Archives par étiquette : Lénine

Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine. 2. L’épreuve du pouvoir, Paris, Seuil, collection « Esprit », 1973, 400 pages, 20 €.

Un compte-rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Second tome [1] de cette étude majeure de Marcel Liebman consacrée à Lénine, ses idées et plus généralement sa praxis, qui aborde cette période importante où les bolcheviques ont dû faire face aux responsabilités du pouvoir [2]. Choisissant un plan scalaire, l’auteur aborde successivement l’État, le Parti et enfin la société. L’occasion de se plonger également dans l’évolution de la révolution russe, à laquelle Lénine est intrinsèquement associé. Les premiers mois suivant Octobre, en effet, les masses sont en effervescence, les nouveaux dirigeants n’ayant pas les moyens de gérer la totalité du territoire plurinational : la réforme agraire, le contrôle ouvrier ou la multiplication des soviets sont autant de symptômes d’une vitalité populaire, que Lénine approuve et en laquelle il place toute sa confiance, voyant dans cette autogestion administrative et cette liberté démocratique des masses l’application de ce qu’il écrivait dans L’État et la révolution.

Le tournant, c’est la signature de l’accord de Brest-Litovsk, perçu par Lénine comme le début d’un repli (temporaire) de la révolution. Dès lors, il place sa confiance avant tout dans l’avant-garde prolétarienne, appelant dans le même temps à la mise en place d’un capitalisme d’État (avec obligation de rendement et méthodes de management scientifiques), afin de rétablir une situation économique qui ne cesse de se dégrader. A la fin de l’été et à l’automne 1918, l’autonomie considérable que possédaient les soviets des diverses régions (au point qu’en Sibérie, les bolcheviques aient refusé d’approuver l’accord de Brest-Litovsk) disparaît au profit d’une centralisation croissante et même d’une militarisation, liée au développement de la guerre civile. Les soviets connaîtront encore un renouveau, à l’occasion de l’hiver 1919-1920, avec entre autre des élections plus démocratiques, mais ce fut un phénomène éphémère, effacé par la guerre russo-polonaise et la crise économique de 1920-1921. « La démocratie soviétique, née de la poussée des masses et de la victoire bolchevique, avait, par suite de leurs défaites et de leur isolement, définitivement vécu. » (p. 35). Quant à la dissolution de la Constituante, elle est, sans ambiguïté, justifiée par Marcel Liebman, en raison de la confiance des masses les plus politisés vis-à-vis des soviets, et de la caractérisation de cette Assemblée comme réactionnaire et bourgeoise dans sa composition et son positionnement.

Autre point délicat, et sujet de nombreuses polémiques, la possibilité d’une coalition gouvernementale au lendemain de la prise de pouvoir d’octobre. Là encore, Marcel Liebman donne quitus aux bolcheviques, les socialistes-révolutionnaires (SR) suivis par les mencheviques ayant choisi de se retirer du IIe congrès des soviets (à la surprise et au grand regret de Soukhanov, d’ailleurs), avant d’adopter une attitude intransigeante lors des négociations avec les bolcheviques, conduisant à leur abandon. Une analyse différenciée est cependant apportée quant à ces deux courants politiques : là où l’auteur ne voit que contre-révolution dans le positionnement des SR, favorables à la Constituante dissoute et à la guerre aux côtés des alliés de l’Entente, il porte un regard autrement plus compréhensif sur les mencheviques. Ces derniers, bien qu’essayant souvent de concilier des contraires, se révélèrent d’une grande diversité politique concrète, la tendance de Martov opérant dans une certaine proximité – critique – d’avec les bolcheviques. Le parti, d’abord interdit en juin 1918, fut d’ailleurs de nouveau autorisé en novembre de la même année, ce jusqu’au début de 1921, leur nouvelle et ultime interdiction étant, aux yeux de Marcel Liebman, une « faute irréparable » (p. 92) de Lénine, d’autant que les mencheviques se faisaient le relais de revendications ouvrières (en plus d’avoir proposé des mesures anticipant sur la NEP dès 1919). Une chose est sûre, selon l’auteur : aucune programmation totalitaire n’est à l’œuvre dans  l’analyse léninienne. Concernant enfin la question des nationalités, au croisement de diverses problématiques (dont l’inévitable guerre civile), en dépit de ses applications contrastées, elle affiche de réelles avancées, en particulier des efforts de modernisation dans les Républiques non russes et une autonomie au moins partielle.

Dans les développements sur le Parti bolchevique, dont le chevauchement avec les structures étatiques est bien connu, Marcel Liebman insiste beaucoup sur la vitalité démocratiques des premiers temps, avec l’opposition des communistes de gauche à la paix de Brest-Litovsk, au nom de la priorité à donner envers et contre tout à la révolution mondiale. Une opposition particulièrement forte dans les rangs de l’organisation, à la base surtout, qui suscita les critiques de Lénine (qualifiant leur position de romantisme révolutionnaire), tout autant que son respect, en raison de leur terrain commun, celui du marxisme. Là encore, aux yeux de l’auteur, on est loin du traitement des oppositions par Staline, Lénine considérant les communistes de gauche ou même l’Opposition ouvrière comme étant fondamentalement de la « famille » (p. 131). Cette démocratie interne subsista donc jusqu’au Xe congrès du Parti en 1921, l’hiver précédent ayant été encore marqué par un intense débat sur la question syndicale. La peur de la scission du Parti dans une phase de repli, nourrie alors par Lénine, expliquerait cette mesure exceptionnelle (Marcel Liebman y insiste) d’interdiction des fractions et des tendances. Autre particularité du Parti bolchevique au pouvoir, son souci de conserver sa nature d’avant-garde, de formation d’élite, justifiant les purges d’alors, visant à épurer le Parti de ses éléments parasites, ce qui ne suffit pas à enrayer la formation d’une bureaucratie, à laquelle le recrutement de spécialistes contribua visiblement beaucoup ; ces derniers exercèrent en effet une forme d’hégémonie sur les cadres prolétariens, de la même manière que les barbares vainqueurs de l’empire romain adoptèrent tout ou partie de la culture des vaincus…

Quant à la question de la violence, Marcel Liebman ne cache pas l’usage de la terreur par Lénine, mais souligne tout à la fois sa mesure au moins relative (son écoute à l’égard de Gorki ou Kropotkine, ses velléités de limitation des pouvoirs de la Tchéka en décembre 1921 ou d’abolition de la peine de mort en février 1920), et le poids considérable du contexte. L’auteur souligne dans le même temps les avancées progressistes de l’exercice du pouvoir bolchevique : légalisation du divorce, reconnaissance des enfants légitimes ou non, mise en place d’une justice populaire (plus efficace – et moins dure – dans les villes que dans les campagnes, en raison du retard culturel), liberté artistique et ouverture de la culture au plus grand nombre, développement d’un système éducatif refondu (mixité, liberté accrue pour les élèves, enseignement scolaire et manuel combiné, autogestion, suppression des examens)… Le contrôle ouvrier fut également initialement validé, organisé dans une pyramide de comités d’usines destinée à assurer un minimum de centralisation étatique, loin d’une autonomie autiste ; et si l’efficacité de ce contrôle ouvrier, dans les conditions d’alors, fut bien peu efficace économiquement parlant, le gain en fierté et liberté ouvrière est, aux yeux de Marcel Liebman, incomparable. Le choix fait par Lénine de mettre en place une forme de capitalisme d’État, en particulier avec la NEP, pose la question de la légitimité et de la grève, et des syndicats. Et pour le dernier Lénine, l’action des syndicats apparaît nécessaire face à la bureaucratie déformant l’État ouvrier.

La partie sur la société soviétique est centrée sur la classe ouvrière, négligeant malheureusement d’aborder la paysannerie et les autres classes sociales. Marcel Liebman constate en effet, sous les coups de la misère, du froid, de la faim, des maladies, du blocus occidental (de février 1918 à février 1920), de la guerre civile et de la perte de territoires d’une grande richesse, la désintégration pratique de la classe ouvrière. Il n’empêche, bien qu’une véritable dictature du prolétariat n’ait existé que jusqu’à l’été 1918, et qu’elle ait été remplacée par une dictature de l’avant-garde du prolétariat, la classe ouvrière fut selon lui valorisée par le nouveau système électoral (sur-représentant les villes), par son entrée massive dans les rangs de l’armée rouge ou à l’université, ainsi que par l’expropriation de la bourgeoisie (l’échelle des revenus à la veille de la NEP n’étant que de 1 à 5). Toute la partie consacrée à la politique extérieure se penche à la fois sur la diplomatie léniniste et sur la mise en place d’une nouvelle Internationale. La première répond à certains principes, favoriser les divisions entre impérialismes afin de protéger la Russie soviétique, et encourager la révolution mondiale, centrale, dont sa composante anti-coloniale. Non sans contradictions, le soutien à la Turquie ou à la Perse, décrétés pays anti-impérialistes, s’accompagnant de la répression des communistes locaux… Pour ce qui est de la Comintern, bien que diagnostiquant une tendance de Lénine à faire du schéma d’arrivée au pouvoir des bolcheviques un modèle à suivre, Marcel Liebman insiste surtout sur l’internationalisme de Lénine comme de l’Internationale, qui empêchèrent de son vivant toute russification poussée.

Marcel Liebman conclut son étude par l’évocation des derniers temps de Lénine, ceux du Dernier combat… évoqué par Moshe Lewin, largement utilisé ici. Un moyen pour lui d’insister à la fois sur « (…) un projet éminemment démocratique (…) » (p. 323, souligné par l’auteur) et sur la rupture entre Lénine et Staline, thuriféraire d’un « léninisme appauvri » sans « levain » (p. 356). Ce qui n’empêche pas les critiques, en particulier les insuffisances sur l’instrument nécessaire à la victoire dans les pays avancés (ainsi que sur l’analyse approfondie du réformisme) comme sur l’édification d’une véritable démocratie socialiste. Quant à l’actualité du léninisme, Marcel Liebman la voit en particulier dans la nécessité d’un parti d’avant-garde, seul moyen selon lui de faire face à une bourgeoisie solide. Écrit en 1972-73, soit dans ces années 68 si empreintes d’espérance révolutionnaire, cet ouvrage en porte indéniablement la marque, pour y apporter une vision proche du léninisme [3].

[1]    Merci à Christian Beuvain pour le prêt de ce livre.

[2]    La recension du premier tome se trouve sur notre blog de Dissidences, dans le second dossier de notre ensemble consacré au centenaire des révolutions russes, https://dissidences.hypotheses.org/8300

[3]    Une réédition, revue et augmentée, des deux tomes réunis en un seul, est prévue pour la fin octobre 2017, aux éditions Samsa.

Soirée spéciale sur Arte : un centenaire des révolutions russes, tiraillé entre 1917 et 2017

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Le mardi 28 février 2017, cent ans après la victoire des insurgés de février 1917 en Russie (si l’on suit bien sûr le calendrier russe de l’époque, dit julien), la chaîne franco-allemande organisait, dans le cadre de ses soirées Théma, une spéciale centenaire de la révolution russe. Pas moins de trois documentaires et une fausse « soirée spéciale » (voir ci-dessous) se succédaient, pour un total de diffusion de près de six heures. Les commentaires de la journaliste faisant le lien entre les différentes parties du programme étaient émaillées de quelques remarques témoignant de l’influence de l’école totalitaire, revivifiée en France avec Le Livre noir du communisme (une « poignée de communistes fomente la révolution mondiale »), mais l’essentiel n’était pas là.

