Archives par étiquette : Internationalisme

Michel Cordillot, Eugène Varlin, internationaliste et communard, Paris, Spartacus, 2016, 236 pages, 13 €.

 

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Les éditions Spartacus ont eu la judicieuse idée de republier ce texte de Michel Cordillot, sorti auparavant en 1991 (éditions de l’Atelier). L’avant-propos rappelle la position singulière d’Eugène Varlin (1839-1871), l’une des grandes figures de la Première Internationale et de la Commune de Paris, qui force le respect et semble avoir transcendé les divers courants d’extrême gauche de la fin du 19e siècle, pourtant peu avares en polémiques.

Le principal intérêt de ce livre est d’inscrire l’évolution d’Eugène Varlin dans l’histoire du développement du mouvement ouvrier en France : « on n’a peut-être jamais suffisamment souligné que l’itinéraire individuel de Varlin s’est à tous égards inséré dans le destin collectif de ces provinciaux transplantés, c’est-à-dire de ceux-là même qui vont former les forces vives du monde du travail parisien sous le second Empire – et aussi, notons-le, constituer les trois quarts des insurgés de la Commune en 1871 » (p. 16-17). Cela suppose, en conséquence, une histoire « par le bas », critiquant « tout ce qu’a pu avoir de réducteur la démarche consistant à aborder l’histoire ouvrière par en haut, en termes de débats entre courants idéologiques ou entre chefs de tendance, en refusant de voir que l’essentiel se jouait moins dans les congrès [de l’Internationale], quelle qu’ait été leur importance, que dans la pratique quotidienne des militants les plus directement concernés » (p. 131).

Né en 1839 dans une famille modeste, Eugène Varlin arrive à Paris, en 1851, à la veille des travaux du baron Haussmann, préfet de la Seine, qui vont bouleverser la physionomie de la capitale, pour devenir apprenti dans une maison de relieur. Dès 1857, il participe de l’organisation corporative des ouvriers relieurs, maintenue alors sous l’étroit contrôle du pouvoir. Huit ans plus tard, il rejoint l’Association internationale des travailleurs (AIT) et sera l’un des quatre délégués français à la conférence de l’AIT à Londres en septembre 1865. L’année suivante, il inaugure une association d’épargne, de crédit mutuel et d’assurance contre le chômage, ainsi que La Ménagère, une société civile d’alimentation, suivie peu après par La Marmite, à la fois cuisine coopérative et cantine populaire. Michel Cordillot prend soin d’inscrire ce parcours dans une dynamique collective, analysant de manière nuancée et complexe les divers courants socialistes qui traversent le mouvement ouvrier français d’alors. Et ce au regard de la relative libéralisation du régime, cherchant à se ménager une légitimité auprès de la classe ouvrière pour compenser les « défections enregistrées dans les rangs catholiques conservateurs » (p. 94), par suite de sa politique en faveur de l’unité italienne.

Parallèlement à son itinéraire militant, Eugène Varlin acquièrt un grand savoir-faire dans sa profession, au point d’être, selon son biographe, l’un des relieurs les mieux payés et de figurer au nombre des délégués à l’Exposition universelle de 1867. De plus, désireux de parfaire son éducation, il reprend des études en 1860, et en 1863, suit les cours de Jules Andrieu, un pédagogue érudit et atypique, futur ami de Verlaine et de Rimbaud.

S’appuyant entre autre sur ses écrits et sa correspondance, Michel Cordillot cherche à cerner son positionnement politique. Féministe avant la lettre – ce trait original s’expliquerait, en partie du moins, par sa proximité avec la mouvance fouriériste (p. 77 et suivantes) – il défend, à contre-courant, le principe de l’égalité des salaires entre hommes et femmes. De même, il affirme l’enchaînement de la révolution politique et des réformes sociales, l’un ne pouvant pas aller sans l’autre. Et l’auteur de conclure, à l’encontre d’une fixation trop rigide des divers courants qui s’opposent au sein de l’AIT : « Ni « marxiste », ni « bakouniste », Varlin est avant tout l’incarnation du mouvement ouvrier parisien » (p. 131).

Au printemps 1870, Eugène Varlin fuit à Bruxelles la répression qui s’abat sur les sections françaises de l’AIT. C’est de la capitale belge qu’il assistera à la déclaration de guerre franco-prusienne, critiquant amèrement l’avachissement et le chauvinisme du peuple parisien. Il ne rentre qu’après la chute de l’Empire, début septembre 1871. Il travaille dès lors auprès de l’Internationaliste Benoît Malon, adjoint au maire du 17e arrondissement, pour assurer le ravitaillement. Quelques mois plus tard, il assume, avec François Jourde, la responsabilité des finances de la Commune. L’auteur souligne les contradictions auxquelles son travail est confronté, ainsi que l’efficacité de sa gestion, sa probité et sa rigueur. Il évoque par ailleurs l’anecdote significative du refus fait au général Eudes de lui rembourser une facture pour un uniforme de drap fin orné de galons ; refus accompagné de ce commentaire : « Si le citoyen Eudes ne trouve pas digne de lui le drap des Fédérés, qu’il paye de sa poche la différence. La Commune n’a pas d’argent pour les vêtements luxueux » (Varlin cité par Cordillot, p. 201-202). Cependant, l’auteur n’interroge pas outre mesure le souci impérieux que Varlin et d’autres communards avaient de s’en tenir à la légalité, ce qui supposait, en retour, de ne pas s’approprier ni même contrôler la Banque de France.

Faisant partie de la minorité de la Commune – ceux qui s’opposent à la création d’un Comité de Salut public – il se battra jusqu’au bout. Au cœur de la Semaine sanglante, moins de vingt-quatre heures avant d’être fusillé par les Versaillais, sous les cris et les applaudissements d’une foule haineuse, il dit à Jules Vallès : « Oui, nous serons dépecés vivants. Morts, nous serons traînés dans la boue. On a tué les combattants. On tuera les prisonniers, on achèvera les blessés. Ceux qu’on épargnera, s’il en reste, iront mourir au bagne » (p. 215).

Au bout de ces plus de deux cents pages, agréables à lire, c’est donc le beau portrait d’Eugène Varlin que Michel Cordillot nous livre, et, à travers celui-ci, le kaléidoscope du mouvement ouvrier français et de l’AIT, au tournant des années 1870.

Julien Chuzeville, Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale, (préface de Jean-Numa Ducange), Paris, Éditions Demopolis, 2015, 154 pages, 19 €.

Un compte rendu de Morgan Pogioli

Un an après Militants contre la guerre1, Julien Chuzeville nous propose en quelque sorte une suite avec Zimmerwald. L’internationalisme contre la Première Guerre mondiale. L’approche en est toutefois différente puisque l’auteur nous donne à voir ici une sélection de documents relatifs à cette première rencontre internationale de syndicalistes et socialistes pacifistes durant la Première Guerre mondiale.

L’ouvrage s’ouvre par une préface de Jean-Numa Ducange qui replace l’événement quelque peu oublié de Zimmerwald dans l’histoire du mouvement ouvrier, élevé au rang de mythe léniniste dans la Russie soviétique puis passé aux oubliettes de l’histoire. S’ensuit l’introduction de Julien Chuzeville qui rappelle les prises de position antimilitaristes de la Deuxième Internationale durant les dix années précédant le déclenchement du premier conflit mondial. Il met d’autant plus en lumière la rupture provoquée par ce mois d’août 1914 et le ralliement quasi-instantané des socialistes des pays belligérants à la défense nationale de leurs pays, répondant ainsi à un phénomène de nationalisation des partis socialistes européens à l’œuvre en France et en Allemagne plus spécifiquement : c’est l’échec de l’internationalisme. Toutefois quelques initiatives émergent rapidement entre socialistes de pays neutres (septembre 1914), entre socialistes scandinaves (janvier 1915), entre femmes socialistes (mars 1915), entre jeunesses socialistes (avril 1915) mais aucune réunion entre organisations socialistes neutres et belligérantes ne sera possible avant celle de Zimmerwald, en septembre 1915 et non sans difficultés.

