Archives par étiquette : Nazisme

Christophe Lucand, Le vin et la guerre. Comment les nazis ont fait main basse sur le vignoble français, Paris, Armand Colin, 2017, 448 pages, 24 €.

 

Un compte rendu de Morgan Poggioli (suivi d’un entretien avec Christophe Lucand)

Il est certains auteurs que Dissidences suit depuis plusieurs années pour leurs travaux, à l’instar de Georges Vidal ou de Julien Chuzeville par exemple. Il en est un, dans un tout autre domaine, en passe de le devenir : Christophe Lucand. Après Le pinard des poilus1, cet historien du vin revient avec un volumineux ouvrage, cette fois sur la Seconde Guerre mondiale. Mais qu’on ne s’y trompe pas, son vin et la guerre est l’antithèse de La guerre et le vin de Donald et Petie Kladstrup2. En effet, Christophe Lucand n’est pas l’homme des hagiographies. Dans le monde feutré du vin il fait plutôt figure de « poil à gratter ». Loin de la légende dorée selon laquelle les vignerons auraient caché leurs meilleures bouteilles aux Allemands pour mieux leur revendre de la « piquette », l’histoire qu’il nous livre ici – archives publiques, économiques, judiciaires, institutionnelles et privées à l’appui – est bien moins glorieuse.

A travers le cas des vignobles français (colonies comprises), c’est à un pan entier du pillage économique de la France par les nazis que l’auteur s’attelle à décrire. En effet, symbole de l’ennemi vaincu, le vin devient sous l’Occupation un bien précieux, donc très convoité. Il est impossible de faire ici l’énumération du nombre d’expéditions d’hectolitres de vin et autres alcools envoyés en Allemagne et des sommes véritablement astronomiques dévoilées dans l’ouvrage et qui suffisent à eux seuls à démentir la thèse d’une résistance vigneronne.

Car le plus intéressant dans ce livre réside dans l’étude du dispositif de captation mis en place par les nazis. En effet, à peine la victoire acquise et la mise sous tutelle de l’ensemble de l’économie française au service de l’effort de guerre du Reich, le vin fait l’objet d’une attention toute particulière de la part des Allemands.

Après l’effervescence des ventes en dehors de tout contrôle et dans la confusion la plus totale de l’été 1940, le Reich procède à la nomination de « Weinfuhrer » chargés, dans chaque grande région viticole, d’organiser le marché afin de faire parvenir le précieux breuvage aux populations et armées allemandes par le biais de campagnes de prélèvement. Mais que l’on ne s’y trompe pas, ces prélèvements ne s’apparentent pas à des réquisitions, ils relèvent plutôt d’appels d’offre et force est de constater que les offres ne manquent pas, qu’elles proviennent de négociants ou de vignerons, dont certains se tailleront la part du lion. Pourtant parallèlement à ce marché administré, se développe de manière exponentielle un marché noir alimenté par toutes sortes d’officines allemandes ou françaises au service de la Gestapo, de la Wehrmarcht, de la Luftwaffe, de la Kriegsmarine ou d’organisations collaborationnistes. Là encore, les acheteurs paient mieux que bien, d’autant qu’avec la guerre et les pénuries de produits essentiels à la viticulture ou à la vinification (souffre, cuir, sucre pour le champagne), les vendanges de l’Occupation sont mauvaises, la production connaît une baisse de l’ordre de 25 à 30% et les prix s’envolent.

A ces appétits voraces s’ajoute celui, pour le moins ambigu, de Vichy. Et il est particulièrement instructif de voir comment l’État français tente de faire valoir les intérêts du Ravitaillement civil français face aux exigences militaires allemandes. Réglementations et déréglementations, taxes à l’exportation, sont autant de tentatives tous azimuts pour éviter le pillage de la production agricole la plus emblématique du « terroir national », en vain. Car les vendeurs utiliseront toutes les failles du système ou s’en exempteront purement et simplement pour continuer à accroître leurs profits et poursuivre leur collaboration économique avec leurs partenaires d’outre-Rhin (accroissement du nombre des appellations d’origine contrôlées pour échapper aux réquisitions, disparition des champagnes de catégories inférieures au profit des « grands choix », acquisitions de licences de commerce à Monaco ou en Alsace Lorraine etc…). Au final, après la crise des années 30, ces quatre années de guerre auront été pour le monde du vin hexagonal une période d’enrichissement qui dépasse l’entendement3, alors que la majeure partie de la population française a souffert des pénuries, du rationnement et d’un appauvrissement généralisé. Et si l’épuration fera quelques exemples avec les vendeurs les plus compromis ou les collaborateurs assumés, la plupart parviendront à échapper soit à la justice (on trouve beaucoup de « résistants de septembre » dans les vignes), soit aux peines qui leur auront été initialement infligées.

En dehors de l’évocation de la théorie synarchique des élites économiques françaises sur laquelle nous demeurons circonspects – sans remettre pour autant en question l’attrait incontestable des régimes allemand et italien sur les acteurs de la banque et de l’industrie – nous aurions aimé en savoir un peu plus sur la Résistance et le vin. Évoquée (trop) brièvement dans le dernier chapitre et surtout notre curiosité éveillée par la présence dans le livret-photos d’un bon de réquisition des FFI/FTPF du Beaujolais, il y a là certainement une piste de recherche à explorer pour l’avenir.

En somme, Christophe Lucand nous livre une nouvelle fois une « histoire inattendue »4, à l’écart des sentiers battus. Et si à la lecture de certains comportements dominés par la cupidité, on peut avoir un léger goût d’astringence au palais, on ne peut qu’attendre avec impatience le prochain millésime de l’auteur.

« Cinq questions à … Christophe Lucand » 

(entretien téléphonique le 28 février 2017, suivi d’un échange électronique à la même date et le 25 mars 2017)

1- Après Le pinard des poilus, c’est le deuxième ouvrage que vous consacrez au vin pendant la guerre. Pourquoi cet intérêt ?

Ce sont mes recherches sur l’histoire politique des mondes de la vigne et du vin qui m’ont amené à devoir réfléchir sur l’impact des deux guerres mondiales. Le vin, produit en apparence anodin, était jusqu’alors enfermé dans une histoire folklorique, portée par des représentations simplistes qui ne permettaient ni d’appréhender son rôle dans ces moments de tensions extrêmes, ni de concevoir en retour le poids des deux conflits dans la reconfiguration du paysage vitivinicole français. Le désintérêt des historiens pour ce produit me semblait d’autant plus surprenant que les deux guerres mondiales l’ont consacré comme un support majeur de l’effort de guerre durant le premier conflit mondial et un butin de choix, hautement convoité, pour les autorités nazies durant l’Occupation.

Le vin constituait donc pour moi une entrée très singulière afin de s’approprier une nouvelle compréhension des deux conflits au moment où la France s’impose, et de loin, comme la première puissance vitivinicole du monde. Elle est alors encore le premier pays producteur, consommateur, exportateur et importateur de la planète, employant près de 7 millions d’actifs directement ou indirectement dans le seul secteur vitivinicole.

2- Est-ce pour répondre à Don et Pitie Kladstrup que vous avez écrit Le vin et la guerre ?

Il s’agissait surtout de répondre à une étrange absence, celle de l’histoire d’un produit incontournable dans l’économie française durant l’Occupation, et qui n’avait jamais fait l’objet d’un travail scientifique réalisé à partir du croisement d’archives et de sources pourtant très abondantes. Le seul ouvrage de référence (La guerre et le vin, Perrin, 2002) était en effet celui écrit par deux journalistes américains, Don et Pitie Kladstrup, qui relatent leur itinérance, de vignoble en vignoble, à la rencontre de professionnels du vin. Loin d’être inintéressant, le livre relève du « mythe de la Grande Vadrouille », exposant, non sans une certaine naïveté, de nombreuses anecdotes à propos de supposées actions courageuses menées par ceux qui ont osé s’opposer au pillage des vins français par les nazis. Cette histoire « résistantialiste » très complaisante propose l’image de vignerons français toujours intrépides et astucieux face à des occupants allemands globalement présentés comme assez crédules. Il fallait à mon sens rétablir une part de vérité en corrigeant cette « belle histoire » entretenue et entendue par tous, par l’étude minutieuse de sources demeurées jusqu’alors inexplorées.

3- La liste des archives dépouillées est impressionnante mais comment avez-vous réussi à obtenir celles, privées, des Maisons qui prenaient un risque en vous laissant fouiller sur cette période ?

