Vladimir Krimov à destination d’un public aisé. L’occasion d’évoquer par la bande les inégalités sociales prononcées, la vivacité des haines de classes, particulièrement depuis l’abolition du servage, ou l’isolement complet du pouvoir impérial généré par la Première Guerre mondiale. Si l’incapacité du gouvernement (malgré un rapport prémonitoire de l’Okhrana sur les bouleversements à venir, daté d’octobre 1916) ou le désir de changement manifesté par les élites est bien restitué, il est dommage que les mouvements et les opinions de la base soient délaissés, contrairement à la somme d’Orlando Figes sur la révolution. L’évocation de l’année 1917 se distingue, outre l’atmosphère de déliquescence et d’anarchie croissante au sein de la société, par des critiques à l’égard de Kerenski (sa personnalité vaniteuse, ou son entourage franc-maçon, donnée à visée complotiste, qui pourrait laisser entendre que …. n’est-ce-pas …), des autres membres des gouvernements provisoires (dont Lvov, « (…) qui a de l’homme d’État ce qu’un percheron a du pur-sang arabe », p. 102) ou de Lénine (à qui il est implicitement reproché de s’être accordé avec l’Allemagne pour revenir en Russie). Alexandre Jevakhoff retrace avec précision la manœuvre ayant conduit Kerenski à pousser Kornilov vers un coup d’État, mais fait sienne la thèse de l’école « totalitarienne », ne voyant dans les événements d’octobre qu’un simple coup d’État, et dans les bolcheviques les artisans d’un système totalitaire dès son origine (en ne proposant malheureusement pas un récit complet des semaines qui suivirent)2. De la même manière, il tend à rendre les bolcheviques, et Lénine surtout, responsables de la guerre civile3. Il y aurait pourtant matière à s’interroger sur le réel début de celle-ci : plutôt que de la prise du pouvoir par les bolcheviques, ne peut-on déjà la voir à l’œuvre à compter des journées de juillet et de l’extension croissante des soulèvements paysans contre les propriétaires terriens ?

Le premier noyau sérieux d’opposition militaire aux bolcheviques prend place dans le Don, un des territoires cosaques, fin 1917 et début 1918, mais déjà, la mésentente profonde entre les chefs (Kornilov, Alexeïev), les effectifs limités et les financements alliés réduits (contrairement à ceux dont bénéficient Savinkov et Semenov) posent de graves problèmes. Autre épisode crucial retracé en détails, celui de l’affaire de la rébellion tchèque, attisée et utilisée par les Français dans le cadre de l’intervention étrangère contre les bolcheviques. Par contre, on reste dubitatif, pour le moins, quant aux hypothèses soulevées par Alexandre Jevakhoff concernant la situation de l’été 1918 : son idée d’un soulèvement SR (Socialistes-révolutionnaires) de gauche voulu par les bolcheviques demeure très fragile, et c’est encore davantage le cas quant à la tentative d’assassinat de Fanny Kaplan sur Lénine (comment en effet imaginer une seule seconde Dzerjinski, ou Sverdlov, véritable ombre de Lénine, comploter afin d’évincer ce dernier du pouvoir ?)4. Certains développements sont moins connus, ainsi des tentatives de Milioukov pour collaborer avec les Allemands afin de restaurer une Russie débarrassée des bolcheviques, une position qui ne dura qu’un temps, et qui n’était pas partagée par la majorité du parti des Cadets (KD). De manière générale, d’ailleurs Alexandre Jevakhoff, s’il concentre le gros de ses accusations de violence5 et de duplicité sur les Rouges, n’épargne pas ses critiques à l’égard des Blancs, non sur leurs atrocités6, mais sur leurs divisions ou leurs programmes, souvent inaudibles (le cas de Denikine est particulièrement développé). Le tournant de la guerre civile, il le situe en juin 1919, lorsqu’après la reconnaissance par les chefs blancs de l’autorité suprême de l’amiral Koltchak et l’offensive réussie des forces de Denikine s’approchant de Moscou comme jamais, ce dernier décide d’un plan d’attaque désavoué par Wrangel, et qui allait signer l’échec de cette dernière attaque d’ampleur contre les territoires contrôlés par les bolcheviques.

Si La Guerre civile russe d’Alexandre Jevakhoff est précieux par les nombreux témoignages qu’il invoque et cite abondamment7, ainsi que par certains éclairages ponctuels, offrant une série non exhaustive de tableaux de cette période, il souffre, outre d’une tendance à privilégier les Blancs sur les Rouges8, d’une approche trop centrée sur les manœuvres diplomatiques, les divisions au sommet, au détriment de la réalité sociale9. L’ouvrage donne par ailleurs l’impression d’avoir été achevé dans l’urgence, tant le gros du livre porte sur 1918 et, dans une moindre mesure, 1919. La guerre russo-polonaise, le soulèvement de Cronstadt, le front extrême oriental (le baron Ungern n’est pas cité une seule fois !), celui du Turkestan ou les mouvements verts sont traités avec brièveté dans le meilleur des cas, la guerre civile donnant l’impression de s’achever avec l’évacuation de la Crimée par les forces du baron Wrangel. Ce constat, énoncé avec beaucoup de justesse par Alexandre Jevakhoff lui-même, donne une idée de l’ampleur des travaux encore possibles et à venir : « Moins que tout autre conflit la guerre civile russe n’est une suite de vérités incontestables. » (p. 341). Ces études devront en tout cas, pour restituer toute l’épaisseur humaine de cette guerre, ses cruautés ainsi que sa complexité, éviter le fil directeur manichéen du récit d’Alexandre Jevakhoff, abruptement énoncé ici (p. 622) : « Les chefs bolcheviques sont des metteurs en scène de la guerre civile, les chefs blancs (…) des hommes contraints à la guerre civile. ».