Les textes présentés – antérieurs et postérieurs à cette conférence – sont variés (tracts, comptes rendus, lettres), rares ou méconnus, certains inédits (tel le compte rendu manuscrit de la conférence par le syndicaliste français Alphonse Merrheim) et sont complétés par des notes explicatives (trop) limitées en bas de pages. A travers leur lecture, on est marqué par la pertinence des analyses sur la question du militarisme, de l’équilibre européen (de l’hypothèse d’un affaiblissement de l’Allemagne post-conflit par exemple), des revendications du Manifeste (droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, droits politiques) qui, en dehors de la condamnation de l’impérialisme et du capitalisme, semblent anticiper les 14 points du Président Wilson de 1918. On réalise également les difficultés rencontrées par ces militants réduits au silence et à la clandestinité : poursuite et emprisonnement (Louise Saumoneau), censure gouvernementale, auto-censure voire boycott des journaux et organes de presse socialistes/syndicalistes, pour ce qui concerne la France, l’Allemagne ou l’Angleterre où les partis et syndicats se sont ralliés à l’Union Sacrée.

Mais on découvre également le rôle des partis socialistes des pays neutres (Suisse et Italie2 avant 1915) dans l’organisation de la conférence, où ce ne sont pas des fractions mais bien les organisations « officielles » qui sont partie prenante. On est d’ailleurs étonné par la liste des partis, organisations de jeunesse, syndicats et groupements dissidents qui ont adhéré au Manifeste (une trentaine en 1916) et qui bien que minoritaires n’en sont pas moins représentatifs d’une fraction non négligeable du mouvement ouvrier et marquent une renaissance certaine du sentiment internationaliste à l’échelle européenne (en particulier à l’Est).

Avec la seconde conférence de Zimmerwald, c’est à dire celle de Kienthal en avril 1916, se dessine clairement une radicalisation des positions, dans le vocabulaire d’abord avec l’utilisation d’expressions comme « socialisme nationaliste » ou « social-patriotes » pour qualifier les « majoritaires » de guerre3 ; dans les revendications ensuite : condamnation sans appel de la Seconde Internationale (même si la constitution d’une troisième voulue par Lénine n’est pas ouvertement réclamée, l’éventualité d’une « scission » et d’un « abandon » sont clairement énoncés), paix immédiate et sans annexion mais sans aller jusqu’à défendre l’idée d’un défaitisme révolutionnaire, compromis oblige. Car la conclusion de Julien Chuzeville ouvre en effet sur les différents courants qui animèrent l’esprit zimmerwaldien et sur leurs dissensions au sujet de l’avenir de l’Internationale qui sera finalement tranché en 1919, suite à la révolution bolchevique, avec la création de l’Internationale Communiste.

L’ouvrage se termine par les notices biographiques des trente-huit participants de Zimmerwald dont les deux grandes figures du futur communisme international (Lénine,Trotski) ainsi que d’autres qui seront victime des purges staliniennes des années 30 (Platten, Berzine, Lewinson, Radek, Zinoviev, Warski, Racovski). Nous noterons aussi la présence de quatre femmes qui sont Minna Reichert, Angelica Balabanoff, Berta Thalheimer et Henriette Roland Host ainsi que celle des deux français (Bourderon et Merrheim).

A l’issue de la lecture, on demeure parfois frustré du manque d’éléments explicatifs, du type « chapeaux introductifs », qui auraient permis de mieux inscrire et comprendre les documents dans leur contexte même resserré. C’est particulièrement vrai pour le rôle de la Commission socialiste internationale dont on aurait aimé en savoir un peu plus entre Zimmerwald et Kienthal, ainsi que sur la troisième conférence totalement oubliée de Stockholm en 1917, abordée dans la conclusion mais qui aurait pu (dû) être intégrée au corpus archivistique. Enfin l’absence de référencement et d’indication des sources demeure surprenante pour l’historien confirmé qu’est Julien Chuzeville.

Ces limites n’en sont pas moins l’illustration de tout l’intérêt porté à l’ouvrage et à la curiosité qu’il (res)suscite. En somme, un très utile retour aux sources à un siècle de distance.

1 Voir notre compte-rendu : http://dissidences.hypotheses.org/4705

2A l’origine, la conférence devait se dérouler en Italie, mais suite à l’entrée de ce pays dans le conflit en mai 1915, elle eut lieu en Suisse.

3 Vincent Chambarlhac et Romain Ducoulombier (dir.), Les socialistes français et la Grande Guerre. Ministres, militants, combattants de la majorité (1914-1918), Dijon, EUD, 2008.

Gaetano Manfredonia, Histoire mondiale de l’anarchie, Paris / Issy-les-Moulineaux, Textuel / Arte éditions, 2014, 290 pages, 45 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Cette Histoire mondiale de l’anarchie est à la fois une bonne synthèse de l’histoire contemporaine de l’anarchisme et un superbe ouvrage, à classer aux côtés du Révolutions coordonné par Mathilde Larrère1. Son auteur, l’historien Gaetano Manfredonia, est un spécialiste reconnu du sujet, qui a livré entre autre un « Que Sais-je ? » sur l’anarchisme en Europe, en plus d’avoir collaboré au Dictionnaire Maitron. Le propos s’articule en trois grands ensembles.

Le premier, « A la conquête d’un monde nouveau », s’arrête en 1914. Loin de chercher les origines les plus lointaines possibles à l’anarchie, Gaetano Manfredonia pose comme consubstantielle à l’émergence de l’âge industriel la cristallisation d’une doctrine anarchiste, caractérisée par le refus de l’État et l’objectif d’une auto-émancipation des individus, et se différenciant donc des mouvements socialistes par la question des moyens à utiliser pour faire advenir la société idéale. S’il évoque certains prédécesseurs, tel William Godwin, il fait avant tout de Proudhon le père de l’anarchie, en tant que celui ayant le premier revendiqué le terme et défini les cibles privilégiées : l’État, le capital et la religion. Parmi les autres grandes figures de ce courant politique, on en trouve certaines nettement moins connues que Bakounine, Reclus, Malatesta, Louise Michel (pionnière du drapeau noir) ou Kropotkine, par exemple : Joseph Déjacque, féministe et inventeur du terme libertaire2 ; Bernard Lazare, intellectuel juif un temps favorable au sionisme naissant ; Johann Most, défenseur de l’action violente et de la propagande par le fait, qui eut une certaine influence sur le mouvement ouvrier des États-Unis ; Leda Rafanelli, italienne ayant vécu en Égypte, et qui mèle anarchisme et islam… Les étapes clefs que sont la création de la Première Internationale et la Commune de Paris sont bien sûr traitées, mais au moment de la scission de l’AIT en 1872, l’anarchisme ne se décline pas encore en mouvements nationaux dignes de ce nom. Un des grands mérites du livre est en effet d’illustrer la capacité d’adaptation de l’anarchisme à des pays et des cultures diverses. On découvre de la sorte l’implantation de l’anarchisme au Mexique entre 1860 et 1880, sur fond de révoltes paysannes (et ce avant le zénith de Ricardo Flores Magon), en Argentine (un quotidien anarchiste est publié au début du XXe siècle), en Bulgarie (avec un essai de vie anarchiste suite à une insurrection en 19033), au Japon avec Kôtoku Shûsui (pendu au début du XXe siècle) ou en Chine (Ba Jin dans les années 1920 et 1930), dans les deux cas sur des idées proches de celles de Kropotkine. Gaetano Manfredonia insiste également sur la dimension réformatrice de l’anarchisme, une thèse qui ne va pas sans quelque grossissement4. Dans son récit de l’époque de la propagande par le fait, il insiste beaucoup sur le poids d’un contexte répressif5, et aborde également l’essor de l’anarcho-syndicalisme6, avec la figure de Fernand Pelloutier ou la fondation de la CNT espagnole en 1910, ainsi que les efforts de changements des mœurs (milieux libres7, éducation, sexualité, etc…). Même l’art et ses relations avec l’anarchisme n’échappent pas à la sagacité de l’auteur, l’art social en particulier, qui vise à populariser les arts plastiques (via des visites guidées de musées), mais aussi à faire s’épanouir les velléités artistiques de tout citoyen et à se ré-approprier les arts décoratifs (dans la lignée d’un William Morris).