Le premier documentaire, Lénine, une autre histoire de la révolution russe, est le plus directement centré sur les événements de 1917, le plus classique aussi dans sa forme. Réalisé par Cédric Tourbe, il a été écrit par ce dernier, le politiste et sociologue Michel Dobry (qui n’est un spécialiste ni du communisme/léninisme ni de la Russie) et l’historien Marc Ferro, sans que l’on sache comment le travail entre les trois hommes a été organisé. Néanmoins, un article du Monde de 20141, consacré à un précédent documentaire de Cédric Tourbe, Révolte, donne des indications précieuses sur la façon de travailler de ce documentariste. En 2013-2014, le producteur de Yami 2, Christophe Nick – bien connu des historiens spécialistes de l’extrême gauche pour avoir écrit en 2002, alors qu’il n’était encore que journaliste et documentariste, un ouvrage de plus de 600 pages, Les Trotskistes (Fayard), salué par les médias bien que truffé d’erreurs, d’approximations et de jugements de valeurs péjoratifs2 – imagine et produit une série, Révolte, dont il confie la réalisation à Cédric Tourbe3. Celui-ci, lors de ses recherches sur ces révoltes sans lien historique ou idéologique entre elles, se serait « heurté à un problème de définition et de méthode », ce qui paraît effectivement logique. Sur les conseils de Christophe Nick, il se plonge alors dans l’ouvrage de Michel Dobry, Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles (Presses de la FNSP, 1986). Cet argumentaire sociologique devient « la matrice narrative de Révolte »4 tandis que Michel Dobry endosse le rôle de conseiller technique. Cédric Tourbe a donc fait de nouveau appel à lui pour ce documentaire, mais comme co-rédacteur cette fois-ci.

L’exposé des faits suit un déroulement chronologique, débutant par le contexte de guerre, étonnamment optimiste (« Rien ne semble menacer l’ordre établi »), alors que l’on sait le tsar et son gouvernement assis sur du sable… Le commentaire revient ensuite aux événements révolutionnaires de 1905, présentant des images filmées du Dimanche rouge ne manquant pas d’étonner. Le problème, qui revient de manière récurrente à propos de quasiment tous les documentaires de ce type, c’est que les images d’archives, qui pour beaucoup sont extraordinaires, sont loin d’être systématiquement référencées, à l’exception des extraits de films soviétiques5. Sur 1905, l’accent est mis sur la duplicité de Nicolas II quant à l’instauration d’une Douma, et sur l’ampleur et la dureté de la répression qui suivit les événements. Le déroulement de la révolution de février, très fidèlement retracé, en utilisant de façon didactique un plan de Petrograd dynamisé afin d’illustrer le parcours des manifestants, et en insistant sur l’importance du Prikaze n° 1 adopté par le soviet de Petrograd, alterne ensuite avec des vues de Zurich, lieu d’exil de Lénine (la musique traditionnelle qui accompagne les images suisses est par contre à la limite de la caricature), et l’évocation de la vie de ce dernier. Si certaines analyses s’avèrent discutables, ainsi de l’impact de l’exécution de son frère Alexandre (la profonde haine de classe qui en aurait résulté est finalement bien proche du mythe de la vulgate soviétique) ou de son supposé « dogmatisme »6 (on pourrait au contraire souligner son empirisme), le plus gênant est ailleurs.

Le texte brosse en effet le portrait d’un Lénine à la fois ballotté par les événements révolutionnaires, qui « navigue à vue », et ne poursuit qu’un seul objectif : l’insurrection organisée par son parti. Ce Lénine monomaniaque est bien loin de toute appréhension de ses évolutions stratégiques et tactiques, telles qu’elles apparaissent par exemple dans le livre d’Alexander Rabinowitch, Les Bolcheviks prennent le pouvoir. La révolution de 1917 à Petrograd7. Car ce n’est qu’après les journées de juillet que Lénine considère l’insurrection comme une option valable, l’écartant un temps en septembre avant d’y revenir et de s’y tenir jusqu’au bout. Au lieu d’un analyste politique scrutant le fil de l’actualité, l’évolution des rapports de force et les actions des uns et des autres, le documentaire invente ainsi un Lénine tout à la fois arc-bouté sur une « idée fixe » (sic) mais néanmoins impuissant à la mettre en œuvre. Cette vision paradoxale et fantasmatique s’accompagne d’une perception pour le moins ambiguë du parti bolchevique. Lénine était censé le diriger de façon autoritaire (« exclure, « diviser »), mais au moment de son retour en Russie et des célèbres thèses d’avril, la distance prise par ses camarades avec ses nouvelles positions fait dire à la voix off « Comme avant-garde discipliné, on a vu mieux » ; pourtant, en peu de temps, il « impose son programme au parti ». Il y a, dans ces quelques phrases contradictoires, l’aveu d’une incompréhension du mode de fonctionnement de l’organisation bolchevique, traversée de tendances divergentes et lieu de confrontation démocratique d’idées.

Le récit évoque ensuite fidèlement l’accentuation progressive de la crise, par l’incapacité du pouvoir à faire la paix, induisant désertions massives au front et radicalisation des soldats et des ouvriers dans les villes, insiste sur l’opposition entre Lénine et Kerenski, et expose avec justesse la violence de classe et la répression dirigée contre les bolcheviques après les journées de juillet. Par contre, à compter de la tentative de coup d’État de Kornilov (dont les prolégomènes sont hélas négligés), l’exposé est trop rapide, et son laconisme ne permet pas de comprendre le divorce croissant et bientôt irréparable, tel qu’il s’exprime au IIe Congrès des soviets, entre les mencheviques et les socialistes-révolutionnaires d’un côté, les bolcheviques de l’autre. A l’inverse, le transfert de légitimité qui, à l’automne, va du gouvernement provisoire aux soviets, est bien illustré. Mais la conclusion du documentaire pêche par son simplisme et sa brièveté : car immédiatement, « La démocratie soviétique vient d’être confisqué par un seul parti » (le processus, on le sait, fut nettement plus progressif et complexe)8, et, de la guerre civile qui s’ouvre, le commentaire ne retient que l’interdiction des autres partis, les réquisitions et les famines. Les témoignages mis à contribution – principalement ceux de Nicolas Soukhanov9, mais également de la journaliste et écrivain Marylie Markovitch ou de Léon Trotsky –, la richesse de l’iconographie10 et l’accent mis à plusieurs reprises sur les mobilisations populaires et les enjeux de classe qui se dessinent font de ce documentaire une contribution précieuse au récit de l’année 1917. Sauf en ce qui concerne Lénine et son parti… ce qui n’est pas rien, surtout si l’on se fie au titre du documentaire. Et sauf également en ce qui concerne, par exemple, les autres organisations révolutionnaires (quid des anarchistes, des mencheviques, des socialistes-révolutionnaires, réduits ici aux figures d’un Kérenski ou d’un Tchernov) ou les comités d’usines, la situation dans les autres villes de l’empire (Moscou, Kiev, Kazan, Bakou, Toula, Saratov, etc.) ou les mille et unes manières dont des ouvriers11 mais aussi des femmes, des jeunes éduqués, des artistes perçoivent, comprennent et s’approprient dans leur vie quotidienne les idéaux révolutionnaires12. Ainsi, ce documentaire, et c’est logique, n’est que la mise en images d’une historiographie ancienne, politiste, idéologique et partidaire, ignorante des dernières recherches anglo-saxonnes (voire russes) comme des nouveaux chercheurs français13. Son sous-titre – Une autre histoire de la révolution russe – ne tient pas, lui non plus, ses promesses.

Ce premier documentaire était suivi par une Édition spéciale : l’abdication du tsar Nicolas II. Il s’agissait de traiter les événements de février-mars 1917 de la manière dont les médias d’aujourd’hui le feraient, tout particulièrement les chaînes d’informations en continu. Outre la journaliste principale sur le plateau, et une soi-disant experte invitée14, un bandeau en bas d’écran énumérait diverses informations, tandis que des envoyés spéciaux à Petrograd, Moscou, Berlin, Paris, New York ou Washington étaient régulièrement sollicités. Internet se voyait également mis à contribution, le grand-duc Michel annonçant son refus de la couronne par Tweeter, tandis qu’un lanceur d’alerte anonyme diffusait sur la toile les documents témoignant des négociations entre Lénine et les autorités allemandes pour son retour en Russie. Les images d’archives utilisées étaient par ailleurs colorisées, et certaines reconstitutions avec acteurs s’apparentaient au principe très contemporain du docu-fiction. Le résultat est assurément dynamique, mais, second degré de la part des journalistes ou intégration des tendances très actuelles du traitement de l’information, les événements russes étaient traités sous trois axes principaux : politique, bien sûr, mais aussi économique (les intérêts de la France seront-ils lésés ?) et people. Parmi les reportages diffusés, l’un traitait du cas Raspoutine, un autre de Darmstadt et de la famille de la tsarine Alexandra, un dernier enfin des produits de luxe achetés par la cour à travers l’exemple de Fabergé (dont le directeur est faussement interviewé) ; l’ensemble représente tout de même la moitié des dits reportages ! Moins flagrante, la dimension que l’on pourrait qualifier de sécuritaire, de rejet de la violence populaire, est présente à travers les inquiétudes des journalistes quant au sort réservé aux collaborateurs de l’Ancien Régime, la présentatrice évoquant même « la terreur dans les rues » (de Petrograd).

Le dernier point fort discutable tient à l’anachronisme non de la forme, mais du fond. La soirée spéciale consacre en effet une large place à Lénine et à ses positions, à un moment où le leader révolutionnaire ne bénéficie d’aucun écho sur place, alors que ni les mencheviques, ni les socialistes-révolutionnaires ne sont cités une seule fois. Il y a là une projection des événements à venir par des journalistes que l’on pourrait croire véritablement omniscients. C’est au point que les inquiétudes du gouvernement français à l’égard des bolcheviques sont évoqués… Outre un reportage qui lui est consacré (avec des images prétendument filmées dans un café suisse où il avait ses habitudes, alors qu’elles sont plus tardives, datant d’un congrès d’après la prise du pouvoir), on assiste à une pseudo conférence de presse de Fritz Platten, lisant une déclaration de Lénine. Les autres reportages abordent l’état des campagnes russes15, ou convoquent des artistes, le peintre Chagall et le photographe Prodoukine-Gorski, mais rien, absolument rien n’est dit sur le soviet de Petrograd, la soirée spéciale étant pourtant datée du 17 mars 1917 !! Si l’expérience peut de prime abord évoquer le travail de réactualisation de la Commune de Paris mené en son temps par Peter Watkins16, le résultat est surtout symptomatique de l’état du journalisme télévisuel en 2017.

La soirée se poursuivait avec un documentaire allemand en deux parties, plus éloigné du cœur du sujet, « de l’URSS à la Russie. Chronique d’une hégémonie », de Maarten van der Duin. Il fut d’ailleurs réalisé en 2015, en lien direct avec la crise ukrainienne. « De la naissance à la chute » débute par des entretiens avec différents individus d’aujourd’hui habitant dans ce qui fut autrefois l’URSS cosmopolite, un moyen d’insister sur les divisions actuelles, entre religieux orthodoxes et « femen », nostalgiques de l’Union soviétique ou pro-occidentaux… Toutefois, c’est une rétrospective historique au pas de charge qui est menée, puisque sur une heure et demi, la dissolution de l’URSS intervient à la cinquante-huitième minute. Il ne faut donc pas attendre d’analyses trop poussées, d’autant que le retour en arrière nous permet d’apprendre que Lénine et les bolcheviques « chassent le tsar » (sic). Plusieurs des intervenants choisis insistent d’ailleurs sur le prisme du totalitarisme pour comprendre l’URSS appréhendée comme un tout, un bloc, basée sur une idée – le communisme – mauvaise en elle-même, tout comme son application, un système soi-disant impossible à réformer (il conviendrait de s’interroger sur la Chine dite « communiste »). Les éléments d’adhésion de la population à l’idéal soviétique sont par ailleurs limités à la propagande et à la victoire fédératrice de 1945, ce qui est juste mais un peu court. L’accent est davantage mis sur les facteurs conduisant à la crise finale : baisse du prix du pétrole, intervention en Afghanistan, opposition croissante en Pologne. Il est donc relativement logique que la période durant laquelle Gorbatchev dirigea l’URSS soit plus particulièrement développée, de Tchernobyl (présenté comme symbole de la faiblesse du pays, ce qu’infirme totalement la catastrophe de Fukushima) à la contestation visant l’armée (les maltraitances à l’égard des conscrits), en passant par l’interdiction de l’alcool (une terrible erreur, selon le documentaire) ou la crise dans les pays baltes, les premières républiques soviétiques à proclamer leur indépendance. Dans cette dissolution de l’URSS, l’accent a tendance à être mis sur les revendications de démocratie, de justice, de liberté, en particulier pour ce qui est du rôle joué par les États-Unis, ce qui témoigne d’une appréhension pour le moins superficielle de la géopolitique.