1Du premier, La Guerre civile russe, Paris, Autrement, 2005, réédité en 2015 chez Tallandier ; du second, Les Blancs et les rouges, Monaco, éditions du Rocher, 2010 (ce dernier chroniqué sur ce blog). Jean-Jacques Marie vient de publier cette année (2017) La Guerre des Russes blancs, également chez Tallandier, dont nous rendons également compte.

2Dans les négociations qui eurent lieu avec les autres forces socialistes afin de mettre en place un gouvernement de coalition, il omet la revendication d’une exclusion de Lénine et Trotsky, condition difficilement acceptable pour le Parti bolchevique…

3Tout en évoquant pourtant (p. 221), le réseau d’officiers mis en place par le général Alexeïev avant même la prise du pouvoir par les bolcheviques afin de s’y opposer…

4Cette hypothèse est énoncée en note, pages 361 et 362. Pour le reste, Fanny Kaplan n’aurait été qu’un bouc émissaire.

5Dans ses développements sur la Tchéka d’Ukraine, il met à profit le travail de Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev (chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6805), mais ne s’interroge pas en profondeur sur la surreprésentation des juifs au sein des tchékistes.

6Le témoignage du blanc Mamontov, page 542, est valable aussi bien pour les rouges que pour les blancs, lui qui explique que l’exécution des prisonniers s’expliquait souvent par le manque de médicaments et de médecins pour les soigner…

7Cette remarque d’un fils de koulak prisonnier d’un camp de concentration bolchevique, destinée au KD Izgoev qu’il a aidé physiquement et qui en témoigne, est ainsi terriblement symptomatique : « S’il n’y avait pas de gens cultivés, faibles mais honnêtes, ce serait bien ennuyeux. Mais il ne faut pas vous donner le pouvoir. Vous ne savez rien faire… » (p. 449-450).

8On peut ainsi citer un dédain manifesté à l’égard de John Reed, « le révolutionnaire communiste déguisé en journaliste » (p. 194), la reproduction sans commentaire critique d’un rapport du MI5 britannique faisant d’Alexandra Kollontaï une ancienne maîtresse de Lénine, l’attribution aux bolcheviques de l’effondrement économique dès 1918, ou la terreur rouge vue seulement à travers les déclarations vindicatives de Lénine, en négligeant la violence et la terreur par en bas, phénomènes pourtant analysés et documentés tant par Marc Ferro que par Orlando Figes.

9Alexandre Jevakhoff estime pourtant que « deux guerres civiles se superposent » (p. 271), entre blancs et rouges, et entre affamés (urbains, principalement) et non affamés (ruraux). Rien non plus n’est dit de la fondation de la Comintern, pourtant capitale dans ce contexte agité.

Thomas Chopard, Le Martyre de Kiev. 1919. L’Ukraine en révolution entre terreur soviétique, nationalisme et antisémitisme, Paris, Vendémiaire, collection « Chroniques », 2015, 288 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le travail de Thomas Chopard, doctorant à l’EHESS, s’inscrit dans une approche de la révolution russe par la base, à travers des études de cas, qu’elles soient sociologiques, thématiques ou nationales. Ce qui constitue véritablement le sujet de ce livre, basé sur une large bibliographie et un travail dans les archives (en Ukraine, Russie, États-Unis, Suisse et France), c’est la population, et les souffrances qui furent les siennes durant les années de guerre civile.