La seconde partie de l’ouvrage se concentre sur les deux guerres mondiales et l’entre-deux-guerres, période de « l’espoir brisé ». Plus que les attitudes durant la Première Guerre, qui suivent finalement une ligne de faille similaire à celle des socialistes (ralliés au militarisme, pacifistes et partisans d’une guerre révolutionnaire), Gaetano Manfredonia se penche sur la période révolutionnaire en Russie, évoquant les rapprochements d’un certain nombre d’anarchistes avec les bolcheviques mais surtout l’opposition entre ces deux camps, non sans condamner très clairement Lénine et les communistes, d’une manière que l’on peut juger un peu rapide. Après quelques germes d’espoir supplémentaire, ainsi de la Bavière des conseils dans laquelle les anarchistes Gustav Landauer et Erich Müsham jouent un rôle de premier plan, ou de la fondation de l’AIT anarcho-syndicaliste en 1923, le tableau qui domine est celui de la répression et de l’échec, tout au moins jusqu’à l’« aurore espagnole »8. Quant à la troisième partie, « La lutte continue », elle court de 1945 à aujourd’hui, et apparaît comme la plus originale, celle qui suscitera également à coup sûr le plus de discussions. Gaetano Manfredonia y défend en effet une vision large de l’anarchie, délaissant pour une bonne part le mouvement anarchiste proprement dit, dont les différentes incarnations organisationnelles, les scissions ou les regroupements sont souvent invisibles (on notera cependant des développements intéressants sur les anarchistes à Cuba, impliqués dans la révolution mais se heurtant très vite au cours castriste, ou sur le penseur écologiste radical Murray Bookchin). Rappelons que le livre s’intitule bien Histoire mondiale de l’anarchie, et non Histoire mondiale de l’anarchisme… En lieu et place, l’influence diffuse, par capillarité, sur les situationnistes, les expériences autogestionnaires de LIP et des kibboutz originels, ou les communautés des années 1970, une vision d’un ensemencement général qui prête le flanc à l’accusation de dispersion ou d’excès (George Orwell) et ne traite pas de figures médiatiques se réclamant pourtant du courant libertaire (Michel Onfray). Dans sa conclusion, d’ailleurs, Gaetano Manfredonia se révèle très mesuré dans les perspectives d’avenir de l’anarchisme, accordant davantage d’importance à sa capacité réformatrice qu’à l’avènement d’un Grand Soir…

Cette Histoire mondiale de l’anarchie n’est pas pour autant la synthèse de référence qu’on aurait pu attendre. Les limites concernent d’abord les textes. Le plus souvent, en effet, Gaetano Manfredonia n’évoque pas les ambiguïtés de certains de ses personnages ou mouvements9 : ainsi de Proudhon, mais également du mouvement makhnoviste, ou du thème éminemment polémique des Black blocs. De même, on aurait souhaité bénéficier de davantage d’analyses (ainsi des raisons précises du succès de l’anarchisme dans les différents pays ou des rapports entre anarchisme et décolonisation, seulement survolés ici). Enfin, quelques manques surprennent, à l’image de la plate-forme d’Archinov, totalement négligée. L’iconographie, pour sa part, est d’une grande richesse, combinant photographies, affiches, unes de presse, couvertures de livres ou de brochures, beaucoup inédites. Cette documentation comprend également quelques chansons, dont « La Dynamite » (p. 81), véritable hymne à la propagande par le fait. Néanmoins, les références de certaines illustrations sont parfois absentes (ainsi des pages 92-93), et l’ensemble sert avant tout d’illustration aux textes plus que de documents analysés pour eux-mêmes, concept éditorial oblige, sans doute.

In fine, un ouvrage passionnant, indispensable en l’état, mais qui pose une fois encore cette question lancinante : une telle synthèse peut-elle être l’œuvre d’un seul individu ? Ne nécessiterait-elle pas, au contraire, les efforts d’un collectif ?

1 Il est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4670

2Des textes réunis sous le titre A bas les chefs ! sont publiés par les éditions Champ libre, en 1970, dans la collection des « Classiques de la subversion », ce qui permet la ré-découverte de cet auteur.

3« (…) sur la commune de Strandja, en Thrace orientale. Guerdjikov, le responsable militaire de l’insurrection, fait stocker toute la récolte dans des dépôts communs et déclare le bétail possession commune. » (p. 144).

4L’autogestion à la yougoslave, impulsée par la bureaucratie d’État après la rupture avec Staline, allant « dans le sens préconisé par les anarchistes » (p. 228), semble à la fois osé et peu conforme à la réalité historique.

5« C’est seulement en ayant à l’esprit l’acuité des conflits de classes – qui mettent ouvertement aux prises les capitalistes et les dirigeants d’un côté et les travailleurs mobilisés pour le changement de leurs conditions de vie de l’autre – que l’on peut comprendre la radicalité de la propagande anarchiste de ces années. » (p. 82).

6Ce dernier n’est toutefois pas assez nettement différencié du syndicalisme révolutionnaire.

7Voir la recension du travail de Céline Beaudet sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_anarchiste.htm#beaudet

8« Cas unique dans l’histoire du mouvement ouvrier mondial, les anarchistes ibériques apportent la preuve que des secteurs entiers de la vie économique et sociale peuvent être administrés par les travailleurs eux-mêmes sans l’intervention ni de l’État, ni du patronat, ni d’un parti imposant sa dictature. » (p. 207). Quelques années auparavant, en Mandchourie, une tentative méconnue de fermes autogérées et de système éducatif large eut également lieu (p. 180).

9La critique qu’il adresse à Kropotkine, celle d’être trop optimiste à l’égard du peuple, apparaît quelque peu isolée. 

Serge Wolikow, L’Internationale communiste (1919-1943). Le Komintern ou le rêve déchu du parti mondial de la révolution, Paris, Les Éditions de l’Atelier/Éditions ouvrières, 2010, 287 pages, 26 € (DVD inclus).

Un compte rendu de Georges Ubbiali (avec la collaboration de Christian Beuvain)

Ce livre constitue la réécriture du texte de l’HDR (Habilitation à diriger des recherches) du professeur d’histoire contemporaine de l’Université de Bourgogne, Serge Wolikow. Ce dernier s’est fait connaître d’un large public au fil des années en publiant ou co-dirigeant plusieurs ouvrages sur le mouvement communiste, dont Le Siècle des communistes (L’Atelier 2000), réponse collective au Livre noir du communisme initié par Stéphane Courtois. Serge Wolikow fut également un des initiateurs du Dictionnaire biographique de l’Internationale communiste (L’Atelier, 2001), qui accompagne ce livre sous la forme d’un DVD. C’est un apport très précieux car celui-ci présente près de 800 biographies de kominterniens francophones, dont certains sont évoqués dans le cadre du livre. Il s’agit donc d’un complément fort utile à la lecture du livre.

