Archives par étiquette : Mouvement social

Alberto Amo, Alberto Minguez, Podemos, La politique en mouvement, Paris, La Dispute, 2016, 223 pages, 15 €.

 

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Avec cet ouvrage, on compte désormais (en français), quatre livres1 consacrés au nouveau mouvement politique espagnol, auxquels il faut ajouter la traduction des œuvres de Pablo Iglesias2, son principal dirigeant. Alors que les autres livres ont été écrits par une journaliste (Le Nez), un historien (Barret) ou sont constitués de traductions de textes des animateurs de Podemos (Dominguez/Gimenez), ce dernier est écrit par des militants du cercle Podemos de Paris, à l’aide de la presse en ligne espagnole.

Il se présente comme une introduction didactique sur le phénomène Podemos, pour des lecteurs français ne connaissant pas les arcanes de la vie sociale et politique de l’Espagne actuelle. Il s’agit en quelque sorte d’un « Podemos pour les nuls », destiné à un large public, grâce à la multitude de notes permettant de mieux saisir l’environnement dans lequel a émergé cette nouvelle formation politique. Le fil conducteur du propos est chronologique, depuis les conditions d’apparition de Podemos jusqu’au dernier épisode électoral des élections législatives de juin 2016.

Le premier chapitre dresse le portrait des mouvements sociaux qui aboutirent au phénomène des Indignés et à l’occupation des places des grandes villes du pays le 15 mai 2011. Ce chapitre est particulièrement développé (plus de 50 pages), car il restitue le cadre général social et politique qui aboutira au plus puissant mouvement social qu’ait connu l’Espagne depuis la transition démocratique, le 15-M. Le chapitre suivant présente le phénomène de « La Tuerka », émission de télévision qui précipite la construction du groupe dirigeant de Podemos, autour de la personnalité de Pablo Iglesias. En janvier 2014, au Tetro del Barrio se réunissent les initiateurs de ce qui va devenir Podemos, transformant l’indignation sociale massive en un mouvement politique susceptible de représenter une alternative électorale. D’éclairants développements sont consacrés aux discussions avec les autres partis se situant à gauche du PSOE (Parti socialiste ouvrier espagnol), comme Izquiedra Unida (IU, alliance à laquelle participent les communistes), Equo (écolo) ou le Partido X (réseau citoyen, issu également de la constellation du 15 mai). Comme l’écrivent les auteurs : « Podemos naît avec l’intention de produire un nouveau cadre électoral, un « nouveau sens », pour reprendre le terme d’Inigo Errejon, grâce auquel conquérir les institutions et générer un changement politique épaulé par les mouvements sociaux » (p. 100). Objectif réussi avec un résultat surprenant aux élections européennes du 25 mai 2015 (8%), dont les auteurs analysent longuement les conditions de réussite (forte participation citoyenne à travers le développement des cercles, substitut partidaire des collectifs d’occupation des places, une campagne inclusive, un discours de rupture : le populisme, en rupture avec l’axe gauche-droite et lui substituant une opposition caste/élite).

Le chapitre suivant (4) est consacré au mode de fonctionnement de Podemos. Les auteurs se montrent d’ailleurs assez critiques, montrant que deux orientations coexistaient dans l’organisation : une première, axée sur la participation électorale et un mode de décision assez centralisé et vertical (illustré par la direction du groupe Iglesias, Monedro, Errejon) ; une seconde, autour de Pablo Echenique et Teresa Rodriguez (elle-même membre d’une organisation d’obédience trotskyste, Izquierda Anticapitalista), beaucoup plus basiste et horizontale. Autour des débats sur l’organisation du parti à construire s’opposent vision d’un parti-élection et celle d’un parti-mouvement. Finalement, grâce à la centralité de la personnalité d’Iglesias (lequel n’hésite pas à menacer de se retirer si son projet n’est pas majoritaire), c’est la conception verticaliste qui triomphe et qui sera la base de fonctionnement de Podemos lors de l’Assemblée générale de fondation les 18-19 octobre 2014 à l’assemblée de Vistalegre.