Les lendemains difficiles de la fin de l’URSS, avec l’apparition de conflits régionaux, comme en Transnistrie ou dans le Caucase, ainsi que l’échec de la transition démocratique et économique, en Russie avec l’émergence des oligarques ou en Biélorussie, conduisent directement à la seconde partie du documentaire, « La renaissance russe ? ». Au-delà d’une chronique des événements touchant l’ancienne zone soviétique dans les années 2000, cette partie insiste sur les efforts de Vladimir Poutine pour renforcer son pays, son pouvoir politique et militaire, sa symbiose avec l’Église orthodoxe, son capitalisme d’État, qui demeure toutefois axé sur la vente d’hydrocarbures. Sont également largement abordées les relations avec les pays que sont la Biélorussie, l’Ukraine et les États du Caucase, la Russie s’opposant aux efforts de l’OTAN de s’élargir au détriment de sa sphère d’influence. L’opposition à l’Occident et le regain des traditions conservatrices s’inscrirait dans cette évolution politique. Mais dans ce tableau, il est dommage que la vision ne soit que partielle, voire partiale (rien n’est pas exemple dit, dans le cadre de la crise ukrainienne, sur le rôle joué par l’extrême droite locale, et absolument rien sur les anciennes républiques asiatiques) : la problématique conclut tout de même à une volonté de reconquête de l’influence perdue par la Russie, vouée à l’échec face à un rapprochement des anciennes Républiques avec l’Union européenne.

1Christine Rousseau, Le Monde Télévision, 17 janvier 2014.

2A l’époque, l’équipe de Dissidences en avait produit une recension critique.

3Cédric Tourbe, Révolte, série documentaire (3h 28 mn) sur une série de révoltes (Mai 68, Iran 1979, Tunisie 2010, etc.), janvier 2014, France 5. Si l’on en croit Le Monde, une « série de référence ».

4Christine Rousseau, Le Monde Télévision, op. cit.

5Parmi eux, outre le célébrissime Octobre de Serguei Einsenstein (1927), on trouve Les Derniers jours de Saint-Pétersbourg de Vsevolod Poudovkine (1927), Lénine en octobre de Mikhaïl Romm (1937), ou La Mère de Vsevolod Poudovkine (1926).

6La fin du documentaire est tout aussi caricaturale en prétendant que Lénine « (…) a passé sa vie à exclure et à diviser ».

7Voir sa recension sur notre blog, à paraître.

8Voir par exemple Marc Ferro, Des soviets au communisme bureaucratique. Les mécanismes d’une subversion, prochainement chroniqué sur ce blog.

9Menchevique de gauche, Nicolas Soukhanov est d’ailleurs le seul de tous les personnages, en dehors de Lénine, à être évoqué par quelques lignes projetées à l’écran sur la suite de son parcours (il se rallia au nouveau régime au début des années 1920, travaillant dans le domaine économique avant d’être jugé une première fois au début des années 1930 – événement non cité dans le documentaire – puis d’être exécuté en 1940). Il est l’auteur d’un remarquable témoignage (La Révolution russe. 1917, Stock, 1965), hélas jamais traduit entièrement, puisque l’ouvrage paru en anglais et en français n’est qu’une version largement abrégée de l’original en sept volumes !

10Une erreur est au moins à noter : lorsque les portraits des dirigeants du Comité militaire révolutionnaire sont présentés, Trotsky, Antonov-Ovseïenko et Dybenko, la photo du second est en réalité celle de Jacob Sverdlov…

11Lire de Stephen Anthony Smith, Red Petrograd : Revolution in the Factories, 1917-1918, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, en ligne sur https://libcom.org/files/Red_Petrograd_Revolution_in_the_Factories,_1917-1918.pdf . Une traduction de cette importante étude est à paraître aux éditions Nuits rouges à la mi-avril 2017, et une recension sera faite.

12Lire d’Andy Willimott, Living the Revolution, Oxford (UK), Oxford University Press, 2017.

13Sur ces points, se reporter à notre Avant-propos de ce dossier sur les révolutions russes.

14Il s’agit de Frédérique Neau-Dufour, dont on se demande pourquoi elle a été invitée, puisqu’elle est spécialiste du gaullisme, après avoir fait sa thèse sur Ernest Psichari, certes mort durant la Première Guerre mondiale…

15Avec un petit clin d’œil au passage, l’un des journalistes responsables du dit reportage étant Larissa Reisner, célèbre bolchevique…

16Peter Watkins, La Commune (Paris 1871), 2003.

Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine. 1. La conquête du pouvoir, Paris, Seuil, collection « Esprit », 1973, 336 pages.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Marcel Liebman (1929-1986) est un universitaire belge, auteur de deux œuvres majeures touchant à la révolution russe : un ouvrage de synthèse sur l’événement lui-même, et une étude en deux volumes du léninisme, autrement dit de la praxis telle que Lénine la conçut de son vivant. Pour ce faire, l’auteur revendique une « histoire totalisante », en cela qu’il a le souci de toujours lier évolution des idées et changements du contexte socio-politique.

Dans l’analyse qu’il fait de la politique « léninienne », il y a d’abord la centralité de l’organisation, celle d’un parti d’avant-garde, conçu comme élitiste – et donc peu démocratique, à l’instar des autres organisations politiques russes– en raison des conditions du militantisme, soumis à la répression tsariste, mais qui doit toujours garder le lien avec les masses. Mais ce modèle initial, celui du fameux Que Faire ?, connaît une mutation quantitative (ses effectifs sont multipliés par 10) et qualitative avec la révolution de 1905. Lénine défend en effet un rapprochement entre masses et avant-garde, milite pour la présence de davantage d’ouvriers à des postes de responsabilités, et prône un remplacement de la cooptation des responsables par leur désignation démocratique. C’est l’acte de naissance du centralisme démocratique. Toutefois, l’enlisement de la révolution conduit à un repli des bolcheviques, et à une transformation de leur organisation en véritable « secte », selon Marcel Liebman. Dans le contexte profondément hostile et démoralisant de l’après 1905-1906, Lénine met l’accent sur ce qu’il voit comme un nécessaire monolithisme, écartant toute divergence, excessif dans la polémique, l’insulte et même l’injustice. Autant d’éléments qui permettront au moins en partie de comprendre l’évolution du Parti bolchevique au pouvoir, contraint à l’isolement à l’issue de la guerre civile.

Concernant les particularités de l’analyse « léninienne » dans cette période de l’avant-guerre mondiale, il y a d’abord la divergence entre bolcheviques et mencheviques quant au rapport avec la bourgeoisie libérale, incarnée politiquement par le parti KD (Cadet). Là où les mencheviques y voient un allié à préserver, Lénine le juge réactionnaire par nature, ce qui l’amène à revendiquer la nécessité, une fois la révolution victorieuse, d’une dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie, seule capable de mener à bien les tâches de la révolution bourgeoise ; cette dictature se concrétiserait dans les soviets, dont le pouvoir concret n’est cependant pas explicité par Lénine. Il y a là une divergence entre Lénine et ses camarades bolcheviques, plus méfiants à l’égard de soviets dans lesquels ils voient une forme de concurrence. Ou comment Lénine sait se faire plus hardi, moins pusillanime lorsque la situation évolue subitement, n’hésitant pas à appeler à prendre la tête de l’insurrection. Quant à la Douma, Lénine ne la voit que comme une tribune, et insiste sur la distance à conserver vis-à-vis des députés KD, en même temps que sur le contrôle du parti sur ses représentants. Marcel Liebman en conclut ainsi à un menchevisme singeant les socialistes d’Europe occidentale, là où Lénine adapte le marxisme à la réalité russe, y compris dans son anti-intellectualisme (l’intelligentsia manifestant à l’époque une forme de repli et de frilosité, voire de misanthropie) et dans son acceptation de la violence (y compris par des groupes de partisans usant de l’action directe).

L’année 1917 voit également une autre métamorphose majeure du Parti bolchevique et du léninisme. Face à la position des bolcheviques modérés présents en Russie, qui accordent un soutien au gouvernement provisoire, tout comme les mencheviques (avec qui un projet de réunification est d’ailleurs envisagé) et les socialistes-révolutionnaires, Lénine défend des positions plus radicales à partir de son retour en avril (le passage de la révolution bourgeoise à la révolution socialiste), et lutte contre l’isolement au sein de sa propre organisation. Appelant à déployer toute la propagande possible en vue d’une prise pacifique du pouvoir jusqu’en juillet, Lénine passe ensuite à la défense d’une nécessaire insurrection, motivée en particulier par l’élargissement du soulèvement paysan, l’agitation révolutionnaire en Allemagne et le risque croissant d’une dictature militaire en Russie. Mais là encore, les réticences et les résistances à l’intérieur du Parti sont nombreuses. Il faut dire qu’en cette années 1917, l’organisation bolchevique a retrouvé un bouillonnement démocratique, à l’image de celui de la société, allant jusqu’à une autonomie forte de certains groupements (la section de Petrograd ou l’Organisation militaire bolchevique, par exemple). Une évolution complémentaire de celle des effectifs, multipliés par 20 entre février et octobre (de 20 000 à 400 000 environ).

Revenant sur la question de l’insurrection d’octobre, Marcel Liebman la justifie implicitement en en faisant l’aboutissement d’une évolution politique courant sur les mois précédents, culminant avec le succès des bolcheviques aux élections municipales de Moscou quelques jours avant la prise du pouvoir à Petrograd. Ce souci de Lénine attendant que la majorité du peuple soit derrière son Parti pour déclencher l’hallali du gouvernement provisoire le différencie, selon l’auteur, de tout blanquisme1. Octobre combine alors une improvisation militaire et une intense préparation politique, dans laquelle Trotsky se révéla particulièrement brillant. Surtout, Marcel Liebman conclut à un rapprochement, au cours de cette année 1917, entre Lénine et la théorie de la révolution permanente de Trotsky2, même si des contradictions subsistent (en particulier entre les objectifs « prolétariens » et la satisfaction des revendications paysannes) au sein d’une réflexion en perpétuel mouvement, en perpétuelle construction. L’État et la révolution, le manifeste, selon certains exégètes, d’un « léninisme libertaire », est d’ailleurs demeuré inachevé, cette défense d’une démocratie radicale se ressentant de l’ébullition des masses dans tout le pays (« Le besoin d’apprendre allait de pair avec celui de s’exprimer (…) », p. 289), poussant littéralement le Parti et favorisant un certain rapprochement avec les anarchistes.

