Archives par étiquette : Luttes

Christophe Aguiton, La Gauche du 21e siècle. Enquête sur une refondation, Paris, La Découverte, collection « Cahiers libres », 2017, 240 pages, 17 €.

Un compte-rendu de Georges Ubbiali

Militant reconnu du mouvement social et syndical [1], Christophe Aguiton peut apparaître comme particulièrement qualifié pour proposer à la fois un bilan de la gauche depuis l’entrée dans le XXIe siècle et dessiner ses contours possibles pour la période qui s’ouvre.

Le propos se déploie alors en trois parties. La première partie, « Diagnostics », présente le panorama, guère innovant, de l’état de ladite gauche au niveau international, depuis la chute du Mur de Berlin en 1989, laissant entrevoir pour certain un monde nouveau. C’est en particulier à travers l’altermondialisme que la contestation du modèle néo-libéral s’est déployée à travers le monde. Néanmoins, depuis la crise des subprimes en 2008, les mobilisations sont en recul, car n’ayant nullement réussi à modifier en quoi que ce soit la pluralité des crises (économique et sociale, écologique, démocratique) qui fracturent les différentes sociétés. Face à cette situation, la seconde partie, « Stratégies », insiste (en trois chapitres) sur les objectifs pour lesquels se mobiliser, sur la stratégie à déployer et enfin, sur les forces nécessaires pour développer un modèle socialiste. Intéressantes, ces pages permettent à Christophe Aguiton de passer en revue une partie conséquente de la littérature qui a été produite au fil des dernières décennies. Faute de pouvoir développer chaque aspect, prenons l’exemple de la question de l’acteur du changement. Sont successivement abordées les recherches de Gérard Duménil et la place croissante qu’occupe l’encadrement dans la contestation du système capitaliste d’un côté. De l’autre les ouvrages de Samir Amin et François Houtard qui, eux, insistent sur l’élargissement du prolétariat (thématique du peuple, des multitudes, de l’opposition caste/élite ou encore du 1% versus 99%). Christophe Aguiton décide que ces constructions théoriques, pour intéressantes qu’elles soient, souffrent d’un défaut majeur : « construire un « sujet » a priori de la transformation sociale et écologique » (p. 83). Avantage de l’essayisme, l’auteur se prononce alors pour une approche pragmatique, dont, on le comprend bien vite, il s’agit de dépasser le cadre nécessairement daté de la classe ouvrière pour proposer la construction d’alliances et de coalitions très larges ou englobantes. Bien sûr, les femmes, la paysannerie, les mouvements indigènes doivent y trouver leur place, mais aussi : « A coup sûr, l’un des défis à venir sera pour la gauche et les mouvements sociaux de changer de vision et d’inclure les « droits » de la nature et les non-humains dans les politiques publiques et, pour cela de définir les règles démocratiques capables de réaliser de tels objectifs » (p. 91, souligné par nous). La perspective que certains milieux militants nomment depuis peu « intersectionnelle » doit alors permettre de construire ces alliances et coalitions souhaitées. Le chapitre sur la question démocratique donne l’occasion de passer en revue un certain nombre de pratiques en débat actuellement (place de l’Internet, de la démocratie participative, du tirage au sort, des conférences de consensus…). Un développement plus systématique est consacré aux expériences d’Amérique du Sud, combinant certaines de ces pratiques et le pouvoir personnel de dirigeants se réclamant du populisme.