Le sujet couvre en effet une grande variété de sources, dont en premier lieu une masse d’archives publiques dont les conditions d’accès demeurent aujourd’hui toujours très problématique. Concernant ces sources, et au-delà des autorisations parfois très difficiles à obtenir, il faut souligner le caractère très préjudiciable de l’absence de classement de fonds entiers couvrant, par exemple, les archives judiciaires. On pourra utilement s’interroger sur les raisons qui expliquent pourquoi certains fonds essentiels détenus par les Archives nationales ne sont toujours pas inventoriés aujourd’hui, et sont donc rendus presque inaccessibles, plus de soixante ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

En ce qui concerne les archives privées, leur accès n’a pas été plus contraignant mais il suppose un long travail d’approches et de recommandations qui suscite parfois beaucoup de méfiance, voire d’hostilité. Mon choix a été celui de la transparence. Je n’ai anonymé aucun nom d’individu, ni aucun nom de domaine ou de Maison. Il a fallu patiemment convaincre et surmonter les absences et disparitions d’archives, toujours assez fréquentes sur cette période, qu’il s’agisse d’archives privées ou d’archives publiques. De nombreux fonds ont disparu dès la Libération, après un travail d’élimination systématique de documents susceptibles d’atteindre des personnes ou des intérêts. Ces archives « disparues » sont celles qui ont été retirées, ont été volées ou accidentellement détruites, souvent à la suite d’incendies. Parallèlement, de nombreuses archives de correspondance ou de comptabilité d’établissements de commerce ont été codées ou cryptées afin de rendre leur compréhension impossible. Ce travail de dissimulation témoigne de l’enjeu des questions soulevées par ce sujet.

4- Justement, comment expliquer que la mainmise allemande sur le vin français ait été aussi efficace ?

Dans la plupart des vignobles renommés, le monde du commerce des vins était très lié aux grands circuits marchands européens et à leurs acteurs allemands au moment où éclate la guerre. De nombreux négociants en vins, champenois, bordelais ou bourguignons, notamment, établissaient des liens très forts avec leurs homologues du Reich, et cela depuis parfois plusieurs générations. Liés par des intérêts souvent communs, ils formaient un monde marchand cohérent et soucieux de sa prospérité.

Le choix des individus désignés par la Chancellerie de Berlin pour représenter les Délégués officiels pour l’achat des vins destinés au Reich à partir de l’été 1940 ne surprend donc personne. Ces personnages, piliers de la politique de captation des productions vitivinicoles françaises, sont très connus dans leur vignoble respectif. Ils ont souvent tissé des liens confraternels très amicaux avec les négociants et récoltants français. Cette situation explique pourquoi la collaboration économique la plus active s’est imposée avec facilité, sans résistance marquante, dans un contexte où chacun des acteurs y trouvait son intérêt par la fourniture de la main-d’œuvre, des denrées et produits nécessaires à la poursuite de leurs activités, et par l’essor parfois extraordinaires de leurs bénéfices. Une mince frange de personnages, toujours très minoritaires, ont dépassé ce rôle en recherchant des profits plus importants encore et en adhérant parfois clairement et ouvertement aux valeurs nazies.

5- Vous parlez principalement de la Collaboration mais quid de la Résistance et du vin ? Se pourrait-il que cela fasse l’objet d’un prochain ouvrage ?

La quasi-totalité des professionnels, négociants et récoltants, ont participé à un commerce actif et prospère avec le Reich, au détriment de l’intérêt national. La place de ceux qui ont « résisté » est donc très limitée car il était difficilement envisageable de maintenir une activité marchande sans avoir recours aux seuls acheteurs d’envergure durant cette période. Pourtant, chaque vignoble rassemble bien quelques individus qui, souvent isolés, ont cherché à limiter leurs prélèvements voire, pour quelques-uns, à s’engager dans des actes de résistance face à l’envahisseur. Il serait cependant difficile de tirer de ces actions courageuses un ouvrage complet susceptible de nuancer l’incroyable cupidité qui s’est emparée des esprits pour alimenter une collaboration économique largement dominante.

1 Chroniqué dans Dissidences : http://dissidences.hypotheses.org/6386

2 Donald et Petie Kladstrup, La guerre et le vin. Comment les vignerons français ont sauvé leurs trésors des nazis, Paris, Perrin, 2002.

3 Un seul exemple (p. 377) mais le livre en contient des dizaines d’autres : une vieille maison d’Armagnac du Gers voit son chiffre d’affaire passer de 500 000 francs en 1939 à plus de 100 millions en 1942 …

4 Claudine et Serge Wolikow, Champagne ! Histoire inattendue, Paris, Éditions de l’Atelier, 2012.

Simone Weil, Écrits sur l’Allemagne, 1932-1933, Paris, Rivages, collection « Rivages poche », 2015, 197 pages, 8,50 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

La philosophe Simone Weil, compagne de route des courants d’extrême gauche de l’entre-deux-guerres s’est rendue en Allemagne entre août 1932 et mars 1933. C’est donc en témoin qu’elle rend compte de ses déplacements dans un pays qui est en train de verser dans le nazisme (rappelons qu’Hitler est nommé Chancelier le 31 janvier 1933). De cette expérience, elle tire un ensemble d’articles publiés dans La Révolution prolétarienne, L’école Émancipée et Libres Propos, dont « Premières impressions d’Allemagne » ; « Impressions d’Allemagne. L’Allemagne en attente » ; « Les événements d’Allemagne. La grève des transports de Berlin, les élections » ; « La situation en Allemagne I », « La situation en Allemagne II » et « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne ? ». Si l’on ne peut suivre la quatrième de couverture qui évoque des articles « qui sont parmi les plus importants de la philosophe », il n’en reste pas moins que la lecture de cet ensemble se révèle particulièrement intéressante.

Si l’on excepte « Perspectives. Allons-nous vers la révolution prolétarienne », les autres contributions constituent des récits de visu de la situation en Allemagne. Bien que le lecteur d’aujourd’hui connaisse le tragique dénouement de la crise qui déchire le pays, Simone Weil sait parfaitement rendre compte de son ampleur. Elle s’interroge également sur la possibilité d’une révolution, mais sa réponse a plutôt tendance à être négative, pour une raison bien simple : l’attitude du KPD [Parti communiste d’Allemagne]. Selon elle, depuis de nombreux mois le pays est entré dans une situation de crise accélérée du système capitaliste, rejeté par les trois-quarts des électeurs allemands. En effet, au cours des élections des derniers mois, les partis conservateurs ne représentent qu’un quart environ de l’électorat. La majorité, constituée des nazis, du SPD [Parti socialiste d’Allemagne] et du KPD, se réclame d’un dépassement du système capitaliste. Dans ce vide ainsi créé, elle analyse la dynamique possible d’une évolution révolutionnaire. Si le SPD est une force inerte, mais nécessaire au dépassement de la crise politique, deux forces aux options opposées s’affrontent. Le NSDAP hitlérien d’un côté, le KPD de l’autre. Bien entendu, le nazisme lui apparaît comme une considérable régression de l’idée socialiste et son succès constituerait un recul pour la civilisation et toutes les aspirations progressistes. Le KPD de son côté, en exhibant la social-démocratie comme la « fille aînée » du nazisme, représente une force vide. Un article complet est ainsi consacré à la grève des transports de Berlin, soutenue à la fois par les nazis et les communistes. Simone Weil insiste ainsi très fortement sur les implantations respectives du SPD et du KPD, montrant leur indispensable jonction pour la réussite de toute révolution. Mais, en l’absence de toute politique d’unité avec la social-démocratie, le KPD constitue une force impotente.

Dans une ultime contribution, qui tranche nettement avec les autres textes, plus factuels et journalistiques, (« Perspectives. Allons nous vers la révolution prolétarienne ? », août 1933, La Révolution prolétarienne), Simone Weil expose de manière plus conceptuelle la nature du communisme. Bien entendu, il n’est pas anodin que cette contribution soit publiée après l’accession au pouvoir des nazis. Elle y développe, à partir de l’exemple soviétique, l’idée que finalement le communisme constitue une forme nouvelle d’oppression, reposant sur le pouvoir exercé par la bureaucratie ou la technocratie. Selon elle, le régime régnant en URSS n’est que l’expression d’une nouvelle forme de dictature reposant sur l’exercice de la fonction et que par conséquent, au contraire des analyses de Trotsky, il n’y a plus rien d’ouvrier dans l’État russe, expression d’un capitalisme d’État. Bien que formulé essentiellement sous une forme interrogative, cet article précède de nombreuses années les thèses qui se développeront après la Seconde Guerre mondiale autour du concept de totalitarisme, dont Hannah Arendt représente sans doute la théoricienne la plus aboutie. A cette nouvelle forme de despotisme, Simone Weil oppose la place de l’individu, pour elle valeur ultime de toute perspective socialiste : « N’oublions pas que nous voulons faire de l’individu et non de la collectivité la suprême valeur (…) La subordination de la société à l’individu, c’est la définition de la démocratie véritable» (p. 190 et 19. Perspective sans doute exaltante, mais également assez désespérée si on la rapporte à une période où, selon le mot de Victor Serge, il était « minuit dans le siècle ».

Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (couleurs), La Guerre des amants. 3 – Jaune Berlin, Grenoble, Glénat, 2015, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Jaune Berlin – dont le choix de teinte s’explique par la volonté de compléter le spectre des trois couleurs primaires – conclut la trilogie entamée avec Rouge révolution1 et poursuivie dans Bleu Bauhaus2. Là où les deux premiers tomes se suivaient à quelques années d’intervalle seulement, Jaune Berlin se déroule vingt ans plus tard, en 1945. L’essentiel de l’intrigue suit Walter, cet idéaliste engagé au sein de l’armée des États-Unis, au sein du corps très particulier des « Monuments Men », récemment mis en lumière dans le film éponyme de George Clooney3. Comme ses camarades, il est donc chargé de protéger ou de retrouver les œuvres d’art, dont un bon nombre furent pillées par les dirigeants nazis. Il travaille d’abord dans ce but en France, puis dans l’Allemagne vaincue, désireux en particulier de mettre la main sur un chef d’œuvre d’Hubert et Jean van Eyck, L’Agneau mystique. Parallèlement, Natalia, ayant gravi les échelons au sein de l’Armée rouge, a été placée à la tête de la « Mission trophée », chargée par Staline de mettre la main sur le plus grand nombre d’œuvres d’art, en une forme de (très infime) dédommagement pour la saignée humaine et matérielle subie par l’URSS durant la Seconde Guerre mondiale. Entre ces deux itinéraires sont intercalés quelques retours en arrière, fort utiles pour découvrir le projet de musée envisagé par Hitler pour la ville de Linz (où il passa une partie de son enfance), dit Führermuseum, ou l’action résistante de Rose Valland4, qui collecta énormément d’informations sur les œuvres d’art confisquées par les nazis, permettant de retrouver la plupart d’entre-elles.

On l’aura compris, l’art est au centre de Jaune Berlin. Certes, c’était déjà le cas des précédents volets5, mais on assiste au fil de la trilogie à un affadissement du contexte politique au profit exclusif des considérations artistiques. Ici, la préférence va clairement aux Étatsuniens. Walter est le prototype de l’homme compréhensif et généreux (il protège et accepte sans difficulté la relation homosexuelle de Rose Valland, et sauve même sa maîtresse des tondeurs de la Libération), et sa mission consiste à rendre à leurs propriétaires, privés ou étatiques, les œuvres d’art subtilisées, là où les Soviétiques se saoulent sans complexe (p. 19) et témoignent d’un égoïsme national plus prononcé. Le principal regret, c’est de ne pas bénéficier d’éclairages substantiels sur les parcours de Walter et surtout Natalia de 1925 à 1945 : on aurait en particulier aimé apprendre comment cette dernière a réussi à traverser la Grande Terreur ou les débuts de la guerre avec l’Allemagne. En lieu et place, c’est la romance entre les deux personnages qui se conclut, sous la forme à la fois d’une désillusion, d’une impossibilité de retrouver le romantisme et la passion des origines (la mort de l’adolescente blonde, tué par Walter car elle dérobait un tableau de Rembrandt, symbolise la disparition de cette idylle de jeunesse6), mais également d’une réconciliation à travers l’art. Ce dernier est ainsi le seul capable d’exalter une beauté commune, tout spécialement les œuvres de Kandinsky, personnage transversal des trois tomes7 et dont le prénom est aussi celui du fils de Walter et Natalia.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847

2Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4863

3Monuments Men, de George Clooney, avec George Clooney, Matt Damon, Bille Murray, Cate Blanchett, production États-Unis/Allemagne, couleur, 1h 59 mn, sortie en France le 12 mars 2014.

4Sur cette femme peu (ou pas assez) connue, lire ses mémoires : Rose Valland, Le Front de l’art, défense des collections françaises, Paris, Réunion des musées nationaux, 1997 (1ere édition Plon, 1961). Deux bandes dessinées retracent son parcours, toutes deux parues en 2009 : Catel [Catel Muller], Emmanuelle Polack, Claire Bouilhac, Rose Valland, Capitaine Beaux-Arts, tome 1, Paris, Dupuy, 48 p., et Emmanuelle Polack, Emmanuel Cerisier, Rose Valland, l’espionne du musée du Jeu de Paume, Paris, Gulf Stream Éditeur, 93 p. Voir également le catalogue d’une exposition qui lui est consacrée sur http://www.chrd.lyon.fr/static/chrd/contenu/pdf/presse/e_DP_Rose_Valland.pdf

5A ce titre, il est dommage que Rouge révolution soit le seul album dénué de cahier critique, rédigé par des spécialistes de chaque question, tant le constructivisme ou la vitalité artistique de la Russie révolutionnaire auraient mérité des développements.

6Natalia dans une lettre à Walter, écrite en esperanto : « Nos espérances de jeunesse sont en cendres, comme les villes que nous traversons. » (p. 33).

7Le code utilisé par Natalia pour permettre à Walter de la retrouver dans un Berlin en ruines est une référence directe au constructivisme évoqué dans Rouge révolution. De même, la discussion finale entre Walter et Natalia permet cette réflexion : « Lui seul a pleinement réussi sa mission… Changer notre monde à grands coups de pinceau… » (p. 48).

Johann Chapoutot, La loi du sang, agir et penser en nazi, Paris, NRF/Gallimard, collection « Bibliothèque des histoires », 2014, 567 pages, 25 €.

 

Un compte rendu de Florent Schoumacher

« Accablé par le fardeau de la sensibilité humaine,

[l’homme nordique] tombe au niveau de l’animal,

incapable de s’élever sur l’échelle des êtres. »

Adolf Hitler, Mon combat, tome 1, p. 288.

Johann Chapoutot, par un point de vue qui ne nous est pas étranger, indique qu’on ne peut se contenter de traiter le nazisme comme folie collective, mais qu’il faut bien tenter de le comprendre du point de vue de la raison. Ainsi, cet historien de la culture nazie commence son opus par l’exemple de dix-huit médecins de Hambourg rattachés à un hôpital pédiatrique et qui sont déférés devant la justice allemande en 1949. Ces dix-huit médecins ne comprennent pas pourquoi ils sont accusés de pratiques en totale opposition à la déontologie médicale. En effet ces derniers ne faisaient qu’appliquer une loi de juillet 1933 concernant la prévention de l’hérédité des maladies, et ils se sont conformés, tout au long de la période 1933-1945, à ce qui avait été mis en œuvre par le régime nazi, en somme à la légalité de l’époque.

Comme le souligne l’historien, « le lecteur d’histoire quant à lui est troublé par la déclaration d’un Eichmann qui, jusqu’au pied de la potence, conteste n’avoir jamais rien fait de mal ». Pour Johann Chapoutot, il faut comprendre le discours nazi comme un discours rationnel, et percevoir que ce ne sont pas des fous ou des barbares qui mènent au nazisme, mais bien des hommes et des femmes de différents horizons. Ce discours a d’autant plus d’importance au moment où émergent ces mêmes types de catégorisation pour les exactions de groupes que l’on dit fanatisés.

Ainsi l’auteur indique que la réception en Allemagne et en France d’un film comme La Chute en 2004 a suscité un afflux de critiques négatives, car ce film prêtait à Hitler d’« avoir des traits humains, trop humain ce qui apparaissait bien dangereux, en termes pédagogiques notamment » (p. 14). Or comme le dit Johann Chapoutot, ce qui dessert principalement la lutte contre le nazisme est justement la déshumanisation des acteurs du pire crime que l’humanité ait perpétrée, le premier génocide industriel de l’histoire. Ces nazis ne furent pas des bêtes, ils furent bel et bien des humains dans leurs paradoxes et leurs contradictions.