Les deux derniers chapitres (5 et 63) sont sans doute les moins intéressants de l’ouvrage, car entièrement consacrés à l’analyse des différentes élections auxquelles Podemos se consacre dans les mois qui suivent : élections régionales et municipales (mai 2015), puis législatives (décembre 2015), puis nouvelles législatives (juin 2016). Si Podemos obtient des résultats assez mitigés aux élections régionales, en revanche, il parvient, dans le cadre de listes citoyennes, à obtenir de très bons résultats dans les principales villes du pays aux municipales, remportant la mairie à Barcelone ou Madrid (avec le soutien du PSOE).

Si aucun détail des soubresauts électoraux n’échappera au lecteur, en revanche, l’ouvrage ne développe pas vraiment le rapport que Podemos entretient avec le mouvement citoyen, ce qui persiste du 15M, voire du tissu associatif ou syndical plus classique. Dans la même veine, une discussion plus approfondie sur la notion d’hégémonie qui sature le discours des dirigeants de Podemos aurait mérité de plus amples développements qu’un simple rappel des travaux d’Ernesto Laclau. Peut-on limiter cette notion à « la création d’un cadre discursif avantageux » (p. 167), dans le strict cadre électoral ? Le phénomène Podemos a-t-il d’ailleurs, de manière plus générale, déjà épuisé ses potentialités que d’aucuns assurent subversives ? Autant de questions, parmi d’autres, amenées à alimenter de nouvelles études, plus problématisées.

1Héloïse Le Nez, Podemos, de l’indignation aux élections, Paris, Les Petits matins, 2015, Christophe Barret, Podemos. Pour une autre Europe, Paris, Cerf, 2015, Ana Dominguez, Luis Gimenez (dir.), Podemos, sûr que nous pouvons !, Paris, Indigène, 2015.

2Pablo Igleisas Turrion, Machiavel face au grand écran. Cinéma et politique, Lille, La Contre allée, 2016, et Les leçons politiques de Game of Thrones, Paris, Post-éditions, 2015.

3Notons d’ailleurs que le titre du 6e chapitre, « A l’assaut du ciel », consacré aux échéances électorales, paraît pour le moins un tantinet excessif.

Collectif mauvaise troupe, Constellations. Trajectoires révolutionnaires du jeune 21e siècle, Union européenne, Éditions de l’éclat, collection « Premier secours », 2014, 704 pages, 25 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Cet ouvrage porte bien son nom. Constellations d’expériences, de parcours, de récits, qui forment – des manifestations anti-CPE à celles de Notre-Dame-des-Landes, en passant par le Sabot (p. 85 et suivantes), les Tanneries à Dijon (p. 534 et suivantes), le plateau de Millevaches (p. 658 et suivantes), etc. – comme un premier état des lieux des luttes en France en ce nouveau millénaire. Tout autant que la richesse des expériences, ces récits se démarquent par leur lucidité, l’honnêteté et la pertinence d’une parole à même de revenir sur l’action, d’avoir prise – ne fut-ce que partiellement – sur elle. Sans pour autant perdre la naïveté à la base, cet « appel d’air » (p. 36), qui est moins limite qu’élan.