Ce n’est certes pas le premier ouvrage consacré à l’IC (Komintern en russe), livres de témoignages1 ou analyses historiques2. Récemment, ceux de Pierre Broué3, M Andrieu4 et surtout, en anglais, celui de Kevin McDermott et Jeremy Agnew5. Mais avec le livre de Serge Wolikow, il s’agit de la première synthèse publiée (en français) depuis l’ouverture des archives de Moscou. Ajoutons que c’est également la première histoire anti-stalinienne6 écrite par un auteur proche du courant communiste (ainsi, dès l’introduction, l’auteur peut rappeler à la fois le rôle décisif de la répression stalinienne, tout en avertissant qu’il « faut donc prendre en garde à ne pas oublier ces opposants au prétexte qu’il n’auraient pas joué un rôle majeur dans l’histoire de l’organisation dès leur mise à l’écart », p. 15).

Le propos de l’auteur s’ordonne autour de trois parties. Dans un premier temps, ce sont les questions de l’organisation et de la stratégie qui sont exposées. La IIIe Internationale est créée en opposition à l’organisation socialiste internationale, tout en s’appuyant sur un État révolutionnaire en construction, l’Union soviétique. Cinq chapitres sont nécessaires pour couvrir le quart de siècle qui va de la naissance (chap. 1) à l’épreuve de la Seconde Guerre mondiale et de la dissolution de l’IC (chap. 5), en passant par l’époque charnière de la stratégie du Front populaire (1934-1938, chap. 4). A l’origine, l’IC se présente comme un drapeau et un symbole pour les courants politiques révoltés par l’attitude des socialistes qui ont cautionné (aussi bien en France, en Allemagne que dans la plupart des pays européens, sous des formes variées) la Première Guerre mondiale. La construction de l’appareil du Komintern est longue (au moins au regard de la perspective révolutionnaire qui enflamme le continent européen jusqu’en 1923), aboutissant à la bolchevisation des différents partis communistes. Par bolchevisation, il faut entendre la soumission des partis communistes nationaux au processus de stalinisation croissant qui envahit le parti soviétique et l’État ouvrier. C’est à travers ce processus de bolchevisation, finement décrit, que se forme l’ossature organisationnelles des partis communistes dans les différents pays européens et au-delà, jusque dans les années 1960. Partant du centre européen, l’implantation de l’IC gagne les périphéries (au-delà du continent européen qui l’a vu naître, dans les Amériques ainsi que dans les pays colonisés). Mais cette extension géographique ne doit pas faire oublier que le noyau demeure le continent européen. D’ailleurs, Serge Wolikow apporte au final assez peu d’éléments sur le communisme hors Europe. L’Amérique latine7 est absente de son propos, comme l’Afrique8 ou l’Asie, à l’exception notable de la Chine. Autour de cette Internationale se mettent en place une série d’organisations auxiliaires, ainsi le Profintern (Internationale syndicale rouge), le Sportintern (Internationale rouge des sports), le Krestintern (Conseil international paysan) ou l’Internationale des jeunes, sur lesquels l’auteur offre des informations, certes inédites, mais très ramassées.

Une fois la stabilisation capitaliste entamée, au milieu des années 1920, l’IC adopte ce qui sera considérée ensuite comme une période gauchiste et sectaire, la « Troisième période » où, selon l’heureuse formulation de l’historien la « mobilisation suscitée par la bolchevisation représente un moment politique où le volontarisme et l’espérance révolutionnaire se déplacent de la société vers l’organisation » (p. 77). Cette période « classe contre classe » (1929-1934) conduit à un affaiblissement généralisé des divers partis communistes à travers le continent et au-delà, mais aussi à la formation d’un corps de militants et de cadres dévoués et solides. Ce qui prédomine, c’est l’insistance sur la différenciation avec la social-démocratie et la défense de l’URSS comme forteresse, assiégée, du socialisme. Stratégie qui aboutit en Allemagne – le pays régulièrement montré comme le modèle à suivre pour l’ensemble de l’Internationale – à l’accession au pouvoir du parti nazi et d’Hitler, présentés comme l’ultime étape préalable à l’effondrement du système capitaliste et au triomphe du KPD (Parti communiste d’Allemagne)9. Comme l’exprime avec diplomatie l’auteur, « Au début de 1934, le bilan du Komintern est pour le moins contrasté » (p. 86).

Auteur d’un ouvrage sur le thème du Front populaire10, Serge Wolikow consacre un chapitre complet au retournement stratégique opéré par l’IC. Selon son interprétation, la stratégie du Front populaire ne peut se résumer à l’imposition d’une ligne politique d’alliance avec les socialistes et les radicaux, mais résulte également d’un usage des marges stratégiques par les différents partis communistes nationaux (et en particulier du PCF, le seul parti communiste important agissant dans la légalité). Durant plusieurs années, le PCF, du fait de ses responsabilités politiques (Serge Wolikow rappelle ainsi que Maurice Thorez a pu se montrer favorable à la participation gouvernementale dans le gouvernement de Front populaire, contre l’avis de l’IC11), se trouve au centre de l’IC. De manière inattendue, l’auteur choisit de conclure son chapitre sur le Front populaire par l’évocation des partis belge et suisse, préférant traiter de l’Espagne dans l’ultime chapitre de cette première partie.

En effet, la question de l’antifascisme, et du retournement patriotique constituent la trame de l’approche de la Seconde Guerre mondiale. Engagés dans une dénonciation de celle-ci comme « guerre impérialiste », les partis de l’IC développent cette thématique12, jusqu’à ce que
Hitler révèle ses véritables intentions et attaque l’Union soviétique le 18 juin 1941, après avoir proposé, dans des tractations secrètes avec Staline, un partage du monde entre les deux puissances
13. Finalement, Staline décide lui-même de dissoudre le Komintern en 1943. C’est à la fois le signe de l’abandon du projet révolutionnaire initial et un gage donné aux Alliés. Selon l’historien, cette dissolution ne fait que traduire une fonctionnalité déclinante de l’IC pour la direction russe qui aurait dû aboutir à une disparition plus précoce de l’Internationale, « sauvée » en quelque sorte par l’invasion nazie. Cette première partie, constituant pratiquement la moitié de l’ouvrage, présente une vue synthétique d’une haute densité.

Les deux parties suivantes rompent avec la présentation chronologique et se présentent sous forme thématique. La partie II aborde les thématiques de la culture et de la doctrine du Komintern, invitation à une analyse de la dimension anthropologique de l’IC, et plus particulièrement du Parti communiste français.

Il s’agit d’analyser le mouvement communiste comme producteur d’une culture politique spécifique, comme « la constitution d’une pensée monolithique et globalisante à prétention scientifique » (p. 148). Le chapitre 6 aborde cette culture par le biais de la presse et du livre, qui constituent une pièce maîtresse d’imposition d’une culture politique, système éditorial rapidement clé de voûte de diffusion de la Weltanschauung soviétique. Les chapitres suivants (7, 8 et 9) sont consacrés à des approches qui auraient méritées de plus ample développements, à savoir l’analyse économique14, à celle de l’État de classe15 et enfin à la nation (oscillant entre sa négation radicale en début de période et son exaltation en fin).

La troisième pourrait constituer une introduction à la lecture du DVD qui accompagne le livre puisqu’elle aborde la question des hommes, formation et destins des kominterniens. Les écoles nationales et surtout internationales de formation mises en place par les différents partis communistes permettent de développer une culture d’organisation, faite de discipline, de dévouement, mais aussi de soumission, parallèlement au développement de la stalinisation du système soviétique16. Le Komintern a été à la fois un instrument et une victime de la répression, diffusant « dans l’ensemble du monde communistes des comportements de discipline et d’obéissance aveugle et de remise de soi des militants et des cadres à leur organisation » (p. 239). Cette culture politique régressive est confortée par les défaites politiques successives auxquelles elle conduit : « Le silence et le secret, la discipline imposée et le contrôle de l’organisation sur les cadres et les militants deviennent des normes partagées par tous les partis communistes d’autant plus que l’extension de la guerre et bientôt sa mondialisation semblent justifier et associer la centralisation avec le monolithisme idéologique » (p. 245). Cette culture de la répression (allant jusqu’à l’élimination physique, dont l’exemple de Trotsky ne constitue qu’un épisode) a, selon Serge Wolikow, contribué à l’affaiblissement de l’IC, en accentuant la russification de l’appareil ainsi créé.