Jude versus Führer, où comment deux principes irrationnels vont fonder la raison national-socialiste

Ce qu’il faut retenir de la thèse centrale de l’ouvrage, c’est que l’exception devient la normalité, donc l’exception devient la règle. Deux principes irrationnels s’érigent en sorte de jalons absolus, d’une part le Führer (Guide) qui représente à lui seul l’ensemble de la Nature (on pourrait dire quasiment qu’il s’agit d’un « Natura sive Hitlerum »), et d’autre part le Jude (juif). La solution à tous les maux reste le Führer et l’origine de tous ces maux aura pour cause le juif. La différence entre le juif et le germain, c’est que le juif est un être mélangé par excellence donc métissé qui doit s’en tenir à une loi, un code, la Torah. Sa morale ne repose sur aucun instinct. En ce qui concerne le germain le droit est tout simplement ce qui est droit, ce qui finalement est conforme à la nature, donc ce qui est conforme à la race. Pour appuyer leur haine du juif, les nazis n’hésitent pas à réutiliser des statistiques copieusement arrangées en affirmant notamment que si 1% de la population mondiale est juive, 34 % des trafiquants de drogue le sont et que 98 % des organisateurs de la traite des blanches le sont également (p. 504).

Le juriste Carl Schmitt fut très utile pour faire émerger le principe du Führer Dès novembre 1933, ce dernier devient président de l’Union des juristes national-socialistes (Vereinigung nationalsozialistischer Juristen). Bien que sa légitimité nazie fut parfois mise en cause par ses coreligionnaires, Carl Schmitt livre en 1933 un court opus : État, mouvement, peuple : les trois composantes de l’unité politique, dans lequel il insiste sur la légitimité de la révolution allemande : « La prise de pouvoir par Hitler se situe formellement en harmonie avec la constitution précédente », elle prend racine dans « la discipline et le sens de l’ordre des Allemands ». Carl Schmitt est le penseur de la légalité du nazisme en fondant le concept de « Führertum » : « Le Führer protège le droit de ses pires mésusages, lorsqu’à l’instant du danger en vertu de sa qualité de guide, il se fait juge suprême et crée directement le droit »1. Carl Schmitt2 n’a pas lésiné sur les moyens juridiques afin de déclarer le national-socialisme en conformité avec la légalité la plus stricte. Il est le théoricien de l’État d’exception et le restera même dans ses ouvrages des années 1960 comme la Théorie du partisan. Dès lors, le principe du Führer lui permet d’asseoir sa vision radical-conservatrice du droit. Il pense la dialectique légalité/légitimité en indiquant clairement, dans sa période nazie (et bien après), que tout ce qui est légitime n’est pas forcément légal, mais doit tendre à le devenir. Cette légitimé va être trouvée dans la notion de nature et de race.

Ériger la Kampfgemeinschaft, la communauté de combat

Si le juif est l’origine de tous les maux, alors faut-il étudier sa prose. Carl Schmitt propose donc de créer dans toutes les bibliothèques d’Allemagne une section « judaïca » c’est-à-dire un classement de toutes les œuvres (science, arts, littérature, philosophie…) produites par des juifs (p. 498). Quant au Führer, il suit sa nature exceptionnelle tout simplement (p. 235) et sert de modèle pour ériger une communauté de combat. C’est la triade que nous nommerons « Norme-Exception-Norme », qui permet l’enracinement du droit nazi dans la vie concrète et donc s’oppose au normativisme et positivisme juridique (p. 390-391). Cet état de fait où l’exception devient la règle et où la règle ne respecte plus l’éthique ou la morale est criante de vérité dans le code militaire : C’est la justification par la faute de l’ennemi, par son aspect inhumain, du bolchevique comme violeur d’enfant, du juif comme proxénète universel, qui conduit à élaborer les directives Nacht und Nebeln (Nuit et brouillard), Schutzhaft (Appréhension de sûreté), Kriegsmarine (Marine de guerre)…, qui seront un viol systématique du droit coutumier et du code d’honneur militaire. Il ne faut plus avoir pitié de l’ennemi, car ce n’est même plus un soldat mais un Untermensch (p. 339 et suivantes). En ce qui concerne le code d’honneur militaire, les doctrines considèrent qu’il n’y a aucune communauté de souffrance ni de destin entre les militaires de la Wehrmacht et ceux de l’Armée rouge, et c’est finalement une utilisation maligne de la psychologie négative : les nazis transposent leurs propre crimes aux autres. Si le nazi tue, c’est parce que le bolchevique va l’abattre sans hésiter, car il n’a pas le sens de l’honneur et c’est parce que les femmes des nazis seront violées si le « judéo-bolchévique » l’emporte etc. Ainsi il y a des chiffres éloquents mis en avant par Johann Chapoutot : sur cinq millions de soldats de l’Armée rouge faits prisonniers par les nazis, plus de trois millions meurent en moins d’un an (p. 349). Toutes les vies ne se valant pas, il est conseillé de tuer cent communistes pour un Allemand tombé au combat, selon Wilhem Keitel, maréchal de la Wehrmacht (p. 446).

Du reste, cette doctrine, ces directives sont extensibles aux femmes et aux enfants : « Il y a une question que vous vous êtes certainement posé, je voudrais répondre. La question est la suivante : « Voyez-vous je comprends que nous tuions les juifs adultes, mais les femmes et les enfants » il faut que je vous dise une chose : un jour, ses enfants seront grands » (p. 494). Comme le souligne Himmler : « massacrer sans preuve des civils sans défense n’est pas un crime, hésiter à le faire, si. » (p. 328). Il ajoute que cette extension de responsabilité peut se faire jusqu’au niveau des familles germaniques : « je vais créer une responsabilité familiale absolue… vous n’avez qu’à lire les sagas germaniques…celui qui a trahi, son sang est mauvais, c’est le sang d’un traître, il faut l’éradiquer. Et c’est ainsi que la vengeance extermine toute la famille jusqu’au dernier de ses membres. » (p. 291).

Bios versus ratio, où le légal et le légitime du Nordique face à l’illégitime du Juif…

On assiste finalement à un principe qui est l’émergence « contre le ratio, le bios » (p. 442). Ainsi c’est la biologie raciale qui est mise en avant par l’idéologie nazie et qui justifie tout. L’homme du nord s’est fait illégitimement confisquer ses terres et ses prérogatives par le Juif.

Lutter contre la juiverie est simplement une question sanitaire pour les nazis. Ainsi Heinrich Himmler peut écrire : « il en va de l’antisémitisme comme de l’épouillage » (p. 512). De toute façon, « l’espace de l’espèce est défini par les lois de nature » comme le souligne Johann Chapoutot (p. 474). Voilà le nordique maintenant enfermé dans des villes tentaculaires, source de sa décrépitude et de ses fléaux : alcool, prostitution… En effet, la ville est considérée comme un Tatort, le lieu du crime, c’est l’endroit qui produit l’AsphaltJude (le Juif de l’asphalte) et donc qui génère l’Asphaltmench (l’homme de l’asphalte), qui est le contraire de l’homme nordique (p. 418 et suivantes). L’asphaltmensch est malingre et se plaît dans le confort. L’homme nordique, lui, a besoin de grands espaces et d’air pur. En somme, l’homme nordique, pour s’affirmer, doit retrouver le Heimat et sortir des villes. C’est le retour à la nature. C’est quasiment une conception messianique nietzschéenne qui est développée. L’espace de l’espèce nordique reste la nature. Et c’est finalement en bon sociaux-darwiniens que les nazis appliquent leurs doctrines3.

L’anthropologie nazie : de quelques exemples (prise en compte de la souffrance animale, un Christ non-Juif et la lutte contre l’homosexualité).

On souligne souvent que l’une des premières lois nazies de 1933 est une loi contre la souffrance animale. D’ailleurs, pour Himmler, les moines bouddhistes sont les représentants de la race nordique émigrés en Asie et leur approche des animaux est exemplaire. Est-ce à dire finalement que les nazis étaient des amoureux des bêtes, la question peut se poser, car la législation nazie de protection des animaux a été jugée suffisamment remarquable pour rester en vigueur jusqu’en 1972 en RFA. Pourtant, derrière de grands principes, la souffrance animale ne concernerait que très peu les nazis. Il ne faut pas oublier que la Wehrmacht est hippomobile à 80 % en 1939. En somme, puisque tout se résume par l’adage «  Alles Leben ist ein Kampf » (toute vie est un combat), cela était également valable pour les animaux eux-mêmes (p. 44). Comme d’autres institutions ou doctrines, la religion chrétienne apparaît aux yeux des nazis comme un instrument entre les mains des juifs, qui en usent pour empoisonner le peuple allemand (p. 92). Cependant il fallait garder une valeur au Christ et c’est ainsi que des historiens nazis se sont mis en tête de démontrer que Jésus Christ n’était pas juif (p. 152 et suivantes). La lutte contre l’homosexualité a été importante également, ainsi Bad Tölz, chef de la SS déclare dès 1937 : « c’est une catastrophe que nous transformions les femmes en être logique, que nous les formions à toutes les fonctions et que nous les masculinisions de telle sorte que, avec le temps, la différence entre sexes, la polarité s’estompe. L’homosexualité n’est alors plus très loin. » (p. 295). Si la femme est considérée comme un être plastique, vulnérable, proche de la nature, les femmes ont une sexualité qui respecte les règles pour peu qu’elles trouvent des hommes. La doctrine nazie était plus claire, si l’on peut dire, sur l’homosexualité masculine. Himmler déclara qu’autrefois on noyait les homosexuels dans les marais et que cela était juste d’éliminer ainsi une vie anormale. Il ne s’agissait alors pas d’une vengeance, mais juste d’un acte normal, car l’on ne peut reprocher à « une ortie d’être une ortie ».