On le voit, Marcel Liebman, dans une étude globale bien qu’incomplète (pas d’analyse de son étude sur L’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, par exemple), s’efforce de porter un regard nuancé sur le léninisme, sur ses tendances à l’autoritarisme, mais également sur son leadership régulièrement remis en cause3.

1D’autant que « (…) la puissance des partis révolutionnaires est moins favorisée et moins mise en valeur par des consultations électorales que par les actions de rue et les entreprises offensives qui correspondent à leur vocation véritable. C’est pourquoi les grandes victoires de la gauche ne furent jamais des victoires électorales et que, traduites en termes de suffrages et de sièges, elles rendent mal compte de leur réalité. » (p. 295).

2Cette interprétation, qui doit beaucoup au fait qu’à cette époque Marcel Liebman était proche des trotskystes, convoque au débat et à la controverse chez les spécialistes.

3Merci à Christian Beuvain pour le prêt de ce livre.

Hélène Carrère d’Encausse, Lénine, Paris, Fayard, collection « Pluriel », 2013 (1998 pour l’édition originale), 686 pages, 12 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la collaboration de Christian Beuvain)

A la fin des années 1990, dans la continuité de la disparition de l’URSS, Hélène Carrère d’Encausse, qui avait déjà livré en 1979 un Lénine. La révolution et le pouvoir, souhaite proposer un tableau définitif du personnage de Lénine, dissipant tous restes de la légende soviétique d’antan.

Son propos est classiquement chronologique, débutant par un point sur les origines de Vladimir Oulianov, diverses sur le plan des nationalités et des confessions religieuses. Au-delà de l’évocation de ses conditions de déportation, occasion d’insister sur la douceur relative des autorités tsaristes comparativement à ce que la Russie soviétique allait pratiquer, ce qui ressort du portrait brossé par Hélène Carrère d’Encausse, c’est une généalogie spécifiquement russe, plutôt que principalement occidentale. Selon l’auteure, les lectures de Nikolaï Tchernychevski, populiste, « guide de la jeune génération radicale1 » dans les années 1860 (auteur en 1863 du roman Que Faire ? dont Lénine reprendra le titre pour son célèbre essai en 1902) et de Petr Tkatchev (théoricien de la prise de pouvoir par une minorité révolutionnaire organisée en parti centralisé) ont eu un rôle déterminant, pour un Lénine cynique, défendant l’intelligentsia davantage que les ouvriers. C’est pourtant oublier (car son ignorance semble bien peu probable de la part d’une universitaire aussi avertie qu’Hélène Carrère d’Encausse) que si Petr Tkatchev met toute sa confiance dans l’ « instinct et la tradition communiste » du paysan russe – comme il l’affirme dans une lettre à Friedrich Engels en 1874 – Nikolaï Tchernychevski, au contraire, ne croit pas en cette capacité régénératrice de l’obchtichna (communauté) paysanne, et en cela il se rapproche du socialisme européen2. Au sein du mouvement révolutionnaire russe, les influences européennes(occidentales) et proprement russes n’ont cessé de s’interpénétrer, ce qui rend leur opposition factice et peu opératoire pour comprendre les enjeux.

Pour consolider cette analyse peu amène, Hélène Carrère d’Encausse a tendance à survaloriser le poids de Que Faire ? dans la pensée léninienne. A ses yeux, le rôle d’avant-garde du parti énoncé au début du siècle allait être la colonne vertébrale de la stratégie de Lénine. Ce dernier, sans scrupules, à l’autoritarisme forcené, convaincu d’avoir en permanence raison, défendrait donc d’emblée un projet dit totalitaire. L’auteure pense également, et c’est là une position parfaitement cohérente avec les analyses précédentes, que la Russie n’était pas mûre pour le socialisme, et qu’il aurait mieux valu une transition longue pour rejoindre la modernité à l’européenne, ce qu’aurait déjà commencé à faire le tsarisme de Nicolas II, et qu’aurait pu mener un gouvernement provisoire socialiste modéré. Si la dimension philosophique de Lénine n’est absolument pas abordée (rien sur Matérialisme et empiriocriticisme ou sur sa relecture d’Hegel au début de la Première Guerre mondiale), son appréhension de la question nationale est au contraire largement traitée ; on sait qu’il s’agit là d’un des thèmes longuement abordé par Hélène Carrère d’Encausse, auteure entre autres de Le Grand défi : bolcheviks et nations, 1917-1930 (Paris, Flammarion, 1987). Elle attribue d’ailleurs à la stratégie d’autodétermination nationale de Lénine un rôle clef dans sa victoire révolutionnaire, à égalité avec l’instrument du parti d’avant-garde. Cette survalorisation de la question nationale (du rôle des nations et des peuples dominés) dans le léninisme/bolchévisme, qui paradoxalement est aussi mis en avant par des courants historiographiques différents de celui de l’auteure3, mériterait de plus amples développements.

Car s’il y a bien un leitmotiv chez le Lénine de Carrère d’Encausse, c’est sa soif de pouvoir, un pouvoir qu’il revendique pour son parti, et lui seul. Dans cette grille de lecture, L’État et la révolution ne joue qu’un rôle de légitimation, à l’ombre tutélaire des grandes figures du marxisme, simple élément opportuniste d’une stratégie de prise du pouvoir… Face au cynisme et au caractère présenté comme minoritaire de la victoire bolchevique, la légitimité démocratique réside pour l’auteure dans la Constituante, censée représenter la majorité de la population de l’empire. Cette approche, qui verse souvent dans l’excès interprétatif (comment sérieusement qualifier d’entrisme, même avec des guillemets, la présence croissante des militants bolcheviques dans les soviets ou les comités d’usines ?), et néglige la vie personnelle de Lénine durant la guerre civile au profit d’un tableau plus général, débouche sur un récit de cette guerre civile où la terreur émane directement et exclusivement d’en haut, de l’initiative des bolcheviques et tout particulièrement de Lénine, à rebours des analyses de Marc Ferro, bien connues, sur la violence d’en bas.

C’est elle, cette violence étatique, qui cimente pour les décennies à venir le pouvoir bolchevique : « Grâce à cet instrument [la Tcheka] qui sécrète et impose sa propre légalité, le pouvoir conquis ce mois-là sur un gouvernement provisoire exsangue se sera maintenu jusqu’à la fin des années 1980, c’est-à-dire durant trois quarts de siècle, contre une société de plus en plus rétive. » (p. 434-435).

Hélène Carrère d’Encausse cherche à éviter la caricature en opposant un Lénine privé capable d’humanité et d’empathie, à un Lénine public utopiste, indifférent au sort des masses ; elle a surtout le mérite d’en faire un révolutionnaire dont l’internationalisme est chevillé au corps, y compris après le traité de Brest-Litovsk, et un homme d’État souhaitant faire de la NEP une pause durable. Mais ce faisant, elle ne peut effacer la filiation dont elle revendique d’ailleurs explicitement l’héritage en citant les travaux de Richard Pipes et Dmitri Volkogonov, largement mis à contribution : celle de l’école dite totalitaire.

1Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, Gollion (Suisse), Infolio éditions, 2011, p. 84.

2Pour ces questions, lire Korine Amacher, La Russie 1598-1917. Révoltes et mouvements révolutionnaires, op. cit.

3Nous pensons ici, par exemple, à un ouvrage à paraître chez Syllepse (septembre 2017) de Matthieu Renault, La révolution et l’Orient.

Orlando Figes, La Révolution russe. 1891-1924 : la tragédie d’un peuple (A People’s Tragedy), Paris, Denoël, collection « Médiations », préface de Marc Ferro, 2007 (édition originale en 1996), 1120 pages, 39 €.

 

Jean-Guillaume Lanuque (avec la participation amicale de Christian Beuvain)

C’est un ouvrage impressionnant par sa taille et son ampleur que l’universitaire britannique Orlando Figes a produit, une sorte de cénotaphe pour l’expérience soviétique qui a marqué le court XXe siècle. L’idée centrale de sa fresque, c’est la situation vécue par la population de l’empire russe, la « tragique destinée » (p. 139) d’un peuple divisé entre villes et campagnes irréductibles l’une à l’autre, un peuple si longtemps soumis qu’il est incapable de prendre ses propres destinées en mains1. A partir de leur correspondance (le plus souvent), Orlando Figes met en avant dans son récit des personnages. Parmi les plus importants, le prince Lvov, Maxime Gorki, Broussilov, le paysan moderniste Semonov ou le militant bolchevik Kanatchikov.

La première grande partie vise l’état des lieux de la Russie d’avant la révolution. On y retrouve un souverain manquant d’autorité personnelle mais attaché à l’autocratie traditionnelle, qui s’appuie sur une bureaucratie sclérosée et dont le règne s’inscrit dans la réaction autocratique initiée par son père, Alexandre III ; un constat qui amène Orlando Figes à rejeter l’idée d’une modernisation politique que la révolution aurait interrompu. Le pays profond, quant à lui, est profondément archaïque, soumis à un contrôle étatique étonnamment lâche. La noblesse y apparaît divisée, entre une couche rurale désargentée, qui regrette la fin du servage, et une noblesse plus industrieuse, dont le prince Lvov est un exemple, désireuse de changements à partir de l’institution des zemstvos2. Cette division se retrouve également au sein de l’Église orthodoxe, affaiblie du fait de l’urbanisation et des progrès de la sécularisation qui en résultent, et au sein de l’armée, techniquement dépassée, sous financée, avec certains officiers tel Broussilov qui s’opposent à la majorité conservatrice de l’encadrement. Si l’on y ajoute l’agitation nationaliste, fouettée par la politique de russification, et l’opposition de l’intelligentsia3, on a là autant de fissures dans l’empire russe qui le rendent sensible à tout séisme révolutionnaire. De cet état des lieux, une des parties les plus intéressantes concerne la paysannerie. Là aussi, les germes de division sont bien réels, entre des jeunes plus modernisés, souvent alphabétisés, et des anciens qui s’opposent aux évolutions techniques, entre régions plus riches, futurs appuis de la contre-révolution, et zones plus pauvres. Une partie de cette population paysanne connaît d’ailleurs l’exode rural, nécessaire pour alimenter les industries urbaines4. Ce monde rural, profondément marqué par une violence chronique5 et un « anarchisme instinctif » (p. 153-154), rêve d’une autonomie collective autour de l’obchtchina6, qui allait permettre un temps la convergence avec la révolution bolchevique.

Si le récit proprement dit débute par la famine de 1891, c’est parce qu’il s’agit, selon Orlando Figes, d’un tournant majeur : l’État tsariste en sort discrédité, tandis qu’une société civile réelle émerge (il y voit même la prise de conscience de la Russie comme nation, ce qui semble quelque peu excessif). 1905, dans cette optique, rejoue en plus accentuée la même partition, l’État refusant de jouer le jeu libéral pour privilégier une répression violente ; lacune regrettable, l’auteur ne dit rien de la révolution hors de la Russie proprement dite, ainsi au Caucase. Ce qui ressort surtout de cet épisode révolutionnaire, c’est le divorce entre le peuple et les élites, la révolution sociale et la révolution strictement politique. La séquence qui suit, 1905-1917, serait marquée par l’opposition entre forces monarchistes et forces parlementaires, une dichotomie qui nous semble discutable, dans la mesure où les secondes demeurèrent tout du long soumises aux premières (d’autant que la Douma n’était que la Chambre basse, la chambre haute, l’ancien Conseil d’État, étant pour sa part totalement conservatrice). Elle est surtout marquée par la réforme agraire de Stolypine, qu’Orlando Figes compare à Gorbatchev : proposée trop tardivement, elle se heurte à la résistance de la bureaucratie et entraîne des effets contrastés (certains paysans, comme Semenov, s’enrichissent, tandis que d’autres voient leur situation se détériorer). Face au déclenchement de la Première Guerre mondiale, la Russie est clairement incapable de faire face à un conflit long. Son armée manque de matériel, de transports efficaces, de soins, et les soldats mobilisés après les premiers mois sont trop peu formés et trop peu sensibles aux motivations nationalistes. Si l’on ajoute à cela une haine montante entre les millions de soldats du rang et une caste très arrogante d’officiers issus de la noblesse terrienne – nombre de sous-officiers étant eux issus, pour beaucoup, de la paysannerie – les éléments de la dislocation de l’appareil militaire sont en place dès 1915.