Cet ouvrage, d’un grand intérêt, malgré quelques limites, se conclut par une présentation des ressources archivistiques, permettant d’envisager une compréhension à la fois sociale et culturelle d’un activité politique, centrale pour le mouvement ouvrier, singulièrement dans l’hexagone, qui ne saurait laisser aucun lecteur indifférent. Tout le sel de ce livre de Serge Wolikow tient dans la dimension historique de son sujet.

1Jules Humbert-Droz, De Lénine à Staline. Dix ans au service de l’Internationale communiste, 1921-1931, Neuchatel, Éditions de la Baconnière, 1971, 507 p. Signalons aussi le témoignage/réquisitoire de Margarete Buber-Neumann, La révolution mondiale. L’histoire du Komintern (1919-1943) racontée par l’un de ses principaux témoins, Tournai, Éditions Casterman, 1971, 416 p.

2Un livre pionnier, celui dirigé par Jacques Freymond, Contributions à l’histoire du Komintern, Genève, Librairie Droz, 1965, 265 p.

3Pierre Broué, Histoire de l’Internationale communiste, 1919-1943, Paris, Fayard, 1997.

4Maurice Andreu, L’Internationale communiste contre le capital, 1919-1924, Paris, PUF, coll. « Actuel Marx », 2003.

5Kevin McDermott, Jeremy Agnew, The Comintern : A History of International Communism from Lenin to Stalin, Basingstoke, MacMillan, 1996.

6 Dès la première page, l’auteur avance ainsi que « La dimension répressive et dictatoriale des communismes au pouvoir est un élément majeur de l’interprétation du communisme (… ) » (p. 5).

7Sur l’Amérique latine, lire l’ouvrage, en forme de quête, d’Alicia Dujovne Ortiz sur son père, Camarade Carlos. Un agent du Komintern en Amérique latine, Paris, La Découverte, 2008, bientôt chroniqué sur ce blog.

8 En fait la seule mention de l’Afrique se situe dans la dernière partie de l’ouvrage (p. 202) avec le Congrès de la ligue anti-impérialiste.

9 Notons au passage que l’on peut regretter la quasi absence de références aux documents d’analyse de l’IC sur le précédent historique de Mussolini en Italie, une dizaine d’années plus tôt.

10 Le Front populaire en France, Bruxelles, Complexe, 1999.

11 Serge Wolikow considère d’ailleurs que « La non-participation gouvernementale, à première vue paradoxale, témoigne des limites de sa marge de manœuvre à l’égard de l’IC » (p. 99).

12 Ligne qui rencontre de fortes résistances au sein des différents partis communistes, envisagées à travers le cas, peu connu, du Parti communistes de Grande Bretagne (p. 116 et suivantes). En France, cela amène la direction du PCF, dont Jacques Duclos, qui n’est en rien exonéré de ses responsabilités par Serge Wolikow, à envisager de faire reparaître légalement L’Humanité. Des rencontres entre des représentants du PCF illégal à l’époque et des diplomates nazis ont été organisées. Sur cet aspect spécifique, Jean-Pierre Besse, Claude Pennetier, Juin 1940. La négociation secrète, Paris, L’Atelier, 1996. Citant ce livre, basé sur des archives inédites, l’auteur rappelle que la déclaration d’intention du PCF, élaborée par Duclos et Tréand est « non exempte de connotations antisémites » (note 57, p. 143).

13 Négociations diplomatiques par ailleurs assez paradoxales si l’on songe que Hitler « réservait » aux Russes le Moyen-Orient et l’Asie, tandis que Staline se montrait pour sa part « intéressé » par les Balkans et l’Europe de l’Est, que visaient aussi directement les nazis en envahissant la Yougoslavie et développant des accords avec la Bulgarie ou la Hongrie.

14 Dont le bilan n’apparaît pas franchement satisfaisant : « l’analyse économique du Komintern, en synchronie avec la stalinisation, a abandonné l’ambition d’une approche théorique fondée sur l’observation, mais a fractionné l’analyse, et oscillé entre radicalisation politique et pragmatisme, la rendant ainsi largement inaudible sinon inutile pour le mouvement ouvrier qui traditionnellement y puisait des arguments pour l’action. En fait, cela marquait un affaiblissement durable de l’analyse économique face à l’urgence de l’action politique » (p. 174).

15 Chapitre à la fois dense et trop rapide puisque y sont notamment abordées les questions de l’émergence de la revendication des nationalisations par le PCF, de la nature du gouvernement de Front populaire espagnol (démocratie populaire ou démocratie d’un type nouveau ?) Le bilan qu’en tire Serge Wolikow est lui aussi mitigé pour le moins, « l’héritage doctrinal de l’IC est donc contradictoire et incertain » (p. 197).

16 Le lecteur intéressé peut se reporter à la réédition récente du livre de Léon Trotsky, Staline, Éditions Laville, 2011, dont une note de lecture figure sur notre revue électronique, http://revuesshs.u-bourgogne.fr/dissidences/document.php?id=1353

Elsa Osorio, La Capitana, Paris, Métailié, collection « Suite hispano-américaine », 2012, 333 pages, 20 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat1 est un classique sur la guerre d’Espagne, écrit par Mika Etchebéhère, une des rares (peut-être même la seule) femmes, étrangère de surcroît, à avoir dirigé une colonne de miliciens, dans les premiers combats lors de l’assaut de Madrid en 1936. C’est pourtant la veine romanesque qui permet de raconter de manière détaillée sa vie, avant et après la période espagnole. En effet, se basant sur la documentation disponible (cahiers, lettres privées, articles publiés dans des revues méconnues, conversations avec des personnes qui l’ont fréquentée) la romancière argentine Elsa Osorio propose avec la Capitana une très sensible évocation de la figure de cette militante révolutionnaire que fut Mika Etchebéhère. Sa vie ressemble en effet à un roman, mais un roman de la cruauté et de la désillusion. Micalea Feldman dite Mika naît en Argentine d’une famille de juifs immigrés. Au début des années 1920, elle rencontre Hippolyte Etchebéhère, révolté et militant du tout jeune Parti communiste. Ce sera l’amour de sa vie et un engagement commun, sans concession. Hippolyte brûle rapidement sa santé dans un activisme sans borne. Exilés en Patagonie pour reprendre des forces, ils y accomplissent un travail militant considérable. Au bout de quelques années, ils décident de partir pour Paris, où ils participent activement au mouvement des oppositionnels communistes, dont jaillira un peu plus tard des organisations trotskystes. Le voyage se poursuit, brièvement, en Allemagne, peu de temps avant l’accession d’Hitler au pouvoir. Hippolyte publiera une analyse de la défaite sans combat du mouvement ouvrier, profondément divisé entre communistes et socialistes2. Avec Mika, il participe au lancement d’une revue de haute teneur politique, Que faire ?, animée par des militants oppositionnels au sein du Parti communiste français. Mais la santé d’Hippolyte continuant de se dégrader, il part en Espagne, espérant profiter du temps sec et chaud pour guérir. Mika le rejoindra quelques mois plus tard. Ils sont donc aux premières loges lorsque éclate le pronunciamento nationaliste. Immédiatement, les qualités politiques d’Hippolyte font de lui un des dirigeants d’une des colonnes du POUM qui, avec la CNT, constitue l’aile marchante de l’opposition au fascisme. Lorsqu’il meurt au combat, comme une bonne partie des premiers combattants, Mika prend la relève et manifeste un courage exceptionnel, à la tête d’une des colonnes du POUM. Enterrée vivante lors d’un bombardement, elle ne doit la vie sauve qu’à l’admiration qu’elle avait suscité auprès de ses miliciens. Mais sa place de Capitana n’est guère appréciée, au moment où la pression politique des armes soviétiques joue un rôle sur les dirigeants militaires. Elle est finalement évincée des combats en première ligne. Nous laissons au lecteur le soin de découvrir la suite des aventures de Mika, au prise avec des envoyés du NKVD (police politique soviétique) dans des circonstances exactes, mais d’une véracité telle que le romanesque s’en empare aisément. Elle ne quitte l’Espagne qu’au moment de l’effondrement du camp républicain, pour se réfugier en Argentin et revenir s’installer en France plusieurs années après la guerre. Construit en aller-retour entre les différentes époques et les multiples lieux de son existence, ce roman laisse apercevoir l’extraordinaire existence qui fut celle de Mika. Par la trame fictionnelle, des dimensions absentes de sa biographie militante surgissent au fil du récit, dont les rencontres, les amitiés ou même l’amour qu’éprouve Mika pour Hippolyte. Admirablement traduit par François Gaudry, ce livre permet de prolonger la lecture des textes politiques de la Capitana. Et les ouvrages de fiction dont le centre de gravité est le POUM sont trop rares pour qu’on ne les remarque pas3.