La troisième et dernière partie, « Expériences », consiste en la description analytique de quatre situations politiques : l’Italie avec la disparition du Parti communiste ; les gauches sud-américaines (Brésil, Venezuela, Équateur), l’Espagne et Podemos et surtout, l’expérience Syriza en Grèce, sur laquelle nous allons nous attarder un peu plus. En effet, la situation de la Grèce correspond à la seule expérience (au niveau européen) où un gouvernement dirigé par un parti de la gauche radicale est parvenu au pouvoir par la voie démocratique, élective. Rappelons que la Grèce s’est vue contrainte par les institutions européennes et le FMI d’appliquer des plans d’austérité drastiques qui ont épuisé les partis de gouvernement traditionnel (droite de la Nouvelle démocratie et socialiste du PASOK). Une fois parvenu au pouvoir, Syriza a soumis à référendum un nouveau plan d’austérité, obtenant une large majorité populaire. S’est alors développée une situation de crise potentielle et d’affrontement direct avec les institutions de l’UE. Or, quelques jours après le vote, le gouvernement Syriza choisit la voie de l’acceptation du plan. L’auteur analyse ce choix comme celui « qui s’est imposé au gouvernement, celui du réalisme » (p. 176). On lira avec attention les arguments développés tout au long des pages 176 et suivantes où l’auteur, finalement, avalise les décisions qui ont été prises, rejetant implicitement la voie de la rupture, sur la base du rapport de force démocratique créé par le choc électoral. Reconnaître la difficulté de la situation et des options finalement retenues n’enlève rien au fait que les dirigeants « radicaux » ont préféré temporiser (et ainsi « gérer la misère » eux même) plutôt que d’affronter l’Union européenne et le système capitaliste. L’analyste pragmatique de Christophe Aguiton endosse la position gouvernementale grecque, et certains commentateurs pourraient y relever des positions politiques qui ont connu leur heure de gloire dans l’entre-deux-guerre, celles d’un réformisme fort/radical. Certes, si l’orientation stratégique présentée ici s’appuie sur la promotion des « communs » et de la « démocratie  radicale » (p. 233), avec un appel au développement de pratiques alternatives susceptibles de susciter un certain enthousiasme chez des lecteurs peu politisés (au sens que l’on accordait à ce terme au XXe siècle) de 2017, d’aucuns peuvent regretter l’absence de réflexion sur la question de l’État et de sa destruction – dont il est quand même abondamment question, en ce centenaire de la révolution d’Octobre 1917, dans quelques travaux d’historiens – comme condition ultime d’une pratique radicale/révolutionnaire renouvelée pour cette gauche du XXIe siècle, sujet d’une refondation rêvée par l’auteur…

[1]    Il est fondateur d’AC !, Agir contre le chômage, d’Attac, militant de SUD-PTT, ex-membre dirigeant de la LCR, du NPA et actuellement d’Ensemble !

CIRA Lausanne (dir.), Refuser de parvenir. Idées et pratiques, Paris, Nada, 2016, 300 pages, 20 €.

 

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Refuser de parvenir est un ouvrage collectif semblable à un pot-pourri, et dont l’origine est à chercher dans un cycle de discussions sur ce sujet organisé en 2013 et 2014 par le CIRA (Centre international de recherches sur l’anarchisme) de Lausanne. Ainsi que l’introduction du livre le rappelle, l’expression « refuser de parvenir » est d’Albert Thierry (1881-1915), sorti premier de l’École normale supérieure de Saint-Cloud et qui demeura instituteur, avant de succomber lors de la Première Guerre mondiale. Une exigence militante et éthique, que les auteurs de cette introduction qualifient de « communisme de la douleur » (p. 17), et qu’Albert Thierry ne fut pas le premier à énoncer sous d’autres formes, ainsi d’Elisée Reclus. Elle s’accompagne de ce que Marcel Martinet énonce très bien : « Le refus de parvenir du prolétaire capable de parvenir n’a de sens que doublé par la volonté de parvenir du prolétariat. » (p. 37). Le milieu syndicaliste révolutionnaire, dans lequel militait Albert Thierry, resta très attaché à ce principe, ainsi que l’illustrent entre autres les citations reproduites de Régis Messac1. Une annexe revient d’ailleurs fort utilement sur le contexte exact dans lequel Albert Thierry énonça sa fameuse formule, alors que, combattant dans les tranchées, il approuvait l’union sacrée et rêvait d’une réconciliation nationale entre les classes…