Si ces pages se concentrent sur le territoire français, elles débordent cependant les frontières de l’Hexagone ; invitation aux récits de voyages, de la Palestine (p. 63-68) à l’Argentine, du Mexique à l’Espagne – avec un entretien passionnant avec deux militants catalans sur l’occupation massive par le mouvement du 15 M de la Plaça Catalunya à Barcelone (p. 566 et suivantes, p. 668 et suivantes) –, de la Grande-Bretagne (dont l’expérience de Reclaim the streets !, citée dans de nombreux témoignages, aurait mérité une analyse spécifique, tant son mode d’intervention était original et a influencé certaines manifestations en France) à l’Italie – où résonne encore l’écho des mouvements autonomes des années 1970 –, en passant par la Belgique (où le texte à propos de la revue L’Homme au foyer, pour intéressant et autocritique qu’il soit, n’est guère représentatif, et passe à côté d’une série de mouvements belges autrement attrayants). Dommage – dommage et étonnant – cependant qu’il n’y ait rien sur la Grèce… Mais le voyage peut se montrer plus circonscrit ou intimiste, comme le donne à lire le récit très vivant et également riche du Collectif femmes à Grenoble (p. 626-642), ou prendre l’allure des premières pages d’un bon polar (p. 655-656).

De manière générale, ce « livre d’histoires » (p. 11), écrit à plusieurs mains, s’organise autour d’une série de dispositifs d’écriture : chœur, dessins, photos, cartes, reproduction d’affiches et de tracts… Soit une mise en récit, qui est également et tout à la fois une critique, une interrogation et une expérimentation de la narration (p. 253). L’enjeu étant que celle-ci ne consacre pas la dépolitisation ; attentive qu’elle doit être non seulement à extirper une mémoire, mais aussi à dire les possibles que ces histoires recèlent (p. 13). D’autres expériences de récits sont d’ailleurs explicitement explorées – notamment le récit des luttes de l’autonomie italienne des années 1970, les revues CQFD, Z, les sites internet Article 11 et Rebellyon (p. 502 et suivantes) – et un site internet reprend les textes de cet ouvrage, appelant à ce que d’autres contributions viennent prolonger la réflexion : www.lyber-eclat.net/lyber/lybertxt.html.

Le livre questionne aussi bien certaines figures de ces mouvements – celles de l’altermondialiste (dont les auteurs situent le mouvement comme un point de départ (p. 50), indépendamment de ses limites et faiblesses, bien repérées ici), du casseur, du hacker (p. 475) ou du sans-papier (p. 592), pour ne prendre que ces exemples –, que des pratiques – la violence et la non-violence, le blocage, le sabotage, l’occupation prolongée de l’espace, « l’après » (p. 672)… – et, enfin, ce qu’Erri de Luca nomme « un communisme du quotidien » (p. 265). Soit des questions effectives, qui sont au cœur d’une micropolitique des groupes (David Vercauteren, Micropolitiques des groupes. Pour une écologie des pratiques collectives, Lonrai, 2011, Les prairies ordinaires – chroniqué sur notre site) et qui, trop longtemps, ont été dédaignées au profit d’interrogations plus « stratégiques », alors même qu’elles représentent largement ce qui fait vivre – ou mourir – un groupe : « la question de mise en commun de l’argent » (p. 37) ; le fonctionnement « à l’affectif » (p. 31) ; les espaces non-mixtes (p. 524) ; le rapport à la légalité ; le savoir-faire ; la transmission des savoirs et les médias ; la caisse de solidarité ; la question de l’égalité ; le prix libre et la gratuité ; les « dispositions éthiques » (p. 493)…

Si le collectif à l’origine de cet essai ne prétend pas à l’exhaustivité et affirme ses choix, certaines zones d’ombre ou absences méritent cependant d’être interrogées pour ce qu’elles donnent à entendre. Les luttes ouvrières sont brièvement évoquées, au regard d’un rendez-vous manqué ou de deux mondes qui se croisent, au regard également d’un texte dense et pertinent, extrait du journal Rebetiko, reproduit ici (p. 548 et suivantes). Elles semblent dans le même temps lointaines et maintenues à distance (j’y reviendrai). La coopérative de Longo Maï est à peine évoquée, mais, surtout, rien sur l’explosion des banlieues en 2005, ni sur le Mouvement de l’immigration et des banlieues (MIB). Quand on sait l’impact – réel et symbolique, positif ou négatif – que les manifestations des banlieues revêtent pour les mouvements sociaux en France, les fantasmes et divisions qu’elles suscitent, ce n’est guère compréhensible.