Pour conclure, il est nécessaire de lire cet ouvrage de Johann Chapoutot, même si l’on ne parvient pas à sortir indemne de chaque page. Oui, les nazis étaient humains. Croire le contraire, c’est rendre le nazisme inattaquable à la critique rationnelle. C’est aussi se méprendre sur notre époque et sa barbarie. Pour débuter son étude des textes idéologiques nazis, l’historien indique que son livre se divise en trois parties, les trois moments importants pour l’homme nordique selon les nazis : Procéder, Combattre et Régner. Contre le libéralisme de Hans Kelsen, contre l’humanité et sa libération des soviétiques, les nazis opposeront les concepts de Volk, Blut and Boden (Peuple, Sang et Sol). Il faut un sang nouveau et reconquérir le sol pour le peuple et donc contrer le juif. Lothar Stengel de Rutowski, officier SS et poète de la race, livre ainsi dans un ouvrage sur la « culture biologique » l’action à mener contre le juif : « Est-ce que je parviens à le mettre hors d’état de nuire pour notre patrimoine génétique et notre environnement ? » (p. 259). On connaît aujourd’hui la réponse, la solution finale, même si celle-ci est encore parfois niée, malgré d’évidentes preuves historiques.

1 Der Führer schützt das Recht, DJZ vom 1. August 1934.

2 Carl Schmitt est un auteur de référence de certains à gauche, comme par exemple Étienne Balibar, notamment lors de la republication d’un ouvrage de la période nazie du juriste, Le Léviathan dans la doctrine de l’État de Thomas Hobbes. La préface de Balibar et la publication de cet ouvrage ont suscité d’âpres polémiques, que Balibar rejette au nom du droit à connaître l’adversaire (Le Hobbes de Schmitt, le Schmitt de Hobbes, préface à Carl Schmitt, Paris, Seuil 2002). Sur ce point, le spécialiste français de Hobbes a clairement rétabli les faits : Yves Charles Zarka, « Carl Schmitt le nazi », in Cités, n° 14 (2003), p. 163.

3 Charles Darwin (1809-1882) s’est toujours opposé avec vigueur à l’application brutale de la sélection naturelle qu’il a développée dans sa thèse, à l’analyse des sociétés humaines. Darwin replace l’homme dans le contexte animal : l’homme n’est donc ainsi plus le centre de l’univers mais juste le fruit d’un processus scientifique d’évolution. Darwin affirme que l’homme établit une rupture dans le processus de lutte pour la survie fondée sur l’élimination des plus faibles car la civilisation permet justement de lutter contre cette tendance à l’œuvre au sein de la nature. Dans son ouvrage sur « La filiation de l’homme » (1871), Darwin indique : « Nous autres hommes civilisés faisons tout notre possible pour mettre un frein au processus de l’élimination ; que ce soit des asiles pour les idiots, les estropiés, les malades, par la gestion des lois sur les pauvres ; et nos médecins déploient toute amabilité pour conserver la vie de chacun jusqu’au dernier moment. ». Darwin admet donc que son hypothèse de la sélection naturelle existe réellement au sein de la nature mais qu’au travers de la civilisation qui est fondée sur la raison, l’entendement, l’éducation, la loi morale et la religion (Darwin était un chrétien fervent), l’homme s’affranchit de sa condition naturelle. La sélection naturelle n’est donc pas à l’œuvre au sein de la société.

Jean Solchany, L’Allemagne au XXe siècle entre singularité et normalité, Paris, PUF, Collection « Nouvelle Clio », 2003, 490 pages, 36 €.

Un compte rendu de Jean-Paul Salles

Dans cet ouvrage, Jean Solchany tente de prendre le contre-pied de la thèse de l’exceptionnalité allemande. Et si l’épisode nazi – somme toute de brève durée – était « l’illustration des potentialités malignes de la modernité occidentale plutôt que l’aboutissement d’une voie particulière (Sonderweg) ? ». Disons tout de suite qu’on ne sort pas convaincu de la démonstration, mais enrichi oui !, considérablement, tellement l’érudition de l’auteur est grande, et charmé aussi par un style limpide. Il n’est pas aisé de retracer en un volume un siècle d’histoire allemande, du début de la République de Weimar à la chute du Mur de Berlin. Le défi est relevé brillamment par l’auteur, en trois parties (Weimar, p. 25-151, Allemagne nazie, p. 153-307, Les années de l’après-guerre, p. 309-454) précédées d’une abondante bibliographie qui fait la part belle aux historiens allemands, selon les normes de cette célèbre et ancienne collection.

De la première partie nous retiendrons tout d’abord la tentative de caractériser les diverses cultures politiques héritées de l’Empire, un peu à la manière de René Rémond. Il voit quatre grands milieux socio-professionnels : la démocratie-chrétienne (le Zentrum), la gauche (SPD et KPD), le libéralisme (notamment le Parti Démocratique allemand – DDP – de Friedrich Naumann), les Nationaux-Allemands (DNVP : Deutschnationale Volkspartei), un milieu dans lequel s’épanouit l’idéologie völkisch (mysticisme germanique mêlé de racisme biologique). Seule novation des années 1920 : l’affirmation d’une cinquième culture politique à l’extrême droite, le nazisme, en même temps que se militarise la vie politique. L’auteur évoque également l’évolution de la condition féminine. Certes l’avortement reste interdit, mais dans les grandes villes des cellules d’information sur le mariage et la sexualité permettent la diffusion de moyens contraceptifs. Le succès du livre de Theodor van der Velde (Die volkommene Ehe, Le mariage accompli, 1926) témoigne de l’importance de ces questions. Désormais les femmes votent. Elles sont allées aux urnes massivement en janvier 1919 (90% des femmes ont voté pour l’Assemblée constituante, et 9,6% des députés élus ont été des femmes). Malgré tout les progrès restent fragiles. Avec la crise et le chômage massif naît un ressentiment contre les épouses qui travaillent : « la normalité patriarcale sera remise sur pied ». En effet, malgré « la fulgurance des avant-gardes », le succès du jazz et les audaces du Bauhaus en architecture, les formes de culture traditionnelle subsistent avec force. Ainsi en littérature, sur les trente-quatre romans vendus à plus de 500 000 exemplaires entre 1918 et 1933, trois seulement échappent à la littérature de terroir exaltant le Heimat et les valeurs paysannes. Hans Grimm publie Volk ohne Raum (Peuple sans espace) en 1926, à 700 000 exemplaires, dans lequel il retrace l’aventure des Boers, convaincu du rôle dominant de la « race germanique ». Passée sous le contrôle d’Alferd Hugenberg, leader des Nationaux-Allemands, l’UFA (Universum Film AG) produit des films patriotiques, alors que le début des années 1920 avait vu fleurir les chefs d’œuvre expressionnistes. Et constamment sont dénoncées les œuvres « sans âme », « indisciplinées », « non-allemandes », « décadentes » ou « dégénérées ».