Grégory Chambat traite plus spécifiquement de l’éducation2, thème si cher à Albert Thierry. Il insiste ainsi sur la nécessité d’une pédagogie distincte des instructions officielles, clef de la révolution à venir : centrée sur la maîtrise de l’observation et de l’expression, elle doit s’effectuer sans punition, examen ou classement, et partir d’un enseignement professionnel, pratique, afin de déboucher sur des savoirs plus poussés, plus théoriques. Claire Auzias, auteure d’un travail d’histoire orale intitulé Mémoires libertaires. Lyon, 1919-1939, évoque, à travers le contexte difficile pour l’anarchisme de l’entre-deux-guerres, marqué par un certain isolement, le refus de parvenir en actes ; on en retiendra tout particulièrement l’usage de la pratique du « trimard », semblable à celle des hobos étatsuniens, mais qui manque encore d’un historien en France. Jean-Christophe Angaut se penche pour sa part sur la figure de Bakounine, traçant un parallèle entre refus de parvenir et déclassement volontaire conduisant à une plongée dans le peuple, telle que l’ont pratiqué les populistes russes, les fameux narodniki, ce que Bakounine approuvait. Anne Steiner, auteure entre autres de Les En-dehors ou Le Goût de l’émeute3, mène un exposé passionnant et synthétique sur le système scolaire français depuis les réformes de Jules Ferry, ce qui lui permet de remettre en perspective le « mythe » méritocratique et de critiquer la spécialisation universitaire4.

L’ouvrage reproduit également des articles anarchistes plus ou moins anciens. « Réussir », d’André Panchaud, qui date de 1983, voit son auteur opposer, d’une manière sans doute trop binaire, succès légitime et mérité d’un côté, vanité et arrivisme de l’autre. « Les prolétaires intellectuels », d’Emma Goldman, publié en 1914, insiste d’un côté sur le sort plus fragile, plus humiliant aussi, de ces derniers comparativement aux prolétaires manuels, et de l’autre sur l’incapacité de ces prolétaires intellectuels étatsuniens à se rendre vraiment solidaire du peuple. Autre document, une bande dessinée humoristique sur le rêve d’ascension… d’un pavé ! Plusieurs entretiens sont également reproduits. Le plus dense est celui d’un responsable du CIRA, qui prend des exemples variés de refus de parvenir, dans les partis, le sport, la recherche scientifique, allant parfois jusqu’à une exigence forte, voire démesurée (ainsi du refus de toute vie amoureuse ou familiale, p. 162). Il insiste également beaucoup sur la dimension collective de ce refus de parvenir : « La question est plutôt de ne pas occulter l’existence de ces asymétries [de connaissances ou d’expériences], de ne pas en tirer profit à titre personnel et surtout de parvenir à partager avec les autres le meilleur de ses capacités. » (p. 170).

Le collectif féministe radical Les Pires insiste pour sa part sur le refus de l’institutionnalisation des luttes, du travail associatif ou des études de genre à l’université, tandis qu’un collectif de photographes suisses baptisé Interfoto témoigne de son activité de quarante ans. Ce dernier cas est toutefois à la limite du hors-sujet, dans la mesure où les six membres exercent des activités professionnelles en parallèle de cette activité. Les photographies reproduites dans le livre possèdent en tout cas une véritable puissance : souvent très symboliques, elles mettent l’accent sur le conformisme, l’injonction au travail ou la critique des inégalités. Sont également interrogés des collectifs d’architecture, prônant la mutualisation des savoir-faire et la rotation des tâches5, et des groupes de la scène alternative, underground, sous la forme d’une table ronde reconstituée. Enfin, des textes de militants suédois abordent la question de l’invisibilisation des classes dans leur pays et la difficulté pour les militants des classes moyennes de se joindre réellement aux classes populaires. Refuser de parvenir est donc un ouvrage bigarré, suffisamment riche pour favoriser une saine réflexion sur un sujet complexe et crucial.

1Sur Régis Messac, qui fut également un grand auteur de science-fiction, nous nous permettons de renvoyer à nos recensions de Brève histoire des hommes (http://dissidences.hypotheses.org/7054) et Propos d’un utopien (http://dissidences.hypotheses.org/7051).

2Du même auteur, nous renvoyons au compte rendu de son ouvrage L’Ecole des réac-publicains. La pédagogie noire du FN et des néoconservateurs, à paraître prochainement sur ce blog.

3Ce dernier titre est chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4447

4« (…) tant qu’un pourcentage non négligeable d’enfants de dominés s’en sort grâce à l’école, le mythe peut tenir. Mais quand une fraction de plus en plus large ne trouve plus sur le marché du travail de débouchés correspondant à son niveau d’études, alors le mythe est ébranlé. Et c’est ce qui se produit aujourd’hui. » (p. 129).

5« Nous souhaitons participer à la réappropriation populaire des savoir-faire constructifs et des manières de construire l’espace. » (p. 225).