1Mika Etchebéhère, Ma guerre d’Espagne à moi. Une femme à la tête d’une colonne de combat, Paris, Denoël, 1975, Actes Sud-Babel, 1998 pour l’édition de poche.

2Juan Rustico [Hippolyte Etchebéhère], 1933 : La tragédie du prolétariat allemand, Paris, Les Amis de Spartacus, 2003, 84 p.

3La romancière Elsa Osorio est également l’auteure du roman Luz ou le temps sauvage (Métailié, 2002)sur le destin des enfants de militants révolutionnaires adoptés par les familles des militaires qui avaient torturé et tué leurs parents, pendant la dictature de la junte de Videla. Sur le même sujet, lire de Caryl Férey, Mapuche, Gallimard, 2012, « Folio-policier », 2013.

Norman Bethune, Politique de la passion. Lettres, créations et écrits (édition présentée et annotée par Larry Hannant), Montréal, Lux Éditeur, 2006, 463 pages, 39 €

Un compte rendu de Christian Beuvain

Au cours du XXe siècle, de nombreux internationalistes traversent qui les frontières, qui les océans pour participer aux révolutions – triomphantes ou défaites – ou aux combats (anti-fascistes, anti-colonialistes, anti-impérialistes) qui se déroulent alors en Europe, en Asie ou en Afrique. Pour ces révolutionnaires, il est vrai, les seules frontières qu’ils reconnaissent sont celles qui passent entre des classes irréductiblement antagonistes et non celles qui partagent des territoires géographiques fixés ayant la nation comme modèle éternel, figé. Se sentant partout chez eux, ces femmes et ces hommes participent à la Révolution d’Octobre (les Français Victor Serge ou Jeanne Labourbe1 par exemple), à la Guerre d’Espagne (les volontaires des Brigades internationales ou des milices libertaires), aux différentes résistances dans les pays d’Europe occupés par les nazis (Espagnols ou Italiens en France, anglo-saxons dans les maquis yougoslaves de Tito2) ou à la Révolution chinoise. Militant(e)s en service commandé, tels les envoyés de la Troisième Internationale – missi dominici de la version bolchevique de l’émancipation, comme Olga Benario, juive allemande3 ou Kitty Harris, juive russe née à Londres4 – francs-tireurs d’une cause qui les attirait immanquablement vers les points chauds du globe (« zones des tempêtes » avant l’heure) ou exilés désireux de continuer ailleurs une lutte commencée dans la patrie que le sort leur avait alloué, tous vivent leur engagement comme une évidence. Celle-ci : refuser de se résoudre à n’avoir « rien à attendre d’autre que la perpétuation du monde tel qu’il est »5. Certains de ces internationalistes, qui sont médecins, possèdent une évidence particulière au cœur de leur périple : mettre leur savoir au service des combattants et des peuples. Le chiffre de 350 volontaires, parfois avancé pour la guerre d’Espagne, se réduit à une poignée seulement pour la Chine6.

Le docteur canadien Norman Bethune est de ceux-là, et les divers documents présentés et annotés par Larry Hannant sous le très beau titre Politique de la passion rendent justice à son action, en Espagne pendant la révolution et en Chine aux côtés des communistes en lutte contre l’agression du Japon qui, après avoir occupé la Mandchourie en septembre 1931 (rebaptisée Mandchoukouo en mars 1932) déclare la guerre à l’État chinois en juillet 1937.

Enseignant d’histoire à l’université Victoria (Colombie-Britannique, Canada), Larry Hannant nous présente un ensemble de textes, dont beaucoup de lettres, qui sont répartis en 7 chapitres dont les intitulés ne cachent rien de l’évolution de son auteur : « L’aventurier », « La conversion », « Le propagandiste », « L’anti-impérialiste » etc. Des photos ainsi que des reproductions de peintures ou croquis sont en annexe, avec une chronologie et une bibliographie. Ces écrits, dont certains sont traduits en français pour la première fois, indiquent de façon tout à fait claire que Norman Bethune sut allier deux passions : la médecine au service des plus démunis et la volonté de transformer le monde. La première l’incite à élaborer, en 1936, un projet de santé publique pour le Canada en créant un regroupement de professeurs et de travailleurs sociaux7, ainsi qu’à jouer un rôle qu’on peut qualifier de « crucial » dans la recherche contre la tuberculose, maladie qui touchait surtout les membres des classes populaires. On peut remarquer que ces deux projets surviennent après un séjour en URSS (1935), avec un groupe de médecins canadiens. Sans doute marqué à la fois par la rudesse de la transformation des structures économico-politiques de ce pays et les débuts laborieux d’une politique de santé socialisée, il assume complètement le processus d’une violence accoucheuse de l’histoire en déclarant, lors d’une conférence à Montréal, en avril 1936 : « La Russie est en couches. […] La création n’est pas et n’a jamais été un geste doux. C’est un geste rude, violent et révolutionnaire ».

Médecin combattant, il l’est d’abord sur les fronts de la guerre anti-fasciste en Espagne, où il met sur pied des unités mobiles de transfusion sanguine, ce qui correspond bien sûr aux exigences d’une guerre moderne, puis ensuite en Chine. Aux côtés des troupes communistes, pendant les combats contre les Japonais, il adapte là aussi la médecine aux conditions sociales de cette guerre, en créant des blocs opératoires mobiles. C’est d’ailleurs à la suite d’une blessure contractée au cours d’une opération qu’il décède d’une septicémie le 12 novembre 1939. Comme le montre très bien Larry Hannant, 1936 et l’Espagne furent en quelque sorte son « chemin de Damas ». A partir de ce moment, Norman Bethune plonge « dans l’arène » car, déclare-t-il, « on doit se battre pour trancher les véritables questions de notre époque » (p. 92) et dès lors « il cessa d’être Canadien (…) pour devenir un citoyen du monde, un internationaliste, dont la seule cause, désormais, allait être son combat contre le fascisme » (p. 95). Il s’investit tellement dans cette cause – qui fut assez largement répercutée au Canada, en particulier grâce aux émissions de radio qu’il enregistrait – qu’elle favorisa, nous apprend Hannant, le recrutement des volontaires canadiens des Brigades internationales, qui formèrent le bataillon Mackenzie-Papineau (p. 162). Suite à des critiques et à une suspicion sur ses fréquentations, féminines entre autres8, amplifiées par le climat délétère qui plombe un camp républicain miné par les défaites militaires – mainmise grandissante des communistes sur l’administration, favorisée par l’aide soviétique, et corrélativement, mise au pas des forces trotskystes, « poumistes », libertaires, liquidation du collectivisme agraire et industriel – Norman Bethune démissionne de son poste de chef du service de transfusion en avril 1937, après avoir été brièvement arrêté par les autorités espagnoles. Il entreprend alors au Canada et aux États-Unis une tournée de propagande en faveur de cette Espagne étranglée de toutes parts.