Hitler et le nazisme n’auront pas trop de difficulté pour se lover dans un pays dont beaucoup d’habitants étaient déjà mobilisés contre la modernité « décadente ». Comme l’écrit l’historien, « la proximité idéologique entre nationalistes-conservateurs et nationaux-socialistes a conduit la plupart des conservateurs (notamment la majorité des pasteurs et des théologiens, mais aussi plus de la moitié des médecins) à suivre aveuglément le pouvoir ». Certes diverses formes d’opposition ont existé, l’ambition totalitaire s’étant heurtée à la cohérence des milieux et des solidarités. Mais plutôt que d’employer le mot de « Resistenz » pour les désigner – comme le fait Martin Broszat – l’historien anglais Ian Kershaw préfère parler de « dissent » pour désigner des comportements réticents, différents de la « résistance organisée ». Sont bien synthétisés les débats historiographiques suscités par l’État nazi. Ainsi, qu’en est-il de la modernité du nazisme ? Son refus des Lumières, de la grande ville, du libéralisme, de la démocratie en fait-il « l’aboutissement des traditions autoritaires, militaristes et féodales qui font la spécificité d’un pays qui n’a pas suivi la voie classique de la modernité incarnée par les démocraties occidentales ? » (Toujours le fameux Sonderweg !). Ou plutôt, si on prend en compte ses effets modernisateurs – affaiblissement de la région, de la religion, de la famille, renforcement du pouvoir central – « le militarisme nazi apparaît moins comme la résurgence d’un prussianisme antédiluvien que la volonté de mobilisation totale de l’économie et de la société au service de la guerre, ambition née du choc de la Première Guerre mondiale, prologue sanglant du XXe siècle » (p.261). Là, c’est plutôt la thèse de « la brutalisation des sociétés européennes » développée par George L. Mosse qui est convoquée. Et si la lutte contre les asociaux et en faveur de l’hygiène raciale (« le projet inhumain et meurtrier de purification de la nation allemande de ses éléments jugés racialement ou socialement étrangers ») n’était que la reformulation radicalisée d’idées eugénistes véhiculées à l’époque par de nombreux scientifiques ? Le débat opposant historiens « intentionnalistes » (Hitler aurait décidé de l’extermination des Juifs dès 1919) et historiens « fonctionnalistes » (la Solution finale ne serait pas le produit d’un plan préétabli mais l’aboutissement d’un processus chaotique) est utilement synthétisé. Et de nouveau la responsabilité du peuple allemand n’est pas exonérée : « La prédisposition à l’intolérance induite par un antisémitisme diffus mais répandu a sans conteste facilité la tâche persécutrice et exterminatrice du régime nazi ».

Cette implication des « hommes ordinaires » dans la barbarie nazie1 est illustrée par la persistance de l’influence nazie en RFA après 1945, comme l’auteur le montre dans la troisième partie (p. 309-454) consacrée aux années d’après-guerre. Vers 1950 encore, « beaucoup d’Allemands voyaient dans le nazisme une bonne idée mal réalisée ». Et la poursuite des criminels nazis a été menée avec peu de zèle, les anciens de la Gestapo par exemple étant réintégrés dans la police. Cependant, au moins jusqu’à la fin des années 1990, l’électorat récuse les partis néo-nazis. Le développement sur la RDA nous montre un régime qui n’a jamais réussi parfaitement à dominer la société, malgré le développement de la Stasi (Ministerium für Staatssicherheit) et son impressionnant réseau d’informateurs. Dès 1953 les ouvriers se mettent en grève, puis les intellectuels (cf. le chanteur Wolf Biermann qualifié en 1965 de « chien de garde de la réaction ») et les chrétiens (campagne pour obtenir un service civil puis pacifisme) se mobilisent. Certes la RDA – souvent symbolisée par la silhouette désuète de la Trabant – a connu un moindre développement que la RFA, mais au milieu des années 70 elle connut un mieux sous Honecker. Le développement d’une nomenclature (la Dienstklasse) ne permettra pas, malgré tout, au régime de survivre à l’effondrement de l’URSS.

Un livre riche, complet, clair, bien écrit, un ouvrage de référence en bonne place dans toutes les bibliothèques universitaires. Par la connaissance du contexte historique, il nous permet d’affiner notre observation de l’Allemagne d’aujourd’hui.

1L’historien américain Christopher Browning a montré comment de braves gens du peuple de Hambourg se sont transformés en criminels, à été 1942, dans Des hommes ordinaires. Le 101e bataillon de réserve de la police allemande et la solution finale en Pologne (1994, Les Belles Lettres). Par contre, Jean Solchany disqualifie le livre à succès de Daniel Goldhagen, Les bourreaux volontaires d’Hitler (1997, Seuil), « vision rudimentaire du paradigme de la déviance allemande, une sorte de Sonderweg primitif … ne tenant pas compte de la recherche des 30 dernières années ».

Vincent Platini, Lire, s’évader, résister. Essai sur la culture de masse sous le IIIe Reich, Paris, La Découverte, 278 pages, 22 €.

Un compte rendu de Frédéric Thomas

Vincent Platini se propose dans ce livre original de porter un autre regard sur la culture de masse sous le Troisième Reich en Allemagne ; un regard à la fois plus complexe et plus nuancé, mieux à même de mettre en avant l’ambivalence de cet art du divertissement, « situé à un carrefour : entre subordination politique, contestation dissimulée et plaisir du public » (p. 25). L’auteur rappelle ainsi que, contrairement à une idée reçue, non seulement les nazis ne sont pas arrivés à imposer totalement leur diktat culturel – en raison entre autre des ratés, des lacunes et de la bureaucratisation du système, qui n’avait, en outre, aucune ligne culturelle clairement définie à proposer –, mais « le IIIe Reich, à côté des déclarations fracassantes de ses dirigeants, n’a pas interrompu l’ « américanisation » de la vie quotidienne des Allemands, se passionnant pour le cinéma hollywoodien, ses stars, le jazz, le swing, etc. » (p. 224). D’où l’hypothèse de cet essai selon lequel « si le divertissement a bien servi l’idéologie au pouvoir, il ne lui a jamais été complètement docile, et ce, justement, quand on a voulu lui attribuer un rôle servile ou le considérer comme une production négligeable » (p. 35).

De manière paradoxale, en fonction du dénigrement qui affectait la culture populaire, de la hiérarchie des arts et de l’attention que leur prêtait le régime, la littérature et, plus particulièrement, le roman policier, le « Krimi », offrait un terrain plus propice à la ruse d’une contestation, qui se développait entre les lignes. Ainsi, si Platini s’appuie pour développer sa thèse sur plusieurs exemples – prolongés par des photos reproduites dans le livre –, cinématographiques (dont le film de 1943 Münchhaussen) et littéraires, soulignant au passage l’étonnant succès d’Antoine de Saint-Exupéry, même après la guerre déclenchée, il se concentre sur le roman policier. Celui-ci, en effet, dans les années 1930, sous l’influence des écrits anglo-saxons, connaît une grande popularité – en Allemagne (« pour les années 1933-1935, les œuvres anglo-américaines représentent près de 60% des Krimis paraissant en Allemagne » (p. 227)) comme dans le reste de l’Europe.

Les spécificités de ces ouvrages de série noire écrits en Allemagne nazie tiennent tout à la fois à l’aporie de représenter ce qui est sensé avoir disparu – le crime et le criminel –, d’opérer une reconfiguration de l’image de la police « unifiée, toute puissante, sans retenue » (p. 165), se doublant par le rejet de la figure du détective privé des romans britanniques et américains dans la mesure où il « reflète une défiance face aux institutions ainsi qu’une certaine tradition libérale, réticente à un monopole du pouvoir policier » (p. 171). Platini va plus loin, explorant les particularités des thèmes et de l’écriture : l’importance de l’aveu, un déplacement géographique et/ou temporel de l’intrigue ; la valorisation de la violence, le mécanisme de refoulement par rapport aux mesures les plus extrêmes de la terreur mise en place… Enfin, il étudie les contours de l’écriture de ces romans : « ni oralisé, ni argotique, c’est un allemand standard compréhensible par le plus grand nombre. Les différents personnages (bourgeois, policiers ou truands) parlent à quelques détails près la même langue. On privilégie les phrases courtes, sans effet rhétorique trop subtil, et les narrations simples. Le récit se fait souvent en « focalisation zéro » et le discours indirect se raréfie. Il s’agit de retirer tous les éléments qui pourraient embrouiller le lecteur et nuancer ses certitudes (…). Le Krimi propose une vision du monde simple, un univers transparent, immédiatement saisissable. Les mots et les phrases désignent les ennemis et les alliés avec certitude » (p. 177).

Bien qu’à plusieurs reprises, Platini se défend de surestimer la contestation à l’œuvre dans cette culture du divertissement, il n’en parle pas moins de «subversion », pratique concordant « avec l’idée d’un sous-texte, caché et inspiré du discours en vigueur, mais qui en même temps reste implicite et en partie inconscient » (p. 41). Le terme offre certes une réévaluation intéressante de cette culture de masse, confrontée au mépris généralisé qui dispensait de l’étudier. Il apparaît pourtant quelque peu disproportionné, et ce d’autant plus que l’auteur appuie en partie son hypothèse sur les réflexions de Bertolt Brecht à propos d’une stratégie d’écriture centrée sur la ruse et le détournement. Or, Brecht basait sa stratégie sur l’intention explicite des auteur/es d’opérer une subversion, ce qui ne semble pas se retrouver, ou à un degré assez vague, dans les exemples analysés ici.