La situation ukrainienne et ses particularités sont initialement rappelées. Ce territoire est en effet caractérisé par une population très bigarrée, dissociant citoyenneté et nationalités. Celles-ci comprennent, outre les Ukrainiens, surtout présents dans les campagnes, des Russes, des Juifs, des Polonais, etc… Ces minorités sont d’ailleurs surreprésentées dans les villes, ce qui permet de comprendre le rôle de nexus joué par Kiev pendant la guerre civile. Cette dernière s’y révèle particulièrement complexe, avec de multiples changements de fronts entre les Rouges (bolcheviques, mais également socialistes-révolutionnaires (SR) de gauche et membres d’un Parti communiste juif), les Blancs, les nationalistes ukrainiens et les Verts (insurgés paysans, dont Nestor Makhno, négligé ici). Kiev, justement, fut sous autorité bolchevique de février à août 1919, avant que Blancs et nationalistes ne reprennent le contrôle de la ville d’où ils avaient été initialement chassés. Thomas Chopard nous fait alors le tableau d’une ville placée au cœur des combats, subissant les bombardements, l’inflation, le chômage, les épidémies favorisées par les mouvements de population et les pénuries1, en dépit du système de redistribution soviétique, ainsi que les occupations militaires successives par des armées à la composition différentes de celle de la population kiévienne. Les difficultés du contrôle de la ville par les Rouges, favorables à une ukrainisation, sont également soulignées, les recrutements dans l’administration étant loin d’être toujours efficaces ; les mises en scène publiques2, la lutte contre les religieux et la réutilisation de récits de type religieux pour la propagande communiste, ou la remise en cause du système scolaire traditionnel et de ses discriminations (avec une diminution initiale de son efficience) sont ainsi des éléments tout à fait intéressants. La situation des campagnes est aussi abordée, elles qui furent en état de guerre dès 1918 face aux armées des empires centraux. La ville ainsi « chauffée à blanc » se retrouve face aux Rouges, qui suscitent l’hostilité par leurs exigences de recrutement et de livraison de nourriture. Les armées vertes se heurtent alors aussi bien aux forces rouges qu’aux blanches, même si invoquer seulement la brutalisation due à la Première Guerre mondiale évacue un peu rapidement les sources de longue durée de la violence paysanne.

Mais c’est à la répression que Thomas Chopard accorde une bonne moitié des pages de son livre. La Tchéka ukrainienne, fondée fin 1918, est ainsi diagnostiquée de près. Ses effectifs sont majoritairement jeunes (la moyenne d’âge est de 23 ans), à 80% dotés d’une expérience combattante, et avec de nombreux Juifs et Russes, qui y voyaient une promesse de promotion sociale3. Les différentes campagnes d’arrestation et d’exécutions sont retracées, sans pour autant que toutes les données soient bien éclaircies4. Sont également rappelés, en les minimisant, les reproches faits par Lénine à Martin Latsis, responsable de la Tchéka ukrainienne, sur l’encadrement déficient et les excès commis. Une chose est sûre, les acteurs de la répression semblent avoir bénéficié à Kiev d’une large autonomie5. L’autre grand versant de la répression, ce sont les pogroms, avec leurs cortèges de pillages, de viols et d’assassinats. 1919 constitue en effet un pic, et si les soldats rouges en commirent quelques-uns, la hiérarchie s’y opposa toujours avec détermination. Ce sont donc les Verts et les Blancs qui en furent les principaux auteurs, avec un antisémitisme largement répandu et encouragé. Le retour des Blancs à Kiev, à la fin de l’été 1919, vit ainsi, outre une répression anti-rouge indifférenciée, un terrible pogrom prolongé et meurtrier. Parmi les analyses les plus intéressantes, on notera également celle de la propagande, et la déconstruction d’une rumeur de « socialisation des femmes » (p. 40) diffusée par les Blancs, face à une politique bolchevique de protection des jeunes filles et d’égalité des sexes, ou la passionnante mise au point sur les camps de concentration. Ces derniers ont en effet été repris directement des autorités tsaristes (200 camps existaient alors), avec une différence nette de nature vis-à-vis du futur Goulag, basée sur l’exemple du camp de Kiev.

Solidement documenté, Le Martyre de Kiev n’en présente pas moins quelques faiblesses : des développements parfois trop lacunaires, des comparaisons trop rares avec d’autres champs de la guerre civile dans l’ancien empire russe, et une tendance, qui ne se limite pas à cet ouvrage, à traiter de la violence sous son angle le plus compatissant, favorisant une forme de sidération devant l’horreur, ce qui peut empêcher de comprendre les engagements des uns et des autres.

1Mais comme le rappelle Thomas Chopard, la situation sous le tsarisme était déjà plus que fragile, le taux de mortalité infantile étant demeuré le même du début du XXe siècle à 1920 (p. 224), 30% (ce qui semble en effet énorme).

2Parmi les monuments, une mise en valeur, sur une des places du centre-ville, des portraits de Marx, Liebknecht, Cevtchenko (poète ukrainien) et Sverdlov.

3« En d’autres termes, l’emploi de la terreur comme mode de gouvernement était indissociable de la promesse d’une promotion et d’une intégration sociales pour une fraction importante des partisans du nouveau régime. » (p. 11.

4Je pense par exemple aux procès menés par la Tchéka, dont certains comptes rendus auraient peut-être pu être reproduits ou au moins résumés. Le cas du consul du Brésil, arrêté lui aussi, ne peut être compris sans évoquer les conspirations parfois bien réelles menées par du personnel diplomatique. Voir Giles Milton, Roulette russe, prochainement chroniqué sur notre blog.

5« La Terreur de la guerre civile repose ainsi sur la convergence, ni tout à fait maîtrisée, ni tout à fait improvisée, entre des violences d’en haut parfois concurrentielles et des violences d’en bas décuplées par l’approche de la défaite militaire, les aléas des batailles, et la dévotion des tchékistes au nouvel État soviétique, nourrie par leur profond ressentiment social et politique, et renforcé par un carriérisme indéniable. » (p. 150-151).