En janvier 1938, une antenne médicale canado-américaine est envoyée en Chine par un Comité d’aide de New York. Norman Bethune est du voyage. En mars 1938, il est accueilli à Yan’an [Yennan] par des banderoles qui saluent le « grand combattant antifasciste international » et par Mao Zedong lui-même (p. 248, 250). Par ses lettres, nous savons qu’il a lu le récit classique du journaliste progressiste Edgar Snow, paru en 1937, Red Star over China (Étoile rouge sur la Chine, Éditions Stock, 1965) et les ouvrages d’Agnes Smedley9. Il est d’ailleurs en contact avec cette dernière puisqu’elle s’occupe de gérer les fonds, récoltés par des pacifistes américains et canadiens, destinés à l’antenne médicale intégrée à la VIIIe armée communiste commandée par Zhu De (p. 261). Soucieux de toujours « coller » à la réalité du terrain, Norman Bethune propose à Mao, lors de cette rencontre (immortalisée par des timbres et des peintures) un projet d’amélioration des services hospitaliers à Yan’an, avec le concours, qu’il a réussi à obtenir, d’un groupe médical de la Société des nations dirigé par un certain Dr. Mooser, « homme très libéral, partisan de la gauche la plus avancée » (p. 280). Néanmoins, Mao pense qu’il est plus important de fournir des soins mobiles dans la zone de guérilla ; et donc, en juillet 1938, un hôpital de campagne est enfin mis en place. Travaillant d’arrache-pied, Norman Bethune s’épuise, n’écrit presque plus et souffre de son isolement culturel et linguistique au point qu’il ne savait pas qu’une guerre venait d’éclater en Europe. Il est décidé à retourner quelques temps sur le continent américain pour accroître la collecte de fonds, ceux-ci manquant cruellement, lorsqu’il se blesse et décède. A sa mort, Mao Zedong lui rend un hommage appuyé dans son texte « A la mémoire de Norman Bethune » (21/12/1939).

A la lecture des multiples lettres de ce livre, on se rend compte que ce médecin communiste canadien n’était pas le seul étranger à s’être engagé aux côtés du peuple et des révolutionnaires chinois. Au hasard des échanges, un certain George Hatem, appelé par les Chinois Ma Haide, apparaît. Médecin américain né de parents libanais, celui-ci arrive en Chine en 1933, avec le journaliste américain Edgar Snow, pour ne plus la quitter, puisqu’il y meurt en 1988, devenu entre-temps le premier étranger à acquérir la nationalité chinoise. Après le succès de la Révolution chinoise en 1949, il travaille au Ministère de la Santé. Dans les lettres à Ma Haide, Norman Bethune n’oublie jamais de prodiguer ses « amitiés à Li De » (p. 330 par exemple). Cette mystérieuse connaissance des deux médecins anglo-saxons a échappé à la sagacité de Larry Hannant. Li De est Otto Braun, envoyé de l’Internationale communiste en Chine (après son évasion d’une prison allemande10), comme spécialiste militaire et qui est le seul Européen à avoir effectué la Longue Marche. Un autre médecin, Juif autrichien du nom de Jakob Rosenfeld, arrive en Chine en 1939 (c’est-à-dire l’année du décès de Norman Bethune), après avoir été interné à Buchenwald. Devenu communiste à Shanghai, il rejoint en 1941 la Nouvelle IVe Armée, puis la VIIIe. Connu sous le nom de Général Luo, il occupe en 1947 le poste de ministre de la Santé du gouvernement provisoire communiste. Une statue et un hôpital portent son nom en Chine. Enfin, un autre Allemand, Friedrich Kisch (1894-1968), médecin également, offre ses services lors de la guerre contre le Japon, après avoir été, comme Norman Bethune, en Espagne, dans les Brigades internationales. Ce Friedrich Kisch est un des frères du célèbre journaliste communiste Egon Erwin Kisch11. A ce personnel médical, on peut ajouter les créateurs de coopératives industrielles comme le Néo-zélandais Rewi Alley assisté du jeune britannique George Hogg, le journaliste polono-allemand Hans Shppe, qui est abattu par les Japonais en 1941, sous l’uniforme de la VIIIe Armée de route, après avoir formé un cercle d’études marxistes international ou l’interprète Sydney Rittenberg, qui s’installe en Chine et dirige, pendant la Révolution culturelle, un groupe de maoïstes étrangers nommé …. le Groupe rebelle de Yan’an Dr. Norman Bethune12 !

Le souvenir de ces militants n’est pas totalement éteint en Chine, puisque outre les traces mémorielles qui concernent Norman Bethune13, le Musée historique de Pékin a consacré une exposition à Jakob Rosenfeld, en 2006, inaugurée par le Président Hu Jintao, ce même président qui remercia officiellement le personnel médical d’avoir aidé le peuple chinois dans sa guerre de résistance contre les Japonais, lors de la commémoration de la victoire alliée, le 3/09/2005. Hans Shppe est également statufié, dans la province du Shandong, dans l’est du pays.

Ainsi, en suivant librement quelques chemins de traverse avec ce « camarade Docteur », le lecteur part à la rencontre d’une Chine qui semble, comme beaucoup d’autres territoires idéologiques du siècle passé, appartenir à une autre planète, tant il est vrai que sur les chemins actuels qui mènent de l’Occident à la Chine, les passeurs de contrats commerciaux ont désormais pris la place des missi dominici cosmopolites de la révolution. Cette aventure intellectuelle et militante de Norman Bethune14 peut aussi se lire comme la métaphore du cheval blanc de Zapata, ou de Lénine, l’espérance de promesses oubliées ou perdues15 .

1Jeanne Labourbe, institutrice en Pologne, participe aux révolutions de 1905 et de 1917. Première communiste française, elle est fusillée à Odessa avec d’autres bolcheviques, par des officiers russes Blancs et français, en mars 1919.

2Comme l’acteur américain Sterling Hayden (1916-1986) qui après avoir découvert « le communisme en côtoyant les partisans yougoslaves pendant la guerre » (Thomas Wieder, Les sorcières de Hollywood. Chasse aux rouges et listes noires, Paris, Éditions Philippe Rey, 2006, p. 130) adhère au Parti communiste des États-Unis entre 1945 et 1946, avant de témoigner et de donner des noms à la Commission des activités antiaméricaines en 1952.

3Entrée en « communisme » à l’âge de 15 ans, cette militante libère par la force, avec un groupe des Jeunesses communistes allemandes dans les années 1920, le communiste Otto Braun de la prison Moabit, à Berlin, avant de se réfugier avec lui en URSS, d’où elle repart en mission au Brésil assister le leader communiste Carlos Prestes (qu’elle épousera) pendant que Otto Braun est envoyé en Chine. Sur Olga Bénario, un récit de Fernando Morais, Olga (Paris, Éditions Stock, 1990) et un documentaire allemand, Olga Benario, une vie pour la révolution, de Galip Iyitanir en 2002 (diffusé sur la chaîne Arte le 30 janvier 2006).