Si l’approche par constellations s’avère opérante, elle devrait s’accompagner d’une réflexion sur les cristallisations. Cristallisations de moments, de luttes, de mémoire, dans la mesure où la fluidité des passages des luttes dans l’espace, sur une quinzaine d’années, se double de blocages, d’oublis et de fixations dans la transmission de ces luttes dans le temps. Ainsi, le découpage chronologique, abstrait, accentue la coupure avec les mouvements précédant l’entrée dans le XXIe siècle, alors même qu’une partie de ceux-ci y ont laissé des traces ou l’ont débordé. Mais plus largement, c’est la question même de la transmission, de la mémoire qui pose problème – d’ailleurs abordé à travers les luttes en Italie dans les années 1970 : « cet état d’orphelins d’un passé de conflits, de ruptures » (p. 201). Cristallisations donc d’une mémoire rompue, d’un passé dont on rend compte surtout, sinon uniquement, en négatif (p. 665), et qui, en retour, cloisonne le présent, le sature. D’où parfois la difficulté de penser la situation présente, dans sa nouveauté, mais aussi son héritage. Ainsi, à l’affirmation « le pouvoir n’est pas concentré mais diffus » (p. 385), peut être rétorqué qu’aujourd’hui, le pouvoir est dans le même temps concentré et diffus. De même, la réflexion sur la mise en récit (p. 305) gagnerait à mieux situer celle – épique – dans laquelle s’étaient largement coulées les luttes du court XXe siècle. La nouveauté et la rupture avec le passé ne cessent d’être affirmés, risquant de décourager un questionnement sur ce qui s’est perdu, et sur la part de ce qui s’est perdu et devrait être sauvé, pour reprendre la formulation de Walter Benjamin.

Les traditions et l’histoire paraissent trop souvent comme des affaires réglées. Elles risquent de plus de prendre la forme de fétiches, d’épouvantails, qui justifient qu’on s’en détourne, pour confirmer la nouveauté des pratiques actuelles. L’impression qui ressort alors de plusieurs récits est un décalage dans la justification de modes d’organisation et de manifestations, en fonction de la volonté de ne pas céder à ce qui est perçu comme les erreurs et errements des luttes communistes du passé : ouvriérisme, autoritarisme, cloisonnement nette entre vie privée et vie publique, croyance à un Sens de l’histoire, etc. Décalage, car nous ne sommes pas en 1971, mais en 2014, que les luttes d’aujourd’hui ne sont pas sous l’hégémonie d’une lecture orthodoxe de Marx et de Lénine, et, enfin, que l’hypothèse d’un bâton, d’une tendance tordue démesurément dans l’autre sens, mérite d’être posée – d’autant plus, que cette insistance sur les dangers du centralisme, du militantisme, etc. occulte ce risque. Ainsi, actuellement, le risque majeur ne serait-il pas plutôt de rejeter en bloc, au lieu de se réapproprier (et de les détourner), les questions d’organisation, d’institutionnalisation, de pouvoir…, telles qu’elles ont été mises en œuvre et expérimentées dans le passé, par les mouvements ouvriers, de femmes, anticolonialistes, etc. ? Et, en contrepoint, d’exagérer tout ce qui fait rupture, en sous-estimant ce qui fait lien ? Le pari peut être fait que nous gagnerions à dessiner également les constellations d’une époque à l’autre.

Constellations approche cette « part d’informulable » des mouvements (p. 606) dont parle l’un des récits. Il ouvre des voies, dessine des cartes, explore des chemins et, surtout, donne envie de poursuivre et la réflexion et la lutte.

Marco Monaco, Thierry Müller, Gregory Pascon, Choming out, Liège, éditions d’Une certaine gaieté, 2013, 127 pages, 8 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Ce livre part d’un paradoxe. Alors qu’il a fallu plus de cinq cent jours de négociations pour mettre en place l’actuel gouvernement belge, il en fallut moins de vingt pour réformer les droits au chômage en limitant drastiquement le temps des allocations. Ce livre entend donc partir de cette réforme et de « l’angoisse et la colère » qu’elle a suscitée.