Le récit de la révolution de février 1917 insiste sur la violence qui s’est alors exprimée, contre la police, ou celle des criminels libérés de prison, tout en la comprenant voire en la justifiant, car issue du peuple. Les masses nourrissent d’ailleurs la peur des dirigeants de la Douma et même des soviets ; il faut dire que le gouvernement provisoire qui se met en place vise l’aboutissement de la révolution politique, et non sociale, une tâche vouée à l’échec, selon l’auteur : « Si 1917 a prouvé quoi que ce soit, c’est que la société russe n’était ni assez forte ni assez soudée pour soutenir une révolution démocratique. » (p. 458), le pays se retrouvant « balkanisé » ; l’idée phare du double pouvoir est ici remplacé par une multitude de pouvoirs autonomes. L’offensive militaire du début de l’été, voulue à la fois par les dirigeants de l’armée, du gouvernement et du soviet de Petrograd, devait servir à ramener l’ordre dans l’armée et à négocier en situation avantageuse une éventuelle sortie de la guerre. Face à son échec, les émeutes de juillet 1917 sont pour l’auteur marqués par l’indécision : celle des bolcheviques, mais également celle des leaders du soviet de la capitale, coupables à ses yeux de défendre les bolcheviques et de ne pas oser prendre le pouvoir. Dès lors, le terrain est libre pour une radicalisation et une polarisation accrue des forces. Kornilov, qui souhaite un gouvernement provisoire plus autoritaire, coagule autour de lui une nébuleuse contre-révolutionnaire croissante, encouragée par les progrès du chaos social. La prise de pouvoir par les bolcheviques conduit Orlando Figes à laisser libre cours à son hostilité à leur égard, parfois classique (les « fanatiques léninistes », p. 634), parfois gratuite (les sarcasmes sur la relation entre Dybenko et Kollontaï).

C’est alors un raisonnement téléologique qui domine son analyse, la dictature du parti unique étant comme inscrite, inhérente au bolchevisme ; les données contradictoires à cette vision sont ignorées, et la contextualisation est bien trop limitée7. Là où Orlando Figes touche plus juste, c’est lorsqu’il explique que les soldats et les paysans se révélèrent plus attachés à leurs soviets qu’à la Constituante. De même, sur la terreur rouge, il perçoit bien, comme l’avait d’ailleurs déjà argumenté Marc Ferro, que « La terreur surgit d’en bas. D’emblée, ce fut un élément à part entière de la révolution sociale. Les bolcheviks encouragèrent la terreur de masse : ce ne sont pas eux qui la créèrent. Les grandes institutions de la Terreur furent toutes des réponses, au moins en partie, à ces pressions de la base. » (p. 650-651). Il reconnaît également, en insistant sur le modèle de la Commune de Paris (très présent dans les esprits bolcheviques), que le communisme de guerre fut une réponse improvisée, pragmatique, à une situation possiblement désastreuse pour eux. Dans la victoire finale des bolcheviques, Orlando Figes insiste sur le soutien des paysans, encore plus effrayés par le retour des propriétaires terriens que par l’Armée rouge. Il relève également les pertes importantes au combat des éléments les plus motivés du parti, favorisant « (…) les égoïstes et les corrompus (…) » (p. 733), mais plus généralement permettant l’ascension sociale de nombreux fils de paysans, autant de membres d’une bureaucratie plébéienne en devenir ; Orlando Figes insiste d’ailleurs sur la plus grande docilité de ces membres récents du parti, en raison de leur éducation limitée. Autre élément utile pour lire l’évolution du bolchevisme au pouvoir, l’existence d’un « bolchevisme national », autrement dit des individus politiquement éloignés des idées socialistes, mais qui se rallièrent par patriotisme et par conviction que le nouveau régime allait restaurer la grandeur russe en abandonnant ses oripeaux principiels (« En un sens, le bolchevisme national fut le véritable vainqueur de la guerre civile. », p. 860).

Orlando Figes, comme tous les chercheurs ayant travaillé sur ce sujet, ne parvient pas à être totalement objectif, même si son exposé est riche en données factuelles précieuses et en réflexions pertinentes8. Il semble ne pas réellement comprendre les idées révolutionnaires des bolcheviques9, dresse un portrait plutôt antipathique de Lénine10 en chef absolu pratiquement maladif (p. 495), jaloux du pouvoir exclusif de son parti et qui considère tout espoir et même toute volonté de révolution mondiale forclos à compter du traité de Brest-Litovsk (p. 681). Clairement, il considère la volonté de bouleversement radical des bolcheviques comme chimérique11, et l’on sent que sa préférence va aux idées modérées, celles des socialistes-révolutionnaires (SR) et des mencheviques (bien qu’il regrette la faiblesse de leurs directions respectives), rêve d’une coalition socialiste (impossible) et d’un système mixte, en 1917, qui aurait combiné soviets et institutions traditionnelles (zemstvos, Constituante…) en satisfaisant les revendications des paysans. Sa conclusion l’amène plus directement à accorder son soutien au modèle démocratique libéral actuel, tout en faisant du « nationalisme autoritaire » (p. 1010) l’héritier du bolchevisme (jusque que dans la xénophobie !), sans que l’on ne sache avec précision à qui il pense…

In fine, ce qui fait la force de l’ouvrage de Figes, c’est son sens du récit, son tableau très vivant des réalités sociales et son appréhension large de la période. D’une certaine manière, il donne l’impression de tenter la synthèse des écoles totalitaire et révisionniste : emprunter aux premiers la perception du bolchevisme, aux seconds celle des dynamiques sociales.

1« Des siècles de servage et de soumission ne l’avaient pas préparé à se mesurer à ses maîtres politiques, et c’est bien là que réside la tragédie du peuple russe dans son ensemble. » (p. 542). « La tragédie de la révolution russe fut celle d’un peuple politiquement trop faible pour en déterminer l’issue. » (p. 725).

2Les zemstvos sont des assemblées locales, créées en 1864 par le tsar Alexandre II dans le cadre des réformes administratives, après l’abolition du servage (1861). Ils doivent gérer la vie économique régionale, mais aussi l’éducation, par exemple.

3Sur cette dernière, Orlando Figes propose une clef de lecture discutable, car trop englobante : il la voit marquée par une « quête d’absolus » (p. 185), une tendance au manichéisme liée à l’opposition du pouvoir auquel elle se heurte, ce qui le conduit à voir en elle un des germes du « totalitarisme » futur (« (…) il y avait de nombreux points communs entre Lénine et Tolstoï. », idem).

4Une partie des militants bolcheviques était issue de cette couche sociale d’ouvriers récents. « La méfiance, voire le mépris qu’ils devaient montrer envers la paysannerie, une fois au pouvoir, peut s’expliquer par cette réalité sociale. Car ils associaient le lugubre monde paysan à leur malheur passé, tandis que la nécessité d’abolir ce monde était un élan vital de leur identité personnelle et de classe naissante, comme de leur engagement révolutionnaire. » (p. 164).

5« La violence et la cruauté que l’ancien régime infligeait au paysan se transformèrent en une violence paysanne qui, non seulement défigurait la vie quotidienne du village, mais se retourna également contre le régime dans la terrible violence de la révolution. » (p. 148).

6Nom en russe de la commune paysanne (appelée aussi mir), en qui beaucoup de socialistes de la fin du XIXe siècle (comme Alexandre Herzen ou les narodniks) voyaient la preuve de la nature socialiste du paysan russe. La fonction et les usages de cette commune furent discutés et débattus par Marx et Engels.

7Le blocus mené par les puissances occidentales est littéralement absent de la réflexion. La Tcheka n’est présentée que dans son rôle répressif, les exécutions ne constituant pourtant pas sa seule activité…

8« Dans une crise révolutionnaire, ce sont les perceptions et les croyances qui comptent, plutôt que les réalités. » (p. 372). Parmi les faits peu connus, le sort du prince Lvov après la prise du pouvoir bolchevique : libéré par la Tcheka, il devient finalement un représentant de Koltchak. On y trouve parfois de légères erreurs, ainsi de Raskolnikov lisant la « Déclaration des droits des travailleurs » à la Constituante, alors qu’il s’agissait de Sverdlov (p. 640), ou de Trotsky menant l’assaut sur Cronstadt (p. 936), erreur récurrente de nombreux ouvrages : en réalité c’est Toukhatchevsy qui commandait les troupes rouges à l’assaut de la citadelle.

9En 1905, il considère que Lénine est déjà pour une révolution socialiste, comme Trotsky, et croit que les mencheviques, contrairement aux bolcheviques, estiment la révolution européenne nécessaire : deux affirmations erronées. Il voit également une opposition au sein des bolcheviques d’avant la révolution entre exilés (les « cosmopolites ») et militants demeurés en Russie (les « xénophobes » – sic -), qui serait la matrice des conflits des années 1920 entre révolution mondiale et socialisme dans un seul pays, simplification largement outrancière. Plus anecdotique, il présente une « amitié étroite » (p. 381) entre Trotsky et Boukharine qui n’exista jamais. Il manifeste aussi une certaine condescendance à l’égard des ouvriers récents séduits par le marxisme, qu’il voit comme un moyen de ne pas penser par soi-même… (p. 176). Fondamentalement, il fait de Lénine un homme mû par la soif de pouvoir plus que par l’idéologie socialiste (p. 626).

10Dès le début, il insiste sur son absence de pitié, s’appuyant sur l’exemple de sa réaction à la famine de 1891, ce qu’un lars T. Lih a pourtant contesté dans sa récente biographie (voir sa recension sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/6226). Il explique en outre son engagement révolutionnaire par un dépit face à l’échec d’une intégration sociale souhaitée, et privilégie une lecture téléologique allant de Que faire ? aux procès de Moscou.

11« Il en va pour la religion comme dans les domaines de la culture et la vie sociale : les efforts des bolcheviks pour « faire un monde et un homme nouveaux » se brisèrent sur les rochers de la réalité. (…) On ne transforme pas l’homme aussi facilement : la nature humaine évolue plus lentement que les idéologies dominantes ou la société. Peut-être est-ce la seule morale durable de la révolution russe, comme, en vérité, de la terrible histoire de ce siècle. » (p. 922). Orlando Figes rejoint ici un Martin Malia ou un Richard Pipes, pour qui les principes même du socialisme sont viciés, tout en introduisant des jugements moraux dans l’analyse historienne.

Lars T. Lih, Lénine. Une biographie, Paris, Les Prairies ordinaires, collection « Singulières modernités », (postface de Jean Batou), 2015 (édition originale en 2011), 288 pages, 22 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Ces dernières années en France, les biographies de Lénine continuent de paraître en suivant deux axes principaux : d’un côté, les approches a priori hostiles, dont le dernier et meilleur exemple en date est assurément le livre de Robert Service1 ; de l’autre, des ouvrages plus sympathiques, voire empathiques, à l’image des deux biographies successives écrites par Jean-Jacques Marie2. Le travail de Lars T. Lih, historien anglo-saxon, s’inscrit dans la seconde catégorie. A la différence de Jean-Jacques Marie, toutefois, il ne cherche pas à fournir un récit complet de la vie de Vladimir Illitch Oulianov, mais plutôt à repérer les périodes successives de son parcours, et à proposer des clefs de lecture plus ou moins novatrices à travers une vision globale, totalisante, qui perçoit son personnage comme un tout harmonieux, personnellement et politiquement. Ce que Lars T. Lih nomme le « scénario héroïque » de Lénine, mis au point dans les années 1890 et auquel il demeurera fidèle l’essentiel de sa vie, forme le leitmotiv de son analyse.