Jack Manini (scénario), Olivier Mangin (dessin), Bérengère Marquebreucq (coloriste), La Guerre des amants. 2 – Bleu Bauhaus, Genoble, Glénat, collection « Grafica », 2014, 58 pages, 13,90 €.

Un compte rendu de Jean-Guillaume Lanuque

Après Rouge révolution1, Bleu Bauhaus suit le couple formé de la russe Natalia et de l’étatsunien Walter en Allemagne. A l’invitation de Walter Gropius, Kandisky a en effet proposé ses deux élèves pour intégrer l’école nouvelle du Bauhaus, à Weimar. Tous deux poursuivent leur relation passionnée et houleuse, suivant les cours de certains des maîtres de l’école, Johannes Itten, puis Laszlo Moholy-Nagy. Très didactique, Bleu Bauhaus permet au lecteur de découvrir la nature de cette école aux pédagogies particulières, ainsi que certaines des tendances et des créations de cette avant-garde artistique, en particulier celles concernant ce qu’on appelle aujourd’hui le design, ainsi que l’architecture (la maison témoin de Georg Muche, qui sert d’ailleurs d’écrin à l’amour charnel de Natalia et Walter). On y assiste également à l’évolution du Bauhaus, qui mute d’une démarche souhaitant renouer avec l’artisanat d’antan, à la manière des Arts and Crafts de William Morris, à un partenariat étroit avec les industriels, que d’aucuns pourraient qualifier de récupération par le système capitaliste (les planches des pages 32 et 33 sont éminemment représentatives de cette transformation). Un cahier rédigé par Lionel Richard, historien spécialiste de l’Allemagne, proposé en annexe, approfondit la découverte à travers un exposé synthétique sur le sujet.

Walter et Natalia sont ici, plus que jamais, les incarnations de deux évolutions divergentes, voire antinomiques, des révolutionnaires, voire de la modernité elle-même, symbolisées par l’opposition chromatique entre le bleu et le rouge : Walter, habité par le doute, a en effet tendance à se réfugier dans des tendances individualistes, à la limite du sectarisme, faisant siennes les velléités contemplatives, végétariennes et teintées de spiritualité orientale (le zoroastrisme), de Johannes Itten ; Natalia, elle, forte de ses certitudes2, se rallie à Staline – même si les enjeux ne sont pas aussi personnalisés en 1924, comme le laisse sous-entendre la page 46 –, et sa vigilance initiale à l’égard de la menace fasciste va de pair avec un dogmatisme croissant. Il est ainsi logique, bien que tragique (les quatre dernières pages de l’album sont certainement les plus émouvantes), d’assister à la séparation des deux amants, chacun retournant dans son pays au moment où le Bauhaus se voit contraint de déménager de Weimar à Dessau, huit ans avant que l’Allemagne ne bascule pour de bon dans la dictature nazie. Au-delà de nombreuses allusions à d’autres éléments du contexte – le dadaïsme avec Théo van Doesburg en particulier, le militantisme du KPD –, Bleu Bauhaus, comme Rouge révolution, du reste, souffre du caractère superficiel des idées et des événements politiques tels qu’ils sont présentés ici3, clairement sous-employés comparativement au domaine artistique.

1Chroniqué sur notre blog : http://dissidences.hypotheses.org/4847.

2« Pour moi l’art est politique, ce n’est qu’un moyen de la lutte des classes ! » (p. 18).

3On est souvent dans le domaine de l’implicite comme pour cette manifestation de mutilés de guerre au début du volume, ou l’affrontement entre communistes et nazis page 41. Une des dernières formules utilisées par Walter dans sa lettre mort-né à Natalia se rapproche toutefois furieusement de celle de Trotsky, parlant d’Hitler et de Staline comme des « étoiles jumelles » (p. 48). 

Roger Martin, Dernier convoi pour Buchenwald, Paris, Le Cherche-Midi, 2013, 427 pages, 19 €.

Un compte rendu de Christian Beuvain et Georges Ubbiali

Avec ce roman du prolifique Roger Martin, le lecteur dispose non seulement d’un polar absolument prenant, mais aussi d’une fiction politique. Sur la déportation politique, il existe bien sûr déjà de nombreux romans de bonne qualité (que l’on songe au KZ. Retour vers l’enfer de Gérard Delteil ou Les orpailleurs de Thierry Jonquet, sur l’extermination des juifs), mais l’épais ouvrage de Roger Martin s’approche plus de Les jours de notre mort, de David Rousset, livre présenté comme un roman par son auteur, mais dont la dimension documentaire éclate à chaque page. Dans Dernier convoi pour Buchenwald, hormis le narrateur, Danglars et quelques autres individus, tous les personnages ont réellement existé. Le livre se présente comme les mémoires d’un certain Robert Danglars1, à la fin de sa vie, se souvenant de son existence pendant la période de l’Occupation. Celui-ci fut un militant, d’abord du PSOP (Parti socialiste ouvrier et paysan, fondé en 1938, scission de la SFIO), le parti de Marceau Pivert, avant la guerre, puis du POI (Parti ouvrier internationaliste, trotskyste) durant la guerre. Il participe aux actions menées à Brest par les trotskystes rassemblé autour de la figure d’André Calvès (Ned dans le livre), qui organisent les contacts avec les soldats allemands et publient un journal antinazi destiné aux troupes d’occupation. Après avoir perdu ses camarades de vue lors du déclenchement de la guerre, Danglars renoue les contacts et s’engage dans ce travail très périlleux. Si périlleux, d’ailleurs, qu’il est rapidement arrêté, tandis que la militante dont il est tombé amoureux connaît un sort plus funeste encore. On laisse découvrir au lecteur les conditions de son arrestation, conditions dans lesquelles le rôle des nationalistes bretons du Bagadoù Stourm, auxiliaires zélés des nazis, est nettement mis en lumière. Torturé par la police française, il est expédié à Buchenwald. Le récit du voyage en train constitue d’ailleurs un des moments les plus cruciaux du récit. Mais, et c’est là que la dimension policière s’en mêle vraiment, il est chargé d’exécuter un dirigeant de la résistance communiste, sous peine de voir sa famille mise en danger. Arrivé à Buchenwald, le narrateur découvre une réalité qui dépasse toutes les horreurs pensables. Mais il se lie aussi avec les noyaux résistants, en particulier animée par les communistes, allemands et français, au sein d’un univers d’une violence inouïe. Par les hasards du destin, il rencontre l’homme qui constitue la cible à abattre que les résistants anticommunistes lui ont désignés. Danglars va-t-il remplir la mission qui lui a été confiée ou va-t-il sacrifier la vie de sa sœur et sa mère ? En fait, le sort en décide autrement et son appartenance au mouvement trotskyste, qu’il avait réussi à cacher jusque là, est découvert par une singulière rencontre au sein de cet enfer concentrationnaire.

Comme indiqué sur la quatrième de couverture, il s’agit bien d’un roman au cœur de l’Histoire. Bien sûr, ce roman ne remplace pas la lecture des grands textes de David Rousset et de Jorge Semprun2, mais il rafraîchit la mémoire de celles et ceux qui les ont déjà lu. Et surtout, Roger Martin nous livre un récit qui s’inscrit dans une tendance très actuelle, celle des rapports entre extrême gauche réelle et fictionnelle3, ici les militants trotskystes pendant l’Occupation. Son mérite est de faire connaître au grand public deux épisodes largement occultés, d’abord celui des actions anti-nazies des trotskystes à l’arsenal de Brest4, connu seulement des militants de cette famille politique, et ensuite celui de la mise en place d’une organisation clandestine de résistance, dirigée par les communistes, à Buchenwald, à la suite d’une lutte sanglante contre les droits communs qui régissaient l’ordinaire de la vie du camp, sous l’autorité des SS. Par la forme générale d’une fiction, l’auteur, dans cet épisode particulier, fait litière des calomnies complaisamment répandues dès 1948, principalement parPaul Rassinier5, sur la collusion communistes-nazis au détriment de la masse des déportés6. Manifestement, pour ce récit, Roger Martin choisit la représentation d’archétypes, ce qui semble logique avec une situation de clandestinité, tant à Brest que dans le camp de Buchenwald. Dans ce cas extrême, représenter, d’une manière ou d’une autre, des foules militantes n’aurait eu que peu de rapport avec la réalité historique. On note une documentation sans failles, ce qui est à saluer, tant les approximations et les erreurs sont légion dans beaucoup trop d’œuvres, y compris parmi celles se targuant d’un sérieux parfois mal avisé7 qui se traduit par quelques notes de bas de pages, sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup. Ce n’est sans doute pas le lieu, dans ce compte rendu, de s’appesantir sur la manière dont l’auteur, justement, rend compte, par son écriture, de ces militants trotskystes, de leur vie, leurs espoirs, leurs doutes, leurs peurs. Tout au plus peut-on quand même remarquer une langue plutôt plate, alternant dialogues, retours en arrière et descriptions plus ou moins détaillées. Nulle trace ici d’un style qui rappellerait, par « la morsure des mots », la brûlure d’engagements messianiques ou d’un « effort pour inventer une écriture en révolution permanente », évoquée par l’essayiste Jean Birnbaum à propos d’autres auteurs8. C’est le principal regret.