En proposant un démontage d’une série d’affirmations idéologiques, en opérant également par glissements entre des antagonismes, les auteurs offrent une réflexion aussi originale qu’intéressante, basée tout à la fois sur leurs propres expériences comme sur une analyse fouillée. C’est d’ailleurs l’un des intérêts majeurs de cet essai que d’être écrit au croisement de parcours personnels – relayés par une écriture doublement collective – celle des trois auteurs et les témoignages sur lesquels ils s’appuyent ici – et d’une tentative de théorisation de « ce qui nous arrive ». C’est alors à un voyage – dans l’histoire et dans les rouages d’un système – auquel nous invitent ces pages. Ainsi, le livre se refuse à opposer trop abstraitement chômage et travail, et au sein de celui-ci, le salariat dans les secteurs privés, public et associatif. La réforme du chômage dépasse le cadre d’une minorité, du salariat même, pour embrasser la politique d’attaque systématique des services publics, de la coopération et de « destruction des communautés de travailleurs », mis en œuvre par le néolibéralisme. Ce dernier a fait un usage stratégique de l’emploi comme le démontrent les auteurs : « la réaffirmation obsessionnelle mais inexpliquée de « la valeur Travail » comme seul et unique vecteur de socialisation sert de socle idéologique à toutes les politiques d’allègement de charges sociales et de répression en matière de chômage » (p. 39). Et, plus loin : « ce processus de délitement des acquis sociaux auquel nous assistons depuis trente ans a été mené au nom de l’emploi et de la relance économique » (p. 42).

Si les auteurs émettent comme hypothèses que se sont opérés « une redéfinition de la composition de classe » et de « nouvelles pratiques de lutte » (p. 15), ils n’en inscrivent pas moins leur combat dans une certaine histoire. D’où, comme le souligne Bernard Friot dans sa postface, l’une des forces de ce livre exprimant un « refus de l’humiliation de « demander du travail » […] qui ne s’est pas fait dans la dénégation des conquêtes d’une classe ouvrière dont la défaite a tant pesé » (p. 125). Les premières caisses de chômage en 1846, les grèves de 1936, le mouvement de Mai 68, l’arrivée au pouvoir de Ronald Reagan et Margaret Thatcher sont ainsi brièvement évoqués, remis dans la perspective plus large de mécanismes concrets inventés par la classe ouvrière pour affirmer sa solidarité ; mécanismes qui n’ont cessés d’être combattus – avec plus de force et de succès depuis les années 1980 et la révolution managériale – par les tenants du libéralisme. Cependant, les auteurs participent de cette histoire à partir de ces franges plus marginales, de questionnements éthiques et écologiques, et d’un positionnement particulier : « nous voulons sortir du binôme « travailler moins/travailler plus » pour construire le problème du sens et de l’organisation de la production » (p. 97).

Choming out ne tient pas à se cantonner à un travail d’analyse. Son objectif est de participer de la constitution d’« un front du refus », en faisant du chômage « le levier pour une lutte qui porte ses effets au cœur même du dispositif productif » (p. 101). Ainsi, ce livre au graphisme agréable n’hésite pas à avancer quelques revendications concrètes – redéfinition d’un travail « convenable », redéploiement des services publics, « allocation sociale inconditionnelle » (p. 112)… – autour de ce qu’il nomme « un nouveau welfare ». En ce sens, les raccourcis et affirmations problématiques mis en avant ne sont pas un obstacle à la lecture puisque ce livre entend avant tout servir d’outil à un usage stratégique. L’enjeu est de susciter le débat, dé-cristalliser des positions figées, renverser le rapport de force et ouvrir le champ des possibles. C’est tout le « mal » qu’on lui souhaite.