Présenté avec un support iconographique original, cette dernière s’articule en trois temps : créer un parti social-démocrate capable d’aider le prolétariat à accéder à une conscience socialiste ; permettre l’émergence d’une révolution démocratique apportant les libertés en Russie, menée par le peuple, mais dont le prolétariat doit prendre la tête ; et ensuite passer à la révolution socialiste proprement dite.

Le récit proprement biographique n’innove pas vraiment, de ses origines familiales marquées par une certaine ascension sociale à la transfiguration de la Première Guerre mondiale, présentant toutefois des silences surprenants comme sur la scission si primordiale de 1903 entre bolcheviques et mencheviques… Sont mis à contribution des documents parfois inhabituels, comme le texte de Georgi Solomon3 (« Portrait de Lénine en sous-vêtements »), et certaines comparaisons ne manquent pas de surprendre (un épisode de la série télévisée Buffy contre les vampires permet d’illustrer la situation du POSDR (Parti ouvrier social-démocrate russe) juste avant la guerre !). Lars T. Lih insiste par ailleurs à plusieurs reprises sur ce qu’il considère comme des exagérations, que ce soit à propos de la joie éprouvée par Lénine lors de la famine de la Volga au début des années 1890 (capable d’accélérer, par exaspération, la révolution populaire) ou sur la violence exercée pendant la guerre civile, qu’il attribue avant tout aux circonstances, partagée par tous les acteurs, et qui ne résume pas la totalité des actions menées durant cette période. Il relativise également certains textes canoniques, ainsi des Que faire ? et L’État et la révolution, débats avant tout livresques, leur préférant des écrits moins célèbres ; ainsi, en 1917, l’essentiel selon Lénine aurait été de détruire l’État bourgeois afin d’édifier un État prolétarien tout en conservant l’appareil économique de la bourgeoisie. Ce sur quoi insiste tout particulièrement Lars T. Lih, c’est l’appartenance des idées de Lénine au corpus théorique de la social-démocratie occidentale. La figure de Kautsky, celui du Chemin du pouvoir, mais également du Programme d’Erfurt, est à ce titre une influence cardinale, y compris après 1914, Lénine estimant être resté fidèle à ses leçons là où lui-même les avait trahies. L’infléchissement de sa praxis a lieu, selon Lars T. Lih, en 1919, lorsque Lénine se rend compte de l’échec de la révolution internationale et de l’impasse d’une transcroissance communiste dans les campagnes. L’inquiétude se met alors à croître au sein de son « scénario héroïque », inquiétude vis-à-vis du capitalisme rural, mais aussi vis-à-vis de la bureaucratie, pour laquelle il estime nécessaire de mettre l’accent sur l’acculturation de la population, qui aurait manqué aux soviets originels. Citons Lars T. Lih : « En somme, le scénario héroïque de Lénine était loin d’être réaliste. Mais la confiance aveugle qu’il avait placée en lui était peut-être une illusion nécessaire, qui lui permit de faire face à une situation agitée, marquée par l’effondrement politique et économique. En 1917, il a tenu bon, alors que les leaders des autres partis russes perdaient la tête en voyant arriver le désastre social et économique. A ses yeux, c’était une occasion à saisir. On peut considérer Lénine comme une sorte de Noé, qui construit imperturbablement son arche malgré la montée des eaux. Mais son arche a pris l’eau parce qu’elle était faite de postulats infondés, le voyage a causé beaucoup plus de souffrances que prévu, et l’arche a échoué bien loin de la destination prévue par son bâtisseur. Néanmoins, elle a réussi à braver la tempête. » (p. 222).

Quant à la postface de Jean Batou, universitaire suisse membre de SolidaritéS, intitulée « Lénine au XXIe siècle », elle revient sur le travail de Lars T. Lih4 et insiste plus spécialement sur la rupture de 1914 dans la vie de Lénine, avec sa redécouverte de Hegel. Loin de la vision noire d’un politicien cynique et méprisant à l’égard des masses, le Lénine de Lars T. Lih, vulgarisateur et riche d’une appréciable iconographie5, renoue avec un véritable romantisme révolutionnaire, et privilégie une vision linéaire, continue, du léninisme, nettement moins complexe que celle d’un Marcel Liebman6, mais qui demeure nuancée et critique.

1Robert Service, Lénine, Paris, Perrin, 2012.

2Le compte rendu de la seconde, qui n’est que la version enrichie de la première (chroniquée en son temps sur notre ancien site), se trouve sur notre blog, http://dissidences.hypotheses.org/80

3Georgi Solomon, militant bolchevique et attaché commercial soviétique.

4Un entretien avec Lars T. Lih est disponible dans la revue militante Période, http://revueperiode.net/lire-lenine-entretien-avec-lars-lih/

5Par exemple la famille Oulianov en 1920, différents lieux de résidence de Lénine (dont son appartement à Paris), une photo de Lénine à Stockholm en avril 17, l’inauguration d’une statue de Marx et Engels en novembre 18, Lénine et sa sœur en 18 dans une rue de Moscou, etc.

6Marcel Liebman, Le Léninisme sous Lénine, Paris, Le Seuil, coll. « Esprit », 1973, 2 vol., 333 p. et 397 p.

Sophie Coeuré, Pierre Pascal. La Russie entre christianisme et communisme, Lausanne, les éditions Noir sur Blanc, 2014, 416 pages, 25 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Sophie Coeuré, déjà connue pour ses travaux sur la perception de la Russie soviétique et de l’URSS – citons en particulier La Grande lueur à l’est. Les Français et l’Union soviétique 1917-1939, ou en collaboration avec Rachel Mazuy Cousu de fil rouge. Voyage des intellectuels français en Union soviétique1 –, livre une remarquable biographie de Pierre Pascal, dans le même temps où sort, chez le même éditeur, le cinquième tome inédit de son Journal de Russie 1928-19292. Classiquement chronologique, son récit s’accompagne de réflexions sur l’ancrage idéologique de son personnage et de considérations d’importance sur cette page de l’histoire, celle d’Octobre, de sa nature et de ses suites. D’emblée, d’ailleurs, sa démarche séduit, résonnant du même ton que la nôtre : « Le regard que nous portons (…) n’est désormais ni celui de la condamnation, ni celui de la justification : c’est celui de la compréhension. » (p. 8)

Si l’on considère qu’un homme, quelles que soient les péripéties, les circonvolutions voire les avanies de son existence, garde en lui certaines caractéristiques qui sont comme figées dans le marbre, dans le cas de Pierre Pascal, c’est incontestablement l’amour de la Russie et la foi chrétienne qui sont chevillés au corps. D’origine bourgeoise (son père était professeur de lycée), Pierre Pascal, né en 1890, fait de brillantes études, passant par l’École normale supérieure et y obtenant l’agrégation. C’est durant ces années qu’il prend goût à la langue russe, effectuant des voyages en Russie même, au cours des étés 1911 et 1912. Cette passion linguistique est également culturelle, et entre en résonance avec l’adhésion au christianisme, dont les moteurs semblent avoir été le rejet du milieu bourgeois et la recherche d’un idéal. Avec sa visite de la communauté religieuse de la « confrérie ouvrière de l’Exaltation de la Croix », en Russie, on saisit déjà ce qui va faire converger engagement spirituel et révolution russe3. Avec l’éclatement de la Première Guerre mondiale, Pierre Pascal est mobilisé, d’abord sur le front ouest, puis dans les Dardanelles. Blessé, il intègre ensuite le Grand Quartier Général, avant de faire partie de la mission militaire française en Russie au printemps 1916 grâce à ses compétences linguistiques reconnues. Dans ces mois qui précèdent la déflagration de 1917, Pierre Pascal, qui tient déjà un journal, manifeste doute et méfiance à l’égard de la politique, motivé qu’il est par un rêve d’unicité chrétienne.

Les deux révolutions bousculent et enthousiasment le militaire français, qui y voit une véritable « rupture eschatologique » (p. 79). Il finit par se rallier aux bolcheviques à la suite de la mission dont il est chargé auprès de la fameuse Légion tchécoslovaque, mission qui sert à ses yeux de révélateur du rôle ouvertement contre-révolutionnaire joué par la France et ses alliés. C’est ainsi qu’à la fin de l’année 1918, Pierre Pascal reste en Russie dans le même temps où la mission militaire retourne en France. Il participe alors au Groupe communiste français de Moscou, où il réside4. Les pages qui évoquent cette expérience sont particulièrement intéressantes, présentant la vie souvent conflictuelle de ce microcosme bigarré (entre Pascal et Henri Guilbeaux d’un côté, Jacques Sadoul de l’autre), leurs actions de propagande, et même leurs liens avec la tcheka. Le Parti communiste russe suivait en effet la vie de ce groupe étranger, en qui il vit un temps une possible direction future d’un parti communiste français, avant que les déceptions à son égard ne l’emportent, ce qui entraîna également la critique de l’engagement religieux manifesté par Pierre Pascal (début 1921, la cohabitation de la foi et du militantisme communiste fut validée, sous réserve d’un travail visant la disparition de toute croyance religieuse).

Au début des années 1920, Pierre Pascal travaille comme traducteur à la fois pour le commissariat aux affaires étrangères de Tchitcherine et pour la Comintern. Il assiste aux IIe et IIIe congrès de l’Internationale, servant de liaison avec les délégués français (ce qui lui permet d’ailleurs de rencontrer celle qui allait devenir la femme de sa vie, et par qui il allait devenir le beau-frère de Victor Serge), et rédige également des brochures de propagande, ce qui lui vaut en France une réputation d’intellectuel, statut que lui-même repousse. Mais il s’agit pour l’essentiel d’un travail en partie hors-sol, Pierre Pascal usant des informations statistiques sans véritablement se confronter à la population russe. L’infléchissement du soutien qu’il accorde aux dirigeants de la Russie soviétique devenue URSS a lieu non par rapport à la répression politique (il témoigne au procès des socialistes-révolutionnaires en 1922), mais à l’embourgeoisement de la révolution, sensible pour lui avec l’instauration de la NEP et l’abandon apparent de l’idée d’égalité qui lui tenait tant à cœur5. Avec l’affaire Nicolas Lazarévitch, un de ces nombreux anarchistes ralliés à la révolution bolchevique, arrêté et emprisonné en 1924, Pierre Pascal prend publiquement position pour le défendre. Il perd par conséquent ses postes professionnels.

Demeurant à Moscou, il vit alors de divers travaux de traduction, fréquentant l’Institut Marx-Engels de David Riazanov et prenant même en charge les premiers tomes de la publication des Œuvres choisies de Lénine en français. S’il se défie de l’opposition de gauche et de l’opposition unifiée, il conserve des liens avec Victor Serge, mais également avec Boris Souvarine ou La Révolution prolétarienne en France, à qui il fournit des informations sur l’URSS. Dans ce positionnement personnel tel qu’il s’exerce dans la seconde moitié des années 1920, Sophie Coeuré voit d’ailleurs une anticipation de la dissidence des années 1960 et 706. A la charnière des années 20 et 30, toutefois, l’étau se resserre, corrélativement à la mainmise accrue de Staline et à la normalisation qu’elle induit. L’intensification des répressions pousse dès lors Pierre Pascal dans deux directions complémentaires et déterminantes pour le reste de sa vie : le repli dans la recherche historique, centrée sur le personnage d’Avvakoum (un clerc, chrétien dissident du XVIIe siècle, opposé à la réforme de l’Église orthodoxe et inspirateur des « vieux croyants »), et la décision de revenir en France, effective en 1933 grâce à l’entremise d’Édouard Herriot (à l’occasion des négociations franco-soviétiques).