1On remarquera que Roger Martin a choisi comme nom de son héros positif celui d’un des dénonciateurs d’Edmond Dantés, ce Danglars devenu banquier et baron, dans le roman d’Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, dont le destin diffère pourtant de celui de son personnage. En effet, ce dernier refuse finalement l’alternative honteuse qu’on lui propose.

2Une brève bibliographie qui a servi de support documentaire à l’auteur est proposée en fin d’ouvrage.

3Dissidences prépare d’ailleurs un volume sur cette thématique.

4Malgré la publication des mémoires d’André Calvès, Sans bottes ni médailles. Un trotskyste breton dans la guerre, Paris, Éditions La Brèche, 1984, dont une réédition en ligne se trouve ici : http://andre-calves.org/resistance/J_ai_essaye_de_comprendre_%28livre%29.htm

5Dans son livre Le Passage de la ligne ou l’Expérience vécue (1949). Ce livre est salué au début de la guerre froide par des socialistes enclins à l’anti-communisme, avant que la SFIO décide d’exclure cet adhérent quand même trop compromettant.

6On lira avec profit La zone grise ? La Résistance française à Buchenwald, d’Olivier Lalieu (Éditions Tallandier, 2005), d’ailleurs cité par Roger Martin.

7Ce sérieux se traduit par quelques notes de bas de pages sur des militants tombés dans l’oubli, pour beaucoup.

8Jean Birnbaum, « Écritures insurgées », Le Monde des livres, 26 novembre 2010.

Lionel Richard (dir.), Avant l’apocalypse. Berlin 1919-1933, Paris, Autrement, 2012, 253 pages, 22 €.

Un compte rendu de Georges Ubbiali

Lionel Richard est connu pour ses travaux sur l’Allemagne et la culture allemande au XXe siècle (il est notamment l’auteur de Le nazisme et la culture, Complexe, 2006). La réédition de cet ouvrage (publié à l’origine en 1991, soit déjà plus de vingt ans), est entièrement consacré à Berlin, de la fondation de la République à l’accession d’Hitler au pouvoir. En trois grandes parties, de courtes contributions d’auteurs allemands et français permettent de se faire une idée assez précise de la situation de la capitale de l’Allemagne durant ces quelques années. L’ensemble dresse un excellent portrait de la ville et de ses habitants. La première partie s’articule à la période de l’immédiat après-guerre (1919-1924), autour du thème des rapports entre les crises politiques, la misère sociale et l’art d’avant-garde. Un texte d’époque de l’écrivain Joseph Roth permet de visualiser exactement les difficultés de vivre dans la métropole. En effet, un des intérêts des contributions rassemblées ici consiste précisément à faire ressentir aux lecteurs le fossé qui existait entre le mode de vie prolétarien, marqué par la misère, l’étouffement dans des taudis sans nom, une vie dégradée et l’envol créatif que cela a contribué à susciter. Mais les prolétaires n’étaient guère les destinataires de cet art d’avant-garde, ce que rappellent là aussi de manière particulièrement bien argumentée les contributions de la seconde partie : « Modernisation, rationalisation, médias : à l’image de l’Amérique (1914-1929) ». On retiendra l’excellente contribution de Marianne Walle sur les Berlinoises et leurs combats, rappel des conditions des ouvrières, chair à travail pour les bagnes industriels. Le théâtre, la musique, la presse sont réservés à une étroite élite, tandis que les médias que sont la radio et la presse diffusent un message hostile non seulement aux forces progressistes, mais également à l’esprit républicain. Derrière la façade de la stabilisation économique permise par le plan Dawes, les questions de vie quotidienne demeurent irrésolues pour les grandes masses. Dans les universités, les « mandarins » expriment à visage ouvert leur détestation de l’ordre républicain, tandis que des expériences et des pratiques innovatrices se mettent en place autour des questions sexuelles. Mais en ce domaine également, la coupure est radicale entre les besoins des masses prolétariennes (développement des maladies vénériennes, rejet des homosexuels, prostitution, absence d’éducation sexuelle, multiplication des avortements périlleux, etc.) et les pratiques d’avant-garde, développées par Magnus Hirschfeld, bien que Wilhelm Reich et la Sexpol (sous l’égide d’un KPD parfois réticent) aient tenté de combler cet écart, au début des années trente. Bien que Berlin soit une « ville rouge », le KPD (Parti communiste allemand) y obtenant ses meilleurs scores de toute l’Allemagne, faisant jeu égal, voire la devançant, avec la social-démocratie, jamais les partis de gauche ne purent exercer une réelle hégémonie sur cette ville-archipel profondément hiérarchisée (et là, les cartes reproduites prennent tout leur sens). La dernière partie, 1929-1933, est celle qui intéresse le plus directement la question politique, puisqu’elle aborde les conséquences de la crise de 1929 et le développement de la violence politique. Les communistes, avec leurs groupes armés (le Rote Kampfbund) et les sociaux-démocrates également, mais avec moins d’intensité, se livrent à une véritable guerre de rue avec les nazis qui souhaitent s’implanter physiquement dans les quartiers ouvriers (à Moabit, par exemple). Les morts se comptent par dizaines, les arrestations par milliers. Les très belles contributions des meilleures spécialistes, ainsi Jürgen Kuczynski sur les effets de la crise au quotidien. C’est une véritable guerre civile quotidienne qui oppose jour après jour les militants de gauche avec les SA. Jean-Michel Palmier1, autre éminent chercheur de cette période, fournit un portrait saisissant du propagandiste John Heartfield, militant communiste de premier plan connu pour ses photomontages dans la revue AIZ2. On retiendra également le témoignage du surréaliste Philippe Soupault, présent à Berlin en 1932, et qui rend compte d’une réunion hitlérienne à laquelle il a participé et qui fut publiée dans le magazine de Lucien Vogel, Vu, en avril 1932. Il revient à Alain Brossat de conclure cet ensemble par un très émouvant texte « Scènes de la fin du monde », qui écarte quelques clichés sur l’accès final d’Hitler au pouvoir. Selon sa lecture, la période proprement démocratique de la République s’était achevée dès 1930, c’est-à-dire, au moment où les sociaux-démocrates sont écartés du pouvoir. C’est donc par une relecture nettement plus cruelle de cette histoire, rendant au passage un hommage aux capacités prémonitoires de Trotsky, que Alain Brossat conclut ce très stimulant recueil. Lequel propose encore en annexe, non seulement une chronologie, mais également des éléments biographiques (Brecht ou Thomas Mann, bien sûr, mais aussi Flechtheim ou Kirdorf, pour n’évoquer que quelques noms), ainsi qu’un glossaire et une courte, mais précieuse bibliographie permettant d’approfondir le sujet. Le lecteur aurait évidemment apprécié quelques illustrations tant les œuvres citées l’auraient mérités, mais en l’état, c’est un livre plus que recommandable que les éditions Autrement offrent au public. Regrettons quand même qu’il n’ait pas été possible d’y inclure, par exemple, des travaux (ou des traductions) de recherches plus récentes sur cette période cruciale de l’histoire de l’Allemagne.

1Spécialiste de l’histoire culturelle de l’Union soviétique et de la République de Weimar, Jean-Michel Palmier a écrit de nombreux ouvrages qui restent encore aujourd’hui des classiques, comme son Lénine, l’art et la révolution. Essai sur la formation de l’esthétique soviétique, Payot, 2006, chroniqué sur notre ancien site : http://www.dissidences.net/mouvement_communiste_urss.htm#palmier

2Il s’agit d’une revue illustrée du KPD, l’Arbeiter Illustrierte Zeitung (AIZ, Journal illustré des ouvriers), fondée en 1924.