4Kitty Harris est une militante étatsunienne du Comintern, envoyée en mission à Shanghai en 1927 avec Earl Browder (futur secrétaire général du Parti communiste des États-Unis), avant d’aller à Berlin au début des années 1930. Sur cette révolutionnaire, il existe un documentaire canadien de Tim Southam, sur un scénario de l’historienne Julie Wheelwright, Kitty Harris, une vie d’espionne, 2004 (sur la chaîne Histoire, le 26 mars 2012).

5 Alain Badiou, S’orienter dans la pensée, s’orienter dans l’existence, séminaire public (octobre 2004-juin 2007), séance de novembre 2004, sur http://www.entretemps.asso.fr/Badiou/04-05.2.htm

6Lire l’article de G. E. Sichon, « Mémoires et témoignages. Les médecins des deux guerres : Espagne 1936-1939. Chine 1939-1945 », Matériaux pour l’histoire de notre temps, n° 19, avril-juin 1990, p. 57-64.

7Ce groupe publie un Manifeste du groupe montréalais pour la protection de la santé publique. Ce programme détaillé d’un système public de santé est accueilli défavorablement par la majorité du corps médical et la classe politique.

8Un roman de Dennis Bock paru après cet ouvrage, Le Docteur rouge (Paris, Mercure de france, 2008), est consacré à son aventure avec une certaine Kajsa von Rothman, membre du syndicat libertaire CNT puis de l’UGT socialiste, soupçonnée d’être une espionne.

9Agnes Smedley est une militante socialiste, féministe et internationaliste qui, de Berlin à la Chine, où elle vécut de 1928 à 1933 et de 1935 à 1941, fut de tous les combats de ce premier demi-siècle. Elle écrit de nombreux reportages, en particulier sur la Chine, pour la presse anglo-saxonne et française. Bien que n’ayant jamais été membre du Parti communiste des États-Unis, mais sans doute travaillant pour la Comintern, elle est accusée, en 1949, d’être une espionne soviétique par la Commission des activités antiaméricaines. Elle quitte donc son pays et s’exile à Londres où elle meurt en mai 1950. Le livre d’Edgar Snow Red Star over China lui est dédié. Quand à Edgar Snow, lui même inquiété lors de la période maccarthyste, il part en Suisse quelques temps. Il existe, bien entendu, les biographies d’Agnes Smedley et d’Edgar Snow, en anglais, mais nous ne disposons d’aucun travail en langue française.

10 Voir la note 4.

11Wim de Neuter, « Image d’un journaliste révolutionnaire : Egon Erwin Kisch », Études marxistes, n° 3, 20 février 1990 et n° 4, 20 mars 1990. Lire d’Egon Erwin Kisch, Prises de vue, Saint-Sulpice (81), Les Fondeurs de brique, 2010, un ensemble de reportages engagés.

12 Des renseignements sur ces militants se trouvent dans une sitographie anglo-saxonne accessible sur Internet par divers moteurs de recherche.

13Un mausolée à sa gloire est érigé à Shijiazhuangen et des hôpitaux ou écoles portent son nom. En août 2006, la 1ere chaîne de télévision chinoise diffuse une série de 20 épisodes intitulée Norman Bethune, réalisée par Yan Yang, comprenant des documents inédits. Hors de Chine, signalons le film de Phillip Borsos, Docteur Norman Bethune (1989, 1 h. 51 min.) avec Donald Sutherland et Helen Mirren, ainsi que le documentaire de Donald Brittain, Bethune (1964, 58 min.).

14Une biographie récente, qui semble être un excellent travail, vient de sortir aux États-Unis : Roderick Stewart, Sharon Stewart, Phoenix. The Life of Norman Bethune, Montréal, McGill-Queens University Press, 2011. Sa traduction en français serait bienvenue …

15Au début de son livre Le cheval blanc de Lénine ou l’histoire autre (Complexe, 1979), l’historienne Régine Robin mêle des souvenirs (peut-être) inventés de son père, des images du film de Miguel Littin La terre promise et la légende entourant ce fameux cheval blanc d’Emiliano Zapata..

André Corten, L’État faible. Haïti et République Dominicaine, Québec, Mémoire d’encrier, 2011, 397 pages, 24,55 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Paru initialement à la fin des années 1980, cet ouvrage avait fait débat, en analysant le parcours et la situation de ces deux pays – Haïti et la République Dominicaine –, partageant une même île. L’écart social, économique, qui apparaissait alors entre les deux parties de l’île, n’a cessé de se creuser depuis. Cette réédition est enrichie d’une nouvelle introduction et d’importantes contributions externes, dont les plus intéressantes concernent Haïti, et permettent de remettre en perspective l’impact du séisme du 12 janvier 2010 et les écueils, impasses de la reconstruction.

Les conceptions utilisées par Corten – « indifférenciation sociale (pas de classes, mais une masse paupérisée non structurée) » et « transnationalisation des besoins » – peuvent être discutées, mais elles ouvrent des pistes intéressantes. De même, il éclaire le problème des travailleurs haïtiens dans les champs de la République Dominicaine – et leur double exploitation, y compris par le régime haïtien – ainsi que la situation problématique du modèle de production et de pouvoir dès l’indépendance, en 1804. Par ailleurs, lorsqu’il aborde la question de la faiblesse et de la fragilité de l’État, il ne tombe pas dans les travers d’un discours d’expertise managériale, si commun dans les instances internationales, et le relie à une histoire et à des luttes sociales. Il est dommage cependant que les spécificités du duvaliérisme (régime dictatorial mis en place à Haïti par François Duvalier [« Papa doc »] de 1957 à 1971, et poursuivi par son fils Jean-Claude Duvalier [« Baby doc »] jusqu’à ce qu’il soit chassé du pouvoir en 1986) et du trujillisme (du nom du dictateur militaire, Rafael Trujillo, au pouvoir en République Dominicaine de 1930 à 1961) n’aient pas été développées.

Mais l’actualité de cet essai tient principalement aux ajouts de l’introduction et des deuxième et troisième parties, qui concernent Haïti aujourd’hui. Corten rappelle les profondes inégalités qui structurent – et déstructurent – Haïti, où « les 80% d’exclus sont toujours regardés à travers les yeux des 20% restants » (p. 16). Pour sa part, Rubén Silié revient sur le rôle décisif – pour le meilleur et, plus souvent, pour le pire – de la communauté internationale : « d’une manière ou d’une autre, elle est intervenue dans tous les grands événements politiques et sociaux de ces cinq lustres (…). Depuis la chute de la dictature, on ne connaît aucune situation difficile qui ait trouvé une issue sans la participation internationale » (p. 261). De son côté, Laënnec Hurbon décrit avec intelligence le double phénomène de dévalorisation et de relativisation des institutions, et affirme, pessimiste, que « tout se passe comme si ce désastre [le séisme du 12 janvier 2010] ne suscitait aucune urgence dans les solutions, l’État s’en allant comme un frêle esquif qui ouvre la voie aux divers colporteurs de prophéties, de révélations et d’apocalypse, mais aussi aux groupes et clans assoiffés de pouvoir et d’argent facile » (p. 285). Enfin, Sabine Manigat analyse le hiatus, depuis la seconde moitié des années 1980,entre la dynamique et les luttes des mouvements populaires, d’un côté, et la scène politique, les partis politiques, peu représentatifs et organisés, de l’autre. Plus positivement, elle note « l’acceptation et [de] la légitimation rapide, mais consistante » de l’exercice citoyen du vote et des élections depuis la fin de la dictature (p. 289).

Ce livre offre donc un regard historique et des outils d’intelligibilité pour revenir sur l’histoire d’une île et plus particulièrement de Haïti, par-delà les intenses et éphémères emballements médiatiques qui ont suivi le tremblement de terre de 2010.