La réintégration de Pierre Pascal au sein de la société française s’effectue avec une relative aisance, son passé se retrouvant en grande partie éclipsé, la soutenance d’une thèse sur le sujet historique qu’il avait choisi lui permettant même d’intégrer l’université dans les premiers mois du Front populaire au pouvoir. Il prend de fait une grande distance par rapport aux débats oppositionnels et à l’URSS de manière plus générale, a contrario de l’évolution de Victor Serge. Durant l’Occupation, il est même conduit, afin de protéger sa femme, d’origine juive, à se présenter aux autorités comme anticommuniste, et rallié aux bolcheviques par erreur. Dans l’après-guerre, il est d’ailleurs proche de certains réseaux anticommunistes (ceux de ses amis Souvarine, Body et Lazarévitch) et catholiques (il vote MRP), mais aussi de La Révolution prolétarienne, comme pour mieux illustrer l’éclectisme relatif de l’homme. Davantage influencé par les premiers cités, Pierre Pascal développe l’idée d’une civilisation russe originelle et persistante, matérialisée dans la paysannerie, que les bolcheviques auraient donc violenté.

Mais dans le travail de mémoire qui revient en force à compter du cinquantenaire d’Octobre (Marcel Body ayant ici fait office d’aiguillon), et qui se décline sous forme d’émissions de radio7 et de la publication du Journal de Russie, Pierre Pascal mêle des éléments de relecture de l’histoire (essentiellement une coïncidence artificielle entre basculement de la NEP et fin de son attachement à la Russie soviétique) à une absence de reniement vis-à-vis d’une époque, celle des premières années de la rupture révolutionnaire, durant laquelle tout semblait possible… De ce livre proprement passionnant, qui s’efforce de retrouver le noyau dur de l’évolution d’un homme, au-delà des reconstructions ultérieures, on regrettera seulement un manque d’analyse détaillée des écrits publics de Pierre Pascal, en particulier les brochures écrites dans les années 1920 ou son appareil critique accompagnant les écrits choisis de Lénine.

1Ce dernier ouvrage est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/667

2Les quatre précédents tomes sont sortis chez L’Âge d’homme, entre 1975 et 1977, et réédités en 1990.

3« Expérience fondatrice, incontestablement, pour le jeune homme, que ce premier contact avec le « communisme » [dans une lettre à sa mère, Pierre Pascal parle de la « société communiste » mise en place par cette communauté], terme encore rare à l’époque, comme spiritualité radicale et collective. » (p. 27).

4Sur ce sujet, le livre de Marcel Body, Les Groupes communistes français de Russie, édité en 1988 chez Allia, vient d’être réédité. Voir également l’étude de Romain Ducoulombier, Camarades ! La naissance du Parti communiste en France, Paris, Perrin, 2010.

5« C’est bien l’abandon d’un projet de rénovation radicale de la société basée sur l’égalité, seul porteur de sens pour l’avenir du peuple russe, que les quelques notes conservées placent au cœur du processus de déception. » (p. 188).

6 « Sur le fond, une volonté de réformer et d’améliorer le système et non de le détruire, une réflexion souvent aussi morale qu’idéologique, s’articulaient avec des modes de vie contraints par le régime soviétique, mais aussi issus d’une réélaboration d’une culture de la clandestinité politique. » (p. 232-233).

7L’émission de France Inter « La Marche de l’histoire » du 7 février 2014, consacrée à « 1919 l’année terrible, deux Français à Moscou », réutilise justement le témoignage d’alors livré par Pierre Pascal.

Lénine, Le Socialisme et la guerre / La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky, Montreuil, éditions Science marxiste, collection « Bibliothèque jeunes », 2013 / 2014, 278 pages / 194 pages, 7 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Les éditions Science marxiste poursuivent leur travail de republication de textes de Lénine, et après avoir d’abord privilégié les classiques (Que faire ?, L’impérialisme, stade suprême du capitalisme, L’État et la révolution, La maladie infantile du communisme (le « communisme de gauche »)), ils ont décidé de sélectionner des textes a priori moins connus, datant des débuts de la vie politique de Lénine (Ce que sont les « amis du peuple », chroniqué sur notre blog) ou de la période ouverte par la Première Guerre mondiale.

Il y a d’abord cette anthologie inédite, Le Socialisme et la guerre, qui s’inscrit indirectement dans le cadre du centième anniversaire du premier conflit mondial, mais dans un sens fort peu consensuel. Tout au long des articles ou brochures rassemblées (La Faillite de la IIe Internationale et Le Socialisme et la guerre), couvrant la période 1914-1917 et les premiers décrets sur la paix du gouvernement soviétique (l’ajout d’extraits du Manifeste fondateur de la IIIe Internationale figurant là à titre d’annexe), Lénine, loin d’un quelconque pacifisme jugé castrateur, n’a en effet de cesse de défendre le principe d’une transformation de la « guerre impérialiste » en guerre civile1, une idée toujours aussi explosive un siècle après. Il insiste d’ailleurs beaucoup, dans cette optique, sur la continuité entre les décisions des congrès de Stuttgart et Bâle de la IIe Internationale, et la position des bolcheviques, au point d’ailleurs de présenter son parti (dans la brochure éponyme) comme ayant toujours incarné la ligne juste contre les tendances opportunistes.

Car tout au long de ses différents écrits, Lénine s’en prend avec vigueur aux anciens dirigeants de l’Internationale, non prioritairement les « social-chauvins », mais les « centristes », qui entretiennent le plus d’illusions sur une possible réconciliation de lignes qui, pour le leader bolchevique, sont désormais radicalement opposées, comme sont opposés la bourgeoisie et le prolétariat ; Lénine aborde d’ailleurs, sans y entrer véritablement à fond, le sujet de la bureaucratie ouvrière, véritable couche sociale « achetée » par la classe dominante. Karl Kautsky est à cet égard une cible privilégiée2, ce qui justifie d’autant plus le rassemblement de ces deux ouvrages dans une même note de lecture. Lénine replace en effet les situations de guerre antérieures et les positionnements des fondateurs du marxisme, insistant en particulier sur la dichotomie entre bourgeoisie progressiste (avant la fin du XIXe siècle) et bourgeoisie réactionnaire, impérialiste, tout en soulignant l’importance de l’auto-détermination des peuples. Une fois de plus, il convient de saluer le travail éditorial réalisé, avec un appareil critique approprié et l’absence de tout texte théorique contemporain, laissant les documents bruts.

La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky est principalement construit autour de la brochure du même nom, écrite en réaction au livre de Karl Kautsky, La Dictature du prolétariat, et publié au moment où éclatait la révolution allemande de novembre 1918. Ce texte est complété par trois articles, l’un, antérieur à la brochure et qui en constitue le prélude, les deux autres datant de 1919 et abordant des thèmes semblables (« La IIIe Internationale et sa place dans l’histoire », « L’économie et la politique à l’époque de la dictature du prolétariat »). Le tout est précédé d’un texte d’Arrigo Cervetto, « Le fondement scientifique de la lutte des classes », datant de 1977, qui insiste en particulier sur la primauté des facteurs objectifs face aux subjectifs, jusqu’à une certaine tendance au mécanisme (en insistant sur la « réitérabilité des phénomènes » p. 21), et pourfend l’idéalisme politique contraire au matérialisme et à la vision de classe.

La Révolution prolétarienne et le renégat Kautsky s’inscrit dans une série de plaidoyers pro domo rédigés par les dirigeants bolcheviques afin de justifier leurs actions et leur rupture avec la IIe Internationale, et vise prioritairement Karl Kautsky, tout comme le Terrorisme et communisme de Trotsky3. Volontiers didactique, et d’une plume acide, Lénine écarte le fantasme d’une démocratie pure et absolue4, insistant sur la nécessaire analyse de l’État comme étant toujours l’instrument d’une classe sociale, et soulignant la volonté farouche des exploiteurs de se maintenir en position dominante5. Dans sa critique sans concessions des dirigeants selon lui faillis de la IIe Internationale6, Lénine oppose leur ralliement au nationalisme capitaliste à l’internationalisme bolchevique, et leur prédilection pour la discussion, à l’action de préparation concrète menée par son parti. Il approfondit ainsi la tranchée séparant deux camps diamétralement opposés, celui de la bourgeoisie et de ses complices, et celui des véritables continuateurs de Marx et Engels (Lénine effectue à plusieurs reprises des rappels de prises de position antérieures de Kautsky, dans son livre Le Chemin du pouvoir ou avec le Manifeste de Bâle de l’Internationale).

Ce faisant, et c’est là la rançon du mode pamphlétaire, il survalorise l’élargissement de la démocratie en Russie soviétique au profit des masses travailleuses7, et sous-estime la résilience de la bureaucratie et du militarisme, caractéristiques selon lui du capitalisme impérialiste et qu’il considère comme abolis en Russie. Lénine justifie également la dissolution de l’Assemblée constituante, relevant là aussi son caractère de classe, et tirant une partie de la force de son argumentation du rappel d’Assemblées réactionnaires du passé…

Alors que le centenaire de la Révolution d’octobre 1917 approche, il n’est pas inutile de (re)prendre connaissance de textes de Lénine directement liés à cet événement

1Lénine envisage d’ailleurs fort concrètement la situation d’un pays où la révolution socialiste serait d’abord victorieuse (p. 168-169), n’excluant pas par principe d’éventuelles guerres contre les États bourgeois… (p. 168-169).

2« Kautsky a prostitué le marxisme et s’est transformé en un véritable prédicateur. » (p. 69).

3La dernière édition papier de ce livre date de 34 ans (éditions Prométhée, 1980). Il n’existe actuellement qu’un E-Book, paru chez Ink Book en 2013.

4« A moins de se moquer du sens commun et de l’histoire, il est clair que, tant qu’il existe des classes distinctes, on ne saurait parler de « démocratie pure », mais seulement de démocratie de classe (…) » (p. 51).

5« Jamais, si ce n’est dans l’imagination doucereuse du doucereux benêt Kautsky, les exploiteurs ne se soumettront à la volonté de la majorité des exploités, sans avoir fait jouer – dans une bataille suprême, désespérée, dans une série de batailles – leur avantage. ».

6« Mais des décades de capitalisme relativement « pacifique », de 1871 à 1914, ont accumulé dans les partis socialistes qui s’accommodent de l’opportunisme, de véritables écuries d’Augias de philistinisme, de mesquine étroitesse et de reniement… » (p. 64).

7Sa défense d’un élargissement des sphères dirigeantes et de l’ascension sociale ouverte à des représentants du prolétariat possède à l’inverse une part de véracité. 

Alexandre Dorozynski, Moi, Vladimir Oulianov dit Lénine. Le roman du bolchevisme, Paris, Le Cherche-midi éditeur, collection « Documents », 2001, 272 pages, 16,77 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Alexandre Dorozynski est un auteur touche à tout, qui semble avoir eu le projet, dans la vague initiée par Le Livre noir du communisme, de proposer une vulgarisation de la vie de Lénine. Le parti-pris est placé sous des auspices quelque peu fantastiques, imaginant un Lénine vivant mais endormi artificiellement dans son mausolée, qui raconterait sa destinée passée. Le premier chapitre est à cet égard saisissant sur le sort du corps du dirigeant bolchevique après son décès, avec l’institution d’un comité d’immortalisation1 (sic). Mais très vite, le récit devient plus plat. La narration à la première personne de l’auteur est en effet loin, très loin de se rapprocher de ce chef d’œuvre de l’autobiographie imaginaire que sont les Mémoires d’Hadrien de Marguerite Yourcenar. On nous dira que Lénine, qui est censé s’exprimer, n’était pas un aussi bon écrivain que Trotsky. Certes, mais le problème est que le portrait devient vite à charge, et qu’une certaine ambiguïté domine tout au long de l’ouvrage.

Les citations sont en effet nombreuses, mais sans que l’on connaisse exactement leur origine, et en notes, les témoignages critiques dominent assez largement les récits plus empathiques (jusqu’à faire dire à Lénine que sacrifier 1/10e de la population russe est un prix à payer acceptable, laissant planer un doute sur l’authenticité des autres prétendus extraits…). Aucune bibliographie n’est portée en annexe, et on sent bien qu’Alexandre Dorozynski privilégie un angle bien particulier : il voit en effet en Lénine un démagogue, manipulateur des foules (les bolcheviques doivent mener l’« infiltration » des soviets), intransigeant et dogmatique (rejetant par principe la participation aux élections présidentielles étatsuniennes), misanthrope (son mépris des paysans est énergiquement souligné) et amoral, prêt à tout pour faire triompher un idéal désincarné. Dans son récit, les éléments factuels véridiques, tel le traumatisme séminal de l’exécution du frère aîné, cohabitent ainsi avec des éléments en apparence objectifs, mais qui nourrissent la thèse de l’auteur (un amour de la nature, qui représenterait l’opposé d’une sincère empathie à l’égard du genre humain). De même, à une présentation des diverses mesures progressistes prises par les bolcheviques au pouvoir, il est préféré de longs développements sur le mépris de la démocratie (l’exemple de l’Assemblée constituante est central), la terreur et la violence sans freins, pour lesquelles la situation concrète qui est en jeu n’est que vaporeuse. Surtout, Alexandre Dorozynski donne l’impression d’isoler des constantes du caractère de Lénine, dont les piliers se nomment violence et élitisme, sans jamais envisager une évolution sur la durée de son existence (il lui attribue une adhésion à la théorie de la révolution permanente dès 1905), sans non plus appréhender un réel pragmatisme, en fonction des mutations de la situation.

Cela s’accompagne d’un silence sur certains écrits n’allant pas dans le sens de la problématique retenue (Matérialisme et empiriocriticisme ou Le communisme de gauche, maladie infantile du communisme), et d’une série d’erreurs témoignant d’une compréhension déficiente des mouvements révolutionnaires, noyant les quelques remarques justes2. Interprétation de la rupture entre bolcheviques et mencheviques axée sur l’opposition démocratie / autoritarisme (faisant fi du centralisme démocratique et de la diversité interne au parti bolchevique, p. 100), mauvaise définition de la révolution permanente (négligeant la notion de transcroissance, p. 114), paternité erronée de l’analyse de l’État comme étant de classe (Marx et Engels l’avaient écrit bien avant Lénine, p. 167), affirmation d’une croyance fumeuse dans une vague révolutionnaire après 1917 (qui s’accompagne d’une description partielle et erronée de la révolution allemande3, p. 154 et 243), jusqu’au soutien financier des Allemands aux bolcheviques, y compris après leur prise de pouvoir (sic !). On l’aura compris, le livre d’Alexandre Dorozynski porte bien son sous-titre de « roman du bolchevisme ». Lénine peut encore attendre son biographe rêvé…

 1 Voir notre recension sur ce même blog de Ilya Zbarski et Samuel Hutchinson, A l’ombre du mausolée. Une dynastie d’embaumeurs, Arles, Solin / Actes sud, 1997.

2 Tel le traumatisme de l’écrasement de la Commune de Paris, un précédent à éviter à tout prix, ou de cette comparaison pertinente selon laquelle « Le révolutionnaire professionnel est (…) l’obstétricien de la révolution : il doit déterminer le moment le plus favorable pour cet accouchement. » (p. 170).

3 De même, la brochure de Rosa Luxemburg, La révolution russe, n’est utilisée que sous son angle critique, jamais sous son jour plus élogieux ou nuancé, pourtant dominant. 

Ilya Zbarski, Samuel Hutchinson, A l’ombre du mausolée. Une dynastie d’embaumeurs, Arles, Solin-Actes sud, 1997, 208 pages, 18,30 €

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Difficile d’imaginer catalyseur de symboles plus parlant que le mausolée de Lénine sur la place rouge à Moscou… On peut bien sûr y voir l’embryon d’un culte de la personnalité servant de paravent idéologique à une bureaucratie jalouse de son pouvoir, mais aussi l’image de la glaciation souhaitée d’un régime, la concrétisation d’un pouvoir autoritaire aussi rigide que les lignes géométriques du bâtiment… Le témoignage d’Ilya Zbarski est à cet égard prometteur. Il est en effet le fils de Boris Zbarski, socialiste-révolutionnaire qui aida Trotsky à passer la frontière de l’empire russe au début du XXe siècle (il est d’ailleurs cité anonymement dans Ma Vie) et fut – brièvement – élu à l’Assemblée constituante, avant de devenir directeur adjoint de l’Institut de biochimie après Octobre, et de participer à l’embaumement du corps de Lénine avec Vladimir Vorobiov. Ilya Zbarsi, qui connut la famille Pasternak dans sa jeunesse, fut à son tour intégré à l’équipe scientifique travaillant au mausolée à compter de 1934.

Son témoignage est donc de première main, et il retrace l’histoire parfois extraordinaire de ce cadavre devenu nexus d’un nouveau culte : les hésitations initiales entre congélation et embaumement1, les tentatives d’attentat contre la momie ; le déplacement du corps à Tioumen, en Sibérie occidentale, lors de l’invasion allemande, qui permit d’améliorer l’état du corps en raison de la plus grande latitude laissée, si loin du centre politique du pays ; l’accroissement des effectifs du laboratoire après la Seconde Guerre mondiale, et la multiplication des embaumements à l’étranger (les cas de Dimitrov et de Choybalsan, l’autocrate mongol, sont plus développés, Ilya Zbarski ayant pris part à leur conservation). Le travail sur un élément aussi précieux de la propagande stalinienne permit à Boris Zbarski et à sa famille d’intégrer la nomenklatura, dont les privilèges mais aussi l’épée de Damoclès de l’arrestation sont bien décrits par l’auteur. Ce dernier, qui s’était rendu à Berlin juste après la capitulation du IIIe Reich, y confisqua du matériel scientifique et vécut une histoire d’amour avec une jeune allemande. Tout bascule en 1952, d’abord avec l’arrestation du père, pris dans les obsessions antijuives des derniers complots de Staline, puis avec la mise au ban de son fils. Ce dernier n’en poursuit pas moins son évocation des activités du laboratoire, ayant pu travailler sur certaines de ses archives, mais son propos est nettement plus laconique. Bien que le livre date de 1997, la reconversion fut à l’image de celle de la bureaucratie, puisque ce sont les nouveaux riches, chefs de la mafia, qui achetèrent les services des scientifiques spécialistes de l’embaumement (provisoire)2.

Ce témoignage, enrichi d’une généreuse iconographie3, souffre cependant d’un certain nombre de faiblesses. On y trouve en effet des approximations regrettables sur le contexte historique4, des contradictions de dates à plusieurs moments du récit5, ainsi qu’un certain nombre de jugements qui se ressentent de l’air du temps anticommuniste, dominant au moment de la rédaction de ce travail. Cette réécriture de son propre passé – sans que l’on puisse évaluer le rôle exact du co-auteur, le journaliste Samuel Hutchinson, – conduit Ilya Zbarski à des jugements critiques sur le pouvoir soviétique, dans lesquels est sans doute sensible un certain dépit d’avoir été écarté de sa nomenklatura dans les années 1950… Un premier chapitre, censé s’interroger sur les causes de la mort de Lénine, et émettant l’hypothèse de la syphilis, est d’ailleurs purement opportuniste et sensationnaliste, aucun élément dans le sens de la MST n’étant avancé ! Dommage également que les expérimentations réalisées sur le cerveau de Lénine, préalablement extrait du crâne, ne soient pas abordées, le témoignage se révélant à plusieurs reprises par trop superficiel, voire convenu, ne remplaçant pas une étude approfondie sur le sujet.

1 La solution conservatrice, ou « balsam », nous apprend-on, se compose de glycérine et d’acétate de potassium.

2 A cette occasion, Ilya Zbarski nous semble émettre un jugement pour le moins simpliste, lorsqu’il est « (…) tenté de conclure que l’embaumement ne répond pas aux coutumes de pays civilisés [souligné par nous]. » (p. 191).

3 Citons en particulier les projets architecturaux pour le mausolée définitif, malheureusement dépourvus de suffisamment de précisions écrites.

4 « Staline était à cette époque sorti victorieux d’une lutte qui l’avait opposé à la gauche de l’appareil dirigée par Trotsky. Il s’en était violemment pris à son programme qui prônait notamment la planification de l’économie et une militarisation du travail [sic. Probable confusion avec les propositions de Trotsky au début des années 1920]. Programme que Staline reprit par la suite à son compte pour se débarrasser de la droite du Parti incarnée par Kamenev et Zinoviev [resic]. » (p. 59).

5 Le corps de Lénine est-il ramené à Moscou en mars 1944 ou en mars 1945 ? 

Lénine, Conscience et volonté révolutionnaires, Montreuil, éditions Science marxiste, collection « Documents », 2012, 214 pages, 10 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après les précieux ouvrages de G. Munis et P. Frölich1, parus dans la même collection, c’est à un livre hybride que les éditions Science marxiste nous confrontent. Sans doute pour ouvrir à une approche de la pensée de Lénine, dont bon nombre d’opuscules ont déjà été réédités dans la même maison, Conscience et volonté révolutionnaires est une anthologie composée à partir d’un peu moins d’une vingtaine d’autres livres, couvrant l’ensemble de sa vie militante, et émaillée de plusieurs photographies. On retrouve ainsi des extraits de Trotsky, Gérard Walter, Christopher Hill, Pierre Broué, Victor Serge ou d’autres camarades et témoins des événements révolutionnaires.

Toutefois, plusieurs limites sont à déplorer. D’abord, le fait que cette édition française ne soit que la transposition de l’édition originale italienne, datant de 1984, d’où l’absence d’études plus récentes2 et même d’une bibliographie détaillée. Ensuite, son caractère nettement apologétique, qui écarte tout retour critique sur son action, et conduit à insister sur la rigueur de son analyse, l’importance de son sens pratique ou sa capacité d’organisation. Plusieurs extraits datent d’ailleurs de la période stalinienne ou khrouchtchevienne, au risque d’une certaine réécriture de l’histoire. A l’inverse, rien sur les témoignages de H.G. Wells ou B. Russell.

Enfin, cette publication « patchwork » est également l’occasion d’insérer un nombre certain d’écrits d’Arrigo Cervetto en particulier, souvent assez schématiques d’ailleurs, autrement dit d’insister sur la prétendue continuité entre Lénine et le courant incarné par Lotta communista. La lecture de certains passages de Conscience et volonté révolutionnaires peut cependant donner envie de lire des classiques de l’histoire des révolutions, ainsi de L’an 1 de la révolution russe de Victor Serge ou de Révolution en Allemagne de Pierre Broué.

1 Leçons d’une défaite, promesse de victoire du premier et l’Autobiographie du second, tous deux chroniqués dans notre revue électronique.

2 Citons en particulier Jean-Jacques Marie, Lénine. La révolution permanente, Payot, 2011, chroniqué sur le blog de Dissidences (http://dissidences.hypotheses.org/80).